Version classiqueVersion mobile

Ports et réseaux d’échanges dans le Maghreb médiéval

 | 
Dominique Valérian

Première partie. L’intégration des ports au sein de l’espace islamique (fin viie – début xie siècle)

Chapitre II

La mise en place d’une infrastructure portuaire (ixe-xie siècle)

Texte intégral

1C’est entre les ixe et xie siècles que se met véritablement en place l’armature portuaire du Maghreb. Pour cette période les sources sont, il est vrai, plus abondantes, et de plus en plus avec le temps. Il n’est pas toujours aisé de déterminer avec certitude à quel moment un simple mouillage, éventuellement utilisé par des pêcheurs ou pour un petit commerce de cabotage local, devient un lieu important d’échanges maritimes, surtout lorsque ce commerce reste à une échelle régionale et donc hors de la vue des auteurs qui écrivent dans des villes parfois très éloignées. Pour la seconde moitié du ixe et le xe siècles, les géographes sont des témoins essentiels, et assez sûrs quand ils ont voyagé au Maghreb, ce qui est le cas notamment d’al-Yaʿqūbī ou Ibn Ḥawqal. Les chroniques, un peu plus fournies à partir du xe siècle, évoquent des événements qui prennent place dans un espace plus large, en particulier dans la partie centrale du Maghreb. Mais, outre leur caractère tardif, elles ne fournissent des informations que sur les ports les plus importants, liés aux actions du pouvoir, c’est-à-dire pour l’essentiel aux opérations militaires. Des ports émergent donc, lentement, des sources narratives et descriptives, jusqu’à l’œuvre d’al-Bakrī qui offre un tableau désormais presque complet de l’armature portuaire de la région. C’est principalement à partir des descriptions géographiques que l’émergence des ports de la façade méditerranéenne peut être appréhendée. Leur répartition chronologique permet de dresser trois tableaux successifs, qui montrent une évolution assez claire : à la fin du ixe (al-Yaʿqūbī), à la fin du xe siècle (al-Muqaddasī et Ibn Ḥawqal) et dans les années 1060 (al-Bakrī).

  • 1 Ibn Khurradâdhbih, Ibn al-Faqîh al-Hamadhânî, Ibn Rustih, Description du Maghreb et de l’Europe.
  • 2 Marçais, 1941, p. 42.
  • 3 Thiry, 1995, p. 311.
  • 4 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 347, trad. de Wiet, 1937, p. 207. Ce terme de (...)
  • 5 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 348, trad. de Wiet, 1937, p. 210.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid. Il précise que pour aller de Kairouan en al-Andalus il faut s’embarquer à Tunis, et plus loi (...)
  • 8 La lecture est conjecturelle. Le manuscrit ne porte pas de signe diacritique pour ce mot, écrit ٮٮ (...)
  • 9 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 350 ; trad. de Wiet, 1937, p. 213.
  • 10 Martin Forstner suggère que cela pourrait être l’actuelle Kap El Kalaa (al-Qalʿa), entre Skikda et (...)
  • 11 Pour ce nom également les diacritiques manquent sur le manuscrit.
  • 12 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 351 ; trad. de Wiet, 1937, p. 214. Sur la loc (...)
  • 13 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 353 ; trad. de Wiet, 1937, p. 217. La localis (...)

2Chez Ibn Ḫurradāḏbih (m. 885 ou 912), Ibn al-Faqīh (écrit vers 903) ou Ibn Rusta (écrit entre 903 et 913), le tableau se limite à Gabès et Tunis en Ifrīqiya, puis aux ports du Détroit, Ceuta et Tanger, ce qui ne change pas fondamentalement par rapport aux récits de la conquête1. Mais il est vrai qu’ils écrivent tous en Orient et ne connaissent le Maghreb que de manière indirecte et très imparfaite. C’est avec al-Yaʿqūbī, qui visite la région entre 876 et 889 et pénètre au moins jusqu’à l’émirat de Tahert2, que le tableau se fait plus complet, témoignant sans doute des transformations de l’époque rostémide et aghlabide, mais aussi d’un début d’intégration du littoral dans le Maghreb central (carte 3). À l’est, après Barqa, Ṣurt (qui est à la fin du ixe siècle rattachée aux domaines aghlabides3) et Tripoli, il décrit Gabès, « ville importante et prospère » et siège d’un représentant (ʿāmil) de l’émir aghlabide4. Puis, à partir de Kairouan, il suit une série de villes maritimes qui en dépendent : Sousse, avec son arsenal (dār al-ṣināʿa) où l’on construit des navires5 ; le cap Bon (Ǧazīrat Abī Šarīk), région très commerçante, dont le chef-lieu est proche de Kelibia (Iqlībīya), port d’embarquement pour la Sicile6 ; Tunis, grande ville avec un arsenal7 ; Sfax, mise en relation avec une ville qui pourrait être Bizerte8, à huit journées, chaque étape entre les deux villes étant marquée par des fortins9. Cette description de l’Ifrīqiya n’apporte rien de plus que les autres sources, notamment les chroniques qui nous renseignent sur l’organisation du littoral par les Aghlabides : se retrouvent sans surprise les ports connus, Sousse, Sfax, Tunis et peut-être Bizerte, auxquels s’ajoute Kelibia dans le cap Bon, en relation avec la Sicile. La nouveauté réside plutôt dans ce qu’il dit du Maghreb central, pour lequel il distingue trois ensembles. À l’est, il cite des ports (marsā) proches de Mīla, ville tenue par un chef arabe qui reconnaît l’autorité des Aghlabides : Ǧīǧal (Jijel), Qalʿat l-Ḫaṭṭāb10, Iskīda (Skikda), Māʾir11 et Marsā Danhāǧā12, c’est-à-dire des ports correspondant au territoire des Kutāma. Seuls Jijel et Skikda peuvent être identifiés avec certitude, et cette soudaine concentration de ports étonne un peu — d’autant qu’il ne cite pas Bône, pourtant proche. Il pourrait s’agir de données provenant d’un informateur ponctuel (venant de Mīla ?), ce qui expliquerait cette précision inattendue pour cette portion du littoral, mais peut-être y a-t-il aussi la volonté, chez al-Yaʿqūbī, de signaler les débouchés maritimes des principales villes abritant un pouvoir politique, ici de Mīla. Plus à l’ouest en effet il prend soin de relier Tahert à Ténès, à quatre jours de marche, mais surtout à la forteresse (ḥiṣn) de Marsā Farūḫ, où accostent les navires (marākib) de Tahert13. Après ce deuxième pôle maritime, qui regroupe là encore deux sites très proches l’un de l’autre, al-Yaʿqūbī ne cite plus de port avant Nakūr, et curieusement il ne mentionne ni Tanger, ni Ceuta. Le tableau présente donc, à l’ouest de l’Ifrīqiya, quelques tronçons du littoral, en relation avec deux villes de l’intérieur sièges de pouvoirs musulmans, mais laisse de grandes zones d’ombre, alors même que l’auteur parle d’une route maritime entre Tunis et al-Andalus passant par Ténès.

Carte 3. — Les ports maghrébins chez al-Yaʿqūbī (fin ixe siècle)

Carte 3. — Les ports maghrébins chez al-Yaʿqūbī (fin ixe siècle)
  • 14 Voir Forstner, 1979, pp. 68-73.
  • 15 Al-Muqaddasī, Description de l’Occident musulman, pp. 4-5.
  • 16 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, pp. 66-103 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, pp. 57-105.

3Un siècle plus tard, le tableau présenté à la fois par al-Muqaddasī et Ibn Ḫawqal est nettement plus complet et équilibré14. Le premier complète al-Yaʿqūbī pour l’Ifrīqiya, ajoutant à sa liste Mahdia, la capitale nouvellement fondée par les Fatimides, mais aussi Monastir et Tabarqa. À l’ouest il décrit un chapelet de ports assez régulièrement répartis le long de la côte : Marsā l-Ḫaraz (La Calle, El Kala), Bône, Jijel, Marsā al-Daǧāǧ, Ǧazīrat Banī Zaġannāya (Alger ?), Ténès, Qaṣr al-Fulūs et Oran, auxquels s’ajoutent trois toponymes difficiles à localiser, Marsā al-Ḥaǧǧāmīn (qu’il place dans sa liste des villes dépendant de Kairouan entre Monastir et Bizerte), Marsā al-Ḥaǧar (après Lorbeus) et Baḥriyya (après Qaṣr al-Fulūs, dans la dépendance de Tahert)15. À peu près contemporain d’al-Muqaddasī, Ibn Ḥawqal n’ajoute rien à cette liste, même s’il offre des descriptions plus étoffées des ports, qu’il a parfois lui-même visités, et de leurs relations avec le réseau routier et urbain (carte 4)16.

Carte 4. — Le littoral maghrébin à l’époque d’Ibn Ḥawqal et al-Muqaddasī (xe siècle)

Carte 4. — Le littoral maghrébin à l’époque d’Ibn Ḥawqal et al-Muqaddasī (xe siècle)
  • 17 Il s’inspire en particulier de routiers nautiques rédigés à partir du xe siècle (Picard, 1997b, p. (...)
  • 18 Tixier, 2011.
  • 19 Ducène, 2011.

4Le dernier témoignage majeur est celui d’al-Bakrī, qui écrit près d’un siècle après, avec des sources plus diversifiées17 et abondantes, qu’il tire de textes plus anciens ou des informations qu’ont pu lui transmettre directement des marchands ou marins ayant voyagé le long des côtes du Maghreb. Il permet non seulement de disposer d’un tableau détaillé du Maghreb à la fin du xie siècle, mais aussi de compléter ses prédécesseurs pour les époques plus anciennes18 — même si la compilation d’auteurs plus anciens comme al-Warrāq (m. 973) ou al-Razī (m. 955)19 ne va pas sans poser des problèmes de chronologie. L’intérêt du géographe andalou dépasse du reste la simple description ou évocation des ports : sa description, fidèle à la tradition orientale des Masālik wa-l-mamālik, fait une large place aux itinéraires qui relient les ports entre eux, par voie maritime ou terrestre, et aux villes de l’intérieur. Même s’il n’utilise bien sûr pas de mot pour le désigner, c’est bien un réseau qu’il dessine, reliant le Sahara à la Méditerranée, via les villes des piémonts du Tell (carte 5).

Carte 5. — Les réseaux terrestres maghrébins chez al-Bakrī

Carte 5. — Les réseaux terrestres maghrébins chez al-Bakrī

5Pour expliquer à la fois cette densification des sites portuaires et leur activité croissante, il faut faire intervenir deux évolutions majeures du monde musulman en général, et du Maghreb en particulier, entre les ixe et xie siècles, marqués à la fois par une grande fragmentation politique et par une unification de l’espace économique.

6La crise politique du milieu du viiie siècle dans le monde musulman prend au Maghreb une dimension particulière, même si elle est étroitement liée aux bouleversements politiques et religieux de l’Orient. Ce qui nous intéresse ici est la contestation du pouvoir central de Kairouan et l’émergence de nouvelles formations politiques dans le Maghreb central et occidental, qui pose sur des bases nouvelles la question du contrôle des espaces maritimes et portuaires. Les révoltes kharidjites du milieu du viiie siècle et la fondation d’un État ʿalide à la fin de ce siècle réduisent en effet considérablement l’espace réellement dominé par les gouverneurs abbassides de l’Ifrīqiya, et aboutissent à une fragmentation politique et territoriale du Maghreb et à la formation de principautés de dimension régionale. Ce n’est qu’avec l’avènement des Fatimides et l’instauration d’un califat chiite, au début du xe siècle, que l’unification de la région redevient un des moteurs de la politique des souverains, débouchant sur un long conflit avec les Omeyyades d’al-Andalus. Afin de comprendre la politique de mise en valeur des littoraux de chacun de ces pouvoirs, il est nécessaire de faire d’abord un bref tableau de leurs assises territoriales.

  • 20 Sur les Aghlabides, la référence reste la thèse de Talbi, 1966.
  • 21 Ibid., p. 125, et carte p. 127.

7La domination des Aghlabides, nouveaux gouverneurs héréditaires de l’Ifrīqiya au nom des Abbassides, reste centrée sur leur capitale Kairouan, mais leur territoire est très sensiblement diminué par rapport à l’époque précédente20. À l’est, ils dominent encore la Tripolitaine, jusqu’à Barqa exclue — en fait jusqu’à Labda, qui est la dernière place réellement tenue par Kairouan21 —, et entrent en compétition avec les pouvoirs ibadites du djebel Nafūsa au sud de Tripoli. À l’ouest l’autorité aghlabide est reconnue dans la province du Zāb, qui fut le point de départ de l’ascension d’Ibrāhīm Ier et reste assez solidement tenue autour de Ṭubna, et dans une partie au moins du Constantinois, autour de Mīla qui accueille un gouverneur nommé semble-t-il directement depuis Kairouan — entre ces deux régions, le massif de l’Aurès reste sans doute encore largement insoumis. Le cœur de la domination des Aghlabides est donc principalement la bande côtière de la Tripolitaine, la Tunisie actuelle, l’est de la Kabylie et le Zāb, et ces frontières restent relativement stables au cours de la période.

  • 22 Talbi, 1982, pp. 13-80, en particulier pp. 53-61.
  • 23 Sur les limites de l’imamat de Tahert, voir Bekri, 2005, pp. 73-79.
  • 24 Prevost, 2008a, pp. 78-79.
  • 25 El-Ghali, 2003, pp. 97-102.
  • 26 Bekri, 2005, p. 75.
  • 27 Love, 2010.
  • 28 Talbi, 1973, pp. 217-233 ; Benhima, 2008, pp. 61-63.

8À l’ouest la situation est loin d’être aussi claire. Plusieurs constructions politiques ont émergé des révoltes kharidjites du milieu du viiie siècle, qui nous sont souvent mal connues, et qui furent peut-être plus nombreuses que ce que nous montrent les sources tardives22. Le mieux éclairé, grâce aux sources ibadites, est l’imamat rostémide de Tahert, qui étend sa domination principalement le long des piémonts du Tell23. À l’est, l’influence des imams de Tahert est reconnue dans le sud de la Tunisie actuelle24 et jusque dans les communautés du djebel Nafūsa, mais c’est surtout dans le sud de l’Algérie actuelle, jusqu’aux limites de la province aghlabide du Zāb, que leur autorité s’exerce pleinement. Plus au nord, autour de Tlemcen, un éphémère État sufrite, qui nous est mal connu, émerge entre 742 et 789 et s’étendit peut-être jusqu’à Tanger, au moins à son début25. Sous l’imamat de fiAbd al-Wahhāb (784-823) les ibadites de Tahert étendent leur domination jusqu’à Tlemcen, mais la perdent ensuite au profit des principautés ʿalides qui s’installent dans le nord-ouest de l’Algérie26. Enfin, au sud, Siǧilmāsa devient la capitale de l’émirat midraride, principalement tourné vers le Sahara27. Des révoltes kharidjites émerge également, dans les plaines atlantiques du Maroc entre Salé et Azemmour, le pouvoir des Barġwāṭa, autour d’une doctrine religieuse assez mal connue28.

  • 29 C’est finalement la numismatique qui permet de suivre avec le plus de certitude l’évolution de ces (...)
  • 30 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, pp. 352-353, trad. de Wiet, 1937, pp. 215-216.
  • 31 Lévi-Provençal, 1950a, p. 378.
  • 32 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac (...)
  • 33 Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. VI, pp. 282-283, trad. de Mac Gucki (...)
  • 34 Siraj, 2003, pp. 296-297 ; Cressier, 1998, p. 32 et 2010, pp. 127-142.

9Les régions les plus occidentales du Maghreb sont d’ailleurs dans l’ensemble très peu éclairées par les sources. C’est le cas en particulier pour les Idrisides, pour lesquels les textes sont tardifs et souvent écrits par des auteurs sunnites mal renseignés29. Ce qu’il faut retenir ici est que, à la mort d’Idrīs II en 828, le territoire est partagé entre les fils de ce dernier, donnant naissance à plusieurs petites principautés ʿalides largement autonomes par rapport à Fès, en particulier dans le nord. Celles-ci nous sont connues par la description qu’en fait al-Yaʿqūbī à la fin du ixe siècle30 et surtout lorsqu’elles entrent en contact avec leurs voisins, en particulier les Omeyyades de Cordoue, c’est-à-dire principalement au xe siècle. Ainsi au début de ce siècle le rebelle andalou Ibn Ḥafsūn cherche-t-il à prendre contact avec les princes idrisides de Baṣra et Asilah/Arzila31, et quelques années plus tard le chef Miknāsa Mūsā b. Abī l-ʿĀfiya fait appel à la cour de Cordoue pour l’aider à déloger un prince idrisside de l’île d’Aršgūl32. À côté de ces petites principautés, d’autres pouvoirs locaux tiennent des portions du littoral, comme les Banū ʿIṣām à Ceuta, qui reconnaissent plus ou moins l’autorité des Idrisides voisins33, ou les Ṣāliḥides de Nakūr34. On peut pourtant supposer raisonnablement que sur le reste du littoral maghrébin, jusqu’aux territoires mieux connus tenus par les Aghlabides, d’autres pouvoirs berbères ont contrôlé des espaces plus ou moins étendus, mais que leur absence de relations avec les Omeyyades ou les Aghlabides a laissés dans l’ombre.

  • 35 Valérian, 2016.

10L’irruption des Fatimides, au début du xe siècle, et la compétition qui les oppose aux Omeyyades pour le contrôle du Maghreb, bouleverse cette géographie politique35. Jusqu’à leur départ en Égypte ils mènent une lutte, directe ou par l’intermédiaire de tribus berbères alliées, pour le contrôle du Maghreb central et occidental, qui mène à la disparition des pouvoirs kharidjites de Tahert et de Siǧilmāsa, et à une âpre compétition avec les califes omeyyades d’al-Andalus. Après leur départ, la lutte se poursuit, par l’intermédiaire des Zirides, installés comme lieutenants au Maghreb. La conséquence en est, outre un meilleur éclairage par les sources des régions centrales et occidentales du Maghreb, une rivalité pour le contrôle des territoires, en particulier littoraux, et des routes maritimes.

  • 36 Sur cette distinction entre réseaux « pensés » et réseaux « spontanés », voir Coulon, Picard, Valé (...)

11Dans ce contexte de fragmentation politique et d’émergence de pouvoirs régionaux, l’essor des ports et de leur activité résulte de deux phénomènes en partie disjoints, qui conduisent à la mise en place de plusieurs réseaux portuaires interconnectés. Il est d’abord la conséquence d’initiatives politiques, motivées principalement par des impératifs militaires ou de contrôle du territoire — aussi sans doute, même si ce n’est pas clairement explicité, par des considérations économiques et fiscales. Mais il est aussi le résultat de mouvements plus diffus, plus lents également, de la part des marchands et marins, qui construisent de manière semble-t-il empirique un espace de la navigation et du commerce en dehors d’une impulsion politique, du moins dans un premier temps36.

12La première modalité est a priori la plus facile à analyser, grâce aux chroniques qui rapportent les événements politiques et militaires, mais aussi dans une certaine mesure aux géographes, dont la vision est en grande partie tributaire des constructions d’État. En réalité, seuls les pouvoirs qui ont laissé des écrits sont véritablement éclairés : les Aghlabides bien sûr, et leurs successeurs fatimides et zirides pour l’Ifrīqiya et une partie du Maghreb, et à l’ouest les Omeyyades d’al-Andalus, pour lesquels existe une production historiographique abondante à partir de l’époque du califat, qui correspond au moment où les souverains de Cordoue commencent à regarder de l’autre côté du Détroit. Les ibadites de Tahert ont également donné naissance à une production écrite, notamment à des chroniques et dictionnaires biographiques, mais celle-ci ne s’intéresse pas vraiment à la façade maritime, ce qui n’est pas sans poser de questions. En revanche tous les (petits ?) pouvoirs sans doute de nature tribale qui prospèrent dans le Maghreb littoral à l’ouest du territoire aghlabide nous sont en grande partie inconnus.

13Deux périodes se distinguent nettement pour ce qui est de l’investissement des pouvoirs politiques : d’une part le ixe siècle, marqué par une relative stabilisation des frontières, en particulier entre Rostémides et Aghlabides, et, d’autre part, le xe siècle, qui voit l’affrontement, dans le Maghreb central et dans une moindre mesure occidental, entre les deux califats rivaux fatimide et omeyyade — dont une des conséquences est de faire apparaître dans les chroniques cet espace jusque-là délaissé par les auteurs, mais qui avait connu au cours de la même période un essor des ports hors du contrôle et de l’initiative des pouvoirs centraux.

I. — La politique aghlabide en Ifrīqiya orientale

  • 37 Une seconde partie, plus thématique, était annoncée, mais n’a jamais vu le jour.
  • 38 Voir ci-dessous.

14Pour le ixe siècle ce qui est le mieux connu est sans conteste la politique des Aghlabides, grâce notamment à la thèse magistrale, bien que très événementielle37, de Mohamed Talbi, mais aussi parce que cette dynastie de gouverneurs autonomes de l’Ifrīqiya s’est lancée à partir de la fin des années 820 dans une politique d’expansion maritime, notamment en direction de la Sicile. Le développement et la mise en valeur des ports visent donc d’abord et principalement des objectifs militaires et stratégiques, même si des considérations économiques et fiscales sont aussi vraisemblables, les ports de l’espace aghlabide jouant à cette époque un rôle important dans le commerce méditerranéen38.

  • 39 Talbi, 1966, pp. 390-391, qui estime qu’il n’y a pas de razzia de la part des Aghlabides avant 819 (...)
  • 40 Hassen, 2001, pp. 147-148.
  • 41 C’est le cas en 828 de la razzia des Toscans du comte Boniface de Lucques, entre Utique et Carthag (...)
  • 42 Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, éd. par al-Qāḍī, 1987, t. IV, p. 188 ; trad. de Fagnan, 1 (...)
  • 43 À une période plus tardive, Michael Brett suggère que les tribus hilaliennes, contrairement au réc (...)
  • 44 Talbi, 1966, p. 258
  • 45 Ibid., p. 211.
  • 46 Ibid., pp. 182, 209-210, 293 ; sur Bizerte voir Hbaieb, inédite, pp. 483-487.
  • 47 Ageil, inédite, pp. 216 sqq.

15Dans un premier temps, jusqu’aux campagnes de conquête de la Sicile, la politique de mise en valeur des ports a une visée principalement défensive. Les chroniques latines mentionnent bien des attaques de navires musulmans, mais sans distinguer leur origine, et Mohamed Talbi considère qu’elles ont pour bases les ports andalous ou du Maghreb extrême39. Les villes littorales ne sont pas pour autant négligées par les émirs de Kairouan, pour qui elles ont une valeur stratégique, à la fois face aux menaces extérieures et pour l’affirmation de leur pouvoir sur la province. La première zone à faire l’objet de leurs attentions est celle située entre le golfe de Hammamet et Sfax. Elle prend, de manière significative, le nom de Bilād al-Sāḥil, ou parfois même de Sāḥil al-Qayrawān40, ce qui est le signe qu’on lui reconnaît une spécificité et un rôle particulier : elle est à la fois l’ouverture de la capitale sur la Méditerranée et son glacis protecteur contre les incursions chrétiennes toujours possibles — encore qu’elles aient laissé bien peu de traces dans les textes41. Les attaques venues par la mer ne sont cependant pas les seules qui préoccupent le nouveau pouvoir de Kairouan, contesté de l’intérieur et qui peine à assurer sa domination sur l’ensemble du territoire, notamment dans les régions périphériques éloignées du sāḥil. Il doit tout d’abord en finir avec la menace kharidjite, qui s’est concentrée principalement en Tripolitaine, prenant pour base le djebel Nafūsa et menaçant le littoral, parfois avec le secours des ibadites de Tahert. Une première victoire des Aghlabides mène en 812 à un accord entre les deux parties, qui laisse l’intérieur aux tribus ibadites et le littoral, avec la capitale provinciale Tripoli, aux Aghlabides42. C’est la confirmation de l’importance que revêt aux yeux des émirs de Kairouan le contrôle de la frange littorale, qui est la route d’accès à l’Égypte et à l’Orient, donc au centre du califat43. Une nouvelle révolte en 859 oblige le gouverneur de Tripoli à trouver refuge à Labda, avant de s’en retourner dans sa ville pour attendre les secours venus de Kairouan — qui à nouveau écrasent les ibadites44. Enfin les Aghlabides doivent à plusieurs reprises, surtout dans les premiers temps de leur règne, faire face à des révoltes ou des usurpations de seigneurs locaux, qui prennent parfois appui sur les ports. C’est le cas en particulier pour Tunis, ville traditionnellement frondeuse contre Kairouan et où éclatent plusieurs révoltes, notamment du ǧund, toujours violemment réprimées45. D’autres ports ou régions littorales importantes sont marqués par des révoltes, comme Bizerte, le cap Bon, peut-être Monastir46. Des villes de l’intérieur sont aussi des centres de contestation du pouvoir, mais la place majeure des ports dans ces révoltes montre qu’ils ont acquis déjà une importance certaine dans l’organisation urbaine et militaire de l’Ifrīqiya. Ces menaces, aussi bien extérieures qu’intérieures, poussent en tout cas les Aghlabides à investir ces sites littoraux et notamment à y développer des infrastructures de défense. Ils reprennent là une politique inaugurée par les premiers gouverneurs abbassides, mais qui avait été quelque peu délaissée dans la seconde moitié du viiie siècle47.

  • 48 Ibid., p. 240 ; Talbi, 1966, pp. 393-394. Une première attaque est citée dans la lettre de Léon II (...)
  • 49 Elle est facilitée en outre par l’état de paix avec les autres puissances musulmanes, notamment le (...)
  • 50 Ageil, inédite, p. 243 ; Talbi, 1966, pp. 205-206 ; Nef, 2011.
  • 51 Sur les différentes dates proposées par les auteurs pour la conquête de Malte, voir Devrim Atauz, (...)
  • 52 Talbi, 1978b. Ibn Ḫaldūn rapporte qu’elle fut conquise sous le règne de l’Aghlabide Ziyādat Allāh (...)
  • 53 Metcalfe, 2009, pp. 16-22.
  • 54 Ageil, inédite, p. 286. C’est également ce dont témoignent les ouvrages juridiques, notamment pour (...)

16Ce n’est qu’à partir des années 810 que la politique méditerranéenne se fait plus offensive, pour la première fois depuis le milieu du viiie siècle. Déjà, au début du règne de Ziyādat Allāh (817-837), quelques expéditions de razzia sont menées, contre la Sicile en 819 et contre la Sardaigne en 821 (ou 817)48. Mais c’est avec la conquête de la Sicile, à partir de 827, que la politique maritime se développe pleinement. Les raisons de cette nouvelle orientation sont multiples et liées en partie à la situation intérieure en Ifrīqiya49. Ce qu’il faut retenir ici est qu’après la grave crise qui a opposé le ǧund aux émirs de Kairouan, la reprise du djihad apparaît comme une solution politique pour détourner les énergies de l’armée contre un ennemi extérieur commun, tout en retirant de la conquête une nouvelle légitimité, avec le soutien actif des fuqahāʾ malikites50. La politique qui se met en place dépasse la conquête de l’île de Sicile, qui s’achève dans les premières années du xe siècle avec la prise de Taormine par Ibrāhīm II. Ce que visent les Aghlabides, c’est le contrôle de l’espace maritime en Méditerranée centrale et du canal de Sicile entre les deux bassins de la Méditerranée, par la domination des deux rives et l’élimination de la menace des flottes byzantines. Les îles, en particulier, font l’objet de razzias — ce qui n’est pas nouveau — et surtout de conquêtes, comme Malte, qui menaçait la côte d’Ifrīqiya et dont la ville est détruite en 869 ou 97051, et Pantelleria, prise avant 86452. De même, des razzias contre les côtes tyrrhéniennes, et l’installation provisoire dans certains points de l’Italie du sud53, permettent de consolider le contrôle de la navigation dans cette partie de la Méditerranée. Pour soutenir cette expansion, les Aghlabides mettent en place une politique qui leur donne les moyens de leurs ambitions. Celle-ci passe par la construction d’une flotte, notamment à Sousse et Tunis, mais aussi par un programme de fortifications le long des côtes, et le développement d’un discours de djihad propre à soutenir le zèle religieux des musulmans d’Ifrīqiya sur la frontière. Le combat contre les ennemis de la foi, que ce soit dans des expéditions outre-mer ou sur les frontières terrestres, devient ainsi un élément important de la piété et de la sainteté dans les biographies des oulémas ifrīqiyens54.

17Cette nouvelle orientation a pour résultat un investissement accru du pouvoir aghlabide dans les ports, et plus largement dans les régions littorales. Celui-ci est lié d’abord aux nécessités militaires, pour le lancement d’expéditions navales et la défense des littoraux et des routes maritimes. En outre, la conquête de la Sicile et le contrôle de la navigation par l’élimination des flottes byzantines entraînent un développement des relations entre l’Ifrīqiya et l’île, notamment en matière commerciale, qui a stimulé l’activité des ports.

  • 55 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, pp. 346-350 ; trad. de Wiet, 1937, pp. 206-213. (...)

18L’espace maritime qui se structure ainsi avec les Aghlabides reste limité à l’Ifrīqiya orientale (carte 6). Les ports cités par al-Yaʿqūbī55, auxquels il faudrait ajouter Monastir qui fit l’objet d’une attention particulière en raison de sa situation et de la réputation de sainteté qui lui est attachée, Nūba et Qaṣr Lamṭa, montrent un espace cohérent, organisé depuis Kairouan et en relation avec l’aire de domination maritime des Aghlabides en Méditerranée centrale. Plus à l’ouest, mis à part les ports au nord de Mīla cités par al-Yaʿqūbī, dont il n’est pas certain qu’ils ont été véritablement investis par les Aghlabides, l’espace reste celui conquis par les premières armées musulmanes, centré sur le Zāb, avec des extensions à Sétif, Mīla et Bāġāy. Le statu quo avec les Rostémides et l’absence de relations avec les Omeyyades d’al-Andalus poussent à délaisser les littoraux du Maghreb central.

Carte 6. — Les ports aghlabides

Carte 6. — Les ports aghlabides
  • 56 Rien n’indique, contrairement à ce que suppose Alexandre Lézine, que son développement a été frein (...)
  • 57 Lors de l’insurrection de Manṣūr b. Naṣr al-Ṭunbuḏī au début du règne des Aghlabides, l’armée envo (...)
  • 58 Ibid., pp. 300-304.
  • 59 Ils y nomment souvent leurs fils comme gouverneurs, signe de l’importance de la ville à leurs yeux
  • 60 Rossi, 1968, pp. 46-48.
  • 61 Thiry, 1995, pp. 163-164.
  • 62 Les chroniques parlent parfois d’un tribut payé par les Berbères de l’intérieur — quand ceux-ci re (...)
  • 63 Ibn ʿIḏārī, à propos d’une révolte contre les Fatimides en 912-913, parle de la présence dans le p (...)
  • 64 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 760 ; trad. de Mac (...)

19Cet ensemble de ports est structuré, avec des fonctions différenciées. Deux villes se détachent, en raison de leur importance dans le contrôle de l’espace aghlabide, et ont donc un rôle qui dépasse largement leur fonction maritime : Tunis au nord, et Tripoli à l’est. La première, éternelle frondeuse et rivale de Kairouan, domine le nord de la Tunisie, et abrite une partie importante de l’armée56. Elle est aussi un point avancé face à la Sicile, et joue ainsi un rôle majeur dans le contrôle du canal de Sicile, grâce notamment à son arsenal fondé aux débuts de la conquête57. Son importance est consacrée par son élévation provisoire au rang de capitale par Ibrāhīm II, qui s’y installe à la fin de son règne. C’est de Tunis qu’il part conquérir l’Égypte en 896, même si rien n’indique que des moyens navals furent mis à contribution, et le récit de cette campagne avortée suggère plutôt que les armées se déplacèrent par voie terrestre58. La fonction proprement portuaire de Tripoli est moins évidente, ou apparaît moins clairement dans les textes. La ville, qui fait l’objet d’une attention particulière des émirs aghlabides59, intervient surtout dans le récit des révoltes de sa population60 et des conflits avec les ibadites du djebel Nafūsa61. L’accord passé en 812 montre bien que l’enjeu, pour les maîtres de Kairouan, est moins le contrôle du territoire de Tripolitaine dans sa profondeur62 que celui de la bande littorale et de la route menant à l’Égypte, essentielle pour les échanges commerciaux, mais aussi le pèlerinage et les relations avec le cœur du califat. Par contre, rien n’indique quels furent l’activité du port et son rôle dans les échanges. On peut supposer qu’une flotte y a stationné, au moins à certaines époques63, et al-Bakrī signale un arsenal, mais rien ne prouve qu’il existait déjà à l’époque aghlabide64.

  • 65 Ageil, inédite, p. 253.
  • 66 Lézine, 1971, pp. 23, 29 et 71. La mosquée serait selon Alexandre Lézine le résultat de la transfo (...)
  • 67 C’est ce qui ressort de la description d’al-Bakrī, qui parle de la porte nommée Bāb Dār al-Ṣināʿa, (...)
  • 68 Talbi, 1966, p. 321. Il s’agit du port actuel de Sidi Daoud au nord-ouest du cap Bon (Brunschvig, (...)
  • 69 Al-Nuwayrī, Nihāyat al-ʿarab fī funūn al-adab, éd. par Amari, p. 451, trad. de Id., 1881, t. II, p (...)
  • 70 Du reste Ibn al-Aṯīr le fait partir de Sousse. Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, éd. par al (...)
  • 71 Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 171 ; (...)
  • 72 Ibid., p. 244. Ibrāhīm II va en pèlerinage à Sousse, auprès d’un ascète aveugle du ribāṭ, avant d’ (...)

20À un niveau intermédiaire se situent plusieurs ports qui furent utilisés comme bases pour la flotte dans le cadre des campagnes siciliennes et dont le développement semble encore limité. C’est d’abord le cas de Sousse, l’avant-port de Kairouan, et sous son contrôle étroit. C’est dans son arsenal que la flotte est préparée pour la conquête de l’île65, et le port reste par la suite un lien essentiel entre Kairouan et les possessions outre-mer. Alors que ce n’est encore qu’un village à la fin du viiie siècle, formé autour du ribāṭ, sa population s’accroît à l’époque aghlabide, comme le suggèrent la construction de la muraille et d’une grande mosquée elle-même fortifiée66 et, sans doute, le creusement d’un port intérieur67. Plus au nord, la péninsule du cap Bon, qui s’avance vers la Sicile, devient à cette époque un des points d’appui de la politique sicilienne et du djihad. Al-Yaʿqūbī cite le port de Kelibia, mais c’est plutôt Nūba qui semble avoir davantage servi de base militaire pour la flotte68. C’est de là en tout cas que, d’après al-Nuwayrī, se serait embarqué Ibrāhīm II lors de sa dernière campagne qui le mène au martyre en Sicile69 — mais il était auparavant resté plusieurs mois à Sousse, où il a peut-être préparé son expédition70. À ces deux ports il faut peut-être ajouter comme base de la flotte Lamṭa (entre Monastir et Mahdia), où Abū Ibrāhīm Aḥmad (856-863) fait construire un qaṣr, et qui est mentionnée comme port abritant une flotte sous le règne du Fatimide Abū l-Qāsim71. Sousse et le cap Bon sont en tout cas signalés dans les biographies de savants comme des lieux de ribāṭ-s, marqués par l’ascétisme et la vie dévote, et étroitement liés au djihad72.

  • 73 Lézine, 1956b, p. 37.
  • 74 Talbi, 1966, p. 395.
  • 75 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 350 ; trad. de Wiet, 1937, p. 213.
  • 76 Sur cette question, voir ci-dessous.
  • 77 Hassen, 2001, p. 154.

21Enfin, à un niveau inférieur apparaît une série de ports ou de sites littoraux de moindre importance, qui semblent jouer un rôle principalement défensif, avec des fortins et des ribāṭ-s. C’est le cas bien sûr de Monastir, dont le ribāṭ date des dernières années du viiie siècle et qui reste dans l’ombre de Sousse73, mais aussi de Sfax, dont l’enceinte est construite sur ordre d’Abū Ibrāhīm Aḥmad et où Saḥnūn se serait illustré en menant le djihad74, ou de Bizerte, qui émerge occasionnellement dans les chroniques, mais assez peu en relation avec sa vocation maritime. Enfin un chapelet de forteresses, d’importance sans doute très variable, est signalé par divers auteurs, notamment al-Yaʿqūbī qui parle, entre Sfax et Bizerte, de ḥuṣūn à chaque étape (marāḥil), habités par des croyants (ʿubbād) et des murābiṭūn75. Mais tous ces fortins situés sur le littoral, dont la localisation et la chronologie ne sont pas toujours claires, ne protégeaient pas nécessairement un port. Il n’en demeure pas moins que ces ribāṭ-s — qu’ils soient du reste marqués par une construction défensive ou pas76 — contribuent à l’essor des établissements humains, parfois provisoires mais aussi de plus en plus permanents, dans la mesure où se développe, notamment au ixe siècle, une idéologie qui appelle au peuplement de ces zones de frontière77.

  • 78 La construction ou la restauration des enceintes urbaines sont parfois présentées parmi les œuvres (...)
  • 79 Voir ci-dessus n. 78 du premier chapitre.
  • 80 Lézine, 1971, p. 29 ; Marçais, 1956, p. 134.
  • 81 Les murailles de Sousse, en raison de l’importance stratégique de la ville, durent faire l’objet d (...)
  • 82 Id., inédite, pp. 55-57.

22Certains de ces fortins résultent semble-t-il d’initiatives individuelles, d’hommes voulant participer par ces fondations à l’effort de djihad et de protection des côtes. Le plus souvent cependant ce que montrent les sources, et notamment les chroniques, est l’investissement du pouvoir émiral dans l’aménagement des ports, qui semble plus particulièrement important pour certains règnes. Les informations les plus fournies par les chroniques concernent les fortifications, et notamment les enceintes, qui sont une des manifestations du pouvoir — que ce soit pour leur construction ou leur restauration, ou à l’inverse la destruction des murs d’une ville rebelle78. De même, les géographes prennent soin de signaler les enceintes, précisant parfois qu’elles sont faites de pierres, car elles expriment à la fois l’identité de la ville et la présence du pouvoir. Sans doute les gouverneurs musulmans ont-ils pu s’appuyer, dans certains cas, sur les restes d’enceintes byzantines, lorsqu’elles avaient existé et n’avaient pas été totalement détruites. Mais il y eut incontestablement une œuvre importante de construction de nouvelles murailles urbaines, pour faire face aux dangers. Ainsi à Tripoli les Abbassides avaient construit un mur face à la mer pour contrer les attaques byzantines79, et plusieurs villes portuaires sont dotées de murailles à l’époque aghlabide : c’est le cas de Sousse, dont l’enceinte est datée par une inscription sur le mur sud de 85980, soit sous le règne d’Abū Ibrāhīm Aḥmad qui passe pour avoir été un grand bâtisseur — mais sans doute ne s’agit-il que d’une restauration ou amplification d’une œuvre datant du règne de son prédécesseur Ziyādat Allāh81. Le cas de Sfax, analysé par Faouzi Mahfoudh, illustre bien le rôle du pouvoir dans la construction des enceintes82. Abū l-Qāsim al-Labīdī (m. 1049) attribue l’enceinte, ainsi que la mosquée de la ville, à ʿAlī b. Aslam al-Bakrī, un riche ouléma proche du pouvoir, qui fut nommé cadi de Sfax et du sāḥil par Saḥnūn en 843, peu avant l’accession de ce dernier à la judicature. Il n’est pas exclu qu’il ait pour cela bénéficié de l’aide de l’émir de Kairouan, même si ce n’est pas précisé dans le texte de sa biographie. Ibn Nāǧī, citant le contemporain de Labīdī al-Tuǧībà (m. 1031), écrit au contraire que les remparts ne datent que de 859-860, et sont dus à l’émir Abū Ibrāhīm Aḥmad, comme ceux de Sousse. Les deux récits ne sont pas contradictoires si l’on considère, avec Faouzi Mahfoudh, qu’il y eut un premier mur en terre, dû à un puissant et pieux notable local puis, sur ordre de l’émir, une nouvelle construction ou une restauration en pierre. Cette double initiative — privé et émirale — se retrouve dans le cas des ribāṭ-s, dont certains émanent, selon les traditions rapportées par les biographes et hagiographes, d’hommes pieux soucieux de contribuer à la défense du littoral.

  • 83 Voir en particulier l’étude récente, à partir des données textuelles et archéologiques, de Djellou (...)
  • 84 Al-Marrākušī, Kitāb al-Muʿǧib, éd. par Dozy, 1881, p. 253 ; trad. de Fagnan, 1893, p. 299 (qui par (...)
  • 85 Marçais, 1957a, pp. 26 et 31. On en trouve à nouveau dans la zone du détroit de Gibraltar et dans (...)
  • 86 Lézine, 1956a et b ; Marçais, 1956.
  • 87 Borrut, Picard, 2003, pp. 39-40.
  • 88 Sur cette fonction d’alerte voir, pour Monastir, Chabbouh, 1969-1970.
  • 89 Hassen, 2001, pp. 148-153. Peut-être y a-t-il une plus forte concentration autour des deux ports p (...)
  • 90 Talbi, 1966, p. 394.
  • 91 C’est le cas en particulier de celui de Monastir, fondé par le gouverneur Harṯama b. Aʿyan en 796, (...)
  • 92 Hassen, 2001, p. 153. Ibn Ḫaldūn écrit qu’il bâtit des ḥuṣūnet des maḥāris sur la côte (Ibn aldūn(...)
  • 93 Talbi, 1966, p. 260 ; Ageil, inédite, p. 289.
  • 94 Les fondations par les hommes pieux en particulier, citées dans les biographies, n’avaient peut-êt (...)
  • 95 Hassen, 2001, p. 154.
  • 96 Ibid., pp. 156-157.
  • 97 Voir ci-dessous.

23Cette question des ribāṭ-s est de celles qui ont le plus passionné les historiens et archéologues des premiers siècles du Maghreb83. La lecture des géographes et des chroniqueurs a pu ainsi laisser l’impression d’un chapelet de fortins, qualifiés parfois de ribāṭ-s, ponctuant à intervalles réguliers la côte entre Alexandrie et Ceuta (ou Tripoli), au point qu’un message porté par signaux lumineux ou de fumée pouvait parcourir cette distance en un temps record84. Une telle densité sur l’ensemble du littoral est hautement improbable pour cette période, où le Maghreb central est à peine contrôlé par les gouverneurs aghlabides, et aucun ribāṭ n’est signalé entre Tabarka et Cherchell85. Plus vraisemblable est la mention, chez al-Yaʿqūbī, de ḥuṣūn jalonnant la côte entre Sfax et Bizerte, c’est-à-dire dans l’espace réellement maîtrisé par les Aghlabides. Mais il ne parle pas ici de ribāṭ-s. Ceux-ci ont trouvé, avec Sousse et Monastir, des modèles considérés par beaucoup comme presque parfaits et révélant une conception précoce montrant une architecture défensive doublée d’infrastructures religieuses, en particulier une salle de prière86. À partir de là une tendance a consisté à identifier toutes les fortifications littorales, en particulier celles attestées par l’archéologie, à des ribāṭ-s, et inversement à considérer que tous les ribāṭ-s mentionnés dans les sources textuelles étaient des fortifications sur le modèle de Sousse ou Monastir. Christophe Picard et Antoine Borrut ont bien montré qu’une telle identification systématique n’était pas soutenable, et que dans bien des cas les « lieux de ribāṭ » n’étaient pas marqués par des constructions particulières (ou pouvaient désigner des bourgs entiers, comme dans le cas de Monastir), mais correspondaient à une pratique religieuse liée à la frontière, en particulier maritime dans le cas du Maghreb87. Il reste donc deux réalités différentes, même si dans certains cas elles peuvent se rejoindre. Ce qui nous intéresse ici est qu’il existait un ensemble de fortins ou de tours sur le littoral ayant une fonction avant tout de défense et d’alerte88, et éventuellement de refuge en cas d’attaque par mer, mais qui ne sont pas nécessairement liés à un port. Plusieurs sont cités dans les textes, comme ribāṭ-s mais aussi parfois comme ḥiṣn-s, maḥāris ou qaṣr-s, voire qaṣaba-s. Leur localisation n’est pas toujours évidente, ni du reste leur chronologie, dans la mesure où ils apparaissent parfois dans des textes tardifs, en particulier chez al-Bakrī ou al-Idrīsī, ou dans des biographies d’hommes pieux, mais avec une localisation tout aussi incertaine. Mohamed Hassen, qui a établi une liste de ces fortins à partir des sources écrites et archéologiques et les a cartographiés, estime qu’ils s’échelonnaient sur la côte tous les 10 km, et dans le sāḥil tous les 7 km89, « un limes tourné vers la mer en somme » pour reprendre la comparaison de Mohamed Talbi90. Les plus anciens datent de la fin du viiie siècle91, mais la plupart remontent à l’époque aghlabide, en particulier aux règnes dʾAbū Ibrāhīm Aḥmad (856-863)92 et Muḥammad II Abū l-Ġarāniq (864-875), notamment pour la côte de Tripolitaine93, ce qui répond à une stratégie défensive clairement exprimée par les émirs, liée à l’affirmation d’un pouvoir fort. Ces ribāṭ-s ne sont pas toujours nécessairement matérialisés par une fortification, et sont alors des lieux, sans infrastructure particulière, où des hommes viennent pratiquer le ribāṭ sur la frontière94. Dans les deux cas cependant ils ont un rôle structurant pour le peuplement et l’organisation de l’espace95. Outre leur fonction militaire et religieuse, ils acquièrent parfois des fonctions économiques, par la mise en valeur des terres alentour96 et par les échanges qui s’y développent97.

II. — L’intégration des ports à l’ouest de l’Ifrīqiya (xe – début du xie siècle)

24Jusqu’au début du xe siècle seul le littoral de l’Ifrīqiya aghlabide est véritablement mis en valeur de manière systématique et structuré par un État qui développe une politique maritime et portuaire. À l’ouest, les Rostémides de Tahert ne semblent pas avoir eu de visées précises sur le littoral méditerranéen, et leur domaine reste limité aux régions intérieures, alors que l’organisation des petites principautés littorales, notamment issues du démembrement des domaines idrissides, est mal connue.

  • 98 Je reprends ici largement Valérian, 2016.
  • 99 Dachraoui, 1964, pp. 98-101.
  • 100 Le cadi Nuʿmān parle seulement du rassemblement de troupes à Bône et d’une halte dans un lieu nomm (...)
  • 101 L’ustāḏ Ǧawḏar consacre aux affaires de constructions navales de nombreuses lettres adressées au c (...)
  • 102 Voir Brett, 2000, p. 148, qui considère que c’est la flotte qui permet aux Fatimides de tenir des (...)
  • 103 Voir, notamment, Lev, 1984, pp. 220-252, qui montre la reprise de l’appareil maritime aghlabide da (...)

25Un changement majeur intervient avec l’arrivée au pouvoir des Fatimides et leur politique expansionniste (carte 7)98. Leurs premières conquêtes suivent les routes de l’intérieur, et ne dérogent pas au désintérêt traditionnel pour les régions littorales du Maghreb central99. Bien que partant des montagnes du nord-est de la Kabylie, dans les territoires des Kutāma proches de la mer, ils ne font pas intervenir la flotte dans leurs opérations militaires, et il est probable que celle-ci n’est guère développée dans les ports de la région100. Les objectifs stratégiques sont, outre Kairouan, les capitales kharidjites de Tahert et Siǧilmāsa, et de manière plus marginale les principautés ʿalides du Maghreb extrême, et ne nécessitent pas d’opérations navales. Une fois leur autorité installée, et les pouvoirs aghlabide et kharidjites écrasés, les visées califales et impériales poussent cependant rapidement les Fatimides à accorder une grande importance aux ports et à la flotte101. Cela se traduit d’abord par l’amplification de l’œuvre aghlabide en Ifrīqiya, dans la perspective du maintien de leur contrôle sur la Méditerranée centrale102, mais surtout de la conquête de l’Égypte103, et dans un second temps par une compétition avec les Omeyyades dans le Maghreb central et occidental, qui place les ports de ces régions au cœur du conflit.

Carte 7. — Le Maghreb à l’époque du conflit entre Fatimides et Omeyyades

Carte 7. — Le Maghreb à l’époque du conflit entre Fatimides et Omeyyades
  • 104 Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 161 ; (...)
  • 105 Dachraoui, 1981, p. 140.
  • 106 Ibid., pp. 140 et 318-319.
  • 107 Ibid., pp. 150-151.
  • 108 Sur les révoltes en Sicile, voir ibid., pp. 135-137 et Metcalfe, 2009, pp. 47-48 ; sur celles de T (...)
  • 109 C’est là que la flotte sicilienne détruit une escadre fatimide, sans doute sur le point de partir (...)
  • 110 Dachraoui, 1981, pp. 176-177.
  • 111 La flotte est utilisée en appoint lors de la deuxième tentative, par al-Qāʾim, contre l’Égypte (ib (...)

26Avant l’instauration du califat omeyyade en al-Andalus les Fatimides lancent certes quelques expéditions vers l’ouest, mais sans visées particulières contre les ports, qui ne sont pas encore un enjeu stratégique. Ce qui compte avant tout est le contrôle des grands centres commerciaux du sud : le Djérid, Tahert, Siǧilmāsa, qui sont notamment les débouchés du commerce de l’or. En 910 le dāʿī mène bien une expédition jusqu’à Ténès, mais principalement pour calmer l’agitation des tribus de l’intérieur104. Ferhat Dachraoui suggère que cette prise de Ténès pourrait être le signe d’ambitions contre al-Andalus, dès le début du règne du Mahdi105, mais ce port n’est pas le plus indiqué pour une expédition en péninsule Ibérique, et en outre les deux gouverneurs nommés à l’ouest de l’Ifrīqiya ont leurs sièges à Bāġāy et Tahert, montrant une stratégie de l’occupation de l’espace qui ne diffère pas fondamentalement des périodes précédentes106. C’est depuis Tahert en particulier que les Fatimides lancent des expéditions au Maroc, contre les Idrissides de Fès et contre Nakūr — mais ces raids, qui du reste ne permettent pas une installation durable de leur pouvoir dans la région, ne passent pas par les régions littorales107. Si des projets contre al-Andalus ont existé à cette époque (ce que pourraient suggérer les attaques contre le port de Nakūr), ils ne sont de toute évidence pas prioritaires, et les ambitions orientales, puis la grande révolte d’Abū Yazīd suffisent à occuper les Fatimides à l’est. C’est donc là que se concentre dans un premier temps la politique maritime des califes. Les débuts de leur règne voient en effet plusieurs révoltes en Tripolitaine et en Sicile108, qui nécessitent l’envoi de flottes importantes au départ des ports d’Ifrīqiya, notamment Sousse, mais aussi Lamṭa109. De même, lors de la révolte d’Abū Yazīd, et notamment durant le siège de Mahdia, le contrôle des ports est essentiel pour l’approvisionnement par mer de la capitale, depuis Tripoli ou la Sicile110. Mais c’est surtout la préparation de la conquête de l’Égypte qui justifie un renforcement des capacités navales des Fatimides111, dont la fondation de Mahdia est une des manifestations les plus importantes.

  • 112 Lézine, 1971, p. 15.
  • 113 Dachraoui, 1981, p. 390.
  • 114 Chapoutot-Remadi, 2000, p. 235.
  • 115 Voir Dachraoui, 1981, p. 395, qui suppose que la défense est désormais assurée par des professionn (...)
  • 116 Heinz Halm note la rareté des mentions d’activité des ribāṭ-s à l’époque fatimide, à l’exception d (...)
  • 117 Le Mahdi visite pour la première fois le site en 912-913, et les travaux s’achèvent en 918-919, le (...)
  • 118 Le site de Carthage avait été envisagé pendant un temps par les Fatimides, et le Mahdi avait visit (...)

27Les villes portuaires d’Ifrīqiya font tout d’abord l’objet d’un renforcement de leurs capacités militaires et navales, et connaissent une certaine croissance. Ainsi la mosquée de Sousse est agrandie en 973, à la veille de la conquête définitive de l’Égypte112, ce qui est le signe de l’importance accordée par les califes à cette ville. Son arsenal est en effet toujours mis à contribution, en complément de celui de Mahdia113. C’est sans doute aussi le cas de celui de Tunis, ville qui continue sa croissance à l’époque fatimide114. Peut-être les ribāṭ-s ont-ils vu leur rôle militaire se réduire et se sont transformés en refuges pour les oulémas malikites, en raison de l’hostilité des murābiṭūn au nouveau pouvoir115, bien que les informations soient rares à ce sujet116. Mais la principale nouveauté est la fondation de Mahdia par le premier souverain fatimide117, sur la presqu’île du cap Afrique au sud de Sousse. Le choix de bâtir une nouvelle capitale n’est pas en soi original, surtout pour un prince qui se distingue du reste de la population par sa doctrine religieuse et qui avait besoin de s’éloigner de Kairouan. Ce qui l’est en revanche est le choix du site : pour la première fois le pouvoir s’installe en position littorale118, ce qui constitue un changement majeur dans l’organisation de l’espace politique au Maghreb, et annonce la translation des sièges du pouvoir vers la mer qui s’opère au cours des deux siècles suivants.

  • 119 Les deux palais d’al-Mahdī et de son fils al-Qāʾim occupent une position centrale sur la presqu’îl (...)
  • 120 Djelloul, 1993, pp. 80-89.
  • 121 Ce fut le cas notamment lors de la révolte d’Abū Yazīd, qui ne put la prendre car elle était ravit (...)
  • 122 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 683 ; trad. de Mac (...)
  • 123 Sans doute s’agit-il d’un port punique réutilisé. Voir Djelloul, 1993, p. 79, et plus récemment Ma (...)
  • 124 Djelloul, 1993, p. 77.
  • 125 Ferhat Dachraoui, sur la base d’un des manuscrits des Maǧālis du cadi Nuʿmān, suppose l’existence (...)
  • 126 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 683 ; trad. de Mac (...)
  • 127 Djelloul, 1993, p. 78.
  • 128 Louhichi, 2006, p. 131.

28Mahdia est pensée non seulement comme une ville royale réservée au calife, à sa cour et à son administration119, mais aussi comme ville militaire tournée vers la mer. Très solidement défendue par une triple enceinte côté terre et par une muraille maritime120, elle est une place particulièrement inexpugnable, surtout pour qui ne dispose pas d’une flotte pour en faire le blocus121. La grande mosquée elle-même, située à proximité des palais califaux, sur un terrain gagné sur la mer, est fortifiée. Mais le plus important sont les infrastructures navales, qui ont fait l’admiration des géographes, en particulier d’al-Bakrī un siècle et demi plus tard122. Un port est creusé123, à l’est de la presqu’île, pouvant, aux dires d’al-Bakrī, contenir jusqu’à 30 navires. Les fouilles ont en effet mis au jour un bassin carré, de 66 m sur 42 m (8 250 m2), dans une dépression située entre les deux mamelons de Sīdī Ǧābir et Burǧ al-Kabīr, et ainsi abrité des vents violents du nord-ouest124. Il est entouré d’une enceinte ouverte sur la mer par une porte surmontée d’une arche, sous laquelle passaient les navires, et fermée par une chaîne tendue entre deux tours. Un second bassin plus réduit a peut-être existé en arrière, séparé du premier par un passage défendu à l’aide d’une tour. Enfin, un arsenal125 est aménagé à l’est du palais du Mahdi. Al-Bakrī, qui dit non sans exagération qu’il pouvait contenir plus de 200 navires, décrit deux galeries voûtées, vastes et longues, servant à emmagasiner les agrès et le matériel126, ce que semble confirmer la découverte de murs fatimides suggérant des galeries orientées est-ouest, donc parallèles à la mer. La construction elle-même devait donc se faire sur un espace découvert, peut-être gagné sur la mer127. Par ailleurs des structures perpendiculaires au rivage, actuellement sous l’eau, pourraient être les restes d’un bassin artificiel, dont les dimensions nous sont inconnues128.

  • 129 Sur ce long conflit, voir principalement Lévi-Provençal, 1950b, 1946 ; Vallvé, 1967 (avec un récit (...)

29Jusqu’au déplacement de la cour à Ṣabra al-Manṣūriyya en 949, Mahdia est le cœur du dispositif politique et militaire fatimide. Le choix de sa localisation tient à la fois aux difficultés rencontrées par les nouveaux maîtres du pays et à la nécessité de se protéger des menaces de l’intérieur, et à leurs ambitions méditerranéennes. La priorité, au début de leur règne, est le contrôle de l’espace aghlabide, c’est-à-dire l’Ifrīqiya orientale, Tripolitaine comprise, et la Sicile, mais aussi la conquête de l’Égypte. Pour cela la possession d’une flotte puissante est nécessaire, et l’installation à Mahdia est le signe de cette orientation maritime et orientale de la dynastie dans sa phase maghrébine. Ces choix, ainsi que les difficultés rencontrées par les Fatimides pour asseoir leur domination en Ifrīqiya, expliquent largement que, jusque dans les années 920, ces derniers négligent la façade maritime du Maghreb central et occidental. La situation change quand les Omeyyades se lancent dans une politique africaine qui dispute aux Fatimides la souveraineté sur le Maghreb129.

  • 130 Lévi-Provençal, 1950a, pp. 245, 247-248, 281 ; Bekri, 2005, pp. 163-167.
  • 131 Lévi-Provençal, 1950b, pp. 11, 22, 90 ; Picard, 1997a, pp. 11, 25-26 ; Torres Balbás, 1957, p. 427
  • 132 Sur la politique navale des Omeyyades, voir Lévi-Provençal, 1953, pp. 106-112 ; Lirola Delgado, 19 (...)
  • 133 Lévi-Provençal, 1950b, pp. 91-96.
  • 134 Ibn Ḥayyān note ainsi le rôle de la ville pour le contrôle des deux rives et, plus largement, des (...)
  • 135 Ce dispositif est complété par la mainmise sur Tanger en 951. Ibid., p. 106.
  • 136 Ibid., p. 97.
  • 137 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac (...)
  • 138 Lévi-Provençal, 1950b, p. 99. La localisation du port d’Aslan est incertaine : De Slane l’identifi (...)
  • 139 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. par Chalmeta, Corriente et Ṣubḥ, 1979, pp. 460-461 ; trad. esp. de Vig (...)

30Pendant la période émirale les Omeyyades s’étaient contentés, au mieux, d’une reconnaissance formelle de la part des pouvoirs indépendants du Maroc et du Maghreb central — notamment les Rostémides de Tahert et les Midrarides de Siǧilmāsa130. L’aide reçue du Maroc par le rebelle Ibn Ḥafsūn avait cependant montré la nécessité de contrôler la circulation de part et d’autre du Détroit. ʿAbd al-Raḥmān III, dès le début de son règne, attache une grande importance au contrôle des ports du sud de la Péninsule, notamment Algésiras et Pechina/Almería qui passent sous le contrôle direct et étroit de Cordoue et deviennent les points d’appui de sa politique navale131. Dans un premier temps pourtant, avant la prise de Melilla en 927 et de Ceuta en 931, les Omeyyades n’interviennent pas directement sur le sol africain et se contentent de fortifier les côtes andalouses pour contrer une éventuelle attaque des Fatimides132. Ces derniers, souvent par l’intermédiaire de leurs alliés Miknāsa installés à Tahert, mènent en effet plusieurs offensives en direction de l’ouest, en particulier contre Nakūr, plusieurs fois prise puis perdue, et contre Ceuta, qui cependant parvient à résister à leurs assauts. Dans cette première phase, l’intérêt des pouvoirs fatimide et omeyyade se concentre sur la zone du Détroit. La prise de Melilla, puis, surtout, de Ceuta, motivée en partie par la destruction de Nakūr par le chef Miknāsa Mūsā b. Abī l-ʿĀfiya alors allié des Fatimides133, modifie sensiblement la situation. Ceuta occupe désormais une place majeure dans le dispositif omeyyade, et ses remparts sont reconstruits par ʿAbd al-Raḥmān III (qui ordonne également la construction de ceux de Melilla)134. Elle connaît alors une urbanisation rapide et permet non seulement de contrôler le Détroit135, mais aussi de déployer une politique plus active d’intervention au Maghreb. Celle-ci est facilitée par l’alliance traditionnelle avec les tribus Maġrāwa, qui contrôlent les régions littorales entre Tlemcen et la vallée du Chélif, puis par le ralliement du Miknāsa Mūsā b. Abī l-ʿĀfiya136. En 931-932, à la demande de ce dernier, le calife omeyyade envoie 15 (ou 120 selon Ibn Ḥayyān) navires de Pechina pour faire le siège de l’île d’Aršgūl, où se tenait retranché un prince idriside137. Ils ne parviennent pas à emporter la place, mais c’est sans doute à cette époque, selon Évariste Lévi-Provençal, qu’est prise la ville forte d’Aslan, près du débouché de l’oued Tafna138. En 940 enfin, une délégation d’Alger se rend en ambassade à la cour de Cordoue et rejette l’allégeance fatimide, ce qui marque la limite orientale de l’aire d’influence des Omeyyades139.

  • 140 Kitāb al-ʿuyūn wa-l-ḥadāʾiq, p. 488. Évariste Lévi-Provençal, sur la foi d’Ibn Ḫaldūn, parle de l’ (...)
  • 141 Une première expédition omeyyade, portée au secours du rebelle Abū Yazīd, n’était pas allée au-del (...)
  • 142 Lévi-Provençal, 1950b, p. 109 ; Halm, 1996, pp. 396-401.
  • 143 Guichard, 1999, pp. 62-63 ; Canard, 1942-1947 (qui traite cependant plus de textes de polémiques q (...)
  • 144 Lévi-Provençal, 1950b, pp. 267, 271.
  • 145 Ibn Ḫaldūn rapporte seulement que cela se fit sous la lieutenance de Buluggīn b. Zīrī, sans donner (...)
  • 146 Cressier, Naïmi, Touri, 1992, p. 399. Une autre tradition, transmise par al-Zayyānī, attribue cett (...)

31Les années 950 constituent une nouvelle étape dans cette compétition pour le littoral maghrébin entre les deux califats. Tout commence en 955 par un acte de piraterie perpétré au large de Mahdia par un navire de commerce andalou, allant en Orient, contre un navire fatimide transportant un envoyé du gouverneur de Sicile. Les Fatimides ordonnent alors une expédition de représailles qui touche le littoral ibérique et le port d’Almería, provoquant en retour l’envoi de deux escadres andalouses successives contre l’Ifrīqiya, la seconde, composée de 70 navires, parvenant à piller la région de Bône et Tabarka, et à incendier le port de Collo140. Pour la première fois141 depuis la conquête musulmane du Maghreb, le littoral fait l’objet de campagnes militaires navales de grande ampleur. Peu de temps après, le général fatimide Ǧawhar conduit une grande expédition contre le Maroc, prenant Siǧilmāsa et menaçant les possessions omeyyades à Ceuta et Tanger sans toutefois parvenir à s’en emparer142. Peut-être y avait-il alors des visées plus précises sur al-Andalus, où une propagande chiite se développait143, mais la conquête de l’Égypte remet le Maghreb, et d’éventuelles ambitions andalouses, au second plan. Par la suite le ḥāǧib Ibn Abī ʿĀmir rétablit la souveraineté de Cordoue sur le Maroc, et le chef Maġrāwa Zīrī b. ʿAṭiya, qui s’est rendu maître de la région entre Tlemcen et Ténès, finit par reconnaître son autorité144. Mais la pression exercée par Buluggīn b. Zīrī, lieutenant des Fatimides, sur le Maroc et le Maghreb central, fait perdurer le conflit au-delà du départ d’al-Muʿizz en Égypte. C’est lui en particulier qui refonde Alger (Ǧazāʾir Banī Mazġanna), au nom de son père qui règne de 945 à 971145. Des traditions orales attribuent également la fondation de Badīs à des descendants de Itaft b. Zīrī b. Manād, implantés dans la région vers la fin du xe siècle146.

  • 147 Miquel, 1967, p. 259, qui note que les descriptions d’al-Rāzī et d’al-Warrāq sont contemporaines d (...)
  • 148 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, texte arabe p. 83 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 80.
  • 149 Ibid., texte arabe p. 85 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 81.
  • 150 Ibid., texte arabe pp. 88-89 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 87.

32Ce conflit entre Omeyyades et Fatimides, qui ne déboucha sur aucun succès décisif au Maghreb pour l’un ou l’autre des califats, eut en revanche des conséquences majeures pour le développement de la mainmise des pouvoirs centraux sur les ports du littoral méditerranéen. Les zones de combats se déplacent en effet vers le nord et la mer, d’abord dans la zone stratégique du Détroit, puis au-delà. Les ports de la région tlemcénienne en particulier, mais aussi Ténès, voire Alger, deviennent des enjeux majeurs du contrôle du territoire maghrébin, notamment en raison des besoins d’acheminement rapide des troupes, et plus largement de la circulation maritime le long des côtes. Les pouvoirs musulmans, que ce soit directement ou par l’intermédiaire de leurs alliés parmi les tribus berbères, tentent d’imposer leur contrôle sur les ports les plus importants, signe que désormais ils n’entendent plus limiter leur domination territoriale à la zone traditionnelle des piémonts du Tell. Une autre conséquence de cette évolution est que les ports commencent à émerger des sources narratives et descriptives, preuve de l’intérêt des pouvoirs pour leur contrôle. C’est ce dont témoignent les descriptions à la fois d’Ibn Ḥawqal, plutôt favorable aux Fatimides, et d’al-Warrāq, favorable au contraire aux Omeyyades et dont certains éléments se retrouvent chez al-Bakrī147. Au-delà des ports, c’est toute la zone littorale qui est aussi intégrée à l’espace politique contrôlé par les califes. Ibn Ḥawqal parle ainsi d’une densité de villes et de villages dans « la bande qui s’étend entre l’Ifrīqiya et l’extrémité des cantons [aʿmāl] de Tanger, sur une largeur qui varie entre une et dix journées de marche », et qui relèvent de l’autorité des Fatimides, toute la région étant, écrit-il, « dans la daʿwa de l’émir des croyants » et recevant notamment gouverneurs, juges et juristes148. Le même auteur décrit quelques itinéraires reliant la mer à l’intérieur, du moins pour certaines villes importantes. C’est ainsi le cas par exemple de la route qui mène de Maǧǧāna à Bône, connectée à celle aboutissant à Ṭubna et au Zāb149, ou plus à l’ouest de celle qui relie Tahert à Ténès150.

  • 151 Voir en particulier, pour le Maghreb central, Amara, inédite, pp. 410-437.
  • 152 Valérian, 2006a, pp. 43-47.
  • 153 Voir ci-dessous sur le xie-xiie siècle.

33Globalement, au moment où les Fatimides quittent le Maghreb pour l’Égypte en laissant derrière eux leurs lieutenants zirides, les grandes lignes de l’armature portuaire et des réseaux les reliant à l’intérieur sont en place151. Le xie siècle est surtout marqué par un renforcement de la présence des pouvoirs centraux sur les principaux ports, dont la dernière étape, décisive pour l’avenir de la région, est la fondation de Bougie par les Hammadides en 1067, donnant naissance à un des ports majeurs du Maghreb central pour tout le reste du Moyen Âge152. La fin du conflit entre les deux califats n’a donc pas provoqué un désintérêt des différents pouvoirs pour les ports, bien au contraire153. Au-delà du contrôle de plus en plus étroit des littoraux par les deux califats ou les tribus qui leur sont alliées, ce qui se met en place à cette époque est un réseau plus dense de communications, qui relie de manière articulée la zone des piémonts du Tell à des régions littorales de plus en plus importantes sur le plan stratégique, mais aussi économique. Cela s’accompagne d’un investissement plus poussé des différents pouvoirs, notamment dans les infrastructures portuaires, sur lesquelles s’appuient à leur suite les Zirides, les Hammadides et les Almoravides, puis les Almohades.

III. — L’émergence de ports et de réseaux de commerce hors du contrôle des États

  • 154 Voir ci-dessus.
  • 155 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, texte arabe p. 78 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 72.
  • 156 « La correspondance continentale [de l’Espagne] en territoire du Maghreb part de Tunis et passe pa (...)
  • 157 Le même constat peut être fait, au siècle suivant, pour la fondation de Bougie (Valérian, 2006a, p (...)

34Nous nous sommes jusqu’à présent limités à suivre l’intégration progressive des ports dans les espaces politiquement dominés par les grands États qui se succèdent au Maghreb, entre l’époque de la conquête et le début du xie siècle. L’impression que donne ce premier tableau est celle d’une densification de l’occupation des littoraux et de leurs connections avec les réseaux de routes terrestres, en direction des régions méridionales plus anciennement dominées par les pouvoirs musulmans. Les capitales, au premier rang desquelles Kairouan mais aussi Cordoue en al-Andalus, apparaissent comme des éléments polarisants, et les stratégies politiques de domination du Maghreb et de la Méditerranée centrale et occidentale comme des moteurs dans la construction de ces réseaux. Le problème, lié à la nature des textes, est que si ces ports émergent de la documentation lorsqu’ils sont rattachés à un pouvoir fort, ils préexistent le plus souvent à cette mainmise politique — ce qui ne signifie pas qu’ils présentent les caractères d’une « ville » tels que les entendaient les contemporains. Même des ports que les textes disent fondés par un prince se révèlent souvent être plus anciens, sans qu’il soit possible d’en déterminer l’importance. Ainsi Alger, sur le site de l’ancienne Icosium romaine, aurait été fondée par Buluggīn b. Zīrī sous le règne de son père, soit entre 945 et 971. Mais Ibn Ḥayyān parle d’une ambassade d’Alger à la cour omeyyade de Cordoue en 940154, et la description faite par Ibn Ḥawqal, dont l’essentiel des informations provient de son premier séjour au Maghreb entre 947 et 953, montre une ville déjà prospère, enceinte d’un mur, dotée de plusieurs marchés, et dont les marchands commercent avec Kairouan155. Il la place également parmi les villes qui font face à al-Andalus, suggérant des relations commerciales par mer156. Vraisemblablement la fondation ziride s’est donc appuyée sur un établissement préexistant, qui semble déjà actif. Ce cas n’est certainement pas isolé157 et il existait, dans cette zone mal connue entre le Détroit et l’Ifrīqiya orientale tenue par les Aghlabides puis les Fatimides, des établissements portuaires où une certaine activité maritime s’était développée. Rien ne justifiait du reste l’abandon complet des sites maritimes, qui pour certains avaient accueilli des villes romaines dont les géographes, notamment al-Bakrī, signalent régulièrement les ruines. Le danger des pirates chrétiens, s’il n’avait pas totalement disparu, avait au moins fortement diminué avec le recul des flottes byzantines en Méditerranée occidentale. On constate en tout cas des concentrations humaines dans des sites portuaires, et en particulier le contrôle de certains d’entre eux par des groupes tribaux ou de petits pouvoirs locaux. Le phénomène est mieux connu pour le Maghreb occidental, en raison des relations avec al-Andalus et surtout de la rivalité entre Omeyyades et Fatimides au xe siècle, qui les a placés au cœur du conflit et les a fait entrer dans les chroniques. Mais rien n’interdit de penser qu’il n’existait pas plus à l’est.

  • 158 C’est du moins lorsque ce pouvoir est arabe qu’on le voit dans les sources.

35Trois « modèles » d’émergence des ports hors de l’intervention d’un pouvoir central se dégagent des sources : un premier passe par l’action d’un pouvoir local arabe158 ; un deuxième par celle de groupes de marins et marchands andalous ; un troisième enfin par l’islamisation d’un site portuaire et l’établissement de ribāṭ-s.

  • 159 Rosenberger, 1998a, p. 234.
  • 160 Voir Eustache, 1970-1971, pp. 44-50. La liste des villes et territoires attribués aux différents p (...)
  • 161 Manzano Moreno, 1998, p. 353.
  • 162 Rosenberger, 1998a, p. 234.
  • 163 C’est notamment le cas dans la liste des principautés idrisides donnée par Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿi (...)
  • 164 Bazzana et alii, 1983-1984, pp. 369-370.
  • 165 Elle fut l’objet de la compétition entre Fatimides et Omeyyades (voir ci-dessus).
  • 166 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 747-748 ; trad. d (...)
  • 167 Sur les Sulaymānides, voir Eustache, 1970-1971, pp. 49-50. Muḥammad Sulaymān b. ʿAbd Allāh, neveu (...)
  • 168 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac (...)
  • 169 Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, p. 24 ; trad. de Mac Guckin de (...)
  • 170 Voir ci-dessous sur la fondation de Ténès. Quelques dirhams frappés par cette dynastie ont bien ét (...)

36Certaines créations urbaines correspondent à l’émergence de pouvoirs autonomes locaux ou régionaux159. Des petites principautés existent dans les régions littorales, la plupart issues du démembrement du domaine idriside, mais qui restent le plus souvent mal connues quand elles ne sont pas totalement absentes des sources160. S’il y eut une volonté des princes idrisides de contrôler une série de zones économiques articulées autour de noyaux urbains, les ports apparaissent rarement comme pôles de pouvoir161 — sauf dans le cas de Tanger, qui figure dans les listes des villes partagées entre les Idrisides et où des frappes monétaires sont attestées dès la fin du viiie siècle162. D’autres sites côtiers émergent dans le Rif comme Tarġa, Tīgīssās ou Ceuta163, mais dont l’importance et l’activité dans les périodes hautes restent inconnues164. Pour le Maghreb central al-Yaʿqūbī donne une liste de ces principautés idrisides, dans la seconde moitié du ixe siècle, mais ne parle pas de leurs éventuels débouchés portuaires. L’ouverture maritime est tout de même attestée avec Aršgūl, au nord de Tlemcen et au débouché de la Tafna, dans la région des monts Traras. Le rôle que joua l’île qui lui fait face et son port au xe siècle165 a permis d’éclairer un peu son histoire, notamment à travers le témoignage d’al-Bakrī166, qui la qualifie de port de Tlemcen, précisant que les navires remontaient la rivière jusqu’à la ville, à deux milles de la côte. Elle relevait du pouvoir de la branche idriside des Sulaymānides167, et était déjà peuplée de marchands quand ʿĪsā, fils de Muḥammad b. Sulaymān, vint s’y installer168. Le cas de Ténès est plus incertain. Ibn Ḫaldūn affirme que la ville fut concédée à Ibrāhīm, autre fils de Muḥammad b. Sulaymān, qui y établit une dynastie qui dura jusqu’aux attaques zirides du xe siècle169. Mais le récit de la fondation de la ville rapporté par al-Bakrī montre plutôt un site assez dépeuplé et où aucun pouvoir ne s’exerce à la fin du ixe siècle, et il faut plutôt supposer que la capitale de cette petite principauté était alors Sūq Ibrāhīm170.

  • 171 Al-Bakrī lui consacre en particulier une longue notice historique, sans doute en grande partie d’a (...)
  • 172 Évariste Lévi-Provençal pense même qu’une « suzeraineté effective » de Cordoue n’est pas à exclure (...)
  • 173 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 763 ; trad. de Mac (...)
  • 174 Rosenberger, 1998b, p. 41.
  • 175 Cressier, 1998, p. 32.
  • 176 Al-Bakrī, comme il le fait pour les villes commerçantes importantes, donne des équivalences de mes (...)
  • 177 Plusieurs auteurs, dont Mohamed Talbi, attribuent aux marins de Nakūr une activité de piraterie, n (...)

37Nakūr, qui ne relève pas des domaines idrissides, présente un autre cas, bien éclairé par les sources171 en raison des relations semble-t-il cordiales que la dynastie Ṣāliḥide, qui y régnait depuis le début du viiie siècle, entretenait avec les Omeyyades de Cordoue172 et de sa place dans le conflit entre ces derniers et les Fatimides au xe siècle. Elle n’est pas un port, étant à une vingtaine de kilomètres de la côte, mais dispose de plusieurs débouchés maritimes signalés par al-Bakrī : Marsā Mulūya, Harak, Karṭ, Marsā l-Dār, Uqtīs (ou Uftīs), Wādī l-Baqar et al-Mazamma, ce dernier étant situé au nord de la ville et constituant sans doute son principal débouché. Al-Bakrī ajoute à cette liste Badīs, Marsā Baqūya et Bāliš, qui appartient aux Ṣanhāǧa173. La ville elle-même est fondée deux générations après la conquête, et résulte d’une décision politique, qui s’accompagne d’un déplacement forcé de populations174. Saʿīd, petit-fils de Ṣāliḥ est considéré en effet comme le fondateur de la ville et installe dans un premier temps des populations berbères sur les bords de la rivière, face à la ville, où ces dernières établissent un marché. Puis, dans un second temps, il installe ces Berbères à l’intérieur de la ville. Comme dans le cas d’Aršgūl, il y a sans doute à Nakūr une alliance entre un lignage arabe issu de la conquête (Ṣāliḥ est ḥimyarite et un compagnon de ʿUqba) et plusieurs tribus berbères175. Celle-ci conduit à la fondation et au peuplement de la ville autour d’un marché intertribal, qui concentre les flux commerciaux de la région176, en liaison avec le ou les ports du littoral, lesquels sont en relation sans doute avec les autres ports proches de la rive africaine, et surtout avec al-Andalus, sans que l’on sache avec certitude qui anime ce commerce et cette navigation177.

  • 178 Les prétentions omeyyades sur ces ports, au xe siècle, ne sont sans doute pas étrangères à l’éclai (...)

38Le deuxième « modèle » est celui de l’intervention de marins et marchands andalous qui conduit à la fondation d’une ville portuaire. Al-Bakrī, sans doute en reprenant les informations d’al-Warrāq (m. 973), nous donne en effet le récit de la « fondation » d’Oran et de Ténès par ces marins andalous178. Celui de Ténès est le plus précis :

  • 179 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 726 ; trad. de Mac (...)

Celle-ci fut fondée et bâtie en l’an 262/875-876 par des marins (baḥriyyūn) d’al-Andalus, au nombre desquels se trouvaient al-Karkaranī, Abū ʿĀʾiša, al-Ṣaqqar et Ṣuhayb. Elle fut peuplée par deux groupes [farīqān] d’Andalous, dont l’un était venu d’Elvira et l’autre de Tudmīr. […] Les marins dont nous venons de parler avaient l’habitude, en quittant l’Espagne, d’aller hiverner ici, dans un port (marsā) sur le rivage de la mer ; les Berbères des environs, étant venus se joindre à eux, les invitèrent à rejoindre la citadelle (qalʿa) de Ténès, à y installer un marché et des habitations, leur promettant de les soutenir, de les favoriser et d’observer à leur égard les obligations de l’amitié et du bon voisinage. Les Andalous acceptèrent la proposition et dressèrent leurs tentes (ḫayyamū) dans la forteresse. Puis ils furent rejoints par leurs amis/associés (ǧāwar) d’al-Andalus et par d’autres. [Suit le récit de la prise de Péchina par certains d’entre eux] Puis ceux qui restèrent à Ténès virent leur nombre augmenter, leurs richesses s’accroître et, quelques temps après, ils accueillirent chez eux 400 familles (bayt) de Sūq Ibrāhīm, et partagèrent avec elles leurs logements et leurs biens. Tous s’entraidèrent alors dans les travaux de construction, et ils élevèrent le château (ḥiṣn) que l’on remarque encore à Ténès179.

  • 180 À cette époque les activités maritimes et commerciales des ports andalous sont surtout le fait de (...)
  • 181 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, texte arabe p. 78 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 73.

39Il existe donc déjà une citadelle (qalʿa) en position littorale, sur le site dénommé Ténès l’Ancienne, par opposition avec Ténès la Neuve fondée par les Andalous. Elle est tenue par la tribu berbère du lieu, qui ne semble cependant pas avoir de tradition maritime, du moins pas très développée puisqu’elle accepte de passer un accord avec les Andalous qui sont en mesure de lui apporter une ouverture commerciale plus large. Mais il n’y a aucune intervention d’un quelconque souverain : ni l’Omeyyade de Cordoue, ni le seigneur idrisside du lieu, qui est cité un peu plus haut dans le texte mais pas dans le processus d’installation des Andalous ni dans la fondation de la ville nouvelle. Ici le catalyseur qui permet l’émergence du port et son développement est un groupe marchand semble-t-il assez informel180. Ce n’est que dans un second temps que les pouvoirs en place s’intéressent à Ténès et la soumettent à leur autorité. C’est d’abord le cas avec les Fatimides en 910, ce dont témoigne Ibn Ḥawqal qui souligne que le souverain en retire de grands revenus, notamment des taxes commerciales et des droits sur toutes les marchandises (aʿšār et marāṣid) à l’importation et à l’exportation181. Puis en l’an 1000 le chef des Maġrāwa s’en empare au nom des Omeyyades, qui l’intègrent ainsi dans l’espace nord-occidental du Maghreb qu’ils contrôlent.

  • 182 Cette issue rapide — qui fait passer le port sous contrôle fatimide — fait douter de la raison rée (...)
  • 183 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 757 ; trad. de Mac (...)

40On retrouve un processus similaire pour Oran, toujours d’après al-Bakrī, qui parle d’un accord entre des marins andalous et les tribus Nafza et Banū Musqin, en 902-903. Des membres de ce clan vivent à l’intérieur de l’enceinte, puisqu’en 910 un conflit lié à une vengeance de sang conduit à un siège de la ville pour les en déloger. Les Andalous doivent alors fuir le port, qui est ruiné, mais ils y reviennent dès l’année suivante à la suite d’un accord avec le gouverneur fatimide de Tahert, qui leur envoie un lieutenant pour le représenter182. Des processus similaires ont pu se produire pour des ports tels qu’Alger ou Bougie (où des marchands andalous sont signalés par al-Bakrī avant la fondation hammadide)183. Un établissement humain contrôlé par un pouvoir tribal, mais avec un rayonnement local, serait donc suivi par une intégration à des réseaux de commerce et de navigation par l’intermédiaire de marins et marchands andalous, qui permet le développement d’un noyau urbain et du port, et enfin par une prise de contrôle par un pouvoir d’État, qui parfois s’attribue le geste fondateur.

  • 184 Voir Hassen, 2001, pp. 156 et 158.
  • 185 Picard, 1997b, pp. 133-134.
  • 186 Il existait pourtant une ville déjà connue des géographes grecs et romains, Zilis.
  • 187 La même mention des tentes se retrouve pour Ténès, sans doute pour bien montrer que la ville n’exi (...)
  • 188 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 791-792 ; trad. d (...)

41Enfin le troisième « modèle » de développement de port montre l’action polarisante d’un ribāṭ fondé en position littorale. Le phénomène existe également en Ifrīqiya, notamment aghlabide, avec par exemple celui Monastir qui contribua à une fixation de l’habitat184 — mais si les fondations de ribāṭ-s dans cette région sont parfois le résultat d’initiatives individuelles, le pouvoir de Kairouan n’est jamais très loin. Leur existence plus à l’ouest est davantage problématique. Les seuls qui nous sont connus avec un peu de précision se situent là encore dans la zone du Maghreb occidental, mieux éclairée par les sources, même si leur chronologie n’est pas toujours sûre dans la mesure où ils apparaissent le plus souvent chez les géographes tardifs, et notamment al-Bakrī. L’histoire des débuts d’Asilah, sur la côte atlantique, nous fournit quelques données un peu précises, qui illustrent un processus d’émergence de port sensiblement différent des deux précédents185. Il faut suivre là encore al-Bakrī, qui en fait une ville nouvellement créée186 à la suite des incursions vikings du ixe siècle. Un ribāṭ est alors fondé, où se retrouvent des volontaires de la foi venus des villes et villages des environs et trois fois par an, lors du renouvellement de la garnison, une foire (sūq ǧāmʿa) se tenait, attirant des marchands andalous qui y dressaient leurs tentes187. Une fois que le lieu a pris de l’importance, notamment comme pôle commercial et maritime, le pouvoir idrisside voisin en prend possession et fonde la ville, construisant la muraille et la citadelle188. Dans ce cas c’est donc le ribāṭ, signe et marqueur de l’islamisation, qui joue un rôle polarisant, par la venue de combattants et surtout par l’organisation périodique d’une foire commerciale, qui attire à la fois les populations de l’intérieur et des Andalous venus par mer, le geste fondateur d’al-Qāsim b. Idrīs b. Idrīs ne venant que confirmer un développement préexistant. On ne trouve pas de tel récit pour la côte méditerranéenne, mais il n’est pas totalement exclu que ce mode d’émergence d’un port ait également existé.

  • 189 Sur le lien entre processus d’urbanisation et phénomène tribal, voir ibid., pp. 32-33.
  • 190 Picard, 1997a, p. 43.

42Dans les trois modèles présentés interviennent toujours les populations berbères du littoral, en général à travers l’action de groupes tribaux locaux. Par ailleurs pour au moins deux ports majeurs, Alger et Bougie, le nom de la ville est lié à la tribu peuplant la région : les Banū Mazġanna pour Alger (qui s’appelle pendant longtemps Ǧazāʾir Banī Mazġanna), et les Biqāya pour Bougie, ce qui suggère une identification première de ces ports aux groupes tribaux qui les occupaient aux xe et xie siècles189. À chaque fois cependant, les auteurs font intervenir un catalyseur qui permet l’émergence du port et son développement : ce peut être un pouvoir central et éloigné (dans le cas d’Alger et de Bougie), une dynastie arabe locale (Idrissides, Ṣāliḥides de Nakūr), des marins andalous (Ténès, Oran), ou des phénomènes liés à l’islamisation comme l’érection de ribāṭ-s (Asilah). Il n’y a rien de surprenant à ce que des auteurs arabes et musulmans éprouvent le besoin de mobiliser ces éléments déclencheurs, seuls à même d’expliquer pour eux à la fois le fait urbain et l’essor de l’activité économique. Il n’est pas impossible pour autant que dans ces récits soit passée sous silence l’existence préalable d’établissements portuaires animés par les seules populations berbères190, et qui auraient justifié le choix de ces sites par de nouveaux arrivants. Mais cela reste du domaine de l’hypothèse, et ces ports n’émergent dans les sources écrites qu’à partir du moment où ils s’intègrent dans des réseaux, politiques et économiques, qui font sens aux yeux des auteurs arabes. Ce qui apparaît clairement dans les récits est que le développement de ces ports ne naît pas d’une petite activité locale de cabotage qui se serait progressivement muée en commerce à plus longue distance, mais de leur intégration dans des réseaux de commerce maritime à l’échelle régionale, par l’intermédiaire ici des marchands andalous.

IV. — Conclusion

43Le redémarrage de l’activité des ports après la coupure du viie-viiie siècle se fait donc lentement, à des rythmes différents selon les régions, même s’il faut bien reconnaître que les processus ne sont pas toujours visibles dans les sources. Les textes montrent surtout l’intervention des pouvoirs princiers pour le contrôle des ports, des espaces littoraux et des routes de navigation, pour des raisons principalement stratégiques mais qui n’excluent pas pour autant des considérations également économiques et fiscales. Ce n’est cependant que très progressivement que les ports deviennent des enjeux dans les compétitions régionales pour le contrôle des territoires. En parallèle se devine le rôle des marchands, principalement andalous car ce sont eux que nous laissent voir les textes, qui contribuent à animer les sites portuaires et à favoriser des concentrations de populations qui débouchent à un moment donné sur des villes. Les deux phénomènes se conjuguent le plus souvent, même si le geste fondateur des princes vient souvent éclipser un processus préexistant et plus lent d’émergence du port.

44Surtout, ce qui se met en place entre le ixe et le début du xie siècle est une intégration des littoraux à l’espace maghrébin, à partir des régions intérieures où se trouvent les principaux pôles d’impulsion à la fois politiques et économiques. En Ifrīqiya orientale ce processus est rapide, avec la formation d’un réseau cohérent rayonnant autour de Kairouan dès l’époque aghlabide. Dans la zone du Détroit les relations avec al-Andalus sont sans doute précoces, mais l’intégration au reste de l’espace rifain est plus lente et connaît une brusque accélération à la faveur du conflit entre les Fatimides et les Omeyyades. Enfin, dans le Maghreb central où la domination effective des pouvoirs musulmans reste longtemps limitée aux régions méridionales, l’intégration des ports se fait plus tardivement et lentement, et selon des modalités liées à la fois à l’essor des échanges et à l’extension du contrôle des territoires par les pouvoirs musulmans.

45Le mouvement n’en est pas moins général, et donne une importance nouvelle aux ports, qui l’avaient perdue sans doute dès l’époque byzantine et dans les premiers temps de la domination musulmane, même s’ils restent encore à cette époque dans une position de périphérie par rapport à des pôles situés en arrière du littoral.

Notes

1 Ibn Khurradâdhbih, Ibn al-Faqîh al-Hamadhânî, Ibn Rustih, Description du Maghreb et de l’Europe.

2 Marçais, 1941, p. 42.

3 Thiry, 1995, p. 311.

4 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 347, trad. de Wiet, 1937, p. 207. Ce terme de ʿāmil peut désigner le gouverneur, mais surtout le percepteur, sens qu’il a plutôt dans ce contexte (Talbi, 1966, pp. 357-358).

5 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 348, trad. de Wiet, 1937, p. 210.

6 Ibid.

7 Ibid. Il précise que pour aller de Kairouan en al-Andalus il faut s’embarquer à Tunis, et plus loin il décrit une route littorale (ibid., éd. par Goeje, 1892, p. 353, trad. de Wiet, 1937, p. 217).

8 La lecture est conjecturelle. Le manuscrit ne porte pas de signe diacritique pour ce mot, écrit ٮٮرٮ. Tabarka en revanche n’est pas citée dans cette liste, et d’une manière générale son importance à l’époque aghlabide est inconnue. Il est donc imprudent de parler, comme le fait Philippe Gourdin, de « Prospérité de Tabarka à l’époque aghlabide et aux premiers temps des Fatimides de Kairouan », sur la base du témoignage des géographes tardifs (Gourdin, 2008, p. 96).

9 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 350 ; trad. de Wiet, 1937, p. 213.

10 Martin Forstner suggère que cela pourrait être l’actuelle Kap El Kalaa (al-Qalʿa), entre Skikda et Collo. Forstner, 1979, p. 133.

11 Pour ce nom également les diacritiques manquent sur le manuscrit.

12 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 351 ; trad. de Wiet, 1937, p. 214. Sur la localisation, très hypothétique, de ces deux ports, voir Forstner, 1979, p. 130, et sa carte p. 63.

13 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 353 ; trad. de Wiet, 1937, p. 217. La localisation de ce port est incertaine, et a donné lieu à diverses interprétations. Il est cité également, avec des orthographes différentes, par al-Bakrī sous le nom de Marsā ʿAyn Firrūǧ (var. Firrūḫ), à 40 milles à l’est d’Oran et avant Qaṣr al-Fulūs (al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 755 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 163-164) et par al-Idrīsī sous celui de Ḥawḍ Farrūǧ, à 24 milles à l’est de Mostaganem en suivant la côte, et 15 en ligne droite, et à l’ouest de Mazūna (al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, éd. par Hâdj-Sadok, 1983, p. 128 ; trad. de Jaubert revue par Nef, 1999, p. 176). Le Liber de Existencia quant à lui (Carte marine et portulan, éd. par Gautier Dalché, p. 119) place Laudifiroch à 8 milles de Yehihe Portus, et à 12 du Mont Giomaghise (Cap Magroua ?). De Slane, dans sa traduction d’al-Bakrī, l’identifie avec Port aux Poules/Mers el Hadjadj, mais cela ne correspond pas à la localisation d’al-Idrīsī ni à celle du Liber de Existencia. Al-Bakrī du reste le place face au port andalou d’Āqila (las Aguilas), et si l’on considère les autres correspondances andalouses qu’il donne, cela le place plus à l’est. Le plus probable est de le situer à l’ouest de Petit Port, sur la pointe de Kef el Asfer, ce qui rejoint globalement l’identification de Georges Marçais qui proposait le site de Petit Port, dans la baie d’El-Aoua, mais sans expliquer les raisons de son choix.

14 Voir Forstner, 1979, pp. 68-73.

15 Al-Muqaddasī, Description de l’Occident musulman, pp. 4-5.

16 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, pp. 66-103 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, pp. 57-105.

17 Il s’inspire en particulier de routiers nautiques rédigés à partir du xe siècle (Picard, 1997b, p. 38).

18 Tixier, 2011.

19 Ducène, 2011.

20 Sur les Aghlabides, la référence reste la thèse de Talbi, 1966.

21 Ibid., p. 125, et carte p. 127.

22 Talbi, 1982, pp. 13-80, en particulier pp. 53-61.

23 Sur les limites de l’imamat de Tahert, voir Bekri, 2005, pp. 73-79.

24 Prevost, 2008a, pp. 78-79.

25 El-Ghali, 2003, pp. 97-102.

26 Bekri, 2005, p. 75.

27 Love, 2010.

28 Talbi, 1973, pp. 217-233 ; Benhima, 2008, pp. 61-63.

29 C’est finalement la numismatique qui permet de suivre avec le plus de certitude l’évolution de ces pouvoirs idrisides (voir Eustache, 1970-1971).

30 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, pp. 352-353, trad. de Wiet, 1937, pp. 215-216.

31 Lévi-Provençal, 1950a, p. 378.

32 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 158-159 ; Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. par Chalmeta, Corriente et Ṣubḥ, 1979, p. 313 ; trad. de Viguera et Corriente, 1981, p. 236. Lévi-Provençal, 1946, p. 368.

33 Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. VI, pp. 282-283, trad. de Mac Guckin de Slane, 1956, t. II, pp. 135-137. Lévi-Provençal, 1950a, p. 366 ; Ferhat, 1993, p. 62 ; Gozalbes Busto, 1995, p. 38.

34 Siraj, 2003, pp. 296-297 ; Cressier, 1998, p. 32 et 2010, pp. 127-142.

35 Valérian, 2016.

36 Sur cette distinction entre réseaux « pensés » et réseaux « spontanés », voir Coulon, Picard, Valérian, 2010, en particulier l’introduction, pp. 7-22.

37 Une seconde partie, plus thématique, était annoncée, mais n’a jamais vu le jour.

38 Voir ci-dessous.

39 Talbi, 1966, pp. 390-391, qui estime qu’il n’y a pas de razzia de la part des Aghlabides avant 819-820 (ibid., p. 393). De telles entreprises auraient sans doute trouvé leur place dans les chroniques sur les débuts des Aghlabides. À moins bien sûr qu’il s’agisse d’initiatives hors du contrôle de l’État, qui sont toujours possibles.

40 Hassen, 2001, pp. 147-148.

41 C’est le cas en 828 de la razzia des Toscans du comte Boniface de Lucques, entre Utique et Carthage : les attaquants, battus par les musulmans, doivent reprendre la mer sans leur butin (Eginhard, Einhardi Annales, p. 217).

42 Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, éd. par al-Qāḍī, 1987, t. IV, p. 188 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 176. Voir aussi Talbi, 1966, p. 158.

43 À une période plus tardive, Michael Brett suggère que les tribus hilaliennes, contrairement au récit donné par les chroniqueurs et globalement retenu, se seraient installées dès la première moitié du xie siècle dans la plaine entre Gabès et Tripoli, à la demande des émirs zirides afin de protéger la route caravanière contre les ibadites du djebel Nafūsa (Brett, 1981, p. 533).

44 Talbi, 1966, p. 258

45 Ibid., p. 211.

46 Ibid., pp. 182, 209-210, 293 ; sur Bizerte voir Hbaieb, inédite, pp. 483-487.

47 Ageil, inédite, pp. 216 sqq.

48 Ibid., p. 240 ; Talbi, 1966, pp. 393-394. Une première attaque est citée dans la lettre de Léon III à Charlemagne en 813 (Fois, inédite, pp. 230-231).

49 Elle est facilitée en outre par l’état de paix avec les autres puissances musulmanes, notamment les ibadites de Tahert.

50 Ageil, inédite, p. 243 ; Talbi, 1966, pp. 205-206 ; Nef, 2011.

51 Sur les différentes dates proposées par les auteurs pour la conquête de Malte, voir Devrim Atauz, inédite, pp. 93-95.

52 Talbi, 1978b. Ibn Ḫaldūn rapporte qu’elle fut conquise sous le règne de l’Aghlabide Ziyādat Allāh (817-838). Ibn Ḫaldūn, al-Muqaddima, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. I, p. 314 ; trad. de Monteil, 1967-1968, vol. 2, p. 520. Il n’est pas sûr cependant que l’île fut réellement occupée avant le xie siècle, même si elle reste un point de contrôle important du canal de Sicile (Bresc, 2004, p. 125).

53 Metcalfe, 2009, pp. 16-22.

54 Ageil, inédite, p. 286. C’est également ce dont témoignent les ouvrages juridiques, notamment pour cette époque les écrits de Saḥnūn (Talbi, 1956, pp. 289-293).

55 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, pp. 346-350 ; trad. de Wiet, 1937, pp. 206-213. Voir ci-dessus.

56 Rien n’indique, contrairement à ce que suppose Alexandre Lézine, que son développement a été freiné en raison des troubles qui s’y développent (Lézine, 1971, p. 39). En 864 la mosquée Zaytūna est d’ailleurs reconstruite, ce qui peut être interprété comme le signe d’une population croissante — ou pour le moins de l’importance accordée par le pouvoir à cette ville (ibid., p. 35).

57 Lors de l’insurrection de Manṣūr b. Naṣr al-Ṭunbuḏī au début du règne des Aghlabides, l’armée envoyée par l’émir s’installe dans l’arsenal (Talbi, 1966, p. 177), ce qui suggère qu’il était fortifié, et peut-être même qu’aucune forteresse n’existait alors à Tunis.

58 Ibid., pp. 300-304.

59 Ils y nomment souvent leurs fils comme gouverneurs, signe de l’importance de la ville à leurs yeux.

60 Rossi, 1968, pp. 46-48.

61 Thiry, 1995, pp. 163-164.

62 Les chroniques parlent parfois d’un tribut payé par les Berbères de l’intérieur — quand ceux-ci refusent de le payer, comme par exemple en 859 (Talbi, 1966, p. 257) — mais la domination aghlabide se limite sans doute à cette reconnaissance, fragile, de leur souveraineté, sans aller jusqu’à intervenir dans les affaires du djebel Nafūsa.

63 Ibn ʿIḏārī, à propos d’une révolte contre les Fatimides en 912-913, parle de la présence dans le port d’une flotte. Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 168 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 236. Peut-être le port de Tripoli a-t-il été utilisé pour l’attaque contre Malte : c’est l’hypothèse proposée par Ageil, inédite, p. 303, mais aucun texte ne permet de la confirmer.

64 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 760 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 173.

65 Ageil, inédite, p. 253.

66 Lézine, 1971, pp. 23, 29 et 71. La mosquée serait selon Alexandre Lézine le résultat de la transformation en lieu de culte d’une ancienne forteresse, ce qui expliquerait pour lui son caractère militaire (ibid., p. 74) — mais rien n’interdit de penser qu’elle a été construite et pensée dès le début en fonction d’impératifs de défense, sans supposer une construction militaire préexistante.

67 C’est ce qui ressort de la description d’al-Bakrī, qui parle de la porte nommée Bāb Dār al-Ṣināʿa, d’une grandeur considérable et par laquelle entrent et sortent les navires. Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 688 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 74. Selon Alexandre Lézine, ce port, dont il ne reste rien, aurait été construit par les Aghlabides et était défendu, avant la construction de la muraille en 859, par le ribāṭ et la mosquée fortifiée (Lézine, 1966, pp. 106 et 111).

68 Talbi, 1966, p. 321. Il s’agit du port actuel de Sidi Daoud au nord-ouest du cap Bon (Brunschvig, 1935, pp. 149-151).

69 Al-Nuwayrī, Nihāyat al-ʿarab fī funūn al-adab, éd. par Amari, p. 451, trad. de Id., 1881, t. II, p. 150. Voir aussi Talbi, 1966, p. 321.

70 Du reste Ibn al-Aṯīr le fait partir de Sousse. Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, éd. par al-Qāḍī, 1987, t. IV, p. 256 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 248.

71 Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 171 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 240. Rien ne dit cependant que c’était déjà le cas à l’époque aghlabide, comme le suppose Talbi, 1966, p. 684.

72 Ibid., p. 244. Ibrāhīm II va en pèlerinage à Sousse, auprès d’un ascète aveugle du ribāṭ, avant d’entreprendre le djihad (ibid., p. 312).

73 Lézine, 1956b, p. 37.

74 Talbi, 1966, p. 395.

75 Al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān, éd. par Goeje, 1892, p. 350 ; trad. de Wiet, 1937, p. 213.

76 Sur cette question, voir ci-dessous.

77 Hassen, 2001, p. 154.

78 La construction ou la restauration des enceintes urbaines sont parfois présentées parmi les œuvres pieuses des souverains. Ainsi al-Bakrī rapporte les propos qu’aurait tenus l’émir Ziyādat Allāh, à qui il attribue la muraille de Sousse : « Je ne m’inquiète pas du sort qui m’attend au jour de la résurrection, car le registre de mes actions en renfermera quatre de bonnes : la construction de la mosquée ǧāmiʿ de Kairouan, celle du pont d’al-Rabiʿa, celle du ḥiṣn de Sousse, et la nomination d’Aḥmad ibn Abī Maḥriz comme cadi de l’Ifrīqiya. » (al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 690-691 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 77).

79 Voir ci-dessus n. 78 du premier chapitre.

80 Lézine, 1971, p. 29 ; Marçais, 1956, p. 134.

81 Les murailles de Sousse, en raison de l’importance stratégique de la ville, durent faire l’objet de plusieurs campagnes de travaux : Ibn al-Aṯīr parle d’Ibrāhīm II comme du constructeur de cette enceinte (Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, éd. par al-Qāḍī, 1987, t. IV, p. 256 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 248) — mais il s’agit ici d’une campagne de restauration ou de renforcement de ces murailles, peut-être en prévision de l’expédition qu’il entreprenait contre la Sicile (voir Mahfoudh, 2003, pp. 228-232).

82 Id., inédite, pp. 55-57.

83 Voir en particulier l’étude récente, à partir des données textuelles et archéologiques, de Djelloul, 1999, qui se limite à l’espace ifrīqiyen, et dont le plan géographique ne permet pas toujours de contextualiser ces édifices.

84 Al-Marrākušī, Kitāb al-Muʿǧib, éd. par Dozy, 1881, p. 253 ; trad. de Fagnan, 1893, p. 299 (qui parle de signaux entre Alexandrie et Tripoli, système en vigueur selon lui jusqu’à l’arrivée des Hilaliens) ; al-Tiǧānī, Riḥla, éd. par ʿAbd al-Wahhāb, 1981, pp. 23 et 220 ; trad. de Rousseau, 1852, p. 99 ; 1853, p. 133 ; Ibn Ḫaldūn (Ibn aldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, p. 259), attribue à Ibrāhīm b. Aḥmad ce système de signaux, allant selon lui de Tanger à Alexandrie. Il s’agit cependant de témoignages très tardifs et, dans le cas de celui d’Ibn Ḫaldūn, bien peu vraisemblable.

85 Marçais, 1957a, pp. 26 et 31. On en trouve à nouveau dans la zone du détroit de Gibraltar et dans le nord du Maroc, méditerranéen et atlantique.

86 Lézine, 1956a et b ; Marçais, 1956.

87 Borrut, Picard, 2003, pp. 39-40.

88 Sur cette fonction d’alerte voir, pour Monastir, Chabbouh, 1969-1970.

89 Hassen, 2001, pp. 148-153. Peut-être y a-t-il une plus forte concentration autour des deux ports principaux du Sahel que sont Sousse et Sfax, ainsi qu’autour de Tripoli. C’est ce qui ressort de la description d’al-Bakrī, qui donne un ensemble de ribāṭ-s autour de ces villes, comme s’ils formaient un ensemble défensif cohérent pour protéger ces ports. Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 653 (Tripoli), 669 (Sfax), 691 (Sousse) ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 21, 46, 77. Voir Marçais, 1955, p. 124.

90 Talbi, 1966, p. 394.

91 C’est le cas en particulier de celui de Monastir, fondé par le gouverneur Harṯama b. Aʿyan en 796, et de celui de Sousse, longtemps attribué à Ziyādat Allāh mais qui pourrait remonter à l’époque du gouverneur abbasside Yazīd b. Ḥātim al-Muhallabī (771-788). Talbi, 1966, p. 394 ; Lézine, 1954, p. 141.

92 Hassen, 2001, p. 153. Ibn Ḫaldūn écrit qu’il bâtit des ḥuṣūnet des maḥāris sur la côte (Ibn aldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, p. 259), et Ibn al-Aṯīr rapporte pour s’en émerveiller qu’il bâtit 10 000 forteresses en Ifrīqiya (Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, éd. par al-Qāḍī, 1987, t. VI, p. 66 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 213).

93 Talbi, 1966, p. 260 ; Ageil, inédite, p. 289.

94 Les fondations par les hommes pieux en particulier, citées dans les biographies, n’avaient peut-être pas toutes ce caractère militaire.

95 Hassen, 2001, p. 154.

96 Ibid., pp. 156-157.

97 Voir ci-dessous.

98 Je reprends ici largement Valérian, 2016.

99 Dachraoui, 1964, pp. 98-101.

100 Le cadi Nuʿmān parle seulement du rassemblement de troupes à Bône et d’une halte dans un lieu nommé Maǧāz al-Marākib dont on peut penser qu’il s’agit d’un point de péage (maǧāz) pour les bateaux, suggérant une activité maritime (voir Dahmani, 1992, p. 373). De là, l’armée se scinde en trois colonnes, dont une suit la route de la côte (sāḥil al-baḥr). Mais il n’est pas question de flotte. Al-Qāḍī al-Nuʿmān, Iftitāḥ al-daʿwa, éd. par Dachraoui, 1975, p. 215 ; trad. de Haji, 2006, p. 157.

101 L’ustāḏ Ǧawḏar consacre aux affaires de constructions navales de nombreuses lettres adressées au calife. Voir en particulier Al-Manṣūr al-ʿAzīzī, Sīrat Ustāḏ Ǧawḏar, trad. de Canard, 1958, pp. 146-147, 154, 161, 177-180, 183, 209-210. Bramoullé, inédite, pp. 89-98.

102 Voir Brett, 2000, p. 148, qui considère que c’est la flotte qui permet aux Fatimides de tenir des territoires très éloignés les uns des autres le long de la côte africaine et en Sicile.

103 Voir, notamment, Lev, 1984, pp. 220-252, qui montre la reprise de l’appareil maritime aghlabide dans le cadre des nouvelles ambitions orientales des Fatimides.

104 Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 161 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 224.

105 Dachraoui, 1981, p. 140.

106 Ibid., pp. 140 et 318-319.

107 Ibid., pp. 150-151.

108 Sur les révoltes en Sicile, voir ibid., pp. 135-137 et Metcalfe, 2009, pp. 47-48 ; sur celles de Tripoli, voir Rossi, 1968, pp. 51-52.

109 C’est là que la flotte sicilienne détruit une escadre fatimide, sans doute sur le point de partir contre l’île (Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 171, trad. de Fagnan, 1901, p. 240).

110 Dachraoui, 1981, pp. 176-177.

111 La flotte est utilisée en appoint lors de la deuxième tentative, par al-Qāʾim, contre l’Égypte (ibid., p. 384).

112 Lézine, 1971, p. 15.

113 Dachraoui, 1981, p. 390.

114 Chapoutot-Remadi, 2000, p. 235.

115 Voir Dachraoui, 1981, p. 395, qui suppose que la défense est désormais assurée par des professionnels de la guerre, principalement des Kutāma.

116 Heinz Halm note la rareté des mentions d’activité des ribāṭ-s à l’époque fatimide, à l’exception de Monastir dont la réputation de sainteté s’était maintenue. Au contraire, une anecdote concernant Qaṣr Ziyād et rapportée par al-Mālikī montre un ascète qui y trouve un lieu déserté (voir Halm, 1992, pp. 135-136, 138 et 1996, pp. 231-232). Cette désertion des ribāṭ-s et des quṣūr est contestée, à partir de la même source, par Amri, 2011, pp. 347-352, qui y voit des lieux de refuge de l’orthodoxie, mais bien privés, désormais, de fonction militaire.

117 Le Mahdi visite pour la première fois le site en 912-913, et les travaux s’achèvent en 918-919, le calife s’y installant deux ans après (al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 683 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 68).

118 Le site de Carthage avait été envisagé pendant un temps par les Fatimides, et le Mahdi avait visité toute la côte pour trouver le meilleur site (Halm, 1992, pp. 147-148).

119 Les deux palais d’al-Mahdī et de son fils al-Qāʾim occupent une position centrale sur la presqu’île, dans l’axe de la porte. Voir Louhichi, 2004, qui fait le point sur les deux palais à la lumière des fouilles récentes. Ils sont entourés par la mosquée et les organes administratifs. Le reste de la population est par ailleurs cantonnée dans le faubourg de Zawīla, où elle est tenue de rentrer à la nuit tombée (Dachraoui, 1981, p. 387).

120 Djelloul, 1993, pp. 80-89.

121 Ce fut le cas notamment lors de la révolte d’Abū Yazīd, qui ne put la prendre car elle était ravitaillée par mer depuis la Sicile et Tripoli.

122 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 683 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 67-68.

123 Sans doute s’agit-il d’un port punique réutilisé. Voir Djelloul, 1993, p. 79, et plus récemment Mahfoudh, 2003, pp. 243-249, qui penche pour une origine carthaginoise du port à partir de données archéologiques et géomorphologiques.

124 Djelloul, 1993, p. 77.

125 Ferhat Dachraoui, sur la base d’un des manuscrits des Maǧālis du cadi Nuʿmān, suppose l’existence de deux arsenaux à Mahdia (Dachraoui, 1981, pp. 389-390). Mais c’est la seule source qui en fait mention, et un autre manuscrit du même ouvrage ne parle que d’un arsenal unique, ce qui invite à douter de cette hypothèse (Louhichi, 2006, p. 127).

126 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 683 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 68.

127 Djelloul, 1993, p. 78.

128 Louhichi, 2006, p. 131.

129 Sur ce long conflit, voir principalement Lévi-Provençal, 1950b, 1946 ; Vallvé, 1967 (avec un récit détaillé des événements) ; Guichard, 1999.

130 Lévi-Provençal, 1950a, pp. 245, 247-248, 281 ; Bekri, 2005, pp. 163-167.

131 Lévi-Provençal, 1950b, pp. 11, 22, 90 ; Picard, 1997a, pp. 11, 25-26 ; Torres Balbás, 1957, p. 427.

132 Sur la politique navale des Omeyyades, voir Lévi-Provençal, 1953, pp. 106-112 ; Lirola Delgado, 1993, notamment pp. 180-212.

133 Lévi-Provençal, 1950b, pp. 91-96.

134 Ibn Ḥayyān note ainsi le rôle de la ville pour le contrôle des deux rives et, plus largement, des ports maghrébins. Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. par Chalmeta, Corriente et Ṣubḥ, 1979, pp. 288-290 ; trad. de Viguera et Corriente, 1981, p. 217-218. Lévi-Provençal, 1950b, p. 97.

135 Ce dispositif est complété par la mainmise sur Tanger en 951. Ibid., p. 106.

136 Ibid., p. 97.

137 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 158-159 ; Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. par Chalmeta, Corriente et Ṣubḥ, 1979, p. 313 ; trad. de Viguera et Corriente, 1981, p. 236.

138 Lévi-Provençal, 1950b, p. 99. La localisation du port d’Aslan est incertaine : De Slane l’identifie avec le cap d’Oussa, ou Oulassa (al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 159). Néanmoins, al-Bakrī parle d’une rivière qui vient endommager les murailles, ce qui ne correspond pas au site. L’autre identification, proposée par Henri Bresc et Annliese Nef (al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, trad. de Jaubert, revue par Nef, p. 254) est Beni Saf, dans la mesure où al-Idrīsī la place à 6 milles de l’embouchure de la Tafna. Mais les distances données par al-Idrīsī pour cette zone sont très approximatives. L’identification proposée par Guillaume Vuillemot avec Camareta est la plus plausible (Vuillemot, 1959, pp. 36-38). Le site présente en effet un plateau couvert de ruines importantes, dominant la mer à une altitude moyenne de 50 m, à l’embouchure de l’oued Sidi Djelloul, ce qui correspond bien à la description d’al-Bakrī.

139 Ibn ayyān, Muqtabis V, éd. par Chalmeta, Corriente et Ṣubḥ, 1979, pp. 460-461 ; trad. esp. de Viguera et Corriente, 1981, p. 347.

140 Kitāb al-ʿuyūn wa-l-ḥadāʾiq, p. 488. Évariste Lévi-Provençal, sur la foi d’Ibn Ḫaldūn, parle de l’incendie de Marsā l-Ḫaraz et d’une razzia jusqu’à Sousse (Lévi-Provençal, 1950b, p. 108), mais la poussée jusque dans les eaux de l’Ifrīqiya orientale est moins vraisemblable. Je remercie Aurélien Montel pour m’avoir signalé ce texte.

141 Une première expédition omeyyade, portée au secours du rebelle Abū Yazīd, n’était pas allée au-delà de Bône, reprenant le chemin d’Almería à l’annonce de la défaite de l’Homme à l’Âne (Dachraoui, 1981, p. 194).

142 Lévi-Provençal, 1950b, p. 109 ; Halm, 1996, pp. 396-401.

143 Guichard, 1999, pp. 62-63 ; Canard, 1942-1947 (qui traite cependant plus de textes de polémiques que de propagande en al-Andalus à proprement parler).

144 Lévi-Provençal, 1950b, pp. 267, 271.

145 Ibn Ḫaldūn rapporte seulement que cela se fit sous la lieutenance de Buluggīn b. Zīrī, sans donner de date précise. Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. VI, p. 204 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1956, t. II, p. 6.

146 Cressier, Naïmi, Touri, 1992, p. 399. Une autre tradition, transmise par al-Zayyānī, attribue cette fondation à un personnage éponyme, émir des Lawāta et compagnon d’Idrīs b. Ṣāliḥ, deuxième souverain ḥymiarite de Nakūr, au viiie siècle (ibid.).

147 Miquel, 1967, p. 259, qui note que les descriptions d’al-Rāzī et d’al-Warrāq sont contemporaines de la poussée omeyyade au Maghreb — qu’il explique par la poussée fatimide vers l’Égypte et le vide qu’elle aurait créé au Maghreb, alors que ces ambitions omeyyades en Afrique sont plutôt liées à l’inverse aux prétentions hégémoniques des Fatimides dans cette région.

148 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, texte arabe p. 83 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 80.

149 Ibid., texte arabe p. 85 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 81.

150 Ibid., texte arabe pp. 88-89 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 87.

151 Voir en particulier, pour le Maghreb central, Amara, inédite, pp. 410-437.

152 Valérian, 2006a, pp. 43-47.

153 Voir ci-dessous sur le xie-xiie siècle.

154 Voir ci-dessus.

155 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, texte arabe p. 78 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 72.

156 « La correspondance continentale [de l’Espagne] en territoire du Maghreb part de Tunis et passe par Tabarqa, Alger, Ténès, Oran, Nakūr, Ceuta, et se termine à Azila » (ibid., texte arabe p. 65 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 58).

157 Le même constat peut être fait, au siècle suivant, pour la fondation de Bougie (Valérian, 2006a, pp. 43-47). Avant la fondation hammadide al-Bakrī décrit le port comme fréquenté par des marins et marchands Andalous, et les recueils de biographies de savants de la Péninsule en montrent quelques-uns passant par Bougie à l’époque omeyyade.

158 C’est du moins lorsque ce pouvoir est arabe qu’on le voit dans les sources.

159 Rosenberger, 1998a, p. 234.

160 Voir Eustache, 1970-1971, pp. 44-50. La liste des villes et territoires attribués aux différents princes varie selon les auteurs. Ahmed Siraj a synthétisé ces informations dans un tableau, à partir d’al-Bakrī, Ibn ʿIḏārī, Ibn Abī Zarʿ, Ibn al-Ḫaṭīb et Ibn Ḫaldūn (Siraj, 1995, pp. 376-377).

161 Manzano Moreno, 1998, p. 353.

162 Rosenberger, 1998a, p. 234.

163 C’est notamment le cas dans la liste des principautés idrisides donnée par Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, p. 19.

164 Bazzana et alii, 1983-1984, pp. 369-370.

165 Elle fut l’objet de la compétition entre Fatimides et Omeyyades (voir ci-dessus).

166 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 747-748 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 157-159.

167 Sur les Sulaymānides, voir Eustache, 1970-1971, pp. 49-50. Muḥammad Sulaymān b. ʿAbd Allāh, neveu d’Idrīs Ier, mort après 227/841, résidait à Tlemcen, et avait distribué des apanages à ses fils qui formèrent après sa mort de petites principautés.

168 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 748 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 158 ; Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, p. 23 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1956, t. II, p. 570. ʿĪsā meurt en 907-908 (Eustache, 1970-1971, p. 49).

169 Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, p. 24 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1956, t. II, p. 570 ; voir Eustache, 1970-1971, p. 50.

170 Voir ci-dessous sur la fondation de Ténès. Quelques dirhams frappés par cette dynastie ont bien été conservés, mais avec des lieux de frappes hypothétiques. L’un d’eux, daté de 295/907-908 ou 305/917-918 (?), a été frappé à Burǧān, que Nicholas Lowick pense pouvoir avoir été Ténès, qui possédait, au témoignage d’al-Bakrī, deux citadelles (Lowick, 1983, pp. 185-186). Mais ce n’est là qu’une hypothèse, au demeurant assez fragile.

171 Al-Bakrī lui consacre en particulier une longue notice historique, sans doute en grande partie d’après al-Warrāq qui avait rédigé une monographie sur la ville (Ferhat, 1993, p. 66). Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 764-775 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 182-196. Voir également Ibn Ḫaldūn, Kitāb al-ʿibar, éd. par Šiḥāda et Zakkār, 2000, t. IV, pp. 283-286 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1956, t. II, pp. 137-142.

172 Évariste Lévi-Provençal pense même qu’une « suzeraineté effective » de Cordoue n’est pas à exclure (Lévi-Provençal, 1950a, p. 358).

173 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 763 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 181-182 ; voir aussi ibid., éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 775 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 196-197, où il décrit brièvement ces mouillages. Sur ces ports, et la question de leur localisation, voir Siraj, 1995, pp. 296-309.

174 Rosenberger, 1998b, p. 41.

175 Cressier, 1998, p. 32.

176 Al-Bakrī, comme il le fait pour les villes commerçantes importantes, donne des équivalences de mesures pour Nakūr.

177 Plusieurs auteurs, dont Mohamed Talbi, attribuent aux marins de Nakūr une activité de piraterie, notamment en direction des côtes italiennes (Talbi, 1966, p. 392). Mais ce n’est là que pure hypothèse, et rien ne vient confirmer un rayon d’action du port aussi étendu. On a sans doute beaucoup donné à Nakūr, parce qu’al-Bakrī lui consacre une longue notice et parce que le site a été fouillé, mais elle n’est peut-être pas un cas si exceptionnel.

178 Les prétentions omeyyades sur ces ports, au xe siècle, ne sont sans doute pas étrangères à l’éclairage fourni sur le rôle des Andalous dans ces fondations. Al-Warrāq avait été en effet chargé de préparer une description du Maghreb au moment où al-Manṣūr préparait des expéditions dans la région (Picard, 1997b, p. 37 ; Tixier, 2011).

179 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 726 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 128 (traduction ici modifiée).

180 À cette époque les activités maritimes et commerciales des ports andalous sont surtout le fait de communautés autonomes, actives dès la fin du viiie siècle. Elles ne sont vraiment encadrées par le pouvoir omeyyade qu’avec le califat, principalement sous ʿAbd al-Raḥmān III, même si un effort de reprise en main avait déjà eu lieu sous ses prédécesseurs (Picard, 1997a, pp. 9-15 et 25).

181 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, texte arabe p. 78 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 73.

182 Cette issue rapide — qui fait passer le port sous contrôle fatimide — fait douter de la raison réelle du conflit, qui tient peut-être autant, sinon plus, au conflit contemporain entre Fatimides et Omeyyades pour le contrôle des ports, qu’à une question d’honneur tribal et de dette de sang (al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 738 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 144-145). La ville est en effet de nouveau détruite et dépeuplée en 954-955 par l’Ifranide Yaʿlā b. Muḥammad b. Ṣāliḥ qui avait été nommé par le calife omeyyade gouverneur de tout le Maghreb, avant de se relever quelques années après (ibid.).

183 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 757 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 166.

184 Voir Hassen, 2001, pp. 156 et 158.

185 Picard, 1997b, pp. 133-134.

186 Il existait pourtant une ville déjà connue des géographes grecs et romains, Zilis.

187 La même mention des tentes se retrouve pour Ténès, sans doute pour bien montrer que la ville n’existe pas encore.

188 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 791-792 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 219-220. Voir Cressier, 1998, p. 33.

189 Sur le lien entre processus d’urbanisation et phénomène tribal, voir ibid., pp. 32-33.

190 Picard, 1997a, p. 43.

Table des illustrations

Titre Carte 3. — Les ports maghrébins chez al-Yaʿqūbī (fin ixe siècle)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Carte 4. — Le littoral maghrébin à l’époque d’Ibn Ḥawqal et al-Muqaddasī (xe siècle)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Carte 5. — Les réseaux terrestres maghrébins chez al-Bakrī
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Carte 6. — Les ports aghlabides
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 7. — Le Maghreb à l’époque du conflit entre Fatimides et Omeyyades
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search