Version classiqueVersion mobile

Œuvrer pour le salut

 | 
Amélie De las Heras
, 
Florian Gallon
, 
Nicolas Pluchot

I. — Conversion

Faire son salut par la supplique ?

Pénitencerie apostolique et clercs réguliers criminels de la péninsule Ibérique au xve siècle

Élisabeth Lusset

Texte intégral

  • 1 Cet article a été rédigé dans le cadre d’une Pension de la Fondation Thiers et d’une convention ave (...)
  • 2 Fossier, 2013, pp. 59-69 et Id., 2018.
  • 3 Sur les compétences et le fonctionnement de l’office pontifical, voir Göller, 1907-1911 ; Salonen, (...)
  • 4 L’office ne conserve pas la trace écrite des absolutions au for de la conscience. Par ailleurs, seu (...)

1Depuis le dernier tiers du xiie siècle, l’office de la Pénitencerie apostolique délivre absolutions, dispenses et licences aux clercs comme aux laïcs qui ont transgressé le droit canonique1. Le domaine de juridiction de l’office est double : il concerne à la fois le for de la conscience, c’est-à-dire le jugement pénitentiel des péchés, et le for judiciaire ou contentieux, c’est-à-dire le jugement des crimes notoires. Certaines lettres de grâce délivrées par l’office peuvent valoir dans les deux fors (in utroque foro)2. Les principales matières jugées par le pénitencier majeur sont la violence contre les personnes ecclésiastiques, l’homicide, les empêchements matrimoniaux, la légitimation d’enfants, la falsification de lettres pontificales, les commutations de vœux, les ordinations frauduleuses, l’apostasie, l’incontinence des religieux ou encore le libre choix d’un confesseur. Pour obtenir la grâce auprès du pénitencier majeur, les suppliants font rédiger par un procureur, rompu aux règles du droit canonique, une supplique dans laquelle ils exposent la manière dont ils ont enfreint le droit canonique et formulent une demande de grâce (absolution du crime et d’une censure, demande de dispense, etc.). Cette supplique est ensuite examinée par l’office qui la rejette ou l’approuve3. L’office conserve la mémoire de son activité dans des registres : y sont copiées, le plus souvent de façon abrégée, les suppliques relatives au for judiciaire et ayant été approuvées par l’office4.

  • 5 Les dépouillements ayant été effectués lors d’un doctorat qui portait principalement sur les violen (...)
  • 6 González Novalín, 1980, en particulier García Oro, 1980 ; Rucquoi, 1987 ; Cantera Montenegro, 2004.

2Certaines de ces suppliques émanent de clercs réguliers coupables de fautes graves. Entre les pontificats d’Eugène IV (1431-1447) et de Sixte IV (1471-1484), environ 660 religieux sollicitent l’office apostolique pour des violences, des homicides, des vols ou encore des crimes de faux5. Onze pour cent de ces clercs réguliers criminels sont originaires de communautés religieuses de la péninsule Ibérique, marquées par d’importantes réformes au xve siècle6.

  • 7 Le classement entre les suppliques de diversis formis et les suppliques de declaratoriis n’intervie (...)
  • 8 L’état d’excommunication prive les suppliants des sacrements (aussi bien pour ce qui est de les adm (...)
  • 9 Landau, 1966.

3Ces réguliers s’adressent à la Pénitencerie apostolique soit pour être déclarés non coupables des homicides dont ils sont accusés (suppliques de declaratoriis), soit pour être absous d’un crime qu’ils reconnaissent avoir commis (suppliques de diversis formis)7. Dans ce dernier cas, les suppliants formulent plusieurs types de demandes de grâce : tout d’abord, ils demandent la rémission de leurs crimes et de leurs péchés auprès de l’autorité suprême de l’Église, s’assurant ainsi la réconciliation avec Dieu et le salut de leur âme. Ensuite, ils sollicitent l’office pontifical pour l’absolution des censures et peines ecclésiastiques encourues, en particulier l’excommunication, afin d’être réintégrés dans la communauté chrétienne8. Certains demandent également à être dispensés de l’irrégularité — c’est-à-dire de l’empêchement à célébrer les offices et à administrer les sacrements licitement — et de l’incapacité (inhabilitas) qu’ils ont contractées en continuant à célébrer les offices alors qu’ils étaient excommuniés. Enfin, certains suppliants requièrent l’office pour qu’il abolisse la macule d’infamie dont ils sont entachés à la suite de leur crime et qui subsiste même après la levée des censures canoniques9.

4Par la force de l’écrit pontifical, les suppliants sont non seulement réintégrés dans le giron de l’Église, mais n’ont pas à subir les conséquences infamantes du crime : ils peuvent conserver leurs charges et bénéfices, ne pas être réputés infâmes et poursuivre leur carrière ecclésiastique. Cet article entend examiner les raisons qui poussent les religieux de la péninsule Ibérique à recourir à l’office de la Pénitencerie apostolique au xve siècle et interroger l’éventuelle spécificité de ces suppliants par rapport aux réguliers du reste de la Chrétienté.

Le profil des suppliants

  • 10 Salonen, 2001, p. 23.

5La répartition des suppliques approuvées par la Pénitencerie apostolique entre 1431 et 1484 appelle quelques commentaires. Quarante des soixante-huit suppliques émanant de clercs réguliers de la péninsule Ibérique, soit 59 %, sont adressées à l’office pontifical avant 1458, date à laquelle celui-ci connaît une réforme et met en place l’enregistrement systématique des suppliques approuvées10.

  • 11 Rosenblieh, inédite.

6Lors de la période 1431-1458, trois registres se distinguent par l’importance des suppliques émanant des clercs réguliers ibériques. Seize suppliques proviennent du registre 5 correspondant au pontificat d’Alfonso Borja, ancien évêque de Valence, devenu Calixte III (1455-1458). Quinze suppliques émanent des registres 2 et 2bis. Rédigés sous le pontificat d’Eugène IV (1431-1447), ces deux registres occupent une place particulière dans la série des registres de suppliques de la Pénitencerie. D’une part, les récits des suppliques y sont souvent plus détaillés que dans les autres registres, d’autre part, les cas traités sont plus complexes et atypiques. Cette spécificité s’explique sans doute par le contexte de rédaction de ces deux registres, produits pendant la crise conciliaire et alors que l’administration routinière de la grâce est perturbée11. En ce qui concerne les suppliques adressées par des clercs réguliers ibériques, on remarque que plusieurs ont pour protagonistes des prélats importants tels que le réformateur Martín de Vargas († 1446) ou encore le théologien Juan de Segovia (v. 1395-1458).

  • 12 N’ayant pas dépouillé, au cours de ma thèse, les registres du pontificat d’Innocent VIII, je n’ai p (...)

7Après la réforme de l’office pontifical en 1458, alors que chaque registre correspond désormais à une année de pontificat, les vingt-huit suppliques émanant de clercs réguliers ibériques se concentrent sur la période 1458-1471, au cours de laquelle l’office reçoit entre zéro et cinq suppliques par an. À partir du pontificat de Sixte IV (1471-1484), on ne recense plus aucun clerc régulier ibérique sollicitant la Pénitencerie pour des crimes violents et des vols12.

  • 13 L’ordre d’origine de quatre suppliants n’a pu être identifié.
  • 14 On recense douze bénédictins, neuf cisterciens et huit chanoines augustins.
  • 15 On décompte seize franciscains, six dominicains, quatre ermites de Saint-Augustin et trois carmes. (...)
  • 16 Lusset, 2015a.
  • 17 On décompte trois religieux de l’ordre de Santiago, deux de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et u (...)

8Quel est le profil des suppliants ? Il n’est pas toujours aisé d’identifier le type de communauté religieuse à laquelle ils appartiennent, tout d’abord parce que l’ordre ou la congrégation ne sont pas systématiquement mentionnés dans la copie de la supplique13 ; ensuite, parce que les noms des monastères n’ont pas toujours été identifiés en raison des difficultés de lecture paléographique. Les ordres traditionnels — bénédictins et cisterciens principalement — représentent 42 % des suppliants14. Il est difficile de déterminer si ce pourcentage coïncide avec l’importance numérique des moines issus de ces ordres anciennement implantés dans la péninsule. Les ordres mendiants, dominés par les franciscains — dont la présence est très importante en Espagne — forment un contingent de suppliants équivalent à celui des ordres traditionnels15. En revanche, les ordres érémitiques ou semi-anachorétiques sont très peu représentés. On ne recense aucun chartreux alors que l’ordre se développe dans la péninsule à la fin du xive siècle. Cette absence n’est toutefois pas une spécificité ibérique. On recense peu de chartreux criminels dans le fonds de la Pénitencerie apostolique, sans doute parce que les prieurs disposent d’importants pouvoirs délégués d’absolution et de dispense16. Quant à l’ordre des hiéronymites, qui s’étend rapidement en Castille, au Portugal et dans la couronne d’Aragon, après avoir été approuvé par Grégoire XI en 1373, il n’adresse qu’une seule supplique, émanant du monastère de Santa María de la Armedilla (diocèse de Ségovie). De même, les ordres militaires sont peu représentés alors qu’ils connaissent un grand essor dans la péninsule. Cette faiblesse numérique s’explique peut-être par le fait que ces ordres, pour la plupart spécifiquement ibériques, sont moins liés à la papauté que les ordres « internationaux17 ».

  • 18 APA, Reg. Matrim. et Div. 2, fo 18ro : en 1438, Martin, franciscain de Betanzos (diocèse de Compost (...)
  • 19 APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 414vo, 17 novembre 1457.

9La plupart de ces clercs réguliers sollicitent la Pénitencerie apostolique majoritairement pour des violences : voies de fait (40 cas) et homicides (22 cas). On recense également trois voleurs, deux faussaires et un incendiaire. Si certains de ces réguliers sont encore dans les ordres mineurs, la majorité a accédé à l’ordre sacerdotal. Dix d’entre eux occupent des dignités claustrales (neuf supérieurs et un aumônier). Seul un suppliant mentionne son grade universitaire18. Parmi les suppliants, on recense également deux moniales. L’une d’elle est une dominicaine de Barcelone, Antonia Zafont, qui explique, en 1457, qu’après s’être injuriées, les sœurs de son couvent se sont battues entre elles et ont été excommuniées. Elle demande à être absoute de cette censure et à pouvoir quitter son couvent pour entrer chez les clarisses de la ville19. Enfin les suppliques émanent de l’ensemble des provinces ecclésiastiques de la péninsule, celles de Tolède et de Compostelle étant les mieux représentées.

  • 20 Lusset, 2017, pp. 123-135.

10Le profil des suppliants réguliers ibériques ne diffère pas fondamentalement de celui des suppliants réguliers provenant des royaumes de France, d’Angleterre, de la péninsule Italienne ou encore des diocèses germaniques : la plupart d’entre eux ont accédé à l’ordre sacerdotal lorsqu’ils pétitionnent l’office romain et ne détiennent pas de charge claustrale. Ils sollicitent principalement la Pénitencerie pour être absous de l’excommunication encourue pour s’en être violemment pris à un confrère et, dans une moindre mesure, pour des homicides20.

Non culpabilis fuerit : être lavé du soupçon d’homicide

11À partir de 1458, les registres sont divisés en différentes catégories, dont la catégorie des suppliques de declaratoriis. Dans ces suppliques, les clercs réguliers, accusés d’homicide volontaire, fournissent un récit très détaillé des faits afin de prouver que les allégations qui pèsent sur eux sont sans fondement. Quelles sont les stratégies déployées par les suppliants et leurs procureurs pour faire reconnaître l’absence de culpabilité ? Je m’appuierai sur l’exemple de trois suppliques, la première ne ressortissant pas de la catégorie des suppliques de declaratoriis, bien qu’elle en emprunte de nombreux traits.

  • 21 APA, Reg. Matrim. et Div. 2bis, fos 307v o-308vo, 17 novembre 1441.
  • 22 Pérez-Embid Wamba, 1986, pp. 239-243 et 618.
  • 23 García Oro, 2002, pp. 168-175. Sur Sobrado, Pallarés Méndez, 1973.

12En novembre 1441, l’abbé cistercien de Sobrado en Galice (diocèse de Compostelle) sollicite l’office pontifical après que lui et ses moines ont été impliqués dans la mort de plusieurs personnes, dont un convers du monastère21. Les faits exposés par l’abbé dans sa supplique sont les suivants. « Poussé par le zèle de la dévotion », un ancien homme d’armes, Rodrigo Ferraya, qui a participé aux guerres du royaume de France, demande à l’abbé l’autorisation de prendre l’habit de convers. L’abbé accepte de le recevoir ainsi que sa femme à la condition qu’ils restent chastes. Le monastère de Sobrado, dont l’abbé participe à plusieurs tournées de visites ordonnées par le chapitre général cistercien dans les années 1400 puis 1430, suscite des vocations chez les laïcs qui aspirent à une vie semi-religieuse et qui, dans le cas de Rodrigo, cherchent à racheter une vie passée à guerroyer. En échange de leurs biens et de leurs personnes, le couple reçoit la confraternité de l’institution, c’est-à-dire la possibilité de participer à ses biens temporels et spirituels. Le renoncement à la vie matrimoniale exigé par l’abbé laisse penser que le couple a prononcé des vœux22. Cependant, Rodrigo ne rompt pas avec les valeurs du siècle et continue d’avoir des relations sexuelles avec sa femme, de qui il a un fils. L’abbé tente de le corriger mais Rodrigo, « ajoutant le mal au mal » (pejora malis accumulando), s’associe à de puissants laïcs, voisins de Sobrado, et recrute des hommes d’armes afin d’attaquer le monastère et de mettre la main sur ses biens, ses terres et ses vassaux. Richement dotée en terres, la seigneurie monastique suscite en effet la convoitise des nobles dans un contexte de blocage du processus d’expansion territoriale de la Couronne de Castille et de baisse du revenu seigneurial23. En outre, Rodrigo tente à plusieurs reprises de tuer l’abbé. Un jour, alors que ce dernier sort de l’un des bâtiments du monastère pour se rendre au réfectoire, Rodrigo le vise avec une flèche tirée d’une baliste. L’abbé ne doit la vie sauve qu’à ses moines et familiers qui l’alertent par leurs cris. Rodrigo prend la fuite, pourchassé par les moines, et s’enferme dans l’un des bâtiments. L’abbé et les moines l’enjoignent d’obéir et de se corriger, mais il leur répond à coups de baliste. Surgissent alors les hommes d’armes, complices de Rodrigo. Au cours de cet assaut, des moines et des familiers sont blessés, Rodrigo est tué ainsi qu’un autre laïc. L’abbé s’adresse à l’office de la Pénitencerie apostolique au nom de sa communauté pour que ses moines et lui-même soient reconnus non coupables de la mort de ces interfectores.

  • 24 Demurger, 2009.
  • 25 À partir de 1455, après la prise de Constantinople et avec l’appui du pape Calixte III, Enrique IV (...)
  • 26 APA, Reg. Matrim. et Div. 15, fos 196vo-197ro, 21 août 1467.

13En août 1467, l’office reçoit la supplique d’un religieux de l’ordre de Santiago, Juan Fuentes Garsie, vicaire perpétuel de la maison de Merida. Il dit tenir sa charge du prieur conventuel de San Marcos de León, Juan de Pareja, l’un des hauts dignitaires de l’ordre, supérieur hiérarchique des frères clercs qui composent l’ordre avec les frères chevaliers24. Juan explique avoir été envoyé dans la forteresse de Carmona (diocèse de Séville), au service d’Enrique, roi de Castille et de León (1454-1474)25. À son arrivée, Juan est très vite confronté à l’hostilité de l’un des frères clercs, qualifiés de chanoines, Luis Gundessalvi. « Empli de malignité » (spiritu maligno plenus), celui-ci murmure contre le prieur de San Marcos, attire à lui des « disciples » et les incite à déposer le prieur. Cela scandalise les autres frères, qui vivaient jusque-là d’une manière exemplaire. Le suppliant convoque l’ensemble des frères pour qu’ils cessent leurs « cogitations mauvaises et perverses ». Mais Luis persévère dans sa malice (in sua malicia perseverans) et rallie à sa cause d’autres frères. Juan décide alors de l’enfermer « conformément aux statuts de l’ordre ». Tandis qu’il entreprend de le conduire dans l’une des chambres, des chanoines et des écuyers (scutiferi), venus visiter Luis, prennent sa défense, pourchassent le suppliant et le blessent. Quelque temps après, Juan tente de nouveau de faire capturer Luis par un chanoine, mais Luis résiste et reçoit un coup d’épée mortel. Il expire après s’être confessé au vicaire26.

  • 27 APA, Reg. Matrim. et Div. 3, fo 133ro, 23 mai 1450. Sur le monastère, voir Álvarez, Domínguez, 1996

14Enfin, le 23 mai 1450, Juan de Esposende, un cistercien de San Clodio do Ribeiro (diocèse d’Orense), écrit à la Pénitencerie apostolique, car il est impliqué dans la mort de l’un de ses confrères, Alvaro. Après que les deux moines se sont insultés, Alvaro a tendu une embuscade nocturne au suppliant, en se jetant sur lui, avec trois complices, devant les portes du monastère. Alors que les insultes et les coups pleuvent, Juan demande à plusieurs reprises à son adversaire de faire la paix, mais face à son obstination et tandis qu’Alvaro le tient par le col et refuse de le lâcher, Juan lui assène un coup de couteau mortel27.

  • 28 Lusset, 2015a.
  • 29 APA, Reg. Matrim. et Div. 2bis, fo 307vo : « pejora malis accumulando » ; APA, Reg. Matrim. et Div. (...)
  • 30 Regula ordinis militiae Sancti Iacobi, XX : De murmuratione evitanda, pp. 104-106.
  • 31 Sur la préméditation et le fait de perpétrer ses crimes la nuit, voir Lusset, 2017, pp. 148-155.
  • 32 APA, Reg. Matrim. et Div. 15, fos 196vo-197ro : « secundum statutes dicti ordinis ».
  • 33 Gratien, Decretum, C. 23, q. 1, d. p. c. 1 (Friedberg I, col. 889-890).
  • 34 Ibid., C. 23, q. 5, c. 47 (Friedberg I, col. 945) et Decretalium collectiones, X 5, 12, 24 (Friedbe (...)

15Dans les trois suppliques citées, le récit déploie, de façon attendue, une série d’excuses destinées à montrer que l’homicide est accidentel et que les suppliants ne sont pas coupables28. Les suppliques suivent un schéma type, organisé autour de deux figures antithétiques, le bon clerc régulier s’opposant au mauvais religieux. Ainsi Rodrigo comme Luis sont décrits tels des pécheurs invétérés : faisant preuve de malignité29, ils refusent d’obtempérer aux admonestations et se montrent par là même désobéissants et incorrigibles. L’abbé cistercien de Sobrado jette le doute sur la sincérité de la conversion de Rodrigo qui n’a pas abandonné son mode de vie guerrier. Le vicaire de Merida décrit en détail le comportement de Luis, aux antipodes de la règle : il murmure, scandalise et corrompt ses frères30. Alvaro, enfin, prémédite sa vengeance en s’adjoignant des complices et agit de nuit31. Les trois suppliants, quant à eux, se dépeignent sous les traits de clercs agissant conformément à leur état. L’abbé cistercien et le vicaire santiaguiste incarnent de bons pasteurs, qui mettent tout d’abord en garde leurs confrères par des admonestations répétées et les sanctionnent « conformément aux statuts de l’ordre32 ». Ce n’est que parce que les exhortations ont échoué que le vicaire santiaguiste se résout à user de la contrainte, en décidant d’enfermer Luis. Lorsque ce dernier est mortellement blessé, le vicaire fait fi des coups portés et reçoit la confession de son agresseur. Quant au moine, Juan de Esposende, il supplie à plusieurs reprises son agresseur de faire la paix (sepius requisitus esset ut pacem ageret). Enfin, tous les suppliants affirment avoir usé de la force en état de légitime défense. En effet, si les Évangiles prescrivent de tendre l’autre joue (Matthieu V, 39), le droit canonique autorise les clercs à répliquer si leur vie est en danger33. Tous insistent donc sur la volonté de leur adversaire de les tuer (animo interficiendi) et prétendent avoir rendu les coups, non pour tuer, mais pour se défendre. De l’intention dépend en effet l’imputabilité du geste34.

  • 35 « … Cum autem, pater sancte, in morte dicti Ludovici aliterque ut premittitur culpabilis non fuit d (...)
  • 36 « Cum autem aliter culpabilis non fuerit, supplicat declarari ut etc. ut in forma, fiat ut infra D. (...)

16Par l’obtention de lettres déclaratoires délivrées par la Pénitencerie à la suite de leur supplique, le vicaire santiaguiste de Merida tout comme le moine cistercien de San Clodio entendent être lavés des allégations d’homicide volontaire. Selon une formule couramment employée dans ce type de lettres, le vicaire santiaguiste dit vouloir imposer le silence à la bouche de ceux qui voudraient continuer à mal parler de lui (ad ora talium obstruendum). Si l’accusation d’homicide a des conséquences sur les plans pénal et pénitentiel, elle a également une implication sociale : la rumeur court sur l’indignité supposée des suppliants en tant que clercs réguliers et, par conséquent, sur leur incapacité à servir comme clercs ordonnés. D’un point de vue procédural, les lettres déclaratoires offrent un remède à la mauvaise réputation et une réhabilitation totale : l’innocence des suppliants est reconnue et dûment déclarée par un document émanant d’un officier apostolique. La partie finale des lettres contient le mandat d’exécution et le paraphe du pénitencier majeur, qui déclare vides de tout contenu les rumeurs selon lesquelles le suppliant est homicide. Outre la reconnaissance de l’absence de culpabilité et du fait que le suppliant n’a pas encouru d’excommunication, les lettres lèvent l’empêchement à l’exercice des fonctions sacerdotales et autorisent le suppliant à conserver ses bénéfices et ses charges. Néanmoins, l’office confie à un commissaire le soin d’établir si les faits mentionnés correspondent à la vérité et de valider, le cas échéant, la grâce accordée. L’identité du commissaire n’est pas précisée dans le cas de la supplique du vicaire de l’ordre de Santiago35, mais il s’agit le plus souvent de l’évêque ordinaire. Ainsi, le pénitencier majeur confie à l’évêque d’Orense, dans le diocèse duquel se trouve le monastère de San Clodio, de vérifier que le cistercien Juan de Esposende était bien en danger de mort lorsqu’il a asséné le coup fatal à son adversaire, Alvaro36.

Revenir dans le giron de l’Église : le cas des suppliques de diversis formis

  • 37 APA, Reg. Matrim. et Div. 2 bis, fo 103ro-vo, 25 novembre 1439. La formule d’approbation la plus co (...)

17Dans la seconde catégorie de suppliques, les de diversis formis, les réguliers reconnaissent leur culpabilité et confessent le plus souvent des comportements qui vont à rebours des normes de la vie régulière. Seules les suppliques approuvées ont été conservées et la grâce obtenue n’est pas toujours pleine et entière. Ainsi, Juan de León, un carme de Séville qui sollicite la Pénitencerie en 1439, parce qu’il a tué, lors d’une rixe, l’un de ses confrères, voit sa supplique approuvée par la formule fiat de speciali, mais il est temporairement suspendu du service de l’autel37.

  • 38 APA, Reg. Matrim. et Div. 31, fo 163vo, 26 février 1482, supplique approuvée par la formule fiat de (...)
  • 39 Ce canon prévoit l’excommunication ipso facto de toute personne qui porte la main sur un ecclésiast (...)

18Les suppliants recourent au pape pour se voir absous de crimes divers qui ne sont pas forcément des cas réservés pontificaux. En effet, de nombreux clercs sollicitent l’office pour des grâces qu’ils auraient pu obtenir auprès des juridictions ecclésiastiques locales. Parmi eux figure Antonio Camides, un bénédictin de San Llorenc del Munt (diocèse de Barcelone)38. Il s’adresse à la Pénitencerie pour avoir frappé un prêtre, ce dont il aurait pu être absous par son abbé ou son évêque, en vertu des exceptions à l’application du canon Si quis suadente prévues par les décrétales39.

  • 40 Un religieux qui frappe un autre religieux ne doit pas nécessairement recourir au pape : « … nisi e (...)
  • 41 APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 71ro, supplique approuvée par la formule fiat de speciali. Sur ce c (...)

19Sur les quarante suppliques concernant des violences, seize relatent toutefois des voies de fait sur un supérieur, dont l’absolution reste réservée au pape40. Au sein de ce groupe, les franciscains se distinguent puisque huit des seize franciscains s’adressent à l’office après avoir frappé leur gardien ou leur ministre. C’est notamment le cas de Pedro de Tholmenares, frère de Carrión de los Condes (diocèse de Palencia), qui s’en est violemment pris à son gardien, Garsianus de Fierro. Il explique qu’après avoir été insulté, il a frappé, sous le coup de la colère, son supérieur « jusqu’à l’effusion de sang, sans avoir toutefois porté un coup énorme » (usque ad sanguinis effusionem absque tamen enormi percussione). Informé des événements, le ministre provincial convoque les deux franciscains. Bien que l’agresseur comme l’agressé nient les faits, le suppliant est excommunié. Comme le gardien a guéri de ses blessures, la Pénitencerie absout Pedro de la sentence d’excommunication et lui confère une dispense pour l’irrégularité contractée, le 7 décembre 145541.

  • 42 Id., 2003 ; Rojo Alique, 2007.
  • 43 APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 156ro. Sa supplique est approuvée par la formule fiat de speciali.

20La forte proportion de franciscains impliqués dans des violences envers un supérieur est peut-être le reflet des conflits provoqués par le passage, à partir des années 1430, des couvents à l’observance stricte et des heurts qui en découlent avec les conventuels42. Certaines suppliques font spécifiquement référence à ce contexte de réforme. Le 17 février 1456, Gomes de Tauro, un franciscain du couvent de Toro (diocèse de Zamora) explique que, mû par la colère, il a porté la main sur son ministre, sans provoquer toutefois d’effusion de sang, ce pourquoi il a été excommunié ipso facto, en vertu du canon Si quis suadente. Fernando, le gardien du couvent voisin de Salamanque et rallié à l’observance, lui assure qu’il a le pouvoir de l’absoudre de l’excommunication encourue. « Se croyant absous » (credens se absolutum fore), Gomes célèbre des messes et des offices divins. Il se tourne ensuite vers l’office pontifical qui, seul, peut résoudre cet état d’incertitude juridique en lui accordant l’absolution de l’excommunication et la dispense pour l’irrégularité contractée43.

  • 44 Helmholz, 1988 ; Thery, 2011.
  • 45 APA, Reg. Matrim. et Div. 3, fo 321vo. La supplique est approuvée par la formule fiat de speciali. (...)

21À l’instar de Gomes de Tauro, le recours au pape peut être motivé par l’incertitude spirituelle et juridique dans laquelle sont plongés certains suppliants. En 1452, Fernando Martín, un prêtre santiaguiste de Séville qui a blessé avec son glaive la main d’un prêtre séculier, a reçu l’absolution de la sentence d’excommunication du vicaire de l’archevêque de Séville. Cependant, agité par un « scrupule de sa conscience » (ex scrupulo conscientie), il craint que cette absolution ne soit pas valide, sans doute parce qu’il redoute que les coups portés relèvent de la catégorie de l’injuria atrox (« injure atroce »), et donc que l’absolution soit réservée au pape44. C’est pourquoi le suppliant insiste, par l’intermédiaire du procureur qui rédige sa supplique, sur le fait que la blessure à la main qu’il a infligée à sa victime n’a pas provoqué de « lésion des membres », et donc que la victime n’est pas frappée d’incapacité (inhabilitas). Fernando explique également qu’après l’altercation, le maître de l’ordre leur a fait faire la paix. L’affaire est suffisamment grave pour que la Pénitencerie commissionne le prieur santiaguiste de Séville. Celui-ci est chargé de vérifier les dires du suppliant et, le cas échéant, de l’absoudre de l’excommunication ainsi que lui accorder la dispense pour l’irrégularité contractée45. La grâce est accordée parce que Fernando a fait satisfaction en demandant pardon à sa victime et probablement en accomplissant une pénitence. La supplique atteste donc de l’étroite connexion entre la procédure canonique d’absolution par les lettres de la Pénitencerie et la réconciliation du suppliant avec sa victime et, au-delà, avec la communauté chrétienne.

  • 46 « Supplicat igitur sanctitati vestre prefatus orator humiliter et devote quatenus ipsum a presbiter (...)

22D’autres suppliants sollicitent la Pénitencerie apostolique, car seule l’autorité suprême de l’Église peut, au nom de la plénitude de puissance, pardonner leurs transgressions multiples. Le 13 juin 1456, Rodrigo Sanche de Daraico, un bénédictin de Santa María de Obarenes, dans le diocèse de Burgos, explique que, mû par le diable et après avoir échangé des injures avec un autre moine, Juan de Obarenes, il l’a frappé de plusieurs coups de couteau à l’intérieur du monastère. Constatant le décès de sa victime, Rodrigo est saisi de peur. Il s’enfuit du monastère et célèbre des offices pendant plusieurs jours, alors qu’il est homicide et apostat. Il s’adresse à la Pénitencerie, car il désire revenir dans le giron de l’Église (cupiat ad gremium sancte matris ecclesie redire) et recevoir l’absolution de ses crimes (presbytéricide et apostasie), ce qu’il obtient par la formule d’approbation fiat de speciali46. L’aspiration au salut individuel se mêle ici à des considérations plus matérielles : le recours à la miséricorde pontificale permet à ce moine de contourner la sévérité de la justice abbatiale et épiscopale, en évitant probablement une peine de prison.

  • 47 Les faussaires de lettres pontificales sont frappés d’excommunication ipso facto dont seul le pape (...)
  • 48 APA, Reg. Matrim. et Div. 2, f° 96v°, 9 août 1438.
  • 49 Leveleux-Teixeira, 2005, p. 60.
  • 50 Sur Juan de Segovia, Mann, 2011 et Diener, 1964. Sur le procès d’Eugène IV, voir Rosenblieh, 2009.

23La grâce pontificale permet à d’autres clercs réguliers de se laver de l’infamie du crime et de la peine, afin de poursuivre leur carrière ecclésiastique. Le 9 août 1438, le prieur et le couvent hiéronymite de Santa María de la Armedilla sollicitent l’office pontifical pour obtenir la grâce pour l’un des prêtres profès du monastère, nommé Sanche. Ce dernier s’est rendu coupable d’apostasie — il a quitté son couvent pour prendre l’habit des mercédaires — et a falsifié une bulle apostolique47. À la suite d’une enquête diligentée par le pape Martin V (1417-1431) et confiée au « maître Juan de Segovia », Sanche a été incarcéré et condamné à accomplir une pénitence publique. Il a également dû jurer de respecter la sentence, qui le prive de ses offices claustraux et le rend inhabile. Douze ans se sont écoulés depuis. Sanche mène désormais une vie exemplaire (vir laudabilis vite et magni exempli), au point que ses confrères voudraient pouvoir lui confier des charges au sein du monastère et de l’ordre. Outre la relaxe de la sentence prononcée par le juge, la communauté demande donc que Sanche soit absous de la sentence d’excommunication et du serment prononcé, qu’il soit dispensé de l’irrégularité contractée et qu’il soit réhabilité, afin de pouvoir accéder à tout type d’office, y compris les bénéfices avec cure des âmes48. La supplique est approuvée par un Fiat, suivi de la mention « par grâce spéciale et sur mandement exprès » du pape (fiat de speciali gratia et expresso mandato, abrégé fiat de speciali et expresso). Cette formule d’approbation signale le caractère important de la requête : le pénitencier majeur agit à la fois par l’autorité du pape et par mandat spécial, donné oralement par ce dernier. Seul le pape, en effet, peut effacer la mémoire du crime et l’infamie de la peine49. Dans ce cas précis, les suppliants et leur procureur recourent à un argument de poids pour obtenir la réhabilitation pleine et entière de Sanche : ils arguent du fait que la sentence prononcée l’a été par Juan de Segovia, l’un des plus farouches opposants d’Eugène IV lors du concile de Bâle. Au moment où la requête est faite par le couvent hiéronymite, en 1438, le maître en théologie de Salamanque, ancien référendaire du pape Martin V, est l’un des principaux artisans du second procès organisé par le concile contre le pape50.

  • 51 Le conflit oppose Fernando de Santa Colomba et Juan de Medina. Après plusieurs tentatives de règlem (...)
  • 52 Martin V, Pia supplicum, 24 octobre 1425, éd. dans Martín, 1953, pp. 104-106. Sur la congrégation, (...)

24Une dernière supplique éclaire les débuts de la congrégation cistercienne de Castille et permet de saisir comment aspiration à la réforme, salut individuel et ambition personnelle sont parfois intimement mêlés. À partir de 1425, Martín de Vargas, un ancien hiéronymite devenu cistercien dans l’abbaye de Piedra, entreprend de réformer plusieurs monastères cisterciens avec le soutien du pape Martin V, dont il est le confesseur et le conseiller. Après avoir fondé l’abbaye de Montesión près de Tolède en 1427, Vargas réforme en 1430 l’abbaye de Valbuena, près de Valladolid, à la demande de Juan II de Castille et de l’évêque de Palencia : il disperse les anciens moines, transforme l’abbaye en prieuré et y installe ses disciples51. En vertu d’une bulle pontificale, la nouvelle congrégation, dirigée par un « réformateur » (reformator), n’est plus soumise à la juridiction de l’abbaye de Cîteaux52.

  • 53 APA, Reg. Matrim. et Div. 2 bis, fo 194ro-vo, texte édité en annexe.
  • 54 Sur les formes de complicité, voir Salonen, 2001, pp. 133-134.

25Plus de dix ans après la réforme de l’abbaye de Valbuena, un certain Gregorio, qui se présente comme un moine cistercien de Montesión, sollicite la Pénitencerie apostolique au début de l’année 144153. Il explique qu’alors qu’il se trouvait dans l’abbaye de Valbuena, une querelle a éclaté entre lui et Martín de Vargas qu’il présente comme l’« abbé des monastères [de Montesión et de Valbuena], le réformateur et son prélat ». En effet, Vargas, fondateur et chef de la congrégation de Castille, est le supérieur des prieurs placés pour trois ans à la tête de chaque maison réformée. À la suite de cette dispute, « mû par la colère » (ira commotus) et « voulant se venger » (volens vindictam assumere), Gregorio décide de faire expulser Vargas du monastère. Il fait appel à l’abbé cistercien voisin de La Espina, qui envoie des hommes d’armes fracturer, de nuit, les portes du monastère, et faire prisonnier Vargas. Gregorio sollicite l’office pontifical, car il a consenti à ces violences (selon la formule canonique : operam, consilium, auxilium et favorem prestitit) et en est donc complice54. Il précise néanmoins que la capture s’est faite sans provoquer de blessure et que Martin de Vargas a été libéré, sain et sauf, après quelques jours.

  • 55 En 1431, Gregorio se rend à Rome pour que le pape confirme la fondation de Montesión et l’incorpora (...)
  • 56 Statuta Capitulorum Generalium Ordinis Cisterciensis, vol. 4, 1433, 20 ; 1438, 58 ; 1439, 101 ; 144 (...)
  • 57 Fr. L. de Estrada, Exordio y progresos de nuestra Regular observancia en los Reynos de Castilla y L (...)

26Ce suppliant qui sollicite la Pénitencerie est Gregorio de Medina, l’un des plus proches disciples de Vargas, envoyé à deux reprises auprès du pape Eugène IV pour obtenir son appui dans les réformes entreprises55. Dès 1433, l’action de Martín de Vargas suscite l’ire du chapitre général de Cîteaux, qui charge les abbés de Herrera et de La Espina de récupérer l’abbaye de Valbuena56. Martín de Vargas est, toutefois, soutenu par le pape, qui lui permet, en 1434, d’étendre la réforme à six nouveaux monastères. Entre juin 1437 et 1439, il quitte la Castille pour se rendre en Italie et assiste au concile de Ferrare. D’après les chroniqueurs cisterciens du xviie siècle, Gregorio de Medina aurait profité de cette absence pour obtenir du pape d’être nommé à la tête de l’abbaye de Valbuena. Lorsque Vargas rentre en Castille et se rend à Valbuena, il est capturé et emprisonné57. Il semble que c’est à ce conflit pour la détention de la charge abbatiale que Gregorio fait allusion dans sa supplique adressée en 1441 à la Pénitencerie.

  • 58 Le suppliant fait ici référence à la bulle citée n. 52.

27Dans la supplique, il dit avoir agi « contre les constitutions, définitions et institutions confirmées par l’autorité apostolique pour les monastères de Montesión et Valbuena58 ». En effet, pour obtenir la charge abbatiale, Gregorio fait fi de la bulle pontificale qui libérait les monastères réformés par Martín de Vargas de l’autorité de l’ordre cistercien : il fait appel, pour son coup de force, à l’abbé voisin de La Espina, resté fidèle à l’ordre. Ce dernier est plusieurs fois commissionné par le chapitre général afin de remettre la main sur l’abbaye et punir Martín de Vargas. Pour servir ses ambitions personnelles, Gregorio met donc en concurrence les différentes autorités revendiquant le contrôle du monastère : d’un côté, le chapitre général de Cîteaux, de l’autre, le réformateur Martín de Vargas, appuyé par le pape Eugène IV. Après le coup de force perpétré à l’encontre de Vargas, Gregorio se rend à Rome « sans demander la permission de son supérieur [i.e. Martín de Vargas], mais sans avoir l’intention d’apostasier ». Il emporte avec lui les droits, privilèges et bulles apostoliques de Valbuena afin d’obtenir du pape que l’abbatiat triennal, mis en place par Vargas, soit remplacé par un abbatiat perpétuel. Il utilise probablement les réseaux constitués lors de ses précédents voyages pour obtenir gain de cause auprès du pape.

28Dans sa supplique à la Pénitencerie apostolique, Gregorio demande l’absolution des censures encourues ainsi que la dispense pour l’irrégularité et l’inhabilité contractée. Il demande également que le pape abolisse la macule d’infamie et le rétablisse dans son rang. Afin d’obtenir ces grâces, l’ancien disciple de Martín de Vargas se livre, dans sa supplique, à un numéro d’équilibriste. Tout en avouant sa rébellion ouverte et les violences envers le réformateur, il impute celles-ci à un mouvement d’humeur passager, qui l’aurait conduit, par colère, à vouloir se venger. Tout en sollicitant le pape pour que la charge abbatiale soit de nouveau perpétuelle — remettant ainsi en cause la réforme institutionnelle voulue par Vargas afin d’éviter le système de la commende —, Gregorio réaffirme son obéissance à celui qu’il appelle, dans sa supplique, son prélat et son supérieur.

  • 59 Nieto Soria, 1996, pp. 198-203.

29À la lecture de ce récit, on peut se demander s’il est encore question de faire son salut par la supplique ou si l’obtention de lettres de la Pénitencerie apostolique ne constitue pas plutôt, pour certains clercs réguliers, un levier procédural pour obtenir les charges et bénéfices convoités. La Pénitencerie apostolique jouerait ici le même rôle que la chancellerie pontificale dans le règlement de conflits bénéficiaux59.

30Pour conclure, les clercs réguliers ibériques qui sollicitent la Pénitencerie apostolique pour des violences, des vols ou des homicides ne présentent pas un profil spécifique par rapport aux suppliants réguliers du reste de la chrétienté. Si spécificité il y a, c’est peut-être dans l’éclairage cru que certaines de ces suppliques jettent sur les conflits parfois violents qui éclatent au sein de communautés travaillées par les réformes dans la seconde moitié du xve siècle, à l’instar des couvents franciscains ou des monastères cisterciens castillans. Dans le cadre de ces luttes de pouvoir, le pape peut apparaître, après plusieurs siècles de centralisation théocratique, comme un recours naturel et comme un moyen de s’extraire de la tutelle d’autorités locales partisanes, même si, on l’a vu, tous les ordres religieux n’ont pas la même proximité avec la curie pontificale.

31Les suppliques approuvées et copiées de façon abrégée dans les registres — qui relèvent essentiellement du for judiciaire — ne sont pas le lieu d’expression privilégié des consciences tourmentées par le péché. Certes, il arrive que certaines suppliques mettent en scène la conversion en actes du suppliant. Ce dernier avoue des intentions pécheresses et des crimes qui vont à l’encontre des idéaux de la vie régulière pour mieux se transformer, par le processus de la supplication, en religieux conforme. Mais ces suppliques sont rares et finalement peu représentatives de la masse ordinaire des requêtes traitées par l’office, où les suppliants demandent l’absolution de leurs péchés et de leurs crimes dans le même temps qu’ils sollicitent l’absolution des censures ecclésiastiques et la levée des empêchements canoniques. En définitive, la documentation de la Pénitencerie apostolique permet de saisir comment, au sein d’une institution ecclésiale qui a le pouvoir d’exclure comme de rendre grâce, la question du salut se pose en termes d’appartenance à la communauté dans ses dimensions religieuses mais aussi sociales. Par l’octroi de lettres déclaratoires, l’office pontifical met fin au scandale des clercs accusés d’homicide par la rumeur. Par la concession d’absolutions et de dispenses aux clercs criminels, elle préserve l’unité et l’intégrité de l’Église dans le même temps qu’elle permet à ces clercs réguliers réconciliés de retrouver leur honneur et de poursuivre leur carrière ecclésiastique.

Annexes

Annexe

APA, Reg. Matrim. et Div. 2 bis, fo 194ro-vo, 1441 (s. d.)a

Exponit, sanctitati vestre, frater Gregorius, presbiterus, monachus professus monasterii Montission Cisterciensis ordinis Tolletan. diocesis quod cum ipse olim in monasterio sancte Marie Vallisbone eiusdem ordinis Palentin. diocesis degeret, propter certas, inter ipsum ac quodam fratrem Martinum de Va[r]gas, abbatem dictorum monasteriorum reformatorem ac prelatum suum, exortas dissenciones et discordias, ira exinde contra ipsum Martinum commotus, volens vindictam assumere, tractavit, fecit et ordinavit ipsum fratrem Martinum capi et a dicto monasterio Vallisbone, ubi tunc moram trahebat, expelli. Prout quadam nocte, per quendam abbatem del Espina, ordinis et diocesis eorumdem, cum multitudine gentis armorum, quorum aliqui monasterium ipsum fractis illius foribus, alii vero per supra eiusdem muros sive [mot illisible] ascendentes violenter intrantes, ipsum fratrem Martinum capi et per eumdem abbatem del Espina ad monasterium ipsius captivum et mancipatum adduci fecit et procuravit, absque aliquali sui corporis lesione. Quibus prefatus exponens operam, consilium, auxilium prestitit et favorem ipsoque Martino in dicto monasterio per aliquos dies detento illesus et liberatus. Postea exstitit deinde idem exponens contra constitutiones, diffinitiones et instituta auctoritate apostolica confirmata Montission et Vallisbone monasteriorum predictorum multipliciter agens abbatiam predictam Vallisbone per dictum abbatem del Espina, cui dicti monasterii Vallisbone visitacio, reformatio et alias destitutio et institucio per patrem abbatem Cistercii commissa erant, vigore commissionis huiusmodi certo modo sibi conferri et de ea provideri obtinuit, monasterioque huiusmodi Vallisbone relicto preter sui superioris licenciam, eciam minime petitam, habituque monachali noviterque suspenso licet partialiter deposito, non tamen animo apostatandi, Curiam Romanam venit, ubi de presenti moram trahens, nonnullam insuper iura privilegia ac bullas apostolicas pecunias et alia ad monasterium ipsum Vallisbone expectancia secum adduxit. Subsequens vero abbatiam trienalem monasterii Vallisbone prefati in abbatia perpetuam commuti et per sanctissimum dominum nostrum papam Eugenium sibi conferri sollicitavit et procuravit. Quibus et aliis [factis] diversas excommunicationis et aliarum penarum sententias et censuras, tam a iure quam ex expressa depositione [pour dispositione], constitutione, ordinatione et diffinitione huiusmodi, prefatus exponens ipso facto incurrit et eisdem sententiis sic ligatus tamquam iuris ignarus non tamen in contemptum clavium missas et alia celebravit officia et alias se illis immiscuit. Super quibus idem exponens supplicat, sanctitati vestre, quatinus ipsum a predictis omnibus et singulis sententiis et penis excommunicationis ac censurarum predictarum ac quibusuis aliis quas tam a iure quam ex huiusmodi monasteriorum diffinitioni etc. dispositione quomodolibet incurrit ac aliis suis etc. absolvere et absolvi [mandare] omnemque inhabilitatis et infamie maculam sive notam propterea exortam ab eo penitus abolere necnon ad pristinum statum in quo primitus erat reducere misericorditer dignemini de gratia speciali etc. Et si placet sanctitati vestre committatur fratri Guillermo Ponciib. Fiat ut infra N[icolaus]c. Signetur per fiat de speciali quo ad excommunicationes tantum et statuta ordinis et quo ad irregularitatem tamen quam incurrit posita [clausulis] celebrande et dimittendo habitis.

Notes

1 Cet article a été rédigé dans le cadre d’une Pension de la Fondation Thiers et d’une convention avec l’École française de Rome. Je remercie D. Iogna-Prat, discutant de la session du 25 février 2013, pour ses remarques ainsi que L. Schmugge pour son aide dans la transcription de la supplique éditée en annexe.

2 Fossier, 2013, pp. 59-69 et Id., 2018.

3 Sur les compétences et le fonctionnement de l’office pontifical, voir Göller, 1907-1911 ; Salonen, 2001 ; Fossier, 2018.

4 L’office ne conserve pas la trace écrite des absolutions au for de la conscience. Par ailleurs, seuls les registres rédigés à partir du xve siècle ont été conservés. Ils sont consultables à Rome, à l’Archivio della Penitenzieria Apostolica, sous la cote Registrum Matrimonialium et Diversorum (abrégé APA, Reg. Matrim. et Div.).

5 Les dépouillements ayant été effectués lors d’un doctorat qui portait principalement sur les violences, les homicides et les vols commis par les clercs réguliers, l’étude ne prend pas en compte les religieux qui sollicitent l’office pour rupture du vœu de chasteté ou pour avoir quitté la clôture sans autorisation (apostasie), ces derniers cas étant majoritaires. Voir Lusset, 2017.

6 González Novalín, 1980, en particulier García Oro, 1980 ; Rucquoi, 1987 ; Cantera Montenegro, 2004.

7 Le classement entre les suppliques de diversis formis et les suppliques de declaratoriis n’intervient qu’à partir de 1458, date de la réforme de l’office de la Pénitencerie apostolique. Dans les deux cas, le récit de la transgression est très stéréotypé : le suppliant présente les faits avec exactitude, tout en minimisant sa culpabilité afin d’obtenir la grâce, voir Salonen, 2001 ; Müller, 2007.

8 L’état d’excommunication prive les suppliants des sacrements (aussi bien pour ce qui est de les administrer que de les recevoir), des offices divins, de la sépulture ecclésiastique, de toute juridiction ecclésiastique, de l’accès aux dignités et aux bénéfices ecclésiastiques, des droits judiciaires ainsi que de toute relation sociale. L’excommunication est souvent encourue ipso facto. En effet, en portant la main sur une personne ecclésiastique, en falsifiant des lettres pontificales ou encore en fuyant de leur monastère (apostasie), les religieux sont automatiquement excommuniés en raison même de l’accomplissement du fait prohibé et sans qu’un jugement ait été rendu. Voir Beaulande, 2006.

9 Landau, 1966.

10 Salonen, 2001, p. 23.

11 Rosenblieh, inédite.

12 N’ayant pas dépouillé, au cours de ma thèse, les registres du pontificat d’Innocent VIII, je n’ai pas d’explication à proposer sur le tarissement des suppliques ibériques. Il semble néanmoins que l’office reçoive de très nombreuses suppliques émanant de la région au début du xvie siècle.

13 L’ordre d’origine de quatre suppliants n’a pu être identifié.

14 On recense douze bénédictins, neuf cisterciens et huit chanoines augustins.

15 On décompte seize franciscains, six dominicains, quatre ermites de Saint-Augustin et trois carmes. Sur les déviances internes aux ordres mendiants, voir Geltner, 2010 ; Vargas, 2011 ; Nieva Ocampo, 2009. Sur les moniales, voir Linehan, 1997 et Ródriguez López, 2015.

16 Lusset, 2015a.

17 On décompte trois religieux de l’ordre de Santiago, deux de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et un mercédaire. Voir Rodríguez-Picavea Matilla, 2005.

18 APA, Reg. Matrim. et Div. 2, fo 18ro : en 1438, Martin, franciscain de Betanzos (diocèse de Compostelle) se dit professeur en théologie (professor in sacra pagina), puis explique avoir été impliqué dans des violences envers des prêtres séculiers.

19 APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 414vo, 17 novembre 1457.

20 Lusset, 2017, pp. 123-135.

21 APA, Reg. Matrim. et Div. 2bis, fos 307v o-308vo, 17 novembre 1441.

22 Pérez-Embid Wamba, 1986, pp. 239-243 et 618.

23 García Oro, 2002, pp. 168-175. Sur Sobrado, Pallarés Méndez, 1973.

24 Demurger, 2009.

25 À partir de 1455, après la prise de Constantinople et avec l’appui du pape Calixte III, Enrique IV lance plusieurs campagnes militaires contre le royaume de Grenade, voir Rodríguez-Picavea Matilla, 2008, pp. 214-215. Sur l’ordre de Santiago et le rôle des frères prêtres, Ayala Martinez, 2003.

26 APA, Reg. Matrim. et Div. 15, fos 196vo-197ro, 21 août 1467.

27 APA, Reg. Matrim. et Div. 3, fo 133ro, 23 mai 1450. Sur le monastère, voir Álvarez, Domínguez, 1996.

28 Lusset, 2015a.

29 APA, Reg. Matrim. et Div. 2bis, fo 307vo : « pejora malis accumulando » ; APA, Reg. Matrim. et Div. 15, fos 196vo-197ro : « spiritu maligno plenus ».

30 Regula ordinis militiae Sancti Iacobi, XX : De murmuratione evitanda, pp. 104-106.

31 Sur la préméditation et le fait de perpétrer ses crimes la nuit, voir Lusset, 2017, pp. 148-155.

32 APA, Reg. Matrim. et Div. 15, fos 196vo-197ro : « secundum statutes dicti ordinis ».

33 Gratien, Decretum, C. 23, q. 1, d. p. c. 1 (Friedberg I, col. 889-890).

34 Ibid., C. 23, q. 5, c. 47 (Friedberg I, col. 945) et Decretalium collectiones, X 5, 12, 24 (Friedberg II, col. 803). Voir Kuttner, 1935 ; Kery, 2003 ; Descamps, 2012.

35 « … Cum autem, pater sancte, in morte dicti Ludovici aliterque ut premittitur culpabilis non fuit doleatque et doluit de eius mortis ab aliquibus simplicibus etc. [= et iurisignaris et ipsius oratoris forsan emulis] asseritur ipsum presbitericidi reatum et excommunicationis sententiam incurisse et irregularitatis maculam sive inhabilitatis notam contraxisse, ad ora talium obstruendum etc. [= et aliorum super his in futurum sibi obloqui volentium emulorum obstruenda], supplicat quatenus ipsum propter premissa nulla excommunicationis sententia, nullumque presbitericidi reatum incurisse nullamque irregularitatis maculam sive inhabilitatis aut infamie notam contraxisse sed in suis ordinibus ministrare et quicumque beneficia ac officia dicti ordinis obtinere possit declarari mandare misericorditer dignemini ut in forma. Fiat ut infra S. archiepiscopus Antibaris regens [i.e. Simon Vosich de Montona, archevêque d’Antivari]. Committatur et si vocatis vocandis premissa vera esse invenerit et quod exponens in morte prefati Ludovici aliter quam ut premittitur culpabilis non fuerit, declaret ut petitur. Videat eam dom[inus]. A[nthonius] de Grassis, S. [i.e. Simon Vosich de Montona, archevêque d’Antivari] » (APA, Reg. Matrim. et Div. 15, fo 197ro). Sur le personnel de la Pénitencerie apostolique sous Paul II, voir Repertorium Poenitentiariae Germanicum. V, pp. xviii-xx. Sur les lettres déclaratoires délivrées par la Pénitencerie, voir Müller, 2007.

36 « Cum autem aliter culpabilis non fuerit, supplicat declarari ut etc. ut in forma, fiat ut infra D. [i.e. Domenico Capranica, pénitencier majeur], signetur per fiat, si ita est et si mortem aliter evitare non possit et de hiis constat et committitur episcopo Auriensis » (APA, Reg. Matrim. et Div. 3, fo 133ro, 23 mai 1450). Sur les enquêtes diligentées sur place, voir Clarke, 2011.

37 APA, Reg. Matrim. et Div. 2 bis, fo 103ro-vo, 25 novembre 1439. La formule d’approbation la plus courante, fiat in forma, indique que la grâce est accordée sur la base des compétences ordinaires du pénitencier majeur et de ses officiers. La formule fiat de speciali signale que la grâce est obtenue sur la base des compétences que le pénitencier majeur a reçues du pape par un mandat spécial, voir Göller, 1911, vol. II/2, pp. 27-28 et Salonen, 2001, pp. 77-79.

38 APA, Reg. Matrim. et Div. 31, fo 163vo, 26 février 1482, supplique approuvée par la formule fiat de speciali.

39 Ce canon prévoit l’excommunication ipso facto de toute personne qui porte la main sur un ecclésiastique, concile de Latran II (1139), C. 15, Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta, vol. II/1, p. 109, repris dans : Gratien, Decretum, C. 17, q. 4, c. 29 (Friedberg I, col. 822). Sur les exceptions à l’application de ce canon, voir Helmholz, 1988 et Lusset, 2008.

40 Un religieux qui frappe un autre religieux ne doit pas nécessairement recourir au pape : « … nisi excessus ipsorum exstiterit adeo difficilis et enormis, utpote si ad mutilationem membri vel effusionem sanguinis est processum, aut in episcopum aut abbatem violenta sit manus iniecta, quum excessus tales et similes nequeant sine scandalo praeteriri » (Decretalium collectiones, X 5, 39, 32 [Friedberg II, col. 902-903]).

41 APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 71ro, supplique approuvée par la formule fiat de speciali. Sur ce couvent, voir García Oro, 1988, p. 309.

42 Id., 2003 ; Rojo Alique, 2007.

43 APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 156ro. Sa supplique est approuvée par la formule fiat de speciali.

44 Helmholz, 1988 ; Thery, 2011.

45 APA, Reg. Matrim. et Div. 3, fo 321vo. La supplique est approuvée par la formule fiat de speciali. Systématique dans le cas des lettres déclaratoires, la vérification des faits est beaucoup moins courante pour les suppliques de diversis formis, voir Salonen, 2001, pp. 79-83.

46 « Supplicat igitur sanctitati vestre prefatus orator humiliter et devote quatenus ipsum a presbitericio huiusmodi ac appostasia absolvere misericorditer dignemini de gratia speciali. Fiat de speciali D[omenicus] s[ancte] C[rucis] » (APA, Reg. Matrim. et Div. 5, fo 226vo). La supplique est approuvée par le pénitencier majeur Domenico Capranica. Aucune demande de dispense pour l’irrégularité n’est mentionnée dans la copie de la supplique, soit que le suppliant ne l’ait pas demandée, soit que la supplique ait été abrégée.

47 Les faussaires de lettres pontificales sont frappés d’excommunication ipso facto dont seul le pape peut les absoudre : Decretalium collectiones, X 5, 20, 7 (Friedberg II, col. 817-818).

48 APA, Reg. Matrim. et Div. 2, f° 96v°, 9 août 1438.

49 Leveleux-Teixeira, 2005, p. 60.

50 Sur Juan de Segovia, Mann, 2011 et Diener, 1964. Sur le procès d’Eugène IV, voir Rosenblieh, 2009.

51 Le conflit oppose Fernando de Santa Colomba et Juan de Medina. Après plusieurs tentatives de règlement du conflit, Juan II de Castille et l’évêque de Palencia confient la réforme de l’abbaye à Martin de Vargas, le 4 mars 1430. Voir Torné, 1996, p. 478 et García Flores, 1996, pp. 558-559.

52 Martin V, Pia supplicum, 24 octobre 1425, éd. dans Martín, 1953, pp. 104-106. Sur la congrégation, outre les articles cités ci-dessus, n. 47, voir Pérez-Embid Wamba, 1986, pp. 660-673 ; Rucquoi, 2000.

53 APA, Reg. Matrim. et Div. 2 bis, fo 194ro-vo, texte édité en annexe.

54 Sur les formes de complicité, voir Salonen, 2001, pp. 133-134.

55 En 1431, Gregorio se rend à Rome pour que le pape confirme la fondation de Montesión et l’incorporation de Valbuena à la nouvelle congrégation. Cette première mission donne lieu à la promulgation de la bulle Dudum siquidem en février 1432. En 1433, le moine est encore envoyé à la curie pour demander de nouveaux privilèges approuvant la structure institutionnelle de la congrégation et augmentant la juridiction de Martin de Vargas, bulle Ad decorem obtenue le 25 novembre 1434.

56 Statuta Capitulorum Generalium Ordinis Cisterciensis, vol. 4, 1433, 20 ; 1438, 58 ; 1439, 101 ; 1445, 90.

57 Fr. L. de Estrada, Exordio y progresos de nuestra Regular observancia en los Reynos de Castilla y León, y Reformacion que con ella tiene en ellos la religion, desde el principio de dicha observancia hasta el ano de 1620, AHN, sec. Clero, libro n° 16621, fos 19vo-20ro et 24 ; Fr. B. Suárez, Exordio de la Observancia de la Religion, de nuestro Padre San Bernardo, en los Reynos de Castilla y León, 1656, AHN, sec. Clero, legajo n° 7658, cap. 7, cité par García Flores, 1996, p. 558.

58 Le suppliant fait ici référence à la bulle citée n. 52.

59 Nieto Soria, 1996, pp. 198-203.

a La date d’enregistrement de la supplique n’est pas donnée. Les suppliques précédant et suivant celle de Gregorio sont respectivement datées du 7 février 1441 et du 26 janvier 1441.

b Il s’agit d’un pénitencier mineur, voir Repertorium Poenitentiariae Germanicum. I., p. xviii. Sur le rôle des pénitenciers mineurs, voir Clarke, 2009.

c Nicolas Albergati, pénitencier majeur, voir Repertorium Poenitentiariae Germanicum. I., p. xvi.

© Casa de Velázquez, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search