Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

Préface

Hilaire Multon

Texte intégral

1Jeune normalien brillant — il fut reçu troisième à l’agrégation d’histoire et fut remarqué par Vidal de la Blache — Henri Hubert (1872-1927) a côtoyé Lucien Herr, le bibliothécaire « dreyfusard » de l’École normale supérieure ayant exercé un véritable magistère intellectuel et moral sur toute une génération — celle notamment de Charles Péguy. Son parcours et son univers intellectuel sont aujourd’hui exhumés du silence des archives. Et il n’est pas anodin que le musée d’Archéologie nationale, héritier du musée des Antiquités nationales où il exerça avec passion à partir de 1898, à l’invitation de Salomon Reinach, soit l’un des acteurs de cette redécouverte.

2Le « jumeau de travail » de Marcel Mauss, le collaborateur d’Émile Durkheim, celui qui joua un rôle si fécond dans la création de L’Année sociologique, fut un conservateur ardent et investi qui se consacra pendant plusieurs années au classement, à l’étude et à la présentation des collections, passant au crible celles anciennement acquises, s’attaquant à celles des grands donateurs. Homme de musée, il entra en tant qu’attaché libre au musée de Saint-Germain avant de devenir l’adjoint de Salomon Reinach et d’être nommé directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Voyageur inlassable, esprit curieux, il fut aussi un homme d’action et d’engagement, intégrant le cabinet du ministre socialiste de l’Armement Albert Thomas pendant la Grande Guerre, du fait de sa formation, son réseau de camaraderie au sein de l’École normale et sa connaissance de quatre langues. Épuisé par les épreuves de la période, Hubert n’achève pas son grand œuvre — pour ainsi dire son testament intellectuel et muséographique : la salle de comparaison du musée des Antiquités nationales. Quant à sa recherche archéologique, elle laisse « une troublante impression d’incomplétude » (Laurent Olivier), ses deux ouvrages principaux (Les Celtes, 1932 ; Les Germains, 1952) étant des œuvres posthumes, publiées à partir de notes d’avant la guerre de 1914-1918. Sa réflexion intellectuelle tout autant que sa pratique de conservateur de musée entérine la liaison de principe entre ethnographie et archéologie dans le projet des « fondateurs » du musée des Antiquités nationales (MAN). « Dès l’origine, les collections ne cessent de déborder le cadre national pour représenter les civilisations qui se sont succédées dans l’ensemble de l’Europe depuis la préhistoire, ou celles de même type qui continuent à se perpétuer ailleurs, comme aux Amériques, en Océanie ou en Australie. Depuis la France, le MAN embrasse l’histoire de l’humanité, depuis ses lointaines origines préhistoriques » précise ainsi Laurent Olivier dans l’étude qu’il consacre à la trace laissée par Hubert dans la vie du musée.

3Grâce au concours du consortium Mémoire des archéologues et des sites archéologiques (MASA) l’ensemble du fonds Hubert, qui représente 19,5 mètres linéaires et qui est conservé au sein de notre musée, a été l’objet d’un travail archivistique de tri, de classement et d’inventaire extrêmement précieux pour la communauté des chercheurs. Les travaux de Christine Lorre, conservateur en chef responsable des collections d’archéologie comparée, ont abouti à la publication du volume Henri Hubert et la sociologie des religions (sous la direction de Jean-François Bert, aux Presses universitaires de Liège, 2015, 330 pages) doté d’une longue introduction et d’une bibliographie raisonnée établie par ses soins.

4Le présent volume collectif, dirigé par Laurent Olivier, conservateur en chef responsable des collections celtiques et gauloises du MAN, poursuit de manière stimulante cette redécouverte — la figure d’Hubert avait complètement disparu du panorama communément dressé des sciences sociales, s’agissant de la première moitié du xxe siècle et de la constitution de la sociologie française. Sa vie se résumait jusqu’il y a peu à quelques lignes dans des dictionnaires biographiques ou manuels d’introduction à la pensée sociologique. Savant paradoxal, doué d’une extraordinaire érudition, porteur d’une pensée du champ social intégrant une dimension qualitative du temps, Henri Hubert n’eut qu’une postérité limitée, notamment pour ce qui concerne ses travaux sur la culture celte. Les héritiers d’Hubert furent en effet des outsiders, à l’image de l’étonnante figure de Françoise Henry (1902-1982) qui dut partir en Irlande, à l’université de Dublin, pour exprimer son talent ou de Stefan Czarnowski (1879-1937), ce dépositaire des idées durkheimiennes, ardent correspondant d’Hubert et l’un des fondateurs de la sociologie en Pologne, qui eut le malheur de se trouver dans les « banlieues de l’Europe ». Si l’ouvrage tente de percer l’énigme Hubert, il couvre tout le champ de l’activité de cette figure foisonnante, de l’engagement aux côtés du ministre Albert Thomas aux conceptions intellectuelles sur la sociologie et le temps ; de la collaboration « fraternelle » avec Marcel Mauss à la galaxie des héritiers « sans trône ».

5Qu’il me soit permis une note plus personnelle. Henri Hubert et moi-même avons bien des choses en partage : l’École normale supérieure, l’agrégation d’histoire, l’intérêt pour la sociologie et l’anthropologie du fait religieux, l’engagement dans l’action publique. Sa figure lumineuse m’est familière et ses écrits ont marqué le directeur du musée d’Archéologie nationale que je suis, comme les nombreux « fantômes » de cette maison dont il faut savoir se départir dans l’action tout autant qu’en convoquer les mânes dans la réflexion. La photographie qui le montre, élégamment vêtu, sur les terrasses du château, entre pilastres et pots à feu, se trouve dans mon bureau, tout comme le buste d’Alexandre Bertrand, le premier conservateur du musée. Ces objets disent « l’esprit des lieux », ils sont un témoignage vivant de l’exigence intellectuelle et de l’humanisme qui doivent présider aux destinées de ce grand établissement, dont les collections sont abritées dans un écrin emblématique du patrimoine.

6À l’occasion du quatre-vingt-dixième anniversaire de la mort de cette figure d’intellectuel engagé et d’homme de musée ouvert sur la société, il était plus que naturel de contribuer à la publication de cet ouvrage qui fera date dans l’histoire de l’archéologie et dans l’historiographie des sciences sociales. Il complète ainsi une année riche en manifestations scientifiques et culturelles au musée d’Archéologie nationale, à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de son ouverture au public et rappelle, par l’ampleur des collections conservées au MAN, l’ambition qui était la sienne d’une « histoire (ethnographique) de l’Europe et de l’humanité » à même de donner du sens à notre présent et au monde globalisé qui est le nôtre.

Auteur

Directeur du musée d’Archéologie nationale
Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540