Version classiqueVersion mobile

Privauté, gouvernement et souveraineté

 | 
François Foronda

I

Une relation gouvernementalisante

Texte intégral

  • 1 Foronda, inédit 1.
  • 2 Id., 2001a et 2001b. Cette question de l’échange administratif ne fut cependant pas tout à fait ou (...)
  • 3 Id., 1998, 1999 et 2001c.
  • 4 Le Trésor de la langue française informatisé signale quelques emplois médiévaux pour préciser l’ét (...)

1Neuf, cet ouvrage est pourtant déjà vieux de vingt années. Au principe de ce livre se trouve en effet une direction de recherche sur la parole au roi que j’empruntais en 1995-19971. Plutôt que de la mener à son terme attendu, la question des rapports entre gouvernant et gouvernés à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, au travers de l’analyse de leur échange administratif2, je la déviais assez tôt vers l’appréhension d’un échange moins formalisé, mais plus riche de possibilités pour qui, comme moi, s’intéressait au politique au Moyen Âge : la privanza3 que nous traduirons par « privauté », car le terme privance est aujourd’hui désuet4.

  • 5 Elliott, Brockliss (dir.), 1999.
  • 6 Tomás y Valiente, 1963.
  • 7 Bérenger, 1974.
  • 8 Le Roux, 2000.
  • 9 Stein, 2001.
  • 10 Marchandisse, Kupper, 2002.
  • 11 Escudero (coord.), 2004.
  • 12 Hirschbiegel, Paravicini, 2004.
  • 13 Oschema, 2006.
  • 14 Foronda, Genet, Nieto Soria, 2005.
  • 15 Bercé, 2007.
  • 16 Foronda, inédit 2.

2Le contexte historiographique d’alors était marqué par une attention grandissante pour la proximité monarchique, le monde des favoris, les ministres principaux des temps baroques de l’État et leurs ancêtres médiévaux. La publication en 1999 des actes du colloque international que John Elliott et Laurence Brockliss avaient organisé en 1996 sur les favoris (validos) est un jalon essentiel5. Leur réflexion réempruntait la voie d’approche institutionnaliste que Francisco Tomás y Valiente (il venait d’être assassiné par l’ETA à Madrid et l’ouvrage lui est dédié) avait ouverte dès 1963 avec son livre sur le ministériat (valimiento)6, et répondait, enfin, à l’appel en faveur d’une enquête européenne sur ce sujet qu’avait lancé Jean Bérenger en 19747. En 2000 paraissait la thèse de Nicolas Le Roux, soutenue en 1997, sur le régime de la faveur sous le règne d’Henri III8. En 2001 paraissaient les actes du colloque sur les courtiers du pouvoir que Robert Stein avait organisé en 19989. En 2002, le tour de parution profitait au colloque de 2000 sur les entourages princiers sous la direction de Robert Marchandisse et de Jean-Louis Kupper10. En 2004, José Antonio Escudero publiait les résultats de son enquête sur les validos amorcée en 2000, qui avait donné lieu à un colloque en 200311. En 2004 également, Werner Paravicini publia le complément d’enquête qu’il orchestra en 2002 sur les favoris12, et Klaus Oschema soutenait une thèse, publiée en 2006, qui réévaluait le rôle de la proximité, du lien personnel et des sentiments dans la construction du lien politique13. En 2005 paraissaient les actes du colloque que j’avais organisé avec Jean-Philippe Genet et José Manuel Nieto Soria sur les coups d’État en 200214, puis en 2007 ceux du colloque d’Yves-Marie Bercé sur les procès politiques de 200315. J’avais soutenu ma thèse cette même année, sous un titre destiné à afficher, enfin, quelle avait été la direction retenue : La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille (xiiie-xve siècle)16. Pendant le travail d’édition des actes du colloque sur les coups d’État, en 2004-2005, je déclinais la proposition que me fit Daniel Baloup de publier ma thèse en l’état aux Presses universitaires de Toulouse (collection Méridiennes). Gérard Chastagnaret, alors directeur de la Casa de Velázquez, qui s’efforçait de relancer son service des publications, me pria en effet de bien vouloir attendre un peu. Ce que je fis bien volontiers, par fidélité pour cette institution qui m’avait permis d’achever dans les meilleures conditions mon investigation doctorale. Mais depuis… mea culpa, mea maxima culpa !

  • 17 ForondaCarrasco Manchado, 2007 et 2008 ; Foronda, 2011a.
  • 18 Foronda, Genet, 2019 ; Foronda, 2019a.
  • 19 Foronda, Barralis, Sère, 2010.
  • 20 Foronda, 2007c, 2013a et 2013b.
  • 21 Id., 2018a.
  • 22 Le lecteur voudra bien se reporter à mon ego-histoire (Id., 2019b).
  • 23 Id., 2003, 2004a, 2004b, 2005, 2006, 2007a, 2007c, 2009a et 2009b.
  • 24 Id., 2018b et à paraître. Ce dernier article, qui propose une synthèse sur l’expérience médiévale (...)
  • 25 Foronda, inédit 2.

3Sur la base de cette investigation, le développement donné à la question contractuelle en Castille, dans la péninsule Ibérique et en Europe17, développement désormais conduit jusqu’à l’horizon constitutionnel18 ; l’accomplissement d’un autre devoir de fidélité, de l’élève envers sa patronne, Claude Gauvard19 ; l’approfondissement d’une ligne de recherche transversale sur la peur du roi20 ; l’ouverture d’un nouveau chantier sur l’ordre juridique en Castille au travers des manuscrits de l’Ordenamiento de Alcalá21 ; d’autres entreprises encore, collaborations et tâches, et, enfin, pour être tout à fait sincère, le vertigineux rappel de l’essentiel que sonne la vie quand un parent sombre dans l’oubli de la sienne ; toutes ces raisons, professionnelles et personnelles, bonnes ou mauvaises22, ont déraisonnablement retardé la publication de cette thèse soutenue en 2003. Du moins de manière monographique. Car la plupart des propositions qu’elle contenait furent publiées à partir de 2003, dans des ouvrages collectifs et des revues, tantôt en français, tantôt en espagnol23. Si ces propositions sont donc connues, la dispersion éditoriale et ce partage linguistique nuisent cependant toujours à l’identification du propos principal. Or, des commandes récentes m’ont conduit à le reprendre et à le revoir24 et, me laissant porter par ce retour sur ouvrage qu’on m’invitait à réaliser, j’en suis venu à penser qu’il n’était peut-être pas trop tard après tout, y compris après la mise à disposition sur Academia.edu de la thèse25, pour ressaisir ce propos et établir ainsi quel est aujourd’hui l’état de ma réflexion sur le sujet. J’ose penser qu’une quinzaine d’années de lectures, de recherches supplémentaires et digressives, et d’enseignement, en somme de métier, que ce temps écoulé, mais non pas perdu, me permettra au moins d’énoncer les principaux enjeux à la fois plus précisément et plus simplement qu’autrefois.

  • 26 Communication du 27 mars 2001, au séminaire de Claude Gauvard et Robert Jacob sur Les bons sentime (...)
  • 27 Cette tendance est toujours bien lisible dans les nombreux ouvrages publiés en France à l’occasion (...)
  • 28 Dans cette histoire des privados, don Álvaro de Luna reste la figure tutélaire (Jaen, 1978 ; Round(...)
  • 29 D’autres correspondants seraient envisageables s’ils n’étaient pas si liés à un moment précis du t (...)
  • 30 À propos de don Juan Alfonso de Alburquerque, Ayala indique qu’il tenait « la privanza del rey, la(...)
  • 31 Foronda, 2006.
  • 32 Foucault, 1978.

4Le premier de ces enjeux, tel qu’indiqué dans mes premières communications sur le sujet ainsi que dans ma thèse26, était tout simplement de poser la privanza comme un objet d’histoire médiévale à part entière. Or, ceci impliquait de rompre le lien téléologique unissant l’expérience médiévale à celle des temps baroques, qui condamnait la première à n’être que la préfiguration de la seconde27. Nonobstant, pour « médiévaliser » l’objet, il ne suffisait pas à mon sens d’aligner des figures de privados du Moyen Âge28 (le terme français « privé » pour désigner ceux qui sont dans la « privance » ou la privauté est également désuet29), même si leur mise en série, comme nous le verrons, permet d’entrevoir la logique pratiquement anthropologique de la privanza. Il s’agissait et il s’agit toujours, de manière plus profonde, de chercher à comprendre comment avait pu s’opérer le rapprochement entre privanza du roi et gobernanza (« gouvernance ») du royaume qu’en vient à expliciter ce formidable praticien et narrateur des choses du pouvoir qu’est Pedro López de Ayala à la fin du xive siècle30. Cette possibilité de recouvrement de l’une par l’autre, voire de synonymie entre privanza et gobernanza, m’avait conduit à proposer, dans un fort résumé de ma thèse publié en espagnol31, d’envisager dès lors la privanza comme une relation gouvernementalisante. L’expression était peut-être trop marquée, j’en conviens, par la gouvernementalité foucaldienne32. Néanmoins elle me semblait, et elle me paraît toujours, la meilleure façon de qualifier une dynamique relationnelle, celle de la privauté ou de la proximité, qui avait commandé en définitive l’autonomie même du gouvernement. Autrement dit, faire l’histoire de la privanza médiévale, ce n’est pas autre chose que faire celle de cette autonomisation.

  • 33 Morsel, 2007, pp. 109-135.

5Tout lecteur honnête homme peut objecter quel paradoxe renferme cette idée d’autonomie quand le lien personnel joue un rôle évidemment structurant dans cette relation de privauté ou de proximité. Il n’est pas question de nier ici ce rôle, bien au contraire. Cependant, le paradoxe se résout assez simplement si l’on veut bien considérer que la privauté renferme une rupture, qui est celle du choix de l’amitié contre la parenté et, par extension, contre ce qui serait de l’ordre d’un droit de naissance à gouverner. Dans la privanza se joue ainsi une disqualification, pour simplifier beaucoup, celle des conseillers ou des gouverneurs nés. J’avoue ne l’avoir pas tout à fait compris avant la lecture du livre que Joseph Morsel destinait, a priori, à des étudiants en Histoire, où il leur expliquait quelle était selon lui l’identité historique du Moyen Âge, et où il avançait l’idée de la « déparentalisation du social » comme trait propre33.

  • 34 Voir les échanges de lettres rapportés dans la chronique d’Alphonse X entre les chapitres xx et lv (...)
  • 35 Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla (dorénavant CLC), t. I, p. 131. Un autre témoigna (...)
  • 36 Lettre de Ferdinand IV au roi Jacques II d’Aragon du 22 mars 1308 (Giménez Soler, Don Juan Manuel, (...)
  • 37 Lettre de l’archidiacre de Tarazona à Jacques II d’Aragon du 25 septembre 1311 (Masía de Ros, Rela (...)
  • 38 Fryde, 1979 ; Saul, 1984 ; Hamilton, 1988 ; Burgtorf, 2008 ; Lecuppre, 2009.
  • 39 Favier, 1963 et 1965 ; Mühlethaler, 1994 ; Bent, 1998 ; Regalado, 1998 ; Lalou, 1999 et 2007 ; Fri (...)
  • 40 Jordan, 2001 ; Hélary, 2006 et 2009.

6Dans la perspective d’une privauté « gouvernementalisante », parce qu’elle serait « déparentalisante », la spécificité castillane ne tient cependant pas au choix lui-même. En Castille, il faut attendre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle pour voir les privados faire leur entrée dans le discours actif de l’échange politique. Totalement absents des griefs que les ricos hombres (« riches hommes ») présentent à Alphonse X lors de leurs révoltes de 1272-127434, les privados de Sanche IV font en effet l’objet d’une demande de renvoi aux Cortes de Valladolid de 129535, quand commence le règne de son fils, Ferdinand IV. Celui-ci se voit exiger le renvoi de ses propres privados quelques années plus tard, à l’occasion de nouveaux soulèvements de riches hommes, en 130836, ou encore en 131137. Comment ne pas être frappé par la concomitance chronologique qui s’établit entre ces demandes de renvoi castillanes et l’hostilité du baronnage anglais envers un Piers Gaveston puis un Hugues Despencer38 ; ou encore la campagne d’opinion virant à l’événement littéraire (Chronique métrique, Roman de Fauvel) que Charles de Valois et ses partisans orchestrèrent contre un Enguerran de Marigny pendu à Monfaucon39 ; là même où un complot baronnial avait conduit un Pierre de la Broce à la génération précédente40 ? En France, en Angleterre et en Castille, c’est donc comme un trend de la privauté qui s’amorce entre la fin du xiiie et le début du xive siècle. Il pose la différence, auprès du roi, entre les conseillers nés, un groupe dominé par ses parents, en particulier ses germains (frères, oncles, cousins), et les conseillers faits.

  • 41 Une étude sur le long terme de cette condition reste à faire. Remarquons que l’analyse de cette co (...)
  • 42 Lewis, 1986 ; Miramon, 2008.
  • 43 Cazaux, 2010 et 2018 ; Jouanna, 1989.
  • 44 Genet, 2010.
  • 45 Chiffoleau, 2007 ; Blanchard, 2008 et 2012 ; Mattéoni, 2012 ; Foronda, 2015a.
  • 46 Bellamy, 1970 ; Iglesias Ferreirós, 1971; Cuttler, 1981 ; Billoré, Soria, 2009.
  • 47 Saul, 1999, pp. 108-134 et 176-204.
  • 48 Henneman, 1984 et 1996.

7La consécration de la proximité biologique entre le roi et les conseillers nés, au moyen de formules plus ou moins restrictives (la condition d’infant en Castille est réservée aux fils et filles de roi)41, plus ou moins juridiques, y compris celles fondées sur la sacralisation d’un sang royal de diffusion a priori plus raréfiée dans la noblesse (les princes du sang en France)42, ne doit d’ailleurs pas nous leurrer. Car ces formules n’empêchent aucunement l’éviction des conseillers nés dans la proximité royale. De Praguerie en Bien Public, de Guerre Folle en Fronde, les princes du sang en France et leurs alliés réagissent à une politique de la faveur qui les éloigne du gouvernement43. On pourrait même se demander si ces divers statuts ne sont pas une forme de compensation symbolique, mais à envisager dès lors dans la continuité, voire la contiguïté, des procédures plus ou moins réglées d’élimination mises en pratique au xive-xve siècle et dont ils font principalement les frais, de l’assassinat — pratiqué surtout en Castille et en Angleterre, avec des dépositions royales aux effets inverses de ce point de vue : 1369 met un terme à la politique de l’effroi en Castille, tandis que 1399 ouvre un temps d’intensification en Angleterre44 — aux procès politiques dont la France est si friande45. Quoi qu’il en soit, les expériences de la privauté en Europe signalent un nœud problématique à trois termes : parenté, proximité et fidélité (ou son contraire, la trahison)46. Si la concomitance chronologique de la fin du xiiie et début du xive siècles frappe, celle de la fin du xive siècle n’est pas moins troublante. Des oncles sont en effet à la manœuvre contre les conseillers de Richard II en Angleterre47, les marmousets de Charles VI en France48 et les privados d’Henri III en Castille. Dans le trend médiéval de la privauté, ce large siècle dessinerait-il un premier temps ? Un temps fondateur d’une autonomie à comprendre comme une double distanciation, du roi par rapport à son gouvernement et, au risque sinon de compromettre une fonction souveraine ainsi différenciée, de ce gouvernement de l’emprise de ses parents et autres conseillers nés ?

  • 49 Foronda, 2009a et 2009b.
  • 50 En écrivant de la sorte le terme « conseil », je veux indiquer ses deux dimensions, l’acte de cons (...)
  • 51 Foronda, 2007a.

8Étant donné la dimension européenne du problème à traiter, la question de la spécificité castillane se pose. Elle tient à trois traits à mon sens. Le premier est le fort investissement idéologique de la proximité. Toutefois, il faut, là encore, distinguer des formes et des temps de cet investissement idéologique. Les terrains d’expérimentation tout juste indiqués sont tous marqués à un moment ou à un autre par une critique des privados, plus ou moins stéréotypée dans ses thématiques, plus ou moins partagée d’un point de vue social. Ce type d’investissement idéologique n’est donc pas un critère suffisant. En revanche, l’expérience castillane de la privauté est marquée par un fort investissement idéologique préalable à cette critique, de la part du pouvoir royal, dont les productions doctrinales et historiographiques font de cette relation de proximité une amitié gouvernementale susceptible d’épauler sa revendication souveraine, plus particulièrement sous Alphonse X (1252-1284). Le deuxième trait de différenciation ne tient pas tant à la pratique de cette amitié gouvernementale comme formule stratégique ou politique de réassurance monarchique contre l’emprise aristocratique (apoderamiento). Nous venons de voir que le choix de la privauté contre la parenté n’est pas propre à la Castille. En revanche, par rapport à d’autres terrains d’expérimentation de ce choix, la Castille se distingue par son itération. Elle s’explique par la légitimité contestée du titulaire de la Couronne ou de son héritier (le lignage « maudit » de Sanche IV [1284-1295], Henri IV et la crise successorale [1454-1474]) et une série de cinq minorités royales, dont quatre pour le seul xive siècle et trois pour la seule première moitié de ce même siècle. On ne s’étonnera donc pas si cette première moitié du xive siècle, où crise de légitimité et minorités royales conjuguent leurs effets, est marquée par la modélisation d’une prise de pouvoir royale au travers de la privanza sous Ferdinand IV (1295-1312) et Alphonse XI (1312-1350). La privanza de combat est ensuite réemployée avec un succès variable, sous Pierre Ier (1350-1369), sous Henri III (1390-1406), sous Jean II (1406-1454), voire sous Henri IV (1454-1464), encore que les ressorts en soient alors bloqués. Quoi qu’il en soit, cette itération installe en Castille une continuité d’expérience au regard de la privauté qui la différencie par rapport à d’autres royaumes. Enfin, troisième trait de différenciation, cette continuité d’expérience installe en Castille un régime de participation gouvernementale via la privanza, c’est là la clé du rapport de synonymie entre privanza et gobernanza qui s’établit à la fin du xive siècle. La privanza de combat organise certes une éviction gouvernementale. De fait, la chronologie de la dynamique de l’effroi et de la peur est pratiquement la même que celle du recours à la privanza de combat. Agents d’une éviction, les privados se font cependant dans le même temps les courtiers d’une participation plus ou moins large et plus ou moins stable. Sur la base des directions de la satellisation monarchique du règne d’Alphonse XI, et en réaction au dévoiement tyrannique de la royauté pétriste, l’institution de ce régime de participation, la privanza-gobernanza, se trouve précipitée par le changement dynastique en faveur des Trastamare en 1369. L’autonomisation des corps de l’État sous Henri II (1369-1379) et Jean Ier (1379-1390) promeut ainsi un partage de pouvoir, qui laisse au roi la mission principale d’incarner la fonction souveraine et légitime l’investissement sociétal du gouvernement. Si cette légitimation est formalisée à l’occasion de l’ouverture du Conseil aux villes en 138549, le leadership de cet investissement reste entre les mains d’une noblesse seconde qui fait corps dans la privanza-gobernanza au moyen de contrats d’alliance à partir du règne d’Henri III (1390-1406). Et c’est pour ses membres que Pedro López de Ayala lève ultimement l’opposition entre un gouvernement par le c[C]onseil50 et un gouvernement par la privanza. La privanza-gobernanza conforte ainsi une monarchie nobiliaire, que l’intensification de la contractualisation gouvernementale sous Jean II (1406-1454) et Henri IV (1454-1474) manque finalement de constitutionnaliser. De cette virtualité et de cette impossibilité politiques témoigne plus particulièrement l’expérience des contrats de privauté entre le milieu des années 1450 et le milieu des années 146051.

  • 52 Ce propos formait l’inédit de recherches de mon mémoire d’habilitation Du régime politique à la fi (...)

9Ces trois traits de différenciation sous-tendent la construction de cet ouvrage. Toutefois, sa troisième partie, sur le régime politique, laisse volontairement de côté la contractualisation gouvernementale tout juste évoquée. Plusieurs raisons m’ont poussé à faire ce choix. La première est que l’autonomie du gouvernement est pratiquement actée à la fin du xive siècle et, dès lors, la chronologie envisagée a sa cohérence propre : elle abonde je crois dans le sens d’une première période dans le trend médiéval de la privauté. D’autre part, une reprise sans réexamen de ma première caractérisation de la contractualisation gouvernementale au xve siècle me paraissait inenvisageable étant donné le retour sur ouvrage commandant ce propos à nouveaux frais sur la privauté52. Enfin, si je devais entreprendre à présent ce réexamen, il me conduirait je pense à envisager, dans un même élan, le xve et le xvie siècles, le temps de la constitutionnalisation manquée et celui des supposés rois-gouvernants (Rois Catholiques, Charles Ier d’Espagne et Philippe II). Cette option de réévaluation appelle quelques commentaires.

  • 53 Foronda, 2018b.
  • 54 Quintanilla Raso, 2006a et 2006b. Sur le cousinage comme parenté fictive destinée à marquer la fav (...)

10Tel qu’indiqué dans ma récente réappréciation de l’expérience luniste, dans la privanza de Álvaro de Luna sous Jean II, il faut distinguer plusieurs gouvernements53. Le premier relève nettement d’une privanza de combat (1420-1427), contre les cousins-germains du roi, les infants d’Aragon. Si le deuxième gouvernement (1429/30-1441) reste fidèle à cette exigence, l’organisation d’un régime de participation le caractérise davantage. En somme, la privanza-gobernanza prend ici logiquement le pas sur la privanza de combat. Qu’en est-il à présent du troisième gouvernement de Álvaro de Luna (1445-1453), dans lequel il faudrait distinguer peut-être un quatrième gouvernement encore (1448/49-1453) ? La levée définitive de l’hypothèque parentélaire fait que s’éteint, dans ce gouvernement, la logique de la privanza de combat. D’autre part, la simple reconduction du régime de participation organisé lors du deuxième gouvernement luniste est impensable. Car la promotion aristocratique des principaux lignages de la noblesse seconde à la faveur de la grande alliance contre la mainmise des parents du roi, force à inventer une formule attentive à égaliser l’accès de ces lignages à la privanza-gobernanza. Remarquons que leur promotion fait de leurs chefs de nouveaux conseillers nés. Les contrats de privauté inventés par la chancellerie henricienne sanctionnent d’une certaine manière cette conversion, en attribuant à ces Grands le statut de especiales servidores. Et leur privauté de jure fait finalement retour à la parenté, au travers du cousinage fictif de la Grandesse, instituée en 152054. La contractualisation gouvernementale nous confronterait-elle donc ultimement à une privauté « reparentalisante » ? Fallait-il pousser le propos jusqu’à la mise en évidence de ce nouveau paradoxe, au risque peut-être de devoir scinder l’expérience luniste entre le deuxième et le troisième gouvernement luniste ? En en restant à l’orée de cette expérience, j’ai préféré laisser ce questionnement en suspens.

  • 55 Foronda, 2009a, pp. 89-98 et 2009b, pp. 83-86.
  • 56 Cañas Gálvez, 2012.

11Néanmoins, et j’en reviens ainsi à l’idée d’envisager le xve et le xvie siècles comme un même moment, la conversion des conseillers faits en conseillers nés voit l’amorce d’une actualisation de la relation de privanza et de la figure du privado. Elle tient dans l’idée d’excellence gouvernementale dont le parti luniste se fait fort contre les parents du roi dans les années 143055, au moment même où l’intensification de la contractualisation gouvernementale accélère l’aristocratisation de la noblesse de service. Or, cette idée d’excellence gouvernementale, voire de performance, sert essentiellement à attirer les villes et leurs élites vers le régime de participation dirigé par le connétable. Ce régime trouve alors dans la bureaucratisation de l’appareil de gouvernement un autre vecteur d’élargissement56. Entre les villes et la cour, le monde des administrateurs, letrados et autres secrétaires fut-il ainsi appelé à fournir la relève de privados passés conseillers nés ? Si Henri IV propose aux Grands de souscrire des contrats de privauté, la trahison d’une partie de ses especiales servidores lui fait rechercher l’appui de ceux que son chroniqueur appelle les leales servidores, c’est-à-dire, pour la plupart, des officiers de moindre état et des procureurs des villes, en somme des Petits ou des Moyens de l’État.

  • 57 Foronda, 2015b, pp. 301-305 ; Carrasco Manchado, 2011a.
  • 58 Philipps, 1978.

12À l’issue de la guerre civile de 1465-1468, c’est bien davantage contre les Grands que contre leur roi que ce groupe rappelle, au travers de la mention d’un contrato callado, le principe d’une souveraineté populaire et d’un mandat royal en découlant57. Les Petits et les Moyens contre les Grands, une nouvelle éviction gouvernementale ? La Grandesse pour la compenser quelque peu ? Quoi qu’il en soit, ce mandat royal est en définitive fidèle à l’idée d’excellence gouvernementale répandue par le lunisme dans la société à partir des années 1430. À l’ombre de don Álvaro de Luna et de cette série de rois gouvernants qu’inaugure Isabelle la Catholique — à moins qu’elle ne le soit après tout par Henri IV58 —, se dissimule peut-être un temps de la privauté distinct à la fois de son temps médiéval, celui de la privanza gouvernementalisante, et de son temps baroque, celui du valimiento des ministres-favoris. Ce temps médiéval et moderne, intermédiaire mais autonome, serait celui d’une privauté bureaucratisée, ou bureaucratisante, où les secrétaires puis secrétaires d’États feraient tourner le régime de la monarchie administrative en polysynodie. Dans cette hypothèse, la reparentalisation de la proximité entre le roi et ces nouveaux conseillers nés que sont les Grands indiquerait bel et bien une reconfiguration de la privanza, ne contredisant pas son fondement médiéval, gouvernementalisant car déparentalisant. Il me faudrait cependant encore quelques années de recherches pour vérifier l’hypothèse de cet autre temps de la privauté. Le lecteur comprendra dès lors qu’il m’importe de ne pas attendre de pouvoir réaliser ce complément d’enquête pour offrir à sa réflexion ces considérations seulement centrées sur le xiiie-xive siècle.

Notes

1 Foronda, inédit 1.

2 Id., 2001a et 2001b. Cette question de l’échange administratif ne fut cependant pas tout à fait oubliée par la suite, comme le montre mes réflexions sur l’audience publique du roi et la dépolitisation de ce rituel de gouvernement (Id., 2005-2006, 2007b et 2009c).

3 Id., 1998, 1999 et 2001c.

4 Le Trésor de la langue française informatisé signale quelques emplois médiévaux pour préciser l’étymologie et l’historique du terme, en particulier dans le Proverbe au vilain, au sens d’amitié, et dans les Dialogues Grégoire, au sens de familiarité et de commerce intime.

5 Elliott, Brockliss (dir.), 1999.

6 Tomás y Valiente, 1963.

7 Bérenger, 1974.

8 Le Roux, 2000.

9 Stein, 2001.

10 Marchandisse, Kupper, 2002.

11 Escudero (coord.), 2004.

12 Hirschbiegel, Paravicini, 2004.

13 Oschema, 2006.

14 Foronda, Genet, Nieto Soria, 2005.

15 Bercé, 2007.

16 Foronda, inédit 2.

17 ForondaCarrasco Manchado, 2007 et 2008 ; Foronda, 2011a.

18 Foronda, Genet, 2019 ; Foronda, 2019a.

19 Foronda, Barralis, Sère, 2010.

20 Foronda, 2007c, 2013a et 2013b.

21 Id., 2018a.

22 Le lecteur voudra bien se reporter à mon ego-histoire (Id., 2019b).

23 Id., 2003, 2004a, 2004b, 2005, 2006, 2007a, 2007c, 2009a et 2009b.

24 Id., 2018b et à paraître. Ce dernier article, qui propose une synthèse sur l’expérience médiévale de la privauté en Castille du xiiie au xve siècle, est reproduit à la fin de ce volume pour compléter cet essai plus limité dans sa chronologie.

25 Foronda, inédit 2.

26 Communication du 27 mars 2001, au séminaire de Claude Gauvard et Robert Jacob sur Les bons sentiments ; et communication du 14 décembre 2001, au colloque Lucha política : condena y legitimación organisé par Isabel Alfonso, Julio Escalona Monge et Georges Martin (Foronda, 2004a).

27 Cette tendance est toujours bien lisible dans les nombreux ouvrages publiés en France à l’occasion de la question de civilisation mise au programme des agrégations interne et externe d’espagnol en 2010, L’Espagne des validos :1598-1645 (Andrés [coord.], 2009 ; Bravo, 2009 ; Carrasco, 2009 ; Chaulet [coord.], 2009 ; Saez, 2009).

28 Dans cette histoire des privados, don Álvaro de Luna reste la figure tutélaire (Jaen, 1978 ; Round, 1986 ; Pastor Bodmer, 1992 ; Calderón Ortega, 1998 ; Foronda, 2010a et 2018b). Quelques autres monographies récentes forcent désormais le personnage à faire un peu de place à don Juan Pacheco et à don Beltrán de la Cueva sur le podium des privados illustres (Marino, 2006 ; Franco Silva, 2011 ; Carceller Cerviño, 2011).

29 D’autres correspondants seraient envisageables s’ils n’étaient pas si liés à un moment précis du temps politique français de la fin du Moyen Âge, comme celui des marmousets, ou d’un usage trop tardif, comme les mignons, à partir du milieu du xve siècle, et les favoris, à partir du début du xvie siècle (Contamine, 1994). La solution la plus cohérente est d’en rester au terme castillan.

30 À propos de don Juan Alfonso de Alburquerque, Ayala indique qu’il tenait « la privanza del rey, la gobernanza del reino » (Pedro López de Ayala, Crónica del rey don Pedro y del rey don Enrique, t. I, p. 26).

31 Foronda, 2006.

32 Foucault, 1978.

33 Morsel, 2007, pp. 109-135.

34 Voir les échanges de lettres rapportés dans la chronique d’Alphonse X entre les chapitres xx et lviii (Crónica de Alfonso X, pp. 60-170).

35 Cortes de los antiguos reinos de León y Castilla (dorénavant CLC), t. I, p. 131. Un autre témoignage sur ces privados de Sanche IV, relevant lui aussi d’un discours actif ou pratique, mais de type diplomatique cette fois, nous est fourni par une lettre de Jacques II d’Aragon à ce roi du 15 janvier 1294 (Gaibrois de Ballesteros, 1928, t. III, doc. 513, p. ccclv).

36 Lettre de Ferdinand IV au roi Jacques II d’Aragon du 22 mars 1308 (Giménez Soler, Don Juan Manuel, doc. clxxix, p. 354).

37 Lettre de l’archidiacre de Tarazona à Jacques II d’Aragon du 25 septembre 1311 (Masía de Ros, Relación castellano-aragonesa, doc. 143/401, p. 272).

38 Fryde, 1979 ; Saul, 1984 ; Hamilton, 1988 ; Burgtorf, 2008 ; Lecuppre, 2009.

39 Favier, 1963 et 1965 ; Mühlethaler, 1994 ; Bent, 1998 ; Regalado, 1998 ; Lalou, 1999 et 2007 ; Frieden, 2011.

40 Jordan, 2001 ; Hélary, 2006 et 2009.

41 Une étude sur le long terme de cette condition reste à faire. Remarquons que l’analyse de cette condition au féminin, qui donne lieu à un système d’apanage au xe-xiie siècle au seul bénéfice des infantes restées célibataires, est plus avancée (Henriet, 2000 et 2008). L’union définitive des royaumes de León et de Castille sous Ferdinand III donne lieu à des compensations territoriales au profit des infants. À propos de ces compensations, revenues à la Couronne du fait de confiscations ou bien captées au profit de ces fils de roi au moyen d’alliances matrimoniales (señorío de Molina, señorío de los Cameros, señorío de Villena, señorío de Vizcaya, condado de Noreña…), l’hypothèse d’un octroi sous forme d’apanage, ou bien leur fonctionnement comme tel, a été avancée pour certaines d’entre elles (Pastor Zapata, 1980 ; Estepa Díez, 2006).

42 Lewis, 1986 ; Miramon, 2008.

43 Cazaux, 2010 et 2018 ; Jouanna, 1989.

44 Genet, 2010.

45 Chiffoleau, 2007 ; Blanchard, 2008 et 2012 ; Mattéoni, 2012 ; Foronda, 2015a.

46 Bellamy, 1970 ; Iglesias Ferreirós, 1971; Cuttler, 1981 ; Billoré, Soria, 2009.

47 Saul, 1999, pp. 108-134 et 176-204.

48 Henneman, 1984 et 1996.

49 Foronda, 2009a et 2009b.

50 En écrivant de la sorte le terme « conseil », je veux indiquer ses deux dimensions, l’acte de conseil et l’horizon institutionnel vers lequel ouvre cet acte.

51 Foronda, 2007a.

52 Ce propos formait l’inédit de recherches de mon mémoire d’habilitation Du régime politique à la fin du Moyen Âge. Pratique de la monarchie en Castille, soutenu le 16 juin 2018, devant un jury formé par Patrick Boucheron (garant), María Isabel del Val Valdivieso, Carlos Estepa Díez, Olivier Mattéoni, Valérie Theis et Hélène Thieulin-Pardo. Qu’ils soient tous ici remerciés de leur examen positif et de leurs suggestions. On me permettra en outre d’avoir une pensée particulière pour Carlos Estepa, décédé peu après cette soutenance, le 8 août 2018.

53 Foronda, 2018b.

54 Quintanilla Raso, 2006a et 2006b. Sur le cousinage comme parenté fictive destinée à marquer la faveur : Foronda, 1998.

55 Foronda, 2009a, pp. 89-98 et 2009b, pp. 83-86.

56 Cañas Gálvez, 2012.

57 Foronda, 2015b, pp. 301-305 ; Carrasco Manchado, 2011a.

58 Philipps, 1978.

© Casa de Velázquez, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search