Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'imposture à la création

 | 
David Alvarez Roblin

Deuxième partie. Les secondes parties authentiques : des œuvres sous influence ?

Avant-propos

Texte intégral

1La publication des continuations apocryphes modifie, de l’aveu même d’Alemán et de Cervantès, le projet romanesque qu’ils avaient initialement conçu et les oblige à réélaborer au moins partiellement la suite des aventures de leurs héros. Quelle est précisément l’influence des œuvres rivales sur les Secondes parties alémanienne et cervantine ? En dépit du rejet affiché par les auteurs originaux, les textes de Luján et d’Avellaneda ne laissent-ils pas une empreinte profonde sur le Guzmán de 1604 et le Quichotte de 1615 ?

2Nous chercherons d’abord à déterminer quels sont les différents niveaux de riposte des auteurs originaux à leurs émules, afin de proposer une série de concepts permettant de mieux apprécier la complexité des liens existant entre romans apocryphes et suites authentiques (chapitre iv). Nous nous demanderons ensuite, de façon plus précise, dans quelle mesure les auteurs authentiques s’inspirent des créations de Luján et d’Avellaneda pour devenir eux-mêmes, paradoxalement, des continuateurs (chapitre v). Nous nous intéresserons enfin à des modalités plus subtiles de l’influence exercée par les fictions concurrentes, ce qui nous conduira à examiner notamment l’impact structurel du Guzmán de 1602 et du Quichotte de 1614 sur les suites alémanienne et cervantine (chapitre vi).

© Casa de Velázquez, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540