Version classiqueVersion mobile

Ports et réseaux d’échanges dans le Maghreb médiéval

 | 
Dominique Valérian

Première partie. L’intégration des ports au sein de l’espace islamique (fin viie – début xie siècle)

Chapitre premier

Un investissement limité des sites portuaires (mi-viie – fin viiie siècle)

Texte intégral

  • 1 « La mer de Syrie, me dit-on, est plus longue et large que le désert, et menace le Seigneur lui-mê (...)
  • 2 C’est le cas en particulier dans les textes du xe siècle, alors que c’est à ce moment que commence (...)
  • 3 Fahmy, 1966 ; Picard, 2005b, pp. xxv-xxvi. Voir pour la Syrie omeyyade Borrut, 1999-2000 et 2001.

1Les historiens se sont souvent référés à la fameuse phrase du calife ʿUmar, qui aurait interdit à Muʿāwiya de se lancer dans une expansion maritime1, pour affirmer que les musulmans ont été dès le début rétifs à toute présence sur la Méditerranée, perçue par eux comme un espace de dangers — à la différence de l’océan Indien qui aurait été très tôt maîtrisé2. Cette idée est aujourd’hui largement remise en cause, en particulier pour la Syrie et l’Égypte, où a été engagée de manière précoce une politique navale et où certains ports hérités de l’Antiquité ont fait l’objet d’une grande attention des pouvoirs musulmans3. Pour le Maghreb, la situation est en revanche moins claire, et l’investissement des sites portuaires, comme la mise en place d’une politique navale avant les Aghlabides, ne semblent pas avoir été une priorité des premiers gouverneurs musulmans.

2La période, il est vrai, est particulièrement mal éclairée par les sources. Les récits de la conquête et des premiers temps de la domination musulmane sont tous très postérieurs ou rédigés en Orient, où les réalités du terrain maghrébin sont mal connues, surtout pour les régions qui échappent à l’autorité du califat. N’émergent de ces récits que quelques points, marqués par des batailles, des villes conquises ou fondées et des itinéraires de conquête, souvent très imprécis et sujets à caution, qui les relient entre elles. Quant à l’archéologie, qui a permis tant de progrès dans la connaissance de la transition entre l’antiquité tardive et les débuts de l’Islam en Orient ou en al-Andalus, elle est, nous l’avons vu, encore très peu développée pour le Maghreb, notamment pour les ports.

  • 4 L’Ifrīqiya chez les auteurs arabes reçoit une définition diverse. Si à l’est elle va, comme le Mag (...)
  • 5 L’Atlas tellien va de Tanger à Bizerte, au nord de l’Atlas saharien et « se décompose en une chaîn (...)

3L’image générale qui se dessine est celle d’une structuration de l’espace dominé autour de villes situées dans l’intérieur des terres, loin des littoraux présentés par les textes eux-mêmes comme dangereux, et les quelques ports qui émergent de la documentation ne semblent pas avoir eu une grande activité, en particulier sur le plan économique. Mais il ne faut pas oublier que ces textes n’évoquent que ce qui intéresse le pouvoir, et il serait imprudent de tirer de leur lecture des conclusions trop hâtives sur la disparition de toute activité, notamment marchande. L’espace le mieux éclairé est l’Ifrīqiya orientale4, principalement autour de Kairouan, qui fait dès le début l’objet d’un fort investissement des conquérants, puis des gouverneurs musulmans. À une époque un peu plus tardive, au milieu du viiie siècle, l’émergence de pouvoirs dissidents à l’ouest et au centre du Maghreb permet de connaître un peu les régions dominées par les kharidjites, le plus souvent aux marges du désert et du Tell5, et dans une moindre mesure par les Idrissides, mais sur lesquels nos connaissances restent très précaires.

I. — Héritage byzantin et nouvelle organisation administrative

  • 6 Belkhodja, 1970, p. 57.
  • 7 Leone, 2007, pp. 185-188, 195-197.
  • 8 Diehl, 1896, p. 268. À l’époque byzantine un cimetière s’installe à l’emplacement de l’ancien quar (...)
  • 9 Diehl, 1896, pp. 288, 296 ; Salama, 1951, p. 100 ; Pringle, 1981, passim.
  • 10 Dans la plupart des chroniques arabes, c’est Ceuta qui a la prééminence sur Tanger, mais ces texte (...)
  • 11 Joaquín Vallve a contesté l’identification de certains toponymes dans les récits de la conquête av (...)
  • 12 Sur la conquête de la Tripolitaine, voir Thiry, 1995, pp. 22-23 ; Sjöström, 1993, pp. 42-44.
  • 13 Elle est conquise sans doute à l’époque de Muʿāwiya b. al-Ḥudayǧ ou de ʿUqba (Talbi, 1978a, p. 351 (...)
  • 14 Pringle, 1981, p. 47.
  • 15 Al-Mālikī, Riyāḍ al-nufūs, vol. 1, p. 30 ; trad. d’Idris, 1969, p. 135 ; al-Bakrī, Kitāb al-masāli (...)
  • 16 Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, t. IV, p. 135 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 29 — qui parle (...)
  • 17 Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, t. IV, p. 135 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 29.
  • 18 Léon l’Africain affirme qu’elle fut conquise une première fois sous le califat de ʿUṯmān, mais il (...)
  • 19 Brunschvig, 1975, p. 161. Ahmed Siraj considère au contraire comme plausible l’arrivée de ʿUqba ju (...)
  • 20 Forstner, 1979, pp. 42-45.

4Par rapport à l’époque de l’empire romain, l’emprise portuaire byzantine s’est notablement réduite, tout comme sa domination sur l’ensemble du Maghreb6. En Tripolitaine émergent quelques ports : Leptis Magna, mais qui montre des signes de déclin avant la conquête arabe, et ne contrôle plus guère son hinterland, ou encore à Sabratha/Marsā Zuaga ou Oea/Tripoli7. Le littoral tunisien en revanche est jalonné de forteresses, notamment entre Gabès et Carthage, cette dernière étant avec Hadrumète/Sousse le port le plus important de la région8. Plus à l’ouest, la reconquête byzantine par Justinien ne dépasse guère la Maurétanie sétifienne, et s’il est fait encore mention de ports comme Thabraca/Tabarka, Saldae/Bougie, Iomnium/Tigzirt (entre Dellys et Bougie), Rusguniae/Tamentfoust (à l’est d’Alger), Tipaza, Caesarea/Cherchell ou Cartenae/Ténès, les défenses se déplacent surtout vers l’intérieur, à l’exception d’Hippone/Bône et de Tipaza (carte 1)9. Enfin, le long de la côte marocaine, Ceuta et Tanger sont tenues par des garnisons et c’est là que se serait trouvé le fameux comte Julien qui facilita, selon les chroniques, la conquête de la péninsule Ibérique au début du viiie siècle10. Le déroulement de la conquête musulmane11 fait sortir de l’ombre quelques rares ports qui semblent avoir été les points d’appui de la défense byzantine et de l’organisation du littoral : Oea/Tripoli12, Sabratha/Marsā Zuaga, Tacape/Gabès13, Hadrumète/Sousse, prise dès 647 mais qui voit l’arrivée de secours byzantins en 66514, Carthage, bien sûr, qui résiste jusqu’à l’extrême fin du viie siècle, Bizerte enfin, razziée une première fois en 661-662 par les troupes de Muʿāwiya b. al-Ḥudayǧ15 et conquise définitivement à l’époque de Ḥassān b. al-Nuʿmān, vers 69816. Plus à l’ouest les auteurs passent ensuite directement de Bône — où se réfugient et se fortifient des Berbères chassés de la région de Bizerte par Ḥassān b. al-Nuʿmān17 (mais dont rien ne dit qu’elle fut conquise dès cette époque18) — à Tanger et Ceuta, alors que le reste de la côte demeure à l’écart des expéditions arabes. Passée l’Ifrīqiya, les itinéraires des armées musulmanes, pour autant qu’on puisse les reconstituer avec certitude, suivent plutôt des routes intérieures, dans les steppes où la circulation était, il est vrai, plus aisée que dans les zones montagneuses et accidentées de la côte. La grande chevauchée de ʿUqba b. Nāfiʿ vers l’ouest, qui exprime sur un mode épique la prise de possession de l’ensemble du Maghreb — mais qui ne dépassa sans doute pas la vallée du Chélif et l’Oranie19 —, suit ainsi un itinéraire méridional : Bāġāy, Lambèse, puis Tahert par la dépression des chotts, avant de remonter vers le nord et la Méditerranée20 (carte 2).

Carte 1. — Les ports byzantins à la veille de la conquête arabe

Carte 1. — Les ports byzantins à la veille de la conquête arabe

Carte 2. — Conquêtes et première occupation du Maghreb

Carte 2. — Conquêtes et première occupation du Maghreb
  • 21 Sur l’importance des considérations stratégiques dans les choix des premières villes-camps fondées (...)
  • 22 Jusqu’en 705 le Maghreb relève du gouverneur d’Égypte, et par la suite les liens politiques resten (...)
  • 23 Voir ci-dessous le texte d’al-Mālikī sur la fondation de Kairouan.
  • 24 Despois, 1930, p. 163.

5L’organisation de la province omeyyade d’Ifrīqiya est marquée par une nouvelle structuration de l’espace par rapport à l’époque byzantine, en retrait de la mer, et que consacre la fondation de la nouvelle capitale Kairouan en 670. À cette date, le nord de l’Ifrīqiya n’est pas encore solidement tenu par les musulmans. Carthage n’est prise définitivement qu’en 698, mais elle ne devient pas pour autant après cette date le siège du nouveau pouvoir et est au contraire une nouvelle fois détruite et abandonnée. Cela s’explique par des raisons idéologiques et une volonté de rupture avec une ville qui symbolisait la domination chrétienne, mais aussi par des raisons plus politiques, et surtout stratégiques21 et économiques. Kairouan est située au débouché de la route terrestre venant d’Égypte, dont dépend dans un premier temps la province d’Ifrīqiya22, et plus largement du centre du califat. Elle tient une route stratégique qui permet à la fois les relations avec l’Orient et une retraite éventuelle, qui se produisit d’ailleurs plusieurs fois. Mais le retrait par rapport à la mer permet surtout de protéger la capitale contre des attaques byzantines, encore possibles à l’époque, sans la couper totalement de ses relations avec la Méditerranée, notamment par le port de Sousse23. En outre, Kairouan offre une base militaire pour les conquêtes futures à l’ouest, tout en n’étant pas trop exposée aux menaces des môles de résistance berbères, en particulier de l’Aurès. Le choix du site répond enfin à des considérations économiques : située dans une position intermédiaire entre des milieux naturels complémentaires24, la ville est aussi au carrefour des routes terrestres avec l’Orient et d’un axe méridien menant vers Tunis, qui devient rapidement la deuxième ville de la province.

  • 25 Sur cette organisation, voir principalement Djaït, 1967-1968.
  • 26 Plus à l’est, Barqa est fortifiée dès l’époque de Ḥassān b. al-Nuʿmān (Djaït, 2008, p. 38).
  • 27 Id., 1968, pp. 97-98. Le rôle de Bizerte à cette époque, dans la région de Ṣaṭfūra, n’est pas clai (...)
  • 28 Un poids de verre a été retrouvé, daté de 127/745 avec le nom d’un wālī de Mīla (Marçais, Lévi-Pro (...)
  • 29 Djaït, 1968, p. 98.
  • 30 Despois, 1942, pp. 197-199. C’est ce que Émile-Félix Gautier nomme la « chaîne du limes », car sui (...)
  • 31 Ceuta reste cependant dans l’ombre de Tanger jusqu’au ixe siècle (Ferhat, 1993, p. 47).
  • 32 Rosenberger, 1998a, p. 231 ; Siraj, 1992, p. 221.

6La première organisation administrative de la province d’Ifrīqiya25 — qui s’étend alors jusqu’au Maghreb extrême — confirme ce retrait par rapport à la mer. Il faut cependant nuancer ce tableau général, en distinguant la partie orientale (la Tunisie actuelle et la Tripolitaine) et le reste du Maghreb. Si la décision d’abandonner Carthage et de fonder Kairouan correspond bien à un choix stratégique nouveau dans l’organisation de l’espace, les sites littoraux ne sont pas pour autant totalement abandonnés, ne serait-ce que pour des raisons de défense face aux menaces toujours possibles d’attaques byzantines, notamment depuis la Sicile. Plusieurs ports ont ainsi des fonctions militaires, et sont parfois des chefs-lieux de kūra-s. Ce sont souvent d’anciens ports ou forts byzantins, mais dont l’importance réelle au début de l’occupation musulmane nous échappe. Hichem Djaït cite ainsi les villes suivantes comme chefs-lieux de kūra-s sur la côte (carte 2) : en Tripolitaine, dont le centre est Tripoli, Labda et Ṣurt26 ; autour de Kairouan, Gabès, Nūba/Sidi Daoud (pour la Ǧazīrat Šarīk ou cap Bon), Tunis, ville nouvellement fondée en 699 et siège d’une région militaire et d’un arsenal, et Tabarka27. À cette liste il convient d’ajouter Sousse, qui dépend étroitement de Kairouan, dont elle est l’avant-port et qu’elle protège contre des attaques venant de la mer. Dans le Maghreb central, au contraire, la façade maritime semble totalement abandonnée. Il est vrai que les textes nous renseignent moins sur cette région éloignée du centre politique de Kairouan, mais les principales villes qui émergent des sources sont Ṭubna, qui en est la capitale, Mīla (qui reçut peut-être un gouverneur pendant un temps28), Bāġāy, Sétif, Ngaous, Maqqara et Belezma29. Elles se trouvent donc toutes sur les hauts plateaux du Constantinois et dans les régions de la lisière du Sahara, irriguées par les rivières de direction nord-sud qui permettent des îlots de cultures intensives dans le sud30. Bône, qui avait accueilli les réfugiés byzantins au moment de l’offensive de Ḥassān b. al-Nuʿmān, n’apparaît pas encore dans les sources arabes pour cette époque. Plus à l’ouest, il faut attendre là encore l’extrémité du Maghreb et le détroit de Gibraltar pour retrouver un port signalé dans les sources, avec Tanger (ou Ceuta), chef-lieu du Sūs al-Adnā et point de passage vers la péninsule Ibérique et de contrôle du Détroit31. Encore faut-il prendre garde au fait que dans les textes les plus anciens Ṭanǧa désigne plus la région que la ville, et qu’il est donc difficile d’en évaluer l’importance comme pôle urbain32. Entre le Maroc et Tabarka, le littoral semble bien délaissé par les nouveaux occupants, qui lui préfèrent des régions plus méridionales et éloignées de la mer.

  • 33 El-Ghali, 2003, pp. 97-102 ; Talbi, 1982, p. 58. Mais le choix du site de Tlemcen semble tenir dav (...)
  • 34 Lewicki, 1962, p. 514.
  • 35 Love, 2010.
  • 36 Talbi, 1973.
  • 37 Lévi-Provençal, 1938.

7L’éclatement de la province d’Ifrīqiya, à la suite de la crise du milieu du viiie siècle, ne modifie pas fondamentalement cette orientation, même s’il faut reconnaître que ces nouveaux royaumes qui se constituent en marge du pouvoir abbasside de Kairouan sont très mal connus. Dans l’histoire des révoltes kharidjites se retrouvent certains ports, comme Tanger, d’où part la première contestation en 738-739, ou Tripoli et Gabès, dont s’emparent ou cherchent à s’emparer les insurgés. Mais les nouveaux centres de pouvoir qui émergent sont tous très à l’intérieur des terres, à l’exception de Tlemcen, qui fut un temps le siège d’un petit émirat sufrite qui s’étendit peut-être jusqu’à Tanger, entre 742 et 78933. Les Rostémides, qui fondent le plus puissant de ces États kharidjites, installent leur capitale à Tahert, dans la zone du Piémont du Tell qui a été depuis le début l’axe de pénétration des armées musulmanes. À partir de cette ville, ils développent un vaste réseau de commerce, mais qui au début au moins ne semble guère s’être intéressé aux régions littorales34. Quant aux Midrarides, ils choisissent de fonder leur capitale à la lisière du désert, à Siǧilmāsa, appelée à devenir un des principaux accès aux routes du Sahara et de l’or35. Les deux autres formations politiques connues issues de cet éclatement de la province d’Ifrīqiya n’ont pas plus de vocation méditerranéenne. Les Barġwāṭa s’installent dans les plaines littorales atlantiques, entre Salé et Azemmour36, alors que les Idrissides fondent leur capitale à Fès37. Ces nouveaux centres de pouvoir restent donc globalement sur une ligne est-ouest éloignée de la Méditerranée.

II. — Les raisons politiques et stratégiques de la structuration de l’espace

  • 38 Chapoutot-Remadi, 1980, pp. 10 et 12.

8Cette réorientation de l’espace, qui tourne au moins partiellement le dos à la mer, n’est pas propre à l’Occident musulman. En Orient également, les grandes villes littorales perdent l’importance politique et économique qu’elles avaient à l’époque byzantine, au profit des régions steppiques, intermédiaires entre les zones cultivées et le désert, qui sont privilégiées38. Le contexte maghrébin et de la Méditerranée occidentale est cependant sensiblement différent, notamment en raison d’un poids moindre de la menace chrétienne, mais aussi de la résistance plus forte des populations locales berbères.

  • 39 En 690 également une flotte grecque arrive à Barqa (Djaït, 2008, p. 35 ; Lewis, 1951, p. 61).

9Ce choix répond d’abord à des considérations stratégiques et politiques. La première explication tient à l’équilibre des forces navales entre musulmans et Byzantins, qui dans les débuts au moins de la conquête est défavorable aux premiers. Tant que la flotte byzantine représente une menace pour les littoraux du Maghreb, il est jugé préférable de s’en tenir éloigné. En 665 c’est en effet à Sousse que débarquent les secours byzantins39, et Carthage, jusqu’à sa prise définitive par les musulmans, reste un point d’appui potentiel d’une reconquête par les Byzantins installés en Sicile. Cette menace est d’ailleurs une des explications données au choix par ʿUqba du site de Kairouan, notamment dans le texte d’al-Mālikī :

  • 40 Al-Mālikī, Riyāḍ al-nufūs, vol. 1, pp. 10-11 ; trad. d’Idris, 1969, p. 122.

Certains de ses compagnons lui dirent : « rapproche-la de la mer pour que ses habitants soient gens de ribât. » Il leur répondit : « Je crains que le souverain de Constantinople ne l’attaque et la détruise ; c’est pourquoi établissez-la à une distance de la mer suffisante pour qu’elle soit hors de l’atteinte des corsaires [ġuzāt al-baḥr] car leur navire n’apparaît au large qu’à la nuit qui le dissimule et longe le rivage jusqu’à minuit. Ils en sortent alors et font leur incursion jusqu’à midi. Ainsi [notre ville] ne pourra jamais être atteinte par eux. Et si la distance de la mer est inférieure à celle qui entraîne l’abrègement [de la prière], ses habitants s’y trouveront en ribāṭ et ceux qui s’établiront au bord de la mer les protégeront. Ils constitueront une armée invincible jusqu’à la fin des temps et leurs morts iront au Paradis40. »

  • 41 Djaït, 1967, p. 117 ; Djaït, 2008, pp. 92-93.
  • 42 Sur les travaux de creusement du canal et de construction d’un port, sans doute par Ḥassān b. al-N (...)
  • 43 Lézine, 1971, p. 32, qui la qualifie de simple village. C’est encore plus vrai de Monastir, dont l (...)

10De même, Tunis est fondée légèrement en arrière du cordon littoral, et est séparée de la mer par un lac dont l’entrée est facile à défendre. Afin d’assurer la sécurité des implantations de l’intérieur, du moins dans la partie orientale du Maghreb, la plus investie, les nouveaux maîtres du pays maintiennent tout de même une présence militaire minimale dans les ports comme Sousse ou Tabarka, et surtout Tunis. Cette ville contrôle le nord du territoire et accueille une garnison importante, utilisée à plusieurs reprises par des compétiteurs du pouvoir de Kairouan41. Les nécessités de défense maritime, notamment face à la Sicile byzantine proche, poussent à la fondation précoce d’un arsenal, et un port est construit en même temps que le creusement d’un canal reliant la mer au lac de Tunis, afin de renforcer les capacités navales de la région42. Depuis Sousse des expéditions navales sont également lancées, même si la ville n’a pas encore l’importance qu’elle acquiert avec les Aghlabides au siècle suivant43.

  • 44 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 696 ; trad. de Mac (...)
  • 45 Ibn ʿAbd al-Ḥakam dit que Muḥammad Aws al-Anṣārī, qui conduisit l’expédition contre la Sicile en 7 (...)
  • 46 La date de la création de l’arsenal de Sousse est inconnue, mais elle remonte sans doute seulement (...)
  • 47 Sebag, 1960. Des raids avaient déjà été lancés à la fin du viie siècle, notamment contre la Sicile (...)
  • 48 Ageil, inédite, pp. 139-140 ; Fois, inédite, pp. 125-142. Un premier raid aurait pu être déjà lanc (...)
  • 49 Voir Ageil, inédite, pp. 147-150. Cette utilisation de la flotte ifrīqiyenne pour la conquête a ét (...)
  • 50 Ibn al-Aṯīr rapporte une dernière expédition en Sardaigne en 752-753, qui aboutit au paiement par (...)
  • 51 Ageil, inédite, p. 145, y voit une politique planifiée de Mūsā ibn Nuṣayr pour neutraliser les sec (...)

11La menace byzantine n’explique cependant pas tout, car si elle n’est pas totalement écartée comme le montre la situation en Méditerranée orientale, elle est fortement réduite, et aucune tentative de reconquête ou de razzia contre les côtes maghrébines n’est plus signalée après la fin du viie siècle. L’autre raison tient à la faiblesse à cette époque des ambitions d’expansion par mer au départ du Maghreb. Al-Bakrī, dans sa description de l’arsenal de Tunis, écrit certes que « depuis lors Tunis n’a jamais cessé […] d’envoyer des navires musulmans sur les côtes du pays des Rūm-s, afin d’y porter le ravage et la dévastation44 ». Mais il faut peut-être nuancer ce constat enthousiaste, qui du reste ne s’appuie sur aucune précision chronologique et pourrait bien faire référence à la situation de l’époque aghlabide. Il y eut effectivement la formation à Tunis45 et peut-être à Sousse46 d’une flotte de guerre, mais son action est assez circonscrite dans le temps. En outre, elle se limite longtemps à des opérations de razzias, sans qu’il y ait de véritable tentative de conquête. Paul Sebag a dressé la liste de ces razzias navales lancées au viiie siècle au départ du Maghreb contre les côtes chrétiennes47 : la première mention date de 706, contre la Sardaigne (qui est aussi attaquée en 709 par une flotte égyptienne), avec une occupation ponctuelle des ports d’Olbia, Tharros et Cagliari48, puis une vingtaine d’expéditions sont organisées dans la première moitié du viiie siècle contre les îles de Méditerranée occidentale, principalement la Sardaigne et la Sicile proches, et de manière plus marginale contre les Baléares (une seule razzia, en 707). La flotte a sans doute servi également pour la conquête de l’Espagne, ou au moins pour l’acheminement de renforts depuis les ports tunisiens49. À partir du milieu du viiie siècle cependant, et jusqu’à l’avènement des Aghlabides, les textes ne mentionnent plus d’entreprises maritimes50, sans doute en raison de la crise politique que traversent la région et le monde musulman en général. Le bilan est en somme assez maigre et montre que l’affaiblissement byzantin dans la région n’a pas entraîné, dans un premier temps au moins, une véritable politique navale de conquête en Méditerranée occidentale. Ces expéditions ont néanmoins pu contribuer à désorganiser le potentiel naval byzantin et, par là même, favoriser l’affermissement de la domination musulmane au Maghreb, en empêchant des secours éventuels d’arriver51.

12Enfin une dernière explication peut être avancée, concernant cette fois le Maghreb central et liée aux limites de la conquête par les armées musulmanes. Une large partie de la région est laissée aux tribus berbères, qui avaient montré leur capacité de résistance, et seul le sud de l’Algérie actuelle est véritablement tenu par les gouverneurs musulmans, principalement dans la région du Zāb, qui a dès les débuts de la conquête constitué un axe stratégique pour les armées musulmanes et un glacis protecteur pour le cœur de la province et Kairouan. L’heure n’est pas encore à la maîtrise des montagnes difficiles, notamment en Kabylie, et de leurs débouchés maritimes. Seuls les ports du Détroit, en raison de leur valeur stratégique pour le passage en péninsule Ibérique, font l’objet de l’attention des conquérants. La fondation d’États indépendants après la crise du milieu du viiie siècle ne change pas fondamentalement la situation, du moins dans un premier temps. Si elle permet sans doute une plus grande islamisation des Berbères, et donc à terme une expansion de l’Islam à des régions et des populations peu touchées par la première conquête arabe, elle se fait souvent en grande partie en s’appuyant sur les territoires de tribus pour lesquelles la mer ne semble pas avoir joué un rôle particulier.

III. — Les raisons économiques et le ralentissement du commerce maritime

13À ces raisons d’ordre politique et stratégique s’ajoutent des explications plus économiques, qui permettent de comprendre la faible animation des ports dans le premier siècle suivant la conquête arabe. L’analyse doit se placer à la fois du point de vue maghrébin et dans le cadre des relations commerciales en Méditerranée, en tentant de voir d’abord la situation au moment de l’arrivée des musulmans, puis l’évolution dans les premiers temps de leur domination.

  • 52 Valérian, 2014a, pp. 128-132.
  • 53 Diehl, 1896, pp. 399-406.
  • 54 Belkhodja, 1970, pp. 59-61. Chris Wickham conclut plutôt à une baisse de la production liée à une (...)
  • 55 Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, éd. et trad. de Gateau, pp. 42-4 (...)
  • 56 Talbi, 1959, p. 300.
  • 57 Celles causées par les conquérants, mais aussi par la résistance des habitants du Maghreb — notamm (...)
  • 58 C’est ce que Djaït, 2008, p. 82, appelle la « paix arabe », qui fut cependant de courte durée, car (...)
  • 59 Id., 1967, p. 69.
  • 60 Frend, 1955, p. 63.
  • 61 Ce qui ne milite pas forcément en faveur de l’image d’une région très prospère par ses productions
  • 62 Sur cette question, voir Talbi, 1982, pp. 32-34, 48-50 ; Djaït, 1968, p. 85.

14L’histoire économique du Maghreb pour ces périodes hautes est particulièrement obscure, et est réduite le plus souvent à des hypothèses fragiles52. L’état de prospérité de la région à l’arrivée des armées musulmanes a été en particulier beaucoup discuté. Charles Diehl, à partir principalement des sources byzantines, considère que la crise de l’économie au vie-viie siècle a souvent été exagérée. Il note la persistance des cultures, avec peut-être une orientation plus marquée vers les activités d’élevage53. De même, Khaled Belkhodja note que le fait qu’au début du viie siècle l’exarque Héraclius ait pu à partir de sa province mobiliser une armée pour s’emparer du pouvoir à Constantinople montre au moins une certaine prospérité, et que les ressources en huile et surtout en blé de l’Afrique étaient encore indispensables à l’approvisionnement de la capitale de l’empire54. Les sources arabes, d’interprétation il est vrai difficile, vont plutôt dans le même sens : les récits de la conquête rapportent l’émerveillement des arrivants devant la prospérité du Sahel tunisien, et notamment des plantations d’oliviers55, et des hadiths chantent la richesse du pays, avec peut-être une part d’exagération propre à inciter les musulmans d’Orient à participer aux combats56. On peut raisonnablement admettre que la conquête, longue et difficile, par les destructions57 et la désorganisation de l’activité économique qu’elle a dû entraîner, a eu des conséquences négatives sur l’économie. La question reste de savoir quelles en furent l’ampleur et l’étendue, dans le temps mais aussi dans l’espace. Sans doute les effets déstructurants pour l’économie furent-ils au Maghreb plus prononcés qu’en Orient où la conquête fut rapide, du moins dans les régions touchées par les guerres, c’est-à-dire principalement à l’est et dans le sud. Mais une fois les grands mouvements de résistance réprimés, à partir du début du viiie siècle, le calme semble revenir58. Les conséquences immédiates du changement de domination sont tout aussi difficiles à évaluer. Sans doute y a-t-il eu, du moins là où s’installent les conquérants, des distributions de terres — c’est le cas notamment dans la région de la Medjerda59, mais ses effets sur l’économie sont inconnus. Faut-il penser, avec William Frend60, que l’arrivée des armées de la conquête a provoqué un essor significatif du nomadisme ? Ce n’est pas totalement exclu, mais il est impossible de savoir dans quelle mesure cela affecta les structures de l’économie, et notamment le rapport entre cultures et élevage. Tout ce que l’on sait finalement, parce que cela eut des répercussions politiques, est que le Maghreb apparut très vite aux yeux des califes comme un réservoir de richesses, mais surtout en hommes61, et que la pression fiscale y fut très forte, avec des transferts de produits et d’esclaves vers l’Orient. Au milieu du viiie siècle cependant, les révoltes berbères et la progression de l’islamisation obligent à revenir à une politique fiscale moins violente, et les livraisons d’esclaves berbères cessent62.

  • 63 C’est l’avis par exemple de Durliat, 1998, pp. 65-66. Voir également Wickham, 2005, pp. 712-713.
  • 64 Voir, parmi les innombrables travaux suscités par la thèse d’Henri Pirenne, la préface de la nouve (...)
  • 65 Il expose cette thèse dans un article (Lombard, 1948), puis dans divers travaux centrés sur certai (...)
  • 66 Picard, 2005b, p. xx ; Février, 1983, p. 42 ; Fulford, 1980, pp. 71 et 75, qui part du témoignage (...)
  • 67 Picard, 2005b, pp. xix, xxiv, xxxv. Voir aussi Guichard, 1995b, pp. 76-78. M. G. Fulford ajoute l’ (...)
  • 68 Durliat, 1998, pp. 65-66 ; Panella, 1989, p. 139. Des échanges semblent avoir continué, mais à une (...)
  • 69 Panella, 1989, p. 139 : 70 à 75 % des amphores retrouvées à Carthage pour la fin du vie et le viie(...)
  • 70 Arthur, 1985, qui note cependant une diminution des importations africaines au profit des producti (...)
  • 71 Citter, Paroli, Pellecuer, Péne, 1997, pp. 126 et 144. Les fouilles de la Crypta Balbi à Rome, qui (...)
  • 72 Clay, 1992, p. 351.
  • 73 Ibn al-Qutiyya fait du comte Julien un marchand qui achète des produits du Maroc pour le compte du (...)

15La question de la place du Maghreb dans les échanges maritimes en Méditerranée à la veille de la conquête est plus épineuse encore. La région ne semble pas avoir beaucoup participé à l’époque byzantine aux échanges internationaux ou interrégionaux63, et l’activité économique des ports est particulièrement mal connue, ce qui renvoie à la question largement discutée des échanges maritimes en Méditerranée. Le débat tourne principalement autour de la thèse de l’historien belge Henri Pirenne, exposée d’abord en 1922-1923 dans un article de la Revue belge de philologie et d’histoire, puis dans son ouvrage posthume Mahomet et Charlemagne, paru en 193664. Selon lui, l’unité méditerranéenne, maintenue au-delà des invasions barbares, aurait été définitivement brisée par la conquête arabe, qui aurait provoqué un ralentissement des échanges et un affaiblissement de l’économie dans l’Europe méridionale. Cette thèse fut vigoureusement critiquée par Maurice Lombard, qui proposait au contraire de faire du monde musulman, unifiant des espaces jusque-là divisés, le moteur de la reprise économique en Méditerranée et en Europe65. Le problème de l’approche de Maurice Lombard (outre des généralisations parfois un peu imprudentes qui lui furent souvent reprochées par Claude Cahen) est qu’il s’appuie principalement sur le tableau du monde musulman tel qu’il apparaît chez les géographes de la fin du ixe ou du xe siècle, et ne répond pas vraiment à la question des conséquences immédiates des conquêtes arabes. Plus décisives furent les recherches menées par les historiens et archéologues spécialistes de l’antiquité tardive qui se sont penchés sur le problème de la transition. Elles montrent un maintien des relations commerciales entre les ports du Maghreb et le reste de la Méditerranée, orientale comme occidentale, aux ve et vie siècles66. En revanche, la fin du vie siècle, marquée notamment par la diffusion de la peste dans le bassin méditerranéen, ouvre une période de crise à la fois démographique et économique, qui affecte les courants commerciaux en Méditerranée occidentale67. L’absence d’amphores orientales en Byzacène à la veille de la conquête arabe est en particulier l’indice de relations très limitées avec l’Orient et notamment Constantinople68. D’une manière générale, les témoignages archéologiques, notamment à travers les fouilles menées à Carthage, suggèrent un retour à l’autoconsommation et à une réduction drastique des importations, et même des échanges intérieurs69. Tout commerce n’a pas pour autant totalement disparu, et des céramiques africaines en provenance de Carthage se retrouvent encore par exemple à Rome surtout, à Naples70, en Toscane et dans le sud de la France71. L’huile africaine est toujours exportée, au début du viie siècle, vers Rome, Ravenne, Naples, mais aussi Marseille et le sud de l’Espagne72. Mais l’espace d’échanges s’est réduit à la seule Méditerranée occidentale, à partir principalement de Proconsulaire et de Byzacène. Plus à l’ouest, de part et d’autre du détroit de Gibraltar, une navigation commerciale s’est peut-être maintenue, mais il est difficile d’en évaluer l’importance73.

16La mutation la plus visible après les conquêtes arabes est surtout la réorientation des réseaux de commerce provoquée par le changement de domination. Désormais le lien politique avec la rive septentrionale de la Méditerranée est rompu et la métropole n’est plus au-delà de la mer, comme l’étaient Rome ou Constantinople, mais à Damas, puis Bagdad, reliées toutes deux par des routes terrestres qui sont aussi celles de la conquête. Ce qui se met en place au viiie siècle, ce sont des réseaux principalement terrestres, à l’intérieur d’un espace islamique unifié et selon une direction est-ouest. L’axe majeur et stratégique est celui qui relie le Maghreb à l’Égypte et plus globalement à l’Orient, centre du califat. Il se prolonge vers l’ouest par la route des piémonts du Tell, reliant les sièges de kūra-s, puis les capitales des États kharidjites (Tahert, Siǧilmāsa, Tlemcen pendant un temps) et enfin le Maghreb extrême avec Fès, la capitale idrisside, et le Détroit tenu par Ceuta et Tanger. Au-delà, cet axe se poursuit en al-Andalus (carte 2). À partir de cette dorsale est-ouest, les routes méridiennes sont encore exceptionnelles, sauf à partir de Kairouan, vers Tunis et le nord. En définitive cette route n’est reliée à la Méditerranée qu’aux deux extrémités du Maghreb, dans les zones de détroit dont le contrôle est stratégique, à l’ouest pour permettre de rejoindre la péninsule Ibérique musulmane et à l’est face à la Sicile byzantine. Ailleurs, et singulièrement dans le Maghreb central, les sites portuaires ne sont pas encore connectés au réseau des routes terrestres.

  • 74 Ehrenkreutz, 1972, p. 97, à propos du décret fiscal promulgué entre 717 et 720 par le calife ʿUmar (...)
  • 75 McCormick, 2001, pp. 415-421. Il est rejoint sur ce point par Peregrine Horden et Nicholas Purcell (...)

17Faut-il déduire de cette orientation générale que le commerce maritime s’est interrompu au cours du viiie siècle le long des côtes méditerranéennes du Maghreb ? Contrairement à une idée persistante, les pouvoirs musulmans ont très tôt regardé favorablement le commerce maritime74. Mais dans quelle mesure s’est-il vraiment développé au Maghreb aux débuts de la présence musulmane ? Michael McCormick note, pour l’Europe du Haut Moyen Âge, un changement dans l’architecture navale, tournée davantage vers la construction de petits navires conçus pour naviguer et caboter au plus près des côtes et relâcher chaque soir dans un mouillage75. Mais on ignore tout d’une petite navigation de cabotage le long des côtes du Maghreb, qui n’a pas laissé de trace dans la documentation. Une navigation commerciale a de toute évidence existé, au moins pour le passage du détroit de Gibraltar, qui ne pouvait se faire que par mer. Mais le faible développement à cette époque des ports andalous incite à penser que le commerce se faisait ensuite plutôt par voies terrestres, et que la partie maritime du trajet se limitait au passage du Détroit. En direction de l’est et de l’Égypte, les témoignages manquent également d’un commerce maritime pour cette époque, et les relations se firent plus vraisemblablement par les voies caravanières à travers la Tripolitaine, au départ de Kairouan.

  • 76 Le Liber pontificalis, éd. par Duchesne, 1981, t. I, p. 433.
  • 77 « Pirenne obviously saw an important fact, but picked the wrong villain. It was not the Arabs but (...)
  • 78 Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 89 ; (...)
  • 79 C’est le cas également en Orient (Ashtor, 1970, pp. 170-171).
  • 80 Le fait que Ḥassān b. al-Nuʿmān ait été obligé de faire venir des coptes pour travailler à l’arsen (...)
  • 81 C’est ce qu’affirme Georges Marçais : « [les Berbères de la côte] apparaissent comme de purs terri (...)

18Les relations avec l’Europe chrétienne, enfin, semblent être des plus réduites au viiie siècle. Les textes arabes n’en parlent pas, mais cela n’a rien de surprenant — ils ne le font pas plus lorsqu’à partir du xiie siècle ce commerce est florissant. Quelques indices suggèrent cependant que tout contact n’était pas rompu : sous le pontificat de Zacharias (741-752) des marchands vénitiens achètent des esclaves à Rome pour les vendre en Afrique, provoquant la condamnation de leur trafic par le pape76. Mais le commerce des esclaves, motivé par les gains particulièrement importants qu’il génère, n’implique pas qu’il y avait un commerce régulier d’autres produits. Il est vrai que, au-delà du conflit qui opposait les musulmans aux chrétiens en Méditerranée, l’état déprimé de l’économie du sud de l’Europe rendait les marchés européens peu utiles au regard des relations avec l’Orient. Se posait en outre la question de l’insécurité sur mer. Celle-ci n’a jamais été un obstacle absolu à la navigation, mais elle a pu la freiner. Archibald Lewis considère en particulier que les Byzantins ont réussi à fermer la navigation aux bateaux musulmans sur les routes qu’ils contrôlaient, c’est-à-dire dans le nord de la Méditerranée77. À partir du milieu du viiie siècle en particulier, le rapport des forces semble bien s’inverser au détriment des musulmans, en Méditerranée orientale, mais aussi dans le bassin occidental, en raison à la fois du renforcement de la puissance navale byzantine et de la crise que connaît le monde musulman à cette époque. Les expéditions navales au départ des ports d’Ifrīqiya s’interrompent et la côte maghrébine commence à faire l’objet, à la fin du siècle, d’une politique de fortifications qui montre le sentiment d’une menace venant de la mer. C’est de cette époque que datent les premiers ribāṭ-s, à Sousse ou Monastir, mais aussi la muraille maritime de Tripoli78. Enfin se pose la question des acteurs du commerce maritime. À l’époque byzantine une partie de ce commerce se faisait par l’intermédiaire de l’annone, structure d’État qui bien sûr disparaît — à supposer qu’elle fût encore active au moment de la conquête. Par ailleurs la prise des ports par les armées musulmanes provoqua la fuite d’une partie au moins des Grecs, actifs dans le commerce maritime et dont les intérêts étaient étroitement liés à Byzance79, et il n’est pas sûr qu’ils aient trouvé rapidement des remplaçants80. Cela ne signifie pas nécessairement que les populations restées au Maghreb, et notamment les Berbères, n’avaient aucune expérience de la mer et du commerce81. D’éventuelles traditions maritimes autochtones n’ont pas laissé de traces, et il est aventureux d’affirmer qu’elles n’existaient pas.

19Au lendemain des conquêtes arabes et jusqu’à la fin du viiie siècle la domination musulmane est donc très loin de couvrir de manière égale et homogène l’ensemble du territoire maghrébin : si la partie orientale, la plus facilement reliée aux centres du califat, connaît rapidement une organisation assez serrée et efficace, à l’ouest de la Tunisie actuelle c’est principalement l’axe des conquêtes, le long des piémonts de l’Atlas Tellien, qui est véritablement contrôlé et passe à partir du milieu du viiie siècle sous influence kharidjite, alors qu’au Maroc le pouvoir des Idrisides, malgré la fondation de Fès, ne semble pas parvenir à construire une domination articulée du territoire. Cette nouvelle géographie politique tourne largement le dos à la mer, et les littoraux ne sont véritablement intégrés qu’en Ifrīqiya orientale et autour du détroit de Gibraltar, essentiel aux relations avec al-Andalus.

20Dans cette configuration, l’activité commerciale est donc surtout terrestre, selon des axes principalement est-ouest, et la mer reste provisoirement au second plan. Les ports qui se développent sont liés avant tout à des considérations stratégiques, aux besoins de défense et dans une moindre mesure pour appuyer la politique de razzias contre les côtes chrétiennes. Ce qui compte, ce sont les relations politiques et commerciales avec l’Orient et al-Andalus, qui se font largement par voie terrestre (à l’exception du passage du détroit de Gibraltar), et l’investissement des nouveaux maîtres du Maghreb dans les ports reste limité jusqu’à la fin du viiie siècle.

Notes

1 « La mer de Syrie, me dit-on, est plus longue et large que le désert, et menace le Seigneur lui-même nuit et jour, cherchant à l’engloutir… Comment pourrais-je risquer mon peuple sur ces profondeurs maudites ? […] Je ne laisserai jamais un seul musulman s’aventurer sur elle. Par Dieu, la sécurité de mon peuple m’est plus chère que tous les trésors de la Grèce. » Ṭabarī, cité dans Planhol, 2000, p. 24, qui fait de cette phrase un texte fondateur de la politique — ou plutôt de l’absence de politique — maritime des musulmans. Christophe Picard a récemment remis cette phrase dans le contexte de la politique du calife ʿUmar (Picard, 2010a).

2 C’est le cas en particulier dans les textes du xe siècle, alors que c’est à ce moment que commence précisément un commerce d’un peu plus grande ampleur avec le monde chrétien (Picard, 2015, pp. 31-34, 110-116).

3 Fahmy, 1966 ; Picard, 2005b, pp. xxv-xxvi. Voir pour la Syrie omeyyade Borrut, 1999-2000 et 2001.

4 L’Ifrīqiya chez les auteurs arabes reçoit une définition diverse. Si à l’est elle va, comme le Maghreb, jusqu’à la Tripolitaine, son extension occidentale varie. Mais elle correspond toujours à l’aire de domination politique des dynasties installées à Kairouan, puis Mahdia et Tunis, qui a pu s’étendre jusqu’à la région entre Bougie et Alger (Valérian, 2003, p. 4). L’Ifrīqiya orientale désignera ici l’actuelle Tunisie et la Tripolitaine.

5 L’Atlas tellien va de Tanger à Bizerte, au nord de l’Atlas saharien et « se décompose en une chaîne côtière continue sauf au centre, entre le Rif et la Grande Kabylie, où il se résout en plateaux échancrés de baies, et en une chaîne intérieure comprenant le Djebel Tessala, le massif de l’Ouarsenis, les monts des Bibans » (Isnard, 1978, p. 7). Il constitue dès l’époque de la conquête un axe structurant de l’occupation musulmane du Maghreb.

6 Belkhodja, 1970, p. 57.

7 Leone, 2007, pp. 185-188, 195-197.

8 Diehl, 1896, p. 268. À l’époque byzantine un cimetière s’installe à l’emplacement de l’ancien quartier portuaire d’Hadrumète, ce qui peut être le signe d’un ralentissement important de l’activité portuaire (Rougé, 1978, p. 99).

9 Diehl, 1896, pp. 288, 296 ; Salama, 1951, p. 100 ; Pringle, 1981, passim.

10 Dans la plupart des chroniques arabes, c’est Ceuta qui a la prééminence sur Tanger, mais ces textes tardifs ne rendent peut-être pas compte de la véritable hiérarchie entre les deux villes au moment de la conquête musulmane (voir Ferhat, 1993, pp. 36-49).

11 Joaquín Vallve a contesté l’identification de certains toponymes dans les récits de la conquête avec des villes de l’Occident musulman, suggérant de les placer en Égypte (Vallve, 1970, pp. 21-30). Mais on n’est pas obligé de suivre son approche hypercritique des textes. En outre, ses hypothèses ne font que repousser de quelques années le moment de la conquête du Maghreb, sans vraiment remettre en cause les itinéraires des armées.

12 Sur la conquête de la Tripolitaine, voir Thiry, 1995, pp. 22-23 ; Sjöström, 1993, pp. 42-44.

13 Elle est conquise sans doute à l’époque de Muʿāwiya b. al-Ḥudayǧ ou de ʿUqba (Talbi, 1978a, p. 351).

14 Pringle, 1981, p. 47.

15 Al-Mālikī, Riyāḍ al-nufūs, vol. 1, p. 30 ; trad. d’Idris, 1969, p. 135 ; al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 721 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 122.

16 Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, t. IV, p. 135 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 29 — qui parle de deux villes, Ṣaṭfūra (nom qui désigne en général la région entière) et Bizerte. Sur la conquête de la ville, Hbaieb, inédite, pp. 470-475.

17 Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, t. IV, p. 135 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 29.

18 Léon l’Africain affirme qu’elle fut conquise une première fois sous le califat de ʿUṯmān, mais il est le seul à donner cette information (Léon l’Africain, Descripción general del África, trad. de Fanjul, p. 234). La date de sa prise par les armées musulmanes est inconnue, et rien n’indique qu’elle se situe dans la foulée des expéditions de Ḥassān b. al-Nuʿmān.

19 Brunschvig, 1975, p. 161. Ahmed Siraj considère au contraire comme plausible l’arrivée de ʿUqba jusqu’à Tanger (Siraj, 1995, pp. 384-388).

20 Forstner, 1979, pp. 42-45.

21 Sur l’importance des considérations stratégiques dans les choix des premières villes-camps fondées par les musulmans, voir Denoix, 2008, pp. 117-118.

22 Jusqu’en 705 le Maghreb relève du gouverneur d’Égypte, et par la suite les liens politiques restent étroits entre les deux provinces (Djaït, 1967, pp. 80-84).

23 Voir ci-dessous le texte d’al-Mālikī sur la fondation de Kairouan.

24 Despois, 1930, p. 163.

25 Sur cette organisation, voir principalement Djaït, 1967-1968.

26 Plus à l’est, Barqa est fortifiée dès l’époque de Ḥassān b. al-Nuʿmān (Djaït, 2008, p. 38).

27 Id., 1968, pp. 97-98. Le rôle de Bizerte à cette époque, dans la région de Ṣaṭfūra, n’est pas clair.

28 Un poids de verre a été retrouvé, daté de 127/745 avec le nom d’un wālī de Mīla (Marçais, Lévi-Provençal, 1937).

29 Djaït, 1968, p. 98.

30 Despois, 1942, pp. 197-199. C’est ce que Émile-Félix Gautier nomme la « chaîne du limes », car suivie par le limes romain, qui coupe l’Algérie en écharpe de Biskra à Tlemcen, en longeant le rebord du horst Algérien au nord des chotts, et qu’il qualifie d’« axe historique de l’Algérie » (Gautier, 1930, p. 21).

31 Ceuta reste cependant dans l’ombre de Tanger jusqu’au ixe siècle (Ferhat, 1993, p. 47).

32 Rosenberger, 1998a, p. 231 ; Siraj, 1992, p. 221.

33 El-Ghali, 2003, pp. 97-102 ; Talbi, 1982, p. 58. Mais le choix du site de Tlemcen semble tenir davantage à sa position par rapport au territoire de la tribu qu’à sa proximité relative avec la mer — il est vrai que cet émirat éphémère est bien mal connu. Il correspond aussi à un point d’appui ancien de la domination musulmane, puisque cinq fulūs y sont frappés à l’époque omeyyade, sans doute à l’époque de Ḥassān b. al-Nuʿmān (Jonson, 2013, pp. 220, 233-234).

34 Lewicki, 1962, p. 514.

35 Love, 2010.

36 Talbi, 1973.

37 Lévi-Provençal, 1938.

38 Chapoutot-Remadi, 1980, pp. 10 et 12.

39 En 690 également une flotte grecque arrive à Barqa (Djaït, 2008, p. 35 ; Lewis, 1951, p. 61).

40 Al-Mālikī, Riyāḍ al-nufūs, vol. 1, pp. 10-11 ; trad. d’Idris, 1969, p. 122.

41 Djaït, 1967, p. 117 ; Djaït, 2008, pp. 92-93.

42 Sur les travaux de creusement du canal et de construction d’un port, sans doute par Ḥassān b. al-Nuʿmān, voir Sebag, 1970. Al-Bakrī comme al-Raqīq parlent d’une fondation de l’arsenal par le gouverneur ʿUbayd Allāh b. al-Ḥabḥāb en 734 — mais al-Bakrī ajoute que selon lui il s’agit peut-être en réalité d’une restauration d’un édifice plus ancien, et écrit du reste plus loin que le calife ʿAbd al-Malik avait ordonné à Ḥassān b. al-Nuʿmān la construction de l’arsenal et envoyé à cet effet mille coptes. Al-Raqīq, Taʾrīḫ Ifrīqiya wa l-Maġrib, p. 133 ; al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, pp. 693 et 685-696 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, pp. 80 et 84-85.

43 Lézine, 1971, p. 32, qui la qualifie de simple village. C’est encore plus vrai de Monastir, dont le ribāṭ daterait de 796, et dépend de Sousse (ibid., pp. 35 et 37).

44 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 696 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 85.

45 Ibn ʿAbd al-Ḥakam dit que Muḥammad Aws al-Anṣārī, qui conduisit l’expédition contre la Sicile en 720, commandait à Tunis les expéditions maritimes (Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, éd. et trad. de Gateau, pp. 110-111).

46 La date de la création de l’arsenal de Sousse est inconnue, mais elle remonte sans doute seulement aux débuts de la période aghlabide (Picard, 2004a, p. 694).

47 Sebag, 1960. Des raids avaient déjà été lancés à la fin du viie siècle, notamment contre la Sicile, en 652, 665-666, 669, 672-676. Mais c’est surtout après la prise de Carthage qu’ils deviennent réguliers (Talbi, 1966, p. 385).

48 Ageil, inédite, pp. 139-140 ; Fois, inédite, pp. 125-142. Un premier raid aurait pu être déjà lancé vers 662-663 contre la Sardaigne d’après l’Apocalypse du Pseudo-Méthode, texte de la fin du viie siècle (Kaegi, 2000 et 2001). Cette hypothèse est réfutée par Piero Fois (Fois, inédite, pp. 132-133).

49 Voir Ageil, inédite, pp. 147-150. Cette utilisation de la flotte ifrīqiyenne pour la conquête a été contestée récemment dans un article qui penche pour la construction par Mūsā ibn Nuṣayr de bateaux sur les côtes du Maghreb occidental (Montenegro, Del Castillo, 2012, pp. 755-769). Mais Jorge Lirola Delgado fait remarquer justement que pendant les premières années de la conquête de la péninsule Ibérique les attaques contre les îles cessent, sans doute parce que la flotte est mobilisée à l’ouest (Lirola Delgado, 1995, p. 27). Pour le premier passage les bateaux prêtés par le comte Julien ont pu suffire, mais par la suite la conquête du pays nécessitait de transporter des troupes nombreuses et donc des flottes importantes. En revanche, les sources ne signalent pas l’utilisation de la flotte pour attaquer les côtes ibériques : elle sert uniquement au franchissement du Détroit et au transport des troupes. Cette participation de la flotte ifrīqiyenne ne dépasse cependant pas l’année 100/718-719, date de l’intervention de l’amiral omeyyade ʿAyyāš b. Šarāḥil al-Ḥimyarī qui commande cette flotte en al-Andalus (Guichard, 1983, p. 58).

50 Ibn al-Aṯīr rapporte une dernière expédition en Sardaigne en 752-753, qui aboutit au paiement par les Sardes d’un tribut (ǧiziya) mais ajoute qu’après cette date les expéditions cessèrent (Ibn al-Aṯīr, Kitāb al-kāmil fī l-taʾrīḫ, t. IV, p. 272 ; trad. de Fagnan, 1901, p. 52).

51 Ageil, inédite, p. 145, y voit une politique planifiée de Mūsā ibn Nuṣayr pour neutraliser les secours byzantins.

52 Valérian, 2014a, pp. 128-132.

53 Diehl, 1896, pp. 399-406.

54 Belkhodja, 1970, pp. 59-61. Chris Wickham conclut plutôt à une baisse de la production liée à une diminution de la demande extérieure dont la région était très dépendante et, sans doute aussi, intérieure. Mais il soutient aussi l’idée du maintien de structures de production, agricoles et artisanales, sur une échelle moindre mais qui permit le redémarrage de l’économie dont témoignent les géographes arabes au xe siècle (Wickham, 2005, pp. 725-728).

55 Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, éd. et trad. de Gateau, pp. 42-45.

56 Talbi, 1959, p. 300.

57 Celles causées par les conquérants, mais aussi par la résistance des habitants du Maghreb — notamment la politique de la terre brûlée qu’aurait suivie la Kahina, même si bien des aspects de cette épopée sont à prendre avec précautions.

58 C’est ce que Djaït, 2008, p. 82, appelle la « paix arabe », qui fut cependant de courte durée, car dès les années 740 les révoltes kharidjites y mettent fin.

59 Id., 1967, p. 69.

60 Frend, 1955, p. 63.

61 Ce qui ne milite pas forcément en faveur de l’image d’une région très prospère par ses productions.

62 Sur cette question, voir Talbi, 1982, pp. 32-34, 48-50 ; Djaït, 1968, p. 85.

63 C’est l’avis par exemple de Durliat, 1998, pp. 65-66. Voir également Wickham, 2005, pp. 712-713.

64 Voir, parmi les innombrables travaux suscités par la thèse d’Henri Pirenne, la préface de la nouvelle édition par Christophe Picard qui en dresse le bilan (Picard, 2005b).

65 Il expose cette thèse dans un article (Lombard, 1948), puis dans divers travaux centrés sur certains produits particuliers, et enfin dans la synthèse publiée après sa mort par ses élèves (Lombard, 1971).

66 Picard, 2005b, p. xx ; Février, 1983, p. 42 ; Fulford, 1980, pp. 71 et 75, qui part du témoignage des céramiques de Carthage.

67 Picard, 2005b, pp. xix, xxiv, xxxv. Voir aussi Guichard, 1995b, pp. 76-78. M. G. Fulford ajoute l’hypothèse que le retour d’une forte taxation au profit de Byzance, et des dépenses nouvelles pour la construction de fortifications et d’églises, ont pu conduire à un ralentissement du commerce (Fulford, 1980, p. 75).

68 Durliat, 1998, pp. 65-66 ; Panella, 1989, p. 139. Des échanges semblent avoir continué, mais à une échelle réduite, par l’intermédiaire des juifs, dans la première moitié du viie siècle, entre Byzance et l’Afrique. Laiou, 2002, p. 703 ; Loseby, 2005, pp. 607-608, qui reconnaît que les faibles indices disponibles, souvent dans les hagiographies, ne permettent pas de conclure à un important mouvement commercial.

69 Panella, 1989, p. 139 : 70 à 75 % des amphores retrouvées à Carthage pour la fin du vie et le viie siècle sont des productions africaines (Wickham, 2005, pp. 720-721).

70 Arthur, 1985, qui note cependant une diminution des importations africaines au profit des productions orientales entre la fin du vie et le début du viie siècle (ibid., pp. 255-256).

71 Citter, Paroli, Pellecuer, Péne, 1997, pp. 126 et 144. Les fouilles de la Crypta Balbi à Rome, qui offrent une stratigraphie sûre, montrent que les importations africaines étaient encore importantes à la fin du viie siècle et ne disparaissent que vers 720. Loseby, 2005, pp. 634-635 ; Saguì, Ricci, Romei, 1997.

72 Clay, 1992, p. 351.

73 Ibn al-Qutiyya fait du comte Julien un marchand qui achète des produits du Maroc pour le compte du roi Rodrigue (Siraj, 1998, pp. 1357-1364). Mais il s’agit là d’une histoire largement légendaire.

74 Ehrenkreutz, 1972, p. 97, à propos du décret fiscal promulgué entre 717 et 720 par le calife ʿUmar II ; Picard, 2004b, pp. 123-142.

75 McCormick, 2001, pp. 415-421. Il est rejoint sur ce point par Peregrine Horden et Nicholas Purcell à travers leur modèle de la micro-écologie (Horden, Purcell, 2000, notamment pp. 158-159).

76 Le Liber pontificalis, éd. par Duchesne, 1981, t. I, p. 433.

77 « Pirenne obviously saw an important fact, but picked the wrong villain. It was not the Arabs but Byzantium who destroyed the ancient unity of the Mediterranean. » (Lewis, 1951, p. 97).

78 Ibn ʿIḏārī al-Marrākušī, Kitāb al-Bayān al-muġrib, éd. par Colin et Lévi-Provençal, 1948, p. 89 ; trad. de Fagnan, 1901-1904, vol. 1, p. 107.

79 C’est le cas également en Orient (Ashtor, 1970, pp. 170-171).

80 Le fait que Ḥassān b. al-Nuʿmān ait été obligé de faire venir des coptes pour travailler à l’arsenal de Tunis pourrait suggérer qu’il manquait de personnel compétent. C’est en particulier l’avis de Mukhtar Abugaila Ageil, qui considère les Berbères comme ignorants des techniques de constructions navales (Ageil, inédite, pp. 95 et 98). Mais cette incompétence reste à prouver et ce choix peut aussi être interprété comme une volonté d’avoir recours, pour cette activité stratégique, à une main d’œuvre plus sûre que les populations locales qui venaient tout juste d’être soumises, et ce, d’autant plus que ces coptes étaient isolés dans un pays qui leur était étranger.

81 C’est ce qu’affirme Georges Marçais : « [les Berbères de la côte] apparaissent comme de purs terriens, des paysans laboureurs et surtout des planteurs d’arbres à fruit […] En tout cas ce ne sont pas des marins ». Et plus loin il évoque « l’atavisme ou les traditions qui font des autochtones de purs terriens, des agriculteurs ou pasteurs complètement étrangers aux choses de la mer » (Marçais, 1955, pp. 124 et 140).

Table des illustrations

Titre Carte 1. — Les ports byzantins à la veille de la conquête arabe
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Carte 2. — Conquêtes et première occupation du Maghreb
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search