Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 3-4


Texte intégral

1Célébrer les cent ans de la Société des Nations, n’est-ce pas donner des armes à ceux qui, par idéologie ou par cynisme, s’emploient aujourd’hui à remettre en cause les institutions et jusqu’aux principes mêmes du multilatéralisme ? N’est-ce pas conforter les craintes de ceux qui, en toute bonne foi, doutent encore de la capacité de ce système à prouver sa valeur par des résultats concrets ? Je ne le crois pas.

2Certes, la SDN n’a pas réussi à empêcher le retour des coups de force, des violations de territoire et, finalement, de la guerre. C’est un fait. Après avoir grandi bercés par la promesse d’un monde plus raisonnable et enfin apaisé, nos pères ont payé cet échec au prix fort.

3Ceux qui, de ricanements littéraires en raccourcis historiques, font à « l’esprit de Genève » un procès sans appel oublient toutefois que la responsabilité de cette débâcle incombe moins aux failles d’une jeune organisation confrontée à l’engrenage des crises et à la multiplication des périls qu’aux tergiversations de dirigeants qui n’eurent pas la clairvoyance de travailler ensemble à faire que ce qui était juste fût fort. Moins que de symbole d’une impuissance collective, le destin de la Société des Nations fait donc plutôt figure d’avertissement : voilà où mènent les calculs à courte vue, le mirage du cavalier seul et le mépris du droit. Certains aujourd’hui semblent avoir oublié cette leçon, qui sont en définitive peut-être plus naïfs que ceux-là mêmes qu’ils taxent d’idéalisme.

4Ce centenaire a donc, incontestablement, des allures de mise en garde. J’y vois aussi une occasion de rendre hommage à ceux qui eurent l’audace de tenter ce que jamais encore on n’avait osé tenter : faire du droit, du dialogue et de l’action collective les fondements de la vie internationale, placer l’idéal de paix au cœur des rapports entre les États, traiter la sécurité comme une affaire collective. Et, bien sûr, cet anniversaire est une invitation à mesurer le chemin parcouru depuis le sursaut de 1945 et la naissance des Nations unies et le chemin qui reste encore à parcourir. Tout, en effet, dans l’histoire de la SDN, des formidables espoirs qu’elle suscita à la déception qu’elle finit par provoquer, nous rappelle que la construction d’un ordre international fondé sur le droit et la coopération n’est pas un combat politique comme un autre. C’est une tâche colossale, aussi ardue qu’elle est impérieuse. C’est une entreprise précaire, toujours à la merci de nos égarements et de nos renoncements. C’est un travail de Sisyphe, qu’on ne peut mener à bien qu’en le recommençant toujours. Ce livre d’archives est donc, paradoxalement, un viatique salutaire pour affronter le monde d’aujourd’hui.

5En consultant les documents qu’il rassemble, on mesure la profondeur de l’engagement de notre pays au service du multilatéralisme. Les figures de Briand, d’Herriot et de Monnet, qui apparaissent ici ou là, au détour d’un texte ou d’une photographie, rappellent le rôle de tout premier plan que joua la France dans l’invention de ce premier multilatéralisme, dont l’introduction de Maurice Vaïsse souligne à juste titre qu’il permit de réelles avancées, en dépit de la légende noire qui l’entoure. Ressaisi dans sa complexité historique, éclairé par les urgences de notre présent, cet engagement nous honore autant qu’il nous oblige. Il est et il demeurera au cœur de notre politique étrangère et de notre action diplomatique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.