Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Troisième partie. Ambiguïtés religieuses et ambiguïtés sociales

Chapitre VI. Les bigames entre marginalisation et intégration

Texte intégral

  • 1 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de (...)
  • 2 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico, p. 9.
  • 3 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico.

1Les régions minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne constituent tout au long de la période coloniale un vaste espace de mobilité : peu contrôlées et peu fixées, les populations espagnoles, métissées et indiennes parcourent des centaines de kilomètres pour trouver de meilleures conditions d’existence dans les villes minières ou les haciendas prospères. À ce phénomène des « grands espaces » s’ajoute celui de la Frontière : le maillage administratif est faible et ces régions constituent bien souvent de véritables refuges abritant marginalisation et comportements considérés comme déviants. Dans ce contexte de grande liberté de fait, les mobilités géographiques s’accompagnent régulièrement de totales réinventions de soi et le voyage devient alors l’occasion ou est précédé par de profonds changements d’identité. On change ainsi de métier mais aussi de statut racial, de nom et même de conjoint à l’occasion. Lorsqu’il s’agit de populations qui pratiquent surtout le concubinage, de tels comportements passent pour ainsi dire inaperçus et contribuent surtout à alimenter les préjugés concernant la supposée mala vida des populations métissées. D’ailleurs, les premiers cas de bigamie, dès les premiers temps de la colonie au XVIe siècle, concernent essentiellement les Espagnols qui, ayant tenté l’aventure des Indes, décident d’épouser leur compagne en oubliant l’existence du foyer laissé dans la péninsule ibérique1. Toutefois, au XVIIIe siècle, les plèbes urbaines comme rurales paraissent respecter massivement l’institution du mariage. Dès lors, le changement de conjoint devient un crime qui entraîne l’intervention des autorités civiles et de l’Inquisition espagnole si bien qu’en ce qui concerne les castas au XVIII e siècle en Nouvelle-Espagne, les cas de bigamie représentent la majorité des procès menés par l’Inquisition de Mexico. En outre, dans The lives of the bigamists, R. E. Boyer montre que les castas sont devenus au cours du siècle le premier groupe concerné par ces procédures, devant les Espagnols (54 % de castas contre 36,5 % d’Espagnols selon lui, 54 % contre 43,4 % selon Enciso2), ce qui rejoint la tendance démographique générale de Nouvelle-Espagne. Pour le chercheur, cette tendance se révèle précieuse à plusieurs titres. D’un point de vue purement pratique, cela a rendu possible la formation d’un sous-corpus d’une trentaine de cas concernant des castas du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne. À l’instar de l’ensemble portant sur les comportements hétérodoxes traités dans la section précédente, ce sont les archives de Madrid puis celles de Mexico qui ont été sollicitées en priorité. Toutefois, à ce premier effort de compilation s’ajoute le recours au considérable travail dans les archives de Mexico réalisé par R. E. Boyer pour une période s’étendant du début du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle3. La trentaine de cas étudiés dans cette section est le résultat du croisement et de la synthèse de ces données selon différents axes : la période chronologique, la région concernée (il faut que l’individu concerné soit passé par le Centre-Nord à un moment de son histoire personnelle), la calidad (choix des populations métissées, ou des créoles ayant trouvé leur conjoint parmi ces dernières).

2Comme pour toutes les sources d’origine judiciaire, l’intérêt des cas compilés est multiple. Le premier niveau est la succession de véritables « tranches de vie » qui permettent de suivre l’itinéraire personnel des bigames parfois sur plusieurs dizaines d’années. Au fil des témoignages, ce sont les diverses stratégies élaborées par des individus désireux de changer de vie amoureuse, quel qu’en soit le prix potentiel. Mensonges prononcés ou inspirés, changement d’identité, amnésie commode constituent l’arsenal du bigame et le placent dans une délicate et dangereuse situation pouvant basculer à tout moment dans la marginalisation lorsque réalité inventée et ancienne réalité se trouvent soudainement brutalement confrontées. De fait, les procés menés contre les bigames fournissent l’occasion de se pencher en premier lieu sur le quotidien des personnes ordinaires, de suivre leur évolution individuelle, leurs décisions et même par instant leurs pensées comme le souligne R. E. Greenleaf cité par R. E. Boyer :

  • 4 Ibid., p. 7.

Parenté et vie de famille transparaissent à travers l’appareil procédural, et les tendances du discours et des comportements révèlent la culture populaire. Le langage commun des plus humbles dépeignent de vibrantes images des plus bas échelons de la société créole et métisse. Des aperçus de la vie quotidienne, de la dévotion et des distractions émergent des documents4.

  • 5 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de (...)
  • 6 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico, pp. 103-10 (...)

3Il est possible néanmoins d’aller au-delà de la seule reconstitution de la vie quotidienne rendue possible par ces documents et réalisée par R. E. Boyer dans The lives of the bigamists. Encore plus que les cas de superstition ou de sorcellerie, les stratégies mises en place par les bigames ainsi que les discours tenus par les différents protagonistes des affaires traitées permettent en effet de prolonger la réflexion sur les complexes rapports entre intégration et marginalisation des castas dans le cadre des régions minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. La situation même du bigame souligne ce fait : marginal dans la mesure où les secondes noces le placent automatiquement dans la catégorie des délinquants sur le plan religieux — il faut rappeler que la bigamie non seulement bafoue le sacrement du mariage unique et indissoluble, mais qu’elle porte en elle les stigmates d’une éventuelle influence de la polygamie musulmane5 — il, ou elle, présente bien souvent une « vitrine » sans aspérité visible, et participe pleinement à la société coloniale, jusqu’à ce qu’une rencontre fortuite vienne briser le masque. Mieux encore, d’après certains témoignages, c’est une trop grande adhésion au principe du mariage chrétien au XVIIIe siècle qui pousse certains à épouser le compagnon ou la compagne et les placent dans le costume du bigame et du délinquant potentiel, alors que la poursuite d’une existence « dans le péché » aurait pu leur éviter bien des déboires avec la justice inquisitoriale6. Outre l’analyse d’un véritable « jeu de rôle », le corpus regorge de données de nature anthropologique sur le statut des individus, leur mobilité, les liens tissés : c’est le second grand intérêt de ce type de sources. Globalement, deux grands types d’information sont fournis par le dépouillement de ces procès. Le premier concerne le statut des individus : calidad propre, celle du conjoint et métier exercé. Le second type offre une vision plus dynamique dans la mesure où il permet de suivre presque pas après pas les itinéraires suivis par les bigames sur les routes de Nouvelle-Espagne et révèle non seulement une mobilité de grande ampleur, depuis Mexico jusqu’au grand nord de la colonie et les provinces du Texas mais fait apparaître le caractère de véritable plaque tournante des régions minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au cours du XVIIIe siècle.

4La richesse des informations disponibles dans les procès menés contre les bigames est donc réelle. Toutefois, un danger existe : celui de tomber dans la typologie isolée et somme toute peu représentative. Il est certes très intéressant de brosser le portrait des bigames et de recomposer les dynamiques à l’œuvre dans leur entourage et dans leur vie. L’exercice revêt même un double avantage : il permet de mieux connaître et comprendre une catégorie particulière des plèbes urbaines tout en réalisant au fil de l’analyse que ce portrait ne diffère guère de celui des castas et autres plèbes urbaines ou rurales en général. On retrouve les mêmes métiers, les mêmes types de réseau. De fait, l’utilisation de ces procès ne constitue qu’un chemin détourné supplémentaire pour examiner les populations métissées et donne à voir un aperçu des mobilités à l’échelle de la vice-royauté et, au-delà, renforce l’impression de cohérence de l’ensemble régional dans lequel elles évoluent tout au long du XVIIIe siècle. Finalement, seul le véritable « jeu de rôle » pratiqué par les bigames peut leur paraître propre dans la mesure où ils tendent à mettre en place toute une stratégie pour ainsi dire spécifique du mensonge pour parvenir à leurs fins, même s’il est légitime de se demander là aussi si ces comportements ne sont pas parallèles ou même n’entrent pas dans une stratégie plus globale de « débrouille » et d’arrangements visant à améliorer le sort des populations qui y ont recours.

I. — PORTRAIT DU BIGAME ET DE SON ENTOURAGE

5Réaliser le portrait du bigame peut ressembler par maints aspects à une figure imposée et par là quelque peu artificielle. C’est néanmoins un exercice très intéressant à plusieurs titres. L’intérêt est tout d’abord l’accès à une meilleure connaissance de ces individus qui font le pari hautement risqué du remariage. Qui sont-ils ? Quelles sont les catégories sociales les plus touchées par le phénomène ? Le but est de replacer dans leur contexte social ces comportements marginaux et dénoncés en tant que tels sur le plan religieux. Un rapide coup d’œil sur l’ensemble du corpus rassemblé révèle en premier lieu que la bigamie est avant tout un crime masculin : à l’échelle de la Nouvelle Espagne, les femmes représentent en effet seulement 18 % des cas identifiés par R. E. Boyer. Ce déséquilibre s’explique aisément par la plus grande mobilité des hommes, mais aussi par la place plus figée et plus surveillée des femmes dans les sociétés modernes (fig. 41).

FIG. 41. — Genre et bigamie en Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle

  • 7 AHN, Inquisición, 1730, Exp. 12.

6Néanmoins, si l’on considère l’échantillon plus réduit constitué au cours de nos recherches à Madrid et à Mexico, des nuances apparaissent. Contrairement à R. E. Boyer, ce n’est pas un souci d’exhaustivité qui a guidé le choix mais le désir de mieux comprendre les comportements des castas du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne. Une telle option constitue un obstacle à une analyse systématique de la bigamie, certes, mais elle ouvre en même temps la porte à des réflexions plus poussées et détaillées. De fait, si l’on resserre l’objectif pour examiner le cas du Centre-Nord, ou plus précisément, des populations métissées du Centre-Nord, le taux de bigamie « au féminin » augmente pour passer à 28 %. Les bigames restent des hommes en majorité, mais les femmes paraissent jouer un rôle beaucoup plus actif dans le cadre de cette délinquance particulière. Pour éclaircir ce phénomène, il est possible d’avancer un faisceau d’explications d’ordre régional et social. Le moindre contrôle administratif, social et même moral qui caractérise les régions minières du Centre-Nord contribue à créer un cadre favorable à de tels comportements, dans la pratique (il est plus facile de « se faire oublier », voire de changer complètement d’identité) et dans les mentalités (les pesanteurs sociales sont moins prégnantes). En outre, les grandes et nombreuses mobilités propres aux plèbes des villes minières (operarios de minas en premier lieu, mais aussi les conducteurs de mules, les artisans, les ouvriers agricoles) laissent bien souvent des femmes isolées pendant de longs mois, voire des années. Si la plupart subissent les longs déplacements des maris absents, certaines font le pari plus radical et finalement dangereux de la construction d’une nouvelle vie. C’est le cas par exemple de Quitería Basilia Casteñeda qui, lassée des longues absences de son mari, le fait passer pour mort dans le but de contracter un nouveau mariage7. Moins contrôlées et plus délaissées, les femmes du Centre-Nord, du moins en ce qui concerne celles qui appartiennent aux castas, semblent donc plus enclines à défier le tabou de la bigamie au XVIIIe siècle.

7Si l’on considère à nouveau les données plus larges rassemblées par R. E. Boyer dans sa propre étude des bigames, plusieurs faits supplémentaires méritent d’être analysés, notamment sur le plan de la répartition de cette délinquance particulière selon la calidad. À l’échelle de la Nouvelle-Espagne, les cas de bigamie commise par des Espagnols ou des Créoles représentent ainsi un tiers du total pour la première moitié du XVIIIe siècle : les comportements marginaux ne sont pas l’apanage des castas, et les procès menés contre les bigames permettent non seulement de mettre ce fait en lumière mais aussi d’aller plus loin en évoquant un type de délinquance propre aux Espagnols péninsulaires. Certes, les populations métissées restent majoritaires et figurent dans les deux tiers des procès, mais l’existence d’une très forte minorité hispanique (Péninsulaires et Créoles) ouvre des perspectives supplémentaires pour apprécier les complexes relations entre métissage, marginalité et intégration (fig. 42a-b).

FIG. 42. — Castas et bigamie en Nouvelle-Espagne dans la première moitié du XVIIIe siècle

  • 8 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico, p. 9.
  • 9 Voir, pour le cas français, B. Garnot, On n’est point pendu pour être amoureux… La liberté amoureus (...)
  • 10 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de (...)

8De ce point de vue, plusieurs éléments paraissent donc dignes d’intérêt. Le premier est la surreprésentation des péninsulaires dans le corpus, à hauteur de 11 %, bien au-delà de leur part réelle dans la population de la vice-royauté (entre 0 et 1 % de la population de l’intendance de Zacatecas en 1791). Dans ce groupe se retrouvent les Espagnols qui ont tenté l’aventure des Indes en laissant leur famille dans la Péninsule. Tout comme pour les conquistadores des premiers temps de la conquête, l’isolement, les tentations et la construction d’une nouvelle existence à l’autre bout du monde conduisent à de nouvelles unions faisant fi des vœux prononcés auparavant en Espagne. Ce sont ces cas qui permettent de parler d’une bigamie, d’une délinquance même propre aux Espagnols. Il est d’ailleurs important de noter que ce modèle de bigamie est le premier défini et combattu par l’Inquisition dès son installation en Amérique, si bien qu’au XVIe siècle, ce sont les Péninsulaires qui sont le plus représentés dans les procès8. Le second modèle est uniquement américain dans sa localisation et concerne une population bien plus large, depuis les Espagnols péninsulaires jusqu’aux Indiens, en passant par les populations esclaves. Dans ce second type, les populations métissées représentent la grande majorité, ce qui révèle à première vue le non-respect d’un des sacrements de l’Église mais montre aussi de manière assez paradoxale une certaine intériorisation de l’importance du mariage chrétien par ces populations. Si l’image du métissage né de l’illégitimité est des plus pertinentes au XVIe siècle, le XVIIIe siècle dévoile une autre réalité dans la mesure où certains contractent les liens du mariage non pas une fois mais même deux fois au cours de leur existence. C’est là toute l’ambivalence de la bigamie dans le cadre des sociétés modernes9. Véritable sacrilège aux yeux de l’Église et de l’État (les lois de la Couronne espagnole punissent la bigamie très sévèrement avant même que ne soit mise en place l’Inquisition10 ), c’est le crime d’individus peu scrupuleux, prêts à « oublier » de précédents engagements pour obtenir les faveurs de la promise et de la famille, voire capables de mener une double vie parfaitement organisée au gré des déplacements (la bigamie du « coureur »). Mais c’est aussi celui de personnes éloignées de leur région d’origine, coupées de leurs racines, désireuses de refaire leur vie (la bigamie comme mode de divorce), et échafaudant un mensonge élaboré pour pouvoir se (re) marier, le mariage constituant la suite naturelle et obligatoire de la nouvelle relation nouée. C’est enfin le crime imposé par les pesanteurs sociales qui occasionnellement contraignent des concubins à se marier car leur situation choque l’entourage (le prêtre, l’officier supérieur : ceux qui peuvent exercer leur influence) et ne saurait durer (la bigamie de « convention sociale »). L’éventail des situations est considérable et permet ainsi d’examiner la subtilité des rouages sociaux dans la société coloniale mexicaine du XVIIIe siècle.

9Un dernier domaine permet enfin de compléter le portrait du bigame. Les renseignements réunis par les enquêteurs de l’Inquisition sont suffisamment riches pour autoriser l’esquisse d’une étude socioprofessionnelle des individus concernés. On peut d’ailleurs regretter à ce titre que R. E. Boyer n’ait pas choisi de compiler ces détails dans l’immense corpus réuni pour The lives of the bigamists, ce qui explique pourquoi la présente analyse doit se contenter d’un échantillon réduit à 24 personnes et reste donc au simple état d’esquisse, ne pouvant en aucun cas prétendre définir une tendance marquée. Malgré ces limites, quelques éléments peuvent être mis en valeur. Une certaine domination des catégories socioprofessionnelles les plus humbles est indéniable, à hauteur de 80 %, ce qui n’est guère une surprise si l’on rappelle que l’échantillon regroupe les bigames appartenant aux populations métissées dans le Centre-Nord de la Nouvelle Espagne (fig. 43).

FIG. 43. — Castas, bigamie et profession dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle

10Tandis que la graphique ci-dessus permet d’avoir une vue globale des grandes catégories socioprofessionnelles représentées dans l’échantillon, le tableau suivant, quant à lui, entre dans le détail de ces catégories (fig. 44).

11Un regard plus attentif permet d’aller au-delà des grandes catégories. Parmi les métiers recensés se retrouvent en effet trois conducteurs de mules, deux cochers, un soldat, un operario de minas, deux bergers, un bûcheron, des ouvriers agricoles, autant d’activités qui induisent une certaine mobilité, qu’elle soit inhérente, imposée par la nature même du travail ou qu’elle soit provoquée par la recherche d’un emploi. L’artisanat du tissu, que l’on aurait tendance à rattacher aux activités plus stables, est très représenté également, ce qui vient confirmer que la mobilité économique à l’intérieur du Centre-Nord ne se réduit pas aux premiers concernés, les mineurs, mais touche également l’ensemble de la population dépendant de la prospérité des mines. À la suite de ces quelques remarques vient une dernière question, celle du lien entre les deux phénomènes, à savoir la bigamie et l’appartenance à des catégories socioprofessionnelles précises. Il est vrai que les populations du Centre-Nord semblent posséder des caractéristiques (grande mobilité, moindre contrôle social et normatif, moindre intériorisation des tabous socioreligieux de la part des populations les plus humbles) qui favoriseraient le choix de la bigamie, quelles qu’en soient les motivations. Néanmoins, les données sont trop réduites pour pouvoir prétendre à une quelconque affirmation définitive. Une autre manière de considérer la question serait non pas de partir des bigames mais des populations métissées en général, de renverser le point de vue en quelque sorte. Si l’on choisit les castas comme référence de départ dans la réflexion, il apparaît que les bigames issus de cette partie de la société reflètent assez fidèlement les caractéristiques socioéconomiques des populations métissées (majorité appartenant aux plèbes, quelques cas isolés de réussite sociale). De fait, de ce point de vue, le bigame serait un casta comme les autres, du moins avant que sa situation ne soit découverte. La confrontation des deux perspectives permet non seulement de nuancer le propos et d’échapper à une certaine tentation du déterminisme qui établirait un lien trop fort entre bigamie et appartenance socioéconomique mais aussi de retrouver à travers l’exemple précis des bigames l’équilibre délicat et fragile entre faible intégration et marginalisation évoqué plus haut. Fenêtre inestimable ouvrant sur la vie quotidienne des castas et notamment leurs mobilités à l’œuvre au sein du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, l’étude de la bigamie et des bigames permet également de toucher du doigt la question des mécanismes identitaires grâce au véritable jeu de rôle réalisé par certains individus. C’est dans la possibilité d’une étude à deux facettes dépassant la simple anecdote que réside le grand intérêt d’une question très particulière.

FIG. 44. — Castas, bigamie et profession dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle

II. — LA BIGAMIE DANS LE CADRE DE LA MOBILITÉ ET DE LA FUITE EN AVANT

12La grande mobilité des bigames est le premier élément qui saute aux yeux à la lecture des procès, et ce bien souvent dès la page de garde où figurent les circonstances (conjoint, lieu, date) des mariages concomitants. Un examen plus poussé de la narration des différents itinéraires mis en lumière par les enquêtes inquisitoriales permet dans certains cas d’aller plus loin et de suivre pour ainsi dire pas à pas les déplacements du bigame au cours de son existence, depuis sa naissance jusqu’au moment où sa tromperie est découverte par son entourage puis les autorités. C’est ce qui a été réalisé pour trente-deux individus issus du corpus (celui de R. E. Boyer, et celui issu de nos propres travaux). À l’issue de ce travail d’analyse, il est tout d’abord possible de distinguer quatre grands espaces traversés par les bigames, à savoir la région de Mexico et le Sud, le Centre-Ouest, le Centre-Nord, cœur de l’étude, et enfin le Nord ou « Lejano Norte » (fig. 45).

13Ces quatre grandes régions constituent le cadre des mobilités des bigames qui ont séjourné dans le Centre-Nord à un moment de leur vie (période de formation, premier mariage, deuxième mariage, recherche de travail, fuite, etc.). En raison de ce biais, le dispositif qui apparaît dans le tableau ci-contre est volontairement centré sur la région de Zacatecas (fig. 46).

FIG. 45. — Mobilités et bigamie

FIG. 46. — Mobilités et bigamie

  • 11 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15.

14Plusieurs phénomènes peuvent être observés à l’occasion de la reconstitution des mobilités individuelles des trente-deux bigames choisis. La sélection de ces derniers a par ailleurs été réalisée selon un principe simple : la mention explicite d’un séjour ou l’hypothèse implicite d’un passage dans la région du Centre-Nord. Le phénomène le plus frappant est l’apparition d’une zone à l’intérieur de laquelle la majorité des déplacements s’effectue. Si l’on accepte le postulat que les bigames reflètent en grande partie les comportements socioéconomiques des plèbes urbaines dans leur ensemble, la cohérence du Centre-Nord comme véritable région vécue, et non pas seulement comme espace administratif centré autour du corregimiento de Zacatecas, paraît véritablement ressortir des sources. Les déplacements des hommes semblent donc dessiner les limites d’un Centre-Nord étendu structuré par les pôles miniers depuis Guanajuato jusqu’au Chihuahua. À l’intérieur de cet ensemble, les mobilités semblent fréquentes, la plupart du temps motivées par la recherche du travail dans les environs d’un real de mina prospère. C’est ce qui ressort fortement de l’itinéraire de l’Indien Bernardo Carrillo11, originaire de la région de Fresnillo, employé dans un rancho qui a cédé à la fièvre minière provoquée par l’essor de Bolaños comme en témoigne sa première épouse :

  • 12 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, fº 222r.

mon dit époux entreprit d’aller travailler au Real de Bolaños, où nous nous rendîmes, et là, mon dit époux travailla dans une mine, raison pour laquelle il tomba malade, à la suite d’une chute qui le laissa presque dément, et se trouvant dans cet état, et moi-même ayant récemment accouché, pressé par son créancier, le dit don Gregorio Bustillo, mon dit époux quitta le dit Real, de peur qu’on ne veuille l’appréhender, partant comme il partit en culottes blanches12.

  • 13 AGN, Inquisición, 1102, Exp. 01.

15À la suite de ces événements, Bernardo trouve refuge en retrouvant le monde probablement plus rassurant des haciendas dont il est originaire. Outre le passage de la zone de Fresnillo à celle de Bolaños, il convient de noter dans cet itinéraire la porosité entre monde de la ville et monde de la campagne à l’intérieur de cette région du Centre-Nord : une bonanza subite transforme les ouvriers agricoles en operarios de minas et draine les populations sur de grandes distances tandis que le renversement de la conjoncture ou des événements personnels contraires provoquent des migrations professionnelles et géographiques inverses. José Manuel Molina, mulâtre aux activités multiples est un autre exemple de ce type de mobilité entre ville et campagne à l’intérieur du Centre-Nord : originaire de Valparaíso, il part tenter sa chance à Bolaños où il rencontre apparemment le succès, du moins pour un temps13.

  • 14 AGN, Inquisición, 807, Exp. 03.

16De moindre importance, l’ampleur des mobilités, à l’échelle d’une bonne partie de la Nouvelle-Espagne, est également remarquable. Les individus traversant la colonie de part en part et capables de parcourir un millier de kilomètres dans des régions semi-désertiques peu accueillantes à tous points de vue ne sont pas rares. Les distances parcourues en l’espace d’une dizaine d’années par le tailleur métis José Monfil sont à ce titre considérables. Originaire de Mexico, il se marie une première fois dans cette ville en 1714. Trois ans plus tard, il quitte Mexico et sa première épouse Clara. On le retrouve en 1723 dans la région de Zacatecas, au Real de los Asientos plus précisément, où il se marie une seconde fois après être resté au même endroit suffisamment de temps pour être perçu comme célibataire par son nouvel entourage. Plus tard encore, un séjour au Real de Chihuahua est mentionné dans les documents14. Même si José Monfil n’est pas un operario de minas, il semble lui aussi attiré par les possibilités qu’offrent les centres miniers dynamiques, à l’image des deux cas cités précédemment, mais sur une distance supérieure.

  • 15 AGN, Inquisición, 807, Exp. 03, f°s 115-119.

17La fin de la trajectoire de José Monfil, c’est-à-dire son séjour au Real de Chihuahua, nécessite cependant un autre degré d’analyse. Chronologiquement, le départ vers Zacatecas même puis vers le Nord suit l’échec du second mariage, que Monfil explique par la manière dont sa nouvelle belle-famille l’a rejeté15. Originaire de Mexico, coupé de son cercle d’origine, a fortiori à la suite de son second mariage, l’échec de celui-ci le laisse manifestement dans une situation difficile. Comme il n’a plus sa place au Real de los Asientos, il tente sa chance à Zacatecas, ville plus importante puis se dirige vers le Chihuahua, véritable région de Frontière au début du XVIIIe siècle, zone idéale pour « recommencer à zéro » pour ainsi dire. Le trajet de Monfil de Zacatecas au Chihuahua est manifestement une trajectoire de la fuite d’un individu qui semble glisser à la suite de l’échec du second mariage vers un début de marginalisation.

18De fait, même si l’on peut considérer dans une certaine mesure les bigames comme le reflet du groupe social dont ils sont majoritairement issus, il ne faut pas oublier de prendre en compte le caractère délinquant de ces individus qui font fi d’un des sacrements les plus importants du catholicisme. De ce point de vue, les mobilités observées prennent un autre sens et nécessitent un autre cadre d’analyse, celui de la Frontière.

  • 16 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », (...)

En effet, son caractère de frontière offrait au moins deux avantages indiscutables : d’une part, l’éloignement des instances inquisitoriales de la capitale dont l’influence se voyait, nous avons déjà insisté là-dessus, notablement réduite, rendait toujours possible la fuite vers le nord, l’anonymat au bout du monde16 […],

  • 17 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05.
  • 18 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 11.
  • 19 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 11, fº 3.
  • 20 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05, fº 103r.

19écrit S. Alberro lorsqu’elle évoque la région de Zacatecas au XVIIe siècle. De fait, la fuite, c’est-à-dire une tendance à s’éloigner toujours davantage des régions les plus contrôlées pour rejoindre la Frontière et le refuge qu’elle peut constituer pour les individus qui cherchent à échapper à leur sort, à se faire oublier, à trouver des interstices de liberté, apparaît dans de nombreux cas du corpus comme le moteur principal de la mobilité et souvent associée à la bigamie, comme facteur favorable ou comme conséquence. C’est dans ce cadre d’explication qu’entrent les cas de « bigamie au féminin ». L’itinéraire de María Gertrudis Rángel17 ou encore celui de Francisca Bonilla18 sont particulièrement révélateurs à ce titre. Francisca, une couturière espagnole selon les témoignages, est en effet contrainte de quitter Guanajuato, et son premier mari, à la suite d’accusations de sorcellerie en 1713. On la retrouve plus tard des centaines de kilomètres plus au nord mariée à un Indien19. Ici, la fuite a précédé la bigamie, créant des circonstances favorables au franchissement du tabou. Il en est de même pour María Gertrudis, enlevée jeune par son premier mari, avec lequel elle a longtemps vécu en concubinage avant de se marier effectivement, elle fuit et commence à errer dans la Huastèque. Elle finit par se fixer à Fresnillo où elle épouse Miguel Briceño avant de disparaître une dernière fois, probablement tuée par son second mari qui avait appris la nouvelle de son premier mariage20. L’étude des cas de bigamie permet ainsi non seulement de dessiner une esquisse des mobilités courantes de nature essentiellement socio-économique et des liens qu’elles sous-entendent à l’intérieur du Centre-Nord mais aussi d’aborder un autre type de mobilité, révélateur de la dégradation de la situation sociale de l’individu concerné, qu’elle soit volontaire ou subie. Cette fuite en avant s’accompagne bien souvent de changements d’identité, comme en témoignent les nombreux alias retrouvés dans les documents, voire d’une totale réinvention de soi. En raison des peines qui menacent le coupable, la bigamie est un jeu bien dangereux et ceux qui franchissent le pas, par cynisme ou par désir d’accéder à une nouvelle vie, doivent agir en conséquence en mettant en place un véritable jeu de rôle.

III. — BIGAMIE ET JEU DE RÔLE

  • 21 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04.
  • 22 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 519r.
  • 23 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.

20Une grande partie de l’existence du bigame repose en effet sur la tromperie et le mensonge. Celui ou celle qui se rend coupable de ce crime ment bien évidemment sur son statut marital mais pas seulement. Pour faire en sorte que la supercherie dure le plus longtemps possible, le seul mensonge quant au statut marital est insuffisant : il est nécessaire de construire une nouvelle vie fictive suffisamment cohérente pour que le nouvel entourage y adhère au point d’être prêt à témoigner en toute bonne foi du célibat du bigame au moment du second mariage. Nombres de déclarations prononcées par les témoins mentionnent ainsi « qu’aussi loin qu’il/elle se souvienne, X a toujours été célibataire ». En d’autres termes, le bigame, dès son arrivée dans sa nouvelle communauté (village, hacienda, quartier pour les villes plus importantes), a adopté le comportement d’un célibataire, ce qui suppose une rupture totale avec son entourage d’origine pour éviter les rencontres imprévues qui mettent fin à l’illusion. Ce sont d’ailleurs ces retrouvailles fortuites et non désirées avec un ancien ami voire un beau-frère qui bien souvent déclenchent la procédure inquisitoriale : c’est ce qui arrive par exemple à María Castro, partie de la région de Zacatecas pour Mexico et retrouvée par un ami qui assure le transport du courrier entre le Nord et la capitale de la vice-royauté21. Une fois son affranchissement obtenu, cette dernière avait laissé son existence d’esclave mariée à un Indien, operario dans la région de Zacatecas pour celle d’habitante de Mexico et épouse libre d’un cocher du palais, accédant ainsi à une sorte d’aristocratie des plèbes urbaines22. Les retrouvailles inattendues avec un proche issu du passé mettent fin à tout cela de manière brutale : non seulement le secret du premier mariage est dévoilé, ce qui fait d’elle une criminelle, mais les stigmates de son ancien statut d’esclave sont remis au premier plan, détruisant l’image qu’elle avait construite d’elle-même. Dans d’autres cas, le mensonge est nécessaire pour créer le terrain favorable à un nouveau mariage. Ici, le soutien d’un entourage volontairement ou involontairement complice est crucial pour attester le célibat, ou plus souvent, le veuvage, de l’individu. C’est ce que fait Quiteria Basilia Castañeda, épouse délaissée par un mari sans cesse sur les routes lorsqu’elle invente son veuvage grâce à des témoignages de proches assurant avoir appris le décès de l’époux à la suite d’une chute de cheval. Devenue « officiellement » veuve, situation favorisée par l’absence effective du mari, Quiteria est libre de refaire sa vie et de trouver un époux capable de la soutenir23. Le changement d’existence et la réinvention de soi accompagnent donc étroitement la bigamie, que cela soit en la précédant et créant des conditions favorables pour de nouvelles épousailles ou en devenant nécessaire pour rendre possible le remariage.

21De ce point de vue, il n’est pas étonnant de constater que plus d’un tiers des bigames poursuivis par l’Inquisition ont changé de nom au moins une fois au cours de leur existence. Ce phénomène peut tout d’abord s’expliquer de manière très simple en rappelant que la plupart des cas identifiés et étudiés appartiennent aux plèbes urbaines ou rurales, secteur de la société moderne dans lequel les patronymes ne sont pas encore aussi bien fixés qu’au sein des élites (enjeux patrimoniaux moindres, taux conséquent d’illégitimité) (fig. 47).

22Le passage à une analyse plus détaillée et plus qualitative laisse néanmoins entrevoir des modèles d’explication supplémentaires (fig. 48).

Alias

Pas d’alias

Total

47

100

147

39 %

61 %

100 %

FIG. 47. — Utilisation des alias

Fig. 48. — Bigamie et changement d’identité

FIG. 48 suite. — Bigamie et changement d’identité

23Plusieurs éléments intéressants apparaissent lorsque l’on compare les différents utilisateurs d’alias entre eux et que l’on croise les données avec la calidad déclarée par les individus concernés. Avant de poursuivre plus avant, il faut préciser que certains cas d’alias relève plus du manque de précision des informations dont disposent les enquêteurs que d’un véritable désir de changer de nom : le cas d’Andrés ou Juan Andrés Pantaleón peut entrer dans cette catégorie. Ensuite, la première nuance que l’on peut mettre en lumière est une distinction entre les bigames qui changent de nom et ceux qui se font appeler, ou sont désignés, par un surnom. Si le premier cas semble renvoyer à une véritable volonté de changer d’identité de la part de l’individu, le second évoque plutôt l’appartenance aux secteurs les plus humbles de la société qui n’utilisent pas les patronymes de manière systématique, préférant les prénoms ou les surnoms. Si l’on reprend ce que dit B. Lahire sur l’importance du nom dans la construction individuelle, les changements d’identité effectués par les bigames apparaissent véritablement comme des opérations de réinvention de soi :

  • 24 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, p. 34.

Il existe de multiples institutions permanentes, de même que de nombreuses occasions plus éphémères, de célébration de l’unité du soi. À commencer par le « nom propre » qui consacre l’ensemble singularité de la « personne24 »

  • 25 AGN, Inquisición, 964, f°s 1-168.
  • 26 AGN, Inquisición, 807, Exp. 03.
  • 27 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 519r.
  • 28 AGN, Inquisición, 964, f°s 1-168.
  • 29 AGN, Inquisición, 1156, Exp. 13.

24Les surnoms peuvent être inspirés par l’origine géographique (la Xixona25, valladolid26), les liens avec les anciens maîtres (María Castro, ancienne esclave de Juan de Godina, était appelée la Godina dans sa région d’origine27) ou certaines caractéristiques physiques (Buen Rostro28). Dans le cas du créole Miguel de Acosta, également qualifié de métis, l’existence d’un surnom aux consonances indigènes (Zagualtipán29) le place fortement dans la catégorie des « petits-blancs ». Plus intéressante encore est la comparaison des modes de construction des nouvelles identités. En-dehors des situations précédemment décrites, le changement d’identité suit deux grandes modalités de manière assez équilibrée (fig. 49).

  • 30 I. Testón Núñez et R. Sánchez Rubio, « Identidad fingida y migraciones atlánticas (siglos XVI-XVIII (...)

25Dans 28 % des cas, les individus procèdent à un changement que l’on pourrait qualifier de « timide » dans la mesure où ils conservent ce qui constitue la partie la plus personnelle de leur identité, le prénom. Toutefois, dans 33 % des cas, c’est un changement beaucoup plus radical qui est effectué dans la mesure où c’est l’identité complète qui est bouleversée, ce qui sous-entend une véritable réinvention de soi : l’individu abandonne même le prénom qui le désigne et le place dans la société depuis sa naissance30. Ce mouvement est accompagné occasionnellement d’une évolution de la calidad et entre, au même titre que la bigamie d’ailleurs, dans une stratégie plus large de réinvention et de survie. À ce titre, deux exemples de la fin de la période paraissent particulièrement dignes d’intérêt. Le premier cas est celui de María Francisca Covarrubias, de statut coyote, et donc entrant dans le ressort de l’Inquisition, qui change de nom et de statut pour son second mariage en essayant de se faire passer pour une Indienne, espérant sans doute échapper aux inquisiteurs. De même, l’esclave en fuite Francisco de Zárate, originaire de Querétaro, se remarie en se déclarant morisco, statut qui le rapproche en théorie des créoles et l’éloignant des esclaves, sous le nom de Juan de Dios, probablement un des noms le plus répandu statistiquement au sein de populations issues de l’esclavage. La stratégie adoptée par Francisco de Zárate est claire dans son désir de brouiller les pistes pouvant guider à ses origines.

FIG. 49. — Recompositions identitaires

  • 31 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.

26Enfin, certains bigames vont encore plus loin au point d’essayer de se transformer totalement et de « devenir » véritablement le rôle joué. De ce point de vue, l’exemple de María Josefa Pineda Morales est fascinant. Métisse originaire de Zacatecas, fille légitime de Balthasar Pineda, un Espagnol, elle épouse en premières noces un métis nommé Juan Antonio Ramírez. Est-elle lassée de ses absences répétées ? Quelles que soient ses motivations profondes, elle quitte Jerez et disparaît. Elle réapparaît quelques années plus tard dans la région de Celaya, totalement transformée. María est en effet devenue une Indienne. Certes, la langue qu’elle parle, le mexica, apprise auprès de son premier mari, n’est pas celle de Celaya, ce qui fait d’elle une étrangère pour les communautés Otomi. Mais il n’en demeure pas moins que María s’est considérablement éloignée de son groupe d’origine. Pour parfaire sa nouvelle identité, et éviter des recherches potentiellement embarrassantes, elle se déclare de parents inconnus31. La transformation est ici complète. C’est une situation également fascinante dans la mesure où l’on observe une femme dotée d’une situation sociale relativement solide, du moins dans le monde des plèbes urbaines (fille légitime d’Espagnol, mariée à un métis) qui semble choisir volontairement non seulement un déracinement total mais aussi une vie dans un groupe social perçu par la société comme inférieur. Le fait-elle pour favoriser la construction d’une nouvelle vie, le statut d’Indienne lui permettant théoriquement d’échapper aux foudres de l’Inquisition ? Le fait-elle pour échapper à la grande fragilité inhérente au statut de femme isolée, la communauté indienne lui offrant un cadre peut-être plus protecteur que le monde urbain espagnol dont elle est issue ? La teneur des témoignages et des déclarations ne permet malheureusement pas d’éclaircir totalement les motivations qui ont guidé l’étrange itinéraire de María Josefa Pineda Morales.

27À l’instar des autres cas étudiés, cet exemple montre néanmoins l’étendue et la fragilité du jeu de rôle réalisé par certains bigames. Certains, comme Francisco de Zárate utilisent un tel procédé pour lancer une trajectoire qu’ils espèrent ascendante. D’autres, comme María Josefa, semble avoir recours à la transformation pour accompagner une trajectoire visiblement descendante. Tous essaient pour ainsi dire de « donner le change » et de dépasser la fragile et paradoxale situation dans laquelle les place le second mariage. Dans la plupart des cas au-dessus de tout reproche aux yeux de leur nouvel entourage, ils n’en demeurent pas moins des délinquants à partir du moment des secondes noces, et la découverte de leur secret les plonge automatiquement dans la plus grande marginalité, sociale et religieuse. Tous connaissent les risques mais tentent néanmoins leur chance, espérant que la distance mise sur le plan géographique mais aussi identitaire entre leur première vie et eux-mêmes est suffisamment importante. C’est là le grand paradoxe d’une partie des bigames qui cherchent à protéger leur statut et leur place dans la société par maints artifices, statut mis potentiellement en danger par une menace qu’ils ont eux-mêmes créée en se remariant.

  • 32 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de (...)
  • 33 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 5, Exp. 36 et AHN, Inquisición, 1731, Exp. 10.

28Le cas des bigames constitue de fait un observatoire idéal pour s’attaquer à la complexité des plèbes urbaines de Nouvelle-Espagne en suivant plusieurs approches somme toute complémentaires. Le premier angle d’attaque est évidemment celui de la délinquance et de la marginalisation. Le bigame, dès son remariage, est un marginal intérieur dans la mesure où il passe outre les commandements de l’Église et de la société. Il devient un marginal avéré lorsque, à la suite de la découverte, il se retrouve condamné aux peines infâmantes (fouet, port du san benito), aux galères (peine qui se transforme en années de service dans un presidio du Nord au cours du XVIIIe siècle), à la prison ou à l’exil (notamment dans le cas des femmes)32. En outre, la bigamie accompagne bien souvent des itinéraires de fuite et de marginalisation croissante, ce qui permet de suivre non seulement ces parcours parfois désespéré mais aussi l’ensemble des stratégies mises en œuvre par les bigames pour parvenir à leurs fins et maintenir le secret sur leur double vie. Toutefois, si de nombreux bigames peuvent être assimilés à des déclassés ou même plus grossièrement à des « coureurs » qui ne reculent guère devant les transgressions, un nombre non négligeable franchit le pas non pas par volonté de provocation et de transgression mais par désir réel de changer de vie. Ici, les stratégies élaborées ne possèdent pas exactement la même signification et révèlent plutôt des individus cherchant à se fondre le plus possible dans le nouvel entourage social qui les accueille. Ces derniers correspondent au monde du petit artisanat urbain ou rural et voient dans la mobilité géographique la possibilité d’améliorer leur sort. L’espoir d’une vie meilleure dans une région minière dynamique les pousse à laisser une famille derrière eux. La distance, le temps, le hasard des rencontres et la pression sociale font alors leur œuvre et mènent certains individus à la bigamie et à la marginalité potentielle que cette transgression suppose. À ce titre, les exemples du mineur Joseph Patricio et du soldat Juan Antonio Mascareñas sont révélateurs des pressions sociales qui peuvent mener des individus à la bigamie. Le premier, qui avait délaissé sa première épouse, a été dénoncé pour concubinage par le propriétaire de la mine dans laquelle il travaillait tandis que le second a été contraint à épouser sa compagne et, par conséquent, à devenir bigame33. Ce sont ces cas qui autorisent donc à considérer les bigames comme relativement représentatifs des plèbes et des castas dans leur ensemble.

29De fait, si on dépasse la rhétorique manichéenne inhérente aux sources de l’Inquisition, c’est tout un éventail de croyances et de pratiques qui s’offrent aux yeux du chercheur, et la frontière qui sépare le dénoncé du dénonciateur n’est pas aussi franche que ce que l’on peut supposer de prime abord. Les croyances hétérodoxes, et leur dénonciation subséquente, entrent donc pleinement dans le jeu social qui consiste à définir la place de chacun dans la société coloniale. On assiste alors fréquemment à une véritable instrumentalisation de ces croyances et parfois même de l’Inquisition dans le cadre de stratégies fines de survie ou d’ascension sociale. En élaborant ces stratégies ou en cherchant à échapper aux griffes de l’Inquisition, ces individus, castas comme Espagnols, hommes et femmes, ont enfin recours à de véritables réinventions identitaires qu’il est parfois possible de suivre dans le détail — c’est notamment le cas des bigames. La notion même d’identification, et plus encore celle des populations métisses, apparaît donc comme un processus complexe, un bricolage, élaboré par les individus, renforcé par le regard d’autrui au gré des événements et des préjugés.

30De fait, si du point de vue des statistiques socio-économiques ou celui des définitions produites par la société coloniale, il paraît relativement aisé de définir et caractériser les plèbes urbaines, l’analyse de leurs comportements et de leurs actions au jour le jour dévoile une réalité infiniment éclatée. Dès lors, peuton vraiment brosser le portrait des plèbes urbaines ? À la fin de ces trois parties, quelques pistes peuvent être néanmoins fournies. C’est une nébuleuse à la fois définie par le statut socio-économique et la calidad, qui comprend la foule des petits artisans, commerçants, operarios et brassiers mais aussi les vagabonds comme certains possesseurs de modestes offices. Beaucoup subissent le système colonial mais quelques-uns savent l’utiliser à leur avantage, ou le rejettent totalement. Tous sont à la recherche d’opportunités pour améliorer leur sort et sont prêts à élaborer des stratégies de survie ou de progression parfois à double tranchant. Plus qu’une réelle marginalisation c’est finalement une interprétation relativement élastique, mouvante des normes sociales qui semble colorer les différents comportements des uns et des autres. L’hétérogénéité et la plasticité semblent donc être les maîtres mots pour tenter de donner une définition des plèbes urbaines et de leurs comportements dans le Centre-Nord du XVIIIe siècle. Ces deux idées directrices vont structurer le propos de la dernière partie. D’une part, l’hétérogénéité des populations métissées sur le plan social a été ainsi mise en avant pour remettre en cause d’une part la validité d’une société de castes reposant sur la calidad décrite par Á. Rosenblat ou M. Mörner. D’autre part, la plasticité de ces populations, et tout particulièrement la capacité observée depuis longtemps à changer de calidad en fonction des intérêts du moment, ont conduit à questionner l’existence même de l’identité métisse. L’étude de la documentation judiciaire dans la région de Zacatecas laisse cependant penser que le débat n’est pas clos et qu’il est possible de reprendre et de nuancer la discussion à partir de l’analyse des discours tenus devant le juge par les différents protagonistes des affaires étudiées pour mettre en lumière les différentes facettes d’une construction identitaire métisse complexe et nuancée dans laquelle se mêlent regard d’autrui, stratégies individuelles et perception de soi.

Notes

1 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, pp. 47-49.

2 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico, p. 9.

3 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico.

4 Ibid., p. 7.

5 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, p. 49.

6 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico, pp. 103-104.

7 AHN, Inquisición, 1730, Exp. 12.

8 R. E. Boyer, Lives of the bigamists : marriage, family and community in colonial Mexico, p. 9.

9 Voir, pour le cas français, B. Garnot, On n’est point pendu pour être amoureux… La liberté amoureuse au XVIIIe siècle, pp. 100-104.

10 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, pp. 231-232.

11 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15.

12 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, fº 222r.

13 AGN, Inquisición, 1102, Exp. 01.

14 AGN, Inquisición, 807, Exp. 03.

15 AGN, Inquisición, 807, Exp. 03, f°s 115-119.

16 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », p. 162.

17 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05.

18 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 11.

19 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 11, fº 3.

20 AGN, Inquisición, 875, Exp. 05, fº 103r.

21 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04.

22 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 519r.

23 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.

24 B. Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, p. 34.

25 AGN, Inquisición, 964, f°s 1-168.

26 AGN, Inquisición, 807, Exp. 03.

27 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 519r.

28 AGN, Inquisición, 964, f°s 1-168.

29 AGN, Inquisición, 1156, Exp. 13.

30 I. Testón Núñez et R. Sánchez Rubio, « Identidad fingida y migraciones atlánticas (siglos XVI-XVIII) », pp. 87-101.

31 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 43.

32 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México, pp. 231-240.

33 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 5, Exp. 36 et AHN, Inquisición, 1731, Exp. 10.

Table des illustrations

Légende FIG. 41. — Genre et bigamie en Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 42. — Castas et bigamie en Nouvelle-Espagne dans la première moitié du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 43. — Castas, bigamie et profession dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 44. — Castas, bigamie et profession dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende FIG. 45. — Mobilités et bigamie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende FIG. 46. — Mobilités et bigamie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Légende Fig. 48. — Bigamie et changement d’identité
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende FIG. 48 suite. — Bigamie et changement d’identité
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende FIG. 49. — Recompositions identitaires
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/819/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540