Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'imposture à la création

 | 
David Alvarez Roblin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Bien que, comme l’indique G. Genette (Palimpsestes, pp. 222-223), la différence entre « suite » et (...)
  • 2 C’est par ces pseudonymes — Mateo Luján de Sayavedra et Alonso Fernández de Avellaneda — que les d (...)
  • 3 Voir D. Mañero Lozano (éd.), « Introducción », pp. 11-17.
  • 4 Cette nouvelle hypothèse plausible a été formulée récemment par J. I. Laguna (La «Philosophía Mora (...)
  • 5 Depuis quelques années, quatre hypothèses semblent toutefois dominer en Espagne : tout d’abord, ce (...)
  • 6 Concernant ces illustrations, voir GALS, respectivement pp. 98, 260, 412 et 492. Pour ce qui est d (...)
  • 7 Sur ces questions d’ordre éditorial, qui n’occuperont qu’une place marginale dans notre étude, voi (...)

1À bien des égards, les continuations de Luján et d’Avellaneda constituent une énigme1. Les pseudonymes utilisés par ces auteurs, pour commencer, sont loin d’avoir livré tous leurs mystères2 : alors que Mateo Luján de Sayavedra a longtemps été identifié de façon presque unanime à l’avocat et poète valencien Juan Martí3, il n’est pas exclu aujourd’hui que celui qui se cache derrière ce nom d’emprunt soit en réalité Juan Felipe Mey, un imprimeur de Valence4. Le problème posé par l’identité d’Alonso Fernández de Avellaneda a également fait couler beaucoup d’encre, bien que, lui non plus, n’ait jamais été démasqué de façon irréfutable5. Plus troublant encore : les premières éditions du Guzmán de 1602 et du Quichotte de 1614 sont, elles aussi, entourées d’un halo de mystère. Comment se fait-il, par exemple, que l’édition princeps de la fiction lujanienne comporte quatre gravures qui, apparemment, illustrent, non pas le texte du continuateur, mais des épisodes de la Seconde partie de Mateo Alemán6 ? Et comment expliquer, en ce qui concerne le roman d’Avellaneda, que le nom de l’imprimeur tarragonais qui apparaît sur la page de titre de l’édition originale soit celui d’un individu qui, selon toute vraisemblance, n’était plus en activité en 16147 ?

2On comprend mieux, dans ces conditions, qu’une grande partie des efforts de la critique ait porté sur des aspects contextuels et que ces œuvres, apparues dans des circonstances troubles, aient beaucoup plus rarement été étudiées comme des écrits littéraires à part entière. Pourtant, les questions que posent ces textes, littérairement parlant, n’en sont pas moins décisives. Un examen approfondi des projets d’écriture de ces auteurs est en effet souhaitable pour comprendre de façon plus fine la naissance du roman moderne en Espagne. Et, dans cette même optique, l’étude conjointe de ces deux continuations nous paraît elle aussi essentielle ; sauf à considérer que l’apparition successive de ces deux ouvrages, séparés par à peine plus d’une décennie et prolongeant les deux pièces maîtresses qui fondent le genre romanesque espagnol, au début du XVIIe siècle, relève d’un simple hasard.

  • 8 Entre 1602 et 1604, c’est-à-dire entre la date de parution de la continuation apocryphe et celle d (...)
  • 9 Selon G. Genette (Palimpsestes, p. 223), on ne peut en effet parler d’apocryphe — au sens profane (...)
  • 10 « …Llamamos apócrifos a los libros que, aunque en sí contienen buena y sana dotrina, no consta de (...)

3En dépit de trajectoires éditoriales assez différentes8, les romans de Luján et d’Avellaneda ont tous deux été perçus au fil des siècles comme des textes qui ne méritaient pas véritablement d’être étudiés en tant que tels. L’emploi du qualificatif d’« apocryphe », qui s’est progressivement imposé pour les désigner, traduit assez bien ce discrédit. Bien qu’en toute rigueur, le choix de ce terme semble impropre et même abusif9, il s’explique sans doute d’abord par le fait qu’un écrit apocryphe, comme l’indique le dictionnaire de Covarrubias, est avant tout un ouvrage dont l’auteur se dérobe, fait défaut ou présente un déficit d’autorité, ce qui constitue bien une caractéristique commune aux romans de Luján et d’Avellaneda. En effet, parmi les cinq acceptions que revêt ce mot selon le lexicographe, quatre insistent sur ce point précis, qui est comme consubstantiel à l’apocryphe10.

  • 11 Cette connotation apparaissant déjà dans le dictionnaire de Covarrubias est confirmée par le Rober (...)

4Toutefois, le choix de cette étiquette très répandue — y compris chez les critiques — pose surtout de façon indiscutable la supériorité des fictions d’Alemán et de Cervantès, assimilées à des textes sacrés11. Le terme « apocryphe » n’a vraisemblablement pas été adopté immédiatement, mais l’idée qu’il existe un contraste absolu entre les Premières parties alémanienne et cervantine et les écrits de leurs continuateurs respectifs est très ancienne. Cette perception des choses devient même un lieu commun dès l’âge classique, puisque la plupart des jugements émis à cette époque tend à dévaloriser les œuvres de Luján et d’Avellaneda, pour mieux mettre en valeur le génie créateur des auteurs dits « authentiques ».

5À cet égard, le commentaire de Jean Chapelain à propos du Guzmán apocryphe, dans un texte qui sert de préface à sa traduction de la Seconde partie d’Alemán, s’avère très révélateur, car il donne déjà le ton des critiques qui seront formulées au cours des siècles suivants :

  • 12 Ce commentaire apparaît dans l’« Avertissement au lecteur » de la traduction de la Seconde partie (...)

Mathieu Aleman, Auteur de cette belle et grande satire, s’acquit tant de bruit et de renom à la publication de sa première partie, que jamais Espagnol ne fut tant estimé. Le monde qui l’avait goûtée avec tant de plaisir, en désira la suite, avec tant d’impatience, que faute de la légitime, on en supposa une bâtarde pour le contenter. Un certain quidam de Valence, sous le nom de Mathieu Lujan de Sayavedra, voyant que l’auteur ne se remuait point dans une si merveilleuse attente, crut qu’il en demeurerait là, et poussé de l’espoir du gain, entreprit de le suivre ; mais s’en acquitta si misérablement, que le Guzmán par son travail était la statue du songe de Nabucadnezar [Nabuchodonosor], la tête d’or et les pieds de terre. L’Auteur qui n’avait retardé à publier le reste, que pour le donner plus riche, et plus parfait, se voyant provoqué et empiété de la sorte, sans davantage attendre, voulut en publiant sa vraie suite, satisfaire au désir commun, et pourvoir à la profanation de son divin ouvrage. Ainsi le monde jouit-il de ce précieux joyau, de cette rare seconde partie ; à la louange de laquelle je dirai seulement qu’elle est autant parfaite au-dessus de la première, que la première surpasse en perfection la seconde supposée ; c’est-à-dire infiniment12.

6Ce jugement appelle un double commentaire. Tout d’abord, Chapelain souligne ici, dès 1620, le caractère selon lui fallacieux de l’œuvre du continuateur, qui ne ressemblerait qu’en apparence à celle d’Alemán (« la tête d’or »), mais qui, en dépit de cette vitrine alléchante, lui serait bien inférieure. Il s’agit là d’un argument clef qui ne cessera d’être repris par les détracteurs de Luján pour démontrer que son roman n’est qu’une imitation insipide de l’original. Ensuite, le sévère désaveu dont fait l’objet le texte du Valencien a pour contrepartie la mise sur un piédestal de celui de son modèle sévillan (dont la fiction est qualifiée de « divin ouvrage »).

  • 13 L. Gómez Canseco (éd.), « Introducción », p. 25.
  • 14 T. Tamayo de Vargas, Junta de libros, la mayor que España ha visto hasta el año MDCXXIV, cité par (...)
  • 15 N. Antonio écrit en effet dans sa Bibliotheca Hispana Nova : « Alphonsus Fernandez de Avellaneda, (...)
  • 16 Le jésuite, qui considérait le Guzmán comme une fiction morale aboutie et comme l’une des dernière (...)

7Les premières critiques du roman d’Avellaneda ne sont pas très différentes, et elles annoncent déjà elles aussi la façon dont sa continuation sera perçue par les générations futures. Bien qu’elles soient assez laconiques, toutes vont en effet dans le même sens. En 1621, le nom de l’émule de Cervantès est mentionné dans un ouvrage de divertissement par un chroniqueur anonyme, qui la qualifie d’« infame mercaduría »13. En 1624, une nouvelle allusion au continuateur apparaît sous la plume du libraire Tomás Tamayo de Vargas, qui écrit à son propos : « [Avellaneda] sacó con desigual gracia de la primera la segunda parte del Quijote »14. Enfin, en 1676, c’est au tour du grand bibliographe Nicolás Antonio de critiquer le rival de Cervantès, dont il souligne le manque de génie15. Les deux principales composantes présentes dans le jugement de Chapelain réapparaissent ici : une certaine violence à l’égard de l’œuvre concurrente et du concurrent lui-même, servant de point d’appui à la louange du texte original et de son auteur. À de très rares exceptions près, les romans de Luján et d’Avellaneda firent donc l’objet, dès l’âge classique, d’un fort rejet, coïncidant avec la reconnaissance grandissante accordée à Mateo Alemán (attestée par Gracián) et à Cervantès (à partir de Mayans)16. Une fois passé le XVIIIe siècle, la violence du discours à l’égard des continuations apocryphes tend même à s’accroître, et des affirmations encore plus tranchées deviennent monnaie courante sous la plume de certains critiques du XIXe et même du XXe ou du XXIe siècle.

  • 17 Á. Valbuena Prat (éd.), « El Guzmán apócrifo », p. 7. Ce critique, qui s’exprime en 1943, semble s (...)
  • 18 Voir M. Joly, « Le roman picaresque », t. I, pp. 527-528.
  • 19 J. I. Laguna, La «Philosophía Moral» en el «Guzmán» apócrifo. Concernant la question des emprunts (...)

8Dans la préface de son édition du Guzmán apocryphe, Ángel Valbuena Prat écrit par exemple à propos de l’œuvre de Luján, en s’abritant sous le patronage d’Eustaquio Fernández de Navarrete : « Me inclino a creer que lo que en el libro es bueno procede de Alemán, y lo malo de Martí17. » Ce jugement laconique est assez représentatif de ce qu’un certain nombre de critiques pensent encore de nos jours : le continuateur se serait contenté de plagier son modèle, peut-être même à l’aide d’un manuscrit volé à l’auteur sévillan, et n’aurait rien produit de bon par lui-même. Cette appréciation traduit le dédain très prégnant à l’égard de la fiction du Valencien, qui s’est accentué depuis que la présence d’emprunts directs à divers ouvrages de son temps a été identifiée dans son texte. Pour Monique Joly, ces fragments empruntés représenteraient environ un cinquième de l’œuvre18 mais, dans un livre récent, Juan Ignacio Laguna estime, quant à lui, que la part de ces derniers pourrait atteindre la moitié du roman19. Selon ce spécialiste, la continuation lujanienne ne serait en somme qu’une sorte de centon, une pièce littéraire faite de morceaux empruntés, réunissant hâtivement des sources disparates à des fins exclusivement commerciales.

  • 20 M. Durán, « El Quijote de Avellaneda », p. 372.
  • 21 M. Menéndez y Pelayo (éd.) [« Introducción », pp. xlviii-lxiv] a par exemple reproché à Avellaneda (...)

9La critique cervantine s’est montrée très radicale, elle aussi, à l’égard d’Avellaneda. Dans un article de 1973, Manuel Durán affirme sans ambages, dans les dernières pages de son étude consacrée au Quichotte apocryphe, que « la novela de Avellaneda ha arrastrado a numerosos lectores, tanto en el siglo XVII como en épocas posteriores, a un desgaste innecesario de intención e interés »20. Cette affirmation laisse perplexe, mais elle reflète un état d’esprit général, très défavorable, voire hostile, au continuateur. Sans toutefois être aussi catégoriques, bien des travaux datant du XXe siècle ont ainsi formulé des jugements assez péremptoires à propos du Quichotte de 1614 et de son auteur21.

10Les romans de Luján et d’Avellaneda ont donc en commun d’avoir été assez vite considérés comme des textes dénués d’intérêt littéraire. Bien que les recherches sur l’identité de leurs auteurs ou, dans le cas de Luján, sur les sources de ses emprunts aient de ce fait nettement prévalu, il existe cependant quelques études échappant à cette tendance dominante. Un certain nombre de travaux s’intéresse ainsi à la lecture que les continuateurs font du Guzmán de 1599 et du Quichotte de 1605.

  • 22 C. et M. Cavillac, « À propos du Buscón et du Guzmán de Alfarache », pp. 116-117.
  • 23 Cette appréciation, qui postule qu’en négligeant la portée édifiante de l’œuvre première le contin (...)
  • 24 A. Francis, « Juan Martí y el Guzmán apócrifo ».

11S’agissant du Guzmán, Cécile et Michel Cavillac considèrent que l’œuvre lujanienne présente surtout une différence essentielle par rapport à son modèle : le héros apocryphe ne serait que pícaro, par opposition à son alter ego authentique, qui pouvait se prévaloir à la fois du titre de pícaro et d’atalaya22. Luján aurait perdu de vue la dimension morale du roman initial, ce qui constituerait un défaut majeur voire une « trahison » à l’égard du projet primitif alémanien23. D’autres critiques, comme Alan Francis, proposent néanmoins un jugement plus favorable sur le roman apocryphe : pour ce chercheur, l’émule d’Alemán offrirait en réalité une autre approche des problèmes de son temps, caractérisée par un regard moins amer et donc par une critique moins sévère des mœurs de son époque, ce qui expliquerait qu’il accorde moins d’importance que son devancier à la dimension morale de l’œuvre. Vue sous cet angle, sa continuation ne serait donc pas tant une version réductrice et appauvrie du Guzmán authentique, qu’un roman relevant d’une autre sensibilité littéraire24.

  • 25 On pourra aussi consulter le travail de J. I. Feldman, The apocryphal « Guzmán ». Cet ouvrage, qui (...)
  • 26 L’affirmation très tranchée de J. I. Laguna (La «Philosophía Moral» en el «Guzmán» apócrifo, p. 10 (...)

12Bien que ces études restent assez ponctuelles (on peut regretter, en particulier, que les caractéristiques de la démarche littéraire lujanienne ne soient pas définies plus précisément par ce critique nord-américain), elles constituent les propositions les plus fructueuses et les plus claires pour essayer de comprendre ce qui sépare Luján de son prédécesseur sévillan et pour permettre d’apprécier la cohérence d’ensemble de son œuvre25. En effet, l’une des questions spécifiques posées par le Guzmán de 1602 concerne la compatibilité entre la visée commerciale du roman — dont le grand nombre d’emprunts à d’autres textes contemporains est l’un des signes les plus manifestes — et l’existence d’un projet d’écriture donnant une unité à l’œuvre du Valencien, aussi hétéroclite qu’elle puisse paraître à première vue26.

  • 27 L. Gómez Canseco (éd.), « Introducción ».

13Les relations qu’entretient le Quichotte d’Avellaneda avec son modèle, en revanche, ont fait l’objet de travaux beaucoup plus approfondis. Pour la plupart des critiques, le continuateur aurait écrit, lui aussi, un texte de fiction nettement inférieur à l’original cervantin : ses personnages, en particulier, seraient moins complexes que le don Quichotte et le Sancho initiaux, et il en irait de même des instances narratives, beaucoup moins variées et polyphoniques ; enfin, le programme romanesque d’Avellaneda serait, quant à lui, à la fois infidèle et moins riche en rebondissements inattendus que celui de Cervantès. Ces jugements assez largement partagés sont résumés de façon très complète par Luis Gómez Canseco dans l’introduction de son édition du roman apocryphe27.

  • 28 Nous résumons ici de façon extrêmement succincte le contenu de ces trois ouvrages. Pour une étude (...)
  • 29 S. Gilman, Cervantes y Avellaneda.
  • 30 « To any reader of the False Quixote it is obvious that Avellaneda was imitating the early adventu (...)
  • 31 J. Iffland, De fiestas y aguafiestas, p. 23.

14Parmi les travaux consacrés au Quichotte de 1614, au moins trois ouvrages importants doivent cependant être évoqués de manière plus précise28. Tout d’abord, l’étude pionnière publiée en 1951 par Stephen Gilman a marqué un tournant décisif dans la compréhension du projet littéraire d’Avellaneda. Selon Gilman, la continuation apocryphe ne saurait se réduire à une imitation maladroite de l’œuvre originale : elle est traversée par une sensibilité ascétique qui conduit à une véritable réappropriation et même à une réinterprétation du texte cervantin29. Il ne nous est pas possible de rendre compte en détail, dans le cadre de cette introduction, des fructueuses intuitions que contient ce livre, mais il constituera un point d’appui incontournable tout au long de notre réflexion. L’ouvrage d’Edward T. Aylward Towards a Revaluation of Avellaneda’s False Quixote, paru en 1989, s’impose comme une autre référence importante. Le mérite principal de ce dernier est d’inviter à faire table rase des préjugés et à lire pour lui-même le roman d’Avellaneda, auquel il reconnaît même certaines qualités30. Enfin, écrit en dialogue avec ces deux premiers ouvrages, le livre Fiestas y aguafiestas. Risa, locura e ideología en Cervantes y Avellaneda, publié en 1999 par James Iffland, constitue une dernière référence essentielle. Comme ses deux prédécesseurs, ce chercheur s’appuie sur une lecture scrupuleuse des trois Quichottes, mais cette approche comparée l’amène à des conclusions sensiblement différentes de celles de ses devanciers. Ce critique propose en particulier une révision de la position sociale d’Avellaneda, plus proche selon lui du « cortesano conformista » que de l’écrivain ascétique31, tout en offrant une étude approfondie des divergences idéologiques entre Cervantès et son compétiteur.

  • 32 « Mi creencia es, pues, que en el desvío forzoso a que le lleva la continuación apócrifa se basa l (...)
  • 33 « Elle se limita à la mise en scène de Sayavedra (ravalé d’ailleurs à une fonction de comparse) et (...)

15Un second ensemble de travaux — nettement plus important — a cherché à déterminer l’impact des continuations apocryphes sur la rédaction des Secondes parties d’Alemán et de Cervantès, que ces derniers ont modifiées, de leur aveu même, après la publication des œuvres rivales. Pour ce qui est du Guzmán, deux approches ressortent assez nettement : Gonzalo Sobejano considère que le texte de Luján a eu un impact remarquable sur la suite du romancier sévillan, lequel aurait notamment renforcé la dimension « atalayiste » de son récit en réaction à l’absence de projet moral chez son concurrent32 ; Michel Cavillac, pour sa part, invite au contraire à relativiser l’influence du Valencien sur la Seconde partie du Guzmán alémanien. Sans être négligeable, celle-ci serait en effet « secondaire et anecdotique »33.

  • 34 La riposte cervantine commencerait ainsi à partir de la rencontre avec le duc et la duchesse selon (...)

16Concernant le Quichotte, la question des remaniements effectués par l’auteur original, suite à l’apparition d’une fiction rivale, a donné lieu à de nombreux débats. Les critiques se répartissent ici aussi en deux principaux groupes : d’un côté, ceux qui pensent que la question de l’influence du texte d’Avellaneda n’est pertinente qu’à partir du chapitre lix, c’est-à-dire à partir du passage où Cervantès fait explicitement référence à l’œuvre de son émule ; de l’autre, ceux qui estiment que le roman apocryphe a eu un impact sur une portion beaucoup plus importante de la suite cervantine. Un nombre grandissant de chercheurs considère en effet que Cervantès a vraisemblablement eu connaissance du texte de son rival bien avant d’écrire le chapitre lix, les enjeux de la controverse étant plutôt, désormais, de savoir à quel moment précis commence sa riposte, quelle est véritablement son ampleur et surtout quelles modalités revêt cette dernière. Il est assez largement admis, aujourd’hui, que la réaction cervantine a lieu en deux temps : d’abord, une série d’allusions plus ou moins voilées au continuateur jusqu’au chapitre lviii34, puis une réaction beaucoup plus explicite à partir du cinquante-neuvième chapitre.

  • 35 B. Brancaforte, « Mateo Alemán y Miguel de Cervantes frente a los apócrifos ».
  • 36 H. Ehrlicher, « Alemán, Cervantes y los continuadores ».
  • 37 Fl. Dumora, « Le règlement de comptes littéraire au Siècle d’or ».

17Au sein de cet ensemble, plusieurs travaux présentent un intérêt particulier, dans la mesure où ils ont tenté de comparer ou d’examiner de concert la façon dont Alemán et Cervantès réagissent à l’égard de leurs compétiteurs. Dans un article suggestif, Benito Brancaforte s’intéresse à la façon dont chacun des deux écrivains authentiques prend appui sur les faits et gestes des personnages apocryphes, dont il intègre certains éléments, pour construire sa propre suite35. Hanno Ehrlicher a proposé pour sa part de relire les réactions d’Alemán et de Cervantès à la lumière des concepts girardiens de « médiateur » et de « désir mimétique »36, en soulignant la façon différente dont les deux romanciers originaux abordent ce problème. De façon complémentaire, mais avec d’autres outils critiques, Florence Dumora a réfléchi elle aussi aux stratégies distinctes mises en œuvre par les romanciers initiaux pour « régler leurs comptes » avec Luján et Avellaneda : une stratégie passant davantage par la mise en fiction chez Alemán tandis qu’elle serait plus métadiscursive chez Cervantès37.

  • 38 A. Martín Jiménez, « Guzmanes » y « Quijotes ».
  • 39 Voir Id., El «Quijote» de Cervantes y el «Quijote» de Pasamonte, et Id., Cervantes y Pasamonte, pu (...)

18Plus récemment, Alfonso Martín Jiménez a opté, quant à lui, pour une autre approche du problème en essayant de démontrer, au contraire, que l’auteur du Quichotte s’inspire de la stratégie défensive mise en place par Alemán contre son concurrent afin de construire sa propre riposte : l’une des idées centrales du livre, par conséquent, est que les réactions littéraires des deux auteurs authentiques à l’égard de leurs rivaux seraient caractérisées par de fortes similitudes38. Le livre d’Alfonso Martín Jiménez, qui accorde une grande place au problème de l’identité d’Avellaneda, a indéniablement l’intérêt d’inscrire les textes des deux continuateurs dans le cadre d’un jeu d’influences littéraires plus vaste que dans ses précédents travaux39 ; mais la question des ripostes n’y est pas traitée de manière exhaustive et les notions utilisées par ce chercheur ne permettent pas à notre avis de cerner pleinement l’originalité des pratiques d’écriture déployées par Alemán et Cervantès en réaction aux œuvres de leurs compétiteurs.

  • 40 W. H. Hinrichs, The invention of the sequel, pp. 131-222.

19Enfin, dans un ouvrage lui aussi récent, William H. Hinrichs tente de mettre en perspective historique les réponses d’Alemán et de Cervantès à leurs émules, en inscrivant ces dernières dans le cadre d’une pratique plus vaste, remontant à la fin du XVe siècle : celle de la continuation romanesque en Espagne, à l’âge classique, et des polémiques entre continuateurs qui y sont parfois liées40. Ces études suggestives ont le grand mérite de faire ressortir la complexité de l’interaction entre œuvres authentiques et apocryphes. Cependant, à l’exception remarquable de celle de William H. Hinrichs, elles sont écrites, à des degrés divers, en empathie avec Alemán et Cervantès, présentés comme les victimes d’une « imposture », ce qui les conduit, dans la plupart des cas, à minimiser la valeur des continuations rivales, qui de ce fait ne sont pas étudiées pour elles-mêmes. Quant à la dette des romanciers originaux à l’égard de leurs concurrents, elle est généralement abordée à l’aide d’outils conceptuels imprécis, ce qui conduit le plus souvent à la sous-estimer.

  • 41 Ce terme est employé au moment où don Quichotte est accueilli sur la plage de Barcelone par les am (...)
  • 42 M. Bénaben, Dictionnaire étymologique de l’espagnol, p. 215. C’est également à ce sens du terme ap (...)
  • 43 La notion de texte « authentique », qui est le corollaire de celle d’apocryphe, peut elle aussi pa (...)

20Le choix de concepts adaptés à l’analyse des ripostes et, plus largement, à l’ensemble des relations existant entre les textes d’Alemán et de Cervantès et ceux de leurs continuateurs nous paraît en effet un enjeu majeur. Le concept d’imitation, utilisé entre autres par Alfonso Martín Jiménez, est excessivement restreint si on le réduit à l’imitatio, mais beaucoup trop vague, au contraire, si on le prend au sens large. Le terme d’apocryphe, également utilisé par ce chercheur, pose quant à lui un problème différent. Il est sans aucun doute légitime de l’utiliser, dans la mesure où Cervantès lui-même l’emploie pour qualifier le chevalier errant d’Avellaneda41, mais aussi parce qu’il rend compte de la réception peu favorable des œuvres des deux continuateurs, qui « profaneraient » les textes sacrés de leurs modèles. Néanmoins, pour que ce terme ait une véritable valeur ajoutée, il est indispensable à notre avis d’en préciser le sens et de ne pas s’en tenir à l’acception exclusive de « faux » ou « inauthentique » que lui donnent le plus souvent les critiques. Dans cette acception, le terme apócrifo s’avère d’une efficacité limitée, car il reste très descriptif et pose a priori l’infériorité du Guzmán de 1602 et du Quichotte de 1614 sans les analyser. En revanche, ce substantif d’origine grecque (ἀπόκρυφος signifie étymologiquement caché, secret)42 peut constituer le point de départ d’une réflexion sur l’énigme que cachent — littérairement parlant — les textes de Luján et d’Avellaneda. Or, tel est précisément l’un des buts essentiels de ce livre, qui propose de redéfinir le concept d’apocryphe à partir de l’étude interne de ces deux continuations et de leur rapport aux textes « authentiques » d’Alemán et de Cervantès43.

  • 44 Notre approche méthodologique doit beaucoup, en effet, à la démarche de recherche exposée par N. L (...)

21Le présent ouvrage, qui privilégie une approche littérale44 des fictions apocryphes et des ripostes, a en effet un triple objectif. Il a d’abord pour ambition d’arriver à une meilleure compréhension des projets romanesques des continuateurs, examinés conjointement. Aussi, la première partie de ce livre sera-t-elle consacrée aux relations entre les Premières parties d’Alemán et de Cervantès et les prolongements littéraires qu’en ont donnés leurs émules. Quelles lectures ces compétiteurs font-ils des fictions originales ? Le matériau de départ est-il appauvri, comme on l’a dit souvent, ou bien au contraire, détourné, retravaillé et enrichi ? Dans quelle mesure les pratiques d’écriture de ces deux écrivains dévoilent-elles leurs propres conceptions du romanesque ?

22Un autre objectif essentiel de cette étude est d’offrir une approche structurale comparée des ripostes alémanienne et cervantine. La deuxième partie de ce livre sera donc entièrement dédiée aux riches interactions entre les continuations apocryphes et les suites authentiques, publiées respectivement en 1604 et en 1615. Par quels procédés d’écriture passent les réponses des romanciers ? Le rejet des apocryphes est-il total ou seulement partiel ? L’apparition de continuations concurrentes a-t-elle une incidence sur la structure même des Secondes parties du Guzmán et du Quichotte ? Afin de répondre à ces questions, nous proposerons des outils conceptuels permettant selon nous de mieux mettre en valeur la singularité des réactions littéraires des auteurs initiaux.

23De façon plus générale, le dernier objectif de ce livre est d’arriver à formuler une théorie de l’écriture apocryphe, définie comme une modalité très spécifique de l’emprunt. En nous appuyant sur les indices obtenus dans les deux parties précédentes, dans la troisième et dernière partie, nous tenterons d’offrir un regard nouveau sur les six œuvres de notre corpus : nous rapprocherons, d’une part, les œuvres de Luján et de Cervantès et, de l’autre, celles d’Alemán et d’Avellaneda. Les résultats de cette double étude croisée nous conduiront ainsi à énoncer une proposition théorique, conçue comme le point d’aboutissement de ce livre. Nous serons alors en mesure de déterminer de façon beaucoup plus précise et rigoureuse si des raisons structurelles expliquent l’existence, non pas d’un seul, mais de deux apocryphes parus, en Espagne, à seulement douze ans d’intervalle, ou si ce dédoublement est le fruit d’un simple hasard. Le dernier chapitre essaiera aussi de démontrer que l’ensemble des œuvres de notre corpus constitue en réalité un véritable système susceptible, à notre avis, d’enrichir et de renouveler le regard que nous portons sur la prose de fiction des premières années du XVIIe siècle.

Notes

1 Bien que, comme l’indique G. Genette (Palimpsestes, pp. 222-223), la différence entre « suite » et « continuation » se brouille parfois dans les faits, nous utiliserons ces deux notions par commodité en partant du principe qu’un auteur donne la continuation de l’ouvrage d’un autre et la suite du sien. Nous distinguerons donc les « continuations » de Luján et d’Avellaneda des « suites » d’Alemán et de Cervantès.

2 C’est par ces pseudonymes — Mateo Luján de Sayavedra et Alonso Fernández de Avellaneda — que les deux continuateurs seront toujours désignés.

3 Voir D. Mañero Lozano (éd.), « Introducción », pp. 11-17.

4 Cette nouvelle hypothèse plausible a été formulée récemment par J. I. Laguna (La «Philosophía Moral» en el «Guzmán» apócrifo, pp. 103-135), qui attribue l’œuvre dans son entier à l’imprimeur et professeur valencien Juan Felipe Mey. Toutefois, il n’est pas exclu que le livre publié sous le pseudonyme de Luján soit le fruit d’une collaboration entre le juriste valencien Juan Martí et l’imprimeur Pedro Patricio Mey (frère aîné du précédent et imprimeur de l’œuvre), comme le suggère, dans un travail récent lui aussi, D. Mañero Lozano, « Pedro Patricio Mey y Mateo Alemán ».

5 Depuis quelques années, quatre hypothèses semblent toutefois dominer en Espagne : tout d’abord, celle proposée par M. de Riquer (Cervantes, Pasamonte y Avellaneda) et reprise plus récemment par A. Martín Jiménez (El «Quijote» de Cervantes y el «Quijote» de Pasamonte) et J. A. Frago García (El «Quijote» apócrifo y Pasamonte ), qui consiste à identifier Avellaneda au soldat et ancien compagnon de Cervantès J. de Pasamonte, auteur par ailleurs d’une biographie intitulée Vida y Trabajos de Jerónimo de Pasamonte, qui circula en Espagne, semble-t-il, à partir de 1593. La deuxième de ces hypothèses, défendue notamment par N. Marín López (« La piedra y la mano en el prólogo del Quijote apócrifo ») et reprise principalement aujourd’hui par L. Gómez Canseco (éd.) [« Introducción », pp. 47-59] associe la continuation d’Avellaneda à Lope de Vega et à son entourage. Pour sa part, J. Blasco Pascual (éd.) [« Introducción », pp. xlix-lxv] a proposé plus récemment d’identifier le continuateur du Quichotte au dominicain Baltasar Navarrete, que ce spécialiste considère aussi comme l’auteur véritable de la Pícara Justina. Enfin, A. Rodríguez López-Vázquez dans l’édition la plus récente du Quichotte d’Avellaneda (« Introducción »), suggère, quant à lui, d’attribuer l’œuvre à Cristóbal Suárez de Figueroa, bien qu’il examine également plusieurs autres pistes.

6 Concernant ces illustrations, voir GALS, respectivement pp. 98, 260, 412 et 492. Pour ce qui est de l’énigme posée par ces gravures, nous renvoyons à C. et M. Cavillac (éd.), « Introduction », pp. 45-46, et à D. Mañero Lozano, « Pedro Patricio Mey y Mateo Alemán ».

7 Sur ces questions d’ordre éditorial, qui n’occuperont qu’une place marginale dans notre étude, voir : F. Vindel, La verdad sobre el « Falso Quijote » ; F. Rico, « A pie de imprentas », pp. 700-702 ; et E. Suárez Figaredo, « La verdadera edición príncipe del Quijote de Avellaneda ».

8 Entre 1602 et 1604, c’est-à-dire entre la date de parution de la continuation apocryphe et celle de la suite authentique d’Alemán, on compte en effet 9 rééditions du Guzmán de Luján, dont 6 en Espagne et 3 à l’étranger (une en Italie, une au Portugal et une en Belgique), ce qui constitue un succès éditorial considérable pour l’époque. Le Quichotte d’Avellaneda, en revanche, ne connut pas, semble-t-il, un accueil aussi favorable de la part du public, puisqu’on ne compte qu’une seule édition du vivant de l’auteur — deux tout au plus. Par contre, il fut beaucoup plus souvent réédité par la suite, et ce dès 1732, alors qu’il fallut attendre le XIXe siècle pour que le Guzmán apocryphe le soit de nouveau.

9 Selon G. Genette (Palimpsestes, p. 223), on ne peut en effet parler d’apocryphe — au sens profane du terme — que lorsque la paternité d’un texte est frauduleusement attribuée à un auteur disparu ou défaillant et que la supercherie vient à être démasquée, ce qui n’est nullement le cas des éditions originales du Guzmán de Luján et du Quichotte d’Avellaneda.

10 « …Llamamos apócrifos a los libros que, aunque en sí contienen buena y sana dotrina, no consta de su particular autor; y en esta significación algunos libros de la Sagrada Escritura podemos llamar apócrifos, porque no consta a la Yglesia distintamente el autor dellos o escritor […]. Otros llamamos apócrifos, que ni consta de su autor ni hasta agora la Iglesia los ha recebido por canónicos, aunque se permiten. Finalmente, llamamos libros apócrifos los que en sí no tienen autoridad para darles crédito, aunque sean de autores nombrados y conocidos » (S. de Covarrubias Horozco, Tesoro de la lengua castellana, éd. M. de Riquer, p. 133).

11 Cette connotation apparaissant déjà dans le dictionnaire de Covarrubias est confirmée par le Robert, qui propose en effet pour le terme « apocryphe » les acceptions suivantes : « 1. Que l’Église ne reconnaît pas, n’admet pas dans le canon biblique. Évangiles apocryphes. 2. Dont l’authenticité est au moins douteuse (Synonymes : Controuvé, faux, inauthentique) », Le nouveau petit Robert de la langue française, p. 114.

12 Ce commentaire apparaît dans l’« Avertissement au lecteur » de la traduction de la Seconde partie du roman d’Alemán par J. Chapelain, parue pour la première fois à Paris en 1620 : Le Voleur ou la vie de Guzman de Alfarache, portrait du temps et miroir de la vie humaine (les italiques sont de notre fait).

13 L. Gómez Canseco (éd.), « Introducción », p. 25.

14 T. Tamayo de Vargas, Junta de libros, la mayor que España ha visto hasta el año MDCXXIV, cité par L. Gómez Canseco (éd.), « Introducción », p. 25.

15 N. Antonio écrit en effet dans sa Bibliotheca Hispana Nova : « Alphonsus Fernandez de Avellaneda, patria ex oppido Tordesillas Pincianae diocesis, continuavit, sed absque genio illo qui principem Michaelis Cervantes ad inventionem promovit et comitatus est », cité par L. Gómez Canseco (éd.), « Introducción », p. 25.

16 Le jésuite, qui considérait le Guzmán comme une fiction morale aboutie et comme l’une des dernières grandes œuvres de la lignée épique, écrit par exemple dans le discours LVI de son traité : « Aunque de sujeto humilde, Mateo Alemán, o el que fue el verdadero autor de la Atalaya de la vida humana, fue tan superior en el artificio y estilo, que abarcó en sí la invención griega, la elocución italiana, la erudición francesa y la agudeza española » (B. Gracián, Agudeza y arte de ingenio, t. II, pp. 199-200). G. Mayans y Siscar, qui rédige quant à lui la première grande biographie de Cervantès et fait l’éloge de ce dernier, juge le texte de son continuateur « digno del desprecio que ha tenido » et considère même que « no ai hombre de buen gusto, que haga aprecio dèl » (Vida de Miguel de Cervantes Saavedra, p. 33). À l’âge classique, l’une des rares exceptions à cette règle est A.-R. Lesage, qui publie à Paris en 1704 une adaptation libre de l’œuvre d’Avellaneda sous le titre Nouvelles aventures de l’admirable don Quichotte de la Manche. C’est d’ailleurs le succès de cette œuvre, en France, mais aussi dans plusieurs pays d’Europe, qui pousse B. A. Nasarre et A. Montiano à rééditer pour la première fois le texte du continuateur en Espagne, en 1732, sous le titre : Vida, y Hechos del Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, que contiene su quarta salida, y es la quinta parte de sus aventuras, publié à Madrid, aux dépens de « Juan Oliveras, mercader de libros ». Dans le sillage du romancier français, Montiano et Nasarre vantent les mérites du texte d’Avellaneda, et relativisent la supériorité de Cervantès, mais ces derniers constituent un cas très isolé et sont pratiquement les seuls, à leur époque, à défendre une telle position. La seule autre exception connue est D. de Torres Villarroel (El ermitaño y Torres, t. VI, p. 31), qui se fait lui aussi l’écho du succès de l’œuvre de Lesage et affirme à travers la voix de l’un de ses personnages : « Pero aquí puedes considerar la incuria de nuestros Españoles, que han dexado perder casi todos los exemplares de Avellaneda, que estiman tanto los Franceses ».

17 Á. Valbuena Prat (éd.), « El Guzmán apócrifo », p. 7. Ce critique, qui s’exprime en 1943, semble souscrire ici à l’hypothèse selon laquelle Luján aurait eu en sa possession un manuscrit volé à Alemán pour rédiger sa continuation. Concernant cette conjecture, sur laquelle nous reviendrons dans le dernier chapitre du présent ouvrage (pp. 326-328), voir D. Mañero Lozano (éd.), « Introducción », pp. 41-43.

18 Voir M. Joly, « Le roman picaresque », t. I, pp. 527-528.

19 J. I. Laguna, La «Philosophía Moral» en el «Guzmán» apócrifo. Concernant la question des emprunts de Luján, nous renvoyons par ailleurs à la thèse de doctorat inédite de D. Mañero Lozano, Segunda parte de la vida del pícaro Guzmán de Alfarache.

20 M. Durán, « El Quijote de Avellaneda », p. 372.

21 M. Menéndez y Pelayo (éd.) [« Introducción », pp. xlviii-lxiv] a par exemple reproché à Avellaneda le caractère très cru de certaines descriptions qui, dans les nouvelles intercalées, choqueraient même la pudeur. Plusieurs critiques, dans le sillage de M. Durán (« El Quijote de Avellaneda », p. 368), ont souligné le caractère mécanique du rire et regretté que, chez le continuateur, don Quichotte soit devenu un chevalier fou à lier, et Sancho un écuyer niais et vulgaire. D’autres, enfin, de façon plus nuancée, s’en prirent au sectarisme idéologique de l’auteur, accusé de véhiculer sans aucun recul les idéaux de la Contre-Réforme (F. García Salinero [éd.], « Introducción », pp. 24-26).

22 C. et M. Cavillac, « À propos du Buscón et du Guzmán de Alfarache », pp. 116-117.

23 Cette appréciation, qui postule qu’en négligeant la portée édifiante de l’œuvre première le continuateur aurait pratiqué un type d’imitation superficielle et réductrice, est assez largement répandue et fait même l’objet d’un certain consensus. Voir J. M. Micó (éd.), « Introducción », t. I, p. 45.

24 A. Francis, « Juan Martí y el Guzmán apócrifo ».

25 On pourra aussi consulter le travail de J. I. Feldman, The apocryphal « Guzmán ». Cet ouvrage, qui propose de lire l’œuvre de Luján indépendamment du texte d’Alemán, a néanmoins l’inconvénient de faire du texte du continuateur une sorte de prototype de roman picaresque, sans singularité propre. Comme le regrette avec raison W. H. Hinrichs (The invention of the sequel, p. 153), le projet romanesque lujanien n’a en effet jamais donné lieu à un véritable examen : « In 2007, the most important, recent and careful modern reader, David Mañero Lozano, produced the first critical edition of Martí’s text. This effort could constitute a starting point for rigorous readings that tease out the value and meaning of the text, but it does not offer such a reading itself. »

26 L’affirmation très tranchée de J. I. Laguna (La «Philosophía Moral» en el «Guzmán» apócrifo, p. 105), selon laquelle le Guzmán apocryphe n’aurait pas le moindre intérêt littéraire nous semble en effet très excessive : « …lo cierto es que el único interés del Guzmán apócrifo, aparte del extraliterario, es el hecho de que Alemán quiso imitar a su imitador ».

27 L. Gómez Canseco (éd.), « Introducción ».

28 Nous résumons ici de façon extrêmement succincte le contenu de ces trois ouvrages. Pour une étude plus détaillée des idées développées par ces critiques, voir D. Alvarez Roblin, Pratiques de l’apocryphe dans le roman espagnol, pp. 17-19.

29 S. Gilman, Cervantes y Avellaneda.

30 « To any reader of the False Quixote it is obvious that Avellaneda was imitating the early adventures of don Quixote and Sancho in his continuation. My opinion is that, considering the rather modest goal he set for himself and the limited scope of his project sequel, Avellaneda actually did quite a credible job. It is, only in comparison with the post-Cardenio episodes that Avellaneda’s book looks shallow and pale » (E. T. Aylward, Towards a Revaluation of Avellaneda’s, p. 11) [souligné dans le texte].

31 J. Iffland, De fiestas y aguafiestas, p. 23.

32 « Mi creencia es, pues, que en el desvío forzoso a que le lleva la continuación apócrifa se basa la profundización del destino último que Alemán vino a dar a la vida de su personaje […] la perspectiva del galeote que cuenta la primera parte es la de un hombre escarmentado […]. La visión del galeote que refiere la segunda parte rehecha es la del penitente […] incrementará ahora la consideración de fondo religioso » ; « En la segunda auténtica, por efecto sin duda de la reelaboración a que se vio forzado por el plagio del valenciano, vemos al pícaro recorrer esta vía de perdición » (G. Sobejano, « De la intención y valor de Guzmán de Alfarache », respectivement pp. 44-46 et 50).

33 « Elle se limita à la mise en scène de Sayavedra (ravalé d’ailleurs à une fonction de comparse) et, peut-être, à l’adjonction de l’épisode milanais destiné à donner une leçon de picarisme au personnage, et d’esthétique romanesque à son auteur » (M. Cavillac, « Genèse et signification de la bourle de Milan », p. 122).

34 La riposte cervantine commencerait ainsi à partir de la rencontre avec le duc et la duchesse selon N. Marín López, « Cervantes frente a Avellaneda » ; elle débuterait, en revanche, dès les premières pages du roman, d’après A. Martín Jiménez, El «Quijote» de Cervantes y el «Quijote» de Pasamonte, pp. 195-202.

35 B. Brancaforte, « Mateo Alemán y Miguel de Cervantes frente a los apócrifos ».

36 H. Ehrlicher, « Alemán, Cervantes y los continuadores ».

37 Fl. Dumora, « Le règlement de comptes littéraire au Siècle d’or ».

38 A. Martín Jiménez, « Guzmanes » y « Quijotes ».

39 Voir Id., El «Quijote» de Cervantes y el «Quijote» de Pasamonte, et Id., Cervantes y Pasamonte, publiés respectivement en 2001 et en 2005.

40 W. H. Hinrichs, The invention of the sequel, pp. 131-222.

41 Ce terme est employé au moment où don Quichotte est accueilli sur la plage de Barcelone par les amis de Roque Guinart : « Bien sea venido a nuestra ciudad el espejo, el farol, la estrella y el norte de toda la caballería andante, donde más largamente se contiene; bien sea venido, digo, el valeroso don Quijote de la Mancha: no el falso, no el ficticio, no el apócrifo que en falsas historias estos días nos han mostrado, sino el verdadero, el legal y el fiel que nos describió Cide Hamete Benengeli, flor de los historiadores » (DQ II, lxi, p. 1131) [nous soulignons].

42 M. Bénaben, Dictionnaire étymologique de l’espagnol, p. 215. C’est également à ce sens du terme apocryphe que renvoie la première acception proposée par S. de Covarrubias Horozco (Tesoro de la lengua castellana, éd. M. de Riquer, p. 133), lorsqu’il précise : « Llamamos libros apócrifos o por la profundidad de su inteligencia y los misterios que encierran en sí (estos tales no era permitido a todos leerlos, sino a los provectos). » Le lexicographe renvoie ici à la part de mystère et de secret que renferment ces textes réservés autrefois à un public très restreint. Cette dernière acception, plus littérale et étymologique que les précédentes, rejoint celle donnée par P. Larousse (Grand dictionnaire universel du XIXe siècle), qui explique que le terme « apocryphe » désignait à l’origine des œuvres généralement dérobées à la connaissance du public et tenues secrètes, dans des temples notamment, car elles étaient réservées aux seuls initiés de certaines sectes ou de certaines religions.

43 La notion de texte « authentique », qui est le corollaire de celle d’apocryphe, peut elle aussi paraître abusive — voire impropre — pour parler de textes littéraires. Nous l’utiliserons toutefois par commodité et surtout par souci de clarté tout au long de cette étude, mais sans jamais lui donner, bien entendu, valeur de concept.

44 Notre approche méthodologique doit beaucoup, en effet, à la démarche de recherche exposée par N. Ly, « La littéralité », et F. Bravo, « L’analyse littérale ».

© Casa de Velázquez, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540