Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Conclusion

Texte intégral

1À l’issue de cet ouvrage, c’est donc un tableau nuancé d’une société bien complexe qui est reconstitué. Une esquisse initiale a ainsi permis de cerner les contours des plèbes urbaines en général, et des populations métissés en particulier, à travers l’étude des structures socio-économiques et des mobilités — professionnelles comme géographiques. Si un élément doit être retenu de cette première partie, c’est bel et bien le grand dynamisme de ces populations. D’une part, elles profitent des opportunités fournies par une région minière et un espace de frontière pour donner naissance à une société minière dans laquelle la fluidité et la capacité d’adaptation sont les maîtres mots. Une telle fluidité se retrouve dans l’exercice d’équilibriste auquel se livrent les plèbes urbaines entre marginalisation et intégration. Si l’on adopte le point de vue du groupe, la grande majorité de relations sociales sont marquées par le poids d’une société qui relègue les populations métissées à une position dominée — sur le plan économique, social et culturel — jamais très loin de la marginalisation. Toutefois, le recours au jeu d’échelles et le choix de l’individu comme point d’observation permettent de nuancer fortement ce propos et de faire apparaître des itinéraires originaux, signe des espaces de manœuvre dont parviennent à profiter les hommes et les femmes les plus entreprenants, ou les plus à même, sur le plan économique ou culturel, de saisir les opportunités lorsqu’elles apparaissent, depuis le denuncio d’une mine jusqu’à l’utilisation judicieuse de la justice locale en passant par l’achat d’un petit office. Enfin, elles contribuent par leur grande mobilité quotidienne à façonner un espace régional cohérent, centré sur Zacatecas et s’étendant de San Luis Potosí à Durango et Guanajuato, c’est-à-dire le Centre-Nord minier, monde dans lequel évoluent des populations à la recherche de travail, d’opportunités, de rêve même. C’est également un espace des déplacements réguliers, celui des coursiers, des marchands et des conducteurs de mules, un monde étendu et périlleux — une grande partie de la zone est semi-désertique et se trouve sujette à la menace indienne pendant toute la période. Les interactions entre une partie de la société locale et son espace régional constituent en effet le deuxième grand point à retenir de cette étude : de ce point de vue, le Centre-Nord ne doit pas être conçu comme le simple cadre d’une monographie classique mais bien plus comme un « espace vécu », construit et déconstruit par les populations qu’il abrite, dans le cas qui nous intéresse, les plèbes urbaines. Cette esquisse constitue la base de travail de la deuxième partie qui s’intéresse à la manière dont les plèbes urbaines parviennent à s’intégrer, ou non, dans une société coloniale qui entend les maintenir dans une position subalterne et soumise.

2Ces pages ont également permis de brosser le contexte social, économique et culturel dans lequel ces populations évoluent : à la lueur de la documentation judiciaire complétée par les sources administratives, le monde urbain du Centre-Nord apparaît comme une société violente et procédurière, rythmée par les cycles rapides de l’industrie minière, influencée par une certaine culture de la frontière à mesure que l’on progresse vers le Nord. C’est dans cette partie que l’évolution chronologique apparaît de la manière la plus nette. Deux grandes périodes présentent en effet une différence considérable d’évolution sociale : d’une part, un premier XVIIIe siècle — qui correspond peu ou prou au moment des grandes difficultés de l’industrie minière — marqué par l’audace des populations métissés, sensible à travers les démarches judiciaires entreprises, souvent avec succès, contre des Créoles ; d’autre part, un second XVIIIe siècle — qui, à partir des années 1760, correspond non seulement à la période de la renaissance des mines locales mais également au moment de crispation sociale et de la reprise en main de la vie coloniale par la Couronne — marqué quant à lui par la disparition des opportunités et une mise à l’écart croissante voire une volonté de marginalisation des plèbes urbaines par la bonne société.

3Dans cet univers particulier, la limite entre l’acceptable et l’inacceptable, l’orthodoxie et l’hétérodoxie semble bien floue et des seuils de tolérance très différents émergent de la documentation, ce qui conduit à réexaminer et relativiser les notions de marginalisation et d’intégration des plèbes urbaines en prenant en compte le poids d’un contexte régional fort — ce qui peut paraître acceptable dans le Chihuahua ne l’est plus à Zacatecas. Le travail réalisé dans la troisième partie à partir des sources inquisitoriales a donc permis de se pencher sur le contexte culturel et religieux dans lequel baignent les plèbes urbaines du Centre-Nord, les bricolages syncrétiques auxquelles elles s’adonnent, les croyances et superstitions qui imprègnent leurs imaginaires. Au fil des procès et des cas considérés, l’hétérodoxie et l’orthodoxie religieuse apparaissent comme de véritables marqueurs sociaux qui contribuent à la définition de la marginalisation et de l’intégration des individus concernés. Loin d’une vision manichéenne de la société locale, c’est un tableau bien complexe qui se révèle au regard, comme le montrent les procès pour bigamie.

4Les problèmes liés à l’identité et à l’identification occupent enfin une place centrale dans les deux derniers chapitres. Il ressort de ces pages deux grandes idées. Ce sont tout d’abord les complexités de la construction identitaire — qu’il s’agisse de l’identité proclamée ou de l’assignation identitaire — qui peuvent être mises en exergue : pour se définir ou décrire autrui, les individus puisent dans une véritable « boîte à outils » en fonction des circonstances, des interlocuteurs, des buts recherchés. Dans ce modèle, les identités ou les identifications se construisent et se déconstruisent aisément et finissent par renseigner davantage le chercheur sur la manière dont les individus conçoivent l’ordre social et leur place dans la société coloniale ainsi organisée que sur leur véritable et intime identité — but bien chimérique et scientifiquement irréalisable il faut l’admettre. Le second et dernier point sur lequel il faut insister est le véritable « serpent de mer » que constitue « l’identité métisse ». Si la documentation, trop limitée en terme quantitatif, ne permet pas de prononcer de véritable conclusion définitive, deux études de cas — utilisées en suivant la notion de « l’exceptionnel normal » d’E. Grendi — laissent deviner des pistes de réflexion très stimulantes et donnent à voir une « identité en négatif ». La notion, comme cela a été démontré par l’historiographie depuis les années 1980, appartient davantage au domaine de l’assignation et de la construction des stéréotypes qu’à celui de la réalité concrète, intime. En revanche, il semble bien qu’elle revêt une existence bien réelle, parfois menaçante, parfois même douloureuse, en tant qu’identité, étiquette à laquelle on tente d’échapper. C’est en cela que l’on peut parler d’identité « en négatif », tout à gardant à l’esprit le fait que ce qui importe ici est le rapport des individus à une telle étiquette.

  • 1 L’expression utilisée par J. Poloni-Simard dans son étude des populations indiennes de la région de (...)
  • 2 C’est d’ailleurs ce que propose Fr. Langue dans l’introduction de Mines, terres et société à Zacate (...)

5Un tel tableau, mettant l’accent sur les dynamismes et les fluidités, a été rendu possible par le recours à un jeu d’échelle permanent, recours qui tient à la fois de la posture théorique et au pragmatisme assumé : comme cela a été dit dans l’introduction, seul ce type de démarche souple, variant les points de vue et les longueurs de focale, était à même de tirer le meilleur d’une documentation foisonnante mais inégale. Ce jeu d’échelles a été multiple, touchant non seulement la réalité examinée — du groupe à l’individu, de général au local — mais aussi les différents niveaux des sources judiciaires — « anthropologique », narratif, discursif — et a permis de faire ressortir toutes les nuances de la « mosaïque métisse1 » du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle dans une approche qui se veut en fait une tentative d’histoire globale dans un espace donné2. Les dimensions sociale, économique, culturelle, religieuse, géographique ne sont pas seulement juxtaposées, comme dans une monographie classique mais ont été continuellement combinées, associés, pondérées pour donner vie, pour donner chair à la réalité quotidienne foisonnante, dynamique qui caractérise les sociétés métissées des régions minières. C’est donc une histoire « au ras du sol », au ras des gens pour ainsi dire, qui est ici proposée pour à la fois dévoiler la complexité des dynamiques sociales et régionales et rendre la parole, donner une véritable et fugitive existence, à des populations certes « silencieuses » dans la documentation mais qui ont joué un rôle essentiel dans la formation d’une société bien particulière.

Notes

1 L’expression utilisée par J. Poloni-Simard dans son étude des populations indiennes de la région de Cuenca paraît la plus pertinente pour décrire la réalité zacatecana.

2 C’est d’ailleurs ce que propose Fr. Langue dans l’introduction de Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance… op. cit.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540