Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Troisième partie. Vie et mort de l'empire d'Alphonse VII (1126-1230)

Conclusion. Idéologie et mémoire

Texte intégral

1Certains auteurs ont voulu voir dans le règne d’Alphonse VII le point culminant du phénomène impérial hispanique. À l’appui de cette opinion, la cérémonie de mai 1135 venait couronner selon eux l’évolution attestée par les sources, d’un phénomène balbutiant à l’époque asturo-léonaise jusqu’à la mise en œuvre d’un véritable empire, institutionnalisé par la reconnaissance de son détenteur comme empereur de toute l’Espagne. D’autres, au regard de cette même innovation et du caractère « féodal » contenu dans l’idéologie alphonsine, y ont vu au contraire les ferments de la délitescence d’une idée impériale léonaise désormais assujettie aux modèles ultra-pyrénéens, ce que la disparition brutale de la dignité impériale à la mort d’Alphonse VII confirmait bientôt.

2Pourtant, si le règne d’Alphonse VII doit marquer un aboutissement dans l’histoire du phénomène impérial, ce n’est ni en raison de sa signification, ni en raison du rapprochement qu’il suppose peut-être avec l’idée qu’on a généralement de ce que devait être un empire au Moyen Âge. Comme pour chaque étape que connut le phénomène auparavant, l’idée impériale alphonsine a ses caractéristiques propres. Mais avec ce souverain, l’imperium hispanique donne surtout lieu à une construction idéologique sans précédent.

3La multiplicité des vecteurs de diffusion de l’idée impériale et la prise en compte des particularités du contexte politique péninsulaire révèlent que cette idéologie fut mise en œuvre sur le modèle d’un système. Il s’agissait d’assurer la cohérence des idées véhiculées et leur réception à un degré le plus large qui soit. Et de fait, l’image impériale qu’Alphonse VII communiqua de lui-même eut un retentissement fort, tant de manière contemporaine qu’après sa mort. La mémoire collective ne s’est cependant pas contentée de réceptionner, telle quelle, cette image. Du vivant de l’empereur, déjà, c’est surtout le qualificatif d’imperator qui en est retenu, dépouillé de cette Hispania qui l’accompagne pourtant dans la titulature officielle du souverain. Cette déformation de l’image forgée dans les instruments mis au point à la cour fut accentuée après 1157, entre autres par les propres successeurs d’Alphonse VII. En cherchant à récupérer le surcroît de légitimité qu’était susceptible de leur octroyer l’existence parmi leurs aïeux d’un général victorieux — d’un imperator —, ils contribuaient à ce que ce souvenir altéré survive de manière pérenne.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540