Version classiqueVersion mobile

Ports et réseaux d’échanges dans le Maghreb médiéval

 | 
Dominique Valérian

Introduction

Texte intégral

I. — Centres et périphéries : le Maghreb en perspective

  • 1 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, pp. 25-26 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 16.

L’empire de l’islam, à l’époque où nous vivons, s’étend en longueur, à partir de Ferghana, traverse le Khorasan, le Djibal, l’Iraq, l’Arabie, jusqu’au littoral du Yémen, ce qui représente environ cinq mois de voyage ; sa largeur s’étend, en commençant au pays de Byzance, à travers la Syrie, la Haute Mésopotamie, l’Iraq, le Fars, le Kerman, jusqu’à la région de Mansura sur le littoral de la mer de Perse, ce qui fait environ quatre mois. J’ai négligé, dans la longueur du domaine de l’islam, de pousser jusqu’à la limite du Maghreb et de l’Espagne, parce que c’est comme une manche dans un vêtement1.

  • 2 Miquel, 1975, pp. 68-70, 528-530. De même les chroniques écrites en Orient ignorent le plus souven (...)
  • 3 Picard, 2015, p. 116.
  • 4 « La Berbérie ne paraît pas capable de progresser par ses propres moyens ; elle doit se mettre à l (...)
  • 5 Le poids des traditions historiographiques orientales (pour les arabophones) et françaises (pour l (...)

1Bien qu’ayant été le premier à donner une description détaillée du Maghreb, qu’il avait visité, le géographe oriental Ibn Ḥawqal exprime dans l’introduction de son Kitāb ṣūrat al-arḍ une certaine vision de cette région comme périphérie d’un Islam centré sur l’Orient, qui est celle de la géographie califale abbasside2 même s’il s’en démarque en partie3. Plus tard, l’historiographie coloniale a largement contribué à imposer l’image d’un Maghreb comme corps inerte ne pouvant que subir ou voir passer — pour le meilleur ou pour le pire — des influences extérieures qui viennent, selon les cas, d’Orient, d’al-Andalus ou de l’Europe chrétienne4. L’émergence des histoires nationales après les indépendances ne s’est pas toujours affranchie de cette vision, en dépit de ses déclarations d’intention5. Maurice Lombard encore définit l’espace maghrébin comme étant avant tout une zone intermédiaire, qui n’existe que par rapport à des pôles situés ailleurs :

  • 6 Lombard, 1971, p. 72.

L’« île du Maghreb » (Ǧazīrat al-Maghrib) possède une valeur de position de tout premier ordre entre l’Orient musulman et l’Espagne musulmane, mais aussi entre le Sahara-Soudan et la Méditerranée6.

  • 7 Al-Ḥimyarī, Kitāb al-rawḍ al-miʿṭār, p. 80, qui parle de l’époque où elle est capitale du territoi (...)
  • 8 Al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, éd. par Hâdj-Sadok, 1983, p. 116 ; trad. de Jaubert, revue par (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid., éd. p. 116 ; trad. p. 165.
  • 11 Valérian, 2006a, pp. 175-182.

2Si l’on se place maintenant à l’échelle du seul Maghreb on retrouve chez les géographes cette logique de description du territoire en termes de centres et de périphéries. Bougie est ainsi qualifiée tour à tour de qāʿida7, quṭb8, ʿayn9 ou simplement madīnat al-Maġrib al-awsaṭ10, autant de mots et d’expressions qui expriment une forme de centralité, ce que vient appuyer la description des itinéraires qui convergent vers le port11. Ce sont toujours les capitales politiques qui agissent comme pôles autour desquels gravitent les autres villes et les territoires qui les entourent, donnant l’image d’une organisation en étoile et en cercles concentriques qui rejette les autres cités dans une périphérie plus ou moins lointaine et intégrée.

3Cette « mise en ordre » de l’espace par les géographes arabes médiévaux a été largement admise par les historiens modernes. Qu’il s’agisse des spécialistes du Maghreb ou de ceux qui ont tenté de penser l’organisation de l’espace à une échelle plus large, cette logique centre/périphéries s’est imposée comme un modèle dominant. Que le centre ne parvienne plus à exercer son action sur ses marges lointaines et c’est le signe d’un déclin du pouvoir, qui ne peut mener qu’à une désorganisation de l’espace et à une crise plus globale de l’État comme de l’économie et de la société. Deux échelles d’analyse ont été privilégiées, qui correspondent à deux traditions historiographiques qui s’ignorent le plus souvent : d’une part celle de l’espace maghrébin, ou d’une partie de cet espace et, d’autre part, celle d’un espace plus large qui englobe le Maghreb et le met en relation avec des pôles d’impulsion situés ailleurs — en Orient ou en Europe.

  • 12 Voir Martinez-Gros, 2006, pp. 74-80.
  • 13 C’est notamment la perspective de Mohamed Kably, qui attache une importance particulière aux flux (...)

4La première tradition, développée par les spécialistes du Maghreb médiéval, a donné quelques grandes et belles thèses centrées sur les principales dynasties qui se sont succédé. Ces travaux offrent un cadre événementiel désormais assez sûr et ont tenté de mettre de l’ordre dans un récit que les chroniques rendent parfois quelque peu confus. Celles-ci centrent le plus souvent l’espace de leur narration sur les capitales dynastiques et n’évoquent les autres régions que comme des périphéries où le pouvoir tente, avec des succès divers, d’imposer son autorité. Lorsqu’il n’y parvient pas, ces régions cessent d’intéresser ces auteurs qui n’en parlent plus que pour évoquer les révoltes ou les tentatives de reprise en main. Les chroniqueurs expriment ainsi une certaine conception de l’ordre politique et de l’organisation de l’espace, qui n’est pas forcément très éloignée de celle des historiens modernes, que ce soit à l’époque coloniale ou après les indépendances, quand la recherche des racines de l’État-nation a poussé à accentuer encore un peu plus cette tendance. Les capitales sont alors l’acteur majeur, sinon unique, de l’organisation de l’espace, en compétition pour le contrôle du territoire avec des forces centrifuges. Celles-ci s’incarnent plus particulièrement dans les tribus qui sont vues le plus souvent comme sources d’affaiblissement, quand elles ne sont pas à l’origine de l’effondrement de l’État puis, à leur tour, de la création d’un nouveau pouvoir. Le schéma khaldounien, qui tente de mettre de l’ordre dans ce désordre apparent, a fortement contribué à cette image d’un passage de relai d’un centre à l’autre. Si la dimension spatiale et territoriale n’est pas centrale dans sa théorie, elle n’est jamais très éloignée, dans la mesure où la ville-capitale (fondée ou revitalisée) est une étape essentielle du processus de création de l’État12. Ce qui découle de ce modèle est que l’espace économique se déploie à partir des capitales, qui ordonnent et concentrent les flux, les souverains mettant en place une politique pensée depuis le centre et à son profit, notamment par la captation des taxes. La politique économique se résume alors en grande partie en une rivalité (militaire souvent) pour le contrôle des routes et des points d’articulation des échanges13.

  • 14 Voir en particulier Abu Lughod, 1989.
  • 15 Brown, 1997, pp. 4-16, dont on peut cependant contester la primauté accordée au seul Maghreb comme (...)

5Ce modèle se retrouve lorsque le Maghreb est replacé dans un contexte plus global. Ces réflexions ont été menées le plus souvent, et c’est un point important, par des spécialistes de l’Islam d’Orient (notamment de l’Égypte)14 ou des historiens de l’expansion européenne en Méditerranée. La thèse dominante, même si elle n’est pas toujours ouvertement explicitée, est celle d’un Maghreb qui, d’une périphérie de l’Orient, serait devenu vers le xie-xiie siècle une périphérie de l’Europe latine. À l’heure où de nouveaux courants historiographiques développés dans le monde anglo-saxon — post-colonial et area studies, world, global ou connected history — invitent à repenser les cadres et les perspectives d’analyse, cette vision n’est définitivement plus de mise. Mais, une fois ce postulat posé, comment articuler de manière satisfaisante la nécessaire prise en compte des caractères propres du Maghreb et son insertion incontestable dans des espaces plus larges ? Le choix et la définition de ces espaces ne sont pas sans arrière-plan idéologique, avec une forte dimension identitaire. Ils induisent aussi en grande partie les périodisations adoptées15.

  • 16 « L’Afrique du Nord est à peine une terre africaine. […] La Berbérie appartient à la Méditerranée (...)
  • 17 Le Maroc a créé à Rabat un Institut des études africaines, qui s’intéresse à l’histoire de l’Afriq (...)
  • 18 Devisse, 1990 ; Lewicki, 1990 ; Devisse, Labib, 1985.

6La dimension africaine du Maghreb, qui avait été largement rejetée par l’historiographie coloniale16, est sans doute celle qui a été le moins ouvertement revendiquée et travaillée17. Dans l’Histoire générale de l’Afrique, vaste projet lancé par l’UNESCO dans les années 1980, des chapitres sont bien consacrés aux États du Maghreb (ainsi qu’à l’Égypte), mais ils ne s’interrogent guère sur la dimension africaine de cette histoire, qui se limite aux contributions de Jean Devisse et Tadeusz Lewicki sur les routes de l’or18.

  • 19 C’est ce que s’est attaché à montrer Maurice Lombard dans ses travaux — même si l’unité économique (...)
  • 20 Picard, 2011.
  • 21 Miquel, 1992.
  • 22 Voir Abdallah Laroui qui se résigne à cette perspective, plus qu’il ne l’embrasse avec enthousiasm (...)
  • 23 Voir, à cet égard, la production historiographique dans les pays du Maghreb depuis les indépendanc (...)
  • 24 Voir Ghouirgate, à paraître.
  • 25 Le programme de recherche Orientalisation du Maghreb, lancé par la Casa de Velázquez (2011-2015) s (...)

7La question du lien avec les centres du califat en Orient a été posée dans le cadre de l’étude des dynasties maghrébines, parfois dans une perspective clairement nationaliste. La conquête musulmane avait fait entrer le Maghreb dans le Dār al-Islām et, si très vite une grande partie de la région échappe au contrôle politique des califes d’Orient, l’islamisation et l’arabisation progressives de la région l’intègrent dans un espace marqué par la domination de l’Islam qui, en dépit de ses divisions politiques et des schismes, conserve une profonde unité religieuse et culturelle, mais aussi d’une certaine manière économique19. C’est en tout cas cet espace que mettent en lumière presque exclusivement les sources arabes, très influencées par les modèles orientaux20, à l’intérieur des frontières qui le séparent du monde de l’infidélité et de la guerre, que ce soit au nord vers la Méditerranée et les terres chrétiennes, ou au sud vers les mondes noirs21. Dans cet ensemble, le Maghreb apparaît longtemps comme une périphérie par rapport à l’Orient et aux terres centrales du califat, que ce soit sur le plan politique, religieux, culturel ou économique22. Cela n’empêche pas l’émergence de constructions politiques de plus en plus autonomes, dont certaines ont été vues comme les prémices d’une histoire nationale (Idrisides, Rostémides, Aghlabides, puis les grandes dynasties berbères à partir du xie siècle)23. Cela n’exclut pas non plus la permanence de traditions locales autochtones et de particularismes, notamment linguistiques, que l’écran des sources arabes nous masque le plus souvent24. Mais d’une manière générale le rattachement à l’Orient, qui par bien des aspects est incontestable, n’est guère remis en cause25.

  • 26 Cette dimension géographique du raisonnement est particulièrement développée chez Fernand Braudel, (...)
  • 27 « À cet éternel enfant, toujours espiègle, on rappelle qu’il doit faire une fois pour toutes le bo (...)
  • 28 Cette vision a été largement corrigée par Picard, 2015.
  • 29 La perspective est particulièrement nette chez Louis de Mas Latrie, largement repris par la suite (...)
  • 30 Id., 2006b.
  • 31 Au point, pour Peregrine Horden et Nicholas Purcell, de dissuader les chercheurs de toute étude de (...)
  • 32 Il y fut enseignant entre 1924 et 1932, et joua un rôle important dans la rédaction de la Revue af (...)
  • 33 Il consacre un de ses premiers travaux à l’expansion espagnole au Maghreb, publié en 1928 dans la (...)
  • 34 Wallerstein, 1974.
  • 35 McNeill, 1963, qui fut un des premiers, avec Marshall G. S. Hodgson, à théoriser cette nécessaire (...)
  • 36 Cela n’est pas sans conséquence sur la place qu’y occupe le Maghreb, qui reste traditionnellement (...)
  • 37 Boucheron, 2013.
  • 38 Voir en particulier Histoire globale, histoires connectées, 2007. Il faut noter cependant la parut (...)
  • 39 Voir Benton, 1996, notamment pp. 262-270.
  • 40 Hodgson, 1974.
  • 41 Voir sa carte des systèmes-mondes : Abu Lughod, 1989, p. 34. Le même constat peut être fait à part (...)
  • 42 Cette thèse, largement répandue, est également celle adoptée par David Abulafia dans le chapitre d (...)

8Il en va tout autrement des relations entre le Maghreb et l’Europe latine, dans le contexte de l’expansion chrétienne à partir du xie siècle. La dimension méditerranéenne du Maghreb paraît a priori évidente en raison de sa large façade maritime qui s’étend sur plusieurs milliers de kilomètres du détroit de Gibraltar à la Cyrénaïque mais aussi, en partie du moins, de son climat26. Ce rattachement, dont les racines sont parfois identifiées à la construction de l’empire de Rome, ne va cependant pas de soi, et Abdallah Laroui le contestait vigoureusement dans les années 197027. Il faut reconnaître que bien souvent ce lien avec la Méditerranée se résume aux relations avec l’Europe chrétienne, oubliant cette longue période, entre le viiie et le xie siècle, où la mer est largement dominée par les musulmans28. De plus, il est analysé en général avant tout comme une des modalités de l’expansion chrétienne, et même parfois comme les prémices de la colonisation29. Très logiquement, cette vision fut donc remise en cause après les indépendances, avec des succès du reste très variables30. Au-delà des études classiques sur l’expansion européenne, plus ou moins liées à la perspective coloniale et dans le sillage des travaux de Louis de Mas Latrie, nombre d’études portent la marque du schéma braudélien d’économie-monde, pensé pour le contexte du xvie siècle mais qui influence durablement les recherches sur la Méditerranée31. La Méditerranée au temps de Philippe II et surtout la Civilisation matérielle montrent que les interactions entre régions économiques se font désormais à l’échelle du monde, mais avec un pôle moteur situé en Europe occidentale qui unifie en une économie-monde des systèmes jusque-là en grande partie étanches. Sa vision impériale, qui tient à son sujet autant qu’à sa formation intellectuelle, notamment dans l’Algérie des années 1920-193032, pousse Fernand Braudel à conserver au Maghreb sa place de périphérie d’une Méditerranée dominée par les chrétiens qui fut celle que lui concéda l’historiographie coloniale33. Prolongeant sa réflexion, le sociologue Immanuel Wallerstein théorise dans les années 1970 le concept de world-system et y voit les origines de l’échange inégal entre le Nord et le Sud dans le cadre d’une division internationale du travail, les périphéries étant marquées par une situation de dépendance économique vis-à-vis d’une Europe capitaliste, qui induit le déclin34. Cet héritage est clairement revendiqué par les tenants de la world history qui affirment cependant la nécessité de décentrer le regard de l’historien — s’inscrivant en ce sens dans le mouvement plus large des post-colonial studies et de la critique de l’orientalisme par Edward Saïd35. Longtemps dominées comme leur nom le suggère par les Anglo-Saxons, ou les chercheurs issus des pays de l’ancien empire britannique36, ces études gagnent progressivement la recherche française37, mais principalement pour l’époque moderne et contemporaine, avec le postulat implicite que la mondialisation ne commence qu’avec les grandes découvertes38. Au-delà des critiques adressées à la théorie de Wallerstein39, sa chronologie a été remise en cause par des chercheurs s’intéressant au monde musulman oriental et à l’océan Indien, qui ont montré que très tôt émergent des systèmes-mondes hors de la sphère d’influence européenne. Cela conduit également ces derniers à faire remonter à des périodes plus hautes les débuts de la formation d’une économie-monde, et à faire reculer le moment du décrochage de l’Islam par rapport à l’Occident. Marshall G. S. Hodgson en particulier a bien montré que les middle periods (qu’il place entre le milieu du xe et les premières années du xvie siècle, soit au moment où l’historiographie traditionnelle ne voit que déclin) sont marquées par une nouvelle expansion de l’Islam, notamment en direction de l’Asie et de l’Afrique noire, et par une intégration dans une économie-monde en grande partie centrée sur les terres médianes du monde musulman40. S’inscrivant dans cette tradition, Janet L. Abu-Lughod publie en 1989 un livre dont le titre exprime cette volonté de rupture par rapport à une vision européo-centrée : Before European Hegemony. The World System A.D. 1250-1350. Elle y démontre l’émergence d’une économie-monde dès le milieu du xiiie siècle et décrit la coexistence de plusieurs systèmes-mondes ou subsystems relativement homogènes par la langue, la religion ou l’appartenance politique, qu’elle analyse séparément : l’Europe, le Moyen Orient et l’Asie — eux-mêmes divisés en plusieurs ensembles connectés entre eux. Dans son schéma, l’Ifrīqiya est ainsi intégrée dans le « système » géno-vénitien, clairement aimanté vers la Méditerranée orientale, alors que le reste du Maghreb, ainsi que la péninsule Ibérique dans son ensemble et l’Afrique occidentale, ne sont connectés à rien et constituent un angle mort de cette économie-monde41. Au mieux, le Maghreb est présenté comme une zone de transit pour l’or ouest-africain, en somme comme un couloir d’accès à une autre périphérie, plus lointaine mais vitale à l’économie mondiale42. Le manteau d’Ibn Ḥawqal a perdu une de ses manches, et on ne saurait mieux exprimer cette vision du Maghreb comme une périphérie, très mal intégrée au reste du monde, à l’écart des grands « sous-systèmes ».

  • 43 Benton, 1996, p. 267.

9Cette approche en termes de centres et périphéries, que ce soit à l’échelle du Maghreb ou du monde, pose trois types de problèmes. Le premier, qui est le propre des modèles explicatifs trop absolus, est la difficulté à rendre compte de la complexité des contextes régionaux ou locaux, des dynamiques propres dans l’organisation des flux, en particulier lorsque l’on s’approche des périphéries le plus souvent moins bien documentées, ou lorsque ces flux n’entrent pas dans le schéma en étoile à partir du centre43. Le « modèle » braudellien implique ainsi un affaiblissement qui pourrait presque être qualifié de civilisation au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre :

  • 44 Braudel, 1979b, t. III, p. 28.

Toute économie-monde est un emboîtement, une juxtaposition de zones liées ensemble, mais à des niveaux différents. Sur le terrain, trois « aires », trois catégories au moins se dessinent : un centre étroit, des régions secondes assez développées, pour finir d’énormes marges extérieures44.

10Ces dernières sont définies ainsi :

  • 45 Ibid.

L’immense périphérie, avec ses peuplements peu denses, c’est au contraire l’archaïsme, le retard, l’exploitation facile par autrui45.

  • 46 Huntington, 1997. Cette approche en termes de civilisations, qui emprunte beaucoup à Fernand Braud (...)

11Elles sont implicitement condamnées à être conquises et exploitées par le centre ou à rester dans leur misère, et aucune part active ne leur est reconnue dans l’économie-monde ni dans le développement de la civilisation. Cette approche peut mener en outre assez rapidement à une vision du monde méditerranéen coupé en deux blocs opposés de manière irréductible et structurelle, telle que la propose la thèse du choc des civilisations, qui connaît depuis quelques années un regain certain et inquiétant, sur le plan tant politique que scientifique46. Le deuxième problème est qu’elle néglige le rôle des acteurs locaux et leur contribution aux échanges, les périphéries étant considérées implicitement comme passives face aux impulsions venues du centre. Il en résulte un tableau assez pessimiste dans lequel le Maghreb est marqué, à partir du xie siècle voire avant pour certaines régions, par un désordre structurel et un déclin durable, sauf pour quelques oasis de prospérités autour des capitales et de certains ports. Enfin, cette construction impose une périodisation, et donc une certaine compréhension de cette histoire, cherchant les moments d’inflexion qui sont autant de passages de relais d’un centre à un autre. Cela vaut à l’échelle de l’organisation de l’espace maghrébin entre capitales politiques (ce qui intéresse notamment l’historiographie nationaliste, mais aussi l’historiographie française de tradition jacobine), comme à l’échelle du monde où l’on voit se succéder des cycles de domination qui s’excluent, et qui dans tous les cas rejettent le Maghreb dans les périphéries d’un système, quand ce n’est pas purement et simplement dans un angle mort. Dans le schéma braudellien en effet il ne peut y avoir qu’un centre hégémonique :

  • 47 Braudel, 1979b, t. III, p. 17.

Une économie-monde possède toujours un pôle urbain, une ville au centre de la logistique des affaires : les informations, les marchandises, les capitaux, les crédits, les hommes, les ordres, les lettres marchandes y affluent et en repartent. De gros négociants y font la loi, riches souvent à l’excès47.

12Dans une vision que l’on pourrait presque qualifier de khaldounienne il ajoute :

  • 48 Ibid., p. 16. Voir également ibid., pp. 21-22 : « Car, au centre d’une économie-monde, il ne peut (...)

La multiplication des centres représente soit une forme de jeunesse, soit une forme de dégénérescence ou de mutation […] les villes à vocation internationale, les villes-mondes sont sans fin en compétition les unes avec les autres, et elles se remplacent48.

II. — Les réseaux : une clé d’analyse féconde

13L’historien du Maghreb est bien forcé — à regret parfois car il s’attache à son sujet — de reconnaître que sa région ne constitue pas au Moyen Âge un pôle majeur de l’histoire du monde. À aucune époque ses villes n’ont joué le rôle moteur et central des grandes cités maritimes italiennes, de Constantinople ou du Caire. Il ne peut pour autant se résoudre à nier son importance comme acteur de cette économie-monde en formation, ni à le voir comme une simple périphérie passive. Les efforts pour décentrer le regard de l’historien ont permis certes de redonner aux espaces extra-européens leur place dans l’histoire du monde, mais ont conduit bien souvent à simplement remplacer un centre par un autre. L’analyse en termes de réseaux permet à la fois de réintégrer le Maghreb dans les processus dynamiques d’organisation de l’espace-monde et de comprendre les logiques de structuration de son propre espace.

  • 49 Y compris à l’intérieur du monde de l’Islam (voir Nef, Tillier, 2011).

14En dépit de son intérêt évident, notamment pour l’étude des empires commerciaux et politiques, le modèle centre/périphérie et sa structure radiale peinent en effet à rendre compte d’un monde multipolaire49 et de ses évolutions complexes. Décentrer le regard ne suffit pas et bien souvent ne conduit qu’à déplacer le problème. Au lieu de dégager un centre hégémonique qui semble a priori structurer l’ensemble de l’espace, il faut plutôt partir d’une description pragmatique de la configuration des flux, en vue de mettre en évidence les pôles qui structurent cet espace, leurs hiérarchies et les relations qu’ils entretiennent entre eux, les complémentarités ou au contraire les concurrences, les interconnexions entre les différents ensembles économiques qui se dégagent. En somme il s’agit de partir non plus du centre pour construire un système, mais des situations dispersées et parfois contrastées pour voir comment fonctionne le système et ainsi l’expliquer. Dans cette perspective le fait que le Maghreb ne constitue pas un pôle majeur est d’une certaine manière plutôt un atout, et en fait un bon observatoire.

  • 50 En témoigne par exemple le thème choisi pour le 140e Congrès du CTHS, tenu à Reims en 2015, « Rése (...)
  • 51 Les travaux de World history se sont en particulier attachés à poser la question lancinante des ca (...)
  • 52 Horden, Purcell, 2000.
  • 53 Certains de ses articles furent réunis après sa mort dans un ouvrage auquel les éditeurs donnèrent (...)
  • 54 Voir le deuxième volume de la thèse de Denys Lombard (fils de Maurice), Lombard, 1990, dans lequel (...)
  • 55 Ces séminaires, organisés entre 2005 et 2008, ont débouchés sur deux publications : Coulon, Picard(...)

15L’approche réticulaire permet en effet de rendre compte de cette complexité. Inspirée des sciences dures et notamment de la biologie, popularisée par l’usage envahissant d’internet, elle s’est très progressivement imposée aux sciences humaines et à l’histoire50. La global history, qui s’attache à l’étude des interrelations entre différentes aires de civilisation — à la différence de la word history qui se place plutôt dans une perspective comparatiste51 —, y a largement contribué. Plus récemment, la connectivité a été au centre de l’ouvrage très débattu de Peregrine Horden et Nicholas Purcell — mais principalement pour analyser les liens entre les « micro-écologies »52. Un des premiers historiens de l’Islam à avoir mis cette question des réseaux au centre de sa réflexion est Maurice Lombard, qui consacra de nombreux articles et plusieurs livres aux échanges de certains produits fondamentaux (bois, métaux, textiles…) au sein du monde musulman entre le viiie et le xie siècle, en s’appuyant principalement sur les géographes arabes53. Sa dépendance vis-à-vis de ces sources, dont il n’interroge pas vraiment les conditions de production, et l’échelle qu’il adopte systématiquement (l’ensemble du Dār al-Islām) le menèrent cependant à des généralisations qui lui furent reprochées, notamment par Claude Cahen, et dont témoignent les cartes qui accompagnent ses écrits. L’intérêt qu’il porta aux flux de marchandises, aux pôles urbains et aux logiques d’organisation de l’espace économique, en dépit de ses approximations, a tout de même ouvert la voie à une étude renouvelée sur l’histoire économique des pays d’Islam. Depuis, la réflexion sur les réseaux s’est notablement développée, sous l’influence bien souvent des spécialistes d’histoire moderne, mieux dotés il est vrai en documents54. Plus récemment, ce concept a été au cœur de la réflexion des séminaires organisés par Damien Coulon, Christophe Picard et moi-même sur « Espaces et réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle » et qui ont montré la fécondité de cette approche pour l’histoire de la région au Moyen Âge55.

  • 56 Coulon, Valérian, 2007, p. 9.

16Je reprends ici la définition que nous avions alors donnée des réseaux, qui supposent la réunion de trois composantes principales56 :

  • un ensemble d’éléments distincts, le plus souvent nombreux, généralement constitués d’individus, mais aussi d’institutions, de points dans l’espace ;
  • des liens rassemblant ces éléments, qui peuvent être plus ou moins nombreux, plus ou moins enchevêtrés, simples ou réciproques ;
  • une organisation, voire une hiérarchie, structurant ces éléments et ces liens, en un véritable système dans les cas de réseaux les plus achevés.
  • 57 Lemercier, 2005, p. 100.

17Le premier intérêt de cette approche est de résoudre au moins en partie le problème des angles morts cachés par les analyses en termes de centres et périphéries. Cela est doublement important pour l’histoire du Maghreb : d’une part parce que cela permet de replacer la région dans l’espace des échanges à l’échelle de la Méditerranée, de l’Islam et au-delà, autrement dit de lui donner un rôle dans l’économie-monde, dans une relation qui ne soit pas uniquement bilatérale (avec l’Europe ou l’Orient) ; d’autre part cela redonne une existence à certaines régions du Maghreb, notamment dans les zones médianes, qui sont souvent laissées dans l’ombre car trop éloignées ou en rupture avec les sièges des pouvoirs centraux. L’analyse en termes de réseaux permet ainsi de prendre en considération ce qui est vu depuis le centre comme des périphéries en apparence délaissées et des pôles secondaires autonomes57. Cela n’exclut nullement les notions de centres et de périphéries, mais suppose une certaine autonomie de ces dernières et une capacité à agir sur les réseaux, en répondant aux besoins du centre, mais aussi et surtout en jouant des réseaux multiples au sein desquels elles s’insèrent, voire en constituant elles-mêmes, à d’autres échelles, des pôles d’impulsion.

  • 58 Cela permet en particulier d’évacuer toute catégorisation par « civilisations », terme lourdement (...)
  • 59 Malkin, Constantakopoulou, Panagopoulou, 2007, p. 4, qui, à partir des travaux sur les réseaux soc (...)

18Le deuxième intérêt est de pouvoir — quand les sources le permettent — travailler à plusieurs échelles, des plus locales aux plus globales, et de décrire des configurations qui rendent davantage compte de la complexité des relations au sein d’un même ensemble sans privilégier a priori un type d’espace58 ou de connexion. Une ville s’insère ainsi dans des espaces concentriques qui vont de sa proche banlieue agricole à des régions plus lointaines, développant des échanges de natures différentes selon l’éloignement par rapport au centre. Mais cette image des poupées gigognes est elle-même insuffisante pour rendre compte des réseaux de relations d’une ville, qui peut être à la fois un centre pour un espace donné, mais aussi avoir une position intermédiaire, voire périphérique dans un autre59. Elle s’insère donc aussi dans des espaces centrés sur d’autres pôles, lesquels s’emboîtent et s’articulent comme autant de sous-ensembles connectés entre eux. À l’échelle de l’économie-monde, le Maghreb est ainsi en relation directe avec des ports du pourtour méditerranéen, qui le connectent avec d’autres réseaux plus lointains à l’est ou au nord, animés le plus souvent par des acteurs différents. L’image qui se dessine alors peut donner une impression de confusion et de désordre, mais elle est la seule à même d’approcher une réalité complexe et de fournir les bases d’une explication d’ensemble. La hiérarchisation de ces flux par l’estimation de leur valeur relative permet cependant de mettre un peu d’ordre et de tracer les lignes directrices de l’organisation de l’espace, de mesurer l’importance des différents pôles, d’estimer les forces de cohésion des réseaux qui en font la puissance et en assurent la pérennité — à condition bien sûr de pouvoir quantifier ces flux.

  • 60 C’est le cas, par exemple, des réseaux amalfitains, étroitement liés à l’espace d’échanges fatimid (...)

19Enfin, le troisième intérêt de l’approche réticulaire est de mieux rendre compte des évolutions et des dynamiques à l’œuvre. L’analyse des réseaux permet de les voir se reconfigurer en fonction du contexte, même si certaines structures semblent plus pérennes que d’autres. Des événements ont ainsi un impact majeur et durable sur les échanges, comme la crise du xive siècle ou les changements dans les modes de transport maritimes. Mais dans une période marquée par des conflits incessants, que ce soit au niveau régional ou plus largement en Méditerranée, des crises parfois très ponctuelles dans le temps et l’espace peuvent avoir, en raison de la rapidité de circulation de l’information, des effets brusques, réorientant les flux dans d’autres directions de manière plus ou moins durable. Ce qui caractérise l’activité marchande est en effet sa capacité à s’adapter à un monde marqué par l’incertitude et les crises, provoquant des changements d’ampleur parfois considérable dans les réseaux d’échanges — mais aussi dans certains cas la mort de réseaux ou la marginalisation de régions entières qui n’ont pu trouver leur place dans la nouvelle configuration qui se met en place60.

  • 61 C’est ce qui se produit pour l’alun, que les chrétiens vont d’abord chercher en Égypte, et seconda (...)
  • 62 Voir, pour le cas du sucre, Ouerfelli, 2007.
  • 63 Planhol, 2000 ; Busquet, 1977 ; Brunschvig, 1986, p. 7 (qui qualifie le refus de l’innovation en I (...)

20Cette description des réseaux ouvre donc à une meilleure compréhension des dynamiques économiques, qui tient compte de certaines données de structure (notamment géographiques), mais mobilise également des explications d’ordre économique, politique, social, voire dans certains cas religieux et culturel — à condition de ne pas les considérer comme immuables. Certaines données sont en effet a priori structurelles ainsi que l’a bien montré Fernand Braudel dans sa Méditerranée, comme le tracé des côtes, les conditions du milieu pour l’agriculture ou les ressources naturelles (notamment les mines). Elles ne le sont cependant qu’en partie : des ressources minières peuvent s’épuiser mais aussi affronter la concurrence d’autres gisements plus rentables ou dont la production est plus facile à commercialiser61, et les productions agricoles peuvent changer en lien à la fois avec les conditions de production (naturelles ou humaines) et la demande des marchés — donc selon la conjoncture et l’état des réseaux, au Maghreb mais aussi à l’extérieur62. Les échanges supposent en effet une certaine forme de spécialisation régionale et de division du travail, toutes deux susceptibles de mutations. Il en résulte une exigence fondamentale, celle d’être attentif aux évolutions de la conjoncture, aux différentes échelles, des événements lointains et a priori sans lien avec le Maghreb pouvant avoir des conséquences majeures au niveau local. Cela peut sembler une évidence, mais la lecture des innombrables études sur la Méditerranée montre qu’il n’en est rien. Les explications essentialistes sont, ici plus qu’ailleurs peut-être, particulièrement prégnantes, surtout quand il s’agit d’expliquer le supposé déclin de l’Islam par — au choix — son incapacité à affronter la mer, à innover sur le plan technologique, à s’adapter au capitalisme ou sa congénitale inaptitude au progrès63. À l’inverse, refuser une approche civilisationniste permet de déconstruire la téléologie européocentrée qui voit dans l’histoire des derniers siècles du Moyen Âge une marche inéluctable de l’Europe chrétienne vers la domination du monde, que viendraient consacrer les grandes découvertes — ce qui ne signifie pas bien sûr qu’il faut nier l’importance de l’Europe dans les évolutions de la Méditerranée à cette époque, et en particulier son rôle dans le contrôle progressif des réseaux de navigation.

  • 64 Sur cette distinction, voir Coulon, Valérian, 2010.
  • 65 Le muḥtasib, qui a la charge des affaires économiques dans la cité, intervient peu dans les affair (...)
  • 66 Valérian, à paraître 1.

21Cela nécessite d’être attentif au jeu de tous les acteurs, et pas seulement les plus visibles, situés en général dans les centres d’impulsion des réseaux. Cette exigence est d’autant plus forte qu’à partir du xiie siècle l’expansion commerciale européenne déplace les centres de gravité des échanges maritimes vers le nord, dans les grandes cités marchandes d’Italie, puis de Provence et de la couronne d’Aragon, qui se livrent à une compétition acharnée pour le contrôle des réseaux d’échanges en Méditerranée, et des marchés maghrébins en particulier. Les acteurs du monde musulman semblent alors marginalisés, mais il ne faudrait pas en déduire pour autant qu’ils cessent d’agir sur les réseaux. Comprendre leur place n’est pas toujours aisé avec les sources disponibles, mais il est nécessaire au moins de s’interroger sur le rôle de ces acteurs qui n’apparaissent pas comme moteur, sans poser comme acquis qu’ils sont passifs face aux évolutions des réseaux. Inversement, il faut chercher à voir comment ces mutations influent sur le comportement des acteurs, comment ces derniers réagissent ou s’adaptent en fonction à la fois de leurs motivations, de leurs intérêts et de leurs moyens, mais aussi du contexte politique, religieux, économique, etc. Différents types d’acteurs émergent, qui peuvent intervenir à des niveaux de décision variés, ou dans certains espaces d’échanges seulement — avec des passages de relais. Les modalités de leur action permettent ainsi d’expliquer les formes variables et changeantes des réseaux, qui peuvent être fortement structurés et hiérarchisés à partir d’un centre de décision (politique et/ou économique), ou au contraire informels et reposant sur des formes de solidarités plus diffuses64. De manière schématique une distinction peut être opérée entre l’action de l’État (quelles qu’en soient les formes) et celle des milieux marchands, les deux étant parfois liées. Le pouvoir intervient d’abord par la structuration du territoire, son organisation administrative et militaire, qui déterminent les principaux pôles et lignes de force et conditionnent en partie les échanges. Son action en faveur de la sécurité des routes, terrestres mais aussi maritimes, est essentielle à la circulation des hommes et des marchandises, comme le sont ses efforts pour développer des infrastructures pour les voyageurs et les marchands. Il peut agir également par la stimulation ou la régulation des échanges, à travers la fiscalité, des monopoles, des prohibitions sur certains produits ou le boycott de certaines destinations. Par son action militaire et diplomatique il intervient dans la compétition pour les marchés et le contrôle des routes commerciales, ou à l’inverse peut entraver le bon fonctionnement des réseaux d’échanges, sur son territoire ou celui des autres États. Enfin, si en Islam l’élaboration de la norme juridique ne revient pas en principe au souverain, les fuqahāʾ se réservant de dire le droit sur les affaires économiques et notamment commerciales65, le pouvoir politique intervient directement dès lors qu’il s’agit de relations avec des sujets de souverains non-musulmans, à travers les traités de paix et une forme de jurisprudence internationale qui se devine dans la correspondance diplomatique66.

  • 67 Un réseau marchand regroupe au sein d’un même ensemble réticulaire des personnes, qui peuvent opér (...)
  • 68 Voir Lemercier, 2005, article de synthèse qui en dépit de son titre traite principalement des rése (...)
  • 69 Voir en particulier Van Doosselaere, 2009, qui traite l’abondante documentation notariale génoise (...)
  • 70 Houssaye Michienzi, 2013.
  • 71 Parmi les nombreux travaux sur les documents de la Geniza, outre les études de Shlomo D. Goitein, (...)
  • 72 Valérian, 2014d.

22Le rôle des acteurs économiques extérieurs aux sphères du pouvoir est autrement plus difficile à étudier, principalement pour une question de sources. L’étude des réseaux marchands est certainement de celles qui ont le plus intéressé les chercheurs — davantage d’ailleurs que les réseaux d’échanges67. Elle s’appuie largement sur les travaux des sociologues sur les réseaux sociaux68 et a pu être menée à bien lorsque les sources le permettaient, notamment à partir des fonds notariaux69 ou de papiers privés70. Une telle enquête n’est guère envisageable pour le Maghreb, sauf peut-être pour quelques groupes très particuliers comme les juifs de la Geniza71 ou les Andalous pour lesquels nous disposons, dans le premier cas de documents de la pratique et dans le second d’abondants témoignages textuels72. Les recueils de biographies et les riḥla-s permettent certes d’analyser les réseaux savants, qui ne sont pas sans liens avec ceux des marchands, les deux milieux n’étant pas totalement étanches et les itinéraires étant souvent identiques, du moins pour certains axes. Mais les pôles du savoir et de la sainteté ne correspondent pas nécessairement avec les pôles économiques, et les logiques de ces deux types de réseaux sont sensiblement différentes. Ces limites des sources n’interdisent pas de s’interroger sur les acteurs du monde musulman et, à partir du xiie siècle, sur leur positionnement par rapport aux réseaux mis en place par les marchands latins. C’est même une nécessité et il n’est pas possible de se contenter, dans un contexte aussi changeant, de considérations générales et atemporelles sur « le marchand » en pays d’Islam. Bien souvent il faut pourtant se satisfaire de quelques éclairages ponctuels, principalement sur des populations intermédiaires qui font le lien entre chrétiens et musulmans et jouent à ce titre un rôle majeur dans le fonctionnement des échanges, notamment dans les ports où les deux populations se rencontrent.

  • 73 Yver, 1986.
  • 74 Thiry, 1995, p. 76. C’est le cas notamment lors des attaques de Qarāqūš, mamelouk de Saladin. Baad (...)
  • 75 Callegarin et alii (dir.), à paraître.

23La nécessité de prendre en compte des échelles variées impose de travailler sur un espace large et d’embrasser l’ensemble du Maghreb, sans séparer a priori une région par rapport aux autres ou adopter des divisions traditionnelles calquées sur les partitions politiques. Cela ne signifie pas que celles-ci n’ont pas d’effet sur les réseaux d’échanges et en particulier sur les changements de polarités. Mais les flux commerciaux s’affranchissent volontiers de ces frontières, au demeurant souvent mal définies. Cela doit permettre en tout cas une autre représentation de l’espace maghrébin qui privilégiera les lignes de forces du territoire et leurs évolutions. Les limites fixées par les géographes arabes au Maghreb ne sont pas toujours très nettes73, mais les réalités politiques les définissent à peu près à partir de l’époque aghlabide. À l’est, la Cyrénaïque est le plus souvent rattachée à l’Égypte, alors que la Tripolitaine, jusqu’à Ṣurt, est la dernière région contrôlée depuis Kairouan, non sans mal parfois et avec quelques visées égyptiennes mais toujours ponctuelles74. À l’ouest, l’Atlantique forme une frontière naturelle et le détroit de Gibraltar sépare le Maghreb d’al-Andalus, même si à certaines époques, notamment sous les empires almoravide et almohade, une unité politique a pu se réaliser75. Cet espace maghrébin présente, sinon une unité, du moins une certaine cohérence, sur le plan à la fois économique et politique.

24La structuration de ce dernier est cependant largement tributaire des espaces environnants, qu’ils soient proches ou parfois très lointains. Au sud, l’Afrique subsaharienne est mise en relation très tôt avec les pays musulmans, notamment avec la formation des États kharidjites. Au nord, al-Andalus est en contacts réguliers avec les côtes maghrébines et, à partir du xie siècle, les ports italiens deviennent des partenaires commerciaux de plus en plus actifs, avant d’être rejoints au xiiie siècle par les grandes cités de Provence et de la couronne d’Aragon — et, plus tard encore, par les ports castillans et portugais. Par leur intermédiaire le Maghreb est mis en relation avec un vaste réseau d’échanges dont les ramifications poussent jusqu’à l’Europe du nord, vers les Flandres et l’Angleterre, et jusqu’à la Méditerranée orientale. Enfin, à l’est, l’Égypte et la Syrie sont une composante essentielle de l’espace commercial auquel est connecté le Maghreb et ouvrent plus loin vers les marchés de l’océan Indien et de l’Extrême Orient. Le Maghreb s’insère donc bien dans un espace englobant, s’étendant à une grande partie des terres connues, et dans des réseaux en partie interconnectés.

25Cette approche en termes de réseaux n’est donc pas incompatible avec l’économie-monde de Fernand Braudel, bien au contraire. La définition qu’il en donne peut être ici reprise :

  • 76 Braudel, 1979b, t. III, p. 14.

Bref, de l’examen d’un cas particulier, nous déduisons qu’une économie-monde est une somme d’espaces individualisés, économiques et non économiques, regroupés par elle ; qu’elle présente une énorme surface (en principe, elle est la plus vaste zone de cohérence, à telle ou telle époque, en une partie donnée du globe) ; qu’elle transgresse d’ordinaire les limites des autres groupements massifs de l’histoire76.

  • 77 Cela ne rejoint pas pour autant le schéma proposé par Janet L. Abu Lughod d’un monde divisé en « s (...)

26Elle se démarque cependant de l’approche braudélienne sur deux points principalement. Le premier est que si, dans la logique des réseaux, certains pôles peuvent être plus dynamiques que d’autres, ils ne sont jamais totalement hégémoniques sur l’ensemble de l’espace-monde. Il existe au contraire une pluralité de pôles à la fois concurrents et complémentaires et les centres secondaires ont aussi leur autonomie d’action, avec les moyens qui sont les leurs77. Le second point est que Braudel considère que toute économie-monde a ses limites géographiques :

  • 78 Braudel, 1979b, t. III, p. 16. Il prend notamment comme exemple le Sahara.

Les limites d’une économie-monde se situent là où commence une autre économie de même type, au long d’une ligne ou mieux d’une zone que, d’un côté comme de l’autre, il n’y a avantage, économiquement parlant, à franchir que dans des cas exceptionnels. […] Aussi bien, en règle générale, les frontières des économies-mondes se présentent-elles comme des zones peu animées, inertes. Comme des enveloppes épaisses, difficiles à franchir, souvent des barrières naturelles, des no man’s lands, des no man’s seas78.

27Le concept de réseau suppose au contraire que des systèmes parfois très éloignés sont connectés, même si cela ne se traduit pas toujours par des flux massifs et même s’il n’existe parfois qu’un point unique de connexion (ce fut le cas un temps pour les épices, par Alexandrie). Cela ne signifie pas bien sûr que le monde est déjà le « village global » qu’il est devenu aujourd’hui : des espaces immenses demeurent à l’écart de cette économie d’échanges, et les flux sont d’ampleur très variable. Mais très tôt les épices d’Orient, l’or d’Afrique noire et les esclaves d’Europe parviennent au Maghreb — dès le ixe siècle en tout cas — et, même si le système est encore très sommaire et les quantités sans doute faibles, ne touchant qu’une partie seulement de la société, il y a bien connexion entre des espaces très éloignés de dimension mondiale, qui se développe par la suite au cours du Moyen Âge.

  • 79 Voir notamment Boucheron, 2009.
  • 80 « La précision dérisoire des croquis ne vaudra pas plus, en effet, que les péremptoires clivages d (...)

28Ce tableau, qui apparaît évident à la veille des découvertes atlantiques79, commence en effet à se dessiner précocement, au moins à partir du xie siècle avec les débuts du commerce italien dans le monde musulman. Mais si l’arrivée des Européens connecte le Maghreb à une région avec laquelle il n’entretenait jusqu’alors que des relations très épisodiques (et souvent sur le mode de la razzia), l’intégration de l’Occident musulman à un vaste espace allant de l’Afrique à l’Asie orientale est plus ancienne et commence avec les conquêtes musulmanes. C’est donc un processus qu’il faut étudier, sur un temps long, de l’installation du pouvoir musulman au Maghreb jusqu’au décloisonnement atlantique, afin d’en dessiner les grands mouvements — qui sont loin d’être linéaires — et de dégager une périodisation qui, là encore, s’affranchit en partie des coupures dynastiques80.

  • 81 Voir le constat dressé par Bernard Rosenberger en 1977, mais que l’on pourrait reprendre encore la (...)

29Ces choix ne sont pas sans risques — et en premier lieu celui de ne pouvoir embrasser un espace et une période aussi longs, pour lesquels les sources et les travaux sont aussi abondants que dispersés, mais aussi les lacunes dans nos connaissances parfois béantes81, obligeant à des extrapolations que d’aucuns pourraient juger hasardeuses — mais qui sont autant de pistes et d’invitations à pousser plus avant les recherches. L’analyse en termes de réseaux, qui rejette tout à la fois l’essentialisme parfois bien confortable d’une certaine historiographie, les schémas clairs et rassurants en termes de centres et de périphéries, et le cadre bien balisé des histoires dynastiques risque bien, à vouloir décrire la complexité des configurations et des évolutions, d’aboutir à embrouiller ce que l’on croyait bien connaître. Elle reste pourtant un outil fécond et indispensable pour rendre plus intelligibles l’organisation et les évolutions du Maghreb médiéval dans sa globalité et sur le temps long.

III. — Les ports : observatoire privilégié des réseaux d’échanges

  • 82 On pourrait aussi choisir de partir de l’analyse des oasis du sud, des axes de circulation ou enco (...)
  • 83 Elle est en particulier plus précoce qu’en Égypte, pourtant très liée elle aussi au commerce marit (...)
  • 84 Despois, 1958, p. xiv, qui s’étonne qu’il n’y ait jamais eu qu’une vie maritime éphémère ou strict (...)

30Les ports sont certainement les points les plus facilement intégrés dans cette économie-monde et constituent pour cela un observatoire privilégié pour mettre de l’ordre dans la complexité des logiques d’organisation de l’espace maghrébin. Il n’est pas le seul82, mais il présente l’avantage de rendre compte d’une évolution majeure de l’histoire du Maghreb, à savoir une littoralisation relativement précoce et durable83. Contrairement à une idée encore largement répandue84, les ports du Maghreb ont en effet connu très tôt une vie maritime, et progressivement c’est l’ensemble du littoral qui participe de ces activités, notamment du commerce. Au xie siècle ils sont suffisamment importants sur le plan politique, militaire et économique pour provoquer un déplacement des centres de gravité (notamment, à l’exception du Maroc, des capitales) depuis les régions intérieures vers le littoral. Ils jouent donc un rôle majeur à la fois dans la structuration de l’espace maghrébin et dans son intégration à l’économie-monde, qui se fait de plus en plus par la mer.

31Le Maghreb possède en effet une large façade maritime qui offre un grand choix de sites portuaires, parfois de grande qualité. Il n’est qu’à lire la description des côtes faite par al-Bakrī à la fin du xie siècle pour s’en convaincre. Même si tous les lieux qu’il cite n’abritent pas des établissements portuaires et ne sont parfois que de simples mouillages ou aiguades, il n’en demeure pas moins que se trouvent là des conditions favorables à la navigation le long des côtes, que les routiers dont il s’inspire ont bien relevées. Les établissements puniques, puis romains, constituaient en outre une armature portuaire préexistante couvrant l’ensemble du littoral. Beaucoup de ces villes avaient décliné avec les invasions vandales, comme en témoignent encore les ruines régulièrement signalées par al-Bakrī, et certaines étaient plus ou moins abandonnées au moment de la conquête arabe. Elles n’en constituaient pas moins un héritage important et nombre de ports musulmans se développèrent sur ces sites favorables qui conservaient peut-être, bien qu’on n’en ait guère de preuves archéologiques, des restes d’infrastructures.

  • 85 Braudel, 1979a, t. I, p. 96.
  • 86 Horden, Purcell, 2000, p. 142.

32Un alignement de sites portuaires et d’escales pour la navigation ne fait pas pour autant un réseau. Fernand Braudel, parlant du cabotage, définit la route maritime comme une « simple rivière85 », alors que Peregrine Horden et Nicholas Purcell préfèrent l’image du collier de perles86. Cette ligne, faite de ports, de mouillages, d’amers tels que les montagnes, les caps ou les embouchures de rivières, n’a d’importance pour les échanges que dans la mesure où elle est articulée avec d’autres axes de circulation, qu’ils soient terrestres ou maritimes — car toute la navigation ne se limite pas au cabotage. C’est à cette condition qu’elle s’insère dans des réseaux et joue un rôle essentiel d’interface.

  • 87 Les ports ont un arrière-pays, mais aussi un avant-pays, « formés par les plus ou moins nombreuses (...)
  • 88 Horden, Purcell, 2000, notamment la deuxième partie, « “Short Distances and Definite Places”: Medi (...)
  • 89 Cela est vrai également lorsque des causes humaines, notamment le brigandage, rendent les transpor (...)

33Les ports sont en effet d’abord un point de contact entre deux milieux, terrestre et maritime, et donc un point de rupture de charge87. Le transport maritime permet bien sûr les exportations vers des destinations outre-mer, parfois lointaines, pour lesquelles l’usage des bateaux est incontournable. Mais il est aussi utilisé pour une navigation le long des côtes et pour de courtes ou moyennes distances. C’est ce qui a fait dire à Peregrine Horden et Nicholas Purcell que l’essentiel de la connectivité en Méditerranée était le résultat de complémentarités très circonscrites dans l’espace entre « niches écologiques »88. Ce type d’échanges maritime a sans doute existé au Maghreb, bien que les sources ne nous le laissent guère voir. Dans les régions montagneuses en particulier, où la circulation terrestre est difficile, il peut être plus avantageux de rejoindre un port pour profiter d’un transport plus rapide par mer89.

  • 90 C’est ce qui faisait dire au géographe Hildebert Isnard qu’il n’existe pas de « centre géographiqu (...)
  • 91 On est très loin ici du modèle de « thalassographie articulée » théorisé par David Cosandey, carac (...)
  • 92 C’est le cas notamment dans les régions montagneuses, où de très bonnes criques sont totalement dé (...)

34Une des particularités de la côte maghrébine est son caractère massif et peu hiérarchisé90. Le pays est globalement divisé en grandes chaînes de montagnes de direction est-ouest, traversées par de rares vallées fluviales qui mettent en communication l’hinterland avec la mer — Medjerda, Soummam, Chélif et Moulouya pour l’essentiel. Ces fleuves ne sont guère navigables, sauf à leur embouchure, si l’on en croit les géographes, et probablement pas en toute saison. Les péninsules et les golfes y sont également rares et en général peu marqués, à l’exception de celui de Tunis fermé à l’est par le cap Bon. Cette géographie des côtes rend sans doute le territoire plus facile à défendre contre des attaques venues de la mer, qui n’aboutissent au mieux qu’à l’établissement de présides isolés du reste du pays mais ne parviennent jamais à pénétrer l’intérieur des terres. À l’inverse, cela ne facilite pas la circulation des hommes et des marchandises91. Il ne faut pas cependant en conclure qu’il n’existe pas de hiérarchie, que tous les ports se valent et que les données naturelles ne favorisent pas certains plus que d’autres. Les qualités des sites portuaires sont tout d’abord très variables, et les bons mouillages relativement rares — en outre ils ne correspondent pas toujours avec un site favorable au développement urbain92. Surtout, ils sont très inégalement reliés à leur arrière-pays en raison du relief, notamment en hiver, ce qui tend à favoriser les pays plus ouverts comme l’Ifrīqiya orientale, la région orano-tlemcénienne, la Mitidja, ou encore les débouchés de grandes vallées fluviales comme dans le cas de Bougie.

  • 93 Les aménagements portuaires et les ports construits sont rares au Maghreb. Ils sont attestés à Mah (...)

35Ces données de la géographie sont importantes et nuancent l’impression d’uniformité du pays. Elles confèrent à certains ports des avantages. Pourtant, si les qualités des sites sont relativement immuables, ou changent peu au cours de la période93, les atouts de leur situation dépendent largement du dynamisme des régions avec lesquelles ces ports sont en contact et de la capacité de ces derniers à en tirer profit et à s’imposer comme interfaces dans des réseaux à la fois terrestres et maritimes. Les ports sont en effet des nœuds essentiels de ces réseaux, mais ne prospèrent que dans une situation d’interdépendance. C’est donc cette aptitude à capter les flux et à faire se rencontrer les acteurs des différents réseaux qui assure leur activité et leur prospérité.

  • 94 Il existe une certaine ambiguïté dans le terme d’escale, qui désigne parfois « un point d’arrêt su (...)
  • 95 Il ne semble pas qu’il y ait au Maghreb de port spécialisé dans la seule fourniture de services él (...)
  • 96 Bresc, 2010.
  • 97 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 757 ; trad. de Mac (...)
  • 98 Bresc, 2010, pp. 153-154. C’est le cas également des plages de l’Atlantique marocain, où sont char (...)

36Tous les ports ne sont pas nécessairement des espaces d’échanges commerciaux et tous les lieux d’échanges ne sont pas des ports. Il existe des escales94 qui ont une fonction avant tout technique pour la navigation, notamment des aiguades qui peuvent donner naissance à une agglomération humaine, mais sans que des transactions y soient significatives et dépassent les besoins de l’équipage en eau et nourriture. Dans certains cas — pour les navires chrétiens — il est même interdit de commercer dans les ports qui ne sont pas dotés d’une douane. Une halte est possible pour des besoins courants95 ou en cas de problème imprévu (avarie, tempête, attaque de pirates), mais pas pour y développer des échanges commerciaux. Ces escales techniques ont donc une fonction essentielle pour la navigation, mais ne jouent pas de rôle particulier dans les réseaux d’échanges. À l’inverse, il existe en Méditerranée des zones littorales non construites (sauf éventuellement une tour de surveillance) où se déroulent des échanges, notamment de produits pondéreux de l’arrière-pays immédiat. C’est le cas des caricatori de Sicile, pour l’exportation des céréales, où la présence de l’État en la personne d’un de ses agents n’implique pas d’urbanisation96. De tels établissements ont également existé au Maghreb et la relative imprécision du terme marsā ne permet pas toujours de savoir clairement si l’on a affaire à une ville portuaire ou à un simple mouillage ou amarrage, éventuellement protégé par un fort ou une tour. C’est le cas très certainement de Marsā l-Ḫarraṭīn et Marsā l-Šaǧara ports signalés par al-Bakrī dans les régions tenues par les Kutāma dans les Babors et spécialisés, comme leurs noms l’indiquent, dans l’exportation du bois de l’arrière-pays97, ou encore des ports du sel et des esclaves de Tripolitaine98. Ces lieux d’embarquement — ils sont rarement destinés à accueillir des importations — sont étroitement liés à une production spécifique de leur hinterland immédiat (sauf dans le cas des esclaves en Tripolitaine) et ne rayonnent pas très profondément en arrière du port. Par leurs exportations, en revanche, ils peuvent s’insérer dans des réseaux d’échanges maritimes très étendus. Dans les cas les plus fréquents nous avons cependant affaire à des ports liés à une ville et ayant une fonction d’échanges qui les place dans des réseaux complexes, à la fois par terre et par mer.

  • 99 C’est ce qu’a cherché à théoriser Pierre Chaunu à travers le modèle des « cercles superposés » : p (...)
  • 100 Voir en particulier le commerce de l’or qui se fait sur de longues distances et à travers plusieur (...)
  • 101 Celles-ci sont relativement légères dans le cas du Maghreb : la généralisation du portage par anim (...)
  • 102 Les sources montrent cependant peu de mesures contraignantes visant à interdire le commerce hors d (...)

37Côté terre le premier paramètre important est la nature des productions de l’arrière-pays plus ou moins proche, le port servant de débouché maritime pour des excédents de production (mais pouvant aussi contribuer à les stimuler par la demande extérieure). La part des productions exportées par mer est sans doute infime, la grande majorité des échanges se faisant au niveau local99, sauf pour d’éventuelles productions de caractère spéculatif destinées spécifiquement à des marchés extérieurs et de manière plus marginale à la consommation intérieure. La géographie des échanges dépend donc en partie des conditions naturelles, et notamment des possibilités de cultures, mais aussi des modes d’exploitation de la terre, qui peuvent évoluer et diverger d’une région à l’autre, engendrant des formes de spécialisation régionale qui peuvent, dans certains cas, faire la prospérité d’un port. Mais cela ne vaut que si ces productions sont effectivement acheminées jusqu’à la mer. Cela suppose une maîtrise des transports terrestres, pouvant être organisés depuis le port qui concentre les flux, ou à partir des zones de productions, avec des acteurs qui ne sont pas nécessairement les mêmes sur tous les segments du trajet100. La délimitation de l’aire d’attraction du port dépend donc de sa capacité à concentrer les flux terrestres, ce qui donne une structure radiale à ces réseaux, dessinant clairement un centre et des périphéries hiérarchisées. Cet espace de relations est donc plus ou moins vaste, plus ou moins maîtrisé depuis le port. La domination politique d’un territoire joue un rôle certain dans le contrôle de ces réseaux, par les efforts pour garantir la sécurité des routes, voire l’entretien d’infrastructures101, mais aussi par les flux qu’elle engendre (agents du pouvoir, taxes) qui peuvent orienter les courants commerciaux102. Ce n’est pas pour autant une condition nécessaire, et il n’y a pas équivalence automatique entre territoire politiquement dominé et espace de rayonnement commercial du port. En revanche, plus on s’éloigne du port, plus la concurrence d’autres débouchés maritimes se fait sentir, comme le montre le commerce de l’or qui fait l’objet de compétitions à large échelle.

  • 103 Cette notion de mare liberum est théorisée juridiquement au début du xviie siècle par Grotius, dan (...)
  • 104 On en trouve quelques cas pour des mers fermées comme l’Adriatique avec Venise (Doumerc, 2013). Vo (...)
  • 105 Emily Sohmer Tai voit dans la course des xive et xve siècles une tentative de territorialiser la m (...)
  • 106 Les traités de paix contiennent parfois une clause faisant obligation au souverain musulman d’assu (...)
  • 107 Le Portugais Valentim Fernandes au début du xvie siècle, évoquant une situation ancienne dans le d (...)
  • 108 Pryor, 1988, pp. 12-24.

38En direction de la mer l’importance du port comme pôle dépend de sa capacité à la fois à construire et contrôler un réseau de navigation, mais aussi à s’insérer dans des flux maritimes dont les centres d’impulsion sont souvent ailleurs. La question du contrôle de l’espace maritime se pose de manière particulière. La Méditerranée est en principe un espace sur lequel ne s’exerce aucune souveraineté, une « mer libre »103, et rares sont les tentatives pour exercer une souveraineté exclusive104, même à travers la course105. On sent certes poindre une notion, encore vague, d’eaux territoriales, sur lesquelles l’État doit assurer la sécurité de la navigation106. De même, la domination de certaines zones maritimes stratégiques comme les détroits fait l’objet de tentatives de contrôle de la navigation par un pouvoir riverain lorsqu’il domine les deux côtes qui se font face107. Mis à part ces espaces maritimes particuliers mais relativement circonscrits où peut s’exercer une domination exclusive, la navigation est libre. Les conditions naturelles (courants, vents, tracé des côtes) jouent un certain rôle108, mais elles sont moins contraignantes que sur terre. Les marins ont appris à s’affranchir du cabotage, même s’il est privilégié autant que possible, et le ralentissement de la navigation pendant l’hiver est relatif. Dès lors, ce qui compte pour un port est sa capacité à impulser un courant commercial ou à s’insérer dans des réseaux d’échanges, donc à attirer des navires et des marchands. Sa situation n’a en conséquence de valeur que par rapport à des lignes de navigation, qu’elles suivent les côtes africaines ou adoptent des itinéraires incluant un trajet en haute mer. La prospérité et le dynamisme du port — et les hiérarchies au sein de l’espace littoral maghrébin qui en découlent — dépendent donc de sa capacité à mettre en relation des réseaux terrestres et maritimes, qu’il joue ou non un rôle de pôle d’impulsion.

  • 109 Al-Anṣārī, au xve siècle, compte ainsi d’après la tradition orale 360 funduq-s à Ceuta à la veille (...)

39Un élément essentiel de son succès est par conséquent l’aptitude du port à mettre en contact les acteurs des différents réseaux marchands. Il n’est pas un lieu de rencontre direct entre consommateurs et producteurs — même s’il peut être aussi un lieu de production, notamment artisanale, et de consommation — et l’essentiel des transactions se fait entre marchands qui agissent comme intermédiaires. Cela suppose l’existence d’un cadre légal et de garanties juridiques pour les négociants étrangers, ainsi que d’infrastructures pour le déchargement des navires, le stockage des marchandises, le logement des marchands et les échanges. Les fondouks pour les marchands européens sont souvent évoqués, car ils sont plus visibles dans les documents latins, mais il faut aussi tenir compte des espaces de stockage et d’échanges pour les marchands locaux, qui drainent des productions de l’intérieur109. Dans la plupart des cas cela s’accompagne d’un encadrement par le pouvoir, et donc d’infrastructures administratives et fiscales, mais aussi militaires ou de police pour assurer la sécurité des marchands et des échanges, dans le port et éventuellement dans ses abords, notamment maritimes. Souvent l’activité du port est donc liée à un investissement du pouvoir (central ou local), qui apparaît comme un élément important de la politique de contrôle du territoire et de hiérarchisation de l’espace économique.

40Les ports, par le rôle croissant qu’ils jouent dans l’histoire à la fois politique et économique du Maghreb, sont donc une des clés de compréhension des dynamiques d’organisation de l’espace. Ils permettent de prendre en compte à la fois les évolutions propres au Maghreb, en faisant varier les échelles, et les changements dans les réseaux en Méditerranée et au-delà, et de se dégager à la fois des divisions territoriales et de la périodisation qu’impose l’histoire des grandes dynasties.

IV. — Le problème des sources

  • 110 Valérian, 2006c.
  • 111 Picard, 2011, et Gilotte, Nef, 2011.

41Une analyse des réseaux nécessite en principe trois conditions : des données qui prennent en considération de manière homogène l’ensemble de l’espace et de la période ; des moyens pour quantifier les flux ; des informations sur les motivations et objectifs des acteurs et leurs stratégies pour les atteindre. Inutile de dire que nous n’avons rien de tout cela, mais l’historien du Maghreb médiéval, s’il regarde parfois avec un peu de jalousie les collègues spécialistes de périodes moins hautes ou de régions mieux dotées en textes et documents, a pris l’habitude de se satisfaire des traces que lui a laissées le passé. Les sources, du reste, ne manquent pas. Elles sont même surabondantes si l’on considère les documents conservés dans les archives européennes et qui concernent les relations avec le Maghreb110. Mais elles sont très lacunaires et surtout très inégales dans le temps et l’espace. Dans le temps tout d’abord : les premiers siècles de l’Islam, et c’est encore plus vrai pour le Maghreb dont l’histoire est longtemps écrite depuis l’Orient, sont particulièrement mal éclairés, et l’archéologie n’a pas encore apporté les renouvellements que l’on a connus pour l’Orient ou al-Andalus111. À partir du xe siècle les géographes commencent à nous donner une image un peu moins floue et les chroniqueurs se font plus diserts, surtout lorsque les guerres entre puissances maghrébines font sortir les armées de leurs cantonnements dans les grandes capitales pour parcourir le pays. L’expansion commerciale européenne permet de disposer, entre le milieu du xiie et la fin du xve siècle, d’une abondante documentation d’archives et de quelques textes qui éclairent l’activité des ports — ou plus exactement de certains d’entre eux.

42L’autre inégalité est en effet d’ordre spatial, et d’abord à l’échelle du Maghreb : l’espace n’est souvent décrit qu’à partir du moment où il intéresse le pouvoir, et logiquement les régions proches des capitales ou qui leur sont étroitement liées sont mieux documentées, laissant de vastes zones hors du regard de l’historien. Peu à peu les blancs se remplissent, mais très incomplètement tout de même, surtout pour les espaces peu urbanisés. D’une manière générale c’est l’Ifrīqiya, notamment sa partie orientale correspondant à l’actuelle Tunisie, qui est la mieux connue, alors que le Maghreb central et occidental n’émerge vraiment qu’à partir du xe-xie siècle lorsqu’il fait l’objet de compétitions entre Fatimides et Omeyyades. Les sources latines nous donnent à voir les ports fréquentés par les marchands chrétiens, mais laissent totalement dans l’ombre l’arrière-pays que ces derniers ne pénètrent qu’exceptionnellement. Cela pose plus largement le problème du caractère en grande partie halogène des sources mobilisables. Cela vaut pour les sources latines bien sûr, mais aussi dans une certaine mesure pour les textes arabes écrits depuis les grands centres urbains par des auteurs qui connaissent mal les pays qu’ils évoquent, quand ce n’est pas depuis l’Orient plus lointain encore. La surabondance des documents latins à partir du xiie et surtout du xiiie siècle, si elle permet une étude assez fiable de l’activité commerciale des ports en direction de l’Europe, ne doit pas cacher qu’elle laisse de côté une grande partie de l’activité des ports et leurs relations avec l’intérieur, que l’on est souvent réduit à déduire des seules exportations. Elle conduit également à sous-évaluer le rôle du commerce interne au monde musulman et surtout des acteurs maghrébins qui n’émergent le plus souvent que de manière incidente.

  • 112 Pour une typologie générale des sources, Valérian, 2006a, pp. 13-25, et sur les sources latines Id (...)

43L’étude des réseaux d’échanges impose de croiser toutes ces sources, mais surtout de prendre en considération certaines exigences qui découlent de leurs natures très diverses 112.

Objectiver l’espace

  • 113 Garcin, 1980.

44Décrire les espaces de relations suppose d’avoir une vision la plus complète possible des régions étudiées. Or ce que nous avons le plus souvent sont des représentations textuelles, qui dessinent un « espace vécu »113 par les contemporains, et plus précisément par ceux qui ont laissé des traces écrites. Ce peut être l’espace des chroniques, perçu depuis le centre politique et qui suit la trajectoire des armées ou des collecteurs d’impôts, celui des voyageurs (musulmans mais aussi chrétiens pour la fin de la période), ou celui, a priori plus exhaustif, des géographes ou des cartographes qui entendent faire l’inventaire du pays. Mais, dans tous les cas, ces textes n’offrent qu’une représentation mentale de l’espace, qui tient en grande partie au positionnement de l’auteur dans la société, à sa formation intellectuelle, à ses sources d’information, à ses motivations et à son projet. Le problème se pose en particulier lorsqu’il est question des relations avec d’autres espaces perçus comme étrangers, voire hostiles. L’absence quasi-totale dans les textes arabes d’informations sur le commerce des Latins dans les ports, ou sur les accords de paix avec les puissances chrétiennes, relève d’un non-dit fort révélateur mais embarrassant pour l’historien. Les documents de la pratique, lorsqu’ils apparaissent au xiie siècle dans les archives européennes, peuvent-ils apporter un éclairage moins subjectif ? Ils offrent certes des informations plus équilibrées sur les relations entre puissances en Méditerranée, même si les documents de chancellerie expriment aussi une forme de discours, et donc de représentation de l’espace. Les témoignages y sont également plus abondants sur l’activité des ports, mais seulement lorsqu’ils sont intégrés dans les réseaux d’échanges des principales villes européennes qui ont conservé des archives. Cela contribue à laisser dans l’ombre non seulement tout ce qui ne touche que des acteurs maghrébins, mais aussi les ports comme ceux du Maroc dans la mesure où les Portugais et les Castillans, qui y ont peut-être mené des affaires importantes, n’ont guère laissé d’archives pour cette époque.

Quantifier, hiérarchiser

45Toute étude des réseaux nécessite non seulement d’en décrire les configurations, mais aussi d’évaluer l’importance relative des différents points et des flux afin de mettre en évidence les pôles, les lignes de forces, les dynamiques des espaces d’échanges. Il est un fait bien connu que l’histoire économique de l’Islam manque cruellement de données quantitatives. Les géographes et parfois les chroniqueurs donnent bien parfois quelques chiffres qui peuvent provenir de sources administratives (notamment pour les taxes), mais dont la valeur n’est souvent que relative, et ils se contentent souvent d’appréciations qualitatives imprécises sur la grandeur, l’abondance ou la prospérité.

46Les documents d’archives européens viennent partiellement combler ce vide, au moins pour les échanges opérés par les marchands latins. Trois types de sources peuvent alors être mobilisés : les contrats notariés, les comptabilités privées et publiques. Tous fournissent des séries chiffrées montrant les exportations, dans une moindre mesure les importations, permettant de mesurer la part des différentes destinations des navires et des investissements. Chaque série de documents nécessite cependant, c’est une évidence mais qui est souvent oubliée, une critique de la source afin d’en évaluer l’apport potentiel. Un notaire a sa clientèle, qui peut être plus ou moins spécialisée et ne reflète pas nécessairement l’activité de tous les marchands de la ville. Par ailleurs il ne couche dans le contrat que les éléments qui peuvent, ultérieurement, donner lieu à contestation et ne reflète pas totalement la réalité de la transaction. Enfin toutes les affaires ne font pas l’objet d’une intervention du notaire, et de moins en moins avec le temps, ce qui oblige à se tourner vers des écritures privées qui par nature ont été moins bien conservées. De même, un registre de taxes n’offre des données que sur ce qui est réellement soumis à prélèvement : tous les produits ni tous les marchands ne sont pas forcément également touchés — sans parler de la fraude. La spécificité de chacun de ces fonds, et donc leur très grande hétérogénéité, obligent par conséquent à faire preuve de prudence lorsque l’on cherche à en tirer des conclusions d’ensemble en termes de quantification, et ce, d’autant plus que la conservation des documents est très inégale d’une ville à l’autre. Les comparaisons en particulier ne sont véritablement possibles que lorsque les données sont relativement homogènes. Cela vaut pour l’évaluation des différents flux d’échanges mais aussi, plus encore, pour les évolutions dans le temps, car la nature des données enregistrées, comme les quantités de documents conservés, changent selon les époques.

  • 114 Voir en particulier les tentatives d’évaluation des populations urbaines à partir de la taille des (...)
  • 115 Fenwick, 2013, pp. 11-12, qui montre cependant des changements récents.
  • 116 Notre connaissance des céramiques du viie-viiie siècle pour le Maghreb reste encore très limitée, (...)

47L’archéologie enfin a parfois été sollicitée pour apporter des données quantitatives « objectives ». La construction ou l’agrandissement de certains édifices ou d’infrastructures portuaires peuvent être l’indice d’une croissance urbaine et de l’activité, mais outre que ces données sont à interpréter avec précautions114, les fouilles sont à l’heure actuelle trop limitées dans les ports du Maghreb (et au Maghreb en général) pour que l’on puisse en tirer des informations satisfaisantes115. Plus intéressants et prometteurs sont les résultats de l’étude des céramiques (et dans une moindre mesure des monnaies) retrouvées en contexte de fouilles. Matériau non réutilisable qui se conserve bien, elles sont depuis longtemps un marqueur chronologique pour les archéologues116. Mais elles sont également un indice assez fiable des flux commerciaux, surtout quand l’étude pétrographique permet d’en connaître l’origine avec précision. C’est grâce à elles notamment qu’il est possible aujourd’hui de faire remonter plus haut qu’on ne l’a pensé pendant longtemps le début des contacts entre le monde musulman et les cités du nord de l’Italie. Certes ces tessons ne disent pas tout, et en particulier ne permettent pas de savoir par qui ni par quelle voie ils sont arrivés. Mais ils n’en restent pas moins un indice important des réseaux de relations au sein desquels s’insère une ville.

Expliquer, contextualiser

48Il est toujours possible d’expliquer l’émergence et les évolutions des réseaux par les logiques que l’on croit déceler à travers la description de leurs configurations. C’est même parfois la seule voie qui est laissée à l’historien. Mais il reste indispensable, quand c’est possible, d’analyser le rôle et le jeu des différents acteurs. Certes aucun texte ne nous dit comment un marchand a projeté et mis en œuvre un réseau, ou comment un souverain a cherché à positionner son pays et ses ports par rapport à des réseaux d’échanges. Le concept est moderne, mais cela ne signifie pas que les hommes du Moyen Âge n’avaient pas conscience de l’espace et du déploiement de leurs activités dans cet espace. Il est donc envisageable de questionner leurs motivations, d’étudier les enjeux que révèlent leurs actions, ou les moyens qu’ils mettent en œuvre. Pour cela il faut parfois déceler à travers les récits d’expéditions militaires, de fondations de villes, des motivations qui dépassent les enjeux proprement politiques ou religieux, et qui sont liées à une volonté de contrôle ou de développement des réseaux d’échanges. L’action des individus est plus difficile encore à analyser : les biographies de savants éclairent bien des réseaux de savoir mais répugnent le plus souvent à évoquer les activités économiques et la richesse, sauf de manière incidente. Les textes et documents normatifs fixent les cadres des relations économiques, sociales et politiques, et donc le cadre légal des réseaux. Ils expriment donc à leur manière une certaine conception des espaces de relations possibles. Leur exploitation doit cependant se faire en prêtant une attention particulière au contexte de leur élaboration et de leur application. La correspondance diplomatique, mais aussi privée, montre en effet une réelle distance vis-à-vis des catégories et des frontières que la norme cherche à imposer. Elle permet de mieux saisir dans le quotidien les motivations des acteurs, les moyens qu’ils mettent en œuvre, les difficultés et les obstacles qu’ils rencontrent et les stratégies élaborées pour s’adapter aux évolutions de la conjoncture.

  • 117 Bloch, 1974, p. 35.

49Il sera beaucoup question dans ce travail de vastes espaces, de grands mouvements de conjoncture, de lentes évolutions. Les sources, avec les limites qui viennent d’être soulignées, permettent de décrire la configuration de ces réseaux et de proposer des explications éclairant leur genèse et leurs évolutions. Il ne faut pas oublier pour autant que ces ports sont animés par des individus, parfois des émirs ou des grands marchands, parfois des gens plus humbles et souvent anonymes, dont les pratiques et les conditions de vie et de travail quotidiennes influent autant, sinon plus, que les (grandes) décisions prises par les princes ou les juristes. Bien souvent les faits anecdotiques ou a priori insignifiants sont donc plus éclairants que les séries chiffrées, les descriptions d’un pays ou le récit des grands événements politiques. Ils se rencontrent dans les recoins des sources, dispersés mais finalement plus nombreux qu’on ne pourrait l’imaginer : dans un récit édifiant illustrant la vie d’un savant, l’exposé des faits rapportés à un mufti, une lettre de protestation pour un acte de piraterie en mer ou le procès qui en découle, le détail d’une clause d’un contrat notarié, etc. Ces petits riens qui émergent presque par accident de la documentation sont bien souvent nécessaires non seulement pour redonner à ces réseaux leur dimension humaine — cette chair humaine dont Marc Bloch disait qu’elle est le gibier de l’historien117 —, mais aussi pour les comprendre.

50À travers les ports et les réseaux d’échanges, il s’agit donc de comprendre plus largement les évolutions de la structuration de l’espace maghrébin après les conquêtes islamiques et ses dynamiques, à la fois internes et à des échelles plus vastes. L’intégration de la région à la Méditerranée ne date pas de l’expansion européenne, et il convient donc de l’étudier en amont, pour voir quand et comment s’anime la façade maritime, sans considérer a priori un mouvement linéaire. Ce n’est que progressivement en effet que les ports émergent comme éléments structurants de l’espace, rendant possible l’intégration du Maghreb dans des réseaux qui se modifient radicalement avec l’arrivée des acteurs latins à partir du xie siècle, et il s’agit alors de voir comment les ports du Maghreb s’insèrent dans une Méditerranée désormais latine et s’adaptent à cette nouvelle conjoncture et à de nouveaux rapports de forces à la fois politiques et économiques.

Notes

1 Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ, pp. 25-26 ; trad. de Wiet et Kramers, 1964, p. 16.

2 Miquel, 1975, pp. 68-70, 528-530. De même les chroniques écrites en Orient ignorent le plus souvent l’Occident musulman (Cahen, 1962, p. 79).

3 Picard, 2015, p. 116.

4 « La Berbérie ne paraît pas capable de progresser par ses propres moyens ; elle doit se mettre à la remorque d’autrui. Une sorte de fatalité semble l’empêcher d’être autre chose qu’une terre vassale. Réservoir de forces sans cohésion, elle a besoin de recevoir ses influences directrices du dehors, de Phénicie ou de Rome, de l’Orient musulman ou de l’Espagne. Et quelle vigueur elle montre dans sa réaction contre le progrès imposé ! Combien de fois, pour reprendre le sens du vieux mot latin, « berbère » et « barbare » sont-ils équivalents ! » (Marçais, 1913, p. 1).

5 Le poids des traditions historiographiques orientales (pour les arabophones) et françaises (pour les francophones), que reflètent bien souvent les bibliothèques maghrébines, n’est pas étranger à la permanence de ce modèle.

6 Lombard, 1971, p. 72.

7 Al-Ḥimyarī, Kitāb al-rawḍ al-miʿṭār, p. 80, qui parle de l’époque où elle est capitale du territoire des Banū Ḥammād.

8 Al-Idrīsī, Kitāb nuzhat al-muštāq, éd. par Hâdj-Sadok, 1983, p. 116 ; trad. de Jaubert, revue par Nef, 1999, p. 166.

9 Ibid.

10 Ibid., éd. p. 116 ; trad. p. 165.

11 Valérian, 2006a, pp. 175-182.

12 Voir Martinez-Gros, 2006, pp. 74-80.

13 C’est notamment la perspective de Mohamed Kably, qui attache une importance particulière aux flux de l’or venu par le Sahara, mais aussi celle d’Abdallah Laroui. Les deux auteurs, fortement marqués par le courant de l’histoire économique, ont tenté une réflexion sur l’organisation de l’espace qui s’affranchit des divisions politiques, et où le contrôle des zones de production et des réseaux d’échanges joue un rôle moteur dans les grands mouvements de conquête (Kably, 1986 ; Laroui, 1995).

14 Voir en particulier Abu Lughod, 1989.

15 Brown, 1997, pp. 4-16, dont on peut cependant contester la primauté accordée au seul Maghreb comme échelle d’analyse ; Shaw, 2003, pp. 93-95.

16 « L’Afrique du Nord est à peine une terre africaine. […] La Berbérie appartient à la Méditerranée occidentale, bien plus qu’à l’Afrique. C’est avec les deux péninsules européennes qui s’avancent vers elle, l’Italie et l’Espagne, qu’elle a eu les relations les plus nombreuses et les plus fécondes. Des anciens la plaçaient en Europe. » Gsell, 1913, pp. 30-31, où il admet cependant que le rattachement à l’Afrique exista pour certaines périodes, comme sous les Almoravides.

17 Le Maroc a créé à Rabat un Institut des études africaines, qui s’intéresse à l’histoire de l’Afrique saharienne et subsaharienne, en lien avec la politique du royaume vers le sud. Depuis le départ de Halima Ferhat le Moyen Âge n’y occupe plus cependant qu’une place marginale. L’expansion almoravide vers l’Afrique tient cependant dans l’historiographie marocaine une place particulière, en raison de la domination des émirs de Marrakech sur un territoire s’enfonçant très au sud dans le Sahara (voir Al-Šukrī, 1997).

18 Devisse, 1990 ; Lewicki, 1990 ; Devisse, Labib, 1985.

19 C’est ce que s’est attaché à montrer Maurice Lombard dans ses travaux — même si l’unité économique qu’il perçoit à partir des géographes est en partie le résultat d’une représentation de la géographie califale. Voir en particulier Lombard, 1971.

20 Picard, 2011.

21 Miquel, 1992.

22 Voir Abdallah Laroui qui se résigne à cette perspective, plus qu’il ne l’embrasse avec enthousiasme : « En attendant, je maintiens cette histoire aimantée vers l’Est méditerranéen ; [le Maghreb] apparaît alors, et pour de longues périodes, comme une histoire-objet, celle d’une terre qu’on conquiert, qu’on exploite, qu’on “civilise”. » (Laroui, 1995, p. 15).

23 Voir, à cet égard, la production historiographique dans les pays du Maghreb depuis les indépendances. Par exemple Ǧilālī, 1983, p. 55, qui parle de mamlakat al-Ǧazāʾir à propos de l’émirat autonome du Hafside Abū Zakariyāʾ à Bougie.

24 Voir Ghouirgate, à paraître.

25 Le programme de recherche Orientalisation du Maghreb, lancé par la Casa de Velázquez (2011-2015) s’est attaché à interroger ce lien entre l’Orient et l’Occident de l’Islam.

26 Cette dimension géographique du raisonnement est particulièrement développée chez Fernand Braudel, dans sa réflexion sur la « part du milieu », qui occupe toute la première partie de sa Méditerranée (Braudel, 1979a, pp. 22-321).

27 « À cet éternel enfant, toujours espiègle, on rappelle qu’il doit faire une fois pour toutes le bon choix qui, bien entendu, est celui de la communauté méditerranéenne. » (Laroui, 1995, p. 95).

28 Cette vision a été largement corrigée par Picard, 2015.

29 La perspective est particulièrement nette chez Louis de Mas Latrie, largement repris par la suite (voir Valérian, à paraître 4 et 2010b.

30 Id., 2006b.

31 Au point, pour Peregrine Horden et Nicholas Purcell, de dissuader les chercheurs de toute étude de la Méditerranée dans sa globalité (Horden, Purcell, 2000, p. 3).

32 Il y fut enseignant entre 1924 et 1932, et joua un rôle important dans la rédaction de la Revue africaine et dans la célébration en 1930 du centenaire de la conquête de l’Algérie (Paris, 1999, pp. 27-81).

33 Il consacre un de ses premiers travaux à l’expansion espagnole au Maghreb, publié en 1928 dans la Revue africaine (Braudel, 1928).

34 Wallerstein, 1974.

35 McNeill, 1963, qui fut un des premiers, avec Marshall G. S. Hodgson, à théoriser cette nécessaire distance par rapport à l’européocentrisme à travers la World history.

36 Cela n’est pas sans conséquence sur la place qu’y occupe le Maghreb, qui reste traditionnellement le domaine de la recherche francophone.

37 Boucheron, 2013.

38 Voir en particulier Histoire globale, histoires connectées, 2007. Il faut noter cependant la parution récente de l’Histoire du monde au xve siècle, Boucheron, 2009, qui s’inscrit dans cette perspective.

39 Voir Benton, 1996, notamment pp. 262-270.

40 Hodgson, 1974.

41 Voir sa carte des systèmes-mondes : Abu Lughod, 1989, p. 34. Le même constat peut être fait à partir du tableau du monde hors de l’Europe peint par Fernand Braudel dans Braudel, 1979b, t. II, pp. 331-461 : il y décrit successivement les Amériques, l’Afrique Noire, la Russie, l’Empire turc (mais sans guère évoquer ses provinces occidentales) et enfin l’Extrême-Orient.

42 Cette thèse, largement répandue, est également celle adoptée par David Abulafia dans le chapitre de la Cambridge Economic History consacré au monde musulman : « Merchants from the West visited the Muslim lands not so much because of what they had to offer, but because of what they forwarded from lands on the fringes of Islam : Mali, Malacca. » (Abulafia, 1987a, p. 473).

43 Benton, 1996, p. 267.

44 Braudel, 1979b, t. III, p. 28.

45 Ibid.

46 Huntington, 1997. Cette approche en termes de civilisations, qui emprunte beaucoup à Fernand Braudel, est encore celle, plus récemment, de Sallmann, 2011.

47 Braudel, 1979b, t. III, p. 17.

48 Ibid., p. 16. Voir également ibid., pp. 21-22 : « Car, au centre d’une économie-monde, il ne peut y avoir qu’un pôle à la fois. La réussite de l’un c’est, à plus ou moins longue échéance, le recul de l’autre. »

49 Y compris à l’intérieur du monde de l’Islam (voir Nef, Tillier, 2011).

50 En témoigne par exemple le thème choisi pour le 140e Congrès du CTHS, tenu à Reims en 2015, « Réseaux et société ».

51 Les travaux de World history se sont en particulier attachés à poser la question lancinante des causes du « déclin » de l’Islam face au décollage de l’Europe (voir Hodgson, 1967). La distinction entre Word et Global history n’est pas toujours très nette chez ceux-là mêmes qui s’en réclament.

52 Horden, Purcell, 2000.

53 Certains de ses articles furent réunis après sa mort dans un ouvrage auquel les éditeurs donnèrent de manière révélatrice le titre de Espaces et réseaux du Haut Moyen Âge (Lombard, 1972). Ses idées sont synthétisées dans un ouvrage, lui aussi posthume : Lombard, 1971.

54 Voir le deuxième volume de la thèse de Denys Lombard (fils de Maurice), Lombard, 1990, dans lequel il analyse l’organisation en réseaux d’un espace qu’il qualifie de « Méditerranée asiatique ».

55 Ces séminaires, organisés entre 2005 et 2008, ont débouchés sur deux publications : Coulon, Picard, Valérian (dir.), 2007 et 2010.

56 Coulon, Valérian, 2007, p. 9.

57 Lemercier, 2005, p. 100.

58 Cela permet en particulier d’évacuer toute catégorisation par « civilisations », terme lourdement connoté et qui perd ici toute efficience. À l’opposé, cela impose de ne pas privilégier les « niches écologiques » qui, outre le fait qu’elles sont difficiles à étudier pour les espaces mal documentés, ont joué un rôle moins décisif que le pensent Peregrine Horden et Nicholas Purcell dans la formation des réseaux d’échanges en Méditerranée que les mouvements du grand commerce. Voir la critique d’Henri Bresc : Bresc, 2004.

59 Malkin, Constantakopoulou, Panagopoulou, 2007, p. 4, qui, à partir des travaux sur les réseaux sociaux, définissent ainsi les nœuds de réseaux — ce qui peut s’appliquer aussi à la réflexion sur les espaces d’échanges : « A node may be locally central; compared with points within the same network, it may be relatively central, i.e., “between” other points in the same graph. If it is at short distances from many other points in the graph, it is globally central. Points with the lowest centrality may be regarded as peripheral points in a network. » Voir Valérian, 2007a.

60 C’est le cas, par exemple, des réseaux amalfitains, étroitement liés à l’espace d’échanges fatimide, et qui disparaissent au xiie siècle (Valérian, 2010a).

61 C’est ce qui se produit pour l’alun, que les chrétiens vont d’abord chercher en Égypte, et secondairement au Maghreb, avant l’exploitation des mines de Phocée par les Génois.

62 Voir, pour le cas du sucre, Ouerfelli, 2007.

63 Planhol, 2000 ; Busquet, 1977 ; Brunschvig, 1986, p. 7 (qui qualifie le refus de l’innovation en Islam d’« attitude mentale » et de « trait de psychologie collective »).

64 Sur cette distinction, voir Coulon, Valérian, 2010.

65 Le muḥtasib, qui a la charge des affaires économiques dans la cité, intervient peu dans les affaires du port, qui relèvent directement de la gestion du pouvoir politique. Voir pour Séville Picard, 1997b, pp. 459-460. En outre le souverain peut exercer des pressions sur les muftis, comme cela est attesté au xive siècle pour le grand mufti de Tunis Ibn ʿArafa, qui prit des fatwas favorables aux marchands latins, ce que son disciple al-Burzulī explique par sa prise en compte de « la bonne place acquise par les chrétiens auprès du pouvoir ». Ghrab, 1992-1996, vol. 2, pp. 650-651.

66 Valérian, à paraître 1.

67 Un réseau marchand regroupe au sein d’un même ensemble réticulaire des personnes, qui peuvent opérer dans plusieurs espaces, alors qu’un réseau d’échanges définit au contraire des liens au sein d’un espace, qui peut être fréquenté par plusieurs réseaux marchands, parfois sur différents segments du réseau.

68 Voir Lemercier, 2005, article de synthèse qui en dépit de son titre traite principalement des réseaux sociaux. Voir également Coulon, 2010, qui fait une large place aux réseaux marchands aux époques médiévale et moderne.

69 Voir en particulier Van Doosselaere, 2009, qui traite l’abondante documentation notariale génoise en lui appliquant les méthodes de la sociologie des réseaux.

70 Houssaye Michienzi, 2013.

71 Parmi les nombreux travaux sur les documents de la Geniza, outre les études de Shlomo D. Goitein, voir la thèse récente de Jessica Goldberg, Goldberg, 2012.

72 Valérian, 2014d.

73 Yver, 1986.

74 Thiry, 1995, p. 76. C’est le cas notamment lors des attaques de Qarāqūš, mamelouk de Saladin. Baadj, 2013.

75 Callegarin et alii (dir.), à paraître.

76 Braudel, 1979b, t. III, p. 14.

77 Cela ne rejoint pas pour autant le schéma proposé par Janet L. Abu Lughod d’un monde divisé en « sous-systèmes », qui ne fait que déplacer le problème en multipliant les pôles, mais qui restent hégémoniques à l’échelle d’une vaste région. Son modèle n’est du reste pas sensiblement différent de celui proposé par Pierre Chaunu en 1969 des « univers cloisonnés » (Chaunu, 1969, pp. 54-60).

78 Braudel, 1979b, t. III, p. 16. Il prend notamment comme exemple le Sahara.

79 Voir notamment Boucheron, 2009.

80 « La précision dérisoire des croquis ne vaudra pas plus, en effet, que les péremptoires clivages dynastiques en usage ; mais sans doute pas moins. La durée de telles structures spatiales peut fournir aussi un aussi bon critère de périodisation que celle des institutions politiques. » (Garcin, 1980, p. 448).

81 Voir le constat dressé par Bernard Rosenberger en 1977, mais que l’on pourrait reprendre encore largement aujourd’hui : « Dans l’état actuel des connaissances, il est bien difficile de présenter en quelques pages les grandes lignes de l’évolution économique du Maghreb musulman. Il faudrait pouvoir s’appuyer sur des travaux plus nombreux dégageant des certitudes suffisantes, limitant les hypothèses et les interrogations. Ce n’est pas le cas. Aussi a-t-on souvent l’impression que donnent les anciennes cartes, où des figures de détail anecdotiques meublent le vide des régions inexplorées. » (Rosenberger, 1977, p. 205).

82 On pourrait aussi choisir de partir de l’analyse des oasis du sud, des axes de circulation ou encore des capitales politiques par exemple.

83 Elle est en particulier plus précoce qu’en Égypte, pourtant très liée elle aussi au commerce maritime à la fois en Méditerranée et en direction de l’océan Indien, mais où cette « méditerranéisation » ne s’opère vraiment qu’au xive siècle (Garcin, 1973-1974).

84 Despois, 1958, p. xiv, qui s’étonne qu’il n’y ait jamais eu qu’une vie maritime éphémère ou strictement localisée.

85 Braudel, 1979a, t. I, p. 96.

86 Horden, Purcell, 2000, p. 142.

87 Les ports ont un arrière-pays, mais aussi un avant-pays, « formés par les plus ou moins nombreuses lignes de navigation qui les desservent au plan mondial » (Lacoste, 1999).

88 Horden, Purcell, 2000, notamment la deuxième partie, « “Short Distances and Definite Places”: Mediterranean Microecologies ».

89 Cela est vrai également lorsque des causes humaines, notamment le brigandage, rendent les transports par terre plus difficiles.

90 C’est ce qui faisait dire au géographe Hildebert Isnard qu’il n’existe pas de « centre géographique » à partir duquel pourrait se faire une « cristallisation territoriale », une unification nationale, ce qui condamnerait par avance la solidité des constructions politiques (Isnard, 1950, p. 121).

91 On est très loin ici du modèle de « thalassographie articulée » théorisé par David Cosandey, caractérisé par une bonne interpénétration des mers et des terres, qui aurait selon lui été un facteur favorisant le développement économique — et, au-delà, de la science (Cosandey, 2007).

92 C’est le cas notamment dans les régions montagneuses, où de très bonnes criques sont totalement dépourvues d’espace en arrière pour permettre l’essor d’une ville. Cela donne naissance parfois à des sites doubles associant d’un côté un port pour le déchargement des marchandises et le mouillage des bateaux, et de l’autre une ville proche où se développent les établissements humains. Une telle configuration se rencontre avec Mers el-Kebir/Oran, ou Stora/Skikda, mais aussi, d’une certaine manière, avec Mahdia/Zawīla (bien que dans ce cas il y ait aussi un projet politique de création d’une ville palatiale qui rejette les activités économiques à l’extérieur, en tout cas à l’époque fatimide).

93 Les aménagements portuaires et les ports construits sont rares au Maghreb. Ils sont attestés à Mahdia, Sousse, Bougie et Hunayn, avec des bassins artificiels creusés (Picard, 2010b). Dans tous les cas il ne s’agit que d’un bassin de dimension relativement modeste, qui sert davantage pour le déchargement des marchandises que pour le stationnement des navires. En outre, il ne pallie pas les problèmes dus aux vents dominants qui sont le principal danger pour les navires stationnant dans les ports.

94 Il existe une certaine ambiguïté dans le terme d’escale, qui désigne parfois « un point d’arrêt sur une route maritime, allant d’un port terminal à un autre port terminal », parfois « tout port, qu’il soit terminal ou intermédiaire, où se développe une activité commerciale relativement intense » (Gilissen, 1974, p. 689). C’est le premier sens que j’utilise ici.

95 Il ne semble pas qu’il y ait au Maghreb de port spécialisé dans la seule fourniture de services élaborés pour les navires, comme cela se voit pour Messine (Penet, 2007, pp. 44-48), et ces escales non marchandes sont toujours des ports de faible envergure.

96 Bresc, 2010.

97 Al-Bakrī, Kitāb al-masālik wa-l-mamālik, éd. par Van Leeuwen et Ferré, 1992, p. 757 ; trad. de Mac Guckin de Slane, 1913, p. 168.

98 Bresc, 2010, pp. 153-154. C’est le cas également des plages de l’Atlantique marocain, où sont chargées notamment des céréales (ibid.).

99 C’est ce qu’a cherché à théoriser Pierre Chaunu à travers le modèle des « cercles superposés » : plus de 90 % de la production agricole ne sort pas d’un cercle de 5 km de rayon ; sur les 10 % restants un dixième seulement est commercialisé au-delà du « petit pays », que l’homme peut parcourir en une grosse journée de marche et que Chaunu estime à un millier de km2, et est alors introduit dans le grand commerce et l’économie-monde (Chaunu, 1977, pp. 24-25). Ce commerce local se développe dans ce que Fernand Braudel nomme le « marché élémentaire », caractérisé par l’immédiateté des échanges et l’absence d’intermédiaires (Braudel, 1979b, t. II, pp. 14-15), ce qui se retrouve notamment dans les souks ruraux hebdomadaires.

100 Voir en particulier le commerce de l’or qui se fait sur de longues distances et à travers plusieurs réseaux marchands qui se relaient du sud au nord.

101 Celles-ci sont relativement légères dans le cas du Maghreb : la généralisation du portage par animaux de bât et l’abandon du transport par charriots (Beg, 1993) a poussé à négliger l’entretien des anciennes voies romaines, qui ne sont plus signalées que comme des vestiges, par exemple dans la région de Constantine (Léon l’Africain, Descripción general del África, trad. de Fanjul, 1995, p. 232), mais aussi des ponts (Vanacker, 1973, p. 662).

102 Les sources montrent cependant peu de mesures contraignantes visant à interdire le commerce hors des régions politiquement contrôlées.

103 Cette notion de mare liberum est théorisée juridiquement au début du xviie siècle par Grotius, dans le contexte de la lutte pour les mers entre l’Angleterre et les Provinces-Unies (Grotius, Mare liberum).

104 On en trouve quelques cas pour des mers fermées comme l’Adriatique avec Venise (Doumerc, 2013). Voir également le cas de la taifa de Denia, Bruce, 2010.

105 Emily Sohmer Tai voit dans la course des xive et xve siècles une tentative de territorialiser la mer dans un contexte de forte compétition entre puissances chrétiennes (principalement Gênes, Venise et la couronne d’Aragon) pour le contrôle de l’espace de la Méditerranée occidentale (Sohmer Tai, 2007). Aucune puissance ne parvient cependant à véritablement imposer durablement un monopole de la violence dans la région, et notamment le long des côtes maghrébines.

106 Les traités de paix contiennent parfois une clause faisant obligation au souverain musulman d’assurer la sécurité des marchands sur terre et sur mer, mais sans que soit précisée l’étendue spatiale de cette protection en mer. En Sicile il existe un droit exclusif de l’État, qui peut le concéder notamment pour des madragues, et correspond à deux traits d’arbalète. Mais les documents siciliens ne disent rien sur ce qui pourrait être considéré comme des « eaux territoriales » (Bresc, inédite).

107 Le Portugais Valentim Fernandes au début du xvie siècle, évoquant une situation ancienne dans le détroit de Gibraltar, écrit que « tous les navires du Levant ou du Ponant qui passaient par le dit endroit devaient amener leurs voiles : et si quelque vaisseau ne le faisait pas, aussitôt les galères des Maures le suivaient et s’emparaient de lui » (Fernandes, Description de la côte d’Afrique, trad. de Cénival et Monod, 1938, p. 18). Peut-être cet arrêt forcé se traduisait par le paiement d’une taxe (Rosenberger, 1995, p. 25). Mais c’est une source tardive. À l’autre extrémité du Maghreb, la domination par un même pouvoir de la Sicile et de la côte d’Ifrīqiya orientale a pu mener à la revendication d'une souveraineté sur le passage entre les deux bassins de la Méditerranée par les Aghlabides et les Fatimides, puis par les Normands — la conquête des îles de Djerba et des Kerkennah par les Catalans a pu avoir aussi pour objectif un contrôle de cette zone maritime.

108 Pryor, 1988, pp. 12-24.

109 Al-Anṣārī, au xve siècle, compte ainsi d’après la tradition orale 360 funduq-s à Ceuta à la veille de la conquête portugaise, dont le plus grand était destiné aux céréales, et d’autres accueillaient les marchands. Al-Anṣārī, Iḫtiṣār al-aḫbār, pp. 160-161, trad. de Turki, 1982-1983, pp. 139-140.

110 Valérian, 2006c.

111 Picard, 2011, et Gilotte, Nef, 2011.

112 Pour une typologie générale des sources, Valérian, 2006a, pp. 13-25, et sur les sources latines Id., 2006c, notamment pp. 14-24. Voir également le problème des sources d’une histoire économique du Maghreb médiéval dans Id., 2014a, pp. 128-132.

113 Garcin, 1980.

114 Voir en particulier les tentatives d’évaluation des populations urbaines à partir de la taille des salles de prière des mosquées ou la superficie à l’intérieur des murailles : Lézine, 1969 ; Baïzig, 1994.

115 Fenwick, 2013, pp. 11-12, qui montre cependant des changements récents.

116 Notre connaissance des céramiques du viie-viiie siècle pour le Maghreb reste encore très limitée, même si elle progresse (ibid., pp. 12-13).

117 Bloch, 1974, p. 35.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search