Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La question des zones soumises à plébiscite : le cas de la Haute-Silésie vu au travers du fonds Henri Ponsot (143 PAAP)

p. 137-144


Texte intégral

1Au terme du premier conflit mondial, le traité de Versailles disloque le territoire de l’Empire allemand tenu comme principal responsable de la guerre. Il distribue des territoires, allemands par leur histoire ou leur population, dans le giron de pays voisins pour certain créés ou recréés à l’issue du conflit : c’est le cas notamment de la Tchécoslovaquie et de la Pologne. En Pologne, ce sont 390 000 km² que le traité de Versailles prend sur les anciens territoires impériaux tsaristes, autrichiens et wilhelmiens, pour recréer le pays dépecé puis englouti lors des trois partages de la Pologne du xviiie siècle. La majeure partie de ces territoires constitue une palette ethnique complexe, comportant de fortes minorités – voire majorités ‒ germanophones.

2Pour quatre de ces zones, où les communautés ne cohabitent pas séparément mais vivent confondues dans les villes et les villages, l’incertitude est telle que les alliés décident de recourir soit au plébiscite soit au référendum en se basant sur le principe promu par Wilson de l’autodétermination des peuples. En attendant les résultats de ces scrutins, ces zones sont occupées par les forces alliées gouvernées pour partie par des commissions alliées et pacifiées, qui doivent veiller à ce que l’organisation des votes se déroule dans des conditions normales. Quatre plébiscites ont été posés sur des territoires allemands : le plébiscite du Schleswig au nord de l’Allemagne, celui de la Sarre (qui n’aura lieu qu’en 1935, quinze ans après les traités), celui de la Prusse Orientale dite aussi Mazurie. Beaucoup plus complexe est le dernier de ces quatre plébiscites, provoqué en Haute-Silésie, puisqu’il décide du sort d’une des principales régions industrielles de l’Allemagne. Principal atout de la région, l’économie locale se structure autour du complexe minier lié à l’extraction du charbon, mais la région recèle également du fer, du zinc et du plomb. Ce triangle industriel se trouve compris entre les villes de Beuthen, de Kattowitz et de Gleiwitz. La zone reçoit donc comme prévu des troupes britanniques, françaises et italiennes venues maintenir l’ordre sous l’autorité de la Commission interalliée dite de gouvernement et de plébiscite dirigée par le général français Henri Le Rond, lui-même secondé par un civil qui fait office d’adjoint, le diplomate Henri Ponsot.

3Ponsot est essentiellement connu pour les postes qu’il a occupés à la fin de sa carrière : il fut notamment résident général de France au Maroc de 1933 à 1936 où il acheva, notamment, la pacification du pays, puis ambassadeur de France en Turquie de 1936 à 1939, où il finalisa la cession du sandjak d’Alexandrette en échange de la neutralité de ce pays pendant la seconde guerre mondiale. En 1920, le diplomate est alors relativement peu connu lorsqu’il arrive à Oppeln, chef-lieu du district de Haute-Silésie. Entré dans la carrière diplomatique en 1903, Ponsot n’en est toutefois pas à son coup d’essai : il est d’abord conseiller détaché auprès du gouvernement du Siam où il réussit à finaliser les accords entérinant la cession des provinces de Battambang et d’Angkor à l’Indochine française. Ce succès lui vaut ensuite d’être appelé au Quai d’Orsay pour négocier avec la Wilhelmstraße de Berlin la délicate concession à l’Empire allemand du chemin de fer de Bagdad, et ce, dans un sens qui puisse être concilié avec le maintien des intérêts français au sein de l’Empire ottoman. Ces deux expériences conduites avec succès conduisent le Département à lui confier la zone au sein de l’Empire allemand qui va être soumise au plébiscite le plus délicat la Haute-Silésie. C’est donc essentiellement à travers l’étude de l’action de Ponsot que cet exposé va se centrer avec un bref état des sources utilisées ici essentiellement sur les fonds de la correspondance politique Pologne-Allemagne pour les années vingt à vingt-deux mais surtout le fonds 143 PAAP Henri Ponsot, l’un des plus important fonds d’archives privées conservées aux Archives diplomatiques en volume puisqu’il totalise 400 cartons. Sur ces 400 cartons, une bonne trentaine de cartons est consacrée aux deux années lors de son exercice en Haute-Silésie1. Le fonds de la Commission interalliée de gouvernement et de plébiscite, conservé au Centre des Archives diplomatiques de Nantes (6 POI, 151 cartons), a également été consulté.

4La zone de Haute Silésie est sous haute tension. Dans les mois qui suivent la signature du traité de Versailles, le cas de la Haute-Silésie amplifie les divergences entre la France et le Royaume-Uni pourtant en pleine coopération militaire et diplomatique, ces divergences portant en particulier sur l’interposition entre les populations allemandes et polonaises de la région. L’article 88 du traité de Versailles spécifie qu’un plébiscite doit y avoir lieu et que la frontière polono-allemande restera à déterminer par les États alliés et pacifiés en fonction du choix des populations. Or, les désaccords sur les positions de principe sont patents. En 1920, la France souhaite défendre les intérêts d’une Pologne forte alors en guerre contre la Russie bolchevique. Elle veut donc rattacher la Haute-Silésie dotée de richesses minières essentielles mais peuplée de plus de 45 % d’Allemands. La Grande-Bretagne, quant à elle, désire au contraire attribuer cette région industrielle à l’Allemagne pour préserver son relèvement économique et le paiement des réparations (ill. 21).

Ill. 21 : Carte des minorités allemandes existant au sein de l’Empire allemand

Image 100000000000063E00000854B3090BDA6B404205.jpg

Pôle géographique, carte réalisée à partir de Historischer Schul-Atlas, Velhagen & Klasing publ., Bielefeld and Leipzig, 1897

© Direction des Archives / MEAE

5Ce contentieux franco-anglais sur le devenir de cette zone date de la conférence de la paix, dès 1919, ou Clemenceau et Lloyd George se sont opposés, ce dernier craignant que l’octroi à la Pologne de territoires comportant d’importantes minorités étrangères n’encourage le révisionnisme allemand. À ces rivalités opposant plusieurs groupes ethniques, s’ajoutent celles entre français et britanniques que viennent tendre des visions géopolitiques différentes.

6Des troupes d’interposition armées s’avèrent nécessaires pour gérer la région en raison des affrontements allemands et polonais. Une première insurrection polonaise avait déjà éclaté en août 1919 et avait été réprimée par les troupes allemandes, commandées par un français le général Gratier ; peu après, la force d’interposition française remplace la Reichswehr en février 1920. Dès leur arrivée, une deuxième insurrection allemande en août 1920 rend la situation particulièrement difficile car elle met directement aux prises les soldats français avec les insurgés. Le général Le Rond, et Ponsot avec lui, sont accusés par leurs adjoints britanniques et italiens de favoriser les Polonais, et de ne pouvoir s’empêcher de conduire la commission en fonction de leurs intérêts. En dépit de ces dissensions franco-anglaises, un accord semble s’établir sur plusieurs points. Le maintien de l’ordre s’avère difficile pour des troupes peu nombreuses et dont le général Le Rond par la plume de Ponsot appelle à leur renforcement.

7La seule solution reste la nécessité d’organiser le plébiscite au plus vite. Le vote de la population doit se terminer avant que de nouveaux troubles n’apparaissent et que la France ne soit obligée d’agir contre la population polonaise. Mais un nouveau différend apparaît quant à son organisation. L’annexe de l’article 88 du traité de Versailles prévoit que pourront participer au vote, non seulement les habitants actuels de la Haute-Silésie (ill. 22), mais également les personnes de plus de vingt ans natives de cette région et habitant ailleurs. Face à l’afflux possible de 300 000 allemands pour le vote, Henri Ponsot met en garde le Quai d’Orsay « contre les pangermanistes et les bolcheviques ». Suivant cet avis, le Quai d’Orsay s’oppose à la participation des non-domiciliés allemands au vote sans renfort de troupes. Il espère ainsi faire passer les questions de sécurité avant le droit. La Commission interalliée suit la préférence française et se rabat ensuite vers une solution d’un vote en deux temps, les non-domiciliés allemands ne devant s’exprimer que dix ou quinze jours après les habitants de Haute-Silésie. L’essentiel reste la tenue rapide du plébiscite. Ponsot multiplie les cris d’alarme : « Tout délai multiplie les chances d’agitation2 ».

Ill. 22 : Stationnement des forces alliées en Haute-Silésie, 10 mai 1920

Image 10000000000007E100000A1712F65B3742417B1B.jpg

FRMAE_01_011_00

© Direction des Archives / MEAE

8Deuxième échec français : la décision initiale du Conseil suprême prise en décembre d’effectuer le plébiscite en deux temps ne reste pas longtemps en vigueur. Le 9 février 1921, le délégué britannique à la commission, rejoint par son homologue italien, considère que le maintien de l’ordre serait mieux assuré si un seul scrutin était organisé. Aussi demande-t-il de renoncer aux dates initialement prévues les 20 mars et 5 avril 1921. Cette demande anglaise est par ailleurs acceptée par le ministère des Affaires étrangères polonais qui accepte un plébiscite en un seul temps, d’autant plus confiant en une victoire polonaise que seulement 120 000 votants non-domiciliés Allemands sont attendus.

9À la conférence de Londres du 21 février, Loyd George annonce la décision adoptée : le plébiscite aura lieu en une seule fois le 20 mars si possible. Briand et Berthelot n’ont pas pu imposer leur point de vue à la délégation britannique, forte par ailleurs de l’appui italien.

L’insurrection polonaise

10Dans les semaines qui précèdent le vote, Ponsot redouble de conseil de prudence envers les Polonais : « Ils ont assez de chances de succès pour ne point les compromettre par une agitation3 », et de fait, le plébiscite se déroule sans incident le 20 mars. Dès le lendemain, les estimations sont connues et le 23, Henri Ponsot communique aux gouvernements les résultats provisoires : 707 000 votants ont choisi l’Allemagne, dont 190 000 résidents hors de Haute-Silésie ont été amenés par trains spéciaux dans les deux semaines précédant le vote. 480 000 ont opté pour la Pologne. Les votes favorables à l’Allemagne sont majoritaires partout sauf dans la région des mines du Sud. Fait singulier à noter, près d’un tiers des votants polonais soit 200 000 personnes, ont voté pour l’Allemagne sans y avoir été contraints par la force. Le gouvernement allemand pense alors pouvoir conserver la totalité de la Silésie mais les Polonais s’en tiennent au partage prévu par le traité de Versailles, et soulignent la nécessité de mettre en place une ligne de démarcation. L’inquiétude polonaise est rapidement à son comble : le journal polonais de Beuthen rédigé en langue allemande annonce que les alliés ont pris une décision sur le partage du bassin minier laissant seulement Pless et Rybnik à la Pologne. Ces nouvelles, pourtant démenties par la Commission interalliée, provoquent des grèves le 3 mai 1921, jour de la fête de la constitution polonaise. Elles sont suivies d’une insurrection les jours suivants.

11L’insurrection ne s’arrête que le 9 juillet, après avoir duré trois mois. Dès le début de l’insurrection, la position française est très délicate. Les Polonais avaient promis le calme et Ponsot affirme le 6 mai qu’il est « dans l’impossibilité matérielle et morale d’agir contre les Polonais qu’ils soutiennent et parviennent tant bien que mal à disperser les manifestants dans les villes mais subissent des pertes4. »

12La position très délicate de la France vis-à-vis de ses alliés indispose fortement le ministre des Affaires étrangères Briand. Il tance ainsi Ponsot : « C’est sous votre garantie que nous avons défendu les Polonais5 ». L’action des Polonais peut laisser croire à l’insistance française à ne poursuivre que les émeutes allemandes en « ignorant voire tolérant les organisations armées polonaises ». Dès lors, l’unanimité de la commission est indispensable. Briand enjoint Ponsot de l’obtenir avant de pouvoir aborder la décision de la Haute-Silésie avec Lloyd George. Il lui donne l’ordre de « se remettre au travail immédiatement6 ».

13Du 8 au 12 août, des arguments juridiques sont avancés de part et d’autre entre Français et Anglais, les politiques quant à eux exposant plus volontiers des principes. Ponsot évoque la libération des peuples opprimés, la conscience nationale des Polonais, mais aussi des considérations ethniques, économiques et géographiques si importantes dans une région dans laquelle les populations sont imbriquées. Percival du côté anglais, s’appuie sur d’une part les résultats du plébiscite et d’autre part, il évoque également l’histoire d’une région restée plus de 700 ans autrichienne puis allemande soit plus longtemps que la Normandie ou l’Alsace-Lorraine n’ont été françaises. Malgré les arguments échangés, chacun reste sur ses positions : le problème est avant tout politique. En ce qui concerne le partage de la Haute-Silésie, l’impasse franco-britannique n’est due qu’à une différence assez mince, les protagonistes ayant refusé de trancher entre la solution de la ligne anglaise défendue par Percival et adoptée par le gouvernement britannique et la ligne Sforza adoptée par le gouvernement français (ces deux lignes ne divergeant pourtant que de quelques kilomètres).

14Constatant l’échec de la commission, Lloyd George propose le 12 août de soumettre la question à la Société des Nations. Briand accepte cette solution et adresse la demande à la SDN, en déclarant que sa réponse sera adoptée par la France, confiant dans l’idée qui domine depuis Clemenceau selon laquelle la SDN doit avant tout garder les intérêts français et protéger ses alliés à l’Est. Le 1er septembre 1921, un examen au préalable est confié aux représentants de la Belgique, du Brésil, de la Chine, et de l’Espagne, aucun n’étant partie prenante dans l’affaire. Le conseil suprême à Paris se borde à confirmer les décisions prises à Genève, il s’agit donc de remettre la décision à la Commission extraordinaire de la SDN, présidée par un Japonais, le vicomte Ishii, garant de neutralité et que Briand encourage dans la voie du compromis.

15Or à Genève, les considérations franco-britanniques continuent entre les représentants français avec Léon Bourgeois et britanniques Lord Balfour. Bourgeois reçoit des instructions très claires de Briand, avec un plan A, B et C présentant les conditions extrêmes à ne pas franchir. Avec ces négociations en sous-main, début octobre Bourgois obtient de son homologue britannique d’acter la ligne du 26 août incluant Bobrek et la partie sud de Beuthen à la Pologne. Le 12 octobre, le conseil de la SDN recommande cette solution, solution que les puissances acceptent : il s’agit bien d’un accord purement franco-britannique sous couvert d’une décision de la SDN.

16L’Allemagne conserve donc les deux tiers du territoire de la Haute-Silésie et la Pologne reçoit le sud avec une population qui correspond à 20 000 voix de plus que les 480 000 voix polonaises du plébiscite. Kattowitz, Königshütte, Tarnowitz et Lublinitz reviennent à la Pologne. Mais la ville de Beuthen reste allemande. La région industrielle est ainsi divisée, la Pologne recevant la plupart des mines, soit 80 % de la production de charbon, la presque totalité de la production du minerai de fer, et 80 % de la production de zinc. La décision finale est entérinée par une convention germano-polonaise conclue le 18 juin 1922.

17En conclusion, la France ne pouvait pas s’affranchir du droit pour obtenir ses objectifs stratégiques. Elle a pu en sauvegarder une partie, ainsi que ceux de la Pologne, son alliée en permettant à cette dernière d’obtenir la majeure partie de la zone industrielle de la Haute-Silésie. Mais dans son opposition à la Grande-Bretagne, elle a dû consentir à des concessions. Certes, la SDN a augmenté son prestige en prenant le problème en charge, mais il faut y voir une décision conjointe franco-britannique, et donc l’influence prédominante de ces deux principales puissances dans les questions d’arbitrage international à l’issue de la Grande Guerre.

18Au vue du contenu de l’article 88 du traité de Versailles, des résultats, du plébiscite, l’attribution à la Pologne de la partie la plus importante économiquement parlant de la Haute-Silésie peut donc être considérée comme un succès français. Ponsot peut ajouter ces nouveaux lauriers à sa carrière de diplomate. De même, la Commission interalliée et les troupes d’interposition principalement françaises ont rempli leurs missions, en dépit des difficultés. Toutefois, les concessions coûtent : la Pologne a compris qu’elle ne pourrait, à l’avenir, compter que sur le soutien de son allié français, qu’elle ne devait pas négliger non plus de se tourner vers la Grande-Bretagne, et qu’elle devait prendre conscience de la présence de ses deux encombrants voisins : l’Allemagne et l’URSS.

19À moyen terme, cependant, force est de reprendre les paroles désabusées du Premier ministre du gouvernement polonais en exil vingt ans plus tard, Thomas Olszanski qui écrivait en 1944 et que l’on peut traduire de cette façon : « tout ceci pour cela ». La partition de la Haute-Silésie aura duré dix-sept petites années. Le 1er septembre 1939, les troupes de la Werhmacht se lancent à l’assaut de la Pologne et dès la fin du mois de septembre, la Haute-Silésie est incorporée dans le troisième Reich. Les années passent, la guerre se déroule. Le succès de l’Armée rouge entraine, très vite à l’automne 1944, des déplacements de population à la fin de la Seconde Guerre mondiale, essentiellement allemandes qui se répartissent en trois vagues se chevauchant : la première à l’automne et à l’hiver 1945 correspond à la fuite spontanée et à l’évacuation organisée de toutes les populations allemandes terrorisées par l’avancée de l’Armée rouge de l’année 44 au début 45 ; la deuxième phase correspond à des expulsions locales immédiatement après la défaite de la Wehrmacht ; enfin, des expulsions plus systématiques ont lieu après les accords de Postdam signés le 2 août 1945 par les maîtres du moment Staline, Atlee, et Truman, et ce pour éviter toutes revendications territoriales futures de l’Allemagne sur ses voisins orientaux.

20Ce déplacement forcé des populations allemandes a touché entre 12 et 16 millions de personnes, le nombre de civils allemands morts dans le cadre des expulsions est assez difficile à établir. La fourchette est large : entre 500 000 et 1,5 millions de personnes sont mortes au cours de ces expulsions. Cet événement brutal contraire au droit des gens, même en temps de guerre, a mis fin à près de mille ans de domination allemande dans ces territoires de l’Europe de l’Est. Il est évident que dans ces conditions, les plébiscites n’avaient plus lieu d’être organisés. Le fameux droit des peuples des droits à disposer d’eux-mêmes cher à Wilson a été balayé 25 ans plus tard à Yalta par celui que l’on surnommait alors « le petit père des peuples ».

Notes de bas de page

1 À signaler le fonds Le Rond qui peut présenter un autre angle d’étude essentiel comportant des informations complémentaires intéressantes sur la période conservée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes.

2 FR MAE, 143 PAAP/38 [cote provisoire].

3 FR MAE, 143 PAAP/31 [cote provisoire].

4 FR MAE, 143 PAAP/31 [cote provisoire].

5 FR MAE, 143 PAAP/29 [cote provisoire].

6 FR MAE, 143 PAAP/29 [cote provisoire].

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.