Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Première partie. Les plèbes urbaines dans une société de frontière

Chapitre II. Les routes du Centre-Nord

Texte intégral

  • 1 R. Moro, Les usages de la route dans le Mexique colonial : histoires de vie et mobilités du XVIe a (...)
  • 2 Voir l’abondante littérature portant sur cet ensemble régional, depuis le travail de géographie hi (...)
  • 3 Cette « région sociale » fait bien évidemment référence à la notion « d’espace social » (c’est-à-d (...)

1La description et l’analyse de la grande mobilité des populations à l’intérieur de la région du Centre-Nord constituent en effet un observatoire précieux pour considérer les plèbes urbaines à plus d’un titre. Tout d’abord, un tel travail donne à voir des populations « en mouvement », au sens littéral du terme, ce qui permet de dépasser l’aspect quelque peu statique de l’analyse quantitative des données socio-économiques. En outre, il est possible ici de combiner approche quantitative et qualitative : un certain nombre d’itinéraires individuels viennent ainsi apporter un peu de chair au squelette initial obtenu par l’analyse quantitative et nous plongent de plein pied dans la réalité quotidienne et matérielle de ces mobilités (motivations et conditions des voyages, impact sur la vie personnelle et familiale, distances parcourues). Par un jeu d’échelle, du global à l’itinéraire particulier — une approche développée notamment par R. Moro dans sa thèse1 — on peut suivre des populations « en action » et distinguer de ce fait plusieurs types de mobilité. En effet, le voyage pour affaires ne revêt pas la même signification que le vagabondage de ville en ville, la fuite en avant ne possède pas les mêmes implications que la recherche d’un sort meilleur, les migrations temporaires n’ont pas le même impact que les migrations définitives, quelle qu’en soit la raison. Dans ce tableau, le Centre-Nord en tant que région aux particularismes forts (prégnance de l’économie minière, grands espaces, rôle de la frontière) joue un rôle non négligeable2 : de ce point de vue, l’espace et ses caractéristiques contribuent à façonner la société étudiée. Mais les sources offrent également la possibilité de renverser la perspective pour considérer la manière dont les différents flux observés dessinent une zone cohérente, structurée autour du pôle que semble être Zacatecas. Ici, l’espace régional n’est plus seulement perçu comme le simple cadre des mobilités : l’étude de ces dernières permet en effet d’esquisser les contours d’une véritable « région sociale3 » et économique, produit de l’ensemble de ces mobilités, qui possède sa cohérence propre et dépasse les limites administratives coloniales.

I. — LE VOYAGE, UNE PARTIE INTÉGRANTE DE LA VIE QUOTIDIENNE DES PLÈBES URBAINES

2Les sources judiciaires, dans leur souci de caractériser et d’identifier les témoins interrogés au cours des différentes procédures, comprennent régulièrement des informations sur les lieux d’origine — « natural de » — ou sur le lieu de résidence et de travail — « vecino de ». Le degré de précision est encore plus grand lorsque l’affaire traitée semble avoir un lien avec la mobilité de l’individu inculpé : dans ces cas-ci, l’itinéraire de la personne est soigneusement reconstitué. À partir de ce constat, insister sur la dimension géographique est vite devenu une évidence. Ce sont d’abord les points communs qui ont surpris : les plèbes urbaines du Centre-Nord sont mobiles, parfois sur des distances considérables, et dans des conditions difficiles, traversant des contrées semi-désertiques voire désertiques, souvent soumises à la menace indienne (fig. 17).

FIG. 17. — Désert et mobilités

  • 4 M. Swann, « Migration, Mobility and Mining Towns of Northern Mexico », p. 12.
  • 5 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 925.

3Néanmoins, l’analyse poussée a surtout fait ressortir les différences, au point de rendre possible une typologie des différents cas de mobilité rencontrés. Il faut ainsi distinguer l’installation du simple passage, la recherche de travail de la fuite en avant ou encore le voyage d’affaires de l’errance : si la mobilité constitue l’action commune, l’intention à l’origine de chaque cas de figure s’avère très différente, et dévoile par là même des situations individuelles très variées. De ce point de vue, l’étude des mobilités constitue un moyen supplémentaire d’analyser la place des plèbes urbaines dans la société et l’économie coloniales et de mettre en lumière ce que M. Swann qualifie d’« inclination au voyage […] qui imprégnait la société coloniale mexicaine4. » Pour D. Roche en effet, « le mouvement (qui se répartit de façon très inégale) enregistre les contraintes et les choix des milieux qui l’alimentent. Entre le normal et le pathologique social, la mobilité est un révélateur précis de la manière dont les sociétés anciennes ont certainement géré les risques que dictaient les conditions de l’économie5. »

LES MIGRATIONS DÉFINITIVES

  • 6 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 30, Exp. 04.

4Le premier type de mobilité qui ressort de l’analyse appartient au domaine des « migrations définitives ». De fait, cette expression paraît la plus adéquate pour désigner des mobilités qui se trouvent à l’origine d’un changement de lieu de résidence principale. Les raisons qui poussent au déracinement et à une installation dans une ville différente, parfois très distante de la ville d’origine, sont essentiellement d’ordre socio-économique et semblent suivre deux grands schémas. Le premier, le plus commun, correspond à la recherche de travail. Les individus concernés quittent leur région d’origine que cette dernière soit touchée par un renversement de la conjoncture économique — fin d’une période de bonanza en ce qui concerne l’économie minière — ou qu’elle pâtisse d’un manque de dynamisme économique pour faire vivre la population locale, dans le but de trouver des zones potentiellement plus attractives et dynamiques. C’est un cas de figure que l’on retrouve en fait assez fréquemment à l’intérieur du triangle formé par Zacatecas, Sombrerete et Fresnillo. L’exemple du maître forgeron métis Joseph Narvaez6 est particulièrement révélateur de ce genre de situation. Ce dernier, originaire de Zacatecas, et marié dans la même ville, s’est vu contraint de se rendre à Sombrerete au milieu des années 1740 pour trouver du travail. C’est du moins ce qu’il répond aux autorités qui exigent, suite à la plainte de son épouse, son retour à Zacatecas :

  • 7 Ibid., fº 1.

[Moi] Joseph Narvaez, métis et vecino de cette ville, époux et conjoint de Gregoria Sabando, espagnole, je comparais devant Votre Grâce dans le meilleur respect de la procédure et du droit et je déclare : comme il est connu de manière publique et notoire, je possède ma forge nécessaire à mon métier de forgeron dans la ville de Llerena, real de minas de Sombrerete, dans laquelle je travaille et réside actuellement pour gagner ma vie, assurant l’entretien de mon épouse précédemment évoquée et le mien depuis cet endroit-là, avec quelque soulagement ce que je ne peux pas espérer dans cette ville-ci [Zacatecas], dans laquelle j’ai rencontré bien des infortunes en raison du grand nombre de forgerons qu’il y a ici, j’ai dû me rendre dans le dit real où j’ai pu vivre décemment, sans me tuer à la tâche ; et parce que la justice du dit real m’a notifié expressément que je reprenne la vie conjugale avec ma femme, je me suis rendu [à Zacatecas] pour demander à l’emmener avec moi à [Sombrerete], ce que je n’ai pas pu obtenir car sa mère et ma belle-mère se trouve alitée et souffrante à la suite d’un grave accident, si bien qu’elle est obligée de l’assister et de la soigner en attendant la fin de la maladie de ma belle-mère et mère de mon épouse (bien que la maladie semble ne pas devoir durer longtemps, elle peut se prolonger) ; à cause de ce malheur, mon travail souffre de graves torts et retards : et pour que l’on fasse savoir à la dite Justice Royale de Sombrerete que mon absence du foyer conjugal ne constitue pas un abandon du foyer, je sollicite la justice de Votre Grâce et l’envoi d’une information/confirmation à propos de ma déclaration selon laquelle il est très utile que je vive dans le dit real en raison des opportunités que je trouve là-bas ; de même [je demande] que ma dite épouse déclare que ce que je déclare est exact et qu’elle m’a accordé sa licence et son autorisation spéciales pour que je puisse aller gagner ma vie dans le dit Real7 [...].

  • 8 Ibid., fº 2r et fº 3r.

5Joseph Narvaez justifie ainsi son absence du foyer conjugal par les problèmes rencontrés à Zacatecas pour trouver du travail, problèmes qui l’ont poussé à s’installer à Sombrerete. De fait, si l’on suit son discours, seuls des soucis familiaux — la maladie de sa belle-mère — l’ont empêché de procéder à un déménagement complet. Pour renforcer son propos et démontrer qu’il est plus utile à sa famille en résidant et travaillant à Sombrerete qu’en demeurant à Zacatecas auprès de son épouse, il présente les témoignages d’autres artisans qui, issus de différents corps de métier, donnent un aperçu peu reluisant de la situation économique locale. José Javier Tostado, charpentier de son état, insiste ainsi sur les conditions économiques qui ont contraint Joseph Narvaez à quitter la ville, ce que confirme également le beau-frère de ce dernier, pourtant plus enclin, en théorie du moins, à défendre les intérêts de sa sœur Gregoria Savando8. L’argumentation avancée par le maître forgeron est enfin étayée par une rapide analyse du contexte économique, sur le plan minier notamment, des années 1730-1740 (fig. 18).

6Si l’on considère l’évolution de la production argentifère reconstituée par Fr. Langue, on constate ainsi que les années qui précèdent le procès mené contre Narvaez en 1746 sont marquées par une forte baisse. Les mines zacatecanas ne sont en effet à cette époque que l’ombre des mines prospères du siècle précédent, l’activité est ralentie par l’épuisement des filons connus et l’inondation des galeries :

  • 9 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)

Dans le premier quart du XVIIIe siècle, Zacatecas profite d’un nouveau processus de récupération qui atteint son sommet au milieu des années 1720, soixante années après la dernière crise, résultat de ces efforts périodiques de recapitalisation. Au cours des quarante années suivantes (jusqu’au début des années 1760), cependant, la production déclina jusqu’à ce que les gains du boom (trouver autre chose) précédent aient été perdus. Bien des mines lourdement capitalisées ne pouvaient pas être exploitées avec profit et et furent abandonnées dans les années 1740 et 1750. Le déclin de la production était si marqué vers 1760 que le nombre des haciendas de beneficio nécessaires pour le traitement du minerai chuta d’environ une trentaine à six seulement9.

FIG. 18. — Évolution de la production argentifère à Zacatecas à l’époque de Joseph Narvaez (en marcs)

  • 10 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépenda (...)

7À l’inverse, Sombrerete connaît une période de prospérité qui en fait une destination attractive non seulement pour les operarios mais aussi pour les artisans touchés10. Dans la mesure où l’activité minière constitue le cœur et le poumon de l’économie locale, il n’est pas surprenant de voir le monde des artisans touché comme par ricochet. À l’inverse, Sombrerete connaît une période de prospérité qui en fait une destination attractive non seulement pour les operarios mais aussi pour les artisans touchés par la crise de manière indirecte. Ce modèle peut en fait s’étendre à l’ensemble du Centre-Nord minier :

  • 11 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)

puisque les cycles variaient de real en real, une crise dans un ou deux reales de minas était compensée […] par une production continue ou en augmentation dans les autres reales11.

8De cette manière s’est développé tout un phénomène de push and pull cyclique qui a permis aux plèbes urbaines de répondre aux moments de crise par une grande mobilité à l’image d’un Joseph Narvaez. Comme l’écrit Fr. Langue :

  • 12 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépenda (...)

L’image des péons mexicains est souvent, dans l’historiographie courante, celle d’un travailleur exploité, retenu dans la mine ou l’hacienda du maître par l’accumulation de dettes dûment consignées à la désormais tienda de raya. Sans remettre en cause la validité de cette interprétation […] il convient d’avoir cependant présente à l’esprit l’une des particularités de la population active du nord du Mexique : celle d’être constituée d’une main d’œuvre salariée libre dès le XVIe siècle, en raison de l’originalité démographique de cet ensemble géographique, peuplé de tribus nomades se déplaçant sur un territoire extrêmement étendu […] Dans cette perspective, il n’est pas surprenant que cette population ait suivi les mouvements de la production, se déplaçant d’un centre minier à l’autre en fonction des bonanzas, parfois sur de très grandes distances, jusqu’à Parral parfois (Chihuahua)12.

  • 13 Cl. Bargellini, La arquitectura de la plata. Iglesias monumentales del centro-norte de México, 164 (...)

9Toutefois, la mobilité contrainte n’est pas le seul cas de figure dans le domaine économique, et les sources recèlent ainsi différents exemples de migrations motivées par la demande : dans ce modèle, l’individu ne quitte pas sa ville d’origine parce qu’il ne trouve pas sa place, mais parce que ses compétences sont connues et requises dans un autre lieu. C’est le cas notamment des artisans spécialisés dans la construction des églises que l’on voit sillonner les chemins du Centre-Nord au gré des grands travaux lancés dans les reales de minas désireux de montrer leur prospérité à travers la construction d’une église ou d’une cathédrale spectaculaire. Cl. Bargellini a ainsi reconstitué les itinéraires des artisans les plus connus (fig. 19)13.

10Parfois réalisées sur de très grandes distances, ces migrations ont une connotation plus positive que le cas de figure précédent dans la mesure où ces artisans sont bien souvent appelés sur les chantiers lancés par les reales de minas. Les mobilités peuvent donc non seulement constituer une réponse à une situation de crise mais aussi appartenir à la vie quotidienne la plus banale. La fréquence des voyages ponctuels effectués sur des distances similaires vient confirmer cette première impression.

FIG. 19. — Construction des églises et mobilité des artisans spécialisés

LES VOYAGES RÉGULIERS ET PONCTUELS

  • 14 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 508v.
  • 15 AGN, Inquisición, 1121, Exp. 07 ; AHN, Inquisición, 1732, Exp. 69/AHN, Inquisición, 1732, Exp. 70.

11La mobilité professionnelle régulière fait donc également partie du quotidien des plèbes urbaines, du moins d’une partie d’entre elles. À l’instar des migrations définitives, les distances parcourues à cette fin peuvent être considérables. De fait, la plupart de ces cas de mobilités régulières sont souvent liés à des métiers bien précis. C’est notamment le cas de tous les individus chargés d’assurer la circulation des biens — approvisionnement des villes minières, argent destiné à la métropole — et des informations — la correspondance publique comme privée doit pouvoir atteindre les recoins les plus reculés de la vice-royauté. Contrairement aux migrations accompagnées d’une nouvelle installation plus ou moins longue, le voyage n’est pas un moyen mis en œuvre pour trouver du travail mais bel et bien l’occupation principale. Deux exemples du début et de la fin de la période illustrent bien ces mobilités liées à un métier particulier. Nous avons tout d’abord le cas de Simón Sánchez, métis dont la fonction est de porter la correspondance d’un marchand de Parral jusqu’à Mexico. Originaire de Sombrerete, il s’est installé avec son épouse à Durango à la fin du XVIIe siècle et semble faire des escales régulières dans sa ville d’origine14. L’itinéraire de l’Espagnol Ignacio Solis à la toute fin du XVIIIe siècle est relativement similaire15. Originaire de Sombrerete, Ignacio voyage régulièrement entre les grands centres miniers du Centre-Nord et du Nord de la Nouvelle Espagne : on retrouve ainsi sa trace dans la documentation à Zacatecas, Guanajuato et dans le Chihuahua.

  • 16 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 508v.
  • 17 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 508r.

12Pour l’un comme pour l’autre, se dessinent de vastes aires — entre Chihuahua et Mexico pour le premier, entre Chihuahua et Guanajuato pour le second — à l’intérieur desquelles ils construisent leur réseau de sociabilité et leur expérience, à l’instar de ce que réalise un individu sédentaire dans son village ou quartier, mais à une autre échelle. Simón Sánchez utilise ainsi la ville dont il est issu, Sombrerete, comme escale entre Mexico et Parral. Cela lui permet non seulement d’entretenir des liens nécessaires avec son milieu d’origine mais aussi d’agir en intermédiaire entre les habitants de Sombrerete qu’il connaît et les espaces qu’il traverse entre Mexico et Parral. Lorsque un operario indien nommé Cristóbal commence à nourrir des doutes sur la conduite de son épouse disparue aussitôt son affranchissement obtenu, c’est à Simón qu’il s’adresse pour mener un enquête16. C’est encore par l’intermédiaire de Simón que la nouvelle du second mariage de María la Godina à Mexico non seulement parvient aux oreilles de Cristóbal l’époux abandonné mais se propage aussi dans l’entourage du messager telle une rumeur — le frère de ce dernier ainsi qu’une certaine María Barraza chez qui Simón loge à Sombrerete, le frère Miguel del Valle de passage chez cette même María17. Les vastes espaces traversés, en raison des dangers inhérents au voyage dans la Nouvelle-Espagne du XVIIIe siècle, constituent enfin le creuset d’une culture particulière qui imprègne les voyageurs. C’est au cours de ses nombreux trajets qu’Ignacio Solis rencontre un homme surnommé el Gachupín qui lui enseigne comment se prémunir des attaques indigènes et être capable de provoquer la chance au jeu, enseignement fortement teinté de superstition et d’hétérodoxie qui mène finalement Ignacio devant les tribunaux de l’Inquisition. Nécessaires au bon fonctionnement économique et administratif de la colonie, ces « voyageurs professionnel » jouent donc également un rôle essentiel en tant qu’interface entre les sociétés locales dont ils sont issus ou qu’ils traversent et le reste de la vice-royauté. Leurs aller-retours fréquents permettent la circulation des nouvelles et contribuent à connecter et rapprocher des zones fort éloignées sur le plan géographique. Ces deux exemples qui balisent pour ainsi dire le XVIIIe siècle permettent à la fois de constater l’ampleur que peuvent atteindre certains circuits et de voir combien ces voyageurs peuvent être des agents de diffusion — qu’il s’agisse de nouvelles ou de savoirs hétérodoxes — et de contacts qui contribuent à élargir les horizons des localités qu’ils traversent. C’est d’ailleurs par l’intermédiaire de tels individus que les informations annonçant la découverte de nouveaux gisements ou le retour de la prospérité dans les reales de minas touchés par la crise se diffusent dans tout le Centre-Nord et au-delà, lançant de cette manière le mouvement d’une partie des migrations définitives évoquées précédemment (fig. 20).

13Ces exemples de « mobilité régulière » sur des distances considérables sont les cas les plus spectaculaires et permettent d’imaginer une perception élargie du territoire de la Nouvelle-Espagne chez une partie des plèbes urbaines. Toutefois, malgré leur grande richesse, ils ne doivent pas masquer la multitude des déplacements plus limités qui rythment la vie quotidienne de toute une région structurée autour d’un real de minas comme Zacatecas.

14Ces déplacements qui, pour la majorité, se font en direction de Zacatecas, sont très visibles dans les archives notariales, et sont plus particulièrement perceptibles dans les reconnaissances de dette et les nominations de fondés de pouvoir et de représentants. Le tableau ci-dessous présente un échantillon des cas repérés dans ces archives (fig. 21).

  • 18 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 02, fos 27-28.
  • 19 AHEZ, Notarías, Manuel Bastardo, Protócolo 1, fº 340.
  • 20 T. D. Arenas Hernández, Migración a corta distancia. La población de la parroquia de Sombrerete, 1 (...)

15En premier lieu, on peut constater que la plupart de ces déplacements se font sur de petites distances, de quelques dizaines de kilomètres au plus : à titre d’exemple, Panuco se trouve à une vingtaine de kilomètres au nord de Zacatecas, au-delà de Vetagrande. Toutefois, des circuits plus importants peuvent être réalisés, comme en témoigne le parcours de Ventura Ramírez qui effectue l’aller-retour entre Durango et Zacatecas18, pourtant distantes de près de trois cents kilomètres. Pour finir, il s’agit essentiellement de voyages d’affaires, parmi lesquels on peut distinguer deux principales catégories. Viennent tout d’abord les déplacements motivés par des besoins de ravitaillement, ce qui donne lieu à des transactions qui bien souvent aboutissent à la constitution d’une dette relativement lourde. C’est le cas par exemple de Salvador de Madera, originaire de la région de Xerez et employé dans un rancho, qui se rend en 1753 à Zacatecas et contracte une dette de 175 pesos19. Il est d’ailleurs intéressant de noter à ce titre que les quatre individus endettés de la liste viennent d’un milieu plutôt rural, ce qui tendrait à montrer les rapports de force économiques existants entre Zacatecas, grand centre minier, et sa région, pour ainsi dire son « hinterland ». T. D. Arenas Hernández a ainsi réalisé récemment une étude des migrations centrées sur la ville de Sombrerete sur le temps long, du XVIIe au XIXe siècle, pour montrer non seulement le poids des migrations sur la démographie locale mais aussi les liens tissés entre un centre urbain et la région avoisinante20.

  • 21 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, fos 188-189.
  • 22 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, fos 194-195.

16Le second cas de figure évoque plutôt des voyages d’affaires couronnés d’un certain succès. Des hommes comme le commerçant métis Agustín Mejía originaire de la région d’Aguascalientes21 ou encore le maître forgeron mulâtre Francisco de la Cruz originaire de Zacatecas22 se sont en effet avérés capables d’investir dans un lieu plus ou moins éloigné de leur premier lieu de travail — Zacatecas pour le premier, Panuco pour le second, ce qui les contraint finalement à faire appel à des représentants pour défendre leurs intérêts. Même si cela n’apparaît pas clairement dans les documents, il n’est pas déraisonnable de penser que ces investissements soit sont venus ponctuer des voyages soit ont constitué le but premier du déplacement : de ce point de vue, la trajectoire d’un Agustín Mejía et celle d’un Salvador de la Madera représentent les deux extrémités de l’ensemble des possibles que l’on peut associer à ces voyages « à but économique ». Motivés par la nécessité (ravitaillement en nourriture et en matériel) ou créateurs d’opportunités (investissement dans l’économie minière), ces déplacements dont nous n’avons probablement qu’un infime aperçu dévoilent des plèbes urbaines actives et mobiles, capables de franchir des distances importantes pour mener à bien leurs affaires quotidiennes : nous sommes ici bien éloignés du stéréotype des populations mobiles et dangereuses développé par les élites coloniales. Bien sûr, une bonne partie des cas révèle des rapports de force économiques bien défavorables au voyageur qui souvent contracte une dette importante auprès d’un marchand de Zacatecas, mais tous montrent finalement des voyages « voulus », conçus avec un but clairement défini : la transaction commerciale. De fait, ce caractère volontaire et programmé des déplacements est ce qui permet de rapprocher ces mobilités temporaires des migrations définitives dans la mesure où dans les deux cas, le voyage doit avoir une fin, qu’il s’agisse du retour au point de départ ou d’une nouvelle installation. À l’opposé, la troisième catégorie de la typologie vient confirmer le stéréotype du vagabondage longtemps associé aux populations métissées et dévoile des plèbes urbaines ou rurales désemparées, errant de ville en ville sans autre perspective qu’une stratégie de survie au jour le jour.

FIG. 20. — Mobilités professionnelles (les cas de Simón Sánchez et d’Ignacio Solis)

FIG. 21. — Voyages et affaires dans la région de Zacatecas dans la première moitié du XVIIIe siècle

ERRANCE DE VILLE EN VILLE

  • 23 AGI, Patronato, 182, R. 49, fº 2v.
  • 24 AGI, México, 2240, « Ordenanzas de la minería de Nueva España » 1778.

17La mobilité des plèbes urbaines telle qu’elle est évoquée dans les deux premières catégories de la typologie est communément acceptée par la société coloniale et contribue à son bon fonctionnement administratif, économique et social — en permettant la circulation des biens et de l’information, en servant d’échappatoire lorsque la conjoncture devient difficile, en créant une meilleure connaissance de l’espace géographiquement délimité par la Nouvelle-Espagne, et le Centre-Nord en particulier — car elle est étroitement liée à la pratique d’un métier, ou à la recherche d’un travail. De fait, si l’on sort de l’analyse historique pure pour adopter momentanément le point de vue des contemporains, il apparaît qu’il existe deux grands types de mobilités : une première « moralement acceptable » car elle est associée à une activité utile à la société — les deux premiers types analysés plus haut — et une seconde condamnée sur le plan moral quand elle se retrouve associée au péché social qu’est « l’oisiveté », la calidad des individus concernés constituant un facteur aggravant dans l’esprit du législateur. Dès la fin du XVIe siècle, les autorités coloniales signalent ainsi qu’il « est manifeste que le fait que les noirs et noires, mulâtres et mulâtresses libres parcourent les chemins en vagabonds dépourvus de travail et sans servir de maître entraîne de grands inconvénients dont pâtissent Dieu Notre Seigneur ainsi que Votre Majesté23. » C’est pour cela que les peines encourues par les vagabonds, surtout lorsqu’ils descendent d’esclaves, sont en théorie sévères : mise au travail obligatoire pour une première infraction, cent coups de fouet et quatre pesos d’amende — une semaine de travail pour un operario, une somme considérable pour un vagabond. À la fin du XVIIIe siècle, le discours n’a guère changé, même si l’obsession pour la calidad présente au début de la période coloniale semble avoir laissé la place à une vision plus globale d’un vagabond comme catégorie socio-économique et surtout « socio-morale ». Dans les Ordenanzas de Minería publiées en 1778, l’article 12 de la section consacrée aux « operarios de minas y haciendas », il recommande que « les oisifs ou vagabonds, quelle que soit leur caste ou leur condition, qui se trouvent dans les reales de minas et leurs environs puissent être appréhendés ou contraints à y travailler [dans les mines] tout comme les operarios qui par pure paresse cessent de travailler sans trouver d’autre emploi24. » Dans ce dernier exemple, les termes « oisif » et « vagabonds » sont d’ailleurs nettement considérés comme des synonymes, en Amérique espagnole comme en Europe à la même époque. Le métissage des populations concernées est dans ce cas-là une circonstance aggravante dans un phénomène de moins en moins toléré par les sociétés modernes dans leur ensemble comme le rappelle D. Roche :

  • 25 D. Roche, (2010) Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, pp. 937-938.

L’errance dans les sociétés traditionnelles est considérée un mal et comme un danger en soi, comme un facteur d’anomie. Elle est acceptée à deux conditions : qu’elle soit temporaire et ne devienne pas une façon de vivre ; qu’elle soit organisée et encadrée par les institutions et les solidarités de la société tout entière. S’il permet d’améliorer les conditions de vie, le nomadisme est acceptable ; s’il conduit à la remise en cause des formes coutumières de la vie, il devient condamnable. La migration, on vient de le voir, ne déchire pas le tissue social, et même elle le renforce : au départ et à l’arrivée, le migrant répond de ses actes : il ne rompt pas avec les autorités, le seigneur, le curé, les notables ; il est reconnu par les organisations coutumières et peut compter sur sa famille. En revanche, l’errant peut susciter la méfiance s’il a rompu les ponts, si les garanties ne fonctionnent plus, s’il trouve dans sa façon de vivre une capacité à survivre et s’il apparaît de plus en plus comme une menace qui déclenche la répression de manière de plus en plus organisée. C’est ainsi que le vagabondage devient un délit, que les ordonnances royales s’efforcent de préciser dans toute l’Europe25.

18Toutefois, certains observateurs de la fin de la période présentent des analyses moins moralisatrices d’une réalité indéniable en insistant sur les racines économiques d’une véritable errance de la misère. Le cabildo de Guanajuato écrit ainsi en 1786, annus horribilis s’il en est qui a vu se succéder inondations, glissements de terrain, épidémies et famine :

  • 26 AGI, México, 2240 « Testimonio de la solicitud hecha por la minería de la ciudad de Guanajuato con (...)

L’autre préjudice qui s’ensuit n’est pas négligeable. La plus grande partie de cette agglomération très peuplée appartient au monde des operarios de minas et des haciendas de metales. Le travail dans les unes et les autres étant interrompu [par l’inondation], toutes ces personnes se sont retrouvées oisives et sans avoir de quoi obtenir un real pour leur survie et celle de leur famille car elles ne connaissent ni ne possèdent d’autre métier que celui-là, et comme il n’est guère facile, dans les circonstances actuelles, de fournir du travail dans cette ville [de Guanajuato] bien que cette foule le réclame, [les operarios ] se verront contraint d’en partir pour envahir les chemins et les environs ; et les préjudices seront très graves, tout comme les maux et les insultes que subiront les habitants dans leur maison et les voyageurs sur les chemins de la part d’une population insolente par nature et poussée par la nécessité et la faim26...

  • 27 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 940.

19De fait, plus qu’une quelconque dimension morale qui a contribué à façonner un stéréotype durable, le point commun d’une bonne partie de ces mobilités réside dans l’épuisement des solutions disponibles pour assurer la survie d’un individu ou d’une famille dans un endroit donné. Si l’on suit le schéma esquissé par le cabildo de Guanajuato, les retournements de la conjoncture économique locale provoquent donc le départ : le mécanisme est sensiblement le même que pour les migrations économiques évoquées plus haut. La grande différence réside dans le fait que, pour des raisons diverses — mauvaise conjoncture générale qui ne permet pas de trouver de zone accueillante sur le plan économique, absence de contacts qui facilitent l’intégration, manque de chance — la migration n’aboutit pas à une nouvelle installation mais se transforme en errance de place en place. Dans ce dernier cas, le voyage ne constitue pas un simple instrument du processus de migration mais devient la stratégie de survie elle-même, une stratégie sans fin appuyée sur la recherche perpétuelle de menus travaux et la mendicité. Les operarios marginalisés de cette manière par la conjoncture se trouvent alors plongés dans le monde de l’errance et du rejet par la société coloniale, passant du statut de « pauvre valeureux » à celui de « dangereux vagabond. » D. Roche écrit ainsi que « la mobilité n’est pas la cause du déclassement et de la marginalisation où on lit la rupture d’une participation aux liens et aux devoirs sociaux ; elle en est le moyen et le critère par lequel on jauge les effets d’un refus » et cite B. Geremek : « Elle crée un milieu mouvant et variable qui ne se laisse saisir qu’en processus continuel de déclassement et de réintégration dans le cadre social’où se jouent les divers degrés du rejet et de la réprobation27. »

  • 28 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fos 1v-2v.
  • 29 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 1v.

20Ces vagabonds jetés sur les routes par les renversements de la conjoncture ou par une incapacité individuelle à trouver et conserver une place dans le tissu socio-économique dans la localité d’origine fréquentent le même monde que les grands voyageurs présentés dans les pages précédentes : ils traversent les mêmes contrées peu accueillantes et affrontent souvent les mêmes dangers. Ils partagent ainsi une même culture de la grand’route. Toutefois, le discours des élites de Guanajuato établissent une nette différence entre les deux groupes en opposant les termes « vagabond/ vagabundo » et « voyageur/ viandante », faisant même des premiers un danger potentiel — par nécessité ou par nature — pour la tranquillité des seconds. De fait, si le voyageur contribue au bon fonctionnement de la société coloniale, le vagabond est considéré comme un parasite voire une menace. Le voyageur, même inconnu, apporte son expérience, participe à l’économie locale et transmet les nouvelles : c’est ainsi qu’en dépit de sa très grande mobilité, un Ignacio Solis reçoit bon accueil, du moins jusqu’à ce que l’Inquisition s’intéresse à son cas. En revanche, le vagabond aiguise la méfiance, que son visage soit connu ou inconnu d’ailleurs. C’est ainsi qu’à la toute fin du XVIIe siècle, un operario indien originaire de Parral nommé Juan Gerónimo parcourt les routes de Nouvelle-Espagne depuis Chihuahua jusqu’à Mexico en traversant Charcas, Sombrerete et Aguascalientes sans jamais véritablement se fixer28. S’il parvient parfois à exercer son métier de mineur comme à Charcas, son itinéraire revêt davantage les caractéristiques de l’errance et d’une certaine instabilité que de la migration de travail effective. Lorsque, sur le chemin du retour à Parral, il fait étape dans la juridiction de Ramos, il arrive en parfait inconnu, Indien de surcroît, dans une région fortement marquée par les soulèvements indiens de la zone de Colotlán, si bien que la population locale, ordinairement méfiante face aux vagabonds, le perçoit rapidement comme un espion potentiel, le capture et le remet aux autorités locales29.

  • 30 AGI, Guadalajara, 75 « Minutas reales cédulas reales provisiones y consultas », f. 1r. « los vagab (...)
  • 31 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacateca (...)
  • 32 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 09, Exp. 10.

21De fait, quels que soient les motifs de l’errance — l’oisiveté chère aux élites coloniales, les problèmes économiques, l’instabilité chronique d’un individu — le vagabond est bien souvent considéré comme un danger potentiel pour la tranquillité et la sécurité des lieux qu’il traverse. Le lien entre vagabondage et violence contre les biens et les personnes est ainsi fortement établi dans le discours colonial, au point de devenir un stéréotype supplémentaire : les autorités espagnoles, désireuses de réduire l’accès aux armes pour « la gente baja » visent tout particulièrement « les vagabonds en raison des scandales, brigandages, vols, homicides et délits d’infâmie qui avaient lieu30. » Toutefois, les sources pénales comprennent un certain nombre d’affaires qui montrent que, si les cas ne sont pas aussi fréquents et automatiques que ne le laisse entendre le stéréotype, il est indéniable que la frontière peut être bien bien difficile à préciser entre vagabondage et banditisme : à titre d’exemple, la troupe qui attaque l’Espagnol Marcos Pérez et ses compagnons en 1709 se rendait à Zacatecas depuis San Luis Potosí31. Il en est de même pour le mulâtre Pedro Joseph de Herrera : mendiant notoire originaire de Fresnillo, il erre entre Durango et Zacatecas avant de projeter un voyage vers Guadalajara32. Déjà rendu responsable de l’enlèvement de deux novices d’un couvent de Durango par la rumeur, il devient un suspect pour ainsi dire naturel lorsque le jeune Francisco Javier Rubí, avec lequel il s’était lié d’amitié avant de quitter Zacatecas au bout de neuf jours, est retrouvé mort. Condamné par contumace, il échappe toutefois à la justice locale et disparaît dans la nature. Ce dernier cas est particulièrement intéressant dans la mesure où il permet non seulement de mesurer le degré de méfiance instinctif des populations face aux vagabonds mais aussi de lire le type de fait divers qui contribue lourdement à entretenir cette défiance naturelle.

  • 33 AGN, Inquisición, 1121, Exp. 07 ; AHN, Inquisición, 1732, Exp. 69 ; AHN, Inquisición, 1732, Exp. 7 (...)

22La mobilité, quelles que soient les raisons qui la déclenchent, fait donc partie du quotidien des plèbes urbaines du Centre-Nord. La rapide typologie réalisée à partir des cas rencontrés dans le corpus dévoile ainsi tout un éventail de situations différentes, du point de vue du voyageur bien sûr, mais aussi des populations rencontrées. De fait, les migrations définitives, les voyages fréquents et l’errance répondent à des impératifs divers et ne provoquent pas les mêmes réactions dans les esprits sédentaires. Le vagabond est perçu comme une menace extérieure tandis que le conducteur de mules ou le courrier sont appréciés comme autant de contacts utiles avec le monde extérieur et lointain. Le migrant poursuit un objectif précis et cherche à se fixer à nouveau tandis que l’errant, souvent jeté sur les routes pour les mêmes raisons que le premier, ne parvient pas ou ne désire pas vraiment mettre fin à son voyage perpétuel. Tous contribuent néanmoins à créer une même culture de la route, produit des difficultés rencontrées, des efforts consentis et des dangers encourus : certains voyages s’étendent sur des centaines de kilomètres souvent parcourus à pied dans un univers hostile. C’est ainsi que des pratiques particulièrement hétérodoxes sont transmises sur les chemins pour obtenir un surcroît de protection bien utile jusqu’à atteindre le monde sédentaire de la ville : le vagabond surnommé El Gachupín transmet son secret à Ignacio Solis sur les routes, et ce dernier, à l’issue d’un de ses voyages qui le mène au Chihuahua, le confie à un artisan local bien installé33. Se crée ainsi toute une culture de la route qui peut parfois atteindre, comme par un phénomène de porosité, le monde sédentaire. Outre ces phénomènes économiques, sociaux et même culturels, les mobilités observées contribuent à dessiner toute une région cohérente qui dépasse les limites administratives coloniales, véritable produit des activités quotidiennes, et donc plus proche du vécu des populations concernées.

II. — MOBILITÉS POPULAIRES ET DYNAMIQUES RÉGIONALES

23Il faut dire qu’au fur et à mesure de sa progression, l’étude des mobilités des plèbes urbaines a donné naissance à une nouvelle série de réflexions sur la cohérence de l’espace choisi au départ comme cadre d’un tableau relevant essentiellement de l’histoire sociale et culturelle, rendant possible un deuxième degré d’analyse d’une région donnée. En effet, dès le début du travail de recherches, le Centre-Nord a été considéré comme un paysage, marqué par l’économie minière et la « frontière », posture qui a naturellement eu une forte influence sur l’optique initialement adoptée pour considérer les problèmes régionaux. Dans cette perspective, la région choisie apparaît essentiellement comme un espace qui contribue à modeler les sociétés locales par ses différentes caractéristiques. Néanmoins, l’examen des mobilités permet de renverser le point de vue pour dévoiler un espace également façonné par les activités humaines. Apparaît ainsi une région centrée sur Zacatecas, point principal de cette étude, reflet de l’espace parcouru et approprié par les plèbes urbaines. C’est une région qui dépasse les divisions administratives et largement structurée autour du chapelet des reales de minas depuis Guanajuato jusqu’à Parral en passant par Zacatecas et San Luis Potosí, région dans laquelle les diverses localités semblent revêtir une fonction propre (ville de passage ou d’installation, installation en première ou seconde intention) à l’intérieur d’une ébauche de système urbain, celui des plèbes urbaines du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle.

LE CENTRE-NORD, ESPACE MODELANT ET MODELÉ

  • 34 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)

24L’effort d’analyse s’est en effet concentré dans un premier temps sur la manière dont les réalités et les caractéristiques régionales énoncées notamment dans l’introduction contribuent à façonner la société locale, et en particulier les plèbes urbaines et leurs comportements. Ainsi, la section précédente a mis l’accent sur le caractère volontiers mobile de populations qui n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres dans un univers naturel et humain souvent bien hostile. Si l’on adopte la perspective évoquée ci-dessus, à savoir l’étude de l’influence d’un espace donné sur la société locale, il est envisageable de voir dans le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne un espace favorisant ces mobilités à différents niveaux. L’éloignement des reales de minas de la capitale ainsi que leur emplacement dans des zones peu propices à l’agriculture ont généré un intense trafic entre le Bajío, la région de Zacatecas et Mexico tandis que les grands espaces propres à la région constituent un refuge privilégié pour les errants et les marginaux. Enfin, l’alternance des cycles de l’économie minière dans les divers reales est à l’origine des migrations des mineurs et autres artisans d’une ville à l’autre en fonction des périodes de prospérité et de déclin évoquées notamment par R. L. Garner34. La région considérée apparaît dès lors comme génératrice de mobilités en raison des caractéristiques géographiques et économiques qui lui sont propres. De ce point de vue, la prise en compte de la dimension régionale est avant tout un moyen de mieux comprendre les dynamiques des sociétés locales.

25C’est donc ce premier aspect des interactions entre espace et sociétés qui a été le plus utilisé comme outil d’analyse au cours du travail de recherche : la typologie des mobilités effectuée dans la section précédente relève principalement de cette démarche. Toutefois, le traitement des données a permis de pousser la réflexion plus avant sur le chemin d’un raisonnement plus géographique, et, dans un mouvement de va-et-vient, de déplacer ponctuellement la région dessinée par les déplacements des plèbes urbaines depuis sa position de paysage vers le premier plan de l’étude. L’objet des pages qui suivent est donc de placer le Centre-Nord au cœur de la réflexion, en tant que système régional cohérent. Avant de progresser davantage, il semble toutefois nécessaire de procéder à quelques remarques méthodologiques. En premier lieu, dans la mesure où le corpus a été constitué principalement à l’aide des archives judiciaires et notariales zacatecanas, c’est bien évidemment le système régional de Zacatecas qui apparaît au fil de l’analyse et se retrouve décrit dans la présente section. Il faut rappeler ensuite que le modèle proposé a été réalisé à partir de l’étude des mobilités des plèbes urbaines : c’est donc un espace régional socialement circonscrit, correspondant à l’expérience quotidienne d’une partie, certes importante, de la population et non pas de la population dans son ensemble. L’effort de géographie historique réalisé ici est donc borné de deux manières, par son centrage sur la ville de Zacatecas et par le filtre des plèbes urbaines. Malgré ces quelques restrictions, apparaît un système régional intéressant à bien des égards.

26Tout d’abord, si l’on exclut les localités mineures qui ne représentent d’ailleurs qu’une partie infime des lieux évoqués dans le corpus, un ensemble de seize villes, minières ou non, apparaît de manière récurrente, soit comme lieu d’installation, soit comme simple lieu de passage. À l’intérieur de ce groupe se distingue un sous-groupe moins étendu centré autour de Zacatecas et de sa région plus ou moins immédiate (Fresnillo, Sombrerete, Mazapil, Jerez, Panuco). Toutes ces villes mentionnées dans les différents itinéraires individuels qu’il a été possible de reconstituer ne possèdent néanmoins pas la même fonction, comme le montre le tableau ci-dessus (fig. 22).

FIG. 22. — Types de mobilité et centres urbains

27Dans le système qui apparaît petit à petit, un certain nombre de profils différents se dessinent. À la lumière des données recueillies, il est en effet possible de distinguer en premier lieu les villes « de passage » (c’est-à-dire les localités brièvement mentionnées dans les témoignages, lieux de courts séjours, étapes d’un voyage plus long ou but d’un voyage d’affaires) des villes « d’installations » (dans lesquelles les individus interrogés déclarent s’être mariés ou avoir exercé un métier). Un autre critère de distinction est la présence, ou l’absence, de l’expression « vecino de » qui à maintes reprises a permis de différencier les localités où le témoin était installé de celles dans lesquelles il séjournait simplement pour diverses raisons. Dans le groupe étudié, seule Guanajuato apparaît comme une ville majoritairement « de passage », étape de longs voyages entre la région de Mexico et celle de Zacatecas et au-delà, tandis que les autres villes semblent plutôt attirer des installations durables. Si l’on considère les itinéraires passant par plus de deux localités, un autre facteur de distinction est le choix d’une ville comme lieu d’une première installation, ce que l’on peut interpréter comme la première intention des individus concernés, ou d’installation plus tardive, comme en seconde ou même troisième intention. Ainsi Zacatecas apparaît-elle dans la première catégorie tandis que des villes comme Durango ou Sombrerete figurent dans la seconde catégorie. Ce phénomène pourrait être rattaché à l’attractivité des différentes villes : de ce point de vue, Zacatecas est naturellement le centre urbain et minier le plus attractif, celui qui semble offrir le plus d’opportunités, non seulement pour les operarios mais aussi pour une grande partie des plèbes urbaines sur l’ensemble du XVIIIe siècle. De même, il n’est pas étonnant de voir les villes plus éloignées dans le Nord — Durango, villes minières du Chihuahua — figurer dans la seconde catégorie : on se trouve là dans la logique des aventuriers qui tentent leur chance toujours plus loin à mesure que la frontière recule et que de nouvelles installations connaissent la prospérité.

28Ce premier niveau d’analyse plutôt typologique a été complété par un travail de mise en relation des villes de départ et d’arrivée. D’où partent les migrants et les voyageurs ? Où se dirigent-ils et s’installent-ils ? Le but est ici de commencer à reconstituer le réseau urbain tel qu’il peut être perçu à travers les activités des plèbes. L’intensité des relations entre les villes tout au long du XVIIIe siècle constitue donc un autre domaine qui peut également être effleuré grâce au travail effectué sur le corpus. Le résultat de ce travail se retrouve dans le tableau suivant (fig. 23).

FIG. 23. — Migrations et relations urbaines

29Là encore, la position de Zacatecas dans le réseau est centrale : dans l’échantillon considéré, c’est la ville d’origine des migrants et voyageurs retrouvés à Sombrerete, Fresnillo et Guanajuato, c’est également la ville qui attire la plupart des individus originaires de Sombrerete, San Luis Potosí, Durango Aguascalientes, Guanajuato et même Mexico. De même, il est possible de distinguer dans le système les zones remplissant plutôt une fonction d’accueil (région de Chihuahua) et celles qui constituent davantage des zones de départ — c’est le cas de Zacatecas ou encore de Mexico. En outre, un triangle paraît se détacher assez nettement, celui formé par Zacatecas – Fresnillo – Sombrerete : c’est en effet entre ces trois villes relativement proches que les relations réciproques sont les plus importantes. Enfin, un tel tableau permet de commencer à apprécier l’étendue couverte par les mobilités des plèbes urbaines du Centre-Nord, depuis Mexico jusqu’au Chihuahua. Ces quelques grands traits font ainsi apparaître une « région vécue » centrée sur Zacatecas, dans laquelle chaque ville semble jouer un rôle bien précis et dépassant largement les limites administratives — elle se trouve à cheval entre les Audiences de Mexico et de Guadalajara, entre la Nouvelle Galice, la Nouvelle Biscaye et le Nouveau Léon, et mord même sur les Provinces Internes.

UNE GÉOGRAPHIE D’UNE RÉGION MINIÈRE QUI DÉPASSE LES DIVISIONS ADMINISTRATIVES

  • 35 D. Kuri Breña, Zacatecas, civilizadora del norte. Pequeña biografía de una rara ciudad.
  • 36 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600.

30Avant de pousser plus avant l’analyse de la région telle qu’elle apparaît à travers la reconstitution des mobilités d’un secteur précis des populations locales, il convient d’effectuer tout de même un bref rappel d’une historiographie régionale dédiée à la description de Zacatecas en tant que « civilisatrice du Nord ». Le terme, utilisé par le poète et philosophe D. Kuri Breña dans ce qu’il qualifie lui-même de « biographie » d’une ville métisse par essence, met bien en valeur la place centrale accordée à la ville minière dans l’organisation de l’espace aux XVIIe et XVIIIe siècles35. En effet, Zacatecas peut faire figure de « civilisatrice du nord » à plusieurs niveaux comme le mentionnent les ouvrages consacrés à la conquête puis à la colonisation de ces régions du nord : Nouvelle Galice, Nouvelle Biscaye, Nouveau Léon, Nouveau Mexique… Ph. Powell s’attache ainsi à décrire et analyser le rôle moteur joué par la ville et ses mines dans la prise en main chaotique du nord du Mexique tenu par les Indiens nomades Chichimèques36. En fait, la découverte des importants gisements argentifères autour de Zacatecas a entraîné un nouveau mouvement de colonisation :

  • 37 Ibid., p. 30.

Malheureusement pour l’exploitation subséquente de ces mines et pour la tranquillité de la nouvelle frontière de l’argent, un sérieux problème apparut bientôt. La course en direction de Zacatecas laissa derrière elle une grande étendue de territoires non colonisés ni explorés, car les nouveaux centres miniers se trouvaient bien au-delà des limites des zones de populations sédentaires conquises et affaiblies par Cortes. […] Zacatecas elle-même se développa si rapidement qu’au bout de quelques mois, le risque de sa destruction par une attaque indigène disparut presque complètement. Au contraire, les routes ouvertes par le nouveau trafic entre les premiers établissements et les lointains centres miniers n’étaient que des lignes étroites qui traversaient des terres inconnues. Les chemins en direction du nord (la route de l’argent vers Zacatecas) étaient trop incertains, et le trafic qui y circulait sur ces chemins était excessivement vulnérable face aux attaques des Indiens37.

  • 38 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.
  • 39 Ibid., p. 28.
  • 40 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, p. 26.

31Zacatecas peut aussi être considérée comme la « civilisatrice du nord » dans la mesure où cette ville a été le point de départ d’expéditions menées plus loin au nord par certains de ses habitants à la fin du XVIe siècle. Même si son étude porte surtout sur l’industrie minière, Peter Bakewell montre bien dans les premiers chapitres de son ouvrage que des entrepreneurs zacatecanos sont à l’origine de la découverte et la colonisation de la Nouvelle Biscaye et du Nouveau Mexique38. C’est le cas de l’expédition financée par Diego de Ibarra, dirigée par son neveu Francisco de Ibarra et formée par des hommes originaires de Zacatecas qui se trouve à l’origine de la fondation des villes de Nombre de Dios et de Durango en 1563 et de la constitution d’une nouvelle province, la Nouvelle Biscaye39. De nombreuses entreprises de découverte et de colonisation ont ainsi été lancées à l’image de celle menée par Diego et Francisco de Ibarra et ont donc contribué à étendre et renforcer l’emprise espagnole sur le nord de la vice-royauté, à protéger en fait la situation des mines zacatecanas. De ce point de vue, Zacatecas peut vraiment être regardée comme la « civilisatrice » ou même la « mère » du nord comme l’écrit avec emphase W. Jiménez Moreno (cité par P. Bakewell)40. Ce sentiment est renforcé par l’étude de R. Fernández qui montre comment la Nouvelle Galice s’est constituée administrativement et économiquement aux XVIe et XVIIe siècles autour de deux pôles à la fois antagonistes et complémentaires : Guadalajara et Zacatecas. La première se situe dans une zone à dominante agricole et, en raison du développement de l’industrie minière dans les régions du nord, a vite obtenu le siège de l’Audience de Nouvelle Galice au détriment de Compostela (1549). En revanche, la seconde a contribué à organiser les territoires voisins grâce à son rayonnement économique, obtenant le tracé de routes la reliant directement à Mexico. Nous voyons bien là toute l’attraction qu’exerce cette ville sur les régions environnantes. Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette dernière est dirigée à partir de 1580 jusqu’à la mise en place de l’intendance, par un corregidor directement nommé par la Couronne et échappe donc dans une certaine mesure à l’autorité de Guadalajara. De fait, les deux villes, l’une grâce à son pouvoir politique et agricole, l’autre grâce à son rayonnement économique, ont structuré l’espace de Nouvelle Galice de manière symétrique et complémentaire. Mais dans cet article, le plus intéressant est bien évidemment la manière dont l’auteur insiste sur le rôle joué par Zacatecas et rejoint par là les auteurs que nous avons cités auparavant :

  • 41 Fernández, « Zacatecas y Guadalajara en la organización del occidente en México virreinal », pp. 1 (...)

Si nous considérons Zacatecas comme un centre supra-régional, organisateur spatial du nord et un agent influent d’un différentiel de développement dans les processus régionaux du sud du Río Grande, le panorama est différent : à partir de Zacatecas on fit les principales découvertes minières et la colonisation du nord de la Nouvelle Espagne, et on construisit les routes d’extraction de l’argent en direction de la capitale vice-royale et la métropole ; la manière dont elle attira la construction de routes d’approvisionnement depuis les régions agricoles et d’élevage du sud fut également claire : les canyons, le Bajío, le marécage de Chapala, et les bassins de Sayula et Etzatlán de même que la vallée d’Atemajac41.

  • 42 AGN, Inquisición, 834, Exp. 24.
  • 43 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15.

32Le cadre et même la logique des mobilités observées dans la documentation sont de fait évoqués dans ces quelques lignes de R. Fernández. C’est à l’intérieur de cet espace centré sur Zacatecas et englobant régions agricoles et minières que les populations étudiées évoluent à la recherche d’un sort meilleur ou essaient d’échapper à un passé embarrassant pour recommencer une nouvelle vie. L’itinéraire d’un Bernabé Cristóbal, bigame poursuivi par l’Inquisition en 1733, est à ce titre particulièrement révélateur : originaire de Querétaro, il se marie une première fois dans la région de Torreón — Nouveau Léon — puis disparaît un temps dans la Huastèque pour réapparaître à Zacatecas, et enfin se fixer et se remarier dans la région de Fresnillo42. Cet homme a ainsi parcouru une bonne partie du Centre-Nord, passant de régions agricoles à des régions minières, dans une migration essentiellement motivée par la recherche de travail dans une hacienda — à la lecture du procès, le crime de bigamie dont il se rend coupable apparaît plus comme la conséquence de sa grande mobilité, et non pas la cause. L’itinéraire de Bernardo Carrillo une dizaine d’années plus tard est tout aussi intéressant voire plus dans la mesure où ce dernier, dans sa recherche de travail, tente de mettre à profit l’ensemble des opportunités offertes par un espace regroupant régions agricoles et minières : natif de Fresnillo, il travaille dans une hacienda dans la zone de Bolaños avant de répondre à l’appel de l’aventure minière dans cette dernière ville puis par la suite, regagne le monde des haciendas43. De fait, l’espace qu’il est possible de dessiner à partir des exemples de mobilité recueillis dans le corpus recoupe la zone d’influence de Zacatecas telle qu’elle est décrite dans l’historiographie, zone étendue, produit du rôle doublement « civilisateur » et surtout rôle structurant joué par la ville au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La géographie des plèbes urbaines correspond donc à une vaste région économique centrée sur son cœur, Zacatecas, reliant d’une part la partie occidentale du « Grand Nord » (Nouvelle Biscaye et Chihuahua essentiellement) à la capitale de la vice-royauté selon un axe nord-ouest — sud-est et d’autre part les régions à dominante minière et les régions à dominante agricole dans un système d’interdépendance. Ces éléments permettent de comprendre non seulement la logique des itinéraires suivis par des individus comme Bernabé Cristóbal ou Bernardo Carrillo mais aussi de préciser les grands principes qui ont mené à la carte de synthèse suivante (fig. 24).

FIG. 24. — Dynamiques régionales

33L’étude des mobilités des plèbes urbaines du Centre-Nord au XVIIIe siècle s’avère donc fort intéressante à plusieurs niveaux. D’une part, en mêlant approche quantitative et qualitative, elle permet de proposer une typologie des mobilités et d’obtenir un premier aperçu des comportements quotidiens des populations et des stratégies qu’elles peuvent élaborer pour préserver ou améliorer leur situation économique et sociale. Si la nécessité de survie guide bien souvent les pas des migrants, l’espoir d’une bonne affaire ou même le rêve de la bonanza constituent également de fortes motivations à l’origine des voyages. Ce travail constitue à ce titre une manière supplémentaire, et plus dynamique que l’approche socioprofessionnelle notamment, d’améliorer la connaissance que l’on peut avoir des plèbes urbaines. Une telle approche donne ainsi à voir non seulement un premier aperçu des stratégies mises en œuvre par ces populations pour améliorer leur sort mais aussi la culture de la mobilité qui se développe en parallèle. D. Roche écrit à ce titre lorsqu’il évoque le cas européen du XVIIIe siècle :

  • 44 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 248.

[…] la mobilité s’accélère — et pas sous la seule influence de l’urbanisation. Elle est inséparable de données morales, intellectuelles et culturelles qui permettent l’acceptation du risque, qui autorisent les coûts réels et les investissements psychologiques, le prix à payer et le bénéfice reçu, qu’ils soient matériels ou moraux44.

  • 45 J. Poloni-Simard, « Amériques coloniales : la construction de la société », p. 502.

34D’autre part, en faisant glisser l’espace régional de sa position initiale de cadre de l’étude à une place plus centrale dans l’analyse, elle permet de mieux comprendre la cohérence d’une vaste région centrée sur Zacatecas la « civilisatrice du Nord ». À l’intérieur de cette région, c’est tout un système urbain qu’il est possible de restituer, celui créé par les migrations et les voyages des plèbes urbaines. Monde nouveau façonné au fil des ans par la découverte des gisements miniers et l’alternance des cycles de prospérité et de crise de l’économie de la mine, le Centre-Nord constitue véritablement un laboratoire dans lequel il s’est agi « d’inventer, d’organiser un espace économique, des rapports sociaux, des formes institutionnelles, des modalités de lien45. » Enfin, au fil de la progression de l’analyse, ce chapitre a été l’occasion d’ouvrir une piste de réflexion qui sera approfondie de manière plus systématique dans les chapitres suivants portant sur les questions de marginalisation et d’intégration des populations métissées : il s’agit des complexes interactions entre un espace régional aux caractéristiques aussi marquées que dans le Centre-Nord et les sociétés locales qu’il abrite et contribue à façonner. De fait, un tel travail permet d’assurer la transition entre une première partie consacrée à tracer les contours des plèbes urbaines, c’est-à-dire à décrire leur place dans la société coloniale, et une deuxième partie reposant davantage sur l’analyse de leurs comportements quotidiens et des stratégies qu’elles élaborent pour préserver et améliorer cette place ou, au contraire, survivre en restant à la marge de cette société.

35À l’issue de cette première partie, l’impression qui ressort le plus est celle d’une grande diversité des situations et des comportements. Certes, de grands traits apparaissent comme dominants — poids du peonaje, précarité sociale et économique, situation de domination, menace de la marginalisation — et renvoient à la difficile réalité des populations métissées décrite dans de larges pans de l’historiographie. Mais à la lumière des pages précédentes, il apparaît dorénavant bien difficile de considérer ces populations de manière monolithique tant l’éventail des possibilités est étendu, depuis la servitude jusqu’à l’accès à une position économique confortable, depuis la marginalisation jusqu’à l’intégration réussie. Au-delà de la variété, c’est également le sentiment d’une grande complexité qui domine : la définition de la place dans la société coloniale ne peut définitivement pas être réduite à un critère unique, quelle que soit sa nature. Plusieurs dimensions (de type économique, juridique, socio-culturel, socio-racial) doivent en effet être prises en compte et combinées pour être en mesure de reconstituer le plus fidèlement possible la place d’un groupe ou d’un individu dans le monde urbain du Centre-Nord au XVIIIe siècle. Monde multiple et même grouillant, les plèbes urbaines apparaissent enfin fort mobiles sur le plan social et géographique, certains individus montrant une grande capacité de résilience et d’adaptation et mettant en œuvre de véritables stratégies de survie et d’ascension sociale. De fait, si la majeure partie de ces populations apparaît comme « dominée » dans la hiérarchie coloniale, il ne faut toutefois pas oublier la réactivité qui semble les caractériser. C’est d’ailleurs à partir de l’étude de ces stratégies de mobilité qu’il a été possible de constater combien les plèbes urbaines apportaient, par le biais de leurs activités, leur propre touche à la structuration de la société urbaine et de l’espace régional. De ce point de vue, la région du Centre-Nord apparaît autant comme un cadre influent que comme le produit de la vie quotidienne de ces populations. Diversité, complexité, réactivité, interactions avec le monde environnant sont donc les quatre grandes idées qu’il a été possible de faire apparaître dans cette première partie. Les mines du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle abritent une population fort mouvante, sur le plan social comme géographique, et qui doit composer avec les conditions d’une stratification sociale complexe, à la fois socio-économique et socio-raciale. Dans cet univers bien particulier, le déclassement et la marginalisation ne sont jamais bien loin — le refuge du monde de la frontière peut paraître tentant pour une population à la merci des fluctuations la conjoncture minière — mais les possibilités de survie voire de réintégration dans la société coloniale sont réelles pour les individus qui savent tenter leur chance ailleurs. Les circulations font donc partie du quotidien des plèbes urbaines de la région et façonnent des dynamiques régionales fascinantes. Au-delà des seules stratégies de survie, la documentation judiciaire montre que ces régions minières fournissent également un terrain favorable pour des initiatives individuelles, parfois couronnées de succès. Le point commun de ces initiatives, de ces « coups de poker » réside dans l’utilisation judicieuse de la justice locale comme d’une tribune et dans la maîtrise d’une rhétorique efficace, au point de bousculer les certitudes des élites créoles le temps d’un procès.

Notes

1 R. Moro, Les usages de la route dans le Mexique colonial : histoires de vie et mobilités du XVIe au XIXe siècle.

2 Voir l’abondante littérature portant sur cet ensemble régional, depuis le travail de géographie historique de P. Gerhard, The north frontier of New Spain, jusqu’aux travaux plus récents de Jiménez, El Gran Norte de México. Una frontera imperial en la Nueva España (1540-1820).

3 Cette « région sociale » fait bien évidemment référence à la notion « d’espace social » (c’est-à-dire l’espace dessiné par les interactions humaines) décrit par A. Frémont, La région, espace vécu.

4 M. Swann, « Migration, Mobility and Mining Towns of Northern Mexico », p. 12.

5 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 925.

6 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 30, Exp. 04.

7 Ibid., fº 1.

8 Ibid., fº 2r et fº 3r.

9 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico » pp. 240-241.

10 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, pp. 48-51.

11 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », p. 237.

12 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, pp. 41-42.

13 Cl. Bargellini, La arquitectura de la plata. Iglesias monumentales del centro-norte de México, 1640-1750.

14 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 508v.

15 AGN, Inquisición, 1121, Exp. 07 ; AHN, Inquisición, 1732, Exp. 69/AHN, Inquisición, 1732, Exp. 70.

16 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 508v.

17 AGN, Inquisición, 541, Exp. 04, fº 508r.

18 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 02, fos 27-28.

19 AHEZ, Notarías, Manuel Bastardo, Protócolo 1, fº 340.

20 T. D. Arenas Hernández, Migración a corta distancia. La población de la parroquia de Sombrerete, 1677-1825.

21 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, fos 188-189.

22 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, fos 194-195.

23 AGI, Patronato, 182, R. 49, fº 2v.

24 AGI, México, 2240, « Ordenanzas de la minería de Nueva España » 1778.

25 D. Roche, (2010) Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, pp. 937-938.

26 AGI, México, 2240 « Testimonio de la solicitud hecha por la minería de la ciudad de Guanajuato contraida a varias gracias para evitar la ruina de aquel mineral… 1786 » fos 17v-18r.

27 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 940.

28 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fos 1v-2v.

29 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 1v.

30 AGI, Guadalajara, 75 « Minutas reales cédulas reales provisiones y consultas », f. 1r. « los vagabundos por los escándalos, latrocinios, hurtos, homicidios y delitos de torpeza que se experimentaban ».

31 AGI, Audiencia de Guadalajara, 158/1710-1712/La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal que se ha seguido contra Joseph de Olague […] que se retuvieron », fº 25r.

32 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 09, Exp. 10.

33 AGN, Inquisición, 1121, Exp. 07 ; AHN, Inquisición, 1732, Exp. 69 ; AHN, Inquisición, 1732, Exp. 70.

34 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », p. 237.

35 D. Kuri Breña, Zacatecas, civilizadora del norte. Pequeña biografía de una rara ciudad.

36 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600.

37 Ibid., p. 30.

38 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.

39 Ibid., p. 28.

40 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, p. 26.

41 Fernández, « Zacatecas y Guadalajara en la organización del occidente en México virreinal », pp. 17-35.

42 AGN, Inquisición, 834, Exp. 24.

43 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15.

44 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 248.

45 J. Poloni-Simard, « Amériques coloniales : la construction de la société », p. 502.

Table des illustrations

Légende FIG. 17. — Désert et mobilités
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende FIG. 18. — Évolution de la production argentifère à Zacatecas à l’époque de Joseph Narvaez (en marcs)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 19. — Construction des églises et mobilité des artisans spécialisés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende FIG. 20. — Mobilités professionnelles (les cas de Simón Sánchez et d’Ignacio Solis)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende FIG. 21. — Voyages et affaires dans la région de Zacatecas dans la première moitié du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende FIG. 22. — Types de mobilité et centres urbains
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende FIG. 23. — Migrations et relations urbaines
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende FIG. 24. — Dynamiques régionales
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540