Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Troisième partie. Ambiguïtés religieuses et ambiguïtés sociales

Avant-propos

Testo integrale

  • 1 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de (...)

1L’omniprésence de la religion catholique et l’importance de ses codes dans la structuration de la société coloniale ainsi que la défense de son orthodoxie par l’action de l’Inquisition de Mexico poussent à se pencher sur les comportements religieux des castas. Apparaissent dès lors d’autres types de marginalités qui ne suivent pas forcément le même processus de déclassement évoqué dans la première partie. La « délinquance religieuse » qui s’éloigne des normes acceptées de l’orthodoxie catholique tridentine est en effet un autre facteur de marginalisation dont le mécanisme diffère sensiblement de celui décrit pour le processus du déclassement socio-économique. Si l’on considère les procès menés par l’Inquisition de Mexico au cours du XVIIIe siècle, les cas d’hétérodoxie religieuse impliquant les plèbes de Nouvelle-Espagne, castas ou « petits-blancs », concernent surtout le crime de bigamie et celui de superstition. D’autres crimes font l’objet d’enquêtes et de condamnations, mais représentent une part minime du corpus : blasphème, usurpation du statut de prêtre et administration des sacrements. Éducation religieuse insuffisante, poids des croyances traditionnelles voire surnaturelles, volonté affichée de marquer son manque d’adhésion à une doctrine catholique imposée par les élites, coup de colère, poids de la tradition et de la communauté, stratégies dangereuses, bien des raisons viennent expliquer ces manquements à la foi chrétienne et la marginalisation qu’ils supposent : celui qui ne suit pas les règles de la foi commune devient marginal de fait, et les peines infligées par l’Inquisition (coups de fouet, vergüenza pública, stigmatisation devant toute la communauté chrétienne lors de la messe dominicale) viennent, par leur caractère infamant, accroître le phénomène1. De fait, lors de l’analyse de la marginalité religieuse, le regard glisse de manière presque inévitable vers le monde des plèbes urbaines en général. La frontière est en effet bien fine entre la faible intégration et la marginalisation, et dans le cadre des grands espaces peu contrôlés du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, les possibilités d’oubli et de réinvention ouvrent la porte à des allées et venues entre les deux statuts au gré des voyages et opportunités rencontrées. Cette catégorie de procès revêt donc un double intérêt : non seulement ils constituent une introduction à certains comportements déviants à l’œuvre dans la région mais ils sont également et plus largement une fenêtre ouverte sur le fonctionnement quotidien de ces sociétés, leurs mobilités, les liens que les individus parviennent à tisser au cours de leur existence.

Note

1 A. M. García-Molina Riquelme, El régimen de penas y penitencias en el Tribunal de la Inquisición de México.

© Casa de Velázquez, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540