Version classiqueVersion mobile

Privauté, gouvernement et souveraineté

 | 
François Foronda

IV

Un régime politique

Texte intégral

Gouverner autrement

  • 1 En 1367, à Burgos, face aux villes qui lui réclament d’exclure les Juifs des offices de sa maison, (...)
  • 2 Toro, 1371, CLC, t. II, p. 206 (6).
  • 3 Burgos, 1367, ibid., t. II, p. 148 (6) ; Toro, 1369, ibid., t. II, p. 183 (74).
  • 4 Toro, 1371, ibid., t. II, p. 211 (21).
  • 5 Rappelons que c’est sous le vocable de l’« offensive populaire » que Julio Valdeón envisagea l’ens (...)

1Aux assemblées convoquées par Henri II entre 1367 et 1371, les pétitions présentées par les villes pointent chez lui un certain atavisme. Il semble par exemple que des Juifs demeurent dans son entourage1. Ils ne sont pas les seuls visés dans ces pétitions où résonnent certains réflexes discursifs. Ainsi, les villes se plaignent-elles aussi des hommes que les chevaliers et les « puissants du royaume » (omes poderosos) placent pour administrer celles que leur concède en seigneurie le nouveau roi, dont elles disent qu’ils sont des « hommes de palais » (omes de Palaçio), meilleurs manieurs d’armes que lecteurs de droit2. À leur place, les villes réclament des hommes bons et d’un moindre relief social (omes buenos llanos), idoines en tout. Cette réclamation concerne le gouvernement local, mais le profil ainsi tracé du meilleur gouvernant n’est pas différent de celui que les villes tentent aussi de faire admettre à un niveau supérieur. En 1367, 1369 et encore en 1371, les villes demandent en effet que le roi retienne à son Conseil des hommes bons, pourvus d’entendement et idoines, c’est-à-dire leurs représentants en fait3. Mais plutôt que de les retenir, jusqu’au nombre de douze, Henri II leur répond en 1371 qu’il compte désormais sur les auditeurs de son Audience qu’il vient d’instituer, sur ses officiers donc4. Au moins, le roi s’engage-t-il à accorder audience, sans aucun délai, aux hommes que les villes pourraient envoyer à sa cour pour régler quelque affaire. La teneur de ces échanges laisse donc penser que tout a changé en Castille afin que les choses demeurent comme elles étaient. Et les villes, face aux hommes puissants (omes poderosos), à ceux du palais (omes de Palaçio) ou aux auditeurs de l’Audience (oydores), se sentent toujours exclues d’une proximité royale que dominent en somme les mêmes compagnies courtoises, la noblesse et les officiers. Mais les toutes premières années du règne d’Henri II sont une trop belle occasion pour que les villes n’essaient pas de faire avancer leurs intérêts, elles ont par conséquent tout intérêt à noircir la situation5.

  • 6 Gimeno Casalduero, 1972, p. 128.
  • 7 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, p. 118.
  • 8 Ibid., t. II, pp. 121-122, 129-130 et 147.
  • 9 Ibid., t. II, p. 27, où il est dit que Pero Carrillo était privado du comte en 1360.
  • 10 Ibid., t. II, p. 150.

2Pour voir si d’autres atavismes demeurent, portons-nous vers le terrain de l’histoire, dont on ne peut douter qu’il ne soit pas totalement favorable à Henri II. Nous y retrouvons Pedro López de Ayala que nous avons laissé à Séville, en plein montage de sa frontière diffamante. Un autre élément lui permet de poser la différence entre l’un et l’autre des princes dont il rédige la chronique conjointe à partir de la proclamation royale d’Henri II en 1366 : sa générosité, qui lui vaudra bientôt son surnom, « el de las mercedes [“grâces”] »6. Contrairement au tyran peu enclin à partager ses trésors7, Henri II affiche ainsi sa capacité d’écoute, sa bonne disposition pour répondre aux demandes qui lui sont faites, à donner villes, localités et châteaux à ces riches hommes et chevaliers qui le rejoignent et qu’il comble de grâces ; mais aussi à parler avec tous les hommes du royaume8. Nul ne semble plus faire obstacle entre ce prince ainsi réputé et ses sujets. Car si des privados étaient bien présents dans l’entourage du comte9, le lecteur peine à en trouver un seul après son avènement. Même les portiers de la chambre font davantage de manières, comme si leur contrôle des portes devait à présent se plier à un protocole de transparence. Certes, ils empêchent violemment le chevalier Ferrand Alfonso, l’un des meilleurs de Zamora, d’accéder à la chambre d’Henri II, mais ils le font devant tous, et avec l’assentiment des autres chevaliers présents10. Ainsi éconduit, Ferrand Alfonso rejoint la cause pétriste.

  • 11 Ibid., t. II, p. 313. La mention d’herbes appelle ici la comparaison avec le cas de don Juan Alfon (...)
  • 12 Ibid., t. II, pp. 317-318.
  • 13 Leur intervention dans cette affaire rappelle en effet le remplacement des privados par les criado (...)
  • 14 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 326-327.

3Quelques indices montrent toutefois la persistance de certains réflexes, en particulier celui de l’élimination politique, sous ses deux formes d’ailleurs, l’assassinat et la diffamation. En 1370, le frère du roi meurt. Il s’agit de don Tello, celui que Pierre Ier avait poursuivi jusque sur mer en 1358. La rumeur (fama) accuse Henri II d’avoir ordonné son empoisonnement, ce que le chroniqueur dément catégoriquement11. L’infant héritier don Juan hérite ainsi de la seigneurie de Biscaye, qui est rattachée à la Couronne lors de son accession au trône en 1379. Le parjure et la cruauté ensuite. En 1371, lors de la reddition de Carmona, qu’il assiégeait depuis près d’un an, où les derniers fidèles de Pierre Ier ainsi que sa descendance et les dépouilles de son trésor avaient trouvé refuge, Henri II accorde sa sauvegarde à don Martín López de Córdoba, grand maître de Calatrava et d’Alcántara, que nous avons vu évoluer dans la chambre assassine de 1358, et qui avait occupé un peu la place laissée vacante par Henestrosa après 135912. Mais lorsqu’il se rend, ainsi que l’ancien chancelier Matheos Ferrández, à don Fernando de Osórez, grand maître de Santiago et chargé des pourparlers, le roi les fait arrêter puis conduire à Séville où ils sont exécutés. La fureur (saña) du roi s’expliquerait selon Ayala par la mort de ses criados — qui paraissent ainsi revenir de la chronique d’Alphonse XI13 — pendant le siège de la place. Mais dans ce cas d’épuration politique, le chroniqueur se montre moins convaincant que pour la rumeur d’empoisonnement. Le trouble nobiliaire enfin. Toujours en 1371, ce trouble est motivé aux Cortes de Toro par un nouveau projet de partage des terres de behetrías14. L’argumentaire pour le rejeter reprend nombre d’éléments de ceux avancés dans le même dessein en 1351, en particulier la privanza, les privados et les inégalités que la médiatisation de la faveur royale ne manquerait pas de provoquer.

  • 15 Ostolaza Elizondo, 1993, pp. 203-205.
  • 16 Martín Prieto, 2016a, 2016b et 2018.
  • 17 Valdeón Baruque, 1966, pp. 117-126 et 274-305 ; Suárez Fernández, 1994a, pp. 65-82.
  • 18 Pascual Martínez, 1973, pp. 186 et 189. Sous sa direction travaillent les scribes Diego Fernández (...)
  • 19 Selon un modèle formulaire qui remonte probablement au règne de Ferdinand IV. Voir en ce sens le p (...)
  • 20 Ces considérations pétristes sur la loyauté se trouvent exprimées dans le privilegio rodado du 12  (...)
  • 21 CLC, t. II, pp. 1-2.
  • 22 Ibid., t. II, pp. 164-165.
  • 23 Garriga Acosta, 1994, pp. 61-87.
  • 24 L’insertion de la loi naturelle peut indiquer ici l’influence sur les rédacteurs du protocole du t (...)
  • 25 Pour une synthèse sur la présence d’ecclésiastiques dans le personnel de la chancellerie royale et (...)
  • 26 CLC, t. I, pp. 414-415 (34).
  • 27 Ibid., t. II, p. 283.

4La convergence entre cette position nobiliaire et la position urbaine tout juste évoquée, toutes deux assez stéréotypées dans leur expression, indique cependant moins une hésitation henricienne quant au type de royauté à retenir qu’un moment d’ajustement, lequel est loin de faire table rase. En témoigne plus spécialement la façon dont la chancellerie henricienne, sous la houlette de l’archevêque de Tolède don Gómez Manrique dès le printemps 136615, forge les préambules du renouveau après le retour d’Henri II en Castille à l’automne 1367 et assure ainsi l’affichage des grandes orientations du régime16. Deux domaines sont de ce point de vue révélateurs. Le premier est celui des privilegios rodados formalisant ces mercedes dont l’important flux cimente l’ancrage nobiliaire du régime henricien entre 1366 et 137117, et conduit à créer au sein de la chancellerie une section spécifique sous la direction de don Pedro Fernández de Soria, d’abord archidiacre d’Alcaraz puis évêque de Plasencia à partir de 137518. Traditionnellement, les préambules de ces actes solennels rappellent le privilège de merci du roi19. Or, la réaffirmation du principe de loyauté dans certains de ces privilegios rodados expédiés par la chancellerie henricienne, au moyen d’un long condensé doctrinal qui transforme leur préambule en une sorte de sermon introductif (accessus), prend paradoxalement pour point de départ la rupture formulaire qu’avaient représentée les considérations pétristes sur cette même question20. Le second domaine est celui des préambules des actes des Cortes, lesquels mettent en avant une idée de justice qui s’adresse davantage aux villes. Cependant, en 1367, la chancellerie henricienne se contente de reprendre le préambule pétriste de 1351, qui affirmait quelle justice il incombait au roi d’accomplir21. En 1369, à ce même préambule, la chancellerie ajoute seulement la volonté royale d’y remédier et d’y pourvoir convenablement22. Ce n’est qu’en 1371, à ces Cortes de Toro où la réforme de la chancellerie et l’institution de l’Audience marquent un tournant dans l’installation du régime henricien23, que le protocole pétriste est abandonné. À sa place, un nouveau préambule affirme que, selon le droit naturel et l’Écriture sainte, la justice est la plus noble et la plus haute des vertus24. Une telle indication pourrait signifier la participation de clercs dans son élaboration25. Toutefois, la mention relève d’une culture minimale et probablement partagée. En ce sens, ce même préambule cède à la redite en reprenant une autre référence à l’Écriture, déjà mise en œuvre en 1329 : « bienheureux sont ceux qui aiment et exercent la justice, car Dieu leur prolongera la vie26 ». Cette promesse d’éternité, soumise à condition, renfermerait-elle néanmoins la conviction d’Henri II de devoir vraiment gouverner autrement ? Au moins précise-t-elle son seul objectif politique, qui tient en un seul mot : durer, et obtenir ainsi ce que Dieu n’a pas concédé à Pierre Ier et à sa lignée. Cet objectif, l’héritier d’Henri II, Jean Ier de Castille, l’assumera dans les mêmes termes dès les premières Cortes de son règne, à Burgos, en 137927.

  • 28 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 360-363 ; Estepa (...)
  • 29 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 393-398. Le prof (...)
  • 30 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 416 et 418-419.

5L’année 1371 marque également un tournant plus net dans le récit de Ayala. Quelques affaires confirment en effet, à partir de ce moment-là, que le choix d’un gouvernement réglé a été fait, lequel contribue à faire au roi de Castille une certaine réputation en dehors du royaume. Ainsi, les réclamations de la comtesse d’Alençon au sujet de la seigneurie de Biscaye en 1373 sont-elles traitées par les auditeurs de l’Audience tout juste instituée28. En 1376, l’intervention d’Henri II dans l’affaire du défi porté contre Juan Rámirez de Arellano29, chevalier navarrais qui l’avait fidèlement servi pendant la guerre civile, oblige le roi d’Aragon à faire discuter l’affaire par son Conseil. Ce choix de l’institution, du règlement et de la procédure, d’une certaine collégialité et du débat également, ce choix dont Henri II paraît se faire le hérault dans la Péninsule à l’occasion de cette affaire, explique sans doute que le chroniqueur n’enregistre plus aucun accès de peur en Castille, alors même qu’elle se fait sentir dans d’autres cours, par exemple à Rome, où des cardinaux disent ressentir cette émotion juste après l’élection d’Urbain VI en 137830.

  • 31 Id., Crónica del Rey don Juan, pp. 7-10 ; Montes Romero-Camacho, 2002.
  • 32 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 18-19.
  • 33 Ibid., pp. 28-30, 33-35, 142, 269-270, 300-301 et 349-358.
  • 34 Gómez Redondo, 1998-2007, t. II, pp. 1808-1816.
  • 35 Suárez Fernández, 1994a.
  • 36 Mitre Fernández, 1968 ; Quintanilla Raso, 2008.
  • 37 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 18-19.
  • 38 Uría Maqua, 1972 ; Suárez Fernández, 2003, pp. 71-112.
  • 39 Lettre de Jean Ier à Murcie du 30 août 1380 (Suárez Fernández, Registro documental, doc. 141, pp.  (...)
  • 40 L’office restera dans ce lignage sans interruption jusqu’en 1411 (Montero Tejada, 1996, pp. 208-20 (...)

6Dans la suite des histoires que rédige Ayala, il revient à Jean Ier de confirmer le choix opéré par son père. Le chroniqueur rapporte toutefois un cafouillage lors de l’accession au trône en 1379 : des privados auraient touché de l’argent pour ne pas s’opposer au règlement de compte entre Juifs dont est victime le trésorier Iuzaf Pichón31. Ayala rapporte la rumeur sans se prononcer sur son contenu. Mais elle est un argument supplémentaire en faveur du remplacement systématique des privados par « ceux du Conseil32 », ou encore par des chevaliers, des docteurs, des letrados, des auditeurs, des confesseurs et des hommes à qui le roi confie ses secrets33, dont la présence est continue dans cette chronique rédigée à la façon d’un manuel de bon gouvernement à destination d’Henri III34. Autrement dit, le gouvernement par le c[C]onseil remplace le gouvernement par la privanza. Et pour les lignages porteurs de la « Révolution trastamare »35, ceux que les charges, les titres, les terres et les rentes rapprochent à marche forcée de l’aristocratie, et qui cherchent logiquement à pérenniser leur triomphe en fondant des majorats, pour tous ceux-là donc36, le gouvernement par le c[C]onseil est comme leur promesse d’éternité. En témoigne tout particulièrement l’affaire Pero Manrique en 1380. Ayala indique l’implication du adelantado mayor de Castille dans un prétendu projet de soulèvement du comte de Noreña don Alfonso Enríquez37, frère (aîné) bâtard du roi38. Une lettre de Jean Ier informant de l’arrestation de don Pero Manrique est cependant plus précise sur son implication : il aurait avisé le comte de Noreña d’un supposé propos assassin du roi à son égard39. Décidément, le cas de Pero Manrique fait penser à l’engrenage initial des affaires d’épouvante, de peur et de trahison de la première moitié du xive siècle, et on comprend bien dès lors pourquoi le chroniqueur préfère rester assez évasif sur le sujet. La solution donnée à l’affaire est en revanche plus conforme au sens de sa démonstration. Car c’est en Conseil, en accord avec les Manrique, que la décision est prise de destituer don Pero et de confier sa charge d’administrateur territorial de la fronière castillane (adelantado mayor) à son frère don Diego Gómez Manrique. La solution permet par conséquent de protéger la position du lignage malgré la disgrâce de l’un de ses membres40. Dans l’inclination du roi pour le c[C]onseil, c’est une entente qui se dessine, comme un pacte de régime, et son premier effet est de laisser résonner dans la chronique les délibérations du Conseil.

  • 41 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 143-147. Le dernier de ces pardons date du 20  (...)
  • 42 Charageat, Leveleux-Texeira, 2010.
  • 43 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 148-158.

7L’année même de son « institution », en 1385, López de Ayala rapporte en ce sens un Conseil décisif, dont nous avons dit qu’il avait pu avoir quelque influence dans la conception de la frontière politico-narrative qu’il pose dans sa chronique de Pierre Ier et d’Henri II. En pleine offensive pour imposer les droits de sa seconde femme au trône portugais, alors qu’un mal vient de manquer de le tuer au retour du siège de Lisbonne, Jean Ier convoque les gens de son Conseil à Séville. Il veut leur soumettre le cas de don Alfonso Enríquez, finalement arrêté après bien des pardons en 1383, et maintenu depuis lors en détention41. Le roi envisage de faire exécuter son frère trop remuant car il l’estime représenter un danger en cas de minorité, une éventualité à laquelle sa santé fragile et le jeune âge de son héritier l’obligent à songer. Se déclarant incompétents sur un cas de mort (fecho de muerte), les prélats et ecclésiastiques du Conseil refusent de se prononcer, tandis que deux chevaliers réclament du temps pour préparer leur avis42. Quelques jours plus tard, le roi convoque à nouveau son Conseil pour entendre lesdits chevaliers43. Le premier à parler demande la remise du cas à deux juges de cour, pour qu’ils en décident selon le droit et les fors des royaumes de Castille et de León, puis se range à l’opinion du roi concernant les troubles que don Alfonso pourrait provoquer en cas de minorité. Autrement dit, le chevalier se contente de réclamer un certain respect des formes.

  • 44 Ferro, 2010a, pp. 45-48 et 2010b, pp. 140-141.
  • 45 Pensait-on vraiment dans l’Europe du xive siècle que les rois de Castille étaient plus enclins que (...)
  • 46 Cette version des événements ne correspond à aucune des versions françaises des mêmes. López de Ay (...)

8Le deuxième chevalier entreprend pour sa part d’instruire le roi sur les vertus d’un gouvernement par la fama. Sous la voix du conseiller pointe celle de López de Ayala44, son expérience de la cour de Castille et des cours d’Europe, ses lectures et sa fabrique de l’histoire, peut-être aussi quelque connaissance déjà de ce best-seller européen qu’est en train de devenir le De casibus, dont il donnera la traduction castillane à la fin du xive siècle. Car il aligne en effet des cas, que nous avons déjà vus d’ailleurs — infant don Fadrique et don Simón de los Cameros pour Alphonse X, don Lope Díaz de Haro pour Sanche IV, don Juan el Tuerto, don Juan Alfonso de los Cameros et don Gonzalo Martínez d’Oviedo pour Alphonse XI, don Fadrique et l’infant don Juan d’Aragon pour Pierre Ier —, afin de faire réfléchir ainsi le roi et le Conseil, à cet engrenage de la peur qui a forcé autrefois la noblesse du royaume à se soulever et rechercher l’alliance des rois de Grenade ou d’Aragon, à trahir pour se protéger, et à plonger ainsi le royaume dans la destruction. C’est là un mémorial de l’épouvante, de l’incompréhension et du désamour, et une dénonciation en règle de l’arbitraire royal. Toutefois, le pire n’est pas tant tous les maux occasionnés par ces meurtres que le préjudice ainsi porté à la fama des rois de Castille. Car c’est au nom de cette fama, heureusement restaurée par le combat victorieux d’Henri II contre Pierre Ier, que ce conseiller refuse une solution qui ne manquerait pas d’être perçue comme une parodie de justice, plus particulièrement hors du royaume, dans les cours d’Occident où, selon lui, cette habitude de l’arbitraire fait aux rois de Castille une fama plutôt détestable45. La France est alors proposée en exemple, plus particulièrement la défense dont avait profité Charles de Navarre après son arrestation à Rouen en 1356, laquelle avait été assurée, selon lui, par des docteurs étrangers rétribués par Jean II le Bon46. Ce serait là, le meilleur moyen de préserver tant la justice que la fama, et d’éviter tout remous d’opinion, dans et hors du royaume.

  • 47 Le roi prend encore le soin de l’exclure, ainsi que tous ceux ayant collaboré dans le projet d’inv (...)
  • 48 L’un des manuscrits de la Crónica anónima de Enrique III raye le nom de Pedro López de Ayala et le (...)
  • 49 Id., Crónica del Rey don Juan, pp. 307-309.
  • 50 Ibid., pp. 310-323.
  • 51 Ibid., pp. 310-312 et 322-323. L’obligation et le contenu de ce serment des conseillers fait l’obj (...)

9Convaincu par la leçon d’histoire administrée par son conseiller, le roi renonce à son projet d’exécution. Don Alfonso n’est cependant pas libéré, et il restera en prison jusqu’après la mort du roi en 139047. Ce plaidoyer de 1385 en faveur d’un gouvernement par la fama, sans aucune possibilité d’involution, retient sans doute beaucoup de ce que l’on devine avoir été la position de López de Ayala sur cette libération48, car le contexte de succession le porte sur le devant de la scène puis au pouvoir dans le cadre du Conseil de régence établi en 1391. Aussi n’est ce pas seulement à Henri III que López de Ayala adresse sa chronique en forme de miroir, mais aussi à ses propres pairs en gouvernement. Et à tous ces hommes de conseil et du Conseil, Ayala leur dit que la fama du prince dépend ultimement des avis et du conseil qu’ils lui donnent, et qu’elle doit être pour eux comme une question d’honneur. Ceci oblige le conseiller à s’opposer parfois à la volonté du prince. En plus du Conseil de 1385, celui tenu en marge de la réunion des Cortes à Guadalajara en 1390 s’avère lui aussi fondamental. Décidé à donner une nouvelle impulsion à ses prétentions portugaises cinq ans après sa défaite à Aljubarrota, Jean Ier envisage d’abdiquer son trône castillan en faveur de son fils, en se réservant toutefois une assise territoriale conséquente, et de nommer, dans l’attente de sa majorité, un Conseil de régence pour gouverner le royaume de Castille49. Les conseillers se concertent et rendent un avis unanimement défavorable, dont l’amorce est une belle leçon d’histoire sur le danger des partages50. Mais préalablement, et pour conclure leur exposé, les conseillers rappellent le serment qu’ils ont prêté en entrant au Conseil, lequel les oblige à dire toujours la vérité et ce qui convient au service du roi51. Dès lors, si López de Ayala joue au consciencieux secrétaire de séance, ce n’est pas seulement pour assurer la transmission d’une rhétorique du conseil, même si cela compte bien entendu. Plus profondément, il entreprend d’en poser l’éthique alors qu’il fait le récit rétrospectif de l’institution de cette pratique et la pousse ainsi en direction d’un régime de coresponsabilité en raison de sa manière d’articuler la fama du prince et l’honneur du conseiller.

Temps d’institution

  • 52 Bizzarri, 2011.
  • 53 Cette idée de mise au standard n’est cependant pas indiquée dans l’abandon de l’ère hispanique en (...)
  • 54 Dans les trois versions données par Luis Suárez de sa biographie de Jean Ier, ainsi que dans son d (...)

10Avec les délibérations du Conseil, la chronique de López de Ayala vire donc au discours d’institution52. Toutefois, le chroniqueur se contente de répercuter, sous le règne d’Henri III rappelons-le, le discours que la chancellerie de Jean Ier commence à concevoir au début des années 1380, de manière contemporaine par conséquent à la rédaction de la chronique de Pierre Ier et d’Henri II, afin de promouvoir l’idée d’une nouvelle ère gouvernementale, laquelle affiche en outre une volonté de mise au standard européen53. Il serait cependant hasardeux d’en déduire la conception et l’application d’un programme de réforme et de création institutionnelle dès ce début des années 138054. Et dans l’éventualité d’un tel programme, mais à partir seulement de 1386-1387, il faudrait se demander s’il ne fut pas essentiellement destiné à assurer la reprise en main par le pouvoir trastamare d’une situation qui venait de manquer de lui échapper. Dans cette perspective, la mise en avant de l’idée d’un rattrapage modernisateur dans les discours d’institution employé en 1382-1385, pour la création de l’office de connétable puis du Conseil, pourrait tout aussi bien receler un pouvoir à la traîne sur le plan stratégique et plus réactionnaire qu’au départ sur la question de la participation gouvernementale, mais décidément en avance sur le terrain de la communication, laquelle lui permet en définitive de récupérer l’initiative politique.

  • 55 Olivera Serrano, 2005.
  • 56 Francisco Olmos, inédite, t. I, pp. 258-363.

11Tant la création de l’office de connétable que l’institution du Conseil ramènent aux difficiles relations entre la Castille et le Portugal, dont il convient de se demander si, contrairement à l’idée qu’elles aient pu freiner l’hypothétique projet réformateur établi dès 1380, elles ne furent pas plutôt l’aiguillon même de l’innovation institutionnelle au cours de la première moitié des années 1380. La prise de pouvoir des Trastamare avait en effet conduit Ferdinand Ier de Portugal à faire valoir ses droits au trône castillan. Mais à partir de la deuxième des trois guerres fernandines qui eurent lieu entre 1369 et 1382, l’alliance luso-anglaise eut pour conséquence de placer Jean de Gand à la tête de ce parti légitimiste, en raison des droits que le duc de Lancastre tirait de son union, en 1371, avec Constance, l’une des filles de Pierre Ier. Le règlement de la troisième guerre fernandine par le mariage, en 1383, de Béatrice de Portugal, l’héritière de Ferdinand Ier, et de Jean Ier de Castille retourna ce jeu des réclamations dynastiques dans le sens d’une réclamation trastamare du trône portugais, mais sans rien régler de la réclamation anglaise au trône castillan55. À cette dernière, une solution fut donnée en 1388, par un nouvel accord matrimonial, cette fois entre l’héritier de Jean Ier de Castille, le futur Henri III, pour qui fut alors créé le titre de Prince des Asturies56, avec la fille de Jean de Gand et de Constance, Catherine de Lancastre.

  • 57 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, p. 61.
  • 58 Suárez Fernández, 1977, p. 398.
  • 59 Des huit actes rassemblés par Luis Suárez Fernández qui furent expédiés depuis Zamora entre le 20  (...)
  • 60 Il s’agit du huitième acte donné à Zamora entre le 20 et le 23 juin (ibid., doc. 298, p. 434 ; Día (...)
  • 61 Lettre de création de l’office de connétable du 6 juillet 1382 (Suárez Fernández, Registro documen (...)
  • 62 Salazar y Acha, 2000, pp. 193-220.
  • 63 Son nom prend place entre la signature du roi et les noms des cinq scribes, sans indication expres (...)
  • 64 Lettre de création de l’office de connétable du 6 juillet 1382 (Suárez Fernández, Registro documen (...)

12C’est pendant la troisième guerre fernandine que Jean Ier de Castille crée les offices de connétable et de maréchal. Ayala souligne dans sa chronique leur nouveauté et indique quels en furent les premiers titulaires : don Alfonso, marquis de Villena, un parent aragonais du roi pour l’office de connétable ; don Ferrand Álvarez de Toledo et don Pero Ruiz Sarmiento pour les deux maréchalats. Ils furent nommés selon Ayala à Zamora57, par conséquent fin juin 138258. Aucune lettre de nomination ne semble cependant avoir été alors donnée. Sans doute la chancellerie royale était-elle trop occupée à assurer le maintien des Asturies dans l’obéissance après l’adhésion du frère du roi, don Alfonso de Noreña, au camp luso-lancastrien59 ? Une exception fut cependant faite en faveur de Pedro López de Ayala lui-même : il obtint le 22 juin en effet une lettre portant concession en seigneurie et en majorat de la localité de Salvatierra de Álava60. S’agissait-il de le récompenser plus spécialement pour son labeur historiographique ou de l’inciter ainsi à l’entreprendre ou à le poursuivre ? Quoi qu’il en soit, mieux vaut croire Ayala quand il situe à Zamora, après le traitement du cas Noreña, la création des offices de connétable et de maréchal. Ce n’est que le 6 juillet 1382, à Ciudad Rodrigo, que la chancellerie donna une lettre de nomination, mais en faveur seulement de don Alfonso de Villena, le premier connétable de Castille61. Dans la lettre, un cahier signé par le roi était évoqué, lequel précisait la juridiction de ce nouvel office qui achevait de vider de son contenu l’ancien office d’alférez, le premier des offices « du dehors » selon les Siete Partidas62. La rédaction de ce cahier expliquerait-elle ce décalage de quelques semaines entre les nominations de Zamora et la lettre de Ciudad Rodrigo ? Le long préambule de la lettre du 6 juillet fut-il tiré de ce cahier aujourd’hui disparu ? Ou bien ce préambule fut-il tout spécialement élaboré pour cet acte de confirmation, sous la supervision peut-être d’un certain Alvarus decretorum doctor63 ? Quoi qu’il en soit, ce nouveau condensé doctrinal porte la connétablie au plus haut dans la hiérarchie des offices, et révèle dans ce même mouvement quel rôle avait joué dans son institution l’émulation d’un certain modèle gouvernemental64. Car le roi y affirme son obligation de devoir toujours rechercher le bien et l’honneur de ses royaumes, de suivre ainsi le chemin tracé par ses antécesseurs (antecesores) et, conformément à la volonté de Dieu, de tenter de les dépasser dans cette voie. Le roi souligne encore que, pour bien gouverner, il doit disposer de grands et de bons officiers, lesquels doivent être sages, valeureux, loyaux, fidèles et aimer la justice. Par l’entendement, ils doivent juger des bonnes actions qu’ils ont à entreprendre et s’écarter des mauvaises. Par leur valeur, ils doivent défendre et garder leur roi et faire ce qu’il leur enjoint et mande. Par leur loyauté et leur fidélité, il leur appartient de bien conseiller leur roi, en toute impartialité afin que chacun soit récompensé selon son droit, car la justice enracine le pouvoir des rois, plaît à Dieu, les honore et sert la prospérité des royaumes. Enfin, avec cette création, le roi dit vouloir situer son royaume au niveau de ceux, grands et notables, qui disposent déjà de cet office, et ainsi pouvoir mieux organiser ses gens dans le combat qui l’oppose au roi de Portugal et aux Anglais.

  • 65 Id., 1955, p. 39, 1977, p. 114 et 1994b, p. 82. Dans la deuxième version de sa biographie de Jean  (...)
  • 66 Costa Gomes, 2002, pp. 54-55.
  • 67 Fernão Lopes, Chronica de el-rei D. Fernando, t. III, chap. cl, pp. 109-110.
  • 68 Ibid., t. III, chap. cliii, p. 116.
  • 69 Ibid., t. III, chap. cl, p. 110.
  • 70 Russell, 1955, pp. 365-366.
  • 71 Cette question du commandement pourrait expliquer le pointillisme des dispositions réglementant le (...)
  • 72 Sur la pusillanimité des capitaines portugais entre la fin juin et le début de juillet 1382 : Arna (...)
  • 73 Peter Russell évoque d’ailleurs une nomenclature anglo-française et laisse entendre un certain sui (...)

13L’identification de ce modèle a traditionnellement conduit à évoquer une inspiration française65. Le souvenir laissé dans la Castille trastamare par Bertrand du Guesclin, créé connétable de France à son retour « d’Espaigne », a pu jouer. Et l’empressement de son frère Olivier et d’autres Français à aller prêter main-forte à Jean Ier pendant cette troisième guerre fernandine contribua probablement à l’aviver encore. Toutefois, l’idée même d’émulation invite à donner plus d’importance au vis-à-vis dans lequel s’installèrent la Castille et le Portugal à partir du printemps 1382. Il est frappant de constater en ce sens la création des mêmes offices de connétable et de maréchal du côté portugais66. Fernão Lopes n’en donne certes pas la date précise dans sa chronique de Ferdinand Ier, mais il la situe sur le chemin d’Elvas entre le 29 juin et le 6 juillet67, c’est-à-dire en parfaite concomitance avec la création castillane. Il informe d’ailleurs de celle-ci également, mais en se contentant de reprendre ce qu’en dit López de Ayala68, et sans établir aucun lien entre les deux créations. Bien qu’il ne révèle rien des motifs de la création portugaise, Fernão Lopes précise qu’elle fut faite à l’imitation de l’Angleterre69. Peut-on raisonnablement penser que des créations réalisées au même moment et dans le cadre, de part et d’autre, d’un rassemblement et d’un déplacement de troupes visant à créer les conditions de leur corps à corps, que ces créations aient eu des sources d’inspirations distinctes, pour l’une l’Angleterre et pour l’autre la France, et n’aient entretenu aucune relation entre elles ? Un enchaînement paraît plus convaincant, avec comme conséquence l’uniformisation de la structure du haut commandement des deux armées en présence. Son point de départ fut vraisemblablement portugais d’ailleurs. Car la fronde d’une partie des troupes lancastriennes, à qui Ferdinand Ier rechignait à payer les gages promis70, posait la question de l’unité de commandement dans l’armée luso-lancastrienne71, avec probablement plus d’urgence que dans l’armée castillane72, encore qu’un fort contingent étranger et mercenaire confronta également celle-ci à une problématique analogue. Il semble par conséquent logique de penser que l’uniformisation des structures du haut commandement ait d’abord été réalisée dans l’armée luso-lancastrienne, sur un modèle anglais — mais il était aussi celui de la France73 —, et ensuite entre l’armée portugaise et l’armée castillane.

  • 74 Salazar y Acha, 2000, pp. 256-258.
  • 75 Cañas Galvez, 2011 et 2013.
  • 76 L’emphase de Luis Suárez autour de son idée d’un « programme », le conduit à privilégier une persp (...)

14La volonté de mise au standard européen fut-elle également affichée lors de la réorganisation de la Chambre du roi, dont témoigne l’apparition de l’office de grand chambrier de la Chambre des Draps (Camarero Mayor de la Cámara de los Paños) à partir de 138574 ? L’absence d’une lettre de nomination empêche d’en juger. Peut-être faut-il simplement envisager l’épuisement institutionnel de l’office de grand chambrier, soumis pour sa part à un processus de patrimonialisation au profit du lignage Velasco. Quoi qu’il en soit, avec la création de la connétablie et ce deuxième office, la structure de commandement du service « du dehors » et « du dedans », selon la distinction des Partidas, se trouve totalement actualisée en 138575. Il est bien un autre domaine où s’exprime en revanche la volonté royale de mettre la Castille au diapason des autres grands royaumes. Il s’agit de l’« institution » du Conseil à l’automne de cette année, aux Cortes que le roi rassemble à Valladolid, qui forme le point d’orgue du supposé « programme » de réformes mis en œuvre sous le règne de Jean Ier76. L’institution n’est cependant pas la traduction d’un triomphe monarchique. Car la défaite castillane d’Aljubarrota contre le Portugal, le 14 août 1385, seize ans à peine après la victoire d’Henri II contre Pierre Ier, ouvre une crise de confiance sans précédent dans le royaume et rend plus offensive la réclamation du trône castillan par le duc de Lancastre.

La tourmente administrative

  • 77 Foronda, 2017a.
  • 78 Díaz de Durana, Dacosta Martínez, 2007, pp. 72-80.
  • 79 Di Stefano, 1962.
  • 80 Le processus de rédaction du Rimado de Palacio a cependant donné lieu à des positions différenciée (...)
  • 81 Sur la confession rimée comme genre et ses liens avec les manuels de confession : Serverat, 1997, (...)
  • 82 Sur cette littérature de protestation sociale en Castille et dans la péninsule Ibérique : Rodrígue (...)

15L’étrange défaite d’Aljubarrota entama-t-elle aussi la confiance de López de Ayala dans la royauté trastamare. L’avis relatif au sort réservé par Jean Ier à son frère, qu’il placera, sous le règne d’Henri III, dans la bouche d’un conseiller chevalier lors d’un Conseil tenu à Séville après le retour du siège de Lisbonne, probablement dans ce nouveau palais que le tyran n’était pas parvenu à habiter vraiment, pourrait en témoigner. Mais il est un autre témoignage de sa part, peut-être plus révélateur encore de ses doutes autour de 1385, d’autant plus perturbant que ses entretiens avec Philippe de Mézières à Paris ont pu le former à reconnaître du premier coup d’œil les premiers symptômes de corruption des régimes politiques77. À Aljubarrota, le soir du 14 août 1385, Ayala fait partie des prisonniers. Alors que d’autres chevaliers castillans sont libérés, le maître d’Aviz, proclamé roi de Portugal en avril, sous le nom de Jean Ier également, garde López de Ayala, qui ne sera finalement libéré contre rançon qu’en 138878. À Óbidos, Ayala s’occupe en écrivant. Sur la chasse au vol par exemple, qui est pour la noblesse chevaleresque, à laquelle il appartient, un véritable signe de distinction, mais en s’inspirant beaucoup du propos du fauconnier du défunt roi de Portugal Ferdinand Ier79. Sa prison lui laisse du temps pour une œuvre plus personnelle cependant, du moins la commence-t-il alors, car sa rédaction mène jusqu’en 1403-1404 et au couvent hiéronymite de San Miguel del Monte, où Ayala décidera de vivre ses derniers jours80. Mais à Óbidos, en 1385-1387, le Rimado de Palacio est encore très loin du tour pénitentiel qu’il prendra dans sa dernière étape de rédaction et de définitif montage81. Pour le moment, les poèmes de López de Ayala sont plus proches de cette littérature de protestation sociale que l’époque, entendons le temps des pestes, des guerres, des famines, d’une fiscalité plus générale, d’une administration ressentie comme plus présente ou encore du schisme, que cette drôle d’époque donc, fait entendre partout dans cet Occident des États où les « États du monde » paraissent si changeants82.

  • 83 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophes 234-297, pp. 41-51.
  • 84 Ibid., strophes 234-239, p. 41.
  • 85 Ibid., strophes 243-247, pp. 42-43.

16Oublieux de son long service auprès de Pierre Ier puis de la place prépondérante qu’il prend dans l’appareil du nouveau pouvoir trastamare, Ayala s’en prend lui aussi aux gouvernants, ceux dont la responsabilité est de régir le peuple83. Après avoir agité ce spectre de la dépopulation dont avaient déjà usé les villes du royaume et le chroniqueur Ferrán Sánchez de Valladolid comme nous l’avons vu au chapitre précédent ; après avoir rappelé que les vrais rois doivent régir et gouverner leurs peuples dans la paix et la justice au risque sinon d’êtres détrônés84 ; López de Ayala dénonce l’existence d’une rapine organisée au plus grand profit des privados85. À l’origine se trouve l’incessante demande financière des rois qui, outrepassant leurs droits, ne laissent même pas à leurs sujets de quoi manger. Relayée par les privados, la demande du roi fait l’objet d’une négociation avec les procureurs des villes qui, lors des Cortes, s’entendent pour en décider la répartition et en arrenter la levée. À ce moment-là les Juifs interviennent, ils présentent leurs comptes et obtiennent l’affermage des impôts en promettant aux privados quelques bénéfices. Puis, les prélats, par convoitise aussi, s’entremettent et, au lieu de s’occuper de leurs églises, ils prêtent leur concours à la recherche de la matière imposable dans le royaume. Enfin, les Juifs lèvent ce qui était accordé et cèdent aux privados la part qu’ils leur avaient promise.

  • 86 Ibid., strophe 242, p. 42.
  • 87 Ibid., strophes 272-297, pp. 47-51.

17La description des mécanismes de l’impôt, dans ses phases et ses moyens, dénonce la collusion des élites, laïques et ecclésiastiques, politiques et financières, courtisanes et urbaines. En tant que tels, les chevaliers ne sont néanmoins jamais mentionnés dans cette dénonciation qui s’en prend essentiellement aux privados et aux Juifs, unis dans et par la convoitise, et responsables de la dépopulation du royaume en raison de leur crime d’argent. La douleur du monde que décrit Ayala est donc loin d’être neutre, et les veuves et les orphelins, dont il fait des agents de la révélation, semblent surtout soucieux d’assurer encore une audience aux stéréotypes de la propagande anti-pétriste86. Ceux-ci ont pour fondement certaines des considérations de la littérature doctrinale, dont nous avons vu qu’elle semblait prendre acte d’un triomphe du vice vers le milieu du xive siècle. Ainsi, dans le monde des privados, la convoitise (cobdiçia) ne va-t-elle pas sans la flatterie (lisonja)87, et la peur que le prince leur inspire les pousse à ne jamais s’opposer à sa volonté. Autour du prince, convoitise et flatterie paraissent donc s’accorder pour le laisser s’abandonner à ses penchants et n’accorder sa faveur qu’à quelques-uns seulement.

  • 88 Ibid., strophes 424-476, pp. 71-79.
  • 89 Ibid., strophe 445, p. 74.
  • 90 Ibid., strophe 451, p. 75.
  • 91 Ibid., strophes 454-455, pp. 75-76.
  • 92 Ibid., strophes 458-459, p. 76.
  • 93 Ibid., strophes 473-474, pp. 78-79.

18La dénonciation de la corruption de la cour conduit López de Ayala à placer ensuite les privados au cœur d’une intrigue qui rappelle à quel point il œuvre à pousser l’exemplarité en direction de la diffamation politique. Dans Los fechos de palaçio88, Ayala rapporte ainsi l’itinéraire malheureux d’un chevalier venu réclamer au roi le paiement de son service armé. Fin connaisseur du monde de la cour et contre la promesse d’obtenir un tabard, un portier conseille au chevalier de plaider sa cause auprès d’un privado du roi89. Il lui faudra attendre sa sortie du Conseil, puis l’accompagner jusqu’à sa demeure et lui promettre quelque bien en échange de son aide. Le chevalier suit les recommandations du portier et s’en remet à la merci du privado90. Inattentif d’abord, celui-ci ne s’intéresse à l’affaire que lorsque le chevalier lui dit qu’il se contentera de ce qu’il voudra bien lui remettre de la somme qu’il sera parvenu à recouvrer. Le privado lui propose alors de revenir le voir, quand il sera seul, et promet de l’aider promptement91. Après s’être entendu avec les officiers des comptes, le privado appelle le chevalier pour l’assurer qu’il sera bien payé. Avant de le laisser partir, le privado réclame le prix de sa transaction : pouvoir acheter la mule que le chevalier tient gagée au cinquième de sa valeur92. La suite de l’histoire n’est qu’une série de douloureuses expériences : de privado en trésorier, le chevalier perd le peu qu’il possédait encore et finit sa course entre les mains d’un Juif qui achève de le ruiner93.

  • 94 Ibid., strophe 464, p. 77.
  • 95 Ibid., strophe 435, p. 73.
  • 96 Ibid., strophe 470, p. 78.
  • 97 Ibid., strophe 440, p. 73
  • 98 Ibid., strophe 441, p. 74.
  • 99 Suárez Fernández, 1977, pp. 200-203.
  • 100 Garcia, 1982, pp. 82-94 ; Bizzarri, 2011, § 14-22.
  • 101 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophe 638, p. 104.

19Quelques éléments permettent de contextualiser ce parcours malheureux. Les gens des comptes ont laissé leurs livres à Valladolid94, le chevalier vient de Tolède95, et il se rendra en Extrémadure tenter sa chance auprès d’un trésorier96. La semonce du roi indique une campagne militaire97, qui dure depuis trois mois98. Cette campagne serait-elle celle qui s’achève en désastre à Aljubarrota le 14 août 1385 ? Ou bien celle de l’année précédente, marquée par un siège de Lisbonne qui place Jean Ier au bord du gouffre financier99 ? Ce palais où le chevalier de Tolède bute contre les portiers serait-il celui de Séville, précisément quand le roi y porte à la discussion du Conseil le sort de son frère après le retour de Lisbonne ? Ou bien au retour d’Aljubarrota ? Ce palais était en tout cas assez vaste pour que, en plus de la frontière qu’y dresse Ayala entre royauté et tyrannie dans sa chronique de Pierre Ier et d’Henri II, dont il ravive le souvenir dans sa chronique de Jean Ier, ce palais accueille aussi la frontière satirique censée protéger la royauté trastamare de cette autre forme de déraison d’État qu’est l’administration, et la distance qu’elle installe entre le roi et ses gouvernés. Il est douteux que cette tendance lourde puisse relever d’un quelconque « programme » politique, tant elle fait lien en définitive, mais en pire peut-être, entre la royauté pétriste et la royauté trastamare100. Contre cette tendance, Ayala en appelle au sursaut depuis sa prison portugaise, lequel ne peut consister qu’en un retour au gouvernement, au bon gouvernement, dont les principes sont posés dans le De regime principum101.

  • 102 Exode, 18, 13-27.
  • 103 Glosa castellana, p. 849.
  • 104 Tratado de la comunidad, p. 110.
  • 105 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 175-181 et 191-196.
  • 106 Ibid., pp. 193-194 ; Foronda, 2017a, p. 144.
  • 107 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 194-195. Sur ce conflit entre bravoure (...)
  • 108 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, p. 196.

20Or, la glose ajoutée à ce traité lors de sa traduction dans les années 1340, une glose tributaire du Communiloquium de Jean de Galles — pour sa part traduit partiellement au castillan au cours des années 1370 sous le titre Tratado de la Comunidad —, avait souligné quel moyen était susceptible de maintenir le prince dans la voie du bon gouvernement. Ce moyen n’était autre que le conseil, justifié au travers de celui donné par Jéthro à Moïse102, qui prescrivait au prince de s’en remettre à l’avis d’hommes de moindre condition et sagesse que lui103, ou, encore, de leur prêter attention104. Sorti de sa crise de confiance, passé par l’expérience du Conseil de régence organisé après la mort de Jean Ier, constatant le retour à une privanza de combat au début du règne d’Henri III, Ayala transformera sa chronique de Jean Ier en miroir au c[C]onseil et aux conseillers. Mais il se contente de reprendre ainsi le chemin maintes fois parcouru au cours du xive siècle, où la critique des privados et la demande de leur renvoi servent d’aiguillon à la formalisation d’une éthique du conseil et du conseiller. Outre le Conseil consacré au projet d’exécution sommaire du frère du roi, Ayala rapportera ainsi les délibérations de deux autres Conseils en 1385, consacrés aux questions militaires105. Ces délibérations donnent lieu à une opposition répétée entre les avis prudents et pragmatiques des hommes d’expérience — par exemple du maréchal de France Jean de Rye, témoin des désastres de Crécy et de Poitiers, alors en ambassade en Castille et qui meurt à Aljubarrota106 — et ceux des plus jeunes chevaliers (caballeros mancebos), lesquels préfèrent finalement faire montre de leur bravoure plutôt que de se plier à l’ordonnancement décidé en Conseil107. La position du roi dans ce conflit de générations est cependant loin d’être claire. Tout se passe comme si Ayala profitait de la maladie du roi — pendant la bataille il n’est plus qu’un simple corps malade porté par les gens de sa garde — pour l’en extraire et ainsi le disculper du désastre108.

  • 109 Foronda, 2009a, pp. 77-88 et 2009b, pp. 77-83. Or quelques compléments bibliographiques, les pages (...)
  • 110 CLC, t. II, p. 333.
  • 111 Ibid., t. II, p. 334.
  • 112 Dans la première version de sa biographie de Jean Ier, Luis Suárez indiquait l’invocation à Vallad (...)
  • 113 De Sousa, 1985.
  • 114 Cette demande de participation s’était de fait déjà exprimée aux premières Cortes convoquées par J (...)
  • 115 Ibid., t. II, p. 332.
  • 116 « ca assi acustuma de fazer pelos Reys de Inglaterra, e por esto som louvados em todalas partes do (...)

21Les villes se montrent cependant moins complaisantes que le chroniqueur aux Cortes, que le roi convoque à Valladolid à l’automne109. L’opinion accuse le roi de n’en faire qu’à sa tête et sans prendre conseil (« que de nos se dize que fazemos las cosas por nuestra caveça e syn consejo »)110, ce qu’il dément en instituant le Conseil. Comme pour la création de la connétablie en 1382, la chancellerie justifie la nouveauté institutionnelle (cosa nueva) en affichant une volonté de mise à niveau par rapport à d’autres royaumes (porque sabemos que así se usa en otros muchos reinos)111. C’est vers la France et l’Aragon que se sont principalement tournés les historiens soucieux d’identifier les modèles ayant pu inspirer cette institution du Conseil112. Toutefois, la défaite même d’Aljubarrota ramène au contexte des relations luso-castillanes, et oblige à se demander si un enchaînement tel que celui déjà observé en 1382 pour la connétablie n’a pas rejoué en 1385, d’autant plus que la défaite n’a pas encore fait renoncer le roi à régner un jour sur le Portugal. Il est frappant de constater en effet une certaine convergence entre les demandes de participation gouvernementale qu’expriment, d’une part, les conseils urbains portugais aux Cortes de Coimbra en avril 1385113, celles de la proclamation royale du maître d’Avis, et, d’autre part, les villes castillanes aux Cortes de Valladolid quelques mois plus tard114. Aux Cortes de Coimbra comme à celle de Valladolid, la réponse donnée à ces revendications consiste en une « institution » du Conseil qui revient en fait à en régler l’ouverture à cette composante sociale. Devront siéger à ce Conseil, en Castille, quatre prélats, quatre chevaliers et quatre citadins115. Remarquons que, du côté portugais, l’ambition d’une mise à niveau institutionnelle pointe directement l’Angleterre116.

Le gouvernement par le c[C]onseil

  • 117 Pour la péninsule Ibérique, les études sur le sermon politique concernent principalement la Couron (...)
  • 118 CLC, t. II, pp. 333-335.

22Quoi qu’il en soit des sources d’inspiration réelles de l’« institution » de 1385, celle-ci fait date en raison de l’opération de communication destinée à dire et donc à faire le changement politique, et ainsi tenter de restaurer la confiance en une royauté chancelante. Lors de la dernière des séances solennelles de l’assemblée, le 1er décembre, dans la cathédrale de Valladolid, le roi s’essaie en effet au sermon politique117. Dans son razonamiento118, Jean Ier revient ainsi sur les quatre raisons l’ayant conduit à établir ce Conseil auprès de lui. La première concerne la guerre : le roi veut pouvoir s’y consacrer entièrement, aussi envisage-t-il de déléguer son autorité afin de ne pas avoir à s’occuper de tout. La deuxième concerne l’opinion sur sa manière de gouverner sans prendre conseil, ce qui le pousse à choisir certains prélats, chevaliers et citadins, afin qu’ils examinent les affaires du royaume. La troisième consiste à donner satisfaction à l’exigence de contrôle formulée par les villes en matière financière. Enfin, la quatrième raison, déclarée la principale, porte sur la maladie du roi. Tous ont pu la constater en raison des nombreuses rechutes qu’il a endurées, et le légitime souci qu’il a pour sa santé l’empêche de répondre personnellement à toutes les suppliques.

  • 119 CLC, t. II, p. 329 (17).
  • 120 Ibid., pp. 330-331 ; Nogales Rincón, 2016, pp. 337-342.
  • 121 CLC, t. II, p. 332.

23C’est donc un roi de souffrance que découvrent les procureurs des villes aux Cortes de Valladolid. Il n’accepte d’ailleurs de ne tenir audience qu’une fois par semaine, sans précision du jour119. Remarquons que la souffrance avouée du corps se double d’une autre, plus intime, celle du cœur, dont l’affliction s’exprime au-dehors par les vêtements de deuil que porte le roi (rropas de fuera), pour n’avoir pas tenu assez bien sa justice, pour avoir imposé à son peuple les trop lourdes charges de la guerre, pour être encore obligé de demander davantage plutôt que d’alléger ses exigences, pour les pertes enfin d’une guerre que la défaite a transformée en déshonneur120. Aljubarrota force donc le roi à faire contrition, dans l’espoir que Dieu éteigne sa colère et lui accorde la victoire. Pour finir d’obtenir sa miséricorde, le roi donne d’ailleurs à son peuple la possibilité de communier avec lui dans une même repentance en ordonnant au clergé de son royaume qu’il organise des processions, des prêches et des jeûnes121. L’institution prolonge en somme la publicité faite à la contrition du roi et d’un peuple.

  • 122 Ost, 2004, p. 68.
  • 123 Van Seters, 1985 ; Levinson, 2006.

24À la suite de l’énoncé de la quatrième raison, pour finir de justifier une création institutionnelle qui pourrait paraître une nouveauté, mais en usage dans d’autres royaumes du monde, le roi en vient à évoquer le conseil de Jéthro à Moïse. Aux pieds du Sinaï, où Israël a dressé son camp et se dispose à négocier sa loi avec Dieu, Jéthro, prêtre de Madian, fait une visite à Moïse, son gendre (Exode, 18-1-12). Le lendemain, Jéthro observe son gendre s’épuiser à tenir audience du matin au soir, et son peuple s’épuiser à attendre pour obtenir de lui seul un jugement. Jéthro conseille alors à Moïse de ne plus se soucier que des grandes affaires et de déléguer à d’autres la charge des affaires courantes. Moïse désigne alors les juges d’Israël (Exode, 18, 13-27). Ce faisant, il ouvre la possibilité d’une diffusion et d’une réappropriation de la loi avant même qu’elle ne soit fixée122. Le remploi de ce conseil de Jéthro à Moïse, qui est l’amplification midrashique du principe de séparation des pouvoirs posé par Moïse (Deutéronome, 1, 9-18)123, établit donc l’analogie entre la fatigue mosaïque et la souffrance et l’épuisement du roi.

  • 124 De Dios, El Consejo Real, p. 75.
  • 125 Lachaud, 2010, pp. 529-530.
  • 126 Ibid., pp. 20-27, 442-443 et 513-515.
  • 127 Nieto Soria, 1993b, pp. 165-171
  • 128 Id., 1990.
  • 129 Communiloquium I.6.7 d’après la table proposée par Guardiola, 1991, p. 143.
  • 130 Glosa castellana, p. 849 ; Tratado de la comunidad, p. 110.

25Dans son étude sur le Conseil, Salustiano de Dios juge cette référence tout à fait étrangère à la Castille124. L’affirmation mérite d’être discutée. L’emploi du conseil de Jéthro afin de justifier l’obligation de conseil et la délégation de pouvoir est attesté dans la littérature doctrinale depuis au moins l’époque carolingienne, en particulier dans le De institutione regia de Jonas d’Orléans125. Par ailleurs, ce conseil a été popularisé dans l’Angleterre angevine, à la faveur de la critique des officiers, laquelle ne fait qu’accroître l’exigence quant au choix des conseillers en raison de l’impossibilité pour le roi, ou d’autres administrateurs, en particulier ecclésiastiques, de gouverner seuls126. En 1385, la Castille avait assumé une part de cet investissement anglais au travers du Communiloquium de Jean de Galles, qui avait alimenté la glose à la traduction du De regime principum dans les années 1340, et avait été partiellement traduit dans le Tratado de la Comunidad. La forte présence d’ecclésiastiques à la chancellerie royale trastamare127, mais déjà aussi franciscaine à la cour128, explique probablement la traduction d’un texte qui reste fondamentalement une batterie d’exemples. En raison de cette communauté de source129, le conseil de Jéthro à Moïse sert dans la Glosa Castellana et le Tratado de la Comunidad à rappeler simplement, comme déjà indiqué, l’indispensable conseil que le roi doit demander pour gouverner130. On est certes bien loin du long développement auquel donne lieu le conseil de Jéthro dans le razonamiento de 1385, mais il faut souligner entre ce dernier et les précédents emplois, la concordance dans l’intention d’une part, soit l’ouverture du Conseil, et, d’autre part, le probable rôle d’aiguillage qu’ont pu remplir à partir de là ces mentions en direction d’autres sources au récit plus étoffé.

  • 131 Morreale, 1982.
  • 132 General Estoria (c), I, Livre XIV, chap. ix, t. II, pp. 214-215.
  • 133 Ibid., I, Livre XIV, chap. x et xi, t. II, pp. 391-393.
  • 134 Ces sources sont précisément mentionnées dans les chapitres ci-dessus indiqués (Flavius Josèphe, A (...)

26Le razonamiento de 1385 indique comme source l’Écriture sainte. Toutefois la narrativité du passage, voire son caractère didactique, oblige à se tourner non pas tant en direction de la Bible que d’un texte dont la transmission manuscrite montre qu’il en a fait office dans la Castille du bas Moyen Âge, pour l’Ancien Testament essentiellement, en vulgaire et de manière historiée : la General Estoria d’Alphonse X (1252-1284)131. Annoncé à l’occasion du chapitre consacré aux réjouissances pour la victoire d’Israël contre Amalech132, le conseil de Jéthro à Moïse occupe ensuite pas moins de deux chapitres133. Le premier relate le conseil proprement dit et précise le principe d’organisation des magistratures (chiliarques, centurions, cinquanteniers, décurions), tandis que le second, plus original par rapport aux sources employées dans ces mêmes chapitres — les Antiquités judaïques de Flavius Josèphe et surtout la Historia scholastica de Pierre le Mangeur134, qui nous ramènent à la veine midrashique déjà rencontrée à la fin du chapitre précédent avec le concours des gardes du corps de Darius/Zorobabel dans les Castigos —, indique la mise en place d’un échelon judiciaire intermédiaire, des juges d’appel en somme, cet échelon étant destiné à assurer un dernier filtrage avant que les affaires véritablement les plus importantes ou les cas les plus graves ne parviennent à Moïse. Faut-il interpréter ce rendu du conseil de Jéthro dans la General Estoria comme le signe d’une recherche de modèles ou de justifications, au moment où les Cortes de Zamora de 1274 obligent ce roi-législateur qu’est Alphonse X à recentrer son ambition politique sur la seule figure du roi-juge ? Ce conseil de Jéthro fut-il, en outre, un adjuvant de la poursuite de ce recentrage poursuivi sous Sanche IV, en direction d’une monarchie sacerdotale encline à exploiter la figure de Moïse comme déjà constaté ? En exhumant le récit primordial du conseil de Jéthro, la chancellerie royale pouvait en tout cas affirmer l’actualité du projet sanchiste tout en procédant à son aggiornamento également. Il revenait à légitimer et à légaliser un gouvernement en partage, pour la première fois officiellement ouvert aux villes en tant que telles, tout en consacrant la supériorité souveraine du guide. Le Conseil gouverne et le roi règne en somme.

  • 135 CLC, t. II, p. 349 (27).
  • 136 Ibid., t. II, pp. 349-350 (28).
  • 137 Ibid., t. II, p. 398 (51).
  • 138 Ibid., t. II, p. 382 (7).
  • 139 De Dios, 1982, pp. 78-95.
  • 140 Garriga Acosta, 1994, pp. 94-102. Le choix de Ségovie, aux Cortes de Guadalajara de 1390, donne li (...)

27Toutefois, la victoire remportée par les villes en 1385 n’est que de courte durée. Face à la rumeur, dont la force conditionne en partie l’institution du Conseil, la position du pouvoir vire à la répression aux Cortes assemblées à Ségovie en 1386. Le roi accuse en effet de mauvais hommes, ne craignant pas Dieu et oublieux de la loyauté qu’ils doivent au roi et au royaume dont ils sont les naturels, de tenir des propos et des razonamientos contre lui, contre les gens de son Conseil, ses officiers et les Grands du royaume, et de propager des fake news (« cosas nuevas que no son verdaderas »135). Contre ses hommes, hommes des villes, de la noblesse ou du clergé, la gradation des sanctions envisagées réserve les peines les plus lourdes aux gens des villes, et le dispositif encourage à la délation. À la délation s’ajoute la surveillance, en particulier des lettres que le roi ordonne de faire ouvrir aux portes de chaque ville136. Oubliant sans doute que le roi leur a enjoint d’endiguer la médisance, les villes lui demandent l’année suivante, aux Cortes de Briviesca, où Jean Ier abandonne enfin le deuil137, de bien vouloir exclure les Grands de son Conseil comme nous l’avons vu138. Ce réflexe fait penser aux anciennes demandes réclamant l’exclusion des Juifs ou des étrangers du Conseil et des offices. Le roi réaffirme alors sa liberté de choix, rappelle qu’il entend bien continuer à s’entourer des Grands, c’est-à-dire, selon lui, de prélats, de chevaliers, de lettrés et d’hommes de bon entendement, ceux qu’il estime être en mesure de le servir. La réponse exclut donc une représentation permanente des villes en tant que telle à son Conseil, mais non pas leur présence qui, du point de vue royal, reste de toute façon assurée par les docteurs et les letrados. En somme, Jean Ier fait marche arrière, reprend la position déjà exprimée par son père et d’autres de ses antécesseurs. Car l’heure n’est plus à la repentance mais bien à la reprise en main d’un corps de l’État qu’il n’a consenti à séparer formellement de son simple corps épuisé et souffrant que pour régler une crise de confiance. Entre 1387 et 1390, d’autres mesures préciseront l’organisation du Conseil et ses attributions139, ainsi que sa relation avec l’Audience dont Jean Ier prévoit l’installation à Ségovie140. La fixation de son siège, qui rime avec séparation définitive entre cette Cour de Justice et le roi, consacre ainsi la prééminence du Conseil dans la hiérarchie des corps de l’État.

Retour à la privanza

  • 141 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, p. 209.
  • 142 Ibid., pp. 211-212.
  • 143 Ibid., pp. 213-217.
  • 144 Ibid., pp. 307-388.

28Pedro López de Ayala s’intéresse-t-il à ce Conseil né en 1385 dans son récit d’institution ? Prisonnier au Portugal pendant la tenue des Cortes à Valladolid, il règle leur réunion d’une phrase dans l’avant dernier chapitre consacré à l’année 1385141. Pour clore le récit de cette année-là, il évoque le meurtre de Barnabé Visconti par son neveu Jean Galéas142, puis entame le récit de l’année suivante en consignant quelques réactions à la défaite castillane d’Aljubarrota, en commençant par celle de la France dictée par un Conseil dominé par les oncles de Charles VI143. L’indication vaut probablement révélation du Conseil auquel López de Ayala pense véritablement, peut-être même dès qu’il commence à mettre en scène les délibérations du Conseil dans sa chronique de Jean Ier : le Conseil de régence de 1391, dont il fut l’une des chevilles ouvrières. De sorte que son récit d’institution est moins à envisager comme la généalogie du Conseil institué en 1385, que celle de l’éphémère Conseil de 1391, de l’idée qu’il s’en faisait mais aussi de son échec. Car cet échec est d’une certaine manière consigné dans sa chronique de manière anticipée, dans les chapitres qu’il consacre à l’année 1390, et plus particulièrement aux Cortes de Guadalajara, qui occupent quinze des vingt chapitres144.

  • 145 CLC, t. II, pp. 424-470
  • 146 Ibid., t. II, pp. 424, 433, 439 et 443.
  • 147 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 307-309.
  • 148 Ibid., pp. 310-323 ; Ferro, 2010, pp. 48-51.
  • 149 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 320-322.

29La comparaison entre ce récit et les actes produits dans le cadre de ces Cortes145, où la volonté de réforme s’exprime principalement par l’idée de remède (remediar/remedio)146, conduit à souligner la place décisive d’un Conseil perdu en somme. Il s’agit du Conseil de régence que Jean Ier prévoyait d’instituer afin de gouverner la Castille pendant que lui-même, ayant abdiqué la couronne de Castille en faveur de son fils, se consacrerait à son projet portugais. Ayala opte pour la même structure narrative que lors du Conseil de 1385 consacré à don Alfonso de Noreña : un chapitre où le roi s’ouvre de son projet devant le Conseil, où siègent les grands seigneurs, prélats et chevaliers du royaume, qui se réunit avant les Cortes et de manière secrète147 ; un chapitre où le Conseil rend son avis, lequel consiste, sur la base d’une dissertation historique sur le danger des partages comme déjà indiqué, à dissuader le roi de mettre en œuvre son projet148. Mais l’avis unanime rendu par ce Conseil ne se contente pas d’une leçon d’histoire, il soumet au roi les résultats d’une prospective qui touche tant à ses chances de réussite au Portugal, pratiquement nulles, qu’aux conséquences de son projet en Castille, tout à fait désastreuses. Or, pour ce qui est du projet de Conseil de régence, l’avis tient mois de la prospective que du regard rétrospectif de Ayala sur l’échec du Conseil de régence effectivement mis en place en 1391149 : ce Conseil resterait sans tête du fait du jeune âge de son héritier, alors que même les communes d’Italie désignent un duc pour diriger leurs Conseils et mettre en accords les opinions ; un gouvernement impossible pour les royaumes de Castille et de León, où tant de seigneurs et de si grand état, certains de lignage royal, et tant de grands chevaliers se soumettraient difficilement aux prélats, chevaliers et hommes des villes que le roi désignerait pour siéger au Conseil qu’il projette.

  • 150 Ce serment fait lien en effet entre l’avis rendu en 1390 et le Conseil de régence de 1391. Pour ce (...)
  • 151 Suárez Fernández, 1952a.
  • 152 Montes Romero-Camacho, 1998.
  • 153 Dans son récit de l’année 1390, Ayala consacre pas moins de trois chapitres à la question de son r (...)
  • 154 Il rentre de son exil français, où l’avait conduit l’irritation de Jean Ier, après Aljubarrota (ib (...)
  • 155 CLC, t. II, pp. 423-427 (2). Cette interdiction est à nouveau promulguée à la majorité d’Henri III (...)
  • 156 La reprise de la chronique d’Henri III, peut-être par Álvar García de Santa María, dès après la mo (...)

30Sur la base de cet avis prémonitoire sur l’inévitable issue d’un gouvernement par le Conseil (rregnos se rregiesen e gouernasen por Consejo) pourtant blindé par le serment150, Ayala peut donc engager la chronique du désastre de la minorité d’Henri III151 : le testament contre les Cortes152 ; un gouvernement de tuteurs contre un gouvernement par le Conseil ; l’archevêque de Tolède don Pedro Tenorio contre l’archevêque de Santiago don Juan García Manrique ; et les ambitions gouvernementales de cette nouvelle génération de tontons flingueurs que sont les « épigones trastamares », principalement les frères du défunt Jean Ier (don Fadrique, duc de Benavente, en quête d’un riche mariage pour renforcer son leadership nobiliaire en Castille ou bien tenter sa chance au Portugal ; don Alfonso, comte de Noreña, libéré par le Conseil de régence pour contrer le premier ; Elénore, reine de Navarre, toujours réfugiée en Castille153, qui joue finalement les réconciliatrices entre ses frères) ou ses cousins germains (don Pedro, comte de Trastamare, qui s’aligne sur les positions de don Fadrique154 ; don Enrique, marquis de Villena, surtout soucieux de conserver la connétablie) ; lesquelles ambitions avaient fait craindre la factionnalisation du royaume dès avant la mort de Jean Ier, comme le montre son décret de dissolution et d’interdiction des ligues adopté aux Cortes de Guadalajara en 1390155. Quoi qu’il en soit, Ayala met ainsi en place les conditions de possibilité d’une redite qui est d’ordre narratif autant que politique156.

  • 157 Ajoutons que don Fadrique est alors tenu pour le responsable de l’échec de la Concordia de Perales(...)
  • 158 Ibid., pp. 793-794 et 801-804.
  • 159 Ibid., p. 804.
  • 160 L’enquête lexicale réalisée, à partir de la base de donnée CORDE, afin de mesurer l’emploi du term (...)

31Cette redite est celle de l’épouvante et de la peur, c’est-à-dire d’une privanza de combat, où les privados ont donc pour mission d’œuvrer à l’élimination politique des parents du roi. Cette redite s’amorce avant même la majorité du roi, en 1392, au travers de la reprise par don Fadrique de ce discours d’opposition aristocratique consigné tant dans les chroniques de la première moitié du xive siècle que dans les deux premières chroniques de López de Ayala. Il est, dès lors, d’autant plus facile au chroniqueur de pousser le duc de Benavente à relever cet engrenage politico-discursif157. Mécontent d’avoir été exclu du groupe des tuteurs enfin établi selon le testament de Jean Ier et retiré sur ses terres, où la peur le pousse à négocier un mariage portugais afin de se faire de nouveaux amis, le duc remet en fonctionnement cet engrenage entre la fin 1392 et le début 1393, face à l’archevêque de Tolède venu le convaincre de renoncer à son projet158. Un jeune roi sous l’emprise de privados, dont l’apoderamiento est tel qu’il interdit à quiconque, hormis leurs affins, d’obtenir des offices, des forteresses ou des rentes, et qui pourraient l’induire à ordonner son exécution. Le propos de don Fadrique ne présente guère de nouveauté. Celle-ci se fait jour en revanche dans la réponse que lui donne l’archevêque, qui fonctionne à la manière du diagnostic d’un chroniqueur désormais habitué à traiter les troubles des âmes des parents du roi : ce ne sont là que des « imaginaciones »159, une peur vaine en somme, tout à fait illégitime160.

  • 161 L’arrestation de l’archevêque, et du chambrier Juan de Velasco, a lieu dans le palais du roi à Zam (...)
  • 162 Ibid., p. 843.
  • 163 « anduvo grand tiempo en este regno, así en boca de los mayores, como de los menores, un decir bre (...)
  • 164 La suspicion de Ayala se fait jour quand il évoque la révocation des mercedes décidée par le jeune (...)
  • 165 Quand il négocie son retour à la cour, le duc de Benavente exige en effet comme otages un fils de (...)
  • 166 Ibid., pp. 842, 846-847, 857, 859-860, 861-863, 867-868, 871-872, 873-874, 875-876.
  • 167 Ibid., pp. 868-869. Ayala exploite ici encore le patron du stratagème et du dispositif palatial. L (...)
  • 168 Ferro, 2010b, pp. 145-146.

32Jusqu’à la majorité, Ayala observe la compétition entre l’archevêque de Tolède, qui fait l’objet d’une brève détention161, et l’archevêque de Santiago, finalement contraint à l’exil et ainsi poussé à dénoncer lui aussi certaines des manigances des privados162. Pour résumer leur affrontement, Ayala cède même au dit populaire après l’arrestation de l’archevêque de Tolède163. La majorité du roi place ce dernier aux commandes, avec une équipe de privados qui ne va pas sans provoquer la suspicion première de López de Ayala164. Figurent dans cette équipe le majordome Juan Hurtado de Mendoza, le grand justicier Diego López de Stúñiga et Ruy López Dávalos165. Leur action fait adhérer au discours de la peur et de la dénonciation de l’apoderamiento des privados le reste de la parenté royale après la majorité du roi166, avec davantage de conviction cependant après l’arrestation du duc de Benavente à Burgos en 1394167. Ayala rapporte l’anecdote de la mule enragée circulant dans le quartier du duc à Burgos, que ses gens avaient interprétée comme un mauvais présage, pour indiquer sa déroute, ainsi que, probablement, celle de la parenté royale168.

  • 169 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, p. 884.
  • 170 Ibid., pp. 875-876.
  • 171 Ibid., pp. 881-885.

33Toutefois, c’est à Paris que le chroniqueur, soucieux de la fama des rois de Castille en Europe comme déjà vu, décide de régler définitivement le sort politique des oncles du roi et de confirmer ainsi le renoncement trastamare à l’épouvante et à la chambre assassine qu’il avait obtenu de Jean Ier en 1385169. Cette confirmation met d’ailleurs à nouveau en scène don Alfonso de Noreña, qu’Henri III assiège à Gijón et qui obtient de son neveu de faire arbitrer son cas par le roi de France170. Sans doute faudrait-il envisager cet arbitrage comme le contexte de rédaction du mémorial de l’épouvante de 1385, où le conseiller-chevalier appelait à la réunion d’une cour politico-pénale internationale. Noreña se rend à Paris défendre sa cause en personne. Mais face au réquisitoire des ambassadeurs du roi de Castille, dont fait partie López de Ayala, Noreña ne présente pas d’autre défense raisonnable, que celle de la peur qu’il avait des privados du roi, lesquels étaient partisans de l’Angleterre alors que lui-même était partisan de la France171. Le trouble que Noreña tente de semer entre les alliés n’a pas raison de l’alliance franco-castillane, et la France laisse traîner l’affaire, ce qui est une manière de répondre favorablement à la Castille sans éconduire Noreña, lequel finira ses jours sans appuis en France ou au Portugal.

  • 172 Nieto Soria, 1993b, pp. 133-137. Sur le rôle de ces prélats-privados pendant le règne d’Henri III, (...)
  • 173 Zurita, Anales de Aragón, t. IV, p. 781.
  • 174 Contrats d’alliance entre Juan de Velasco et Diego López de Stúñiga du 14 septembre 1398 et entre (...)
  • 175 González Crespo, 1981, doc. 31, pp. 109-113 ; Foronda, 2007a, pp. 193-195.
  • 176 Bien que parent du roi, car fils illégitime de don Fadrique (frère jumeau d’Henri II tué à Séville (...)
  • 177 Fernán Pérez de Guzmán, Generaciones y Semblanzas, p. 712. Bien qu’il souligne chez Henri III une (...)
  • 178 La dernière refonte de la Suma de Reyes, réalisée au début du règne des Rois Catholiques, tend à s (...)
  • 179 Sa mort (23 novembre 1407), dont ne pouvait pas être informé Ayala qui meurt au début de l’année 1 (...)
  • 180 Pour l’année 1388, le Religieux de Saint-Denis informe en effet du choix par le roi de Bureau de l (...)

34Si l’arbitraire n’a pas scellé l’alliance des privados entre 1393 et 1395, ils font bien corps autour du prince et dans sa privanza, sous la houlette de l’archevêque don Pedro Tenorio, jusqu’en 1399, puis sous celle du cardinal d’Espagne, Pedro Fernández de Frías, jusqu’en 1405172. Sous cette formule de commandement ecclésiastique, d’inspiration sanchiste peut-être, les privados se trouvent placés à égalité dans la privanza, et leur solidarité gouvernementale s’exprime au travers de contrats d’alliance, dès 1393 peut-être173. Vers la fin 1398, une probable recomposition de cette équipe, en raison sans doute de la reprise des hostilités avec le Portugal ou/et pour préparer la relève politique de don Pedro Tenorio, donne lieu à deux contrats qui formalisent l’intégration de nouveaux collaborateurs, ainsi que l’interim directionnel confié à Ruy López Dávalos, excepté par les jureurs après le roi et l’infant Ferdinand174. Peu après la naissance de l’infant héritier Jean, le 6 mars 1405, alors que la santé fragile d’Henri III fait craindre une nouvelle minorité, un nouveau contrat (contrabto) est souscrit le 3 septembre 1405175. Il est impulsé par don Ruy López Dávalos, connétable depuis 1400, Diego López de Stúñiga, grand justicier de la Maison, Juan de Velasco, grand chambrier, et Gómez Manrique, adelantado de Castille, et scelle l’intégration d’Alfonso Enríquez176, tout juste promu à l’amiralat, à une équipe peut-être impliquée dans la récente disgrâce de don Pedro de Frías177. Faut-il y voir le rejet de cette forme de collégialité qu’avait installée la direction ecclésiastique de la privanza ? Il est difficile de conclure en ce sens, car les alliés s’engagent à répondre par la négative au roi si celui-ci demandait à l’un d’entre eux de prendre en charge ses affaires et d’assumer son pouvoir (« podría que el Rey quisiese cargar sus negocios y dar su poderío segunt ya otra vez fue cargado a mi el dicho condestable o al cardenal »), et ils s’engagent aussi à réclamer le retour de l’archevêque de Santiago, Juan García Manrique, de son exil portugais. À moins que quelque malice ne se dissimule dans ce contrat — l’archevêque vient de mourir en effet — dont l’objectif consiste peut-être à préparer la voie à une éventuelle régence du frère du roi, l’infant don Fernando178 — Henri III meurt le 25 décembre 1406. Le modèle est en somme celui que représente pratiquement au même moment le duc d’Orléans en France179, qui gouverne grâce à l’appui d’anciens marmousets, dont l’esprit de corps, lors de leur premier passage aux affaires, s’exprimait également par la souscription de contrats d’alliance180.

  • 181 Le 16 mai 1398 d’après la Relación de efectos du chambrier Pedro Fernández (Nogales Rincón, 2014, (...)

35Mais l’essentiel est peut-être ailleurs encore. Car ce contrat d’alliance de 1405 est un événement documentaire. Pour la première fois, la réalité de la privanza/gobernanza se trouve expressément indiquée (« cargar sus negocios y dar su poderío ») dans un acte visant ainsi à en organiser le fonctionnement. Vingt ans après la légitimation et la légalisation du principe de délégation gouvernementale au moyen du conseil de Jéthro, ce contrat ouvre une autre voie de formalisation et de règlement du régime de privanza. En dépit de l’intervention d’un notaire royal, il est cependant peu probable que le roi ait consenti à l’ouverture de cette voie contractuelle par laquelle ses privados, tous issus d’une noblesse de service en cours d’aristocratisation, en arrivent à se déclarer comme en grève de privanza afin de continuer à l’exercer collectivement. Peut-être faut-il d’ailleurs considérer comme un témoignage manifeste de cette volonté, l’exemplaire du De regimine principum que don Ruy López Dávalos s’était fait remettre, avant même d’assumer la connétablie de Castille181. Nommé chancelier en 1398, à l’âge de soixante-six ans, et tout occupé à faire du règne de Jean Ier un miroir de son idée du gouvernement par le Conseil, Ayala fut-il informé de ce prêt d’une œuvre qu’il tenait pour la bible du bon gouvernement ?

La privanza enseignée aux chevaliers

  • 182 Jorga, 1896, p. 491
  • 183 La femme de Pedro López de Ayala, doña Leonor de Guzmán, tient un rôle essentiel dans l’organisati (...)
  • 184 Mitre Fernández, 1996.

36À cette date cependant, il est possible que le regard de López de Ayala sur cette œuvre ne soit plus le même. Car l’horizon de réflexion du nouveau chancelier de Castille est alors très large. Il est un ami de Philippe de Mézières, qui le compte parmi les membres de son ordre de chevalerie chrétienne182. Mézières a-t-il suggéré à Ayala un programme de traductions ? À Paris en tout cas, au début des années 1380, il avait découvert les trois livres des Décades de Tite Live traduits au français par Pierre Bersuire, en 1354-1356, sur ordre de Jean II de France. Il les traduit entre 1396 et 1400 à la demande d’Henri III. À Avignon, en 1396, il découvre le De casibus que Boccace avait lui-même composé lors d’une ambassade, en 1360. Le De casibus devient le Caída des prínçipes presque au même moment que la version castillane des Décades. Et ces lectures et traductions aiguisent probablement sa capacité à tirer les leçons de sa longue expérience du pouvoir et du monde. Ajoutons que, par rapport au pouvoir et au monde, Ayala cultive en plus la distance à la fin de sa vie, en s’adonnant aux retraites spirituelles — suivant en cela aussi l’exemple de son ami Mézières retiré aux Célestins à Paris ? —, au solar (« lieu ») de son lignaje à Quejana, où son père avait fondé un couvent de sœurs dominicaines, ou à San Miguel del Monte, couvent hiéronymite fondé par son beau-frère l’évêque de Calahorra, en 1398 précisément, dont il finance la construction avec sa femme183. Cette capacité de distance chez Ayala, cet homme « du dedans », est une question probablement plus intéressante pour approcher les éventuelles contradictions et dimensions de son œuvre que celle relative au supposé choc entre tradition et modernité184.

  • 185 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophes 655-728, pp. 107-117.
  • 186 Ibid., strophes 696-712, pp. 112-115 et 392-393 (« Fragmento cc »).
  • 187 Ibid., strophes 665-666, p. 108.

37Quoi qu’il en soit, à la fin des années 1390 et au début des années 1400, ses chroniques et ses traductions portaient un programme d’éducation au pouvoir probablement plus pragmatique et effectif que le De regimine principum et d’autres œuvres d’une littérature doctrinale, dont la multiplication, entre les années 1250 et 1350, tend à leurrer l’historien. Car tous ces traités d’éducation n’avaient pas réussi à contenir l’absolutisation du pouvoir qui venait de troubler comme jamais, en Castille et ailleurs, la frontière entre monarchie et tyrannie. Le triomphe de l’histoire au xive siècle est peut-être lié à l’urgence pédagogique que fait ressentir à une ou deux générations le sentiment d’une urgence politique. Et ces deux urgences engagent probablement Ayala à un exercice de vérité. Cet exercice s’accentue dans le Rimado de Palacio, où la revue des États du monde fait place à une confession pénitentielle que vient clore la traduction des Moralia in Job. Avant d’engager sa confession, Ayala renonce à la satire à propos des privados et entreprend d’enseigner la privanza. Il le fait sous la forme d’un long sermon qu’il adresse aux aspirants à la privanza185. Si la critique tend à situer la rédaction de ce sermon ad status en amont des années 1390, Ayala a pu le reprendre à la fin de sa vie et l’amender, ce dont témoigneraient certaines strophes consacrées à l’Église dans le programme de gouvernement qu’il propose au privado186. Par ailleurs, les strophes relatives au jeune âge du roi ou à son enfance pourraient faire référence de manière plus particulière à la minorité d’Henri III et à sa prise de pouvoir187. Ce serait là un argument supplémentaire en faveur d’une reprise (ou d’une rédaction ?) de ce sermon au cours des années 1390, voire à la fin de cette décennie, après son accession à la chancellerie de Castille. Il est en tout cas probable que le public visé par Ayala ait été précisément cette plus jeune génération de privados (un écart d’âge de vingt-cinq ans environ sépare Pedro López de Ayala de Ruy López Dávalos) arrivés au pouvoir à la fin de la minorité d’Henri III, laquelle se prépare dès l’automne 1405 à faire face à une nouvelle minorité royale en raison de la fragile santé de ce roi.

  • 188 Ibid., strophe 658, p. 107.
  • 189 Je me permets de renvoyer à mes remarques préalables sur ce sermon, qui actualise l’image de la mo (...)
  • 190 Rimado de Palacio (c), strophe 658, p. 107.
  • 191 Ibid., strophes 659-662, pp. 107-108. La source probable de cet exemple est ici le passage de la G (...)
  • 192 Rimado de palacio (c), strophe 663, p. 108.

38Pour ses jeunes frères en privanza, Ayala imagine une similitude (semejanza)188. Elle est plus immédiatement compréhensible que celle plus antique véhiculée par le Calila e Dimna ou le Libro de los cien capítulos, où la privanza était comparée à une montagne dure à gravir189. Car aux chevaliers auxquels il s’adresse, Ayala propose de songer aux risques qui les attendent en un si haut lieu (« los perigros que nasçen de tan alto logar »), en filant l’image d’un grand prince faisant le siège d’une ville, et faisant dès lors poser contre ses murs des échelles aux pieds desquels se pressent des hommes d’armes190. Au travers de cette entreprise poliorcétique, Ayala a peut-être cherché également à actualiser le concours des gardes du corps des Castigos, dont l’enjeu était, rappelons-le, la désignation du privado. Car ses conseils n’ont pas d’autre objet que de préparer les candidats à cette fonction à livrer une rude compétition. Avant de se lancer à l’assaut en effet, l’homme d’arme doit bien choisir son échelle, et donc en vérifier la solidité puis la hauteur, afin d’être sûr qu’elle pourra supporter son poids et lui permettre d’atteindre le sommet du mur. Le choix de l’échelle fait place ensuite au choix des hommes destinés à l’accompagner dans son ascension. La fidélité s’impose pour offrir à l’homme d’arme une bonne protection contre les attaques, mais aussi pour empêcher d’autres attaquants de vouloir utiliser la même échelle191. Les préparatifs conjuguent science des armes et science des hommes pour assurer l’assaut sans compromettre l’avancée. L’exemple se trouve ensuite appliqué au cas de la privanza, afin de prévenir les aspirants des précautions qu’ils doivent prendre pour réussir leur entrée dans la faveur des rois192. Ayala fonde ici l’autorité de son propos sur son expérience (segunt que vi pasar).

  • 193 Ibid., strophes 664-665, p. 108.
  • 194 Rappelons l’exploitation, déjà signalée au chapitre précédent, de cette thématique (« boyhood ») c (...)

39Tout comme l’homme d’arme qui s’apprête à attaquer une enceinte, l’aspirant-privado doit d’abord savoir si le bois de son échelle n’est pas trop tendre. De la solidité du bois dépend la possibilité d’une ascension, dont la première difficulté réside dans l’inconstance du roi193. Si la thématique de l’inconstance avancée par López de Ayala appartient aux thèmes récurrents de la littérature sapientiale depuis le xiiie siècle, en revanche la question de l’âge du prince, ici associée à cette inconstance, relève des éléments de langages exploités par ses oncles et autres parents, sous le règne de Ferdinand IV, de Pierre Ier ou encore d’Henri III. Ainsi les dangers de l’inconstance se voient-ils redoublés par la jeunesse du prince194, son manque d’expérience et son immaturité, et l’obligation, pour le privado, de devoir rendre compte de son action au moment de la majorité royale.

  • 195 Rimado de palacio (c), strophes 671 et 675, p. 109.
  • 196 Ibid., strophes 676-685, pp. 109-111.

40Dès lors, pour bien entrer dans la privanza du prince, mieux vaut se munir d’une échelle au bois ferme, c’est-à-dire d’un prince majeur dont la faveur est moins soumise aux oscillations de la jeunesse. Néanmoins, avant de se lancer à l’assaut, l’aspirant-privado doit encore respecter quelques préalables : être sûr, d’abord, de vouloir atteindre le sommet, puis, être assez endurant et patient pour s’imposer dans la privanza du roi. Deux risques majeurs sont alors précisés par López de Ayala : le ridicule, lorsque l’aspirant n’est pas à la hauteur de ses ambitions ; l’impatience quand, à vouloir prendre en main le royaume en un seul jour, le privado ruine ses chances de succès195. Pour ne pas tout perdre du jour au lendemain, le privado doit offrir ses services, conseiller sans flatterie et agir sans convoitise. La seule façon d’y parvenir, c’est encore de s’entourer d’une bonne compagnie, de bons amis, loyaux et véritables — termes qui renvoient directement à ces contrats d’alliance que jurent les têtes des lignages de cette noblesse de service à présent aux commandes —, des amis honnêtes et désintéressés qui sauront garder l’échelle du privado pendant son ascension. À la patience, le privado doit ajouter un certain sens de l’effort car il arrive parfois que l’échelle soit trop haute. Dans ce cas, mieux vaut prendre le temps de choisir le meilleur angle d’attaque, plutôt que de devoir redescendre et risquer ainsi de chuter196.

  • 197 Ibid., strophes 686-695, pp. 111-112.
  • 198 Ibid., strophes 696-712, pp. 112-115.
  • 199 Ibid., strophes 713-716, pp. 115-116.

41Une fois parvenu au sommet, le privado, pour s’y maintenir, doit faire preuve de mesure, en particulier pour se prémunir encore de l’inconstance du roi, et suivre les quelques recommandations de López de Ayala s’il veut inscrire lui aussi son gouvernement dans la durée. S’appuyant sur le conseil qu’il prodigue au roi, le privado doit d’abord le détourner de la cruauté et veiller à l’administration de sa justice197. Il doit, ensuite, lui faire préférer la prospérité du royaume à la convoitise, et veiller ainsi à ce que ses demandes soient sans excès et conformes au droit. Enfin, le privado doit empêcher le prince de muter la monnaie afin d’assurer la stabilité au royaume et à ses sujets. López de Ayala achève ses recommandations en exhortant le privado à faire respecter les libertés et les biens des églises198, à ne jamais sombrer dans la flatterie et à toujours agir dans la crainte de Dieu199. Ayala formalise ainsi un programme de gouvernement par la privanza qui n’est pas contradictoire avec le gouvernement par le c[C]onseil. En somme, la conciliation ayalienne prend acte de la pratique politique. Et cette pratique engage Ayala à enseigner la manière de prendre le pouvoir et le garder.

Un pouvoir à prendre

42La leçon du chancelier renferme deux morales implicites : le pouvoir est à prendre, et il revient aux chevaliers auxquels il s’adresse de l’exercer. En cela, Ayala travaille à établir leur droit à gouverner, au titre de l’expérience et de la pratique, en somme d’une possession déjà inscrite dans les faits. Cette possession, ou cette appropriation, est d’une efficacité autrement plus forte qu’un quelconque lien de parenté ou un montage juridique pour justifier l’exclusive gouvernementale ainsi posée. De sorte que, pour López de Ayala, la privanza consiste principalement en un gouvernement aristocratique. La chose semble paradoxale étant donné l’insistance des têtes de l’aristocratie à prétexter la peur des privados. Le paradoxe n’est qu’apparent. En réalité, la privanza est une formule mixte, à cheval entre la monarchie et l’aristocratie, parce que le parti du roi n’est jamais autre chose qu’un parti aristocratique. Pour le roi, la privanza permet de casser, par le dedans, les fronts aristocratiques opposés (« partir bandos ») en donnant à ses privados les moyens de constituer un parti, de former comme de hauts murs autour du trône (« tomar bando »). En somme, il s’agit de diviser pour régner. Pour l’aristocratie restée ou ramenée dans le parti du roi, mais encore ces générations d’hommes du milieu grandis en noblesse de gouvernement, la privanza est une manière de le tenir, de rester en sa compagnie et de s’installer ainsi à l’ombre de son pouvoir souverain. Pour ces hommes, les meilleurs de leur ordre, la privanza reste un régime de participation.

43Entre ces deux conceptions, l’absence d’un véritable programme politique nobiliaire — et le stéréotype de la peur parvient difficilement à l’occulter — facilite une convergence d’intérêts. En ce sens, les divisions provoquées par le pouvoir royal au moyen de la privanza ne sont efficaces que lorsqu’elles parviennent à souder, par la participation, un groupe assez vaste, capable d’opposer assez de résistance aux factions concurrentes. Ensuite, tout est question d’équilibre, de mesure pour reprendre une expression si prégnante dans les enseignements doctrinaux. En général, un privado devient indésirable quand, à force de régir le roi, sa maison et son royaume, il devient lui-même une menace : pour le roi bien entendu qui tend à lui préférer de nouveaux hommes du milieu pour se libérer de cette privanza devenue apoderamiento ; pour ces membres de l’aristocratie que le gouvernement du privado relègue de manière si durable qu’il met en question leur état.

  • 200 Senellart, 1995, pp. 40-44.

44López de Ayala a donc raison, quand il sermonne les chevaliers, de leur rappeler la dimension collective d’une ascension qu’ils sont trop nombreux à vouloir entreprendre seuls, car le privado n’est jamais que la tête d’un groupe dirigeant. Pour réussir et se maintenir, le privado doit emporter l’adhésion : du roi d’abord dont l’inconstance est ressassée à plaisir, des siens ensuite dont la fidélité n’est jamais éternelle. En quelque sorte, le privado doit regarder devant et derrière, à côté également pour tenter de rallier ses opposants et les convier, sous son égide, au festin de la faveur. Autrement dit, un privado doit se montrer entraînant, savoir agréger à son parti des chevaliers certes, mais aussi des ecclésiastiques, des lettrés, des membres du patriciat urbain, bref des hommes capables de soutenir son échelle et de prendre en main l’appareil gouvernemental, central, territorial et local. Système de gouvernement fondé sur le contrôle de la volonté royale et l’accaparement du gouvernement par un groupe dirigeant que commande un privado, la privanza signale la disjonction progressive qui travaille le regimen médiéval, avec une séparation pratique entre le titulariat du pouvoir et son exercice, et une redéfinition de la fonction gouvernementale au profit de serviteurs et de subalternes200.

  • 201 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophes 243-247, pp. 42-43
  • 202 CLC, t. III, p. 56 (10).
  • 203 De Dios, 1982, pp. 116-120. Sur la participation urbaine au Conseil et au régime de la privanza au (...)

45Ces aménagements du regimen forcent à voir dans la privanza une expression du compromis politique grâce auquel la monarchie castillane concilie le renforcement théorique et pratique du pouvoir souverain aux aspirations gouvernementales des élites, ou encore les tendances autoritaires et pactistes du régime politique castillan. En les compromettant, la privanza confirme leur rôle dirigeant en même temps qu’elle permet de hiérarchiser les fonctions de chacun. Parmi les privados du roi, un privado se détache, obtient par la faveur du roi les moyens de gouverner et d’assumer le conductorat d’un groupe qui, en servant le roi n’oublie jamais de se servir aussi. Bien que le privado soit toujours diffamé, mais c’est aussi un signe de la convergence des intérêts, la privanza n’est pratiquement pas remise en cause comme système gouvernemental, hormis peut-être par les villes à qui revient de financer un tel système. Encore que la récurrence de leur demande de participation au Conseil témoigne surtout de leur volonté d’intégrer davantage les rouages décisionnels, et de ne pas rester à l’écart de la privanza. Là encore, López de Ayala n’a peut-être pas tort quand il dénonce la collusion des élites dans ses Fechos del palaçio autour de l’impôt, mais sans doute était-elle indispensable pour étendre les assises de la construction monarchique201. En 1425, lors des Cortes de Palenzuela, les villes du royaume réclament, encore, que leurs représentants siègent au Conseil. Le roi répond alors qu’elles savent bien que son Conseil est assez pourvu tant de ducs et de comtes, comme de prélats, de riches hommes, de docteurs, de chevaliers, de personnes étant ses naturels et des villes de son royaume202. Sans doute en conviennent-elles finalement, car il faut attendre… 1520 pour les entendre formuler à nouveau en ces termes une telle exigence203.

  • 204 Mitre Fernández, 2001, pp. 39-62.
  • 205 Round, 1986, pp. 130-168 ; Tate, 1994 ; Carrasco Manchado, 2001 ; Foronda, 2003 et 2018b.
  • 206 Id., inédit 2, t. I, pp. 277-295 ; González Sánchez, inédite, t. I, pp. 692-759.

46Une mesure de l’investissement sociétal du pouvoir du roi qui s’organise par sa privanza nous est peut-être fournie par l’état de son simple corps à la fin du xive siècle. Car, on ne peut être que frappé par la stricte contemporanéité entre l’autonomie des corps de l’État (l’Audience et le Conseil), ou encore ces pratiques contractuelles par lesquelles la noblesse de gouvernement fait corps, et la décrépitude physique du prince, celle de Jean Ier, qu’il expose aux Cortes de Valladolid en 1385, celle d’Henri III, qui force ses privados à serrer les rangs en prévision d’une nouvelle période de minorité royale204. Ce début de série pourrait paraître tout à fait accidentel si les règnes de Jean II et d’Henri IV n’avaient pas ensuite excité la vision sexualisée de l’apoderamiento du privado et de l’impuissance du prince205. Tout se passe en somme comme si la disjonction entre gouvernement et souveraineté condamnait le roi à s’allonger en définitive. Le roi couché serait-il au fond la véritable image de la souveraineté en régime de privanza ? À Tordesillas, le 14 juillet 1420, dans le palais qu’occupe Jean II, majeur depuis l’année précédente, son cousin germain l’infant don Enrique d’Aragon et sa troupe font irruption au petit matin dans la chambre du roi, tandis que celui-ci est encore au lit. Un coup d’État vient de commencer206. Auprès de don Enrique se trouve Ruy López Dávalos, toujours connétable de Castille, mais vieux privado en perte de vitesse. En faisant ainsi irruption dans la chambre du roi, où se tient déjà Álvaro de Luna, avait-il en tête le long sermon de López de Ayala ? À l’aube d’un xve siècle plein de redites, mais aussi d’accentuations, en particulier sur le plan contractuel où se joue l’institution finalement avortée de la privanza, ce sermon ad status pouvait bien passer en tout cas pour un manuel du coup d’État légitime. Ruy López Dávalos ne savait cependant pas encore que, dans un coup d’État, le vrai coup, vient toujours après.

Notes

1 En 1367, à Burgos, face aux villes qui lui réclament d’exclure les Juifs des offices de sa maison, les accusant des maux survenus du temps où ils étaient les privados des rois, Henri II s’étonne d’une demande inédite, mais s’engage à les exclure de son conseil (CLC, t. II, pp. 150-151 [10]). Pour les gens de Tolède, l’ancien trésorier de Pierre Ier, Simuel el Levi, qui s’était fait construire dans la ville un grand palais ainsi qu’une synagogue attenante, reste l’incarnation même du privado (ibid., t. II, pp. 158-159 [9]). En 1371, à Toro, les villes réitèrent leur demande, se plaignant de la grande place et des honneurs que les Juifs détiennent dans la maison du roi ainsi que dans les maisons des Grands (ibid., t. II, pp. 203-204 [2]).

2 Toro, 1371, CLC, t. II, p. 206 (6).

3 Burgos, 1367, ibid., t. II, p. 148 (6) ; Toro, 1369, ibid., t. II, p. 183 (74).

4 Toro, 1371, ibid., t. II, p. 211 (21).

5 Rappelons que c’est sous le vocable de l’« offensive populaire » que Julio Valdeón envisagea l’ensemble de ces réclamations urbaines dans sa thèse sur l’installation du régime trastamare (Valdeón Baruque, 1966, pp. 126-142).

6 Gimeno Casalduero, 1972, p. 128.

7 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, p. 118.

8 Ibid., t. II, pp. 121-122, 129-130 et 147.

9 Ibid., t. II, p. 27, où il est dit que Pero Carrillo était privado du comte en 1360.

10 Ibid., t. II, p. 150.

11 Ibid., t. II, p. 313. La mention d’herbes appelle ici la comparaison avec le cas de don Juan Alfonso de Alburquerque en 1354 (ibid., t. I, p. 168). Soulignons que dans l’un et l’autre cas, un médecin d’origine italienne paraît impliqué, un « físico romano » en 1354 et un « maestre Romano » en 1370. S’agirait-il de la même personne ? Ce serait là une belle preuve de continuité d’une pratique et d’un personnel chargé de la mettre en œuvre.

12 Ibid., t. II, pp. 317-318.

13 Leur intervention dans cette affaire rappelle en effet le remplacement des privados par les criados qu’avait opéré Ferrán Sánchez de Valladolid. Certaines des pétitions urbaines présentées au début du règne paraissent confirmer la reviviscence de la crianza. Ainsi, à Burgos, en 1367, Tolède réclame-t-elle au roi de ménager une place auprès de lui, dans les maisons de ses frères ou de son héritier l’infant Jean à des membres de lignages qualifiés de fechuras des rois (CLC, t. II, p. 160 [16]). En 1373, à Burgos, les villes se plaignent cependant des mariages forcés que le roi impose au bénéfice de ses criados (ibid, t. II, pp. 258-259 [4]). Avec ces criados, Henri II souhaite-t-il en revenir à une forme de satellisation d’inspiration alphonsine ? Remarquons en tout cas que la refonte de la chronique d’Alphonse XI au cours des années 1376-1379, la Gran Crónica de Alfonso XI, en accentue le caractère chevaleresque (Gómez Redondo, 1998-2007, t. II, pp. 1816-1818).

14 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 326-327.

15 Ostolaza Elizondo, 1993, pp. 203-205.

16 Martín Prieto, 2016a, 2016b et 2018.

17 Valdeón Baruque, 1966, pp. 117-126 et 274-305 ; Suárez Fernández, 1994a, pp. 65-82.

18 Pascual Martínez, 1973, pp. 186 et 189. Sous sa direction travaillent les scribes Diego Fernández et Alfonso Martínez (Villar Romero, 1964, t. II, p. 225). La charge de notario mayor de los privilegios rodados instituée en 1369 est cependant précédée par celle de lugarteniente de los privilegios rodados (González Crespo, 1986, pp. 467-468). Comme dans d’autres domaines, le pouvoir trastamare travaille ici sur les bases jetées pendant la période alphonsino-pétriste.

19 Selon un modèle formulaire qui remonte probablement au règne de Ferdinand IV. Voir en ce sens le privilegio rodado du 24 mai 1352, portant confirmation par Pierre Ier du privilège accordé en 1302 par Ferdinand IV à l’archevêché de Tolède et au chapitre (Díaz Martín, Colección documental, t. III, doc. 714, pp. 54-55), ou encore l’emploi de la même formule dans le cuaderno de Cortes de Medina del Campo en 1305 (CLC, t. I, pp. 172-173). Ces témoignages invitent à considérer ce rappel du privilège de merci comme une simple variation des dispositions alphonsines précisant comment le roi doit s’y prendre pour bien connaître les hommes (Las Siete Partidas, II, v, 17).

20 Ces considérations pétristes sur la loyauté se trouvent exprimées dans le privilegio rodado du 12 février 1365, portant concession de certaines localités en faveur de la ville de León (Manuel Risco, 1894, Ap. viii, pp. 407-411 ; Díaz Martín, Colección documental, t. IV, doc. 1306, pp. 204-205). Elles sont intégralement reprises dans le long condensé doctrinal sur la loyauté élaboré par la chancellerie henricienne, dont un des premiers témoignages est le protocole du privilège du 1er janvier 1368, par lequel Henri II concède à Pedro González de Mendoza les localités de Hita et Buitrago (Andrés Tobar, 1921, [V] doc. xii, pp. 34-36). Si ce protocole est par la suite d’un usage assez exceptionnel par rapport au rappel du privilège de merci du roi, il est cependant régulièrement repris jusqu’au xve siècle. Pour quelques exemples d’emploi voir : pour le règne d’Henri II, le privilège du 30 juillet 1370 portant confirmation de la concession d’Astudillo en faveur de Fernán Sánchez de Tovar (Villar Romero, 1964, t. I, pp. 490-491), ou encore le privilège du 12 juin 1371 par lequel Henri II autorise Alfonso Fernández de Fuentes à repeupler Castilleja de Talhara (González Jiménez, 1994, doc. 17, pp. 151-152) ; pour le règne de Jean Ier, le privilège du 20 août 1379 portant confirmation de la concession du 3 juin de la seigneurie de Melgar de la Frontera à Pedro Fernández Cabeza de Vaca et à ses descendants légitimes (Suárez Fernández, Registro documental, doc. 56, pp. 61-63) ; pour le règne d’Henri III, le privilège du 7 février 1398 accordant un monopole de transport aux navigateurs du royaume (Fernández de Navarrete, 1853, Ap. ii, pp. 378-380) ; et pour le règne de Jean II, l’acte de légitimation de son privé don Álvaro de Luna du 2 janvier 1421 (Calderón Ortega, 1999, doc. 9, pp. 30-31).

21 CLC, t. II, pp. 1-2.

22 Ibid., t. II, pp. 164-165.

23 Garriga Acosta, 1994, pp. 61-87.

24 L’insertion de la loi naturelle peut indiquer ici l’influence sur les rédacteurs du protocole du traité des lois de la Summa theologiae de saint Thomas d’Aquin via le De regimine principum et sa traduction et glose castillanes. Au chapitre xxix de la deuxième partie du troisième livre, sur le gouvernement du royaume et de la cité en temps de paix, Gilles de Rome aborde en effet la question de la loi naturelle et positive, et place le roi en position intermédiaire entre ces deux lois. Or, la loi positive qu’il établit, à partir de cette position du milieu inspirée par Aristote, ne doit être qu’une traduction de la loi naturelle. La position du milieu indique aussi l’infériorité du roi par rapport à la loi naturelle, sa supériorité par rapport à la loi positive (Glosa Castellana, pp. 903-906).

25 Pour une synthèse sur la présence d’ecclésiastiques dans le personnel de la chancellerie royale et leur rôle dans la production d’un discours politique sous les Trastamare : Nieto Soria, 1993b, pp. 164-172 et 184-222.

26 CLC, t. I, pp. 414-415 (34).

27 Ibid., t. II, p. 283.

28 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 360-363 ; Estepa Díez, 2006.

29 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 393-398. Le profil de ce personnage déjà croisé dans le précédent chapitre est assez intéressant, car ses origines étrangères le rapprochent du profil de Alburquerque ou de celui, plus tardif, d’Álvaro de Luna. Henri II fait sa connaissance en Aragon, où ce riche homme navarrais s’était lui aussi exilé. Devenu roi, Henri II lui garde sa confiance et lui accorde sa faveur (ibid., t. II, p. 328). C’est en qualité de conseiller du roi que López de Ayala le désigne avant cette affaire (ibid., t. II, p. 370). Sur la trajectoire transfrontalière de Rámirez de Arellano : Diago Hernando, 2003.

30 Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. II, pp. 416 et 418-419.

31 Id., Crónica del Rey don Juan, pp. 7-10 ; Montes Romero-Camacho, 2002.

32 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 18-19.

33 Ibid., pp. 28-30, 33-35, 142, 269-270, 300-301 et 349-358.

34 Gómez Redondo, 1998-2007, t. II, pp. 1808-1816.

35 Suárez Fernández, 1994a.

36 Mitre Fernández, 1968 ; Quintanilla Raso, 2008.

37 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 18-19.

38 Uría Maqua, 1972 ; Suárez Fernández, 2003, pp. 71-112.

39 Lettre de Jean Ier à Murcie du 30 août 1380 (Suárez Fernández, Registro documental, doc. 141, pp. 179-180).

40 L’office restera dans ce lignage sans interruption jusqu’en 1411 (Montero Tejada, 1996, pp. 208-209).

41 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 143-147. Le dernier de ces pardons date du 20 juillet 1383 (Suárez Fernández, Registro documental, doc. 352, pp. 525-528).

42 Charageat, Leveleux-Texeira, 2010.

43 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, pp. 148-158.

44 Ferro, 2010a, pp. 45-48 et 2010b, pp. 140-141.

45 Pensait-on vraiment dans l’Europe du xive siècle que les rois de Castille étaient plus enclins que d’autres à user de l’arbitraire ? Alors qu’Álvaro Pais se plaît à signaler dans son Speculum Regum ces travers auxquels les rois hispaniques cèdent plus volontiers que d’autres rois, la cruauté reste chez lui un péché générique (Gilli, 2015). Comme nous l’avons vu également, la cruauté de Pierre Ier avait eu un large écho dans l’Occident chrétien et le monde musulman. Toutefois, cette opinion sur ce roi-là ne paraît pas avoir conditionné une opinion globale de ce type sur les rois de Castille. Dans le De casibus virorum illustrium de Giovanni Boccacio, la présence castillane se résume à deux cas : les infants don Enrique (dit le Sénateur) et don Fadrique de Castille, respectivement oncle et frère d’Alphonse X. Pour le second, les versions française et castillane du De casibus diffèrent quelque peu, mais concordent à désigner le frère comme commanditaire de la mort du personnage (Giovanni Boccaccio, Des nobles malheureux, fo cclxxxvvo ; Pedro López de Ayala, Caýda de príncipes, fo 258ro). Cette mort de l’infant don Fadrique est représentée, avec la lamentation de Frédéric II, la mort de Manfred et l’arrestation d’Enzo, dans le manuscrit que réalisent, au cours du premier quart du xve siècle, le maître de Rohan et ses collaborateurs de la traduction de Jean de Premierfait (BnF, Fr. 226, fo 221v°). Par conséquent, l’opinion exprimée par Ayala est probablement très personnelle. La dimension européenne qu’il lui attribue vise probablement à lui donner simplement plus d’autorité.

46 Cette version des événements ne correspond à aucune des versions françaises des mêmes. López de Ayala semble avoir poussé en direction d’une procédure de défense les diverses médiations suscitées lors du conflit entre Charles de Navarre et le pouvoir royal français. Il se peut aussi que ces médiations se soient confondues dans son esprit avec la procédure intentée au Parlement de Paris contre Charles de Navarre au début de l’année 1387. Quoi qu’il en soit, cette lecture quelque peu particulière souligne quelle attention porte le chroniqueur sur l’histoire récente du royaume de France, voire son attirance pour un modèle politique à ses yeux digne d’imitation et qu’il connaît bien en raison de ses ambassades , mais encore des liens d’amitié qui paraissent l’avoir lié avec Philippe de Mézières et des marmousets à Paris (Foronda, 2017a). Remarquons que la France se regarde parfois elle aussi dans le miroir castillan, dans un autre sens cependant. En témoignent les miniatures représentant la mort de Pierre Ier dans les manuscrits royaux des Grandes Chroniques de France et les manuscrits de la Chanson de Du Guesclin, ou plutôt la transformation de ce fratricide régicide en un légitime tyrannicide, sur le modèle de la représentation de l’exécution des seigneurs normands ordonnée par Jean le Bon, qui fut peut-être tenté de pratiquer la politique de l’épouvante déjà mise en œuvre en Castille (Foronda, 2010c). Autrement dit, la Castille est ce miroir dans lequel la France apaisée de la fin des années 1370 regarde l’image du pire, mais que la prudence gouvernementale de Charles V a permis d’éviter. Pour la France de Charles V, la Castille tient d’une certaine façon le rôle donné à Grenade par Ferrán Sánchez de Valladolid pendant le règne d’Alphonse XI.

47 Le roi prend encore le soin de l’exclure, ainsi que tous ceux ayant collaboré dans le projet d’invasion du duc de Lancastre, du pardon général qu’il octroie lors des Cortes de Guadalajara en 1390 (Nieto Soria, 2002, p. 230).

48 L’un des manuscrits de la Crónica anónima de Enrique III raye le nom de Pedro López de Ayala et le remplace par celui de Pedro Suárez de Quiñones, à qui est donc attribuée l’exécution de l’ordre de libération donné par le Conseil de régence (Crónica anónima de Enrique III, pp. 120-121 ; Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, p. 750).

49 Id., Crónica del Rey don Juan, pp. 307-309.

50 Ibid., pp. 310-323.

51 Ibid., pp. 310-312 et 322-323. L’obligation et le contenu de ce serment des conseillers fait l’objet de dispositions particulières aux Cortes de Briviesca en 1387 et de Guadalajara en 1390. D’autres dispositions s’ajouteront en 1406, 1459 et 1480 (De Dios, 1982, pp. 279-280).

52 Bizzarri, 2011.

53 Cette idée de mise au standard n’est cependant pas indiquée dans l’abandon de l’ère hispanique en 1383 (extrait du cahier des pétitions des Cortes de Ségovie, BNE, Ms. 13102, fo 52ro, éd. par Suárez Fernández, Registro documental, doc. 367, p. 548 ; et copie de la première loi des Cortes de Ségovie dans le registre d’actes de la ville de Murcie, éd. dans ibid., doc. no 368, pp. 552-553). Ici, le raisonnement est exclusivement religieux, mais il force ainsi le rappel de l’origine religieuse et ecclésiale de l’idée même de réforme.

54 Dans les trois versions données par Luis Suárez de sa biographie de Jean Ier, ainsi que dans son discours de réception à la Real Academia de la Historia, l’idée selon laquelle la « révolution trastamare » se serait acheminée sous ce règne en direction d’un programme tend à s’accentuer (Id., 1955, 1977, 1994a, pp. 99-158 et 1994b). Cette accentuation n’est pas sans conséquences chronologiques. Tandis que dans la première version de cette biographie, l’auteur voyait dans les Cortes de Ségovie en 1383 — et tout particulièrement le changement d’ère alors décidé — comme l’amorce d’une réforme, dont il soulignait ce qu’elle devait à la crise et au remous (Id., 1955, p. 54), dans la seconde version, il avançait aux Cortes de Soria, en 1380, le départ des efforts réformateurs (Id., 1977, p. 51).

55 Olivera Serrano, 2005.

56 Francisco Olmos, inédite, t. I, pp. 258-363.

57 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey don Juan, p. 61.

58 Suárez Fernández, 1977, p. 398.

59 Des huit actes rassemblés par Luis Suárez Fernández qui furent expédiés depuis Zamora entre le 20 et le 23 juin 1382, sept concernent en effet cette affaire (Id., Registro documental, doc. 296-303, pp. 434-435).

60 Il s’agit du huitième acte donné à Zamora entre le 20 et le 23 juin (ibid., doc. 298, p. 434 ; Díaz de Durana, Álava en la Baja Edad Media, doc. 25, pp. 44-46).

61 Lettre de création de l’office de connétable du 6 juillet 1382 (Suárez Fernández, Registro documental, doc. 307, pp. 444-446). Ajoutons que l’auteur voit dans cette création le premier acte d’un projet d’armée permanente, qui prend plus d’envergure en 1387 cependant (Id., 1977, pp. 348-350).

62 Salazar y Acha, 2000, pp. 193-220.

63 Son nom prend place entre la signature du roi et les noms des cinq scribes, sans indication expresse cependant de son contrôle. Lope Pascual Martínez ne rapporte pas ce nom dans la liste qu’il donne du personnel de l’Audience et de la chancellerie de Jean Ier (Pascual Martínez, 1978). Un rapprochement avec le juriste Alvar Martínez de Villarreal, avec lequel Ayala collabore à plusieurs reprises au cours du règne, semble devoir être écarté : ainsi figurent-ils tous les deux dans un acte donné à Burgos le 30 mai 1386 (Martínez Díez et alii, Colección de documentos medievales de las villas Guipuzcoanas, doc. 489, p. 247 ; Documentación medieval, éd. par Ayerbe Iríbar et San Miguel Osaba, doc. 10, pp. 22-23). Pour une mise à jour de la liste du personnel de l’Audience et de la chancellerie de Jean Ier : Cañas Gálvez, 2011, p. 178 pour la mention d’Alvarus.

64 Lettre de création de l’office de connétable du 6 juillet 1382 (Suárez Fernández, Registro documental, doc. 307, p. 445).

65 Id., 1955, p. 39, 1977, p. 114 et 1994b, p. 82. Dans la deuxième version de sa biographie de Jean Ier, l’auteur avance cependant l’hypothèse d’une piste portugaise également (Id., 1977, p. 114).

66 Costa Gomes, 2002, pp. 54-55.

67 Fernão Lopes, Chronica de el-rei D. Fernando, t. III, chap. cl, pp. 109-110.

68 Ibid., t. III, chap. cliii, p. 116.

69 Ibid., t. III, chap. cl, p. 110.

70 Russell, 1955, pp. 365-366.

71 Cette question du commandement pourrait expliquer le pointillisme des dispositions réglementant les offices de connétable et de maréchal reprises dans les Ordenações Afonsinas, I, lii-liii, t. I, pp. 306-318). Mais furent-elles rédigées dès la création de ces offices ? La disparition du cahier évoqué dans la lettre castillane du 6 juillet rend impossible la comparaison des textes.

72 Sur la pusillanimité des capitaines portugais entre la fin juin et le début de juillet 1382 : Arnaut, 1960, p. 155.

73 Peter Russell évoque d’ailleurs une nomenclature anglo-française et laisse entendre un certain suivi castillan (Russell, 1955, pp. 367-368).

74 Salazar y Acha, 2000, pp. 256-258.

75 Cañas Galvez, 2011 et 2013.

76 L’emphase de Luis Suárez autour de son idée d’un « programme », le conduit à privilégier une perspective purement administrative dans son évocation du Conseil, avec comme conséquence un avantage grandissant accordé à la période 1387-1390 sur le récit de la crise de 1385 (Suárez Fernández, 1955, pp. 88-89 et 124-125, 1977, pp. 227-232 et 337-340, et 1994, pp. 169-175). Cette perspective administrative, qui revient à dépolitiser la portée de l’institution, fut également retenue par Salustiano de Dios (De Dios, 1982, pp. 69-103), puis discutée par Carlos Garriga, qui souligne au contraire le caractère éminemment politique de l’organe de participation gouvernementale ainsi institué entre 1385 et 1406 (Garriga Acosta, 1994, pp. 91-94).

77 Foronda, 2017a.

78 Díaz de Durana, Dacosta Martínez, 2007, pp. 72-80.

79 Di Stefano, 1962.

80 Le processus de rédaction du Rimado de Palacio a cependant donné lieu à des positions différenciées. Un résumé des principaux points des positions défendues par Richard Kinkade, Michel García et German Orduna (Kinkade, 1971 ; Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio [a] et [b]) est proposé dans González Álvarez, 1990, pp. 50-54. Hugo Óscar Bizzarri revient sur ce débat dans son édition critique plus récente (Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), pp. 331-404 pour son étude, plus spécialement pp. 351-356 sur l’élaboration du texte).

81 Sur la confession rimée comme genre et ses liens avec les manuels de confession : Serverat, 1997, pp. 49-51.

82 Sur cette littérature de protestation sociale en Castille et dans la péninsule Ibérique : Rodríguez Puértolas, 1968 ; Scholberg, 1971 ; Blanco Aguinaga et alii, 1978, t. I, pp. 96-131 sur la crise du xive siècle. Sur le lien entre cette crise et le Rimado de Palacio : Franco Silva, Romero Tallafigo, 1981 ; González Álvarez, 1990. Enfin, sur le genre des États du monde et le lien du Rimado de Palacio avec ce genre : Serverat, 1997 ; Bizzarri, 2015.

83 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophes 234-297, pp. 41-51.

84 Ibid., strophes 234-239, p. 41.

85 Ibid., strophes 243-247, pp. 42-43.

86 Ibid., strophe 242, p. 42.

87 Ibid., strophes 272-297, pp. 47-51.

88 Ibid., strophes 424-476, pp. 71-79.

89 Ibid., strophe 445, p. 74.

90 Ibid., strophe 451, p. 75.

91 Ibid., strophes 454-455, pp. 75-76.

92 Ibid., strophes 458-459, p. 76.

93 Ibid., strophes 473-474, pp. 78-79.

94 Ibid., strophe 464, p. 77.

95 Ibid., strophe 435, p. 73.

96 Ibid., strophe 470, p. 78.

97 Ibid., strophe 440, p. 73

98 Ibid., strophe 441, p. 74.

99 Suárez Fernández, 1977, pp. 200-203.

100 Garcia, 1982, pp. 82-94 ; Bizzarri, 2011, § 14-22.

101 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophe 638, p. 104.

102 Exode, 18, 13-27.

103 Glosa castellana, p. 849.

104 Tratado de la comunidad, p. 110.

105 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 175-181 et 191-196.

106 Ibid., pp. 193-194 ; Foronda, 2017a, p. 144.

107 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 194-195. Sur ce conflit entre bravoure et discipline, voir mes considérations sur un de ses rejeux au xve siècle : Foronda, 1999.

108 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, p. 196.

109 Foronda, 2009a, pp. 77-88 et 2009b, pp. 77-83. Or quelques compléments bibliographiques, les pages qui suivent sur cette institution du Conseil en 1385 reprennent ce précédent abordage.

110 CLC, t. II, p. 333.

111 Ibid., t. II, p. 334.

112 Dans la première version de sa biographie de Jean Ier, Luis Suárez indiquait l’invocation à Valladolid du modèle français (Suárez Fernández, 1955, p. 87). Dans la deuxième version, qui s’ouvrait par l’affirmation de l’aragonisme de Jean Ier (Id., 1977, p. 19), il préféra logiquement insister sur une inspiration aragonaise, sur la base de la copie demandée à Pierre IV d’Aragon de ses Ordinacions en 1384 (ibid., p. 229), dont il faisait aussi la source du programme même de réformes (ibid., p. 157). Reprise dans son discours de réception à la Real Academia de la Historia (Id., 1994a, pp. 99-100), la piste aragonaise ne fit néanmoins l’objet d’aucune mention dans la troisième version de la biographie de Jean Ier (Id., 1994b). La base documentaire sur laquelle repose l’hypothèse aragonaise à propos du Conseil est cependant fragile. Les Ordinacions, tributaires des Leges palatinae de Jacques III de Majorque (1337), se contentent de définir la structure de la maison royale aragonaise, en définissant des offices majeurs et mineurs, comme dans les Partidas d’Alphonse X pour la Castille, sans jamais donner lieu à une définition institutionnelle du Conseil (Le leggi palatine di Pietro IV d’Aragona ; Leyes Palatinas de Jaime III ; Palacios Martín, 1995 ; Beauchamp, 2009 et 2013). Par conséquent, s’il fallait déduire de la circulation de ce livre entre les cours aragonaise et castillane — rappelons que cette circulation est loin d’être exceptionnel entre les cours d’Europe du xive siècle, d’ailleurs Luis Suárez rapporte la demande en 1386 d’une copie de la Crónica general par le prince de Gérone (Suárez Fernández, 1977, p. 229) — une certaine influence sur les créations institutionnelles du règne de Jean Ier, il faudrait davantage l’admettre, mais sans doute pas au-delà d’une simple demande d’information, à propos de la réorganisation de la Chambre du roi en 1385, dont témoigne la création de deux nouveaux offices de chambriers, de la Cámara de los Paños et de la Cámara a la Jineta (Cañas Gálvez, 2011, pp. 149-152).

113 De Sousa, 1985.

114 Cette demande de participation s’était de fait déjà exprimée aux premières Cortes convoquées par Jean Ier à Burgos en 1379 (CLC, t. II, p. 287 [4]).

115 Ibid., t. II, p. 332.

116 « ca assi acustuma de fazer pelos Reys de Inglaterra, e por esto som louvados em todalas partes do Mundo » (Caetano, 1951, doc. 4, pp. 108-109).

117 Pour la péninsule Ibérique, les études sur le sermon politique concernent principalement la Couronne d’Aragon : Cátedra García, 1985-1986 ; Johnston, 1992 ; Cawsey, 1999 et 2002. Pour un cadre à échelle occidentale sur la parole du roi et la rhétorique parlementaire : Hébert, 2014, pp. 275-533.

118 CLC, t. II, pp. 333-335.

119 CLC, t. II, p. 329 (17).

120 Ibid., pp. 330-331 ; Nogales Rincón, 2016, pp. 337-342.

121 CLC, t. II, p. 332.

122 Ost, 2004, p. 68.

123 Van Seters, 1985 ; Levinson, 2006.

124 De Dios, El Consejo Real, p. 75.

125 Lachaud, 2010, pp. 529-530.

126 Ibid., pp. 20-27, 442-443 et 513-515.

127 Nieto Soria, 1993b, pp. 165-171

128 Id., 1990.

129 Communiloquium I.6.7 d’après la table proposée par Guardiola, 1991, p. 143.

130 Glosa castellana, p. 849 ; Tratado de la comunidad, p. 110.

131 Morreale, 1982.

132 General Estoria (c), I, Livre XIV, chap. ix, t. II, pp. 214-215.

133 Ibid., I, Livre XIV, chap. x et xi, t. II, pp. 391-393.

134 Ces sources sont précisément mentionnées dans les chapitres ci-dessus indiqués (Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, Livre III, chap. iv, t. I, pp. 159-160 ; Petrus Comestor, Scolastica historia, non folioté [Super exodi libro, De subdiuisione magnatum ad concilium ietro]).

135 CLC, t. II, p. 349 (27).

136 Ibid., t. II, pp. 349-350 (28).

137 Ibid., t. II, p. 398 (51).

138 Ibid., t. II, p. 382 (7).

139 De Dios, 1982, pp. 78-95.

140 Garriga Acosta, 1994, pp. 94-102. Le choix de Ségovie, aux Cortes de Guadalajara de 1390, donne lieu à une intéressante justification (CLC, t. II, p. 472 [1]). Ainsi, le choix se fait-il pour rapprocher le tribunal d’une demande qui provient surtout de Castille, du León et des terres des montagnes ; parce que la ville se situe au cœur d’une région où les viandes ne manquent pas ; parce que le climat y est sain, plus frais, plus propice au travail que les terres chaudes. Un climat tempéré pour une monarchie tempérée, ainsi à jamais éloignée de l’enfer tyrannique dont Ayala avait placé la porte à Séville ? Or, Ségovie deviendra au xve siècle une nouvelle porte de cet enfer (Foronda, 2003). Quoi qu’il en soit, le choix de Jean Ier n’aura aucune conséquence sur le lieu d’implantation réelle de l’Audience, que la pratique fixera à Valladolid.

141 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, p. 209.

142 Ibid., pp. 211-212.

143 Ibid., pp. 213-217.

144 Ibid., pp. 307-388.

145 CLC, t. II, pp. 424-470

146 Ibid., t. II, pp. 424, 433, 439 et 443.

147 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 307-309.

148 Ibid., pp. 310-323 ; Ferro, 2010, pp. 48-51.

149 Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 320-322.

150 Ce serment fait lien en effet entre l’avis rendu en 1390 et le Conseil de régence de 1391. Pour ce dernier Conseil, ce serment, ou plutôt les serments en cascade que prêtent ses nombreux membres, occupe l’essentiel des actes des Cortes consacré à sa formation (CLC, t. II, pp. 483-507 ; Morán Martín, 2007). Sur ces Cortes, voir en outre : Granda Gallego, 1982 ; Mitre Fernández, Granda Gallego, 1985.

151 Suárez Fernández, 1952a.

152 Montes Romero-Camacho, 1998.

153 Dans son récit de l’année 1390, Ayala consacre pas moins de trois chapitres à la question de son renvoi en Navarre, que Jean Ier fait discuter par son Conseil (Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 348-367).

154 Il rentre de son exil français, où l’avait conduit l’irritation de Jean Ier, après Aljubarrota (ibid., p. 22).

155 CLC, t. II, pp. 423-427 (2). Cette interdiction est à nouveau promulguée à la majorité d’Henri III, aux Cortes de Madrid en 1393 (ibid., t. II, pp. 528-529).

156 La reprise de la chronique d’Henri III, peut-être par Álvar García de Santa María, dès après la mort de Pedro López de Ayala, indique des conditions cependant plus structurelles pour cette redite. Ce continuateur évoque en effet quel apoderamiento du royaume avait produit la générosité d’Henri II à l’égard des Grands et des chevaliers (Crónica anónima de Enrique III, p. 34). À la tête d’un lignage également bénéficiaire de ces mercedes henriciennes, Ayala rapporte d’ailleurs l’inquiétude nobiliaire à propos de leur transmission, à laquelle une clause du testament d’Henri II avait posé des conditions restrictives (Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Juan Primero, pp. 385-387). À sa majorité, Henri III révoque les mercedes accordées pendant sa minorité. Cette révocation et l’apoderamiento aristocratique produit par ces grâces est probablement à l’origine de l’anecdote consignée dans la refonte, sous le règne d’Henri IV, de la Suma de Reyes ([Textes. Texte de la refonte], § 55-57). Dans ce texte, Henri III décide en effet d’annuler les grâces qu’il a dispensées aux membres de sa cour, quand il les découvre faisant bonne chère et le compte de leurs rentes, alors que lui même a ordonné à son dépensier de mettre en gage son « gaban » pour financer sa table et celle de la reine. Remarquons que l’épisode bruit de la menace d’une exécution sommaire, accentuée par la mise en œuvre d’un dispositif palatial en rapport (Jardin, 1995, pp. 226-230 et 243-244). La menace du coup de sang royal est répétée ensuite, devant le Conseil urbain de Séville, que le roi fait enfermer dans une salle de l’alcazar lors de l’un de ses deux séjours dans cette ville, en 1395 ou en 1402 (Suma de Reyes [Textes. Texte de la refonte], § 58 ; Jardin, 1995, p. 329). Séville devra attendre le règne d’Henri IV pour recevoir à nouveau la visite d’un roi et découvrir à cette occasion qu’il s’agit d’un nouveau tyran (Foronda, 2018e).

157 Ajoutons que don Fadrique est alors tenu pour le responsable de l’échec de la Concordia de Perales qui visait tant à établir la paix entre les parents qu’à régler définitivement la question du régime de régence. Le duc est en effet accusé d’avoir ordonné l’assassinat de Día Sánchez de Rojas, partisan de l’archevêque de Santiago et du comte Alfonso de Noreña (Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, p. 758). Pour marquer la fin d’une première époque et d’un trop long débat, Ayala place d’ailleurs peu après dans sa chronique le testament de Jean Ier et précise ensuite les points restés sans exécution (ibid., pp. 761-785).

158 Ibid., pp. 793-794 et 801-804.

159 Ibid., p. 804.

160 L’enquête lexicale réalisée, à partir de la base de donnée CORDE, afin de mesurer l’emploi du terme « imagination » (formes lemmatisées : imaginac*, imaginaç*, ymaginac*, ymaginaç*, emaginac*, emaginaç*, imaginança, ymaginamiento) au cours du xive siècle donne un résultat de 110 emplois : 47,3 % de ceux-ci relèvent de la prose historique, 16,3 % de la littérature médicale et 10,9 % de la littérature religieuse ou spirituelle. Il convient de souligner que pas moins de 42 % de ces emplois sont liés à des traductions. L’une d’elles est la traduction de Pedro López de Ayala de la version française des Décades de Tite Live, et le terme « imagination » y est employé comme synonyme de conjuration et de conspiration dans la définition du terme faction (Pedro López de Ayala, Traducción de la Décadas, p. 232). Trois traducteurs ou auteurs sont responsables à eux seuls de près des deux tiers des 110 emplois signalés : d’abord Juan Fernández de Heredia avec 37,2 % (Plutarque [17], Gran Crónica de España [14], Gesta de don Jayme de Aragón [5], Thucydide [2], Orose [3]) ; ensuite Pedro López de Ayala avec 14,5 % des emplois (Soberano bono [9], Tite Live [4], Crónica del rey don Pedro [2], Rimado de palacio [1]) ; enfin Moses ben Samuel de Roquemaure, devenu le converti Jean d’Avignon, avec 10 % (Sevillana medicina [11]). Étant donné cette notable présence, renforcée par celle du traité Visita y consejo de médicos de Stéphane de Séville [7 emplois]), force est de se demander si l’emploi du terme « imagination » par Pedro López de Ayala ne pointe pas une vision quelque peu médicale à présent de l’émotion, plus particulièrement de cette peur politique qui fait son retour dans la chronique d’Henri III, peut-être pour la disqualifier, et au-delà des dérangements de l’âme, dont la perception est alors en pleine rénovation comme le montrent les réflexions sur la mélancolie du médecin parisien Jacques Despars (Jacquart, 1980). En lien avec cette perception plus médicale de l’émotion, voir également les lettres de janvier-février 1327, relatives à la maladie éprouvée par doña Constanza, fille du roi Jacques II d’Aragon et femme de don Juan Manuel, où est également employé le terme « imagination » (Giménez Soler, Don Juan Manuel, doc. ccccxxii et ccccxxiv, pp. 534-535).

161 L’arrestation de l’archevêque, et du chambrier Juan de Velasco, a lieu dans le palais du roi à Zamora le mardi de Carnaval de 1393 (Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, pp. 817-818).

162 Ibid., p. 843.

163 « anduvo grand tiempo en este regno, así en boca de los mayores, como de los menores, un decir breve en manera de proverbio, que decía en esta guisa : “Fechádole a el agraz Ferrezuelo a Manchagaz ; pero si Manchagaz se suelta, Ferrezuelo es en revuelta”. E en este decir facían al arzobispo de Santiago Ferrezuelo, e al arzobispo de Toledo Manchagaz » (ibid., p. 818).

164 La suspicion de Ayala se fait jour quand il évoque la révocation des mercedes décidée par le jeune roi, entre les mains de privados qui le poussent à leur en accorder de nouvelles et plus importantes (ibid., p. 837).

165 Quand il négocie son retour à la cour, le duc de Benavente exige en effet comme otages un fils de chacun de ces officiers (ibid., pp. 842 et 846).

166 Ibid., pp. 842, 846-847, 857, 859-860, 861-863, 867-868, 871-872, 873-874, 875-876.

167 Ibid., pp. 868-869. Ayala exploite ici encore le patron du stratagème et du dispositif palatial. Le duc est en effet invité à participer au Conseil convoqué pour décider du renvoi de la tante du roi en Navarre. Une fois le duc arrivé dans la chambre du Conseil, le roi se retire au prétexte de dîner et se rend dans la chambre de son frère. Dans la chambre du Conseil, deux écuyers pénètrent alors et procèdent à l’arrestation du duc, qui est conduit dans la tour du Colimaçon du château de Burgos. Le duc sera retenu prisonnier jusqu’en 1411.

168 Ferro, 2010b, pp. 145-146.

169 Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, p. 884.

170 Ibid., pp. 875-876.

171 Ibid., pp. 881-885.

172 Nieto Soria, 1993b, pp. 133-137. Sur le rôle de ces prélats-privados pendant le règne d’Henri III, voir en outre le cas de l’évêque Juan Serrano qui meurt empoisonné en 1402 (Coussemacker, 2004 ; Nieto Soria, 2006b).

173 Zurita, Anales de Aragón, t. IV, p. 781.

174 Contrats d’alliance entre Juan de Velasco et Diego López de Stúñiga du 14 septembre 1398 et entre Juan de Velasco, Diego López de Stúñiga et Gómez Manrique du 6 novembre de la même année (Suárez Fernández, 1952b, doc. 6 et 7, pp. 394-399. Sur ces contrats, voir en outre : Mitre Fernández, 1968, pp. 56-60).

175 González Crespo, 1981, doc. 31, pp. 109-113 ; Foronda, 2007a, pp. 193-195.

176 Bien que parent du roi, car fils illégitime de don Fadrique (frère jumeau d’Henri II tué à Séville en 1358), Alfonso Enríquez doit cependant sa promotion à son union avec doña Juana de Mendoza. L’office était en effet détenu jusque là par son frère Diego Hurtado de Mendoza, dont l’héritier, le futur marquis de Santillana, né en 1398, est alors encore trop jeune pour pouvoir l’exercer. L’amiralat restera néanmoins dans le lignage des Enríquez. Par ailleurs, Pedro López de Ayala est l’oncle maternel de Juana et de Diego de Mendoza.

177 Fernán Pérez de Guzmán, Generaciones y Semblanzas, p. 712. Bien qu’il souligne chez Henri III une certaine tendance à la solitude et à l’aparté, l’auteur évite dans son portrait du roi de signaler la présence de privados à ses côtés (ibid., pp. 699-700). Toute prudence est en revanche abandonnée dans le portrait de la reine, Catherine de Lancastre, petite-fille de Pierre Ier, un être d’un genre incertain selon l’auteur, en tout cas soumise à ses privados (ibid., pp. 700-702).

178 La dernière refonte de la Suma de Reyes, réalisée au début du règne des Rois Catholiques, tend à souligner les ambitions gouvernementales de l’infant, qu’Henri III remet en place d’une certaine manière en l’obligeant à se lever de son trône sur lequel il s’était assis pour l’attendre (Suma de Reyes [Textes. Version actualisée de 1476], § 1 ; Jardin, 1995, p. 245).

179 Sa mort (23 novembre 1407), dont ne pouvait pas être informé Ayala qui meurt au début de l’année 1407, en avril peut-être, est d’ailleurs consignée dans la chronique d’Henri III (Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, p. 801). Cet ajout est-il l’œuvre de Pablo García de Santa María auquel est attribuée la Crónica anónima du règne (Crónica anónima de Enrique III, pp. 179-182) ? Remarquons en tout cas que la mention du gouvernement (gobernamiento) de Louis d’Orléans à l’occasion des troubles mentaux de Charles VI (trastornamiento de cabeza) tend à faire de celui-ci un valido au travers de l’empoi du verbe « valoir » (valer) [Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Enrique tercero, p. 801].

180 Pour l’année 1388, le Religieux de Saint-Denis informe en effet du choix par le roi de Bureau de la Rivière, de Jean de Noviant et de Jean de Montaigu pour prendre en main le gouvernement, leur entrée en fonction donnant lieu à un contrat d’alliance et d’amitié par lequel ils s’engagent à s’entraider et à n’avoir « qu’un même esprit, une même volonté, un même but » (Chronique du religieux de Saint-Denys, t. I, p. 569).

181 Le 16 mai 1398 d’après la Relación de efectos du chambrier Pedro Fernández (Nogales Rincón, 2014, pp. 112-113, et pp. 86-89 sur le personnel politique évoqué dans ce document).

182 Jorga, 1896, p. 491

183 La femme de Pedro López de Ayala, doña Leonor de Guzmán, tient un rôle essentiel dans l’organisation de la célébration lignagère qui s’organise au solar de Quejana. En témoigne plus particulièrement sa commande d’un retable pour la chapelle funéraire des Ayala autour de 1396, lequel est aujourd’hui conservé à l’Art Institute of Chicago (Melero-Moneo, 2000-2001).

184 Mitre Fernández, 1996.

185 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophes 655-728, pp. 107-117.

186 Ibid., strophes 696-712, pp. 112-115 et 392-393 (« Fragmento cc »).

187 Ibid., strophes 665-666, p. 108.

188 Ibid., strophe 658, p. 107.

189 Je me permets de renvoyer à mes remarques préalables sur ce sermon, qui actualise l’image de la montagne du pouvoir : Foronda, 2004b.

190 Rimado de Palacio (c), strophe 658, p. 107.

191 Ibid., strophes 659-662, pp. 107-108. La source probable de cet exemple est ici le passage de la Glosa castellana mentionnant le siège d’une ville des Indes par Alexandre et la chute des chevaliers qui, montés à sa suite, font casser l’échelle (Glosa castellana, p. 1049).

192 Rimado de palacio (c), strophe 663, p. 108.

193 Ibid., strophes 664-665, p. 108.

194 Rappelons l’exploitation, déjà signalée au chapitre précédent, de cette thématique (« boyhood ») contre Richard II d’Angleterre (Fletcher, 2005).

195 Rimado de palacio (c), strophes 671 et 675, p. 109.

196 Ibid., strophes 676-685, pp. 109-111.

197 Ibid., strophes 686-695, pp. 111-112.

198 Ibid., strophes 696-712, pp. 112-115.

199 Ibid., strophes 713-716, pp. 115-116.

200 Senellart, 1995, pp. 40-44.

201 Pedro López de Ayala, Rimado de Palacio (c), strophes 243-247, pp. 42-43

202 CLC, t. III, p. 56 (10).

203 De Dios, 1982, pp. 116-120. Sur la participation urbaine au Conseil et au régime de la privanza au xve siècle : Asenjo González, 2003, 2005 et 2006.

204 Mitre Fernández, 2001, pp. 39-62.

205 Round, 1986, pp. 130-168 ; Tate, 1994 ; Carrasco Manchado, 2001 ; Foronda, 2003 et 2018b.

206 Id., inédit 2, t. I, pp. 277-295 ; González Sánchez, inédite, t. I, pp. 692-759.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search