Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Quatrième partie. Populations métissées et construction identitaire

Avant-propos

Texte intégral

1Jusqu’à présent, l’exploitation d’un corpus documentaire reposant essentiellement sur les archives judiciaires a permis non seulement de brosser le portrait dynamique d’un groupe social donné, celui des plèbes urbaines du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au cours du XVIIIe siècle, mais aussi de situer ce groupe dans son contexte social, économique, chronologique et régional par un jeu de va-et-vient entre l’échelle de l’individu, celle du groupe et celle de la société dans son ensemble. De fait, un tel procédé a fait émerger une société coloniale qu’il a été possible de reconstituer dans sa réalité concrète, quotidienne, pour ainsi dire dans sa matérialité. L’analyse des sources judiciaires combinées à d’autres types de documents — registres des notaires, papiers et correspondances de l’administration — a ainsi permis d’aborder les questions de la stratification sociale, des liens quotidiens que tissent les individus même les plus humbles, des stratégies individuelles et plus rarement collectives qu’ils parviennent à élaborer.

  • 1 Th. Bouysse Cassagne, « Être métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dans les And (...)
  • 2 E. Samama, « Étymologie des métissages », pp. 13-26.
  • 3 J.-P. Zuñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Ch (...)
  • 4 Voir B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action.

2Le corpus réuni permet de prolonger la réflexion en effectuant une dernière lecture, centrée cette fois-ci sur les discours des différents déclarants, qu’ils soient simples témoins, plaignants ou défendeurs. Ce glissement du regard vers l’analyse des termes et de la rhétorique autorise un changement de dimension pour aborder l’organisation de ces sociétés du Centre-Nord sur le plan des représentations. Comment les plèbes urbaines sont-elles désignées par autrui, comment se désignent-elles elles-mêmes ? Si les parties précédentes ont donné lieu à la réalisation d’une esquisse puis d’un portrait plus complet, cette dernière partie se donne pour but d’ajouter de la profondeur au tableau en essayant de montrer quelle société transparaît dans les différents discours reproduits dans la documentation. Certes, ces discours ne peuvent pas être considérés comme la parole directe des individus dans la mesure où de nombreux filtres interviennent entre la déclaration effective et la transcription sur le papier : les enjeux du litige, les intentions de l’enquêteur inquisitorial ou civil, les éventuelles consignes que les témoins peuvent recevoir, les intérêts concrets des parties en présence sont autant d’éléments qui viennent masquer la parole des individus. Ce sont ainsi toutes les tensions latentes des rapports sociaux quotidiens qui surgissent au détour de déclarations parfois violentes. En outre, la manière dont les différents individus se présentent devant les autorités coloniales est l’occasion de poser le regard sur les rapports bien ambigus qu’il est possible de déceler entre imaginaires collectifs, réalité et déclarations individuelles. L’analyse croisée de ces trois dimensions à travers les cas des déclarations du statut matrimonial ou de la calidad est un moyen non seulement de mesurer les écarts mais aussi d’essayer de retrouver les intentions qui, tout au long de la période, guident le choix d’une déclaration ou d’une autre pour décrire autrui comme pour se décrire soi-même. L’élaboration des stéréotypes présents dans les discours ainsi que les difficultés rencontrées par les observateurs comme par les métis pour trouver les mots pour désigner autrui et se désigner soi-même sont devenues à partir des années 1980 un des sujets les plus traités par l’historiographie du métissage. C’est ce que fait Th. Bouysse Cassagne quand elle évoque l’impossibilité de « penser et dire l’innommable » aussi bien chez les Espagnols que les Indiens en Equateur1 : l’examen de l’étymologie des termes associés à la question permet véritablement de mieux comprendre les attitudes espagnoles face à un phénomène qu’ils ne comprennent pas ni ne maîtrisent2. La perception du métissage, le regard porté sur ce phénomène sont donc devenus des thèmes privilégiés dans ce domaine de l’histoire sociale et culturelle en Amérique espagnole coloniale. J. -P. Zuñiga s’est ainsi intéressé au cas de la ville de Santiago du Chili au XVIIe siècle et s’est attaché à replacer le rejet socioculturel des populations métissées dans le cadre plus général de l’obsession espagnole pour la limpieza de sangre, pour cette pureté de sang apparue à la fin du XVe siècle3. Tout d’abord, ce travail doit permettre de mettre en perspective les parties précédentes dont les statistiques reposent sur l’utilisation directe des déclarations : s’il ne s’agit pas ici de tout remettre en cause par un excès de relativisation, le but est de montrer que ces déclarations désignent des individus à un moment précis de leur itinéraire personnel dans le contexte bien particulier du litige ou du passage devant le notaire. Enfin, l’ensemble de ces réflexions doit mener à la dernière touche du portrait des plèbes urbaines dans le contexte du Centre-Nord du XVIIIe siècle : le serpent de mer d’une certaine identité métisse. Au fil de l’analyse, cette dernière apparaît comme une construction identitaire plurielle, éclatée, comme un ensemble de masques parmi lesquels l’individu peut choisir en fonction des circonstances4. C’est également un processus d’identification « en creux », « en négatif » que l’on inflige comme un stigmate et à laquelle on cherche à échapper, si cela est possible.

Notes

1 Th. Bouysse Cassagne, « Être métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dans les Andes des XVIe et XVIIe siècles », p. 20.

2 E. Samama, « Étymologie des métissages », pp. 13-26.

3 J.-P. Zuñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili au XVIIe siècle.

4 Voir B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540