Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Introduction. Le programme brentanien d’une philosophie scientifique

Charles-Édouard Niveleau

Texte intégral

1Un événement inédit dans l’histoire de la philosophie s’est produit en Autriche dans la seconde moitié du XXe siècle. Cet événement, dont on n’a probablement pas encore mesuré la portée, a été parfaitement mis en lumière par Wojcieh Zelaniec :

  • 1 « Le Brentano de la Deskriptive Psychologie : l’homme qui savait décrire (et poursuivait un object (...)

Jeter les bases d’une discipline, en construire le programme, même en tracer les linéaments les plus généraux, c’est tout autre chose que la pratiquer, la mettre en œuvre. C’est un paradoxe trop commun et mal réfléchi que rares sont les philosophes qui « prêchent l’exemple », c’est-à-dire que leur propre philosophie n’est pas d’une sorte telle qu’elle soit légitime à la lumière de ses propres principes. […] Husserl dit souvent que ceci ou cela exige un grand effort descriptif, mais ce n’est assurément pas très fréquemment qu’il entreprend un tel effort ; il en reste aux déclarations programmatiques, ou aux recherches inachevées et parfois assez confuses, où il se perd. […] Brentano par contre, non seulement ébauche […] mais aussi exécute, du moins en partie, son programme d’une psychologie descriptive. C’est là un des mérites indéniables, mais pas souvent relevés, du philosophe.1

2Quoique cette remarque jette un lourd discrédit sur la philosophie – celle-ci demeurant au final incapable d’aller au-delà du travail de définition de son propre objet – elle a pourtant le mérite de pointer du doigt une tendance à la spéculation conceptuelle avec laquelle Brentano entend rompre. Cette thèse historique exprime en partie l’ambition du présent ouvrage : montrer que Brentano est effectivement parvenu à définir et réaliser un programme que ses élèves développeront à leur manière.

  • 2 Smith, B. & Mulligan, K. 1982, « Pieces of a theory », dans Smith, B. (éd.), Parts and moments. St (...)

3L’autre élément que nous voudrions mettre en avant est que ce programme appartient, avant tout et de plein droit, à l’histoire de la psychologie scientifique dont certains chapitres entiers restent à écrire. Ce « chaînon manquant » est assez révélateur de la manière univoque avec laquelle on conçoit, encore aujourd’hui, la psychologie en tant que science et inversement de l’habitude globalement perdue en philosophie de maintenir un certain frottement avec le domaine des sciences qui fasse autre chose, lorsqu’il existe, que la circonscrire à une tâche épistémologique et lui assigner une position de surplomb. Mais cela suppose que nous évitions d’enfoncer à nouveau les différentes portes ouvertes par l’historiographie brentanienne du XXe siècle qui s’est longtemps limitée à considérer Brentano sous l’angle de la seule histoire de la philosophie. À ce titre, on ne saluera jamais assez les travaux de Barry Smith et Kevin Mulligan2 qui ont permis de sortir Brentano de l’enclave philosophique en montrant le rôle que lui et son école ont pu joué dans l’émergence d’une tradition phénoménologique en psychologie, qui devait aboutir dans les années 1930 à l’école berlinoise de la Gestalt, ou encore d’évaluer l’impact que peut exercer en retour la psychologie descriptive sur la manière de concevoir le travail philosophique lui-même, redonnant ainsi à cette discipline ses lettres de noblesse.

4Parmi les thèmes indécrottables de l’immense littérature secondaire sur Brentano, l’intentionnalité tient évidemment, sans partage, le haut du pavé. À titre exemplaire ou symptomatique – comme on voudra –, l’ouvrage collectif dirigé par Linda. M. McAlister en 1977, intitulé The philosophy of Brentano, consacre un quart de ses essais (mis à part les articles à caractère biographique) au traitement monothématique de l’intentionnalité :

  • Spiegelberg, « Intention and intentionality in the scholastics, Brentano and Husserl »
  • Marras, « Scholastics roots of Brentano’s conception of intentionality »
  • Chisholm, « Intentional inexistence »
  • McAlister, « Chisholm and Brentano on intentionality »

5De même que The Cambridge companion to Brentano, édité par Dale Jacquette en 2004, comprend deux articles consécutifs sur l’intentionnalité :

  • Jacquette, « Brentano’s concept of intentionality »
  • Margolis, « Reflections in intentionality »

6Et un article entier est dévolu aux seules relations entre Brentano et Husserl :

  • Rollinger, « Brentano and Husserl »

7Dernièrement, l’ouvrage collectif édité par Denis Fisette et Guillaume Fréchette en 2013, Themes from Brentano, consacre une section entière à cette thématique :

  • Fréchette, « Brentano’s thesis (revisited) »
  • Chrudzimski, « Brentano and Aristotle on the ontology of intentionality »
  • Cesalli, « Anton Marty’s intentionalist theory of meaning »
  • Potrc, « Phenomenology of intentionality »
  • 3 Hormis, dans une certaine mesure, les articles de Martinelli « Brentano and Stumpf on tonal fusion (...)

8Contrairement à l’ouvrage de McAlister, les deux suivants ne consacrent aucune section, ni même un article aux rapports que Brentano a pu entretenir avec la psychologie scientifique de son temps3.

  • 4 Pour une mise au point claire et au plus près du corpus brentanien, voir l’étude de Jean-François (...)

9Nous pourrions évidemment enrichir ce bref aperçu en multipliant les exemples qui abondent massivement dans ce sens. Pourtant, au regard des autres aspects développés par Brentano et notamment de la manière dont il présente sa Psychologie d’un point de vue empirique de 1874, comme s’inscrivant dans un projet de fondation de la psychologie scientifique, on pourrait sérieusement s’interroger sur tout ce que cette hypermnésie occulte comme autres aspects fondamentaux du programme scientifique de Brentano, et si même elle n’en masque pas le caractère scientifique. Cette hypermnésie s’explique, comme chacun le sait, par la postérité philosophique retentissante de son élève Edmund Husserl qui a fait, quant à lui, de l’exploration des différentes modalités de fonctionnement de l’intentionnalité, l’épicentre de son projet et dont l’ombre ne finit pas de planer sur Brentano. Pour autant, sommes-nous nécessairement condamnés à commettre l’erreur historiographique de la lecture rétrospective ? Même si nous ne souhaitons délibérément pas rentrer dans l’exploration de l’intentionnalité, qui couvre une littérature gigantesque4, il suffira pour notre propos de rappeler certains points, bien connus, eux aussi, qui militent en faveur de l’adoption d’une attitude déflationniste à ce sujet. Que le concept brentanien d’« intentionnalité » ait pu exercer une influence considérable sur la philosophie du XXe siècle représente une lapalissade, une évidence historique qui peut difficilement prêter à controverse. Mais qu’il faille, pour cette raison, lui accorder la place absolument centrale dans le projet brentanien, tant pour Brentano lui-même que pour l’ensemble de ses élèves, et qu’il vaille la peine de chercher à reconstruire la théorie de l’intentionnalité qu’aurait défendu Brentano, nous semblent beaucoup plus discutables, tant par rapport aux objectifs de son programme que par rapport à ce qu’il énonce sur ce concept.

  • 5 Brentano, F. 1874, Psychologie vom Empirischen Standpunkte, Leipzig, Duncker & Humblot, trad. fr. (...)

10La façon dont Brentano introduit l’intentionnalité au début du livre II de sa Psychologie est à cet égard très instructive. Nulle part n’est proposée une théorie ni même une définition de l’intentionnalité. Dans la perspective descriptive qui est la sienne, Brentano ne fait que l’esquisser à coup d’exemples5, ne semblant pas vouloir subsumer l’ensemble de ses manifestations sous un seul et même concept unitaire. À défaut même de pouvoir fournir une « définition positive », il la présente comme un critère supplémentaire permettant d’arrimer une seconde fois la distinction entre les phénomènes physiques et les psychiques qu’avait déjà permis d’établir la distinction entre perception interne et perception externe. Chez Brentano, l’intentionnalité répond essentiellement à un problème de démarcation épistémologique et ne se comprend qu'à partir de sa volonté de fonder et donc de délimiter la psychologie par rapport à d’autres sciences comme la physique ou la physiologie.

  • 6 1890, "Über Gestaltqualitäten", Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie, 14, p. 249- (...)

11En somme, l’apport de Brentano n’est ni évalué dans son projet initial de fondation de la psychologie, ni situé dans le cours de l’histoire générale de la psychologie scientifique à laquelle il se confronte directement - sinon dans une forme de préhistoire approximative de la Gestaltpsychologie vis-à-vis de laquelle, il faut le souligner, Brentano a toujours formulé de vives réserves et cela dès l’article fondateur de son élève Ehrenfels « Sur les qualités de forme »6.

12À l’exception de l’article classique de Titchener de 1921 (« Brentano and Wundt : empirical and experimental psychology » paru dans l’American Journal of Psychology), du chapitre 17 intitulé « Hering, Brentano, Stumpf and G. E. Müller » que consacre Edwin Boring dans son classique History of experimental psychology de 1950, et des travaux déjà datés d’Antos C. Rancurello (1968, A Study of Franz Brentano. His Psychological Standpoint and His Significance in the History of Psychology), et de Lucie Gilson (1955, La psychologie descriptive selon Franz Brentano, encore qu’une confrontation avec Wundt n’arrive qu’en conclusion), très peu d’études ont été publiées sur l’inscription du programme brentanien dans l’histoire de la psychologie.

  • 7 Albertazzi, L., and Poli, R. (éds.) 1993, Brentano in Italia, Milan, Guerini ; Albertazzi, L. Liba (...)

13Dans la littérature de ces dernières années, il existe bien sûr quelques exceptions notables dont l’édition récente par Denis Fisette et Guillaume Fréchette d’une anthologie de textes classiques de l’école brentanienne (2007, À l’école de Brentano. De Würzbourg à Vienne). On peut également mentionner les nombreux travaux de Liliana Albertazzi qui tente, depuis le début des années 1990, de redonner un second souffle au programme d’une psychologie empirique et descriptive « à la Brentano », et enfin certaines contributions ponctuelles de Mauro Antonelli, Denis Seron, Huemer et Landerer ou enfin quelque articles éparses publiés dans les Brentano Studien7.

  • 8 Voir à ce sujet Zahavi, F. 2004, « Back to Brentano ? », Journal of consciousness Studies, 11 (10- (...)
  • 9 Nous partageons sur ce point le jugement d’Arnaud Dewalque lorsqu’il affirme que la méthode descri (...)

14Mais de manière générale, le retour à Brentano, auquel nous assistons depuis ces dernières années, s’opère davantage sur le terrain de la philosophie de l’esprit8 qu’au niveau d’une étude portant sur la manière de conduire la psychologie descriptive ou d’un examen de la méthode d’analyse du psychique mise en œuvre par Brentano9. Ce qui n’est pas si surprenant que cela du point de vue de l’hypermnésie intentionnelle caractéristique de la philosophie contemporaine, dont la remise en cause l’amènerait à requalifier en profondeur la nature exacte de la tâche qu’elle poursuit ; mais qui peut l’être davantage du point de vue de la lacune historique dont elle témoigne.

15Il n’est pas possible de comprendre le programme d’une philosophie scientifique que poursuit Brentano sans revenir sur le contexte historique dans lequel il émerge, à savoir l’époque du grand discrédit de la philosophie.

  • 10 Pour une vue d’ensemble lumineuse de cette période aussi trouble que méconnue de l’histoire de la (...)

16Avec l’effondrement des grands systèmes idéalistes et l’explosion des connaissances dans le domaine des sciences naturelles, émerge une nouvelle vision du monde, conforme à l’apparition de ce nouveau paradigme, qui place rapidement la philosophie dans un état de déliquescence telle que nombreux sont ceux qui en prédisent la disparition imminente10. Héritier de cette période trouble qui conduit à faire chuter la philosophie de son piédestal, Brentano tente de repenser l’objet et la méthode de la philosophie, prédisant même, contre toute attente, sa possible renaissance pourvu qu’elle trouve un point d’équilibre entre la spéculation non scientifique, d’inspiration hégélienne, qui avait ruiné son crédit, et un réductionnisme matérialiste des sciences de la nature qui provoquerait sa disparition pure et simple. La situation est si grave que Brentano consacre son discours inaugural à l’université de Vienne, en 1874, non pas à l’exposition des éléments de sa Psychologie d’un point de vue empirique, qui paraît la même année, mais à celle des raisons de ce découragement dans lequel se trouve la philosophie. Ainsi, il ne manque pas de reconnaître que :

  • 11 Brentano, F. 1874, « Über die Gründe der Entmutigung auf philosophischem Gebiete » (1874), Über di (...)

[La] philosophie ne peut pas se réjouir d’une grande confiance. D’une façon générale, on considère le but qu’elle s’est choisie ou bien comme une image voilée que nul regard mortel ne peut pénétrer, ou bien comme la solution d’un écheveau aux fils inextricables que nul homme n’est capable de défaire.11

17Ce n’est donc pas un hasard si le moment où émerge la psychologie scientifique correspond à une rupture de la psychologie avec la philosophie. Subissant la crise identitaire la plus grave de son existence, la philosophie n’a tout bonnement pas les moyens de retenir ce processus d’autonomisation. Désormais, pour être scientifique, la psychologie doit quitter définitivement le giron de la philosophie, et donc de la vieille psychologie rationnelle, pour rejoindre le sol riche en promesses des sciences de la nature et en particulier de la physiologie.

18Autant Brentano accepte assez largement ce souhait que formule la psychologie de rompre avec le dogmatisme spéculatif, autant il s’oppose radicalement à la subordination de psychologie à la physiologie, bien qu’il en reconnaisse par ailleurs l’utilité. La physiologie ne peut d’aucune manière se substituer à la psychologie qui conserve une autonomie relative par rapport à elle. Notamment en raison de l’absence de garantie des résultats obtenus par la physiologie encore balbutiante de l’époque.

19Conformément au rejet de la psychologie rationnelle ou métaphysique, Brentano propose de substituer au concept obscur d’« âme », celui de « phénomène psychique » qui représentera désormais l’objet propre de sa psychologie empirique dont la tâche est d’explorer les structures de la conscience qui, elle, se manifeste aussi bien dans les sciences de l’esprit que dans les sciences de la nature. On voit ainsi comment la psychologie permet à Brentano d’établir une passerelle entre les sciences de la nature et les sciences de l’esprit.

20Pourtant, Brentano n’accepte pas non plus le divorce entre philosophie et psychologie et tente de montrer qu’une psychologie, qui a pour charge d’analyser la conscience, n’est pas incompatible avec la philosophie qui, de son côté, au moins depuis les empiristes, considère la conscience comme son objet de recherche privilégié. Brentano n’abandonne donc pas la philosophie au profit de la psychologie, pas plus qu’il n’identifie la philosophie toute entière à la psychologie, mais il voit dans la régénération de la psychologie, l’occasion de renouer avec une conception scientifique de la philosophie. Le projet de fondation de la psychologie scientifique fournit l’opportunité de refonder la psychologie philosophique en une psychologie empirique. Philosophie et psychologie sont alors compatibles pour autant qu’elles partagent toutes deux le même réquisit, qui est censé fonder pour Brentano leur scientificité, à savoir le retour à l’expérience. Cet impératif s’exprime très tôt dans la pensée de Brentano et ne le quittera jamais. En quoi consiste-t-il ? Dans la quatrième thèse de son habilitation, Brentano affirme que :

  • 12 Brentano, F. 1866, « Die Habilitationsthesen », dans Brentano 1929, Über die Zukunft der Philosoph (...)

4. La véritable méthode de la philosophie n’est rien d’autre que celle de la science de la nature.12

21Quel est donc le sens de cette formule qui sonne comme un authentique programme de recherche ? La philosophie doit-elle littéralement emprunter le modèle des sciences de la nature ? Si oui, alors cela reviendrait à attribuer à Brentano un matérialisme réductionniste qui rentrerait en contradiction totale avec son refus d’attribuer à la physiologie l’étude des phénomènes de la conscience. La philosophie, prise au sens de la psychologie empirique, ne pourrait pas identifier ces phénomènes de la conscience comme des phénomènes naturels, sans trahir sa propre identité, sans être, du même coup, à l’origine de sa propre dissolution. Ce rapprochement avec la méthode inductive des sciences de la nature ne doit pas être interprété comme l’application sauvage d’une méthode propre aux sciences de la nature. L’analogie doit être davantage comprise à un niveau méthodologique. D’après le commentaire qu’en propose Stumpf :

  • 13 Stumpf, C. 1922, « Franz Brentano, Professor der Philosophie, 1838-1917 », in A. Chroust (éd.), Le (...)

Brentano ne voulait naturellement pas dire que le domaine des faits des sciences de la nature devrait être le seul fondement de la philosophie, il a bien plutôt reconnu à l’expérience interne ou psychologique une signification absolument déterminante. Il voulait seulement ainsi transposer les traits généraux de la méthode inductive, telle qu’elle a été pratiquée jusqu’ici dans les sciences de la nature de la manière la plus abondante et exemplaire, sur la philosophie. Ce programme était aussi celui qui, principalement, lui avait amené autant de partisans enthousiastes13 (nos italiques)

  • 14 Et ce qui suit n’en constitue qu’une simple reprise.

22Mais en quoi l’expérience interne, comme méthode pour la philosophie, est-elle la transposition dans le domaine de l’esprit de la méthode inductive dans le domaine des sciences naturelles ? C’est un point relativement peu éclairci, et qui pourtant ne peut manquer de paraître obscur pour qui voudrait se jeter dans le corpus brentanien. À ce titre, l’article de Jocelyn Benoist, portant sur le naturalisme de Brentano, représente, à nos yeux, une exception notable14, en ce sens qu’il affronte directement la question du sens de cette quatrième thèse sur laquelle repose l’ensemble de son programme. Pour Benoist, le passage suivant de Brentano permet d’y apporter un éclairage décisif :

  • 15 Brentano, F. 1929, Über die Zukunft der Philosophien, op. cité, p. 133.

[La science de la nature] nous enseigne et nous exerce à modifier notre méthode de façon correspondante à la nature particulière des objets.15

  • 16 Dans un article introductif à la pensée d’Auguste Comte (1869).

23Ce que nous dit Brentano c’est bien que l’application commune de la méthode inductive aux sciences de l’esprit et aux sciences de la nature revient à reprendre cette idée aristotélicienne selon laquelle la science doit adapter sa méthode à son objet. Le modèle des sciences de la nature est à comprendre au sens d’un pluralisme épistémologique qui porte une exigence fondamentale d’adéquation à l’objet. Toute démarche scientifique obéit à une norme définie par la référence à la nature de son objet. Ce qui peut faire l’objet d’une science doit être qualifié par ses conditions de manifestation. Or, quel est le mode de manifestation des phénomènes psychiques si ce n’est par l’évidence intérieure ? Toute science en tant qu’elle porte sur des objets d’une nature déterminée, renvoie à un donné des phénomènes qui, dans le cas de la psychologie empirique, sont d’ordre psychiques. En ce sens, comme le souligne Brentano16, le phénomène n’est pas une simple apparence, au sens où il y aurait quelque chose à découvrir derrière celle-ci, mais une pure positivité, au sens de ce qui est donné comme tel et où le phénomène au sens strict coïncide avec l’être : ce qui apparaît est exactement ce qui est et c’est pour cette raison qu’elle se présente comme une évidence dont il n’est pas possible de douter.

24Autrement dit, loin de nous donner un ordre consistant à subordonner l’étude des phénomènes psychiques à la physiologie, la quatrième thèse de Brentano ne fait que renforcer son autonomie relative par rapport à elle.

25Ce qui définit précisément les phénomènes psychiques c’est le fait d’avoir un accès immédiat à leur existence. Si donc l’esprit est premier dans l’étude de la psychologie, c’est déjà en raison de son caractère plus originaire, puisque le psychique est la seule réalité qui nous est donnée dans l’expérience immédiate et directe. Il est important de souligner que cette immédiateté ne souffre pas d’une opération mentale comme l’introspection c’est-à-dire d’une observation de soi. Les actes ou fonctions psychiques sont simplement remarquées (bemerkt) dans le cours de la vie mentale.

26Pourtant, cette automanifestation des phénomènes psychiques, comme apparaissant tels qu’ils sont, ne peut pas vraiment être considérée comme une connaissance de ces phénomènes. La manifestation d’un phénomène psychique au sujet ne peut pas à lui seul suffire pour constituer une connaissance car celle-ci suppose, au-delà de cette manifestation, une observation qui thématise ce phénomène. Si les phénomènes psychiques peuvent devenir des objets de connaissance, ils ne le sont pas immédiatement au moment où ils se manifestent, simplement parce qu’une connaissance n’est pas un rapport immédiat. C’est précisément pour cette raison que l’on peut parler de perception interne et non d’observation interne. La pure présence phénoménale qui s’impose à mon psychisme n’est pas une connaissance mais en tant que phénomène, au sens de fait (ou pure positivité), elle est disponible pour une future connaissance. Dans tous les cas, une observation interne n’est tout simplement pas possible compte tenu de la nature mentale immédiate de ce qui se manifeste.

27Toutefois, en paramétrant et en variant avec précision les conditions d’apparition d’un phénomène, il est possible de développer une connaissance toujours plus approfondie de la nature de ce phénomène psychique. Dans ce cas il, est tout à fait possible de faire droit à une clause d’extériorité épistémologique par rapport à cette « intériorité » dont l’accès immédiat ne peut se laisser observer encore une fois, et ainsi ouvrir la voie non pas à une observation interne mais à une observation de l’interne.

28Nous pourrions alors ici interpréter ce retour à l’expérience comme la possible introduction d’un dispositif expérimental permettant de contrôler et d’approfondir la méthode de la perception interne utilisée par Brentano dans l’analyse des phénomènes psychiques. Il s’agit sans doute d’une stratégie possible, ou du moins que Brentano laisse ouverte, pour faire droit à cette clause d’extériorité qui permettrait alors d’aboutir à cette observation de l’interne, finalement indispensable à notre connaissance des phénomènes psychiques. Or, il y a fort à parier qu’une telle combinaison descriptivo-expérimentale n’était pas loin de ce que Brentano avait probablement à l’esprit en arrivant à Vienne.

29Plusieurs éléments semblent confirmer cette hypothèse. En effet, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que dès 1874 Brentano, bien loin de l’approche scolastique à laquelle on tend trop souvent à le circonscrire, tente d’ouvrir un laboratoire de psychologie expérimentale à Vienne et on se souviendra par ailleurs que l’un des vœux qu’il adresse à l’Autriche en 1895 est qu’elle investisse davantage dans la recherche expérimentale. Ensuite, dans les cours de sa période viennoise entre 1874 et 1895, Brentano ne cesse d’affirmer l’existence d’un lien étroit et nécessaire entre la psychologie descriptive et la psychologie génétique. Dans sa conférence Sur l’avenir de la philosophie, Brentano prévient même qu’il n’est possible de pratiquer l’une à l’exclusion de l’autre. En un sens, à Vienne, Brentano concentre tous ses efforts pour concevoir une intégration entre la psychologie descriptive et la psychologie génétique. D’ailleurs, il ne se prive pas de critiquer la conception de la psychologie scientifique de Herbart dont l’erreur relèverait, selon lui, précisément d’un manque de recherche expérimentale !

30Si les efforts de Brentano ont reçu un large écho chez ses élèves de la période viennoise comme Twardowski ou Meinong qui fondèrent, tous les deux, des laboratoires de psychologie, il n’en demeure pas moins que sa position ne devait probablement pas être très différente de celle qu’il avait déjà pendant la période de Würzburg. Le fait que Carl Stumpf, élève de la première période de son enseignement, consacra une large partie de son œuvre à des travaux expérimentaux en fournit une preuve suffisante. On peut d’ailleurs lire sous sa plume des propos auxquels Brentano aurait vraisemblablement souscrit :

  • 17 Stumpf, C. 1906, « De la classification des sciences », trad. fr. dans Fisette, D. 2006, Carl Stum (...)

La psychologie a trouvé l’expérimentation utile et nécessaire afin de fixer de manière objective et le plus précisément possible les conditions dans lesquelles a lieu l’observation de soi et de faire varier systématiquement selon des directions déterminées les expériences subjectives qui doivent être observées. Mais elle considère que l’expérimentation n’est toujours qu’une introduction et un support à l’observation subjective qui, avant comme après, demeure décisive, ainsi qu’un motif extérieur aux expériences subjectives qui constituent, avant comme après, leur objet. (…) Cela dit, on doit cependant admettre aussi que, au regard de l’objet, certaines parties de la psychologie et de la physiologie s’enchevêtrent fortement, car les fonctions psychiques sont liées aux processus du cortex cérébral, et le détail de cette relation concerne également les deux disciplines parce que les fonctions des organes sensoriels et moteurs doivent faire l’objet d’une recherche tant sur la voie subjective que la voie objective. Mais alors pourquoi les sciences ne pourraientelles pas en partie empiéter les unes sur les autres comme le font leurs objets ?17

31Tout en exposant le développement interne de la psychologie de Brentano à partir de ses œuvres publiées et d’un fond parfois inédit, l’ouvrage se propose de fournir un tableau représentatif de la vitalité du programme scientifique lancé par Brentano, et cela grâce à un examen de la postérité de son œuvre chez ses principaux élèves, qui ont joué un rôle décisif dans l’institutionnalisation de la psychologie expérimentale en Europe, à travers les distances prises par Brentano lui-même vis-à-vis d’autres figures historiques de la psychologie naissante, et enfin par les polémiques suscitées par son programme avec les grands psychologues de l’époque.

32Il est certain que ce travail d’archéologie, d’histoire et d’épistémologie des sciences ne manquera pas de redessiner les contours d’une authentique tradition en psychologie qui place au centre de son orientation scientifique la méthode descriptive. Mais loin d’une approche descriptive réfractaire aux sciences, à laquelle toute une tradition interprétative nous a malheureusement habituée en ayant placé Husserl comme le point d’achèvement d’une mystérieuse téléologie historique, il s’agit ici d’exposer la structure théorique d’une tradition qui s’interroge frontalement sur les voies de communication entre théorie et empirie, psychologie descriptive et psychologie physiologique. Ainsi, cette redécouverte permettra de poser à nouveaux frais la question du rapport de la psychologie à la ligne de partage traditionnelle entre science de l’esprit et science de la nature et de relancer éventuellement le programme d’une philosophie scientifique. Notre objectif est donc de rendre justice à une tradition dont l’impulsion décisive donnée par Brentano a de nombreuses clés à nous offrir pour traiter certains problèmes contemporains.

33Cet ouvrage se présente ainsi comme une introduction à un ensemble de thèses peu connues ou mal comprises du corpus brentanien, comme une initiation à un programme de recherche scientifique dont les élèves de Brentano ont permis la pleine réalisation, et enfin comme un nouveau chapitre de l’histoire de la psychologie.

Notes

1 « Le Brentano de la Deskriptive Psychologie : l’homme qui savait décrire (et poursuivait un objectif double en décrivant) », Les Études philosophiques, n ° 64, 2003, pp. 23-33 [p. 24-25].

2 Smith, B. & Mulligan, K. 1982, « Pieces of a theory », dans Smith, B. (éd.), Parts and moments. Studies in logic and formal ontologies, Munich & Vienna, Philosophia Verlag, pp. 15-109, Mulligan, K. & Smith, B. 1985, “Franz Brentano and the ontology of mind”, Philosophy and Phenomenological Research 45, pp. 627-644 ; Smith, B. (éd.) 1988, Foundations of Gestalt theory, Municn & Vienna, Philosophia Verlag, Smith, B. 1994, Austrian philosophy : the legacy of Franz Brentano, Chicago & LaSalle, Open Court Publishing Company.

3 Hormis, dans une certaine mesure, les articles de Martinelli « Brentano and Stumpf on tonal fusion » et de Fisette « Mixed Feelings. Carl Stumpf’s criticism of James and Brentano on emotions » qui figurent dans Themes from Brentano. McAlister, L. (éd.) 1977, The philosophy of Franz Brentano, Duckworth ; Jacquette, D. (éd.) 2004 The cambridge companion to Brentano, Oxford University Press ; Fisette, D. & Fréchette, G. (éds.) 2013, Themes from Brentano, Rodopi.

4 Pour une mise au point claire et au plus près du corpus brentanien, voir l’étude de Jean-François Courtine 1998, « L’aristotélisme de Franz Brentano », Les Études phénoménologiques, 27-27, pp. 7-50.

5 Brentano, F. 1874, Psychologie vom Empirischen Standpunkte, Leipzig, Duncker & Humblot, trad. fr. M ; de Gandillac 1944, La psychologie d’un point de vue empirique, Paris : Aubier ; 2ème éd. revue par J.-F. Courtine, Paris, Vrin, 2007, p. 92.

6 1890, "Über Gestaltqualitäten", Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie, 14, p. 249-292.

7 Albertazzi, L., and Poli, R. (éds.) 1993, Brentano in Italia, Milan, Guerini ; Albertazzi, L. Libardi, M. & Poli, R. 1995, The school of Franz Brentano, Nijhoff International Philosophy Series, Springer ; Albertazzi, L. 2003, « Franz Brentano psychology today. A programme of empirical and experimental metaphysics », Brentano Studien, 10 (3), pp. 107-118, ALbertazzi, L. 2006, Immanent Realism. Introduction to Franz Brentano, Berlin-New York, Springer ; Antonelli, M. 1996, « Franz Brentano : psicologo empirico o descrittivo ? », Teorie & Modelli, 1, pp. 15-39 ; Antonelli, M. 1999, « La controversia Brentano-Fechner. Un capitolo di storia della psicofisica », Teorie & Modelli (new series), 4 (1/2), pp. 73-97, 2001, Seiendes, Bewuβtsein, Intentionalität im Frühwerk von Franz Brentano, Freiburg, Verlag Kalr Aber ; Seron, D. 2011, « The Fechner-Brentano Controversy on The Measurement of Sensations », Revue Roumaine de Philosophie 55 (1), pp. 87-102 ; Huemer, W. & Landerer, C. 2010, « Mathematics, experience and laboratories : Herbart’s and Brentano’s role in the rise of scientific psychology », History of the Human Sciences 23 (3), pp. 72-94.

8 Voir à ce sujet Zahavi, F. 2004, « Back to Brentano ? », Journal of consciousness Studies, 11 (10-11), pp. 66-87.

9 Nous partageons sur ce point le jugement d’Arnaud Dewalque lorsqu’il affirme que la méthode descriptive, mise en œuvre par Brentano, fait partie des éléments les moins étudiés de sa psychologie, voir : Dewalque, A. 2013, « Brentano and the parts of the mental : a mereological approach to phenomenal intentionality », Phenomenology and the Cognitive Sciences, 12 (3), pp. 447-464.

10 Pour une vue d’ensemble lumineuse de cette période aussi trouble que méconnue de l’histoire de la philosophie au dix-neuvième siècle, voir le précieux ouvrage de Léo Freuler 1997, La crise de la philosophie au XIXe siècle. Paris. Vrin.

11 Brentano, F. 1874, « Über die Gründe der Entmutigung auf philosophischem Gebiete » (1874), Über die Zukunft der Philosophie, Oskar Kraus (éd.), Hamburg, p. 86.

12 Brentano, F. 1866, « Die Habilitationsthesen », dans Brentano 1929, Über die Zukunft der Philosophie, Félix Meiner Verlag, p. 137.

13 Stumpf, C. 1922, « Franz Brentano, Professor der Philosophie, 1838-1917 », in A. Chroust (éd.), Lebensläufe aus Franken, t. II, Würzburg, Kabitzsch & Mönnich, p. 70, cité dans Fisette, D. 2006, op. cité, pp. 55-56.

14 Et ce qui suit n’en constitue qu’une simple reprise.

15 Brentano, F. 1929, Über die Zukunft der Philosophien, op. cité, p. 133.

16 Dans un article introductif à la pensée d’Auguste Comte (1869).

17 Stumpf, C. 1906, « De la classification des sciences », trad. fr. dans Fisette, D. 2006, Carl Stumpf. Renaissance de la philosophie, op. cit., p. 190.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search