Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La construction européenne vue à travers les archives hongroises

p. 97-107


Texte intégral

1La Hongrie devint membre du Conseil de l’Europe le 6 novembre 1990. Elle fut le premier pays à adhérer à cette institution après la chute du mur de Berlin. Le 16 décembre 1991, la Hongrie signa l’accord d’association avec la Communauté européenne et treize ans plus tard, le 1er mai 2004, elle rejoignit l’Union européenne. Ce n’est donc que quarante ans après la déclaration Schuman que la Hongrie put prendre officiellement part à la construction européenne. Durant presqu’un demi-siècle, l’Europe centrale, coupée des pays de la partie occidentale du Vieux Continent, dut en effet rester à l’écart de cette intégration. Absente de ce processus avant 1990, la Hongrie s’y intéressait toutefois depuis toujours. Pour les opposants hongrois au régime communiste, l’intégration européenne était un processus indispensable dans la lutte contre Moscou et pour l’avenir du pays, tandis que les autorités officielles observaient cette initiative avec beaucoup de méfiance et d’hostilité, teintées d’un certain pragmatisme.

2Il faut noter que l’histoire des relations entre l’Europe en voie de construction et la Hongrie n’a fait l’objet d’aucune recherche approfondie jusqu’à nos jours. La plupart des ouvrages mentionnant cette question traitent essentiellement de la période postérieure à 1990, et ne font qu’évoquer les événements antérieurs1. Une des raisons principales de l’absence de travaux spécifiquement consacrés à ce sujet est la dispersion des sources. Jusqu’aux documents des années 1990, on ne trouve en effet aucun fonds d’archives ayant directement trait à la question. Les chercheurs doivent dépouiller les documents issus de différentes administrations et de fonds privés susceptibles de comporter des informations sur le sujet. C’est ainsi que le point de vue officiel de la Hongrie à l’égard de la construction européenne peut être étudié à partir des dépêches diplomatiques, des notes verbales du parti au pouvoir, des instructions et rapports des services secrets hongrois, etc. Pour ce qui est de l’attitude des opposants magyars à l’égard de la construction européenne, qui étaient jusqu’en 1990 en clandestinité ou vivaient comme réfugiés à l’étranger, ce sont généralement les archives privées qui se révèlent le plus utiles2. Malheureusement, peu de documents intéressants à ce sujet ont été conservés par les personnalités concernées. Les articles de la presse hongroise sont également une source particulièrement pertinente pour observer l’évolution de l’approche hongroise à l’égard de la construction européenne.

Quelques repères pour l’histoire des relations entre l’intégration européenne et la Hongrie

3Au début des années 1950, les autorités hongroises suivaient la construction européenne avec autant d’attention que d’hostilité. Budapest n’avait aucune marge de manœuvre et quasiment aucune autonomie diplomatique, et elle devait se plier scrupuleusement à la politique dictée par Moscou. C’est ainsi que dans le discours politique hongrois, la CECA, l’Union de l’Europe occidentale ainsi que tous les autres projets (par exemple la CED) étaient considérés comme un outil de l’impérialisme américain contre les démocraties socialistes, contre le bloc de l’Est. Cette idée était très ancrée dans la politique extérieure de Budapest. Les autorités hongroises n’avaient de cesse de dénoncer l’hostilité de l’Europe occidentale, à travers ses organisations, à l’égard du monde communiste.

4On peut observer une courte période de rupture avec cette vision hostile, au moment de l’insurrection hongroise à l’automne 1956. Durant ces quelques semaines, l’un des souhaits des insurgés était de quitter le bloc de l’Est et de rejoindre le monde libre, ce qui supposait une relation positive avec les pays de l’Europe de l’Ouest à l’époque à la recherche d’une relance de la construction européenne3. En matière de relations internationales, le projet de gouvernement d’Imre Nagy était de permettre à la Hongrie de retrouver sa souveraineté en rejoignant les pays neutres, comme l’avait fait un an plus tôt l’Autriche4.

5Les événements de 1956 ne permirent toutefois pas de rompre définitivement avec la vision idéologique des autorités hongroises à l’égard de la construction européenne car, en novembre de cette année à la suite de l’écrasement de l’insurrection, Nikita Khrouchtchev plaça à la tête de la Hongrie János Kádár, un homme fidèle à l’URSS, qui considérait les Occidentaux comme ses pires ennemis. À partir du mois de novembre 1956, Budapest continua donc de suivre une politique hostile à l’égard de l’unification de l’Europe occidentale. La création de la Communauté économique européenne (CEE) fut ainsi très négativement commentée en Hongrie. En 1958, à Budapest comme à Moscou, on considérait la nouvelle communauté européenne comme « le bras économique de l’OTAN », une nouvelle entité dont la principale vocation serait de combattre le bloc de l’Est. Si le point de vue soviétique était naturellement partagé par les dirigeants hongrois de l’époque, ceux-ci montrèrent toutefois peu à peu une certaine souplesse vis-à-vis de la CEE. Kádár avait en effet réalisé qu’il était indispensable d’améliorer le niveau de vie de la population hongroise pour éviter une nouvelle révolte. Il cherchait dans cette optique à rendre l’économie du pays plus performante. C’est ainsi qu’une réforme fut introduite en 1968. Dans le cadre de ce « nouveau mécanisme économique » hongrois qui visait à promouvoir une transition de l’économie planifiée vers l’économie de marché5, la Hongrie chercha à obtenir des avantages dans ses échanges commerciaux avec l’Ouest. C’est dans cette perspective que Budapest permit à plusieurs entreprises publiques hongroises de négocier et signer des accords avec la CEE. La part des six pays fondateurs de la Communauté dans l’export et l’import de la Hongrie représentait 14/15 % en 1958. Ces échanges commerciaux revêtaient une grande importance pour les Hongrois, car le pays avait un besoin croissant de devises occidentales. C’est dans ce contexte que les premiers contacts furent pris, et un contrat signé entre la CEE et une entreprise hongroise en 1968. L’accord concernait l’exportation de porcs vers les six pays du Marché commun. La Hongrie réussit à obtenir des prix d’achat intéressants à la suite des négociations avec les représentants de la Commission européenne. Les premières années, les entreprises publiques hongroises parvinrent à conclure plusieurs contrats de garantie de prix, essentiellement dans le domaine des produits agricoles.

6Au début des années 1970, la Hongrie fut amenée à entrer régulièrement en contact avec la CEE par le biais des forums multilatéraux. Budapest rejoignit le 9 septembre 1973 l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). En tant que membre de cette organisation internationale, la Hongrie souhaitait notamment, mais cela ne fut pas couronné de succès, obtenir la suppression des limites contingentaires imposées dans son commerce avec la CEE.

7En 1975, le gouvernement hongrois signa, de même que les neuf pays du Marché Commun, l’acte final de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En s’appuyant sur l’accord d’Helsinki, Budapest tenta d’assouplir les positions de la Commission européenne en matière commerciale. Mais, malgré les espoirs hongrois, Bruxelles ne se montra pas favorable à un traitement privilégié à l’égard de la Hongrie. Après le premier choc pétrolier, la CEE s’efforça de limiter ses relations économiques avec les pays du bloc de l’Est. En 1974, à la demande du Comecon, elle accepta toutefois d’entamer des négociations en vue de l’officialisation de leurs rapports. Budapest espérait qu’à travers ces pourparlers la Hongrie pourrait obtenir une position avantageuse dans ses rapports commerciaux avec la CEE. Les négociations ont cependant patiné et s’interrompirent en 1980. À la suite de cet échec les autorités hongroises, déçues, tentèrent d’agir sur le plan bilatéral. Bien que Moscou ait strictement interdit que les pays du Comecon entrassent en contact officiel avec la CEE, la Hongrie fit pourtant plusieurs essais en ce sens. En novembre 1982, lors de la session ministérielle du GATT, les Hongrois proposèrent d’examiner la possibilité de conclure un accord bilatéral entre la Hongrie et la CEE. Des échanges à ce propos furent engagés mais la Commission ne put accepter les critères économiques demandés par les Hongrois. Bruxelles préférait poursuivre des négociations avec le Comecon plutôt qu’avec l’un de ses États membres. En 1985, avec l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, l’URSS autorisa les pays situés derrière le rideau de fer à officialiser leurs rapports avec la CEE. La Hongrie entama les négociations en ce sens le 4 juin 1987. Un accord commercial et économique fut conclu le 26 septembre 1988, puis signé à Bruxelles le let décembre 1988. Avec cet accord la discrimination du Marché commun vis-à-vis de la Hongrie put être levée. Dès l’automne 1988 les relations diplomatiques furent également rétablies entre le gouvernement hongrois et la CEE. L’ambassadeur de Hongrie en Belgique, à l’époque József Németh, fut chargé d’assurer également la représentation hongroise auprès de la CEE6.

8Avec l’évolution rapide de la situation politique en Europe centrale, les rapports entre Budapest et les Communautés européennes devinrent de plus en plus dynamiques. En 1989, la perspective que le pays retrouve son entière liberté n’était plus un rêve lointain. La CEE décida d’accompagner ce changement politique et économique : le programme Pologne Hongrie aide pour la Reconstruction économique (PHARE) fut lancé à l’été 1989. Ce soutien financier s’accompagna de mesures avantageuses, qui permirent d’élever très rapidement les rapports entre la CEE et la Hongrie au niveau des pays tiers non communistes en développement. La Hongrie visait davantage : elle souhaitait obtenir le statut de pays associé, mais pour atteindre ce stade, un changement définitif de régime politique était indispensable. Ce fut seulement à la suite des premières élections libres de 1990 que le nouveau gouvernement hongrois put entamer les démarches pour rapprocher encore la Hongrie de la Communauté européenne. C’est ainsi que, dès 1991, l’accord d’association fut signé par les représentants du gouvernement hongrois et de la CEE. L’objectif ultime de la Hongrie était l’adhésion à la Communauté européenne. L’accord entra en vigueur en février 1994 ; deux mois plus tard, la Hongrie présentait sa demande d’adhésion à l’Union européenne. Ce fut seulement en avril 1998 que les négociations en vue de l’adhésion débutèrent. Cinq ans plus tard, en avril 2003, l’accord fut signé à Athènes. Après les ratifications, c’est le 1er mai 2004, que la Hongrie, avec neuf autres pays, devint enfin membre de l’Union européenne.

Les sources d’archives diplomatiques hongroises concernant la construction européenne, quelques exemples

9Pour étudier les relations entre la Hongrie et la construction européenne, les documents diplomatiques sont les sources les plus importantes. Ils sont conservés aux Archives nationales de Hongrie, à Budapest. Les chercheurs ont librement accès à ces documents jusqu’en 19907. Avec l’autorisation du ministère des Affaires étrangères hongrois il est possible de consulter une grande partie des archives jusqu’en 2000. Dans les fonds des archives diplomatiques, deux types d’archives peuvent être distingués : les « documents administratifs » (XIX-J-1-j) ; les « documents confidentiels » (XIX-J-1-j). On trouve des informations concernant la construction européenne dans ces deux types de documents.

10Si pour la période antérieure à 1990, il n’existe pas de fonds particulier ayant trait aux questions de la construction européenne, on trouve une quantité importante de dossiers concernant ce sujet dans les cartons qui portent le titre « Documents concernant les organisations internationales hors l’ONU et leurs rapports avec la Hongrie » (Az ENSZ-en kívüli államközi szervekre illetve ezen szervek és Magyarország kapcsolatára vonatkozó iratok). À partir de ces documents on peut suivre les principaux événements ayant scandé les relations entre le Marché commun et la Hongrie : par exemple des comptes rendus des échanges et des visites officielles8, ou encore des documents relatifs au rétablissement des relations diplomatiques entre la CEE et la Hongrie9. On peut y voir notamment comment le gouvernement hongrois tenta de s’appuyer sur certains États membres pour améliorer ses rapports avec la Communauté européenne10. Certains documents présentent les analyses des diplomates hongrois à propos du Marché commun. Il s’y trouve notamment beaucoup de rapports concernant les négociations en vue de l’adhésion des États comme le Royaume-Uni ou le Danemark11. Il est à noter que Budapest s’intéressait particulièrement à l’approche allemande s’agissant des questions européennes12. Il va de soi que le gouvernement hongrois suivait également avec beaucoup d’intérêt les relations entre la Communauté européenne et les États-Unis13. Dès les années 1970, on trouve trace d’une étude détaillée du sujet.

11La plupart des documents du fonds qui conserve les archives relatives aux organisations internationales hors l’ONU, s’intéressent à la CEE, mais on y trouve quelques dépêches et analyses concernant la CECA, l’Euratom ou le Parlement européen14, ainsi que des événements non liés aux institutions européennes. Pour étudier la question européenne et le point de vue hongrois, les archives diplomatiques des relations bilatérales sont également très intéressantes. Les diplomates hongrois rapportaient régulièrement des informations concernant la politique européenne du pays où ils étaient en mission. Ces rapports reposaient en grande partie sur la presse locale, mais quelquefois aussi sur des échanges et des rencontres intéressants. Les analyses envoyées à Budapest soulignaient, le plus souvent, les aspects politiques et économiques de l’intégration européenne en mettant en avant la fragilité de cette entreprise.

12À partir des documents conservés dans les Archives nationales de Hongrie, on peut établir que les représentations diplomatiques hongroises à Paris, à Bruxelles, à La Haye, à Rome et à partir de 1973, date à laquelle Budapest a ouvert sa représentation en RFA également, à Bonn, furent particulièrement attentives à ce sujet. On trouve de nombreux rapports qui analysent la politique européenne du pays d’accueil. Dans les années 1950 les dépêches diplomatiques soulignent régulièrement une vive opposition à l’égard des projets européens, mais insistent sur le fait qu’il est indispensable de suivre les positions des autorités à ce sujet, au moins dans les six pays engagés dans la construction européenne.

13La légation, puis à partir de 1963 l’ambassade hongroise, à Bruxelles joua un rôle particulièrement important tout au long de la Guerre froide. Parmi les documents accessibles on peut consulter de nombreuses analyses concernant l’intégration européenne. Dans l’une des dépêches diplomatiques envoyées en 1953 par le chef de mission József Hauser à Budapest, on peut lire que « la Belgique s’efforce d’être l’un des moteurs de l’intégration européenne ». Selon le document le gouvernement belge faisait tout pour obtenir le maximum de soutien possible de la population. Le diplomate communiste hongrois souligne toutefois que les Belges étaient plutôt neutres et peu enthousiastes concernant la construction européenne. D’après Hauser, la Belgique agissait donc sous la pression « impérialiste » des Etats-Unis. Dans son analyse le diplomate souligne par ailleurs que le gouvernement belge sert des intérêts américains et s’oppose à l’URSS quand il favorise l’intégration européenne. On trouve une note attachée à cette analyse dans laquelle la direction concernée du ministère des Affaires étrangères de Hongrie demande au chef de mission de continuer à suivre la politique belge concernant l’intégration européenne. Par ailleurs, Budapest donne en mars 1953 l’instruction à son représentant à Bruxelles de participer, si possible personnellement, aux sessions parlementaires lorsque le sujet est à l’ordre de jour, et de multiplier les rencontres avec les personnalités susceptibles de rapporter des informations complémentaires15. Cet encouragement de la part de Budapest reste une constante dans les années 1960. Le ministère des Affaires étrangères hongrois souligne notamment, s’agissant de la légation de Hongrie à Paris : « Il faut que la légation suive la politique économique de la France en se concentrant sur ses positions concernant la CEE16 ». Les questions européennes furent également abordées lors des visites ministérielles. Ainsi par exemple, en janvier 1965, lorsque le chef de la diplomatie hongroise, Péter János, se rendit à Paris, la question de la CEE et de la politique de la Commission à l’égard du bloc de l’Est fut évoquée17.

14Les représentations hongroises dans les capitales de l’Europe de l’Ouest n’étaient pas les seules à suivre la question de l’intégration européenne. Budapest recevait des dépêches à ce sujet de son ambassade en Chine18 ou en Grèce (bien avant l’adhésion de celle-ci en 1981)19, ainsi que des pays voisins, en particulier de Belgrade20.

15Comme le montrent ces quelques exemples, les documents diplomatiques hongrois peuvent apporter un éclairage intéressant sur la question de l’intégration européenne.

Les sources d’archives du parti communiste hongrois

16Si les archives diplomatiques hongroises offrent de nombreux documents intéressants sur la question de l’intégration européenne, elles ne sont pas les seules et uniques sources en Hongrie concernant le sujet. Naturellement, le parti communiste magyar, qui portait le nom de Parti travailleur hongrois (MDP) entre 1948 et 1956, puis de Parti socialiste ouvrier hongrois (MSZMP) entre 1956 et 1989, s’intéressait directement à la question. En tant qu’unique force politique réelle en Hongrie, c’est lui qui décidait de la ligne de conduite du gouvernement de Budapest. D’ailleurs les membres de la direction du parti occupaient quasi systématiquement également des postes du pouvoir exécutif. Les différentes instances du parti se réunissaient régulièrement pour échanger sur des sujets divers et variés. Les réunions étaient très documentées. On trouve un grand nombre de comptes rendus ainsi que des correspondances dans les dossiers d’archives conservés par le parti. Les questions européennes n’étaient que peu évoquées, mais on relève quelques documents à ce sujet. Le Comité central ainsi que le Comité politique du parti évoquaient le sujet des relations entre la CEE et le Comecon, ainsi que les rapports entre le Marché commun et la Hongrie. La plupart des documents datent des années 1970 et 1980, notamment les comptes rendus rédigés après les rencontres des dirigeants hongrois – par exemple : Károly Grósz, Miklós Németh, Rezső Nyers – avec les représentants de la CEE en 198821. Certaines personnalités politiques du parti ont laissé derrière elles des archives personnelles qui peuvent également comporter des informations intéressantes concernant la Hongrie et la construction européenne. Une partie des papiers de János Kádár est notamment conservée aux Archives nationales de Hongrie, d’autres aux Archives d’Histoire politique et des syndicats à Budapest22. Les documents d’autres personnalités comme par exemple le diplomate Imre Horváth, ou l’ancien Premier ministre et dernier secrétaire général du Parti socialiste ouvrier hongrois (MSZMP) Károly Grósz, peuvent être également consultés aux Archives d’Histoire politique et des syndicats23. Ces sources ne font que compléter les informations que l’on peut trouver dans les documents diplomatiques.

Les archives des services secrets hongrois

17Sans être exhaustif, on doit encore attirer l’attention sur les archives des services secrets hongrois. En 1997 les documents des organisations de sécurité d’État fonctionnant entre 1944 et 1990 et provenant du fonds du ministère de l’Intérieur de Budapest ont été regroupés dans un institut nommé « Office historique ». Ce service d’archives spécialisé changea de statut en 2003 et devint les Archives historiques des services de sécurité d’État. Cet institut autorisa la consultation d’un très grand nombre de ses fonds, parmi lesquels notamment des documents provenant du poste d’espionnage hongrois à Bruxelles. La Hongrie, comme beaucoup d’autres pays, déléguait en effet, sous la couverture de sa représentation diplomatique, des personnes qui dépendaient directement des services secrets hongrois. Dès les années 1950 cette pratique fut très utilisée par Budapest. En 1974, un accord spécial fut conclu à ce sujet entre le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Défense et le ministère des Affaires étrangères24. Au début de la Guerre froide les agents devaient surveiller essentiellement les émigrés anticommunistes magyars, mais à partir des années 1960, l’accent fut mis sur l’observation des organisations internationales. Ainsi les institutions européennes devinrent de plus en plus intéressantes pour les espions. Budapest confia cette mission à l’attaché économique de l’ambassade de Hongrie en Belgique. Sous le nom de « Kelemen », Mârton Szecsôdi exécuta en tant qu’agent des services secrets hongrois les demandes de ses supérieurs entre la fin des années 1960 et le début des années 1970. C’est ainsi qu’il tenta en 1968, sur l’ordre de Budapest, de recueillir des informations sur les activités de la RFA au sein de la CEE, et sur le lobbying du Royaume-Uni auprès des institutions européennes25. En tant que représentant économique de la Hongrie en Belgique, il utilisa les négociations entre les entreprises publiques hongroises et la CEE pour obtenir les informations qui lui avaient été demandées. En mai 1968, « Kelemen » rapporte ainsi avec fierté avoir obtenu un document confidentiel concernant la politique de recherche scientifique et technique d’un groupe de travail du Marché commun26. Il fut par ailleurs chargé de recruter pour les services secrets communistes hongrois Alexandre Lámfalussy (d’origine hongroise), auprès duquel une opération de séduction dura de longues années sans succès27.

18En 1978, le successeur de Márton Szecsödi, l’agent « Bajtai », envoya une longue analyse sur la situation sécuritaire des principaux bâtiments de la CEE à Bruxelles. Il y décrit la disposition des divers bureaux et des salles de réunion. Il y détaille également dans les divers lieux quel genre d’activité peut être observé. Il énumère les nombres de gardes et leur équipement, et mentionne notamment qu’un des portails était gardé par un homme d’origine roumaine (transylvaine) qui parlait un peu hongrois et qui pouvait donc être utile pour faire entrer dans le bâtiment fermé les diplomates du bloc de l’Est. Des vols de documents avaient lieu très régulièrement. En 1984, un « espion hongrois » surnommé « Újlaki » réussit notamment à obtenir le rapport secret du Parlement européen sur les services secrets des démocraties populaires28. Budapest l’en félicita. Les agents du bloc de l’Est travaillaient d’ailleurs souvent ensemble. Dans les archives hongroises, il est possible de trouver plusieurs notes des services polonais et soviétiques29. Les diplomates hongrois – les vrais ainsi que les agents de services de renseignements – consultaient ainsi régulièrement leurs collègues soviétiques au sujet des questions européennes. De nombreux documents en témoignent30. L’activité des services de renseignements hongrois du régime communiste auprès des institutions européennes ne cessa qu’en 1990, laissant des archives quasiment inexploitées par les historiens chercheurs.

19Quand on mène des recherches historiques sur la construction européenne les fonds d’archives des pays ex-communistes ne sont généralement pas considérés comme pertinents. Cette étude souhaiterait toutefois souligner à travers l’exemple de la Hongrie que la consultation de ces archives peut pourtant se révéler fructueuse s’agissant des questions européennes. Les travaux s’appuyant sur ces documents peuvent enrichir la bibliographie de l’histoire de l’intégration européenne en y intégrant un aspect peu étudié. L’analyse de ces archives permettra par ailleurs de mieux comprendre l’évolution des relations entre chacun des pays ex-communistes et les projets européens. L’exploitation des fonds d’archives à ce sujet est d’autant plus intéressante qu’elle pourrait apporter un nouvel éclairage sur l’histoire contemporaine de l’Europe.

Notes de bas de page

1 Concernant l’histoire des relations entre la construction européenne et la Hongrie les travaux suivants doivent être cités : Balázs PETER, 2002, Az Európai Unió KüIpolitikája és a magyar EU-kapcsolatok fejlődése, Budapest, KJK Kerszöv. Balàzs PETER, 2011, Magyarország- és Európa, Budapest, Napvilág.

2 Est par exemple intéressante la correspondance de György BAKACH-BESSENYEY, membre de la direction du Comité National Hongrois (Magyar Nemzeti Bizottmany), chargé des questions de politique étrangère. Ses archives se trouvent aux Archives nationales de Hongrie (Magyar Nemzeti Levéltár), BAKACH-BESSENYEY, P 2066.

3 En 1956 le processus de relance suite à la conférence de Messine est dans sa phase finale. Au cœur des débats internationaux se trouve la question allemande. Sur cette période, les études suivantes sont éclairantes : Andreas WILKENS, 1999, « Jean Monnet, Konrad Adenauer et la politique européenne de l’Allemagne fédérale-Convergence et discordances (1950-1957) » In Gérard BOSSUAT et Andreas WILKENS (dir.), Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Paris, Publication de la Sorbonne, p. 149-201. Voir également le point de vue soviétique : Emilia ROBIN HIVERT, 2007, « La facture allemande dans la politique soviétique à l’égard de la construction européenne (1947-1957) » In Relations Internationales, n° 129, p. 9-21.

4 Békés CSABA, 2004, Európából Európàba, Magyarország konfliktusok kereszttüzében, 1945-1990, Budapest, Gondolat, p. 142-161.

5 Cf. Xavier RICHET, 1990, « Hongrie : Réformes et transition vers l’économie de marché » In Revue française d’économie, vol. 5, n° 1, p. 75-103.

6 Baráth MAGDOLNA et Gecsényi LAJOS, 2015, Főkonzulok, kővetek és nagykővetek, 1945-1990, Budapest, MTA TTI, p. 99.

7 Sur le site des Archives nationales un moteur de recherche performant est disponible : http://adatbazisokonline.hu/adatbazis/kum-repertorium.

8 ANH, XIX-J-1-j, 1969, carton n° 114, VI-51, 00643/4. Une délégation d’experts de la CEE en visite à Budapest.

9 ANH, XIX-J-1-j, 1987, carton n° 165, VI-51, 00529. Négociations entre la Hongrie et la CEE. Les entretiens de Jozsef MARJAI à Bruxelles concernant les relations entre la Hongrie et la CEE.

10 ANH, XIX-J-1-j, 1984, carton n° 169, VI-51, 00181. Soutien français pour améliorer les relations entre la Hongrie et la CEE.

11 ANH, XIX-J-1-j, 1971, carton n° 133, VI-51, jusqu’à 00437/70. Débats autour de l’avenir de la CEE. La session de la CEE en février à Bruxelles. Questions autour de l’adhésion du Danemark et du Royaume-Uni.

12 Par exemple : ANH, XIX-J-1-j, 1974, carton n° 134, VI-51, 004696. Résolution de la RFA sur le travail de la CEE.

13 ANH, XIX-J-1-j, Europa (Europe), 1973, carton n° 118, 208-IX, jusqu’à 002146/2. Conférence Europe-Amérique à Amsterdam. L’avenir des relations entre la CEE et les États-Unis dans les domaines économique, politique et militaire.

14 ANH, XIX-J-1-j, 1974, carton n° 135, VI-62, 004961. Des efforts du « Parlement Européen » pour augmenter son influence.

15 ANH, XIX-J-1-k, Belgium (Belgique), carton n° 3, 03192/1953. Comportement de la Belgique à l’égard de l’intégration européenne.

16 Cf. Garadnai ZOLTÁN (éd.), Iratok a magyar-francia kapcsolatok történetéhez, 1958-1962, Budapest, Gondolat, 2011, 217.

17 Cf. Garadnai ZOLTÁN (éd.), Iratok a magyar-francia kapcsolatok történetéhez, 1962-1967, Budapest, Gondolat, 2008, 160-161.

18 ANH, XIX-J-1-j, KINA (Chine), 1986, carton n° 86, 78-504. Les relations économiques entre la CEE et la Chine.

19 ANH, XIX-J-1-j, GÖRÖGORSZAG (Grèce), 1967, carton n° 43, 51-VI-51, 02447. L’évolution des rapports entre la Grèce et la CEE.

20 ANH, XIX-J-1-j, 1970, carton n° 109, VI-51, 00549/28. Les relations de la Yougoslavie avec la CEE.

21 ANH, 288 f. 5/1046. 13 décembre 1988.

22 ANH, János KADAR, P 2065, ainsi qu’aux Archives d’Histoire politique et des syndicats de l’Institut d’Histoire politique (AHPS) à Budapest (Politikatörténeti Intézet, Politikatörténeti és Szakszervezeti Levéltára), Fonds 765.

23 AHPS, Fonds 967 (Grósz), Fonds 306 (Horváth).

24 Cf. Sáringer JÁNOS (dir.), 2014, Iratok a Magyar Külügyminisztérium történetéhez 1985-1993, Budapest, Balassi, p. 538-539.

25 Archives historiques des services de sécurité d’État (AHSS) de Budapest, (Állambiztonsági Szolgálatok Történeti Levéltára), 3.2.3. Mt-120/1, 19.

26 AHSS, 3.2.3. Mt-120/1, 24.

27 Cf. AHSS, 3.2.4. K-3044.

28 AHSS, 3.2.5. O-8-585/II, 85-86.

29 Par exemple : AHSS, 1.11.4.J/1978, 14-15.

30 Par exemple : ANH, XIX-J-1-j, Belgium (Belgique), 1981, carton n° 36, 14-51, 001431/1. Entretien avec le conseiller de l’ambassade de l’URSS au sujet de la CEE et le Comecon.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.