Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vie de Maria Wutz, le joyeux petit maître d'école d'Auental

 | 
Jean-Paul Richter

Introduction

Texte intégral

  • 1 Lettre du 17 juillet 1792 de Moritz à Jean Paul, dans Wahrheit aus Jean Paul’s Leben, éd. Christia (...)
  • 2 Lettre du 19 juin 1792, ibid., p. 348 sq.

1« Ce n’est pas un mortel qui a pu écrire l’histoire de Wutz1 ! » L’éloge vient de Karl Philipp Moritz. C’est un éloge assurément autorisé depuis que Moritz a fait paraître son roman Anton Reiser, une des œuvres emblématiques de la littérature allemande moderne. On est en 1792. Le Berlinois a reçu en juin le manuscrit de La Loge invisible, suivi en juillet de la Vie de Maria Wutz, le joyeux petit maître d’école d’Auenthal, que l’auteur envisageait d’accoler sans façon, mais bien à sa façon, au bâtiment principal de l’œuvre. « Seriez-vous au bout du monde, aurais-je mille tempêtes à traverser pour vous rejoindre, que je volerais dans vos bras ! Où habitez-vous ? Quel est votre nom ? Qui êtes-vous2 ? », s’interroge encore Moritz. Son enthousiasme lui inspire de servir d’intermédiaire entre l’écrivain inconnu et son jeune beau-frère, l’éditeur Karl Matzdorff. La Loge, finalement enrichie de la Vie de Wutz, paraîtra en 1793 à Berlin, l’année même de la mort de Moritz. Ce sera le premier livre à porter la signature de l’écrivain « Jean Paul ».

  • 3 Lettre du 18 juillet 1790 de Jean Paul à Otto, dans Jean Pauls sämtliche Werke. Historisch-kritisc (...)
  • 4 Lettre du 17 février 1791 de Jean Paul à Otto, ibid., p. 325.
  • 5 Die unsichtbare Loge, dans Sämtliche Werke, 1re section, éd. Norbert Miller, München, Hanser, 1989 (...)

2Nous avons d’autres témoignages de l’importance singulière du récit jean-paulien ; ce sont deux commentaires de l’écrivain lui-même, l’un contemporain, l’autre rétrospectif. Adressant la première moitié du manuscrit de la Vie de Wutz à son ami Christian Otto qui, sa vie durant, tiendra fidèlement son rôle de premier « lecteur » et de premier « critique » des productions de Jean Paul3, le romancier débutant souligne que « c’était fait en 10 jours », « sur des heures volées après et avant la classe », que c’était « comme si, une fois l’œuf cassé, tu vois directement couler le poussin », que « ce sont des boutons encore tout verts, des exercices préparatoires avant d’être en état de mettre au monde un vrai roman4 ». Beaucoup plus tard, en 1822, à l’occasion de la seconde édition de la Loge, l’auteur revient sur la qualité spécifique de cette genèse de la Vie de Wutz : « lent et doux épanchement », « écoulement », « déferlement », « comme le gonflement et le débordement d’un nuage chauffé par le soleil5 ». Le recours à de nouvelles métaphores, empruntées celles-là à la langue de la sensibilité, souligne encore l’intense intimité entre l’œuvre et son créateur. Même si la stylisation met l’accent sur le caractère éruptif de l’événement, l’image de la naissance en suggère aussi l’ambivalence : il est essentiellement rupture, libération brutale, irruption de neuf, mais reste conditionné par un temps de gestation, un obscur processus de maturation, une élaboration lente mais nécessaire.

  • 6 Jean Paul, Mon enterrement vivant et autres textes, traduit et préfacé par Nicolas Briand, « Colle (...)
  • 7 Jean Paul, Sämtliche Werke, 2e section, éd. Norbert Miller, Wilhelm Schmidt-Biggemann, München, Ha (...)

3Ainsi jetons un coup d’œil sur la période de l’ombre, celle qui a précédé la mue littéraire marquée par la parution de la Vie de Wutz. Il a fallu attendre les années 1970 pour la voir valorisée par les chercheurs, à la faveur du développement de la critique idéologique d’abord, puis des approches textologique et génétique de la littérature. En France, cette étape dans l’évolution de l’auteur n’est guère accessible au lecteur intéressé que depuis 19946. Or, les travaux de Jean Paul avant Jean Paul (il est né Johann Paul Friedrich Richter) occupent quelque deux mille pages d’une des éditions allemandes de référence7, sans compter les innombrables cahiers manuscrits. Les premières révèlent la place majeure du genre satirique dans les années d’apprentissage de l’écrivain, les seconds une pratique d’écriture étonnante d’où découlera toute l’originalité de l’idiome jean-paulien.

  • 8 Les Nouveaux essais sur l’entendement humain n’avaient été publiés qu’à titre posthume, en 1765. E (...)
  • 9 Non publié.
  • 10 Jean Paul a perdu son père, le pasteur, à seize ans. Après la mort du grand-père maternel, l’année (...)
  • 11 Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la foire de Leipzig relégua en effet celle de Francfort au (...)

4Né fils de pasteur, dès lors instruit très jeune de l’importance de l’écrit, renvoyé bientôt à la bibliothèque d’un confrère éclairé de son père pour assouvir sa soif de lecture, le jeune homme trouve d’abord à sa disposition la production érudite du moment et des temps passés. Histoire naturelle, médecine, géographie, numismatique, héraldique, bien sûr aussi théologie protestante — orthodoxe ou avancée —, histoire de l’Église et histoire des hérésies, autant de matières qui s’offrent à lui sous diverses formes : dissertations, manuels, périodiques, collections de comptes rendus. Homme de son siècle, le pasteur ami a également acquis nombre de relations de voyage, et certains ouvrages représentatifs des pensées et des littératures anglaises et française modernes, Locke, Pope, Swift, Young, Montaigne, La Bruyère, Helvétius, Voltaire, Rousseau. Ainsi lesté, le nouveau lecteur est vite à même de suivre les débats littéraires ou philosophiques de son époque. Il devine les potentialités poétiques de l’harmonie selon Leibniz et aperçoit les finesses de sa psychologie8. Il voit progresser la pensée kantienne à partir de la seconde édition de la première Critique, s’intéresse notamment aux positions des divers acteurs de ce qu’on appelle la « querelle de Spinoza », se voit proche de Herder et du « réalisme » de Jacobi contre l’« idéalisme » subjectiviste attribué à Kant. Il a lu les Souffrances du jeune Werther à quinze ans et sacrifié à la fièvre werthérienne à dix-huit en tentant un premier essai littéraire, le roman épistolaire Abélard et Héloïse9. Car les immenses lectures de Richter sont d’emblée couplées au désir d’écrire. Si l’Abélard était sans doute une fausse route, l’expression avortée de l’impatience juvénile, il est d’autres exercices d’écriture d’où émergera la figure véritable de l’écrivain Jean Paul. L’ambitieux lycéen commence par réunir des extraits de ses lectures, qu’il assortit parfois de commentaires personnels. Il s’adosse simplement à une pratique érudite ancienne, reposant sur l’idée que le savoir est moins production individuelle que reproduction, moins découverte qu’œuvre collective d’accumulation et de conservation d’une tradition qui fait autorité. Étudiant en situation précaire à Leipzig10, il s’avise, comme bien d’autres dans la ville de la foire du livre11, de gagner sa vie autrement, à l’aide de sa plume, et de se procurer des livres en en écrivant, puisqu’il ne peut en acheter. Sa pratique de l’extrait se trouve alors modifiée, on peut même dire détournée : désormais les cahiers de Jean Paul ne se remplissent plus de citations, ni même des brèves réflexions qu’elles pourraient lui avoir suggérées, mais se couvrent de miscellanées glanées au fil des lectures les plus variées et sans le moindre égard au contexte d’origine. Le critère de sélection n’est plus le respect de la tradition mais la création d’une réserve de données, de faits si possible curieux, d’éclats de connaissances tirés de tous les champs du savoir, de tous les genres de la production écrite, et souvent accompagnés d’une indication sommaire de la source :

Saint Thomas d’Aquin brisa la tête de bois d’Albert le Grand quand elle parla en pensant à de la magie.

Paracelse : les trois grandes substances qui composent l’homme : l’âme qui est à Dieu et de Dieu ; le corps qui est à la terre ; l’esprit astral ou corps astral, formé d’air et de feu (artisanat, arts, langue) retransformé en air, a besoin de plus de temps que le corps pour entrer en putréfaction. Walch philoso-phisches Lexikon.

On dit que les cochons suivent le son de la cithare et que l’herbe profite mieux aux moutons quand le berger leur joue du pipeau. Voir musique.

  • 12 Cité, avec la photo de la page originale, dans Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, Würzburg, Königsh (...)

Barklai on [ ?] argent, t. 2, p. 244. un érudit allemand ne commerçait avec sa femme que lorsque la constellation était favorable à l’intelligence de l’enfant. Voir nouer l’aiguillette12.

  • 13 Jean Paul, « Die Taschenbibliothek », dans Sämtliche Werke, II/3, p. 772.

5Disons d’emblée que Jean Paul s’en tint à cette procédure jusqu’à sa mort, qu’il filtra, pila et pilla ainsi avec assiduité, sa vie durant, la science et les systèmes de pensée des temps modernes. Mais son objectif était autre : non pas de détruire, mais de construire, d’inventer un sens nouveau à partir des débris épars, de se créer une langue poétique propre. L’auteur apporte ainsi rapidement un degré de sophistication supplémentaire à ses extraits en ouvrant un « registre », qui n’est cependant en rien ce que son nom pourrait faire attendre, un catalogue, un index des noms ou des mots clefs cités. C’est une sorte de concentré des cahiers d’extraits, en quelque sorte des « extraits de [s]es extraits13 », leur matière textuelle passée par l’alambic, réduite à de courtes phrases, elles-mêmes rangées par items. Voici, par exemple, l’item « Aile » :

5 Diable aussi ailé. 10

Barque : les poissons volants ne volent que contre le vent. 17

Les oiseaux se servent d’une aile pour couvrir leur patte. 25

Chez les insectes, seules les ailes sont sans couleurs ni ornements. 39

Prédire à partir du vol des oiseaux de proie. 44

Les rois égyptiens avaient des ailes fixées à la tête. 50

Tous les dieux étrusques ont des ailes.

  • 14 Cité dans G. Müller, Jean Pauls Exzerpte (note 12), p. 329. Cet item se trouve dans le fascicule 3 (...)

Les artistes mettaient des ailes aux chars de divers dieux. 5114

  • 15 Cf. p. 47 de la présente édition.

6On peut citer d’autres items : « pauvre riche », « mouvement repos », « sottise et ignorance sagesse », « prince sujet ». Le plus abondant est celui qui a trait à la « mort ». Jusqu’au décès de l’auteur, en 1825, s’amassent de la sorte cent dix cahiers de trente à trois cent soixante pages chacun ; le « registre » atteint les cent soixante-deux items. On a ici l’atelier d’écriture de Jean Paul, la bibliothèque privée dont il recommandera toujours à ses proches d’effectuer en priorité le sauvetage en cas d’incendie ou autre accident. Dans la Vie de Wutz il s’y réfère expressément comme à sa source15. C’est de là que viennent les références érudites et curieuses qui ouvrent sa langue à tous les horizons, là que se fabriquent ces comparaisons, métaphores et jeux d’esprit dont elle est tissée, à partir de la combinaison potentiellement infinie d’éléments à la fois mêlés et ordonnés.

  • 16 Grönländische Prozesse, Berlin, Voß, 1783 (paru anonymement, voir dans Sämtliche Werke, II/1, p. 3 (...)

7Dans un premier temps (pas moins de neuf années cependant, de 1781 à 1790), les cahiers d’extraits servent presque exclusivement à la rédaction de satires. Car, paradoxalement, le repli réflexif sur le médium écrit, d’où jaillira un mode d’expression véritablement propre, n’empêche pas le candidat écrivain d’être à l’affût de stimulations extérieures. Or, pédagogie, critique, satire méritent certainement de figurer parmi les impulsions premières du siècle européen des Lumières, y compris en sa dernière période. Jean Paul ne reniera jamais ces origines-là de son œuvre et dénoncera lui aussi les privilèges de la noblesse, le dérèglement de ses mœurs, la vacuité de son existence ou encore les aberrations du savoir. Mais, dans sa jeunesse, ses massifs écrits satiriques poursuivent aussi d’autres buts : le succès (une quête qui restera vaine) et l’entraînement à l’écriture et à la pensée. Car si lire c’est écrire, écrire c’est tenter de poser à nouveau les problèmes auxquels ni la métaphysique traditionnelle ni les systèmes philosophiques imaginés jusqu’alors, monistes ou dualistes, matérialistes ou spiritualistes, n’ont apporté de solution satisfaisante. Écrire sur l’homme et sa relation au monde, sur la part de la raison et de la sensibilité, le rapport du corps et de l’âme, c’est aussi s’efforcer de soigner la blessure sceptique et de prévenir le nihilisme qui guette par une voie autre que celle du criticisme kantien. La satire devient alors pour le jeune auteur l’art de penser sans système. À travers trois gros recueils de textes satiriques (dont deux seulement trouveront — péniblement — preneur chez les éditeurs16) s’affine une pratique du raisonnement par l’absurde, de la réflexion digressive, du dire ironique avec tous ses outils, bon mot, pointe, aphorisme, qui emprunte aux prédécesseurs, notamment à Swift, mais puise aussi sans retenue dans les cahiers d’extraits. Ce faisant s’ébauche par exemple une esthétique de l’obscurité, et surgissent des images-idées nodales telles que celles de l’homme aux machines, de la femme de bois, de l’oiseau mérops. Ne ménageant rien ni personne, la fureur critique finit par se laisser elle aussi détourner : elle tend à s’autonomiser, à devenir indépendante de l’objet et à se montrer surtout l’affaire du sujet. Sont ainsi dessinés les linéaments d’un premier personnage, le narrateur, dont, également sous l’emprise du modèle sternien et de sa prédilection pour une ligne narrative serpentine, la présence restera une constante de l’écriture jean-paulienne, surtout une fois prise la décision de changer de cap et d’investir désormais le genre romanesque.

  • 17 Die unsichtbare Loge (note 5), p. 15 (préface à la seconde édition).
  • 18 Vorschule der Ästhetik, dans Sämtliche Werke, I/5, p. 249 (§ 69).

8La Vie de Wutz est le premier fruit que donne la sortie de la « fabrique de vinaigre satirique17 ». Bien des modèles étaient disponibles sur le marché du livre de l’époque, particulièrement novateur dans cette Allemagne de la fin de siècle qui travaillait ardemment à s’inventer une identité littéraire. Il y avait les divers avatars du roman sentimental, outre le roman sternien avec sa perspective instable, le roman épistolaire mono perspectiviste à la Werther ; il y avait aussi, dans le registre de la biographie (puisqu’aussi bien le récit de Jean Paul s’annonce comme récit de vie), de la biographie réelle ou fictive, le schéma de la vie de savant, le retour en arrière dans la variante religieuse de l’éloge funèbre ou le retour sur soi dans la forme sécularisée de la confession rousseauiste ; il y avait encore, parmi les autres genres considérés comme mineurs par la poétique classique traditionnelle, le conte et l’idylle. Jean Paul, un des créateurs du roman moderne de langue allemande, va pratiquer sans réserve et avant que n’en émerge la théorie chez les romantiques d’Iéna, ce mélange des genres propre à un genre réputé informe, qui commence seulement à se faire reconnaître en cette fin de xviiie siècle et dans lequel il proposera bientôt lui-même de voir une « encyclopédie poétique18 ». La première page de la Vie de Wutz donne, du reste, un avant-goût de cette universalité romanesque en mêlant déjà l’autobiographie, l’adresse au personnage reprise au sermon funèbre, l’adresse au lecteur caractéristique du roman sternien ou werthérien et l’ambiente merveilleux (le narrateur n’est-il pas stylisé en conteur ?). C’est toutefois à l’idylle que Jean Paul choisit de se référer explicitement dans le sous-titre de son ouvrage : « Une manière d’idylle ». Arrêtons-nous donc sur cette généalogie littéraire avouée, en notant qu’elle est d’entrée de jeu complexe, puisqu’elle induit le choix d’un thème déterminé — le bonheur, le plaisir, la joie (auquel se conforme bien le personnage, qualifié de « joyeux ») — sans exclure la mise à distance (« une manière de… »).

9Ce n’est pas le lieu, ici, de s’attarder sur les origines antiques de l’idylle, ni même sur la littérature pastorale cultivée à travers toute l’Europe aux xvie et xviie siècles. Il suffira de rappeler l’essentielle duplicité du genre.

  • 19 Salomon Geßner, « Der Wunsch », dans Idyllen, éd. E. Theodor Voss, Stuttgart, Reclam, 1973, p. 68.

10Celle-ci se manifeste dès ses deux fondateurs, Théocrite et Virgile, l’un produisant dans ses Eidyllia des tableaux réalistes de la vie champêtre, l’autre donnant dans ses Bucolica une image idéale de cette dernière. Si la tendance idéaliste l’emporte d’abord, dans le cadre aristocratique qui est celui de la tradition européenne à partir de la Renaissance, la montée des valeurs bourgeoises au cours du xviiie siècle réactive cette dualité primitivement inscrite dans le genre pastoral. La contradiction entre idée et réalité ne travaille-t-elle pas la nouvelle pensée du changement et du progrès de façon consubstantielle ? C’est Salomon Geßner qui donna une première forme à cette adaptation moderne du genre dans ses Idylles, parues en 1756 et jusqu’à la fin du siècle vrai bestseller européen. Si l’auteur se réclame expressément du réaliste Théocrite, il n’en utilise pas moins un idéal, le mythe de l’âge d’or pour peindre ses « agréables tableaux19 ».

  • 20 Der siebzigste Geburtstag.

11Durant les années 1780-90, alors que se déroule l’ultime épisode de la querelle des Anciens et des Modernes, l’antique genre de l’idylle inspire de nouvelles expérimentations. Johann Heinrich Voß invente ce qu’on a pu appeler « l’épopée idyllique » en croisant la forme versifiée cultivée par les Anciens avec un contenu moderne. Dans son Soixante-dixième anniversaire20, publié en 1781, il transplante la scène dans l’Allemagne contemporaine et héroïse la vie domestique d’une famille de pasteur de village en la faisant vibrer du souffle de ses hexamètres et en remplaçant le bouclier d’Achille par le rustique mobilier du vénérable vieillard jubilaire. Ce faisant, il dresse un monument à l’éthique bourgeoise du naturel et de la simplicité et élève ses représentants au rang de type universel. En 1797, dans son Hermann et Dorothée, Goethe s’engagera sur la voie ouverte par Voß. Mais même dans ces nouveaux avatars, le genre continue de reposer sur une construction mythique, sur la référence à un temps ou un espace éloigné : à l’idéal de l’âge d’or geßnérien s’était simplement substitué le nouvel idéal de la Bildung bourgeoise, l’Antiquité.

  • 21 Vorschule der Ästhetik (note 18), p. 257 (§ 73).
  • 22 Ibid., p. 258 (§ 73).
  • 23 Johann Gottfried Herder, Adrastea, vol. II, 4e morceau, dans Sämmtliche Werke, éd. Bernhard Suphan (...)

12Jean Paul opte avec la Vie de Wutz pour une modernisation conjointe du contenu et de la forme. L’idylle est incorporée au genre épique moderne, le roman, elle en devient une « fleur latérale », comme il le formulera plus tard21. La démarche est décisive à plusieurs égards. Si elle perd son statut de genre littéraire autonome, l’idylle va désormais profiter de la visée à la fois totalisatrice, dans le sujet comme dans la forme, et individualisatrice du roman. Tout en restant de préférence ancrée dans les milieux humbles de la société, elle offrira une bien plus grande variété de personnages et de situations. Mais l’ampleur et la nature protéiforme du genre romanesque contribuera aussi à élargir la perspective de l’idylle moderne. La distorsion entre idéalisme et réalisme notamment, qui sous-tendait dès l’origine le genre ancien mais y demeurait implicite, pourra dès lors devenir manifeste et affecter l’économie même de l’œuvre : idylle et satire, revendication de bonheur et dévoilement des obstacles réels qui sont opposés à sa satisfaction, se heurteront ainsi dans le texte même. Jean Paul concevra, de même, le genre rénové comme un « tableau du bonheur total dans la limitation22 ». Par ailleurs, les personnages de l’idylle profiteront, sous l’égide du roman, de l’approfondissement de la sphère subjective qui va de pair avec le développement du grand genre moderne : « Ici est l’Arcadie, devant toi, autour de toi, pour peu qu’elle soit en toi23 », écrira Herder en 1802. Les habitants de l’idylle nouvelle ne seront plus des types plus ou moins conventionnels, mais des individus : ils évolueront dans un monde authentique, déterminé, et réagiront à la pression de ce dernier en développant certaines stratégies et en découvrant l’espace de l’intériorité. Mais le bonheur, qui reste une aspiration constitutive du roman à tonalité idyllique, a-t-il alors encore un lien avec un donné vécu ? Mué en valeur de l’intériorité, ne risque-t-il pas de relever de la pure illusion, du mensonge, du succédané et d’exprimer un simple rêve d’évasion ?

  • 24 L’« école hollandaise » se situerait, par opposition à l’« école italienne » et à l’« école allema (...)
  • 25 Citons au moins Leben des Quintus Fixlein (Vie de Fixlein, régent de cinquième, 1795), Der Jubelse (...)

13La Vie de Wutz est, certes, un roman court : c’est un premier roman, comme le Werther de Goethe ; mais il est bien représentatif de l’inscription du moment idyllique dans le genre romanesque chez Jean Paul, dans la mesure où il inaugure une des trois « écoles » romanesques que distinguera ultérieurement l’auteur dans son œuvre24. Il aura des successeurs, eux sensiblement plus étoffés et donc plus conformes à l’idée qu’on se fait de l’ampleur épique25. Ces « manières d’idylle » constituent en tout cas une des pièces à conviction essentielles qui autorisent à voir en Jean Paul un des pères fondateurs du roman de langue allemande : de la Vie de Wutz à Hermann Hesse ou Robert Walser en passant par Eduard Mörike, Adalbert Stifter ou Gottfried Keller, la composante idyllique nous paraît être une nuance spécifiquement germanique dans la large palette du roman européen.

  • 26 Vie de Wutz, p. 36.
  • 27 Friedrich Nietzsche, « Der Wanderer und sein Schatten », dans Menschliches, Allzumenschliches, vol (...)

14On a longtemps donné une interprétation lénifiante des idylles de Jean Paul. On y a vu des odes à la naïveté de l’enfance, à une forme de bonheur simple et paisible. On a fait de son « héros » un rêveur un peu décalé, mais aimable et inoffensif. Entre la période post-napoléonienne et le début du xxe siècle, on a même transformé Wutz et ses semblables dans l’œuvre de Jean Paul en archétypes de cette germanité certes impuissante à prendre son destin en main, mais capable, face aux petitesses d’un monde exigu, de se retrancher dans une noble indifférence pour entrevoir des royaumes mieux sécurisés, comme celui de la quiétude domestique, ou plus élevés, comme celui de la rêverie heureuse. Le texte ne semble-t-il pas dès les premières lignes faire l’apologie des « seules joies de l’existence qui résistent au feu, celles de la vie familiale26 » ? La lecture identificatoire était de règle, y compris dans les travaux académiques. Elle rendit le récit de Jean Paul populaire mais valut à l’auteur, par contrecoup, le jugement sans appel de Nietzsche : « une fatalité en robe de chambre27 » !

  • 28 Lettre du 6 juillet 1792 de Jean Paul à Moritz, dans Wahrheit aus Jean Paul’s Leben (note 1), p. 3 (...)
  • 29 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, P. U. F., 1958, p. 52.
  • 30 Leibniz, La Monadologie, édition annotée et précédée d’une exposition du système de Leibniz par Ém (...)

15Dans la ligne du sous-titre lui-même, Jean Paul a toutefois multiplié les signes susceptibles d’induire une lecture moins assurée de son « excentrique idylle28 ». À les relever, on peut voir que le tableau de l’enfance heureuse qui semble ouvrir le récit est rien moins qu’innocent, pas plus que ne sont innocents en profondeur les plaisirs qui y sont décrits. Le « bonheur d’habiter29 » repose chez Wutz sur une savante arithmétique qui met en jeu la relation du grand au petit et du moi au monde : maîtrisant à la perfection la subtile dialectique de la miniaturisation, le personnage aime à réduire le monde aux dimensions de la salle de la maison, du jardin, de l’église, du village, car la réduction intensifie son plaisir. À l’inverse, plus l’espace est réduit, plus son moi enfle et plus ce moi enfle, plus il en tire de jouissance. Se dévoile ici cette vanité propre à Wutz, qui est elle aussi fondée sur l’art de faire varier les grandeurs selon les besoins d’un eudémonisme obstiné : il suffit en quelque sorte de mécaniser le regard en lui adaptant des verres tantôt grossissants, tantôt réducteurs ou encore d’appliquer cette conception leibnizienne de la matière qui voit en « [c]haque portion [de celle-ci] un jardin plein de plantes, […] un étang plein de poissons. Mais chaque rameau de la plante, chaque membre de l’animal, chaque goutte de ses humeurs est encore un tel jardin, ou un tel étang30 ». Le plaisir maximal est dans le nid ! Le nid a même le pouvoir d’escamoter le monde réel, avec ses menaces, et depuis l’infime ainsi calfeutré de libérer l’imaginaire de l’infini.

  • 31 Vie de Wutz, p. 40.

16Peut-on, par ailleurs, ignorer la structure profonde du petit roman ? S’il paraît bien « avancer proprement a priori31 », selon les termes mêmes du narrateur, donc progresser chronologiquement en commençant par l’enfance du « héros », comment ne pas voir que le récit de cette première tranche de vie n’est pas candidement premier, restitution d’une expérience immédiatement vécue, mais se présente sous la forme d’une évocation de souvenirs, sciemment et consciencieusement organisée par un Wutz qui a entre-temps atteint la vieillesse ? Hédoniste sans frein, le vieux n’hésite devant aucun calcul pour tirer le bénéfice optimal de ses séances de « récapitulation » : ce qui compte, c’est toujours et encore d’augmenter son plaisir et, pour augmenter le plaisir dans une vie qui en est avare, il faut le faire durer, donc ne pas épuiser la réserve des scènes d’enfance heureuses en une seule soirée.

  • 32 Est notamment frappant le trou béant qui s’ouvre dans le récit entre la scène du mariage de Wutz e (...)
  • 33 Vie de Wutz, p. 36.
  • 34 Ibid., p. 46.

17À y regarder de plus près, le dispositif narratif mis en œuvre dans le récit jean-paulien n’est pas non plus de nature à conforter l’illusion d’une idylle sans histoire. Le narrateur devrait sensiblement modifier la vision des lecteurs. Du reste n’est-il pas omniprésent ? N’est-il pas en vérité le seul personnage authentique, la seule instance à assurer un degré minimal d’intégration narrative dans une biographie qui fait mine de se référer au principe de continuité pour mieux s’en détacher32 ? Or, ce narrateur porte un regard à la fois surplombant et empathique sur Wutz. Il dispose notamment d’un savoir infiniment supérieur à celui de son personnage. Cette supériorité s’exprime tout au long du texte à travers les jugements émis sur le maître d’école — « Enfant déjà, il était un peu puéril33 » —, à travers les comparaisons, allusions, images dont est gorgée son écriture et qui font entrer dans le cercle étroit de l’idylle prétendue l’écho de connaissances relevant des domaines les plus variés, la philosophie, la politique, la littérature, l’histoire naturelle, l’astronomie. Elle se manifeste également dans la conscience qu’a ce narrateur de la réalité extra-idyllique, de ce qu’il appelle lui-même le « grand monde de l’autre côté de la rue », en français dans le texte puisqu’il s’agit d’un monde dominé par des modèles culturels largement français, qu’il s’agisse de l’absolutisme ou des Lumières. Le bonheur du « petit maître d’école » n’est pas peint comme absolu, mais rapporté par le narrateur à un espace sociopolitique beaucoup plus vaste, qui le fait apparaître dans toute sa « limitation ». À deux reprises dans le cours du roman, cette réalité donne lieu à un traitement qui ne surprend guère quiconque est instruit de la rage satirique du premier Jean Paul, mais qui heurte les attentes qu’on est en droit d’avoir vis-à-vis du genre de l’idylle. La question de la succession du père de Wutz est l’occasion de dénoncer l’indigence des écoles de village, l’incurie des féodaux dont elles dépendent et les effets ravageurs de cet abandon général sur le peuple des campagnes. Une autre interrogation surgit toutefois : qu’en a-t-il donc été de la diffusion des réformes de l’Aufklärung dans les milieux populaires ? Et lorsque le narrateur qualifie le pensionnat fréquenté par Wutz de « couvent protestant pour jeunes garçons34 », il montre par l’absurde que la fonction d’une institution ainsi conformée n’est à l’évidence pas de faire des élèves des êtres majeurs et des serviteurs autonomes et responsables d’un État moderne, mais d’apprêter le futur « citoyen » pour en faire le détenteur docile des fonctions offertes par le pouvoir du moment. La première éventualité aurait correspondu à l’idéal qu’avait nourri la frange la plus radicale de l’Aufklärung. Le second terme de l’alternative est le contre-résultat concret de décennies d’espoir : le « citoyen » menace de retomber sous les fourches de l’État féodal autoritaire, de rétrograder, d’être rendu à la condition de « sujet ». Jean Paul appartient à une époque qui a perdu ses certitudes quant aux possibilités mêmes du progrès, quant à sa fin et à ses moyens.

  • 35 Ibid., p. 49.
  • 36 Vorschule der Ästhetik (note 18), p. 262.
  • 37 Vie de Wutz., p. 51.
  • 38 Ibid., p. 44.

18Les déroutantes satires ainsi incluses dans cette « manière d’idylle » montrent bien que la « limitation » dont Jean Paul a fait un des deux termes clefs de sa définition du genre — « bonheur total dans la limitation » —, n’est le fait ni d’un choix, ni d’un idéal mais l’effet d’un contexte sociopolitique défavorable. Et elle apporte naturellement une coloration bien particulière aux plaisirs et joies microscopiques mais dialectiquement intensifiés que recherche Wutz sans relâche. Les aspects grotesques, voire inquiétants de ce que le narrateur donne pour son « art d’être toujours joyeux35 » ne sont pas passés sous silence. Que penser par exemple du goût wutzien de l’ordre, du « rire phénoménal » qui le secoue le soir, une fois couché, à la vue du « parallélisme parfait » de ses chaussures ? Que voir dans le plaisir singulier qui s’empare du « lilliputien36 » partenaire de Justel alors que « sa tête et sa main droite [sont] tout occupées du chaud dépôt dans cette dernière37 » (il s’agit de la main de la jeune fille !) ? Qu’y voir sinon une nouvelle jouissance de cet imaginaire du nid qui teinte toute l’expérience du monde et des autres chez ce curieux personnage et qui est, par essence, autarcique, narcissique, régressif ? Comment ne pas évoquer enfin l’égotisme radical qui se lit dans le mode de composition même de la bibliothèque de Wutz : des titres piratés deux fois l’an dans le catalogue de la foire de Leipzig, Les Brigands de Schiller, la Critique de la raison pure de Kant, le traité Sur l’espace et le temps de Feder, les Rêveries du promeneur solitaire et les Confessions de Rousseau, les Souffrances du jeune Werther de Goethe, Le Messie de Klopstock, etc., réduits à habiller de façon toute extérieure des contenus manuscrits que l’« auteur » « ne tirait […] de nul autre que de lui-même38 » ?

  • 39 Ibid., p. 46.
  • 40 Ibid., p. 49.
  • 41 Une différence, essentielle, est que, dans son opiniâtre recherche de bonheur, Wutz ruse avec lui- (...)
  • 42 Ibid., p. 76.

19Pour autant, le narrateur ne se détourne pas de son personnage. Il valorise bien au contraire son eudémonisme, qu’il présente comme une stratégie de survie en milieu hostile : « loin d’être un amusement, c’était là un travail d’Hercule39 ». Wutz est même dit « rusé40 », un peu comme sont condamnés à l’être les héros de contes41 et, plus généralement, les figures issues des basses couches sociales. Le narrateur s’en réjouit. Il admire sa capacité à se donner des plaisirs anticipés et, inversement, son aptitude à goûter des joies rétrospectives quand, sur son lit de mort, entouré de ses jouets d’enfant, il a accès aux domaines ouverts par le sommeil, le rêve et l’imagination. L’écriture jean-paulienne de l’idylle est elle-même traversée par le divorce entre idéal et réalité. L’écrivain conforte la « peine » que déploie Wutz pour être « joyeux » en faisant travailler sa propre plume et se félicite de ce monde « que nous avons tous mis tant de peine et d’encre à parer42 ». Il est lui-même prêt à s’employer à l’ornementation et à la poétisation d’une réalité pourtant rétive. Le caractère recherché de son écriture, en révélant la taille de l’écart à combler par rapport au donné réel et donc la difficulté de la tâche, garantit que la littérature ne prête pas la main à une simple idéalisation et donc à une pérennisation de ce donné, ce que suggère toute lecture lénifiante des romans de Jean Paul. C’est une écriture qui s’installe dans les manques de la réalité sans les masquer, et de cette pratique de l’écrivain, la Vie de Wutz présente au moins deux modalités qu’il est nécessaire d’évoquer ici.

  • 43 Ibid., p. 74.

20La première d’entre elles consiste en ce qu’on pourrait appeler le parallèle humoristique entre deux mondes, le grand et le petit. L’illustre par exemple la description du banquet de mariage de Wutz. En réalité, comme le concède ensuite le narrateur, on n’était que quatre à table, la mère de Wutz, le père de Justel et les deux fiancés, et le service en étain serait exposé aux regards de tous s’il était un jour mis aux enchères : « la saladière, la saucière, le plateau à fromages et le moutardier étaient une seule et même assiette qu’on récurait avant chaque nouvel usage43 ». Le narrateur met à disposition sa connaissance (du reste livresque !) des commodités de la vie aristocratique pour en décorer le petit monde de l’idylle. Cette transformation de la pauvreté en luxe demande le concours de l’imagination de Wutz (mais comme un enfant, il est tout à fait capable de voir une pièce de vaisselle délicate dans le plat le plus ordinaire) et du savoir de son créateur (les conditions sociales sont injustement inégales). L’écriture fictive rétablit une sorte de justice. Le lecteur sourit.

  • 44 « Über die natürliche Magie der Einbildungskraft », dans Leben des Quintus Fixlein, dans Sämtliche (...)
  • 45 Vie de Wutz, p. 54.
  • 46 Ibid., p. 62.
  • 47 Le couchant inspire par deux fois de telles expériences aux personnages de l’idylle, à Wutz, ibid. (...)
  • 48 C’est la couleur verte, celle de son bonnet d’enfant – dans lequel, l’espace d’un instant, se conc (...)
  • 49 Ibid., p. 90.

21Mais il y a surtout la poésie, cette poésie absolue qui, pour Jean Paul, s’établit non en présence de la réalité mais comme son « succédané délectable44 ». Aussi modeste, voire indigente soit-elle, ou plutôt en raison même de sa modestie, voire de son indigence, une existence peut donner lieu à un beau tableau parce qu’elle laisse le champ plus libre à l’imagination. Les minces péripéties de la vie du « petit maître d’école » se prêtent ainsi de façon privilégiée à l’élévation poétique. Le jeune Wutz, rentrant pour les vacances d’été de Scheerau à Auenthal, un dimanche soir après l’office, avec la perspective de retrouver Justel ; une promenade des deux promis sur une colline des environs du village, au moment du coucher du soleil ; les derniers rêves du mourant ; autant de situations qui sont l’occasion de pages exaltées, peignant à chaque fois « un de ces moments de transport, un de ces foyers de l’exaltation humaine45 ». En ces instants exceptionnels, le poète arrache son personnage miniature au « torrent impétueux et indomptable des choses46 » et va jusqu’à lui donner accès au fameux désir romantique, à cette Sehnsucht, ce ravissement, cette ivresse qui en saisissent certains dans les moments d’harmonie fusionnelle avec la nature cosmique47 ou de retour sur leur lointaine enfance48. Ces scènes, telles qu’elles apparaissent fugitivement dans l’idylle jean-paulienne, ne sont pas des tentatives d’évasion hors d’une réalité négative. Elles sont l’expansion poétique positive conditionnée par la réalité niée elle-même. Réalité et poésie sont contiguës et affirment toutes deux, précisément dans leur contiguïté, la négativité de l’une et la positivité de l’autre. Il n’y a pas d’illusion de réconciliation. C’est ainsi qu’au détour d’une « manière d’idylle », Jean Paul semble livrer la clef de son propre mode de création : « quand on a de l’imagination, on se fabrique une relique miraculeuse à partir de la moindre rognure, à partir d’une mâchoire d’âne une source ; les cinq sens ne vous fournissent que les cartons, que les traits sommaires du plaisir ou du déplaisir49. » Cette conception du rôle relatif de la connaissance sensible et de l’imagination dans l’acte poétique sera pleinement développée dans le Cours préparatoire d’esthétique.

  • 50 Jens Tismar, Gestörte Idyllen. Eine Studie zur Problematik der idyllischen Wunschvorstellungen am (...)
  • 51 Jean Paul est aussi l’auteur d’une autobiographie conjecturale (Jean Pauls Briefe und bevorstehend (...)
  • 52 Nous nous permettons de renvoyer sur ces questions à notre ouvrage Les Années de voyage de Jean Pa (...)

22Nous pensons avoir identifié certains des éléments qui font de la lecture de la Vie de Wutz une aventure plus complexe qu’il pourrait y paraître au premier abord. Nous n’avons pu qu’effleurer, ici et là, la dimension autobiographique de l’œuvre. Un traitement approfondi nécessiterait de prendre en compte la place surdimensionnée de la mort de Wutz dans l’économie générale de la biographie ainsi que l’obsession de la mort tout au long du récit. Il faudrait les rapporter aux divers événements qui ont ponctué la jeunesse de l’auteur, disparitions d’êtres chers, vision de sa propre mort, et voir comment, notamment, ce dernier fantasme a généré le passage à l’écriture romanesque. L’idylle selon Jean Paul est ainsi également « dérangée50 » par l’omniprésence du thème de la mort. Un aspect plus troublant encore de l’intimité qui lie l’auteur à son œuvre, se révèle quand on considère que Wutz est déjà, comme le seront tant d’autres personnages de Jean Paul, auteur, qu’on se remémore le mode d’écriture de ses ouvrages et qu’on s’avise de le mettre en regard avec celui de son créateur lui-même. S’ouvrent alors des aperçus vertigineux sur une possible autoréflexivité du récit : un peu comme son personnage, Jean Paul n’aurait pas seulement laissé à la postérité des « Vies », ni même des « Vies » fictives mais des « Vies » en quelque sorte performatives ; sa vie réelle se serait épuisée, un peu comme celle de son double romanesque, en « Vies » écrites, en écriture de vie (« biographie » au sens premier), renversant tendanciellement le rapport de priorité entre vie et littérature. Pas de vie hors de l’écrit. Au mieux une vie seconde, une copie de la vie écrite51. Dans la dernière partie du récit, Wutz fait même appel à un « Jean Paul » soudainement entré dans la fiction parce qu’il se soucie de faire écrire sa mort avant de la vivre. Une différence existerait toutefois entre l’auteur et son personnage, un peu analogue à celle qui sépare Goethe de Werther : comme Goethe réussit à juguler ses démons en thématisant la question difficile de la création et du rapport entre « poésie » et « vérité », c’est-à-dire en créant son personnage, Jean Paul commence déjà avec Wutz à objectiver des problèmes qui deviendront cruciaux pour son œuvre, celui du solipsisme et celui de l’autoréflexivité de l’art52.

  • 53 Sur la perception française de Jean Paul, on consultera l’ouvrage de Claude Pichois, resté exempla (...)
  • 54 On trouve ces quelques pages extraites du « Discours du Christ mort » (« Rede des toten Christus v (...)
  • 55 Henri Blaze de Bury, « Jean-Paul. Sa vie littéraire. – Ses œuvres », dans Revue des deux mondes, 1(...)
  • 56 Œuvres de Jean-Paul Frédéric Richter, traduites de l’allemand par Philarète Chasles. – Titan, 4 vo (...)
  • 57 Poétique ou Introduction à l’Esthétique par Jean-Paul Fr. Richter, traduite de l’allemand précédée (...)
  • 58 Le premier paraît dans La Nouvelle Revue germanique, X, février 1832, p. 97-129.
  • 59 Frédéric Gustave Eichhoff, Morceaux choisis en prose et en vers des classiques allemands, 3 séries (...)
  • 60 Revue de l’enseignement des langues vivantes, I/5, mars 1884-février 1885, p. 129-138.
  • 61 Ibid., XI/1-6, mars-août 1894, p. 28-32, 72-76, 112-116, 173-176, 210-214, 261-267.
  • 62 H. Blaze de Bury, « Jean-Paul » (note 55), p. 891.
  • 63 Ibid., p. 864.
  • 64 Ibid., p. 867.
  • 65 Ibid., p. 868.

23On sait53 que Jean Paul est entré dans le champ littéraire français grâce à un texte court, encore abrégé dans la traduction, offert au lecteur du De l’Allemagne de Madame de Staël. C’était le « songe », la vision apocalyptique d’un monde sans Dieu54. La puissance des images jean-pauliennes devait imposer le nom de l’auteur aux cercles romantiques français et même anglais, même si « les nébuleuses imaginations de la métaphysique et de la poésie du Nord55 » continuent jusqu’au xxe siècle de susciter de nombreuses interrogations. Au cours du xixe siècle, on publie des « pensées » détachées de Jean Paul, des morceaux choisis dans divers florilèges de littérature allemande. Quelques traducteurs se risquent à des œuvres entières, le Titan56 et l’Introduction à l’esthétique57. La Vie de Wutz fait elle aussi l’objet d’extraits dans des revues58 et des recueils tout au long de la période. Les idylles de Jean Paul bénéficient de la progressive mise en place de l’Université française moderne et, dans les dernières décennies du siècle, à l’heure du rétablissement républicain, du regain d’intérêt pour les questions pédagogiques. Au milieu du siècle, on voit ainsi un Frédéric Gustave Eichhoff, qui enseigna la littérature allemande aux facultés de Paris et de Lyon, faire figurer le début de Wutz dans une anthologie, dont paraîtra peu de temps après une traduction française59. En 1894, la brèche une fois ouverte par un article du premier jean-paulien français, Joseph-Léon Firmery, sur la situation des maîtres d’école en Allemagne à la fin du xviiie siècle60, la Revue de l’enseignement des langues vivantes publie une version française incomplète de l’histoire de Wutz61. D’un point de vue littéraire, on observe que ces récits jean-pauliens profitent paradoxalement de la gloire de Goethe en France. Certains interprètes croient y trouver des tableaux de genre dans la veine objective et réaliste des écrits du Weimarien et, à ce titre, les préfèrent à l’écriture jugée déstructurée des grands romans. Sans dévaloriser le style sinueux, le « luxe irrégulier62 », les « chinoiseries merveilleuses63 » de l’écrivain dans l’ensemble de son œuvre, Blaze de Bury va jusqu’à voir dans les idylles « le genre, où tout lui appartient en propre64 ». Il les compare au roman balzacien dont le « goût » est selon lui gâté par un penchant pour le réalisme de détail. Chez Jean Paul en revanche, qui serait « avant tout poète65 », l’« étude de la vie réelle » serait toujours épurée, passée par les filtres de l’humour et de la poésie. Un jugement esthétique qui, comme c’est souvent le cas dans les figures de transferts culturels, traduit le positionnement du critique dans les débats intellectuels du pays d’accueil : du point de vue du pays d’origine, utiliser Jean Paul pour défendre la rémanence de la poétique du goût dans l’esthétique du xixe siècle français est un déplacement de sens imprévu.

  • 66 Jean Paul, Voyage du Proviseur Fälbel. Vie de Maria Wutz, trad., introduction et notes de Genevièv (...)
  • 67 G. Bianquis, dans Jean Paul, Voyage du Proviseur Fälbel. Vie de Maria Wutz (note 66), p. XXVI (int (...)

24La première traduction complète de la Vie de Wutz trouve sa place à une autre époque d’avant-gardes, celle qui ouvre le siècle suivant. C’est la germaniste Geneviève Bianquis qui la propose66, en 1930, dans le contexte de l’action du Brambilla-club en faveur de la promotion du romantisme allemand. Comme avec la traduction du roman Hespérus par Albert Béguin, parue la même année, il s’agissait alors de faire connaître des textes et de diffuser une certaine image de la littérature allemande propre à cette époque : vision onirique de la réalité, magie poétique du cœur et de l’imagination, motifs musicaux. Geneviève Bianquis ne peut ignorer les dissonances qui traversent la création jean-paulienne, les accents satiriques, les longues périodes sinueuses et encombrées d’images et de références. Elle privilégie toutefois l’idée que domine « une teinte de bonhomie indispensable à l’idylle » et à un « héros si parfaitement naïf67 ». Sa traduction ne heurte pas de front l’économie de la langue cible, elle reste « élégante », conforme au code prévalant traditionnellement en langue française.

***

  • 68 Walter Benjamin, Ursprung des deutschen Trauerspiels, dans Gesammelte Schriften, éd. Rolf Tiedeman (...)
  • 69 H. Blaze de Bury (note 55), p. 863.

25Nous avons tenté de retracer dans cette introduction ce qu’a apporté la recherche plus récente, notamment sur la genèse du mode d’écriture jean-paulien en général, sur l’invention du roman à tonalité idyllique à mettre au crédit de Jean Paul et sur la mise en œuvre de dispositifs narratifs complexes dans sa structure. Nous avons par ailleurs fait fond sur l’observation que depuis les années 1930 la langue française a encore avancé sur la voie du « dépaysement » grâce aux transpositions du roman sud-américain, de l’œuvre d’autres écrivains érudits comme Jorge Luis Borgès ou Carlo Emilio Gadda, celle de Mo Yan et de bien d’autres encore. Elle devrait donc être mieux préparée à accueillir aujourd’hui celui que Walter Benjamin a appelé « le plus grand allégoricien parmi les poètes de langue allemande68 », mieux prête à accepter qu’agisse sur elle un idiome « accouplant, emboîtant les idées et les mots dans les combinaisons les plus charmantes, dans les plus adultères agglomérations69 ».

Notes

1 Lettre du 17 juillet 1792 de Moritz à Jean Paul, dans Wahrheit aus Jean Paul’s Leben, éd. Christian Otto et Ernst Förster, Breslau, Josef Max, 1826 s., vol. IV, p. 353.

2 Lettre du 19 juin 1792, ibid., p. 348 sq.

3 Lettre du 18 juillet 1790 de Jean Paul à Otto, dans Jean Pauls sämtliche Werke. Historisch-kritische Ausgabe, éd. Eduard Berend, Weimar, Böhlau/Berlin, Akademie-Verlag, 1927 s., 3e section : correspondance, vol. I, p. 299.

4 Lettre du 17 février 1791 de Jean Paul à Otto, ibid., p. 325.

5 Die unsichtbare Loge, dans Sämtliche Werke, 1re section, éd. Norbert Miller, München, Hanser, 1989 (5e éd.), vol. I, p. 15 (préface à la seconde édition).

6 Jean Paul, Mon enterrement vivant et autres textes, traduit et préfacé par Nicolas Briand, « Collection romantique », n ° 50, Corti, 1994.

7 Jean Paul, Sämtliche Werke, 2e section, éd. Norbert Miller, Wilhelm Schmidt-Biggemann, München, Hanser, 1974-1976, vol. 1-2. C’est cette édition à laquelle nous nous référerons en principe : le chiffre romain indiquera la section (I-II), le chiffre arabe le volume.

8 Les Nouveaux essais sur l’entendement humain n’avaient été publiés qu’à titre posthume, en 1765. En transposant à la création artistique les « déterminations confuses » que Leibniz y identifiait comme ressorts de l’activité humaine, certains théoriciens de Leipzig (Ernst Platner) devaient nourrir le débat sur la question du génie et ouvrir la voie à l’esthétique subjectiviste.

9 Non publié.

10 Jean Paul a perdu son père, le pasteur, à seize ans. Après la mort du grand-père maternel, l’année suivante, la famille, qui est composée de cinq fils (Jean Paul est l’aîné), connaît la misère.

11 Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la foire de Leipzig relégua en effet celle de Francfort au second plan. La situation de la ville saxonne, au carrefour des routes commerciales de l’ouest et de l’est (Pologne, Russie) favorisa cet essor. Le marché du livre opta aussi pour Leipzig : sur les trois cents libraires-éditeurs régulièrement représentés lors des trois foires annuelles, celle du Nouvel An, celle de Pâques et celle de la Saint-Michel, une proportion de un sur dix était même directement établi dans la ville. C’est aussi dans le contexte leipzigois que fut abandonné le commerce d’échange et franchi le pas décisif vers les tractations au comptant.

12 Cité, avec la photo de la page originale, dans Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1988, p. 324. Ces entrées appartiennent à un cahier intitulé « Histoire. Vol. 8. 1785 ».

13 Jean Paul, « Die Taschenbibliothek », dans Sämtliche Werke, II/3, p. 772.

14 Cité dans G. Müller, Jean Pauls Exzerpte (note 12), p. 329. Cet item se trouve dans le fascicule 3a du registre. À notre connaissance, les spécialistes n’ont pas encore totalement élucidé le sens des renvois internes chiffrés…

15 Cf. p. 47 de la présente édition.

16 Grönländische Prozesse, Berlin, Voß, 1783 (paru anonymement, voir dans Sämtliche Werke, II/1, p. 369-582) et Auswahl aus des Teufels Papieren, Gera, Beckmann, 1789 (sous le pseudonyme J. P. F. Hasus, ibid., II/2, p. 111-469).

17 Die unsichtbare Loge (note 5), p. 15 (préface à la seconde édition).

18 Vorschule der Ästhetik, dans Sämtliche Werke, I/5, p. 249 (§ 69).

19 Salomon Geßner, « Der Wunsch », dans Idyllen, éd. E. Theodor Voss, Stuttgart, Reclam, 1973, p. 68.

20 Der siebzigste Geburtstag.

21 Vorschule der Ästhetik (note 18), p. 257 (§ 73).

22 Ibid., p. 258 (§ 73).

23 Johann Gottfried Herder, Adrastea, vol. II, 4e morceau, dans Sämmtliche Werke, éd. Bernhard Suphan, vol. XXIII, Berlin, Weidmann, 1885, p. 305.

24 L’« école hollandaise » se situerait, par opposition à l’« école italienne » et à l’« école allemande », dans le cadre du village, de la communauté campagnarde et admettrait le sérieux, mais facilement aussi le comique. Elle serait plus perméable à l’« esprit romantique » censé animer tout roman que les romans de l’« école allemande » (Vorschule der Ästhetik [note 18], p. 253 sq. [§ 72]).

25 Citons au moins Leben des Quintus Fixlein (Vie de Fixlein, régent de cinquième, 1795), Der Jubelsenior (Le Pasteur jubilaire, 1797), Leben Fibels, des Verfassers der bienrodischen Fibel (Vie de Fibel, 1811).

26 Vie de Wutz, p. 36.

27 Friedrich Nietzsche, « Der Wanderer und sein Schatten », dans Menschliches, Allzumenschliches, vol. II, dans Werke, éd. Karl Schlechta, München, Hanser, 1966, vol. I, p. 919 (n° 99).

28 Lettre du 6 juillet 1792 de Jean Paul à Moritz, dans Wahrheit aus Jean Paul’s Leben (note 1), p. 351.

29 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, P. U. F., 1958, p. 52.

30 Leibniz, La Monadologie, édition annotée et précédée d’une exposition du système de Leibniz par Émile Boutroux, Paris, Delagrave, 1968, p. 180.

31 Vie de Wutz, p. 40.

32 Est notamment frappant le trou béant qui s’ouvre dans le récit entre la scène du mariage de Wutz et celle de sa mort.

33 Vie de Wutz, p. 36.

34 Ibid., p. 46.

35 Ibid., p. 49.

36 Vorschule der Ästhetik (note 18), p. 262.

37 Vie de Wutz., p. 51.

38 Ibid., p. 44.

39 Ibid., p. 46.

40 Ibid., p. 49.

41 Une différence, essentielle, est que, dans son opiniâtre recherche de bonheur, Wutz ruse avec lui-même plus qu’avec les autres.

42 Ibid., p. 76.

43 Ibid., p. 74.

44 « Über die natürliche Magie der Einbildungskraft », dans Leben des Quintus Fixlein, dans Sämtliche Werke, I/4, p. 205.

45 Vie de Wutz, p. 54.

46 Ibid., p. 62.

47 Le couchant inspire par deux fois de telles expériences aux personnages de l’idylle, à Wutz, ibid., p. 54 : « une voluptueuse griserie, un vague désir » ; à Justel, ibid., p. 70 : « elle avait souvent désiré […] s’abîmer avec le soleil dans les beaux pays colorés en rouge qui étaient derrière ».

48 C’est la couleur verte, celle de son bonnet d’enfant – dans lequel, l’espace d’un instant, se concentre toute sa personne aux yeux du mourant –, qui lui procure un nouveau « plaisir », une nouvelle « nostalgie » (ibid., p. 88).

49 Ibid., p. 90.

50 Jens Tismar, Gestörte Idyllen. Eine Studie zur Problematik der idyllischen Wunschvorstellungen am Beispiel von Jean Paul, Adalbert Stifter, Robert Walser und Thomas Bernhard, München, Hanser, 1973.

51 Jean Paul est aussi l’auteur d’une autobiographie conjecturale (Jean Pauls Briefe und bevorstehender Lebenslauf [1799] ; traduction par Rolland Pierre sous le titre Biographie conjecturale [1981]).

52 Nous nous permettons de renvoyer sur ces questions à notre ouvrage Les Années de voyage de Jean Paul Richter. Biographie d’une fin de siècle en Allemagne, Le Cerf, 2002.

53 Sur la perception française de Jean Paul, on consultera l’ouvrage de Claude Pichois, resté exemplaire, L’Image de Jean-Paul Richter dans les lettres françaises, Corti, 1963.

54 On trouve ces quelques pages extraites du « Discours du Christ mort » (« Rede des toten Christus vom Weltgebäude herab, daß kein Gott sei », dans Siebenkäs [1796]) dans le chapitre de De l’Allemagne consacré aux romans.

55 Henri Blaze de Bury, « Jean-Paul. Sa vie littéraire. – Ses œuvres », dans Revue des deux mondes, 1er mars 1844, p. 863.

56 Œuvres de Jean-Paul Frédéric Richter, traduites de l’allemand par Philarète Chasles. – Titan, 4 vol., Paris, Ledoux, 1834-1835.

57 Poétique ou Introduction à l’Esthétique par Jean-Paul Fr. Richter, traduite de l’allemand précédée d’un essai sur Jean-Paul et sa poétique suivie de notes et de commentaires par Alexandre Büchner et Léon Dumont, 2 vol., Paris, Durand, 1862.

58 Le premier paraît dans La Nouvelle Revue germanique, X, février 1832, p. 97-129.

59 Frédéric Gustave Eichhoff, Morceaux choisis en prose et en vers des classiques allemands, 3 séries, Paris, Hachette, 1852 (1853-1854 pour la traduction française par Louis Prévost).

60 Revue de l’enseignement des langues vivantes, I/5, mars 1884-février 1885, p. 129-138.

61 Ibid., XI/1-6, mars-août 1894, p. 28-32, 72-76, 112-116, 173-176, 210-214, 261-267.

62 H. Blaze de Bury, « Jean-Paul » (note 55), p. 891.

63 Ibid., p. 864.

64 Ibid., p. 867.

65 Ibid., p. 868.

66 Jean Paul, Voyage du Proviseur Fälbel. Vie de Maria Wutz, trad., introduction et notes de Geneviève Bianquis, Paris, Aubier Montaigne, 1930. Ajoutons qu’avait précédé, en 1925, la publication d’une première traduction d’une autre « idylle » de Jean Paul, Quintus Fixlein, par Alzir Hella et Olivier Bournac (Stock, Delamain et Boutelleau).

67 G. Bianquis, dans Jean Paul, Voyage du Proviseur Fälbel. Vie de Maria Wutz (note 66), p. XXVI (introduction).

68 Walter Benjamin, Ursprung des deutschen Trauerspiels, dans Gesammelte Schriften, éd. Rolf Tiedemann et Hermann Schweppenhäuser, Frankfurt a. Main, Suhrkamp, 1980, I/1, p. 364.

69 H. Blaze de Bury (note 55), p. 863.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540