Ports et réseaux d’échanges dans le Maghreb médiéval

Dominique Valérian
Bibliothèque de la Casa de Velázquez

Présentation

Longtemps considéré comme une région périphérique en Méditerranée et dans l’Islam, le Maghreb médiéval est au contraire très tôt intégré dans des réseaux d’échanges, d’abord dans le cadre de la construction d’un espace islamique largement ouvert sur la mer, ensuite dans celui d’une Méditerranée dominée par les puissances latines européennes. Connecté à la fois à l’Orient, à l’Afrique subsaharienne et à la Méditerranée, le Maghreb islamique s’insère entre le viie et le xve siècle dans des connexions complexes qui donnent à ses ports un rôle croissant dans les échanges commerciaux, mais aussi plus largement dans la structuration de l’espace maghrébin et méditerranéen, à la fois comme pôles d’impulsion régionaux et interfaces entre des réseaux terrestres et maritimes. L’analyse des sources arabes et latines permet ainsi de montrer comment les acteurs politiques et économiques contribuent à faire évoluer ces réseaux commerciaux à différentes échelles, en premier lieu dans un espace centré sur les pays d’Islam, puis à partir du xie siècle dans une économie-monde en formation, connectant l’Afrique, l’Europe latine et l’Asie.

Vinculado a la vez con Oriente, el África subsahariana y el Mediterráneo, el Magreb Islámico se inserta entre el siglo vii y el xv en redes complejas que otorgan a sus puertos un papel cada vez más importante en los intercambios comerciales. El análisis de las fuentes árabes y latinas permite mostrar cómo los actores políticos y económicos contribuyen a la evolución de estas redes, primero en los países islámicos, y luego, a partir del siglo xi, en una economía mundial en desarrollo que conecta África, la Europa latina y Asia.

The Islamic Maghreb was connected to the Orient, Sub-Saharan Africa and the Mediterranean, and thus was integrated, between the 7th and the 15th centuries, into complex networks giving an increasing role to port cities, in the commercial exchanges but also, more broadly, in the structuration of space. The study of both Arabic and Latin sources shows the evolution of the networks on various scales, first in a space mainly centered on the lands of Islam then, from the 11th century, into the frame of a “world economy” including Latin Europe, Africa and Asia. The concept of network, in the heart of this book, allows to reject Imperial paradigms based on the opposition between centers and peripheries, and which had contributed to marginalize the place of the Maghreb in Mediterranean and Islamic studies. It explains the complexity of maritime and land trade, by the variation of scales of analysis and the study of the role of Maghrebian actors, away from an historiography long focused on the Mashreq and then on Christian Europe. It finally allows a better understanding of the transformations in the structure of economic, but also political space in the medieval Maghreb, characterized by a progressive “mediterraneization” resulting from political choices by Muslim rulers as well as from general evolutions in a wider scale.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540