Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Les contributeurs

Texte intégral

1Liliana ALBERTAZZI, principale chercheuse du Centre de l’esprit et du cerveau (CIMeC) de l’université de Trente et professeur associé au département des Humanités. Elle tente depuis ces vingt dernières années de poser les fondations d’une science des apparences à la fois d’un point de vue théorique et expérimental. Ses nombreuses publications comptent l’édition de The School of Franz Brentano (Springer, 1996), Shapes of Forms. From Gestalt Psychology and Phenomenology to Ontology and Mathematics (Springer, 1999), The Dawn of Cognitive Science. Early European Contributors 1870-1930 (Springer, 2001) ; The School of Alexius Meinong (Ashgate, 2001) ; Unfolding perceptual continua (John Benjamins, 2002), Perception beyond inference (MIT, 2010) ; The Wiley Blackwell Handbook of Experimental Phenomenology (Wiley-Blackwell, 2013).

2Valérie AUCOUTURIER, docteur en philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de l’université de Kent. Elle est actuellement chargée de recherches postdoctorales pour le Fond de la recherche scientifique des Flandres (FWO) au Centre Leo Apostel (CLEA) de l’université libre de Bruxelles (VUB). Elle enseigne également au département de philosophie de l’université Saint Louis (Bruxelles). Elle travaille dans les domaines de la philosophie de l’esprit et de l’action et de la philosophie et l’épistémologie de la psychologie et de la psychanalyse. Elle a récemment publié Qu’est-ce que l’intentionalité ? (Vrin, 2012).

3Jocelyn BENOIST, professeur de philosophie contemporaine à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ancien membre de l’Institut universitaire de France, Fellow au Wissenschaftskolleg de Berlin, directeur de la collection « Passages » aux éditions du Cerf. Il est spécialisé dans l’étude du langage et de la connaissance, notamment à travers la confrontation entre la philosophie analytique et la phénoménologie. Après avoir consacré de nombreuses publications à la philosophie autrichienne, il travaille désormais au développement d’une approche réaliste en philosophie. Parmi ses dernières publications : Sens et sensibilité (Cerf, 2009) ; Concepts (Cerf, 2010) ; Éléments de philosophie réaliste (Vrin, 2011) ; Le bruit du sensible (Cerf, 2013).

4Arnaud DEWALQUE, membre de l’unité de recherche Phénoménologies et enseignant l’histoire de la philosophie contemporaine à l’université de Liège. Ses travaux portent sur la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles, l’interface néokantisme et phénoménologie, l’interface phénoménologie et philosophie de l’esprit, la tradition phénoménologique et l’école de Brentano. Auteur de nombreux articles et traductions, ainsi que de plusieurs ouvrages, il poursuit actuellement un projet de recherches sur l’école de Brentano (Brentano School Primary Sources). Dernières publications : « Brentano and the Parts of the Mental » (Phenomenology and the Cognitive Sciences, 2013) ; « Intentionnalité in obliquo : Chisholm et Brentano » (Bulletin d’Analyse Phénoménologique, 2013).

5Denis FISETTE, professeur au département de philosophie de l’université du Québec à Montréal. Il a publié de nombreux travaux dans les domaines de l’histoire de la philosophie allemande et autrichienne du XIXe siècle et de la philosophie de l’esprit contemporaine. Il est actuellement éngagé dans un projet d’envergure sur Brentano et l’histoire de la philosophie en Autriche. Il a notamment édité : Carl Stumpf. Renaissance de la philosophie. Quatre articles (Vrin, 2006) ; À l’école de Brentano (avec G. Fréchette, Vrin, 2007), Theme from Brentano (avec G. Fréchette, Rodopi, 2013) et prépare avec R. Martinelli Philosophy from an Empirical Standpoint : Carl Stumpf as a philosopher (Rodopi) ainsi qu’un tryptique, avec G. Fréchette, portant sur la biographie intellectuelle de Brentano.

6Guillaume FRÉCHETTE, chercheur postdoctoral à l’université de Salzburg. Après avoir reçu son doctorat à l’université de Hamburg, il a assuré plusieurs charges de recherche et d’enseignement au sein des universités de Montréal et des Trois-Rivières au Canada. Outre la publication de plusieurs articles sur la philosophie autrichienne et allemande et le mouvement phénoménologique, il est l’auteur d’un livre sur Bolzano (Gegenstanslose Vorstellungen. Bolzano und seine Kritiker, Academia Verlag, 2010), et a co-édité deux ouvrages sur Brentano et son école : À l’école de Brentano (Vrin, 2007) et Themes from Brentano (Rodopi, 2013).

7Marion HÄMMERLI, assistante-doctorante à l’université de Lausanne. Dans sa thèse doctorale, elle propose une analyse qualitative de la structure de l’espace tel qu’il est représenté dans le raisonnement spatial de tous les jours, ceci en se focalisant sur la question de savoir comment les relations perspectivales peuvent être intégrées dans une théorie méréo-topologique de la représentation spatiale. Ce projet interdisciplinaire lui permet de rassembler ses principaux domaines d’intérêts, à savoir la logique, la topologie et l’ontologie formelle d’un côté, et la métaphysique descriptive et la phénoménologie de l’autre. Son article (avec Olivier Massin) sur les mélanges chromatiques fait partie d’un projet de recherche et de traduction de certains chapitres des Untersuchungen zur Sinnespsychologie de Brentano, qui est actuellement en cours à l’université de Genève.

8Carlo IERNA, chercheur postdoctoral à l’université d’Utrecht et Visiting Fellow à l’université de Harvard. Après avoir travaillé depuis 2004 aux archives Husserl de Leuven, il a obtenu une bourse de l’Organisation néerlandaise de la recherche scientifique (NWO) pour le projet « La philosophie en tant que science : le projet de l’école de Brentano. » Ses publications portent sur la philosophie des mathématiques, la notion de Gestalt, la relation entre philosophie et psychologie et la philosophie des sciences dans l’école de Brentano. Il est sur le point d’achever un livre sur les buts de la philosophie de Husserl. Il a notamment coédité Philosophy, Phenomenology, Sciences : Essays in commemoration of Edmund Husserl (Springer, 2010). Son blog : http://blog.ierna.name

9Riccardo MARTINELLI, professeur associé au département des études humanistes de l’université de Trieste, il s’est spécialisé dans la philosophie de l’Europe centrale (Brentano, Stumpf, Meinong), Kant et l’idéalisme allemand, la musique et les rapports entre science et philosophie. Il est l’auteur des ouvrages suivants : Musica e natura del suono 1790-1930 (Unicopli, 1999) ; Misurare l’anima. Filosofia e psicofisica da Kant a Carnap (Quodlibet, 1999) ; Uomo, natura. Il problema anthropoligico in filosofia (Il Mulino, 2004) ; I filosofi e la musica (Il Mulino, 2012) ainsi que l’éditeur de Carl Stumpf. La rinascita della filosofia. Saggi e Conferenze (Quodlibet, 2009) ; et de L’universo kantiano. Filosofia, scienze, sapere (avec S. Besoli & C. La Rocca, Quodlibet, 2011).

10Olivier MASSIN, maître-assistant à l’université de Genève. Agrégé de philosophie, il a soutenu deux thèses, l’une sur la nature du toucher, l’autre sur celle du plaisir. Ses recherches actuelles se concentrent en partie sur la façon dont se composent ou se mélangent des entités de même type, telles que la composition des émotions ou sentiments mixtes ; la composition des forces, ou les mélanges de substances physiques. Une autre partie de ses recherches portent sur la philosophie de Brentano, notamment la théorie brentanienne de l’intentionalité du plaisir (« The intentionality of pleasures : a Brentanian approach » dans Themes from Brentano, Rodopi, 2013), prépare une entrée sur la théorie brentanienne des qualités sensorielles (« Brentano on sensations and sensory qualities » dans le Routledge Handbook of Brentano and the Brentano School, U. Kriegel, éd.).

11Wioletta MISKIEWICZ, chercheuse au CNRS à l’Institut d’histoire des sciences et des techniques (IHPST) et responsable du projet international “e-LV” consacré à la numérisation et l’exploitation scientifique des archives de Kazimierz Twardowski et de ses différents disciples (http://www.elv-akt.net/​). L’articulation de la phénoménologie husserlienne et de la philosophie analytique polonaise constitue son principal axe de recherche dont l’ambition est de promouvoir une phénoménologie analytique.

12Charles-Édouard NIVELEAU, achève une thèse de doctorat, à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne sous la direction de Jocelyn Benoist, intitulée : « Carl Stumpf et les principes de la phénoménologie expérimentale : Fondements historiques et théoriques. » Après avoir travaillé au sein des archives Husserl de Paris, il séjourne en 2014 à l’Institut Max Planck d’histoire des sciences à Berlin. Il prépare actuellement un numéro spécial de la revue Philosophia Scientae consacré au naturalisme ainsi qu’une monographie sur James Jérôme Gibson aux Belles Lettres.

13Sabine PLAUD, agrégée et docteur en philosophie de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne où elle a soutenu une thèse consacrée à Ludwig Wittgenstein. Spécialiste de la philosophie du langage, des sciences et de la tradition analytique au sujet desquels elle a publié plusieurs articles. Parmi ses ouvrages on peut mentionner (Wittgenstein, 2009), la co-traduction des Voies du paradoxe de W. V. O. Quine (Vrin, 2010) ; de Rendre explicite de Robert Brandom (Cerf, 2011) et enfin a co-édité Lectures de la philosophie analytique (Ellipses, 2011) et Lectures de Wittgenstein (Ellipses, 2012). Elle est actuellement chargée de mission auprès de la présidence de Paris Sciences et Lettres.

14Robin ROLLINGER, chercheur associé à l’université de Salzburg, spécialisé dans les domaines de la phénoménologie, la philosophie autrichienne ainsi que la philosophie et la psychologie du XIXe siècle. Parmi ses nombreuses études et traductions, mentionnons : Austrian Phenomenology : Brentano, Husserl, Meinong, and Others on Mind and Object (Ontos-Verlag, 2008) ; Philosophy of Language and Other Matters in the Work of Anton Marty : Analysis and Translations (Rodopi, 2010) ; et Franz Brentano’s Early Logic and Epistemology (Rodopi, à paraître).

15Denis SERON, maître de recherche du Fonds national belge de la recherche scientifique et maître de conférences à l’université de Liège, où il dirige un centre de recherche en phénoménologie. Ses domaines de recherche sont principalement la phénoménologie, la théorie de la perception et la philosophie de la psychologie. Son dernier ouvrage, Ce que voir veut dire (Le Cerf, 2012), était consacré aux débats autour de l’intentionnalité perceptive.

16Fiorenza TOCCAFONDI, est professeur associé en histoire de la philosophie contemporaine à l’université de Parme. Après avoir travaillé sur le néo-kantisme, la phénoménologie, l’ontologie, l’œuvre de Karl Bühler et le contexte d’émergence de la psychologie de la Gestalt, ses recherches portent désormais sur le contexte philosophique et cuturel de l’Allemagne de Weimar. Parmi ses publications récentes, mentionnons l’édition de Karl Duncker, Coscienza e vita. Saggi fenomenologici (1927-1940) en 2009 et de Fenomenologia e scienza. Punti d’incontro passati e presenti en 2012 ainsi qu’une série d’articles dont « Dopo la Philosophie als strenge Wissenschaft. Un’altra fenomenologia nel periodo di Weimar » (dans Rivista Internazionale di Filosofia e Psicologia, 2012) et « Phenomenological description and physiological investigation. Ewald Hering’s path », (dans pH, 2013).

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search