Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les sources de l’histoire du concile Vatican II dans les archives de la présidence de la République

p. 7-12


Texte intégral

1Dans un colloque consacré au concile Vatican II, comment ne pas évoquer la personne et les archives de celui qui qualifia le concile qui s’ouvrait le 11 octobre 1962 d’«  événement le plus important du siècle » et qui devait s’achever en 1965, alors qu’il était président de la République ? Présenter une intervention sur des sources d’archives peut sembler un exercice bien aride. Il est utile, pourtant, de présenter le fonds du général de Gaulle conservé aux Archives nationales, sous la cote 5AG1, archives de la présidence de la République (1959-1969). L’inventaire de ces archives a été publié le 12 novembre 2012 et cette parution a donné lieu à une journée d’étude aux Archives nationales le 20 novembre1. À l’horizon 2013, l’ouvrage sera mis en ligne dans la salle des inventaires virtuels des Archives nationales, qui mettra à la disposition des chercheurs du monde entier le contenu des instruments de recherche rédigés depuis deux siècles.

2Ces documents sont entrés aux Archives nationales par la volonté expresse du général de Gaulle. En effet, par lettre adressée le 24 avril 1967 à l’académicien André Chamson, alors directeur des Archives de France, il écrivait : « Je souhaite que mes archives d’État aillent aux Archives nationales comme mes archives de guerre. » Ainsi fut fait pour la plus grande partie du fonds, entre 1971 et 1985, par les soins de l’amiral Philippe de Gaulle, fils du Général. Ces archives appartiennent à la série des archives présidentielles conservées depuis la IIIe République jusqu’à la présidence de Nicolas Sarkozy. Par ailleurs, c’est sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing (19741981) que furent créés le service des archives de la présidence de la République et le système du protocole de remise des archives présidentielles qui a permis le versement des fonds de Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

3Dans les archives du général de Gaulle, président de la République (1959-1969), se côtoient documents maintes fois étudiés et documents encore inédits. Sous la présidence du fondateur de la Ve République, l’Élysée est divisé en trois grands services, le secrétariat général, le cabinet et le secrétariat particulier.

4Dans les archives du secrétariat général, dirigé à l’époque du concile par Geoffroy de Courcel puis Étienne Burin des Roziers se trouvent les dossiers des conseillers diplomatiques, René de Saint-Légier, François Bujon de l’Estang et Pierre Maillard. C’est là que se trouvent des notes au président de la République concernant les relations de la France avec le Saint-Siège et la correspondance entretenue avec celui-ci conservées sous la cote 5AG1/716.

5Le cabinet fut dirigé par René Brouillet du 8 janvier 1959 au 28 juillet 1961, c’est-à-dire pendant l’époque préconciliaire. René Brouillet (1909-1992) était ancien élève de l’École normale supérieure et de l’École libre des sciences politiques. Auditeur à la cour des Comptes en 1937, il entra dans la Résistance en 1942 et devint en 1943-1944 directeur de cabinet de Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance. En 1946, il commença une carrière diplomatique et devint de 1953 à 1958 premier conseiller à l’ambassade de France près le Saint-Siège, poste qu’il retrouvera de 1964 à 1974. En 1958, il rejoignait le général de Gaulle, alors président du Conseil, comme secrétaire général pour les affaires algériennes. Au poste de directeur de cabinet, René Brouillet était l’homme de l’Église. Il assurait le lien entre le général de Gaulle et l’Église catholique dont il connaissait tous les rouages et tous les hommes. Par là, il facilitait les relations entre le haut clergé et la présidence de la République et il assurait l’information du général de Gaulle. Ces documents sont conservés sous les cotes 5AG1/1508 et 15092. C’est toutefois dans les dossiers du secrétariat particulier, dirigé par le même homme, Xavier de Beaulaincourt, de 1945 à 1970, qu’il faut chercher les documents inédits et en quelque sorte personnels du général de Gaulle.

6Celui que Charles-Louis Foulon, dans son livre De Gaulle, qualifia de « catholique de tradition », écrivait quelques mois avant sa mort : « Si ma vie a pu avoir une signification, ce n’est que par la grâce de Dieu. » André Malraux constatait : « Sa foi n’est pas une question, c’est une donnée comme la France. Mais il aime parler de la France, il n’aime pas parler de sa foi. Elle recouvre un domaine secret. » La foi faisait partie intégrante de la vie de Charles de Gaulle, catholique pratiquant, élevé chez les Assomptionnistes et les Jésuites. Il choisit d’ailleurs la croix de Lorraine comme symbole de la France libre. Il plaçait au-dessus de tout la grande vertu théologale de l’espérance, transcrite en termes politiques dans le mot « espoir », mots sans cesse répétés, y compris dans les jours les plus sombres de la guerre. C’est ce qui lui fit écrire, lors de sa visite à Auschwitz, le 9 septembre 1967 : « Quel dégoût ! Quelle tristesse ! Quelle pitié et malgré tout quelle espérance humaine ! » Il veilla toujours, cependant, à ce que l’expression de sa foi restât dans la sphère privée. Comme chef de l’État, il avait parfaitement conscience qu’il était à la tête d’un État laïc qui respecte la loi de Séparation de 19053.

7Le général de Gaulle a entretenu toute sa vie une correspondance importante avec les membres du haut clergé de l’Église de France et ces documents sont conservés sous les cotes 5AG1/1322 et 1323. Ces dossiers contiennent des lettres, des télégrammes, des faire-part, des cartes et de la documentation variée. Le chercheur peut y trouver des demandes d’audience, des messages de vœux, d’amitié et de soutien à la personne et à la politique du Général.

8Dans les archives du secrétariat particulier est également conservée la correspondance du premier président de la Ve République avec les intellectuels catholiques de son temps, notamment avec Jean Guitton, de 1956 à 1970, sous la cote 5AG1/1183 et avec Jacques Maritain, de 1945 à 1969, sous la cote 5AG1/1219. L’étude de ces dossiers est indispensable pour toute étude sur ces participants laïcs au concile à qui Paul VI remit le fameux message aux intellectuels. Dès 1956, le général de Gaulle écrivait à Jean Guitton : « Pendant la grande épreuve nationale, vous étiez, d’esprit, éloigné de moi : peut-être l’êtes-vous moins aujourd’hui, dès lors que sont venus à vous certains cris et certaines lumières. » Et en 1961, le remerciant pour son livre Problème et mystère de Jeanne d’Arc, le Général soulignait : « Vous ayant lu, on est beaucoup plus près d’elle. » Jacques Maritain s’adressait au général de Gaulle en ces termes, depuis l’université de Princeton aux États-Unis, pour Noël 1958 : « Quoique depuis plusieurs années, je vive entièrement retiré des choses de l’action et me regarde par suite comme tenu à une totale discrétion, je désire, en ce jour de Noël, vous dire combien profondément je me réjouis de la confiance que le peuple de France vous a témoignée d’une façon si éclatante et de la haute tâche qu’il a mise entre vos mains ; permettez-moi de vous dire aussi de quel cœur je prie Dieu, chaque jour, de vous assister dans cette tâche. »

Annexe

9On trouvera ci-après en annexe un état des principaux articles du fonds 5 AG 1 qui permettent d’étudier la pensée et l’action du général de Gaulle et de ses gouvernements successifs à l’égard du concile Vatican II.

105 AG 1/176. Vatican. 1959-1967. Entretiens portant sur les jeunes ecclésiastiques français, les persécutions contre les prêtres dans le bloc de l’Est, le clergé africain (1959-1967), correspondance et texte du message de Paul VI « Pour la célébration d’une journée de la paix » (8 décembre 1967).

115 AG 1/1104-1297. Dossiers de correspondance avec des personnalités 1940-1972. Correspondance à la signature du général de Gaulle avec des personnalités notamment militaires, familles royales, familles de chefs d’État, hommes politiques, religieux, artistes, écrivains : pelures, télégrammes, faire-part de naissance, mariage, décès, cartes diverses, biographies, documentation, articles de presse, textes de discours ou d’interventions, rapports, comptes rendus de réunions, brochures, livres, périodiques, affiches et photographies [classement alphabétique] ; 1183 dossier Jean Guitton (1956-1969) ; 1219 dossier Jacques Maritain (1945-1969).

125 AG 1/1322-1323. Dossier de correspondance avec le haut clergé. 1945-1970. Correspondance avec des membres du haut clergé, notamment cardinaux, évêques : pelures, télégrammes, faire-part de décès, cartes diverses, documentation, articles de presse, brochures, livres et périodiques. Il s’agit notamment de demandes d’audience, de dédicaces, d’autographes, d’interventions, d’informations, d’aide financière, mais aussi de messages de vœux, d’amitié et de soutien. Ces courriers peuvent être accompagnés de cadeaux [classement alphabétique]. 1322. A-G ; 1323 H-Z.

135 AG 1/1508-1509. Église de France. 1958-1961. 1508. Épiscopat français et de la Communauté africaine, interventions : rapports, inventaires de biens établis par la Direction générale des Domaines, notes, correspondance, télégrammes et coupures de presse (1958-1961). Opinion des catholiques : notes manuscrites et dactylographiées, correspondance et coupures de presse (1958-1960). Prêtres ouvriers : notes dont portrait du pape Pie XII par le cardinal Tardini et correspondance (1959). Demandes d’intervention émanant de religieux : notes, correspondance et plan (1959) – 1509. Ecclésiastiques, demandes d’intervention : correspondance et télégrammes (1950, 1958-1961).

Notes de bas de page

1 Nicole Even, Archives de la présidence de la République, Général de Gaulle, 1959-1969, Paris, Archives nationales, 2012, 700 p.

2 Par ailleurs, les archives de René Brouillet ont été remises aux Archives nationales en mars 2013.

3 Plusieurs ouvrages ont été récemment consacrés aux convictions religieuses du Général : Michel Brisacier, La Foi du Général, Paris, Nouvelle Cité, 1998 ; Laurent de Gaulle, Une vie sous le regard de Dieu. La foi du général de Gaulle, Paris, éditions de l’Œuvre, 2009 ; Fondation Charles de Gaulle, Charles de Gaulle, chrétien, homme d’État, Paris, Cerf, 2011 ; Gérard Bardy, Charles le catholique. De Gaulle et l’Église, Paris, Plon.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.