Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 7-11


Texte intégral

1Si la biographie est un genre très prisé des historiens, particulièrement en études des relations internationales1, dans la lignée de ceux qui, attentifs aux leçons d’un Jean-Baptiste Duroselle, s’attachent à la psychologie de l’homme d’État et aux processus de décision, le portrait croisé de deux acteurs est en revanche un exercice moins attendu. Pourtant, il a paru pertinent à la direction des Archives diplomatiques du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, à l’origine de cette publication, d’associer deux personnalités, diplomates et intellectuels reconnus, historien et biographe de Richelieu pour l’un (Gabriel Hanotaux), écrivain spécialiste de littérature anglaise pour le second (Jean-Jules Jusserand), à un moment clé du début du xxe siècle. En effet, la diplomatie se professionnalise et s’adapte aux mutations profondes de la vie internationale qui s’esquissent à la veille du premier conflit mondial pour s’accélérer ensuite. Représentatifs de cette époque, Gabriel Hanotaux et Jules Jusserand ont de surcroît en commun un intérêt sincère pour le monde américain et ont inscrit leur action dans le cadre des relations transatlantiques, Jusserand comme ambassadeur de France à Washington de 1902 à 1924, Hanotaux comme fondateur et membre du Comité France-Amérique à partir de 1909. Ils ont assisté parmi les premiers à la promotion de pratiques et de doctrines nouvelles en matière de relations internationales, dont les États-Unis ont été le laboratoire avant de se faire les chantres de la New Diplomacy. Le colloque organisé en décembre 2021 dont sont issues les contributions de cet ouvrage a confirmé l’intérêt d’étudier à travers le prisme de l’amitié franco-américaine – mais pas seulement – ces deux figures de la diplomatie française, dont la vision du monde au tournant de la Grande Guerre, face au nouvel ordre mondial issu des traités de Paix, a pu être une source d’inspiration et de réflexion pour les responsables politiques.

2Appartenant à une même génération « des diplomates patriotes », marqués par la défaite de Sedan et l’avènement de la République, Gabriel Hanotaux (1853-1944) et Jean-Jules Jusserand (1855-1932) sont issus de la moyenne bourgeoisie provinciale. Ils connaissent une ascension assez proche qui les projette rapidement dans les cercles de l’intelligentsia parisienne et de la diplomatie. Chartiste puis maître de conférences à l’École pratique des hautes études, le premier est entré au Quai d’Orsay comme lecteur des Archives diplomatiques dans le cadre de ses recherches sur Richelieu. Une fois intégré au ministère, il en a gravi les échelons, passant par trois cabinets ministériels, dont celui de Gambetta (1881-1882) et de Jules Ferry (1883-1885), avant une unique expérience en poste à Constantinople (1885-1886). Après une parenthèse de trois ans en politique comme député de l’Aisne, il revient au Quai d’Orsay, d’abord comme sous-directeur politique (1889) puis directeur des Consulats et Affaires commerciales (1892). De 1894 à 1898, avec une interruption de novembre 1895 à avril 1896, il se voit confier le portefeuille des Affaires étrangères. Son ministériat se concentre sur la poursuite de l’expansion coloniale jusqu’à la crise de Fachoda, tandis que sur le continent, il suit la voie de l’équilibre et du concert européen. Il cherche à se concilier l’Allemagne, pour faire pièce à la concurrence coloniale anglaise, et l’Italie, et à honorer l’alliance tout récemment conclue avec la Russie, dont il a hérité. Son départ du ministère ne met pas un terme à son activité de diplomate : il fonde le comité France-Amérique en 1909, le comité de l’Aisne qu’il préside du début de la Grande Guerre jusqu’aux premières années de la Reconstruction (1914-1920) ; puis, dans les années vingt, il est délégué à la SDN (1920-1924) et l’un des pères fondateurs de l’Académie des Sciences coloniales (1922, aujourd’hui Académie des Sciences d’outre-mer), tout en consacrant l’essentiel de son temps à son œuvre d’historien – il est élu à l’Académie française en 1897.

3Jules Jusserand est quant à lui licencié ès lettres et en droit quand il passe l’examen d’accès à la carrière consulaire (1876). Il ne renonce pas pour autant à ses études de lettres, soutenant en 1877 une thèse de doctorat consacrée à l’histoire du théâtre en Angleterre des origines jusqu’à Shakespeare. Formation académique, érudition et pratique professionnelle vont, chez lui, de pair : il parfait ses connaissances en langue et littérature anglaise à Londres où il est nommé élève-consul (1878). Ses travaux lui valent l’estime des milieux de l’Institut et du Collège de France, où il dispense, à la demande de Guillaume Guizot, des cours de littérature anglaise pendant deux ans (1885-1887). En poste à Paris depuis 1880, il s’implique dans l’organisation du protectorat en Tunisie où il seconde Paul Cambon. Après un intermède à Londres comme conseiller, il poursuit sa carrière à la tête de la sous-direction du Nord et de l’Extrême-Orient (direction des Affaires politiques). Nommé chef de la légation de France à Copenhague (1898), il succède à Jules Cambon comme ambassadeur à Washington en 1902. Son ambassade est exceptionnelle à plus d’un titre : par sa longueur (23 ans), par les relations de confiance qui lient l’ambassadeur au président Theodore Roosevelt, par la popularité dont il jouit auprès des Américains, par les succès de son action diplomatique. L’appui des États-Unis lors de la première crise marocaine et de la conférence d’Algésiras (1906) et leur entrée en guerre aux côtés de l’Entente en 1917 sont à porter en grande partie à son crédit. Jules Jusserand incarne un modèle de diplomate en phase avec son pays de résidence, convaincu qu’il est désormais moins important de persuader un prince et son ministre que de comprendre une nation2.

4Touchant à l’histoire des relations internationales et de la diplomatie française dans une perspective large qui s’intéresse aux acteurs et aux pratiques, l’ouvrage éclaire aussi des pans de l’histoire sociale et culturelle, artistique et littéraire, française et américaine. Il permet de faire le point sur les sources – archives privées3 et archives déposées dans les fonds publics, aux Archives diplomatiques de La Courneuve et de Nantes, dans le fonds des Manuscrits de la Bibliothèque de l’Institut de France, à La Contemporaine Nanterre ou à la Fondation nationale des Sciences politiques – et les études les plus récentes sur l’un ou l’autre de ces deux diplomates4 et sur la période considérée. Enrichis au fil des acquisitions successives aux Archives diplomatiques, les Papiers d’agents Jusserand et Hanotaux, dont Isabelle Nathan et Clément Noual ont reconstitué l’archéologie, dévoilent les amitiés – à commencer par la leur –, les cercles de sociabilité et l’articulation très étroite entre la vie érudite, les relations sociales et l’activité professionnelle des deux hommes. Aussi, riches d’une documentation variée et féconde, les contributions s’articulent autour de trois grandes thématiques. La première évoque l’ascension de ces deux diplomates, la construction de leurs réseaux, surtout parisiens, mais aussi européens et américains, qui s’avèreront importants autant pour leur trajectoire personnelle que pour les dossiers qu’ils ont eu à traiter. Que ce soit par la fréquentation des salons, des institutions culturelles prestigieuses – le Collège de France, l’Académie française, l’Académie des Sciences morales et politiques, le Comité France-Amérique –, les coulisses du Parlement ou les salles de rédaction des grands quotidiens parisiens5, Hanotaux et Jusserand ne manquent pas de relais pour soutenir leur action diplomatique. La pratique du sport, évoquée en particulier dans le cas de Jusserand – mais également pour Hanotaux à travers la chasse – leur aura aussi permis de tisser des liens de proximité, dans un cadre plus informel, mais pas toujours – Tennis Cabinet de Theodore Roosevelt, chasses présidentielles – avec des chefs d’État et de gouvernement. La deuxième thématique est davantage centrée sur le tournant de la Grande Guerre, propice au renouvellement des principes et des méthodes. Que l’on songe à l’usage de la propagande et le profit que l’ambassadeur peut habilement tirer de l’image de la France, volant au secours de la Serbie, pour encourager l’entrée en guerre de Washington aux côtés de l’Entente sans pour autant enfreindre à sa neutralité. Certains textes mettent au jour le rôle pionnier que Hanotaux et Jusserand ont joué dans l’élaboration d’une diplomatie culturelle. En témoignent les réseaux culturels franco-américains qu’ils ont su investir, leur participation à la revue The New France, ou encore leur part dans ce mécénat inédit que fut la donation Rockefeller en faveur de la reconstruction du château de Versailles. Enfin, une troisième partie s’attache à la façon dont les deux hommes ont appréhendé la montée des États-Unis sur la scène internationale, dès le début du xxe siècle, et avec elle, l’apparition de nouvelles formes de l’action diplomatique. Elle souligne les moyens qu’ils ont chacun déployés pour œuvrer au rapprochement franco-américain, l’un à la tête d’une initiative privée, à travers le Comité France-Amérique, l’autre en tant que représentant officiel du gouvernement français à Washington.

5Organisé à l’initiative de la direction des Archives diplomatiques et plus particulièrement d’Isabelle Nathan, conservatrice générale du patrimoine, dont on doit saluer la persévérance pour en permettre la tenue malgré les reports dus à la crise sanitaire du Covid-19, le colloque a bénéficié des soutiens institutionnels et matériels, de France-Amériques, du Centre d’histoire du xixe siècle (Universités Paris I Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université), et du Centre Roland Mousnier (Sorbonne Université). Les 13 et 14 décembre 2021, il a réuni au Quai d’Orsay et à l’Hôtel Le Marois – siège du Comité France-Amériques depuis 1929 – d’éminents spécialistes du champ des relations internationales, parmi lesquels Robert Frank et André Kaspi avaient accepté de présider les panels, et des acteurs contemporains de la relation franco-américaine, dont Philippe Zeller, ancien ambassadeur au Canada et président de l’Institut France-Canada de France-Amériques, John Crawford, vice-président du conseil des Gouverneurs de l’Hôpital américain de Paris et Jean-Claude Beaujour, vice-président de France-Amériques. Certaines communications ont manqué à l’appel de cette livraison, mais l’on en perçoit l’écho dans les textes présentés. La disparition prématurée d’Anne Sigaud pour laquelle nous avons une pensée émue nous aura privés de son étude très fouillée du conflit ayant opposé Jusserand aux autres représentants français aux États-Unis, notamment du Haut-commissariat, quant à l’usage de la propagande6.

6Que tous, participants et auteurs, soient ici remerciés très sincèrement de l’intérêt qu’ils avaient prêté à cette manifestation : ils trouveront un prolongement de leurs échanges et de leurs réflexions, sous la forme de ce livre consacré à Deux grandes figures de l’amitié franco-américaine.

Notes de bas de page

1 J.-C. Allain, « De la personnalité au groupe de décision : leur pouvoir sur le cours de l’histoire internationale » ; L. Villate, « La biographie en histoire des relations internationales » ; M. Dumoulin et C. Lanneau (dir.), La biographie individuelle et collective dans le champ des relations internationales ; P. Grosser, « Individu et diplomatie », p. 227-242 ; P. Milza, « Figures de grands décideurs : l’intérêt de la biographie ».

2 J.-J. Jusserand, The School for ambassadors and other essays, p. 189.

3 Archives familiales, archives des institutions (Archives France-Amériques, Archives de la famille Rockefeller au Rockefeller Archive Center à Pocantico Hills-NY États-Unis).

4 G. Sim, Le corps diplomatique et consulaire français aux États-Unis (1815-1904) ; S. Boué, « L’ambassade et les ambassadeurs de France à Washington (1893-1981). Évolution du poste, du profil des ambassadeurs et de leurs missions » ; E. Haim Masson, « Gabriel Hanotaux, un homme d’État, historien et académicien au service de la Nation française (1898-1944) ».

5 L’une des contributions met en lumière l’implication de Jusserand et Hanotaux au Journal des Débats.

6 Anne Sigaud, « Sur la notion de propagande : l’ambassadeur, le consul, le haut-commissaire et les autres (1915-1920) », intervention en troisième partie du colloque.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.