Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Société minière et monde métis

 | 
Soizic Croguennec

Introduction

Texte intégral

  • 1 M. Carmagnani, « Demografía y sociedad, la estructura social de los centros mineros del Norte de Mé (...)
  • 2 M. Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine. M. Mörner, Estado, razas y cambio soc (...)
  • 3 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje ».
  • 4 J. Poloni-Simard, « La vérité sur le métissage ».

1Cet ouvrage est le texte remanié de ma thèse soutenue en 2011 intitulée Les sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne : Construction et évolution d’un monde métis. À son origine se trouve une curiosité ancienne pour les mécanismes culturels du métissage en Amérique latine. Pendant dix ans, mes projets de recherche en DEA comme en thèse ont été ainsi construits autour de cette préoccupation première : étudier le métissage dans le cadre de la société coloniale. En outre, les cadres de l’étude — la région de Zacatecas au XVIIIe siècle — avaient été choisis très tôt, mais de manière fort instrumentale, en fonction d’un intérêt immédiat et concret pour l’analyse prévue : sur le plan démographique, la zone est marquée par le fort essor des populations métissées au cours de la période coloniale1, tandis que l’intérêt du XVIIIe siècle, en ce qui concerne l’histoire du métissage, réside dans le phénomène d’écroulement de la société de castes décrit par M. Mörner2. En conséquence, le « quoi », le « où » et le « quand » se sont rapidement imposés comme des évidences. Toutefois, les évidences sont bien souvent trompeuses : dans le même temps, au fur et à mesure de l’avancement parfois chaotique du travail, le doute a commencé à s’insinuer, favorisé en cela par la pénible prise de conscience d’un sujet balisé au point qu’un article publié dans le magazine l’Histoire à l’été 2007 annonçait à mots à peine couverts la fin des études sur le métissage car tout avait été dit, ou presque3. Quel était l’intérêt d’une recherche condamnée à répéter ce qui déjà avait été abondamment traité par une foisonnante historiographie française, hispanique et anglo-saxonne4 depuis presque cinquante ans ?

  • 5 Sur le plan plus général et purement historiographique, il est intéressant de noter que le thème de (...)
  • 6 F. Turner, The frontier in American history.

2La poursuite des recherches a toutefois permis d’imaginer de nouveaux sentiers pour aborder la « face Nord » que peut représenter l’histoire du métissage et son abondante historiographie. Ce chemin passait par une approche essentiellement sociale de la question, cherchant à dessiner les contours d’un métissage au quotidien. À cette fin, l’étude s’est appuyée sur des documents peu utilisés jusque-là, dévoilant des possibilités redevenues fascinantes : il s’agit des sources judiciaires issues de l’Inquisition ou de l’administration coloniale. Riches des nombreux détails contenus ainsi que des situations évoquées, ces sources plongent le chercheur au cœur de la vie quotidienne et le rapprochent au plus près de ses acteurs les plus humbles par ailleurs bien muets dans le reste de la documentation. Dès lors, le sujet abordé s’est détaché de l’ample et parfois vague notion du métissage pour se resserrer autour des individus concernés, de leurs actes et de leurs discours dans le cadre bien particulier de sociétés minières longtemps situées dans un espace de « frontière », un espace de confins5 loin des contrôles du centre de la colonie. Le cadre de réflexion employé ici renvoie essentiellement à une conception turnerienne de la notion de frontière6 perçue comme un front pionnier, alimenté dans le cas du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne par la découverte des gisements miniers (Zacatecas au XVIe siècle, Bolaños au XVIIIe siècle). Plus qu’une ligne, la frontière doit être comprise comme un espace mouvant en fonction des aléas politiques, démographiques et économiques, théoriquement rattaché au territoire de la Nouvelle-Espagne, mais dont la faible densité du peuplement et de l’encadrement colonial est créatrice d’opportunités individuelles — de l’enrichissement personnel à la recherche d’un refuge en passant par la réinvention identitaire — et de dangers — menace indienne récurrente — qui contribuent à façonner des comportements particuliers. Dans son étude de la communauté rurale de San Ignacio au Paraguay, Capucine Boidin pousse la réflexion plus loin encore en associant étroitement les notions de frontière et de métissage :

  • 7 C. Boidin, Guerre et métissage au Paraguay 2001-1767, p. 17.

Le Paraguay est donc un pays « interstitiel », aux frontières forgées par une série de guerre. Or des espaces construits comme frontières par des empires coloniaux (au double sens de périphérie et d’espace tampon entre deux empires) sont particulièrement propices au métissage. Notre thèse part du postulat que les frontières sont des espaces en voie de « domination » et de « disciplinarisation » où les populations ont un espace de liberté plus important, du fait d’une plus grande indétermination des institutions en présence. Les frontières sont des espaces construits comme tels par les colonisateurs. Et dans ces zones « forgées par une intervention coloniale » qui n’a jamais tout à fait terminé de s’imposer, les métissages, les disparitions et inventions de nouvelles identités foisonnent7.

  • 8 R. White, The Middle Ground : Indians, Empires, and Republics in the Great Lakes Region, 1650-1815.
  • 9 G. Havard, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’En-Haut 1660-1715.
  • 10 C. Giudicelli, G. Havard et S. Bernabéu Albert (éd.), La indianización. Cautivos, renegados, mision (...)

3Un tel lien entre un espace donné, celui des confins, et les phénomènes de « passage » qu’il autorise voire favorise, se retrouve ainsi au cœur de nombreuses études du monde nord-américain comme celle de Richard White sur la région des Grands Lacs8 ou celle de Gilles Havard sur le « Pays d’En-Haut9 ». Ces différents travaux ont récemment donné lieu à une publication collective qui s’attache à étudier ces phénomènes, et plus particulièrement celui de l’indianisation des populations européennes clairsemées vivant au contact du monde indigène à l’échelle de l’ensemble du continent américain, du nord au sud10. De ce point de vue, utiliser le filtre de la société de frontière pour étudier les relations sociales et les questions du métissage paraît particulièrement stimulant. De fait, si la notion du métissage est un terrain extrêmement balisé, il n’en demeure pas moins qu’il reste possible d’approfondir son étude en essayant de lui donner de la chair et de découvrir ses multiples visages.

I. — UN CADRE IDÉAL POUR ÉTUDIER LA CONSTRUCTION ET L’ÉVOLUTION D’UNE SOCIÉTÉ MÉTISSE

4Il ne s’agit donc plus de parler du métissage mais des populations métissées, de leur place problématique dans la société, de leur complexe identité, de la manière dont elles interagissent avec une région leur offrant de réelles opportunités et de grands espaces de liberté de mouvement pendant une grande partie du XVIIIe siècle : le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne. Histoires sociale, culturelle et régionale se combinent donc pour révéler les multiples facettes d’une société complexe et métisse à plus d’un point, d’une véritable mosaïque sans cesse en pleine évolution. Il se peut que tout ait été écrit sur le métissage, mais les populations métissées, de l’Indien ladino au « petit-blanc » accroché à son « hispanité » tout en partageant en tous points le mode de vie des castas* en passant par la masse des mestizos*, mulatos* et autres coyotes*, longtemps considérés comme simples objets d’étude ont encore bien des choses à dire comme acteurs et artisans à part entière des sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle.

LE CENTRE-NORD DE LA NOUVELLE-ESPAGNE ET LA RÉGION DE ZACATECAS

  • 11 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600. Plus généralement, sur la formation du Nord de la Nouve (...)

5À partir de la fin du XVIe siècle, les mines d’argent se sont multipliées sur le plateau central de la Nouvelle-Espagne et ont donné naissance à d’importantes villes minières comme Guanajuato, Zacatecas, San Luis Potosí. Ces fondations ont joué un double rôle dans le développement de la colonie en fournissant d’une part les métaux précieux tant désirés par la Couronne et en contraignant les autorités à stimuler l’organisation et l’administration territoriale de vastes espaces brusquement intégrés à la Nouvelle-Espagne. De fait, l’apparition de ces reales de minas a elle-même engendré la création d’une « Frontière » repoussée toujours plus loin vers le nord, non sans grandes difficultés comme en témoigne la durée de la « guerra chichimeca » ou la permanence d’une récurrente menace Apache jusqu’à la fin du XVIIIe siècle11. Il fallait en effet s’attacher à relier les nouveaux centres miniers au cœur de la colonie qu’était la ville de Mexico et à maintenir la sécurité des liaisons créées. Un tel lien était en effet vital à plusieurs égards : le but était bien sûr d’assurer l’acheminement de l’argent vers Mexico mais aussi l’approvisionnement des reales de minas situés dans des régions isolées, peu peuplées et peu propices au développement d’une agriculture prospère. Tout un système d’extension de la colonie s’est alors mis en place, alimenté par des nécessités stratégiques (défense des villes et des routes contre les menaces des Chichimèques) et par les découvertes de nouveaux gisements au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le succès des premiers reales alimentant les espoirs de bonanza et stimulant les efforts des aventuriers. C’est ainsi que d’autres villes minières sont venues s’ajouter : Sombrerete, Fresnillo, Mazapil dans la région de Zacatecas, Bolaños et Real del Monte au sud entre la Nouvelle Galice et la région de Mexico, Real del Catorce plus tardivement (fig. 1).

6Nous pouvons voir là les caractéristiques qui ont défini le « Centre-Nord » de la Nouvelle-Espagne tout au long de la période coloniale : esprit de « Frontière », recherche permanente de la bonanza, lien ténu avec le centre de la colonie. En conséquence, la délimitation de cet espace ne peut pas se réduire à sa première et plus évidente définition géographique. Le « Centre-Nord » est en effet bien plus qu’une zone géographique que l’on peut globalement assimiler aux territoires de la Nueva Galicia et du Nuevo León. Il s’agit d’un espace rendu cohérent par une histoire, une économie, une société particulière. Certes, ces caractéristiques ont bien évolué au cours de la période coloniale, mais l’on peut observer un destin commun qui vient renforcer la délimitation géographique choisie. Si au XVIIe siècle cette zone constitue véritablement « la frontière nord » de la Nouvelle-Espagne au sens géographique, stratégico-militaire et social du terme, la progression de la présence coloniale vers le grand nord (Nouvelle Biscaye, Chihuahua, Texas, Nouveau Mexique, Californie) au XVIIIe siècle entraîne une redéfinition géopolitique et sociale de la région et de sa place dans l’organisation territoriale de la vice-royauté pour en faire une région que l’on pourrait qualifier d’intermédiaire. La Nouvelle-Galice n’est plus vraiment une « frontière », mais reste tout de même un espace éloigné de Mexico à la structuration plus nette (peuplement, installations urbaines, mise en valeur et protection du territoire) tout en demeurant une zone propice à la liberté de mouvement et à la recherche d’un refuge loin des instances répressives royales ou inquisitoriales. Si l’on ajoute le fait que la tradition minière ne cesse de s’amplifier au gré des nouvelles découvertes et rythme la vie de cette région, c’est véritablement un espace cohérent qui saute aux yeux. L’attrait exercé par la prospérité des mines a alimenté le peuplement de villes pourtant situées dans des régions difficiles, peu peuplées et éloignées du cœur de la vice-royauté. Les mineurs ont ainsi afflué vers les reales de minas qui ont eux-mêmes par leur développement stimulé un certain nombre d’activités et de métiers (élevage, transport par convoi de mules, artisanat local, construction). De cette manière s’est structuré un espace fortement intégré vivant au rythme des mines, bénéficiant des moments de prospérité et subissant le contrecoup des moments de marasme, lieu de fluidités sociales et professionnelles fréquentes entre ville et campagne.

FIG. 1. — Les reales de minas du Centre Nord de la Nouvelle-Espagne

  • 12 J. Flores Olague, Breve historia de Zacatecas.
  • 13 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.
  • 14 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600, p. 30.
  • 15 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, p. 28.

7Au cœur de cet espace se trouve la région de Zacatecas, ville minière fondée en 1585 à la suite de la découverte d’un gisement d’argent par Juan de Tolosa12. Chef-lieu du corregimiento puis de l’intendance* du même nom, Zacatecas est rapidement devenue un des principaux reales de minas de Nouvelle-Espagne, et plus généralement de l’Amérique espagnole, en dépit de débuts difficiles en raison des attaques indiennes qui ont longtemps menacé les communications avec Mexico. Pour les historiens de la ville, cette dernière est d’ailleurs présentée comme la « civilisatrice » ou encore la « mère » — ce dernier terme est utilisé par W. Jiménez Moreno (cité par Peter Bakewell)13 — du nord de la Nouvelle-Espagne. Ce sont en effet les richesses zacatecanas qui ont poussé les autorités vice-royales à stimuler la colonisation et la prise de contrôle de la Nouvelle-Galice lors de la guerre Chichimèque pour protéger la route de l’argent14 et l’approvisionnement de la ville. Mais c’est aussi de Zacatecas devenue un pôle solide de la colonie que sont parties bien des expéditions dirigées vers la nouvelle frontière du nord15. De fait, la région de Zacatecas (Fresnillo, Sombrerete, Mazapil, Sierra de Pinos) au XVIIIe siècle résume les caractéristiques énoncées plus haut au sujet du Centre-Nord, ce qui en fait un observatoire idéal pour analyser la complexité de la société coloniale qui s’est progressivement formée autour des mines d’argent (fig. 2).

FIG. 2. — Zacatecas, « civilizadora del norte »

POPULATIONS MÉTISSÉES OU PLÈBES URBAINES : QUEL OBJET D’ÉTUDE ?

  • 16 C. Bernand et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, t. 2, Les métissages, p. 274.

8À l’inverse du cas des mines péruviennes, la région se caractérise par la faiblesse d’une réserve de main d’œuvre Indienne sédentaire dans laquelle les propriétaires de mine pouvaient puiser, ce qui a conduit à la constitution d’une main d’œuvre salariée et libre, se déplaçant de centre minier en centre minier au gré des moments de prospérité et de crise. Une autre stratégie utilisée par les autorités coloniales a été d’attirer des populations indiennes sédentaires du plateau central dans la région de Zacatecas en promettant un certain nombre de privilèges dans le but non seulement d’accroître la main d’œuvre libre disponible mais aussi de constituer des foyers de « civilisation » sensés inspirer les « Indios bárbaros ». Ce déficit de main d’œuvre indienne sédentaire a même pu pousser à une véritable déportation de populations métissées, libre et servile, vers les centres miniers comme cela a été le cas en 163816. La conjonction de ces phénomènes a ainsi mené à la constitution de tout un monde dans lequel les caractéristiques du petit peuple urbain formé d’Espagnols déclassés (qui peuvent adopter des comportements similaires à ceux des castas, des populations métissées, ou qui, au contraire, s’accrochent désespérément à leur hispanité, définissant ainsi l’attitude des « petits-blancs » décrite particulièrement dans le cas des îles à sucre), de cas se doublent des particularismes attachés au monde de la mine et à ces régions isolées. Le recensement mené en 1790 révèle une société profondément métissée dans laquelle le groupe espagnol est fort minoritaire, avec, bien évidemment, des variations selon les centres urbains considérés (fig. 3).

  • 17 R. Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana duran (...)
  • 18 C. Fell, « La raza cósmica de José Vasconselos ou le métissage sublimé » pp. 63-73.

9Cependant, il faut admettre que choisir les populations métissées, les castas, comme objet d’étude est un exercice qui peut s’avérer délicat car il mène vers la question 0 ardue et fascinante du métissage en Amérique hispanique. Le métissage est en effet l’un des phénomènes les plus marquants de l’histoire sociale de l’Amérique coloniale espagnole. L’historien allemand Richard Konetzke écrit d’ailleurs à ce sujet qu’il est extrêmement important d’étudier ce thème si l’on veut bien comprendre les mécanismes de la société coloniale17 mais aussi pour bien saisir ce qui, d’après certains auteurs du XXe siècle à l’instar de José Vasconselos18, constitue une part essentielle de l’identité latino-américaine. Cependant, avant d’aller plus loin, il convient de bien définir ce terme de métissage qui, au cours des années et au fil des recherches, a pu prendre différents sens. En premier lieu, la première définition du phénomène est essentiellement biologique. Au sujet des métis, l’Inca Garcilaso de la Vega écrit au XVIe siècle :

  • 19 Inca Garcilaso de la Vega, Comentarios Reales de los Incas, lib. IX, cap. xxxi ; 1943, t. 2, p. 279 (...)

Nous, les enfants d’un Espagnol et d’une Indienne, ou d’un Indien et d’une Espagnole, on mous appelle les métis, c’est-à-dire que sommes le produit de l’union entre les deux nations […]19.

FIG. 3. — Répartition de la population de l’intendance de Zacatecas en 1790

  • 20 R. Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana duran (...)
  • 21 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 71-85.

10Le métissage est donc le fruit de l’union entre les Espagnols et les Indiens (les métis), mais aussi de celle entre les Espagnols et les Noirs (les mulâtres), les Indiens et les Noirs (les zambos*) ou encore entre leurs différents descendants (les castas). Ces unions sont la plupart du temps frappées du sceau de l’illégitimité (notamment en ce qui concerne les relations entre les Espagnols d’une part et les Indiennes et les Noires d’autre part), ce qui a de graves répercussions sur la perception qu’a la société de ces individus n’appartenant ni à la República de los Españoles, ou à la República de los Indios, ni au groupe des esclaves noirs20. Au XVIIIe siècle, les élites espagnoles sont confrontées à l’augmentation de ces populations métissées, et, pour mieux les contrôler, ont établi des classements pour identifier chaque individu, pour le ranger dans une catégorie bien précise. Ces divers classements, différents selon les régions de l’Empire, ont été accompagnés par ce que les historiens et anthropologues ont désigné sous le nom de tableaux du métissage21. Ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, c’est la nomenclature suivante qui est adoptée en Nouvelle-Espagne :

  • 22 Á. Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, t. 2 : El mestizaje y las castas col (...)

De español con mestiza, castizo.*
Español con castiza, Español.
Español con negra, mulato.
Español con mulata, morisco.*
Español con morisca, albino.
Español con albina, negro, torna atrás.
Indio con mestiza, coyote.
Negro con India, lobo.
Lobo con India, zambaigo.*
Indio con zambaiga, albazarrado.
Indio con albazarrado, chamizo.
Indio con chamiza, cambujo.
Indio con cambuja, negro, torna atrás con pelo liso.22

  • 23 N. Wachtel, « L’acculturation », p. 174.

11Même si ces classements ne sont que théoriques et ne sont guère appliqués dans la vie courante, nous voyons bien qu’à l’époque coloniale, et bien après, c’est une définition biologique du phénomène qui prédomine et sur laquelle se sont appuyées de très nombreuses études. Néanmoins, il est possible de concevoir la notion d’une autre manière. En effet, certains historiens, inspirés par les travaux des anthropologues et des ethnologues, parlent d’un métissage culturel ou en d’autres termes, d’acculturation. Nathan Wachtel écrit ainsi que « le terme [d’acculturation] voudrait désigner tous les phénomènes d’interaction qui résultent du contact de deux cultures23 ».

  • 24 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 85-91.
  • 25 C. Esteva-Fabregat, Mestizaje in Ibero-América, p. 11.
  • 26 M. Bertrand et R. Marin, « Présentation », p. 8.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

12Nous sortons là d’une définition purement biologique, ce qui élargit considérablement le champ d’étude. Replacée dans le contexte de l’Amérique coloniale espagnole, cette conception du phénomène peut être illustrée par le cas de ces Indiens dits ladinos qui, habillés à l’européenne, parviennent à se faire passer pour des métis et sortir ainsi de leur statut de tributaires soumis au repartimiento*. Même s’ils ne sont pas métis d’un strict point de vue biologique, leur comportement et leur attitude font d’eux de véritables métis culturels24. Il résulte par conséquent que ces deux aspects du métissage, même s’ils procèdent tous deux de la rencontre entre des individus de race et de culture différentes, ne sont pas forcément concomitants et parallèles, « puisque, si l’[acculturation] rendait indispensable l’existence d’un principe d’utilité pragmatique rationalisée, [le métissage] avait seulement besoin de la pulsion sexuelle et de l’occasion pour la consommer25. » À la suite de ce bref rappel de la difficile définition du métissage et des populations métissées en Amérique espagnole, une interrogation s’impose. Comment étudier cette « société métisse » et montrer la complexité de ses mécanismes sans répéter ad nauseam l’abondante littérature déjà produite à ce sujet ? Un changement d’angle d’attaque paraît s’imposer dans la mesure où le propos n’est pas l’analyse démographique des castas pour eux-mêmes ou la question de l’acculturation mais la peinture d’une société métisse dont l’ambition est de se situer dans la lignée d’une histoire « totale ». Pour réaliser cela et être capable d’articuler la dimension sociale et la dimension culturelle, le choix d’un groupe social à la fois plus large et plus aisément définissable paraît judicieux. Dans cette optique, l’accent est donc mis sur les populations qui ont un lien direct avec ce monde particulier de la mine, à savoir les mineurs, les employés des haciendas de beneficio (qui elles-mêmes constituent des microsociétés à part entière centrées autour du moulin, de son alimentation et de son fonctionnement), ceux qui plus généralement résident dans les reales de minas ou à proximité. Toutefois, dans la mesure où les activités minières ont une influence profonde sur les autres activités — agricoles ou artisanales — et où l’on peut observer une mobilité socioprofessionnelle considérable, il est difficile d’ignorer le monde des artisans, journaliers, serviteurs ou autres conducteurs de mules dont la survie, la prospérité et la mobilité sont véritablement rythmées par le monde de la mine. Ce travail porte ainsi sur les plèbes urbaines et métissées des régions minières. Pour reprendre les termes de Michel Bertrand et Richard Marin dans la présentation du dossier « Plèbes urbaines d’Amérique latine », il s’agit de se pencher sur « les gens du peuple, communs et de basse origine, selon le Diccionario de Autoridades (1737)26 », exerçant des « métiers mécaniques », qui sont opposées aux « gens décents. » Au cœur de ce groupe social multiforme se trouvent « les castas ou gens de couleur, affranchis ou esclaves (Noirs, Métis, Mulâtres)27 » auxquels on peut ajouter l’ensemble des créoles pauvres et des Indiens ladinos, acculturés28.

13Comme l’écrit R. D. Cope lorsqu’il évoque le cas de Mexico dans la deuxième moitié du XVIIe siècle,

  • 29 R. D. Cope, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720, p (...)

la société plébéienne était une réalité : dans les rues, sur les places de marché et dans les tavernes, dans les quartiers des serviteurs, les logements délabrés et les taudis en brique, les pauvres de toute race travaillaient, jouaient, mendiaient, répandaient des rumeurs, se disputaient, se battaient, pariaient, faisaient l’amour — survivaient29.

  • 30 M. Bertrand et R. Marin, « Présentation », p. 8.

14Outre cette réalité sociale et économique, les plèbes urbaines existent en tant que groupe à travers le regard négatif que la bonne société porte sur une population considérée comme naturellement séditieuse, agitée30, discours que l’on retrouve d’ailleurs au sujet des castas à travers le mythe de la mala vida, de la mauvaise vie qui veut que le « métis » soit de nature paresseuse, trompeuse, violente.

  • 31 L. Mancuso, Cofradías mineras : religiosidad popular en México y Brasil, siglo XVIII.

15De fait, si l’on examine la situation zacatecana, force est de constater que le groupe des « plèbes urbaines » et celui des « populations métissées » et assimilées se recoupent nettement mais pas totalement. Les figures du « petit-blanc » déclassé ou du mulâtre enrichi, du métis propriétaire d’un office ou de la veuve créole dépendante du travail d’un ancien esclave affranchi montrent bien la complexité des réalités sociales que l’on peut rencontrer dans les archives. Le monde étudié se singularise donc par la grande diversité des situations qu’il est possible de mettre en lumière par une approche qualitative, attachée à reconstituer des itinéraires et stratégies individuelles. Les plèbes urbaines n’existent pas de manière isolée mais font partie intégrante d’une société coloniale qui les rejette mais ne peut vivre sans elles, qui tente de les maintenir à leur « juste place » mais ne parvient pas à colmater toutes les brèches par lesquelles s’engouffre un petit peuple urbain avide d’opportunités à saisir. De ce fait, les interactions non seulement à l’intérieur des plèbes urbaines mais aussi avec les groupes gravitant autour d’elles — petits propriétaires, marchands, possesseurs de petits offices, créoles riches et représentants des autorités — constituent un des points principaux de ce travail. En outre, ce choix de concentrer l’étude sur les « plèbes urbaines » — d’adopter une base de départ essentiellement socioéconomique — a conduit à ne pas se pencher outre mesure sur les particularités d’un monde indien cohérent, organisé à l’intérieur de barrios, de confréries spécifiques31 ou dans les villages alentours pour des raisons d’économie de temps. Par conséquent, si les Indiens, comme individus interagissant avec le monde colonial, avec succès ou non, font partie intégrante de l’étude dans la mesure où les stratégies élaborées, les comportements affichés font entrer ces cas dans la nébuleuse des « plèbes urbaines », le monde indien en tant que groupe spécifique n’a malheureusement pas pu être intégré à ce travail.

16Le cadre précis de la mine — ses opportunités, ses rêves, ses rythmes économiques — influe en outre fortement sur les comportements, les modes de stratification sociale et d’intégration des populations concernées, et donne donc à voir une société en forme de mosaïque, aux opportunités multiples, un véritable « monde métis » pour tout dire. Toutefois, si la définition du groupe social étudié en tant que « plèbes urbaines » conduit naturellement à la définition d’une stratification socio-économique, les comportements, les discours, la crispation des Créoles en général et des « petits-blancs » en particulier conduisent à ne pas évacuer totalement la réalité d’une certaine stratification socio-raciale dans les mentalités et les représentations, du moins chez les Espagnols, qu’ils appartiennent au monde des élites ou non.

17Le but est dès lors de pondérer la prégnance de la stratification de nature socio-économique ou de nature socio-raciale à la fois sur le plan de la réalité sociale et celui des mentalités, ce qui situe finalement cette étude à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle. Pour finir, ces quelques lignes le montrent aisément, la seule définition du groupe étudié par le terme de « plèbes urbaines » induit non seulement tout un questionnement sur la stratification de la société coloniale mais introduit aussi la notion de discours tenu sur ces populations, autant de problèmes qu’il faut résoudre en confrontant sans cesse la réalité coloniale, le vécu des « plèbes urbaines » et le discours dont elles font l’objet. C’est donc tout un jeu de va et vient constant entre ces trois pôles de réflexion qui voit le jour pour révéler une société coloniale infiniment complexe et mouvante dans le cadre des sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle.

LES ÉVOLUTIONS DU XVIIIe SIÈCLE

  • 32 Voir Th. Calvo, « Les vices-rois et la plèbe », pp. 37-64, S. Gruzinski, « Genèse des plèbes urbain (...)
  • 33 Voir D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775(...)
  • 34 E. Van Young, The other rebellion. Popular violence, ideology and the Mexican struggle for independ (...)

18D’un point de vue plus purement chronologique, la présente recherche s’étend sur un long XVIIIe siècle, défini à la fois par le rythme de l’histoire régionale et celui de l’histoire coloniale. La période s’ouvre par l’onde de choc qui a parcouru la colonie à la suite des violentes émeutes qui ont agité Mexico en 1692 et ont brutalement révélé aux yeux des élites non seulement le poids des castas dans la société mais aussi leur dangerosité potentielle pour l’ordre en place32. Un peu plus d’un siècle plus tard, ce sont les événements des indépendances et la révolte d’Hidalgo qui viennent clore la période considérée. Dans le cas mexicain en particulier, elle se conclut à première vue comme elle avait débuté, par un contexte d’émeutes et de révoltes qui, au-delà de la seule menace ponctuelle et locale comme dans le cas de Mexico en 1692, ébranlent véritablement l’ordre en place avant que celui-ci ne parvienne à reprendre la main avec les défaites successives d’Hidalgo puis de Morelos. Deux violents événements bornent donc la période considérée et mettent en relief la grande sensibilité et colère des couches populaires tout en paraissant confirmer d’un bout à l’autre du siècle les nombreux préjugés qui ont frappé les populations métissées en particulier depuis les premiers temps de la colonie. Si l’on ajoute d’autres mouvements comme les grèves qui ont touché Real del Monte dans les années 1760 ou les émeutes qui ont agité la région de San Luis Potosí notamment à la suite de l’expulsion des Jésuites33, un regard rapide sur la période laisse l’impression de rapports sociaux extrêmement conflictuels et d’une faible intégration des populations métissées dans la société coloniale, phénomène qui culmine avec la véritable explosion déclenchée par Hidalgo en 181034.

  • 35 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55 et AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.
  • 36 J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas.

19Seulement, un léger changement d’échelle pour examiner les rythmes de l’histoire régionale du Centre-Nord laisse entrevoir d’autres évolutions. Les années 1690 sont en effet marquées par de violentes révoltes indiennes dans la grande région de Zacatecas qui, contrairement aux émeutes de Mexico, paraissent contribuer à un certain resserrement temporaire des liens au sein des populations urbaines devant une menace perçue comme commune35. De même, lors de la révolte d’Hidalgo en 1810, on peut observer des comportements très différents selon l’espace considéré : si Guanajuato est emportée par le soulèvement, Zacatecas reste quant à elle loyaliste36. En changeant le point de vue, la chronologie choisie prend donc une signification sensiblement différente et laisse entrevoir une situation moins tranchée : les populations métissées de la région de Zacatecas, du moins au début de la période, tendent à se rapprocher du monde espagnol dans une zone peu contrôlée et menacée par des tribus indiennes jamais véritablement soumises. De fait, à l’échelle régionale, les frontières sociales paraissent moins marquées, ou, plus précisément, différemment marquées et l’hypothèse d’un mouvement chronologique se laisse deviner, celle d’une dislocation croissante, d’une marginalisation accrue des plèbes urbaines au cours de la période. L’analyse du temps administratif ou législatif qui révèle un phénomène conjoint d’ascension de certains castas et de crispation sociale à la fin du XVIIIe siècle semble abonder dans ce sens. Dans son tableau de l’Amérique coloniale à la fin du XVIIIe siècle, J. Lynch cite ainsi l’exemple de la vive réaction du cabildo* de Caracas qui s’oppose à l’entrée de mulâtres, fils d’un acheteur d’un gracia al sacar, à l’université :

  • 37 Cité dans J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, pp. 27-28. « Informe que el ayuntamiento de (...)

L’abondance de pardos* que l’on trouve dans cette province, leur caractère orgueilleux et hautain, leur persévérance pour égaler les blancs, exige la maxime politique suivante, que Votre Majesté les maintienne toujours dans une certaine dépendance et subordination aux blancs, comme jusqu’à maintenant ; autrement leur arrogance les rendra insupportables et bientôt ils voudront dominer ceux qui au départ ont été leurs maîtres37.

20Sans atteindre une telle virulence, la réaction de crispation est également bien réelle dans le Centre-Nord comme en témoignent les très nombreux dossiers qui dénoncent, en s’appuyant sur la Pragmatique Sanction de 1775, des projets de mariage considérés comme « inégaux » par les familles. En outre, les réactions d’union temporaire suscitées par les attaques indiennes au début de la période tout comme l’option loyaliste choisie par les élites zacatecanas et imposée à la population conduisent à ne pas considérer la période seulement à travers le prisme du conflit et à ajouter d’autres perspectives : intégration et domination. Le choix d’une chronologie bornée par des événements conflictuels au cours desquels les plèbes urbaines en général et les populations métissées en particulier surgissent brusquement comme des acteurs incontournables de la vie sociale, qu’elles choisissent la révolte ou, au contraire, le rapprochement avec les élites, conduit ainsi naturellement à axer l’analyse sur l’évolution de leur place problématique au sein de la société du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne.

  • 38 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru (...)

21Période de changements, de forte progression démographique des castas, d’ascension et de crispation sociale, le XVIIIe siècle est également marqué par les saccades économiques de la succession des cycles miniers, de l’alternance des moments d’abondance et des moments de crise. À l’évolution séculaire s’ajoute donc un rythme plus rapide mais aussi très localisé : on voit des reales de minas fleurir et disparaître, du moins rentrer dans le rang, en une cinquantaine d’années, ce qui induit une grande mobilité des populations attirées et repoussées par les différentes villes de la région au rythme des succès et des échecs miniers38. Cette grande mobilité permet aux plèbes des villes minières de survivre malgré les aléas économiques et, entre autres, de maintenir le même mode de vie tout au long de la période. Plus encore que l’évolution séculaire ou le rythme économique rapide, c’est le temps long des permanences qui domine la vie quotidienne du Centre-Nord de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Certes, ce n’est pas un monde entièrement figé qui apparaît, mais il n’en demeure pas moins que l’impression de lourdes permanences — essentiellement sur le plan des mentalités, des pratiques et des préjugés — à l’œuvre dans la société coloniale domine finalement la période. Évolution sur un siècle, cycles économiques courts et permanences se combinent ainsi tout au long du xviiie siècle et agissent pour façonner les différentes facettes des sociétés minières du Centre-Nord.

22Au fond, à l’instar des cadres géographiques, la période étudiée, choisie à l’origine pour des raisons très instrumentales et même pratiques, s’avère riche de sens et de possibilités de réflexion sur la manière dont le contexte peut influencer la place des plèbes urbaines dans la société coloniale. Le Centre-Nord au xviiie siècle constitue un ensemble avec des caractéristiques et des mécanismes uniques qui ont contribué à dessiner les multiples facettes d’un monde métissé et mouvant. Éléments économiques, géographiques, politiques et législatifs sont ainsi convoqués dans une perspective globale pour essayer de comprendre la cohérence et l’évolution socio-culturelle de cette région et, en premier lieu, des populations qui l’habitent et la font exister. Cette volonté de s’éloigner de l’histoire conceptuelle du métissage pour se consacrer principalement aux individus qui en sont le fruit, à leur place effective dans la société et dans les mentalités, est à la fois le résultat du cheminement historiographique accompli depuis plusieurs années et de la confrontation avec les sources mexicaines.

II. — ENJEUX HISTORIOGRAPHIQUES

23De fait, ce travail entend se situer à la croisée de deux grandes traditions historiographiques. D’une part, l’intérêt porté aux populations métissées et à la notion du métissage le place dans la lignée de l’histoire du métissage, d’autre part, le fort ancrage régional volontaire a conduit à améliorer la connaissance d’une zone complexe, le Centre-Nord, considérée cette fois-ci à travers le prisme des plèbes urbaines.

LES MÉANDRES DE L’HISTORIOGRAPHIE DU MÉTISSAGE

  • 39 A. Lipchutz, El problema racial en la Conquista de América y el mestizaje.
  • 40 R. Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana duran (...)

24L’intérêt pour l’histoire du métissage est ancien comme en témoignent les ouvrages publiés par R. Konetzke, A. Lipchutz39 ou Á. Rosenblat dès les années 1940 et 1950 sur le sujet. Ces auteurs représentent en fait ce que l’on pourrait qualifier de « première génération » des études du métissage et ont adopté une démarche essentiellement positiviste, centrée sur une acception biologique et légale du métissage. Ainsi, dans leurs écrits, est métis l’enfant d’un Espagnol et d’une Indienne et l’individu traité comme tel par le législateur. Cette posture a entraîné un intérêt tout particulier pour le moment de la Conquête et des premières rencontres. C’est ce que fait A. Lipchutz en 1944 dans son ouvrage El problema racial en la Conquista de América y el mestizaje. Son inspirateur principal, l’anthropologue allemand R. Konetzke se penche quant à lui longuement sur les modalités de ces rencontres, décrivant avec précision tous les cas de figure : rapts de femmes indigènes comme butin de guerre, domination des maîtres espagnols sur les Indiennes ou les femmes d’origine africaine par le biais de l’esclavage ou de l’encomienda, volonté de certaines de se rapprocher des vainqueurs40. Il souligne enfin le rôle qu’a joué l’absence de femmes espagnoles dans les premières années de la Conquête. La seconde génération des années 1960 représentée par le suédois M. Mörner prolonge le sillon d’un métissage biologique et se concentre essentiellement sur la formation d’une société de castes et la place occupée par les populations métissées dans une société coloniale qui a bien du mal à les accepter :

  • 41 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, p. 68.

Pendant la période de la conquête, ainsi que nous l’avons vu, la société hispano-américaine demeura relativement ouverte. Mais au cours de la période de la colonisation elle devait progressivement se fermer et se stratifier de façon rigide. Cette société rigidement stratifiée est connue sous le nom de sociedad ou régimen de castas, bien qu’elle se distingue très nettement du prototype social hindou. La société hispano-américaine ne fut jamais divisée en groupes strictement endogames, et son système social, qui admettait en outre une certaine mobilité verticale, ne reçut jamais de la religion une sanction explicite41.

  • 42 J. K. Chance, Race and class in colonial Oaxaca.

25S’il est difficile de nier l’apport essentiel de ces travaux, notamment en ce qui concerne la reconnaissance de la grande importance historique du phénomène du métissage et l’analyse de la foisonnante législation coloniale, on peut tout de même regretter le peu de cas fait des métis et autres mulâtres en tant qu’individus à part entière, en tant qu’acteurs de leur propre histoire. Bien au contraire, au fil des pages le métis est bien souvent représenté comme un objet : objet de la rencontre entre deux mondes, objet du regard colonial, du mépris et des discriminations législatives. Ce n’est toutefois pas le principal reproche adressé par les critiques les plus virulents de cette première école de l’histoire du métissage. À partir des années 1970, les principales attaques ont fusé de deux côtés. Ainsi, des historiens comme J. Chance ont violemment remis en cause le postulat d’une stratification socio-raciale du monde colonial. Il oppose ainsi la vision d’une stratification de type socio-économique, conséquence de la naissance au XVIIIe siècle de ce qu’il qualifie de « pré-capitalisme »42. L’historien américain montre en effet que, s’appuyant pour cela sur le fort taux d’exogamie au sein de la population d’Antequera et soulignant la diversité d’activités socioprofessionnelles dans lesquelles on retrouve des castas, parler de stratification socio-raciale et donc de société de castes, n’a plus de sens. Il reproche en outre aux tenants de cette dernière position de considérer que le regard que portent les élites espagnoles sur la société exprime la réalité coloniale et par conséquent de ne pas s’intéresser réellement à la manière dont les populations métissées évoluent au sein de cette même société :

  • 43 Ibid., p. 187.

À la lumière des données issues d’Antequera, [les travaux de Magnus Mörner ou de Gonzalo Aguirre Beltrán] et des études similaires peuvent être critiquées à plusieurs points de vue. En premier lieu, ils cherchent à définir et classer les strates de la société, ne se concentrant qu’accessoirement sur les principes d’organisation. En deuxième lieu, ils oublient de prendre en compte suffisamment les différences entre villes et campagnes. En troisième lieu, ils supposent, pour la plupart, que le point de vue élitiste des Espagnols et les catégories du système des castes fournissent une description raisonnablement fidèle de la société coloniale espagnole. Et, enfin, ils oublient de faire une utilisation adéquate de la théorie de la stratification et d’autres concepts qui pourraient aider à fournir des explications plus précises et plus complètes43.

  • 44 C. Caillavet et M. Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-racia (...)

26Les mêmes reproches sont formulés par un autre groupe d’historiens attaché à développer une vision plus culturelle du métissage et décidé à discuter le phénomène en tant que notion problématique. En premier lieu, le passage d’une définition purement biologique à une plus culturelle trouve en grande partie son origine dans la remise en cause de la notion de « race » en anthropologie44. Cl. Esteva Fabregat réfléchit ainsi longuement dans son introduction sur la manière dont il est possible de définir un Indien, et montre qu’une conception purement raciale n’est pas suffisante :

  • 45 C. Esteva-Fabregat, Mestizaje in Ibero-América, p. 4.

Pour cette raison, le concept d’indianité se présente à nous avec deux variantes : l’une biologique et l’autre culturelle. La première équivaut à une généralisation utile quand elle s’applique à des ensembles humains autour desquels se dénombrent des preuves relatives à leur parenté ethnohistorique précolombienne ; la seconde est également une généralisation utile seulement applicable à des formes de vie qu’exhibent certains groupes humains45.

  • 46 C. Caillavet et M. Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-racia (...)
  • 47 Th. Bouysse Cassagne, « Être métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dans les And (...)
  • 48 F. Ortiz Fernández, Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar.
  • 49 F. Ortiz Fernández, La Africanía de la música folklórica de Cuba.
  • 50 C. Esteva-Fabregat, Mestizaje in Ibero-América, p. 10.
  • 51 S. Alberro, « Origines de la conscience créole au Mexique : la récupération des symboles indigènes (...)
  • 52 S. Alberro, Les Espagnols dans le Mexique Colonial. Histoire d’une acculturation.
  • 53 S. Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire.
  • 54 B. Grunberg et M. Lakroum (éd.), Histoire des métissages hors d’Europe. Nouveaux mondes ? Nouveaux (...)
  • 55 S. Gruzinski, La pensée métisse.
  • 56 E. Florescano et V. García Acosta (coord.), Mestizajes tecnólogicos y cambios culturales en México, (...)
  • 57 S. Gruzinski, La pensée métisse.
  • 58 J.-L. Amselle, Logiques métisses.
  • 59 J.-L. Amselle, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures.

27En d’autres termes, d’après l’anthropologue espagnol, est Indien celui qui a une ascendance purement indigène mais aussi celui qui se situe en marge de l’État national, adoptant un mode de vie purement communautaire, parlant un idiome indien (quechua, nahuatl…). La dimension culturelle entre véritablement dans les débats au cours des années 1970, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’étude du métissage appuyée jusque-là sur une définition biologique et même « raciale ». Une question essentielle se pose alors : celui qui est considéré comme métis d’un point de vue biologique ou par l’administration coloniale se perçoit-il en tant que tel ? Ces notions d’identité et d’auto-perception sont particulièrement développées dans un article publié par Ch. Caillavet et M. Minchom au milieu des années 1980 : les deux anthropologues se sont en effet penchés sur le cas des communautés rurales équatoriennes depuis le début de l’époque coloniale jusqu’à nos jours46. Ils montrent que si l’existence d’un certain métissage biologique est patente dans ces régions périphériques, les individus se sentent ou Indiens ou Blancs, mais ne se pensent pas en tant que métis. Les catégories suivies bien respectueusement par les historiens sont ainsi largement relativisées et même remises en cause par une définition de plus en plus sociale et culturelle du phénomène47. L’acculturation est alors devenue la problématique principale de l’histoire du métissage. Le recours à ce concept par les historiens a ainsi permis d’ouvrir de nouveaux champs particulièrement féconds dans les études du métissage tout en apportant des nuances bienvenues. Cependant, ces travaux ont également suscité de vives critiques, notamment chez les anthropologues. Dès les années 1940, l’anthropologue cubain F. Ortiz Fernández s’oppose à l’utilisation du concept d’acculturation — qui suppose une relation de domination entre deux cultures — et propose celui de transculturation, plus éclairant, permettant d’analyser l’ensemble des phénomènes culturels, et plus seulement ceux d’un rapport de domination coloniale48. C’est ainsi qu’il décrit les processus d’hybridation qui façonnent au fil des siècles et des apports la société cubaine49. Malgré les critiques, c’est toutefois le terme d’acculturation qui s’impose dans les discours pour désigner à la fois le métissage culturel provenant d’un rapport de domination et les phénomènes d’appropriation et de remodelage à l’œuvre en Amérique coloniale. Le maintien de l’utilisation de ce terme s’est fait au prix du renversement du point de vue adopté pour étudier le phénomène de l’acculturation. Le concept a en effet été souvent utilisé pour décrire l’influence européenne subie par les indigènes colonisés — apprentissage de la langue, christianisation, adoption d’une nouvelle législation —, et décrit de ce fait comme un phénomène asymétrique, ce que critique F. Ortiz Fernández50. Néanmoins, S. Alberro a montré comment les Créoles eux-mêmes sont réellement influencés par un environnement géographique, climatique, humain et culturel bien différent de l’Espagne. Elle analyse ainsi la manière dont ces créoles ont repris les symboles précolombiens de Tenochtitlán au XVIIIe siècle pour forger un embryon d’identité nationale différente de celle de la métropole51. En outre, elle analyse plus en profondeur les mutations culturelles subies par les Espagnols du Mexique au contact des Indiens et des Noirs venus d’Afrique. Cette acculturation, certes moins traumatisante que celle par laquelle sont passés les indigènes dans les colonies américaines, fait d’eux des créoles, des mexicains différents à bien des égards des péninsulaires : d’après S. Alberro, ces mutations touchent l’ensemble de la vie quotidienne mais aussi, à une échelle plus réduite et plus individuelle, les croyances et les fantasmes52. Ces études du métissage culturel, de l’acculturation ont donc permis de sortir du cadre étroit des populations biologiquement métissées pour examiner la manière dont une société originale issue de la rencontre entre deux cultures se forge petit à petit, pour toucher en fait l’ensemble de la société coloniale. Cet intérêt pour ce que S. Gruzinski qualifie de « colonisation de l’imaginaire53 » a entraîné un grand dynamisme illustré par la publication de nombreuses synthèses et ouvrages collectifs dans les années 199054. Cette multiplication de travaux exprime non seulement le regain d’intérêt mais aussi l’explosion des champs de recherche abordés. Cette évolution accompagne de fait un changement de paradigme dans les travaux des anthropologues qui voient dans les phénomènes culturels autant de phénomènes de communication. De ce point de vue, l’approche développée par S. Gruzinski dans son œuvre depuis la colonisation de l’imaginaire et plus particulièrement la Pensée Métisse55 — il n’hésite pas dans ce livre à réaliser un grand écart fascinant entre Amérique coloniale et cinéma de Hong-Kong — montre combien la pratique de l’histoire a à gagner d’une approche véritablement transdisciplinaire. Les champs d’application du terme se sont ainsi multipliés56 (histoire de l’art, des techniques, etc.), si bien que S. Gruzinski a pu écrire qu’il était dorénavant impossible d’étudier le métissage tant on s’était éloigné du concept initial et des premiers concernés, les populations métissées57. Pour tout dire, à force de nuance et de relativisation, le métissage est devenu une idée quasi désincarnée, ce qui rend son étude bien difficile en effet. Les évolutions de l’anthropologie jouent là encore un rôle notable. Outre le fait que le métissage soit devenu littéralement désincarné, la pertinence même du concept est fortement remise en cause par les anthropologues, ou tout du moins fortement nuancé58. C’est ce que fait J. -L. Amselle dans Logiques métisses. À partir de ses travaux sur les sociétés africaines, il montre en effet que non seulement l’idée de métissage biologique n’est pas pertinente, dans la mesure où il n’existe pas de races humaines, mais aussi l’idée d’acculturation. D’après lui, celle-ci reste esclave des tendances essentialistes de l’anthropologie biologique du XIXe siècle et tendrait à considérer les différentes cultures humaines comme monolithiques, constituées autour d’un noyau dur. Or, les cultures humaines sont tout sauf monolithiques — de ce point de vue, il est illusoire de parler d’un monde indigène au singulier pour la Nouvelle-Espagne, tant les différences sont considérables entre les Indiens Chichimèques du Nord et les Maya-Quichés du Yucatán. Par conséquent, comme on ne peut pas identifier de cultures « souches », l’utilisation du concept d’acculturation n’est pas pertinente pour J. -L. Amselle qui propose à la place celui de « branchement59 » :

  • 60 Ibid., p. 7.

Le fil conducteur de cet ouvrage s’ordonne autour de la thématique du « branchement » : par là on a seulement souhaité s’éloigner de celle du « métissage », qui représentait notre problématique antérieure et qui nous paraît aujourd’hui trop marquée par la biologie. En recourant à la métaphore électrique ou informatique du branchement, c’est-à-dire à celle d’une dérivation de signifiés particularistes par rapport à un réseau de signifiants planétaires, on parvient à se démarquer de l’approche qui consiste à voir dans notre monde globalisé le produit d’un mélange de cultures vues elles-mêmes comme des univers étanches, et à mettre au centre de la réflexion l’idée de triangulation, c’est-à-dire de recours à un élément tiers pour fonder sa propre identité60.

  • 61 J. Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimiento de (...)

28Après des décennies de recherches diverses et fécondes, l’histoire du métissage se retrouve donc confrontée à une véritable impasse dans la mesure où les fondements mêmes de son existence sont remis en cause. En effet, comment faire l’histoire d’un phénomène qui n’aurait pas d’existence ? À quoi bon se pencher sur un concept qui n’est finalement pas pertinent ? Toutefois, il paraît possible de sortir de cette impasse conceptuelle en revenant pour ainsi dire « aux sources » : les travaux de J. Poloni-Simard ont montré qu’il était possible d’appréhender les nuances du monde colonial et de se rapprocher dans le même temps au plus près des populations métissées. Cette approche fondée sur une démarche d’histoire sociale s’appuyant sur l’étude des réseaux et la mobilisation des sources notariales et judiciaires, renverse le point de vue en faisant des castas non plus des objets mais des acteurs interagissant avec l’ensemble de la société61.

UNE HISTOIRE DU CENTRE-NORD FOCALISÉE SUR L’HISTOIRE MINIÈRE

  • 62 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600.
  • 63 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.
  • 64 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », (...)
  • 65 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, D. Brading, « Mexican sil (...)
  • 66 E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a fina (...)
  • 67 I. Herrera Canales (comp.), (1998) Historia minera en México.

29L’intérêt d’une telle démarche est double : non seulement elle permet d’apporter une pierre supplémentaire à l’édifice de l’histoire du métissage, mais elle ouvre également de nouvelles perspectives pour mieux comprendre l’histoire d’un espace régional particulier à bien des égards. Si l’on considère le cœur de la région étudiée, c’est-à-dire la zone de Zacatecas, il est possible de distinguer deux grandes traditions historiographiques. En premier lieu, c’est le rôle « fondateur » joué par Zacatecas dans l’histoire de la Frontière qui est souligné dans de nombreux travaux. Ph. Powell s’attache ainsi à décrire et analyser le rôle moteur joué par la ville et ses mines dans la prise en main chaotique du nord du Mexique tenu par les Indiens nomades Chichimèques62, tandis que P. Bakewell montre bien dans les premiers chapitres de son ouvrage que des entrepreneurs zacatecanos sont à l’origine de la découverte et la colonisation de la Nouvelle Biscaye et du Nouveau Mexique63. S. Alberro, quant à elle, analyse l’impact de la Frontière sur les comportements individuels64. Ensuite, il faut bien dire que la zone a été surtout étudiée pour ses mines. C’est l’évolution de la production argentifère locale qui a surtout attiré l’attention des historiens : en raison de l’importance de ce centre minier, les périodes de prospérité ou au contraire de crise ont une véritable influence sur l’évolution de la conjoncture économique régionale et même de la Nouvelle Espagne dans son ensemble (c’est du moins ce qu’affirme l’américain W. Borah lorsqu’il analyse les raisons de la crise subie par la vice-royauté au XVIIe siècle). L’analyse de ces cycles de production et de leurs mécanismes constitue donc un champ d’étude privilégié pour les chercheurs des années 1960 et 1970, et même après : P. Bakewell, D. Brading et bien d’autres se sont ainsi penchés sur le pouls de l’activité minière locale au cours de la période coloniale65. L’historiographie mexicaine n’est pas en reste et les études minières demeurent un des domaines les plus actifs dans la mesure où elles permettent d’aborder des champs aussi divers que la culture populaire66, l’histoire des techniques, l’analyse des groupes intermédiaires. Ce sont autant de tendances que l’on retrouve dans l’ouvrage dirigé par I. Herrera Canales67.

  • 68 E. Recéndez Guerrero, Una historia en construcción. La presencia de las mujeres zacatecanas en el s (...)

30Dans ce contexte historiographique, le travail de Fr. Langue marque un tournant. Il faut dire que, jusque-là, c’est essentiellement l’industrie minière de la ville et son évolution qui a attiré l’attention des chercheurs. Par conséquent, ces derniers n’ont que peu abordé la société zacatecana et ses particularités, et se sont en fait contentés d’analyser le rôle des entrepreneurs et les caractéristiques de la main d’œuvre employée dans les mines. De ce point de vue, l’ouvrage de Fr. Langue semble être le premier à vraiment étudier l’histoire sociale de la ville — une tendance qui s’est heureusement développée depuis comme le montrent les travaux d’E. Recéndez Guerrero qui étudie la place des femmes dans la société coloniale zacatecana68. L’historienne française s’est en fait proposé d’effectuer une recherche visant à faire de « l’histoire totale » et a, pour cela, associé les approches quantitative et qualitative, même s’il faut bien dire qu’elle privilégie visiblement la deuxième démarche :

  • 69 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendan (...)

En ce sens, la cohérence des élites de Zacatecas voire de Nouvelle Espagne au XVIIIe siècle, et de leurs successeurs dans la longue durée ne serait pas seulement d’ordre économique ou politique, mais relèverait bel et bien de cette « histoire-carrefour » qu’est l’histoire des mentalités69.

31Fr. Langue étudie donc avec attention les fondateurs de ces grandes familles de Zacatecas comme les Santiago de la Laguna ou les Campa Cos pour lesquelles l’investissement dans l’industrie minière est en fait le moyen le plus rapide pour atteindre le statut de propriétaire terrien, le seul qui semble avoir une vraie valeur aux yeux de la société. À travers ces exemples, elle analyse les comportements des élites de Nouvelle Espagne, comportements qui sont le fruit de la forte imprégnation de cette population par les valeurs nobiliaires hispaniques. Nous avons ainsi sous les yeux un tableau original d’une partie des élites zacatecanas et de leurs motivations profondes et nous constatons aussi que l’examen de cette société semble indissociable de celui de l’industrie minière : celle-ci influe fortement sur les attitudes de chacun et contribue à forger une société singulière qui évolue selon des codes propres. De fait, Zacatecas est une ville qui dépend économiquement mais aussi socialement et culturellement du monde de la mine. Le but de notre travail est donc de prolonger également ce sillon creusé par Fr. Langue de deux manières : tout d’abord en choisissant un nouveau point de vue, c’est-à-dire celui des plèbes urbaines, bien délaissées par l’historiographie, du moins en tant qu’actrices, puis sortir de la dimension urbaine en essayant d’élargir l’espace considéré à une région cohérente, le Centre-Nord au XVIIIe siècle. Dans cette perspective, la constitution d’un corpus cohérent s’est avérée un travail bien difficile. En effet, lorsqu’on travaille sur les populations métissées, la difficulté principale réside dans le fait que l’on doit se pencher sur des populations « quasi invisibles », qui ne laissent guère de trace dans les documents et parlent encore moins d’elles-mêmes. De fait, la question du métissage est très présente dans la documentation administrative et législative ou encore à travers les efforts de taxinomie du XVIIIe siècle mais cette abondance ne permet pas d’étudier les populations métissées, les castas, pour elles-mêmes dans la mesure où ce type de sources exprime avant tout un point de vue extérieur, celui des élites coloniales. En d’autres termes, ce qui apparaît dans ces documents est le regard, souvent péjoratif voire fantasmagorique, porté par les élites sur ces personnes, et non pas leur point de vue ou leur vécu. Pour sortir de cette impasse et parvenir à « entendre », à « écouter » tout un pan bien silencieux de la société coloniale, il est nécessaire de trouver des sources dans lesquelles les castas et plus généralement les individus appartenant aux « plèbes urbaines » s’expriment directement, parlent d’eux-mêmes et, au final, apparaissent en tant qu’acteurs et non pas en tant qu’objets du regard et du discours d’autrui.

  • 70 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », pp. 113-138.
  • 71 N. Farriss, La sociedad maya bajo el dominio colonial. La empresa colectiva de supervivencia, p. 59 (...)

32Dans cette perspective, les sources judiciaires ont constitué la base principale de l’étude, qu’elles soient issues de la justice inquisitoriale (section Inquisición de l’Archivo General de la Nación à Mexico) ou coloniale (sections Poder judicial civil et Poder judicial criminal de l’Archivo Histórico del Estado de Zacatecas). Outre le fait qu’elles forment une introduction fascinante à des détails de l’histoire pour ainsi dire intime, le principal intérêt de ces sources est « anthropologique » pour reprendre l’expression de J. Poloni-Simard70. Les différents déclarants (plaignant, victime ou accusé) et témoins doivent en effet s’identifier de manière précise : l’âge, le statut marital ainsi que le métier sont toujours mentionnés et le statut racial apparaît très fréquemment de même que les endroits par lesquels l’individu est passé. La richesse des sources inquisitoriales sur le plan anthropologique a naturellement conduit à privilégier ensuite l’examen des sources judiciaires des archives de l’État de Zacatecas. Le fonds Civil comme le fonds Criminal se sont révélés être de véritables mines d’informations de toutes sortes. Selon N. Farriss, « en plus de l’information que les déclarations apportent, les sources judiciaires contiennent de petites biographies d’une ample gamme de personnages coloniaux71. » L’éventail des conflits du quotidien est en effet représenté : réclamations contre les mauvais payeurs, saisies de bien, conflits miniers (denuncios, problèmes entre les différents investisseurs), conflits matrimoniaux (surtout à la fin de la période avec la loi sur les mariages considérés comme socialement inégaux), conflits entre maîtres et esclaves, disputes (injures et coups), vols et homicides. Il en ressort une société lourdement conflictuelle, parcourue de tensions multiples (entre voisins, entre individus quasi inconnus, entre groupes), dans laquelle le recours à la justice agit bien souvent comme un instrument supplémentaire dans le renforcement ou, au contraire, la volonté d’ébranler les rapports sociaux. À l’instar des sources inquisitoriales, ces documents regorgent de détails sur les différents déclarants, même s’il fait reconnaître que le degré de précision est moindre. Pour compléter ce tableau, le recours aux sources notariales a été décisif dans la mesure où, pour la première moitié du XVIIIe siècle, bon nombre de notaires tendent à préciser la calidad des individus qui font appel à leurs services dans des contextes précis : testaments, dots, contrats divers, affaires minières, reconnaissances de dette. C’est le cas notamment de l’escribano Manuel Gutiérrez de Ávila, dont l’activité couvre une trentaine d’années entre la fin du XVIIe siècle et les années 1730. Certes, si l’on rapporte les quelque 280 contrats trouvés et travaillés pour la première moitié du XVIIIe siècle à la masse documentaire considérable que représente la section Notarías, leur part est infime dans l’activité notariale de la période. Ces documents ouvrent toutefois une porte sur des détails de la vie quotidienne libres du prisme « criminalisant » des sources judiciaires qui ont tendance à surreprésenter les moments de crise et de conflit tandis que les sources notariales donnent un aperçu du fonctionnement « normal » de la société coloniale.

  • 72 AGI, México, Expedientes de minería, 2236-2244.
  • 73 AGI, México, 2779/1770-1787/Expediente sobre el reglamento del gremio de panaderos de la ciudad de (...)
  • 74 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », (...)
  • 75 Á. Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, t. 2 : El mestizaje y las castas col (...)

33Cependant, il n’est pas possible de travailler sur un quelconque groupe social sans prendre en compte le poids du contexte économique, social et politique au cours du XVIIIe siècle sur la situation du dit groupe. Autrement dit, les plèbes urbaines sont tributaires des aléas d’une société coloniale qui certes ne veut pas vraiment d’eux mais qui n’influe pas moins lourdement sur leur devenir. C’est pourquoi il faut prendre en compte non seulement la législation coloniale et son évolution mais aussi la documentation portant sur le monde de la mine (section Tribunal de Minería de l’Archivo General de Indias à Séville72, listes d’employés dans les archives zacatecanas) et plus généralement sur les métiers urbains (réglementations et réclamations issues des corporations73). L’intérêt d’une telle démarche est évident. Tout d’abord, elle fournit les éléments de contexte nécessaires pour comprendre les dynamiques à l’œuvre dans les sources judiciaires et mesurer l’impact des particularités du monde de la mine au sens large sur ces dynamiques sociales. Les sociétés minières du Centre-Nord se caractérisent par un rythme économique et une culture (grande capacité de mobilité, rêve de la bonanza, valorisation de la prise de risque financière et physique) propres qui contribuent à façonner le monde dans lequel évoluent les populations étudiées74. En outre, il n’est pas possible de faire l’économie de l’examen de la législation coloniale même s’il s’agit d’un travail extrêmement balisé75. Enfin, la situation géographique du cadre de cette étude ne permet pas d’oublier l’influence des problèmes d’ordre géopolitique sur les populations étudiées. Tout comme le monde de la mine, celui de la frontière — et plus particulièrement la question indienne — possède une réelle influence non seulement sur les comportements et les mentalités mais aussi sur l’application réelle et le respect de la législation coloniale selon le principe des rapports entre centre et périphérie. De cette manière, il devient possible de dépeindre la grande complexité des sociétés minières du Centre-Nord au XVIIIe siècle.

DES MOTS ET DES USAGES… COMMENT QUALIFIER L’INCERTAIN ?

34Avant de progresser plus avant dans le propos, il semble désormais nécessaire d’apporter une série de clarifications d’ordre sémantique au sujet du vocabulaire employé tout au long de l’étude. Exercice rigide s’il en est, il n’en demeure pas moins indispensable dans la mesure où les concepts et les termes associés au métissage et plus largement l’étude des sociétés coloniales font l’objet d’âpres débats historiographiques jusqu’à aujourd’hui, comme le montrent les pages qui précèdent.

  • 76 L. L. Cavalli-Sforza, Gènes, Peuples et Langues.
  • 77 A. Escobar Ohmstede et R. A. Fagoaga Hernández, « Sociedades híbridas, pueblos mixtos o mestizaje. (...)

35C’est le cas notamment du vocabulaire du métissage. Que désignent donc les termes de « métis » ou de « mulâtre » ? Catégories à l’existence bien réelle dans les discours coloniaux, du moins sur le plan de représentations, ces termes sont désormais considérés comme des étiquettes vides de sens pour tout un pan de l’anthropologie : il est en effet impossible de parler de métissage au sens biologique du terme puisque la notion de race est erronée76. De ce point de vue, parler de « métis » ou de « mulâtre » n’a guère de sens. Un tel malaise se ressent dans les choix de vocabulaire effectués par les historiens des sociétés coloniales, comme le montre le titre d’un article récemment publié par A. Escobar Ohmstede et R. Fagoaga Hernández : « Sociedades híbridas, pueblos mixtos o mestizaje. ¿Cómo se puede percibir la población en la Huasteca potosina77 ? » Cette seule question est parfaitement révélatrice des difficultés éprouvées ne serait-ce que pour évoquer et qualifier la complexité de ces sociétés tout en évitant l’écueil d’un trop grand schématisme voire de l’anachronisme conceptuel.

  • 78 J. Poloni Simard, « Redes y mestizaje », p. 114.
  • 79 R. E. Boyer, Caste and identity in Colonial Mexico : a proposal and an example.
  • 80 A. de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines. Même lorsqu’il réfute les théories de Gob (...)

36Il faut toutefois parvenir à nommer et identifier les individus rencontrés dans les sources judiciaires et notariales, élaborer des statistiques permettant de comprendre les articulations de la société coloniale. Pour ces raisons très pragmatiques, le choix a été fait dans cette étude de reprendre les différentes déclarations de calidad énoncées dans la documentation tout en gardant à l’esprit l’aspect bien problématique de ces termes et de l’usage qu’en faisaient déclarants et autorités78. De fait, la fluidité des constructions identitaires observée tout au long du travail de recherche montre bien que ces termes sont essentiellement des étiquettes à la valeur performative limitée, mais l’historien des sociétés passées a tout de même besoin d’utiliser ces étiquettes lorsqu’il passe d’une analyse conceptuelle à la reconstitution de la vie quotidienne, lorsqu’il entend réaliser une histoire à « ras du sol. » De la même manière, le choix d’utiliser le terme de calidad est guidé par la volonté de s’éloigner des débats historiographiques sur la notion de « race ». Cette dernière est en effet problématique en raison d’un poids sémantique considérable, notamment dans l’historiographie anglo-saxonne et nord-américaine en particulier. Pour R. E. Boyer79 parler de race renvoie à la tradition du XIXe siècle incarnée par des auteurs comme A. de Gobineau80, ce qui ne correspond pas à la réalité des sociétés hispaniques de l’époque moderne. De ce point de vue, parler de race ou de stratification raciale peut être considéré comme un anachronisme conceptuel. Pour éviter cet écueil, il convient donc d’avoir recours aux termes employés en Amérique espagnole — les termes « indigènes » pour reprendre l’expression utilisée par J. Revel : la condición pour évoquer le statut socio-économique et la calidad pour parler du statut socio-racial. Enfin, le terme de raza ne sera utilisé que lorsque les documents le mentionneront.

  • 81 F. Cooper et R. Brubacker, « Beyond identity ».
  • 82 Ibid.

37L’évocation des concepts de condición et de calidad comme autant d’éléments qui contribuent à définir un individu dans la société coloniale amène à évoquer l’épineuse question de la construction identitaire des populations métissées. La notion même d’identité est problématique dans la mesure où elle constitue de nos jours une idée bien vague, aux applications si larges qu’elle en a été vidée de son sens81. En outre, on reproche à cette notion une tendance à représenter l’individu de manière bien trop monolithique, masquant les nuances et les complexités de la construction identitaire, essentialisant l’individu à une série de traits figés, de la même manière que les papiers d’identité figent l’image d’un individu. Dans le contexte de l’Amérique coloniale et du métissage, la notion est enfin problématique dans la mesure où parler d’une « identité métisse » donne trop d’importance au poids des étiquettes accolées par la société coloniale au détriment du ressenti des individus concernés. Toutefois, doit-on pour autant évacuer totalement l’utilisation de cette notion ? De fait, ce sont plus les processus de construction identitaire — une vision dynamique du phénomène donc, et non plus figée — qui nous intéressent ici, ou, pour reprendre les termes de Brubacker et Cooper, le processus d’identification82. Comment les individus métis forgent-ils leur identité dans le monde colonial ? Quels sont les outils employés dans ce que l’on peut qualifier de véritable bricolage identitaire ? Plus que les étiquettes, ce sont donc les processus, les bricolages, les arrangements mais aussi le poids du regard et des imaginaires qui sont l’objet de l’étude. De ce point de vue, il paraît intéressant d’évoquer les « identités métisses » pour mieux retranscrire la complexité des phénomènes observés.

  • 83 E. J. Thompson, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », pp. 76-136. N (...)
  • 84 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendan (...)

38Ce choix du pluriel ne se réduit pas aux identités métisses, aux constructions identitaires, et peut s’appliquer à l’ensemble du corps social : on parle bien des élites ou encore des plèbes urbaines pour bien souligner la multiplicité à l’œuvre dans la composition de ces groupes sociaux, les stratégies élaborées, les réseaux tissés. Si le monde des élites coloniales se caractérise par une tendance à réifier et homogénéiser les couches populaires en évoquant le peuple, la plèbe dans son acception la plus péjorative, on sait que la réalité est tout autre. L’utilisation de l’expression « plèbes urbaines » renvoie à cette complexité, à cette hétérogénéité mais aussi aux évolutions du XVIIIe siècle qui révèlent des couches populaires prenant conscience d’elles-mêmes en tant que groupe agissant et développant une forme propre d’expression politique et sociale83. À l’intérieur de ces plèbes urbaines, on retrouve donc l’ensemble des castas et des petites gens, mineurs ou artisans, journaliers ou petits marchands, libres ou esclaves. Dans ces différentes catégories, deux méritent une attention particulière dans la mesure où elles recouvrent des situations bien différentes. Le monde des mineurs est ainsi divisé entre dueños de minas — les propriétaires, le monde des élites étudié notamment dans la région de Zacatecas par Fr. Langue84 — et operarios* de minas — les mineurs à proprement parler. Dans ce cas précis, le passage de l’espagnol au français peut s’avérer source de confusions : si le terme espagnol de minero que l’on retrouve dans la documentation renvoie la plupart du temps au monde des propriétaires, même d’une seule bara de mina*, c’est-à-dire d’une action dans une mine, le terme français correspondant renvoie quant à lui aux individus qui descendent dans les mines, quel que soit leur statut — operario libre et salarié, esclave, Indien de repartimiento. Comme les individus eux-mêmes jouent sur les complexités de ce vocabulaire dans leurs déclarations, dans leur processus de construction identitaire — il n’est ainsi pas rare de voir un simple operario se qualifier lui-même de minero, statut qui lui est refusé par son adversaire — le choix a été fait d’utiliser autant que possible le vocabulaire espagnol, ainsi que de respecter les déclarations individuelles pour refléter la complexité des situations décrites le mieux possible. Il en est de même pour le monde complexe des artisans. Si l’on se réfère à une définition stricte, un artisan d’Ancien Régime appartient à un corps de métier — les gremios* dans le monde hispanique — organisé et hiérarchisé. Lors des premiers temps de la colonie, toute une législation a été mise en place pour empêcher l’accès des populations métissées et indigènes à ces corporations, pour protéger les intérêts économiques et sociaux des Espagnols. Être artisan était alors conçu comme une forme d’honneur, réservée à une population honorable. C’est ce qu’écrit G. Aguirre Beltrán :

  • 85 G. Aguirre Beltrán, El proceso de aculturación en México, p. 65.

L’industrie artisanale demeura monopolisée entre les mains des nouveaux-venus, fondant des groupes privilégiés que se réservèrent le droit à exercer une profession déterminée […] Les ordonnances sur les gremios exclurent les Indiens de toute participation à l’institution créée et allèrent plus loin : l’interdiction d’accepter comme membre des corporations fut étendue aux populations métissées — métis et mulâtres — issus de la cohabitation entre Européens, Indigènes et Noirs85.

  • 86 J. González Angulo, « Los gremios de artesanos y el régimen de castas », p. 150.
  • 87 Ibid., p. 153.

39En effet, comme la structure et la conception des gremios suppose une certaine notion d’égalité entre les membres. De ce fait, accepter des castas au sein d’un gremio n’est guère pensable, dans la mesure où ce seul acte sous-entend une certaine égalité entre Espagnols et castas86. Apparaît ainsi une division entre artisans agremiados — protégés par un ensemble de règles dès le temps de l’apprentissage — et les artisans indépendants, libres ou serviles, employés par le maître-artisan, souvent relégués aux tâches subalternes87. Toutefois, force est constater que, dans la documentation consultée pour le XVIIIe siècle, nombre d’individus se définissent comme « artisans » sans pour autant appartenir à un gremio, ce qui autorise à penser que, dans ce domaine comme dans d’autres, la dimension purement socio-économique prend le pas dans les modes de stratification et de définition sociales. En outre, la qualification d’artisan est utilisée par les créoles comme les populations métissées, dans le cadre de corps organisés — certains métis ou mulâtres accèdent ainsi au grade de maître artisan, et des contrats d’apprentissage sont signés par des maîtres castas, avec des enfants de la même origine. Ce simple fait permet de voir comment, dans le cadre des sociétés minières du Centre-Nord, lorsque les conditions sont propices, certains castas parviennent à s’approprier leur instrument de travail et accéder à une certaine autonomie économique qui leur est théoriquement niée par la législation coloniale. À l’origine statut autant juridique que socio-économique, le statut d’artisan — et son appropriation par une catégorie sociale théoriquement exclue — constituent ainsi un observatoire idéal pour apprécier les mutations à l’œuvre dans les sociétés du Centre-Nord au XVIIIe siècle. Pression démographique, évolution des mentalités, stratégies individuelles ouvrent ainsi la porte à l’accession à des statuts originellement interdits — petits offices, titre d’artisan — et aux bénéfices symboliques associés en terme d’autorité, d’image, d’intégration pour tout dire.

III. — TABLEAU NUANCÉ D’UNE VÉRITABLE MOSAÏQUE SOCIALE : LES APPORTS D’UNE « HISTOIRE AU RAS DU SOL »

40C’est en effet une société extrêmement complexe et nuancée qui est apparue au fil du dépouillement, loin des schémas figés traditionnellement utilisés pour décrire la société coloniale. C’est un monde fluide et changeant dans lequel de véritables opportunités individuelles existent. « Société de métis » sur le plan démographique, le Centre-Nord donne l’impression d’être une « société métisse » à part entière dont un des principaux fondements semble être une grande plasticité sociale et culturelle.

  • 88 J. -P. Zuñiga, « La voix du sang : du métis au métissage en Amérique espagnole », pp. 425-452.

41Que peut se dissimuler derrière l’expression de « société métisse » ou encore celle de « mosaïque métisse » ? Le caractère démographique est indéniable : c’est même le poids des populations métissées qui a conduit en grande partie au choix de la région comme zone d’étude. C’est un premier fait. Néanmoins, l’analyse des différents documents manipulés au cours du dépouillement permet de dépasser cette lapalissade et de proposer un sens plus large. Plus que la forte présence attendue des castas, c’est en effet la multiplicité des cas et des situations qui frappe. Si la législation désire imposer une certaine séparation « idéale » entre República de los Españoles et República de los Indios88, la réalité quotidienne laisse deviner au contraire un véritable mélange de relations, de discours, d’influences culturelles… Les mobilités sont non seulement géographiques mais aussi sociales et même chronologiques dans la mesure où la vérité culturelle ou socio-économique d’un jour peut s’avérer fausse le jour suivant : les seuils de tolérance varient grandement d’un individu à l’autre mais n’en demeurent pas moins réels tandis que le contexte minier fluctuant favorise et ruine les espoirs avec la même facilité. De fait, l’expression « société métisse » entend renvoyer au dynamisme d’une région dans laquelle les réelles possibilités d’intégration poussent à s’interroger sur les complexes rapports entre intégration et marginalisation ainsi que sur la signification sociale des différents comportements identifiés. Davantage encore, l’expression « société métisse » est une manière d’introduire le questionnement sur les notions d’identité et d’identification soulevé par les différents discours rencontrés. Société métissée, le Centre-Nord est enfin une société métisse dans la mesure où la structure sociale et culturelle apparaît comme le fruit à la fois d’une stratification économique concrète croissante et d’une stratification « raciale » et mentale qui reste permanente et forte tout au long de la période.

  • 89 G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle.
  • 90 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface du Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste d (...)

42Ainsi, à partir d’un cadre somme toute classique, celui de la monographie, et d’un thème très balisé comme celui du métissage en Amérique hispanique, le but de ce travail est de mettre en lumière les dynamiques sociales, régionales et culturelles telles qu’elles apparaissent au niveau peu visité des plèbes urbaines, et des populations métissées en particulier. Le choix, contraint il est vrai par la nature même du sujet, d’une échelle d’analyse réduite et le jeu des changements de focale répétés entre l’espace régional, celui des sociétés minières, et l’espace vice-royal voire impérial placent de fait ce texte dans la lignée des travaux issus de la pensée des micro-historiens. Les lignes écrites par J. Revel pour présenter la démarche de G. Levi dans Le pouvoir au village89 permettent de résumer le cadre conceptuel qui a présidé à la rédaction de ce mémoire. Le jeu d’échelles a ainsi à la fois une réponse au problème posé par le caractère irrégulier et inégal du corpus, mais aussi et surtout une manière de replacer les sociétés minières du Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle « dans une série de contextes emboîtés, […]. À chaque niveau de lecture, la réalité apparaît différente, et le jeu du micro-historien consiste à relier entre elles ces réalités dans un système d’interactions aux multiples entrées. […] La manipulation délibérée de ce jeu d’échelles suggère un tout autre paysage, en même temps qu’une autre idée de la représentativité d’un cas local90. » Une telle démarche fait apparaître de cette façon des situations particulières qu’une observation plus globale ou purement sérielle ne peut déceler. C’est alors que l’éventail des possibles à l’échelle individuelle se laisse découvrir et donne à voir une société coloniale aux dynamiques bien complexes. Dans ce cadre, les plèbes urbaines peuvent être considérées comme des « acteurs rationnels » élaborant des stratégies plus ou moins efficaces en fonction d’un contexte social, économique et culturel bien changeant au niveau local — les reales de minas — comme au niveau de la vice-royauté. Ce changement de perspective permet de reconstituer les comportements quotidiens et, surtout, les logiques qui les sous-tendent. Giovanni Levi écrit ainsi dans l’introduction du Pouvoir au village :

  • 91 G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle, pp. 13-14

Dans l’histoire racontée ici, les catégories interprétatives sont autres : l’ambiguïté des règles, la nécessité de prendre consciemment des décisions dans des conditions d’incertitude, la quantité limitée d’informations qui permet toutefois d’agir, la tendance psychologique à simplifier les mécanismes de causalité que l’on juge importants pour la détermination des comportements et, enfin, l’utilisation consciente des incohérences entre systèmes de règles et de sanctions. Une rationalité sélective et limitée explique les comportements individuels comme étant le fruit du compromis entre comportement subjectivement désiré et comportement socialement exigé, entre liberté et contrainte. L’incohérence entre les règles, l’ambiguïté du langage, les incompréhension entre groupes sociaux ou entre individus, la vaste zone d’inertie déterminée par la préférence pour la situation habituelle et par les coûts dérivant des choix faits dans des conditions d’incertitude excessive n’empêchent pas de considérer cette société comme active et consciente dans chacune de ses composantes, et le système social comme le résultat de l’interaction entre comportements et décisions prises dans le cadre d’une rationalité pleine mais limitée91.

  • 92 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe-X (...)
  • 93 A. Farge, La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle.

43L’application d’une telle grille de lecture permet de considérer les plèbes urbaines, et les populations métissées, comme des acteurs à part entière de la société coloniale, du moins à l’échelle individuelle : les individus identifiés dans la documentation s’avèrent capables non seulement d’évoluer à l’intérieur d’un monde à la fois contraignant et générateur de possibilités en aménageant les règles du jeu. Pour faire ressortir ces nuances, il est nécessaire « de considérer les silences des sources autant que les résultats mesurables. Dans cette optique, bien plus que les moyennes, ce sont alors les écarts qui deviennent significatifs92. » Combiner une approche quantitative et une démarche plus qualitative devient alors une nécessité et vient accompagner le jeu de changement de focale. De ce point de vue, la documentation judiciaire — Inquisition, justice pénale et civile — constitue une source des plus précieuses, pour la richesse des informations, nous l’avons souligné dans les pages précédentes, et, surtout, pour la possibilité qu’elle offre à la parole, même filtrée, de populations bien silencieuses. C’est A. Farge qui souligne de la plus belle manière la richesse et l’intérêt de ces sources. L’historienne évoque en ces termes les archives judiciaires dans l’introduction de La vie fragile93 :

  • 94 Ibid., p. 7.

Ce livre est né de l’archive. […] Non, il s’agit de l’archive judiciaire ; l’archive comme bribe, morceau de phrase, fragments de vies recueillis dans ce vaste sanctuaire de paroles mortes et pourtant prononcées que sont les archives judiciaires. Paroles émergeant de trois nuits successives et profondes : celle du temps et de l’oubli, celle des infortunés, celle, plus opaque à nos intelligences défiées, de la constitution et de l’empire de la faute94.

  • 95 M. Ferro, « Introduction », p. 825.
  • 96 Ibid.
  • 97 Voir Z. Moutoukias, « Réseaux personnels et autorité coloniale, les négociants de Buenos Aires au X (...)

44À ce titre, les faits divers croisés au détour des liasses ont reçu une attention toute particulière lorsque la documentation le permettait car comme l’écrit M. Ferro, ces « fait [s] résiduel [s] laissé [s] pour compte de la grande histoire95 » offrent une perspective unique pour l’histoire sociale et culturelle : « En vérité, son étude passe par l’histoire narrative pour déboucher sur l’analyse fine du tissu social comme des représentations collectives96. » Un des moyens de mieux saisir les logiques de ce tissu social est l’analyse des bribes de réseaux sociaux et familiaux telles qu’elles apparaissent dans les pages des procès. Certes, les apparitions la plupart du temps uniques des individus dans la documentation constituent un obstacle à une recomposition détaillée des réseaux et conduisent à des reconstitutions bien parcellaires97. Cependant, malgré ces limitations indéniables, ces véritables clichés, ou instantanés, permettent de mettre en lumière ponctuellement les solidarités et les tensions sociales et familiales, ainsi que les logiques qui les sous-tendent.

  • 98 Voir J. P. Viqueira Albán, Une révolte indienne au Chiapas, 1712, F. Castro Gutiérrez, Movimientos (...)
  • 99 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe - (...)

45À la croisée de ces influences, ce travail se propose donc d’être une « histoire à ras du sol » aussi bien sur le plan méthodologique que thématique. Le choix de la petite échelle permet ainsi de mettre en lumière toute la complexité et les dynamiques des sociétés du Centre-Nord sur le plan socioéconomique comme socio-culturel tandis que la volonté de s’intéresser à la parole et aux actes du petit peuple permet, dans un renversement de perspective — du bas vers le haut, de la petite échelle à la grande, des plèbes à l’ensemble de la société —, de peindre un nouveau tableau de la société coloniale, de ses enjeux et de ses représentations, à travers le filtre particulier des plèbes urbaines et des populations métissées. Vraie pour les problèmes identitaires, cette dernière proposition se vérifie de la manière la plus nette dans le domaine d’une géographie historique dynamique : il apparaît en effet que, par leurs différentes actions, les plèbes urbaines contribuent à façonner tout un espace régional. L’examen des mobilités individuelles — qu’elles soient associées à l’exercice d’un métier particulier comme celui de conducteur de mules, à des stratégies de survie ou de fuite, à des activités commerciales régulières sur de plus ou moins longues distances — font apparaître au fil des pages une véritable « région vécue », dessinée par les différentes actions individuelles. L’étroite interaction entre espace et société constitue une dernière dimension importante de ce travail. De fait, la région choisie, le Centre-Nord de la Nouvelle-Espagne, n’est pas le simple théâtre d’une monographie classique mais joue un rôle fondamental dans la réflexion : l’espace façonne la société tout autant que cette dernière contribue à redessiner ses contours. Cette conception dynamique de la monographie permet ainsi de revisiter quelque peu un genre classique pour l’inscrire dans la pensée et les problématiques de l’histoire régionale98. Le jeu de va-et-vient entre approche quantitative et qualitative, les variations de focales et le choix des archives judiciaires permettent ainsi « d’éviter les risques d’une histoire sociale globalisante99 » et de suivre le chemin dessiné par Fernand Braudel dans sa « Leçon inaugurale au Collège de France » :

  • 100 F. Braudel, « Leçon inaugurale au Collège de France », p. 35. Cité dans M. Bertrand, Grandeur et mi (...)

Le danger d’une histoire sociale, nous l’apercevons tous : oublier, dans la contemplation des mouvements profonds de la vie des hommes, chaque homme aux prises avec sa propre vie, son propre destin ; oublier, nier peut-être, ce que chaque individu a toujours d’irremplaçable. Car contester le rôle considérable qu’on a voulu donner à quelques hommes abusifs dans la genèse de l’histoire, ce n’est certes pas nier la grandeur de l’individu, et l’intérêt pour un homme de se pencher sur le destin d’un autre homme100.

46Il s’agit alors de replacer l’individu métis au centre de l’attention et de le considérer comme un acteur essentiel contribuant à façonner la société coloniale du Centre-Nord au quotidien et non plus comme un membre anonyme et passif d’une nébuleuse située en marge de la société.

Notes

1 M. Carmagnani, « Demografía y sociedad, la estructura social de los centros mineros del Norte de México, 1600-1720 ».

2 M. Mörner, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique Latine. M. Mörner, Estado, razas y cambio social en la Hispanoamérica colonial.

3 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje ».

4 J. Poloni-Simard, « La vérité sur le métissage ».

5 Sur le plan plus général et purement historiographique, il est intéressant de noter que le thème de la frontière — à l’échelle américaine et européenne — reçoit actuellement un intérêt accru comme en témoignent les publications successives d’ouvrages collectifs portant sur la notion. Voir M. Bertrand et N. Planas (éd.), Les sociétés de frontière, de la Méditerranée à l’Atlantique (XVIe-XVIIIe siècle), C. Giudicelli (éd.), Fronteras movedizas. Clasificaciones coloniales y dinámicas socioculturales en las fronteras de las Américas, S. Bernabéu Albert et Fr. Langue, Fronteras de las sensibilidades.

6 F. Turner, The frontier in American history.

7 C. Boidin, Guerre et métissage au Paraguay 2001-1767, p. 17.

8 R. White, The Middle Ground : Indians, Empires, and Republics in the Great Lakes Region, 1650-1815.

9 G. Havard, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’En-Haut 1660-1715.

10 C. Giudicelli, G. Havard et S. Bernabéu Albert (éd.), La indianización. Cautivos, renegados, misioneros y « hommes libres » en los confines americanos (Siglos XVI-XVIII).

11 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600. Plus généralement, sur la formation du Nord de la Nouvelle-Espagne, voir : P. Gerhard, The north frontier of New Spain, et P. Gerhard, A guide to Historical Geography of New Spain ; S. Bernabéu Albert, El gran norte mexicano : indios, misioneros y pobladores entre el mito y la historia. Pour le XVIIe siècle, voir enfin les travaux de C. Giudicelli, Pour une géopolitique de la guerre des Tepehuán, 1616-1619. Alliances indiennes, quadrillage colonial et taxinomie ethnographique au Nord-Ouest du Mexique.

12 J. Flores Olague, Breve historia de Zacatecas.

13 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.

14 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600, p. 30.

15 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, p. 28.

16 C. Bernand et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, t. 2, Les métissages, p. 274.

17 R. Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana durante la época colonial », dans Revista de Indias, 23, pp. 7-44 ; 24, 1946, pp. 215-237.

18 C. Fell, « La raza cósmica de José Vasconselos ou le métissage sublimé » pp. 63-73.

19 Inca Garcilaso de la Vega, Comentarios Reales de los Incas, lib. IX, cap. xxxi ; 1943, t. 2, p. 279 cité par A. Lipchutz, El problema racial en la Conquista de América y el mestizaje, p. 285. Sauf mention contraire, les traductions de l’espagnol ou de l’anglais au français ont été réalisées par l’auteure.

20 R. Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana durante la época colonial », pp. 215-237.

21 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 71-85.

22 Á. Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, t. 2 : El mestizaje y las castas coloniales, pp. 174-175.

23 N. Wachtel, « L’acculturation », p. 174.

24 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, pp. 85-91.

25 C. Esteva-Fabregat, Mestizaje in Ibero-América, p. 11.

26 M. Bertrand et R. Marin, « Présentation », p. 8.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 R. D. Cope, The Limits of Racial Domination. Plebeian Society in Colonial Mexico City, 1660-1720, p. 49.

30 M. Bertrand et R. Marin, « Présentation », p. 8.

31 L. Mancuso, Cofradías mineras : religiosidad popular en México y Brasil, siglo XVIII.

32 Voir Th. Calvo, « Les vices-rois et la plèbe », pp. 37-64, S. Gruzinski, « Genèse des plèbes urbaines coloniales : Mexico aux XVIe et XVIIe siècles », pp. 11-36, Th. Calvo, « Mexico-Guadalajara-Tlaxcala : la semaine des pierres (8-14 juin 1692) », pp. 81-107, N. Silva Prada, La política de una rebelión. Los indígenas frente al tumulto de 1692 en la Ciudad de México. L’onde de choc du soulèvement de Mexico se ressent jusque dans la région de Zacatecas qui voit les autorités convoquer la population pour recenser les armes possédées par chacun et se préparer à une éventuelle rébellion (AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 01).

33 Voir D. Ladd, The making of a strike. Mexican silver workers struggles in Real del Monte, 1766-1775, F. Castro Gutiérrez, Movimientos populares en Nueva España. Michoacán 1766-1767, Moreno De Los Arcos, « Algunas consideraciones sobre rebeliones y motines en los centros mineros (siglo XVIII) », pp. 6-15.

34 E. Van Young, The other rebellion. Popular violence, ideology and the Mexican struggle for independance 1810-1821.

35 AHEZ, Poder judicial, Criminal, Caja 02, Exp. 55 et AHEZ, Ayuntamiento, Indios, Caja 1, Exp. 06.

36 J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas.

37 Cité dans J. Lynch, Las revoluciones hispanoamericanas, pp. 27-28. « Informe que el ayuntamiento de Caracas hace al Rey de España referente a la real cédula de 10 de febrero de 1795 », dans J. F. Blanco et R. Azpurúa, éd, Documentos para la historia de la vida pública del Libertador, pp. 267-275 ; Cabildo de Caracas a la Corona, 13 octubre de 1798 dans « Los pardos en la colonia », op. cit., pp. 339 et 344.

38 R. L. Garner, « Long-term silver mining trends in Spanish America : a comparative analysis of Peru and Mexico », pp. 224-262.

39 A. Lipchutz, El problema racial en la Conquista de América y el mestizaje.

40 R. Konetzke, « El mestizaje y su importancia en el desarollo de la población hispanoamericana durante la época colonial », pp. 7-44.

41 M. Mörner, Le métissage dans l’Histoire de l’Amérique Latine, p. 68.

42 J. K. Chance, Race and class in colonial Oaxaca.

43 Ibid., p. 187.

44 C. Caillavet et M. Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVIe-XXe siècle) », p. 118.

45 C. Esteva-Fabregat, Mestizaje in Ibero-América, p. 4.

46 C. Caillavet et M. Minchom, « Le métis imaginaire. Idéaux classificateurs et stratégies socio-raciales en Amérique Latine (XVIe-XXe siècle) », pp. 115-132.

47 Th. Bouysse Cassagne, « Être métis ou ne pas être : les symptômes d’un mal identitaire dans les Andes des XVIe et XVIIe siècles », pp. 7-24, J. -P. Zuñiga, « La voix du sang. Du métis à l’idée du métissage en Amérique Espagnole » pp. 425-452.

48 F. Ortiz Fernández, Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar.

49 F. Ortiz Fernández, La Africanía de la música folklórica de Cuba.

50 C. Esteva-Fabregat, Mestizaje in Ibero-América, p. 10.

51 S. Alberro, « Origines de la conscience créole au Mexique : la récupération des symboles indigènes de Mexico-Tenochtitlán » pp. 227-236.

52 S. Alberro, Les Espagnols dans le Mexique Colonial. Histoire d’une acculturation.

53 S. Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire.

54 B. Grunberg et M. Lakroum (éd.), Histoire des métissages hors d’Europe. Nouveaux mondes ? Nouveaux peuples ?, B. Lavallé (dir.), Transgressions et stratégie du métissage en Amérique Coloniale, G. Baudot (dir.), Métissages en Amérique Latine.

55 S. Gruzinski, La pensée métisse.

56 E. Florescano et V. García Acosta (coord.), Mestizajes tecnólogicos y cambios culturales en México, J. Comas, E. González, A. López Austin, G. Somolinos et C. Viesca, El mestizaje cultural y la medecina novohispana del siglo XVI.

57 S. Gruzinski, La pensée métisse.

58 J.-L. Amselle, Logiques métisses.

59 J.-L. Amselle, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures.

60 Ibid., p. 7.

61 J. Poloni-Simard, Indianité et métissages : la dynamique de la société indienne du corregimiento de Cuenca (Equateur), xvie-xviiie, J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje » pp. 113-138. Pour un espace, il est possible d’évoquer les travaux de Paola Domingo sur le Paraguay du XVIe siècle (P. Domingo, Naissance d’une société métisse. Aspects socio-économiques du Paraguay de la Conquête à travers les dossiers testamentaires).

62 Ph. Powell, La guerra chichimeca 1550-1600.

63 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700.

64 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », pp. 139-174, L. Mancuso, Cofradías mineras : religiosidad popular en México y Brasil, siglo XVIII, p. 59.

65 P. Bakewell, Mining and society in Colonial Mexico, Zacatecas, 1546-1700, D. Brading, « Mexican silver mining in the eighteenth century : the revival of Zacatecas », p. 670.

66 E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a finales del siglo XVIII », pp. 89-106.

67 I. Herrera Canales (comp.), (1998) Historia minera en México.

68 E. Recéndez Guerrero, Una historia en construcción. La presencia de las mujeres zacatecanas en el siglo XVIII.

69 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance, p. 16.

70 J. Poloni-Simard, « Redes y mestizaje », pp. 113-138.

71 N. Farriss, La sociedad maya bajo el dominio colonial. La empresa colectiva de supervivencia, p. 598.

72 AGI, México, Expedientes de minería, 2236-2244.

73 AGI, México, 2779/1770-1787/Expediente sobre el reglamento del gremio de panaderos de la ciudad de México.

74 S. Alberro, « Zacatecas, zona frontera, según los documentos inquisitoriales, siglos XVI y XVII », pp. 139-174, E. Flores Clair, « El lado oscuro de la plata. La vida en los reales de mineros novohispanos a finales del siglo XVIII », pp. 89-106.

75 Á. Rosenblat, La población indígena y el mestizaje en América, t. 2 : El mestizaje y las castas coloniales et R. Konetzke, Colección de documentos para la formación social de Hispano América, 1493-1810, vol. 3, 1691-1807.

76 L. L. Cavalli-Sforza, Gènes, Peuples et Langues.

77 A. Escobar Ohmstede et R. A. Fagoaga Hernández, « Sociedades híbridas, pueblos mixtos o mestizaje. ¿Cómo se puede percibir la población en la Huasteca potosina en el periodo colonial tardío ? ».

78 J. Poloni Simard, « Redes y mestizaje », p. 114.

79 R. E. Boyer, Caste and identity in Colonial Mexico : a proposal and an example.

80 A. de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines. Même lorsqu’il réfute les théories de Gobineau, le penseur haïtien J. A. Firmin s’appuie également sur le concept de race, qu’il ne remet pas en question (voir J. A. Firmin, De l’égalité des races humaines. Anthropologie positive).

81 F. Cooper et R. Brubacker, « Beyond identity ».

82 Ibid.

83 E. J. Thompson, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », pp. 76-136. N. Silva Prada, La política de una rebelión. Los indígenas frente al tumulto de 1692 en la Ciudad de México.

84 Fr. Langue, Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l’indépendance.

85 G. Aguirre Beltrán, El proceso de aculturación en México, p. 65.

86 J. González Angulo, « Los gremios de artesanos y el régimen de castas », p. 150.

87 Ibid., p. 153.

88 J. -P. Zuñiga, « La voix du sang : du métis au métissage en Amérique espagnole », pp. 425-452.

89 G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle.

90 J. Revel, « L’histoire au ras du sol », préface du Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle, p. xxxiii.

91 G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIIe siècle, pp. 13-14.

92 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe-XVIIIe siècles, p. 4.

93 A. Farge, La vie fragile. Violences, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle.

94 Ibid., p. 7.

95 M. Ferro, « Introduction », p. 825.

96 Ibid.

97 Voir Z. Moutoukias, « Réseaux personnels et autorité coloniale, les négociants de Buenos Aires au XVIIIe siècle », pp. 889-915, M. Bertrand, « Les réseaux de sociabilité en Nouvelle-Espagne : fondements d’un modèle familial dans le Mexique colonial (XVIe-XVIIIe siècles) », pp. 95-124, M. Bertrand, « Comment peut-on être créole ? Sur les relations sociales en Nouvelle-Espagne au XVIIIe siècle », pp. 99-110, D. Balomri, S. Voss et M. Wortman, Notable family networks in Latin America pour le versant hispano-américain, ou encore Carrasco (dir.), Solidarités et sociabilités en Espagne : XVIe-XXe siècles.

98 Voir J. P. Viqueira Albán, Une révolte indienne au Chiapas, 1712, F. Castro Gutiérrez, Movimientos populares en Nueva España. Michoacán 1766-1767, E. Van Young, Hacienda and Market in Eighteenth-Century Mexico : The Rural Economy of the Guadalajara region, 1675-1820, Th. Calvo, Vivre dans la Sierra zapotèque du Mexique, 1674-1707.

99 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe - XVIIIe siècles, p. 18.

100 F. Braudel, « Leçon inaugurale au Collège de France », p. 35. Cité dans M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle-Espagne, XVIIe-XVIIIe siècles, p. 18.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. — Les reales de minas du Centre Nord de la Nouvelle-Espagne
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende FIG. 2. — Zacatecas, « civilizadora del norte »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 3. — Répartition de la population de l’intendance de Zacatecas en 1790
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 946k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540