Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Deuxième partie. Des individus à l'affût des moindres opportunités ou l'enjeu des procès au xviiie siècle

Chapitre III. Le poids des particularismes régionaux

Texte intégral

1Lorsque l’on constate la répétition des procès menés par des castas contre des Créoles ou des cas de réussite individuelle identifiés dans les pages précédentes, une question s’impose à l’esprit. Comment expliquer en effet une telle récurrence qui vient contredire la vision monolithique d’un groupe social soumis et marginalisé dans la société coloniale ? Le recours au jeu d’échelle, à une analyse faisant le va-et-vient entre l’échelle individuelle et régionale permet d’établir des liens forts entre la répétition de ces phénomènes et l’existence d’un contexte géographique, économique et social favorable à l’exploitation de fissures, d’opportunités par des individus issus du monde des castas. Le Centre-Nord, monde de la Frontière et des rêves miniers, fournit un contexte idéal pour les aventuriers et les individus entreprenants, plus particulièrement au cours d’un premier XVIIIe siècle riche en opportunités. La menace indienne persistante du début de la période tout comme les difficultés de l’économie minière contribuent ainsi à créer une atmosphère paradoxalement favorable aux entreprises individuelles des castas. À la fin de la période, ce sont surtout les effets de la croissance démographique des populations métissées qui expliquent notamment leur accès aux petits offices publics. Dans l’ensemble, ce sont deux « XVIIIe siècles » qui sont donnés à voir, entre opportunités et fermeture sociale.

I. — CONJONCTURE RÉGIONALE ET APPARITION DES OPPORTUNITÉS

  • 4 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, pp. 26 et 28.

2Le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne est avant tout une région minière qui s’est développée en fonction de l’émergence et du succès des reales de minas comme Zacatecas, Guanajuato, San Luis Potosí pour ne citer que les plus importants. À l’intérieur de ce système, Zacatecas, surnommée la « civilisatrice du Nord4 », a joué, selon Rodolfo Fernández, un rôle essentiel dans la structuration d’un espace aux particularismes bien marqués que sont l’économie minière et la situation de frontière. Cet espace dynamique se trouve façonné et recomposé tout au long de la période coloniale au gré de la découverte de nouveaux gisements, des crises traversées par certains reales de minas, de la poussée vers le Nord opérée par l’effort espagnol de contrôle et colonisation, des attaques indiennes qui viennent ponctuellement et localement menacer voire remettre en cause ce dernier mouvement. Il conjugue ainsi les caractéristiques d’une région de frontière et d’une zone minière, fournissant tout à la fois le refuge recherché par des populations désireuses d’échapper aux normes de la société coloniale et le rêve minier pour un bon nombre d’operarios libres et d’aventuriers. De fait, en raison même du processus de formation suivi par le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, cette région a été plus volontiers associée à la notion de refuge, à une certaine marginalisation, au développement d’une société aventureuse, dont l’administration coloniale et les élites minières se méfient constamment.

3Néanmoins, une série d’exemples d’intégration plus ou moins prononcée, sur le plan économique, social et même politique donne à voir des cas certes rares mais suffisamment significatifs pour mériter une attention particulière. Ces éléments permettent de considérer le Centre-Nord et son impact d’une manière sensiblement différente et incitent à apprécier un espace finalement propice aux opportunités individuelles et à des alliances sociales peu évidentes dans un autre contexte. De ce point de vue, la pression indienne, l’évolution de la conjoncture minière, la domination démographique croissante des populations métissées jouent un rôle important dans la création d’opportunités dont certains individus savent se saisir. Un léger resserrement de l’objectif sur l’individu, sa position sociale et ses comportements dévoile ainsi une autre facette des sociétés minières du Centre-Nord, celle d’un monde des possibles, et d’en retracer à grands traits, la documentation n’autorisant malheureusement pas une analyse plus fine, l’évolution au cours de la période.

L’IMPACT DE LA MENACE INDIENNE AU DÉBUT DU SIÈCLE

  • 5 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600, p. 30.
  • 6 S. Ortelli, Trama de una guerra conveniente. Nueva Vizcaya y la sombra de los apaches (1748-1790).

4Au début de la période considérée, le Centre-Nord est encore une zone de frontière, certes en majorité « pacifiée », mais toutefois sujette à des incursions plus ou moins violentes de populations indiennes non soumises. En outre, si les villes minières les plus importantes comme Zacatecas se sont trouvées rapidement à l’abri de telles attaques, comme le souligne Ph. Powell dans La guerra chichimeca5, la situation décrite pour la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe se retrouve encore au début du XVIIIe siècle. Si l’on s’éloigne encore plus au nord, en Nouvelle-Biscaye, la menace indienne, Apache en l’occurrence, se maintient jusqu’à la fin du siècle6.

  • 7 AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.
  • 8 AGI, Guadalajara, 75.
  • 9 AGI, Guadalajara, 115.

5Cette tension permanente se retrouve dans l’émoi suscité à Zacatecas même par le soulèvement indigène dans la région de San Luis Colotlán, zone fréquemment menacée par l’agitation des populations indiennes et détachée de la Nouvelle-Galice pour former le gouvernement militaire de la « Frontière de Colotlán »7. Cette région constitue en fait une véritable frontière intérieure, héritage du souci espagnol d’assurer la bonne communication entre Zacatecas et Mexico avant tout, et représente une poche qui ne sera véritablement réduite qu’avec la découverte de mines dans le Nayarit8 mais aussi et surtout à Bolaños9 au cours du XVIIIe siècle. Par conséquent, par manque d’une volonté et de moyens militaires suffisants, le Centre-Nord est encore au début de la période étudiée un archipel de zones contrôlées (les reales de minas et les grandes routes) au milieu d’un océan peu connu et peu maîtrisé, du moins jusqu’à ce que de nouvelles découvertes n’entraînent un nouvel effort de colonisation au XVIIIe siècle. Cet environnement dangereux et menaçant, couplé à une démographie marquée par la présence croissante des populations métissées, constitue un creuset idéal pour des recompositions sociales plus ou moins durables (fig. 25).

FIG. 25. — Le soulèvement de 1702 à Colotlán

  • 10 Ibid., fº 5r.
  • 11 Chr. Giudicelli, « El mestizaje en movimiento : guerra y creación identitaria en la guerra tepehuá (...)
  • 12 AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

6De fait, pour reprendre le cas de San Luis Colotlán, en dépit d’un certain éloignement (moins de 150 km au sud-ouest de la ville), Zacatecas et sa population sont impliquées à deux niveaux dans les événements, sur le plan émotionnel tout d’abord — les nouvelles sont affolantes, et les récits des violences abondent — mais aussi sur le plan stratégique et militaire : la situation échappe de telle manière aux autorités de San Luis que le corregidor de Zacatecas, Felipe de Otaduy doit lever une milice pour prêter main forte aux habitants de la région frappée par le soulèvement. C’est un véritable appel aux armes qui est lancé au cours duquel il convoque, sous peine d’une amende de vingt-cinq pesos, « tous les vecinos de cette ville, quels que soient leur état, qualité et condition, âgés de seize ans et plus, et résidant dans la dite ville10 ». La menace indienne semble ici provoquer un véritable resserrement de la société locale selon un modèle différent de celui décrit par Chr. Giudicelli lors de la révolte des Tepehuanes au XVIIe siècle. Dans ce cas précis, la révolte indigène a entraîné un phénomène de méfiance accrue envers les métis — individus de l’entre-deux — accusés d’agir en véritables « agents doubles », susceptibles de mettre leur connaissance du monde colonial au service des révoltés11. Dans le cas du soulèvement de Colotlán, comme l’indique l’appel aux armes formulé par le corregidor, c’est l’ensemble de la population masculine — Espagnols, castas, Indiens ladinos — de la ville qui est ici appelée à se battre, ou du moins convoquée pour une revue d’effectif. Les nouvelles du soulèvement ne semblent pas provoquer de divisions mais plutôt un certain resserrement de la société locale dans une logique de solidarité défensive. Dans cette reconfiguration qui oppose le monde de la ville hispanisé dans son ensemble et le monde des tribus indiennes insoumises de la Frontière de Colotlán, les populations métissées ne paraissent pas susciter de rejet ou de méfiance et doivent participer à la défense de la région comme le reste de la société. La liste réalisée à la suite de l’appel du corregidor fait ainsi mention non seulement des métis et des mulâtres qui sont recensés mais aussi des armes qu’ils apportent avec eux12, signe que les exigences maintes fois répétées des autorités péninsulaires en matière de port d’armes ne trouvent guère d’écho dans une région menacée par les soulèvements indigènes. On trouve ainsi dans la liste tout un groupe de castas armés de manière plus ou moins complète (fig. 26).

  • 13 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 03, Exp. 29.
  • 14 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 04, Exp. 01.
  • 15 AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

7Dans l’échantillon présenté dans le tableau ci-dessous, si certains castas se rendent à l’appel dépourvus d’armes (ce qui représente la situation la plus conforme à la volonté législative), la plupart se présentent bien armés, et même, dans le cas du métis Felipe Rodríguez, équipés d’une épée, arme honorifique traditionnellement monopolisée par les Espagnols. Les démarches effectuées par une mère mulâtresse pour obtenir le droit de porter l’épée pour ses trois fils, enfants illégitimes d’un Espagnol13 ou encore le cas d’un operario mulâtre arrêté en 1710 pour avoir porté « un pedazo de espada14 » sous-entendent bien le caractère honorifique attaché à cette arme. Il est d’ailleurs intéressant de noter que lors de la convocation de 1702, deux des trois fils (Mateo et Cristóbal) se présentent munis d’une épée, alors que les démarches maternelles n’aboutissent qu’en 171015. Il faut tout de même préciser que la part des castas est infime sur le plan statistique. Plus précisément, les précisions portant sur le statut socio-racial sont extrêmement rares en général, ce qui conduit à des interprétations très différentes. On peut prendre d’une part la liste au pied de la lettre, et considérer que les castas ne participent que de manière très limitée à l’effort de défense, vision peu satisfaisante si l’on prend en compte l’importance démographique de ces populations dès le début du XVIIIe siècle : il est difficile d’imaginer un appel aux armes oubliant plus de la moitié de la population. On peut imaginer à l’inverse que les circonstances particulières du recensement n’exigent pas une grande précision sur le plan socio-racial : ce qui importe, compte-tenu de l’urgence, ce sont les effectifs et les armes disponibles, et non pas la calidad de chacun. Enfin, si l’on reprend les termes du corregidor, c’est la population masculine de Zacatecas qui est convoquée, quels que soient les statuts respectifs, pour défendre une région voisine contre un violent soulèvement indigène : l’apparition d’un ennemi commun conduirait à une reconfiguration temporaire des frontières sociales traditionnelles.

Nom

Calidad

Armes

Miguel Flores

Mulâtre libre

Sin armas

Joseph Caro

Mulâtre libre

Sin armas

Pascual Flores

Métis

Sin armas

Juan Calderón

Mulâtre libre

Sin armas

Felipe Rodríguez

Métis

Con espada

Ignacio de Arana

Mulâtre libre

Con todas armas

Francisco Durán

Métis

Con todas armas

Juan de León

Coyote

Con todas armas

Vicente del Hierro

Castizo

Con todas armas

Juan Duran

Métis

Con todas armas

Miguel Flores

Métis

Con todas armas

Joseph de Herrera

Métis

Con todas armas

FIG. 26. — Castas et port d’arme lors du soulèvement de 1702 à San Luis Colotlán

  • 16 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 1.
  • 17 D. Roche, (2010) Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 363.
  • 18 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 2.

8L’attitude du mulâtre libre Salvador de Guzman en 1693 semble confirmer cette impression. Originaire de la juridiction de Ramos, ce dernier, rendu inquiet par un nouveau soulèvement chichimèque dans la région, décide en effet d’arrêter un Indien qu’il suspecte d’être un espion et de le mener aux autorités de Zacatecas16. Cette décision le place de manière très forte du côté espagnol : ici encore, la menace indienne semble resserrer les liens de la société coloniale non indigène et être perçue comme une menace commune. Le comportement de Salvador est d’autant plus marquant qu’il est lui-même marié à une indienne (probablement ladina). Si l’on prend ce dernier élément en compte, il apparaît que les révoltes indiennes contribuent à intégrer ponctuellement les castas au groupe espagnol dans le cadre d’une stratégie de survie commune. Non seulement le mulâtre suit la procédure officielle en s’adressant aux autorités, mais il adopte également les préjugés des élites à l’égard d’individus errant sur les chemins de la région. Le regard qu’il porte sur l’Indien qu’il arrête est ainsi à la fois l’expression de la méfiance traditionnelle que tout groupe éprouve à l’égard du « forain » dans les sociétés modernes et de la peur que suscite l’« Indio bravo » toujours insoumis au début du XVIIIe siècle. Pour le contexte européen, D. Roche écrit à ce titre que « [c] eux qui viennent d’ailleurs en temps ordinaire — bannis, pauvres, vagabonds, brigands, inconnus — sont aux yeux des sédentaires exclus de la communauté, et l’exclusion entraîne à son tour la fuite pour échapper aux larges mailles du filet de la justice et de la police17. » Un tel regard est lourd de sous-entendus très intéressants pour analyser la manière dont Salvador se situe dans la société coloniale : la méfiance à l’égard de l’étranger semble ainsi montrer qu’il a tendance à se considérer comme appartenant au groupe du monde urbain hispanisé tandis que le réflexe de peur qui le pousse à dénoncer traduit l’idée que sa sécurité passe par un rapprochement plus ou moins ponctuel avec cet univers espagnol. Pour finir, la conclusion de l’affaire révèle à quel point Salvador a pu intégrer les préjugés dominants au point de les plaquer sur la situation très banale d’un simple vagabond en rupture avec sa communauté d’origine et errant entre les différents reales de minas de la région (Sombrerete, Parral) et au-delà (Mexico) pour tenter sa chance18. À l’image d’une administration créole prompte à cataloguer et à dénoncer à partir des apparences et de constructions mentales vivaces, le mulâtre a voulu voir un espion là où il n’y avait qu’un simple vagabond, poussé par un ensemble de préjugés bien intériorisés et par le contexte menaçant de la toute fin du XVIIe siècle.

  • 19 Voir la section Indios dans les AHEZ.

9Les caractéristiques attachées à une société de frontière, la réalité ou même le sentiment d’un danger plus ou moins latent selon les périodes, contribuent donc à créer un espace au sein duquel les populations métissées ont tendance à se rapprocher individuellement et collectivement du groupe espagnol sur le plan symbolique — adoption de certains préjugés — et matériel — participation active et armée à la défense de la société locale contre les attaques indiennes. Ces comportements, et l’acceptation espagnole qui semble y répondre, montrent enfin que les tensions sociales, aussi réelles soient-elles, ne sont pas suffisamment aiguës pour pousser les castas dans le camp du soulèvement : la documentation de la période évoque surtout la pression indienne et ne parle pas vraiment de danger métis. De fait, les échos du soulèvement de 1692 à Mexico apparaissent bien lointain tandis que la révolte indienne de Colotlán touche une région immédiatement voisine de la zone de Zacatecas : il est naturel d’être plus effrayé par le danger le plus proche, c’est du moins ce qui ressort de la documentation locale du tout début de la période19. Les opportunités offertes par l’économie minière ou les possibilités de participer, même de manière très modeste, à l’administration locale peuvent expliquer une certaine adhésion et intégration à la société coloniale, du moins dans la première partie du XVIIIe siècle.

OSCILLATIONS DE LA CONJONCTURE MINIÈRE ET CRÉATION D’OPPORTUNITÉ : LA PREMIÈRE MOITIÉ DU SIÈCLE

  • 20 G. Cubillo Moreno, Los dominios de la plata. El precio del auge, el peso del poder. Empresarios y (...)
  • 21 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)

10Le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, sur le plan de l’économie minière, a connu un développement bien différent des mines du cœur de la colonie comme Taxco ou du grand centre du Potosí au Pérou. Contrairement à ces dernières installations qui pouvaient exploiter une population environnante sédentaire par la mise en place du travail forcé (repartimiento en Nouvelle-Espagne20 et mita au Pérou), les reales de minas du Centre-Nord ont été construits dans des régions quasi désertes, occupées par des populations indiennes peu sédentarisées21 : comme le soulignent, parmi d’autres, R. Garner ou P. Bakewell, il fut donc nécessaire de créer un autre système pour attirer et conserver la main d’œuvre.

  • 22 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)

Parce que les mineurs du Nord ne disposaient pas d’un accès aux grandes communautés indigènes des régions centrales, lieu probable du boom minier majeur de la fin du XVIe siècle, ils durent trouver d’autres moyens (esclavage, salariat, peonaje) pour attirer les travailleurs dans leurs installations. Si le Nord du Mexique, où le peuplement était faible et éparpillé, avait donné naissance à un « Potosí », la colonie aurait probablement mis en place un système de travail forcé. Lorsque l’industrie minière migra du Centre vers le Nord, une main d’œuvre importante était déjà en place. Bien qu’il ne fût pas répandu dans les reales du Nord, le repartimiento représenta parfois jusqu’à un tiers des ouvriers à Zacatecas, qui était devenue le premier centre minier de la colonie22.

  • 23 Ibid.
  • 24 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, fº 222.

11Les caractéristiques régionales (population peu dense et mobile, éparpillement des centres miniers, environnement dangereux) ont ainsi contribué à façonner des sociétés minières bien particulières, reposant sur une main d’œuvre libre, recevant des salaires attractifs (grâce à l’ajout de la pepena), pouvant partir à la poursuite du rêve minier et changer de real de mina pour de meilleurs salaires ou même pour posséder sa propre mine. Ainsi, au milieu du XVIIe siècle, « de nombreux métis et mulâtres, qui étaient souvent des ouvriers qualifiés, émigrèrent à Parral car leurs capacités leur permettaient de prétendre à un meilleur salaire là-bas qu’à Zacatecas23. » Cette liberté de mouvement est une première manière pour les castas les plus aventureux d’opérer des tentatives d’ascension socioéconomique et d’entretenir le rêve d’une vie meilleure. C’est ainsi que l’on voit de véritables flux de main d’œuvre apparaître lors des moments de basculement de la conjoncture entre les reales de minas en crise et ceux qui entrent dans une phase de prospérité. Ce sont donc les moments de découverte de nouveaux gisements et plus généralement de bonanza qui créent des perspectives intéressantes pour les individus à la recherche d’une meilleure rémunération. C’est ainsi que Bernardo Carrillo quitte l’hacienda où il travaillait jusque là pour les mines de Bolaños nouvellement découvertes à la recherche du rêve minier24. Toutefois, la lecture des sources judiciaires et notariales locales dévoile un autre aspect, plus inattendu, de l’aventure minière en donnant à voir des castas, métis, Indiens ou mulâtres, qui parviennent à devenir ponctuellement propriétaires d’une mine. Le tableau qui suit permet non seulement d’identifier ces individus mais aussi de détailler les conditions qui ont accompagné l’acquisition de quelques barras de minas (fig. 27).

12Ces entreprises très individuelles, pas forcément couronnées de succès à long terme mais dont l’existence même laisse entrevoir les interstices dans lesquelles certaines personnes parviennent à s’infiltrer, suivent une chronologie propre, en décalage plus ou moins net avec les moments de prospérité qui apparaissent dans le graphique (fig. 28).

Nom

Calidad

Date

Action

Felipe Ramírez

Mulâtre

1701

Possession

Felipe de Jaramillo

Indien ladino

1701

Divers

Agustín Mejía

Métis

1704

Divers

Lázaro de Escobedo

Mulâtre

1708-1709

Vente

Tomás de Valvierra

Mulâtre

1708-1709

Don

José de la Cruz

Indien

1714

Divers

Pedro Garcia

Indien ladino

1716

Denuncio

José de la Cruz

Indien

1717

Litige

Tomás de Córdoba

Métis

1723

Vente

Domingo Benítez

Mulâtre

1729

Vente (à un métis)

Felipe de Santiago et Juan Miguel Flores

Mulâtres

1734

Don

Manuel González

Mulâtre

1736

Don (à un mulâtre)

Manuel González

Mulâtre

1736

Vente

Juan García de los Santos

Indien ladino

1739

Don

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1742-1743

Litige

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1742

Don

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1743

Denuncio

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1743-1744

Comptes

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1745

Litige

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1745

Don

Francisco de Atilano

Indien

1745

Don

Ambrosio de Silva

Mulâtre

1749

Don

Joseph González

Operario y dueño

1759

Don

Antonio de Torres

Mulâtre

1778

Litige

FIG. 27. — Castas et aventure minière au cours du XVIIIe siècle à Zacatecas

FIG. 28. — Évolution de la production à Zacatecas au XVIIIe siècle (en marcs). Graphique réalisé à partir du tableau présenté par Fr. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, p. 58.

  • 25 D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », pp. 66 (...)
  • 26 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)
  • 27 AGI, Guadalajara, 117. Dans le cas du Real de los Asientos, la découverte, fruit du hasard, est ré (...)
  • 28 AGI, Guadalajara, 75, fº 2.

13La plupart des cas de castas propriétaires de mines recensés dans les sources judiciaires et notariales se concentrent sur le plan chronologique à un moment, la première moitié du XVIIIe siècle, qui précède la renaissance des mines zacatecanas analysée en 1970 par D. Brading25 et qui correspond à une période marquée par la succession rapide de crise (1690-1710), de récupération (1710-1725) et de crise plus profonde encore (1725-1760)26. Ordinairement, les populations les plus humbles parviennent plutôt à participer au commerce des mines dans les premiers temps de la découverte. Celle-ci, qu’elle soit fortuite27 ou recherchée activement, donne le droit de propriété à son découvreur quel que soit son statut comme le rappellent les ordres envoyés au vice-roi de Nouvelle-Espagne au sujet du développement d’un gisement dans le Nayarit : « en ce qui concerne l’avancement et le développement des mines, il ne [faut] pas porter préjudice aux Indiens qui ont découvert la mine principale et au droit qui leur est accordé28. » Au-delà de la découverte elle-même, dans les premiers temps, les entrepreneurs espagnols, créoles ou péninsulaires, laissent en général une marge de manœuvre relativement importante aux castas pour constater la richesse véritable du gisement et estimer si l’investissement est judicieux ou non comme le signale un membre de l’administration à la toute fin du XVIIIe siècle :

  • 29 AGI, México, 2247, f°s 3v-4r.

Les découvertes les plus importantes et utiles de riches mines ont été et sont réalisées par des Indiens, des mulâtres ou des gens misérables, parce que seule cette classe de gens peut vaincre les broussailles et grimper sur les montagnes les plus hautes, impénétrables et accidentées dans lesquelles elles se trouvent. Ce sont eux qui y fondent leurs maisons et pour cela, ils ont besoin de la poudre, de l’acier et du fer qui sont les premiers outils pour accomplir leur travail. Pour assumer les frais plus importants générés par les excavations, qui deviennent plus importantes en fonction des approfondissements nécessaires pour suivre la veine et former les plans, ce sont eux qui, par la suite, doivent recourir à d’autres personnes qui, en général, n’appartiennent pas au groupe des plus riches et aisés parce que ceux-ci ne veulent pas placer leur argent au hasard, mais plutôt des gens du commun ou qui vivent de cette industrie et surprennent d’autres personnes imprudentes mais ambitieuses29.

  • 30 AGI, México, 2245, fº 4r.
  • 31 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1744.
  • 32 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 07, Exp. 22, fº 13v.
  • 33 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 28, Exp. 23.

14Cette période propice aux aventuriers qui la plupart du temps exploitent leur propre mine prend généralement fin lorsque les investisseurs, assurés de la viabilité et de l’intérêt du gisement, font leur apparition et mettent en place un système d’exploitation plus classique laissant peu de place aux initiatives individuelles : c’est le sens des démarches effectuées contre les Indiens Manuel de la Garza et Juan Antonio López qui « exploitaient la mine de la Concepción sans règle30 » et qui se voient contraints de la céder à des dueños de minas plus « capables ». Les temps incertains, de découverte ou, plus tard, de crise, fourniraient de cette manière des opportunités aux aventuriers métis, Indiens ou mulâtres tandis que les moments de prospérité produiraient la situation paradoxale d’une amélioration du sort du groupe (il y a plus de travail) accompagnée d’une réduction des opportunités individuelles (il devient plus difficile de tenter sa chance). Le marasme qui touche des mines zacatecanas inondées pour la plupart au milieu du XVIIIe siècle engendre en fait une situation assez similaire au moment de la découverte : le désintérêt des grands mineurs espagnols pour une entreprise devenue bien moins rentable qu’aux grandes heures du XVIe et du XVIIe siècle crée un espace de manœuvre dont savent profiter d’habiles individus issus des plèbes urbaines. En effet, plutôt que se lancer dans le gouffre financier dépourvu de retombées immédiates que constitue l’opération de drainage, les dueños de minas laissent leurs mines à l’abandon au grand dam de la Couronne qui tente de relancer l’économie minière locale en alternant injonctions et encouragements fiscaux comme en témoignent les consignes envoyées par le vice-roi au corregidor de Zacatecas en 174431. Si la situation n’est guère profitable pour les propriétaires de mines qui ne peuvent pas espérer un rapide retour sur investissement, pour la Couronne qui voit fondre ses ressources fiscales et pour la population en général touchée par le ralentissement général de l’activité et le chômage, elle fournit toutefois un cadre favorable pour un personnage comme Ambrosio de Silva, mulâtre, qui participe pleinement au commerce des mines dans les années 1740 (il est alors âgé d’une quarantaine d’années et a appris à signer, ce qui peut traduire un certain degré d’alphabétisation qui le distingue de la grande majorité des plèbes urbaines32). Ses multiples tentatives ne sont pas forcément couronnées de succès, comme en témoignent les trois cents pesos dont il doit s’acquitter à la suite d’un procès perdu contre Diego de los Ríos en 1745 au sujet de l’exploitation illégale de la mine El Carmen (le litige en question débute en 1742)33. Ces mésaventures ne le découragent pas pour autant et il continue pendant quelques années à participer aux affaires minières, se tenant à l’affût de la moindre occasion pour pratiquer un denuncio. C’est ainsi qu’il peut céder en 1749 seize barras de minas qu’il a obtenues quelques temps auparavant à la suite d’un denuncio réussi. Les entreprises d’Ambrosio de Silva semblent lui attirer au final plus d’ennuis qu’un véritable enrichissement. Sur le plan purement comptable, il n’opère pas vraiment d’ascension sociale, et reste un « gagne-petit » qui se contente des miettes d’une économie minière en piètre état. Sur le plan symbolique toutefois, il apparaît de manière ponctuelle et répétée comme le partenaire d’investisseurs blancs et parvient brièvement à se hisser à leur hauteur en participant aux échanges d’une activité ordinairement et traditionnellement monopolisée par les Espagnols, quittant de la sorte la place dévolue aux castas, celle d’operario, pour devenir fût-ce un instant un dueño de minas.

  • 34 D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », pp. 66 (...)

15La « renaissance de Zacatecas » initiée par les opérations fructueuses de José de la Borda34, marque en revanche la fin de ce type d’aventures : c’est à nouveau le temps des grands investisseurs, le retour d’une prospérité qui attire les mineurs mais ferme la porte aux opportunités individuelles. Les rythmes cycliques de l’économie minière permettent donc la création d’espaces de mobilités dont certains individus parviennent à profiter avec plus ou moins de succès, à l’image d’un Ambrosio de Silva. Ce type de comportements exprime un degré supplémentaire d’intégration, qui dépasse la simple adhésion aux normes sociales des élites dans un contexte menaçant, signe de la capacité de castas à utiliser les interstices socio-économiques à leur avantage. D’autres castas parviennent néanmoins à aller plus loin, jusqu’à se glisser dans les rouages de l’administration coloniale elle-même, signe le plus achevé du processus d’intégration suivi par ces hommes.

LE RÔLE DE LA DÉMOGRAPHIE

  • 35 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)
  • 36 « Livre VII, titre V, loi XIV », dans Recopilación de las Leyes de los Reynos de las Indias, Madri (...)
  • 37 AGI, Audiencia de Guadalajara, 232/1692/Libro 7 fº 138.
  • 38 AGI, Audiencia de Guadalajara, 232/1696/Libro 7 fº 258 v.
  • 39 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)

16Une autre marque des possibilités d’intégration qui s’offrent, toujours sur le plan individuel, aux populations métissées dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne est en effet l’accès à certains offices subalternes. Certes, les charges les plus importantes restent la chasse gardée des Espagnols, péninsulaires et créoles, mais il n’est pas rare de voir des castas dotés d’une part même infime de l’autorité publique. Le fait divers de janvier 1709, affaire déjà évoquée dans la partie précédente dans cette partie35, permet de mener une analyse détaillée à partir du cas d’un des protagonistes, Hernando Briceño, et de donner à voir, notamment grâce à un emprunt à l’analyse des réseaux personnels, les nombreuses implications juridiques et sociales qui se dissimulent derrière l’accès aux offices publics. Hernando Briceño père, un métis, possède en effet la charge officielle de comisario del campo et semble devoir assurer un travail de police dans les environs de Zacatecas. Or, le droit des castas à porter les armes a été restreint dès le XVIe siècle comme le montre cette loi de la Recopilación de las leyes de los Reinos de las Indias qui interdit ce droit aux mulâtres et aux zambos et le réduit pour les métis (ces derniers peuvent avoir des armes sauf s’ils sont des vagabonds36). Au XVIIe siècle, deux cédules* royales, la première datée du 30 décembre 1692 et la seconde du 6 juin 1696, adressées au président de l’Audience de Guadalajara réaffirment fortement ces interdictions. La première rappelle ainsi le président à l’ordre et lui intime de faire respecter les « ordres et lois qui interdisent aux Indiens, métis, noirs et mulâtres de porter des armes37 ». Quatre ans plus tard, la seconde cédule royale reproche au président de l’Audience un certain laxisme en la matière et les permissions qu’il a accordées à certains mulâtres38. Malgré cela, cet homme est titulaire en 1709 d’une charge qui suppose, par essence, le port d’armes et paraît jouir d’un statut relativement important en ce qui concerne le maintien de l’ordre : c’est lui qui mène le groupe censé capturer les trois voleurs et qui procède aux différents interrogatoires ainsi qu’à la fouille de leur repaire39.

17Sur le plan social, Hernando paraît en mesure de convoquer non seulement les membres de la famille proche — son frère Bartolomé, son fils Hernando el Mozo — mais aussi les serviteurs ou employés de son frère — l’Indien Juan de Santiago, pour tout dire, d’agir en chef de famille. Pour les autres membres du groupe, il est possible de penser qu’en raison de sa charge, Hernando jouit d’une relative position de notable et d’un certain prestige au sein de la société locale et qu’il lui est par conséquent aisé de convoquer des hommes pour mener une telle opération. Ainsi, sa position le porterait occasionnellement à la tête d’un réseau de solidarité qu’il peut mobiliser pour accomplir sa tâche comme le résume la figure 29.

FIG. 29. — Réseau personnel d’Hernando Briceño

  • 40 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 3, Exp. 24.
  • 41 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 3, Exp. 24, fº 6.
  • 42 « Livre VII, titre V, loi XIV », dans Recopilación de las Leyes de los Reynos de las Indias, Madri (...)

18Toute la famille ne semble cependant pas avoir connu la même réussite concrétisée par l’accès à une part de l’autorité publique. Une affaire de vol de mules en 170740 révèle en effet le caractère « intermédiaire » de cette famille, elle-même à cheval entre marginalisation et intégration, à l’instar des populations métissées dans leur ensemble. Deux de ses membres, Juan et Antonio, qui n’apparaissent pas en 1709, sont accusés du vol de ces mules et de leur revente frauduleuse à Marcos Pérez. Cet exemple montre que le processus d’intégration est bel et bien individuel : l’itinéraire d’Hernando n’est pas forcément suivi par le reste de la famille. Hernando apparaît enfin en position de conciliateur : il propose de payer lui-même le dommage apparemment causé par ses neveux en remboursant les bêtes volées. Cette proposition indique une position socio-économique confortable mais aussi un véritable poids social qui lui permet d’adopter une position d’arbitre41. L’affaire de 1707 comme celle de 1709 montre qu’Hernando Briceño possède des caractéristiques qui font de lui un petit cacique local, et ce bien qu’il appartienne, au regard de la loi, au groupe des castas. Cette situation, bien particulière à première vue, peut s’expliquer en proposant plusieurs pistes de réflexion. Tout d’abord, les métis, et surtout ceux de père Espagnol, bénéficient d’un statut à part au sein des castas, surtout lorsqu’ils sont de naissance légitime : la législation coloniale leur réserve bien souvent à ce titre une place particulière qui les distingue du reste des populations métissées. Ainsi, dans la Recopilación de las leyes de los Reynos de las Indias, l’interdiction du port d’armes touche l’ensemble des castas à l’exception des métis qui peuvent posséder et porter des armes à condition de ne pas être des vagabonds42. En raison d’un regard moins péjoratif, les métis rencontrent ainsi moins d’obstacles dans leur processus d’intégration et d’ascension sociale que les mulâtres qui restent marqués « à jamais » par la tache infamante de l’esclavage. En outre, les métis légitimes ou légitimés de père Espagnol peuvent bénéficier, hériter de l’éventuelle influence de la famille paternelle, de son réseau de connaissances et de solidarités : cela est peut-être le cas pour Hernando Briceño père.

19Le cas Briceño n’est toutefois pas unique et différents exemples similaires ont pu être identifiés dans la documentation (fig. 30), sans atteindre malheureusement le niveau de précision et de détail offert par le récit des événements de janvier 1709. Il ressort tout de même de la documentation que des castas, métis ou même mulâtres, pouvaient accéder à des offices inférieurs et donc détenir une part de l’autorité publique aussi infime soit-elle.

20La liste est réduite (moins de vingt cas), surtout lorsque l’on prend l’ensemble du XVIIIe siècle en compte, ce qui interdit toute généralisation. Elle n’est toutefois pas simplement anecdotique et il est possible d’esquisser certaines tendances intéressantes. Il faut d’abord noter que non seulement les métis mais aussi les mulâtres peuvent avoir accès aux charges subalternes : il n’y aurait donc pas d’exception « métisse » au sein des castas en matière de port d’arme ou de représentation de l’autorité comme le cas d’Hernando Briceño pouvait le laisser initialement supposer. Sur le plan chronologique ensuite, le rythme suit une ligne bien particulière. La majorité des exemples est réunie en effet à la toute fin de la période, entre 1780 et 1810 (onze cas sur dix-huit), décennies qui correspondent paradoxalement à un moment de fermeture sociale et de contrôle accru des populations métissées si l’on en croit la documentation judiciaire, civile comme pénale. De même, si l’on se place sur le plan socio-économique, la fin du XVIIIe siècle ne constitue pas la période la plus favorable aux entreprises des castas, notamment dans le domaine des mines repris en main par les élites espagnoles lors de la « renaissance » de l’industrie minière zacatecana. Comment alors expliquer une telle évolution sur le plan administratif ? Dans le cas du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au cours d’un long XVIIIe siècle, la réponse semble se trouver dans la démographie et la part croissante occupée dans la population par les castas.

FIG. 30. — Castas et offices publics dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle

  • 43 M. Carmagnani, « Demografía y sociedad, la estructura social de los centros mineros del Norte de M (...)

21L’étude de la démographie de San Luis Potosi et de Charcas réalisée par Marcello Carmagnani, décrit ainsi la place croissante occupée par les métis et les mulâtres au cours du XVIIe siècle : pour la décennie 1700-1709, les métis représentent 16,8 % du total des baptêmes, les mulâtres 10,3 % et les Espagnols 14,6 %, et, pour la décennie 1710-1719, ces pourcentages s’élèvent respectivement à 21,4 %, 10,1 % et 13 %43. Dans ces régions minières, le nombre des castas est donc presque deux fois supérieur à celui des Espagnols (27,1 % contre 14,6 % entre 1700 et 1709 ; 31,5 % contre 13 % entre 1710 et 1719) et, si l’on se réfère aux chiffres du début du siècle, l’écart a même tendance à s’accroître. Le mouvement se poursuit au cours de la période comme le montre le recensement de l’intendance de Zacatecas en 1790 (fig. 31). Les catégories ne sont pas les mêmes que celles reprises par Carmagnani, mais on note tout de même que le groupe « Mulâtres — Otras Castas » représente près de 50 % de la population de l’intendance. Comme l’étiquette « Métis » n’apparaît pas, il est également légitime de supposer que ces derniers se répartissent entre les groupes espagnols et indiens en fonction de la qualité de leur insertion sociale.

FIG. 31. — Démographie et calidad dans l’intendance de Zacatecas en 1790

  • 44 Y. Aguila, Monopoles d’État et changements sociaux dans le Mexique des Bourbons, 1765-1810.
  • 45 S. Socolow, « Introduction », p. 5.

22Dès lors, il n’est pas surprenant de trouver, dans la région de Zacatecas, des métis ou des mulâtres possesseurs d’offices inférieurs, occupant une place plutôt dévolue aux « petits blancs » dans des régions où le poids démographique des Espagnols est plus important (comme dans la région de Mexico par exemple) : dans cette perspective, il apparaît que ce déséquilibre crée des espaces de mobilité pour les castas voire de véritables opportunités individuelles que certains hommes comme Hernando Briceno parviennent à saisir dans un contexte démographique favorable. De fait, au-delà du cas du Centre-Nord, l’accroissement d’une administration toujours plus pléthorique a fourni aux populations métissées de réelles opportunités, notamment dans la catégorie des petits offices44. On observe un phénomène similaire pour ce qui est de l’accès aux charges ecclésiastiques à la fin de la période comme le montre le cas de Morelos. Plus largement, comme l’écrit S. Socolow, « les Métis trouvèrent peu à peu une voix et une place économique propres, parvenant à exercer les activités intermédiaires dédaignées par les Blancs tout en jouant également le rôle de médiateur social entre les mondes Indien et Espagnol. Tandis que le nombre des Métis augmentait, ils parvinrent aussi à obtenir une place au sein de l’Église catholique45. » Certes, on peut opposer que ces cas ne reflètent pas la réalité du groupe des castas dans son ensemble, et leur rareté statistique peut même conduire à n’y voir que des informations de type exceptionnel, voire anecdotique, sans véritable portée scientifique pour éclairer la place des castas dans la société coloniale et nuancer le portrait traditionnel de populations dominées et rejetées. Toutefois, si l’on renverse quelque peu le point de vue pour considérer le pourcentage de castas que l’on retrouve dans l’exercice d’un office précis, c’est plutôt l’impression de l’existence de véritables niches, rares mais réelles, qui domine. Le graphique ci-dessous permet ainsi d’illustrer et d’analyser le cas des ministros de vara (fig. 32).

FIG. 32. — La charge de ministro de vara

  • 46 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 08, Exp. 22, fº 1.

23Les ministros de vara ne possèdent pas un grand pouvoir mais apparaissent comme des agents chargés de la défense de l’ordre public. Ce sont eux que l’on voit intervenir pour mettre fin à une bagarre, participer aux rondes de nuit ou encore relayer les injonctions de l’alcalde aux personnes concernées. Ils représentent ainsi à leur modeste échelle l’administration coloniale et sont de ce fait investis d’une partie de l’autorité publique de cette dernière. Lorsque l’alcalde de Fresnillo porte plainte contre Juan de la Estancia en 1758 pour outrage, il évoque un homme refusant l’inspection de sa maison et manifestant sa volonté de « résister au ministro de vara46 », intégrant pleinement ce dernier à la représentation de l’autorité publique. Or, si l’on considère la dizaine de personnes rencontrée dans la documentation occupant une telle charge, il apparaît que près de la moitié appartient au monde des castas, mulâtres ou Indiens — dans ce dernier cas, il est légitime de supposer que ces ministros de vara indigènes opèrent surtout dans les barrios ou pueblos indiens, et non pas dans le monde espagnol et métis. Les cas restant ne sont pas accompagnés de précisions socio-raciales et peuvent comprendre aussi bien d’autres castas que des créoles. Si l’on ajoute à cela les crieurs publics (pregoneros), certes dépourvus de tout pouvoir mais voix et image des ordres et informations donnés par l’administration et la justice coloniales, appartenant tous aux castas dans la région de Zacatecas, on obtient la situation assez paradoxale d’un monde rejetant les populations métissées en raison d’une série de vices considérés comme inhérents mais confiant à ces mêmes populations « peu fiables » des charges, certes très modestes, de représentation et d’exercice de l’autorité publique. Cet état de fait a deux principales conséquences. La première, déjà évoquée, est l’existence d’opportunités d’intégration et d’ascension sociale que savent saisir certains individus. La seconde, non moins importante, a un impact sur l’image sociale des castas, aux yeux des autres et d’eux-mêmes. La présence de métis ou de mulâtres parmi les comisarios del campo ou ministros de vara déplace le clivage entre marginalisation et intégration vers une séparation plus socio-économique que socio-raciale : le métis Hernando Briceño procède, rappelons-le, à l’arrestation de l’Espagnol Juan de Reina en 1709. Ce simple exemple montre à la population dans son ensemble, du moins aux témoins de tels événements, que la marginalisation n’est pas réservée aux castas et qu’il n’est pas impossible pour ces derniers d’entrer dans l’administration et améliorer leur position sociale.

24En définitive, ces quelques exemples nous permettent à la fois de constater, à l’instar des zacatecanos, les possibilités qui pouvaient s’offrir aux individus métis ou mulâtres et de nuancer le tableau de populations poussées vers une marginalisation plus ou moins accentuée. Un tel phénomène est rendu possible dans le contexte démographique particulier du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle. La région en tant qu’espace vécu semble ainsi avoir un véritable impact sur la manière dont se structure la société qu’elle abrite, selon des modalités qui lui sont propres. Les aléas de la conjoncture minière et l’existence d’une menace indienne plus ou moins aiguë agissent de la même manière pour créer un monde plus souple que le cœur de la colonie. C’est non seulement un monde dans lequel des opportunités existent pour les castas, mais aussi une société dont la structuration même entraîne des clivages sociaux sensiblement différents. Les individus métis ou mulâtres peuvent ainsi se rapprocher du groupe espagnol en adhérant à certaines valeurs — peur de l’Indio bravo — et en reproduisant certains comportements — utilisation de la justice — de ce dernier. Ce phénomène peut expliquer pourquoi la justice locale semble plus sensible aux argumentations solides produites par d’habiles castas qu’aux arguments socio-raciaux généralement invoqués par des Espagnols accordant trop de confiance au pouvoir de leur propre statut. Au début de la période du moins, on assiste à une espèce de cercle vertueux d’interactions entre la justice locale et les populations métissées : les vies plus ou moins recommandables (c’est-àdire conformes aux normes sociales) des uns attirant la bienveillance de l’autre, bienveillance qui encourage à son tour les métis à avoir recours au juge pour mettre fin à un litige et obtenir une juste réparation.

II. — D’UN « ÂGE D’OR » À LA FERMETURE : CONDITIONS DE LA FLUIDITÉ SOCIALE

25De fait, que leurs efforts soient couronnés de succès ou non, les plèbes urbaines, de condition servile ou libre, femmes ou hommes, montrent une vraie capacité à exploiter les failles d’une société coloniale finalement bien moins figée que ne le voudraient les élites espagnoles. Il est ainsi difficile d’imaginer l’itinéraire d’un Ambrosio de Silva, mulâtre et propriétaire de mines, dans un contexte autre que celui du Centre-Nord du milieu du xviiie siècle. Cette dernière remarque amène à souligner combien le contexte non seulement régional mais aussi chronologique influence lourdement les conditions de l’intégration et de la marginalisation : le monde colonial n’est pas un objet figé. Les règles ne sont en effet pas toutes fixées de manière immuable et, bien au contraire, évoluent au cours de la période considérée, permettant ainsi l’apparition ou la disparition d’opportunités sociales pour les plèbes urbaines. Plusieurs dimensions se combinent alors pour créer un contexte favorable ou défavorable pour les individus ou pour les groupes : se superposent donc les atouts régionaux — l’influence de la Frontière — sur le temps long d’une part et l’alternance de cycles plus courts d’ouverture sociale dans les faits, mais guère dans les esprits — le premier xviiie siècle — et de crispation sociale dans les esprits et dans les faits — les dernières décennies de la période. Les tableaux et les commentaires (fig. 33) se proposent de clarifier cet essai de modélisation.

  • 47 Au Brésil, les mines de Minas Gerais semblent avoir joué un rôle similaire dans la création d’un f (...)
  • 48 Voir le titre de la monographie de D. Kuri Breña, Zacatecas, civilizadora del norte. Pequeña biogr (...)
  • 49 On peut renvoyer une dernière fois aux travaux de S. Alberro pour le XVIIe siècle.

26Il faut dire que les caractères propres au Centre-Nord à l’époque coloniale fournissent somme toute un terrain idéal pour l’apparition de pareilles failles : économie minière, frontière et démographie se mêlent ainsi pour créer une société bien originale sur certains aspects, une véritable « société des possibles ». D’ailleurs, on serait tenté de se demander à ce titre si ce n’est pas là un des aspects fondamentaux des fronts pionniers motivés par l’aventure minière47. Une des principales conditions des fluidités qu’il a été possible d’observer au cours de cette partie dépend donc très nettement d’un espace donné, le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, à la fois produit et architecte des sociétés minières. L’analyse des mobilités a en effet permis de dessiner les contours d’un espace cohérent dépassant les circonscriptions administratives (corregimiento puis intendances). Au centre de cet espace se trouve Zacatecas, « civilisatrice du Nord48 », but d’un premier effort de contrôle aux XVIe et XVIIe siècles puis point de départ des expéditions vers « el Lejano Norte ». Les activités humaines, au premier rang desquelles l’extraction minière depuis Guanajuato jusqu’aux gisements du Chihuahua comme Santa Eulalia, ainsi qu’un ensemble de caractéristiques communes (peuplement initial et évolution démographique, climat, distances) ont contribué à la construction de cette « région vécue » à cheval entre cœur de la colonie et espace de frontière proprement dit (le « Lejano Norte », bien sûr, mais aussi la zone des Provinces Internes, véritable poche interne jusqu’à la découverte des mines de Bolaños). Toutefois, si ces activités et ces mobilités donnent une véritable cohérence à la région, elles sont elles-mêmes profondément affectées par les caractéristiques propres d’un Centre-Nord qui peut alors être considéré en retour comme le giron des sociétés minières et des opportunités collectives et surtout individuelles offertes aux plèbes urbaines. Certes l’éloignement du cœur de la colonie se traduit par un encadrement administratif et normatif réduit et apparaît dès lors surtout favorable au développement de la marginalité caractérisée par le vagabondage, la fuite et le banditisme49. Mais, associé à d’autres caractéristiques (présence des mines, peuplement originel peu dense et nomade, élan démographique ultérieur des castas, permanence d’une certaine menace indienne), cet éloignement contribue à créer des espaces de mobilité et d’opportunités dont savent profiter les individus les plus entreprenants. En d’autres termes, la réalité du terrain engendre une société parfois bien différente du modèle rêvé par les élites espagnoles. Sur le plan purement pratique, la permanence de la menace indienne combinée à l’isolement des centres de peuplement (asentamientos) et la faiblesse de l’encadrement militaire peuvent expliquer la latitude dont bénéficient les castas pour le port d’armes, nécessaire pour la défense individuelle et collective. Une telle latitude est en outre lourde de sens sur le plan symbolique : dans le Centre-Nord tel qu’il apparaît tout au long de la période (les attaques indiennes restent une réalité prégnante de la fin du XVIIe siècle avec la révolte des Indiens de Colotlán jusqu’à la fin du XVIIIe siècle avec les incursions apaches), ceux qui sont traditionnellement considérés comme des moins que rien potentiellement dangereux se retrouvent assimilés de facto à une société urbaine hispanique menacée par les Indios bárbaros et contribuent de ce fait à la défense collective. De la même manière, la création d’une main d’œuvre libre et salariée, porteuse de rêves et d’opportunités plus concrètes, plonge ses racines dans un peuplement nomade originel peu favorable à la mise en place du repartimiento, bien moins propice aux aventures personnelles comme celle d’Ambrosio de Silva. Ces conditions, que l’on retrouve peu ou prou d’un bout à l’autre de la période, permettent ainsi de souligner les atouts régionaux du Centre-Nord sur le temps long (fig. 33a).

FIG. 33. — Contexte, apparition et disparition des opportunités sociales dans le Centre-Nord au XVIIIe siècle

27Ce phénomène de fluidité, particulièrement visible à travers la documentation judiciaire civile, ne s’étend toutefois pas de manière uniforme sur l’ensemble du XVIIIe siècle et connaît une évolution chronologique très marquée, passant d’une situation de relative ouverture, à l’échelle individuelle du moins, à un mouvement de crispation et de fermeture sociale. En effet, l’existence de « deux XVIIIe siècles » a été soulignée à maintes reprises. La tentation de l’aventure minière, la réactivité des esclaves lançant d’âpres procédures pour défendre les droits liés à l’affranchissement, les procès menés et emportés en première instance par des castas théoriquement bien démunis sont autant d’exemples qui se répètent de manière significative avant 1750 pour se raréfier et disparaître par la suite. De fait, hormis pour l’accession aux offices publics qui semble suivre une courbe inverse, il apparaît que cette période constitue un véritable « âge d’or » non seulement en matière de failles à exploiter et d’opportunités mais aussi de réussites concrétisées par les litiges emportés en première instance par un Pedro García ou une Andrea Rodríguez.

  • 50 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 17, Exp. 21, fº 21v.

28Le but de la figure 33b ci-dessus est donc de rassembler les divers modèles d’explication proposés tout au long de cette partie pour tenter de caractériser les premières décennies du XVIIIe siècle et de montrer comment la conjoncture d’éléments fort disparates a pu conduire au développement de ces années riches d’opportunités et de possibilités pour des plèbes urbaines pouvant bénéficier individuellement d’un degré certain d’intégration non seulement sur le plan socio-économique mais aussi socio-culturel. Ainsi, dans le domaine économique, les crises de l’activité minière ont des effets contrastés, à la fois source de chômage et donc de déclassement pour la grande majorité et terrain idéal pour des aventuriers profitant de la moindre emprise des élites espagnoles. L’existence d’une administration locale qui n’hésite pas à abonder dans le sens des populations métissées lorsque ces dernières présentent une argumentation rigoureuse appuyée sur de solides preuves contribue à rendre ces opportunités créées par la conjoncture économique plus concrètes encore. Les possibilités qui se dessinent dans un tel contexte ne laissent pas sans réaction d’auto-défense des populations espagnoles qui se sentent bien menacées sinon sur le plan collectif, du moins sur le plan individuel. Les confrontations directes perceptibles tout au long de la retranscription des procédures montrent en effet à la fois une vraie connaissance et maîtrise du système colonial par des individus entreprenants tels Mateo de Covarrubias et des réactions de crispations de la part de créoles n’acceptant pas de voir leur position de supériorité sociale remise en cause et voulant renvoyer leur adversaire du moment à la place marginale censée être la leur. Dans le procès qui l’oppose à son associé indien José de la Cruz, copropriétaire d’une mine à Vetagrande, don Joseph de Luz Belza se refuse ainsi à désigner ce dernier par son nom et fait reposer sa stratégie de défense uniquement sur la calidad de son adversaire, délaissant les autres arguments juridiques possibles50. En d’autres termes, les failles économiques et administratives exploitées par les plèbes urbaines et les populations métissées en particulier suscitent de véritables réactions de rejet, au niveau individuel tout d’abord comme en témoignent les paroles d’un Luz Belza puis de manière plus généralisée à partir du milieu du XVIIIe siècle. La crispation des élites espagnoles semble donc jouer un rôle fort dans le renversement de tendance que l’on peut observer à travers la documentation judiciaire, à savoir la disparition des cas de « castas entreprenants » : l’apparition d’une source de compétition bien malvenue peut ainsi expliquer le phénomène de fermeture sociale à l’œuvre dans la deuxième moitié de la période considérée. Toutefois, aussi ferme soit-elle, une réaction pareille n’est guère suffisante pour colmater les brèches exploitées durant les premières décennies du XVIIIe siècle. L’échec des arguments d’un Luz Belza ou d’un Joseph Carrasco en première instance le montrent bien : sans relai à l’échelle de l’administration, les efforts individuels restent bien infructueux.

  • 51 J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, pp. 9-14.
  • 52 D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », pp. 66 (...)
  • 53 S. Socolow, « Introduction » p. 5.
  • 54 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775.
  • 55 AGI, México, 2240 Expedientes de Minería « El Pardo 20 de marzo de 1778 ; Al virrey de N. E. para (...)

29Les élites espagnoles, créoles notamment, trouvent finalement un appui idéal dans le phénomène de « recolonisation » décrit par J. Lynch à l’œuvre à partir de 175051 : le dialogue qui s’instaure entre les deux parties trouve par exemple une expression dans la Real Pragmática (1776) qui, en interdisant les mariages « socialement inégaux » répond aux inquiétudes créoles face à la montée en puissance d’un groupe métis et mulâtre enrichi grâce aux milicias de pardos et au commerce. La volonté manifestée par les Bourbons de reprendre les colonies américaines en main après des décennies d’autonomie de facto semble ainsi mettre fin à l’attitude parfois conciliante observée auparavant, contribuant à mettre un terme aux opportunités dont pouvaient profiter les castas. De fait, les seules possibilités d’ascension sociale résident dorénavant dans la possession de petits offices : favorisées par la démographie régionale, les populations métissées parviennent à jouer un rôle normalement dévolu aux « petits-blancs » dans les régions où les Espagnols constituent une part plus importante de la société. Enfin, l’évolution de la conjoncture minière elle-même vient finir de colmater les brèches observées lors de la période précédente. Si la « renaissance » des mines de Zacatecas grâce à l’intervention décisive de José de la Borda52 relance l’économie générale, ce qui est favorable aux plèbes dans leur ensemble, elle marque également le massif retour aux affaires des élites minières, ce qui met fin aux possibilités offertes aux aventuriers comme les Indiens Pedro García et José de la Cruz ou encore le mulâtre Ambrosio de Silva. Si l’on sort du cas du Centre-Nord pour examiner d’autres aires géographiques et culturelles, on retrouve peu ou prou le même mécanisme. Par exemple, en ce qui concerne le Brésil colonial, S. Schwartz « insiste également sur la dimension diachronique dans son tableau du métissage. Il pense qu’avec l’augmentation des richesses et la mise en place d’une société européenne plus sophistiquée, la position des castas s’est détériorée. Il fait remonter la création des stéréotypes négatifs et la discrimination visant les métis à la même période53. » En outre, même si le retour de la prospérité s’accompagne d’un nouveau dynamisme économique profitant à l’ensemble des plèbes urbaines, operarios comme petits artisans ou commerçants, il donne également lieu à une véritable reprise en main de populations considérées comme nécessaires mais bien indisciplinées voire dangereuses pour la bonne conduite des affaires minières — le droit à la pepena est de plus en plus perçu comme contre-productif par bien des entrepreneurs « modernes » — et pour l’ordre social en général — la réaction des operarios de Real del Monte en 176654 face à la remise en cause du droit à la pepena a en effet laissé de profondes traces dans les esprits. Ce désir de reprise en main, d’ordre à la fois économique et moral, est un domaine sur lequel les élites minières soucieuses d’obtenir une plus grande efficacité et l’État désireux de meilleures rentrées fiscales et de la pérennité de l’ordre social se rejoignent pleinement, comme en témoignent les permissions et instructions envoyées par la Couronne à José de la Borda et au vice-roi de Nouvelle-Espagne en 1778 : à la demande de l’entrepreneur, désireux d’obtenir une main d’œuvre moins « volatile », la Couronne décide en effet de réduire le nombre des jours de fêtes pour éviter les débordements auxquels s’adonnent les operarios lors de ces occasions55.

30De fait, la conjonction de ces divers facteurs conduit à une dégradation de la place des plèbes urbaines dans la société coloniale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Non seulement les opportunités tendent à disparaître mais certains privilèges jusque là accordés au groupe des operarios dans leur ensemble — pepena et exemption du tribut — se voient également régulièrement menacés. On assiste donc à un véritable phénomène de fermeture sociale, résultat d’un renversement d’une conjoncture politique et économique auparavant favorable à l’apparition d’opportunités sociales comme le montre le tableau (fig. 33c).

31Il ne faut toutefois pas oublier que cette période est aussi marquée par le phénomène décrit par M. Mörner comme « la décadence de la société de castes » : la pression démographique des castas est telle qu’il devient particulièrement aisé de passer d’un groupe à l’autre selon les intérêts du moment comme le souligne en 1770 le fiscal de l’Audience de Mexico :

  • 56 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 86-87.

Ainsi un mulâtre à qui la couleur permet de s’assimiler à d’autres castes déclare, selon son humeur, qu’il est Indien pour jouir de certains privilèges et payer un tribut moins lourd, ou plus fréquemment qu’il est Espagnol, métis ou castizo de façon à ne payer aucun tribut56.

  • 57 B. Vinson, Bearing arms for his majesty : the free-colored militia in colonial Mexico.

32L’observateur espagnol souligne ici l’importance de la couleur de la peau dans la fluidité à l’œuvre dans les dernières décennies du XVIIIe siècle : ce sont en effet les métis et les mulâtres les plus « clairs » qui peuvent prétendre à de telles transformations. Aux hasards de la génétique, il faut ajouter la réussite économique, autre élément essentiel de ce processus. Si la première moitié du XVIIIe siècle peut être considérée comme le temps des opportunités individuelles pour les plèbes urbaines, la seconde moitié a quant à elle vu le début de véritables processus d’ascension sociale, mouvement souvent lancé par l’appartenance aux milicias de pardos, poursuivi par la réussite commerciale et couronné par le passage du groupe des castas à celui des créoles, de manière officieuse par un changement de facto ou officielle par l’achat d’une gracia al sacar57. En d’autres termes, il était possible pour certains individus d’atteindre leurs buts tout en faisant partie des plèbes urbaines et des populations métissées dans la première moitié du XVIIIe siècle tandis que les dernières décennies autorisent des processus d’ascension sociale qui supposent une sortie du groupe d’origine.

  • 58 N. Silva Prada, La política de una rebelión. Los indígenas frente al tumulto de 1692 en la Ciudad (...)

33Pour conclure ce chapitre, il faut reconnaître que les cas témoignant de degrés d’intégration plus ou moins grands pourraient être relégués au rang de l’anomalie statistique ou de l’anecdotique. Toutefois, si les différents dossiers analysés peuvent paraître bien disjoints en dépit d’une richesse certaine lors d’un premier effort d’analyse, une lecture plus approfondie selon une grille inspirée de la micro-histoire met en lumière tout un ensemble de points communs qui donne toute sa cohérence à un corpus limité et apparemment très éparpillé. La cohérence est tout d’abord chronologique : si l’on exclut l’accès aux offices qui suit un mouvement inverse, tous les procès présentant des « castas audacieux » se concentrent dans la première moitié du XVIIIe siècle. Une telle concentration méritait une attention particulière, tout comme l’influence régionale sur les comportements observés. C’est ainsi qu’une réflexion dialectique s’est développée entre « petite histoire » et « grande histoire » pour mettre en évidence les conditions nécessaires facilitant l’apparition de pareilles situations. Les caractères régionaux relativement permanents tout comme l’évolution de la conjoncture minière, du marasme à la renaissance, jouent en effet un rôle crucial dans la création des failles exploitées par les individus les plus audacieux mais aussi dans la disparition de ces possibilités à partir de 1750, moment où commence un fort mouvement de fermeture sociale. Le poids du contexte régional apparaît plus important encore si l’on compare la situation du Centre-Nord au monde urbain de Mexico étudié par N. Silva Prada. Elle décrit en effet des phénomènes de structuration et d’expression politiques pour la fin du XVIIe siècle à Mexico58 que l’on ne retrouve qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIIe siècle dans le Centre-Nord, à travers les grève de Real del Monte. La place de la nouvelle réglementation du commerce du pulque semble jouer un rôle symbolique similaire aux attaques contre la pepena et les pratiques de distraction des mineurs opérées par les grands propriétaires de mines dans les années 1760, ce qui pousse à constater une certaine relativité de la chronologie selon les espaces considérés, ou, en d’autres termes, le rôle des particularismes régionaux dans l’organisation des plèbes urbaines en tant que groupe social conscient de lui-même.

34De la même manière que l’étude des marginalisations a conduit presque naturellement à évoquer l’ensemble de la société et l’histoire des perceptions, l’analyse de la question de l’intégration des plèbes urbaines permet de faire évoluer le propos vers l’histoire régionale, qui ne peut plus être considérée comme un simple cadre mais bien plus comme un acteur à part entière de l’évolution de la place de ces plèbes dans la société coloniale du Centre-Nord. La première moitié du XVIIIe siècle constitue donc une sorte d’âge d’or, une période pendant laquelle non seulement certains individus parviennent à se saisir d’opportunités souvent fugaces mais aussi parviennent à affirmer la défense de leurs droits devant la justice locale, aidés en cela par le contexte social et économique de la période. C’est à l’intérieur de cette fenêtre chronologique que l’on retrouve la plupart des procès illustrant cette audace des populations métissées, une attitude qui crée un véritable sentiment de malaise chez les Créoles confrontés à cette audace. Le moment du procès est en effet utilisé par les populations métissés, et les avocats qui les représentent, comme un moment au cours duquel il devient possible de renverser le rapport de force colonial de manière symbolique et éphémère.

Notes

4 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, pp. 26 et 28.

5 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600, p. 30.

6 S. Ortelli, Trama de una guerra conveniente. Nueva Vizcaya y la sombra de los apaches (1748-1790).

7 AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

8 AGI, Guadalajara, 75.

9 AGI, Guadalajara, 115.

10 Ibid., fº 5r.

11 Chr. Giudicelli, « El mestizaje en movimiento : guerra y creación identitaria en la guerra tepehuán de 1616-1619 », pp. 103-138.

12 AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

13 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 03, Exp. 29.

14 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 04, Exp. 01.

15 AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

16 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 1.

17 D. Roche, (2010) Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 363.

18 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 2.

19 Voir la section Indios dans les AHEZ.

20 G. Cubillo Moreno, Los dominios de la plata. El precio del auge, el peso del poder. Empresarios y trabajadores en las minas de Pachuca y Zimapán, 1552-1620, p. 209.

21 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », pp. 224-262.

22 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », p. 255.

23 Ibid.

24 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, fº 222.

25 D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », pp. 665-681.

26 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », pp. 240-241.

27 AGI, Guadalajara, 117. Dans le cas du Real de los Asientos, la découverte, fruit du hasard, est réalisée au début du XVIIIe siècle par des bûcherons à la recherche de bois, et non pas par des aventuriers comme cela a pu être le cas pour Juan de Tolosa et Zacatecas.

28 AGI, Guadalajara, 75, fº 2.

29 AGI, México, 2247, f°s 3v-4r.

30 AGI, México, 2245, fº 4r.

31 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1744.

32 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 07, Exp. 22, fº 13v.

33 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 28, Exp. 23.

34 D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », pp. 665-681 et Fr. Langue, « El arbitrismo en el gremio minero novohispano o la reprensentación de J. de la Borda y J. L. Lazaga (1767) », pp. 269-302.

35 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas.

36 « Livre VII, titre V, loi XIV », dans Recopilación de las Leyes de los Reynos de las Indias, Madrid, 1791.

37 AGI, Audiencia de Guadalajara, 232/1692/Libro 7 fº 138.

38 AGI, Audiencia de Guadalajara, 232/1696/Libro 7 fº 258 v.

39 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal [...] que se retuvieron ». AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Testimonio [...] lo demás… » fº 32.

40 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 3, Exp. 24.

41 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 3, Exp. 24, fº 6.

42 « Livre VII, titre V, loi XIV », dans Recopilación de las Leyes de los Reynos de las Indias, Madrid, 1791.

43 M. Carmagnani, « Demografía y sociedad, la estructura social de los centros mineros del Norte de México, 1600-1720 », pp. 419-459.

44 Y. Aguila, Monopoles d’État et changements sociaux dans le Mexique des Bourbons, 1765-1810.

45 S. Socolow, « Introduction », p. 5.

46 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 08, Exp. 22, fº 1.

47 Au Brésil, les mines de Minas Gerais semblent avoir joué un rôle similaire dans la création d’un front pionnier, véritable matrice d’une nouvelle société (Fr. Paiva, « A plebe negra. Forros nas Minas Gerais no século XVIII »). Toujours en Amérique, mais au XIXe siècle, la ruée vers l’or du Klondyke au Canada a également engendré un monde d’espoirs fous et de cruelles déconvenues (la littérature, à travers les romans de Jack London notamment, reflète bien cette double dimension).

48 Voir le titre de la monographie de D. Kuri Breña, Zacatecas, civilizadora del norte. Pequeña biografía de una rara ciudad.

49 On peut renvoyer une dernière fois aux travaux de S. Alberro pour le XVIIe siècle.

50 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 17, Exp. 21, fº 21v.

51 J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, pp. 9-14.

52 D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », pp. 665-681.

53 S. Socolow, « Introduction » p. 5.

54 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775.

55 AGI, México, 2240 Expedientes de Minería « El Pardo 20 de marzo de 1778 ; Al virrey de N. E. para que trate y acuerde con el arzobispo de la minoración de los días festivos a fin de evitar la embriaguez y desorden de los trabajadores. »

56 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 86-87.

57 B. Vinson, Bearing arms for his majesty : the free-colored militia in colonial Mexico.

58 N. Silva Prada, La política de una rebelión. Los indígenas frente al tumulto de 1692 en la Ciudad de México.

Table des illustrations

Légende FIG. 25. — Le soulèvement de 1702 à Colotlán
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 28. — Évolution de la production à Zacatecas au XVIIIe siècle (en marcs). Graphique réalisé à partir du tableau présenté par Fr. Langue, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, p. 58.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 29. — Réseau personnel d’Hernando Briceño
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 30. — Castas et offices publics dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende FIG. 31. — Démographie et calidad dans l’intendance de Zacatecas en 1790
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende FIG. 32. — La charge de ministro de vara
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 33. — Contexte, apparition et disparition des opportunités sociales dans le Centre-Nord au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 418k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540