Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Quatrième partie. Populations métissées et construction identitaire

Chapitre VIII. Une construction identitaire métisse « en négatif » ?

Texte intégral

  • 1 C. Caillavet et M. Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-racia (...)
  • 2 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje ».

1De fait, comme nous avons pu le voir dans le chapitre précédent, c’bien problématique. La réalité d’un tel concept, après avoir été acceptée pour ainsi dire sans discussion par les premières études du métissage en Amérique espagnole, a été largement remise en cause par l’historiographie à partir des années 1980. La corrélation entre désignation et auto-perception a été une des premières et principales cibles : à travers l’exemple des régions périphériques en Équateur, Ch. Caillavet et M. Minchom ont montré que les populations se considéraient soit indigènes soit blanches, que la catégorie « métisse » n’était pas pertinente d’un point de vue identitaire1. De même, à partir de l’étude d’une région similaire, J. Poloni-Simard prolonge cette idée en comparant documentation privée — les archives notariales — et publique — les archives judiciaires2. Toutefois, les nombreuses procédures civiles et criminelles analysées au cours du dépouillement et de la constitution de la base données laissent entrevoir d’autres orientations de recherche. De même, la réalité des archives notariales zacatecanas renvoie une image bien différente, ce qui invite à réexaminer cette question de la question de la construction identitaire dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle.

  • 3 Fr. Cooper et R. Brubacker, « Beyond identity », p. 1 et p. 14.
  • 4 A. Escobar Ohmstede et R. A. Fagoaga Hernández, « Sociedades híbridas, pueblos mixtos o mestizaje. (...)
  • 5 J. Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, pp. 30-32. Voir les travaux d’E. Grendi(...)
  • 6 R. Marin, Meurtre au palais épiscopal. Histoire et mémoire d’un crime d’ecclésiastique dans le Nord (...)

2De fait, il paraît assuré que l’identité ou, pour reprendre la terminologie proposée par Fr. Cooper et R. Brubacker « l’identification3 » métisse, intériorisée, revendiquée n’existe pas. Toutefois, il semble difficile de balayer le concept d’un simple revers de main tant il est prégnant dans les discours et les argumentations développées devant la justice coloniale notamment, en tant qu’« entité socioculturelle » si l’on reprend l’expression utilisée par A. Escobar Ohmstede et R. Fagoaga Hernández4. Elle entre tout d’abord dans un processus de construction identitaire élaboré. Quelques pistes à ce sujet ont été ouvertes dans le chapitre précédent, nous nous proposons maintenant de prolonger la réflexion en combinant une étude systématique, quantitative des modes d’auto-identification et de description au cours du XVIIIe siècle et une approche plus typologique à l’aide du cas bien particulier du minero métis Francisco de Oliva. Enfin, l’idée — en tant qu’identification par les autres comme par soi-même, en tant que construction sociale — apparaît bien souvent comme un modèle répulsif. C’est l’injure que l’on lance pour disqualifier l’adversaire dans un litige et c’est également le statut auquel certains tentent d’échapper pour parfaire leur ascension sociale. De fait, c’est dans ce dernier cas de figure qu’une forme d’identité métisse prend toute sa consistance, en tant qu’identité que l’on doit rejeter et qui est l’objet de rejet. Une analyse des différents discours relevés au cours du dépouillement combinée avec une nouvelle étude de cas, celle du métis Antonio Januario de Berroa, se propose d’illustrer les différents aspects de cette « identité ou identification en négatif ». L’accent mis dans ce dernier chapitre sur deux cas bien particulier n’a pas pour but de parvenir à de grandes conclusions globalisantes mais plutôt de situer la réflexion dans le paradigme de « l’exceptionnel normal5 » décrit par Grendi. Comme l’écrit R. Marin dans l’introduction de Meurtre au palais épiscopal, « le célèbre oxymore souligne la capacité du singulier à dévoiler aussi ce qui fait l’ordinaire d’une société, voire le fait que les marges d’une société [ici, le cas de métis ayant accédé à une position de « créole » sur le plan économique et/ou socio-culturel] en diraient plus long sur celle-ci que son centre [la masse des plèbes urbaines qui constitue la base de l’étude quantitative des deux premières parties]. La manière de procéder est aussi dans une certaine filiation micro-analytique par l’intérêt porté aux « noms propres » et l’attention accordée aux itinéraires et aux stratégies des individus abordés dans toute leur singularité6. »

I. — UN PROCESSUS DE CONSTRUCTION IDENTITAIRE COMPLEXE

3L’identification métisse en tant que telle est une notion bien difficile à défendre pour le XVIIIe siècle : la documentation ne permet pas d’accéder au for intérieur des individus concernés et l’on doit se contenter de bribes dispersées de-ci de-là au détour des déclarations et autres témoignages devant le juge ou devant le notaire. C’est en fait un véritable jeu de piste auquel doit s’adonner l’historien du métissage qui tente d’approcher la question. Réunir les indices est déjà un travail ardu. Les interpréter s’avère plus difficile encore dans la mesure où la frontière est bien fine entre une lecture « naïve » projetant les idéaux des élites créoles ou péninsulaires et une lecture méfiante niant toute existence à une identité qualifiée de fantasme. Cependant, la calidad semble bien omniprésente dans les esprits : elle constitue une des bases des déclarations d’identité devant la justice et semble entrer comme pièce maîtresse dans le jeu de bricolage identitaire que chacun réalise au gré des situations. Le visage présenté devant le juge n’est pas le même que celui que l’on présente devant le notaire, et dans ce jeu de masques, la calidad possède un rôle important. En outre, même si, à l’origine, les catégories définissant la calidad émanent des élites coloniales et de leurs préjugés — les termes de mulato et de morisco ne sont pas anodins — il n’en demeure pas moins que ces catégories entrent dans le langage et les pratiques quotidiennes des créoles comme des castas. Si les termes de métis ou de mulâtre ne possèdent pas de résonnance profonde, ils contribuent néanmoins à façonner le paysage lexical des individus et s’immiscent finalement dans les représentations de chacun. Dans ce contexte, la calidad en tant qu’étiquette accolée prend une certaine consistance comme partie du bricolage identitaire au point de qualifier un individu comme Francisco de Oliva qui, pourrait-on dire, « n’a de métis que le nom. »

BRICOLAGES IDENTITAIRES

  • 7 AHN, Inquisición, 1732, Ex. 46.

4Dans les sources de l’Inquisition, on peut en effet noter dans plusieurs cas la volonté de certaines personnes de se réinventer une identité, processus qui passe par un changement de nom, de lieu mais aussi de catégorie socio-raciale déclarée. Cette tendance semble montrer qu’en dépit d’une artificialité non contestable, les catégories socio-raciales apparaissent comme constitutives de l’identité personnelle et entrent dans les éléments que certains individus tendent à modifier pour parfaire leur réinvention. Le cas de María Francisco Covarrubias est à ce titre très intéressant. Partie d’Arroyo Hondo, cette femme condamnée pour bigamie change deux fois de nom — María Gertrudis de Luna puis María Francisca Nicolasa — et une fois de calidad — à l’origine coyota, elle se déclare Indienne à la fin de son parcours — dans un effort de se réinventer totalement, de brouiller les pistes et d’échapper à l’Inquisition7. Le changement de calidad paraît tout d’abord stratégique : il s’agit pour la bigame d’échapper aux foudres de l’Inquisition. Toutefois, cette mutation accompagne un double changement de nom, ce qui semble montrer que la calidad entre pleinement dans l’identité qu’entend renvoyer María Francisca lors de sa réinvention. Doit-on pour autant supposer qu’il y a une certaine intériorisation de principes émanant des élites coloniales ?

  • 8 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.
  • 9 Ibid., fº 2r.
  • 10 Ibid., fº 2v.
  • 11 Ibid., fº 2r.

5Il est vrai que les changements répétés de calidad de la part de certains individus au gré des circonstances constituent un argument en faveur de la vision de catégories bien artificielles et favorisant par conséquent une forme de « valse des étiquettes ». Toutefois, certains détails de la remarque du fiscal de Mexico au sujet de la plasticité des identités individuelles poussent à reconsidérer une dernière fois la question dans la mesure où il parle de changements d’identité conditionnés, déterminés, ici par la couleur de la peau des individus. Dans la logique du fiscal, un mulâtre aux traits africains trop marqués éprouvera bien des difficultés à changer de catégorie pour échapper à l’impôt. De même, un métis aux traits presque espagnols ne pourra guère se réfugier derrière une identité indienne pour échapper aux foudres de l’Inquisition. Que l’individu en question se sente mulâtre ou non, son apparence physique peut aussi bien lui ouvrir de nouveaux horizons et lui permettre de naviguer au milieu des castas que restreindre son espace de manœuvre. Au-delà de l’apparence physique, bien aléatoire il faut dire, c’est l’ensemble des expériences de l’individu qui entre en jeu pour ouvrir ou refermer les possibilités identitaires. L’itinéraire de la bigame métisse María Josefa Pineda Morales est à ce titre très révélateur8. Originaire de Zacatecas et fille d’Espagnol9, María Josefa se marie une première fois avec un Indien avant de disparaître et de réapparaître quelques années plus tard à Celaya, remariée et devenue Indienne de parents décédés10. Une telle transformation a été rendue possible peut-être par son physique, sa mère est coyota11, et plus sûrement l’expérience glanée auprès de son premier mari, un Indien de la région de Jerez : sa capacité à parler le mexica, si elle ne lui permet pas de se fondre totalement dans la population de langue otomi de la région de Celaya, lui a tout de même offert la possibilité de se faire passer pour une Indienne de manière crédible, de donner une certaine consistance à sa nouvelle identité proclamée. De fait, les catégories, si elles n’expriment pas l’identité profonde — bien difficile voire impossible à saisir — n’en reflètent pas moins une des facettes des déclarants. R. Boyer souligne la multiplicité des éléments qui entrent en jeu et contribuent à façonner par le discours le visage présenté à la société :

  • 12 R. E. Boyer, « Respect and identity : horizontal and vertical reference points in speech acts », p. (...)

L’identité est discursive, l´être étant arbitré (et façonné) par le langage et les valeurs. Les individus dessinaient sur le fond commun des conventions culturelles pour s’auto-définir. Les catégories utilisées pour tracer des limites et évaluer incluaient le genre, la famille, la classe sociale, l’ethnicité, l’apparence, le talent, les compétences d’un point de vue ou d’un autre en fonction des circonstances. Néanmoins, comme je le sous-entends en utilisant les catégories ci-dessus, les gens utilisaient un répertoire plus ou moins standardisé de manières de se représenter face à soi-même, face aux autres et de présenter les autres à soi-même, tout en apportant des variations en fonction de l’époque, du lieu et des sensibilités individuelles des observateurs-sujets12.

  • 13 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, p. 25.

6La calidad comme simple étiquette plaquée sur autrui ou déclarée devant les autorités n’a donc pas de véritable profondeur, cela a été démontré maintes fois. En revanche, replacée dans le contexte plus riche des itinéraires individuels comme cela a été le cas pour María Josefa Pineda Morales, mise en relation avec les expériences — professionnelles comme personnelles — des individus, la calidad unique ou multiple des déclarants entrouvre une fenêtre sur un complexe processus de construction identitaire. Les plèbes urbaines, en dépit d’une volonté de contrôle toujours réaffirmée de la part des élites coloniales, tendraient ainsi à renvoyer une identité polymorphe, malléable, réinventée, phénomène favorisé en outre par un cadre régional des plus souples. Pour replacer le propos dans un débat plus large, il apparaît que « l’ensemble que composent les diverses théories de l’acteur a deux grands pôles : celui de l’unicité de l’acteur et celui de sa fragmentation interne13. » De ce point de vue, il semble que les manières de considérer les catégories utilisées dans le monde colonial — simples étiquettes artificielles ou parties d’un montage plus ample — renvoient en fait aux différentes visions de la construction identitaire individuelle. Considérer l’individu, l’acteur comme une construction complexe et mouvante permet ainsi de reprendre des catégories lourdement remises en cause pour les examiner d’un œil sensiblement différent.

7En d’autres termes, le statut socio-racial est loin d’être suffisant pour définir les individus, mais il semblerait bien qu’il entre pleinement dans la « boîte à outils » dans laquelle chacun pioche pour construire le masque le plus à même de répondre à ses intérêts immédiats ou aux attentes de ses interlocuteurs. Bernard Lahire utilise quant à lui la notion de « stock » :

  • 14 Ibid., pp. 61-62.

Pour filer jusqu’au bout la métaphore du stock, on pourrait dire que celui-ci est composé de produits (les schèmes d’action) qui ne sont pas tous nécessaires à tout moment et dans tout contexte. Déposés (deponere) dans le stock, ils sont disponibles, à disposition, dans la mesure où l’on peut en disposer (disponere). Ces produits (de la socialisation) sont souvent à usages différés, mis temporairement ou durablement en réserve, et attendent donc les déclencheurs de leur mobilisation14.

8Parmi les outils disponibles pour façonner l’identité de chacun figurent bien sûr la calidad mais aussi le métier ou encore le statut matrimonial. En fonction des situations, des interlocuteurs mais aussi de la période, les individus choisissent de mettre en avant l’une ou l’autre de leurs facettes comme le montre la figure 53.

FIG. 53. — Tendances de déclaration

  • 15 Voir par exemple : AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 3 f°s 83-85 ; AHEZ, Notarías, Mi (...)

9Le graphique dévoile une nette évolution chronologique dans les tendances de déclaration tout au long du XVIIIe siècle. Tout d’abord, on peut remarquer que, de manière générale, les individus confrontés à la justice ou passant devant le notaire utilisent au moins un statut pour se décrire, pour s’identifier. Jusque dans les années 1770, il existe un certain équilibre entre les personnes qui ne déclarent qu’un seul statut — calidad, métier, statut matrimonial — et celles qui utilisent une combinaison de statuts pour se définir. Dans les combinaisons comme dans les statuts uniques, la calidad apparaît comme la composante principale de l’identification auprès des autorités. Le métier vient en deuxième position, du moins jusqu’aux années 1770. À partir de là, une mutation s’opère dans les modes d’identification : le statut matrimonial, réservé jusque-là aux documents de l’Inquisition — notamment dans les procès pour bigamie, ce qui n’est guère surprenant — et aux testaments15 — ce qui est également naturel dans la mesure où le testateur se situe dans son contexte familial, se présente comme un bon chrétien et mentionne ses héritiers ainsi que les liens qui les relient à lui — prend une place de plus en plus importante dans les déclarations aux côtés de la calidad. De fait, à partir de 1780, ce sont les combinaisons réunissant le statut matrimonial et la calidad ou encore réunissant les trois types de statuts qui dominent dans les déclarations effectuées non seulement devant l’Inquisition mais aussi devant la justice civile et pénale. Jusqu’aux années 1770, ce sont donc les présentations mettant l’accent sur une identité mêlant calidad et statut socioprofessionnel qui dominent, qu’elles soient spontanées ou guidées par les questions des autorités. On trouve alors des déclarations suivant généralement les modèles suivants :

  • 16 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 08, Exp. 23, fº 3r.
  • 17 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 10, Exp. 08, fº 21r.
  • 18 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 16, Exp. 04, fº 3r.

il présenta comme témoin Joseph Casimiro, fabriquant de cigares16
il présenta comme témoin Alonso Beltrán de la Cueva, mulâtre, vecino de cette ville17
il présenta comme témoin Juan de Dios, métis, conducteur de mules, qui dit venir du rancho de celui qui le présente18.

10En revanche, à partir de 1780, l’identification des individus devant la justice prend un tournant pour ainsi dire « moral » en ajoutant de manière quasi systématique le statut matrimonial, souvent aux dépens du statut socioprofessionnel. On retrouve alors de plus en plus de déclarations du type suivant :

  • 19 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 13, fº 2v.
  • 20 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 22, fº 7r.

il affirma être un mulâtre libre, marié, âgé de soixante ans19
il s’appelle Gregorio Carrión, marié, métis, âgé de trente ans, charcutier, originaire et vecino de cette ville20.

  • 21 Ibid.

11L’obsession des élites espagnoles, péninsulaires comme créoles, pour la limpieza de sangre et une société ordonnée par des mariages « socialement égaux » a trouvé son expression dans la Real Pragmática de 1776 et semble bien pénétrer les pratiques quotidiennes au point de faire du statut matrimonial est un élément essentiel de l’identification et, finalement, de l’identité renvoyée par les individus lorsqu’ils traitent avec l’administration coloniale et la justice en particulier. Le dernier exemple, celui de Gregorio Carrión, montre enfin que l’apparition du statut matrimonial dans l’identification des personnes relève davantage de la volonté publique de classification que du bricolage identitaire spontané dans la mesure où le suspect qu’est Gregorio doit répondre à la question suivante : « et on lui demande quel est son nom, son état, sa qualité, son âge, son métier et son lieu de résidence21 ». Aux yeux des autorités qui demandent ces précisions, l’identité est donc le résultat de la combinaison de différents éléments : si les populations n’adhèrent pas réellement à ces catégories et développent une tendance à les manipuler pour produire leur propre jeu de rôle, ces catégories n’en contribuent pas moins à définir les limites de ce bricolage.

  • 22 C’est le cas de Juan José García, métis, célibataire, vecino de Zacatecas et fils légitime de Valer (...)
  • 23 C’est le cas de Francisco Javier Altamirano qui se définit quant à lui comme « vecino y mercader » (...)
  • 24 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, p. 62.

12L’identité de chacun ne peut donc pas se résumer à la seule calidad mais il apparaît en même temps que celle-ci occupe une place importante dans le bricolage identitaire réalisé par les plèbes urbaines. Ces dernières adaptent le visage qu’elles présentent à autrui en choisissant les facettes mises en avant en fonction de la situation, des attentes ou des questions de l’interlocuteur. Un dénonciateur auprès de l’Inquisition insistera ainsi sur sa moralité, sa naissance ou son mariage légitime22 tandis qu’un individu poursuivi par des créanciers mettra en avant son statut socio-économique et socioprofessionnel en se présentant selon les cas comme « pobre miserable » ou comme un marchand installé capable d’assumer ses dettes23. Dans un tel contexte, il paraît bien difficile de parler d’identité « métisse » ou même d’identité tout court : au grand dam des élites et de l’administration désirant figer les individus dans des catégories précises, les plèbes urbaines pratiquent au contraire un véritable bricolage identitaire à partir de nombres d’éléments combinables ad infinitum en fonction des situations et des interlocuteurs24. Un même individu, métis par exemple, peut essayer d’occuper une position dominante dans une communauté essentiellement indigène en mettant en valeur son héritage hispanique, chercher à se fondre dans le village indien en oubliant cet héritage ou encore se noyer dans la masse des castas en milieu urbain. Rien n’est figé, et la notion même d’identité semble bien problématique comme le montre le cas du métis Francisco de Oliva.

DISCORDANCES IDENTITAIRES : LE CAS DU MÉTIS FRANCISCO DE OLIVA

  • 25 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, f°s 111-117.
  • 26 AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 3, f°s 28-30.
  • 27 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, f°s 26-28.

13Francisco de Oliva est un métis dont le testament, rédigé en 1702, figure dans les livres du notaire Manuel Gutiérrez de Ávila25. Ce document est exceptionnel à plus d’un titre. Tout d’abord, la longueur du texte — plus de sept folios — comme son organisation — histoire familiale, dernières volontés religieuses, possessions immobilières et mobilières, esclaves — le rapproche beaucoup plus des testaments rédigés par des créoles que des volontés laissées par les métis et mulâtres rencontrés dans les documents. Celui de la métisse Juana Bautista rédigé la même année ne comprend que deux folios et, si l’on excepte les formalités d’usage, se résume au legs de sa maison à l’Église26 tandis que celui du mulâtre Nicolás Lechuga, très court aussi, évoque en 1704 de bien modestes possessions : deux vaches et une demie maison27. De ce point de vue le testament de Francisco de Oliva apparaît véritablement comme une exception problématique. En effet, si l’on se penche désormais sur le contenu du testament, on découvre un homme à la réussite familiale, sociale et économique indéniable.

  • 28 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendan (...)
  • 29 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 111.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

14Sur le plan personnel et familial tout d’abord, on découvre un homme attaché à montrer son orthodoxie religieuse dans une manifestation post-tridentine de sa foi symbolisée par le financement de messes et prières en sa mémoire, pratique que souligne Fr. Langue chez les grands mineros28. En outre, il est marié à Catarina García — son statut n’est pas précisé — depuis trente ans, et a eu huit enfants de ce mariage : Antonio, Magdalena, Salvador, María, Marcos, Blasa, Polonia, Juana29. Parmi ces enfants, quatre sont mariés, deux filles et deux garçons. Les deux filles, Magdalena et Blasa ont chacune reçu une dot tandis que les deux garçons, Antonio et Salvador, mariés à des Espagnoles, ont reçu comme cadeau de mariage la somme de cinq cents pesos chacun30. À la lecture de ces éléments, il apparaît que Francisco de Oliva, en tant que chef de famille, non seulement a tenu à assurer l’avenir de sa progéniture mais s’est montré également capable financièrement de jouer dans la cour des créoles aisés — en témoignent les dots et le montant des cadeaux de mariage. Enfin, trois des enfants mariés ont pour conjoints des Espagnols : Blasa est ainsi mariée à Miguel Flores tandis que les deux garçons Antonio et Salvador ont respectivement épousé María Migueles et Jacinta de Herrera31. Sur le plan familial et religieux, Francisco de Oliva se comporte véritablement comme un créole de la bonne société.

  • 32 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 113r.
  • 33 Ibid., fº 113v.
  • 34 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendan (...)
  • 35 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 115.
  • 36 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 114.
  • 37 Ibid.

15Sur le plan économique, sa réussite est quant à elle patente : il possède une hacienda de sacar plata por azogue32, ainsi que sept maisons en ville33. C’est donc un entrepreneur, un acteur important de l’économie minière de la ville, qui semble suivre le modèle d’un investissement dans des valeurs immobilières — les maisons — proposé par Fr. Langue pour les élites zacatecanas34. Propriétaire immobilier et mobilier — esclaves35, vêtements, meubles, animaux –, c’est enfin un homme qui peut contracter une dette de dix mille pesos36. Comme nous l’avons vu, la dette peut avoir des significations très différentes, être le synonyme de grandes difficultés économiques comme traduire la capacité d’un individu à attirer la confiance et les investissements. Hormis la seule mention de la dette, peu d’éléments viennent compléter le tableau si ce n’est les quarante-neuf quintaux d’argent confiés par Miguel Flores de Ávila — peut-être l’époux de Blasa — à Francisco de Oliva. Dans ce contexte, si on tient compte des sommes manipulées, on peut supposer que l’importance de la dette contractée auprès de doña Juana Pérez traduit la confiance dont peut bénéficier le testateur. Enfin, il est possible d’avoir un aperçu, certes superficiel, de l’étendue du réseau économique du minero qui a des liens avec Miguel Flores de Saltillo — région de Zacatecas — mais aussi avec Antonio Pérez del Río du Real de Charcas37. Pour résumer, sur le plan économique comme sur le plan familial, Francisco de Oliva affiche un comportement de créole aisé.

  • 38 Ibid., fº 111.

16Une telle situation dévoile un homme qui semble posséder toutes les cartes — économiques et culturelles — pour être en mesure de se réinventer en tant que créole. Or, ce n’est pas le cas, et on le voit déclarer un statut de métis dans son testament38. Comment expliquer cet apparent paradoxe ? Un premier modèle d’explication ferait appel à la vision d’une stratification de nature essentiellement socio-économique. De ce point de vue, seule la position sociale et économique compte — illustrée dans le cas de Francisco de Oliva par l’hacienda de beneficio et les sept maisons possédées en ville — et le statut socio-racial devient très secondaire. Cependant, le testament montre que Francisco a marié au moins trois de ses enfants à des créoles, population peu encline à contracter des unions déséquilibrées — si l’obsession pour la protection du lignage a explosé dans les années 1770, les propos tenus par Joseph de Luz Belza dans son procès mené contre l’Indien Joseph de la Cruz montrent bien l’attachement de certains créoles au maintien d’un certain ordre social à défaut d’ordre économique. Sa position économique suffit-elle pour faire oublier son statut ? Cependant, nous avons montré précédemment qu’il existait un phénomène de corrélation, de communication entre statut socio-économique et calidad, qui permettait à l’individu de construire son identité et de trouver sa place dans la société. Si l’on se place dans cette perspective, il semble bien que Francisco de Oliva n’utilise pas les possibilités que lui offre sa position socio-économique.

  • 39 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 111.
  • 40 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, f°s 186-188.
  • 41 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 24.

17L’explication réside dans le fait que le minero est un enfant naturel, fils de Francisco de Oliva et de Juana de Cedros39. Cette dernière était elle-même mariée à Gonzalo de Guzman et mère du demi-frère de Francisco, Antonio de Guzman40. Les circonstances de la naissance de Francisco ne sont pas éclairées mais il est légitime de supposer qu’elles étaient suffisamment connues dans les cercles dans lesquels évolue Francisco de Oliva pour lui interdire d’opérer un changement de statut de facto. Ce testament, son contenu et les formules choisies montrent ainsi que le statut socio-économique est une condition nécessaire d’ascension sociale — c’est-à-dire d’accès au monde des créoles — mais non pas suffisante. La naissance illégitime de Francisco se reflète aux yeux de la bonne société dans son métissage et devient une marque inamovible, en dépit de sa réussite sociale. De fait, le cas de Francisco de Oliva, personnage qui occupe une position de choix dans la société locale — et au-delà dans son cas — mais qui ne se détache pas — volontairement ou non — du statut de métis peut se rapprocher dans une certaine mesure du cas du comisario del campo Hernando Briceño, protagoniste d’un fait divers en janvier 1709. Comme Francisco de Oliva, Hernando Briceño connaît une réussite sociale et économique patente, sans atteindre toutefois le même niveau, concrétisée par la possession d’une charge publique, celle de comisario del campo. Et, comme le minero, Hernando ne semble pas profiter d’une position de cacique local pour opérer un changement de statut et entrer dans la catégorie des créoles. Toutefois, la grande différence des documents dans lesquels nous avons fait la connaissance des deux hommes — testament, une forme de bilan, pour l’un, archives pénales, reflet d’un moment très précis pour l’autre — rend délicate toute véritable comparaison mais pas impossible. Si on ne connaît pas les parents d’Hernando Briceño, d’autres documents issus de la justice locale révèlent que toute sa famille n’adopte pas le même comportement légaliste que le comisario del campo : un procès de 1707 montre ainsi deux membres de la famille pris dans une affaire de vol de mules41. On peut alors supposer que, dans le cas d’Hernando Briceño, c’est le caractère manifestement intermédiaire de sa famille, entre légalisme et marginalisation, entre monde des Espagnols et monde des castas, qui constitue un obstacle pour un changement de statut.

18La calidad entre donc dans les cartes que les individus combinent et remanient au gré des événements, des interlocuteurs et des buts recherchés, au même titre que le métier, l’origine géographique ou le statut matrimonial. Comme dans un jeu de cartes, les règles sont fixées par avance — c’est-à-dire par les élites coloniales — et il convient de les connaître et de savoir jouer avec elles pour évoluer dans la société de la Nouvelle-Espagne du XVIIIe siècle, ce qui, d’ailleurs, ne signifie pas forcément adhérer totalement à ces règles. Les élites et l’administration créoles procèdent ainsi à la distribution des cartes — on peut le voir à travers l’évolution des questions posées aux témoins tout au long du XVIIIe siècle — mais ce sont les individus qui utilisent le jeu dont ils disposent et l’arrangent à leur avantage : la manière dont certains bigames parviennent à se réinventer complètement au cours de leur itinéraire montre bien la marge de manœuvre que les plèbes urbaines parviennent à s’approprier. De ce point de vue, l’identité métisse telle que les Espagnols ont voulu la fixer dès les premiers temps de la colonie n’est qu’une vue de l’esprit. Mais il est en même temps difficile de nier la place importante qu’occupe la calidad parmi les différentes facettes que l’individu peut choisir de présenter à la société. Le cas de Francisco de Oliva est ainsi révélateur de la complexité de la construction identitaire dans la société coloniale de Nouvelle-Espagne au tout début du XVIIIe siècle. « Créole » à bien des égards, il semble bien contraint par sa naissance illégitime de conserver un statut de métis quelque peu paradoxal compte tenu de sa réussite socio-économique. De fait, l’identité métisse, lorsqu’elle est assignée par le regard d’autrui, est essentiellement une tare, souvenir de l’inconduite des parents, de la servitude d’ancêtres plus ou moins proches. C’est également un synonyme de mala vida, préjugé vivace alimenté par des stéréotypes datant des premiers temps de la conquête. Pour tout dire, plus qu’une identification revendiquée — ce qu’elle n’est pas — et même plus qu’une carte, même importante, du bricolage identitaire, la calidad semble avant tout exister comme une identité en négatif, que l’on inflige comme une injure, à laquelle on tente d’échapper.

II. — UNE CONDITION À LAQUELLE ON CHERCHE À ÉCHAPPER

19Ce sont ces comportements qui donnent une certaine réalité à la calidad en tant qu’identité : on ne fuit pas quelque chose qui n’existe pas, une injure sans écho dans la société et les esprits n’a pas vraiment de portée. C’est ainsi que la simple étiquette devient véritablement blessante. Bien sûr, nous avons vu dans les pages précédentes que, dans la vie quotidienne, le processus de construction identitaire était un phénomène bien complexe et ne pouvait se résumer à la seule calidad. Toutefois, dans les situations conflictuelles comme les litiges, le statut socio-racial occupe souvent une place de choix, lors de la description des individus mais aussi et surtout dans les échanges entre les plaideurs. En réalité, le fait d’appartenir aux castas ou d’être renvoyé par la force du discours dans cette catégorie de la population peut devenir bien embarrassant pour l’individu concerné qui voit sa crédibilité en tant que plaignant, défendeur ou même candidat à une fonction officielle fortement entamée : c’est dans ces moments-là que l’étiquette impose sa réalité, une réalité pesante pourrait-on dire. Il s’agit de l’identité dont on cherche à se détacher, ou que l’on cherche à infliger. Ainsi, un Espagnol attaqué en justice par un métis ou un mulâtre insistera sur leur différence raciale, et non pas socio-économique pour disqualifier son adversaire. De même, pour parfaire un processus d’ascension sociale et économique, un individu aux origines castas cherchera à les effacer, à les masquer, soit en changeant de statut de facto soit en utilisant les possibilités légales et symboliques offertes par les autorités coloniales. Pour tout dire, c’est un véritable serpent de mer : invisible la plupart du temps, mais là, sous-jacente, réapparaissant avec tous les stéréotypes qui lui sont attachés sous la forme d’un véritable repoussoir. L’identité métisse, ce n’est pas ce qu’on est, c’est ce qu’on ne veut pas être : c’est ce refus qui donne sa réalité à ce qui, à l’origine, est avant tout un fantasme des autorités coloniales.

UNE IDENTITÉ « REPOUSSOIR » ?

  • 42 R. D. Cope, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720.

20Cette répulsion ne vient pas du métissage en lui-même mais plutôt de l’ensemble de préjugés accolés au statut de casta. R. D. Cope oppose dans son ouvrage The Limits of Social Domination42 les identités métisses et espagnoles, soulignant notamment le poids des valeurs morales attachées à chacune (fig. 54).

Espagnol

Casta

Vieux chrétien

Nouveau chrétien

Naissance légitime

Naissance illégitime

Limpieza de sangre

Mala raza

Honorable

Infâme

Respectueux de la loi

Criminel

Riche

Pauvre

Noble

Plébéien

Travail non manuel

Travail manuel

FIG. 54. — « Identité espagnole » et « identité métisse », ou la construction d’une identité

21R. E. Boyer propose le même modèle manichéen tout en apportant certaines nuances :

  • 43 R. E. Boyer, (1998) « Respect and identity : horizontal and vertical reference points in speech act (...)

En général, les catégories qui possèdent une tonalité positive peuvent inclure [les termes de] père, époux, épouse, Espagnol, ancien, Chrétien, couturière ou propriétaire d’hacienda ; celles qui possèdent une tonalité négative peuvent inclure [les termes de] Indien, vagabond, gañán (ouvrier résidant et travaillant dans une hacienda), jeune, forniqueur, infidèle, Juif, serviteur, souteneur, voleur, menteur. Ces catégories peuvent avoir un sous-entendu négatif mais pas nécessairement, parce que la signification ne jaillit pas d’une liste de mots. Au contraire, elle émane de ceux qui prononcent [ces mots], et à qui, au sujet de qui, avec quels qualificatifs, et dans quel contexte ils ont été prononcés43.

22Dans ce contexte, échapper à une telle étiquette, c’est en fait essayer d’échapper aux préjugés volontiers associés à cette calidad et, par conséquent, accroître sa crédibilité aux yeux de la société en Amérique espagnole comme au Brésil :

  • 44 S. Schwartz, « Brazilian ethnogenesis : mestiços, mamelucos and pardos », p. 26.

La discrimination et les préjugés au sein d’une société coloniale fondée sur l’esclavage et dans laquelle les noirs se trouvaient en bas et les blancs en haut façonnèrent les attitudes et les perceptions de l’ensemble de la population. Les divisions de couleur, ethniques ou « nationales » et les rivalités étaient répandues chez les populations métissées. Les individus aux origines métissées avaient tendance à souligner qu’ils étaient différents des noirs et à s’identifier aux groupes supérieurs. Bartolomeu Fernandes, un pardo arrêté pour une bagarre à Bahia, admit que la bagarre avait commencé lorsqu’il avait entendu la victime le traiter de noir (tenha posto de Negro)44.

  • 45 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30.
  • 46 Ibid., fº 1r.
  • 47 Ibid., fº 10r.
  • 48 Voir J. P. Zuñiga sur la limpieza de sangre (J.-P. Zuñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métis (...)
  • 49 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 17r.
  • 50 Ibid., fº 19r.
  • 51 Ibid., f°s 12v-16r.

23Les comportements du conducteur de mules Juan Briceño et du capitaine Antonio Murguia dans le litige qui les oppose sont particulièrement révélateurs de cet état de fait45. Lorsqu’il dépose plainte, Juan Briceño se présente ainsi comme un Espagnol, pauvre certes — il se décrit comme un « homme pauvre et chargé d’enfants46 » — mais créole tout de même. Dans les toutes premières pages, le litige semble donc s’inscrire dans le cadre d’un conflit entre Espagnols, l’un pauvre, l’autre appartenant aux couches aisées de la population. Cependant, la stratégie de Murguia, qui se trouve en position de défendeur, n’est pas de contrer les arguments du conducteur de mules mais plutôt de la disqualifier en s’attaquant aux origines de ce dernier. Dans un premier temps, il convoque ainsi de nombreux témoins pour prouver que Juan Briceño est un métis voire un coyote, et non pas un créole comme il le prétend47. On se trouve là dans une stratégie de la disqualification : Antonio Murguia tente de renvoyer son adversaire du côté des castas, soulignant ainsi de manière implicite le manque de crédibilité de Juan Briceño. La calidad est ici utilisée comme une véritable insulte et Antonio Murguia a recours à un procédé fréquemment utilisé dans les milieux créoles pour décrédibiliser une concurrence malvenue, l’assimilation à des origines illégitimes ou serviles, et donc impures, immorales48. Murguia tient donc à assimiler son adversaire à un « coyote mulero », par essence hostile à son maître49. La charge est rude, volontairement injurieuse, ce que ne manque pas de faire remarquer le conducteur de mules qui adopte encore une posture de créole défendant son honneur : il dénonce ainsi la stratégie du défendeur qui cherche à déplacer le débat « en l’injuriant avec ses raisonnements et ses paroles50. » Toutefois, en dépit d’une posture volontairement offusquée, Juan Briceño abandonne de manière significative le statut d’Espagnol dans les déclarations suivantes, et ce jusqu’à la fin du dossier. Il faut dire que tous les témoins convoqués par Antonio Murguia se sont accordés pour affirmer que le conducteur de mules était soit métis soit coyote51. Le silence de Briceño à la suite de ces différentes déclarations semble bien dévoiler un homme qui a tenté d’échapper à sa condition de métis — pris ici au sens générique — pour appuyer sa requête et lui apporter la crédibilité d’un plaignant créole.

  • 52 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 03, Exp. 29.

24Échapper à sa calidad et aux préjugés qui y sont associés peut être une démarche informelle et fragile, comme le montre le cas de Juan Briceño, mais peut également revêtir une dimension officielle et donc plus solide et durable, du moins en théorie. Les démarches effectuées par Sebastiana Velázquez, mulâtresse demandant une autorisation spéciale de la part des autorités pour que ses fils puissent porter l’épée52, prend alors une dimension supérieure : obtenir le droit à l’épée pour ses fils est une manière d’effacer symboliquement les origines illégitimes de trois jeunes hommes, de les intégrer pleinement au groupe paternel grâce à une décision de justice. Elle affirme ainsi que :

ce sont non seulement mes fils mais aussi ceux de Mateo Bonilla, Espagnol, aujourd’hui décédé […] reconnus comme tels, en vertu de quoi je les ai élevés en leur imposant de bonnes mœurs, de telle manière qu’ils n’ont jamais provoqué de scandale, se consacrant à leur métier et à leurs habiletés, se comportant comme des hommes presque Espagnols, suivant en cela la descendance et la filiation de leur dit père

  • 53 Ibid., fº 1r.

25et demande à la justice de « concéder une licence à mes fils pour qu’ils puissent porter l’épée pour se défendre sans qu’ils en soient empêchés, car ce n’est pas leur intention d’offenser qui que ce soit en faisant cela53. »

  • 54 Ibid., fº 2v.
  • 55 Ibid., fº 4r.

26Sebastiana Velázquez développe ainsi un argumentaire en insistant sur la filiation paternelle. En revanche, elle passe sous silence ses propres origines et paraît préférer souligner son rôle éducatif, montrant qu’elle a voulu donner une bonne éducation créole aux enfants d’un Espagnol. Dans ce tableau, elle-même n’agit que comme un simple intermédiaire, comme pour faire oublier la naissance illégitime mais aussi les origines serviles de ses fils par la branche maternelle. De fait, toute la démarche de la mère est ici fondée sur la négation de la calidad des trois jeunes hommes — telle qu’elle est assignée par le monde colonial en raison des circonstances de leur naissance — pour leur assurer une bonne place dans la société créole, dans la société paternelle. Les différents témoignages qu’elle présente aux autorités locales semblent indiquer qu’à l’échelle du voisinage du moins, ses efforts se sont avérés fructueux. Le marchand Francisco del Hierro affirme ainsi que les fils de Sebastiana « sont des jeunes hommes tranquilles et pacifiques, et qu’ils montrent dans leur comportement leur qualité de fils d’Espagnol car ils ne font pas de bruit ni ne causent de tort à qui que ce soit, toujours appliqués à la tâche… et ce témoins ne [pense] pas que si on leur permet de porter l’épée ils causeront du mal car, depuis qu’il les connaît, il les a toujours traités comme des Espagnols54. » De réputation comme de comportement, les jeunes hommes sont donc considérés comme des créoles : la démarche de la mère vient donc parachever un processus éducatif qui a permis d’effacer des origines pour le moins embarrassantes. De fait, lorsque l’administration répond positivement à la requête de Sebastiana55, les origines illégitimes et serviles des jeunes hommes sont oubliées au profit de leur identité créole.

27L’achat des gracias al sacar procède en fait de la même logique : il s’agit de sanctionner par le biais d’une décision officielle un changement d’identité bien souvent conséquence d’un processus d’ascension sociale. Cependant, ces tentatives de transformation en échappant à la calidad originelle peuvent susciter des résistances plus ou moins virulentes, surtout quand l’acheteur de la gracia al sacar est dépourvu de liens familiaux avec le monde espagnol. Quittons un moment la région de Zacatecas pour examiner un cas cité par J. Lynch, certes bien éloigné géographiquement mais très révélateur du rejet provoqué par pareilles démarches. En 1796 à Caracas, le docteur Diego Mejías Bejarano voit en effet son ascension sociale sanctionnée par une cédule royale qui le dispense « de la qualité de sa couleur pardo » et confère à ses fils le droit d’accéder à des emplois publics et ecclésiastiques, de se marier avec des Espagnoles et d’entrer à l’université. Légalement, officiellement et, bien sûr, personnellement, Bejarano voit donc son identité changer, passer du statut de pardo, de descendant d’esclaves, à celui d’Espagnol selon un processus qualifié de blanqueamiento, de « blanchissement » légal. Toutefois, ce changement d’identité est loin d’être accepté par les élites vénézuéliennes, et notamment le cabildo de Caracas qui proteste avec énergie dès 1796 en dénonçant ce qu’il appelle un « amalgame entre blanc et pardo » :

  • 56 Cité dans J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, pp. 27-28. « Informe que el ayuntamiento de (...)

L’abondance de pardos que l’on trouve dans cette province, leur caractère orgueilleux et hautain, leur persévérance pour égaler les blancs, exige la règle de politique suivante, que Votre Majesté les maintienne toujours dans une certaine dépendance et subordination aux blancs, comme jusqu’à maintenant ; autrement leur arrogance les rendra insupportables et bientôt ils voudront dominer ceux qui au départ ont été leurs maîtres56.

28Cette protestation traduit avant tout chez les élites espagnoles la crainte de la submersion par les populations métissées, et plus particulièrement les pardos particulièrement nombreux au Venezuela, colonie fortement esclavagiste de la zone Caraïbe. Mais on peut aussi sentir la volonté de défendre la « pureté » de l’identité collective espagnole qui ne doit pas être entachée par la « souillure » de l’esclavage, même lointaine. C’est ce qui est exprimé par la protestation de l’université de Caracas qui s’oppose en 1803 à l’entrée d’un fils de Bejarano en son sein :

  • 57 Cité dans J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, p. 28 et Leal, « La Universidad de Caracas (...)

on a complètement ruiné notre Université […] les fils légitimes de Votre Majesté seraient engloutis dans le profond abîme de la barbarie et de la confusion tandis que la postérité africaine, une descendance honteuse d’esclaves […] prendrait notre place57.

  • 58 Fr. Langue, « La pardocracie ou l’itinéraire d’une ‘classe dangereuse’ dans le Venezuela des XVIIIe(...)

29Pour asseoir leur place dans la société locale, les Bejarano entendent bien échapper à leur calidad de pardos et veulent donc se faire passer pour des Espagnols. À l’opposé du spectre, les créoles de Caracas expriment une crainte viscérale de voir leur identité hispanique souillée par l’arrivée de métis et pardos légalement « blanchis » — Fr. Langue a ainsi étudié les problèmes posés par l’émergence d’une véritable « pardocracie » dans la société vénézuélienne des XVIIIe et XIXe siècles58. De tous côtés, l’identité métisse est un état que l’on cherche à fuir et dont on veut se préserver. C’est ce refus, c’est ce rejet, parfois violent, qui donne une réalité à une notion par ailleurs bien insaisissable.

LE CAS D’ANTONIO JANUARIO DE BERROA OU L’EFFACEMENT DE LA CALIDAD MESTIZA

  • 59 AGI, Guadalajara, 121 « Año de 1754 : Testimonio ».
  • 60 Ibid., fº 4r.
  • 61 Ibid., fº 3v.
  • 62 AGI, Guadalajara, 121 « Antonio Januario de Berroa, natural de la ciudad de Guadalajara » f. 1r.

30Échapper à une condition perçue comme inférieure pour asseoir sa réussite sociale ou accéder à des charges plus importantes au sein de l’administration locale, c’est bien ce qu’essaie de faire Antonio Januario de Berroa, fils illégitime de mère métisse59. Vecino de Guadalajara, celui-ci entend en effet prouver en 1754 qu’il est « de sang pur, libre de toute mauvaise race des maures, des juifs, des personnes confessées ou punies par le Saint Office de l’Inquisition ou tout autre tribunal60. » Cet exemple, même s’il nous fait sortir des limites de la région considérée, est très intéressant à plusieurs titres. Il montre tout d’abord un individu qui a déjà échappé à sa condition métisse de facto — marié à une Espagnole, doña Antonia Cortes y Guzman, il est également « officier principal de l’office public et du cabildo61 » — et qui manifeste la volonté d’entériner cet état de fait en faisant intervenir l’administration coloniale. De fait, pour Berroa, l’enjeu est double. Il s’agit d’une part de prouver que sa mère était bien métisse pour être en mesure de confirmer la qualité d’Espagnols pour ses enfants selon l’évolution naturelle des degrés de métissage établis par les élites coloniales. La présentation du certificat de baptême de sa mère prend alors une importance cruciale dans la mesure où prouver sa qualité de métisse constitue la première étape qui doit mener à la reconnaissance des enfants de Berroa comme appartenant au groupe des Espagnols. Antonio de Berroa exhume donc le certificat de baptême de sa mère et prouvant que Petra de la Cruz, « española mestiza », est bien la fille légitime de Joseph de la Cruz y Montaño et de Josepha Hernández y Benítez62. Ce certificat en tant que preuve du statut de métisse de Petra de la Cruz — et non pas Indienne ou coyota — permet à Antonio d’appuyer son argumentation sur le principe des trois premiers degrés de métissage :

De Español con India, mestizo.
De Español con mestiza, castizo.
De Español con castiza, Español.

  • 63 AGI, Guadalajara, 121 « Año de 1754 : Testimonio », fº 7v.

31Par conséquent, les enfants d’Antonio sont légalement Espagnols et doivent être considérés comme tels, c’est ce qu’affirme un des témoins présentés par Berroa, l’alcalde ordinario don Joachim Fermín de Echavarri63. Il est d’ailleurs intéressant de noter que si ces catégories ne trouvaient pas forcément un véritable écho au sein des populations métissées dans leur ensemble, elles revêtent un caractère opératoire fort aux yeux des élites qui les ont générées — pour cette partie de la population coloniale, les catégories ainsi définies ne relèvent pas du fantasme — et par conséquent aux yeux des métis ou castizos comme Berroa qui gravitent autour de ces élites voire en font partie intégrante.

  • 64 Ibid., fº 6.
  • 65 Ibid.

32Le second enjeu de la démarche d’Antonio Januario de Berroa est plus complexe dans la mesure où l’officier recherche à se faire reconnaître lui-même en tant qu’Espagnol et à effacer les souvenirs d’une calidad mestiza trace d’une naissance illégitime. Echavarri évoque ainsi les conditions de la naissance de Berroa, fruit des amours de Gregorio de Berroa, péninsulaire originaire de Guipuzcoa fraîchement débarqué en Nouvelle-Espagne, et d’une femme de chambre de Juan Francisco de Zuzuarregui, un oncle de Gregorio installé à Guadalajara64. Enfant illégitime, Antonio Januario de Berroa se trouve donc dans la position ambiguë de bien des métis partagés entre un groupe paternel espagnol aisé et un groupe maternel humble. Pris en charge par le réseau paternel — le couple fautif est chassé par l’oncle mais recueilli par Echavarri65 — Berroa a vraisemblablement suivi la trajectoire d’un enfant de péninsulaire, accédant à un office municipal important en dépit de ses origines. D’après les différents témoignages, il semble en outre appartenir à la catégorie la moins « infâmante » des enfants illégitimes, celle des naturales :

  • 66 B. Ares Queija, « Un borracho de chicha y vino. La construcción social del mestizo (Perú, siglo XVI (...)

Les lois de Toro en 1505 faisaient la distinction entre deux catégories d’enfants illégitimes : les naturales, qui étaient ceux dont les parents auraient pu se marier au moment de la conception ou de la naissance de l’enfant sans solliciter de dispence, et les espúreos, qui étaient tous les autres illégitimes (incestueux, adulterins, sacrilèges, etc.)66.

  • 67 Ibid., fº 2r.
  • 68 Ibid., fº 3v.

33Il éprouve néanmoins le besoin à quarante ans passés — il est baptisé avec la mention « Espagnol, fils de parents inconnus » en 171267 — de faire appel à l’administration coloniale pour obtenir une reconnaissance officielle d’un statut qui lui a été reconnu de facto par son entourage depuis sa naissance. Comme il ne peut guère masquer ses origines illégitimes, il n’esquive pas la question et choisit de déplacer les débats sur le terrain des qualités morales, les siennes comme celles de sa mère. Il demande ainsi aux différents témoins évoquant Petra de la Cruz « s’ils l’ont toujours vue vivre avec honneur et estimée par des personnes distinguées pour les qualités qu’elle possède68. » À cette question, don Eugenio García, ami de la famille, répond en ces termes :

  • 69 Ibid., fº 15r.

Que [Petra de la Cruz] a mérité les faveurs de personnes distinguées à l’instar de don Joachim Fermín de Echarrí qui, jusqu’à aujourd’hui, la garde dans sa maison, lui délégant son autorité en raison de la grande confiance qu’il place en elle69.

  • 70 Ibid., fº 4v.

34En ce qui concerne ses propres qualités, Berroa demande « [que les témoins] évoquent finalement [s] es opérations et qu’ils disent si, dans l’exercice de [s] es fonctions, [il s’est] montré fidèle, loyal et digne de confiance sans que jamais on n’ait perçu une once d’infamie70. » L’officier conclut enfin sa requête en avançant un dernier argument d’autorité qui insiste sur la qualité et donc la fiabilité inhérente de ses témoins. De fait, l’ensemble de l’argumentaire développé par Antonio Januario de Berroa repose sur la conception de la calidad comme reflet de la moralité de l’individu : en dépit d’origines qui auraient pu le reléguer dans les rangs de la gente de mala vida comme tant d’autres métis, sa constance morale doit le faire entrer pour de bon dans le groupe des Espagnols. Un tel lien n’est pas rare dans le discours des élites qui ont, dès le XVIe siècle, tissé un lien étroit entre métissage et mala vida. Toutefois, le lien de causalité implicite faisait du comportement des individus concernés la conséquence d’une naissance illégitime ou de racines serviles. Ici, c’est une logique inverse qui est utilisée par Berroa et ses témoins : dans leur discours, c’est la buena vida ainsi que le « certificat de moralité » accordé par la parole d’hombres de honor qui vient absoudre l’individu de ses origines troubles. L’administration suit d’ailleurs cette même logique puisque la requête de l’officier trouve un écho favorable :

  • 71 Ibid., f° 17v.

et Sa Grâce déclara que le dit Antonio Januario est un fils naturel… et en tant que tel [fils de péninsulaire et de métisse], il est un Espagnol de sang pur, exempt de toute tache, et il en est de même pour son épouse et ses enfants71.

35Cet exemple permet ainsi de comprendre une démarche officielle entreprise par un individu désireux d’effacer ses origines illégitimes, d’échapper pour tout dire à des origines qui peuvent être bien embarrassantes pour un homme respectable, possesseur d’un office public. Le document est également intéressant dans la mesure où l’on découvre au fil des témoignages une conception morale de la calidad bien ancrée dans les esprits créoles : dans ce modèle, la moralité vient donc s’ajouter au statut socio-racial et au statut socio-économique dans les variables qui participent à la construction identitaire dans la société de Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. Ce cas fournit enfin un exemple distant — on ne se trouve plus dans les sociétés minières du Centre-Nord — auquel on peut confronter des situations analysées précédemment.

  • 72 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, f°s 111-117.
  • 73 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 03, Exp. 29.
  • 74 R. D. Cope, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720, p (...)

36C’est là le dernier grand intérêt du document laissé par Antonio Januario de Berroa, document qui permet d’éclairer sous un nouvel angle le cas du minero métis Francisco de Oliva notamment72. Les deux hommes sont parvenus à s’insérer dans la société locale en dépit d’origines illégitimes et à occuper une place de choix dans la sphère économique pour Francisco, dans la sphère administrative pour Antonio. De fait, ces deux exemples montrent bien que le métissage d’un individu n’est pas forcément signe de déclassement et de soumission, du moins lorsque le groupe paternel créole accepte d’intégrer l’enfant même bâtard. Il est d’ailleurs intéressant de noter que dans le cas de Francisco de Berroa comme dans celui des frères Bonilla — pour lesquels leur mère demande une dérogation pour le port de l’épée73 — le réseau familial paternel est fortement mobilisé pour démontrer l’appartenance sociale, culturelle et surtout morale des intéressés au groupe créole. De ce point de vue, c’est le groupe des créoles qui décide de l’intégration ou de l’exclusion d’individus métis en fonction de leur histoire familiale, de l’éducation qu’ils ont pu recevoir et dont ils font preuve au quotidien. En filigrane, c’est en fait la construction identitaire manichéenne opposant un monde créole attractif et un monde métis « repoussoir » évoquée par R. D. Cope74 que l’on retrouve dans les différents discours. Néanmoins, si l’on reprend maintenant la comparaison entre les cas de Francisco de Oliva et d’Antonio Januario de Berroa, il est intéressant de noter que les deux hommes n’ont pas adopté le même comportement par rapport à leurs origines métisses et illégitimes malgré des itinéraires apparemment similaires — du moins à travers la maigre documentation disponible. Le premier semble s’être contenté de vivre comme un créole, de se comporter en tant que tel sur le plan social, familial et économique — probablement grâce à l’héritage paternel — n’a pas voulu ou n’a pas pu changer de calidad au point de se déclarer métis dans son testament. À l’opposé, le second a entrepris avec succès une démarche officielle pour effacer ses origines et asseoir le statut de sa descendance. L’explication la plus évidente que l’on pourrait avancer serait la simple différence personnelle anecdotique. Toutefois, certains éléments méritent tout de même d’être soulignés et, en premier lieu, l’écart chronologique. En effet, si l’on replace les deux cas dans le contexte d’ouverture et de fermeture de la fin du XVIIIe siècle, on remarque que les démarches de Berroa correspondent à la période au cours de laquelle les opportunités se sont petit à petit raréfiées pour les castas. En d’autres termes, s’il était possible au début du siècle pour Francisco de Oliva d’occuper la place qui était la sienne dans la société locale tout en restant un « métis », cela n’était gère possible un demi-siècle plus tard pour Berroa. De même, on peut penser que le climat régional joue un rôle dans la différence de comportements : nous avons vu que la région de Zacatecas et son éloignement fournissaient un terrain favorable aux populations métissées, leur laissait des espaces de mobilités qui n’existent pas dans une capitale comme Guadalajara, siège de la seconde Audience de Nouvelle-Espagne. Enfin, les « choix de carrières » peuvent intervenir et l’on peut supposer que le monde de la mine zacatecano du début du XVIIIe siècle acceptait davantage un héritier entreprenant, fût-il métis et illégitime, que le monde de l’administration coloniale et municipale de Guadalajara dans les années 1750. Les éléments manquent pour aller au-delà de la simple évocation de pistes de réflexion, mais il est légitime de penser que ce faisceau d’hypothèses peut expliquer pourquoi le métis illégitime Antonio Januario de Berroa a cherché à échapper à sa condition, avec succès, tandis que le métis illégitime Francisco de Oliva a, quant à lui, semblé intégrer sa calidad à sa construction identitaire sans chercher à l’ignorer.

37De fait, ce dernier chapitre fait émerger de nouvelles réflexions sur l’épineuse question de l’identité métisse ou de la construction identitaire métisse grâce à un va-et-vient permanent entre différentes échelles et niveaux d’analyse. D’une part, le recours à une approche quantitative pour suivre l’évolution des tendances de déclaration, de description et d’identification au cours du XVIIIe siècle permet de mettre en lumière la manière dont les individus manipulent et combinent différentes catégories — la calidad, le statut matrimonial, la profession, l’origine géographique — pour construire l’identité, ou l’identification, qu’ils renvoient aux autres ou assignent à autrui. Dans ce jeu-là, la calidad occupe un rôle essentiel, mais pas unique : il est donc aussi réducteur voire simplificateur de privilégier la vision d’une stratification socio-raciale que de rejeter totalement les catégories du métissage au profit d’une conception essentiellement socio-économique. Comme le montrent les déclarations glanées au fil des procès, les individus s’identifient et marquent leur place dans la société coloniale à l’aide de divers marqueurs qu’ils mobilisent en fonction des circonstances et des questions posées. D’autre part, le recours à la microhistoire permet de décrypter des discours remarquables qui dévoilent une forme de construction identitaire « en négatif » : si l’on suit les parcours et les attitudes d’un Antonio de Berroa ou d’une Sebastiana Velázquez, il semble bien que cette étiquette est avant tout ce que l’on cherche à fuir, à effacer lorsque l’on s’attache à atteindre une place de choix dans la société. L’achat des gracias al sacar à partir de 1795 par les mulâtres enrichis peut alors perçue non seulement comme le couronnement d’un processus d’ascension sociale pour l’individu et le franchissement d’une étape pour ses descendants — les fils Bejarano évoqués par J. Lynch obtiennent le droit d’aller à l’université — mais aussi comme la preuve du rejet d’une identification bien embarrassante, dont on essaie de se défaire légalement pour conforter sa place dans la société : de ce point de vue, l’achat de la gracia al sacar, qui repose sur les capacités financières des acheteurs potentiels, constitue un moyen détourné d’obtenir un nouveau statut pour les individus qui ne peuvent pas recourir efficacement à la justice en s’appuyant sur un réseau personnel fort à l’instar d’Antonio de Berroa ou Sebastiana de Velázquez. Domine donc l’impression d’une identité « repoussoir », associée à la réputation, construite par le regard d’autrui et qui ne trouve finalement son existence que dans le rejet qu’elle suscite.

38Une des grandes difficultés auxquelles est confronté le chercheur désireux de se pencher sur les plèbes urbaines et les populations métissées est leur silence dans la documentation. Comme cela a été déjà dit dans l’introduction, les archives sont riches en documents évoquant ce secteur de la société coloniale mais beaucoup moins en sources permettant d’avoir un accès aux paroles et aux actes de ces individus. De ce point de vue, les sources judiciaires et inquisitoriales constituent une opportunité unique pour accéder à cette parole, à condition bien sûr de prendre en compte le filtre que constitue la mise en scène de l’interrogatoire. L’accès à une telle documentation a rendu possible un travail d’analyse sur plusieurs niveaux : géographique entre général et local, social entre groupe et individu — c’est le classique jeu d’échelles cher aux microhistoriens — mais aussi à l’intérieur même du document — depuis la compilation des données pour une exploitation quantitative jusqu’à l’analyse fine des discours et parfois de quelques phrases cueillies au détour des dossiers. Si les deux premières parties ont reposé sur une approche essentiellement quantitative de la documentation associée à un regard plus qualitatif, la démarche suivie dans les deux dernières parties suit un mouvement inverse et privilégie une approche microhistorique pour plusieurs raisons. Les contraintes matérielles interviennent tout d’abord : le « silence » des plèbes et des populations métissées contraint le chercheur à manipuler une documentation réduite voire fuyante pour aborder la question de la construction identitaire des populations métissées. Les éléments pertinents sont dispersés au hasard des pages et l’exercice s’apparente parfois à la reconstitution d’un puzzle incomplet. Pour cette raison, les conclusions tirées à l’issue de la quatrième partie doivent être davantage considérées comme l’ouverture de pistes de réflexion à examiner et prolonger que comme des idées généralisables à l’ensemble des populations métissées. L’échantillon considéré est trop réduit, trop peu représentatif, trop particulier même, pour que l’on puisse prétendre à une quelconque généralisation ou théorisation englobante.

  • 75 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoir et solidarités à Paris au XVIIIe siècle.

39Mais là n’était pas le but du propos. Le but était de profiter de la parole des plèbes et des populations métissées telle qu’elle émerge dans la documentation pour opérer une plongée dans les logiques qui sous-tendent ces actions et ces discours, domaine qui ne semble accessible que par le recours aux techniques de la microstoria, à une approche centrée sur les discours et les individus. L’effort a été fructueux et a permis de mettre en lumière les complexités non seulement de la construction identitaire métisse mais aussi de la construction identitaire dans le contexte des sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. De fait, une autre explication de la posture adoptée relève bel et bien d’un parti pris méthodologique, celui de la volonté de se rapprocher au plus près des actes et pensées des individus considérés tels qu’ils apparaissent au quotidien à travers le filtre de la documentation judiciaire pour faire ressortir ce qu’A. Farge a appelé « La vie fragile75 » ou, en d’autre termes, la complexité de la vie quotidienne des plèbes urbaines. Le résultat est donc une meilleure compréhension de ces mécanismes de l’identification et de l’utilisation des catégories par les populations — pour elles-mêmes et pour autrui –, mais à un niveau très limité, celui de quelques individus. Cette meilleure compréhension est toutefois atteinte au prix d’un certain renoncement, celui de la formulation de conclusions définitives : en ce sens, l’interrogation utilisée dans le titre du dernier chapitre n’est pas seulement un artifice rhétorique mais entend bien placer les pages qui la suivent davantage dans le domaine de l’hypothèse appelée à être prolongée et travaillée que dans celui des conclusions générales.

Notes

1 C. Caillavet et M. Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVIe-XXe siècle) », p. 118.

2 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje ».

3 Fr. Cooper et R. Brubacker, « Beyond identity », p. 1 et p. 14.

4 A. Escobar Ohmstede et R. A. Fagoaga Hernández, « Sociedades híbridas, pueblos mixtos o mestizaje. ¿ Cómo se puede percibir la población en la Huasteca potosina en el periodo colonial tardío ? » p. 49.

5 J. Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, pp. 30-32. Voir les travaux d’E. Grendi ou de l’anthropologue Fr. Barth.

6 R. Marin, Meurtre au palais épiscopal. Histoire et mémoire d’un crime d’ecclésiastique dans le Nordeste brésilien (de 1957 au début du XXe siècle), p. 22.

7 AHN, Inquisición, 1732, Ex. 46.

8 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.

9 Ibid., fº 2r.

10 Ibid., fº 2v.

11 Ibid., fº 2r.

12 R. E. Boyer, « Respect and identity : horizontal and vertical reference points in speech acts », p. 492.

13 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, p. 25.

14 Ibid., pp. 61-62.

15 Voir par exemple : AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 3 f°s 83-85 ; AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 5 f°s 52-54 ; AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05 f°s 26-28.

16 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 08, Exp. 23, fº 3r.

17 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 10, Exp. 08, fº 21r.

18 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 16, Exp. 04, fº 3r.

19 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 13, fº 2v.

20 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 22, fº 7r.

21 Ibid.

22 C’est le cas de Juan José García, métis, célibataire, vecino de Zacatecas et fils légitime de Valerio et Gertrudis García. AGN, Inquisición, 1429, Exp. 04.

23 C’est le cas de Francisco Javier Altamirano qui se définit quant à lui comme « vecino y mercader » de Zacatecas. AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 23, Exp. 03, fº 6r.

24 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, p. 62.

25 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, f°s 111-117.

26 AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 3, f°s 28-30.

27 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, f°s 26-28.

28 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, pp. 324-328.

29 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 111.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 113r.

33 Ibid., fº 113v.

34 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, pp. 345-348.

35 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 115.

36 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 114.

37 Ibid.

38 Ibid., fº 111.

39 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, fº 111.

40 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, f°s 186-188.

41 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 24.

42 R. D. Cope, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720.

43 R. E. Boyer, (1998) « Respect and identity : horizontal and vertical reference points in speech acts », p. 493.

44 S. Schwartz, « Brazilian ethnogenesis : mestiços, mamelucos and pardos », p. 26.

45 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30.

46 Ibid., fº 1r.

47 Ibid., fº 10r.

48 Voir J. P. Zuñiga sur la limpieza de sangre (J.-P. Zuñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili au XVIIe siècle).

49 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 17r.

50 Ibid., fº 19r.

51 Ibid., f°s 12v-16r.

52 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 03, Exp. 29.

53 Ibid., fº 1r.

54 Ibid., fº 2v.

55 Ibid., fº 4r.

56 Cité dans J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, pp. 27-28. « Informe que el ayuntamiento de Caracas hace al Rey de España referente a la real cédula de 10 de febrero de 1795 », dans J. F. Blanco et R. Azpurúa, éd, Documentos para la historia de la vida pública del Libertador, pp. 267-275 ; Cabildo de Caracas a la Corona, 13 octubre de 1798 dans « Los pardos en la colonia », op. cit., pp. 339 et 344.

57 Cité dans J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, p. 28 et Leal, « La Universidad de Caracas y la sociedad colonial venezolana », pp. 27-39.

58 Fr. Langue, « La pardocracie ou l’itinéraire d’une ‘classe dangereuse’ dans le Venezuela des XVIIIe et XIXe siècles ».

59 AGI, Guadalajara, 121 « Año de 1754 : Testimonio ».

60 Ibid., fº 4r.

61 Ibid., fº 3v.

62 AGI, Guadalajara, 121 « Antonio Januario de Berroa, natural de la ciudad de Guadalajara » f. 1r.

63 AGI, Guadalajara, 121 « Año de 1754 : Testimonio », fº 7v.

64 Ibid., fº 6.

65 Ibid.

66 B. Ares Queija, « Un borracho de chicha y vino. La construcción social del mestizo (Perú, siglo XVI) », p. 126.

67 Ibid., fº 2r.

68 Ibid., fº 3v.

69 Ibid., fº 15r.

70 Ibid., fº 4v.

71 Ibid., f° 17v.

72 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 03, f°s 111-117.

73 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 03, Exp. 29.

74 R. D. Cope, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720, p. 19.

75 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoir et solidarités à Paris au XVIIIe siècle.

Table des illustrations

Légende FIG. 53. — Tendances de déclaration
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540