Version classiqueVersion mobile

Privauté, gouvernement et souveraineté

 | 
François Foronda

II

L’amitié gouvernementale

Texte intégral

Amitié vassalique, parenté et privauté

  • 1 Moxó, 1970 et 1970-1971, pp. 496-497, où il fait de la privanza, après le patrimoine et avant la n (...)
  • 2 Id., 1969.
  • 3 Binayán Carmona, 1983.
  • 4 Quintanilla Raso, 1999.

1La privauté est le choix de l’amitié contre la parenté. Comme toute proposition sentencieuse, celle-ci peut être vue comme inexacte. Revenons à Salvador de Moxó, dont l’œuvre a marqué le point de départ du renouveau des études sur la noblesse en Espagne. Dans sa différenciation des noblesses castillanes — la primitiva aristocracia (haut Moyen Âge), la nobleza vieja (Moyen Âge central) et la nobleza nueva (bas Moyen Âge) —, l’historien n’hésita pas à employer le terme privanza pour indiquer quel rapport de proximité, voire de parenté, unissait chacune d’elles avec le trône1. Ce rapport avait été essentiel selon lui tant dans leur formation que dans le passage de l’une à l’autre. La vision rupturiste qui était la sienne, à propos du remplacement de la nobleza vieja par la nobleza nueva2, fut néanmoins réfutée dans un sens continuiste3, et ce débat finalement réglé au profit d’une perspective de conciliation, celle de la rénovation nobiliaire, attentive non pas tant à l’histoire des lignages qu’à celles des comportements socioculturels et politiques4. Si ce que nous allons voir du vocabulaire de la privauté rend le choix terminologique de l’historien tout à fait anachronique pour caractériser une période antérieure au xiiie siècle, cet anachronisme ne doit pas nous exempter d’une question, d’autant plus importante que le basculement du latin au roman, qui se joue à partir du règne de Ferdinand III, pourrait fausser notre perception : la privanza aurait-elle existé avant la privanza ?

  • 5 Pour des bilans historiographiques, voir plus particulièrement Álvarez Palenzuela, 1995 et 1999 ; (...)
  • 6 Quelques monographies sont ici à signaler : Torres Sevilla, 1997 ; Barton, 1997 ; Calleja Puerta, (...)
  • 7 Outre les titres déjà cités, voir aussi Barton, 1992 ; Escalona Monge, 2004 ; Pérez, 2014.

2Depuis la fin des années 1990, la connaissance des noblesses léonaise, castillane et castillano-léonaise au Moyen Âge central a fait d’importants progrès5, lesquels permettent de mieux apprécier sa structuration interne, sa puissance ou encore sa relation avec le trône6. Or, cette relation semble bien avoir fait système au xiie siècle, au travers de trois éléments en particulier qui contribuent à la structurer comme tel. Il s’agit de l’obtention de certains offices de la curia regis, en particulier ceux d’enseigne ou porte-étendard (alférez) et de majordome (mayordomo), de la participation au système révocable des « tenances » (tenencias) de forteresses au plan territorial, et de l’octroi viager du titre de comte où se mêlent les dimensions honorifique, territoriale et clientéliste7. Dans ce système, si l’intervention royale produit une hiérarchisation nobiliaire, au profit d’un groupe de magnats (magnates) puis de riches hommes (ricos hombres), les membres de ce groupe médiatisent le roi, sa personne, sa curia, et, en définitive, son pouvoir. Cette logique de médiatisation réciproque est finalement très proche de celle que nous envisagerons à propos de la privanza. Faut-il pour autant user de ce terme pour indiquer la proximité entre les tenants de ce système et le roi ?

  • 8 Ainsi, quand le récit de la rupture entre Alphonse VIII et don Diego López II de Haro est repris d (...)
  • 9 Gómez Redondo, 1998, pp. 971-976.
  • 10 Seuls deux personnages sont ainsi désignés dans ce texte : maître Nicolas, le médecin d’Alphonse X (...)
  • 11 Dans sa biographie d’Alphonse X, Manuel González n’attribue certes pas la condition de privado à N (...)
  • 12 Crónica de Alfonso X, p. 64.
  • 13 Ibid., p. 185.
  • 14 La totalité des dix emplois de amigo(s) ouvrent en direction du lien vassalique. Remarquons que l’ (...)
  • 15 Grassotti, 1969, t. I, pp. 505-507, qui souligne la synonymie entre amico et vasallo et relève des (...)

3Il est certes possible de trouver à la fin du xiiie siècle un exemple d’application rétrospective de ce vocable à cette proximité-là8. Toutefois, dans la Chronique d’Alphonse X, dont le montage est ultérieur à ce règne mais qui paraît remployer des documents voire des récits contemporains9, où quelques privados entrent en scène auprès du roi10, cette condition n’est jamais attribuée à des hommes que l’historiographie continue à envisager comme tels, Nuño González de Lara auprès d’Alphonse X et Lope Díaz de Haro auprès de Sanche IV11, lequel sera d’ailleurs fait comte en 1287. Pour ces hommes issus des deux lignages dont l’opposition avait contribué à structurer la nobleza vieja à partir de la fin du xiie siècle, le texte se contente, pour le premier, d’indiquer sa condition d’ami (amigo) du roi12, et, pour le second, l’amitié (amistad) qui le lie à lui13. Si, dans ce texte, ces termes sont fortement connotés par le lien vassalique (amigo[s]) ou par l’alliance et le contrat d’amitié (amistad[es])14, force est de constater que leur emploi paraît simplement prolonger les usages lexicaux que laissent entrevoir, par exemple, des concessions royales du xiie siècle en faveur de bénéficiaires du système qui nous occupe15. Aussi, l’option la plus cohérente reste de l’envisager sous le vocable de l’amitié vassalique. Mais cette option force à revoir la proposition initiale : si la privanza est le choix de l’amitié contre la parenté, elle est, au préalable, le choix d’une forme d’amitié, qu’il s’agira de déterminer, contre une autre ; le bris de cette dernière, l’amitié vassalique, trouvant probablement son expression paroxystique dans le coup de sang de Sanche IV à l’encontre de don Lope Díaz de Haro à Alfaro, en 1288.

  • 16 Quelque peu délaissé par les historiens, le moment 1250-1350 dans l’histoire de la noblesse, a fai (...)
  • 17 Rodríguez López, 1993, pp. 843-847.
  • 18 Vázquez Campos, 2014-2015, pp. 233-234 et 238-239.
  • 19 Salazar y Acha, 2000, pp. 163-220.
  • 20 Voir la lettre du grand maître de Calatrava Gonzalo López à Gonzalo García, conseiller du roi Jacq (...)
  • 21 Signalons ici la surprise de Pierre Ier quand il constate, à Toro, où le retient une nouvelle ligu (...)

4Ce bris sanglant d’amitié trouve néanmoins une explication plus structurelle dans les évolutions ayant affecté le fonctionnement de l’amitié vassalique, et finalement imposé sa révision16. Le plus simple est encore de partir d’un espace de pouvoir dont la centralité s’affirme : la curia regis. Si d’un côté certains lignages tendent à patrimonialiser les offices indiqués à partir de la fin du xiie siècle (la alferecía par les Lara et les Haro, la mayordomía par les Girón)17, une tendance s’affirme à partir du milieu du xiiie siècle. Elle consiste en une reprise en main de ces offices, auxquels sont nommés des membres de la famille royale18 ; mais parfois à un âge faisant douter de la réalité de leur exercice par leurs titulaires, et donc indiquant plutôt la volonté de neutraliser ces offices d’un point de vue nobiliaire. À cela s’ajoute aussi une certaine volonté de désactiver ces offices d’un point de vue technique. Car ils se trouvent de fait vidés de leurs attributions principales, celles-ci étant assumées par de nouveaux officiers, comme le chambrier (camarero) ou le grand garde (guarda mayor), recrutés dans les rangs d’une noblesse inférieure19. Une bonne part du jeu politique jusqu’au règne de Pierre Ier va consister pour cette aristocratie que commandent infants et riches hommes, apparentés par le sang ou l’alliance et liés par l’amitié, de tenter de contrôler la nomination de ces officiers20, voire d’obtenir pour eux-mêmes ces offices pourtant jugés mineurs, que tiennent ceux qu’ils appellent précisément les privados du roi21. C’est donc sur cette base au départ mineure, tant du point de vue institutionnel que sociologique, que se développe la privanza.

  • 22 Rodríguez López, 1993, p. 842, et 1994.
  • 23 Valdeón Baruque, 1969, 1984 et 1989.
  • 24 Grassotti, 1965.
  • 25 Id., 1969, t. II, pp. 723-895.
  • 26 Parmi ces lettres et messages, voir plus particulièrement le raisonnement tenu par les émissaires (...)
  • 27 Outre les références indiquées en introduction, voir le cadre général proposé par Beceiro Pita, 19 (...)
  • 28 Álvarez Borge, 2010, pp. 378-382.
  • 29 Sánchez Saus, 2014-2015, pp. 187-192.
  • 30 Sur les Cortes et leur évolution jusqu’au milieu du xive siècle : Procter, 1980 et O’Callaghan, 19 (...)
  • 31 López Dapena, Cuentas y gastos, pp. 283-291 ; Ladero Quesada, 1993, pp. 313-334. Pour une mise en (...)

5Les progrès de la centralisation monarchique poussent bien entendu les chefs de file de l’aristocratie à vouloir préserver à la cour le rôle dirigeant qu’ils estiment leur revenir de droit. C’est même plutôt cette volonté qui prouve qu’un mouvement se produit, qui tient d’une certaine centralisation. Plus particulièrement, l’âpreté de leur action en ce sens à partir de la fin du xiiie siècle, alors que s’est achevée une conquête en partie destinée à asseoir la « paix nobiliaire »22 et que s’amorce une crise de la rente seigneuriale23 ; une âpreté qu’ils déploient depuis des positions patrimoniales plus fixes, plus importantes, plus compactes aussi et transmissibles encore, qui leur permet d’ailleurs de se faire forts chez eux plutôt que de prendre le chemin de l’exil quand éclate l’ira regis24 ; et bien, cette âpreté s’explique surtout par la remise en question de leur courtage dans la distribution royale des gages (tierras et soldadas)25. C’est cet argent qui leur permet d’entretenir les chaînes vassalique et clientéliste qu’ils n’hésitent pas à tendre pour corseter le trône, comme le montrent les lettres et messages qu’adresse Alphonse X aux révoltés de 1272-1274, pour leur dire au fond qu’il les trouve bien ingrats26. Car, après un temps marqué par la volonté peut-être d’équilibrer la gestion du patronage royal entre, d’une part, le groupe des infants — lesquels rappelons-le ont vu se restreindre leur horizon royal par l’union définitive des couronnes de Castille et de León sous Ferdinand III, mais reçoivent d’amples compensations financières et territoriales, en apanage peut-être pour certaines, qui leur permettent d’exercer un croissant leadership aristocratique27 — et, d’autre part, celui plus stabilisé des riches hommes, la monarchie semble vouloir passer à un mode de gestion plus direct de son patronage vers la fin du règne de Sanche IV28. En témoigne plus spécialement l’accroissement du nombre des vassaux du roi, sur la base certes d’une première promotion sous Alphonse X, en faveur principalement de la « chevalerie urbaine » (caballeros villanos)29, et la généralisation du régime des gages qu’autorise l’établissement d’une fiscalité générale, directe et indirecte, et plus particulièrement encore les services (servicios) extraordinaires votés par les Cortes30, le début de leur crue correspondant précisément à cette généralisation31.

  • 32 Comme le rappelle ce même auteur, le roi se trouve toujours à la tête d’une partie de l’aristocrat (...)
  • 33 Crónica de Alfonso XI, pp. 210-211.
  • 34 Daumet, 1923 ; Boulton, 1987, pp. 46-95 ; Rodríguez Velasco, 2009.
  • 35 Martin, 2004 ; Quintanilla Raso, 2014-2015, pp. 140-155.

6De cette reprise en main d’un patronage royal renforcé dans ses moyens financiers naît la possibilité d’une clarification des liens vassaliques. Au-delà, naît aussi la possibilité d’aménager plus favorablement le paysage nobiliaire, surtout après le règne de Ferdinand IV, en y poussant quelques chevaliers aux origines certes connues, mais d’un relief social modeste, qui les fait prendre en définitive pour des hommes neufs (homi novi). Ces premières créatures de la faveur sont des personnages tels Alvar Núñez de Osorio ou Garcilaso de la Vega, choisis par Alphonse XI dans le vivier des suiveurs de son oncle l’infant don Felipe, peut-être en fonction d’une logique d’intégration territoriale, en tout cas pour rameuter leurs pairs en chevalerie autour du trône et réduire ainsi le nombre des amis qui font la puissance des chefs de l’aristocratie32. C’est là comme un mouvement de satellisation. Et, en récompense pour son action décisive à le produire — l’élimination physique d’un des meneurs de l’aristocratie, don Juan el Tuerto —, Alvar Núñez obtient à sa demande de s’enraciner dans l’aristocratie, au travers de l’octroi d’un état et d’un lieu (« estado y logar ») que magnifie le titre de comte en 132733. La procédure de promotion emprunte tant à l’amitié vassalique qu’elle fait presque aussitôt passer le privado dans le camp des riches hommes et signe la fin de sa privanza. En 1328, Alvar Núñez est lui aussi victime d’une élimination physique. Quelque temps plus tard, la satellisation, ou la mise au pas alphonsine, empruntera la voie innovante de l’ordre royal de chevalerie, l’ordre de la Banda34, pour achever de poser la loyauté au trône comme seule source de chevalerie et de noblesse véritables, et répondre ainsi peut-être à l’idée de lien inextricable qu’Alphonse X avait envisagé pour elles35.

  • 36 À propos de la diffusion de ce sang, soulignons que Jean-Philippe Genet prend un point de départ t (...)
  • 37 Foronda, 2007c. En complément : Villarroel González, 2013.

7À la majorité d’Alphonse XI en 1325 et avant son couronnement à Burgos en 1330, les principaux meneurs de la remuante aristocratie qui gêne sa prise de pouvoir sont ses anciens tuteurs, don Juan el Tuerto et don Juan Manuel, tous deux fils de fils de roi, et don Juan Núñez II de Lara, arrière-petit-fils de roi. L’indication de ces liens vaut soulignement du piège parentélaire qui s’est formé autour du roi et de son pouvoir au cours du xiiie siècle, en raison de la diffusion du sang royal dans l’aristocratie36. Il se fait d’autant plus dangereux que se pose par deux fois, entre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle, avec Sanche IV et Ferdinand IV, la question de la légitimité du titulaire d’une couronne que revendique Alfonso de la Cerda, fils de l’infant don Fernando, lui-même fils aîné d’Alphonse X, mais mort avant son père. Au fond, à ses parents trop envahissants, un roi de Castille aurait bien pu lancer : « Familles, je vous hais ! » (André Gide, Les nourritures terrestres). Pour les mettre à distance, et faire entendre depuis ce vide essentiel sa différence souveraine, le roi emploie donc les privados. Ses parents et ses supposés amis l’ont bien compris. Ils se plaignent de la présence des privados auprès de celui qu’ils trouvent bien changé, voire bientôt un peu tyran. Or, si ces privados pouvaient être au départ leurs créatures et les relais de leur puissance, ils prétendent à présent les supplanter, y compris à la tête de leur groupe tant ils s’ingénient à le défaire et à le recomposer. De la plainte, parents et riches hommes passent presque aussitôt à la peur qu’ils disent plus souvent éprouver à partir du début du xive siècle. Peur des privados, peur du roi, peur de venir à sa cour sans avoir obtenu auparavant la forte garantie qu’il ne leur sera fait aucun mal, peur d’y rester encore, simplement par peur d’y mourir. La peur se fait ainsi signe d’identité aristocratique37, d’une identité menacée et résistante. Mais avant de poursuivre cette histoire-là, encore faut-il souligner que le choix pratique, stratégique ou encore politique de la privauté est second par rapport au choix idéologique de cette relation de proximité qui prend acte de la crise de l’amitié vassalique ou aristocratique en même temps qu’elle l’accentue et la règle. Une fouille de ce moment préalable devrait nous permettre de comprendre quel type d’amitié représente la privanza et qui sont les nouveaux amis du roi.

Le vocabulaire de la privauté

  • 38 Si j’emploie ce vocabulaire archéologique, ce n’est pas seulement en raison de la marque foucaldie (...)
  • 39 Il s’agit du projet financé par le ministère de la recherche espagnol « Nuevos métodos para la His (...)
  • 40 Pour une description préalable de ces instruments : Carrasco Manchado, 2011b.

8Un sondage au moyen du vocabulaire reste à mon sens le meilleur moyen d’atteindre ce moment ou cette couche38. C’est précisément l’émergence d’un vocabulaire spécifique pour exprimer la privauté — privanza (« la proximité, la relation de privauté »), privado (« la condition de celui qui est dans la privauté ») et (a)privar (« entrer dans la privauté ») — qui m’avait conduit à situer l’amorce de son histoire médiévale sous le règne d’Alphonse X. Afin de reprendre autrement cette histoire et de donner une vision plus synthétique de son début, j’ai entrepris récemment, profitant du projet de recherche animé par Ana Isabel Carrasco39, de réaliser une fouille lexicale que l’état des corpus textuels disponibles à la fin des années 1990 et au tout début des années 2000 ne permettait pas encore de réaliser de manière satisfaisante. Alors, en effet, le Corpus diacrónico del español (CORDE) de la Real Academia Española, en ligne, avait trop peu d’années d’existence pour que des historiens pensent à subvertir cet instrument destiné d’abord à servir à l’histoire de la langue espagnole. En 1999 paraissait le deuxième CD-Rom de l’Archivo Digital de Manuscritos y Textos Españoles (ADMYTE) — le premier avait été publié en 1990. Depuis, le CORDE a été enrichi de nouveaux versements — par exemple l’immense General Estoria d’Alphonse X en 2002-2003 —, le contenu des CD-Rom de l’ADMYTE, en partie déjà consultable au travers du CORDE, a été mis en ligne sur le site de l’Hispanic Seminary of Medieval Studies et enrichi de nouvelles transcriptions (tout récemment cette bibliothèque digitale a ouvert une nouvelle section, celle des textes chronistiques espagnols), et d’autres corpus ont vu le jour, tel celui de Mark Davis, le Corpus del Español, ou encore le corpus Biblia Medieval, ce dernier permettant de comparer les versions castillanes de la Bible à la Vulgate et à la Bible en hébreu. Ajoutons que des documents de la pratique font aujourd’hui l’objet d’une mise en ligne régulière, au travers du corpus CHARTA (Corpus Hispánico y Americano en la Red : Textos Antiguos)40. La fouille lexicale peut donc être menée sur une base textuelle autrement plus riche qu’elle ne l’était à la fin des années 1990 et au tout début des années 2000.

  • 41 Au colloque organisé par Ana Isabel Carrasco dans le cadre de son projet de recherche tout juste m (...)
  • 42 Nirenberg, 2013.
  • 43 Béranger, 1958 et 1985.

9Avant d’en venir à la description du corpus constitué au moyen de ces instruments et à la présentation des principaux résultats de son exploitation, il me faut indiquer que ce chantier de fouille lexicale rencontra au cours de son exécution une certaine actualité historiographique, avec deux articles abordant à nouveaux frais la question du vocabulaire de la privanza. J’en pris connaissance peu de temps avant les premières présentations de ces résultats en décembre 201441. Le premier, de David Niremberg, pose le problème de la judaïsation de la figure du privado42, et il a pour principal intérêt, depuis la perspective lexicale qui nous intéresse ici, d’entamer la réflexion à partir de l’étymologie latine du vocabulaire de la privauté, qui le fait remonter en direction du temps constitutionnellement incertain du principat et, selon l’expression de Jean Béranger43, l’idéologie romaine du privatus. La piste s’avère stimulante, mais nous constaterons qu’elle n’acquiert de réalité dans les sources qu’à partir des années 1270, avec l’insertion dans la Estoria de España et la General Estoria d’un lexique de civilisation romaine qui interrompt le récit dans ces deux œuvres.

  • 44 Borrego, 2014.
  • 45 L’interprétation dans le sens d’une critique des privados auprès d’Alphonse X qu’il donne du sirve (...)
  • 46 Foronda, inédit 2, t. I, pp. 96-168, et 2004a, pp. 159-176.

10Le second article, de Manuel Borrego, interroge les modèles culturels ayant conditionné l’usage du vocabulaire de la privauté en Castille44. Il formule ainsi l’hypothèse d’un transfert lexical depuis l’occitan, où ce vocabulaire est marqué par une idée de proximité liée à l’amour courtois, revient sur l’influence du vizirat au travers de la traduction d’un vocabulaire arabe et signale l’acception de la privanza comme dignité ou charge au travers de l’histoire romaine des Estorias alphonsines. La première hypothèse s’avère là aussi stimulante, mais il faudrait pouvoir identifier des jalons sûrs entre les usages occitans et les premiers usages castillans du vocabulaire de la privauté45. Pour ce qui est des deux autres constats, ils sont coïncidant avec les résultats de cette fouille. Celle-ci m’avait d’ailleurs conduit, étant donné le poids des traductions arabes dans les usages du vocabulaire de la privauté au xiiie siècle, surtout autour de 1250, ce que reflétait déjà mon approche de la privauté dans la littérature doctrinale46, à vouloir élucider plus précisément quel vocabulaire arabe traduisait le vocabulaire castillan. Dans cette optique, l’œuvre retenue fut Calila e Dimna car elle détermine le premier pic d’emploi du vocabulaire de la privauté au xiiie siècle, et elle est la seule à mettre en œuvre pendant ce même siècle l’ensemble de la triade terminologique que forme le vocabulaire spécifique désignant cette relation — que Maribel Fierro soit ici bien vivement remerciée d’avoir accepté de se prêter à une lecture conjointe du Kalila arabe et du Calila castillan le 17 septembre 2013. Pour ce qui est de l’acception privanza/dignité, les schémas de coocurrences que nous verrons plus avant (annexe 2) soulignent bien le poids de l’histoire romaine des Estorias dans sa production. Toutefois, disons d’emblée que, dans les Estorias, à l’invention de l’acception privanza/dignité, en lien principalement avec certaines magistratures républicaines, fait suite la mise en avant de l’acception privanza/proximité ou familiarité impériale, qui fonctionne dès lors comme cadre de liquidation des premières. Dans cette liquidation, la privanza/proximité absorbe l’idée de dignité. Et c’est dans ce mouvement d’absorption qu’il faut probablement chercher la clé ultime de compréhension de l’idée alphonsine de la privanza, qui fut peut-être celle d’un régime d’accompagnement susceptible d’épauler la revendication d’imperium ou, ce qui revient au même, le rehaussement souverain du pouvoir royal.

Le relevé des emplois

  • 47 « Liberalis fuit atque tranquillus ; cuius inter alia dicta illud predicatur egregium, ut dum inte (...)
  • 48 « Privati sunt extranei ab officiis publicis. Est enim nomen magistratum habenti contrarium, et di (...)
  • 49 Sur cette reprise, les liens et les différences entre ces historiographies fernandine et alphonsin (...)
  • 50 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, I, 115, 4-8, p. 104 (citation ci-dessus, note 47). Dans la reprise (...)
  • 51 Spitzer, 1933 et 1957 (je souligne).

11Poursuivons à présent la discussion sur la base du relevé des emplois d’(a)priu/v/a* avant 1300 (à l’exclusion du latin). Pour leur comptage, les formes relevées ont été ramenées à trois acceptions. Nous reviendrons sur ce choix qui constitue de toute évidence un premier biais, de type lexicographique. La première est celle de particulier, privé, en secret ou être privé de. Elle est la plus proche du sens de la supposée étymologie latine privatus. Les emplois du terme dans les chroniques encore rédigées en latin sous Ferdinand III sont principalement liés à des remplois de passages tirés d’œuvres d’Isidore de Séville47, et par conséquent conformes à sa définition des privati qui préserve ce sens classique48. La reprise de ces chroniques fernandines dans la Estoria de España d’Alphonse X produit rétrospectivement une certaine proximité lexicale entre privatus/particulier et privado/proche ou familier en une seule occasion49. Il s’agit du passage où Trajan dit à des hommes de son entourage vouloir être, pour les particuliers, tel qu’il aurait voulu trouver les empereurs quand il n’était lui-même qu’un particulier50. La deuxième acception indiquée dans le relevé des emplois est celle de vite, rapidement, se dépêcher. Si distante qu’elle puisse paraître de la première acception, elle semble cependant en dériver selon Léo Spitzer. Réfléchissant en effet à l’expression « chevaucher rapidement » (cabalgar privado) relevée dans le Cantar de Mio Cid, il indiquait en effet qu’« un envoyé “particulier” sera toujours un envoyé qui s’acquittera très vite de sa tâche »51. Il est loisible de penser encore qu’un envoyé « particulier » serait nécessairement choisi en raison du rapport « particulier » qu’il entretient avec qui le mandate, de la confiance qu’il lui fait, de sa proximité qui en fait comme une extension de lui-même, de son privé ou de son particulier. Mais on pourrait aussi en rester au constat d’une simple situation d’homographie entre l’adverbe privado (mais encore priado ou presto), du latin prius, et l’adjectif et le substantif privado, du latin privus. Enfin, la troisième et dernière acception, qui nous intéressera davantage, est celle de proximité, d’intimité et de familiarité, en somme de privauté.

  • 52 Martin, 1992, n. 128 p. 105, et p. 170.
  • 53 Liber regum (b).
  • 54 Liber regum (a).
  • 55 Aucun des manuscrits de cette version castillane ne conserve cependant la partie biblique du texte (...)
  • 56 Outre Iudizios de las estrellas (b), il existe une autre édition du seul livre 6, Iudizios de las (...)
  • 57 Je remercie tout particulièrement Pedro Sánchez-Prieto Borja, directeur de l’édition monumentale d (...)
  • 58 L’occurrence relevée pour les Cortes de Valladolid de 1295 figure bien cependant dans le CORDE, ma (...)

12Le relevé des emplois a été réalisé à partir du CORDE. Quelques correctifs ont cependant été introduits. Le premier vise à corriger l’orientation idiomatique espagnole du corpus, qui s’avère tantôt trop large et tantôt trop étroite au regard de l’objectif historique et castillan de notre fouille ou enquête lexicale. Ainsi les occurrences de la compilation juridique aragonaise Vidal mayor, sans reprise en Castille, ont-elles été exclues du relevé. En revanche, le comptage des occurrences retient le Liber regum, œuvre navarro-aragonaise des années 1190-1210, mais indiquée ici sous le titre Liber regum toletanus, version castillane continuée et réalisée à Tolède entre 1217-122352. Si l’édition versée dans le CORDE n’indique aucune occurrence53, une vérification, à partir d’une édition plus satisfaisante fait bien apparaître une mention54, laquelle figurait vraisemblablement dans la version castillane55. Enfin, bien que l’œuvre soit en galicien, l’auteurité alphonsine rend incontournable les Cantigas de Santa María. Leur versement dans le CORDE à partir d’une version prosifiée et traduite au castillan, mais très partielle, a conduit à préférer un comptage à partir du Tesouro Medieval Informatizado da Lingua Galega (TMILG). Le second correctif tient précisément à l’absence ou au caractère partiel de certains versements qui forcent à opérer des comptages à l’aide d’autres corpus informatisés (la Biblia prealfonsina absente du CORDE, qui conforme un pic d’emploi du terme privado antérieur au Calila), ou bien des comptages de manière manuelle (pour le Flores de filosofía (a) et (b), absent du CORDE, et les livres 6, 7 et 8 du Libro conplido en los iudizios de las estrellas56, également absents, la Troisième partie de la General Estoria, versée partiellement57, ce qui est le cas aussi des Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla [CLC]58).

  • 59 Secreto de los secretos. Poridat de las poridades ; Castigos del rey don Sancho.
  • 60 L’ensemble des emplois de privado dans le Cantar de Mio Cid renvoit à la deuxième acception. Ce n’ (...)

13Enfin, troisième correctif, certains versements ont fait l’objet d’une révision, soit parce qu’ils peuvent être actualisés grâce à des éditions critiques récentes des œuvres59, soit parce qu’ils présentent un état textuel trop tardif par rapport à la perspective diachronique retenue ici. C’est le cas de la Estoria de España, œuvre pour laquelle le CORDE retient les manuscrits de la Real Biblioteca del Monasterio de El Escorial (Ms. Y.i.2 et Ms. X.i.4), publiés par Ramón Menéndez Pidal sous le titre Primera crónica general de España. Ils donnent cependant un état de la Estoria de España de la seconde moitié du xive siècle, composé à partir de la Versión primitiva (1270-1274), de la Versión sanchista (1289) et de compléments destinés à couvrir la lacune cidienne60. Ces compléments ont été retranchés du comptage, lequel retient par conséquent les versions primitiva (Ms. Y.i.2 et fos 2-17 du Ms. X.i.4) et sanchista (fos 23-79, 82-198 et 257-320 du Ms. X.i.4), celle-ci, la sanchista, ayant été en outre confrontée à la Versión crítica (1282-1284) afin de préserver les mentions qu’elle délaisse de cette dernière. En lien avec cette prose historique alphonsine, il n’a pas été jugé opportun de prendre en compte les emplois de la Crónica de Castilla, ce que permettait de faire son édition récente, en raison de sa redondance avec la Estoria de España et de la chronologie de sa rédaction, en 1300-1301. Par ailleurs, pour ce qui est de la Gran conquista de Ultramar, dont le montage s’engage à la fin du règne d’Alphonse X puis se prolonge sous Sanche IV et Ferdinand IV, j’ai préféré en rester au versement dans le CORDE de la transcription du Ms. 1187 de la Biblioteca Nacional de España, qui donne une version très partielle de ce texte, mais assurément de la fin du xiiie siècle, plutôt que de retenir l’état textuel fixé par l’édition de 1503, dont la transcription a été versée dans la bibliothèque digitale de l’Hispanic Seminary à l’occasion de l’ouverture de la section des textes chronistiques en septembre 2016. Enfin, le critère chronologique a conduit également à exclure du comptage le Barlaam e Josafat, dont la traduction castillane pourrait se situer au milieu du xiiie siècle, mais auquel le CORDE donne accès au travers du manuscrit dénominé « S » (Ms. 1829 de la Bibliothèque universitaire de Strasbourg), qui correspond à une traduction du xive ou du xve siècle de la version de Vincent de Beauvais.

  • 61 La plupart de ces œuvres, hormis les pièces poétiques, sont abordées dans Gómez Redondo, 1998-2007 (...)

14Au total, le relevé retient donc 44 « œuvres » et 516 emplois avant 1300 (tableau 1)61. On pourrait certes tenter de l’enrichir encore, mais il paraît suffisant pour déterminer des tendances sans trop de marge d’erreur. Quelques-unes doivent être signalées avant d’entreprendre l’analyse dynamique du jeu des acceptions, qui permettront au lecteur de se faire une idée d’ensemble des grands équilibres du corpus. Le relevé des emplois d’(a)priu/v/a* pointe en effet le poids de certaines œuvres plus particulièrement. Par ordre décroissant d’importance, parmi les œuvres totalisant dix ou davantage d’emplois, il convient ainsi de signaler : les Estorias d’Alphonse X, la General Estoria d’abord (160 emplois) et la Estoria de España (53) ensuite, le Calila e Dimna (51), le Sendebar (36), la Biblia prealfonsina (30), la Gran conquista de Ultramar (23), le Cantar de Mio Cid (17), le Libro de Alexandre (17), les Cantigas de Santa María (17), les Castigos del rey don Sancho (13), les Siete Partidas (11), le Iudizios de las Estrellas (10) et le Libro de los proverbios (10). Ces quelques œuvres signalent déjà les principaux traits, que confirment les diverses mises en œuvre du corpus envisagées : chronologique (graphique 1), par types d’initiative de production, de genres et selon le degré d’originalité des œuvres (tableau 2). Le premier trait est la différenciation de trois temps : un premier xiiie siècle, marqué par des pics sans continuité (Cantar de Mio Cid et Libro de Alexandre) ; la décennie décisive des années 1250 (Biblia prealfonsina, Calila e Dimna, Sendebar, Iudizios de las Estrellas et Libro de los proverbios) ; puis le rejeu des années 1270-1280 (les Estorias), que prolonge celui des années 1290 (Gran conquista de Ultramar et Castigos). La question de l’initiative de la production des œuvres tend à confirmer le tournant des années 1250. D’évidence, l’initiative royale écrase le corpus. Une vision chronologique de cette initiative indique cependant sa domination pratiquement absolue à partir du début des années 1250. En ce sens, le Sendebar, dont la traduction est commandée par le frère d’Alphonse X, est comme le dernier feu d’une initiative jusque-là plus partagée (Cantar de Mio Cid et Libro de Alexandre).

Tableau 1. — Relevé des emplois d’(a)priu/v/a*

Œuvre Date Initiative Écriture Genre Originalité Emplois
Cantar de Mio Cid 1200 A Po Le O 17
Razón de amor ca 1205 A Po La O 1
Vida de Santa María egipciaca ca 1215 A Po Lr O 1
Liber regum toletanus 1217-1223 A Pr Lh Tz 1
Fuero de Zorita de los Canes 1218 R Pr Lj O 1
Libro de Alexandre 1220-1230 A Po Le Tml 17
La Fazienda de Ultramar 1220-1230 A Pr Lr Tml 1
Fuero de Brihuega 1221-1229 R Pr Lj O 1
Semejanza del mundo ca 1223 A Pr Ls Tml 1
Fuero juzgo av. 1231 R Pr Lj Tl 4
Vida de Santo Domingo ca 1236 A Po Lr O 3
Duelo de la Virgen ca 1236 A Po Lr O 2
Fuero de Úbeda 1242 R Pr Lj O 1
Milagros de Nuestra Señora av. 1246 – apr. 1252 A Po Lr O 3
Libro de los fueros de Castiella apr. 1248 R Pr Lj O 1
Concilio de Coyanza (1050), versión romanceada 1250 R Pr Lj Tl 2
Libro de los animales que cazan 1250 R Pr Ls Ta 6
Libro de Apolonio ca 1250 A Po Le O 2
Biblia prealfonsí (E6-E8) ca 1250 R Pr Lr Tl 30
Calila e Dimna 1251 R Pr Ld Ta 51
Poema de Santa Oria 1252-1257 A Po Lr O 1
Sendebar 1253 A Pr Ld Ta 36
Iudizios de las estrellas 1254 R Pr Ls Ta 10
Flores de filosofía av. 1255 R Pr Ld O 3
Poridat de las poridades années 1250 R Pr Ld Ta 1
Secreto de los secretos années 1250 R Pr Ld Ta 3
Libro de los proverbios années 1250 R Pr Ld Ta 10
Bocados de oro années 1250 R Pr Ld Ta 2
Espéculo 1255-1256 R Pr Lj O 1
Setenario 1255-1256 R Pr Lj O 5
Picatrix 1256 R Pr Ls Ta 2
Fuero de Soria 1256 R Pr Lj O 2
Siete Partidas 1256-1275 R Pr Lj O 11
Libro de las cruces 1259 R Pr Ls Ta 2
Martirio de San Lorenzo av. 1264 A Po Lr O 5
Cantigas de Santa María 1264-1284 R Po Lr O 17
Historia troyana polimétrica ca 1270 R Po Le Tz 3
General Estoria 1270-1284 R Pr Lh O 160
Estoria de España 1270-1289 R Pr Lh O 53
Libro de los cien capítulos 1280-1285 R Pr Ld O 4
Gran conquista de Ultramar ca 1284-1293 R Pr Lh Tz 23
Castigos del rey don Sancho ca 1292 R Pr Ld O 13
Cortes de Valladolid 1295 R Pr Lj O 1
Tratado de agricultura Fin xiiie s. R Pr Ls Ta 2
Total 516

A : autre ; La : littérature amoureuse ; Ld : littérature doctrinale ; Le : Littérature épique ; Lh : Littérature historique ; Lj : Littérature juridique ; Lr : Littérature religieuse ; Ls : littérature scientifique ; O : original ; Po : poésie ; Pr : prose ; R : royale ; Ta : traduction de l’arabe ; Tl : traduction du latin ; Tml : traduction de matériel latin ; Tz : traductions d’autres langues (navarro-aragonais, français)

Graphique 1. —  Mise en œuvre chronologique du corpus

Graphique 1. —  Mise en œuvre chronologique du corpus

Tableau 2. — Mise en œuvre du corpus

Nombre d’occurrences Pourcentages correspondants
Type d’initiative de production
Royale 425 82,4 %
Autre 91 17,6 %
Total 516 100 %
Type d’écriture
Poésie 64 12,4 %
Prose 452 87,6 %
Total 516 100 %
Genres
Littérature amoureuse 1 0,2 %
Littérature doctrinale 123 23,8 %
Littérature épique 39 7,6 %
Littérature historique 237 45,9 %
Littérature juridique 30 5,8 %
Littérature religieuse 69 13,4 %
Littérature scientifique 17 3,3 %
Total 516 100 %
Selon l’originalité de l’œuvre
Original 308 59,7 %
Traduction de l’arabe 126 24,4 %
Traduction du latin 36 7 %
Traduction de matériel latin 19 3,7 %
Traduction d’autres langues 27 5,2 %
Total 516 100 %

15Le triomphe du choix royal, un choix alphonsin, mais préparé sous Ferdinand III puis confirmé sous Sanche IV, l’est aussi d’un type d’écriture : celui de la prose sur la poésie. Toutefois, même sur ce terrain qui échappait quelque peu à l’initiative royale jusque dans les années 1250 (Cantar de Mio Cid, Libro de Alexandre, ou encore les différentes pièces de Berceo), l’investissement royal est flagrant par la suite, en particulier sur le terrain de la littérature religieuse (Cantigas de Santa María). Le choix de la prose est porté par le choix de certains genres. Certes, l’appartenance des œuvres aux différents genres retenus peut être discutée, et elle le sera plus avant, à l’occasion de l’analyse du jeu des acceptions. Retenons pour le moment l’essentiel : le choix de l’histoire (les Estorias alphonsines et la Gran conquista de Ultramar) et celui de la littérature doctrinale (Calila e Dimna, Sendebar, Iudizios de las Estrellas, Libro de los proverbios et Castigos de Sanche IV) qui marquent surtout les années 1250 pour le second et les années 1270-1280 pour le premier. La littérature scientifique (3,3 %) pourrait renforcer la part de la littérature doctrinale. Après l’histoire et la littérature doctrinale, viennent la littérature religieuse (13,4 %), puis les littératures épique (7,6 %) et juridique (5,8 %). Enfin, si la part de la littérature originale domine avec 59,7 % des emplois, remarquons, d’une part, que celle de la traduction d’une littérature arabe (24,4 %) tient une place plus que conséquente (Calila e Dimna, Sendebar, Iudizios de las Estrellas, Libro de los proverbios), en particulier pour la production d’une littérature doctrinale, et, d’autre part, que celle de la traduction d’une littérature en latin et d’un matériel latin se caractérise par un poids non négligeable (10,7 % au total). Remarquons d’ailleurs l’antécédence ou la concomitance de la traduction de la Bible (Biblia prealfonsina) par rapport au Calila e Dimna, ce qui pose la question de liens éventuels entre les solutions de traduction. Au total retenons un corpus dont la production se joue en trois temps principalement. Ces temps voient progresser l’initiative royale au point qu’elle s’impose finalement de manière pratiquement absolue. Ce triomphe littéraire ou discursif du roi est aussi celui de la prose sur la poésie, avec une nette préférence pour l’histoire et la littérature doctrinale, sans qu’aucun genre ne souffre d’abandon cependant, hormis la littérature amoureuse. Enfin, si l’originalité l’emporte, la part des traductions d’œuvres arabes est un signe d’identité, mais il ménage une place à l’inspiration latine, qui paraît d’ailleurs préalable d’un point de vue chronologique.

16Dans l’attente d’affiner la caractérisation de ces tendances, soulignons à quel point le relevé des emplois par acceptions (tableau 3) signale la prédominance de « privauté » (346 occurrences) sur les acceptions « vite » (130 occurrences) et « particulier » (39 occurrences). D’autre part, les 347 mentions de l’acception privauté relevées dans 28 des œuvres (en grisé dans le tableau) de ce corpus montrent un écrasant avantage de privado/proche ou familier (278 occurrences) — l’adjectif avant le substantif, le pluriel avant le singulier, le masculin bien avant le féminin — sur privanza/proximité ou familiarité (61 occurrences) et entrer ou être dans la privanza avec (a)privar, ce verbe n’étant employé que dans le Calila e Dimna (8 occurrences). Comme indiqué, cette œuvre est donc la seule à déployer l’ensemble de la triade terminologique de la privauté (privado/privanza/privar) au xiiie siècle. Sur la base de ce relevé d’emplois par acceptions, une première analyse statistique peut être exécutée. Elle tient compte également d’une classification des œuvres en fonction de leur chronologie, de leur type d’écriture, du genre dont elles relèvent et de leur originalité. Si la classification par type d’écriture est moins sujette à contestations, les solutions retenues pour les autres types de caractérisation peuvent être critiquées pour bien des œuvres : la question de l’initiative est complexe — et le choix même de ce terme exprime la volonté de ne pas trop figer la solution —, les chronologies de rédaction sont bien souvent incertaines, la question du genre pourrait être dans certains cas réglée différemment et celle de l’originalité tend à gommer parfois l’emploi d’un matériel traduit dans certaines œuvres (les Estorias en particulier). Mais démêler dans le détail ce qui relève d’une traduction, d’un arrangement des compilateurs et d’une création tient de la gageure. Là encore, ce qui compte, c’est de pouvoir identifier des tendances. Par souci de synthèse, nous envisagerons les trois acceptions l’une après l’autre.

Tableau 3. — Relevé des emplois d’(a)priu/v/a* par acceptions

Œuvre Acceptions
Particulier Vite Privauté : privado privanza (a)privar
Cantar de Mio Cid 0 17 0 0 0 0
Razón de amor 0 1 0 0 0 0
Vida de Santa María egipciaca 0 1 0 0 0 0
Liber regum toletanus 0 0 1 1 0 0
Fuero de Zorita de los Canes 1 0 0 0 0 0
Libro de Alexandre 1 13 3 2 1 0
La Fazienda de Ultramar 0 0 1 1 0 0
Fuero de Brihuega 1 0 0 0 0 0
Semejanza del mundo 0 1 0 0 0 0
Fuero juzgo 4 0 0 0 0 0
Vida de Santo Domingo 1 2 0 0 0 0
Duelo de la Virgen 1 0 1 0 1 0
Fuero de Úbeda 1 0 0 0 0 0
Milagros de Nuestra Señora 0 1 2 1 1 0
Libro de los fueros de Castiella 0 0 1 1 0 0
Concilio de Coyanza (1050), versión romanceada 2 0 0 0 0 0
Libro de los animales que cazan 0 6 0 0 0 0
Libro de Apolonio 0 0 2 2 0 0
Biblia prealfonsí (E6-E8) 3 19 8 7 1 0
Calila e Dimna 1 0 50 31 11 8
Poema de Santa Oria 0 1 0 0 0 0
Sendebar 0 0 36 36 0 0
Iudizios de las estrellas 2 0 8 4 4 0
Flores de filosofía 0 0 3 3 0 0
Poridat de las poridades 0 0 1 1 0 0
Secreto de los secretos 0 0 3 3 0 0
Libro de los proverbios 0 1 9 8 1 0
Bocados de oro 0 0 2 2 0 0
Espéculo 1 0 0 0 0 0
Setenario 5 0 0 0 0 0
Picatrix 0 0 2 2 0 0
Fuero de Soria 1 1 0 0 0 0
Siete Partidas 7 0 4 2 2 0
Libro de las cruces 0 0 2 2 0 0
Martirio de San Lorenzo 1 2 2 2 0 0
Cantigas de Santa María 1 11 5 5 0 0
Historia troyana polimétrica 0 2 1 1 0 0
General Estoria 2 49 109 90 19 0
Estoria de España 1 0 52 35 17 0
Libro de los cien capítulos 0 0 4 3 1 0
Gran conquista de Ultramar 1 0 22 22 0 0
Castigos del rey don Sancho 1 0 12 10 2 0
Cortes de Valladolid 0 0 1 1 0 0
Tratado de agricultura 0 2 0 0 0 0
Total 39 130 347 278 61 8

En gris : les œuvres employant l’acception privauté

Le jeu des acceptions

  • 62 Un état de l’art sur la traduction du Liber Iudiciorum, code qui était resté en vigueur entre le v (...)
  • 63 « […] Curiales igitur vel privati, qui caballos ponere, vel in arca publica functionem exsolvere c (...)
  • 64 Après vérification de quelques manuscrits transcrits ou édités, aucune variante ne semble devoir ê (...)

17Pour l’acception « particulier, privé, en secret, être privé de », aucun pic véritable n’est à signaler mais plutôt un emploi en pointillé sur la période (graphique 2). Il pèse peu d’un point de vue statistique dans la mise en œuvre des trois acceptions sur la période (seulement 39 emplois). Toutefois, cet emploi est assez nettement configuré (tableau 4), non pas tant par le type d’écriture que par le genre, avec un rôle bien marqué de la littérature juridique (Fuero de Zorita de los Canes, Fuero de Brihuega, Fuero Juzgo, Fuero de Úbeda, Concilio de Coyanza [versión romanceada], Espéculo, Setenario, Siete Partidas), puis de la littérature religieuse (Vida de Santo Domingo, Duelo de la Virgen et Biblia prealfonsina), et une influence significative des traductions du latin, ou d’un matériel latin, principalement liée aux genres tout juste indiqués (Fuero Juzgo, Concilio de Coyanza et Biblia prealfonsina). Tout porte donc à penser que la littérature juridique et, secondairement, la littérature religieuse, ont fonctionné tel un conservatoire d’une acception dont nous avons vu son lien avec le sens classique de privatus. Ceci paraît logique. Signalons toutefois la situation de tension sémantique que pointe le Fuero Juzgo, traduction antérieure à 1241 du Liber Iudiciorum62. À ma connaissance, c’est le seul cas de traduction directe de privati par privados. Elle prend place dans la loi de Chindaswinthe portant péréquation fiscale entre la classe des curiales (magistrats municipaux, ou familles et descendants d’hommes ayant exercé à un moment donné ces magistratures) et celle des privati (propriétaires libres)63. Mais en faisant de ces privati des « privados de la corte »64, les traducteurs démontrent n’avoir plus qu’une idée assez incertaine de ce que pouvait être ce statut. La formule est certes bien à comprendre dans le sens d’une opposition, d’une exclusion ou d’une privation, conformément au sens qui gouverne la définition isidorienne déjà signalée des privati/particuliers, mais le fait que ces traducteurs aient pris le soin d’expliciter cette opposition (« los que son privados de la corte » ≠ « los que son de la corte ») laisse penser qu’ils purent vouloir ainsi éviter un contresens qu’autorisait probablement une acception contemporaine et plus courante de privado.

Graphique 2. — Mise en œuvre chronologique des acceptions

Graphique 2. — Mise en œuvre chronologique des acceptions

Tableau 4. — Mise en œuvre des acceptions (nombre d’occurrences et pourcentages correspondants)

Particulier Vite Privauté
Type d’écriture
Poésie 5 (12,8 %) 51 (39,2 %) 16 (4,6 %)
Prose 34 (87,2 %) 79 (60,8 %) 331 (95,4 %)
Total 39 (100 %) 130 (100 %) 347 (100 %)
Genres
Littérature amoureuse  0 1 (0,7 %) 0
Littérature épique 1 (2,6 %) 32 (24,6 %) 6 (1,7 %)
Littérature doctrinale  2 (5,2 %) 1 (0,7 %) 120 (34,6 %)
Littérature historique  4 (10,4 %) 49 (38 %) 184 (53 %)
Littérature juridique  23 (59 %) 1 (0,7 %) 6 (1,7 %)
Littérature religieuse  7 (18 %) 37 (28,4 %) 19 (5,5 %)
Littérature scientifique  2 (5,2 %) 9 (6,9 %) 12 (3,5 %)
Total 39 (100 %) 130 (100 %) 347 (100 %)
Selon l’originalité de l’œuvre
Original  25 (64 %) 86 (66 %) 198 (57 %)
Traduction de l’arabe  3 (7,8 %) 9 (7 %) 113 (32,5 %)
Traduction du latin  9 (23 %) 21 (16 %) 8 (2 %)
Traduction de matériel latin 1 (2,6 %) 14 (10 %) 4 (1 %)
Traductions d’autres langues 1 (2,6 %) 2 (1 %) 26 (7,5 %)
Total 39 (100 %) 130 (100 %) 347 (100 %)

18Avec 130 emplois, la deuxième acception, « vite, rapidement, se dépêcher », pèse bien davantage que la première dans les emplois d’(a)priu/v/a* (tableau 3). Elle reste certes seconde en termes statistiques par rapport à la troisième acception, mais sa mise en œuvre chronologique indique son antécédence, ainsi que sa prépondérance jusqu’en 1250 (graphique 2). Signalons en effet que si le premier xiiie siècle ne représente que 46,9 % des emplois de la deuxième acception — le pourcentage n’est pas supérieur en raison de la General Estoria dont le poids (37,7 % des emplois de cette acception) s’explique assez bien par l’extension même de l’œuvre —, il correspond à 64,2 % des emplois des trois acceptions jusqu’en 1250. Autour de 1250, se joue par conséquent un certain abandon de la deuxième acception, lequel rend les emplois postérieurs quelque peu précieux, voire passéistes (tableau 4) — il n’est d’ailleurs pas impossible que le poids de la General Estoria dans les usages de cette acception puisse s’expliquer par le remploi d’un matériel traduit et/ou rédigé à une date antérieure, peut-être même avant 1250, en particulier pour les passages relevant de l’histoire sainte. Autour de 1250, des œuvres comme le Libro de los animales que cazan et la Biblia prealfonsina démontrent encore toute la force de cette acception. Mais celle-ci s’explique assez bien ici en raison du thème traité pour la première (la même explication vaut pour le Tratado de agricultura à la fin du xiiie siècle, et ces deux œuvres expliquent la part représentée par la littérature scientifique) et de son appartenance à la littérature religieuse pour la seconde, celle-ci étant fortement influencée par une écriture de type poétique (pièces de Berceo et Cantigas de Santa María notamment). Si cette écriture poétique concourt à faire tomber la mise en œuvre de cette acception du côté des œuvres originales, où l’histoire l’emporte, remarquons que la littérature religieuse concourt à expliquer la part notable que tient la traduction du latin ou d’un matériel latin dans cette même mise en œuvre.

  • 65 Psaumes 70, 6 : « Yo menguado o & pobre dios apriuadat pora mi, mi ayuda & mio saluador, Sennor no (...)

19Il faudrait d’ailleurs minimiser la part prépondérante que tient la littérature historique, car l’histoire sainte de la General Estoria, qui a pu être reçue telle une traduction de la Bible, relève aussi d’une littérature religieuse. À côté de cette littérature religieuse, et relevant d’une écriture poétique, il faut mentionner également le rôle de la littérature épique qui concourt à produire la situation observée pour le premier xiiie siècle (Cantar de Mio Cid, Libro de Alexandre). Entre cette première période et la seconde (graphique 2), la Biblia prealfonsina témoigne probablement d’un basculement en train de s’opérer, car le pic correspondant à la deuxième acception (19 emplois) s’accompagne d’un emploi significatif de la troisième (8 emplois). Il est certes bien modeste par rapport au pic que représente pour cette acception le Calila e Dimna (50 emplois), mais il représente à lui seul 42,1 % des emplois de l’acception privauté jusqu’en 1250. Remarquons qu’entre la Biblia prealfonsina et le Calila, l’emploi du verbe apriu/va(da)r* fait lien. Il prend le sens de se dépêcher dans la première œuvre (apriuadar), et d’entrer ou d’être dans la privanza dans la seconde (aprivar), qui est, rappelons-le, la seule œuvre à promouvoir l’emploi de ce verbe au xiiie siècle. La question se pose dès lors de savoir si l’emploi notable du verbe se dépêcher dans la Biblia prealfonsina (cet emploi représente 14 des 19 emplois de la deuxième acception), a pu déterminer d’une certaine façon l’invention du verbe entrer dans la privanza dans le Calila. Une solution pourrait être le fait que le verbe se dépêcher dans la Biblia prealfonsina rend principalement l’idée de se rendre auprès de quelqu’un, de venir à lui, ou à soi, et d’aller quelque part65. Il s’agit par conséquent d’une idée de rapprochement, rapide en outre, qui n’est pas si éloignée de l’idée de rapprocher de soi que véhicule aprivar.

Le rapprochement, la proximité

  • 66 Quelques extraits suffiront ici. Discourant avec son frère Digna sur la manière d’approcher le roi (...)
  • 67 « Non cae al rey en despreçiar e arredrar de si los que luengo tienpo ha que le siruen por los que (...)
  • 68 « Nós estamos en buen estado, et estamos a la puerta de nuestro rey, et tomamos lo que queremos, e (...)
  • 69 Les emplois correspondent au verset 3, 3 (« E dixieron los hombres & los priuados del Rey que Jazi (...)
  • 70 Daniel 2, 48-49 : « Estonce puso el rey a daniel en grand altura. e diol grandes dones e muchos. e (...)
  • 71 « Entonces el rey dio grandes dones a Daniel e diol sennoria sobre sos sabios e la cibdat de Babil (...)
  • 72 La solution de traduction adoptée dans la Fazienda, qui reprendrait des passages de la bible hébra (...)
  • 73 Dix-huit emplois dont deux correspondent au livre 8 récemment édité. Signalons dans ce livre l’emp (...)
  • 74 Dix emplois dans cette œuvre.
  • 75 « E quando la cabeça se ayunta con Saturno; significa la significacion de Jupiter. & si acaeciere (...)
  • 76 Pour d’autres termes ou formules exprimant la privauté, je me permets de renvoyer à un autre sonda (...)

20Ce verbe n’est d’ailleurs pas le seul à signifier ce mouvement de rapprochement qui fonde l’entrée en privanza. Le Calila pointe également le verbe (a)llegar, se rapprocher, se réunir ou arriver, qui peut fonctionner comme synonyme du verbe (a)privar66. Dans l’usage de ce verbe se construit une synonymie entre privado et allegado, le proche, ce dont témoigne assez bien une œuvre comme les Castigos del rey don Sancho à la fin du xiiie siècle67. Toujours dans le Calila, le verbe (a)llegar conduit pour sa part vers une expression qu’il faut tenir aussi pour une autre manière de dire la privauté : arriver, parvenir, être ou rester à la porte du roi68. Or, elle est déjà présente dans la Biblia prealfonsina, où cette expression est employée dans deux contextes : dans le livre d’Esther69 — il compte pour 50 % des emplois de l’acception privauté dans cette Bible —, pour dire la fonction encore subalterne de Mardochée avant que celui-ci ne prenne la place d’Haman auprès d’Assuérus ; et dans le livre de Daniel70, pour signifier cette fois quelle prééminence lui confère Nabuchodonosor après qu’il a interprété son rêve d’une statue. Si dans ce deuxième contexte le terme privado n’apparaît pas, le passage laisse cependant peu de doute sur le fait que Daniel jouit bien de cette condition, laquelle lui avait été d’ailleurs expressément attribuée dans la traduction du même passage dans La Fazienda de Ultramar71, une des premières œuvres à faire usage du vocabulaire de la privauté en Castille72. Ainsi préposés à la porte du roi, tout comme le seront peu après les loups-cerviers du Calila castillan, Mardochée et Daniel sont à proprement parler des aportellados. Le terme a pour sens commun en castillan celui d’un officier de justice ou de finance, dont les assises aux portes de la ville, ou du palais, finissent par désigner la fonction. Mais son emploi conséquent dans le Libro conplido en los iudizios de la estrellas73 et le Libro de las cruces74 ouvre vers d’autres possibilités, en particulier celle d’une expression par ce terme de cette relation de proximité que constitue la privanza75. En se contentant des emplois du vocabulaire spécifique de la privauté, cette fouille reste donc bien de l’ordre du sondage76.

21À ce stade de la réflexion, quelques remarques s’imposent. En premier lieu, notre arrivée à la porte du roi met en évidence des chemins lexicaux entre les différentes acceptions du vocabulaire analysé. En second lieu, si la traduction de la Bible nous a permis d’emprunter l’un de ces chemins, c’est sans doute parce que cette traduction a fonctionné tel un laboratoire verbal. En troisième lieu, si rien ne permet ici de contester l’hypothèse d’une importation du vocabulaire occitan de la privauté, rien ne permet non plus de la constater véritablement, et, surtout, le laboratoire verbal que représente la traduction de la Bible pointe des cheminements qui furent probablement les mêmes pour toutes les langues romanes où il est possible de constater l’emploi du vocabulaire de la privauté. Ajoutons que l’antécédence de ce vocabulaire dans l’une de ces langues ne doit pas nécessairement conduire à l’idée d’une diffusion à partir de celle-ci. La vraie question serait à mon sens celle plutôt de l’antécédence du vocabulaire qui nous occupe dans la langue parlée par rapport à la langue écrite. Et cette antécédence pose une autre question dès lors, qui est celle du décalage de l’enregistrement par cette langue écrite d’un usage déjà bien établi dans la langue courante, et du décalage entre le fait social et sa traduction par un fait lexical, laquelle traduction est ici complexifiée par le basculement concomitant en faveur du roman. Cependant, tant la structure du corpus, essentiellement littéraire, avec un rôle prépondérant de l’initiative royale, que sa chronologie, avec un fort premier pic lié à la littérature doctrinale, pointent un choix qui consiste à réserver le vocabulaire de la privauté non pas tant pour dire seulement la proximité, mais, plus particulièrement, celle du prince et la projection gouvernementale de celle-ci. Or, il est douteux que cette projection soit de beaucoup antérieure au moment où se manifeste ce choix dans les sources. En quatrième lieu, constatons que pour dire cette projection, la traduction de la Bible, avant la traduction d’une littérature doctrinale en arabe, amenait déjà vers un des temps de cet Orient qu’il faudrait qualifier ici de primordial et liminaire. La présence d’une même solution de traduction pour exprimer la proximité dans la Biblia prealfonsina et le Calila semble dès lors logique. Mais le pic que configure la traduction d’une littérature doctrinale en arabe dans le corpus est peut-être moins à considérer dès lors comme la conséquence de l’invention d’un vocabulaire, que comme la systématisation et l’amplification de solutions de traductions préalables, d’un vocabulaire latin, mais sans doute aussi hébreu.

  • 77 « primus inter servos » (I Samuel 22, 9), « unus de ducibus super cuius manum rex incumbebat homin (...)
  • 78 Trois exemples suffiront ici. Voyons tout d’abord la sieste feinte d’Alphonse VI, grâce à laquelle (...)

22Ce vocabulaire latin m’amène à la dernière remarque, qui porte sur la désignation des personnes dans la proximité. Le Corpus Biblia permet une comparaison assez aisée entre la Bible préalphonsine et la Vulgate. Cette comparaison permet de constater que privado traduit une ample diversité de désignation des personnes et de statuts77. Un même constat peut être fait à propos de la reprise et traduction des chroniques en latin rédigées sous Ferdinand III dans la Estoria de España , cette reprise ayant pu se contenter de remployer et de retravailler des traductions préalables en roman, celles-ci datant probablement d’un moment proche de la traduction de la Bible. Si les sondages effectués montrent la prévalence de la familiaritas derrière la mise en œuvre du vocabulaire de la privauté78, ce vocabulaire et ses contextes d’emplois ouvrent en plus vers un ensemble plus épars de termes désignant l’appartenance à la familia, à l’entourage et à l’exercice de certaines fonctions auprès du prince ou au palais (en particulier famulus, nutritus, domesticis, comes, dux, minister, satelles, secretariis ). En somme, la solution choisie pour traduire ce vocabulaire a pour conséquence d’unifier toutes ces désignations, au profit de la seule indication d’une position auprès du prince, dans sa proximité.

Logique de spatialisation

  • 79 Morsel, 2007, pp. 137-169, et 2008, §§ 34-38.
  • 80 May, 2013, pp. 77-121.
  • 81 Qu’on me permette ici de rappeler une des phrases-graines de Jacques Le Goff, reprise en chapeau d (...)
  • 82 Si le concept de « communautés d’habitants », qui a muté en « communautés d’installés », a été for (...)

23Ce n’est donc pas forcer le trait que de penser que la privauté s’inscrit également dans le processus de spatialisation de l’identité sociale que Joseph Morsel conçoit comme le moyen de la « déparentalisation »79. Si la fusion entre les statuts peut s’opérer, c’est parce que tous ces privados habitent la proximité, et un peu comme Mardochée, Daniel ou encore les loups-cerviers du Calila sont à la « Porte du Roi ». Le placement de ceux-ci dans cet antique espace de proximité et de gouvernement80, qui n’est pas autre chose au fond qu’un espace liminaire, a pour intérêt supplémentaire de fonder la fonction d’intermédiaire ou de courtier qu’assument génériquement les privados, entre le dedans et le dehors81, au seuil ou à l’accès de cette présence royale qui est comme leur espace de vie et où ils font communauté82.

  • 83 Pour leur commentaire préalable, Foronda, inédit 2, t. I, pp. 71-93. Voir en outre, González Jimén (...)
  • 84 Las Siete Partidas, II, ix, 1.
  • 85 Relèvent de ce service du secret, le chapelain (ibid., II, ix, 3), le chancelier (ibid., II, ix, 4 (...)
  • 86 Ce sont ici l’alférez (Las Siete Partidas, II, ix,16), le majordome (ibid., II, ix,17), le juge du (...)
  • 87 Ibid., II, ix, 27, 28, 29 et 30.
  • 88 Ibid., II, ix, 27.
  • 89 Ibid., II, ix, 28. Pour cette similitude entre la cour et la mer, Gregorio López indiquera dans se (...)
  • 90 Las Siete Partidas, II, ix, 29.
  • 91 Ibid., II, ix, 30.
  • 92 Ibid., II, xiii, 17 et 18.
  • 93 Outre mes pages déjà citées sur ces passages des Siete Partidas, sur le rôle de ces dispositions s (...)
  • 94 Foronda, 2011c.
  • 95 Las Siete Partidas, II, ix, 27.
  • 96 Morsel, 2011.
  • 97 Las Siete Partidas, II, xvi, 3, ainsi que les lois 1, 2, et 4 de ce titre sur le régime de sauvega (...)

24Il est difficile de ne pas évoquer ici certaines des considérations et dispositions des Siete Partidas relatives au service du roi et à la cour83. Ainsi, dans le titre IX de la deuxième de ces Partidas, c’est à partir de la personne même du prince que le législateur ordonne son service84, en différenciant le service « du dedans » (de dentro) — ce dedans distinguant lui-même entre les offices liés à l’entendement et au secret du prince (« de poridat »), où prennent place le conseiller, seul officier à être qualifié de privado, et ceux destinés à assurer la garde de son corps et de sa personne85 — et le service « du dehors » (de fuera)86. À la suite, une logique d’ouverture puis de fermeture commande sa définition de la cour, du palais et du retrait87. Ainsi, la cour, ce lieu où est le roi (« logar do es el rey »), ses vassaux et ses officiers, lesquels doivent le conseiller et le servir au quotidien, et encore tous ceux qui viennent à lui, pour l’honorer ou en obtenir justice88, cette cour donc, est-elle comparée par similitude (« semejanza ») à une mer, grande et large, qui peut être une mer d’huile pour les bons mais se transformer en mer à boire pour les mauvais, où le roi, devenu chef d’équipage, tient le cap89. Quant au Palais90, ce lieu où le roi se réunit publiquement pour parler avec les hommes, les circonstances d’échange envisagées par le législateur — lorsque le roi rend la justice, s’alimente et se distrait —, profilent un accès gradué à sa personne. Il profite ultimement, dans une distraction où le souci d’une langue toujours convenable fait envisager jusqu’à la raillerie et le rire91, à ceux qui savent se comporter même en cette circonstance, c’est-à-dire les palatins ou les hommes du palais (« palaçianos »), parmi lesquels les chevaliers l’emportent en distinction. Toujours dans cette deuxième des Siete Partidas, au titre XIII, la question de la préservation de l’honneur du roi, qui le pose en objet de désir pour son peuple, conduit le législateur à régler par le dit et le geste la déférence qui lui est due92. Si les images et les symboles du roi sont évoqués93, le législateur se préoccupe surtout de ménager autour de sa personne, à portée de voix et de main de ceux qui l’entourent, une distance à la verticale et à l’horizontale de ses positions ou postures. C’est donc dans le corps même du prince, que sanctuarise ce vide essentiel qu’il faut toujours préserver autour de lui, qu’une première proximité trouve le principe de son dimensionnement. Remarquons enfin que cette sanctuarisation gagne en étendue entre la fin du xiiie et le milieu du xive siècle en raison de la territorialisation du régime de sauvegarde94. En effet, si le « tranchant » (corte) de l’épée de justice du roi, d’où vient le nom de cour en « langage d’Espagne »95, ouvre la possibilité d’un déploiement juridictionnel à l’origine de la centralité de la cour, de manière préalable au déploiement de la représentation à mon sens et faisant de celle-ci l’épicentre d’un espace public à envisager tel un rapport de communication96, cet épicentre fait lui-même juridiction ou district, au travers de sa « trace » (rastro) ou marque qui passe d’une lieue dans les Partidas à cinq lieues en 131297. Le dedans et le dehors, l’ouverture et l’accès gradué, la distance sanctuarisante ou le vide sacralisateur et l’étendue de la trace ou de la marque du roi, tous ces aspects inscrivent bien la présence du roi dans une logique de spatialisation.

  • 98 Sa façon de concevoir le palais démontre en effet un plus grand souci du bâti, lequel doit répondr (...)
  • 99 Erlande Brandenburg, 2007.
  • 100 Rodríguez Velasco, 2006, pp. 433-441.
  • 101 Sur cette transformation, je me permets de renvoyer le lecteur aux titres indiqués dans le chapitr (...)
  • 102 Cómez, 1974, pp. 138-140 ; Tabales Rodríguez, 2010, pp. 271-286.
  • 103 Alphonse y tient en effet un grand Conseil, prenant soin de placer à ses côtés sa couronne et son (...)
  • 104 « apartamiento del alcazar que dizen del Caracol » (Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Pedr (...)

25Le législateur fait cependant fi de donner au lieu de la présence royale que sont la cour et le palais une quelconque projection topographique ou matérielle. Cette dimension est en revanche bien présente dans la réflexion prescriptive d’un Gilles de Rome sur le palais quelque temps plus tard98, dont on peut penser qu’elle inspira la transformation du palais de la Cité sous Philippe le Bel99. Toutefois, la façon dont le législateur différencie des circonstances de rencontre, et l’accès gradué à la personne du prince qui en découle, jusqu’à cette circonstance de distraction réservée aux palatins et aux chevaliers, que le législateur exprime par le verbe retraire (« retraer »), au sens ici de raconter100, mais qui donnera aussi le retrait, la chambre de retrait ou le cabinet (« retrete »), ces prescriptions indiquent bien des usages publics et privés de l’espace de la présence royale, que la transformation des dispositifs palatiaux en Castille et en Europe au xive siècle, marquée par l’allongement des parcours, inscrit dans une certaine permanence d’organisation quel que soit le lieu où se loge la cour101. N’oublions pas, de plus, que le roi législateur est aussi prince architecte. Dans un alcazar de Séville plein des palais abandonnés par le pouvoir musulman en 1248, sa candidature au trône impérial en 1256 le conduit à faire salle. Sur l’un des côtés de la cour du Patio del Crucero, face au palais almohade Palacio del Yeso, il fait ainsi construire un palais gothique flanqué aux angles d’escaliers en colimaçon102. C’était là une manière tant d’affirmer une ambition impériale et germanique que d’actualiser et d’ordonner les usages en fonction de celle-ci, en particulier publics, au sein d’un dispositif palatial offrant déjà une large gamme de possibilités. Rien n’est cependant figé. En 1340, un caractère public domine encore très nettement dans l’usage qu’Alphonse XI fait du palais gothique d’Alphonse X103. Mais une génération plus tard, dans la chronique du règne de Pierre Ier de Pedro López de Ayala, ce même palais est désigné comme l’appartement du Colimaçon104, ce terme d’appartement renvoyant à un usage plus privatif que celui envisagé a priori par Alphonse X (« apartamiento », du verbe « apartar[se] », séparer, se mettre à part, en aparté). C’est donc bien seulement l’usage qui détermine le caractère public ou privé d’un espace.

Privado, Privanza

  • 105 Pour une perspective d’ensemble sur les miroirs aux princes castillans, outre certains des travaux (...)
  • 106 L’état textuel dont témoigne l’édition de 1503 donne 64 emplois de priu/v/a*, soit 41 supplémentai (...)
  • 107 Comme le montre la mise en rapport entre les passages de la Gran conquista de Ultramar (BNE Ms. 11 (...)

26Revenons à la mise en œuvre de l’acception privauté, dont nous ont longuement distraient ces développements sur la proximité et les logiques de spatialisation de la présence du roi (tableaux 3 et 4, et graphique 2). Avec 347 emplois, la troisième acception domine très nettement le jeu des acceptions. Revers du succès de la deuxième acception dans l’écriture poétique et jusqu’en 1250 environ, la troisième acception caractérise la prose et ne conquiert cependant cette position prédominante qu’à partir des années 1250. Au cours de ce second xiiie siècle, deux pics contribuent à forger cette situation. Le premier est double en réalité, car le pic que représente le Calila est redoublé par celui du Sendebar, et ce double pic est suivi par des répliques nettement plus modestes mais significatives, le Iudizios de las estrellas et le Libro de los proverbios, qu’environne une activité continue au cours de ces années 1250 (Flores de Filosofía, Poridat de las poridades, Secreto de los secretos, Bocados de oro, Picatrix, Libro de las cruces). Ces œuvres expliquent la part très conséquente que représente la littérature doctrinale et scientifique — mais celle-ci, dans le cas du Iudizios de la estrellas et du Libro de las cruces, n’est pas sans portée doctrinale — dans la mise en œuvre de l’acception par genres, mais encore la part déterminante des traductions de l’arabe dans l’usage de l’acception. Remarquons cependant qu’il n’est pas possible d’attribuer à ces traductions l’ensemble des emplois liés à la littérature doctrinale, pour raison principalement des œuvres des années 1280-1290, le Libro de los cien capítulos et plus encore les Castigos de Sanche IV. Si la première œuvre condense à la façon d’un dernier manifeste l’essentiel des propositions doctrinales de tradition orientale réalisées au cours des années 1250, la seconde marque une forte prise de distance par rapport à cette tradition, en raison de la spiritualisation des enseignements. Certes, la tradition orientale brille encore de quelques feux au premier xive siècle (Libro del caballero Zifar, Libro del conde Lucanor), mais les Castigos engagent bien le temps de la convergence européenne, à laquelle concourt probablement la cléricalisation des rédacteurs (Libro del consejo, Speculum regum, traduction du De regimine principum…)105. Le second pic se produit dans les années 1270-1280. Il est la conséquence de la rédaction des Estorias, et il est donc double lui aussi (General Estoria et Estoria de España). La réplique que représente la Gran conquista de Ultramar — rappelons que ce texte ne figure dans le corpus qu’au travers d’un état textuel partiel de la fin du xiiie siècle106 — achève d’imposer le primat de la prose historique (fictio-historique ?) dans l’emploi de l’acception. Si l’emploi d’un matériel traduit dans les Estorias n’a pas conduit à les sortir de la catégorie des œuvres originales, à tort peut-être, cette inscription paraissait tout à fait hors de propos pour la Gran conquista de Ultramar, tant ce texte est tributaire de l’Estoire de Eracles, traduction française de la chronique latine de Guillaume de Tyr, pour ce qui est de l’emploi du vocabulaire de la privauté (annexe 1)107. Ce texte est responsable presque à lui seul de la part conséquente représentée par les traductions d’autres langues dans la mise en œuvre de l’acception privauté, et du terme privado plus spécialement.

  • 108 Seulement sept emplois au féminin sont à signaler, dans les Siete Partidas (1), la General Estoria(...)

27L’observation de la mise en œuvre des termes relevant de cette acception permet d’enrichir ces premiers constats (graphique 3 et tableau 5). Nous n’en dirons pas davantage sur le verbe aprivar seulement présent dans le Calila comme indiqué. D’autre part, la mise en œuvre des termes par type d’écriture, par genres et en fonction de l’originalité de l’œuvre est en grande partie redondante par rapport à ce que nous venons de constater. Toutefois, un fait saillant exige commentaire. Il s’agit du très fort déséquilibre que permet de constater le relevé des emplois entre l’usage du terme privado (278 emplois) et privanza (61 emplois). Comme déjà indiqué, le terme privado est employé comme adjectif avant de l’être comme substantif, au pluriel avant qu’au singulier et au masculin bien avant qu’au féminin108. Étant donné le primat de l’usage de ce terme, celui-ci configure l’ensemble des pics observés pour l’acception privauté. Toutefois, ceux-ci le sont aussi par l’usage du terme privanza au cours des années 1270-1280 principalement, dans la General Estoria et la Estoria de España, ces deux œuvres expliquant la part plus importante que tient l’historiographie dans la mise en œuvre de privanza par genre par rapport à ce qu’elle est pour privado. Autrement dit, si le triomphe de l’acception privauté au cours de la seconde moitié du xiiie siècle est principalement porté par le terme privado, que la littérature doctrinale et les traductions de l’arabe concourent à installer en position de force dans le jeu des acceptions dès les années 1250, le terme privanza tend à amplifier ce triomphe dans les années 1270-1280, du fait de son succès dans les Estorias alphonsines. Ces deux termes, ces deux temps et ces deux genres commandent la suite de la réflexion.

Graphique 3. — Mise en œuvre chronologique de l’acception privauté

Graphique 3. — Mise en œuvre chronologique de l’acception privauté

Tableau 5. — Mise en œuvre de l’acception privauté (nombre d’occurrences et pourcentages correspondants)

Privado Privanza (a)privar
Type d’écriture
Poésie 13 (4,7 %) 3 (5 %) 0
Prose 265 (95,3 %) 58 (95 %) 8 (100 %)
Total 278 (100%) 61 (100 %) 8 (100 %)
Genres
Littérature épique  5 (1,8 %) 1 (1,6 %) 0
Littérature doctrinale  97 (35 %) 15 (25 %) 8 (100 %)
Littérature historique  148 (53,2 %) 36 (59 %) 0
Littérature juridique  4 (1,5 %) 2 (3,2 %) 0
Littérature religieuse  16 (5,7 %) 3 (4,8 %) 0
Littérature scientifique  8 (2,8 %) 4 (6,4 %) 0
Total 278 (100 %) 61 (100 %) 8 (100 %)
Selon l’originalité de l’œuvre
Original  155 (56 %) 43 (70,5 %) 0
Traduction de l’arabe  89 (32 %) 16 (26,3 %) 8 (100 %)
Traduction du latin 7 (2,5 %) 1 (1,6 %) 0
Traduction de matériel latin 3 (1 %) 1 (1,6 %) 0
Traductions d’autres langues 24 (8,5 %) 0 0
Total 278 (100 %) 61 (100 %) 8 (100 %)

Des privados venus d’Orient

  • 109 Près de 40 % des emplois du terme sont liés en effet à l’indication du chapitre et de la prise de (...)
  • 110 S’ajoute aussi une simple condition de possibilité d’une lecture conjointe, qui est de pouvoir dis (...)
  • 111 Pour une contextualisation de ce lexique, dans le Kalila et dans la pensée d’Ibn al-Muqaffa’, voir (...)
  • 112 Sourdel, 1959-1960, t. I, pp. 41-61.
  • 113 En outre, Bravmann, 1961.
  • 114 Coran, XXV, 35 : « Nous avons donné à Moïse le livre et nous avons fait de son frère Aaron son waz (...)
  • 115 Sourdel, 1959-1960, t. I, pp. 51-52, 57-58 et t. II, pp. 713-714 et 723.
  • 116 Id., 1988, pp. 45-46. L’auteur évoque également l’influence de la désignation par ce terme de l’ac (...)

28Le pic du Calila est certes redoublé par celui du Sendebar, mais cette œuvre perd en richesse lexicale en n’employant guère privanza ni aprivar, et en faisant un usage assez mécanique du terme privado109. Le Calila reste donc le meilleur terrain d’investigation pour tenter de comprendre quel vocabulaire arabe traduit la mise en œuvre du vocabulaire de la privauté dans la littérature doctrinale castillane des années 1250110. Ce vocabulaire traduit ici un lexique indiquant principalement le rapprochement et la proximité avec le sultan (en plus de la racine krb [proximité], la plus fréquente, ce lexique peut également se former à partir des racines ywr [voisinage] et mkn [lieu]), l’appartenance à sa compagnie (shb) et à l’élite (kss), et l’élévation en dignité qu’implique l’honneur de l’intégrer (krm). Si cette sublimation peut conduire à une position d’égalité (nzr), la situation commune renvoie plutôt au fait d’être l’auxiliaire ou l’assistant du sultan (wzr), mais encore le compagnon ou le maître de ses secrets (srr) et de son opinion (r’y)111. Deux remarques s’imposent. La première vient renforcer le développement antérieur sur la proximité, car ce lexique manifeste une très forte connexion entre le vocabulaire de la proximité et le pouvoir, mais un pouvoir supérieur. La deuxième est la désignation de formes organisées, voire instituées, de compagnie et d’assistance auprès de ce pouvoir supérieur. Dans ce riche ensemble, un terme très employé dans l’histoire des corbeaux et des hiboux retient nécessairement l’attention : il s’agit de vizir(s) (wazīr et wuzarā, racine wzr). Certes discutée, l’étymologie du terme conduit vers l’idée d’un fardeau et d’assistance pour le porter ou le supporter112. Dans cette étymologie, la référence à Aaron représente une étape essentielle113. Le terme est en effet employé dans le Coran pour qualifier la place d’Aaron auprès de Moïse114, et cette qualification semble avoir été déterminante dans l’adoption du titre de vizir à l’époque abbasside115. Car, en raison de la connotation religieuse du terme, produite par cette position d’auxiliaire d’un prophète par rapport à un autre, la désignation du vizir avait contribué à rehausser la majesté du calife116.

  • 117 Ce qu’indiquait déjà Id., 1959-1960, t. I, pp. 56-57.
  • 118 Outre la dernière partie de l’ouvrage tout juste cité de Dominique Sourdel (ibid., t. II, pp. 563- (...)
  • 119 Comme l’a rappelé Fauvelle-Aymar, 2013, pp. 21-22.
  • 120 En ce sens, les parallélismes entre le programme almohade et le projet alphonsin sont frappants (F (...)
  • 121 Dans ce traité, la fonction de l’alguazil s’avère bien plus riche que celle indiquée dans les Part (...)

29Vizir(s) est loin de renvoyer à ministre dans le Kalila d’Ibn al-Muqaffa’117, le vizirat n’eut pas d’emblée un contenu institutionnel et celui-ci ne fut pas tout le temps ni partout le même118. Toutefois, au xiiie siècle, ce contenu toujours mouvant renfermait en général une certaine organisation de la proximité du pouvoir, de l’assistance gouvernementale, voire encore de la délégation d’autorité, qui profilait bien une certaine charge. Les traducteurs et rédacteurs alphonsins ne pouvaient pas l’ignorer. Au milieu du xiiie siècle, la connexion ou le « branchement » de la cour castillane au monde islamique, à entendre tel un univers culturel119, n’était en effet pas seulement affaire d’un passé, d’un voisinage et d’échanges (parmi tous les échanges envisageables, la circulation des exilés fut un élément particulièrement important dans la connaissance réciproque des structures de pouvoir). Cette connexion était encore une question d’actualité. Car les considérables gains territoriaux réalisés depuis le règne de Ferdinand III, venaient d’accroître le multiculturalisme de la société castillane. Ce multiculturalisme accru ne pouvait guère qu’accentuer la connexion de cette société au monde islamique. Il est d’ailleurs permis de penser que la revendication d’imperium qui caractérise le règne d’Alphonse X se joua d’abord en direction de ce monde, au point de structurer peut-être l’ensemble de son projet120. Dans ces conditions, la traduction de vizir(s) par privado(s) révèle sans doute moins une correspondance effective entre vizirat et privanza, d’autant que, comme nous l’avons vu, on ne peut réduire au seul terme wazīr le vocabulaire traduit, qu’une correspondance d’intention. Dans le corpus, la manifestation la plus nette de cette intention reste le chapitre consacré à l’alguazil, terme dont l’étymologie ramène directement à wazīr, dans le Libro de los cien capítulos121.

  • 122 Foronda, 2005-2006 et 2007b.
  • 123 Certes, le Sendebar fait exception, car sa traduction est impulsée par le frère d’Alphonse X, l’in (...)

30Par l’idée d’une correspondance d’intention, j’entends l’intérêt alphonsin pour un type d’accompagnement et d’assistance qui, dans le monde islamique, participait d’une signalétique du pouvoir supérieur et favorisait sa reconnaissance comme telle. Le Libro de los doce sabios — où la fiction de la réunion des sages ouvre en quelque sorte la piste orientale qui est parcourue avec la traduction d’une littérature doctrinale en arabe au cours des années 1250 —n’emploie guère le vocabulaire spécifique de la privauté, mais il témoigne bien de l’enjeu crucial que constitue, dès le début du règne, la question de la compagnie royale et de la mise en place d’un système de visibilité de l’être-roi, donc de potentielle reconnaissance de l’autorité pour ce qu’elle est et aspire à être122. Le choix des mots participe de la construction de ce système de visibilité, et la mise en œuvre du vocabulaire de la privauté dans ces miroirs aux princes castillanisés contribue à construire comme une réserve de sens, en faveur d’une proximité princière que le genre, par définition, gouvernementalise123.

  • 124 González, 1992.
  • 125 BNE, Ms. 1187, fos 118ro-120ro ; Guillaume de Tyr et ses continuateurs, t. II, livre XIX, chap. 17 (...)
  • 126 « E en aquel logar. fincaron los primeros omnes armados que los aduxieran. & levaron los otros omn (...)
  • 127 « Estonces parecio el Halifa que estaua assentado en una siella muy noble que era fecha de oro & d (...)
  • 128 Dakhlia, 2005.

31Le probable intérêt alphonsin pour la signalétique islamique du pouvoir se trouve actualisé par la traduction castillane de l’Estoire d’Eracles dans la Gran conquista de Ultramar, un texte dont nous avons indiqué que la rédaction avait pu être projetée à la fin du règne d’Alphonse X, au point qu’il a pu être considéré comme une troisième histoire alphonsine124. Cette traduction en tout cas préserve l’interrogation à propos de la nature du pouvoir califal et la curiosité pour l’organisation aulique qui l’entoure, lesquelles donnent lieu à une longue description de l’accueil fait à Hugues Granier par le dernier calife fatimide al-ʿĀḍid125. Le seigneur de Césarée ne parvient en sa présence qu’au terme d’un long parcours. Il le réalise ultimement sous la conduite d’eunuques126, qui sont les seuls (et ils sont qualifiés de privados là encore) à se tenir auprès du calife, une fois levé le rideau dissimulant sa présence127. Avec le vizirat, l’eunuchat participe de ce cycle du favori dont Jocelyne Dakhlia a analysé les ressorts narratifs et politiques dans le monde musulman128. Entre ce cycle et celui des privados qui se forme en Castille à partir du xiiie siècle, et plus largement celui des favoris en Europe, force est de constater un certain nombre de traits communs : l’opposition d’une logique élective à une logique lignagère ; le recours dans ce cadre à un personnel allogène (Juif, étranger) ou sans descendance possible ou licite (eunuques, clergé) ; les supposés rapports homosexuels entre le sultan et son ministre ; la fulgurance tant de la faveur que de la disgrâce, celle-ci conduisant à l’élimination physique du favori ; et l’absolutisation du pouvoir qui s’exprime ainsi. Toutefois, si ces cycles sont comparables, c’est peut-être moins en raison d’une influence islamique, une idée qui aurait pour conséquence d’attacher le despotisme et l’arbitraire à la seule expérience musulmane du pouvoir, une expérience ainsi enfermée dans sa différence radicale, que parce que les ressorts narratifs de ces cycles puisent de concert à l’Orient originel du pouvoir et de sa privauté, un Orient biblique et coranique se partageant les figures de Moïse et Aaron, mais encore de Pharaon et Joseph, et un Orient doctrinal, peut-être plus archétypal encore, celui-là même qui irrigue souterrainement le premier pic d’emploi du vocabulaire de la privauté dans la Castille du xiiie siècle au travers du Calila e Dimna.

Les privanzas romaines

  • 129 Ce dernier point est bien entendu à nuancer, car les rédacteurs des Estorias traduisent eux-aussi. (...)
  • 130 40 emplois du vocabulaire de la privauté, 29 emplois de privado et 11 de privanza.
  • 131 33 emplois du vocabulaire de la privauté, 31 emplois de privado et 2 de privanza.
  • 132 19 emplois du vocabulaire de la privauté, 18 de privado et 1 de privanza.
  • 133 42,3 % dans la Estoria de España, contre 12,8 % dans la General Estoria.

32Le second temps de l’appropriation royale du vocabulaire de la privauté se joue avec la rédaction des Estorias au cours des années 1270-1280 (graphique 3). Elles pèsent d’un poids considérable dans le relevé des emplois. À elles seules, elles représentent en effet 46,4 % de l’acception privauté. Avec ces Estorias, l’histoire prend donc la relève de la littérature doctrinale et la rédaction originale (avec toutes les réserves qu’il faut avoir à l’égard de l’idée d’originalité), celle de la traduction dans la mise en œuvre du vocabulaire de la privauté129. Soulignons cependant que la General Estoria pèse deux fois plus que la Estoria de España dans le relevé des emplois. Par sections, l’essentiel de son poids est assuré par la General Estoria IV130, puis la I131 et enfin la III132. Par type, l’histoire sainte l’emporte sur l’histoire des gentils. Par espaces géographiques, Babylone et l’Égypte s’équilibrent à peu près et dominent nettement, viennent ensuite la Grèce et Rome. Par épisodes, se détachent les histoires de Joseph, de la reine Dalûka d’Égypte, de Sarah, de Mardochée, de Daniel, l’établissement du principat à Rome et la guerre de Troie. Entre cette General Estoria et la Estoria de España, l’histoire de Rome fait lien et gagne en importance dans la seconde133. Toutefois, ce lien tient plus précisément à l’épisode de l’établissement du principat.

  • 134 Estoria de España (c), t. I, chap. 108-114, pp. 84-90.
  • 135 General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 15-23, pp. 461-472.
  • 136 Fernández-Ordoñez, 1992, pp. 92-95 et 162-167 ; General Estoria (c), V, t. I, pp. lii et lxxxix (...)
  • 137 Faits des Romains [Des offices qui estoient a Rome], fo 3ro-vo ; Duval, 2005, pp. 47-48. Le glossa (...)
  • 138 Fraker, 1978 ; Almeida Cabrejas, inédite, t. I, pp. xxvi-xxix ; Almeida Cabrejas, 2012.
  • 139 Pour ces chapitres 108-114, principalement Eutrope, Orose, Paul Diacre, Huguccio de Pise et Isidor (...)
  • 140 Les Estorias concentrent en effet 45 % des emplois de privado et 59 % de ceux de privanza au xiiie(...)
  • 141 42,1 % dans la General Estoria et 47 % dans la Estoria de España.
  • 142 Ces chapitres présentent cinq emplois de priuança(s) et deux emplois de priuados dans la Estoria d (...)

33Pointant sous la victoire de Jules César sur Pompée à Pharsale, ce changement de régime politique conduit les rédacteurs des Estorias à marquer un fort arrêt dans les deux récits. Ils le mettent à profit pour faire état de l’empilement institutionnel que coiffent le principat et l’Empire. Marqué après l’installation de Cléopâtre sur le trône d’Égypte dans la Estoria de España134, ce même arrêt sera plus logiquement reporté après la prise du nom d’Auguste par Octave dans la General Estoria135. Ce report, avec une matière redistribuée, amendée et complétée136, ne modifie cependant pas l’ambition de ces pages qui forment un premier lexique castillan de civilisation romaine. Peut-être faut-il admettre que la lecture du précédent français du genre, à savoir le chapitre sur les dignités dans les Faits des Romains137, ait joué quelque influence dans sa création138 ; davantage toutefois dans l’idée même de sa composition que dans son contenu, lequel emprunte à des sources diverses et donne lieu à nombre d’arrangements de la part de leurs compilateurs139. Quoi qu’il en soit, ce double arrêt contribue à conférer aux Estorias un profil statistique particulier au sein du corpus. Nous avons vu leur très forte contribution dans la mise en œuvre de l’acception privauté. Mais leur contribution à l’emploi de privado et privanza présente un différentiel de quatorze points en faveur du second terme140. Dans chacune des deux œuvres l’histoire romaine concentre près de la moitié des emplois du terme privanza141, et leur somme compte pour plus du quart des emplois du terme au xiiie siècle (26,2 %). La contribution de l’histoire romaine au différentiel observé est donc saillante. Dans cette histoire romaine, les chapitres du lexique concentrent entre 16,6 % (Estoria de España) et 26,3 % (General Estoria) des emplois de privanza dans les deux œuvres, et affichent une préférence pour ce terme142. Ce profil statistique met donc en évidence un choix.

  • 143 « Et escogieron daquellos que uieron que eran mas guisados, et fizieron la priuança et el poder de (...)
  • 144 « Et fueron estos alçados en las priuanças de sos poderes unos empos otros, cuemo aqui seen escrip (...)
  • 145 « Empos estos ordenamientos que auemos dichos de la cauallerias de los romanos et de sos principes (...)
  • 146 Titre et ouverture du chapitre 108 de la Estoria de España : « De los nombres de los príncipes e d (...)
  • 147 Outre les citations précédentes : « et non quisieron que dalli adelant cibdadano que Tarquinio oui (...)
  • 148 Bien que ne relevant pas de l’histoire romaine, le cas externe à cette histoire revêt un fort cara (...)
  • 149 Des quatre emplois liés à cette histoire romaine en dehors du lexique, trois renvoient en effet à (...)
  • 150 « E desí tanto fue él diziendo e encendiéndose a ello sobr’esto que lo non pudo sofrir, e començó (...)
  • 151 « Aquellos peones de quien avemos dicho que fueron tirados de las guardas, como eran muchos, ovier (...)
  • 152 Dix emplois sur dix-neuf. Cette proportion est atteinte du fait du comptage d’un emploi présent da (...)

34Renforce l’idée de choix le fait que le sens de privanza dans le lexique s’avère distinct du sens que nous avons envisagé jusqu’à présent pour ce terme. Principalement associé à pouvoir (poder[es]) et à seigneurie (señorío[s]), le terme contribue à définir des magistratures et des dignités (consuls143, césars et empereurs144, magistratures inférieures [« privanças menores »]145), dont les titulaires sont de manière générique assimilés à des princes146. Dans ce cadre, privanza(s) peut désigner ces mêmes principats, magistratures ou dignités, ou bien leurs pouvoirs ou prérogatives147. Si cette acception constitutionnelle peine à s’extraire du cadre de ce lexique dans la Estoria de España148, tel n’est pas le cas dans la General Estoria où elle connaît une diffusion significative. Cette diffusion est principalement liée à nouveau à l’histoire de Rome, plus particulièrement à l’établissement du consulat après l’abolition de la monarchie149, un autre moment constituant de l’histoire romaine par conséquent. En dehors de cette histoire romaine, deux cas seulement sont à signaler, mais tous deux en rapport avec un changement institutionnel là encore : la révolte menée par Coré contre Moïse et Aaron au motif de l’élévation de ce dernier au sacerdotat150 ; le renversement par Thrassybule du gouvernement des Trente tyrans que Lyssandre avait imposé à Athènes après sa défaite contre Sparte151. Portée par cette diffusion externe au lexique, l’acception privanza/dignité ou charge atteint finalement une part supérieure à celle du sens supposé plus commun du terme dans la General Estoria152.

  • 153 Fernández-Ordoñez, inédite, pp. 11-40 et 1992, pp. 19-45.
  • 154 « En latin dizen parare por appareiar, et esta palabra parare, segund cuenta Hugutio, componese co (...)
  • 155 Huguccio de Pise, Derivationes, [P 19] Paro, 29, 30 et 31, p. 901.
  • 156 En conformité partant avec les usages astur-léonais d’imperare et d’imperium (Sirantoine, 2012, pp (...)
  • 157 Huguccio de Pise, Derivationes, [P 19] Paro, davantage 26, 27, 28 et 29 (« disparo -as », « impero (...)
  • 158 Citons en ce sens la réflexion que suscita le verbe privar/privare chez Victor Fernández Llera : « (...)

35Le rapport déjà indiqué du lexique à ses sources potentielles interdit à mon sens d’envisager pour cette acception la traduction d’un correspondant latin. Ceci ne doit cependant pas nous interdire de réfléchir au chemin que purent suivre les rédacteurs des Estorias pour forger cet « arrangement ». Force est de constater tout d’abord sa postériorité par rapport à la traduction castillane du vocabulaire arabe de la privauté, dont nous avons déjà vu qu’il menait bien vers cette idée de charge. Mais nous avons vu aussi que cette traduction d’un vocabulaire arabe pouvait systématiser et enrichir des solutions de traductions antérieures. Aussi, ce jalon n’est peut-être pas suffisant. Une perspective interne aux Estorias peut nous permettre d’avancer une autre hypothèse, complémentaire davantage qu’alternative. Rappelons que le nœud des Estorias n’est autre que l’imperium revendiqué par Alphonse X153. Nous avons dit à propos des traductions d’ouvrages en arabe que l’un de ses horizons de réalisation avait pu être le monde islamique, à entendre tel un univers culturel. Avec la revendication de la couronne impériale à partir de 1256, cet horizon de réalisation perdait de son éventuelle utilité. Rome devenait en revanche une fontaine de légitimité incontournable et incontestable. Structurellement lié dans la Estoria de España et dans la General Estoria à l’accession d’un privatus au principatus puis à l’imperium, le lexique de civilisation romaine s’achève assez logiquement par des considérations destinées à préciser l’étymologie et le sens du terme imperator/emperador154. Sur la base des Derivationes d’Huguccio de Pise155, le point de départ des rédacteurs est le verbe imperare. Ils évoquent en premier lieu un pouvoir de commandement156. Mais ils envisagent ensuite un deuxième sens, qui est le fait d’être sans pareil (« desaparejarse ») ou sans égal (« desigualarse »)157. Ce faisant, les rédacteurs établissent une position particulière ou spéciale fondée sur la séparation avec quiconque. Or, l’étymologie latine du vocabulaire de la privauté (privus, privatus, privo) véhiculait bien l’idée de séparation ou de mise à l’écart fondatrice de cette position sans égale158. Dès lors, une question est à poser : l’acception constitutionnelle de privanza dans les Estorias eut-elle pour principal adjuvant un rapprochement entre privare et imperare dans l’esprit des rédacteurs ?

  • 159 Hormis le cas du légat Richard de Saint-Victor (voir ci-dessus note 148).
  • 160 Estoria de España (c), t. I, chap. 179 [Galba], p. 129 ; chap. 180 [Othon, mais à propos de Néron] (...)
  • 161 Chargé par un groupe de riches hommes d’indiquer à Alphonse VI leur accord en vue du mariage de sa (...)

36Quoi qu’il en fût, remarquons seulement que la concentration de l’imperium dans les seules mains de l’imperator fait revenir le terme privanza à un sens supposé plus commun dans la suite des Estorias alphonsines159 ; et, dans cette histoire romaine que prolonge surtout la Estoria de España, seule demeure la privanza de l’empereur160, sa proximité ou sa familiarité par conséquent. Cet enchaînement produit un effet qui n’est pas sans faire sens d’un point de vue constitutionnel. Car, il laisse penser que la privanza impériale absorbe en définitive les privanzas républicaines, et force est de se demander si l’élaboration de ces privanzas/dignités dans le récit ne visait pas précisément à mettre en scène leur extinction dans le particulier ou le privé de l’empereur, partant un changement du régime de constitutionnalité. Remarquons toutefois que ce changement de régime n’est pas sans entraîner une dégradation dans la perception du rôle des privados auprès de l’empereur tant ils s’avèrent mauvais conseillers et responsables de ses turpitudes. L’attribution de ce rôle est-il l’indice d’un revirement alphonsin quant à leur fonction, charge ou dignité ? Un revirement dont pourrait aussi témoigner l’incapacité du privado d’un empereur d’Espagne cette fois, le médecin juif Çidiello auprès d’Alphonse VI161, de résister aux tentations de l’intrigue courtisane ? À la lueur de l’acception constitutionnelle de la privanza dans les Estorias, ce rôle trouble dans une proximité faite dignité peut être tenu en tout cas pour le marqueur d’un régime politique plus incertain.

  • 162 « Empos esso pusieron conseieros de los principes et priuados et mandaderos con qui fiziessen sabe (...)
  • 163 Hellegouarc’h, 1972, pp. 71-76. Dans son chapitre sur les différentes formes de l’amitié (ibid., p (...)
  • 164 Ibid., p. 73.
  • 165 Rowland, 1970 ; Deniaux, 1995 ; Bernard, 2015.
  • 166 Hellegouarc’h, 1972, p. 72.
  • 167 Huguccio de Pise, Derivationes, N [23] « Necto », 1, 8 et 12.
  • 168 Las Siete Partidas, VI, iii, 21 ; Les Institutes de l’empereur Justinien, II, xix, 1, 2 3, et 4.

37En ce sens, il convient de souligner que l’acception constitutionnelle ou organique de privanza dans les Estorias n’est pas sans conséquence sur privado. Le lexique de civilisation romaine, mais dans la seule Estoria de España, propose d’entendre « nescesarrios » comme « ceux qui étaient privados des rois et des autres princes », dans la liste desquels figurent d’ailleurs, en plus des officiers fiscaux, des conseillers et des légats, les historiographes162. Un lien est ainsi établi entre privauté et necessitudo. Au temps de Rome qui nous occupe, cette necessitudo relève de l’amitié fondée sur l’intimité des relations163. Par rapport à familiaritas, qui met en avant la continuité et l’intensité des relations, necessitudo insiste davantage sur leur nécessité et les devoirs qui en découlent164. Si cette necessitudo, au même titre que d’autres formes d’amitié, joue un rôle déterminant dans la structuration des clientèles à Rome, et on peut penser ici à l’usage de necessarii que fait Cicéron pour désigner certains de ses amis165, elle lie aussi un magistrat et son subalterne dans l’exercice de leurs fonctions et obligations166. Que reste-t-il de ceci à l’époque alphonsine ? Un premier élément de réflexion nous est donné par les Derivationes d’Huguccio de Pise que les rédacteurs alphonsins mettent à profit à propos du terme imperator/emperador comme nous l’avons vu. Le terme necessarius est ici bien indiqué tel un synonyme d’amicus, et necessitudo ouvre pour sa part vers amicitia, dilectio, affectus, affinitas et propinquitas, tous ces sens se trouvant commandés par le verbe necto, qui ramène au lien et à l’obligation167. Cette notion d’obligation pèse fortement sur un autre emploi du terme « neçesarios » pour désigner des personnes dans le corpus alphonsin, et c’est le second élément à prendre en compte. Il prend place dans la sixième des Siete Partidas, qui traite du droit testamentaire et successoral, dans la loi vingt et un du troisième titre, qui distingue, en suivant les Institutes de Justinien, entre des « herederos suyos » (héritiers siens), des « herederos neçesarios » (héritiers nécessaires) et des « herederos estraños » (héritiers étrangers)168. Les premiers sont les descendants du testataire, qui ne forment qu’une personne avec lui. Les deuxièmes sont les serfs que le testataire pourrait désigner, en cas de dettes surtout, et qui ne peuvent, comme les premiers se soustraire à l’héritage. Et les troisièmes sont des héritiers volontaires. Ceci étant, il est fort probable que le sens d’obligé domine dans l’emploi de « nescessarios » pour désigner les privados des rois et des autres princes, et que la necessitudo qui les lie doive s’entendre comme l’obligation à laquelle les uns et les autres doivent se soumettre pour exercer de concert leurs privanzas ou dignités. Ce serait là en tout cas une explication pertinente à la solution unitaire de désignation de l’assistance variée que réclame l’exercice d’un principat ou d’une magistrature, auxquelles les Estorias donnent de la cohérence, mais qui est mise en œuvre dès avant 1250, dans la traduction de la Bible, voire également dans une première traduction des chroniques en latin du règne de Ferdinand III. Ajoutons que si privatus/particulier s’oppose par définition à l’exercice d’une charge publique, cette opposition est moins nette pour privado/nescessario. Mais c’est sans doute là aussi la conséquence de l’accession d’un privatus au principatus puis à l’imperium, et du brouillage des catégories privé et public induit par cet avènement.

Les schémas de cooccurrences

  • 169 Morsel, 2015, p. 453.
  • 170 Ces contextes sont d’une taille maximale de trois lignes autour de la ligne de concordance, et en (...)
  • 171 C’est là une taille modeste. Les essais réalisés en scindant ce texte en trois sous-textes (privad (...)
  • 172 Foronda, 2005.
  • 173 Brunet, 2012. D’autres logiciels peuvent être employés, par exemple CooCs v2.a de William Martinez (...)

38Les grandes lignes d’organisation du corpus étant présentées, il est possible de passer à une phase supplémentaire d’exploitation au travers d’une étude des cooccurrences, c’est-à-dire de la présence simultanée des mots dans un même contexte. S’il s’agit pour moi, en raison de mon long entretien avec ces sources, de confirmer (ou non) une précédente approche ainsi que ces remarques préalables, et de les enrichir, cette phase d’exploitation ne constitue en aucune façon une preuve absolue. Elle est plutôt une manière d’organiser une nouvelle lecture des textes et d’aller ainsi un peu plus au fond des choses. S’ajoute à cela un ancien vœu, qui était de parvenir à construire une schématisation susceptible de faciliter la compréhension du propos. Au regard de ce propos, la voie choisie paraîtra paradoxale à certains tant l’outil informatique peut paraître d’un abord complexe. Cet outil, et il n’est qu’un outil, renferme cependant une « puissance de formalisation », selon l’expression de Joseph Morsel169, qui fait référence aussi à la mise en ordre des données qu’impose son emploi, le rendant à mon sens incontournable. Seule l’acception privauté nous intéresse ici cependant. Aussi, le sous-corpus soumis au traitement lexicologique ne retient-il que les contextes larges d’emploi de cette acception170, lesquels ont été lemmatisés. Le « texte » ainsi obtenu, d’une taille de 39 931 formes171, a été exploité au moyen du logiciel Hyberbase. Par rapport à un maniement précédent de ce logiciel172, ce n’est plus l’analyse factorielle qui nous intéresse ici, encore que ce type d’analyse a été mis à profit comme nous le verrons, que la fonction cooccurrence introduite dans la dernière version du logiciel, disponible à partir du menu liste173, et les schémas qu’elle permet d’obtenir (annexe 2).

  • 174 À l’exclusion toutefois des noms d’animaux, que la trame animalière du Calila e Dimna rapproche de (...)

39Ce menu a cependant pour inconvénient de limiter à 198 termes la constitution de cette liste, ce qui implique de procéder à des choix. Afin d’éviter une sélection subjective du vocabulaire, une première option peut être de déterminer un seuil de fréquence. La limite de 198 termes interdit cependant de descendre sous une fréquence de 20 emplois, ce qui est un seuil trop haut au regard de la taille du corpus et du poids très déséquilibré des œuvres dans le corpus. D’autre part, si les schémas de cooccurrences obtenus avec cette liste sont interprétables (schéma 1, par exemple, vu les commentaires déjà réalisés, les nœuds relationnels que représentent les termes amigo pour privado et Roma pour privanza), les mots outils produisent un encombrement trop important depuis notre perspective historienne. Une seconde option est de procéder à la constitution de la liste par classe grammaticale, laquelle permet d’abaisser significativement le seuil de fréquence. Ainsi, pour les substantifs (schéma 2), un seuil de fréquence d’au moins six emplois permet de constituer une liste de 195 noms communs174. Pour les verbes (schéma 3), un seuil d’au moins cinq emplois donne une liste de 172 termes (174 si nous réintégrons dans cette liste les pivots privado et privanza). Une comparaison d’un simple coup d’œil entre les schémas de cooccurrences obtenus pour les termes privanza et privado à partir de listes constituées suivant la première option (schéma 1) puis selon la seconde (schémas 2 et 3) montre bien le plus grand intérêt de la seconde pour la présente analyse.

  • 175 Le maximum de termes autorisé par le logiciel a cependant imposé un seuil de contribution variable (...)
  • 176 Cette liste a donné lieu à une analyse factorielle, à la façon d’un test de validité, qui n’est ce (...)

40Bien que plus parlants, ces schémas de cooccurences obtenus selon la seconde option restent, à mon sens, encore insuffisants au regard de la schématisation recherchée. L’exclusion des noms de personnes (les loups-cerviers Calila et Digna ou le bœuf Sençeba par exemple) et de lieux (Babylone, Égypte, Rome) rend plus compliquée la localisation narrative des nœuds relationnels pour des lecteurs moins familiarisés avec le corpus. D’autre part, un traitement séparé des classes grammaticales ôte du dynamisme à la représentation. Une troisième option est donc de tenter de mêler ces classes et les noms de personnes et de lieux. Toutefois, la limite supérieure de 198 termes oblige, là encore, à des choix. Se pose donc à nouveau la question du critère de sélection. Choisir un nombre donné de premiers substantifs ou de verbes a pour inconvénient de provoquer une coupe au sein d’un groupe de termes de même fréquence. D’autre part, la nécessité de tenir compte d’aprivar contraint à trop abaisser le seuil de fréquence des verbes, ce qui laisse peu de place dans la liste pour les substantifs et les noms de personnes et de lieux. Une autre solution a donc été envisagée, avec une construction de la liste en deux temps. Le premier a consisté à réaliser trois analyses factorielles, avec conservation des formes pivots à chaque fois (privado, privanza, aprivar) : l’une des noms propres, d’animaux (en raison d’un fonctionnement très proche des noms propres) et de lieux ; la deuxième, des noms communs ; et la troisième, des verbes. Le deuxième temps est celui de la sélection à proprement parler du vocabulaire. Sur la base de ces analyses factorielles, qui mettent déjà en relation et en opposition ce vocabulaire, le choix a consisté à retenir les termes contribuant de manière conséquente à la variance des trois premiers facteurs pour chacune d’elles175. Le résultat est une liste de 176 mots. Les termes amigo, consejero et consejar, dont les contributions étaient inférieures aux seuils fixés (ce qui est assez logique étant donné la centralité de ces termes), ont été réintégrés. La liste comprend donc au final 179 mots. Cette liste (détaillée sur le schéma 7) a donné lieu à un nouveau calcul de cooccurrences176, dont sont issus les schémas 4 à 7 commentés ci-dessous.

41Avant toutefois d’en venir à ces diagrammes des termes privado, privanza, et aprivar, un simple visionnage d’autres cooccurrences peut servir à mieux comprendre l’intérêt de la démarche. Il s’agit des chemins de cooccurrences obtenus à partir des formes pivots que sont les noms propres de l’histoire des loups-cerviers du Calila e Dimna, c’est-à-dire Calila et son frère Digna, et le bœuf Sençeba (schéma 7). Ces schémas font bien apparaître la trame essentielle du récit : la volonté de Digna d’entrer dans la privanza du roi lion et les avertissements de son frère Calila sur le danger de son entreprise (schéma 7a) ; l’entremise de Digna dans le rapprochement entre le bœuf Sençeba et le roi lion, lequel l’admet dans sa privanza, lui conférant ainsi une dignité et un état (schéma 7b) ; enfin, les manœuvres de Digna pour les séparer, en semant le trouble dans le cœur du roi, et ravir ainsi la place du bœuf, ou son état, auprès de lui (schéma 7c). Par ailleurs, le terme dignidad (schéma 7d), qui tient une place saillante comme nœud relationnel dans les cooccurrences de Calila et Sençeba (schéma 7 : a et c), laquelle se trouve renforcée dans celles de Digna (schéma 7b), montre assez bien les deux principaux pôles narratifs de sa mise en œuvre dans le récit : l’histoire du Calila e Dimna d’une part, et, d’autre part, l’histoire de Rome, le terme privanza apparaissant au centre, entre l’enjeu de la compagnie et celui de l’organisation des pouvoirs. Pour leur part, les chemins de cooccurrences pour Rome (schéma 7e) ne laissent aucun doute sur le poids du lexique de civilisation romaine et la problématique commandant son insertion, qui est celle d’un changement de régime politique. Le terme poderío (« pouvoir, puissance »), qui forme un nœud relationnel dans les cooccurrences de Rome confirme le poids de cette problématique constitutionnelle dans sa mise en œuvre, mais encore la nécessité de la mettre en récit, de la raconter et, ainsi, de l’inscrire dans l’histoire (schéma 7f).

La dignité nécessaire

42Venons-en à présent à notre cœur de cible. Étant donné les commentaires précédents, le plus simple sera d’enchaîner par le schéma des cooccurrents de privanza (schéma 4). Le schéma présente vingt-six cooccurrents pour ce pivot. La majorité de ces cooccurrents (16) forment des nœuds relationnels à grande fréquentation. Les noms communs (honra [« honneur »], menester [« besoin, nécessité »], dignidad [« dignité »], orden [« ordre »], poderío [« pouvoir, puissance »], consules [« consuls »], señorío [« seigneurie »], fazienda [« affaires »]) sont ici davantage représentés que les noms de personnes et de lieux (Sençeba, Digna, Calila et Rome) ou les verbes (departir [« discuter »], fincar [« rester »], ganar [« gagner »]). Le reste des cooccurrents forment des nœuds relationnels secondaires. Les verbes sont ici plus représentés (acabar [« terminer »], mover [« déplacer »], convenir [« convenir »], vivir [« vivre »], vender [« vendre »], ferir [« blesser »], lazrar, [« souffrir »], estorçer [« échapper »]) que les noms communs (auer [« biens, fortune »]) ou les noms de personne (Artaxerxès). Le schéma fait apparaître deux grands chemins de cooccurrences qui partent depuis privanza, l’un qui mène à gauche jusqu’à señorío, et l’autre jusqu’à lazrar à droite. Les termes marquants chacun de ces chemins signalent la structure de leur tracé. Pour le premier, celui de gauche, les noms communs surtout (orden, poderío, consules, señorío) posent une problématique constitutionnelle dont le lien avec l’histoire romaine est nettement indiqué (à partir de poderío, les traits continus liant ce terme à orden, Roma, consules et cumplir). Pour le second, celui de droite, les noms de personnes (Sençeba, Digna, Calila) et les verbes (departir, fincar, ganar, vivir, ferir, lazrar…) renvoient à la trame narrative de l’histoire des loups-cerviers du Calila e Dimna, toute entière tournée vers la question de l’accès à la proximité (departir, ganar, fincar, vivir, fazienda) et des périls de cette position en définitive fragile (estorçer, ferir, lazrar…). Si le Calila pèse fortement sur la constitution de ce chemin, remarquons qu’il ouvre vers l’Orient babylonien (sur ce schéma grâce au nom propre Artarxerses), et la force conjuguée de ce grand Orient porte l’honneur (honra) au plus près de privanza, traçant ainsi une voie de sublimation.

  • 177 Le CORDE donne 688 emplois de « dignidad » avant 1300. Vingt-neuf occurrences sont issues du Calil (...)
  • 178 « Empos estos ordenamientos que auemos dichos de la cauallerias de los romanos et de sos principes (...)

43Entre ces deux chemins, au centre donc, deux termes se distinguent en importance, car ils tendent à aimanter les relations entre les nœuds relationnels principaux des deux chemins que nous venons d’identifier, voire y compris de leurs nœuds secondaires, à tel point qu’ils paraissent dessiner un chemin transversal conduisant de poderío et orden (à gauche) à honra (à droite). Il s’agit des termes menester et dignidad. Le second ne pose pas de problème d’interprétation. Nous avons vu dans les Estorias la construction de l’acception privanza/dignidad ou charge. Et le lien ici fortement souligné avec l’histoire du Calila (trait continu entre dignidad et Sençeba, et entre chacun de ces deux termes et le nom du frère de Calila, Digna) confirme bien ce que doit cette construction sémantique aux traductions d’œuvres en arabe177. Toutefois, le nœud dignidad n’est pas plus important que menester. Sur les quatorze emplois de ce dernier dans le corpus, la moitié relève des contextes de privanza, où le terme forme, avec le verbe haber ou ser, la locution verbale indiquant le besoin, la nécessité ou encore une forme d’obligation. Trois de ces emplois correspondent au Calila et quatre à l’histoire romaine des Estorias, dont trois au lexique. Deux de ces trois emplois du lexique forment une redite, où l’accomplissement des charges supérieures exige la création des privanzas inférieures178.

  • 179 Huguccio de Pise, Derivationes, [M 106] Minuo, 10, 11, 12 et 13, pp. 771-772.

44Cette dynamique de création institutionnelle, avec donc une distinction entre charges supérieures et inférieures et le rappel du lien entre elles, ramène en définitive à l’étymologie même de menester ou mester, du latin ministerium et minister, qui renvoie au service et à l’office, mais inférieurs, à partir du verbe minuo, diminuer179. Dès lors, le besoin qui s’exprime au travers de menester est sans doute moins à envisager tel un manque à combler qu’une obligation à satisfaire, idée à laquelle fait écho en définitive la solution de traduction nescessarios/privados/obligés. Et tout comme nescessarios, menester pose au fond la question de la légitimité d’une relation. Du point de vue de la légitimité de cette dignité nécessaire (ou de la nécessité de cette dignité), l’ancrage romain plutôt assuré par menester peut sembler plus efficace que l’amarrage orientalisant plutôt assumé par dignidad. Toutefois, dans cette procédure de légitimation, compte davantage, à mon sens, la conjonction des discours, avec, d’une part, une fiction doctrinale véhiculant un idéal de perfection gouvernementale et, d’autre part, un précis d’histoire romaine indiquant la voie organique ou constitutionnelle de sa réalisation. Tant cet idéal de perfection que cette voie de réalisation pointent, en tout cas, la privanza tel un moyen d’accomplissement.

  • 180 Le faible nombre d’emplois autorise ici à rapporter les concordances : « El rey non apriva a los o (...)

45La fiction du Calila pose très directement la question de l’accès à la privanza au travers du verbe aprivar, seulement employé dans cette œuvre180. Quinze cooccurrences sont à signaler pour ce pivot (schéma 5), toutes sont des nœuds à haute fréquentation, leur intégration étant variable. Le schéma permet de reconnaître assez aisément le rôle exclusif que tient la trame narrative de l’histoire des loups-cerviers au sein du Calila (Digna, Sençeba, buey [« bœuf »], león [« lion »], Calila). Outre dignidad (« dignité ») et honra (« honneur »), déjà vus, le terme compañía (« compagnie ») confirme bien l’enjeu de la proximité dans cette fiction. Toutefois, dans la compagnie du roi lion, ce qui fait la dignité et l’honneur plus particulier du bœuf Sençeba est de pouvoir se retirer (apartarse) avec le roi, en somme sa prérogative d’aparté. Ainsi, apartarse, fonctionne-t-il comme un synonyme d’aprivar, cette synonymie indiquant à quel point le rapprochement suppose la séparation (apartar), mais d’avec les autres, c’est-à-dire leur exclusion.

  • 181 Notamment Foronda, 2004a, pp. 160-162 à propos du Calila.

46Nous avons déjà évoqué ce verbe à propos des logiques de spatialisation et j’ai souligné l’importance de ce mode de communication qu’est l’aparté dans la conception et la pratique de la privauté181. En lien avec cette idée conjointe de rapprochement et de séparation que véhicule l’aparté, insistons plutôt sur la tension que fait apparaître au sein du schéma le terme vasallo (« vassal »). Sa présence était attendue. Digna et Calila sont des vassaux du roi, préposés à sa porte au départ de l’histoire, et celle-ci s’amorce du fait de l’ambition de Digna de vouloir intégrer la compagnie du roi, contre les avertissements de son frère Calila. Mais les relations entre vasallo d’une part et, d’autre part, compañía, honra, pro (« bien, bienfait »), apartar(se) et dignidad, disent aussi pour le vassal la possibilité de ne pas intégrer la compagnie et d’être ainsi exclu du système de la faveur qui, au sein de cette compagnie, débouche sur la sublimation que marque dignidad, alors même que la relation entre vasallo et honrar pose pour le vassal un certain droit de participation à cette proximité profitable.

  • 182 Mencé-Caster, 2002.
  • 183 Moucannas Mazen, 2002.
  • 184 Je ne crois pas être passé à côté de dizaines d’emplois du terme au cours du relevé des occurrence (...)

47Le réseau des cooccurrences laisse entendre quelle est la principale rivalité à laquelle doit faire face le vassal. Outre vasallo, un deuxième nom commun indique en effet un statut. Il s’agit de filósofo. Le terme renvoie certes au cœur même de la structure narrative : la conversation entre le prince et le philosophe, celui-ci lui racontant en aparté des histoires de rois minuscules pour mieux assurer sa transmutation princière182. Aussi, le vasallo est-il d’une certaine manière la créature du filósofo. N’oublions cependant pas que, du simple fait d’une traduction assez littérale, le Calila actualise en définitive la revendication du rôle des scribes auprès du calife qu’Ibn al-Muqaffa’ avait inscrite dans le Kalila (arabe)183. Dès lors, la présence simultanée de vasallo et de filósofo renferme une question tout aussi brûlante dans la Castille du début des années 1250, qui est de savoir qui, du vassal ou du philosophe, obtiendra de ce prince en attente d’être roi — Alphonse n’est encore qu’héritier du trône quand il promeut la traduction du recueil — une prérogative d’aparté ? Or, si filósofo est en relation avec le besoin (menester), le règne (regnado) l’est pour sa part avec vasallo. Comment ne pas penser à ce stade au formidable échec rencontré par le néologisme aprivar (seulement huit emplois !, et tous dans le Calila !) ? On pourrait spéculer longuement sur les raisons de cet échec184. Reste cependant une question dont pourrait nous détourner une approche seulement sémantique du problème. L’échec d’aprivar pourrait-il avoir signé au fond l’impossibilité du roi à imposer sa préférence, et, plus encore, l’idée même de son droit à choisir ses privados ?

L’ami (ou l’ennemi), le compagnon et le conseiller

  • 185 Absent de ce réseau de cooccurrents, le terme castrado (« eunuque ») également lié à l’histoire ba (...)
  • 186 Foronda, 2007c et 2013a.

48Venons-en enfin au terme privado (schéma 6). Le schéma fait apparaître seize cooccurrences autour du pivot. L’observation force un premier constat. Le vocabulaire est ici complètement renouvelé par rapport aux schémas antérieurs, preuve de l’autonomie de fonctionnement de privado par rapport à privanza, ou l’inverse. Onze de ces cooccurrences sont des nœuds à haute fréquentation et cinq à plus faible fréquentation. Les noms communs précisent nettement l’identité du (des) privado(s). Il est l’ami (amigo), le compagnon (compañero) et le conseiller (consejero), celui à qui le prince confie ses affaires (cosa), ce qui l’amène à prendre auprès de lui la place autrefois réservée aux devins (adevino) de l’antique Babylone185. Remarquons toutefois que si la place de l’amitié est bien marquée dans l’identité du privado, le terme ennemi (enemigo) ne se contente pas de désigner une autre personne, contre laquelle le privado se doit d’agir, et agir de façon définitive comme le laisse entendre la proximité des termes enemigo et matar (« tuer ») — étant donné mes observations préalables sur la peur du roi, on me permettra de souligner ici la relation entre ce verbe et effrayer (espantar) dans le schéma de cooccurrence des seuls verbes liés à privado (schéma 3a)186. Enemigo dit aussi quel risque représente pour le prince ce même privado en cas de choix erroné.

  • 187 Ce domaine de la communication est particulièrement représenté dans les cooccurrences des seuls ve (...)

49En somme, si le privado est d’abord l’ami, il peut devenir un ennemi, cette réversibilité étant un efficace moteur narratif des histoires et un fort sujet de préoccupation de la littérature doctrinale, en particulier des Castigos de Sanche IV à la fin de la période. Remarquons aussi que le schéma des cooccurrences des seuls substantifs liés à privado fait apparaître deux sentiments tout à fait opposés, l’allégresse (alegría) et la colère (ira). Nous y reviendrons. Toujours pour les nœuds à haute fréquentation, les verbes conduisent à envisager pour le privado qui est (ser, nœud secondaire) l’ami, le compagnon et le conseiller un rôle déterminant dans la communication (llamar)187, principalement en raison de sa faculté à percevoir les choses (ver, oír), ou encore à les savoir (saber), cette connaissance l’habilitant pour être, en plus de l’ami, du compagnon et du conseiller, un mandaté ou un exécutant (mandadero).

  • 188 Signalons cependant une autre mention de privado, mais au féminin, à propos de la chambrière de la (...)
  • 189 Ibid., II, ix, 5.
  • 190 La référence à Sénèque dans la deuxième des Partidas est relativement rare comparée aux mentions r (...)
  • 191 Le premier personnage auprès d’Alphonse X auquel sa chronique attribue la condition de privado, so (...)
  • 192 Sur la base probablement du traité Secreto de los secretos, chap. xxx, p. 94 : « Non fagas alguna (...)

50Si la netteté des orientations indiquées par le schéma rend inutiles à mon sens davantage de commentaires, il faut souligner en revanche à quel point le seul emploi de privado dans les Siete Partidas est fidèle à ce qui vient d’être mis ici en évidence188. Cet emploi se situe dans les dispositions déjà rapportées sur les officiers du roi, en lien avec la figure du conseiller, troisième des officiers, après le chapelain et le chancelier, attachés au secret (poridad) au sein du service du dedans189. Pour modeler la figure de cet officier, le législateur en appelle d’abord à Sénèque190, et en retient que le roi doit réfléchir à ses actions, prendre conseil avant d’agir auprès d’hommes qui doivent être ses amis d’abord, sensés ensuite. Les qualités requises par Sénèque visent à protéger le roi d’un conseil mauvais et déloyal, par là des hommes qui, ne l’aimant pas, peuvent le conduire sur la voie du désastre. L’avertissement de Sénèque est relayé ensuite par les proverbes salomoniques qui réitèrent d’abord la mise en garde, car il n’y a pas plus mauvaise fortune que d’avoir pour conseiller son ennemi. C’est à cette occasion qu’apparaît le terme privado, comme synonyme de conseiller (« por privado o por consejero »). Mais le prince ne peut pas seulement se satisfaire de l’amitié de son conseiller, il lui faut aussi juger de son entendement s’il veut en obtenir le meilleur conseil et s’assurer qu’il sache taire ce qu’il lui dit. Après Sénèque et Salomon, Alphonse X en vient aux enseignements d’Aristote à Alexandre, ainsi qu’aux facultés de l’âme sensitive pour attribuer au conseiller les capacités perceptives et expressives de l’œil, qui voit de loin, distingue et reconnaît les choses, qui pleure les peines et rit les joies191, qui se ferme lorsqu’il sent qu’on veut l’atteindre et toucher ce qu’il renferme. Comme un œil donc, les conseillers doivent savoir jeter la vue sur les choses192, les examiner de loin pour ne pas errer dans le mauvais conseil ; avoir en vue la bonne fortune de leur prince, s’en réjouir avec lui comme de bons amis, s’en plaindre aussi lorsqu’elle se fait mauvaise ; ils doivent encore se rétracter, rentrer en dedans d’eux-mêmes pour que personne ne puisse savoir, par eux, les secrets du roi. Autrement dit, les conseillers doivent avoir de la vue, de l’entendement et du sentiment, et être des tombes pour ne jamais rien révéler de ce qu’ils savent.

Préséance du privado ou conseiller

  • 193 L’inclusion des riches hommes dans cette liste d’officiers appelle une explication contradictoire. (...)
  • 194 En réalité, c’est surtout le mariage qu’Alphonse X s’attache à réguler, en tant qu’il en fait un d (...)
  • 195 Sur l’amitié dans la réflexion alphonsine, voir Heusch, 1998.
  • 196 Las Siete Partidas, IV, xxvii, prologue.
  • 197 Ibid., IV, xxvii, 4. Ces distinctions reprennent celles établies dans l’Éthique à Nicomaque. Sur l (...)

51Forts de l’amitié du prince, après le chapelain et le chancelier, les privados ou conseillers prennent le pas sur les riches hommes dans l’ordre des officiers du secret, et du dedans donc193. Cette préséance paraît conforme à la hiérarchisation du lien social posée dans la quatrième des Partidas. Après les lois portant sur la familia194, le législateur envisage en effet une hiérarchie ascendante qui place l’amitié au-dessus des liens de la parenté et de l’alliance, du service et de la dépendance, de la naturalité et de la vassalité195. Au sommet d’une construction sociale fondée sur le lien supérieur de l’amour, l’amitié relève de l’amour ferme et véritable196. Là encore, la réflexion alphonsine puise largement aux réflexions aristotéliciennes, notamment quand il reprend les distinctions entre les amitiés fondées sur l’utilité, sur le plaisir ou sur le bien197. Toutefois, la préséance accordée aux privados ou conseillers est loin de se traduire par leur domination sociale. Celle-ci n’est encore qu’une possibilité à en juger par la récompense qu’ils peuvent obtenir s’ils satisfont aux exigences du prince. Dans ce cas, ils méritent en effet son amour et sa confiance, sa faveur également parce que le prince doit savoir s’en faire aimer davantage, cultiver chez eux le goût du meilleur conseil en les gratifiant (« fazerles algo »). Bien entendu, la menace de sanction accompagne la promesse de récompense. Elle incite les conseillers à toujours bien œuvrer, à se garder des risques auxquels ils s’exposent en agissant à l’inverse.

  • 198 Pour une mise au point sur la question de la rémunération des officiers en Castille à la fin du Mo (...)
  • 199 Sont concernés le chapelain (Las Siete Partidas, II, ix, 3), le chancelier (ibid., II, ix, 4), les (...)
  • 200 Ce sont ici les chambriers (ibid., II, ix, 12), les fourriers (ibid., II, ix, 15), les sergents (i (...)
  • 201 Outre les privados ou conseillers, sont concernés cette fois les notaires (ibid., II, ix, 7), les (...)
  • 202 Rappelons que le législateur distingue pour l’empereur un double pouvoir, de droit et de fait, le (...)
  • 203 Cette technicité dépend, bien entendu, de la nature de l’office : ainsi le chancelier doit-il savo (...)

52Toutefois, leur accès au régime de récompense qui transparaît des dispositions sur les officiers tend à se faire par la petite porte198. Car ce régime paraît distinguer deux niveaux, sans correspondance exacte toutefois avec la distinction du dedans et du dehors. Le redoublement terminologique pour indiquer la récompense profile en effet un niveau supérieur, avec des récompenses majeures199 (bienfait et honneur, « bien e onrra » ou « onrra e bien ») et mineures (bienfait et grâce, « bien e merçed »)200. À la place du doublon terminologique, l’indication d’une gratification plus imprécise (« fazer bien » ou « fazerles algo ») dessine pour sa part un niveau inférieur, et c’est à ce niveau de récompense auquel ont accès les privados ou conseillers201. Remarquons que la formule employée (« fazerles algo ») tend plus particulièrement à lier conseillers et notaires dans ce régime. Certes, ce lien peut être accidentel, mais il peut aussi ne pas l’être, et indiquer dès lors pour ces hommes une commune position d’experts ou de spécialistes, du conseil pour les uns (de la parole au roi…) et de l’acte pour les autres202, et pour tous en somme d’un gouvernement plus complexe, voire techniciste203.

  • 204 Sur cette capacité et ces exigences, García Marín, 1987, pp. 178-224.
  • 205 Las Siete Partidas, II, ix, 2.
  • 206 Vázquez Campos, 2014-2015.
  • 207 García Marín, 1987, pp. 196-204.
  • 208 Las Siete Partidas, II, ix, 2.
  • 209 Ce « buen lugar » est à envisager tel un « solar », qui indique à la fois la demeure et le lignage (...)

53En indiquant pour chaque office la possibilité de la récompense, les Partidas établissent donc le cadre d’une rétribution du service princier. Et si cette rétribution reste essentiellement de type financier, matériel et foncier, voire territorial, son expression (« bien », « algo », « merced », « onrra ») ébauche une échelle de distinction que l’officier est susceptible de parcourir en fonction de sa « bondat », c’est-à-dire de sa capacité à exercer son office et à satisfaire aux exigences du prince204. Dans cette situation se trouvent plus particulièrement les hommes qu’Alphonse recrute pour qu’ils assurent son service quotidien, des hommes moyens (« omnes medianos ») plutôt que des hommes trop pauvres, trop vils, trop nobles ou encore trop puissants. Ils doivent venir en outre d’un bon lieu (« buen lugar »), êtres loyaux (« leales »), dotés d’un bon jugement (« buen seso ») et posséder déjà quelque fortune (« que ayan algo »)205. Hormis le cas de quelques grands offices, réservés aux membres de l’aristocratie206, le service au prince s’ouvre ainsi essentiellement à une noblesse inférieure ou pouvant être obtenue207. Car des quatre conditions requises, Alphonse X souligne que deux seulement sont indispensables, l’entendement et la loyauté208, le roi pouvant toujours suppléer à l’absence des deux autres par la rétribution qu’il accorde à ceux qu’il sait être de bons officiers. Par là, l’officier se voit détourné de la cupidité, et peut-être pourra-t-il encore se voir octroyer cette vergogne qui paraît liée au lieu d’origine à la façon d’une racine d’honneur (« buen lugar »)209. La possibilité d’une ascension sociale s’ouvre ainsi au bon officier, et pour le privado ou conseiller, cet homme qui ajoute à son idonéité le fait de savoir être aussi l’ami du prince, ou encore le sentiment à l’entendement, c’est là l’éventualité d’une meilleure adéquation entre sa fonction et son statut.

  • 210 Las Siete Partidas, II, xix, 3.
  • 211 C’est d’ailleurs à propos des clercs qu’intervient la deuxième mention de privanza dans les Siete (...)

54Comme en écho à l’éventualité d’une promotion sociale du privado ou conseiller, la privanza, dont aucune définition n’est donnée dans les Partidas, se voit pourtant placée dans un certain ordre social dans ce même code. Cette inscription se fait de manière incidente, lorsque la loi évoque les soulèvements armés et la mobilisation que requiert alors la défense du royaume et du roi, dont il est précisé qu’ils sont comme l’âme et le corps d’une seule et même personne210. Or, nul ne peut se soustraire dans ce cas à l’obligation de rejoindre l’ost royal. Et pour mieux souligner le caractère général de cette obligation, la loi rapporte que les anciens n’admettaient aucune dispense, pas même l’honneur du lignage, la privanza du roi, le privilège ou encore l’appartenance à un ordre, sauf pour ceux que cette condition oblige à rester cloîtrés ou à dire les heures211. Dans cette liste des dispenses, la privanza, au sens d’une proximité dignifiée et dignifiante, talonne en définitive l’hérédité. Si le législateur se montre donc réservé à l’heure d’établir une définition de la privanza, la position qu’il lui attribue ici pourrait éventer son ambition intime.

Une fouille à reprendre

  • 212 Foronda, 2007d.
  • 213 Iglesias Ferreirós, 1971a.
  • 214 Bermejo Cabrero, 1975 ; Vallejo, 1994.
  • 215 Ordenamiento de Alcalá, 28, 1.
  • 216 Foronda, 2018a.
  • 217 Gómez Redondo, Lucía Megías, 2002.
  • 218 Outre la copie conservée aux archives municipales de Guadalajara, qui est celle par laquelle cette (...)
  • 219 J’avais signalé ce jeu de reprises à propos de certaines images liées à la privauté dans la littér (...)

55Cela a-t-il un sens, après ce déploiement de moyens, de discuter ainsi de quelques hapax ? Les Siete Partidas pèsent peu en effet dans le relevé des emplois. Leur non-promulgation en fait en outre une loi morte. Encore que les choses ne sont pas aussi simples de ce point de vue. La résistance de la société politique castillane a certes raison de l’ambition législative alphonsine. Toutefois, cette même société s’accorde aux Cortes de Zamora en 1274 pour assurer au prince une position de repli porteuse d’une autre figure de souveraineté, celle du roi juge plutôt que celle du roi législateur212, au travers de la définition des cas royaux, fondement de sa majorité de justice (mayoría de justicia)213. Ce principe de supériorité judiciaire se trouve consacré par l’Ordenamiento de Alcalá en 1348214, dont un des articles donne force de loi aux Siete Partidas, comme droit supplétoire, après cette même ordonnance et les fueros215. Cette promulgation différée et la perspective d’application du code imposent dans ce même article la mise en ordre textuelle et codicologique des Partidas, laquelle ne s’imposait sans doute pas seulement en raison d’une application à venir, mais sans doute aussi d’une application déjà engagée, à partir de versions en circulation et requérant dès lors un contrôle de conformité216. Aussi faudrait-il pondérer le relevé des emplois par le nombre de manuscrits conservés des œuvres. La synonymie entre conseiller et privado dont rend compte la deuxième des Partidas est ainsi relayée par une vingtaine de manuscrits au Moyen Âge217, tandis que les nombreux emplois de privado dans le Calila e Dimna ne le sont finalement que par trois manuscrits. Une telle pondération obligerait à donner plus d’importance à cet autre hapax que constitue l’emploi du terme privado aux Cortes de Valladolid de 1295. Car ses actes furent diffusés au moyen d’un privilège dont neuf copies subsistent aujourd’hui dans les archives municipales218. La pondération, pour être tout à fait juste, devrait aussi prendre en compte les citations des œuvres signalées dans le relevé des emplois, dans des œuvres ultérieures219… À quand un programme de reconnaissance de plagiat pour ces œuvres médiévales si enclines au remploi ?

56L’indication d’une indispensable pondération des résultats m’amène à la question des biais dont souffre cette étude. Un de ces biais est plus particulièrement gênant. La démarche suivie a consisté à coupler ici deux démarches différentes, une démarche disons lexicographique au départ, et une démarche plus lexicologique ensuite. Il faudrait en fait inverser cette approche et donc reprendre cette étude. L’irruption dans la réflexion du sens charge et dignité pour privanza montre bien que les distinctions de sens des lexicographes ne sont pas toujours exhaustives et opèrent une désambiguïsation qui fossilise un jeu des acceptions en définitive très ouvert. C’est donc perdre une bonne part de ce jeu que d’exclure d’emblée les mentions relevant des deux premières acceptions dans l’analyse des chemins des cooccurrences. J’ose espérer que d’autres auront à cœur de reprendre cette analyse en procédant à une analyse lexicale des mentions de l’ensemble des acceptions d’(a)priu/v/a*. Ce serait là un moyen de départager à nouveaux frais des sens, mais peut-être surtout de préciser les contours du laboratoire lexical qui les a vus, à un moment, se confondre, cohabiter puis s’autonomiser. Peut-être pourra-t-on ainsi, par exemple, à propos de l’acception privado/vite, vérifier si son chemin remonte bien à ce même laboratoire, ou s’il faut l’en détacher complètement, en raison d’une simple homographie.

  • 220 Pour une comparaison, la recherche des mentions du termes amigo dans le CORDE produit un résultat (...)

57Pour être tout à fait juste cependant, le récit proposé dans ce rapport de fouille tend à exagérer la succession des démarches que j’appelle à inverser. Il faudrait pouvoir publier en marge un journal de bord, lequel permettrait de suivre la chronologie du comptage, des premiers tests au moyen de l’analyse factorielle, puis des calculs de cooccurrences, des choix réalisés afin d’obtenir des résultats plus « parlants », des corrections et des renoncements, jusqu’à celui qui consiste à éliminer de l’analyse lexicologique les mentions correspondantes aux deux premières acceptions signalées. Ce journal donnerait une vision de la démarche plus chargée de simultanéités et d’allers-retours, mais risquerait de rendre le cheminement quelque peu incompréhensible pour le lecteur ainsi plongé dans la fabrique artisanale de l’histoire. En lien avec cette question de l’écriture de l’histoire telle qu’elle se construit, un écueil davantage qu’un biais, est aussi à souligner. Il s’agit de l’interprétation des chemins de cooccurrences. La volonté de donner à lire un texte abordable peut donner l’impression d’une lecture trop directe de ces chemins, voire qu’ils forment un nouveau texte, alors que leur fonction est d’inciter à un retour au texte. Il faudrait lire et pouvoir, en même temps, cliquer sur ces chemins, afin de voir ainsi la force des liens, le nombre des occurrences et localiser les mentions. Un genre d’écriture reste à inventer qui ne surcharge pas la page de notes et de renvois, et je ne suis pas certain d’y être parvenu tout à fait. En outre, s’agissant pour moi d’un énième retour aux sources, il m’arrive d’oublier que les textes en question peuvent être parfaitement inconnus pour d’autres. Et, si dans ce nouveau retour, de nouvelles pistes étaient espérées, j’y cherchais aussi, mais surtout, la confirmation de celles avancées dans de précédents travaux, la façon de les indiquer autrement, de manière plus synthétique et visuelle. En ce sens, deux points me semblent ici essentiels : le lien entre privauté et amitié et la possibilité d’aller en direction d’une interprétation organique ou systémique de cette relation de proximité. Le chemin s’avère cependant étroit car force est de rappeler que 347 mentions du vocabulaire spécifique de la privauté au xiiie siècle n’en font guère un évènement majeur220. Mais dans ce fait lexical, qui n’est qu’une part de l’expression de cette relation, l’empreinte royale est si forte qu’il paraît hasardeux de ne pas y reconnaître l’indication d’un choix.

58Pour tenter de déterminer le sens de ce choix, à partir du corpus analysé, je me suis livré à des analyses partielles, de type factoriel ou à des calculs de cooccurrences, par genres, par œuvres ou en ne retenant que le vocabulaire désignant les personnes, leurs statuts, leurs liens de parenté, de dépendance ou relationnels. Ces essais n’ont guère donné de résultats concluants et ne méritent donc pas d’être rapportés ici. Pouvait-il en être autrement ? Je pourrais ici avancer quelques raisons techniques, telles qu’un corpus certes conséquent mais insuffisant pour mener à bien des analyses partielles, ou encore la diversité de la nature textuelle des textes envisagés. Mais la clé du caractère non concluant des résultats obtenus me paraît être moins de nature technique qu’historique. Le sens pratique, stratégique ou politique de la privauté n’émerge qu’à partir de la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle. Pour le voir éventuellement apparaître dans un schéma factoriel ou un schéma de cooccurrences, il faudrait donc poursuivre l’enquête, idéalement jusqu’au terme de la chronologie envisagée dans cet ouvrage. Dans l’attente, retenons simplement qu’à défaut d’être parvenu à établir un nouveau régime de proximité royale et d’assistance gouvernementale susceptible d’épauler le rehaussement souverain de son pouvoir, Alphonse X posa au moins une certaine idée de la privauté, laquelle conjuguait amitié et conseil.

Privauté et vérité

  • 221 Las Siete Partidas, VII, ii, 1.
  • 222 Pour rappel, sur la Castille simplement : Iglesias Ferreirós, 1971. La question a été réenvisagée (...)
  • 223 Pocquet du Haut Jussé, 1961 ; Foronda, 2015a.
  • 224 Le caractère tragique de la condition des privados est d’ailleurs fortement rappelé dans le Libro (...)

59On pourrait bien entendu conjecturer que cette idée de privauté prenait acte de la crise de l’amitié vassalique. La privauté serait ainsi, sur le plan de la pratique gouvernementale, une réaction à l’infidélité, laquelle se voit rapprochée de la trahison sur le plan juridique, et celle-ci de la lèse-majesté sous Alphonse X221. Trahison et privauté relèveraient ainsi d’un même trend222, qu’un spécialiste d’un règne français plus tardif n’hésiterait pas à résumer au moyen d’une formule choc destinée à faire sentir quelle évolution commence alors à affecter le lien politique : la sujétion éclipse la vassalité223. Toutefois, la privauté peut être interprétée tant comme une réaction que comme un adjuvant, et j’ai indiqué au début de cette première partie l’indifférence première des parents et riches hommes à ce qui peut nous apparaître avec plus de recul comme la solution de leur remplacement gouvernemental auprès du roi. Il paraît dès lors délicat d’attribuer à leur résistance le manque de concrétisation de l’idée alphonsine de privauté. Ce que nous avons vu de la production doctrinale, législative ou encore historiographique du règne d’Alphonse X en matière de privauté pointe un autre élément d’explication, qui tient plus simplement au caractère fluctuant de l’idée que le roi et ses rédacteurs se faisaient de ce lien et de ce que devait être en conséquence un régime idéal de proximité. En cela, ils furent peut-être eux aussi les victimes d’effets de sources, certaines invitant un prince volontiers tyran à perdre en fureur et à gagner en sagesse en cultivant l’amitié de privados pleins de sapience, et d’autres l’exhortant à éviter une familiarité dont il ne pouvait guère attendre que le mépris de son autorité. À ma connaissance, aucune synthèse sur la privauté ou la compagnie royale ne fut jamais produite du temps d’Alphonse X, laquelle permettrait de juger d’une éventuelle tentative pour résoudre ces contradictions et établir ainsi une solution d’affermissement d’un lien que les sources obligent à considérer comme fragile et instable, souvent tragique pour des privados condamnés à supporter des rois minuscules224, et parfois risqué pour un prince que des privados mal choisis pousseraient à dévaler la pente de la tyrannie plutôt qu’à monter la côte de sa royauté.

  • 225 En particulier la question de la sapiencia de faciona (« physiognomonie »), qui permet à Aristote (...)
  • 226 Cette voie est dans l’air du temps à en juger par le cours que prend à cette période la réflexion (...)
  • 227 Pour une vision plus détaillée de cette spéculation doctrinale, dont je me contente de résumer l’e (...)

60Sans revenir à présent sur ma précédente approche plus qualitative de la matière éparse que propose sur la privauté le corpus doctrinal alphonsin, en particulier le corpus doctrinal, dont certains aspects ont fait l’objet de nouveaux développements225, indiquons toutefois qu’une voie d’affermissement se dessine bel et bien, via la vérité, celle de l’amitié et celle du conseil226, laquelle fait l’objet d’une intense spéculation doctrinale après le règne d’Alphonse X227. Dans le corpus, les Castigos de Sanche IV constituent un premier jalon, que relaient ensuite des œuvres telles que le Libro del consejo e de los consejeros, le Speculum regum de Álvaro Pais, ou encore la reprise du Comuniloquium de Jean de Galles dans la glose de la traduction castillane du De regimine principum. À la spéculation doctrinale ne manque pas de faire écho une fiction chevaleresque empreinte de considérations satientiales (Libro del caballero Zifar, ou encore les contes du Libro del conde Lucanor). Le résultat de cet investissement est la construction d’un système de prévention, certes tout théorique, qui fait de l’épreuve d’amitié le moyen le plus sûr d’identifier le bon privado ou l’ami véritable. La logique pédagogique du genre a cependant pour défaut principal d’user du négatif pour établir le positif. Destinée à permettre au prince de faire le bon choix, la spéculation doctrinale tend en conséquence à peupler sa proximité de mauvais hommes et de flatteurs. La quête de la vérité comme moyen d’assurer la conjugaison idéale entre amitié et conseil pose ainsi certaines thématiques de la dénonciation de la privauté, et les bases de la transformation de celles-ci en stéréotypes de la diffamation politique, en particulier dans les chroniques du xive siècle.

  • 228 Castigos, chap. xxxv, pp. 256-264.
  • 229 Libro del caballero Zifar, pp. 64-70 ; Juan Manuel, Libro del conde Lucanor, pp. 864-868.
  • 230 Castigos, pp. 59-60, et chap. xxxv, note 16, pp. 257-259.
  • 231 Ibid., chap. xxxiii, pp. 245-249. Ce chapitre sur la noblesse de la vérité est de fait suivi par u (...)
  • 232 Ibid., pp. 59-60 et chap. xxxiii, note 15, pp. 245-247.
  • 233 « E commo quier que a todos feziesse mucha merçet en espeçial la fizo a aquel que dico la uerdat, (...)

61Dans mon premier abordage de l’épreuve d’amitié, ou de vérité, j’avais surtout insisté sur l’usage qui était fait dans les Castigos de l’exemple de l’ami véritable, plutôt même du demi-ami, tiré de la Disciplina clericalis de Pierre Alphonse228. Car ses reprises et variations, dans le Libro del caballero Zifar et dans le livre El conde Lucanor de don Juan Manuel229, ou encore sa refonte dans les Castigos autour de 1353230, me permettait ainsi de souligner l’actualité du système de prévention sanchiste durant toute la première moitié du xive siècle, ainsi qu’une certaine convergence de vues entre le roi et l’aristocratie sur des privados dont tous avaient été amenés en définitive à douter de la fidélité. Reste que l’idée sanchiste de l’épreuve d’amitié trouve son véritable point de départ dans un chapitre précédent des Castigos231, lui aussi refondu en 1353232, qui revient à poser la vérité au principe même du système de recommandations préventives ou défiantes que met en œuvre le traité. Dans la version de 1293 comme dans celle de 1353, ce principe fondateur émerge au moyen d’un concours organisé pendant le sommeil de Zorobabel, lequel a pour objet de déterminer qui ou quoi, du roi, du vin, des femmes ou de la vérité est chose la plus puissante. Si quatre concubines participent au concours dans la première version, elles sont remplacées par quatre pages ou gardes dans la seconde. À son réveil, Zorobabel prend connaissance des différentes thèses et accorde la victoire à la concubine ou au garde ayant soutenu celle de la vérité. Leur prix dans les deux cas est une assignation statutaire dont la portée diffère cependant d’une version à l’autre. Tandis que la concubine obtient de tenir la première place dans la privanza de Zorobabel, celle-ci devant être entendue comme un échange intime, le page ou le garde obtient lui une récompense plus gouvernementale. Zorobabel lui accorde en effet tout son pouvoir et de régir son royaume233. En somme, Zorobabel en fait un alter rex et, après l’avoir fait, sans doute se rendormira-t-il dans sa royauté, ainsi assurée de rester éveillée dans la vérité.

  • 234 Esdras A’, chap. iii et iv (traduction, Canessa, 1997, t. I, pp. 86-90). Celle de la General Estor (...)
  • 235 Zimmerman, 1964 ; Hilhorst, 1982.
  • 236 Canessa, 1996.

62Les Castigos signalent comme source un livre d’Esdras. Il s’agit du livre apocryphe d’Esdras qui présente une Septante originale, en raison précisément de l’inclusion du récit de ce concours234. Les versions des Castigos s’avèrent cependant peu canoniques par rapport à cette source, où le vainqueur se voit notamment accorder une préséance courtisane marquée par le port d’un habit de pourpre, l’emploi de l’or pour sa coupe, son lit et son attelage ou encore l’octroi du titre de parent du roi235. Dans cette version en outre, c’est Darius et non pas Zorobabel qui tranche le concours entre ses trois gardes du corps (et non pas quatre), et ce concours est organisé au cours d’une célébration qui peut correspondre aux fêtes de nouvel an ou bien au banquet pour l’anniversaire du roi, mais une célébration liée en tout cas à des rituels de rénovation du pouvoir. Le vainqueur, qui triche un peu en traitant de deux sujets à la fois (les femmes et la vérité), n’est autre que Zorobabel, que Darius récompense, en plus des honneurs qu’il lui fait, en l’autorisant, conformément à sa requête, à reconstruire le temple de Jérusalem. C’est là une haggada liée à la tradition populaire du misdrach, qui réélabore un récit de propagande achéménide lui-même inspiré d’un mythe indo-iranien de refondation cosmique de la royauté236. Nous voici donc revenus aux origines mêmes de cette inspiration orientale qui fait toute l’originalité de la littérature doctrinale castillane par rapport aux miroirs aux princes du reste de l’Occident. En tirant ce récit primordial maintes fois réélaboré en direction d’une nette articulation entre souveraineté et privanza, force est de se demander si la version qu’en donne la réélaboration de 1353 des Castigos n’invente pas ainsi le récit fondateur d’une privanza gouvernementale.

  • 237 Ost, 2004, pp. 18-19 en particulier.
  • 238 Bizzarri, 2002 (hypothèse de production du manuscrit entre 1420 et 1430) ; Haro Cortès, 2014 (hypo (...)
  • 239 BNE, Ms. 3995, fos 17vo, 18ro-vo et 23vo ; Haro Cortés, 2014, pp. 82-98. La miniature du roi couch (...)
  • 240 Castigos, chap. xi, pp. 142-143 ; chap. xiv, dans le Ms. 3995, fo 23vo pour la miniature ; Haro Co (...)
  • 241 Castigos, chap. x et xii, pp. 130-141 et 152-159.
  • 242 Exode, 27, 9-19 ; 36, 8-38 ; 38, 9-20 et 40, 1-38.
  • 243 Foronda, inédit 2, t. I, pp. 135-146
  • 244 Foronda, 2007d.

63Comme signalé par François Ost, la remémoration des récits fondateurs vise à entretenir l’institué237. Une remémoration du récit du concours des gardes du corps tel que réélaboré en 1353 se joue autour des années 1420, dans un manuscrit peut-être destiné à un Jean II de Castille encore mineur ou tout juste majeur, dont l’originalité tient à un programme iconographique de vingt-trois miniatures (BNE, Ms. 3995)238. Dans ce programme, l’une des miniatures s’attache à illustrer le concours des gardes du corps, au travers de la figuration d’un roi couché, dont le lit est surveillé par quatre pages ou gardes (fig. 1). Si le roi est couché, il est néanmoins couronné et sa couche se rapproche d’un imposant lit d’apparat. L’analyse la plus récente de ce programme iconographique exclut à tort me semble-t-il cette représentation de la série de miniatures axée sur l’imago maiestatis239. Celles-ci travaillent il est vrai la représentation plus attendue du rex sedens in solio, et l’une d’entre elles est liée en outre à la vision que Sanche IV dit avoir eue dans ses Castigos, d’un roi en majesté, entouré de douze conseillers et disposé à tenir une audience de justice (fig. 2)240. Nous reviendrons plus longuement sur cette vision dans le chapitre suivant. Retenons simplement deux aspects pour le moment. Cette vision prend place entre l’évocation des obligations des vassaux envers leur seigneur et l’inclination au pardon que doit cultiver un roi de justice241. Par ailleurs, cette vision et ses sources textuelles, en particulier les instructions données à Moïse pour lever la Tente de la rencontre et faire confectionner le vêtement sacerdotal de son frère Aaron242, m’avaient amené à poser l’hypothèse d’une actualisation de l’idée alphonsine de royauté sous Sanche IV en direction d’une monarchie sacerdotale243, qui trouve finalement dans la figure du roi-juge une meilleure image de publicité que dans celle du roi-législateur244.

  • 245 Par exemple BL, Add. 11695, fo 239ro ; BNE, Ms. Vitr. 14/2, fo 286ro ; BnF, Ms. lat. 8878, fo 234r(...)

64Toutes ces images ou figures relèvent de manière évidente de l’imago maiestatis. Cependant, celle du roi couché peut elle aussi renvoyer à une certaine image de la majesté, qui trouve son origine dans cette royauté inquiète de ses actes et de son devenir que transmet notamment le Livre de Daniel, au travers du rêve de Nabuchodonosor d’un colosse aux pieds d’argiles ou de l’angoisse éprouvée par Darius après qu’il a condamné Daniel. Dans les Beatus, qui transmettent le commentaire au Livre de Daniel de saint Jérôme, ces moments commandent une illustration qui est celle du roi couché précisément. L’une de ces figurations, celle de l’insomnie de Darius (6, 19-20), qu’accompagne la représentation de Daniel dans la fosse au lion, a pu inspirer le concepteur ou le peintre de la figuration du roi couché dans le manuscrit des Castigos245. Le dispositif iconographique est en effet comparable : un roi couché, avec des gardes du corps de part et d’autre de son lit, lesquels ne sont que deux cependant dans la figuration des Beatus (fig. 3).

Fig. 1. — Le concours des gardes du corps, Castigos del rey don Sancho, Madrid, BNE, Ms. 3995, fo 53ro.

Fig. 1. — Le concours des gardes du corps, Castigos del rey don Sancho, Madrid, BNE, Ms. 3995, fo 53ro.

© Biblioteca Nacional de España

Fig. 2. — Vision d’un roi de majesté, Castigos del rey don Sancho, Madrid, BNE, Ms. 3995, fo 23vo.

Fig. 2. — Vision d’un roi de majesté, Castigos del rey don Sancho, Madrid, BNE, Ms. 3995, fo 23vo.

© Biblioteca Nacional de España

Fig. 3. — L’insomnie angoissée de Darius, Beatus, 1047, Madrid, BNE, Ms. Vitr. 14/2, fo 286ro.

Fig. 3. — L’insomnie angoissée de Darius, Beatus, 1047, Madrid, BNE, Ms. Vitr. 14/2, fo 286ro.

© Biblioteca Nacional de España

  • 246 Ce thème du rex exsomnis accompagne la doctrine du prince comme lex animata (Kantorowicz, 1989, no (...)
  • 247 Ainsi Álvaro Pais attribue-t-il des nuits sans sommeil à Alphonse XI pour raison de son combat con (...)

65Un seul élément différencie réellement ces figurations et celle du roi couché dans les Castigos. Tandis que, dans cette dernière miniature, le roi dort, dans les autres, Darius est certes couché, mais reste éveillé comme le montre la position relevée de son corps ou celle de sa tête appuyée sur une main. Il est tel ce roi exsomnis ou vigilans dont la figure paraît s’attacher au renouveau de la doctrine du prince comme lex animata246, ou servir à la glorification de certaines attitudes de combat ou de défense de la foi247, mais que les psaumes obligent à ramener à la figure même de Dieu (« Il ne dort ni ne sommeille, Celui qui garde Israël », Psaumes 121, 4). Aussi, telle que rapportée dans la version de 1353, la désignation d’un privado au terme du concours des gardes du corps signale-t-elle peut-être le moyen d’atteindre cet idéal d’une royauté toujours alerte.

Privauté et amitiés

66L’endormissement de Zorobabel différencie également la version de 1353 par rapport à celle de 1293. Dans la première version, Zorobabel s’est bel et bien endormi pendant que les concubines veillent et engagent leur débat, qu’il leur demande de reprendre à son réveil. Dans la version de 1353, les gardes du corps pensent Zorobabel endormi alors qu’il ne l’est pas et écoute par conséquent leur débat à leur insu. Il fait mine ensuite de n’en rien savoir et écoute à nouveau ses gardes défendre leurs positions respectives. Le procédé ne doit pas étonner. Dans les traités, miroirs et autres collections sapientiales castillanes, nombreux sont en effet les exemples à mettre en œuvre la ruse ou la feinte. L’exemple de l’ami véritable dans les Castigos n’échappe d’ailleurs pas à cette règle, dont l’application, au travers de la simulation d’une situation d’urgence, permet ici d’éprouver les amis et d’identifier ainsi lequel l’est véritablement. La feinte ou la ruse de Zorobabel participe d’une même logique de dévoilement, qui concerne donc cette fois la vérité. En laissant parler ses gardes qui le pensent endormi, Zorobabel donne d’une certaine manière son assentiment à leur débat, qu’il sanctionne ensuite et récupère ainsi. Malgré cet assentiment et cette sanction, il n’en reste pas moins que Zorobabel n’a pas l’initiative de la compétition qui se joue autour de sa personne. Et si cette compétition n’est que de type oratoire au départ, le prix qu’il accorde ensuite au vainqueur, dont il fait un alter rex, le laisse sans pouvoir. Force est de se demander dès lors si cet exemple réélaboré en 1353, auquel une traduction iconographique est donnée autour de 1420, ne construit pas l’image même de la majesté en régime de privauté, d’une majesté gisante en définitive, dont le titulaire a pour vocation d’abandonner son pouvoir ou son gouvernement, à ceux qu’il choisit ou à ceux qui s’imposent à lui.

  • 248 Foronda, 2005
  • 249 Dans la lettre déjà évoquée (note 20) que le maitre de Calatrava adresse à un conseiller du roi d’ (...)

67Il est certes trop tôt dans cette réflexion à peine engagée pour envisager la pratique du séquestre royal248. Soulignons cependant deux moments essentiels de sa chronologie qui feront comprendre ce qui me pousse à poser l’hypothèse du roi gisant comme image de la majesté en régime de privauté : le coup de Toro en décembre 1354 et le coup de Tordesillas en juillet 1420, ce dernier étant marqué précisément par l’invasion nocturne de la chambre du roi. La miniature du roi gisant dans le manuscrit enluminé des Castigos fut-elle réalisée avant ou après cette irruption mémorable ? Fonctionne-t-elle comme l’illustration indirecte d’un coup d’État advenu ou bien l’expression du sentiment de sa menace ? Quoi qu’il en soit, la logique agonistique du concours des gardes du corps invite au moins à établir un parallèle avec ces « soulèvements armés » (asonadas) à l’origine de la pratique du séquestre royal. Les revendications exprimées lors de ces soulèvements s’enrichissent, au cours de la première moitié du xive siècle, de celle du renvoi et donc du remplacement des privados, à laquelle la réponse apportée consiste à réaffirmer, souvent bien vainement cependant, la pleine liberté du roi pour les choisir. Et à la base de ces soulèvements, aux revendications enrichies d’un sens gouvernemental, se trouvent des engagements jurés, dont la trace reste cependant surtout indirecte pour cette époque249.

  • 250 Quintanilla Raso, 1990, 2000 et 2007 ; Beceiro Pita, Córdoba de la Llave, 1990, pp. 307-324 ; Sánc (...)
  • 251 Mitre Fernández, 1968.
  • 252 Voir par exemple certains des actes rassemblés dans les collections diplomatiques de Sanche IV (Ga (...)
  • 253 RAH, Colección Salazar y Castro, Confederaciones, K-36, 9/661 (t. I : Confederaciones desde 1191) (...)
  • 254 Grassotti, 1969, t. I, pp. 216-260.
  • 255 Les cas rapportés sont tous extraits de la Historia compostelana. Il s’agit de l’amicitiae foedus (...)
  • 256 Grassotti, 1969, t. I, p. 247. La distinction d’un terrain diplomatique, donc « extérieur », reste (...)

68Le caractère plus direct et croissant de celle-ci à partir de la fin du xive siècle a conduit jusqu’à présent à faire de cette contractualité nobiliaire un trait marquant du xve siècle250. Il est vrai que cette pratique fait alors système, en se conjuguant à d’autres éléments définitoires de l’identité et de la puissance nobiliaires, comme une morsure seigneuriale toujours plus profonde, perpétuée par des fondations de majorat généreusement autorisées par le roi, la patrimonialisation des offices et la concession de titres251. Toutefois, ce type de contractualité faisait probablement déjà système bien avant, aux marges diagonales, horizontales et, partant, expansives de l’engagement vassalique, et sous de multiples formes : amitié (amistad, amistança), fraternité (hermandad), voisinage (vecindad), ligue (liga), confédération (confederación), unité (unidad), conformité (conformidad), composition (compositio), convenance (avenencia, convenencia), paix (paz), plaid (pleito), hommage (homenaje) posture (postura), sauvegarde (segurança), obligation (obligación)252… De manière fort significative, le point de départ de la compilation documentaire Confederaciones conservée à la Real Academia de la Historia, qui fut réalisée sous le contrôle de Luis de Salazar y Castro (1658-1734), se situe à la fin du xiie siècle253. Et sans doute faut-il avancer encore ce point de départ d’au moins un siècle. Car toutes ces formes variées d’engagement se trouvent vertébrées par une même formule juridique, celle du pleito-homenaje, qui fusionne le pactum/placitum et l’hominium, dont toute la force vient du fait qu’elle s’approprie des clauses pénales de ce dernier, soit les peines prévues en cas de trahison, cependant progressivement atténuées en un moindre valoir (menos valía) qui touche à l’honneur du contractant lorsqu’il se fait parjure254. Hilda Grassotti avait repéré son émergence au début du xiie siècle, autour de l’archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle Diego Gelmírez, dans une Galice rongée par les luttes de factions255, et avait souligné son « aberrante dégénérescence » à partir du xiiie siècle, en raison de la multiplication des engagements qu’elle porte, également sur le terrain diplomatique256.

  • 257 Prodi, 1992, pp. 161-225.
  • 258 Ibid., p. 161. Cette perspective archéologique fut l’objet d’une des séances du séminaire organisé (...)
  • 259 Sur les fraternités de villes, retenons pour le règne de Ferdinand IV et la première moitié du xiv(...)
  • 260 De Dios, 1982, pp. 40-53 et 116-120.
  • 261 Foronda, 2011b et 2015c.
  • 262 Prodi, 2002.
  • 263 Gauvard, 2007 ; Genet, 2007 ; Genet, Valdeón, 2007.

69Mais plutôt que le symptôme d’une dégénérescence, idée seulement acceptable depuis la perspective d’une supposée pureté initiale du lien vassalique, cette multiplication traduit la généralisation dans la société de la pratique du serment-contrat, qui fonde cette société giurata ou corporata dont Paolo Prodi a lié l’émergence à ce grand moment de différenciation des champs que représente la réforme grégorienne257. Et sans doute faudra-t-il encore poursuivre cette remontée pour achever de fixer l’archéologie du « continuum contractuel » ainsi formé en Castille également258. Quoi qu’il en soit, un saut se produit alors, comme le montre plus particulièrement cet important mouvement de fraternisation urbaine (hermandades), que ne doute pas d’instrumentaliser le pouvoir royal, afin de contrer des mouvements d’opposition aristocratique organisés sur des bases contractuelles de même nature259, avec le risque toutefois de se trouver à un moment contraint de répondre à l’exigence de participation gouvernementale qu’en vient aussi à formuler cette compagnie au départ plus rassurante. Ainsi, lors des Cortes de Cuéllar de 1297, ce sont finalement ces fraternités qui donnent aux douze hommes d’honneur du songe de majesté des Castigos leur premier profil, au travers des douze représentants qu’elles désignent pour demeurer auprès du jeune Ferdinand IV, le conseiller, l’assister dans l’administration de sa justice, veiller aux services financiers concédés par les Cortes et contrôler ainsi l’action de ses tuteurs260. L’exigence se fera itérative par la suite, mais elle est à n’en pas douter une preuve supplémentaire de l’élargissement en cours d’une société politique que la généralisation de la pratique du serment-contrat achève de fonder en la structurant comme telle261, et en l’articulant ainsi dans toute sa complexité d’identités groupales262, lesquelles ne sont pas tant produites par des procesus de sens descendant ou ascendant que dans l’interaction263, celle-là même que le fait contractuel rend désormais pleinement explicite.

  • 264 Sère, 2007, pp. 227-246 sur le lien entre la pensée sur l’amitié et les mouvements associatifs.

70En même temps qu’elle concourt à fonder politiquement la société, la généralisation du serment-contrat indique tant la complexité croissante que la fragilité d’un lien sociopolitique désormais trop à l’étroit dans le cadre de la caritas, et la nécessité partant de pourvoir périodiquement à sa garantie. Or, c’est bien cette garantie du lien que la littérature doctrinale tente de résoudre en inventant l’épreuve de vérité puis d’amitié. Aussi faut-il insister ultimement sur la profonde convergence entre l’évolution sociétale et la réflexion doctrinale264. De cette convergence, la privanza est comme l’aiguillon. Car si cette formule de gouvernance œuvre à différencier plus radicalement le statut royal, elle oblige dans le même temps la littérature doctrinale à poser la question de savoir si le roi peut avoir un vrai ami, comme si lui-même, même nimbé dans une souveraineté idéalement plus distante, ne pouvait finalement pas échapper à cet étalon du lien sociopolitique qu’est devenue l’amitié.

Notes

1 Moxó, 1970 et 1970-1971, pp. 496-497, où il fait de la privanza, après le patrimoine et avant la naissance, un des facteurs déterminants de la condition nobiliaire.

2 Id., 1969.

3 Binayán Carmona, 1983.

4 Quintanilla Raso, 1999.

5 Pour des bilans historiographiques, voir plus particulièrement Álvarez Palenzuela, 1995 et 1999 ; Martínez Sopena, 1993 et 2008.

6 Quelques monographies sont ici à signaler : Torres Sevilla, 1997 ; Barton, 1997 ; Calleja Puerta, 2000 ; Doubleday, 2001 ; Sánchez de Mora, 2007 ; Calderón Medina, 2011.

7 Outre les titres déjà cités, voir aussi Barton, 1992 ; Escalona Monge, 2004 ; Pérez, 2014.

8 Ainsi, quand le récit de la rupture entre Alphonse VIII et don Diego López II de Haro est repris dans la Estoria de España du De Rebus Hispaniae de Jiménez de Rada, cette rupture devient un authentique drame de privanza (« Hiis igitur consumatis Didacus Lupi Biscagie dominus, qui inter omnes magnates Hispanie precipuus habebatur, a uoluntate regis nobilis familiari discidio discordauit », Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VII, xxxiii, 3-5, p. 255 ; « Don Diago sennor de viçcaya, tenudo por el mayor omne de Castiella entre todos los grandes que sennor auien, desacordo de la uoluntad del noble rey don Alffonso, et ueno esto por la grand priuança et el grant affazimiento que auie con el, mayor que los otros de casa », Estoria de España (c), t. II, p. 684).

9 Gómez Redondo, 1998, pp. 971-976.

10 Seuls deux personnages sont ainsi désignés dans ce texte : maître Nicolas, le médecin d’Alphonse X, et Gómez García de Toledo, futur abbé de Valladolid, auprès du futur Sanche IV (Crónica de Alfonso X, pp. 215, 220 et 240).

11 Dans sa biographie d’Alphonse X, Manuel González n’attribue certes pas la condition de privado à Nuño González, mais évoque, entre autres aspects de sa faveur auprès du roi, son « valimiento », et inscrit la « privanza » comme objet des rivalités des grands lignages (González Jiménez, 2004, pp. 83 et 245). Sur le personnage, voir également Sánchez de Mora, 2004. À propos de Lope Díaz, José Manuel Nieto Soria, dans sa biographie de Sanche IV et dans la notice biographique qu’il consacre au personnage, use bien pour sa part du terme privado et évoque sa privanza (Nieto Soria, 1994 [rééd. 2014], pp. 85-96 [75-87] ; Id., 2009).

12 Crónica de Alfonso X, p. 64.

13 Ibid., p. 185.

14 La totalité des dix emplois de amigo(s) ouvrent en direction du lien vassalique. Remarquons que l’un des emplois de amigo ramène explicitement à l’aide (auxilium) et au conseil (consilium) : « el [l’infant don Felipe] non podia estar syn auer amjgos quele ayudasen y le aconsejasen » (ibid., p. 63). Pour ce qui est de amistad(es), hormis l’emploi indiquant la « grande amitié » entre don Lope Díaz de Haro et le futur Sanche IV, le reste des dix-neuf emplois du terme renvoie à une alliance ou à un contrat d’amitié.

15 Grassotti, 1969, t. I, pp. 505-507, qui souligne la synonymie entre amico et vasallo et relève des expressions telles que « vasallo meo, familiari et amico » ou encore « vasallo meo et amico ». Voir le relevé de ces mêmes expressions dans Calderón Medina, 2011, pp. 129, 195, 254 et 540.

16 Quelque peu délaissé par les historiens, le moment 1250-1350 dans l’histoire de la noblesse, a fait l’objet d’un regain d’intérêt : Martínez Sopena, 2010a et Quintanilla Raso, 2014-2015.

17 Rodríguez López, 1993, pp. 843-847.

18 Vázquez Campos, 2014-2015, pp. 233-234 et 238-239.

19 Salazar y Acha, 2000, pp. 163-220.

20 Voir la lettre du grand maître de Calatrava Gonzalo López à Gonzalo García, conseiller du roi Jacques II d’Aragon, du 13 septembre 1311, où il l’informe de la volonté de la ligue nobiliaire d’exiger au roi le renvoi de ses privados, et qu’il prenne pour tels les évêques, riches hommes, chevaliers et hommes des villes qui lui seront indiqués (Masía de Ros, Relación castellano-aragonesa, doc. 143/400, p. 269).

21 Signalons ici la surprise de Pierre Ier quand il constate, à Toro, où le retient une nouvelle ligue, que son frère convoite l’office de grand chambrier (Pedro López de Ayala, Crónica del rey Don Pedro y del rey Don Enrique, t. I, p. 189).

22 Rodríguez López, 1993, p. 842, et 1994.

23 Valdeón Baruque, 1969, 1984 et 1989.

24 Grassotti, 1965.

25 Id., 1969, t. II, pp. 723-895.

26 Parmi ces lettres et messages, voir plus particulièrement le raisonnement tenu par les émissaires d’Alphonse X devant son frère l’infant don Felipe (Crónica de Alfonso X, p. 111). Pour une analyse de ces lettres et messages, et ce qu’elles révèlent des raisons de la révolte, voir Alfonso Antón, 2002.

27 Outre les références indiquées en introduction, voir le cadre général proposé par Beceiro Pita, 1987.

28 Álvarez Borge, 2010, pp. 378-382.

29 Sánchez Saus, 2014-2015, pp. 187-192.

30 Sur les Cortes et leur évolution jusqu’au milieu du xive siècle : Procter, 1980 et O’Callaghan, 1989.

31 López Dapena, Cuentas y gastos, pp. 283-291 ; Ladero Quesada, 1993, pp. 313-334. Pour une mise en perspective plus européenne et critique de la fonction du régime des gages et son lien avec la fiscalité, voir Morsel, 2004, pp. 279-289.

32 Comme le rappelle ce même auteur, le roi se trouve toujours à la tête d’une partie de l’aristocratie, aussi la ligne de fracture est-elle moins entre le roi et la noblesse qu’entre un « groupe monarchique » et le reste de l’aristocratie (ibid., pp. 274-275 et 282-283).

33 Crónica de Alfonso XI, pp. 210-211.

34 Daumet, 1923 ; Boulton, 1987, pp. 46-95 ; Rodríguez Velasco, 2009.

35 Martin, 2004 ; Quintanilla Raso, 2014-2015, pp. 140-155.

36 À propos de la diffusion de ce sang, soulignons que Jean-Philippe Genet prend un point de départ trop tardif pour l’Espagne quand il compare cette situation à celle de l’Angleterre. La situation d’un sang raréfié qu’il décrit pour le xve siècle, prend précisément le contrepied d’un sang trop partagé au xiiie-xive siècle (Genet, 2010).

37 Foronda, 2007c. En complément : Villarroel González, 2013.

38 Si j’emploie ce vocabulaire archéologique, ce n’est pas seulement en raison de la marque foucaldienne que porte l’idée d’une relation gouvernementalisante à propos de la privanza. C’est aussi pour prendre acte de la tendance à appliquer aux textes, à leur production ou encore à leur matérialité, un questionnement d’inspiration archéologique (Chastang, 2008), ou à rassembler sous le vocable de la fouille de texte (text mining) les techniques d’extraction informatisée des données auxquelles il est possible désormais de les soumettre (par exemple, le chantier des chartes bourguignonnes ; Perreaux, 2015 et 2016). La voie archéologique s’impose d’autant plus ici en raison du poids des traductions dans l’invention castillane de la privauté.

39 Il s’agit du projet financé par le ministère de la recherche espagnol « Nuevos métodos para la Historia social y política de la Edad Media hispánica : aplicaciones históricas de los corpus textuales informatizados » (HAR 2010-17860), janvier 2011 – juin 2015 (Carrasco Manchado, 2017).

40 Pour une description préalable de ces instruments : Carrasco Manchado, 2011b.

41 Au colloque organisé par Ana Isabel Carrasco dans le cadre de son projet de recherche tout juste mentionné (Foronda, 2017b) ; et au deuxième colloque organisé par Jean-Philippe Genet sur Mutations des sociétés politiques et système de communication pour clôturer la ligne de recherche Vecteurs de l’idéel, animée avec Patrick Boucheron, au sein de son programme européen Signs and States (Rome, École française de Rome, 15-17 décembre 2014).

42 Nirenberg, 2013.

43 Béranger, 1958 et 1985.

44 Borrego, 2014.

45 L’interprétation dans le sens d’une critique des privados auprès d’Alphonse X qu’il donne du sirventes En luec de verjantz floritz, du troubadour génois Bonifaci Calvo, me paraît trop dépendante de l’édition, traduction et lecture de Victor Balaguer dont il se contente, qui fut elle-même probablement tributaire de l’approche préalable de Manuel Milà i Fontanals (ibid., pp. 183-184 ; Balaguer, 1878, t. II, pp. 274-276 ; Milà i Fontanals, 1861, pp. 201-203). Car si le troubadour dit bien au roi de ne pas se fier de ceux qui préfèrent rester chez eux à se délecter de victuailles plutôt que de prendre châteaux, villes et royaumes, tant ils s'adonnent à la paresse et méprisent le mérite (strophe 5 : « Reis n’Anfons, ia.ls crois marritz/non crezatz,/ni.ls feingnenz alegoratz,/car amon dinz lur maizos/mais bos vis e bos morseus/c’ab afan penre casteus,/ ciutatz, ni reinz, ni faire faitz prezantz ; tan lur es cars legors e pretz soanz ! », Bonifaci Calvo, Sirventes, pièce vi, p. 92), c’est forcer l’interprétation que de voir dans une strophe précédente la désignation des privados du roi (strophe 2 : « Bel m’es lo retinz e.l critz/ del armatz,/ can sui ben encavalgatz/ et ai bellas garnizos ;/ c’aitan gais sui et irneus/ a l’encontrar dels tropeus, / com il privat en chambras e parlanz, /e tan volgut, con il en cochas granz », ibid., p. 91). Une lecture plus neutre, conformément à celle de Martín de Riquer, relayée par Carlos Alvar, où le troubadour affirme sa disposition à en découdre, se comparant à des intimes en chambre et conversant, et aussi nécessaire qu’eux dans les moments difficiles, me semble plus fidèle au texte (Riquer, 1975, t. III, pp. 1419-1421 ; Textos torvadorescos, éd. par Alvar, pièce 2, pp. 52-54). Une autre pièce de ce troubadour qui pourrait être un parent de Nicolò Calvo, installé en Castille à la suite de son ambassade de 1251, irait davantage dans le sens d’une critique des privados. Il s’agit du sirventes Qui ha talent de donar, où le troubadour dit expressément au roi de ne pas croire ses privados, aux dires desquels et à leur art il oppose son chant (strophe 4 : « Per que requerr’e pregar/ lo rei castellan mi platz,/ qu’el deia mos chanz menbrar,/ e non crei’uns sieus privatz,/ car il an tal us apres/ e tal art, zo’il voil aprendre,/que quecs, per pauc qu’el n’agues,/ son pretz volri’escoiscendre », Bonifaci Calvo, Sirventes, pièce xiii, p. 119). Quoi qu’il en soit ces pièces des années 1250 sont trop tardives pour êtres tenues pour des jalons. Sur Bonifaci Calvo, sa présence en Castille et à la cour d’Alphonse X, outre les indications de Francesco Branciforti (ibid., pp. 7-61), voir ultimement Marcerano, 2007. Ces pièces ne sont pas prises en compte dans le corpus que nous envisagerons plus avant.

46 Foronda, inédit 2, t. I, pp. 96-168, et 2004a, pp. 159-176.

47 « Liberalis fuit atque tranquillus ; cuius inter alia dicta illud predicatur egregium, ut dum interogaretur, quod nimium circa omnes comunis esset, respondit talem se imperatorem esse priuatis, id est, carentibus dignitate, quales esse sibi imperatores priuatus obtasset » (Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, I, 115, 4-8, p. 104 ; Isidore de Séville, Chronica maiora, 265b, p. 458) ; « Fertur enim inter effusionem sanguinis suos coniurasse, ne quis interficeret percussorem dicens congruam meriti recepisse uicissitudinem, quoniam et ipse priuatim ducem suum salutatum occiderit » (Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, II, 62, 5-8, p. 151 ; Isidore de Séville, Histoire des Goths, 121, 43, p. 1069) ; et « Hec erant que in comuni et publice donabantur, preter donaria priuata, qui sui quantitate hunc numerum excedebant, que magnatibus non diurna distribucione, set pociori summa per nobilis regis nuncios mitebantur » (Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VIII, iv, 43-46, p. 263).

48 « Privati sunt extranei ab officiis publicis. Est enim nomen magistratum habenti contrarium, et dict privati quod sint ab officiis curiae absoluti » (Isidore de Séville, Etymologiarum sive originum, IX, 4, 30).

49 Sur cette reprise, les liens et les différences entre ces historiographies fernandine et alphonsine, voir Fernández Ordóñez, 2002-2003.

50 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, I, 115, 4-8, p. 104 (citation ci-dessus, note 47). Dans la reprise et la traduction de ce passage dans la Estoria de España, privados ne traduit pas ce statut de particulier (je le souligne dans le texte), mais désigne ceux qui, auprès de l’empereur, l’interrogent : « E entre muchas buenas palauras que Traino dixo, cuentan del las estorias que por que era tan bueno et tan mesurado et tan compannero de los omnes, et los affazie tan mucho assi, quel preguntaron un dia sus priuados et sus amigos por que lo fazie ; et dixoles que tal emperador querie el seer a los que no auien dignidades ni sennorios [privatis], quales solie el querer, al tiempo que las no auie [privatus], quel fuessen los otros emperadores » (Estoria de España (b), t. I, chap. 192, p. 143). Remarquons que l’emploi de privados et amigos pour rendre ceux qui interrogent Trajan tend à rapprocher cette version de l’origine première du passage : « Inter alia dicta hoc ipsius fertur egregium. Amicis enim culpantibus quod nimis circa imnes communis esset, respondit : « talem se imperatorem esse privatis, quales esse sibi imperatores privatus optasset » (Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, viii, 2, pp. 385-386).

51 Spitzer, 1933 et 1957 (je souligne).

52 Martin, 1992, n. 128 p. 105, et p. 170.

53 Liber regum (b).

54 Liber regum (a).

55 Aucun des manuscrits de cette version castillane ne conserve cependant la partie biblique du texte où se situe cette mention. Celle-ci est bien présente en revanche dans le Livro de linhagens du comte Pedro de Barcelos, dont la source est la version tolédane. Je remercie tout particulièrement Hélène Thieulin-Pardo et Francisco Baustista de leurs indications, lesquelles m’ont conduit à retenir finalement cette occurrence (Thieulin Pardo, 2010 ; Bautista Pérez, 2010).

56 Outre Iudizios de las estrellas (b), il existe une autre édition du seul livre 6, Iudizios de las estrellas (c).

57 Je remercie tout particulièrement Pedro Sánchez-Prieto Borja, directeur de l’édition monumentale de la General Estoria, et Irene Salvo García, qui a participé à cette édition (General Estoria (c) ; Salvo García, 2012), de leur collaboration dans le comptage des occurrences dans cette partie de l’œuvre.

58 L’occurrence relevée pour les Cortes de Valladolid de 1295 figure bien cependant dans le CORDE, mais au travers d’un privilège de Ferdinand IV conservé aux Archives municipales de Guadalajara, qui correspond en fait à la diffusion sous cette forme de l’ordenamiento de ces Cortes auprès des villes.

59 Secreto de los secretos. Poridat de las poridades ; Castigos del rey don Sancho.

60 L’ensemble des emplois de privado dans le Cantar de Mio Cid renvoit à la deuxième acception. Ce n’est que lors de l’incorporation de la geste cidienne aux chroniques royales postérieures à 1280 (Rochwert-Zuili, inédite ; Lacomba, 2009), que les premiers privados font leur apparition dans cette histoire, auprès du roi musulman de Saragosse d’abord (Estoria de España [a], fos ccxxxiivo et ccxxxiiiro ; Crónica de Castilla, p. 176), auprès du Cid ensuite, en la personne de Martín Peláez (Estoria de España [a], fo cccxxxvo ; Crónica de Castilla, p. 181), puis de Gil Díaz, dénommé Alhuacaxi ou Alfaxati avant sa conversion (Estoria de España [a], fos ccclixro et ccclxvo ; Crónica de Castilla, pp. 236 et 239).

61 La plupart de ces œuvres, hormis les pièces poétiques, sont abordées dans Gómez Redondo, 1998-2007, t. I. En complément, voir aussi, Alvar, Lucía Megías, 2002.

62 Un état de l’art sur la traduction du Liber Iudiciorum, code qui était resté en vigueur entre le viiie et le xiiie siècle, mais selon une géographie discutée, a été publié par Mónica Castillo Lluch. Ses conclusions indiquent la circulation d’une version catalane depuis au moins la première moitié du xiie siècle ; la possibilité de versions asturiennes et léonaises préalables à la version castillane, mais sans que l’hypothèse d’un emploi d’une éventuelle version léonaise par la version castillane ne puisse être démontrée pour le moment ; la possibilité d’une circulation de versions bilingues avant 1241 ; et enfin celle d’une traduction à l’arabe pour servir aux populations mozarabes (Castillo Lluch, 2012). Cet état de l’art invite à penser que la version castillane reflète un moment linguistique probablement bien antérieur à 1241. Je remercie bien vivement Mónica Castilla Lluch d’avoir pris le temps de répondre à mes questions, et d’être venue prolonger notre discussion à la séance du 12 février 2015 du séminaire de codicologie du LAMOP.

63 « […] Curiales igitur vel privati, qui caballos ponere, vel in arca publica functionem exsolvere consueti sunt, numquam quidem facultatem suam vendere, vel donare, vel commutatione aliqua debent alienare. […] Ipsis etiam curialibus, vel privatis inter se vendendi, donandi, vel commutandi ita licitum erit, ut ille, qui acceperit, functionem rei acceptas publicis utilitatibus impendere non recuset » (Forum Iudiciorum, V, 4, 19, pp. 69-70) ; « […] Onde mandamos de los privados de la corte que son tenudos de dar cavallos ó otras cosas al rey ó á la corte, que aquestos que non puedan dar nin vender, ni camiar, ni enaienar sus cosas de su buena. […] E los que son privados de la corte pueden vender, ó dar, ó camiar con los que son de la corte, assí que el que recibiere la buena, que pague la debda » (Fuero Juzgo, V, 4, 20, dans Fuero Juzgo (b), p. 89). Pour une contextualisation de cette loi : Castellanos, 2003 ; Castro Valverde, 2007.

64 Après vérification de quelques manuscrits transcrits ou édités, aucune variante ne semble devoir être signalée (Fuero Juzgo (a), fos 4871ro-vo ; Fuero Juzgo (c), pp. 185-186 ; Fuero Juzgo (d), p. 160 ; Fuero Juzgo (e), t. II, p. 285).

65 Psaumes 70, 6 : « Yo menguado o & pobre dios apriuadat pora mi, mi ayuda & mio saluador, Sennor non tardes apriuadate ami » (Biblia prealfonsina (b), fo 236vo) ; Ésaïe 59, 7 : « Los pies dellos corren a mal e apriuadan se pora uerter sangre sin culpa. Los pensamientos dellos; son pensamientos sin pro. destruymiento e quebranto en las carreras dellos » (Biblia prealfonsina (a), fo 71ro-vo) ; Jérémie 9, 17 : « Apriuaden se e fagan llanto sobre uos. Adugan uuestros oios lagremas e uuestros parpados corran aguas » (ibid., fo 79vo) ; Aggée 1, 9 : « Catastes a mas e fue fecho lo menos. e leuastes a la casa e solle lo. Por ende dize dios el sennor de las huestes. ca la mi casa es yerma. e uos apriuadades uos cadauno en su casa » (ibid., fo 170vo) ; II Macchabées 10, 7 : « E tomauan ramos uerdes e palmas. e aduzien las a aquel ques apriuadaua de alimpiar so logar » (ibid., fo 202ro) ; II Timothée 4, 9 : « Apriuada te de uenir ami ayna » (ibid., fo 330vo) ; II Timothée 4, 21 : « Apriuada te de uenir ante del yuierno. Saluda te cubulo e prudent e limo e claudia e todos los hermanos » (ibid., fo 331ro) ; Tite 3, 12 : « Quanto te yo enuiar a archemano atitico. apriuada te de uenir ami a ycopolo. ca alli e puesto de tener ell yuierno » (ibid., fo 332ro) ; Hébreux 4, 11 : « Pues apriuademos nos de entrar en aquella folgura. assi que no caya alguno enel exiemplo daquella descreencia » (ibid., fo 334ro) ; II Pierre 3, 12 : « uos que esperades e uos apriuadades pora la uenida de nuestro sennor. por que seran los cielos desatados ardiendo. e los elementos seran destroydos por ardor. nueuos cielos e nueua tierra » (ibid., fos 344vo-345ro). Ce verset est comptabilisé trois fois dans les concordances de ce manuscrit dans la Biblioteca Digital de Textos del Español Antiguo (dorénavant BD-HSMS). Il n’a été comptabilisé qu’une seule fois dans le relevé des emplois. Par ailleurs, cette même base présente pour ce manuscrit un emploi de privados qui paraît être une autre erreur (Jérémie 2, 8, fo 80ro). Ce privados correspond à provados dans la transcription de ce même manuscrit et celle de la General Estoria dans Biblia Medieval, Enrique-Arias et Pueyo Mena (dir.) [dorénavant BibM]. Ces erreurs expliquent donc un comptage final de 29 mentions des trois acceptions au lieu de 32 et de 19 pour la deuxième acception au lieu de 22.

66 Quelques extraits suffiront ici. Discourant avec son frère Digna sur la manière d’approcher le roi lion, Calila déclare : « El rey non honrará al atrevido por su atrevençia, mas honra al verdadero et al çercano dél. Ca dizen los sabios que el que es de la conpañía del rey et de la muger que non lo allegan a sí por mayor bondat, mas porque está más çercano que otro bien, así commo la vid que se non trava al mayor árbol, mas al que más açerca le está » (Calila e Dimna (c) p. 128 ; sur les remplois de cette image de la vigne, Foronda, inédit 2, t. I, pp. 8-9, et 2004a, p. 160, note 24). Ce à quoi Digna répond : « Así es commo tú dizes. Mas sepas que los que son con el rey non fueron con él sienpre, mas con su femençia alcançaron las dignidades del rey, et son con él et lléganse a él después que son lluene dél. Et yo trabajarme he de fazer otro tal et guisaré cómmo llegue a ello, ca dizen que non es ninguno que llegue a la puerta del rey et dure ý mucho consentido a ser maltraído et enpuxado, et sufra mucho pesar, et encubra su fazienda, et traiga su fazienda mansamente, que non llegue a lo que quiere » (Calila e Dimna (c), p. 129). Autre passage, quand le bœuf Sençeba est amené devant le roi lion, et une fois que celui-ci a entendu ses aventures, il lui dit : « Bive comigo et fazerte he onra ». Le récit indique à la suite : « Et el buey gradeçiógelo mucho et omillósele. Desí el león aprivólo et allególe a sí, et tomó consejo dél, et metiólo en sus poridades et en sus cosas. Et duró así el buey un tienpo, et ívale toda vía queriendo más et pagándose más dél, atanto que fue el más privado de su conpaña, et el que más él amava et preçiava » (ibid., p. 137).

67 « Non cae al rey en despreçiar e arredrar de si los que luengo tienpo ha que le siruen por los que nueuamente se allegan a el » (Castigos del rey don Sancho, p. 150) ; « See lapidario en conosçer bien los omnes […] e quales deues llegar a tu conpanna o quales deues arredrar de ti » (ibid., p. 169) ; « E por ende, sy tu dizes que amas a Dios e lo quisieres seruir, faz las obras que deues fazer, que son su seruiçio e por que te ganes con el, e pagate de aquellos que lo fazen e llegalos a ti e despagate de aquellos que non fazen aquellas obras. Non puedes tu dar a entender a los omnes que tienes con Dios e te pagas de los sus syeruos quando tu del otro cabo demostrares a los omnes que te pagas e allegas a ti los que se arriedran de Dios » (ibid., pp. 183-184) ; « Mio fijo, guardate de tal omne commo este que lo non quieras llegar a ti nin ande en la tu conpannia nin aya vida en tu casa, ca si y andudiese danno serie para ti e para los que contigo andudiesen » (ibid., p. 215) ; « Non quieras mal en el coraçon nin te despagues del que vieres que te conseja lo mejor e a tu pro, mas pagate del e amuestral mas amor por ello e llegalo a ti e fazle mas de bien por ello » (ibid., p. 251) ; « El sennor es natura del fuego, que bien asi commo el fuego escalienta mucho ademas al que se mucho llega a el, otrosi ha grand frio el que mucho se arriedra del. A semejança desto, si se llegare omne al sennor con que biue mas de quanto deue e commo deue, non puede seer que se non aya a quemar e a fallar mal del » (ibid., pp. 276-278) ; « Mio fijo, non te pagues nin quieras llegue a ti nin a tu conpannia nin a tu casa nin a las cosas que fueren llegadas a ti e ouieren debdo contigo e que tu amares, el omne traydor nin falso » (ibid., p. 283) ; « Mío fijo, no te pagues nin quieras para ti nin ande en la tu casa nin en el tu consejo el omne a quien tú fezieres merçed, e fuere allegado a ti e a tu priuança, e finado tú en él quiere guardar más la fazienda de vn su amigo que non la tuya que eres su sennor e le fazes bien e merçed e que fías en él. […] Pues el tu vasallo e el tu privado que es llegado a la tu merçed para mientes e guarda bien al consejo que te diere que sea sano e [saluo], e guarda la tu pro sobre todas las otras proes de los sus amigos otros » (ibid., p. 306).

68 « Nós estamos en buen estado, et estamos a la puerta de nuestro rey, et tomamos lo que queremos, et non nos falleçe nada de lo que avemos menester, et non somos de los que fablan con el rey sus fechos » (Calila e Dimna (c), p. 125) ; « Et yo trabajarme he de fazer otro tal et guisaré cómmo llegue a ello, ca dizen que non es ninguno que llegue a la puerta del rey et dure ý mucho consentido a ser maltraído et enpuxado, et sufra mucho pesar, et encubra su fazienda, et traiga su fazienda mansamente, que non llegue a lo que quiere » (ibid., p. 129) ; « Nunca me quité de tu puerta a esperança que acaesçería alguna cosa en que te ayudases de mí por tuyo consejo » (ibid., p. 131) ; « Et Dina es discreto et sabidor, et tanto fue despreçiado et desdeñado a mi puerta et olvidado, et seméjame que tenía mala voluntad, et esto [le] fizo engañarme et meterme en mal » (ibid., p. 136) ; « Et yo, si culpado fuese, fuiría por la tierra et avería anchura, et non aturaría a la puerta del rey » (ibid., p. 183) ; « Et paresçe bien en ti la enbidia, et la maliçia, et la enemistad, et la neçedat que non podiste retener; et bien entienden los que te oyen que non quiere[s] a ninguno bien, et que eres enemigo de tu alma et de todos; et tal commo tú non es bien que esté con las bestias mudas, quanto más con el rey, o ser a su puerta » (ibid., p. 186) ; « A ti lo digo, ca ayúntanse en ti todas malas tachas; ca eres potroso et as el mal del figo, et eres tiñoso, et as albarraz en las piernas; onde non deves llegar a la puerta del rey » (ibid., p. 195). Dans la continuité de ces usages du Calila, il convient de mentionner également, une trentaine d’années plus tard, un emploi dans le Libro de los cien capítulos, dans le chapitre consacré à ceux qui accompagnent le roi, sont avec lui et le servent au quotidien : « Qui siguiere a la puerta del rey con apuesta sufrencia e quisiere perder saña, llegará a lo que quisiere » (Libro de los cien capítulos, chap. viii, p. 93).

69 Les emplois correspondent au verset 3, 3 (« E dixieron los hombres & los priuados del Rey que Jazien alas puertas del palacio. Por que tu solo non fazes el mandamiento del Rey ») et 6, 10 (« Et dixo el Rey Pues libra & prent aynna los paynnos & el cauaillo & assi bien como lo as dicho assi lo faz amardocheo el Judio que esta ante las puertas del palacio. Et cata que de quanto has dicho non dexes de fazer nula cosa ») de la Biblia prealfonsina (b), fo 204ro.

70 Daniel 2, 48-49 : « Estonce puso el rey a daniel en grand altura. e diol grandes dones e muchos. e fizol capdiello sobre todas las prouincias de babilonna. e adelantado e mayor sobre todos los sabios de babilonna. Daniel pidio mercet al rey e establecio sobre las obras de la prouincia de babilonna a sidrac e misac e abdenago. E daniel estaua a las puertas del rey » (Biblia prealfonsina (a), fo 144vo).

71 « Entonces el rey dio grandes dones a Daniel e diol sennoria sobre sos sabios e la cibdat de Babilonia, e fue privado del rey, e establido a Sydrac e Misaach e Abdenago que estidiesen a servicio del rey » (La Fazienda de Ultramar, pp. 175-176).

72 La solution de traduction adoptée dans la Fazienda, qui reprendrait des passages de la bible hébraïque, s’avère plus distante de celle-ci (« vedaniye’l be’á’ min malká’ umaní ‘al ‘abidtá’ di medinat babel lešadraj mešaj va’abed negó vedaniye’l bitrá’ malká’ p » [BibM]) et de la Vulgate (« Danihel autem postulavit a rege et constituit super opera provinciae Babylonis Sedrac Misac et Abdenago ipse autem Danihel erat in foribus regis » [BibM]) que celle de la Bible préalphonsine. La solution de cette dernière est reprise par la General Estoria (« E daniel demandando lo antes al Rey. & pidiendo ge lo por merced. puso sobre todas las obras de la prouincia de babilonia otrossi. a Sidrac. & a misaac. & a abdenago que uissen el los aquelle. & lo recabdassen. E el finco enel palacio en las puertas del Rey », General Estoria (a), fo 61vo). La distance observée indiquerait-elle une interpolation ? Au terme de son étude sur la langue de la Fazienda, sur la base de l’édition de M. Lazar, María del Carmen Sanchis Calvo indique qu’il s’agit d’une traduction réalisée entre 1210 et 1235, par un traducteur d’origine franque, et interpolée (Sanchis Calvo, 1991, p. 570).

73 Dix-huit emplois dont deux correspondent au livre 8 récemment édité. Signalons dans ce livre l’emploi de l’expression rapprocher de soi : « E en la 11a signjfica que el Rey llegara a sy aquel anno los sabios e onrrar-los-ha » (Iudizios de las estrellas (b), p. 251).

74 Dix emplois dans cette œuvre.

75 « E quando la cabeça se ayunta con Saturno; significa la significacion de Jupiter. & si acaeciere en la .ija. casa de ascendente de algun nacido; sera mayordomo de Rey. o aportellado de grant poder » (Iudizios de las estrellas (a), fo 145ro) ; « El capitulo de .xvijo. fabla en otra manera de las quemantes cerradas. que significan muchas occasiones. & epydimias. & mortandat de yente. & sanna de rey escontra sus uassallos. & sus aportellados » (Libro de las cruces, fo 3ro) ; « El capitulo .xxxvio. fabla en saber de algun prelado. o de algun ensennorado. o aportellado que a de seer despuesto da quella su dignidat. & quando sera aquel tiempo. & en termenar si sera por fechos que fizo despuesto. o por accusationes. o si sera aquello por fechos que fizo & por accusationes de todo. & desto ay tres maneras de costellationes. que uan por las .xij. casas » (ibid., fos 3vo et 156vo) ; « Et quando esta coniunction fuere en la .xia. casa significa con esto que el Rey fara mal. & despechara sus mayordomos. & sus aportellados & similia » (ibid., fo 19vo) ; « Judga que el Rey se ensannara contra sus uassallos. & en contra sus aportellados. & toller les a sus portyellos. & sus beneficios & su merced » (ibid., fo 95vo-ro) ; « esta costellation significa que el rey ayrara sus aportellados & Matara una partida dellos. o toller les a de sos portyellos. & de sos dignidades » (ibid., fo 192vo).

76 Pour d’autres termes ou formules exprimant la privauté, je me permets de renvoyer à un autre sondage, pratiqué à partir d’une situation ultérieure, la privanza de Álvaro de Luna sous Jean II de Castille (Foronda, inédit 2, t. I, pp. 319-340 et 2004a, pp. 176-196).

77 « primus inter servos » (I Samuel 22, 9), « unus de ducibus super cuius manum rex incumbebat homini » (II Rois 7, 2), « primi et proximi » (Esther 1, 14), « pueri regis » (Esther 2, 2 et 3, 3 ; II Chroniques 35, 23) et « ministri » (Esther 6, 3). Pour sa part, l’expression « en la priuadança de tu camara » traduit « in secreto cubiculi » (Ecclésiaste 10, 20), ce que la General Estoria rend par « en el apartamiento de la poridat de tu lecho » [BibM]. Remarquons que la traduction de servi peut donner lieu à des solutions très différentes, dans La Fazienda de Ultramar, où il est traduit par vasallos, et dans la General Estoria, où il est traduit par privados (Exode 11, 8 [BibM]). Toutefois, signalons que cette solution pointe déjà dans le Liber regum (il apparaît dans notre corpus sous le titre Liber regum toletanus), qui pourrait être la première œuvre à faire usage du terme privado. Le codex villarensis, base de l’édition de Manuel Serrano y Sanz, présente en effet, à côté du passage relatif au départ en captivité de Joachin (« De XVIII annos era est Ioachim quando compeço a rregnar e rregno III meses solos en Iherusalem. Estonz uino Nabuchodonosor a tierra de Iherusalem & exie ad el Ioachim e so madre, e prisolo el rei Nabuchodonosor e desbarato tota la cidath e destruiela, et abatie toda la huebra que fizo el rei Salamon en el temple e leuo end todo lo quel plogo, e leuo catiuo a Ioachim a Babilonia & a so madre & a sos mulleres & a todos sos priuados »), une annotation marginale au dessus du terme privados indiquant « e vasallos » (Biblioteca de la Universidad de Zaragoza, Ms. 225, fo 29ro). Cette annotation, ainsi que toutes les annotations et corrections apportées au texte d’ailleurs, provient très probablement d’un même manuscrit dérivé de la version primitive de l’œuvre. Je renouvelle mes remerciements à Hélène Thieulin-Pardo, à l’origine de ces informations.

78 Trois exemples suffiront ici. Voyons tout d’abord la sieste feinte d’Alphonse VI, grâce à laquelle il apprend comment s’emparer de Tolède (Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VI, xvi, pp. 196-197 ; Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, IV, 64, pp. 298-299). Dans un jardin hors les murs, pensant qu’Alphonse est endormi, al-Maʾmūn converse avec son entourage sur l’éventualité d’une prise de la ville et la manière dont les assiégeant devraient s’y prendre pour y parvenir. Peu après, les cheveux d’Alphonse se hérissent, ce qui est interprété comme le signe qu’il se rendra un jour maître de Tolède. Le sultan lui impose alors un serment de non-agression. À la suite, Lucas de Tuy précise « et hoc factus est Adefonsus Almemone regi familiarior et ipsum tenerrime diligebat » (Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, IV, 64, 32-34, p. 299), ce que la Estoria de España rend par « et de aquella ora adelante fue el rrey don Alfonso mas su priuado del rrey Almemon e mas su amigo » (Estoria de España (d), versión crítica, chap. ccliv, p. 385 [voir également Estoria de España (a), fo ccxciiivo ; Estoria de España (c), t. II, chap. 827, p. 504 ; et Crónica de Castilla, p. 97]). Deuxième épisode, le complot destiné à forcer le mariage de l’héritière d’Alphonse VI, doña Urraca, avec le comte Gómez de Cantespina (Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VI, xxiii, pp. 217-218). Pour ne pas s’exposer à l’animosité d’Alphonse, les comploteurs demandent à son médecin juif d’exposer leur projet au roi car il était « familiaris regi propter industriam et scienciam » selon Jiménez de Rada (Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VI, xxxiii, 12-13, p. 217), une condition précisée de la sorte dans la Estoria de España : « que era por muy priuado del rrey, por que era muy buen fisico » (Estoria de España (d), versión crítica, chap. ccclviii, p. 639 [voir également Estoria de España (a), fo cclxviivo ; Estoria de España (c), t. II, chap. 963, p. 644 ; et Crónica de Castilla, p. 251]). Alphonse réagit mal cependant, et s’il s’estime responsable de l’impudence de son médecin à cause de la trop grande familiarité qu’il lui avait accordé, il l’assure qu’il ordonnera sa mort si jamais il osait reparaître un jour devant lui : « Non tibi imputo quod hoc dicere presumpsisti, set michi cuius familiaritate in tantam audaciam prorupisti. Caue ergo ne de cetero audeas in mei presencia comparere, quod si feceris, illico morieris » (Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VI, xxxiii, 16-19, p. 217) ; « Non rriepto yo a ty que tal cosa que me osaste dezir, mas a mi que tanto te cogi en mi privança; e guardate que de aqui adelante non te pares ante mi, ca si lo fizieres, digo te que te mandare matar » (Estoria de España (d), versión crítica, chap. ccclviii, p. 639 [voir également Estoria de España (a), fo cclxviivo ; Estoria de España (c), t. II, chap. 963, p. 644 ; et Crónica de Castilla, p. 251]). Le troisième épisode concerne à nouveau doña Urraca, avec laquelle le comte Pedro de Lara souhaite se marier après la mort du comte Gómez de Cantespina. À propos de ce dernier, et après la séparation de doña Urraca et d’Alphonse Ier d’Aragon, la Chronica latina souligne son excessive familiarité avec la reine (« qui nimis familiaris erat regine ultra quam decuit », Juan de Osma, Chronica latina, 4, 8-9, p. 37). L’évocation de l’ambition matrimoniale de Pedro de Lara pointe ce même excès de familiarité dans la chronique de Jiménez de Rada et dans la Estoria de España : « Petrus autem comes de Lara cum familiare comercium cum regina indebite propalaret sperans illud matrimonio confirmare, omnibus preminebat, et cepit regis officium exercere et quasi dominus omnibus imperare; set magnates alii infamiam domine non ferentes, ceperunt ei resistere et matrimonii propositum impedire » (Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VII, ii, 50-55, p. 223) ; « El conde don Pedro, atreuiendose en la priuança que avie de la rreyna, mas que non le conuenie, e cuydando casar con ella, metio se por mayor que todos e mandaua e bedaua commo rrey. Mas los otros altos omnes del rregno, pesandoles mucho de la fama de su señora, fueron contra el, e non consentieron que feziese el casamiento » (Estoria de España (d), versión concisa, chap. ccclxii, p. 649 [voir également Estoria de España (a), fo ccclxviiivo ; Estoria de España (c), t. II, chap. 966, pp. 647-648 ; et Crónica de Castilla, p. 256, qui renonce à privanza mais garde affazimiento introduit dans certaines versions]).

79 Morsel, 2007, pp. 137-169, et 2008, §§ 34-38.

80 May, 2013, pp. 77-121.

81 Qu’on me permette ici de rappeler une des phrases-graines de Jacques Le Goff, reprise en chapeau de mon premier chapitre de thèse, où il s’agissait de justifier l’écart m’ayant conduit de la parole au roi à la privanza : « La parole royale à l’état direct s’adresse essentiellement à un petit groupe de familiers, d’interlocuteurs habituels du roi, invités par lui à lui répondre, mais au sein duquel Louis garde l’initiative de prendre la parole. Ce groupe, dont la conversation royale est à la fois le centre, le lieu et la fonction, joue dans le gouvernement du royaume un rôle trop souvent négligé par les historiens. Il est distinct de la Curia, organe féodal des conseillers du souverain. Il est à cheval sur l’espace intime du roi et sur son espace public » (Le Goff, 1996, pp. 599-600).

82 Si le concept de « communautés d’habitants », qui a muté en « communautés d’installés », a été forgé à partir d’un tout autre espace social que la cour (Morsel, 2008 et 2014), il me semble possible néanmoins de l’appliquer aussi à celui-ci.

83 Pour leur commentaire préalable, Foronda, inédit 2, t. I, pp. 71-93. Voir en outre, González Jiménez, 2005-2006 ; Kleine, 2008.

84 Las Siete Partidas, II, ix, 1.

85 Relèvent de ce service du secret, le chapelain (ibid., II, ix, 3), le chancelier (ibid., II, ix, 4), les conseillers (ibid., II, ix, 5), les riches hommes (ibid., II, ix, 6), les notaires (ibid., II, ix, 7) et les scribes (ibid., II, ix, 8), et du simple service du dedans, les gens de la mesnie, compagnie ou garde personnelle (ibid., II, ix, 9), les médecins (ibid., II, ix, 10), les officiers de bouche (ibid., II, ix, 11), le maître d’hôtel et le chambellan (ibid., II, ix, 12), les dépensiers (ibid., II, ix, 13), les huissiers (ibid., II, ix, 14) et les fourriers (ibid., II, ix, 15). À propos de poridad (« secret, réserve »), du latin puritatem (« pureté, netteté »), voir l’analyse très fouillée de Gilbert Fabre, qui montre comment ce signifiant d’origine latine dissimule l’arabité du signifié (Fabre, 2004). Dans le prolongement donné à cette première approche, où le secret est envisagé de concert avec le conseil, au travers du terme castigo, l’auteur évoque ultimement la privanza (Id., 2013). Il rappelle aussi l’idée qu’avait avancée Juan Ramón Lodares d’ajustements lexico-sémantiques liés à la nécessité de créer une langue de gouvernement (Lodares, 1996, p. 116).

86 Ce sont ici l’alférez (Las Siete Partidas, II, ix,16), le majordome (ibid., II, ix,17), le juge du roi à la cour (ibid., II, ix, 18), son sergent et bourreau (ibid., II, ix, 19), les messagers (ibid., II, ix, 20), les administrateurs territoriaux, adelantados mayores (ibid., II, ix, 21) et merinos mayores (ibid., II, ix, 22), l’amiral (ibid., II, ix, 23) et le trésorier (ibid., II, ix, 24).

87 Ibid., II, ix, 27, 28, 29 et 30.

88 Ibid., II, ix, 27.

89 Ibid., II, ix, 28. Pour cette similitude entre la cour et la mer, Gregorio López indiquera dans ses gloses le chapitre v du livre II de l’Exameron de saint Ambroise (ibid., II, ix, 28, glose h). Remarquons que l’image nautique, qui s’enrichit chez Alphonse X d’une des premières mentions de la boussole, est dans l’air du temps comme le montre son emploi par saint Thomas d’Aquin à propos du gouvernement monarchique (Thomas d’Acquin, De regno, I, i, 2 ; I, ii, 9 et I, ix 30) peut être sous influence alphonsine si l’on suit l’hypothèse de sa connaissance préalable de la deuxième des Parties (Martin, 2000).

90 Las Siete Partidas, II, ix, 29.

91 Ibid., II, ix, 30.

92 Ibid., II, xiii, 17 et 18.

93 Outre mes pages déjà citées sur ces passages des Siete Partidas, sur le rôle de ces dispositions sur les images du roi et ses signes dans la construction d’un ordre symbolique, voir en complément Carrasco Manchado, 2006a, pp. 494-500 ; Pérez Monzón, 2006, pp. 494-498 et 2009, § 2-7.

94 Foronda, 2011c.

95 Las Siete Partidas, II, ix, 27.

96 Morsel, 2011.

97 Las Siete Partidas, II, xvi, 3, ainsi que les lois 1, 2, et 4 de ce titre sur le régime de sauvegarde ; Cortes de Valladolid, pet. 76 et 96, CLC, t. I, pp. 215 et 218.

98 Sa façon de concevoir le palais démontre en effet un plus grand souci du bâti, lequel doit répondre à trois objectifs, par son magnifique à la gloire du prince, par sa superbe à la crainte qu’il doit inspirer, par sa grandeur à sa nécessité d’y loger ses gens. Gilles de Rome préconise également le choix d’un lieu aux conditions climatiques et de salubrité optimales (Gilles de Rome, De regimine principum, III, ii, 3 pp. 353-356).

99 Erlande Brandenburg, 2007.

100 Rodríguez Velasco, 2006, pp. 433-441.

101 Sur cette transformation, je me permets de renvoyer le lecteur aux titres indiqués dans le chapitre suivant, à l’occasion de l’analyse du réaménagement de l’alcazar de Séville sous Pierre Ier.

102 Cómez, 1974, pp. 138-140 ; Tabales Rodríguez, 2010, pp. 271-286.

103 Alphonse y tient en effet un grand Conseil, prenant soin de placer à ses côtés sa couronne et son épée : « Et desque todos estos fueron yuntados con el Rey en el su palacio, que es so el caracol, mandó el Rey poner en el su estrado cerca de sí la corona con que él fué coronado, et puso de la otra parte el espada » (Corónica del rey don Alfonso el Onceno, p. 318).

104 « apartamiento del alcazar que dizen del Caracol » (Pedro López de Ayala, Crónica del Rey Don Pedro y del Rey Don Enrique, t. I, pp. 268-269).

105 Pour une perspective d’ensemble sur les miroirs aux princes castillans, outre certains des travaux cités dans ma thèse (Colla, 1989 ; Bizzarri, 1995 ; Haro Cortés, 1995 et 1996 ; Menjot, 1995 et 1997 ; Nieto Soria, 1999), voir Haro Cortés, 2003 ; Bizzarri, Rucquoi, 2005 ; Nogales Rincón, 2006 ; Fournès, Canonica, 2011 ; Bizzarri, 2012.

106 L’état textuel dont témoigne l’édition de 1503 donne 64 emplois de priu/v/a*, soit 41 supplémentaires par rapport au chiffre indiqué dans le relevé. Dans cette édition, sont à signaler trois emplois de privanza qui n’apparaissent pas dans le manuscrit 1187 de la BNE.

107 Comme le montre la mise en rapport entre les passages de la Gran conquista de Ultramar (BNE Ms. 1187) enregistrant un emploi du vocabulaire de la privauté et leurs sources (annexe 1), seul un emploi n’est pas lié à l’Estoire d’Eracles. Il s’agit du dix-neuvième emploi, lié à la Chronique d’Ernoul. Sur ces 23 emplois, un seul, le onzième, renvoie à l’acception privado/vite, et traduit le terme français « tantost ». Le reste des emplois concerne donc l’acception privauté, mais seulement le terme privado/proche ou familier. Hormis quelques exceptions, liées à une traduction moins littérale (les emplois 8, 9, 19, 21, 22 et 23), le reste des emplois indique une correspondance mécanique entre privado/s et privé/s. Comme le montre l’emploi A, « priveément », dont fait usage l’Estoire d’Eracles, peut être rendu par l’expression « en poridad » que nous avons déjà croisée. L’absence d’emploi de privanza dans la Gran conquista de Ultramar, du moins dans l’état textuel dont témoigne le manuscrit de référence, ne permet pas d’établir de correspondance directe entre ce terme et « priveté » (emploi B). Deux des passages collationnés (emplois 3 et 4), distants d’à peine un folio, pourraient indiquer l’intervention de deux traducteurs, ou bien une prompte relecture conduisant à la correction d’un contresens relatif à la traduction du terme « châtrez ». Ainsi, les émirs ou les chefs des eunuques (« amiraux des châtrez ») deviennent-ils dans le premier emploi des seigneurs de forteresses (« Ricos omnes de los castiellos »), tandis que, dans le deuxième emploi, les « privez conseillers qui estoient tuit chastrez » gardent bien leur statut (« privados castrados »).

108 Seulement sept emplois au féminin sont à signaler, dans les Siete Partidas (1), la General Estoria (5) et la Estoria de España (1).

109 Près de 40 % des emplois du terme sont liés en effet à l’indication du chapitre et de la prise de parole du privado qui marque en général le début des contes.

110 S’ajoute aussi une simple condition de possibilité d’une lecture conjointe, qui est de pouvoir disposer de la version arabe du texte. L’idéal serait bien entendu de pouvoir pratiquer une lecture conjointe à partir du manuscrit arabe utilisé pour la traduction et le manuscrit de cette traduction. La chose est cependant impossible. La lecture conjointe, réalisée comme indiqué grâce au concours de Maribel Fierro, a été menée à partir de l’édition de Louis Cheikho, pour le Kalila arabe (Calila e Dimna [a]), et celle de José Alemany, pour le Calila castillan (Calila e Dimna [b]). Signalons cependant une nouvelle édition des manuscrits A et B du Calila castillan, également avec une mise en regard avec le texte arabe (Calila e Dimna [d]).

111 Pour une contextualisation de ce lexique, dans le Kalila et dans la pensée d’Ibn al-Muqaffa’, voir Rodríguez Paniagua, 2005, pp. 404-441 (si une autre œuvre d’Ibn al-Muqaffa’, le Kitāb ādāb al-kabīr, est ici évoquée, le tableau d’occurrences des termes désignant l’entourage du sultan [p. 416] est tout à fait pertinent pour notre réflexion) ; Boukhali, inédite.

112 Sourdel, 1959-1960, t. I, pp. 41-61.

113 En outre, Bravmann, 1961.

114 Coran, XXV, 35 : « Nous avons donné à Moïse le livre et nous avons fait de son frère Aaron son wazīr ».

115 Sourdel, 1959-1960, t. I, pp. 51-52, 57-58 et t. II, pp. 713-714 et 723.

116 Id., 1988, pp. 45-46. L’auteur évoque également l’influence de la désignation par ce terme de l’accompagnement ministériel que les chroniqueurs arabes prêtaient aux anciens rois sassanides.

117 Ce qu’indiquait déjà Id., 1959-1960, t. I, pp. 56-57.

118 Outre la dernière partie de l’ouvrage tout juste cité de Dominique Sourdel (ibid., t. II, pp. 563-598), sur l’office de vizir, voir Meouak, inédite, t. I, pp. 424-438 et 1993. L’auteur définit un modèle vizirat en retrait par rapport à celui en vigueur dans l’Orient abbasside, avec des vizirs qui sont moins les chefs effectifs de l’administration ou ministres principaux que des conseillers, des administrateurs privilégiés et des dignitaires de confiance. Pour d’autres comparaisons, voir Buresi, El Aallaoui, 2013, pp. 145-148 ; et pour le moment nasride, Casciaro Ramírez, 1947. Pour une synthèse, voir enfin Zaman et alii, 2003, s. v. « Wazīr ».

119 Comme l’a rappelé Fauvelle-Aymar, 2013, pp. 21-22.

120 En ce sens, les parallélismes entre le programme almohade et le projet alphonsin sont frappants (Fierro Bello, 2009 et 2013).

121 Dans ce traité, la fonction de l’alguazil s’avère bien plus riche que celle indiquée dans les Partidas, où il n’est qu’un sergent ou un exécuteur de justice (Las Siete Partidas, II, ix, 20). Comme indiqué par Franck Anthony Ramirez (Tratado de la comunidad, p. 38), elle se rapproche de celle d’un conseiller. Mais dans cet alguazil du Cien capítulos, on pourrait voir encore un privado dans sa fonction pratiquement pleine de gouvernement auprès du roi (Libro de los cien capítulos, chap. vii, p. 90).

122 Foronda, 2005-2006 et 2007b.

123 Certes, le Sendebar fait exception, car sa traduction est impulsée par le frère d’Alphonse X, l’infant don Fadrique. Son bannissement après la révolte nobiliaire de 1255 (après son retour, le roi ordonnera son exécution en 1277), laisse cependant sans lendemain cette concurrence aristocratique à la construction d’un ordre culturel royal.

124 González, 1992.

125 BNE, Ms. 1187, fos 118ro-120ro ; Guillaume de Tyr et ses continuateurs, t. II, livre XIX, chap. 17 et 18, pp. 276-280.

126 « E en aquel logar. fincaron los primeros omnes armados que los aduxieran. & levaron los otros omnes mas onrrados. & mas pruados del Halifa que dizien los Ricos omnes de los castiellos a otra torre » (BNE, Ms. 1187, fo 118vo) ; « Là remestrent li sergent qui premierement les conduisoient, et les empristrent à conduire greigneur gent et plus privé du Calife, que l’en apeloit les amirauz des chatrez. Cil les menerent en une autre court » (Guillaume de Tyr et ses continuateurs, t. II, livre XIX, chap. 17, p. 278) ; annexe 1, emploi 3.

127 « Estonces parecio el Halifa que estaua assentado en una siella muy noble que era fecha de oro & de piedras preciosas. & aderredor del estauan unos pocos de sos priuados que eran castrados » (BNE, Ms. 1187, fo 119ro) ; « Li Califes aparut qui se séoit sur un siege mout precieus d’or et de pierres ; entor lui avoit mout pou de ses privez conseillers qui estoient tuit chastrez » (Guillaume de Tyr et ses continuateurs, t. II, livre XIX, chap. 18, p. 279) ; annexe 1, emploi 4. À ce passage fait écho, quelques chapitres plus tard, l’accueil réservé au roi Amaury de Jérusalem au palais de Constantinople (BNE, Ms. 117, fos 147vo-149vo ; Guillaume de Tyr et ses continuateurs, t. II, livre XX, chap. 22-23, pp. 346-349). Les privados (des eunuques là aussi ?) se chargent ici de faire passer le roi derrière le rideau où se tient l’empereur, et ils sont les seuls à rester auprès d’eux (« E estonces llego alli do estaua assentado el Emperador con sus altos omnes. E delant el estaua colgada una cortina grant & ancha muy noble mientre labrada de oro & de piedras preciosas. E aquellos que eran mas priuados del Emperador metieron al Rey dentro daquel cortina o estaua asentado. E tod aquello mando el Emperador fazer por onrrar mas al Rey. Pero non estauan y otros si non sus privados » [BNE, Ms. 1187, fo 148ro] ; « Devant le siege de l’Empereur en la sale pendoit une cortine large et haute, de soie trop richement ouvrée [d’or et de pierres preciseuses]. Cil qui estoient plus privé de l’Empereur menerent le Roi dedenz cele cortine où l’Empereres se séoit, et ce fu fet tout à escient por lui ennorer ; car, quant il n’i ot se ses genz privées non, l’Empereres se leva contre lui » [Guillaume de Tyr et ses continuateurs, t. II, livre XX, chap. 22, p. 347]). La présence des eunuques et du rideau invite bien entendu à une comparaison entre le cérémonial de cour byzantin et fatimide, ce dernier étant redevable du premier en bien des aspects (Canard, 1951). Pour une comparaison plus large sur ces rituels de cour en Méditerranée orientale, voir Beihammer, Constantinou, Parani, 2013.

128 Dakhlia, 2005.

129 Ce dernier point est bien entendu à nuancer, car les rédacteurs des Estorias traduisent eux-aussi. Toutefois, une évaluation statistique de la part que représentent ces traductions est difficilement réalisable. D’autre part, quelque soit la part de ces traductions dans les Estorias, elle ne pourrait à mon sens remettre en cause l’originalité de l’entreprise et de l’agencement de l’histoire dans ces œuvres.

130 40 emplois du vocabulaire de la privauté, 29 emplois de privado et 11 de privanza.

131 33 emplois du vocabulaire de la privauté, 31 emplois de privado et 2 de privanza.

132 19 emplois du vocabulaire de la privauté, 18 de privado et 1 de privanza.

133 42,3 % dans la Estoria de España, contre 12,8 % dans la General Estoria.

134 Estoria de España (c), t. I, chap. 108-114, pp. 84-90.

135 General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 15-23, pp. 461-472.

136 Fernández-Ordoñez, 1992, pp. 92-95 et 162-167 ; General Estoria (c), V, t. I, pp. lii et lxxxix (« Introduction »), et Almeida Cabrejas, inédite, t. I, pp. cxxi-cxxiii.

137 Faits des Romains [Des offices qui estoient a Rome], fo 3ro-vo ; Duval, 2005, pp. 47-48. Le glossaire que Pierre Bersuire placera en tête de sa traduction des Décades de Tite Live sera également repris par Pedro López de Ayala lorsqu’il versera au castillan cette version française (Las Décadas de Tito Livio, t. I, pp. 223-238).

138 Fraker, 1978 ; Almeida Cabrejas, inédite, t. I, pp. xxvi-xxix ; Almeida Cabrejas, 2012.

139 Pour ces chapitres 108-114, principalement Eutrope, Orose, Paul Diacre, Huguccio de Pise et Isidore, ces deux derniers pour les indications étymologiques (Jonxis-Henkemans, 1947, pp. 44-49, et Estoria de España (b) [« Fuentes de cada capítulo en particular »], pp. lxxxvi-lxxxvii).

140 Les Estorias concentrent en effet 45 % des emplois de privado et 59 % de ceux de privanza au xiiie siècle.

141 42,1 % dans la General Estoria et 47 % dans la Estoria de España.

142 Ces chapitres présentent cinq emplois de priuança(s) et deux emplois de priuados dans la Estoria de España, et trois emplois du premier terme et un seul emploi du second dans la General Estoria.

143 « Et escogieron daquellos que uieron que eran mas guisados, et fizieron la priuança et el poder della cuemo en manera de sennorio, pero en razon de conseiar et no mas » (Estoria de España (c), t. I, chap. 108, p. 85, repris dans General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 16, p. 463 : « e escogieron de aquellos que vieron que eran más guisados para ello, omnes que fuesen para cabdiellos, esforçados e sesudos e de grandes coraçones para defender el pueblo de Roma e para ganar de lo ageno e acrecer el señorío de Roma e el fecho del común, e fizieron privança e poder d’esta dignidat que levantavan de nuevo e estableciéronla como manera de señorío para en razón de consejar e ir en sus huestes contra los enemigos ó menester fuese, e non más »).

144 « Et fueron estos alçados en las priuanças de sos poderes unos empos otros, cuemo aqui seen escriptos » (Estoria de España (c), t. I, chap. 108, p. 86 ; repris dans General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 20, p. 468 : « E por que sepades en suma cuántas fueron las órdenes d’estos príncipes e principados de Roma ponemos aquí los nombres d’estos de cómo fueron alçados en las privanças de sus poderes e cómo vinieron unos empós de otros, e fueron como aquí se lee : reyes, cónsules, dictadores, maestros, tribunos, los dies omnes buenos, tribunos de cabo, cónsules de cabo, césares, emperadores »).

145 « Empos estos ordenamientos que auemos dichos de la cauallerias de los romanos et de sos principes et de los sos poderios, uieron los omnes buenos en la corte de Roma cuemo eran y mester otras priuanças menores sin que se non podrien complir bien los fechos de los mayores » (Estoria de España (c), t. I, chap. 109, p. 87 ; repris dans General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 21, p. 469 : « Empós estos ordenamientos que avemos dichos de las cavallerías de los romanos e de sus príncipes e de sus poderíos, vieron los omnes buenos de la corte de Roma cómo eran menester otras privanças menores sin que se non podrién complir bien los fechos de los mayores »). Sont envisagées ici les magistratures ou charges suivantes : « presides », « prefectos », « necessarios », « assecretis », « arresponsis », « questores » et « ystoriagraphos » (Estoria de España (c), t. I, chap. 109, p. 87). On sent bien avec ce dernier terme comment les rédacteurs des Estorias fondent ainsi leur propre légitimité.

146 Titre et ouverture du chapitre 108 de la Estoria de España : « De los nombres de los príncipes e de los principados de Roma. Los nombres de los principes et de los cabdiellos de Roma et los sos sennorios ouieron nombres de muchas maneras por las razones que agora departiremos aqui » (Estoria de España (c), t. I, p. 84). Cependant, en ne retenant pour guider la poursuite de leur récit que les principaux princes de l’histoire romaine, les rédacteurs posent le principe d’une hiérarchie : « Mas de todos estos sennorios et priuanças no fablaremos nos mas daqui adelant, si no de los principes por quien se mantouo el fecho de Roma » (Estoria de España (c), t. I, chap. 109, p. 87 ; non repris dans General Estoria). Dans la General Estoria, la distinction entre prinçipados et privanças induit elle aussi une certaine hiérarchie entre les deux termes : « De los años que ovo de los comienços d’estos principados de Roma a los otros, e de otras privanças que ovo y fechas otrosí » (General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, titre du chap. 21, p. 468).

147 Outre les citations précédentes : « et non quisieron que dalli adelant cibdadano que Tarquinio ouiesse nombre, que en toda la cibdat touiesse priuança nin poder ninguno, ni aun que y fincasse ni morase » (Estoria de España (c), t. I, chap. 111, p. 88 ; non repris dans General Estoria, pas même dans l’évocation de la mise en place du consulat dans la quatrième partie [voir ci-dessous note 149]).

148 Bien que ne relevant pas de l’histoire romaine, le cas externe à cette histoire revêt un fort caractère romain, car il s’agit de la désignation du pouvoir ou de l’autorité propre du légat pontifical, dans le passage relatif à l’adoption du rituel romain en Castille (« E tanto que esse Ricardo tollido de la priuança dela mandaderia en que andaua fue llamado de parte de Urbano papa que le tirase de aquella mandadería e que se fuese para la corte de Roma », Estoria de España (a), fo ccxiivo. Le passage est nettement modifié dans la versión crítica : « Mas el legado don Rricart non faziendo las cosas ordena mente commo deuie, embio el apostoligo por el e priuole [« privar », mais au sens de priver, la privation] del poderio que tenie, et diole al arçobispo don Bernaldo primado de las Españas », Estoria de España (d), versión crítica, chap. cccv, p. 519). La Croníca de Castilla, p. 140, remplacera privanza par abtoridat. Au début du passage, une erreur de copiste explique probablement le remplacement de primado (« primat ») par privado dans cette même Crónica de Castilla, p. 138). Remarquons par ailleurs que cet emploi de privanza pour désigner le pouvoir du missionné en raison de son mandat (« priuança dela mandaderia ») paraît cohérent par rapport à la proximité lexicale entre privado et mandadero (« mandaté ») qu’il est possible de constater dans le lexique de civilisation romaine des deux œuvres (« Empos esso pussieron conseieros de los principes et priuados et mandaderos con qui fiziessen saber por las tierras lo que ellos querien et por quien sopiessen las respuestas dellas » [Estoria de España (c), t. I, chap. 109, p. 87 ; repris dans General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 21, p. 469]). Cette proximité pourrait renforcer l’hypothèse déjà évoquée de Léo Spitzer à propos de privado/vite (Spitzer, 1933 et « Privado “quickly” », dans Id., 1957, pp. 586-587).

149 Des quatre emplois liés à cette histoire romaine en dehors du lexique, trois renvoient en effet à la mise en place du consulat dans la quatrième partie : « Sobr’esto acordaron que diesen desí dos omnes buenos que disen consejo al mantenimiento del fecho del pueblo, e que los otros se guardassen todos por ellos e por so consejo, e que aquellos dos a quien esta privança pusiessen los senadores e el común que durasen en ella un año cuamquiere buenos que fuessen e cuamquier bien que y abiniesen, e el año acabado, que toliesen estos e pusiessen otros dos. E esto ordenaron d’est guisa, peró con tanto departimiento que si alguno d’ellos muy bien aviniese en aquella privança que el otro año empós aquel en que el fuese privado [à comprendre ici au sens de personne privée] allí que nol dexassen y como es dicho, mas en el tercero o en el cuarto » (General Estoria (c), IV, t. II, Dario Idaspo, chap. 10, p. 51) ; « E comoquier que oviera y muchos d’essos senadores que tomaran aquella privança si los otros e el común gela diesen, sofriéronse allí e non se quisieron descobrir fasta que viesen en qué acordarién los otros » (ibid., chap. 11, p. 52). Le quatrième emploi intervient dans l’histoire de Romulus et Rémus : « Fausto e Haca Laurencia eram omnes buenos e venían de buena sangre, comoquier que era de pastores, mas peró eran pastores de los ganados del rey, que non era poca privança nin sin pro nin sin onra, e acordaron en este fecho algunos días » (ibid., iii, t. III, Rómulo y Remo, chap. 7, p. 238).

150 « E desí tanto fue él diziendo e encendiéndose a ello sobr’esto que lo non pudo sofrir, e començó a dar vozes que Moisén cruel e desmesurado era en este fecho porque tomava por sí el nombre de la onra, e que lo levava por artería e con engaño, diziendo que veyé él a Dios e que fablava con él, e dedié que diera Dios a Aarón su hermano el sacerdotado, e que era esto contra sos leis, judgando él lo que se querié, e que lo fazié sin plazer de tod el pueblo, porque pudiesse dar a quien quisiesse las onras en el sacertodado e en las otras privanças de la ley e del pueblo con su hermano Aarón e non gelo contrallasse ninguno » (ibid., i, t. II, Números, 23, chap. 6, pp. 722-723).

151 « Aquellos peones de quien avemos dicho que fueron tirados de las guardas, como eran muchos, ovieron so acuerdo. E fue tal que fiziessen entre sí grant collecha de aver que diessen en su poridad a Transíbulo que los non tolliesse d’aquella priuança, e dixiérongelo e cometiéronle con muy grant servicio, mas él non gelo quiso nin fizo y nada » (ibid., iv, t. II, Dario Noto, chap. 9, p. 159.)

152 Dix emplois sur dix-neuf. Cette proportion est atteinte du fait du comptage d’un emploi présent dans trois manuscrits (E, M et P) de la General Estoria (« Et por que los consules & los otros prinçipes non podien seer toda via en cada logar del jnperio acordaron de dar algunos a qujen pusiesen en sus priuanças & en sus çibdades por las tierras que mantoujesen los pueblos en justiçia & rrecabdasen los sus derechos & les guardasen el su sennorio », General Estoria (b) [Ms. E], fo 202ro), mais non retenu dans l’édition de la General Estoria, où priuanças est remplacée par provincias (General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 21, p. 469, et appareil critique pp. 704 [469, 17]). Étant donné l’acception mise en évidence, il n’y a pas de raison à mon sens pour procéder à ce remplacement.

153 Fernández-Ordoñez, inédite, pp. 11-40 et 1992, pp. 19-45.

154 « En latin dizen parare por appareiar, et esta palabra parare, segund cuenta Hugutio, componese con in, et dizen imperare. Et es imperare en el nuestro lenguage tanto cuemo mandar sobre otros et sennorear. E deste imperare por tal mandar uiene este nombre imperator que es por emperador, por quell emperador es sennor que manda et sennorea sobre otros et sobre reys. Dotra manera semeia que esta palabra imperare tanto quiere mostrar cuemo depareiar se o desegualar se dotros, et quiere nin deue auer qui sea so egual entre los otros principes. O aun imperare es estar apareiado contra los que se le enfestaren; e por tal dixieron los sabios en sos escriptos emperador » (Estoria de España (c), t. I, chap. 114, p. 90) ; « Disen en el latín parare por aparejar, e esta palabra parare segunt cuenta Ugucio e otros compónese con in, e dizen imperare, e imperare en el latín quiere dezir en el lenguaje de Castilla como mandar todos e señorear, e d’este imperare por tal manera viene este nombre de imperator que es por emperador; e emperador por mandador, porque el emperador es señor que manda e aseñorea sobre otros e sobre reyes, e non ninguno sobre él si non Dios. E de otra manera aun semeja que este latín imperare tanto quiere mostrar como desaparejarse o non aparejar o desigualarse de otros, e quiere esto dar a entender que emperador tanto es como que non á par en los omnes nin deve aver quien sea su igual nin quien se le deva aparejar nin igualar entre los príncipes del su imperio. E aún inperare da a entender que deva estar el emperador toda vía aparejado contra los que se enfestaren para domarlos e fazerles obedecer » (General Estoria (c), V, t. II, chap. 23, pp. 471-472, à quoi s’ajoute ici la caractérisation du régime impérial inauguré par Octave Auguste à partir de la définition de la monarchie).

155 Huguccio de Pise, Derivationes, [P 19] Paro, 29, 30 et 31, p. 901.

156 En conformité partant avec les usages astur-léonais d’imperare et d’imperium (Sirantoine, 2012, pp. 62-79).

157 Huguccio de Pise, Derivationes, [P 19] Paro, davantage 26, 27, 28 et 29 (« disparo -as », « impero -as »), p. 901.

158 Citons en ce sens la réflexion que suscita le verbe privar/privare chez Victor Fernández Llera : « La acepción de gozar de valimiento cerca de una persona, ser poderoso, que tiene además el verbo castellano, no fué conocida del latín. Mas por opuesta que a primera vista sea con la de “quitar, despojar”, en el fondo ambas convienen en la idea de “separación”, conforme con el significado del adjetivo latino priuus, “uno solo, distinguido, excelente”, que dió origen al verbo privare » (Fernández Llera, 1929, p. 245).

159 Hormis le cas du légat Richard de Saint-Victor (voir ci-dessus note 148).

160 Estoria de España (c), t. I, chap. 179 [Galba], p. 129 ; chap. 180 [Othon, mais à propos de Néron], p. 130 ; et chap. 181 [Vitellius, mais à propos de Claude], p. 130.

161 Chargé par un groupe de riches hommes d’indiquer à Alphonse VI leur accord en vue du mariage de sa fille doña Urraca avec le comte Gómez de Cantespina, Joseph Ibn Ferruziel tombe en disgrâce (« Et cum inter se aliquandiu tractauissent, demum comuni consilio elegerunt ut comiti Gomeçoni, dicto postea de Campo Spine, qui erat pocior, matrimonio iungeretur. Et quia consilium regi proponere non audebant animositatis eius magnificenciam formidantes, quendam Iudeum, Cidellum nomine, asciuerunt, qui satis erat familaris regi propter industriam et scienciam medicine ; et huic consilium denudantes mittunt ad regem, ut que tractauerant nunciaret. Tunc rex quasi dolore duplici stimulatus Iudeo tale dicitur dedisse responsum : “Non tibi imputo quod hoc dicere presumpsisti, set michi, cuius familiaritate in tantam audaciam prorupisti. Caue ergo ne de cetero audeas in mei presencia comparere, quod si feceris, illico morieris”», Rodrigo Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VI, xxxiii, 7-20, p. 217 ; « los condes e los rricos omes e los caualleros […] ovieron su acuerdo que la [doña Urraca] casasen con el conde don Gomes de Can dEspina, por que era mayor e mas poderoso que todos ellos. Mas como quier que ellos este consejo avien tomado, no lo osauan dezir al rrey temiendose del. E llamaron a vn judio que avie nonbre Çidiello, que era muy priuado del rrey, por que era muy buen fisico. E dixieron le el consejo que avien preso, e rrogaronle que fuese dezir al rrey aquello que ellos avien fablado. Et el judio fue gelo a dezir al rrey aquello que ellos avien fablado. Et el judio fue gelo a dezir. El rrey fue muy sañudo quando lo oyo, e tornose contra el judio, e dixole : Non rriepto yo a ty que tal cosa me osaste dezir, mas a mi que tanto te cogi en mi priuança ; e guardate que de aqui adelante non te pares ante mi, ca si lo fezieres, digo te que te mandare matar », Estoria de España (d), versión crítica, chap. ccclviii, p. 639 [voir également Estoria de España (a), fo ccclxvivo ; Estoria de España (c), t. II, chap. 963, p. 644 ; et Crónica de Castilla, p. 251]).

162 « Empos esso pusieron conseieros de los principes et priuados et mandaderos con qui fiziessen saber por las tierras lo que ellos querien et por quien sopiessen las respuestas dalla. Et otrossi fizieron cogedores et recabdadores de los sos derechos et de los tributos et de los aueres que auien a auer por las tierras. Et porque los buenos fechos tan bien de las otras yentes cuemo los suyos dellos et las marauillas que contescien por las tierras se non perdiessen por mingua de escreuir los, dieron pora ello escriuanos que los escriuiessen et los ayuntassen a las estorias romanas. Et llamaron a todos estos en latin necessarios; et a los conseieros de los reyes et de los otros principes llamauan assecretis; e por mandaderos dizien arresponsis et aun legados; et a los cogedores et recabdadores de los sos pechos, questores; et a los escriuidores de las estorias ystoriographos; et nescessarios a los que eran priuados de los Reyes et de los otros principes » (Estoria de España (c), t. I, chap. 109, p. 87 ; hormis la phrase soulignée l’ensemble du passage est repris à l’identique dans General Estoria (c), V, Mandato de Octavio Augusto, chap. 21, pp. 469-470).

163 Hellegouarc’h, 1972, pp. 71-76. Dans son chapitre sur les différentes formes de l’amitié (ibid., pp. 63-90), l’auteur différencie trois types d’amitié : l’amitié fondée sur la parenté (cognatio, propinquitas), celle fondée sur l’intimité des relations (familiaritas, necessitudo, consuetudo), et celle fondée enfin sur l’intérêt (coniunctio, societas). L’auteur évoque dans cette dernière des termes tels que comes, minister et satelles (ibid., pp. 88-90), que certaines des sources du corpus traduisent par privado.

164 Ibid., p. 73.

165 Rowland, 1970 ; Deniaux, 1995 ; Bernard, 2015.

166 Hellegouarc’h, 1972, p. 72.

167 Huguccio de Pise, Derivationes, N [23] « Necto », 1, 8 et 12.

168 Las Siete Partidas, VI, iii, 21 ; Les Institutes de l’empereur Justinien, II, xix, 1, 2 3, et 4.

169 Morsel, 2015, p. 453.

170 Ces contextes sont d’une taille maximale de trois lignes autour de la ligne de concordance, et en moyenne plutôt de deux lignes.

171 C’est là une taille modeste. Les essais réalisés en scindant ce texte en trois sous-textes (privado, privanza et aprivar) ne donnaient pas des résultats factoriels si différents et compliquaient ou interdisaient même la mise en œuvre de la fonction cooccurrence pour les termes cibles. Aussi ai-je jugé préférable de ne garder qu’un seul « texte » pour l’exploitation, d’autant que l’unité de mesure de la fonction cooccurrence est le paragraphe.

172 Foronda, 2005.

173 Brunet, 2012. D’autres logiciels peuvent être employés, par exemple CooCs v2.a de William Martinez, que j’avais utilisé avec l’aide de Stéphane Lamassé pour établir les chemins de cooccurrences de congoxa (« angoisse ») dans mon étude comparée des tentatives constitutionnelles des années 1460 en Castille, Catalogne et France (Foronda, 2013a, pp. 145-200, et 2013b), ou encore le script d’Alain Guerreau pour le paquet CQP à exploiter sous R (logiciel libre de traitement des données et d’analyse statistique) qu’utilise Joseph Morsel dans son article précédemment cité (Morsel, 2015). Si j’ai finalement choisi le menu d’Hyperbase, c’est en raison d’un visuel qui permet d’entrer plus rapidement dans l’interprétation.

174 À l’exclusion toutefois des noms d’animaux, que la trame animalière du Calila e Dimna rapproche des noms de personnes.

175 Le maximum de termes autorisé par le logiciel a cependant imposé un seuil de contribution variable. Il est de 1 % pour l’analyse factorielle des noms de personnes (et d’animaux) et de lieux et celle des noms communs, et de 1,5 % pour celle des verbes.

176 Cette liste a donné lieu à une analyse factorielle, à la façon d’un test de validité, qui n’est cependant pas repris ici pour ne pas alourdir le propos. Les trois premiers facteurs concentrent à eux-seuls 61,4 % de la variance (27,8 % pour le facteur 1 ; 18,1 % pour le facteur 2 ; 15,5 % pour le facteur 3). L’opposition entre le Calila, au négatif, et le General Estoria, au positif, structure pratiquement à elle seule le premier facteur, la première portant 35,4 % et la seconde 61,6 % de part de variance. L’opposition entre ces œuvres rejoue sur le deuxième facteur (au positif, le Calila cette fois, avec 27,6 % de la variance du facteur, et au négatif, la General Estoria, avec 10,6 %), mais la General Estoria cède sa place dominante à la Estoria de España (au positif, avec 54 % de la variance du facteur). Ce rôle des Estorias n’est plus tel dans la structuration du troisième facteur (au négatif, la General Estoria ne concentre plus que 3,9 % de part de variance, et la Estoria de España une part de 1,4 %). L’opposition principale se joue ici entre le Sendebar (au positif, avec 76,9 % de la variance du facteur) et le Calila (au négatif, avec 13,9 % de part de variance). Le détail des données n’étant pas indiqué pour le quatrième facteur (8,4 % de la variance), il est plus délicat d’en saisir la configuration, sauf à en passer par un autre logiciel. Toutefois, il faut supposer que l’amorce de contribution d’œuvres de taille très secondaire au troisième facteur se confirme sur le quatrième (Castigos avec 1 % de part de variance du troisième, la Bible préalphonsine avec 0,7 %, la Gran conquista de Ultramar avec 0,6 %, Proverbios avec 0,3 % et Bocados avec 0,2 %), qui pourrait donc être davantage structuré par des lignes d’opposition faisant intervenir le reste des œuvres du corpus, en particulier les autres œuvres de la production doctrinale des années 1250. Quoi qu’il en soit, le graphique factoriel des facteurs 1 et 2 présente une extrême concentration du vocabulaire autour des axes. Celle-ci est moindre dans le graphique factoriel des facteurs 3 et 4, mais reste très importante. Un cœur de cible semble ainsi avoir été atteint.

177 Le CORDE donne 688 emplois de « dignidad » avant 1300. Vingt-neuf occurrences sont issues du Calila e Dimna… mais 368 des seuls cinq premiers livres du Libro conplido en los iudizios de las estrellas et vingt-quatre encore correspondent au Libro de las cruces. La traduction d’une littérature scientifique et doctrinale en arabe joue donc un rôle massif dans la mise en œuvre du terme avant 1300, dont l’acception principale dans ce cadre renvoie à la question des dignités planétaires. Ce genre n’ignore cependant pas le sens dignité/charge, le pronostic permettant de savoir si une personne obtiendra une dignité ou en sera démise.

178 « Empos estos ordenamientos que auemos dichos de la cauallerias de los romanos et de sos principes et de los sos poderios, uieron los omnes buenos en la corte de Roma cuemo eran y mester otras priuanças menores sin que se non podrien complir bien los fechos de los mayores » (Estoria de España (c), t. I, chap. 109, p. 87) ; « Empós estos ordenamientos que avemos dichos de las cavallerías de los romanos e de sus príncipes e de sus poderíos, vieron los omnes buenos de la corte de Roma cómo eran menester otras privanças menores sin que se non podrién complir bien los fechos de los mayores » (General Estoria (c), V, t. II, Mandato de Octavio Augusto, chap. 21, p. 469).

179 Huguccio de Pise, Derivationes, [M 106] Minuo, 10, 11, 12 et 13, pp. 771-772.

180 Le faible nombre d’emplois autorise ici à rapporter les concordances : « El rey non apriva a los omnes por la privança de sus padres, nin los despreçia por non conosçer a sus padres » (Calila e Dimna (c), p. 133 [Ms. A : apriua ; Ms. B : pryua) ; « Bive comigo et fazerte he onra. Et el buey gradeçiógelo mucho et omillósele. Desí el león aprivólo et allególe a sí » (ibid., p. 137 [Ms. A : néant ; Ms. B : apryuo lo]) ; « entendí que era traidor et falso; ca lo honraste tú, et lo privaste et lo feziste tu egual » (ibid., p. 148 [Ms. A : priuaste : Ms. B : néant]) ; « desí fuérçalo su talante, et aprívalo, et métel’ sus cosas en mano porque sabe que es bueno et aguçioso » (ibid., p. 177 [Ms. A : apriua lo ; Ms. B : pryva la]) ; « et a las vezes ama a algund omne et aprívalo, desí mátalo et derráigalo por miedo que le non faga dapño » (ibid., p. 177 [Ms. A : apriua lo ; Ms. B : aparta le se sy, employé ici de manière antinomique par conséquent) ; « Et quando esto oyó el león, creólo et aprivólo et púsolo en mayor dignidat » (ibid., p. 178 [Ms. A : apriuo lo ; Ms. B : néant]) ; « Et púsolo en su repuesto et aprivadólo más que a todos sus vasallos. Et acordávase con él » (ibid., p. 309 [Ms. A : apriuado lo ; Ms. B : puso le en mayor pryuança) ; « et pagávase más toda vía dél. Et aprivadólo más et onrávalo tanto, que, pesó mucho aquellos que servían al león » (ibid., p. 309 [Ms. A : apriuado lo ; Ms. B : pryuaua tanto con el]). Pour les indications relatives aux manuscrits dénomés « A » et « B » du Calila, c’est-à-dire les manuscrits du xiiie siècle, voir Calila e Dimna (d), pp. 171, 177, 194, 240, 241 et 427.

181 Notamment Foronda, 2004a, pp. 160-162 à propos du Calila.

182 Mencé-Caster, 2002.

183 Moucannas Mazen, 2002.

184 Je ne crois pas être passé à côté de dizaines d’emplois du terme au cours du relevé des occurrences. L’idée d’échec me semble par conséquent patente, au moins pour le xiiie siècle, car le verbe privar aura un peu plus de succès au xve siècle. L’absence de toute reprise au xiiie siècle en dehors du Calila impose d’envisager plusieurs possibilités d’explication. Ce pourrait être la conséquence de l’intervention d’un seul traducteur au rôle très passager. Mais ce pourrait être encore la conséquence de l’emploi de la variante privar pour aprivar, comme le montre le relevé des formes dans les manuscrits du Calila, laquelle est polysémique et suppose quelque chose de négatif, contrairement à aprivar qui doit s’entendre de manière positive. Remarquons que cette autre solution pour dire l’entrée en privanza que constitue le verbe allegar, un verbe appelé à une toute autre fortune qu’aprivar comme nous l’avons vu, ne porte pour sa part aucune contradiction ni ambiguïté.

185 Absent de ce réseau de cooccurrents, le terme castrado (« eunuque ») également lié à l’histoire babylonienne, mais encore égyptienne, dans la Bible préalphonsine et les Estorias, est bien présent dans le schéma obtenu à partir de la liste des seuls noms communs (schéma 2).

186 Foronda, 2007c et 2013a.

187 Ce domaine de la communication est particulièrement représenté dans les cooccurrences des seuls verbes, où il s’ouvre logiquement aux verbes indiquant un déplacement : enviar (« envoyer »), demandar (« demander »), preguntar (« questionner »), venir (« venir »).

188 Signalons cependant une autre mention de privado, mais au féminin, à propos de la chambrière de la reine (Las Siete Partidas, II, xiv, 3).

189 Ibid., II, ix, 5.

190 La référence à Sénèque dans la deuxième des Partidas est relativement rare comparée aux mentions renvoyant à l’autorité d’Aristote ou de Salomon (Montoya Martínez, 1991, pp. 406-408). Le contexte des emplois, à savoir les dispositions relatives au parler du roi (Las Siete Partidas, II, iv, 4 et 5) et celles qui nous occupent à propos des conseillers, indique vraisemblablement une première réception des œuvres de Sénèque, en particulier le De ira, au cours du dernier quart du xiiie siècle (Blüher, 1969). Néanmoins, c’est surtout à partir du règne de Sanche IV que les réflexions de Sénèque nourrissent la pensée politique castillane, avec la traduction du traité De ira au castillan (Parilla García, 1996).

191 Le premier personnage auprès d’Alphonse X auquel sa chronique attribue la condition de privado, son médecin maître Nicolas, intervient de fait dans le cadre de l’expression par le roi d’un profond sentiment de tristesse (Crónica de Alfonso X, pp. 240-241). Celle-ci est causée par l’annonce de la (fausse) mort de l’infant Sanche, que le roi a précédemment déshérité et maudit (Diplomatario andaluz, doc. 503 bis, pp. 532-535 ; Martin, 1994). Le passage fut sans doute réécrit ou écrit lors d’un des premiers moments de la durable instrumentalisation de cette malédiction alphonsine au cours du xive siècle, mais pour en atténuer les effets (Funes, 1993, 1994 et 2016 ; Arias Guillén, 2012). Toutefois, loin de manifester de l’empathie envers le sentiment qu’éprouve le roi, le médecin l’exhorte à faire preuve de sens politique plutôt que de manifester l’émotion du père. Le roi dément dès lors le sens de ses larmes en indiquant qu’il se lamente en fait de devoir ramener à l’obéissance un front laissé dispersé par la mort de son fils. Sur ce médecin politique, dont la carrière auprès du roi se prolonge sous le règne de Sanche IV et de Ferdinand V, voir Torres Fontes, 1954.

192 Sur la base probablement du traité Secreto de los secretos, chap. xxx, p. 94 : « Non fagas alguna cosa grande o alta sin consejo de los sabios [e] los philosophos antiguos, los quales dixeron que el consejo es el ojo de las cosas por venir ». Cette comparaison oculaire est également présente à propos de l’alguazil dans le Libro de los cien capítulos, (« El alguazil del rey es al rey como las orejas, e los ojos, e el coraçón al omne », chap. vii, p. 90-91).

193 L’inclusion des riches hommes dans cette liste d’officiers appelle une explication contradictoire. Car, si elle peut signifier une volonté de mise au pas de la part d’Alphonse X, elle peut tout aussi bien signifier sa claudication face à leurs revendications, encore que, comme nous l’avons vu à propos de la révolte de 1272-1274, celles-ci n’abordent pas la question de l’entourage. Pour trancher entre l’une et l’autre des explications, il faudrait connaître la chronologie exacte de la rédaction de la deuxième des Partidas, afin de mesurer dans le détail ce que la révolte tout juste indiquée, dont la conséquence est en définitive la non-promulgation du code, a pu occasionner, ou non, en termes d’amendements et de réécriture. Ceci pose en définitive la question de l’autorité législative s’exprimant ici. Georges Martin distingue entre une autorité de commande et de réalisation, celle-ci se différenciant à son tour entre autorité de conception et d’exécution, mais qu’Alphonse tend à concentrer entre ses mains (Martin, 1993). Fernando Gómez Redondo plaide pour sa part en faveur d’une certaine relégation auctoriale d’Alphonse qui conserve essentiellement l’autorité de promulguer une loi produite par un « nous » législatif plus mêlé d’autorités. Et parmi elles émergent également selon lui l’autorité législative de la noblesse, au travers de la mention des grands seigneurs (« grandes e onrados señores », « grandes señores ») parmi les autorités citées (Gómez Redondo, 1998-2007, t. I, pp. 540-546, 549-550 et 585-586). Dans la liste des grands seigneurs qui ne sont pas empereurs ni rois, la deuxième des Partidas fait figurer les princes, ducs, comtes, marquis, juges et vicomtes (Las Siete Partidas, II, i, 11). Et, dans la quatrième des Partidas, il est précisé que les riches hommes sont en Espagne ce que l’on appelle ailleurs les comtes et barons (ibid., IV, xxv, 10). Ces deux auteurs divergent aussi sur le sens à donner à l’idéologie chevaleresque inscrite dans la loi royale. Tandis que F. Gómez Redondo y voit une imposition aristocratique (Gómez Redondo, 1998-2007, t. I, pp. 536-570), G. Martin la tient pour l’affirmation d’un modèle régaliste (Martin, 2004).

194 En réalité, c’est surtout le mariage qu’Alphonse X s’attache à réguler, en tant qu’il en fait un des fondements du lien social. À partir du mariage, Alphonse X construit cependant le lien plus large de l’attachement, par l’alliance et la parenté, incluant le service (les criados ou nourris) ou la dépendance (Las Siete Partidas, IV, i à xxiii). Pour des prolongements, voir Rochwert-Zuili, Thieulin-Pardo, 2008.

195 Sur l’amitié dans la réflexion alphonsine, voir Heusch, 1998.

196 Las Siete Partidas, IV, xxvii, prologue.

197 Ibid., IV, xxvii, 4. Ces distinctions reprennent celles établies dans l’Éthique à Nicomaque. Sur les lectures médiévales de la conception aristotélicienne de l’amitié, en particulier des livres viii et ix de l’Ethique : Sère, 2007. Le législateur fait en outre référence aux dits de Salomon, en particulier pour indiquer les raisons pour lesquelles l’amitié prend fin, en cas de médisance ou de trahison du secret (Las Siete Partidas, IV, xxvii, 5) ; à saint Augustin, pour signaler l’obligation d’équilibre dans l’amitié que se portent deux amis (ibid., IV, xxvii, 2) ; à Tertulien, sur les liens entre l’amitié et le conseil, ou les faux amis (ibid., IV, xxvii, 3 et 5), cette autorité étant la référence la plus sollicitée, après Aristote, dans ce titre sur l’amitié.

198 Pour une mise au point sur la question de la rémunération des officiers en Castille à la fin du Moyen Âge, voir García Marín, 1987, pp. 244-290.

199 Sont concernés le chapelain (Las Siete Partidas, II, ix, 3), le chancelier (ibid., II, ix, 4), les gens de la mesnie (ibid., II, ix, 9), les médecins (ibid., II, ix, 10), les officiers de bouche (ibid., II, ix, 11), l’alférez (ibid., II, ix, 16), le maître de l’hôtel (ibid., II, ix, 17), les juges (ibid., II, ix, 18), les adelantados (ibid., II, ix, 22) et l’amiral (ibid., II, ix, 24).

200 Ce sont ici les chambriers (ibid., II, ix, 12), les fourriers (ibid., II, ix, 15), les sergents (ibid., II, ix, 25) et les trésoriers (ibid., II, ix, 25). Le redoublement terminologique dont bénéficient ces officiers territoriaux que sont les merinos menores (ibid., II, ix, 23), qui, lorsqu’ils remplissent les conditions requises par la loi, peuvent espérer être gratifiés et récompensés (« gradesçido e galardonado »), les ramènent vers ce même niveau supérieur, mais étagé, de récompense.

201 Outre les privados ou conseillers, sont concernés cette fois les notaires (ibid., II, ix, 7), les dépensiers (ibid., II, ix, 13), les portiers (ibid., II, ix, 14) et les messagers (ibid., II, ix, 21).

202 Rappelons que le législateur distingue pour l’empereur un double pouvoir, de droit et de fait, le conseil, avec la justice, relevant de ce-dernier (ibid., II, i, 2).

203 Cette technicité dépend, bien entendu, de la nature de l’office : ainsi le chancelier doit-il savoir lire et écrire, en latin et en castillan (ibid., II, ix, 4) ; les notaires, savoir tenir un registre (ibid., II, ix, 7) ; les médecins, connaître leur métier (ibid., II, ix, 8) ; les portiers, savoir distinguer entre les hommes (ibid., II, ix, 14) ; les juges, savoir aussi lire et écrire, pour instruire les requêtes et les enquêtes (ibid., II, ix, 18) ; et les sergents savoir lire, probablement afin de pouvoir exécuter les sentences ordonnées par le roi, le juge ou le surjuge (ibid., ix, 20).

204 Sur cette capacité et ces exigences, García Marín, 1987, pp. 178-224.

205 Las Siete Partidas, II, ix, 2.

206 Vázquez Campos, 2014-2015.

207 García Marín, 1987, pp. 196-204.

208 Las Siete Partidas, II, ix, 2.

209 Ce « buen lugar » est à envisager tel un « solar », qui indique à la fois la demeure et le lignage, autrement dit le topolignage. Sur la place du « solar » dans la définition alphonsine de la noblesse, qui est en fait la première définition castillane de celle-ci, voir Sánchez Saus, 2014-2015, pp. 193-195.

210 Las Siete Partidas, II, xix, 3.

211 C’est d’ailleurs à propos des clercs qu’intervient la deuxième mention de privanza dans les Siete Partidas, lorsque la loi leur prescrit de ne pas entretenir trop d’intimité avec leurs parentes, avec qui il leur est cependant permis de demeurer (ibid., I, vi, 38).

212 Foronda, 2007d.

213 Iglesias Ferreirós, 1971a.

214 Bermejo Cabrero, 1975 ; Vallejo, 1994.

215 Ordenamiento de Alcalá, 28, 1.

216 Foronda, 2018a.

217 Gómez Redondo, Lucía Megías, 2002.

218 Outre la copie conservée aux archives municipales de Guadalajara, qui est celle par laquelle cette mention apparaît dans le CORDE, et non pas au travers des actes de ces Cortes, il faut signaler huit autres copies, aux archives de Burgos, Cordoue, León, Miranda de Ebro, Oviedo, La Rioja, Valladolid et Vitoria d’après les informations fournies par le corpus CHARTA.

219 J’avais signalé ce jeu de reprises à propos de certaines images liées à la privauté dans la littérature doctrinale entre le milieu du xiiie et le milieu du xive siècle, telles que la vigne, la montagne du pouvoir ou encore le conte du demi-ami (Foronda, 2004a, pp. 159-176 et 2004b). Dans la perspective d’une évaluation d’ensemble de ce jeu de reprises, mais pour le xiiie siècle seulement, le dictionnaire parémiologique d’Hugo Óscar Bizzarri peut constituer un instrument de travail utile (Bizzarri, 2000).

220 Pour une comparaison, la recherche des mentions du termes amigo dans le CORDE produit un résultat de 1 850 cas dans 109 œuvres ou documents avant 1300. Amistad est bien plus rare avec 93 cas dans 20 documents.

221 Las Siete Partidas, VII, ii, 1.

222 Pour rappel, sur la Castille simplement : Iglesias Ferreirós, 1971. La question a été réenvisagée depuis la perspective plus large du délit politique : Villarroel González, 2008.

223 Pocquet du Haut Jussé, 1961 ; Foronda, 2015a.

224 Le caractère tragique de la condition des privados est d’ailleurs fortement rappelé dans le Libro de los cien capítulos, au travers des conseils prodigués à ceux qui vivent auprès de mauvais princes (chap. iv, pp. 82-85) ou à ceux qui demeurent dans la compagnie du roi (chap. viii, pp. 92-93). Selon la dernière éditrice de ce traité, sa production se situe à la fin du règne d’Alphonse X et s’explique par la volonté de revitaliser les fondements idéologiques du pouvoir alphonsin dans le contexte de la crise successorale. Acceptons l’idée d’une rédaction tardive du traité vers laquelle mène logiquement la comparaison avec certaines de ses sources, en particulier le Flores de filosofía, encore que le moment de rédaction de ce dernier est également discuté. En revanche, l’idée selon laquelle ce traité serait une pièce de propagande monarchique me paraît plus discutable. Tout d’abord, aucun élément ne permet réellement de conclure dans le sens d’une rédaction souhaitée par Alphonse X. Ensuite, dans le cas d’une revitalisation des fondements idéologiques de son pouvoir destinée à en faire la propagande, les chapitres que nous venons d’évoquer s’avèrent plutôt maladroits tant ils ressuscitent une vision orientale et donc tyrannique de ce pouvoir. Peut-être faudrait-il accorder plus d’importance au titre de l’œuvre dans un des manuscrits qui en assurent la transmission, lequel indique l’auteurité juive du traité (Libro de los sabios judíos, BNE, Ms. 9216 ; Libro de los cien capítulos, pp. 47-49). Car le rappel des risques de la proximité royale dans les chapitres évoqués pourrait faire écho à l’exécution du trésorier don Zag de la Maleha à l’automne 1280, qui fut assortie d’un ordre de détention de tous les Juifs du royaume. Parmi ces détenus se trouvait d’ailleurs Todros ben Judah Halevi Abulafia, auteur de quelques vers à la louange d’Alphonse, qui cède alors à la description de son affliction (Tarragona Borrás, 1985). Dans le cas d’un lien entre la rédaction du traité et cette situation, le contexte de la crise successorale, c’est-à-dire du conflit entre Alphonse X et le futur Sanche IV, reste valable. Mais la fonction du traité pourrait s’en trouver changée. Car, en le rédigeant, ses auteurs purent vouloir rappeler leur contribution à la définition d’un pouvoir qui venait de les exclure de sa privanza et ainsi obtenir leur retour en grâce.

225 En particulier la question de la sapiencia de faciona (« physiognomonie »), qui permet à Aristote de dresser pour Alexandre le portrait robot du bon compagnon dans le Poridat de las poridades (Secreto de los secretos, pp. 146-150 ; Foronda, inédit 2, t. I, pp. 107-108 ; Coussemacker, 2011).

226 Cette voie est dans l’air du temps à en juger par le cours que prend à cette période la réflexion sur l’amitié, et plus particulièrement celle du roi (Sère, 2007, pp. 153-209).

227 Pour une vision plus détaillée de cette spéculation doctrinale, dont je me contente de résumer l’essentiel dans les lignes qui suivent, voir Foronda, inédit 2, t. I, pp. 131-165.

228 Castigos, chap. xxxv, pp. 256-264.

229 Libro del caballero Zifar, pp. 64-70 ; Juan Manuel, Libro del conde Lucanor, pp. 864-868.

230 Castigos, pp. 59-60, et chap. xxxv, note 16, pp. 257-259.

231 Ibid., chap. xxxiii, pp. 245-249. Ce chapitre sur la noblesse de la vérité est de fait suivi par un chapitre recommandant la plus grande méfiance face aux flatteurs (chap. xxxiv, pp. 250-256), qui prépare ainsi le chapitre xxxv, sur les différences à faire entre les amis, où se trouve rapporté l’exemple du demi-ami.

232 Ibid., pp. 59-60 et chap. xxxiii, note 15, pp. 245-247.

233 « E commo quier que a todos feziesse mucha merçet en espeçial la fizo a aquel que dico la uerdat, en tal manera que el dio todo su poderio en todo su regno para que vsasse de la justiçia e fisolo su alcalde e justiçia mayor. E a cada vno de los otros fizo grandes merçedes. E este de la uerdat uso muy bien e regno el regno » (ibid., chap. xxxiii, note 15, p. 247).

234 Esdras A’, chap. iii et iv (traduction, Canessa, 1997, t. I, pp. 86-90). Celle de la General Estoria (IV, fos 125ro-126ro), tributrice des Antiquités judaïques de Flavius Josèphe (livre XI, chap. iv, pp. 274-276), l’est bien davantage.

235 Zimmerman, 1964 ; Hilhorst, 1982.

236 Canessa, 1996.

237 Ost, 2004, pp. 18-19 en particulier.

238 Bizzarri, 2002 (hypothèse de production du manuscrit entre 1420 et 1430) ; Haro Cortès, 2014 (hypothèse de production du manuscrit entre 1410 et 1420, pour servir à l’instruction de Jean II).

239 BNE, Ms. 3995, fos 17vo, 18ro-vo et 23vo ; Haro Cortés, 2014, pp. 82-98. La miniature du roi couché est envisagée dans la série commandée par l’illustration de la matière exemplaire (ibid., pp. 105-106).

240 Castigos, chap. xi, pp. 142-143 ; chap. xiv, dans le Ms. 3995, fo 23vo pour la miniature ; Haro Cortés, 2014, pp. 88-98.

241 Castigos, chap. x et xii, pp. 130-141 et 152-159.

242 Exode, 27, 9-19 ; 36, 8-38 ; 38, 9-20 et 40, 1-38.

243 Foronda, inédit 2, t. I, pp. 135-146

244 Foronda, 2007d.

245 Par exemple BL, Add. 11695, fo 239ro ; BNE, Ms. Vitr. 14/2, fo 286ro ; BnF, Ms. lat. 8878, fo 234ro ; MPL, Ms. 429, fo 162ro et Ms. 644, fo 260ro.

246 Ce thème du rex exsomnis accompagne la doctrine du prince comme lex animata (Kantorowicz, 1989, note 167, pp. 427-428).

247 Ainsi Álvaro Pais attribue-t-il des nuits sans sommeil à Alphonse XI pour raison de son combat contre les Maures (Espelho dos reis, t. I, pp. 22-23).

248 Foronda, 2005

249 Dans la lettre déjà évoquée (note 20) que le maitre de Calatrava adresse à un conseiller du roi d’Aragon le 13 septembre 1311, Gonzalo López indique avoir eu entre les mains les lettres d’engagement (cartas de las posturas) souscrites par certains ligueurs, où s’exprimait leur volonté de mettre de l’ordre dans le royaume, laquelle impliquait leur accord pour exiger le renvoi des privados selon l’un de leurs signataires (Masía de Ros, Relación castellano-aragonesa, doc. 143/400, p. 269).

250 Quintanilla Raso, 1990, 2000 et 2007 ; Beceiro Pita, Córdoba de la Llave, 1990, pp. 307-324 ; Sánchez Prieto, 1995 ; Beceiro Pita, 2007 ; Rábade Obradó, 2007. Pour des comparaisons avec les contrats d’alliance français, voir principalement Lewis, 1964 et 1976 ; Guenée, 1989 ; Nabert, 1994 ; Mattéoni, 2009 ; Sère, 2011.

251 Mitre Fernández, 1968.

252 Voir par exemple certains des actes rassemblés dans les collections diplomatiques de Sanche IV (Gaibrois de Ballesteros, 1922-1928, t. III, doc. 224, 249, 384, 388, 603, 605, 606, 608) et de Ferdinand IV (Benavides, Memorias de don Fernando IV, t. II, doc. i, iii, iv, xxvii, xxix, xxx, xxxi, lv, lvii, cxvi, clxxiii, clxxxii, ccxxxiv, cclxxxvi, cclxxxix, cccii, cccvii, cccxviii, cccxx, cdlxxxiv, cdlxxxv, dliv, dlx).

253 RAH, Colección Salazar y Castro, Confederaciones, K-36, 9/661 (t. I : Confederaciones desde 1191) et K-37, 9/662 (t. II : Confederaciones desde 1454).

254 Grassotti, 1969, t. I, pp. 216-260.

255 Les cas rapportés sont tous extraits de la Historia compostelana. Il s’agit de l’amicitiae foedus juré au terme de la réconciliation intervenue à Cesures sous l’égide de l’évêque Gelmirez de Saint-Jacques-de-Compostelle, au bénéfice également de la reine doña Urraca et de son fils l’infant Alphonse (ibid., p. 224, note 288) ; de l’amicitae contubernio auquel consent cet évêque en s’intégrant à la novae germanitatis formée par les meilleurs de Galice en 1109 (ibid., pp. 225-226) ; des amitiés jurées au profit dudit Gelmírez par les comtes Pedro Froilaz, Munio Peláez et Rodrigo Vélaz en 1114 et 1115 (ibid., pp. 185-186 et 221-223), avec des formules d’engagement très proches de celles qui auront cours dans les contrats d’alliance ultérieurs ; enfin du pleito-homenaje de 1120, par lequel ledit évêque s’était vu promettre, par les « complices » de doña Urraca, que ceux-ci seraient désormais ses amis et ses fidèles (ibid., p. 228). Sur cet évêque Gelmírez et son réseau, voir Pascua Echegaray, 1993.

256 Grassotti, 1969, t. I, p. 247. La distinction d’un terrain diplomatique, donc « extérieur », reste quelque peu artificielle. Les études d’Esther Pascua pour le xiie siècle ibérique montrent à quel point les dynamiques « internes » et « externes » de construction des pouvoirs royaux et aristocratiques sont liées dans ce cadre territorialement encore non-stabilisé. Outre qu’elle concourt à cette stabilisation, la dynamique contractuelle alors repérable, qui fonctionne de manière très multilatérale dans un contexte de forte concurrence entre les pouvoirs, contribue à poser tant la supériorité que la centralité du pouvoir royal par rapport aux autres (Pascua Echegarray, 1996 et 2002-2003)

257 Prodi, 1992, pp. 161-225.

258 Ibid., p. 161. Cette perspective archéologique fut l’objet d’une des séances du séminaire organisé à Madrid en vue d’approfondir la question du contractualisme politique (Escalona Monge, 2008 ; Nieto Soria, 2008a ; Novoa Portela, 2008). Les pistes alors ouvertes, qui concernaient les communautés locales, l’Église ou encore les ordres militaires, restent cependant à prolonger. L’analyse des rapports entre, d’une part, l’hospitalité et le patronage hispano-romain, et, d’autre part, les fueros et les chartes de fraternités suggère d’autres possibilités archéologiques (Balbín Chamorro, 2005). Sans doute faudrait-il aussi pousser les recherches en direction du monacat pactiste pour élucider les éventuelles voies de transmission entre l’époque hispano-romaine puis wisigothique et celle du royaume astur-léonais (Bishko, 1951 et 1984 ; Linage Conde, 1973, t. I, pp. 291-341 ; Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, pp. 150-161).

259 Sur les fraternités de villes, retenons pour le règne de Ferdinand IV et la première moitié du xive siècle : Mínguez Fernández, 1990 ; González Mínguez, 1991-1992 et 2008 ; Asenjo González, 1997.

260 De Dios, 1982, pp. 40-53 et 116-120.

261 Foronda, 2011b et 2015c.

262 Prodi, 2002.

263 Gauvard, 2007 ; Genet, 2007 ; Genet, Valdeón, 2007.

264 Sère, 2007, pp. 227-246 sur le lien entre la pensée sur l’amitié et les mouvements associatifs.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. —  Mise en œuvre chronologique du corpus
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Graphique 2. — Mise en œuvre chronologique des acceptions
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Graphique 3. — Mise en œuvre chronologique de l’acception privauté
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 1. — Le concours des gardes du corps, Castigos del rey don Sancho, Madrid, BNE, Ms. 3995, fo 53ro.
Crédits © Biblioteca Nacional de España
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 961k
Titre Fig. 2. — Vision d’un roi de majesté, Castigos del rey don Sancho, Madrid, BNE, Ms. 3995, fo 23vo.
Crédits © Biblioteca Nacional de España
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1011k
Titre Fig. 3. — L’insomnie angoissée de Darius, Beatus, 1047, Madrid, BNE, Ms. Vitr. 14/2, fo 286ro.
Crédits © Biblioteca Nacional de España
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/9366/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 710k

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search