Version classiqueVersion mobile

Privauté, gouvernement et souveraineté

 | 
François Foronda

Table analytique

Texte intégral

Une relation gouvernementalisante p. 1
Prolégomènes de l’ouvrage – une thèse sur la privauté et son contexte historiographique : proximité royale, favoris, ministériat, valimiento, courtiers du pouvoir – enquête sur les fondements du pouvoir politique : les coups d’État, le contrat politique, sa constitutionnalisation – un retour sur ouvrage : la privauté comme relation gouvernementalisante – la relation paradoxale entre lien personnel et autonomie du gouvernement – le choix de l’amitié contre la parenté : la privanza déparentalisante – mise en perspective européenne – spécificités castillanes – investissement idéologique de la part du roi au xiiie siècle : l’amitié gouvernementale – modélisation de la prise de pouvoir royale au travers de l’itération d’une privanza de combat – une continuité d’expérience transformant la privanza en régime politique, la privanza-gobernanza – le problème du xve siècle : reparentalisation et hypothèse d’un temps médiéval et moderne de la privauté, la privanza bureaucratisante.
L’amitié gouvernementale
Amitié vassalique, parenté et privauté p. 11
La privanza, rupture, continuité, reformulation ? – les temps des noblesses castillano-léonaises – un système de proximité préalable et son dérèglement : l’amitié aristocratique – reprise en main du patronage royal et satellisation monarchique – le trône face au piège de la parenté – la privanza, l’effroi et la peur – la privanza, un autre type d’amitié ?
Le vocabulaire de la privauté p. 16
Une triade terminologique : privanza, privado, aprivar – fouille lexicale et état des corpus textuels informatisés – le vocabulaire de la privauté, une actualité historiographique – le privatus romain et la judéité de la figure du privado – modèles et transferts culturels, pistes occitane et musulmane – lecture conjointe du Kalila et du Calila – un régime d’accompagnement destiné à épauler le rehaussement souverain ?
Le relevé des emplois p. 19
Les acceptions de la triade terminologique : « particulier », « vite » et « privauté » – la constitution du corpus : CORDE et les différents correctifs apportés – un corpus de 44 « œuvres » – première caractérisation – 516 emplois du vocabulaire et prédominance de l’acception privauté – net avantage de privado sur privanza, et rareté d’aprivar.
Le jeu des acceptions p. 31
Acception « particulier » – un poids faible et un usage en pointillé sur la période – l’influence du genre : littérature juridique et religieuse – l’influence du latin, un conservatoire lexical – tension sémantique dans le Fuero Juzgo (privati et privados) – acception « vite » – un emploi prépondérant jusqu’en 1250 – l’écriture poétique commande son emploi dans une littérature religieuse et épique originale – la Biblia prealfonsina, témoignage d’un basculement en faveur de l’acception « privauté » – Biblia prealfonsina et Calila e Dimnaaprivar et aprivadar : se dépêcher et entrer ou être dans la proximité, un lien sémantique ?
Le rapprochement, la proximité p. 35
Synonymies : aprivar et allegar, privado et allegado – à la Porte du roi : Mardochée et Assuérus, Daniel et Nabuchodonosor, les loups cerviers et le roi lion (Biblia prealfonsina, Fazienda de Ultramar et Calila e Dimna) – aportellados et privados (Libro conplido en los iudizios de la estrellas, Libro de las cruces) – la Biblia prealfonsina, un laboratoire verbal ? – appropriation royale du vocabulaire de la privauté : la proximité royale et sa projection gouvernementale – des solutions de traduction d’un vocabulaire latin et hébreu systématisées dans la traduction d’une littérature en arabe (Biblia prealfonsina, Vulgate, reprise des chroniques latines du règne de Ferdinand III dans la Estoria de España d’Alphonse X) – privanza, familiaritas et familia : la proximité par rapport au prince comme solution d’unification de la désignation des personnes.
Logique de spatialisation p. 40
Déparentalisation et spatialisation de l’identité sociale : les privados, habitants de la proximité royale – la Porte du roi, espace liminaire et fonction d’intermédiaire – Siete Partidas – le service du dehors et le service du dedans – la cour, le palais et le retrait : circonstances d’échanges et accès différencié au prince – le dit et le geste : sacralisation du prince et sanctuarisation de sa cour – la cour comme épicentre d’un déploiement juridictionnel, le rastro – usages de l’espace et production d’un espace palatial – Alphonse X, roi législateur et prince architecte : l’alcazar de Séville et l’appartement du Colimaçon (apartamiento/apartar).
Privado, Privanza p. 43
Acception privauté – dominante à partir des années 1250 – premiers pics d’emplois (Calila e Dimna puis Sendebar), répliques (Iudizios de las estrellas et le Libro de los proverbios) et présence continue des années 1250 (Flores de Filosofía, Poridat de las poridades, Secreto de los secretos, Bocados de oro, « Picatrix », Libro de las cruces) : littérature doctrinale et scientifique et traductions de l’arabe – pics d’emplois des années 1270-1280 (Estorias alphonsines) : le poids de l’histoire – rareté d’aprivar (Calila e Dimna) – primat de privado sur privanzaprivado employé comme adjectif avant de l’être comme substantif, au pluriel avant qu’au singulier et au masculin bien avant qu’au féminin – privanza et le pic d’emploi des années 1270-1280.
Des privados venus d’Orient p. 47
Vocabulaire arabe et vocabulaire castillan de la privauté : le Kalila et le Calila – les racines arabes : proximité du pouvoir et formes organisées de compagnie et d’assistance – le vizir et le rehaussement de la majesté califale – vizir, privado et alguazil (Libro de los cien capítulos) – appropriation d’une signalétique méditerranéenne du pouvoir souverain (Gran conquista de Ultramar/Estoire d’Eracle) – vizirat, eunuchat et privauté : les cycles narratifs du favori dans le monde islamique et Orient archétypal.
Les privanzas romaines p. 51
Le poids différencié des Estorias alphonsine – l’histoire de Rome – un temps d’arrêt dans le récit : instauration du principat et lexique de civilisation romaine – l’acception constitutionnelle de privanza – les chemins d’un arrangement : imperator, imperare et privareprivanzas républicaines et privanza impériale – les privados et la dégradation du régime politique : un revirement alphonsin ? – privados/nescesarrios, necessarii/necessitudo : le lien et l’obligation dans l’exercice d’une fonction – privatus et charge publique.
Les schémas de cooccurrences p. 59
Vertus d’une méthodologie : retour au texte et schématisation – corpus traité et méthode de traitement – options de sélection du vocabulaire et construction des listes – le choix d’une sélection du vocabulaire sur la base d’analyses factorielles – une liste finale de 179 mots – illustrations de l’intérêt d’une analyse de la présence simultanée du vocabulaire.
La dignité nécessaire p. 62
Privanza – deux chemins principaux de cooccurrences : la problématique constitutionnelle (histoire romaine) et la question de l’accès à la proximité et des périls de cette position (la fiction orientale) – un carrefour autour de menester et dignidadmenester/mester, ministerium/minister, service et obligation – la privanza comme accomplissement – aprivar/apartar, compagnie et prérogative d’aparté – un accès à la compagnie du roi sous tension : le droit contre la faveur – l’échec du néologisme aprivar : la déconvenue du roi ?
L’ami (ou l’ennemi), le compagnon et le conseiller p. 66
Privado – autonomie de fonctionnement par rapport à privanza – amitié et inimitié : la possibilité d’une réversibilité – le registre des émotions, de la communication et du mandement – la synthèse des Siete Partidas : les dispositions sur le conseiller ou privado – les qualités attendues du bon conseiller ou privado – les capacités perceptives et expressives de l’œil : la vue, le discernement, le sentiment.
Préséance du privado ou conseiller p. 68
Privados et riches hommes dans l’ordre des officiers du secret au sein du service du dedans – la récompense du service au roi : un régime à deux vitesses – la position du conseiller et ses possibilités d’ascension – loyauté, entendement et faveur du prince – la privanza talonne l’hérédité.
Une fouille à reprendre p. 71
Des résultats à pondérer – les biais de l’étude – outil informatique et écriture de l’histoire – le lien entre privauté, amitié et conseil – possibilité d’une interprétation organique de la privauté – fait lexical et fait social : le choix du roi – investissement idéologique préalable au choix stratégique de la privauté.
Privauté et vérité p. 74
Instabilité de l’idée alphonsine de privauté – stabilisation par le conseil et l’amitié : le jalon des Castigos de Sanche IV – l’ami véritable et l’épreuve d’amitié – la vérité mise au concours : les concubines puis les gardes du corps de Zorobabel – le récit primordial d’une privanza gouvernementale et sa remémoration iconographique de 1420 – image de majesté en régime de privauté : le roi couché.
Privauté et amitiés p. 81
La feinte de Zorobabel et la compétition imposée – le roi couché et le coup d’État (Tordesillas, 1420) – coups d’États et amitiés jurées – le continuum contractuel – contrat et participation politique – évolution sociétale et réflexion doctrinale : l’amitié, étalon du lien sociopolitique.
Une formule de réassurance
Cycles narratifs p. 97
Le couple roi/privado : fonctionnalité narrative et fonctionnalité politique – les Estorias, la Crónica de Tres Reyes, Fernán Sánchez de Valladolid : la production chronistique – la Crónica de los reyes de Castilla de Jofré de Loaisa et le molinisme – l’investissement historiographique nobiliaire et la Historia hasta 1288 dialogada – convergence contre les privados : la liquidation narrative des privados sous Alphonse XI – Lope Díaz de Haro et Alvar Núñez de Osorio, communication entre deux cas d’infortune.
Les privados-prélats p. 100
Un personnel ecclésiastique : le « más privado » Gómez García de Toledo, abbé de Valladolid, l’archevêque de Tolède Gonzalo Pérez Gudiel et l’évêque d’Astorga Martín García ou González – la réaction anticléricale de 1295 – compétence scripturaire et administrative – capacité idéologique : de sanchisme en molinisme (Castigos de Sancho IV, Libro del caballero Zifar, Libro del consejo e de los consejeros) – temporisation et neutralisation : les privados-prélats.
L’apoderamiento aristocratique p. 102
La puissance du lignage des Haro – Sanche IV et don Lope Díaz de Haro : la crise successorale et la déposition d’Alphonse X – la royauté sanchiste : une légitimité d’origine en question – la nature du pouvoir de don Lope – la mainmise (apoderamiento) contre la privanza – l’apoderamiento de don Lope : sa sanction statutaire et contractuelle en 1287 – le coup de sang de Alfaro (1288) ou la restauration du roi dans sa fonction de gouverneur.
Le songe d’une monarchie sacerdotale p. 107
Mouvements après la chute de don Lope – Juan Núñez I de Lara et le scénario de la peur du roi – promotion de la privauté ecclésiastique et fuite en avant idéologique : le songe de majesté des Castigos – l’effigie royale, les pierres précieuses et les vertus – Moïse et Aaron, la tente de la Rencontre et le vêtement liturgique – la monarchie sacerdotale – l’idéal partagé par ecclésiastiques et chevaliers d’un roi automate.
Entre les villes et les oncles, l’enjeu partagé de la proximité p. 113
Minorité, tutelle et régence : les parents du roi et sa mère, doña María de Molina – le sacrifice des prélats-privados aux Cortes de Valladolid de 1295 – les bons hommes, le Conseil et l’audience publique : la participation urbaine au gouvernement – l’instabilité du régime de mainmise aristocratique – première équipe de privados : Fernán Gómez de Toledo, Diego García de Toledo et don Simuel (1301-1306) – deuxième équipe de privados : Fernán Gómez de Toledo, Diego García de Toledo et Sancho Sánchez de Velasco (après 1306) – la ligue de l’infant don Juan et le renvoi des privados à Grijota (1308) : profil des équipes – la responsabilité d’état des parents du roi : le redressement (dereçamiento) du royaume – la peur du roi, la proximité royale et l’opinion publique – la mort de Ferdinand IV, la question de la tutelle et le partage des opinions : les assemblées concurrentes de 1313 à Palencia – d’un côté le renvoi des privados, de l’autre, la définition d’une éthique du conseil et du conseiller (Libro del consejo e de los consejeros).
La prise de pouvoir d’Alphonse XI : la privanza de combat p. 124
Modélisation narrative du triomphe politique : privanza de combat et privanza sans privados – les axes de la satellisation alphonsine : la noblesse et les villes – l’équipe de privados de 1325 : Alvar Núñez de Osorio, Garcilaso de la Vega et don Yuzaf – puissance, cibles et méthodes des privados – la machine juridico-politique d’élimination – l’attraction militaro-chevaleresque – trahison et lèse-majesté : une synonymie désormais inutile – dissidence aristocratique de type littéraire : l’auteurité de don Juan Manuelles privados aux miroirs aristocratiques et monarchiques – privado ou riche homme, privanza ou apoderamiento : le brouillage des catégories – le coup de majesté de 1329 contre Alvar Núñez de Osorio.
La satellisation alphonsine : la privanza sans privados p. 133
Les Cortes de 1329 : un nouveau temps politique ? – nomination des officiers et exercice des charges : un nouveau pacte de confiance ? (Libro del consejo e de los consejeros) – postérité des mesures – le tournant de 1332 dans la chronique – les privados remplacés par les criados – une privanza sans privados et les autres mirages alphonsins – investissement narratif et réarmement doctrinal – condamnation doctrinale des privados (Glosa castellana al Regimiento de Príncipes, Communiloquium [Tratado de la Comunidad] et Policraticus) et peccatologie ibérique du pouvoir (Speculum regum) – Grenade, le régicide et la privanza : le miroir du pire – invisibilité et visibilité du roi.
La récidive pétriste p. 141
La puissance des Trastamare – de royauté en tyrannie : l’effet contre-productif de la réédition d’une privanza de combat – le gouvernorat de Juan Alfonso de Alburquerque et son équipe de privados – continuisme de la politique alburquerquienne : les Cortes de Valladolid (1351) – la chute de Alburquerque et les nouveaux privados du roi : Juan Fernández de Henestrosa – la ligue nobiliaire de 1354 – les rencontres de Tejadillo et de Toro – le coup d’État de Toro : le roi et les privados prisonniers – la libération du roi et son enfermement narratif : le piège ayalien.
Le dérèglement assassin p. 149
Projets assassins de 1356 : la partie de dés et l’idée d’un tournoi meurtrier – le basculement meurtrier de 1358 – le meurtre de don Fadrique dans l’alcazar de Séville – la chasse à l’homme du roi au travers du royaume – la blague de Bilbao ou le meurtre de l’infant don Juan.
Une frontière politico-narrative p. 154
1326-1329 contre 1356-1358 : séquence judiciaire contre séquence criminelle – une frontière politico-narrative triplement marquée : la publicité des meurtres, l’intervention du corps spécialisé des hommes de la Chambre et l’inscription dans un dispositif palatial – le sens politique des espaces : l’appartement gothique contre le palais musulman – les trahisons du tyran – les temporalités de la frontière politico-narrative ayalienne.
Le réaménagement pétriste p. 164
Le vestige d’un projet politique – le schéma directeur du réaménagement – Séville, sedes regia et caput regni ? – les sources du projet pétriste – la porte de justice et la définition alphonsine de la cour – la salle d’audience du songe de majesté des Castigos – raison juridique, raison criminelle et déraison d’État ?
Une voie de sacralisation ? p. 171
Le palais dans Gilles de Rome glosé : le modèle salomonique – l’alignement pétriste : l’appartement du roi, la porte du Lion et la cathédrale-chapelle royale – le parcours de l’entrée royale à Séville – une voie de sacralisation ? – les frappes de l’atelier monétaire de Séville et les inscriptions aux portes du nouvel appartement royal : l’image eucharistique du prince – cámara santa et cámara regia : le roi exorciste ? – guerre civile et guerre des signes.
Un régime politique
Gouverner autrement p. 181
Des Cortes en chronique : la mesure du changement politique – le nouveau régime s’affiche dans les actes de la chancellerie royale – la promotion d’un gouvernement par le c[C]onseil et la mise en scène de ses délibérations – le Conseil de 1385 à Séville : le mémorial de l’épouvante et l’éthique du conseiller.
Temps d’institution p. 190
Un « programme » trastamare ? – convergence européenne et relations entre la Castille et le Portugal – de part et d’autre d’une frontière, la création de l’office de connétable – la réorganisation de la Chambre en 1385 : l’office de Camarero Mayor de la Cámara de los Paños – Aljubarrota et l’institution du Conseil.
La tourmente administrative p. 194
Les doutes de López de Ayala et le Rimado de Palacio – la rapine des privados, la plainte d’un royaume et les mésaventures d’un chevalier : critique de la déraison administrative – la crise de régime de 1385 – aux Cortes de Valladolid et aux Cortes de Coimbra, l’ouverture du Conseil aux villes.
Le gouvernement par le c[C]onseil p. 199
Une opération de communication politique : la souffrance royale – le conseil de Jéthro à Moïse – l’actualisation du projet sanchiste de monarchie sacerdotale – la participation des villes au Conseil et la hiérarchie des corps de l’État.
Retour à la privanza p. 203
D’un Conseil de régence à l’autre : l’impossible gouvernement par le Conseil – compétition politique et factionnalisation du royaume – les oncles du roi et le retour des privados – l’équipe de privados : Juan Hurtado de Mendoza, Diego López de Stúñiga et Ruy López Dávalos – les prélats-privados, Pedro Tenorio et Pedro de Frías – les privados font corps par l’alliance – le contrat de 1405 et la contractualisation de la privanza-gobernanza.
La privanza enseignée aux chevaliers p. 210
Ayala, une vie, une œuvre – un regard changé sur le monde – un programme d’éducation au pouvoir – dans le Rimado de Palacio, le sermon ad status adressé aux nouveaux privados – un gouvernement par la privanza compatible avec un gouvernement par le c[C]onseil.
Un pouvoir à prendre p. 213
Morales implicites : le pouvoir est à prendre et il revient aux chevaliers de l’exercer – exclusive gouvernementale et régime de participation – disjonction du regimen : souveraineté du roi et gouvernement des élites – autonomie des corps de l’État, décrépitude du simple corps du roi et sexualisation de l’apoderamiento – le roi couché, le coup d’État : Tordesillas, le 14 juillet 1420.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search