Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Préface. Une psychologie sans expériences ?

Jocelyn Benoist

Texte intégral

1L’initiative de Charles-Édouard Niveleau vient heureusement combler une lacune et, en même temps, renouveler une question à laquelle le développement contemporain des sciences de l’esprit a redonné la plus grande actualité.

  • 1 Nous pensons bien sûr aux travaux pionniers de Kevin Mulligan, Barry Smith et Peter Simons.
  • 2 Notamment sous l’impulsion énergique de Denis Fisette. Voir, entre autres : D. Fisette & G. Fréche (...)
  • 3 Voir notamment Jean-François Courtine 2007, La cause de la phénoménologie, Paris, PUF.

2Depuis une vingtaine d’années, après un long purgatoire, les philosophes ont redécouvert la pensée de Franz Brentano et de sa très riche école. D’une façon qui peut paraître à première vue étrange, cette redécouverte, en un premier temps, a plutôt été le fait de philosophes analytiques anglophones1. Puis, progressivement, elle a gagné les milieux philosophiques francophones, avec d’importants travaux de traduction2, et un véritable renouvellement du commentarisme3.

3Ainsi on a appris à voir en Brentano certes la source de la tradition phénoménologique, selon une meilleure compréhension et du degré auquel l’entreprise husserlienne dépend de celle de son maître jusque dans son détail même et de la différence très réelle qu’il y a pourtant entre les deux perspectives ; mais aussi, de l’autre côté, un philosophe au style par bien des côtés proto-analytique, mettant en jeu des exigences de clarté conceptuelle et de précision argumentative qui anticipent celles de la philosophie anglophone du XXe siècle.

4Bien sûr, une telle résurrection de la philosophie brentanienne n’a été rendue possible que parce que, à la fin du XXe siècle, au sein du genre de philosophie dominant au niveau international, la philosophie analytique, les questions de philosophie de l’esprit d’un côté, et d’ontologie de l’autre, ont regagné une forme de suprématie. Or, de ces deux points de vue, la pensée de Brentano présente indubitablement un immense intérêt. Il devenait donc logique qu’il fût exhumé, moyen dans la recherche d’une nouvelle identité analytique – au-delà du paradigme linguistique, qui avait été largement dominant, bien que jamais exclusif, dans la période précédente.

5La redécouverte de Brentano et son école a donc été, jusqu’ici, essentiellement philosophique.

6C’est dire qu’un aspect extrêmement important de la pensée du maître et de ses disciples, ainsi que de leurs activités, a été jusqu’ici négligé. Ces gens se disaient « psychologues ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’entendaient-ils par là ? Avaient-ils une définition originale de la psychologie ? Et, si c’est le cas, dans quel type de rapport celle-ci placet-elle cette discipline par rapport à la philosophie ?

7Le recueil présenté ici instruit magistralement cette question, en offrant le premier traitement systématique.

8Or, une telle question, au-delà de l’intérêt historique qu’on ne peut que lui attribuer en termes d’histoire des disciplines, compte tenu du rôle décisif joué par les brentaniens dans le développement de la psychologie scientifique à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, acquiert aussi une portée considérable dans le contexte présent, marqué par l’explosion des sciences de l’esprit et l’omniprésence desdites « sciences cognitives ». Au-delà de la simple généalogie, ou à travers elle, il y va du sens même et de la méthode de la « psychologie ».

9Aussi le recueil édité par Charles-Édouard Niveleau, s’il constitue une remarquable introduction à un chapitre méconnu bien que crucial simultanément de l’histoire de la psychologie et de la philosophie modernes, est-il aussi animé par une question épistémologique d’une importance fondamentale, qu’il ne perd jamais de vue, et dans laquelle il voit, sans doute à juste titre, l’apport possible du philosophe autrichien aux « sciences de l’esprit » telles qu’elles se déploient aujourd’hui : à savoir celle du rôle et de la signification de la connaissance en première personne (« introspective », comme on dit) là où l’objet à connaître est l’esprit.

10Une telle attente est-elle justifiée ? Dans ce sens, je me contenterai ici de présenter quelques éléments de réflexion.

11La psychologie a-t-elle donc besoin de la philosophie ? Il est tentant de répondre par la négative. En tout cas, si la psychologie est une science autonome, ce qu’elle est assurément devenue, elle n’a pas plus besoin de la philosophie que n’importe quel autre discours pourvu de ses propres normes et codes. En tant que science ayant son domaine de positivités propre, elle doit même en un sens s’en préserver. Le philosophe a trop vite fait de se placer par rapport au psychologue – comme par rapport à tout spécialiste – dans la position de celui qui sait mieux que le spécialiste ce que celui-ci doit dire sur son propre sujet.

12D’un autre côté, suivant une conception moins invasive, plus modeste, de la philosophie, celle-ci peut, par rapport à la psychologie, comme à tout discours, intervenir comme un recours là où un certain type de perplexité conceptuelle se fait jour : là où un doute surgit quant au fait que nous mettions réellement en œuvre un concept, c’est-à-dire que nous ayons été capables de définir un usage effectif pour lui.

13Bien sûr, la psychologie n’est pas plus exempte de mythologie que les autres sciences, et sans doute le fait qu’elle touche à ce qu’on appelle « l’esprit », notion qui peut difficilement être expurgée de ses multiples charges métaphysiques, renforce son exposition à la permanence de telles mythologies. Il n’est pas toujours facile, dans une science, de faire le partage entre ce qui est scientifique ou non. Et il n’est pas toujours dit non plus que la composante proprement scientifique soit absolument exempte de mythologie. Certaines mythologies peut-être sont nécessaires – que l’on pense au « mythe des objets » quinien. Mais il n’est sans doute jamais bon qu’elles ne soient pas conscientisées comme telles.

14À ce niveau, sans doute, la philosophie peut jouer un rôle, si elle sait abandonner le regard de surplomb et se mettre à l’écoute des contraintes du discours scientifique – et de celui d’une science en particulier – qu’elle ne comprend pas toujours. Le philosophe ne fera pas la psychologie à la place du psychologue, mais il peut certainement, s’il s’arme de patience et prend le temps de considérer les expériences et non les seules « théories », réfléchir sur ce que fait le psychologue, interroger les présupposés philosophiques de certaines décisions prises et inversement mesurer les conséquences philosophiques de certains résultats factuels.

  • 4 Franz Brentano 1929, Über die Zukunft der Philosophie, éd. Oskar Kraus, Hambourg, Felix Meiner, p. (...)
  • 5 Franz Brentano, Deskriptive Psychologie, éds. Roderick Chisholm et Wilhelm Baumgartner, Hambourg, (...)

15Par rapport à une telle conception de la philosophie comme nécessairement « seconde » par rapport à des discours, notamment mais pas seulement scientifiques, qui, en un sens, lui préexistent et sont assez largement autonomes par rapport à elle, Brentano semble se tenir en porte-à-faux. En effet, par bien des côtés il est le dernier des « philosophes classiques », qui, comme Descartes, croient à la continuité entre science et philosophie. Ou plutôt il offre, dans la seconde moitié du XIXe siècle, comme un retour inattendu de cette conception qui, certainement, ne se comprend qu’en réaction à l’idéalisme allemand, et contre lui. Lorsque, dans ses thèses d’habilitation, Franz Brentano émet la célèbre assertion selon laquelle : « La vraie méthode de la philosophie n’est aucune autre que celle des sciences de la nature. » (4e thèse) »4, on ne peut accorder sa pleine portée à cette thèse que si on la rapproche par exemple du jugement formulé dans la Deskriptive Psychologie : « Un système schellingien ou hégélien est complètement dénué de tout caractère scientifique. »5

16L’injonction d’adopter la « méthode des sciences de la nature » en philosophie vaut contre une certaine philosophie spéculative, devenue dominante dans les pays germanophones dans la première moitié du XIXe siècle.

17À l’encontre de la critique adressée par les philosophes spéculatifs à la « pensée d’entendement », Brentano défend une conception de la philosophie suivant laquelle il faut reconnaître une continuité forte entre elle et les sciences, dans la perspective d’une seule et même scientificité et de l’unité de « la science » – qui, bien sûr, ne doit pas nous conduire à ignorer la spécificité régionale des disciplines : la définition du domaine de chaque science est un grand problème brentanien, comme on peut le voir dans la Psychologie au point de vue empirique, dont le premier étage est consacré à une délimitation de la psychologie.

18Cette continuité ne doit cependant pas être entendue au sens quinien d’une intégration pure et simple de la philosophie au corpus de « la science » entendu comme celui des sciences empiriques. Dans sa tâche d’élucidation conceptuelle, il semble que la philosophie conserve le privilège d’une connaissance en bonne part a priori, et, en un sens, préalable. Par exemple, il faut d’abord savoir ce dont il s’agit, en définir le concept, si l’on veut, par après, aborder scientifiquement la « conscience » et établir sur elle des résultats positifs. On relèvera, en ce sens, l’ambiguïté de la déclaration liminaire de Brentano dans la Psychologie au point de vue empirique :

  • 6 Franz Brentano, 1924 [1874], Psychologie vom empirischen Standpunkt, éd. Par Oskar Kraus, Hambourg (...)

Mon point de vue en psychologie est le point de vue empirique : je ne reconnais d’autre maître que l’expérience (Erfahrung). Mais je partage avec d’autres la conviction qu’une certaine intuition idéale est tout à fait conciliable avec un tel point de vue.6

19Un empirisme qui n’exclut pas « l’intuition idéale » (ideale Anschauung). Peut-on rêver définition plus claire, avant la lettre, de la phénoménologie ?

20Une telle définition ne fera probablement pas l’affaire de ce qu’on appelle, à présent, « sciences empiriques ». Celles-ci trouveront une difficulté dans cette « intuition idéale » qui ressemble comme à s’y méprendre à une « intuition des essences ».

21Aussi, on peut se demander – et ne s’est pas assez demandé – ce que veut dire « empirique » dans le titre de l’œuvre maîtresse de Brentano. En quoi cette psychologie est-elle « au point de vue empirique » ?

  • 7 Edward Titchener 1921, « Brentano and Wundt : Empirical and Experimental Psychology », American Jo (...)

22En 1921, dans un article magistralement commenté ici par Denis Seron, Edward Titchener opposait la psychologie de son maître Wilhelm Wundt et celle de Franz Brentano7, suivant un contraste qui était celui de la description des phénomènes d’un côté et de l’analyse conceptuelle et de la lecture des textes de l’autre. Pour lui, Brentano était essentiellement un philosophe, arrimé dans la tradition. En regard de cette figure, il faisait valoir celle du vrai savant, Wundt.

23Le paradoxe qu’il y a à reprocher le défaut de description à un auteur qui a conféré à celle-ci un rôle en un sens sans précédent en philosophie attire évidemment l’attention.

24Tout dépend, bien sûr, de ce que l’on entend par « description ». Une bonne part des « descriptions » attribuées par Titchener à Wundt ne passeraient certainement pas la barre des exigences descriptives de la psychologie brentanienne, parce qu’elles supposent en réalité toute sorte de choses – et notamment des relations causales – qu’on ne voit pas.

25Cependant, bien sûr, on peut, comme Titchener, avoir le sentiment que Brentano ne s’intéresse pas beaucoup aux faits, et reste les trois quarts du temps sur le terrain de l’analyse conceptuelle, là où les recherches de Wundt se caractérisent au contraire par le fourmillement des faits. Et en effet, dans la Psychologie au point de vue empirique, la part des « recherches empiriques » au sens contemporain du terme n’est pas absolument évidente. On a plutôt l’impression que le texte se rattache à la tradition proprement philosophique de l’empirisme moderne, au sens où il met en avant l’expérience (Erfahrung), entendue d’abord comme expérience interne, comme fondement épistémologique ultime et où, à sa façon, il esquisse quelque chose comme une réécriture de l’Essai de Locke.

  • 8 Psychologie vom empirischen Standpunkt, I, 1, § 2, p. 13 ; tr. fr. p. 30.

26Comme telle, si la référence à « l’expérience » intérieure comme fondement y est omniprésente, les « expériences » (Experimente) y sont rares, et souvent stéréotypées, déjà appropriées par la tradition philosophique, comme celle, lockienne, des mains respectivement chauffée et refroidie au préalable trempées dans la même eau8. À ce niveau de traditionalité et de conceptualisation, il ne s’agit plus vraiment d’une expérience, mais d’un paradigme.

27Il serait donc certainement ici tentant d’opposer « empirique » et « expérimental » – comme le fait le titre de l’article de Titchener, mais à vrai dire pas son texte, en tout cas pas en termes précis.

  • 9 Voir Franco Volpi : « War Franz Brentano ein Aristoteliker ? Zu Brentanos und Aristoteles’Auffassu (...)

28La posture faiblement « expérimentale » adoptée par Brentano dans ce qu’il nous a laissé en guise de psychologie n’a cependant rien de naïf. Il ne faut pas oublier que le philosophe part du constat du caractère encore largement flou et sous-déterminé du socle conceptuel de cette science. Il s’agit avant tout, dans la Psychologie au point de vue empirique, de proposer une définition de la psychologie et de ses concepts fondamentaux et, en premier lieu, d’en déterminer exactement le domaine. Cette tâche relève en propre de l’analyse conceptuelle, une analyse qui n’est certes pas déconnectée de la réalité, mais qui consiste à fixer les genres suivant lesquels il est possible d’appréhender celle-ci. Or la thèse, internaliste, qui soutient l’édifice théorique de la Psychologie au point de vue empirique – et à laquelle, de fait, est suspendue l’« empiricité » de celle-ci – est que c’est dans l’expérience intérieure et la seule expérience intérieure que l’on trouve le principe de distinction de ces genres, lorsqu’il s’agit de la réalité psychique. En vérité, dans l’architectonique de la Psychologie, la thèse suivant laquelle l’être psychique est celui qui est donné dans la « perception intérieure » (innere Wahrnehmung) est beaucoup plus importante que celle suivant laquelle il serait formellement caractérisé par ce trait grammatical qu’est l’intentionalité. Brentano est un néo-aristotélicien, certes, mais un aristotélicien qui, suivant le paradoxe bien mis en avant par Franco Volpi9, est avant tout un cartésien.

29La caractéristique des « concepts psychologiques » serait donc qu’ils ne peuvent se fixer qu’en première personne, en référence à l’expérience effectivement faite par la conscience. Tel est « l’empirisme » de Brentano, qui est au fond un cartésianisme. Cet alliage n’est guère surprenant : l’empirisme classique trouve son ressort dans une distorsion de l’exigence cartésienne de certitude.

  • 10 Il ne faut pas oublier que la lecture de Comte fut un des moteurs de la vocation philosophique de (...)

30En même temps, une telle thèse semble soulever une difficulté pour une épistémologie d’imprégnation positiviste10, qui est une épistémologie en troisième personne : de l’observation et non de l’expérience.

31Comme on le sait, cette tension apparente est résolue par la distinction entre « perception interne » (innere Wahrnehmung) et « observation interne » (innere Beobachtung). Tout vécu psychique est accompagné de sa propre « perception » interne dans la mesure même où il est vécu : c’est là le trait définitionnel du psychique. Cependant, la « perception interne » n’est pas une « observation », donc elle ne constitue pas son objet (par définition immédiat) en objet de science. Pour qu’une science du vécu psychique – donc du psychique – devienne possible, il faut que celui-ci soit mis à distance : par la mémoire, qui en fait un objet d’observation différée, donc de connaissance, et par l’intersubjectivité, dont la Psychologie au point de vue empirique insiste sur le fait qu’il s’agit d’une source majeure de connaissance des états psychiques – un point qui souvent n’est pas assez relevé par les commentateurs.

32En fait, l’originalité de la position épistémologique de Brentano, en ce qui regarde la psychologie, est que, selon lui, on pourrait dire qu’il s’agit d’une connaissance en troisième personne – il n’y a de science qu’en troisième personne – de phénomènes qui, ontologiquement, sont en première personne – dont l’être se confond avec l’être vécu, ce qui fait leur absolue réalité.

33L’effort de définition du phénomène se fera donc, descriptivement, en première personne. Toute référence à une causalité extérieure – y compris à cette altérité de soi à soi qui est celle du corps – devra être exclue. Puis, ce dont la figure aura ainsi été délimitée se verra réinséré dans le tissu des phénomènes en troisième personne, notamment selon les connexions causales que l’on peut établir d’un phénomène à un autre. Il est donc sans doute, du point de vue de Brentano, malvenu de reprocher à la Psychologie au point de vue empirique son manque d’expériences au sens d’expérimentations. Tant qu’il s’agit de fixer les concepts psychologiques, la description des « expériences », mémorisées et objectivées en « phénomènes psychiques », sur lesquels il est possible d’établir des types idéaux, suffit. Et comme il s’agit des seuls concepts fondamentaux, il n’y a pas besoin d’aller chercher très loin les expériences en question : pas ou peu besoin de les provoquer (ce qui serait une expérience au sens d’une expérimentation). Quelle vie psychique est sans représentation, jugement ou mouvement affectif ? En même temps, l’affaire pourrait être plus compliquée qu’il n’y paraît. Il faut, de ce point de vue, faire droit aux remarques importantes du début de la Deskriptive Psychologie, qui, si, suivant une distinction qui n’était pas explicitement présente dans la Psychologie de 1874, elles séparent bien la « psychologie descriptive » qui, précisément, fixe les concepts psychologiques, et la « psychologie génétique », qui explique l’apparition et la succession des contenus psychiques, y compris en relation avec le corps, mettent également en évidence le rôle que la seconde peut et doit jouer dans la première.

34En vérité, l’expérimentation, qui est par définition une pratique de la psychologie génétique – puisque, en psychologie, elle consiste à faire apparaître ou disparaître des contenus mentaux – loin d’être exclue par la « psychologie descriptive », peut en représenter une condition essentielle. Car, pour fixer le concept d’un certain type de contenu, encore faut-il considérer celui-ci dans l’état de pureté requis.

  • 11 Helmholtz, H. 1877 (4e éd.), Lehre von den Tonempfindungen als physiologische Grundklasse für die (...)

35Ainsi, ce ne sont plus alors les expérimentations de l’Essai, devenues au fil de l’histoire expérimentations pour philosophes, que cite alors Brentano, mais celles, récentes, de Helmholtz. En effet, dit-il, par exemple, si l’on s’intéresse au timbre (Klangfarbe), une analyse correcte de ce phénomène requiert la prise en compte des harmoniques qui accompagnent le son fondamental : ceux-ci sont des constituants du son en tant que précisément il a un timbre – ce qui est une qualité phénoménologique que la psychologie descriptive du son ne peut ignorer. Or, la perception des harmoniques comme tels requiert un dispositif expérimental du type de celui que Helmholtz a mis en œuvre dans ses recherches sur le son11 : au moyen de résonateurs, on amplifie et isole successivement chaque harmonique.

36Évidemment, ce faisant, on altère le son et donc modifie l’expérience initiale. Cependant, la pointe de l’expérimentation réside dans l’éducation de l’oreille qui apprend à devenir attentive aux harmoniques ainsi distingués : en éloignant progressivement les résonateurs de l’oreille, on revient au son initial, mais l’oreille est maintenant sensible à ces harmoniques que l’expérimentation a détachés.

37Le point important est que lesdits harmoniques faisaient bien partie du son initial. C’est-à-dire que nous les entendions. Cependant, en un autre sens, nous ne les entendions pas : nous n’étions pas capables de reconnaître leur présence dans le son entendu et de leur accorder leur juste droit dans la description. Le dispositif expérimental nous a juste aidés à prendre la mesure du perçu, en en opérant une transformation provisoire pour, en un second temps, effacer cette transformation et reconduire la conscience au perçu même. Ainsi, pour devenir capable de décrire pleinement l’expérience, il faut faire quelque chose.

38Ainsi, au bout du compte, la délimitation de l’expérience peut-elle requérir l’expérimentation – et sans doute, à un degré ou un autre le requiert-elle toujours : simplement certaines expérimentations ont-elles été tellement digérées qu’elles n’en sont plus. Inversement, là où on expérimente en psychologie, il importe au plus haut point de savoir à propos de quoi l’on expérimente. Et cela, en un sens, seule la « psychologie descriptive » peut nous le dire.

39On trouvera là un principe d’explication du fait que la psychologie expérimentale ait pu connaître le développement que l’on sait, sous l’impulsion de figures comme celles de Stumpf, dans l’école de ce philosophe qui n’expérimentait pas : Brentano.

40On y trouvera aussi, je pense, quelques raisons de croire que le programme que se fixe ce volume, d’une réappréciation du point de vue brentanien en psychologie, peut avoir quelque légitimité et, sans nul doute, présente un réel intérêt.

Notes

1 Nous pensons bien sûr aux travaux pionniers de Kevin Mulligan, Barry Smith et Peter Simons.

2 Notamment sous l’impulsion énergique de Denis Fisette. Voir, entre autres : D. Fisette & G. Fréchette (éds.) 2007, À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, Paris, Vrin.

3 Voir notamment Jean-François Courtine 2007, La cause de la phénoménologie, Paris, PUF.

4 Franz Brentano 1929, Über die Zukunft der Philosophie, éd. Oskar Kraus, Hambourg, Felix Meiner, p. 136.

5 Franz Brentano, Deskriptive Psychologie, éds. Roderick Chisholm et Wilhelm Baumgartner, Hambourg, Felix Meiner, 1982, p. 3

6 Franz Brentano, 1924 [1874], Psychologie vom empirischen Standpunkt, éd. Par Oskar Kraus, Hambourg, Felix Meiner, T. I, Préface de l’auteur, p. 1.

7 Edward Titchener 1921, « Brentano and Wundt : Empirical and Experimental Psychology », American Journal of Psychology, 32, p. 108-120.

8 Psychologie vom empirischen Standpunkt, I, 1, § 2, p. 13 ; tr. fr. p. 30.

9 Voir Franco Volpi : « War Franz Brentano ein Aristoteliker ? Zu Brentanos und Aristoteles’Auffassung der Psychologie als Wissenschaft », Brentano-Studien, 2, 1989, p. 13-29

10 Il ne faut pas oublier que la lecture de Comte fut un des moteurs de la vocation philosophique de Brentano : cf. « Auguste Comte und die positive Philosophie » (1869), repris dans O. Kraus (éd.) 1926, Die vier Phasen der Philosophie, Hambourg, Felix Meiner, p. 113.

11 Helmholtz, H. 1877 (4e éd.), Lehre von den Tonempfindungen als physiologische Grundklasse für die Theorie der Musik, Brunswick, Vieweg, Ière partie, chapitre 4, où Helmholtz expose sa « méthode pour observer (beobachten) les harmoniques ».

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540