Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

De l'imposture à la création

 | 
David Alvarez Roblin

Première partie. Les continuations apocryphes : pâles copies ou créations véritables ?

Avant-propos

Testo integrale

1Les interrogations que soulève l’étude comparée des Premières parties d’Alemán et de Cervantès, et des continuations de Luján et d’Avellaneda sont multiples. Dans un premier temps, la question primordiale est sans doute celle d’une éventuelle prédisposition du Guzmán de 1599 et du Quichotte de 1605 à l’apocryphe. Il convient en effet d’examiner en premier lieu, ce qui, dans les œuvres initiales, a pu permettre l’élaboration voire favoriser la création de prolongements romanesques dus à d’autres auteurs (chapitre i). Nous examinerons ensuite la façon dont cette prédisposition s’est textualisée, lorsque deux écrivains singuliers ont décidé de « passer à l’acte » en publiant, en 1602 et en 1614, des Secondes parties du Guzmán et du Quichotte : quelles lectures ces auteurs concurrents font-ils des œuvres premières et dans quelle mesure les pistes laissées en suspens par les romanciers originaux ont-elles été retenues (chapitre ii) ? Enfin, cette réflexion nous conduira à nous demander si les continuateurs avaient ou non un véritable projet d’écriture, distinct de celui de leurs modèles (chapitre iii).

© Casa de Velázquez, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540