Version classiqueVersion mobile

Vie de Maria Wutz, le joyeux petit maître d'école d'Auental

 | 
Jean-Paul Richter

Commentaires

Texte intégral

p. 36

mon cher Christian — Il s’agit de Georg Christian Otto (1763-1828), l’ami et le conseiller le plus fidèle de Jean Paul. Juriste de formation, il opte en réalité pour la retraite de l’homme de lettres et de sciences. Sa correspondance avec l’écrivain est une source incontournable pour l’étude de la genèse de l’œuvre jean-paulienne.
depuis le temps des Suédois — Allusion à la guerre de Trente ans (1618-1648) et à la période d’occupation du Saint Empire par les troupes du roi Gustave Adolphe II, figure emblématique du camp protestant et de la résistance aux visées hégémoniques de la maison Habsbourg.
comme l’enseignement d’autres maîtres — Allusion à la nouvelle pédagogie d’obédience rousseauiste qui se voulait ludique.

p. 37

avant que les prélats brandebourgeois adultes aient osé revêtir quatre ou cinq fils de couleur — Même si Luther n’accorda pas une importance essentielle à l’habit liturgique, il portait lui-même la toge noire des théologiens de l’université pour le prêche. Le xviiie siècle introduisit également des assouplissements dans ce domaine. Le point de repère humoristique qu’établit le texte de Jean Paul rappelle que ceux-ci tardèrent à se manifester dans le Brandebourg, qui était un des bastions historiques du luthéranisme. Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III devait du reste édicter en 1811 une ordonnance qui imposa le port de la toge aux célébrants des cultes luthérien et juif ainsi qu’aux juges, comme à autant de serviteurs de l’État.
un manteau faustien susceptible de les porter — Jean Paul pense ici au manteau magique sur lequel Méphistophélès, dans la scène du pacte, propose à Faust de le transporter pour visiter « le petit, puis le grand monde » (v. 2052 du drame de Goethe).
la lecture du Prédicateur en chambre de Cober — Gottlieb Cober (1682-1717), prédicateur et auteur d’ouvrages d’édification, avait publié en 1715 Der aufrichtige Cabinettprediger qui connut une très large diffusion jusqu’en 1854 (au moins soixante éditions, seulement jusqu’en 1783).

p. 38

un simple coq de bois qu’il avait eu pour Noël — Les fêtes du solstice d’hiver que le christianisme récupéra à ses propres fins religieuses s’accompagnaient chez les Germains de diverses manifestations, dont des banquets où étaient présentés des sangliers, des coqs. Cette tradition du coq de Noël vit encore de nos jours dans les pays de langue allemande à travers certains spectacles pour enfants.

p. 39

le motet « Rendons grâce au Très-Haut » — Le motet « Allein Gott in der Höh’sei Ehr’ » fut composé en 1523 comme Gloria de la nouvelle liturgie luthérienne. Il y figure toujours de nos jours et a inspiré jusqu’à la fin du xviiie siècle, y compris chez Bach, de très nombreuses adaptations musicales.

p. 40

comme une sainte maison de Lorette — La légende veut qu’en 1295 des anges aient transporté la maison natale de la Vierge Marie de Nazareth à Loreto dans la province italienne d’Ancône. La casa santa est encore vénérée aujourd’hui au cœur d’une vaste basilique.
ses Promenades rousseauistes — Les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau avaient connu une édition posthume en 1782.
les Fragments de Lavater — Johann Kaspar Lavater (1741-1801), théologien, philosophe et poète zurichois, cofondateur de la physiognomonie, publia de 1775 à 1778 ses monumentaux Physiognomische Fragmente zur Beförderung der Menschenkenntnis und Menschenliebe (« Fragments physiognomoniques pour la promotion de la connaissance et de l’amour des hommes »). Controversés en raison de leur assimilation parfois mécanique du physique et du moral, ils eurent un énorme impact en Europe. Ils représentaient, par exemple, les diverses étapes de la vie humaine en vingt-et-une gravures.

p. 41

l’Orbis pictus de Comenius — L’Orbis sensualium pictus, hoc est, omnium fundamentalium in mundo rerum, et in vita actionum, pictura et nomenclatura/Die sichtbare Welt, das ist : aller vornehmsten Welt-Dinge und Lebensvorrichtungen Vorbildung und Benannung du pédagogue Jean-Amos Kamensky (1592-1671) fut la première encyclopédie destinée aux enfants. On y trouvait une planche (la 36e) illustrant les divers âges de la vie humaine sous la forme d’une pyramide à sept marches.
Fragments physiognomoniques de Lavater — voir note p. 99.

p. 42

le traité de Feder sur l’espace et le temps — Professeur à l’université de Göttingen, Johann Georg Heinrich Feder (1740-1821) s’opposa véhémentement à l’introduction du kantisme dans un établissement originairement lié à la pensée empirique britannique. Il défendit dans ses ouvrages, notamment dans son traité Über Raum und Kausalität. Zur Prüfung der Kantischen Philosophie (1787), les positions de l’Aufklärung pratique.
l’espace qu’on appelle la « cale » sur un navire — Wutz confond le concept kantien d’espace et la « cale » d’un bateau, que la langue allemande désigne par un mot composé du terme Raum (espace, Schiffsraum), et Jean Paul prend ses distances par rapport à la doctrine kantienne en la rabattant sur un objet trivial du monde sensible.

p. 43

catalogue de la foire… moisson de Pâques… regain de la Saint-Michel — Au cours du xviiie siècle, les foires de Leipzig supplantèrent celles de Francfort, notamment dans le domaine de la librairie. En 1594 parut le premier catalogue, qui répertoriait tous les livres publiés depuis 1564. Dès 1632 le nombre de livres présentés à Leipzig dépassait celui de Francfort. Le catalogue de Francfort disparut en 1749. Celui de Leipzig paraissait en général en deux livraisons annuelles, à l’occasion de la foire de Pâques et de celle de la Saint-Michel. Sur la foire de Leipzig voir également notre introduction, p. 7, note 11.
on Friedrich Nicolai — Friedrich Nicolai (1733-1811) était un éminent représentant de l’Aufklärung berlinoise, un écrivain prolifique et un éditeur de premier plan. Les comptes rendus d’ouvrages publiés dans le périodique qu’il dirigeait sous le titre Allgemeine Deutsche Bibliothek (cent trente-huit volumes entre 1765 et 1796) firent de lui une figure influente et redoutée dans le paysage littéraire et intellectuel de l’époque. C’est au critique que fait ici allusion Jean Paul.
les Considérations de Sturm… la Critique de la raison pure de Kant — L’énumération comporte une légère erreur de chronologie. Si les Brigands de Schiller et la Critique de Kant étaient bien parus la même année 1781, en revanche l’ouvrage du théologien Christoph Christian Sturm (1740-1786) Betrachtungen über die Werke Gottes im Reiche der Natur und der Vorsehung auf alle Tage des Jahres (« Considérations sur les œuvres de Dieu dans le domaine de la nature et de la Providence, sur tous les jours de l’année ») avait été publié en deux tomes entre 1772 et 1776.
son voyage de Cook — Allusion à l’Anglais James Cook (1728-1779) qui avait entrepris trois voyages de circumnavigation à buts scientifiques. La relation du second périple avait été publiée par ses accompagnateurs, les naturalistes Johann Reinhold et Georg Forster, en version anglaise (Observations from a voyage round the World, 1777) puis en version allemande (Beschreibung einer Reise um die Welt in den Jahren 1772-75, 1778-80).

p. 44

celle d’un Forster — Voir note précédente.d’un Brydone, d’un Björnstähl — L’Anglais Patrick Brydone (1741-1818) est l’auteur d’un Tour through Sicily and Malta (1773). L’orientaliste suédois Jakob Jonas Björnstähl (1731-1779) a publié en 1779 quatre volumes de lettres sur ses voyages en France, Italie, Turquie, Grèce, etc.

p. 45

quelles autres oreilles du tyran Denys — Dans une antique carrière située à Syracuse, en Sicile, se trouve une grotte artificielle à laquelle Le Caravage donna le nom d’« Oreille de Denys ». La référence au tyran Denys l’Ancien reprenait la tradition qui veut que Denys se soit servi du lieu comme d’une prison et ait pu surprendre les conversations et les secrets de ses prisonniers en raison des propriétés acoustiques singulières de la cavité.
en relisant de plus près les Entretiens maçonniques — Loin d’être une apologie de la franc-maçonnerie, les cinq entretiens publiés en 1778-1780 par le critique, publiciste et dramaturge Gotthold Ephraim Lessing (1729-1781) sous le titre Ernst und Falk. Gespräche für Freimäurer développent une réflexion critique sur le rapport entre théorie et pratique dans cette société secrète comme dans la société en général.
me forger l’Annulus Platonis — En 1781 était parue sous le titre Annulus Platonis oder physikalisch chymische Erklärung der Natur nach ihrer Entstehung, Erhaltung und Zerstöhrung une réédition par Herwerd von Forchenbrunn du très influent ouvrage d’alchimie Aurea catena Homeri (1723).
anneau de Gygès — C’est au début du deuxième livre de La République de Platon qu’on trouve la fable de Gygès, le berger qui découvrit un jour dans une grotte un anneau ayant le pouvoir de rendre son propriétaire invisible et s’en servit pour assassiner le roi de Lydie et prendre sa place.
il prit la couleur d’un mulâtre — Évocation humoristique de la couleur de l’uniforme porté par les pensionnaires (voir aussi les mentions de la « blouse noire » et du « manteau de More » dans les développements suivants).

p. 46

les exceptions thorax, caudex pulexque — Il s’agit des exceptions en-x de la 3e déclinaison latine qui sont du genre masculin.

p. 47

un tel misanthropinum en philanthropinum — Le pédagogue hambourgeois Johann Bernhard Basedow (1724-1790) avait fondé à Dessau une institution qui se proposait d’orienter l’instruction des enfants sur la pratique et de mettre en place des méthodes d’apprentissage ludiques. Il l’avait appelée « Philanthropinum ». Jean Paul s’amuse à forger un antonyme pour dénoncer les carences des écoles de village de son temps.
Carminati n’aurait pas de peine — Bassiano Carminati (1750-1830) était un médecin de Pavie qui imagina des usages thérapeutiques du suc gastrique.
dans mes cahiers d’extraits — Un moteur essentiel de l’écriture jean-paulienne est la confection, dès la jeunesse et jusqu’à la mort de l’écrivain, de cahiers d’extraits (au total cent dix volumes, de trente à trois cent soixante pages chacun). Les sources de ces cahiers embrassaient tous les domaines possibles du savoir, la médecine, la géographie, la numismatique, l’héraldique, la théologie, l’histoire ecclésiastique, l’histoire des hérésies, les relations de voyage, etc. La langue de Jean Paul est ainsi gorgée de faits curieux, anecdotes et allusions savantes relevés dans ces cahiers puis retravaillés pour nourrir l’écriture romanesque. Le passage de référence présente une mise en abyme caractéristique de l’humour jean-paulien.

p. 48

des élèves de Saint-Thomas à Leipzig — Au cloître des augustins de Saint-Thomas à Leipzig avaient été rattachés dès le xiiie siècle une école et un chœur de garçons. Jean-Sébastien Bach fut maître de chapelle du Thomanerchor, encore fameux de nos jours, de 1723 à sa mort en 1750. Jean Paul se moque du costume des pensionnaires.
Les bonnes écoles de pauvres — Les écoles de pauvres (Armenschule), gratuites, existaient depuis le xvie siècle dans les territoires germaniques. Le programme philanthropique et pédagogique des Lumières commença à modifier leurs visées (la fondation Francke de Halle par exemple — cf. infra note de la p. 108. — comportait aussi une école de pauvres). L’ironie et la satire jean-pauliennes laissent toutefois entendre que la réalité restait très en-deçà des idéaux.
cette école de la Sainte-Croix — Allusion à une autre des plus anciennes institutions scolaires d’Allemagne, l’école de la Sainte-Croix (Kreuzschule) de Dresde. Elle fut fondée au xiiie siècle et primitivement destinée à l’instruction des enfants du chœur de l’église de la Sainte-Croix (Kreuzkirche). Lycée (évangélique) et chœur existent toujours sous ce nom.

p. 49

Dans son art d’être toujours joyeux — L’expression est démarquée d’un poème didactique de Johann Peter Uz, un représentant de la littérature anacréontique en Allemagne. Le poème était paru en 1760 sous le titre Versuch über die Kunst, stets fröhlich zu sein et était lui-même inspiré par un très influent recueil de sermons latins, l’Ars semper gaudendi (1664-1667) du jésuite belge Alphonse Antoine de Sarasa.

p. 50

autant de pages du Robinson… pourvu qu’elles soient extrêmement excitantes — Il s’agit bien sûr du Robinson Crusoé de Daniel Defoe (1719).
que nous fêtions, enfants, à Joditz — Joditz est le nom d’un village du Fichtelgebirge, dans les environs de Hof. Jean Paul y passa une partie de son enfance.
le millet du Mardi gras — Le nombre et la couleur dorée de ses grains font du millet un symbole de richesse. La tradition voulait qu’on mange du millet le jour du Mardi gras pour s’assurer qu’on ne manquerait pas d’argent pendant le reste de l’année.

p. 53

la roue d’Ixion — Dans la mythologie grecque Ixion est un prince thessalien qui fut condamné à un châtiment éternel par Zeus pour avoir tenté de séduire Héra. Il fut précipité dans le Tartare puis attaché avec des serpents à une roue enflammée et ailée, pourvue de quatre rayons et tournant sans fin dans les airs.
la pierre philosophale de Sisyphe — La métaphore assimile la vanité des efforts de Sisyphe, roulant indéfiniment sa pierre dans le Tartare, et la quête des alchimistes.
ses vacances caniculaires — Dérivé du latin dies caniculares. L’expression fait référence à la constellation du Grand Chien et à son étoile la plus brillante, Sirius, qui est particulièrement visible du 23 juillet au 23 août.
ses Joies de Werther — Allusion à une des nombreuses parodies que suscitèrent Les Souffrances du jeune Werther dès leur parution : son titre était Die Freuden des jungen Werthers (1775) et elle était due à la plume de Friedrich Nicolai (voir note p. 101).

p. 54

une vallée de Tempé ombreuse et solitaire — La vallée de Tempé est le nom donné par les anciens Grecs à la gorge du Pénée, au nord du pays, entre le mont Olympe et le mont Ossa. Sa beauté a été louée par les poètes grecs et latins.

p. 55

sa Jeanne, Thérèse, Charlotte, Marianne, Clarisse, Héloïse — Accumulation humoristique des noms d’amantes de romans célèbres de l’époque : Charlotte évoque l’héroïne Lotte du Werther de Goethe (1774), Marianne vraisemblablement celle du roman de Johann Martin Miller Siegwart (1776), Clarisse celle du roman éponyme de l’Anglais Samuel Richardson (1747-1748), Héloïse renvoyant naturellement à la Julie de Rousseau. Toutes ces œuvres furent des textes de référence du romancier Jean Paul à ses débuts, dans les premières années 1790.

p. 56

la tsarine (la précédente) — La tsarine Elisabeth (1709-1762).

p. 58

pour la Révision de l’institution scolaire — De 1785 à 1792, le linguiste et pédagogue Johann Joachim Campe (1746-1818) fit paraître un ouvrage en 16 volumes intitulé Allgemeine Revision des gesamten Schul-und Erziehungswesens.
qui a recueilli l’approbation de M. Gedike — Friedrich Gedike (1754-1803), corédacteur de la Berlinische Monatsschrift (« Revue mensuelle de Berlin »), un des grands organes de la seconde Aufklärung, fut aussi un pédagogue important et le représentant d’une politique éducative qui ouvrit la voie aux grandes réformes prussiennes du début du xixe siècle dans ce domaine.

p. 59

Norcia… (li quatri illiterati) — On apprend dans le volume V du Dictionnaire de Trévoux que la ville de Norcia, quoique située sur les terres du Pape, avait conservé de nombreux privilèges. Jalouse de ses libertés, elle vouait une grande défiance aux gens de lettres, notamment aux prêtres, et avait établi que ne pouvaient prétendre aux fonctions de magistrat dans ses murs que les gens qui ne savaient ni lire ni écrire. C’est pourquoi on appelait les magistrats de la ville « li quatri illiterati ». Ce fait historique était connu à l’époque de Jean Paul. Kant, par exemple, l’évoque dans ses cours du semestre d’hiver 1772/73.
comme à l’orphelinat de Halle — Cet établissement de bienfaisance fut fondé en 1696 par le piétiste August Hermann Francke (1663-1727) et bientôt également soutenu par les revenus d’une librairie, d’une imprimerie, d’une pharmacie et d’un cabinet de sciences naturelles, institutions toutes rassemblées au sein de la fondation Francke. Le complexe s’enrichit rapidement d’une école pour jeunes filles, d’un collège anglais, d’un journal, d’une société biblique, puis encore au début du xixe siècle d’une école professionnelle et d’une école supérieure de jeunes filles. Il constitue une réussite majeure du piétisme dans les territoires germaniques. Des missionnaires assurèrent la diffusion de cette orientation religieuse dans tout l’est de l’Europe, en Angleterre, en Scandinavie, en Inde et en Amérique du nord.

p. 60

un cri en faveur de l’école du concret — On sait qu’un des axes de la pédagogie des Lumières consistait, par opposition aux idées traditionnelles, à mettre l’accent sur la formation par la connaissance sensorielle du monde, l’observation des choses et l’expérience plutôt que par les livres. Le Zurichois Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827) avait accueilli, à partir de 1773, dans le domaine qu’il venait d’acquérir en Argovie, baptisé le Neuhof, des enfants pauvres des villages voisins, qu’il faisait travailler tout en leur apprenant à lire, écrire et compter. L’entreprise avait fait faillite en 1780. Jean Paul a cette originale mais malheureuse expérimentation à l’esprit dans sa satire.
sa stoa de village — Jean Paul rapproche ainsi sur le mode humoristique les activités très pratiques qu’impose « l’école du concret » aux petits campagnards de son époque et les exercices de méditation auxquels se soumettaient les stoïciens, adeptes de l’École du Portique (en grec ancien stoa), pour se détacher des opinions trompeuses qu’ils pensaient avoir des choses et atteindre à l’ataraxie.

p. 61

le Symbole d’Athanase en latin — Une profession de foi faussement attribuée à saint Athanase, qui formule la doctrine de la Trinité et de l’Incarnation du Christ.
Droit ecclésiastique de Langen — Heinrich Arnold Langen (1724-1783) est l’auteur d’un ouvrage intitulé Geistliches Recht der evangelisch-lutherischen Landesherren und ihrer Unterthanen in Deutschland (« Droit ecclésiastique des souverains luthériens et de leurs sujets en Allemagne »), qui fut publié après sa mort, en 1786, et devint une référence dans son domaine.

p. 64

sa Messiade… les trois derniers chants exceptés… quoi que ce soit d’inintelligibleLa Messiade (Der Messias) est un poème épique en vingt chants de Friedrich Gottlieb Klopstock (1724-1803). C’est une œuvre fondatrice de la littérature allemande, tant dans sa forme (adaptation du modèle homérique de l’hexamètre) que dans son langage et son contenu (annonce de la « sensibilité » — Empfindsamkeit). Sa nouveauté lui valut une réputation d’obscurité auprès du public contemporain. C’est précisément ce à quoi Jean Paul fait ici allusion sur le mode humoristique. Il a également à l’esprit le fait que la publication de La Messiade s’est étalée de 1749 à 1773, la dernière livraison comportant cinq et non trois chants comme la première.
à l’hôtel de Bavière ou place du Römer, à Francfort — Au n ° 25 de la Petersstraße, dans le quartier de l’église Saint-Pierre à Leipzig, existait depuis le xve siècle une auberge qui, en 1768, donc relativement récemment au moment de la rédaction du récit de Jean Paul, obtint l’agrément princier pour son changement d’enseigne. L’« Hôtel de Bavière » devait devenir au cours du xixe siècle l’hôtel de prestige de la ville. Quant au Römer, c’est depuis le xve siècle le nom de l’hôtel de ville de Francfort-sur-le-Main. Son importance symbolique s’accrut à partir de 1562, date à laquelle l’empereur fut pour la première fois non seulement élu, mais couronné à Francfort. On peut penser que Jean Paul a en tête les banquets officiels qui s’y tenaient depuis.

p. 71

Oh ! qu’elle est belle la Terre de Dieu — Il s’agit de la dernière strophe d’un poème de Ludwig Christoph Heinrich Hölty (1748-1776) qui a pour titre « Exhortation à la joie » (« Aufmunterung zur Freude »). Le lyrisme de Hölty se caractérise par sa délicatesse et ses tonalités souvent mélancoliques. Certains de ses vers ont été mis en musique par Mozart, Schubert, Mendelssohn, etc.
du 8 juin — Pour « 9 juillet » (erreur dans le texte original).

p. 72

ânes… de Balaam — Dans la Bible, Balaam est l’incarnation du faux prophète : les chapitres 22 à 24 du Livre des Nombres racontent comment, mandé par le roi Balak pour maudire les Israélites qui traversaient son territoire vers le pays de Canaan, juché sur son ânesse et menacé par un ange, il finit tout au contraire par les bénir.

p. 73 sq.

le Paris de Schulz — Référence à l’ouvrage de Friedrich Schulz, Über Paris und die Pariser paru chez l’éditeur berlinois Vieweg en 1791. Le passage se trouve vol. I, p. 397 sq.

p. 74

Alphée — Le plus grand fleuve du Péloponnèse.

p. 75

les noces de sang de Paris — On reconnaît ici une référence humoristique aux « noces vermeilles » d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, le 18 août 1572, qui étaient censées réconcilier parti protestant et parti catholique et qui débouchèrent sur la tentative d’assassinat de l’amiral de Coligny, suivie de la Saint-Barthélemy.

p. 77

ce fut une fenêtre haute… tout le portrait d’Amour — Une source d’inspiration de cet épisode est sans doute à voir dans un passage du premier tome du Tristram Shandy de Lawrence Sterne (1713-1768), où l’oncle Toby laisse aussi s’échapper une mouche qui l’a longtemps agacé avec son bourdonnement continu. Sterne est une des grandes références romanesques de Jean Paul.
un cœur français — Dans l’Allemagne de l’époque, l’image de la France se confond avec celle de l’aristocratie française, d’une aristocratie vue comme une humanité déclinante, sans âme et sans cœur, à laquelle l’Aufklärung oppose ses valeurs propres : sentiment, naturel et authenticité.

p. 78

le 8 juin — Voir note p. 111.

p. 86

au temple des antiques de Sans-Souci ou de Dresde — C’est en 1765 que Frédéric II, dit Frédéric le Grand, avait fait construire ce cabinet à Sans-Souci, par Karl von Gontard. Il y abrita sa petite collection d’antiques. Quant à la grande collection de moulages de Dresde, elle était abritée depuis 1786 dans le Zwinger.

p. 88

cahier d’écriture du roi de Prusse — Il s’agit de Frédéric II.

p. 89

Le Prédicateur en chambre de Cober — Voir note de la p. 98.

p. 90

à partir d’une mâchoire d’âne une source — Jean Paul fait ici allusion à l’histoire d’un combat de Samson contre les Philistins telle qu’elle est rapportée dans l’Ancien Testament (Juges, 15) : Samson se serait servi d’une mâchoire d’âne pour tuer un millier d’ennemis. Se sentant assoiffé après le combat, il aurait imploré l’aide de Dieu qui aurait fait jaillir une source d’un rocher voisin.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search