Version classiqueVersion mobile

Violencia y transiciones políticas a finales del siglo XX

 | 
Sophie Baby
, 
Olivier Compagnon
, 
Eduardo González Calleja

Résumés

Texte intégral

1Sandrine Lefranc

2L’invention des certitudes en matière de sortie de la violence politique : l’exemple des commissions de vérité

3Les « commissions de vérité et de réconciliation » sont devenues, depuis les premières expériences des années 1980 dans le cône sud latino-américain jusqu’à l’aboutissement sud-africain en 1995, et ses échos dans de nombreux pays, une composante fréquente des politiques de sortie de la répression autoritaire. Ce succès ne s’explique pas seulement par le succès ou la force de conviction du modèle, et d’autant moins que celui-ci avait valeur de pis-aller, faute de poursuites pénales, dans les situations de transition vers la démocratie qui ont permis sa consécration internationale. Ce succès s’explique aussi par la constitution d’un réseau d’experts des politiques de sortie de la violence politique, ainsi que par les résonances du modèle dans les pays qui forgent les politiques internationales, dans un contexte qui voit le développement de politiques de justice a priori moins étatisées, moins formelles, davantage construites sur le principe du dialogue et la prise en compte de la victime.

4Anastassios Anastassiadis

5Le peuple n’oublie pas … l’État, si? La destruction des archives de la sécurité intérieure en Grèce entre usages politiques, histoire et refoulement de la violence en démocratie

6En août 1989 démarra en Grèce la destruction des dossiers de données personnelles constitués par les services de sécurité intérieure depuis la Guerre civile grecque de 1946-1949, qui visaient plus particulièrement les opposants politiques. Cette destruction entreprise par un gouvernement de coalition entre le centre-droit et la gauche communiste fut présentée comme une étape fondamentale de la politique de réconciliation nationale et devint le symbole de la rupture avec le gouvernement socialiste précédent. Ce chapitre revient sur les débats qui ont accompagné ce processus dans le cadre du contexte politique de l’époque, pour voir à quel point cette mise en scène de la destruction des archives comme vengeance face à une violence subie dans un passé qui semblait lointain n’avait rien à voir avec les destructions spontanées qu’on a connues lors des grandes crises politiques, comme par exemple la Grande Peur dans la France révolutionnaire. De plus, en détruisant les archives pour toujours, on rendait encore plus difficile l’écriture de l’histoire de cette période, la livrant par la même occasion à la merci de la concurrence mémorielle. Empêcher le futur historien de travailler sur ce mécanisme de la violence d’État n’est-il pas le meilleur moyen pour que le citoyen en oublie jusqu’à son existence, se rendant même vulnérable à sa réactivation ?

7Jorge Errandonea

8La place de la violence passée dans un contexte de transition et consolidation démocratiques : une analyse comparée des cas argentin et uruguayen

9L’Argentine et l’Uruguay ont dû affronter le même type de dilemme au moment du retour de l’État de droit, bien qu’ayant connu des chemins très différents, l’Argentine entreprenant son retour vers la démocratie suite à la déroute des Malouines, tandis que l’Uruguay le fit après un double processus électoral – le référendum de 1980 et les élections internes aux partis en 1982. Que faire avec la violence passée ? Comment reconstruire un État démocratique avec un tel héritage de violations des droits de l’homme, tout en assurant la gouvernance ? La publication du rapport Nunca Más fut traumatisante pour la société argentine, tandis qu’en Uruguay il fallut attendre 15 ans pour que soient abordées ces question de façon ouverte et officielle (la Commission pour la paix, créée en 2000 par le gouvernement de Jorge Batlle). Néanmoins, au début des années 1990, une vision pragmatique ainsi qu’une éthique de la responsabilité ont prévalu sur une application systématique du droit pénal aux auteurs des violations des droits de l’homme. L’objectif de ces politiques d’impunité était de faciliter la réconciliation nationale et la consolidation de la démocratie. Aujourd’hui, parallèlement à un retour de la justice pénale, tant en Argentine qu’en Uruguay on assiste à une série d’actions symboliques qui prétendent opérer sur la mémoire collective. On ouvre les archives et des musées pour la mémoire, on inaugure des monuments, on change les noms des rues. Tout indique qu’un paradigme de la mémoire de la violence passée est en train de se construire dans cette région du Cône Sud de l’Amérique.

10Alberto Reig Tapia

11Mémoire de la violence. Transition, consolidation et crispation démocratique en Espagne (1975-2008)

12Ce chapitre traite du sort divers que la question de la violence passée a expérimenté dans l’historiographie et la mémoire collective, puisque si pour les uns, il y a eu une saturation de la mémoire pour les autres, celle-ci a été engloutie sous une chape de silence. Il questionne les attitudes diverses prises par les gouvernements successifs du PSOE et du PP de 1982 à 2004, qui ont rendu impossible le consensus institutionnel. Et explore la contradiction existante entre cette division et la volonté majoritaire de la population, mise en évidence par les enquêtes du CIS et d’autres instituts de sondage, d’en finir définitivement avec cette question. En définitive, les pages qui suivent mettent en valeur le divorce entre la classe politique et l’opinion publique.

13Eduardo González Calleja

14Temps de transition : la violence subversive dans le monde occidental dans la décennie 1970

15Entre la fin des années 1960 et le début des années 1980, s’est développée dans le monde occidental une vague de violence subversive marquée par la crise des modèles précédents de lutte armée. Avec le déclin des actions révolutionnaires de masse après l’agitation de mai 1968, on assiste à l’émergence de nouveaux répertoires d’action qui donnent la préférence à la structuration de la protestation à partir de mouvements sectoriels articulés de façon flexible et relativement indépendants des grandes options politiques. En Amérique latine, la stratégie du « foyer » de guérilla connut un échec brutal et se convertit en guérilla urbaine. Ce travail étudie cette étape de transition des répertoires de l’action subversive des mouvements politiques radicaux nés en Occident après la crise de 1968, vers un « nouveau terrorisme » urbain à la centralité stratégique quasi exclusive, comme substitut imparfait d’une révolution (sociale ou nationale) impossible.

16Antonio Elorza

17L’ETA et autres terrorismes

18La posture interprétative défendue ici place l’idéologie comme la religion – et souvent les deux sont entremêlées – au cœur de la compréhension du terrorisme, dans la mesure où elles constituent la composante principale de sa dimension téléologique. L’accent porté sur cette dimension doctrinale n’implique en aucun cas que l’auteur adopte une interprétation moniste du phénomène, ni qu’il souscrive à l’idée qu’il existe un modèle universel de détermination du terrorisme. D’autres aspects influencent l’apparition de l’organisation terroriste et doivent être pris en compte, comme ses modalités d’action et d’impact sur la société, les techniques utilisées, les facteurs sociologiques et psychologiques de l’adhésion de l’individu à la pratique de la terreur, ou le contexte historique.

19Ignacio Sánchez-Cuenca et Paloma Aguilar Fernández

20Violence politique et mobilisation sociale dans la transition espagnole

21Ce chapitre analyse les cycles de violence politique, de répression de l’État et de mobilisation populaire pendant la transition démocratique espagnole (1975-1982), à partir de données inédites sur la violence politique et la participation aux manifestations et aux grèves. Il examine en premier lieu les arguments théoriques qui sous-tendent les hypothèses avancées. En second lieu, il expose les caractéristiques principales du cycle de violence politique de la transition, avant de présenter l’évolution du cycle de mobilisation populaire. Enfin il met les deux en relation, afin de vérifier l’hypothèse principale selon laquelle la violence peut surgir comme conséquence d’une baisse de la mobilisation populaire. L’analyse est détaillée en fonction des divers types de violence et de mobilisation rencontrés dans la transition, ce qui permet une certaine variation des résultats et une analyse empirique plus solide.

22Álvaro Soto Carmona

23Violence politique et transition à la démocratie : Chili et Espagne

24La violence politique fut présente dans les deux transitions, bien que d’une intensité et d’un type bien différents. Au Chili, depuis le plébiscite (octobre 1988) jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Patricio Aylwin (mars 1990), la dictature a continué de violer systématiquement les droits de l’homme, tandis qu’agissaient les groupes armés (MIR, MAPU-Lautaro et FPMR). Avec l’arrivée d’Aylwin à la présidence, les violations des droits de l’homme diminuèrent drastiquement, mais les actions terroristes persistèrent, celles-ci ne commençant à décliner qu’après l’assassinat du sénateur Jaime Guzmán. Dès lors, la violence politique fut résiduelle, et l’on commença à découvrir une partie de la « vérité » de ce qui s’était passé pendant la dictature (rapport Rettig). En Espagne, la violence terroriste fut une constante, en particulier celle de l’ETA. Les cas de violence d’État furent peu nombreux et étaient dirigés surtout contre l’ETA, mais la faible préparation des forces de sécurité à la dissuasion fut un obstacle au moment où les Espagnols commencèrent à exercer leurs droits démocratiques. Enfin, à la différence du Chili, il n’y eut aucune tentative notable de mettre au jour ce qui s’était passé sous la dictature.

25António Costa Pinto

26Héritage autoritaire, justice transitionnelle et crise de l’éTat dans la démocratisation du Portugal

27La nature de la transition portugaise à la démocratie et la crise de l’État conséquente ont créé une « fenêtre d’opportunité » en faveur d’une réaction contre le passé, qui fut bien plus vive au Portugal que dans le reste des transitions du Sud de l’Europe. La transition démocratique portugaise fut une transition de rupture, qui réagit contre la violence autoritaire du salazarisme par diverses procédures de sanction et de criminalisation. La puissance dynamique de la transition en elle-même fut telle qu’elle laissa son empreinte à la consolidation de la démocratie, tout autant que la longue dictature qui l’a précédé. Ce chapitre, à travers l’étude croisée de la dynamique propre à la transition et des diverses modalités de « justice transitionnelle » et de règlement des comptes avec le passé, analyse de quelle façon la nature de la transition a pu affecter la substitution de l’héritage autoritaire et transformer l’impact du régime sur la « qualité » de la démocratie portugaise. Il démontre également que la plupart des éléments autoritaires hérités sont plus le résultat de la nature de la transition qu’un héritage direct de ce qu’était réellement la dictature.

28Rafael Durán Muñoz

29Puissance de l’éTat et action collective dans le changement de régime. Espagne et Portugal en perspective comparée.

30Si pour de nombreux Espagnols, le processus de changement de régime vers la démocratie post-franquiste apparut comme un paradoxe historique qui laissait derrière lui l’essentialisme de l’« Espagne éternelle », au Portugal non plus ni l’histoire ni l’image du pays ne laissait présager du déroulement de sa transition. Le « coup d’Etat des capitaines » a facilité l’explosion populaire sous forme de mobilisations revendicatives de masse, dans un contexte politique confus où se succédaient des gouvernements provisoires tellement instables que de nombreux contemporains crurent à un dénouement révolutionnaire. En Espagne aussi, dès l’amorce de la démocratisation, les actions collectives ont connu un essor quantitatif spectaculaire dans le monde du travail, mais la conflictualité n’a connu aucune brutale altération qualitative. Au contraire du Portugal, où la transgression de l’ordre socio-économique fut une réalité à partir du 25 avril. La perception que les collectifs sociaux au cœur des conflits ont pu avoir des opportunités ou contraintes posées à leur mobilisation apparaît comme un facteur déterminant de la configuration du répertoire des formes de lutte susceptibles d’être menées dans un contexte de changement politique. L’étendue du répertoire d’actions collectives est déterminée par la perception du rapport de forces entre les parties, susceptible de varier dans le temps. Par conséquent l’État est d’une importance cruciale.

31Sophie Baby

32État et violence dans la transition espagnole : les violences policières

33Les réformistes aux commandes de la transition espagnole s’efforcent de transformer l’État répressif franquiste en un État démocratique garant des droits individuels et des libertés publiques. Mais l’État est confronté à un double défi. D’une part, il doit canaliser les protestataires afin d’éviter qu’ils ne s’érigent en obstacles infranchissables à la démocratisation. D’autre part, il se heurte à une violence interne, mise en œuvre par les institutions chargées de la contention de la violence externe et du maintien de l’ordre (armée, police, garde civile, justice), qui résistent à s’adapter à leurs nouvelles missions en démocratie. De cette double contention dépend la survie du processus de démocratisation, sa légitimité ainsi que la qualité de la démocratie future. L’analyse des violences perpétrées par les agents de l’Etat permet de formuler l’hypothèse de l’entrelacement de trois systèmes répressifs : aux deux systèmes qui se succèdent mais aussi se concurrencent en cette période de transition – ceux de la dictature franquiste et de l’horizon démocratique à atteindre -, s’ajoute un système propre à la lutte antiterroriste qui puise dans les ressources des deux autres. Ainsi, si les violences étatiques sapent d’emblée les principes fondateurs du nouveau régime, ce n’est pas seulement à cause de la pesanteur des héritages du régime antérieur, mais aussi parce que les attaques croissantes des contestataires mettent sérieusement en péril la démocratisation en cours.

34Maud Chirio

35Passer l’arme à droite : l’opposition violente des jeunes officiers au processus d’ouverture brésilien (1975-1981)

36Entre « l’ouverture » de la dictature et la « transition » qui lui fait suite, le Brésil aura mis quatorze ans à sortir du système autoritaire établi en 1964. La démocratisation brésilienne est pour une large part « octroyée » par les militaires, et rencontre comme principal obstacle la résistance d’officiers souvent impliqués dans les organes de répression, qui se manifeste par une agitation politique, la diffusion de manifestes et surtout la multiplication d’attentats contre des institutions ou des figures proue de la gauche. L’étude analyse les représentations et les objectifs politiques de la génération d’officiers que la dictature a formée, profondément inadéquats à l’acceptation d’un régime démocratique, avant de s’intéresser à la banalisation de l’emploi de la violence par la force publique, comme pratique répressive et comme pratique politique d’extrême droite, et aux conséquences de l’épisode terroriste sur la voie empruntée par l’ouverture et la transition brésiliennes.

37David Garibay

38De la guerre civile à la violence quotidienne : le difficile enracinement des démocraties centre-américaines

39Dans les années 1980, l’Amérique centrale fut l’un des terrains de la guerre froide qui s’est traduite au Guatemala, au Salvador et au Nicaragua par des guerres civiles, des répressions militaires et des hauts niveaux de violence politique. Mais dans tous les cas, le conflit fut résolu par des processus négociés qui établirent d’une part, la fin des affrontements armés, la démobilisation des guérillas et la réduction des forces armées et, de l’autre, des réformes institutionnelles qui permirent à l’ensemble des acteurs politiques de participer aux échéances électorales. Le bilan que l’on peut faire aujourd’hui de ces processus est assez contrasté. D’un point de vue militaire et institutionnel, les trois pays vivent aujourd’hui en situation de paix et de respect de la pluralité politique, les assassinats politiques ont été limités et les accords de paix ont été en général acceptés et respectés. Mais dans un contexte de croissance économique bloquée, les niveaux de violence « quotidienne » ont explosé au point de provoquer plus d’homicides que pendant les années de guerre civile. Les politiques adoptées et l’acceptation de la part de la société de mesures ultra-répressives, qui suspendent les garanties et libertés constitutionnelles, montrent à quel point un haut niveau de violence « quotidienne » peut menacer les fondements des démocraties récemment instaurées.

40Cécile Lavrard

41Violence terroriste, pauvreté et pratiques démocratiques au Pérou (1978-2006)

42Dans le contexte d’une transition démocratique très marquée par la violence terroriste du Sentier Lumineux, nous nous proposons d’examiner les liens entre cette violence qui touche principalement les zones andines les plus défavorisées du Pérou et le vote. La capacité présumée de l’Etat à endiguer la violence terroriste est bien entendu au cœur du vote post-transitionnel au Pérou, mais elle a également servi d’alibi à Alberto Fujimori pour confisquer les libertés démocratiques. Après une décennie discréditant la démocratie des partis, celui-ci accède au pouvoir avec le soutien des électeurs les plus pauvres. En réalité la violence d’Etat, pour les régions andines ensanglantées présentant un fort déficit démocratique, est avant tout ressentie comme la privation d’accès aux richesses. C’est finalement cette violence politique de la pauvreté, dans des régions où le terrorisme a fortement marqué les esprits des électeurs et où la dimension ethnique est de plus en plus prégnante, qui détermine le vote et le devenir de la démocratie péruvienne.

43Sophie Daviaud

44Les défis d’un processus de transition partielle : réflexions autour du cas colombien

45La Colombie connaît une situation de « transition partielle » de la guerre à la paix et à la démocratie. Malgré la persistance du conflit, les Colombiens ont commencé à juger les responsables paramilitaires et ont mobilisé tous les mécanismes de la « justice transitionnelle », donnant lieu à un modèle « hybride » de commission, la Commission nationale de réparation et réconciliation, créée en 2005. Si pendant ce processus, les droits de l’homme ont été placés au centre des discussions politiques, les violations de ces droits persistent en démocratie. En outre, le cas colombien permet de s’intéresser à la question de la démobilisation et du devenir des anciens combattants. Le défi majeur est la persistance du conflit armé et du phénomène du narcotrafic, les actions des FARC plaçant les paramilitaires démobilisés dans une situation d’insécurité alors qu’on assiste à l’apparition de nouveaux groupes armés, formés par d’anciens paramilitaires en lien avec des groupes liés au narcotrafic. L’Etat qui devrait répondre aux besoins en sécurité liés à la démobilisation des paramilitaires ne semble pas réagir de manière suffisamment rapide et efficace. À quelles conditions le pays peut-il passer d’une transition partielle à une sortie réelle de la violence ? La Colombie risque-telle de voir le conflit s’aiguiser et la guerre se reconfigurer ?

© Casa de Velázquez, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search