Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Première partie. Les plèbes urbaines dans une société de frontière

Chapitre premier. Les franges de la société coloniale

Texte intégral

  • 3 Voir l’abondante bibliographie sur le sujet : E. Florescano et al., La clase obrera en la historia (...)
  • 4 Voir l’étude récente effectuée par J. Olmedo, Dinero para el rey, el padrón de 1781 y los artesanos (...)

1Avant de pousser plus avant l’étude des plèbes urbaines, des populations métissés et de la manière dont elles parviennent, ou non, à se ménager une place dans la société coloniale, il apparaît nécessaire de procéder en premier lieu à un travail qui peut sembler bien classique3 voire même fastidieux, c’est-à-dire une esquisse de la stratification sociale telle qu’elle nous apparaît dans la documentation notariale et judiciaire. De fait, lorsque l’on évoque les plèbes urbaines, de qui parle-t-on exactement ? Le but principal de ce premier chapitre est donc de préciser les contours du groupe étudié, de se pencher sur les franges de la société coloniale. Le résultat de ce travail distingue ainsi trois grandes catégories dans lesquelles se retrouvent les populations métissées et qui, de ce fait, structurent les plèbes urbaines locales : le monde de la servitude, celui des peones* et enfin un petit peuple urbain parvenu à une plus grande stabilité. La base de données initiale formée à partir des sources judiciaires et notariales permet de suivre l’évolution de ce monde sur l’ensemble de la période tout en sortant occasionnellement des limites de Zacatecas tandis que le recensement de 17814 fournit quant à lui un cliché extrêmement complet mais ponctuel de l’organisation urbaine.

  • 5 B. Von Mentz, (2003) « Educación técnica, reclutamiento de empleados y ascenso social en una empres (...)

2Par un décret du 17 août, le roi Charles III avait ordonné, à ses « vassaux des Indes Occidentales », que tous les hommes libres s’acquittent d’une contribution d’un peso : « aussi bien les Indiens que les autres castas qui composent le Peuple, et de deux pesos pour les Espagnols et les Nobles… ». Le cabildo de Zacatecas entreprit de collecter cette donation en mars et avril 1781, (…) Grâce aux listes détaillées élaborées à propos de la collection de la donation dans la ville de Zacatecas, dans les villages voisins, dans les mines, haciendas de metales et autres installations de culture et d’élevage, nous pouvons connaître chacun de leurs ouvriers, employés et superviseurs. Dans les fabriques et les maisons travaillent également des esclaves, des enfants et des femmes, mais ces derniers furent exclus de la collection de la donation. Pour cette raison, le recensement n’est pas un portrait totalement fidèle ou complet des classes laborieuses, mais c’est une liste très utile pour observer les différences sociales à l’intérieur des unités de production5.

  • 6 Voir le dossier : Caravelle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, numéro 84, « Les plè (...)

3Pour finir, même si ce chapitre repose essentiellement sur une analyse de type quantitatif, il ne faut pas oublier l’apport des sources notariales qui ajoutent une dimension qualitative au tableau esquissé à travers les quelques testaments de métis et de mulâtres retrouvés pour la première moitié du XVIIIe siècle. Ce sont en effet véritables instantanés qui donnent à voir le niveau socio-économique (existence de dettes et de créances, possession de biens mobiliers et immobiliers) auquel sont parvenus certains individus à la fin de leur existence et qui permettent non seulement d’apporter de nombreuses nuances pour éviter les écueils d’une viison schématique mais aussi d’apprécier les stratégies d’un groupe pris en tenaille entre la menace permanente de la marginalisation, les nécessités de la survie et les aspirations à une vie meilleure. Le but de ce chapitre est en fait de se placer dans la continuité des réflexions ouvertes dans un dossier publié par la revue Caravelle en 2005, « Les plèbes urbaines en Amérique latine6. » Dans la présentation de ce dossier, M. Bertrand et R. Marin écrivent ainsi :

  • 7 M. Bertrand et R. Marin, « Présentation », pp. 7-8.

Longtemps négligées au profit des populations rurales indiennes, les plèbes urbaines suscitent aujourd’hui un regain d’intérêt chez les historiens qui en livrent des lectures inédites. Le recul des approches structurales et globalisantes, peu ou prou héritées du marxisme, a conduit à davantage de complexité dans la reconstitution des univers sociaux populaires, à plus d’attention aux « intensités faibles » et aux petits riens qui fondent le quotidien des gens de peu, chers à Arlette Farge. On interroge et déconstruit désormais les catégories établies par les dominants, on privilégie les dynamiques et l’on insiste beaucoup plus sur les mobilités et les différenciations. « Processus », « stratégies d’acteurs », « transgression », « métissages » de toute sorte, sont au cœur de la démarche suivie ici par Serge Gruzinski dans sa recherche sur la genèse des plèbes coloniales. À la mise en lumière par de nombreux travaux sur l’Hispano-Amérique de l’hétérogénéité extrême et de la plasticité du « monde indien » correspondent de semblables recherches sur la société esclavagiste brésilienne. L’esclave ou l’affranchi, loin d’être réifiés comme par le passé, y gagnent en épaisseur et font désormais figure de sujets créatifs de leur propre histoire7.

I. — UNE STRATIFICATION SOCIALE BIEN COMPLEXE

LA NÉBULEUSE SERVILE

  • 8 Pour la migration de la canne à sucre dans l’espace méditerranéen, voir la thèse de M. Ouerfelli, L (...)
  • 9 O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières, p. 57.
  • 10 B. Von Mentz, Trabajo, sujeción y libertad en el centro de la Nueva España, p. 16.
  • 11 K. M. de Queiros mattoso, Être esclave au Brésil. XVIe-XIXe siècles, p. 114.

4Lorsque l’on évoque le monde des esclaves en Amérique coloniale, une image s’impose aux esprits de manière très forte, celle de la grande plantation sucrière. La culture du sucre a en effet pris un essor considérable aux XVe et XVIe siècles lorsqu’elle est sortie du domaine méditerranéen8 pour gagner les zones tropicales — São Tomé en Afrique côté portugais, Saint Domingue en Amérique côté espagnol9 — migration qui a permis la multiplication des cycles de culture par trois voire quatre. L’intensité du travail demandé pour faire fonctionner les plantations et les moulins rattachés à ces structures a entrainé un recours massif à la main d’œuvre d’origine servile, considérée comme plus rentable que la main d’œuvre salariée libre — qui, en outre, n’était pas prête à accepter les rendements considérables exigés par les cycles tropicaux. C’est ainsi que l’essor de l’économie de plantation (sucre, mais aussi café ou coton selon les zones considérées) a été accompagné par l’apport d’une population servile considérable par le biais de la traite, phénomène suivi de deux conséquences principales, l’une démographique — constitution des Amériques dites « noires », durablement structurées selon les rapports maîtres/esclaves et dans lesquelles les populations d’origine africaine sont majoritaires — l’autre plus historiographique — comme mentionné plus haut, l’esclavage en Amérique est étroitement associé dans les esprits et les mémoires au monde de l’ingenio. Malgré la prégnance de ce modèle, et l’empreinte durable qu’il a pu laisser dans l’histoire de l’Amérique coloniale, et plus particulièrement du monde de la Caraïbe, il ne doit tout de même pas masquer la grande diversité des situations que le chercheur rencontre dans la documentation. Si l’esclavage renvoie à une réalité juridique et identitaire bien circonscrite, il faut bien dire que le phénomène recouvre en revanche une grande variété de réalités socio-économiques. Br. von Mentz écrit ainsi qu’il « faut distinguer [les] capacités et les connaissances de [la] condition légale10 ». L’esclave de la plantation ne dispose pas des mêmes opportunités que l’esclave des villes ; l’esclave domestique ne connaît pas les conditions de travail et d’exploitation que l’esclave du moulin d’un ingenio ou d’une hacienda de beneficio*. De fait, dans le contexte colonial, l’esclave est plus généralement affecté au monde de la production dans toute son amplitude. D’après K. M. de Queirós Mattoso, « au Brésil en effet, il s’agit d’un esclavage qui doit contribuer d’abord au développement d’une production agricole, d’une production de métaux précieux ou de pierres précieuses, et, dans les centres urbains d’une production artisanale et de services sociaux11. »

  • 12 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 18.
  • 13 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 06, Exp. 04.
  • 14 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 06, Exp. 04, fº 39.
  • 15 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 24, Exp. 20.
  • 16 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, f°s 24-26.
  • 17 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 31r.

5Une telle phrase pourrait s’appliquer à l’éventail des situations au Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle, tant la diversité des cas rencontrés dans les archives judiciaires et notariales est grande. Au fil de la lecture et de l’analyse, plusieurs lignes de séparation apparaissent assez nettement. Une première grande différence se situe entre les « esclaves des villes » et ceux que l’on retrouve dans les grandes unités de production qu’elles soient minières — mines et haciendas de beneficio — ou agricoles — haciendas ou ranchos. On retrouve les premiers surtout dans le service domestique et le petit commerce : ils peuvent assister leur maître dans sa boutique — c’est la fonction d’Hilario auprès du marchand espagnol Antonio Gaudín12 — ou travailler indépendamment avec l’accord du maître qui prélève une partie des revenus — Francisco Antonio Cumplido tient ainsi une boutique avec l’autorisation de son maître selon un accord manifestement de notoriété publique13. C’est parmi ces derniers que l’on retrouve en fait la plupart des affranchis qui ont pu procéder à leur rachat, ou qui ont pu tenter l’opération : c’est le cas de Francisco Antonio Cumplido à qui son maître accorde une certaine autonomie durant quatre ans pour procéder à l’achat de sa liberté, en vain car il est finalement rendu à son maître14, ou celui de Mateo de Covarrubias qui, quant à lui, parvient à aller au bout de la procédure avec le soutien de son épouse libre et celui, décisif, de la justice15. Les travaux agricoles dans la zone de Zacatecas se résument à des cultures de subsistance et surtout à l’élevage bovin (rancho de ganado mayor) ou ovin (rancho de ganado menor). Dans ce contexte, on retrouve un certain nombre d’esclaves chargés de surveiller des troupeaux : ce type de travaux leur donne de grandes responsabilités, qui peuvent se retourner contre eux lorsque des bêtes manquent à l’appel, mais aussi une certaine autonomie de mouvements dont ne bénéficient pas les esclaves domestiques par exemple. Ainsi, le mulâtre Manuel possède au sein des propriétés de l’Espagnol Antonio Murguia une fonction bien floue pour les observateurs qui le considèrent comme un vaquero chargé de surveiller les troupeaux à l’extérieur de l’hacienda16, alors qu’il s’agit d’un arriero chargé d’assurer l’approvisionnement de l’hacienda de beneficio. Son maître le qualifie ainsi d’« esclave si essentiel pour l’activité minière17. » Quelle que soit sa fonction véritable, il apparaît dans les différents témoignages que l’esclave Manuel n’est pas vraiment attaché à un lieu et bénéficie en tant que vaquero ou en tant qu’arriero d’une véritable autonomie. Plus dur en revanche est le sort des esclaves utilisés dans les mines : aux difficultés et aux dangers inhérents à une telle activité s’ajoutent les mauvais traitements et l’arbitraire des maîtres soucieux à la fois d’obtenir la plus grande rentabilité et de punir durement les esclaves soupçonnés de dérober du minerai. Contrairement aux operarios libres, les esclaves des mines ne bénéficient pas de mêmes avantages en nature comme la pepena* et ne peuvent bien évidemment pas changer de mine, et de real de minas. C’est la situation à laquelle se retrouve confronté un certain Ignacio, esclave travaillant à Sombrerete dans les mines du capitán Joseph Duran de la Peña :

  • 18 AGN, Inquisición, 706, Exp. 01, fº 3r.

que, ce déclarant étant descendu dans une de ses mines située dans cette ville et nommée le Pavillon, et ordonnant à Joseph de Marmolejo, serviteur dans la dite mine, de l’aider à attacher un esclave mulâtre du déclarant appelé Ignacio pour le punir pour un vol commis dans la dite mine, et le dit mulâtre commença à résister et lutter, se défendant afin qu’ils ne l’attachent point, et entra dans une grande colère, disant « Je renie Dieu », ce qu’il ne prononça qu’une seule fois. Et le déclarant, saisissant une pierre, lui donne un coup sur la bouche. Et le dit Joseph de Marmolejo fit de même, le frappant à la bouche, et ils le laissèrent là18.

  • 19 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 7.
  • 20 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 13v.
  • 21 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, f°s 12v-13r.
  • 22 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 04, Exp. 05.
  • 23 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 17, fº 1r.
  • 24 AGN, Inquisición, 758, Exp. 23.

6Le procès dans lequel apparaît l’esclave Manuel nous amène à un autre point important. Contrairement à l’économie de plantation que l’on retrouve dans la zone Caraïbe notamment, les esclaves du Centre-Nord travaillent aux côtés d’une main d’œuvre libre et salariée. Dans ces espaces, il semble bien que la main d’œuvre servile intervient comme un complément et ne constitue pas la base essentielle de l’économie locale. Peones serviles et libres partagent ainsi les mêmes difficiles conditions de travail, notamment dans les haciendas de beneficio dans lesquelles on manipule du mercure, métal hautement toxique. La composition de la main d’œuvre de l’hacienda d’Antonio Murguia est à ce titre révélatrice. Manuel côtoie ainsi des salariés libres comme le molinero espagnol Juan Flores19, le macero espagnol Antonio Flores de Escamilla20 ou l’arriador métis Onofre de Cervantes21. On retrouve la même mixité dans l’hacienda de beneficio du comte de Santa Rosa en 171122. Dans les moulins comme dans les galeries, la main d’œuvre d’origine servile apparaît bel et bien comme une main d’œuvre d’appoint. Les esclaves peuvent aussi nouer des contacts amicaux qui se traduisent par l’imbrication des réseaux populaires en matière de divertissements. En 1706, les Espagnols de Zacatecas, Juan Ruíz et Joseph de Olague, portent plainte auprès de la justice pour dénoncer des tricheries lors d’une partie de dés à laquelle participent des libres et des non-libres23. Quelques années plus tard, un esclave de Sombrerete, Luis de Valdes se retrouve au centre de l’attention de la foule en pratiquant des tours de magie qui finissent par attirer les foudres de l’Inquisition24.

  • 25 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 24, Exp. 29.
  • 26 « Mulatillo » doit s’entendre avant tout comme le diminutif de « mulato » qui renvoie tout simpleme (...)
  • 27 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 35, Exp. 28, fº 4r.

7Il est également possible d’établir une distinction forte entre les très nombreux esclaves simples objets de transaction, totalement dépourvus d’initiative, subissant le bon vouloir des maîtres et les individus lancés dans une procédure d’affranchissement qui sous-entend la constitution d’un pécule en vue du rachat et la capacité à se pourvoir en justice si les accords préalables ne sont pas respectés. On peut y voir le résultat d’un certain processus d’apprentissage de l’esclave, au départ bien dépourvu, comme Andrea Paula, qualifiée de mulatilla, qui se trouve à la suite de son mariage avec un autre esclave au centre d’un conflit entre sa maîtresse et celle de son époux, conflit dans lequel elle fait figure à la fois d’élément déclencheur et d’objet que Petra Micaela de la Puebla Ruíz de Celis entend bien récupérer en dépit du changement de son statut matrimonial25. De ce point de vue, les enfants subissent une objectification plus forte (ils n’ont pas de fonction productrice) et sont souvent désignés seulement par l’expression mulatillo26. Au fil du temps, l’esclave peut apprendre au contact de son maître les rouages de la société coloniale et être plus à même d’utiliser des recours pour améliorer son sort voire obtenir et conforter sa liberté. Il y aurait donc tout un processus d’apprentissage qui permettrait de distinguer non seulement l’enfant de l’esclave venant de fonder une famille mais aussi l’esclave nouveau venu — le bozal — des individus acculturés. La capacité à suivre un tel apprentissage constitue une autre ligne de séparation : tous les esclaves ne disposent pas des mêmes opportunités pour prendre connaissance et manipuler les rouages de la société coloniale à leur avantage. On peut supposer que c’est ce type d’apprentissage qui a rendu Tomasa Javiera Zapata capable non seulement d’effectuer des démarches pour trouver un nouveau maître acceptant un rachat éventuel mais aussi de chercher refuge auprès des autorités pour échapper aux mauvais traitements infligés par sa maîtresse et essayer d’obtenir gain de cause. Elle affirme ainsi qu’elle n’avait d’autre solution « que recourir à la protection de Votre Grâce pour que, ayant entendu mon humble argumentation, elle veuille bien rendre justice et prenne cette mesure, ordonnant que ma dite maîtresse me donne sa permission par un document afin que je parte grâce à un autre maître chez qui j’aurais la consolation de servir à mon goût27. » Ainsi, à l’opposé de l’image un peu monolithique souvent attachée à l’esclavage à partir du modèle caribéen, c’est une véritable « mosaïque servile » qui se dévoile sous nos yeux.

  • 28 J. -P. Tardieu, « De l’évolution de l’esclavage aux Amériques espagnoles (XVIe-XVIIIe siècles) », p (...)

8Les esclaves du Centre-Nord, s’ils sont relégués de manière homogène à une position très inférieure sur le plan légal, apparaissent à tous les niveaux de la vie économique et domestique, partageant de manière plus ou moins marquée le quotidien des populations libres, espagnoles ou non. Pour J. -P. Tardieu, c’est l’application dans les colonies espagnoles du vieux code castillan des Siete Partidas qui explique « [ce] polymorphisme de l’esclavage et, par voie de conséquence, […] l’intégration sociale du Noir dans les Amériques espagnoles en favorisant le développement de structures familiales et l’accession à la liberté. De plus, elles ne lui interdirent pas toute miscigénation, même si elle fut plus souvent la conséquence de l’exploitation sexuelle28. » Certaines « pinturas de castas » permettent illustrer ces propos en donnant à voir non seulement une représentation fantasmée du phénomène du métissage à l’œuvre en Amérique coloniale mais aussi des scènes de la vie quotidienne qui mettent en relation plus ou moins consentie populations libres et non-libres (fig. 4).

FIG. 4. — Vie quotidienne, esclavage et métissage

9Le tableau présenté, De Español y negra nace mulata, dévoile par exemple la place de l’esclave dans la domesticité urbaine : l’esclave, vêtue à l’espagnole, se voit confier les travaux de la cuisine. Même si la dispute paraît à l’avantage de l’esclave vue dans « son domaine », la différence de statut, et donc le rapport de force, est perceptible à travers le vêtement et semble sous-entendre l’exploitation sexuelle génératrice de métissage évoquée par Tardieu. En définitive, le parti pris d’une lecture plutôt qualitative du monde des esclaves tel qu’il apparaît dans la documentation judiciaire et, dans une moindre mesure, notariale donne à voir la grande diversité et complexité de ce monde, deux qualificatifs que l’on peut également utiliser volontiers pour caractériser les plèbes urbaines libres. Ces dernières recouvrent tout un éventail de réalités fort différentes les unes des autres depuis les peones des mines ou des haciendas qui ne possèdent que la force de leurs bras jusqu’à la foule des artisans et petits propriétaires caractérisés par une plus grande intégration socio-économique.

PEONES DES MINES ET DES HACIENDAS : UN GROUPE PARTICULIÈREMENT FRAGILE

  • 29 Pour le monde rural, on peut évoquer à titre d’exemple les travaux de E. Van Young, Hacienda and Ma (...)
  • 30 Cuauhtémoc Velasco Ávila, « Los trabajadores mineros en la Nueva España, 1750-1810 », pp. 239-301.
  • 31 E. Tandeter, L’argent du Potosí, coercition et marché dans l’Amérique coloniale.
  • 32 G. Cubillo Moreno, Los dominios de la plata. El precio del auge, el peso del poder. Empresarios y t (...)
  • 33 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1746, f°s 45-48. AHEZ, Ayuntamiento, Minería, (...)

10L’histoire minière29 a ainsi traditionnellement insisté sur les différentes particularités du travail dans les mines du Mexique et du Pérou à l’époque coloniale. Des études ont été consacrées au système du repartimiento ou de la mita* ou au contraire à l’existence d’une main d’œuvre salariée dans les reales de minas du nord de la Nouvelle Espagne, aux conditions de travail dans les galeries et dans les haciendas de beneficio, enfin, aux nombreux dangers menaçant la santé et même la vie des operarios de minas. C’est là l’objet principal de travaux comme ceux de Cuauhtémoc Velasco Ávila sur la Nouvelle Espagne30 ou encore d’Enrique Tandeter sur les mines de Potosí en Bolivie31. Si les operarios peuvent faire figure de catégorie privilégiée dans le monde des peones en raison de salaires supérieurs32, ils n’en restent pas moins soumis aux aléas de la conjoncture minière qui peuvent mettre brutalement fin aux périodes de bonanza pourvoyeuses d’emplois et d’opportunités. De même, le montant des salaires, calculés sur une base quotidienne, peut fluctuer très fortement en fonction de l’activité de la mine et des bénéfices obtenus, même d’un mois à l’autre. Une chute de l’activité se traduit presque immédiatement par une chute des salaires. L’examen des memorias de minas33 qui permettent de suivre l’évolution de la main d’œuvre d’une mine ou d’une hacienda de beneficio, du moins pour les séries les plus longues, est à ce titre très enrichissant. Outre les fluctuations des salaires, de nombreux thèmes apparaissent comme la grande diversité de la main d’œuvre – sous la dénomination générique d’operario se dissimulent en fait un grand nombre de fonctions — ou encore le fonctionnement quasi continu de certaines mines ou haciendas qui possèdent des équipes de jour et de nuit (fig. 5).

  • 34 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 44, Exp. 03, f°s 226r-262.

11La plupart des operarios sont désignés seulement par le prénom, ou même un surnom, signe supplémentaire de leur place au plus bas dans la société, les peones de la mine La Pelegrina effectuent différentes tâches : si les barreteros* et autres piqueadores recherchent le minerai et creusent les galeries, d’autres contribuent à l’entretien de la mine — c’est le cas des peones de agua chargés du drainage — ou du matériel — un artisan forgeron figure sur la liste. D’autres enfin appartiennent à l’encadrement comme le quitapepena ou le desaguador. Le niveau des salaires varie aussi en fonction du degré de technicité du métier exercé – tandis que le salaire hebdomadaire maximum du barretero est de trois pesos et six reales, celui des coheteros, qui manipulent la poudre, peut atteindre plus de cinq pesos — ou du degré de responsabilités — le quitapepena chargé de protéger le propriétaire de la mine contre les vols reçoit un salaire de six pesos, le plus élevé de tous, alors que les tenateros qui transportent le minerai reçoivent le salaire le plus bas, deux pesos au plus. Comme dans bien des domaines de la société coloniale, c’est la diversité des situations qui semble encore une fois le maître mot. Ces salaires, nous l’avons dit, évoluent en fonction du contexte minier (richesse en minerai, niveau d’inondation, capacité d’investissement des dueños de minas), ce qui se traduit par des fluctuations dans le temps selon des cycles courts que l’on peut bien observer dans la memoria de l’hacienda Florida pour l’année 1783. Selon les semaines, les salaires des molineros de l’hacienda oscille ainsi, pour six jours de travail, entre trois pesos et trois reales et un peso et cinq reales, autrement dit du simple au double34. Les effectifs également connaissent de grandes variations, d’une vingtaine de molineros à seulement quatre ou cinq individus : les mines et haciendas réorganisent, embauchent et débauchent chaque semaine en fonction du travail disponible. Cela crée une instabilité réelle pour la main d’œuvre ainsi menacée par le chômage si elle ne parvient pas à trouver un emploi dans une mine voisine.

FIG. 5. — Memoria de la mina Pelegrina, 1753

  • 35 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15.
  • 36 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 10, Exp. 16.
  • 37 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 13, Exp. 05.
  • 38 Voir P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.
  • 39 Voir Les effets des métaux lourds sur l’environnement et la santé, rapport 261 de l’Office parlemen (...)

12À cette précarité inhérente au statut de peón vient s’ajouter la dangerosité propre au monde de la mine. Dangereux, le métier des mineurs et plus largement des peones de l’ensemble du secteur, des galeries jusqu’aux moulins des haciendas de beneficio, l’est de toute évidence. D’une part, les accidents sont monnaie courante : les risques de chute et les éboulements des galeries menacent ainsi la sécurité des operarios. L’Indien Bernardo Carrillo, attiré dans les années 1740 par les sirènes des mines nouvellement découvertes de Bolaños, est ainsi victime selon son épouse « d’une chute qui le laisse presque dément35. » De même, des operarios retrouvent un cadavre dans la mine La Esperanza : une enquête est alors diligentée par les autorités pour établir les responsabilités. Les nombreuses fractures constatées tout comme les différents témoignages avançant un manque de respect des consignes de sécurité de la part de la victime font conclure à un simple accident et ne mettent pas en cause le propriétaire de la mine, qui n’est autre que José de la Borda36. Même si l’identité du propriétaire pousse à douter de l’impartialité de la décision — il est difficile de condamner celui qui a sauvé l’industrie minière locale — le fait même qu’une enquête ait été menée montre que la fréquence des accidents a conduit les autorités à tenter de mettre en place un certain nombre de consignes de sécurité plus ou moins respectées par les différents acteurs du secteur. Le métier des operarios est dangereux, mais il semble bien qu’à la fin du XVIIIe siècle commence à émerger l’idée que cette dangerosité n’est pas une fatalité et doit être encadrée, limitée dans la mesure du possible. C’est cet état d’esprit qui guide en 1790 l’enquête menée sur les circonstances de la mort d’un jeune garçon de onze ans dans l’hacienda de beneficio de Nuestra Señora de Guadalupe37. Tout comme dans l’exemple précédent, les témoignages insistent sur le comportement de la victime et son non-respect de la plus élémentaire prudence à proximité d’un moulin actionné par la traction animale. Outre les accidents, les maladies constituent une autre forme de menace, plus insidieuse, pour les operarios. Dans les haciendas de beneficio de la région, c’est le traitement du minerai par amalgame qui domine en raison de la faible teneur en argent38, traitement qui suppose la manipulation du mercure, métal hautement toxique et dangereux pour la santé39. L’inondation des galeries est également un vecteur de maladies, comme le souligne au début du siècle un administrateur chargé du drainage des mines de Zacatecas :

  • 40 AGI, Guadalajara, 174 « Expediente sobre las minas de Gajuelos de la ciudad de Zacatecas » fº 5.

et j’avertis mon maître parce que cela fait trois semaines que les travailleurs libres comme forcés, que Votre Grâce et messieurs les alcaldes m’ont remis, ne peuvent pas travailler parce que, après avoir été en contact avec l’humidité, ils sont frappés par cette épidémie qui ressemble à un tiphus très grave, et pour cette raison, j’ai fait arrêté l’équipe parce que, même si Votre Grâce et messieurs les alcaldes m’envoient des forçats, il ne servent à rien car ils tombent aussitôt malades et j’ai besoin de vingt-huit hommes pour le drainage tous les jours40.

  • 41 La consultation des rapports et lettres conservés aux Archives de Indes est à ce titre édifiante et (...)
  • 42 Les attaques répétées contre le droit à la pepena sont particulièrement révélatrices à ce titre. La (...)

13L’inondation des galeries — grand problème des mines locales avec la pénurie de mercure chronique durant les premières décennies du XVIIIe siècle41 — paralyse ainsi gravement l’activité minière non seulement en empêchant l’accès au minerai mais aussi en provoquant des épidémies qui font fuir les operarios libres, et déciment les travailleurs forcés, esclaves ou prisonniers. Toutefois, nous le verrons dans les pages suivantes, c’est cette même dangerosité partagée qui a permis le développement d’une certaine « fierté du mineur » et donc l’émergence d’une véritable conscience de groupe. Menacés par la précarité et par la dangerosité, les mineurs et plus généralement les peones des villes et des campagnes savent de fait trouver des réponses individuelles — la pluriactivité et la mobilité — ou collective — les protestations plus ou moins violentes — pour assurer leur survie dans une société coloniale cherchant à toujours plus rationaliser son économie, dans le monde minier notamment, au cours du XVIIIe siècle42.

UN PETIT PEUPLE URBAIN PLUS STABLE

  • 43 Les esclaves marchands ou artisans sont ici intégrés au groupe dans la mesure où ils partagent un b (...)

14À la lueur des sources judiciaires, c’est en effet tout un petit peuple urbain et métissé qui apparaît, composé essentiellement d’artisans et de petits commerçants. Si l’on considère les données rassemblées dans le corpus judiciaire et notarial pour l’ensemble de la période, la majorité d’entre eux appartient à un groupe générique des castas (métis, mulâtres, noirs, coyotes, lobos, etc.)43. Viennent ensuite les Espagnols, ou du moins, ceux qui se qualifient d’Espagnols devant le juge ou le notaire, et enfin les Indiens, ladinos pour la plupart (fig. 6).

  • 44 M. Carmagnani, « Demografía y sociedad », dans Historia mexicana : Historia y población en México, (...)
  • 45 J. F. de Barrio Lorenzot, El trabajo en México durante la época colonial. Ordenanzas de gremios de (...)

15De fait, comme dans de nombreux autres domaines, la structure démographique propre au Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne44 a favorisé au XVIIIe siècle la construction d’une société profondément métissée, dans laquelle les castas, groupe numériquement le plus important, disposent de vraies possibilités d’ascension sociale et parviennent, pour certains, à échapper à la condition de peón. C’est ainsi que l’on retrouve des maîtres artisans appartenant à la catégorie des castas alors même que dès les premiers temps de la colonie, des mesures avaient été édictés par la Couronne pour limiter l’accès aux corps de métier pour les populations métissées et surtout les descendants d’esclaves45. Dans l’échantillon rassemblé pour le XVIIIe siècle, dix maîtres disent appartenir à la catégorie des Espagnols (c’est le groupe majoritaire), mais on trouve également cinq maîtres métis et, de manière plus inattendue encore, quatre autres mulâtres. Les résultats de l’enquête sont rassemblés dans le tableau suivant (fig. 7) :

Fig. 6. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIII e siècle (répartition générale)

Espagnol

Métis

Mulâtre

Maître orfèvre

3

Maître cordonnier

2

1

1

Maître charpentier

2

1

Maître architecte

1

Maestro de hojalatero

Maître forgeron

1

1

Maestro alarife

Maestro velero

1

Maître tailleur

2

1

2

Maître maçon

1

FIG. 7. — Des maîtres artisans appartenant aux castas dans la région de Zacatecas au XVIIIe siècle

  • 46 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 04, Exp. 05.
  • 47 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 30, Exp. 04.
  • 48 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 50, Exp. 13.

16Les effectifs sont bien trop faibles pour pouvoir tirer de grands enseignements, mais certains points méritent toutefois d’être mentionnés. En premier lieu, élément qui n’apparaît pas dans le tableau, on trouve des maîtres artisans appartenant aux castas tout au long de la période : le mulâtre Manuel de Maisterra, maître et fabriquant de chandelles est actif dans les années 171046, le métis Joseph de Narvaez, maître forgeron, dans les années 174047 et le mulâtre José Santos Hidalgo, maître cordonnier, dans les années 179048. Sur ce point du moins, il ne semble donc pas qu’il y ait de véritable évolution chronologique de phénomène de fermeture ou d’ouverture sociale. Il faudrait toutefois manipuler des effectifs plus importants pour pouvoir présenter des conclusions plus précises et solides. Un second point important est le fait que l’on retrouve des maîtres métis ou mulâtre dans la plupart des corps de métiers représentés dans l’échantillon : d’après le tableau de la page précédente, seul le métier d’orfèvre présente un véritable déséquilibre en faveur des créoles et paraît être une « chasse gardée » espagnole, impression renforcée par le fait qu’on ne trouve pas de simples artisans orfèvres appartenant aux castas.

17Néanmoins, la calidad n’apparaît pas dans toutes les déclarations, et de manière suffisamment importante pour que le phénomène ne soit pas relégué au rang de simple anomalie statistique. Ainsi maints individus, près d’un tiers, se sont contentés d’évoquer leur statut socioprofessionnel dans leur déclaration, comme si la seule mention de leur métier suffisait à les situer dans la hiérarchie sociale locale. Nous pouvons reprendre à nouveau le cas très intéressant des maîtres artisans dont la très grande majorité ne déclare pas de calidad dans les différents documents où ils apparaissent, leur statut sous-entendant probablement une situation relativement prestigieuse sur le plan social et confortable sur le plan économique. Si on sort du domaine des maîtres artisans pour passer à celui des simples artisans, plusieurs nouveaux constats peuvent être retirés, notamment en ce qui concerne les individus qui ne précisent pas quelle est leur calidad dans la documentation judiciaire ou notariale (fig. 8).

FIG. 8. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIIIe siècle (répartition par catégorie de métiers)

  • 49 E. Florescano, « La formación de los trabajadores en la época colonial, 1521-1750 », pp. 100-101.

18Dans le graphique ci-dessus, nous voyons ainsi que, à l’exception des maîtres artisans, le taux de déclarants ne précisant pas une quelconque calidad est en moyenne de 20 à 25 %, ce qui vient renforcer l’hypothèse selon laquelle le statut de maître et le prestige associé peuvent être considérés comme suffisants pour situer un individu dans la société, à ses propres yeux, et aux yeux des observateurs. Outre cette première remarque, plusieurs tendances se dessinent. En premier lieu, le monde des maîtres artisans, les métiers de l’ornementation (doreur et orfèvre) et du commerce sont les domaines dans lesquels se retrouvent le plus d’Espagnols. La première de ces catégories possède un réel prestige dans le monde urbain, constitue non seulement un gage de savoir-faire mais sous-entend également une position socio-économique confortable traduite par la propriété de l’atelier et l’emploi d’ouvriers. C’était de plus un statut théoriquement réservé aux Espagnols : il n’est donc pas étonnant de retrouver une présence plus marquée des maîtres créoles dans le corpus. Incidemment, le fait de voir apparaître des métis et mulâtres pourvus d’un tel statut permet d’imaginer une société locale marquée par une véritable fluidité, ce qui vient nuancer le modèle du « métis social » proposé par E. Florescano49 ou encore celui, très figé, de la société de castes cher à M. Mörner. La seconde catégorie suppose l’accès à des matières premières précieuses, en particulier l’argent des mines locales, ainsi que la manipulation de ces dernières : par les investissements réalisés et les sommes échangés, ces artisans appartiennent en quelque sorte à une véritable aristocratie de l’artisanat. Là encore, il n’est guère surprenant de ne voir apparaître que des Espagnols. Enfin, en ce qui concerne le monde du commerce, on peut observer une répartition suivant la calidad : si la petite boutique ou tendejón est surtout le domaine des castas, le terme de marchand ou mercader est quant à lui attribué presque exclusivement aux créoles. Une autre tendance bien marquée tout au long du XVIIIe siècle dans la région de Zacatecas est la place réduite occupée par les Indiens dans le monde de l’artisanat urbain. Dans les archives judiciaires et notariales, seulement 6 % des artisans déclarent ainsi le statut d’Indien lorsqu’ils doivent décliner leur calidad. Ce premier élément tendrait à confirmer l’image d’une dichotomie coloniale entre monde urbain plutôt espagnol et métis d’une part et monde rural majoritairement indigène d’autre part. Même si les deux mondes, les deux Repúblicas, ne sont pas aussi cloisonnés que ne l’auraient souhaité les Espagnols, en témoigne la simple présence d’Indiens ladinos en ville, il apparaît tout de même, en ce qui concerne le monde des artisans, que les modes d’organisation spatiale, professionnelle et raciale de la société se recoupent sensiblement. En outre, nous le voyons dans le tableau ci-dessous, une majorité d’entre eux (5 sur 13 dans l’échantillon étudié) travaillent dans le secteur des transports et des communications comme conducteurs de mules essentiellement et assurent de ce fait la connexion entre monde urbain et monde rural, appartenant à un espace de l’entre-deux.

  • 50 M. Minchom, The people of Quito, 1690-1810. Change and unrest in the underclass, pp. 53-54.
  • 51 Voir à ce sujet la controverse entre J. Chance et W. Taylor d’une part et R. McCaa, St. Schwartz et (...)

19Il résulte donc de ces quelques éléments d’analyse que l’artisanat urbain est véritablement le domaine des populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIIIe siècle. Rendant les tentatives de régulation et de fermeture des corporations pour ainsi dire obsolètes, le rapport de force démographique largement favorable aux métis et aux mulâtres a permis la création d’une plèbe urbaine couvrant un large éventail depuis l’esclave et le simple peón jusqu’au maître artisan. Certes, le lot commun des castas reste statistiquement le peonaje, mais il faut noter qu’ils constituent le groupe majoritaire (37 % des déclarants dans l’échantillon) au sein des artisans dans leur ensemble, et la moitié des maîtres qui précisent une calidad dans leurs témoignages et autres actes notariés : la présence des métis et des mulâtres aux côtés de créoles et plus rarement d’Indiens dans les corporations n’est donc pas anecdotique ni exceptionnelle, et conduit à considérer la société coloniale à travers le prisme d’une stratification socio-économique. L’analyse d’un échantillon relativement réduit permet ainsi de se placer dans le prolongement des travaux plus conséquents sur le plan quantitatif de J. Chance sur Oaxaca. Plus récemment, à partir d’une étude de la population de Quito aux XVIIe et XVIIIe siècles, M. Minchom a montré comment la société urbaine locale est rapidement passée d’une stratification socio-raciale à une stratification socio-économique50. Cependant, doit-on pour autant évacuer totalement l’idée d’une stratification selon la calidad d’un simple revers de main comme les partisans du modèle économique ont pu parfois le prétendre51 ? À ce titre, le caractère relativement réduit de l’échantillon manipulé s’avère un atout dans la mesure où il permet une attention supérieure pour les détails les plus fins, et autorise de ce fait une lecture plus nuancée des phénomènes (fig. 9).

FIG. 9. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIII e siècle

20Si l’on considère l’ensemble de la période, le tableau (fig. 10) dévoile une tendance relativement marquée chez les métis, ou ceux qui se déclarent métis : un tiers d’entre eux travaillent dans les métiers de l’habillement (huit tailleurs, une couturière et trois cordonniers). En revanche, on ne parvient guère à distinguer une quelconque tendance pour les mulâtres et pour les autres castes (pour ces dernières, les effectifs sont trop réduits pour apporter des informations véritablement recevables). L’examen du recensement fiscal de 1781 permet de comparer ces données à une réalité plus restreinte, celle des années 1770-1780 et de dévoiler une situation sensiblement similaire dans les grandes lignes.

FIG. 10. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas en 1781

  • 52 AHEZ, Cargos y oficios, Censo 1781 et AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 43, Exp. 16.
  • 53 AHEZ, Cargos y oficios, Censo 1781 et AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 43, Exp. 16.

21Avant de souligner ces similitudes, il convient toutefois de souligner et d’expliquer les deux grandes différences qui apparaissent dans le graphique ci-dessus. La première réside dans la quasi absence de statuts « inconnus » (pour mémoire, dans l’échantillon général, le taux est de 29 %). La seconde réside quant à elle dans la part de la population espagnole qui chute à 16 % (part générale de 28 %). Ces deux phénomènes s’expliquent aisément par les conditions du recensement, et ne décrivent pas une réalité tangible, plutôt une réalité virtuelle correspondant au moment de la déclaration et aux enjeux de cette dernière. En effet, il s’agit d’un recensement à but fiscal : l’ensemble de la population libre, adulte et masculine est visée, comptée, classée pour obtenir une contribution générale accordée à la Couronne. Deux catégories sont dessinées par les administrateurs, les Espagnols qui doivent deux pesos à la Couronne, et les autres, Indiens, métis, mulâtre, qui ne doivent qu’un peso. Ces catégories reposent au passage sur la calidad indépendamment de la profession : le maître orfèvre métis contribue comme l’operario métis, quels que soient les revenus de l’un et de l’autre. Aux yeux de l’administration coloniale, la stratification est véritablement socio-raciale, ce qui se traduit de manière très concrète à travers les sommes versées : la société est partagée entre ceux qui versent deux pesos, et ceux qui n’en versent qu’un seul. Dans ce contexte très ponctuel et exceptionnel, il est naturel de voir se dessiner une catégorie des Espagnols plus réduite : on peut imaginer bon nombre de « petits blancs » abandonner un instant leur statut pour se faire « métis » et payer une contribution moindre à l’instar du cordonnier José Manuel Villanueva52 ou du puestero Leonardo Fernández53, tous deux métis en 1781 et Espagnols deux ans plus tard en 1783. De tels comportements peuvent également expliquer, par effet de vases communicants, une dernière différence notable : la plus grande proportion des individus qui se déclarent « métis » (ces derniers représentent ici plus d’un tiers de l’ensemble des artisans recensés tandis que, dans l’échantillon général, ils n’en représentent pas un sixième). Les groupes des artisans espagnols et métis seraient ainsi modelés artificiellement en fonction des intérêts individuels immédiats face aux réclamations fiscales de la Couronne. Enfin, dans la mesure où la déclaration est nécessaire pour la définition de la contribution individuelle, il est naturel que le taux des statuts inconnus soit proche de zéro : dans les conditions du recensement telles qu’elles ont été définies, les membres de l’administration coloniale ne peuvent pas se contenter d’une déclaration vague.

  • 54 AGN, Inquisición, 697, Exp. 37.

22Au-delà de ces différences, des similitudes notables apparaissent également dans le tableau ci-contre : le métier des tailleurs semble dominé par les métis et l’on retrouve de nombreux Indiens parmi les conducteurs de mules. Les Espagnols se partagent la plus grande partie des boutiques d’orfèvres. Retrouver ainsi certaines tendances esquissées grâce à l’échantillon général vient conforter les hypothèses formulées dans les pages précédentes, notamment en ce qui concerne le cas des artisans Espagnols. Ceux-ci dominent non seulement le métier d’orfèvre, mais aussi celui de barbier (il faut noter que le barbier fait aussi traditionnellement office de chirurgien54) ou encore les fonctions associées à la cathédrale. Dans la société zacatecana, les créoles, les « petits-blancs » se trouvent bel et bien dans les strates les plus élevées des plèbes urbaines. De même, le partage des Indiens entre monde rural et urbain paraît confirmé par leur forte présence parmi les conducteurs de mules mais aussi dans les métiers de la construction et ceux associés à l’élevage et à l’abattage de bovins. Pour finir, il convient de souligner un dernier élément mis en lumière par le tableau ci-dessus, à savoir la forte présence des mulâtres dans les rangs des cordonniers en 1781. Comme pour les métis les métiers de tailleur ou de forgeron, il semble bien difficile d’expliquer précisément une tendance aussi marquée, et il devient nécessaire de présenter un ensemble d’hypothèses plus large (fig. 11).

FIG. 11. — Artisanat et populations métissées à Zacatecas en 1781

  • 55 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », p. 118.

23Si l’on considère l’ensemble des phénomènes décrits plus haut, une première manière de les interpréter serait d’adopter une lecture « naïve » critiquée désormais par l’historiographie la plus récente55 et prenant les déclarations pour argent comptant, et reflétant fidèlement la calidad des déclarants : la création de réseaux, un certain phénomène de reproduction sociale, un effet de cloisonnement socio-racial au sein du monde de l’artisanat favoriseraient la concentration des métis parmi les tailleurs ou encore les forgerons, celle des mulâtres parmi les cordonniers, et la création de véritables « filières » dans lesquelles les plus jeunes suivent les pas des pères, des frères aînés ou même des voisins. De ce point de vue, les deux modes de stratification se combineraient pour produire un système complexe structuré d’une part par les possibilités économiques offertes aux individus (modèle économique) et d’autre part les réseaux d’interconnaissance et les comportements d’exclusion favorisant la création de filières selon la calidad de ces mêmes individus. C’est ainsi que l’on peut expliquer ces phénomènes de « spécialisation » chez les orfèvres (dominante espagnole pour toute la période), les tailleurs (dominante métisse pour toute la période) ou les cordonniers (dominante mulâtre en 1781). Dans ce système, le modèle économique constituerait le canevas principal amendé par les pratiques quotidiennes des réseaux professionnels ou familiaux. Une autre posture conduirait à relativiser sans pour autant la nier l’importance des déclarations sur les statuts et de privilégier le statut socioprofessionnel. Il faut bien dire toutefois que, dans la mesure où déclarer une calidad précise est une action suivie de conséquences très concrètes pour l’individu, ici payer une contribution de deux pesos ou d’un seul, dans la mesure où, également, l’administration coloniale déchiffre la société à travers le prisme de la stratification socio-raciale, il paraît bien difficile d’évacuer totalement cette dimension au cours de l’analyse.

24Dans la hiérarchie socio-économique, il apparaît que les orfèvres se retrouvent au sommet de la pyramide artisanale tandis que les tailleurs et les cordonniers occupent des strates moins reconnues. De même, on peut supposer que le tailleur est amené à travailler des matériaux plus nobles et à effectuer des travaux plus fins que le cordonnier. Si l’on catégorise les différents corps de métier comme autant de degrés dans la hiérarchie socio-professionnelle, un nouveau système d’explication qui mêlerait étroitement les deux modèles de stratification peut être alors proposé. L’accès à un certain type de métier situerait à lui seul l’individu dans la société et lui permettrait de déclarer une calidad adaptée à ce statut : c’est le métier (la dimension économique) qui conditionnerait dès lors la calidad (dimension socio-raciale). De ce point de vue, les « Espagnols » ou ceux qui se déclarent en tant que tels, dominent les métiers les plus élevés au sein des plèbes urbaines, les « métis » les fonctions plus intermédiaires, les mulâtres et les Indiens les travaux plus ingrats et moins reconnus. Les deux systèmes d’explication présentés dans les lignes précédentes établissent donc un lien étroit entre les deux grands types de stratification selon un principe de cause à effet (fig. 12).

  • 56 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », p. 114.

25L’analyse des deux échantillons ne permet pas vraiment d’aller plus loin que la proposition de ces deux modèles, et de trancher définitivement en faveur de l’un ou de l’autre, même si, à la lumière de l’historiographie la plus récente, le second système paraît le plus envisageable. Une certitude apparaît néanmoins : il est très difficile de rendre compte de la complexité de la société coloniale si l’on s’en tient à un seul modèle d’explication. Comme le souligne J. Poloni-Simard, il semble bien que les catégories coloniales « ont un sens ethnique, juridique et social56 », triple dimension à laquelle il est nécessaire d’ajouter l’aspect économique. Toutefois, pour prolonger la réflexion, il faut changer d’échelle, d’abandonner un temps la perspective quantitative pour procéder à une analyse davantage centrée sur les individus, leurs choix et leurs comportements.

FIG. 12. — Modèles de stratification sociale dans le monde de l’artisanat

26Une telle démarche vient ainsi compléter les données mises en valeur dans les pages précédentes : si l’analyse quantitative permet de dégager de grandes tendances et de proposer une prudente modélisation, le recentrage sur l’artisan désormais perçu en tant qu’individu et non plus seulement comme une simple catégorie socioprofessionnelle conduit quant à lui à une meilleure compréhension du quotidien et des mécanismes qui le sous-tendent. Au fil de l’étude, les sources ont fait apparaître deux grands domaines à partir desquels il semble possible de comprendre ce que signifiait concrètement « être un artisan » jour après jour pour les plèbes urbaines zacatecanas : la construction de réseaux de solidarité ou encore de distraction d’une part, et, d’autre part, l’accès à la propriété.

  • 57 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775.
  • 58 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 29, Exp. 12.
  • 59 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 29, Exp. 12, fº 27v.
  • 60 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21.
  • 61 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 2v-4r.
  • 62 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 20r-21v.
  • 63 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 17r-19r.
  • 64 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 19r-20r.

27En effet, appartenir à une corporation ne se résume pas à la seule définition du statut socio-économique dans la société coloniale. À l’instar des operarios de minas qui ont pu développer une culture propre fondée sur la prise de conscience d’une culture commune57, les artisans s’insèrent dans des réseaux de solidarité forts. Deux exemples tirés du corpus judiciaire permettent d’illustrer ce point. Dans le conflit qui l’oppose en 1746 au capitaine Domingo Sánchez de Quijano, le conducteur de mules Pedro Campos fait appel aux témoignages de ses pareils pour faire valoir son droit en montrant au juge les réalités du métier et les pertes inévitables lorsque l’on s’occupe d’un troupeau58. Pedro Joseph Vázquez Mercado rappelle ainsi la coutume qui veut que le conducteur de mules n’ait pas à payer pour les bêtes disparues59. Au total, ce sont quatre conducteurs de mules qui viennent soutenir Pedro Campos dans sa démarche, défendant le plaignant, mais aussi leur métier commun, les témoins n’étant pas à l’abri de problèmes similaires. C’est là tout l’intérêt de ce procès qui montre d’une part le choc entre deux réseaux de solidarité, deux logiques — à l’influence du capitaine s’oppose l’esprit de corps de métier — et d’autre part la défense d’une profession, la volonté sous-jacente de créer un précédent juridique favorable aux conducteurs de mules pour leurs futurs litiges. Être artisan suppose ainsi l’appartenance à groupe mobilisable en cas de difficulté et, plus généralement, à un ensemble d’intérêts communs que l’on doit préserver. La démarche commune des cargadores relève du même esprit de corps et de la même volonté d’affirmer des droits communs en utilisant la justice coloniale. Une affaire des dernières années de la période permet de prolonger cette réflexion. Le métis Enrique Medrano et le tailleur Pablo Araujo sont accusés en 1820 d’un vol dans la boutique d’un certain Pedro Garay60. Si le cas de Medrano surnommé Minillas, dépourvu de métier et ivrogne notoire61 est rapidement traité au cours de l’enquête, celui de l’Espagnol Pablo Araujo est bien moins simple. Ce dernier bénéficie en effet de soutiens non seulement dans les témoignages mais aussi lors de la nuit du cambriolage. Les témoignages insistent notamment sur son honnêteté62 et un en particulier donne à voir l’intensité et la complexité des liens à l’intérieur du corps des tailleurs au début du XIXe siècle. Dans son témoignage, le maître tailleur José María Cortes décrit tout d’abord, à la suite du témoignage de Pablo Araujo, une soirée visiblement coutumière qui le voit partager des verres de mezcal dans la calle Tacuba — en plein centre de la ville — avec quelques compagnons, tailleurs eux aussi : Pablo Araujo, Juan Mercado et Francisco Almodovar. Les liens professionnels se doublent donc de liens que l’on pourrait qualifier de ludiques, caractérisés par le partage des distractions. Deux d’entre eux, Pablo Araujo et Juan Mercado, semblent néanmoins avoir des projets moins ludiques pour le reste de la soirée, et, l’alcool aidant, font part à leurs compagnons de leur plan. Si l’on en croit le témoignage de José María Cortes, les liens professionnels et ludiques sont renforcés par d’authentiques liens d’amitié : le maître tailleur, ayant entendu les projets de ses compagnons, décide de faire échouer le plan, retarde les deux aspirants cambrioleurs, les fait boire plus que de raison et en profite pour prévenir le propriétaire cible du cambriolage prévu63. Francisco de Almodovar, quant à lui, n’est pas d’une grande aide pour ses compagnons car il avoue lui-même avoir trop bu et ne pas se souvenir de grand-chose. Il précise tout de même bien connaître Mercado et se porte implicitement garant de sa personne64. Si la solidarité des conducteurs de mules paraissait forte dans le premier exemple, elle n’en restait pas moins à un niveau professionnel. Ici, ce simple fait divers dévoile un complexe système de liens élaborés entre quatre hommes partageant le même métier : « être artisan » est donc bien souvent synonyme d’une appartenance à un réseau de solidarité plus ou moins étroit, mais non exclusif, il faut le préciser.

28Pour poursuivre cette plongée dans le quotidien d’un petit peuple urbain installé, il est temps de passer à la seconde question évoquée plus haut, celle de la propriété. Les sources notariales, et de manière plus secondaire, les sources judiciaires dévoilent ainsi un vaste éventail d’individus, hommes et femmes, artisans ou non, ayant accès à la propriété immobilière (maison, terrain, boutique) ou même minière. Les contrats d’achat/vente mais aussi les quelques testaments ou inventaires judiciaires permettent d’avoir un aperçu de cette petite propriété des plèbes urbaines. Le propos s’éloigne ici du seul cadre de l’artisanat pour porter sur l’ensemble des individus qui, grâce à l’accès à la propriété, peuvent entrer dans cette catégorie de « petit peuple urbain installé ». Une telle ouverture est rendue nécessaire par l’orientation des sources, mais s’avère également une chance dans la mesure où elle permet d’approcher une partie de la population souvent bien muette : la foule des Indiennes ladinas, métisses et mulâtresses libres. Dans cette perspective, les livres de Manuel Gutiérrez de Ávila sont très précieux dans la mesure où ce notaire a été actif pendant une trentaine d’années (entre 1700 et 1735) et où il est un des rares à préciser dans ses documents la calidad des individus qui ont recours à ses services. C’est grâce à lui, plus que tout autre notaire, qu’il est possible de reconstituer les grands traits du phénomène (fig. 13).

FIG. 13. — Actes notariés et propriété des plèbes urbaines dans les livres de Manuel Gutiérrez de Ávila

  • 65 AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 7, fº 28.
  • 66 AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 7, fº 28r.
  • 67 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, f°s 194-195.
  • 68 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, fº 194r.

29Cet accès à la propriété, aussi modeste soit-il, est lourd de signification et permet de discerner un éventail de situations bien éloigné du sombre tableau décrit par Enrique Florescano pour les peones. En effet, l’achat d’un terrain ou d’une maison suppose tout d’abord une capacité à investir, et pour ce faire, à réunir la somme nécessaire, à sortir de la gestion au jour le jour. En outre, le fait de parvenir à la propriété contribue à changer et affermir le statut de l’individu dans son voisinage : les maisons représentent notamment un bien propre dont il faut défendre l’intégrité — c’est le fond des conflits de voisinage récurrents. C’est enfin un bien que l’on peut transmettre aux enfants pour leur avenir ou encore vendre en cas de nécessité. De ce point de vue, ne posséder ne serait-ce qu’un lopin de terre ou une toute petite maison fait entrer les individus concernés dans une dimension différente : ils obtiennent la possibilité de « prévoir » contrairement aux peones condamnés à l’élaboration de stratégies de survie au quotidien. C’est ce que fait par exemple en 1707 María de los Santos y Rutiaga, qualifiée de mulâtresse libre dans le document, lorsqu’elle passe devant le notaire pour confirmer l’acte de propriété d’une petite maison et faire en sorte que celle-ci revienne automatiquement à son jeune fils, alors âgé de quatre ans65. Un tel document est très intéressant sur bien des points. Tout d’abord, il montre les possibilités d’un accès à la propriété immobilière pour des populations que l’on pourrait qualifier de « défavorisées » : María est apparemment desservie non seulement par sa calidad, c’est une mulâtresse, certes libre, mais marquée par le stigmate d’une ascendance servile, mais aussi par son genre, c’est une femme, visiblement isolée et mère d’un enfant illégitime. En dépit de cela, elle possède une « maison basse sur l’autre rive du ruisseau devant la maison de jeu, derrière la cathédrale de cette ville (Zacatecas) sur le chemin de Los Remedios, maison qu’elle a construite sur un terrain qu’elle acheté66 […]. » Cette modeste maison, en outre, ne semble pas le résultat d’un don ou de la générosité d’un ancien maître, mais bel et bien le fruit de ses efforts et d’une certaine réussite individuelle. Plus intéressants encore, semble-t-il, sont les comportements induits par l’accès à la propriété : ce dernier permet ainsi d’envisager l’avenir, ici celui de son fils, ce qui pousse à avoir recours aux services du notaire et à fixer ses volontés sur le papier et leur donner ainsi une valeur officielle difficilement contestable. De fait, si, d’après sa déclaration, María appartient au groupe des castas, son comportement et son éventail de décisions l’éloignent considérablement du modèle du « métis socio-économique » développé par Enrique Florescano. Cet écart est encore plus perceptible si l’on considère les cas des artisans propriétaires de mines. L’exemple du maître forgeron mulâtre Francisco de la Cruz en 1704 est à ce titre très intéressant à plusieurs niveaux67. Tout d’abord, le document donne à voir l’exemple rare mais bien réel d’un mulâtre parvenu au statut de maître artisan. Mais là n’est pas sa principale particularité : c’est aussi un forgeron de Vetagrande qui, outre son atelier, possède également une mine dans le real de minas de Panuco, distant d’une trentaine de kilomètres. Là encore, le fait de posséder un bien, ici minier, pousse Francisco à adopter une série de comportements qui, plus encore que le simple fait de posséder, le font entrer dans une autre dimension. Maître forgeron, il ne peut pas se consacrer à l’exploitation de sa mine et doit donc employer des operarios à cette fin, ce qui le fait passer, tant qu’il possède cette mine, dans la catégorie des dueños de mina. De même, résidant à Vetagrande, il ne peut guère superviser ses affaires à Panuco, ce qui le contraint à nommer un représentant auquel il accorde un « poder general68 ». Il adopte de fait un comportement que l’on associe plus volontiers aux créoles dans la société coloniale mais n’en continue pas moins à se désigner comme mulâtre devant le notaire.

30Toutefois, en dépit de ces réussites individuelles mises en lumière par la documentation, c’est surtout l’impression d’un groupe social fragile qui domine. En effet, la marginalisation et le déclin ne sont jamais bien loin, provoqués par les aléas économiques ou présents à l’intérieur d’une même famille. Pour certains castas, la marginalité est une voie inévitable ou même un risque assumé qui doit permettre la survie ou l’ascension sociale. Elle fait partie intégrante de la vie quotidienne, subie, vécue, choisie, rejetée, et définit un groupe social balançant en permanence entre marginalité et intégration.

II. — LA PROXIMITÉ DU DÉCLASSEMENT ET DE LA MARGINALITÉ

  • 69 E. Florescano, « La formación de los trabajadores en la época colonial, 1521-1750 », pp. 100-101.

31Lorsqu’on évoque les populations métissées dans le cadre des sociétés coloniales hispano-américaines, les images les plus prégnantes dans les imaginaires et même l’historiographie sont celles d’individus pauvres, rejetés, poussés à la marginalisation par un statut socioéconomique fragile, un contexte de hiérarchie socioculturelle pesante et une identité socio-raciale ambiguë. La plupart du temps sans perspectives d’ascension sociale et sans attaches réelles, les castas constituent dès le XVIIe siècle un groupe au sein duquel les propriétaires espagnols trouvent une main d’œuvre facile d’accès si bien que certains auteurs comme Enrique Florescano considèrent le peonaje comme un synonyme du métissage qui revêt alors une dimension essentiellement socio-économique69. De même que l’on associe volontiers métissage et pauvreté, ou métissage et soumission économique, le lien est également établi entre les castas et les comportements marginaux, et ce depuis les premiers temps de la colonie. Il est indéniable, à la lecture des sources judiciaires, que les populations métissées se retrouvent impliquées dans une bonne partie des affaires de délinquance quotidienne (vol, agression, troubles de l’ordre public), même si le nombre somme toute réduit d’affaires traitées par la justice locale ainsi que la présence certaine des castas dans le groupe des plaignants conduit à une réévaluation des caractéristiques de la délinquance métisse. Les faits divers sont un fait, et contribuent nettement à alimenter les préjugés coloniaux associant étroitement mala vida et métissage. Toutefois, la documentation permet de dépasser l’unique rencontre avec les individus identifiés et de suivre plus en détail une partie de leur trajectoire sociale. À la lumière de ces cas malheureusement trop isolés, c’est un monde plébéien fragile qui apparaît, où se croisent castas, Indiens ladinos et Espagnols, dans lequel la marginalisation ne semble jamais bien loin.

PLÈBES URBAINES ET MARGINALITÉ DANS LES IMAGINAIRES COLONIAUX

  • 70 Th. Calvo, « Les vices-rois et la plèbe », pp. 37-64.
  • 71 Ibid.

32En premier lieu, si le processus de marginalisation légale et ses conséquences ne concernent que les castas, force est de constater à la lecture des documents que le phénomène n’est guère réservé aux populations métissées et touche également les Espagnols déclassés que l’on pourrait qualifier de « petits-blancs » en reprenant la terminologie antillaise. De ce point de vue, il serait alors plus légitime d’évoquer une marginalité plébéienne plus conforme à la réalité coloniale, notamment au XVIIIe siècle, que l’image d’une marginalité métisse alimentée par les préjugés et les fantasmes du XVIe siècle. Dans son article sur les plèbes urbaines vues par les vices-rois de Mexico et de Lima70, Thomas Calvo insiste ainsi sur la conception d’une société divisée aux XVIe et XVIIe siècles entre « Grands » et « plèbe » dans la lignée de la pensée classique de Cicéron et Tacite. La population dépourvue de moyens économiques et de position politique est alors repoussée dans cet ensemble méprisé et rejeté, ensemble qui se craquelle néanmoins au gré de l’évolution de la société coloniale. Le vice-roi de Lima Castelfuerte éprouve ainsi des difficultés à trouver une place aux Espagnols pauvres dans un tel schéma. De même, au XVIIIe siècle, le vocabulaire espagnol tend à distinguer une « bonne » et une « mauvaise » plèbe : en 1697, l’archevêque et vice-roi de Mexico oppose la mala gente au reste du peuple tandis qu’en 1726, le Diccionario de autoridades distingue les termes de plebe et de plebezuela, le second servant à désigner « la plèbe la plus infime et méprisable71 ». Les populations métissées ne sont guère évoquées dans cette vision de la société coloniale qui fait du monde marginal un sous-ensemble générique des plèbes urbaines ou rurales. La différence avec les conceptions du XVIe siècle est très nette : plus qu’un défaut de nature inhérent aux castas, ce sont des défauts moraux, et en premier lieu la paresse, la fameuse ociosidad, qui entraînent la chute depuis la « bonne » plèbe vers le dangereux magma de la mala gente que l’on soit métis, mulâtre ou espagnol. Les instructions envoyées par le vice-roi au nouveau corregidor de Bolaños en 1754 viennent compléter le tableau d’une marginalité plébéienne au XVIIIe siècle :

  • 72 AGI, Guadalajara, 115, fº 3v.

[…] vous exécuterez [ces ordres] par tous les moyens sans épargner les Espagnols car, quand ceux-ci s’abandonnent à l’oisiveté et aux vices, on constate chez eux plus d’insolence que chez les autres castes […]72

33Quels sont donc ces vicios dénoncés ici par le vice-roi de Nouvelle-Espagne ? Et, plus généralement, comment se manifeste cette « marginalité plébéienne » ? Pour décrire et analyser le phénomène au mieux, il paraît judicieux de distinguer deux types entre une « marginalisation subie » — la mise à l’écart sur le plan économique, social, politique et légal par les élites et l’administration coloniale — et une « marginalisation active » — l’ensemble des comportements marginaux, « hors normes » plus ou moins volontaires et assumés qui tendent à éloigner l’individu ou le groupe du reste de la société. Bien souvent, les deux types sont associés dans un processus de cause à effet comme l’expression de M. Mörner le suggère : la fermeture économique et légale entraîne divers comportements considérés comme marginaux par le reste de la société. Les individus concernés glissent ainsi, par réflexe de survie ou par rejet assumé de la société, les deux aspects n’étant pas exclusifs l’un de l’autre, d’une marginalisation d’exclusion à une marginalité d’action. Dans ce cadre-là, les vicios dénoncés par les élites créoles et péninsulaires renvoient à la délinquance quotidienne et commune : homicide, bien souvent involontaire, vol, tromperie, violence verbale.

DES FAITS DIVERS QUI ALIMENTENT LES PRÉJUGÉS

  • 73 E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a fina (...)
  • 74 E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a fina (...)

34Les faits divers qui émaillent la vie quotidienne des sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe sont une réalité. Depuis les actes de violence ordinaire (dispute entre ivrognes ou joueurs qui se termine par un coup de couteau, violence domestique) jusqu’au grand banditisme, les attaques indiennes et les soulèvements populaires, les couches populaires des reales de minas démontrent une tendance certaine à l’agitation, individuelle, de groupe ou de masse. E. Flores Clair a dépeint dans un article de 1997 cette « face obscure de l’argent73 » qui a contribué à la création d’une image hautement négative des villes minières, véritables lieux de perdition, dans les esprits des contemporains. Les divertissements, et les débordements qu’ils induisent, des operarios de minas impatients de dépenser leur salaire augmenté de la pepena sont particulièrement visés par les autorités civiles et ecclésiastiques qui considèrent la grande fréquentation des tavernes et des fêtes taurines avec horreur74 si bien qu’en 1778, des mesures sont prises par l’administration royale pour tenter de contrôler ces intolérables débordements lors des jours chômés :

  • 75 AGI, México, 2240, Expedientes de Minería, « El Pardo, 20 de marzo de 1778. Al virrey de N. E. para (...)

Le Roi a été informé que la plupart des ouvriers, et surtout ceux des mines, loin de consacrer les jours de fête au culte divin et aux dévotions pour lesquels ils ont été institués, les consumaient en ivresse, désordres et insultes à Dieu. Sa Majesté veut que cet abus soit corrigé par des moyens justes et légitimes […]75.

  • 76 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775.
  • 77 Moreno De Los Arcos, « Algunas consideraciones sobre rebeliones y motines en los centros mineros (s (...)

35Au-delà de la violence quotidienne, qui concerne bien souvent au plus une poignée d’individus, les reales de minas du Centre-Nord ont également été agités dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle par des révoltes qui ont marqué durablement le monde des élites. On peut évoquer à ce titre la grande grève qui a touché Real del Monte en 176676 ou encore les émeutes qui ont secoué San Luis Potosí à la suite de l’expulsion des jésuites77. Enfin, les vastes espaces peu contrôlés des régions minières du Centre-Nord constituent un espace favorable au développement d’un banditisme de grands chemins qui parasite volontiers les routes par lesquelles circulent l’argent et les hommes entre Mexico et les reales de minas. Une affaire du début du XVIIIe siècle dans les environs de Zacatecas permet d’entrer de plein pied dans ce monde de « Frontière ». Le 3 janvier 1709, le comisario del campo Hernando Briceño reçoit la visite de son frère Bartolomé qui lui rapporte le meurtre d’un propriétaire espagnol, ami de la famille, Marcos Pérez :

  • 78 AGI, Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa cr (...)

[Hernando Briceño] affirma qu’au matin de ce jour, le déclarant se trouvant dans sa maison du puesto de la Pila dans cette juridiction, son frère Bartolomé Briceño arriva et lui apprit que, la veille, on les avait attaqués pour les voler entre la Boca del Lobo et l’exploitation, dans la juridiction de Fresnillo. Les voleurs étaient au nombre de dix et il avait reconnu parmi eux Camarillo, Agustín Lango, Olague et Reina et ceux-ci avaient tué Marcos Pérez. Le frère dit également au déclarant que le dit Agustín Lango l’avait mis en joue avec sa carabine78 […].

  • 79 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 24 « Año de 1707 : averiguación sobre la demanda del (...)

36Au sujet de la victime, il est tout d’abord important de noter qu’il apparaît comme très lié à la famille Briceño dès 1707 : c’est en effet chez lui que les autorités retrouvent des mules qu’un neveu du comisario del campo aurait dérobé avec un de ses beaux-frères79. De ce point de vue, la véritable « chasse à l’homme » qui s’ensuit pourrait être aussi bien interprétée comme le fait d’un dépositaire de la loi que comme une véritable faide menée par tout un réseau de solidarités au centre duquel se trouve Hernando Briceño père, ce qui renforce encore davantage le caractère intermédiaire de la famille Briceño dans la société locale, entre ombre et lumière.

  • 80 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 71-73.

37Parmi les bandits reconnus par Bartolomé Briceño, trois sont identifiés et décrits clairement. Deux appartiennent au groupe des castas : Agustín de Almiralla est un castizo selon sa propre déclaration, Juan de Reina un coyote. Le troisième est un Espagnol, Joseph de Olague. La présence de métis dans cette troupe permet de comprendre et apprécier le parallèle qui s’est tissé dans les esprits espagnols entre le phénomène du métissage — étroitement lié à l’illégitimité — et ce qu’ils appellent la « mauvaise vie », la mala vida. En effet, les élites péninsulaires comme créoles ont, dès l’apparition des premiers métis, rapidement décrit une sorte de cercle vicieux qui établit une relation de cause à effet entre origine illégitime voire ascendance esclave et imprégnation de tares diverses telles que la paresse, la violence. Les castas représenteraient, en fait, le vice sous toutes ses formes. Le XVIIIe siècle est d’ailleurs la période où ces préjugés deviennent les plus forts, comme en témoigne la réglementation de plus en plus sévère en matière matrimoniale pour éviter les mésalliances dans un contexte qui voit des castas opérer une ascension sociale certaine et aspirer à se mêler de plus en plus aux Espagnols80. Ces stéréotypes constituent ainsi une des bases de la société de castes et font des castas de véritables dangers potentiels. De ce point de vue, les actions des brigands ne peuvent que contribuer à alimenter ces images dans les esprits contemporains.

  • 81 AGI, México, 2240, Expedientes de minería/Lettre du 7 octobre 1780 du Tribunal de Minería au vice-r (...)

38Plus largement, au-delà des bandits de grand chemin qui constituent un danger avéré pour les voyageurs, ces stéréotypes désignent une plèbe qui devient dangereuse dès qu’elle se trouve sans emploi. Nous avons évoqué plus haut la description emplie de préjugés du vice-roi Velasco lorsqu’il parle des populations métissées, et nous retrouvons ce discours ainsi que cette analogie entre oisiveté et dangerosité dans la correspondance des élites minières : si le mineur, souvent appartenant aux castas dans le Nord de la Nouvelle-Espagne, est par son travail un acteur indispensable à la société, le chômage forcé en raison d’une conjoncture défavorable fait de lui quasi automatiquement un oisif, un vagabond et donc un danger potentiel pour le monde colonial. Le Tribunal de Minería de Mexico écrit au vice-roi à la suite d’une grave crise à Guanajuato en 1780 que la ville et son industrie « sont menacées par l’oisiveté du grand nombre de mineurs qui maintiennent les activités d’extraction et qui vont se transformer nécessairement en autant de voleurs81. » Les stéréotypes attachés aux castas se nourrissent donc des préjugés à l’encontre des plèbes urbaines en général — oisiveté, dangerosité — rendus plus lourds encore par les tares considérées comme inhérentes aux populations métissées en raison notamment de leur origine illégitime au XVIe siècle — paresse, malhonnêteté, débauche, violence — pour donner naissance à la vision fantasmée d’un groupe perçu comme homogène et dangereux, et par conséquent rejeté en bloc par la société. Par la suite, le spectre de l’illégitimité a continué de peser sur les castas en dépit de la réalité et des faits divers comme celui de janvier 1709 viennent alimenter davantage ce fantasme : il est difficile de nier le caractère violent, et même meurtrier des hommes arrêtés par Hernando Briceño. Ce genre d’affaires conforte la société dans sa volonté d’exclure ces hommes de « mauvaise vie », exclusion qui contribue à grossir les rangs des « métis aigris » et crée finalement un véritable cercle vicieux du stéréotype dans lequel discours, fantasmes et faits réels s’alimentent les uns les autres.

39Certes, cette violence quotidienne se retrouve dans le corpus pénal des archives de Zacatecas mais l’analyse plus attentive dans le tableau ci-contre de l’évolution de la criminalité des castas dans cette juridiction au cours du XVIIIe siècle conduit à nuancer le constat alarmiste des autorités coloniales (fig. 14).

40Les crimes violents se retrouvent en effet à la première place des cas traités par la justice zacatecana sur la grande majorité de la période, ce qui vient confirmer le discours colonial. Le vol vient ensuite, et constitue même le principal chef d’accusation au début de la période. Les trafics et les troubles de l’ordre public viennent ensuite, ces derniers prenant une importance particulière à la fin de la période, en raison notamment des troubles de 1810 et de l’apparition du crime de sédition.

FIG. 14. — Évolution de la criminalité des castas dans la juridiction de Zacatecas au XVIIIe siècle

41La réputation de la mala vida poursuit ainsi les castas depuis l’apparition des premiers métis au XVIe siècle et demeure encore très prégnante dans les esprits au XVIIIe siècle. À la toute fin de la période coloniale, le regard des députés aux Cortes de Cadix continue à stigmatiser des populations indignes d’accéder à la citoyenneté espagnole :

  • 82 T. Herzog, « Penser l’exclusion : les discours espagnols et hispano-américains sur l’Autre (autour (...)

Alors qu’il existait un consensus sur le statut des Indiens, l’intégration des individus d’origine mixte s’avéra problématique. Ceux qui s’opposaient à l’intégration soutenaient que la plupart des individus d’origine mixte étaient illégitimes de naissance et qu’ils se distinguaient des Espagnols non seulement par la race, mais aussi par les coutumes. C’était par nature des gens ineptes ce qui expliquait pourquoi ils étaient traditionnellement de nombreuses charges et occupations réservées aux membres de la communauté. Classés parmi les non-membres, y compris pendant la période coloniale, il n’y avait pas de raison de les accepter maintenant. On pouvait les considérer comme des Espagnols mais il leur manquait la capacité de devenir membres de la communauté politique, c’est-à-dire citoyens82.

42Des événements de grande envergure ou simplement de l’ordre de la violence banale et quotidienne contribuent ensuite fortement à entretenir les stéréotypes qui à leur tour nourrissent le processus d’exclusion, créant de cette manière un véritable cercle vicieux. Néanmoins, si l’on se réfère aux archives judiciaires zacatecanas, il semblerait que, si la criminalité des castas est bien réelle, son ampleur relève davantage du stéréotype colonial que du fait avéré. Plus qu’une marginalité généralisée, c’est plutôt une grande fragilité qui caractériseraient des populations métissées se situant, parfois volontairement, la plupart du temps involontairement à la maigre frontière qui sépare la faible intégration de la marginalisation.

DE LA FAIBLE INTÉGRATION À LA MARGINALITÉ : UNE FRONTIÈRE BIEN FINE

  • 83 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 3, Exp. 17.

43La troupe de bandits qui assassine Marcos Pérez en janvier 1709 est également très intéressante dans la mesure où elle comprend au moins un Espagnol connu, Joseph de Olague. Ce détail, par ailleurs, contredit le stéréotype tenace opposant le vice des populations métissées à l’honneur des Espagnols. Contrairement à ses compagnons, Olague apparaît une autre fois dans les sources, trois ans auparavant83, ce qui permet de se concentrer un peu plus sur son cas et son itinéraire. Nous le retrouvons en effet en 1706 en tant que plaignant dans une affaire de tricherie au cours d’une partie de jeu de dés tenue chez une certaine doña Josepha de Arroyo. Lui et un autre Espagnol, Juan Ruíz, accusent un lobo surnommé El Mexicano d’avoir utilisé des dés truqués. Parmi les autres témoins, sont présents un esclave et un jeune mulâtre nommé Esteban. Cette affaire nous révèle plusieurs éléments. Tout d’abord, il semble qu’Olague, qui a dix-neuf ans à l’époque, navigue encore pleinement dans les plèbes urbaines et partage certaines habitudes et distractions avec des castas, libres ou esclaves. Il est certes Espagnol mais son statut dans la société n’est que celui de « petitblanc ». Par ses habitudes et certaines fréquentations, il est bien plus proche des milieux populaires que des élites. Néanmoins, tout comme Juan Ruíz, c’est lui que l’on retrouve en position de plaignant, accusant un lobo, un casta, de l’avoir volé en trichant aux dés. Ce recours à la justice paraît indiquer une certaine acceptation des règles sociales chez ces deux hommes : Olague et Ruíz s’estiment lésés et plutôt qu’obtenir réparation par eux-mêmes, ils font appel à la justice. En outre, nous voyons deux Espagnols, clairement nommés et qui se connaissent au moins de vue, accuser un lobo dont on ne connaît que le surnom, véritable image vivante du stéréotype du casta vagabond et voleur : il est possible que cette plainte soit motivée en partie par ces stéréotypes. Il est vrai que, même si certains Espagnols gravitent autour des populations métissées et partagent occasionnellement leur quotidien, une frontière demeure entre les deux groupes en dépit du rapprochement socio-économique : un Espagnol pauvre s’estimera toujours supérieur à un casta. La plainte peut alors apparaître comme le rappel de ce sentiment de supériorité ou la volonté de rétablir ce sentiment en reléguant el Mexicano au rôle de tricheur et voleur. Pour tout dire, certes Olague joue aux dés avec des castas, libres ou même esclaves, mais son comportement indique une volonté de se positionner « du bon côté ». Or, trois ans plus tard, en 1709, c’est « du mauvais côté » que l’on retrouve Olague. De plaignant, le jeune homme est devenu un brigand, et un assassin. Il n’utilise plus la loi pour défendre ses intérêts, et, au contraire, se situe délibérément en marge de celle-ci : il a de fait connu un véritablement déclassement social, économique et légal, ce qui montre d’ailleurs combien la frontière est fine entre faible intégration socio-économique (appartenance aux plèbes urbaines) et marginalisation. Ce déclassement est-il le fruit de la conjoncture économique ? Ou, au contraire, est-ce le résultat d’un glissement volontaire, assumé ? Il est difficile de trancher vu la rareté des informations recueillies. Néanmoins, ce qui est sûr, c’est que Joseph de Olague, même s’il est resté « Espagnol » aux yeux de la loi, est devenu, aux yeux de la société zacatecana, un « métis » au même titre que ses compagnons, un homme dont le comportement justifie les stéréotypes attachés aux populations métissées.

  • 84 AGI, México, 2246, Madrid, 18 de junio de 1803. El tribunal de Minería de Nueva España.
  • 85 AGI, Guadalajara, 118.
  • 86 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)
  • 87 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », (...)

44La fragilité est bien ce qui semble définir le plus les populations métissées et plus largement les plèbes urbaines ou rurales. En premier lieu, la série de restrictions et prohibitions dont elles ont été l’objet depuis le début de la période coloniale a nettement contribué à affaiblir leur position sociale en restreignant les opportunités à leur portée — l’accès au clergé par exemple — ou en faisant d’elles la lie de la société par essence — comme le montrent les lois leur interdisant l’accès aux villages indigènes. En outre, si le but de ce travail est de nuancer la vision traditionnelle de populations dépourvues de tout, économiquement et socialement soumises et fournissant la grande majorité des peones, il n’en reste pas moins que la grande majorité se trouve dans une situation socioéconomique précaire dépendant étroitement de la santé des mines locales. Sans tomber dans les excès rhétoriques des grands dueños de minas lorsqu’ils prédisent les pires calamités si la Couronne ne fait rien pour soutenir l’économie minière84 — allègement de l’imposition qu’il s’agisse du diezmo real ou de l’alcabala*, aide pour procéder au drainage des mines inondées — il faut bien dire qu’un fléchissement de la conjoncture locale entraîne non seulement la mise au chômage d’un grand nombre d’ operarios de minas mais touche également l’ensemble de la population qui bénéficiait de manière plus ou moins directe du dynamisme minier local — conducteurs de mules, artisans. À ce titre, dans un rapport de 1736, un officier royal dénonce les dangers de la monoactivité minière et les conséquences générales d’un ralentissement de la conjoncture sur l’ensemble de la population85. Certes, l’existence de plusieurs grands centres miniers en Nouvelle-Espagne permet d’amortir les difficultés rencontrées par une ville en particulier. Comme l’écrit R. Garner pour le cas zacatecano, « la crise de Zacatecas a été compensée par l’essor et le passage au premier plan de Guanajuato au milieu du XVIIIe siècle et les succès périodiques dans d’autres reales comme Bolaños, Charcas et Pachuca86. » La mobilité d’une ville à l’autre en fonction des moments de bonanza constitue donc une possibilité de résister aux renversement de la conjoncture tout en étant par essence un facteur de grande déstabilisation pour les individus concernés87 qui doivent pour ainsi dire recommencer à zéro et s’insérer dans de nouveaux réseaux de solidarité.

  • 88 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 939.
  • 89 AGN, Inquisición, 1002, Exp. 01.
  • 90 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, p. 92.

45Cependant, si la mobilité géographique et professionnelle permet, dans une certaine mesure, d’atténuer la précarité qui touche les plèbes urbaines et rurales dans les régions minières, elle n’est parfois pas suffisante pour empêcher les individus touchés de sombrer dans une marginalisation plus ou moins accentuée. Le déracinement et la perte de contact avec la région d’origine peuvent être trop forts, les opportunités trop rares, la nécessité de fuir trop impérieuse. De fait, en Nouvelle-Espagne comme en Europe, « les classifications charitables ou policières révèlent l’hétérogéité et la porosité des catégories. Le passage du travail au non travail, le chômage, l’insuccès d’une famille victime de la maladie, l’insuffisance des salaires font à la fois les vrais pauvres, les mendiants de bonne foi, les mendiants par nécessité, les mendiants en permanence à qui la société reconnaît une place, et les autres, les pauvres passants, mendiants, mendiants sédentaires, vagabonds, mendiants vagabonds errants, errants vagabonds, errants incorrigibles, vagabonds errants et brigands88. » Nombreux sont donc ceux qui sombrent dans une errance de lieu en lieu, travaillant parfois dans une mine ou dans une hacienda, ne parvenant plus à se fixer, ou, au contraire, rencontrant la possibilité de s’installer durablement à nouveau. C’est le cas par exemple de Nicolás Monsibaíz, boulanger mulâtre de San Luis Potosí, qui erre pendant cinq ou six ans dans le Centre-Nord des années 1750 avant de parvenir à se fixer à nouveau à Zacatecas89. D’autres, enfin, font le choix du banditisme et de l’exclusion totale. Tous deviennent des « métis frustrés [dont la frustration s’exprime] tantôt dans l’errance, tantôt dans l’agression90 » qu’ils soient à l’origine effectivement métis, Indiens ou même Espagnols.

  • 91 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », pp. 118 et 126.

46Mettre l’accent de la sorte sur les cycles de l’économie minière, leur influence sur les populations et la fragilité conséquente de ces dernières conduit à une définition plutôt socio-économique du métissage. L’exemple d’un Joseph de Olague Espagnol devenu « métis » dans son comportement abonde en ce sens. Les Espagnols déclassés appartiennent pleinement aux plèbes urbaines ou rurales, au même titre que les castas et les ladinos, adoptent leurs comportements matrimoniaux, leurs distractions et même leurs croyances, sont déconsidérés de manière semblable par les élites créoles et péninsulaires, devenant ainsi à leur tour ceux qu’ils continuent à mépriser : des « métis ». Si l’on se réfère à la sphère matérielle, c’est donc la situation socio-économique qui semble décider de la place occupée à l’intérieur de la société coloniale. Dans cette perspective, le statut socio-racial ou la calidad des individus ne seraient que de simples étiquettes sans véritable valeur et consistance91. Toutefois, comme le montrent les analyses présentées dans le premier chapitre, il est difficile de réduire les mécanismes profonds de la société coloniale au seul fonctionnement économique : ce dernier peut être ainsi considéré comme facteur nécessaire, essentiel même mais non suffisant pour déterminer la place de l’individu dans la société. De même, les sociétés modernes et la société coloniale, hispano-américaine en particulier, sont structurées de manière très complexe et les facteurs de marginalisation sont de ce fait multiples, tout comme les différentes stratégies mises en place par les individus pour échapper à cette marginalisation et trouver leur place dans un monde qui ne veut guère d’eux.

III. — MOBILITÉ PROFESSIONNELLE ET STRATÉGIES DE SURVIE

LA PLURIACTIVITÉ COMME STRATÉGIE DE SURVIE

  • 92 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, f°s 222-223.
  • 93 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 06, fº 1.

47Ne disposant que de leurs bras, et d’un savoir-faire croissant au fil des années que les operarios de mina savent valoriser, les peones se retrouvent donc dans le secteur productif agricole, l’élevage en particulier, et minier. Les deux domaines ne sont pas exclusifs et il n’est pas rare de voir des individus quitter une hacienda pour tenter leur chance dans une ville minière ou, au contraire, fuir une ville en crise pour se réfugier dans les campagnes environnantes. On peut par exemple observer l’itinéraire suivi par Bernardo Carrillo dans les années 1740 : Indien ladino originaire de la région de Fresnillo puis employé dans un rancho de la région de Bolaños, il quitte le monde rural pour les mines locales avant de regagner la campagne quelques années plus tard pour travailler à nouveau dans une hacienda92. De fait, Bernardo franchit la frontière entre monde urbain et monde rural à deux reprises, opérant une mobilité géographique et professionnelle, la première fois dans l’espoir d’améliorer son sort, cédant en quelques sortes aux sirènes de la bonanza pour tous, la seconde fois pour faire face à l’échec rencontré à Bolaños. Les deux mondes paraissent ainsi bien interconnectés, offrant aux peones des espoirs ou des solutions. Les mines font rêver les peones qui se font mineurs, mais l’instabilité des cycles de l’économie minière peut transformer le rêve en cauchemar individuel ou même collectif si l’économie locale connaît un brusque basculement de conjoncture. Dans ces cas-là, les campagnes peuvent fournir un refuge temporaire ou même définitif si les operarios parviennent à trouver un emploi comme dans le cas de Bernardo Carrillo ou celui plus tardif de Manuel del Cerro93. Les mobilités géographique et professionnelle constituent donc des mécanismes essentiels qui entrent dans les stratégies de survie élaborées par les peones à titre individuel. Les lignes qui suivent vont tenter de proposer une lecture de la pluriactivité des peones, qu’elle soit successive (mobilité professionnelle effective) ou simultanée (cumul de plusieurs emplois) à partir des cas rencontrés au cours du XVIIIe siècle (fig. 15).

48L’analyse des sources a permis de dégager plus d’une centaine de cas de pluriactivité (sur un millier d’individus entrés dans la base de données à partir de la documentation judiciaire), et parmi ces derniers, une vingtaine concerne le monde des peones. À partir de cette vingtaine de cas, il semble possible de dégager un début de typologie permettant de mettre en valeur les différents comportements qui se dissimulent derrière le changement de profession ou le cumul de plusieurs activités. Cinq tendances semblent ainsi apparaître au fil de l’analyse et donnent à voir tout un éventail de situations allant du processus de déclassement à la timide marche vers une meilleure intégration en passant par tout un ensemble de stratégies de survie et véritables paris.

  • 94 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 2r.
  • 95 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 14, Exp. 13, f°s 6v-8v.
  • 96 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 11, Exp. 14, f. 4r.

49Aux deux extrémités du spectre se trouvent donc deux types de pluriactivités exprimant deux itinéraires bien différents. Tout d’abord, la fragilité du statut de peón se ressent dans toute son acuité à travers les cas de l’Indien Juan Gerónimo au début de la période et de Juan Coyote à la fin du siècle. Le premier alterne les phases de vagabondage et de travail dans les mines, il a travaillé par exemple dans les mines de Charcas, au cours d’un long voyage qui le voit traverser la Nouvelle Espagne de part en part à deux reprises94. Manifestement, Juan Gerónimo est un vagabond — jamais il ne se fixe dans les lieux traversés — mais il parvient tout de même à survivre au cours de ses voyages grâce à ses bras et ses capacités de mineur qui lui permettent d’être ponctuellement embauché comme operario. C’est en fait un exemple qui montre à quel point la frontière peut être ténue entre le monde de peones et celui de la marginalisation la plus totale lorsque les individus ne trouvent pas de travail. Le cas de Juan Coyote est plus complexe dans la mesure où il révèle un operario qui semble profiter de sa position pour dérober du minerai avant de partir pour un real de mina où il est encore inconnu. Connu à Guanajuato comme voleur et meurtrier, il travaille — comme operario et comme voleur — quelques temps à Zacatecas avant d’être pris pour ainsi dire la main dans le sac en 1796, à l’âge de 46 ans95. À partir de ces éléments, on peut dépeindre Juan Coyote, Juan José Urquizo de son vrai nom, de deux manières. Un portrait naïf le montrerait comme un operario que la précarité de son activité pousse à franchir le pas du vol, passage facilité par son accès direct au minerai au cours de sa journée de travail. Un portrait plus cynique le présenterait en revanche comme un voleur avant tout qui profite de son activité d’operario pour avoir accès au métal convoité — le fait qu’il répète le même comportement à Guanajuato et à Zacatecas semble plaider en ce sens. Encore plus que dans le cas de Juan Gerónimo, la frontière entre peonaje et marginalisation peut être vraiment très fine, poreuse même. À l’autre extrémité du spectre, on trouve l’exemple plus inattendu d’un certain Pedro Montoya, operario doté d’une fonction officielle, en l’occurrence celle de ministro de vara del alcalde de segundo voto96. Comme nous le verrons plus en détail plus loin, cet exemple vient rappeler qu’au niveau individuel, la mise à l’écart sociale qui accompagne le statut de peón n’est pas une fatalité, même s’il s’agit du cas de figure le plus commun il faut bien l’admettre. De fait, le peonaje n’est pas toujours synonyme d’exploitation et d’exclusion.

FIG. 15. — Quelques exemples de pluriactivité (peones)

  • 97 AHN, Inquisición, 1732, Exp. 49.
  • 98 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 08, Exp. 23, fº 2.
  • 99 AGN, Inquisición, 848, Exp. 01, fº 26v.

50Un autre type de pluriactivité renvoie soit à des stratégies de survie — le passage de la ville à la campagne et inversement évoqué plus haut — soit à des stratégies de complément, ou de reconversion. Cette dernière situation est particulièrement intéressante dans la mesure où elle paraît propre aux sociétés minières et aux opportunités qu’elles peuvent offrir à leurs populations. L’échantillon offre en effet deux artisans, un cigarrero, Joseph Trinidad Beltran, et un arriero, Juan José Enríquez, qui se décrivent également comme des operarios de mina. Le second partage ainsi ses activités entre transport par mules et travail dans les mines au cours d’un long itinéraire qui le mène de la région de Mexico au Real de Copala dans le Sinaloa97. Joseph Trinidad Beltran présente quant à lui un profil relativement similaire à celui de Bernardo Carrillo : jeune homme d’une vingtaine d’années, il quitte sont emploi de cigarrero pour travailler dans les mines de Bolaños, cédant comme beaucoup d’autres aux sirènes d’un real de minas en pleine expansion dans les années 1740 et 175098. La proximité des mines ou encore la circulation des rumeurs peuvent ainsi pousser des artisans à tenter l’aventure minière, le statut de peón étant ici perçu comme une étape nécessaire devant mener à une meilleure vie. À l’inverse, l’exemple d’un Roque de los Santos montre plutôt un operario cherchant à valoriser ses compétences de guérisseur, à s’arracher de sa simple condition de peón pour tout dire99.

  • 100 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, f°s 7r-8r.
  • 101 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1744, fº 55v.
  • 102 AHEZ, Notaría, Alejo de Santa María Maraver, Libro 2.
  • 103 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 1, 1716.

51Enfin, il convient de mentionner la question de la pluriactivité dans le cadre du monde de la mine. Cas de figure le plus fréquent, du moins dans l’échantillon manipulé, ce dernier aspect renvoie encore une fois à plusieurs situations distinctes. Une première tendance est celle des operarios qui possèdent plusieurs types de compétences, ce qui leur permet de s’adapter au travail demandé, de passer de la mine à l’hacienda de beneficio si cela est nécessaire comme c’est le cas de l’Espagnol Juan Flores dans les années 1700100. La deuxième tendance montre quant à elle des cas d’ascension au sein de l’univers de la mine : le peonaje, à l’échelle individuelle, n’exclut pas les possibilités de progression dans la hiérarchie sociale — ici la microsociété minière. Le métis Joseph Alberto Fernández est à ce titre un exemple parfait : il témoigne ainsi devant l’administration sur les problèmes de la mine Cato del Proaño qu’il connaît bien « pour avoir travaillé dans les mines, et plus spécialement dans celle dont il parle, dans sa jeunesse et cela fait trois ans qu’il y est mineur et contremaître101 ». Âgé de trente ans en 1744 lorsqu’il témoigne, il a gravi les échelons depuis le peonaje jusqu’à un poste d’encadrement en restant dans la même mine. Une dernière tendance enfin montre toute une foule d’operarios qui, lorsque les circonstances paraissent favorables, se lancent dans l’aventure de la propriété minière en acquérant, le plus souvent par denuncio, quelques barras de mines. La plupart du temps la désillusion est au rendez-vous, mais le simple fait de passer devant notaire et d’acquérir un bien minier, fût-ce pour une courte durée, permet au peón de se rêver un instant autre qu’il n’est et d’espérer sortir durablement de sa condition précaire. Les mulâtres Lázaro de Escobedo, Nicolás de Valdierras102 ou l’Indien Pedro García103 ont ainsi pour point commun de profiter des creux de la conjoncture pour tenter de véritables paris et aspirer à l’autonomie supposée attachée à la propriété. Dans tous les cas évoqués, la pluriactivité et la mobilité professionnelle apparaissent donc comme autant de stratégies : grâce à elles, le peón peut espérer survivre voire progresser dans une société coloniale qui ne lui laisse guère de place. Elles peuvent constituer un pari ou plus prosaïquement une source de revenu supplémentaire. Au final, quels que soient les mécanismes mis en œuvre, ils restent au niveau des réponses apportées individuellement par les peones pour faire face aux défis du monde colonial. Néanmoins, la documentation contient également des traces de véritables réponses collectives, violentes ou non, signes de l’émergence d’une certaine conscience de groupe dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

DE LA SURVIE INDIVIDUELLE A L’ACTION COLLECTIVE

52Une telle émergence semble tout d’abord être une forme de réaction face à des actions extérieures perçues comme agressives, un mécanisme de défense en quelque sorte. Cela se traduit par l’apparition d’une capacité de réponse collective, violente ou non. C’est du moins ce qui ressort de la plainte des cargadores de la ville de Zacatecas, cible des propriétaires de mines confrontés à une pénurie de main-d’œuvre qui entendent les obliger à travailler dans leurs propriétés comme de simples operarios — les vrais operarios de minas, quant à eux, refusent bien souvent les travaux de desague, dangereux et dépourvus d’avantages comme la pepena, et utilisent leur liberté de mouvements pour aller tenter leur chance dans une ville minière plus prospère.

  • 104 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 2, 1741, fº 1.

Nous, Joseph Tabares et Isidro Salas, majordomes de la confrérie de Saintissime Trinité de la corporation des portefaix de cette ville comparaissons au nom de tous devant Votre Grâce et déclarons que, à cause des deux dépêches de Votre Excellence dont disposent les copropriétaires de la mine Quebradilla pour être en mesure de réquisitionner des gens pour procéder au drainage et travail (de la mine), les contremaîtres de la dite mine viennent nous déranger à chaque pas, appréhendent nos compagnons et les mènent par la force et la violence au dit drainage contre toute raison et justice ; de fait nous ne pouvons nous persuader que ces deux dépêches confèrent un tel pouvoir aux dits contremaîtres qu’ils puissent inquiéter et enlever à leur travail et office ceux qui en possèdent un de manière notoire comme si nous étions des hommes oisifs visés sensément par les dites dépêches ; en outre, nous-mêmes et toute notre corporation avons toujours été protégés et défendus par la faveur de Votre Grâce et de ses prédécesseurs pour le travail que nous accomplissons gracieusement dans toutes les choses dont, grâce à notre travail et sueur, nous avons pu soulager cette ville comme nettoyer les rues et ouvrir à la force de nos bras des chemins comme cela a eu lieu en l’an 1728 sur celui de la Bufa ; ou encore dans cette même Quebradilla, à la suite d’une simple allusion de la part de Votre Grâce sur le manque de main d’œuvre, nous avons volontairement créé cinq entrées, sans la moindre répugnance à obéir de notre part pour accomplir un tel travail ; pour ces raisons et parce que la plupart des compagnons menacent de quitter la corporation et d’aller travailler là où la violente main des dits contremaîtres ne les atteindra pas si aucun remède n’est trouvé à la situation, il nous est également impossible d’ouvrir les deux passages comme c’est notre obligation à deux jours de la Semaine Sainte ; or son coût repose sur les contributions de notre dite corporation. Par conséquent nous faisons appel à l’ancienne protection de Votre Grâce pour que, tenant compte du grâcieux service que nous avons dû rendre à cette république et même à la dite mine Quebradilla et du fait que la dite corporation a été formée sous l’influence des prédécesseurs de Votre Grâce avec la charge et obligation des deux passages, elle veuille ordonner que les dits contremaîtres ne nous inquiètent pas ni aucun de notre dite corporation en les appréhendant et les menant au dit drainage ; nous sommes donc prêts et à même de nous y rendre volontairement comme nous l’avons fait jusque là chaque fois que Votre Grâce, à laquelle on a signalé la pénurie et la nécessité de main d’œuvre, a jugé à propos de nous envoyer à la dite opération de drainage : ce que nous ne doutons pas obtenir de la pitié de Votre Grâce au vu de la Justice si manifeste que possède notre argumentation […]104.

53Dans ce texte transparaît clairement l’exaspération de tout un groupe d’humbles peones face aux abus des propriétaires de mines et de leurs contremaîtres. Mais, alors qu’un groupe moins organisé ne serait probablement pas allé au-delà de la résistance ou révolte individuelle, les cargadores dans ce cas précis parviennent à produire un discours commun, donnant l’image d’un corps de métier dévoué au service de la Couronne, ne comptant pas ses efforts mais peu enclin à se laisser traiter comme de simples vagabonds par les administrateurs des mines. C’est un discours construit comme un oxymore, dans lequel une partie bien misérable de la population cherche la protection de la Couronne tout en renvoyant l’image d’un groupe fier de ses accomplissements, sans lesquels le visage même de Zacatecas serait différent, et prêt dans un mouvement pour ainsi dire chevaleresque à accomplir les travaux de desague si, et seulement si, le roi l’exige. Les cargadores, comme les peones en général, appartiennent de fait aux secteurs les plus humbles et dépourvus de la société — ce n’est pas un hasard si les contremaîtres des mines n’hésitent pas à se saisir d’individus au cours de véritables opérations de capture pour les contraindre à travailler dans les mines au même titre que les vagabonds et les oisifs — mais parviennent tout de même à se défendre grâce d’une part à une conscience et fierté commune d’appartenir à un groupe qui façonne pour ainsi dire la ville de Zacatecas par ses efforts, et, d’autre part grâce à un mode d’organisation qui leur permet d’obtenir la protection de la Couronne sans en venir aux extrémités de la révolte. Le monde de la mine ne semble pas posséder une telle organisation de corps de métier, ce qui peut d’ailleurs expliquer, si l’on ajoute à cet état de fait avec les attaques répétées et croissantes menées par les dueños de minas contre certains droits traditionnels comme la pepena, le recours aux mouvements plus violents de la grève ou de la révolte ouverte. En revanche, on retrouve une telle fierté, de manière exacerbée, chez les operarios de minas.

  • 105 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 2, 1775, f°s 4v-5r.

54Ces derniers ont en effet le sentiment d’appartenir à un groupe social à part, d’être différents de ceux qui travaillent dans les haciendas ou dans l’artisanat en raison surtout des dangers quotidiens qu’ils courent pour extraire le minerai et par conséquent participer activement à l’enrichissement du pays. Les autorités d’ailleurs n’hésitent pas à utiliser le lexique guerrier pour évoquer ces populations lorsqu’elles désirent les instrumentaliser : « et comme les gens de guerre, ce sont des guerriers qui, dans leur métier, mènent une guerre contre les mines à la force de la poudre, des barreteros et des coups avec lesquelles ils éventrent leurs veines105. »

  • 106 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, p. (...)

55D. Ladd insiste tout particulièrement sur cette fierté des mineurs dans son étude des origines sociales et psychologiques des grèves qui ont éclaté à Real del Monte en 1766. Ceux-ci ne cherchent pas vraiment à améliorer leurs conditions de travail mais réclament plutôt une juste récompense pour leur bravoure quotidienne : le droit à la pepena, c’est-à-dire le droit d’extraire du minerai pour leur propre compte au cours de la journée de travail constitue aux yeux des mineurs de Nouvelle Espagne la reconnaissance de leurs mérites106. De même, malgré les différentes activités existant au sein de l’industrie minière, les difficultés quotidiennes donnent une véritable cohésion à ce groupe disparate évoqué dans les pages précédentes. Une société particulière se forme donc autour de la mine et d’étroits liens de solidarité se tissent entre les différents membres de cette communauté :

  • 107 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, p. (...)

Les comportements gravés par le travail, le potentiel d’organisation sous-jacent de la main-d’œuvre, émergent du réseau qu’ils tissent en tant que travailleurs. Tout d’abord, et c’est le plus important, il y a la barra, la cellule du travail souterrain, un groupe de cinq ou six hommes se reposant les uns sur les autres pour le travail, le confort et la sécurité. Puis, dans ce modèle, vient le pueble, l’équipe, qui, dans la Veta Viscaína, comprend à l’époque entre quarante et cinquante barras […] L’intimité qui lie des hommes à des amis et des familles est étendu dans l’héritage espagnol par l’institution du compradazgo. Les parents et les parrains et marraines d’un enfant baptisé deviennent des parents supplémentaires et nouent une chaude relation qui permet d’emprunter et de prêter de l’argent, de donner et recevoir des cadeaux, de garder les enfants des uns et des autres, de se prêter une aide mutuelle dans les tâches ménagères, et en général de partager les fardeaux et célébrations de la vie quotidienne. Les femmes utilisaient ce réseau pour développer un sentiment de fraternité avec les autres femmes et de profondes et durables amitiés avec les hommes107.

  • 108 N. Silva Prada, La política de una rebelión. Los indígenas frente al tumulto de 1692 en la Ciudad d (...)

56Cette cohésion patente a une conséquence remarquable : à l’instar des communautés indigènes, les mineurs forment une population particulièrement émotive, dont les soulèvements sont craints par les autorités. En raison de cette solidarité qui se tisse au sein et en-dehors de la mine et des dangers quotidiens qu’ils courent, les operarios de minas forment un groupe difficile à apaiser lorsqu’il se soulève. Natalia Silva Prada décrit un mécanisme similaire pour le monde indigène de Mexico. Selon elle, en effet, les sept doctrinas étaient le lieu d’échanges culturels et sociaux intenses, base d’une nouvelle forme d’expression politique et de protestation des plèbes urbaines qui éclate au grand jour lors de la révolte de 1692108. En d’autres termes, ces émeutes ne répondent pas seulement à une logique épidermique d’émotion populaire ou de simple jacquerie face à une crise de pénurie, mais aussi et surtout à une logique d’expression politique que l’on pourrait rapprocher de l’action, pacifique, des cargadores de Zacatecas en 1741.

  • 109 M. I. Monroy Castillo et T. Calvillo Unna, Breve historia de San Luis Potosí, pp. 115-116.

57Pour revenir au Centre-Nord, les operarios ont joué, à titre d’exemple, un grand rôle dans le soulèvement de 1767 à San Luis Potosí à la suite de l’expulsion des jésuites. L’administration coloniale a éprouvé les pires difficultés à contenir ce mouvement qui a également impliqué la population de la ville et des barrios indigènes et la répression menée par le visitador José de Galvez en 1768 a été des plus terribles109. Cependant, c’est lors des premières grèves qui ont éclaté dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que la cohésion et l’activité des mineurs sont les plus remarquables. Doris Ladd a ainsi étudié le déroulement de la grève de 1766 à Real del Monte et analysé le comportement des operarios de minas, leurs réclamations comme leur organisation et leur mode d’action :

  • 110 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, p. (...)

À l’instar des émotions paysannes, la grève fut un mouvement populaire ; les grévistes se rassemblèrent en une foule et non pas en cohue, et ce qui suivit fut ou ne fut pas violent. Cependant, il fallut un an ou plus pour organiser dans le secret la grève de Real del Monte en 1766. En raison de la longue coopération des travailleurs dans le processus de l’exploitation minière, parce qu’ils affrontaient les horrifiants hasards et maladies comme des dangers qui les liaient comme des hommes courageux, parce qu’ils constataient de leurs propres yeux les changements des relations de production chaque jour de travail, ils en vinrent d’abord à éprouver puis à partager du ressentiment. Chaque travailleur avait le temps de découvrir une claire définition de son propre intérêt personnel et de son rôle au sein de la cause. La longue période de mécontentement, le long effort d’organisation, l’expérience de la solidarité forgée par le travail et la conscience du danger, les intérêts individuels de chaque travailleur dans les résultats sont à l’origine de cette grève, de n’importe quelle grève, contrairement à d’autres types d’émeutes et manifestations110.

  • 111 Moreno de los Arcos, « Algunas consideraciones sobre rebeliones y motines en los centros mineros (s (...)
  • 112 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 10.
  • 113 M. E. Romero Sotelo, Minería y guerra. La economía de Nueva España 1810-1821, pp. 66-67.

58L’historienne américaine étudie donc le phénomène de manière sociologique et essaie d’en découvrir les mécanismes profonds, mettant en lumière les particularités des soulèvements de mineurs, insistant sur les différences entre ce type d’action organisée et les émotions populaires et paysannes qui ont un caractère épidermique et spontané évident. Dans le prolongement de cette perspective, R. Moreno de los Arcos analyse les différents soulèvements qui ont eu lieu dans les reales de minas de Nouvelle Espagne au cours du XVIIIe siècle et montre également combien les dures conditions de travail dans les galeries conduisent les barreteros et les peones à former un groupe prompt à la revendication et qui supporte mal les tentatives des entrepreneurs « éclairés » de l’époque pour réduire la part représentée par la pepena, véritable salaire supplémentaire pour les mineurs mais aussi perte sèche pour les propriétaires111. Il faut toutefois apporter un bémol à ce tableau : la situation varie en effet considérablement de site en site, et l’on ne retrouve pas le même degré de cohésion manifesté par les mineurs de Real del Monte dans toutes les villes minières. Dans le cas de Zacatecas, on retrouve les mêmes attaques contre le droit à la pepena, mais il semble bien, à travers la documentation judiciaire du moins, que les réponses soient restées au niveau des individus : c’est ainsi que l’on peut entendre le procès qui oppose en 1800 un operario au propriétaire de la mine dans laquelle il travaille, le premier accusant le second de s’être violemment opposé à l’exercice du droit à la pepena au point de lui arracher la tresse112. Ce type de conflits très ponctuels et individuels certes traduit la dégradation des relations entre operarios et dueños à laquelle Zacatecas n’échappe pas. Deux logiques s’affrontent rudement, celle des nouveaux entrepreneurs comme José de la Borda soucieux d’obtenir la plus grande rentabilité et celle des mineurs résolus à conserver non seulement les avantages qui leur sont propres mais aussi leur mode de vie et les débordements qui les accompagnent. Avec l’assistance plus ou moins ferme de la Couronne, qui ne suit pas les propriétaires de mines sur la question de la pepena mais répond à la demande de José de la Borda visant à obtenir la mise au travail des operarios pendant les jours chômés, la pression exercée sur les operarios augmente donc dans les dernières décennies du XVIIIe siècle en provoquant des réactions différentes. À Real del Monte, le mécontentement s’est ainsi exprimé par la grève tandis que Zacatecas n’a pas vraiment bougé. De même, en 1810, les mineurs de Guanajuato ont participé au violent soulèvement de la ville alors que, là encore, la zone de Zacatecas est restée de gré ou de force majoritairement loyaliste. Les différentes conjonctures économiques locales, la mainmise plus ou moins grande des élites sur la société, l’existence ou l’absence totale d’espace de mobilités ont sûrement dû jouer pour provoquer des réactions si différenciées dans leur expression et dans leur chronologie. M. E. Romero Sotelo explique ainsi que, contrairement au cas de Guanajuato, les mines de Zacatecas et Sombrerete ne connaissent pas une crise aussi grave dans la mesure où Calleja réinstalle très rapidement un pouvoir loyaliste, dès l’été 1811113.

L’ASCENSION SOCIALE PAR LA PLURIACTIVITE ?

59Tout comme pour les peones, le corpus fait donc apparaître un échantillon marqué par la pluriactivité. À première vue, les similitudes semblent l’emporter et conduisent à imaginer des plèbes urbaines caractérisées dans leur ensemble, depuis le simple peón jusqu’à l’artisan, par une certaine mobilité professionnelle, signe d’un manque relatif de stabilité. Néanmoins, une analyse détaillée à partir des données présentées dans le tableau ci-dessous amène à nuancer fortement cette impression initiale. Il est évident que les artisans comme les peones montrent une vraie tendance à la pluriactivité, mais il apparaît également que cette pratique ne revêt pas la même signification et ne relève pas des mêmes stratégies sociales pour les uns et pour les autres. Pour les seconds, elle est globalement synonyme de survie et d’adaptation nécessaire, et peut même souligner une trajectoire de déclassement. En revanche, pour les premiers, cette pluriactivité, souvent plus simultanée que consécutive, semble entrer clairement dans des stratégies d’amélioration de l’intégration sociale et économique, pour tout dire dans des stratégies d’ascension sociale, du moins dans la plupart des cas. Dans cette perspective, l’analyse du tableau ci-dessous permet de dégager une typologie dominée par deux catégories très significatives, montrant le cumul des activités artisanales d’une part et des fonctions officielles ou des activités minières d’autre part. Enfin, une dernière catégorie apparaît, celle des métiers qui appellent si ce n’est une véritable pluriactivité, du moins la maîtrise de plusieurs types d’activités (fig. 16).

  • 114 AGN, Inquisición, 840, Exp. 07.
  • 115 AGN, Inquisición, 1102, Exp. 01.
  • 116 AGN, Inquisición, 1364, Exp. 17.
  • 117 C. Bargellini, La arquitectura de la plata. Iglesias monumentales del centro-norte de México, 1640- (...)

60La dernière catégorie énumérée paraît la plus simple à expliquer car elle n’est pas aussi porteuse de sens. Dans le tableau, elle regroupe essentiellement les métiers de la construction, le travail du tissu ainsi que certaines activités rurales. Ici, comme dans le reste de la liste, les individus concernés ont déclaré plusieurs métiers devant le juge ou le notaire, ou ont été décrits de différentes manières par les témoignages recueillis dans la documentation. Il faut noter toutefois une grande proximité entre les activités déclarées : Josefa González est couturière et fileuse114, José Manuel de Molina est cultivateur et conducteur de mules115 tandis que Salvador Castellón est charpentier et maçon116. De fait, plus qu’une véritable pluriactivité, ces individus semblent exercer diverses facettes ou spécialisation d’un même métier, ce qui montre l’étendue de leurs savoir-faire, et non pas l’élaboration d’une quelconque stratégie. Si l’on considère plus spécifiquement le cas des métiers de la construction, on peut percevoir une certaine redondance dans les expressions qui finalement mène à douter d’une pluriactivité effective : Juan Ramos ou Domingo Lorenzo, deux artisans évoqués dans l’ouvrage de Clara Bargellini La arquitectura de la plata117, sont qualifiés dans les documents de « maestro alarife » ou de « maestro albañil ». Deux interprétations peuvent être avancées. Une vision littérale verrait dans les deux hommes des individus cumulant les deux activités de maçon et de maître d’œuvre, ou alternant entre l’une et l’autre en fonction des chantiers. Mais, dans un contexte minier, le terme « alarife » peut être pris comme un simple synonyme du terme « albañil » : de ce point de vue, l’apparition de deux métiers différents dans la documentation serait plutôt une redondance, et la pluriactivité ainsi perçue un mirage.

FIG. 16. — Quelques exemples de pluriactivité (artisans)

  • 118 AHEZ, Notarías, Juan García Picón, Protocolo 16, f. 131-132.
  • 119 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 2, 1741.
  • 120 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 08 « Proceso de fe de José Manuel Ruíz de Esparza ».
  • 121 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 16, Exp. 10.
  • 122 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 10, Exp. 33.
  • 123 AHEZ, Notarías, Juan García Picón, Protocolo 11, f°s 54-55.

61Plus significatifs sont donc les cas de pluriactivité qui montrent des artisans sortir de leur domaine traditionnel soit pour occuper des fonctions officielles, notamment dans les confréries, soit pour tenter l’aventure minière. Il semble que les deux démarches s’inscrivent dans de véritables stratégies d’ascension sociale. Dans ces tentatives, si deux voies de nature différente sont privilégiées, l’une économique et l’autre institutionnelle, il est toutefois possible de déceler une démarche commune, celle de la recherche d’un certain prestige social. Accéder ainsi à une fonction élevée dans une confrérie comme c’est le cas des tailleurs Bernardo Miguel de Abastia et Francisco de Medina Arratia118 ou encore des portefaix Joseph Tabares et Isidro de Salas119 permet aux individus concernés d’obtenir une position d’autorité, d’élargir leurs réseaux de solidarité voire de se placer à la tête de leur propre « micro-réseau », de changer de statut aux yeux de la société. Plus généralement, le même raisonnement peut être appliqué à l’ensemble des laïcs qui gravitent autour du monde ecclésiastique. On trouve de cette manière des artisans sacristains et même des imposteurs comme le tailleur métis José Manuel Ruíz de Esparza qui tente de se faire passer pour un prêtre dans une hacienda isolée120. Le processus est encore plus accentué si l’on considère les cas des Indiens qui se déclarent artisans et caciques. Juan González en 1722121 comme Vicente Ventura en 1778122 ne seraient ainsi que des artisans parmi d’autres s’ils ne pouvaient pas se prévaloir d’un titre leur accordant pouvoir social et politique. Dans le cas de Juan González, l’autorité politique supposée se retrouve également sur le plan économique : c’est en effet lui que l’on retrouve en position de créancier d’une somme importante (plus de troiscents pesos) dans ce procès civil. Enfin, le cas des « artisans mineros » résume à lui seul les aspirations mais aussi les déconvenues propres au monde de la mine. Dans la section précédente, nous avons vu les exemples des operarios qui tentent d’obtenir leur propre mine pour accéder à une indépendance relative et obtenir leur part de rêve minier. En raison du manque de moyens financiers et techniques, bon nombre de ces opérations se soldent par des échecs et des reventes. En ce qui concerne les artisans, on retrouve les mêmes ambitions et les mêmes mirages, la volonté d’accéder au statut de dueño de mina* et au prestige social qui l’accompagne. Toutefois, l’exemple d’un Francisco de la Cruz, le forgeron de Vetagrande se distingue fortement de celui des operarios dans la mesure où il semble posséder a priori les moyens de financer l’opération : ici la démarche n’est pas celle d’un pari mais celle d’un investissement. Certes, le succès n’est pas toujours au rendez-vous comme en témoignent les arguments invoqués par le tendejonero Alejandro Cortes lorsqu’il cède une mine obtenue quelque temps auparavant. Il parle ainsi d’un gouffre financier — la mine est inondée et ne rapporte donc rien — qu’il ne peut guère assumer123. Néanmoins, quel que soit le résultat d’une telle opération — échec dans le cas d’Alejandro Cortes, réussite apparente dans celui de Francisco de la Cruz — la logique suivie et même la manière de se projeter dans l’avenir sont donc très différentes d’un cas à l’autre.

62Les plèbes urbaines installées, et plus particulièrement les artisans, montrent ainsi une tendance marquée à s’insérer dans des réseaux de solidarité professionnels et personnels efficaces, ce qui leur permet de mieux défendre leurs positions, le cas du conducteur Pedro Campos est à ce titre exemplaire. Plus encore, ces populations se distinguent fortement du monde des peones par leur capacité à sortir d’un mode de survie quotidien et à se projeter dans l’avenir, que cela soit par l’investissement immobilier ou minier, même très modeste, ou par l’élaboration d’une stratégie d’ascension sociale incarnée par la recherche de fonctions officielles. Ces mobilités professionnelles — caractérisées par un opportunisme réel voire un goût marqué pour l’aventure — s’accompagnent également de mobilités géographiques à l’échelle de toute la région.

Notes

3 Voir l’abondante bibliographie sur le sujet : E. Florescano et al., La clase obrera en la historia de México. De la colonia al imperio), B. Von Mentz, Trabajo, sujeción y libertad en el centro de la Nueva España et B. Von Mentz, Pueblos de indios, mulatos y mestizos 1770-1870. Los campesinos y las transformaciones protoindustriales en el poniente de Morelos), E. Van Young, Hacienda and Market in Eighteenth-Century Mexico : The Rural Economy of the Guadalajara region, 1675-1820 et E. Van Young, La crisis del orden colonial : estructura agraria y rebeliones populares de la Nueva España, 1750-1821).

4 Voir l’étude récente effectuée par J. Olmedo, Dinero para el rey, el padrón de 1781 y los artesanos de Zacatecas.

5 B. Von Mentz, (2003) « Educación técnica, reclutamiento de empleados y ascenso social en una empressa : el caso de la compañía minera de Vetagrande, Zacatecas, 1790-1840. », p. 130.

6 Voir le dossier : Caravelle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, numéro 84, « Les plèbes urbaines d’Amérique latine ».

7 M. Bertrand et R. Marin, « Présentation », pp. 7-8.

8 Pour la migration de la canne à sucre dans l’espace méditerranéen, voir la thèse de M. Ouerfelli, Le sucre : production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale.

9 O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières, p. 57.

10 B. Von Mentz, Trabajo, sujeción y libertad en el centro de la Nueva España, p. 16.

11 K. M. de Queiros mattoso, Être esclave au Brésil. XVIe-XIXe siècles, p. 114.

12 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 18.

13 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 06, Exp. 04.

14 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 06, Exp. 04, fº 39.

15 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 24, Exp. 20.

16 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, f°s 24-26.

17 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 31r.

18 AGN, Inquisición, 706, Exp. 01, fº 3r.

19 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 7.

20 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, fº 13v.

21 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, f°s 12v-13r.

22 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 04, Exp. 05.

23 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 17, fº 1r.

24 AGN, Inquisición, 758, Exp. 23.

25 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 24, Exp. 29.

26 « Mulatillo » doit s’entendre avant tout comme le diminutif de « mulato » qui renvoie tout simplement à l’âge de l’individu désigné. Mais dans le contexte de l’esclavage, il est possible de considérer le terme comme une allusion au manque de productivité d’un tel esclave : l’enfant ainsi désigné est un « petit esclave », qui ne sert pas encore à grand-chose.

27 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 35, Exp. 28, fº 4r.

28 J. -P. Tardieu, « De l’évolution de l’esclavage aux Amériques espagnoles (XVIe-XVIIIe siècles) », p. 69.

29 Pour le monde rural, on peut évoquer à titre d’exemple les travaux de E. Van Young, Hacienda and Market in Eighteenth-Century Mexico : The Rural Economy of the Guadalajara region, 1675-1820 et de D. Brading, Haciendas y ranchos del Bajío, León, 1700-1860.

30 Cuauhtémoc Velasco Ávila, « Los trabajadores mineros en la Nueva España, 1750-1810 », pp. 239-301.

31 E. Tandeter, L’argent du Potosí, coercition et marché dans l’Amérique coloniale.

32 G. Cubillo Moreno, Los dominios de la plata. El precio del auge, el peso del poder. Empresarios y trabajadores en las minas de Pachuca y Zimapán, 1552-1620, p. 245. M. E. Romero Sotelo, Minería y guerra. La economía de Nueva España 1810-1821, p. 41.

33 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1746, f°s 45-48. AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1753. AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 44, Exp. 03, f°s 226r-262.

34 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 44, Exp. 03, f°s 226r-262.

35 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15.

36 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 10, Exp. 16.

37 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 13, Exp. 05.

38 Voir P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.

39 Voir Les effets des métaux lourds sur l’environnement et la santé, rapport 261 de l’Office parlementaire d’évaluation des Choix scientifiques et technologiques, 2001.

40 AGI, Guadalajara, 174 « Expediente sobre las minas de Gajuelos de la ciudad de Zacatecas » fº 5.

41 La consultation des rapports et lettres conservés aux Archives de Indes est à ce titre édifiante et révèle une industrie minière zacatecana entravée dans une crise structurelle profonde et incapable de trouver les ressources humaines, financières et techniques pour en sortir.

42 Les attaques répétées contre le droit à la pepena sont particulièrement révélatrices à ce titre. La Couronne doit ainsi réaffirmer ce droit en 1778 dans les Ordenanzas de la minería de Nueva España.

43 Les esclaves marchands ou artisans sont ici intégrés au groupe dans la mesure où ils partagent un bon nombre de comportements et de savoir-faire avec leurs homologues libres.

44 M. Carmagnani, « Demografía y sociedad », dans Historia mexicana : Historia y población en México, pp. 419-459. AHEZ, Fondo Reservado, n° 10, Estadística y censos geográficos y poblaciones de la Intendencia de Zacatecas, practicadas por orden del virrey conde de Revillagigedo, 1787-1796, 96f.

45 J. F. de Barrio Lorenzot, El trabajo en México durante la época colonial. Ordenanzas de gremios de la Nueva España, B. Von Mentz, Trabajo, sujeción y libertad en el centro de la Nueva España, p. 125.

46 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 04, Exp. 05.

47 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 30, Exp. 04.

48 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 50, Exp. 13.

49 E. Florescano, « La formación de los trabajadores en la época colonial, 1521-1750 », pp. 100-101.

50 M. Minchom, The people of Quito, 1690-1810. Change and unrest in the underclass, pp. 53-54.

51 Voir à ce sujet la controverse entre J. Chance et W. Taylor d’une part et R. McCaa, St. Schwartz et A. Grubessich d’autre part dans un numéro de la revue Comparative Studies in Society and History publié en 1979. R. McCaa, S. Schwartz et A. Grubessich, « Race and class in colonial Latin America. A critique. », pp. 421-433 et J. K. Chance et W. B. Taylor, « Estate and class : a reply », dans Comparative Studies in Society and History, pp. 434-442.

52 AHEZ, Cargos y oficios, Censo 1781 et AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 43, Exp. 16.

53 AHEZ, Cargos y oficios, Censo 1781 et AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 43, Exp. 16.

54 AGN, Inquisición, 697, Exp. 37.

55 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », p. 118.

56 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », p. 114.

57 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775.

58 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 29, Exp. 12.

59 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 29, Exp. 12, fº 27v.

60 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21.

61 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 2v-4r.

62 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 20r-21v.

63 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 17r-19r.

64 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 32, Exp. 21, f°s 19r-20r.

65 AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 7, fº 28.

66 AHEZ, Notarías, Miguel Martin de Velasco, Libro 7, fº 28r.

67 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, f°s 194-195.

68 AHEZ, Notarías, Manuel Gutiérrez de Ávila, Libro 05, fº 194r.

69 E. Florescano, « La formación de los trabajadores en la época colonial, 1521-1750 », pp. 100-101.

70 Th. Calvo, « Les vices-rois et la plèbe », pp. 37-64.

71 Ibid.

72 AGI, Guadalajara, 115, fº 3v.

73 E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a finales del siglo XVIII », pp. 89-106.

74 E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a finales del siglo XVIII », pp. 95-106.

75 AGI, México, 2240, Expedientes de Minería, « El Pardo, 20 de marzo de 1778. Al virrey de N. E. para que trate y acuerde con el arzobispo de la minoración de los días festivos a fin de evitar la embriaguez y desorden de los trabajadores. »

76 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775.

77 Moreno De Los Arcos, « Algunas consideraciones sobre rebeliones y motines en los centros mineros (siglo XVIII) ».

78 AGI, Guadalajara, 158/1710-1712/ La violación de la inmunidad eclesiástica en Zacatecas, « Causa criminal […] que se retuvieron », fº 25r.

79 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 03, Exp. 24 « Año de 1707 : averiguación sobre la demanda del capitán Andrés Tenorio sobre el robo de unas mulas y que aparecieron en poder de Marcos Pérez ».

80 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 71-73.

81 AGI, México, 2240, Expedientes de minería/Lettre du 7 octobre 1780 du Tribunal de Minería au vice-roi, fº 2r.

82 T. Herzog, « Penser l’exclusion : les discours espagnols et hispano-américains sur l’Autre (autour de 1740-1811) », pp. 186-187.

83 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 3, Exp. 17.

84 AGI, México, 2246, Madrid, 18 de junio de 1803. El tribunal de Minería de Nueva España.

85 AGI, Guadalajara, 118.

86 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », p. 234.

87 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », pp. 168-169.

88 D. Roche, Les circulations dans l’Europe moderne : XVIIe-XVIIIe siècle, p. 939.

89 AGN, Inquisición, 1002, Exp. 01.

90 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, p. 92.

91 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », pp. 118 et 126.

92 AGN, Inquisición, 921, Exp. 15, f°s 222-223.

93 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 06, fº 1.

94 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55, fº 2r.

95 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 14, Exp. 13, f°s 6v-8v.

96 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 11, Exp. 14, f. 4r.

97 AHN, Inquisición, 1732, Exp. 49.

98 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 08, Exp. 23, fº 2.

99 AGN, Inquisición, 848, Exp. 01, fº 26v.

100 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 04, Exp. 30, f°s 7r-8r.

101 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Memorias y testimonios, 1744, fº 55v.

102 AHEZ, Notaría, Alejo de Santa María Maraver, Libro 2.

103 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 1, 1716.

104 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 2, 1741, fº 1.

105 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 2, 1775, f°s 4v-5r.

106 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, p. 20. M. E. Romero Sotelo, Minería y guerra. La economía de Nueva España 1810-1821, pp. 42-43.

107 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, p. 16.

108 N. Silva Prada, La política de una rebelión. Los indígenas frente al tumulto de 1692 en la Ciudad de México.

109 M. I. Monroy Castillo et T. Calvillo Unna, Breve historia de San Luis Potosí, pp. 115-116.

110 D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, p. 3.

111 Moreno de los Arcos, « Algunas consideraciones sobre rebeliones y motines en los centros mineros (siglo XVIII) », pp. 6-15. En ce qui concerne le problème de la pepena dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, on peut concevoir la décision de la Couronne de confirmer ce droit dans les Ordenanzas de Minería de la Nueva España comme l’expression d’une volonté d’apaiser des populations particulièrement réactives et émotives.

112 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 15, Exp. 10.

113 M. E. Romero Sotelo, Minería y guerra. La economía de Nueva España 1810-1821, pp. 66-67.

114 AGN, Inquisición, 840, Exp. 07.

115 AGN, Inquisición, 1102, Exp. 01.

116 AGN, Inquisición, 1364, Exp. 17.

117 C. Bargellini, La arquitectura de la plata. Iglesias monumentales del centro-norte de México, 1640-1750.

118 AHEZ, Notarías, Juan García Picón, Protocolo 16, f. 131-132.

119 AHEZ, Ayuntamiento, Minería, Varios, Caja 2, 1741.

120 AHN, Inquisición, 1731, Exp. 08 « Proceso de fe de José Manuel Ruíz de Esparza ».

121 AHEZ, Poder judicial, Civil1, Caja 16, Exp. 10.

122 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 10, Exp. 33.

123 AHEZ, Notarías, Juan García Picón, Protocolo 11, f°s 54-55.

Table des illustrations

Légende FIG. 4. — Vie quotidienne, esclavage et métissage
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende FIG. 5. — Memoria de la mina Pelegrina, 1753
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Légende Fig. 6. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIII e siècle (répartition générale)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 8. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIIIe siècle (répartition par catégorie de métiers)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIG. 9. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas au XVIII e siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 10. — Artisanat et populations métissées dans la région de Zacatecas en 1781
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 11. — Artisanat et populations métissées à Zacatecas en 1781
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende FIG. 12. — Modèles de stratification sociale dans le monde de l’artisanat
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 13. — Actes notariés et propriété des plèbes urbaines dans les livres de Manuel Gutiérrez de Ávila
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 14. — Évolution de la criminalité des castas dans la juridiction de Zacatecas au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 15. — Quelques exemples de pluriactivité (peones)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende FIG. 16. — Quelques exemples de pluriactivité (artisans)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/810/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540