Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Léon Bourgeois (1851-1925)

Entre guerre et paix

p. 99-108

Résumé

Léon Bourgeois (1851-1925), juriste de formation, marqué par la défaite de 1870, a toujours soutenu la défense nationale. Grande figure du radicalisme, ni chef de parti, ni leader de groupe parlementaire, artiste à ses heures, il a eu un rapport singulier au pouvoir. Il a cependant dirigé le gouvernement pendant un peu moins de six mois. Ministre dans onze gouvernements, théoricien du solidarisme, il a eu une action féconde dans les domaines de l’éducation puis de l’action médicale et sociale. Il a prôné l’arbitrage international à la conférence de La Haye en 1899 puis la création de la Société des Nations en 1910. Il a soutenu l’effort de guerre pendant la Grande Guerre puis s’est heurté aux réserves américaines lors de la conférence de la paix. Très attaché au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à la diplomatie du droit, il a représenté la France au sein de la SDN naissante. Son œuvre a été couronnée par le prix Nobel de la Paix en 1920.


Texte intégral

1Léon Bourgeois naît à Paris le 29 mai 18511. Bachelier ès lettres et es sciences, il s’inscrit à l’École de droit de Paris, mais s’engage le 15 septembre 1870 (à 19 ans) et fait la guerre dans la Légion de l’artillerie de la Seine avec laquelle il participe à la défense du fort de l’Est pendant le siège de Paris comme brigadier-fourrier. L’épreuve marque le jeune homme. Il sera président d’honneur de l’association des volontaires et combattants de 1870-71 et des références au soldat émailleront nombre de ses discours d’homme politique. « Nous avions perdu la liberté, dira-t-il aux étudiants de Paris en 1891, et quand nous l’avons recouvrée, nous portions le deuil de la patrie ». En 1901, au cours de la fête républicaine de Pocancy (Marne), « tournant ses yeux vers une des cartes de France suspendue dans la salle de classe, il montre du doigt les lignes de l’invasion allemande de 1870, retrace le drame de l’année terrible, l’affolement et la débâcle du régime impérial puis l’effort admirable de la défense nationale avec Gambetta faisant sortir les légions au nom de la République qui a sauvé l’honneur de la Patrie2. »

2Après la guerre, il reprend ses études studieuses qui le conduisent au doctorat en droit puis entame une fulgurante carrière administrative avant d’entrer en politique en 1888. Face au général Boulanger, il trace, au cours de quelques réunions, les grandes lignes de son programme d’union républicaine. Retenons ses prises de position relatives aux questions extérieures : « Au dehors, maintien d’une paix honorable, digne d’une grande nation, fondée sur le respect de tous les droits de la Patrie. Plus d’expéditions lointaines et aventureuses ; nos forces et notre activité uniquement réservées à l’organisation de nos possessions actuelles3. »

3En dépit de vives attaques, il l’emporte facilement et devient député à 37 ans, sans implantation ni mandat local. Il va représenter la Marne à la Chambre puis au Sénat jusqu’à sa mort en 1925. Commence alors une non moins fulgurante carrière ministérielle, un peu plus d’un mois après son élection à la Chambre.

4Radical modéré, il détient successivement les portefeuilles de l’Intérieur, de l’Instruction publique et des Beaux-arts, de la Justice, rédige un petit livre qui fera longtemps référence : Solidarité puis forme un éphémère gouvernement radical homogène le 31 octobre 1895. Remplaçant au pied levé Marcellin Berthelot au Quai d’Orsay le 28 mars 1896, il apaise la tension avec la Grande-Bretagne à propos de la dette égyptienne et du Soudan. Son intérêt pour les questions internationales, se renforce en février 1897 lors d’un voyage officieux en Italie (alliée à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie) alors que le gouvernement Rudinì s’efforce de rétablir des relations de confiance avec la France4. Il redevient ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dans le gouvernement Brisson, confronté au rebondissement de l’affaire Dreyfus, puis entreprend un voyage d’études à l’automne 1898 qui le conduit à Vienne puis en Serbie, en Bulgarie, en Grèce et en Turquie. Sans être revanchard, Léon Bourgeois très marqué par la perte de « l’Alsace-Lorraine », est très attaché à l’alliance russe, et a une haute idée du rayonnement de la France. Charles Dupuy, successeur d’Henri Brisson, lui demande de conduire la délégation française à la conférence internationale pour la réduction des armements qui se tient en 1899, à La Haye, à l’initiative du tsar. « Un échec absolu n’eût pas attristé tout le monde », écrira plus tard Léon Bourgeois, élu président de la commission d’arbitrage. Un premier pas timide est cependant fait en direction de l’arbitrage international.

5En juin 1899, Léon Bourgeois ne participe pas au gouvernement de Défense républicaine dirigé par Waldeck-Rousseau mais le soutient sans réserve face aux antidreyfusards.

6« Nos adversaires ont mis un nom sur leur drapeau, celui de Patrie. Comme si nous étions en dehors de la Patrie et comme si quelqu’un avait le droit de se servir de ce mot là pour en faire un nom de parti ! Nos adversaires disent aussi qu’ils sont unis pour la défense de l’armée... Ce n’est pas sans un sentiment de profonde tristesse que nous voyons des Français tenter de s’emparer de l’armée pour s’en servir comme d’une arme de guerre civile », déclare-t-il devant le comité d’action pour les réformes républicaines en janvier 19005

7Léon Bourgeois suspend son activité politique pour de longs mois à la suite du décès de sa belle-mère et de sa fille en 1903, puis de son épouse en mai 1904, victimes de la tuberculose, ce qui le conduira à s’investir dans la prévention de la maladie. Il ne revient au gouvernement qu’en mars 1906 avec le portefeuille des Affaires étrangères dans le gouvernement Sarrien et participe à la fin de la conférence d’Algésiras réunie pour régler ce qu’il est convenu d’appeler la « première crise marocaine ». L’acte final est signé le 7 avril 1906, « grâce à des concessions réciproques mûrement calculées et loyalement consenties dans des termes absolument honorables pour tous et sans que rien, en ce qui concerne notre pays ait été abandonné du fruit de ses efforts passés, de la dignité de sa situation présente et de la sauvegarde de son avenir », déclare Léon Bourgeois à la Chambre6 ». La péroraison du discours de Léon Bourgeois montre qu’il voit dans cet accord une application des principes qu’il a défendus à La Haye en 1899. L’accord est effectivement assez équilibré. L’honneur est sauf pour les deux adversaires, la guerre a été évitée, mais représente une source ultérieure de friction entre la France et l’Allemagne.

8Léon Bourgeois quitte le Quai d’Orsay après la démission de Ferdinand Sarrien le 19 octobre 1906, mais il représente la France à la seconde conférence de La Haye. Des problèmes de santé l’éloignent ensuite de l’action politique quotidienne. Il poursuit néanmoins sa campagne en faveur de la paix par le droit. À l'occasion du sixième Congrès national de la Paix réuni à Reims, il prononce, le 31 mai 1909, un discours dans lequel il réaffirme qu’il ne saurait y avoir de paix durable sans une organisation juridique internationale. « Pour avoir la paix matérielle, il faut d’abord réaliser la paix morale et il n’y a de paix morale que si les droits de chacun ne se sentent pas et ne sont pas effectivement menacés ». Il commente ensuite l’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie7 qui représente une atteinte à une convention internationale et n’a pas pris en considération le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il y a, à ses yeux, deux formes opposées de modification des frontières comme le montre l’histoire de la France contemporaine : le rattachement de Nice et de la Savoie après référendum, l’annexion par l’Allemagne de l’Alsace-Lorraine malgré le sentiment de sa population. À la souffrance des habitants se sont alors ajouté une longue hostilité entre deux grands États, la crainte permanente d’une guerre entre eux, la constitution de deux systèmes d’alliance et par suite, le malaise général de l’Europe toute entière.

9Pour Léon Bourgeois, la politique des cabinets continue à chercher les garanties de la paix dans l'équilibre des forces, dans ce qu'il est d'usage d'appeler l'équilibre européen. Il souligne la précarité d’une telle situation, née de la « diplomatie de la force » et voit dans la course aux armements la preuve flagrante que les États n’ont aucune confiance dans la solidité de cette diplomatie de l'équilibre. Il lui préfère la « diplomatie du droit », qu’il résume en une formule simple, déjà employée pour les conditions de la paix intérieure des États : « pas d'harmonie sans l'ordre, pas d'ordre sans la paix, pas de paix sans la liberté, pas de liberté sans la justice ». Léon Bourgeois publie l’année suivante (1910) un livre intitulé Pour la Société des Nations dans lequel il reprend la plupart de ses interventions.

10Le 5 novembre 1910, il est pris d’un accès de glaucome aigu bilatéral qui nécessité une intervention d’urgence et le repos absolu sans la moindre visite. En février 1910, il effectue un voyage (sans caractère officiel) en Italie. Il est reçu par le roi en audience particulière puis par le premier ministre avant une grande réception au ministère des Affaires étrangères. En 1911, il est sollicité par les graves événements du vignoble champenois frappé par le marasme. C’est de paix intérieure qu’il s’agit cette fois. Avocat éloquent des Marnais, il s’efforce de calmer les colères tout en soutenant nettement la Marne par rapport à l’Aube. Au cours de l’été 1911, il se montre discret face à la seconde crise marocaine suite à l’envoi d’un navire de guerre allemand devant Agadir. Lors de l’examen en commission sénatoriale de l’accord franco-allemand sur le Maroc, Georges Clemenceau porte le coup décisif contre Joseph Caillaux mais c’est Raymond Poincaré qui en tire profit en constituant un gouvernement dans lequel Léon Bourgeois prend le portefeuille du Travail et de la Prévoyance sociale. Il refuse d’être candidat à la présidence de la République au profit de Poincaré et refuse de participer au gouvernement Briand qui suit l’élection présidentielle. « Se souvenant cruellement de 1870 », il se déclare prêt à voter le passage du service militaire de 2 à 3 ans tout en déplorant la « folie des armements où se laisse entraîner l’Europe ». Il estime que la France avec ses 517 000 hommes ne pouvait rester indifférente face à la volonté de l’Allemagne de porter à 890 000 hommes ses effectifs de paix. Une prise de position qui l’éloigne de nombre de ses amis radicaux.

11La bataille législative se livre principalement sur le terrain de la loi de trois ans et de l’impôt général sur le revenu. Léon Bourgeois veut les trois ans et l’impôt sur le revenu. Impressionné par l’analyse de la situation européenne que lui présente Maurice Paléologue, ambassadeur à Saint-Pétersbourg, il pense qu’il « faut éviter la guerre à tout prix, car la propagande socialiste a détruit toute discipline et tout patriotisme dans l’armée8 ». Le lendemain, la déclaration ministérielle est catégorique sur la loi militaire, pacifique et prudente sur les questions extérieures. Le gouvernement est renversé dès sa présentation. Raymond Poincaré fait de nouveau appel à René Viviani qui doit affronter une crise européenne majeure quelques semaines après son investiture.

12Pour Léon Bourgeois, la déclaration de guerre de l’Allemagne est « un insolent défi jeté à la face de la latinité »9. C’est « la guerre de deux cultures, de deux civilisations dont l’une ne reconnaissant que la force, renie la parole donnée et la foi jurée ». Une analyse qu’il reprend en 1915 pour saluer l’entrée en guerre de l’Italie au côté de la France. Léon Bourgeois voit par ailleurs dans le conflit un renforcement de cette idée de patrie à laquelle il est depuis toujours très attaché. « Une seule pensée, le devoir. Une seule résolution, le sacrifice de soi-même. Et cela chez tous, du plus grand au plus petit avec la même modestie... Quelle unité morale incomparable dans cette grande armée ! », déclare-t-il lors d’une conférence au Musée social en décembre 1914. Il lui paraît impossible que cet élan puisse disparaître au lendemain de la victoire dont il ne doute pas. Impressionné par « l’ampleur des actes de barbarie commis par les Allemands dans la Marne, il devient président du groupe interparlementaire des régions envahies dont l’activité couvre dix départements10. Il va présider ce comité pendant un an et se rendre à plusieurs reprises dans les zones de combat du Nord et de l’Est.

13L’aggravation de la situation militaire provoque une vive tension entre le ministère de la Guerre et le Sénat notamment au sujet de la pénurie de canons. Les carnets de l’ambassadeur Georges Louis témoignent de la colère de Léon Bourgeois contre l’État-major et de son exaspération vis-à-vis de « la force d’inertie » de Millerand, ministre de la Guerre11. Les observations présentées le 10 juin 1915 par Léon Bourgeois devant la commission de l’armée du Sénat témoignent de sa capacité à analyser les opérations militaires dans leur ensemble. Il considère que les « entreprises partielles » se suivent et se ressemblent sur le front français : trois ou quatre jours de succès locaux « dus à l’héroïsme admirable de nos troupes » suivis d’un arrêt de l’opération après des pertes d’hommes considérables sans gain territorial en rapport avec les sacrifices. Il dénonce l’absence des troupes de manœuvre réclamées par le Sénat, troupes susceptibles de prendre le relais de celles qui ont opéré la percée. Il demande par ailleurs que soient définies « l’étendue des responsabilités respectives du gouvernement et du commandement dans la conduite de la guerre et dans celle des opérations militaires proprement dites ». Il souligne que c’est sur le gouvernement seul que peut s’exercer le contrôle du Parlement et, tout en se défendant « d’empiéter sur l’indépendance que doit conserver le commandant en chef en matière stratégique », regrette que le gouvernement ait « cru pouvoir décliner toute responsabilité » dans la conduite de la guerre12. Léon Bourgeois considère par ailleurs qu’il « serait d’une suprême imprévoyance » de ne pas garder des forces en réserve pour une éventuelle intervention sur le front italien. Il attend des renforts un succès définitif dans la presqu’île de Gallipoli et la mer de Marmara et trouve qu’on « assemble péniblement une 3° division à Saint-Raphaël ». Le 13 octobre 1915, Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères, dépressif et hostile à l’expédition d’Orient démissionne. René Viviani présente peu après sa démission et Léon Bourgeois devient ministre d’État sans portefeuille et membre du Conseil de la défense nationale dans le gouvernement constitué par Aristide Briand.

14En février 1916, l’offensive allemande contre Verdun met le gouvernement en difficulté. Contrairement à Poincaré et Briand, Léon Bourgeois se montre favorable à la réunion de la Chambre en comité secret. Il s’ouvre le 16 juin 1916 sur une vigoureuse interpellation d’André Maginot, député de la Meuse, qui voit dans l’affaire de Verdun la preuve de l’imprévoyance et de l’insuffisance du haut commandement. Aristide Briand qui doit se porter au secours de son ministre de la Guerre retourne habilement la situation à son profit au grand dam de Léon Bourgois. Les choix stratégique dans les Dardanelles divisent également le gouvernement. Léon Bourgeois et Alexandre Ribot demandent l’envoi de forces complémentaires pour aider le général Sarrail. Mais les généraux Joffre et de Castelnau refusent de prélever de nouvelles troupes sur le front français où, selon eux, aura lieu la décision. Joffre prescrit à Sarrail de lancer une offensive le 10 août 1916. Le général qui préfère, semble-t-il, soutenir le mouvement séparatiste de Salonique ne s’exécute pas. Indirectement mis en cause au Conseil des ministres du 27 août, il est soutenu par Paul Painlevé et Léon Bourgeois qui demande, si l’on en croit le journaliste Mermeix, « qu’on ne sacrifie pas, sans des raisons tout-à-fait graves, un général d’un mérite éprouvé et contre qui ses sentiments républicains pouvaient exciter des animosités13 ».

15Après le deuxième comité secret de la Chambre de novembre 1916, Aristide Briand comprend qu’il lui faut sacrifier le général Joffre pour ne pas être renversé. Commence alors la promotion fulgurante du général Nivelle qui s’est illustré lors de la reprise du fort de Douaumont. Une initiative qui a impressionné nombre de parlementaires dont Léon Bourgeois. Le 12 décembre 1916, Aristide Briand est appelé à former un nouveau gouvernement dans lequel il supprime les ministères d’État. Il tombe le 11 mars 1917 à la suite de la démission du général Lyautey, ministre de la Guerre. Léon Bourgeois prend alors le portefeuille du Travail dans le gouvernement Ribot qui précise pour la première fois les buts de guerre14 et se prononce en faveur de la création de la Société des nations. Membre du comité de guerre, Léon Bourgeois soutient le général Nivelle, successeur de Joffre et favorable à une offensive majeure entre l’Oise et la montagne de Reims. Comme d’autres membres du comité de guerre, Léon Bourgeois n’est pas convié à la réunion de Compiègne qui, le 6 avril 1917, donne sans grande conviction le feu vert pour l’offensive Nivelle15. Le 16 avril 1917, l’effet de surprise est complètement manqué. Les lourdes pertes débouchent sur les premières mutineries et la mise en cause du général Nivelle remplacé par le général Pétain dont Léon Bourgeois est considéré comme l’un des adversaires les plus déterminés. Sitôt nommé, le nouveau commandant en chef affirme son intention d’attendre les Américains et les chars d’assaut. Après tant de sanglants déboires, c’est la méthode prudente et économe en vies humaines qui l’emporte. Mais c’est aussi la fin de l’espoir de voir la guerre victorieusement terminée en 1917 alors que l’Union sacrée apparaît de plus en plus compromise.

16Les affaires de trahison et des accusations plus ou moins bien étayées ont raison du gouvernement Ribot. En septembre 1917, Léon Bourgeois redevient ministre d’État, membre du comité de guerre dans le gouvernement Painlevé qui fait l’objet de vives critiques principalement dues à l’irrésolution de son chef. Il est renversé le 13 novembre à la suite d’une séance confuse et désordonnée à la Chambre16. Léon Bourgeois ne participe pas au gouvernement Clemenceau. Cela ne saurait surprendre quand on connaît les mauvaises relations entre les deux hommes. Il ne joue aucun rôle dans la conduite de la guerre mais dirige la rédaction du projet français de SDN qui prévoit notamment la création d'une armée internationale composée de contingents fournis par chaque nation, des sanctions militaires à appliquer à un État coupable d'agression, un service permanent d'état-major international ayant notamment pour mission d'inspecter les effectifs et les armements de chaque État. C’est ce projet qu’il défend pied à pied, sans le moindre soutien de Georges Clemenceau, pendant la conférence de la paix.

17Dans un mémoire sur les droits de la France à la rive gauche du Rhin, Léon Bourgeois se déclare favorable à une occupation prolongée, comme garantie des réparations et des demandes relatives à une organisation du droit international17. Il est par ailleurs rapporteur de la commission sénatoriale des Affaires étrangères chargé de l’examen du traité de Versailles. Son rapport comporte un certain nombre d’idées fortes qui illustrent sa vision des relations internationales. Il se montre particulièrement attaché au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en regrettant qu’il n’ait pas été expressément proclamé dans le préambule du Pacte de la SDN18. Les termes du traité étant intangibles, le débat se réduit, comme à la Chambre, à un examen de conscience ou à une réflexion sur l’avenir.

18Réélu sénateur de la Marne le 11 janvier 1920, Léon Bourgeois se présente à la présidence du Sénat face au président sortant Antonin Dubost19. C’est bien la première fois qu’il est candidat à un poste politique, dans des conditions incertaines au demeurant, puisqu’il est élu au troisième tour de scrutin. Avant son installation à Genève le 15 novembre 1920, le Conseil de la SDN tient ses réunions dans plusieurs capitales européennes. Léon Bourgeois en est élu président lors de la première réunion, le 16 janvier 1920, au Quai d’Orsay, sur proposition du délégué grec Venizelos appuyé par Lord Curzon. Situation en Arménie, libération des prisonniers de Sibérie, administration de la Sarre et du territoire libre de Dantzig, approbation des mandats sur les anciennes colonies allemandes et sur quelques parties de l’empire ottoman, arbitrage des conflits surgis entre la Pologne et la Lituanie au sujet de Vilna, entre la Suède et la Finlande pour les îles Aland, entre l’Allemagne et la Pologne à propos de la Silésie, mise en place de la Cour internationale de justice ; réflexion sur la limitation des armements, l’organisation du blocus, l’organisation du travail ; la tâche des membres du Conseil de la SDN est lourde en ce début des années 1920. Léon Bourgeois, qui sait s’élever au niveau des principes, y joue le rôle du sage tout en gardant un œil sur les affaires françaises.

19Le 3 avril 1920, il remet un mémoire à Alexandre Millerand au sujet des réparations. Il propose qu’une première tranche de la dette allemande soit fixée, non par la conférence internationale de Bruxelles, mais par les puissances alliées elles-mêmes pour une période de quinze ans, durée de l’occupation militaire. Il remarque par ailleurs que le gage affecté au paiement des dettes de l’Allemagne est général et s’étend à toutes les ressources de ce pays. Une situation qui ne favorise pas son relèvement économique. Il propose donc de faire deux parts dans le gage général, l’une spéciale, affectée pendant quinze ans au paiement d’un premier acompte de la créance de la France et de la Belgique20, l’autre affectée, dans des conditions à déterminer, à l’acquittement des créances des neutres. Le surplus de ressources étant affecté aux propres besoins de l’Allemagne, lui permettant par là même d’augmenter le gage final des Alliés, ce qui est leur intérêt bien compris. Le mémoire prévoit par ailleurs que la première tranche des réparations soit mobilisée en France et en Belgique par un emprunt bénéficiant d’une exonération fiscale et gagé sur les ressources allemandes. La proposition n’a aucune suite.

20Le 11 décembre 1920, le président Hymans, lit à la SDN un télégramme annonçant que le prix Nobel de la paix est décerné à Léon Bourgeois. Sa santé chancelante ne lui permet pas de se rendre en 1920 à Oslo pour y lire lui-même le texte de son discours de remerciement. Il garde cependant un œil sur les affaires et soutient sans réserve le gouvernement constitué par Raymond Poincaré en janvier 1922 après la démission d’Aristide Briand, en désaccord avec le président Millerand sur les affaires étrangères. Tout en continuant à privilégier la négociation avec l’Allemagne, Raymond Poincaré se réserve la possibilité d’utiliser la contrainte, y compris de manière unilatérale. Le 3 janvier 1923, le Conseil des ministres décide de déclencher l’occupation militaire de la Ruhr. Réélu président du Sénat, Léon Bourgeois approuve l’opération, affirmant notamment qu’il est du devoir de la France de servir et de défendre le traité de Versailles. Le gouvernement allemand répond à l’occupation par la résistance passive tandis que le gouvernement britannique n’intervient pas tout en désapprouvant l’opération franco-belge. Léon Bourgeois qui a démissionné de la présidence du Sénat pour des raisons de santé reste premier délégué de la France à la SDN.

Conclusion

21Patriote marqué par la défaite de 1870, ayant une haute idée de la France et de sa mission dans le monde, Léon Bourgeois n’a jamais hésité en matière de défense nationale. Convaincu de la puissance de la force morale, il a su élargir son horizon et a mis son talent de diplomate au service d’une conception de la paix fondée sur le droit et la justice tout en comptant avec les réalités passagères, comme avec l'imperfection des humains.

22Le 16 octobre 1925, les accords de Locarno concrétisent le rapprochement franco-allemand et l’action convergente de Briand et Stresemann. Cependant, tout en faisant progresser la sécurité collective dans un cadre régional, ils ouvrent la voie à des rencontres entre grandes puissances, en marge du Conseil de la SDN, provoquant le mécontentement des petits États. On peut dire que lorsque Léon Bourgeois s’éteint 13 jours plus tard, le 29 septembre 1925, dans sa propriété d’Oger, son vaste projet de solidarité des peuples est déjà très compromis, même si ses contemporains n’en ont pas conscience.

Notes de bas de page

1 Son père Marie Victor Bourgeois, horloger, est alors âgé de 51 ans. Sa mère, Augustine Euphrosine Elise Hinoult a 44 ans.

2 Union républicaine de la Marne (désormais URM), 1er octobre 1901.

3 Le Libéral de la Marne. 15 février 1888.

4 Après la chute, le 4 mars 1896, du gouvernement Crispi suite à la défaite d’Adoua en Abyssinie, le marquis Visconti-Venosta, très francophile ministre des Affaires étrangères a réglé en septembre 1896 le contentieux franco-italien à propos de la Tunisie et le 1er janvier 1897, le roi Humbert Ier a déclaré lors de la réception diplomatique « On n’a jamais cessé d’aimer la France en Italie ».

5 URM 12 janvier 1900.

6 Journal officiel, Chambre des députés, 12 avril 1906, p. 1735-36.

7 Cette province, théoriquement rattachée à l’Empire ottoman était administrée par l’Autriche-Hongrie depuis le congrès de Berlin de 1879. En 1908, le gouvernement autrichien a pris prétexte de la prise de pouvoir d’une équipe nationaliste à Constantinople pour annexer la province malgré la réprobation russe.

8 M. Paléologue. Au Quai d’Orsay à la veille de la tourmente, p. 292 à 304.

9 Extrait d’un article publié dans l’Information universelle, bulletin quotidien créé par Victor Margueritte au début de la guerre. Cité par URM 29 octobre 1915.

10 Attentif au sort des victimes de la guerre, Léon Bourgeois défendra devant le Sénat le projet de loi relatif aux « pupilles de la Nation » en mars 1916. Un texte résultant de la fusion d’une proposition qu’il avait déposée avec certains de ses collègues avec un projet gouvernemental sur « les orphelins de guerre ».

11 G. Louis. Carnets,15 juillet 1915, p. 198/99.

12 FR MAE, Papiers d’agents. PA – AP 9, dossier 6.

13 Mermeix. Joffre. La première crise du commandement (Novembre 1915, décembre 1916), 1919, p. 207.

14 Il n’est question ni de l’Alsace-Lorraine dans ses frontières d’avant 1814, ni du bassin houiller de la Sarre, ni d’un état tampon sur la rive gauche du Rhin, revendications plus ou moins envisagées par le gouvernement d’Aristide Briand. Assemblée nationale, ordre du jour du 5 juin 1917.

15 Comme les projets du général Nivelle inquiètent Paul Painlevé, ministre de la Guerre, plusieurs généraux et les présidents des deux assemblées, Raymond Poincaré provoque, le 6 avril 1917, une sorte de réunion d’État-major à Compiègne à laquelle sont invités le président du Conseil, le ministre de la Guerre et le ministre des Armements (Albert Thomas).

16 C’est le premier ministère renversé depuis le début de la guerre.

17 R. Poincaré. Au service de la France. Tome 9 : L’année trouble, 1917, 7 octobre 1916, p. 4.

18 Ibid., p. 27.

19 Il l’avait soutenu l’année précédente face à Justin de Selves en qui il voyait le candidat de Georges Clemenceau. Cf. R. Poincaré. Au service de la France. Tome 11 : À la recherche de la paix. Paris, p. 63.

20 Il considère que la Grande-Bretagne a reçu des bateaux allemands pour compenser ses pertes.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.