Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Troisième partie. Vie et mort de l'empire d'Alphonse VII (1126-1230)

Chapitre IX. Souvenir et mémoire de l’empire hispanique dans l’« Espagne des cinq royaumes » (1157-1230)

Texte intégral

  • 1 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 214-215 ; M. Á. Ladero Quesada et alii, La Recon (...)

1À la période qui s’étale de la mort de l’empereur au premier tiers du XIIIe siècle, on donne parfois le nom d’« Espagne des cinq royaumes ». L’expression, en usage dès la fin du XIIe siècle1, fait référence à l’existence de cinq entités chrétiennes indépendantes nées des événements survenus dans la première moitié du XIIe siècle — Portugal, León, Castille, Navarre, Couronne aragonaise — et à l’enracinement d’identités nationales propres à chacune de celles-ci. Mais elle signale aussi la possibilité d’entreprises collectives menées par ces cinq royaumes, notamment dans le cadre de la Reconquête. Elle confirme à la fois l’organisation polynucléaire de la péninsule Ibérique et la survie d’une entité Hispania susceptible de dépasser cette fragmentation politique.

2Dans cette « Espagne des cinq royaumes », le titre impérial et la construction idéologique qui l’accompagnait disparaissent brusquement. L’ampleur prise par le phénomène sous le règne d’Alphonse VII n’est toutefois pas sans laisser de traces. Certes, à la mort de l’empereur, le 21 août 1157, son royaume est durablement partagé entre ses successeurs et l’idée d’empire semble ne plus avoir été en adéquation ni avec le cadre d’une Castille séparée du León, ni avec l’affirmation des nations hispaniques. Il faut alors attendre que le jeu des alliances matrimoniales et des hasards dynastiques concentre dans la personne de Ferdinand III la possibilité de monter sur le trône des deux royaumes pour que la réunification soit possible, en 1230. Le souvenir du phénomène impérial se perpétue néanmoins entre-temps, selon des modalités variables. D’un côté, on constate une sorte de corruption de l’idéologie impériale alphonsine, dont certains aspects seulement sont transmis dans la mémoire collective. Mais le souvenir impérial n’est pas seulement le fait d’une désagrégation conjoncturelle et passive : il fut également l’objet de remplois bien conscients et circonstanciés.

I. — QUELLE PLACE POUR LE PHÉNOMÈNE IMPÉRIAL APRÈS 1157 ?

LA SÉPARATION DE LA CASTILLE ET DU LÉON DE 1157 À 1230

3Lorsque l’impératrice Bérengère meurt, au début du mois de février 1149, la probabilité d’un remariage d’Alphonse VII et l’éventualité de la naissance de nouveaux héritiers induisent le roi à formaliser les droits de succession des fils issus de sa première union. Sanche et Ferdinand, nés respectivement en 1134 et 1137, sont dès lors associés à leur père dans les diplômes et intitulés reges. En 1152, Sanche reçoit un apanage à l’est du royaume et il en va de même en 1155 pour Ferdinand, cette fois à l’ouest. La zone d’influence affectée à chaque infant annonçant le partage postérieur de l’héritage paternel, il apparaît ainsi que la division du royaume était prévue de longue date. La fonction impériale que s’était octroyée Alphonse VII ne modifiait donc pas les usages successoraux qu’avaient mis en œuvre ses ancêtres Sanche III de Navarre et Ferdinand Ier de Castille-León, et que l’existence d’un unique héritier avait dispensé Alphonse VI et Urraca de pratiquer. La séparation s’avéra cependant cette fois bien plus durable qu’elle ne l’avait été en 1035 et 1065.

  • 2 M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, p. 96, affirme que la division du royaume fut formalisé (...)
  • 3 Voir par exemple le traité de paix que signent Ferdinand II de León et Alphonse VIII de Castille l (...)
  • 4 Chronica latina regum Castellae, éd. L. Charlo Brea, 7.
  • 5 R. Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VII, viii.

4Il n’est pas possible de savoir quand ni comment Alphonse VII décida de la répartition exacte de son territoire entre ses fils2. Certains actes de ses successeurs y font toutefois référence3. On en connaît en outre la teneur grâce à deux textes postérieurs, écrits peu de temps après la réunification des territoires de l’empereur en 1230 et qui présentent la répartition opérée comme le résultat de l’ingérence des nobles dans les affaires du royaume et de l’importance des nationalismes régionaux au sein de celui-ci. Dans le témoignage de la Chronique latine des rois de Castille — où l’initiative de la répartition est attribuée à Fernando Pérez de Traba, comte de Galice auprès duquel l’infant Ferdinand fit son éducation — Alphonse VII est ainsi rendu responsable, au travers de son choix de diviser son héritage, des malheurs de l’Hispania4. Dans le De Rebus Hispaniae de l’archevêque Rodrigo Jiménez de Rada, ce sont cette fois deux nobles — le castillan Manrique de Lara et le même Fernando de Traba — qui conseillent à l’empereur ce choix néfaste5.

  • 6 Ce fut un des points sur lesquels Menéndez Pidal et García-Gallo, opposés par ailleurs, se rejoign (...)
  • 7 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 457-458, pour qui, rappelons-le, l’empereur hispanique (...)

5Pour certains historiens modernes, cette décision constituait un indice de la faiblesse de l’idée impériale d’Alphonse VII6. Pour d’autres, elle correspondait au contraire à la nature de son empire, fondé sur une diversité de royaumes unis par leur appartenance à l’Hispania et en conséquence susceptible de division sans pour autant que l’unité hispanique ne soit remise en cause7. Les auteurs de ces hypothèses ne se prononçaient toutefois pas sur le point susceptible de poser véritablement problème en l’espèce : l’absence de transmission du titre impérial à l’un ou l’autre des héritiers. Nos analyses au chapitre précédent ont montré qu’il s’agit là d’un faux problème, puisque l’architecture impériale constituée autour d’Alphonse VII est précisément fondée sur la pleine conscience de sa fragilité et sur la prise en compte des aspirations nationales de chaque entité la composant. Le projet de division du royaume, loin de contredire l’entreprise impériale, confirme au contraire le caractère circonstanciel et caduc inhérent à la fonction impériale d’Alphonse VII.

  • 8 J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 667-669.
  • 9 Voir « Caractères du programme pan-hispanique de Sanche III », p. 137 et « Alphonse VI héritier de (...)
  • 10 Id., Regesta de Fernando II, pp. 28-35 ; Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. (...)
  • 11 Édition du pacte dans J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1332.

6En 1157, Sanche III héritait donc du royaume de Castille et de Tolède, tandis que son frère Ferdinand II devenait roi de León et de la Galice. À l’inverse de ce qui eut lieu à l’issue des divisions de 1035 et 1065, l’unité ne fut pas regagnée avant longtemps. Il est en l’occurrence difficile de savoir si elle constituait un objectif primordial pour les rois léonais et castillans, comme elle semblait l’avoir été pour leurs ancêtres. Certes, dès le printemps 1158 des incidents éclatent à la frontière entre les deux royaumes et les documents montrent que les deux frères occupèrent chacun des terres revenant à l’autre8. Mais ce conflit n’avait pour origine que la répartition insatisfaisante des terres au sein du territoire situé entre les rivières Cea et Pisuerga, région qui fut cause de conflits entre León et Castille à chaque division du royaume9. Il se solde par ailleurs par une négociation entre Sanche et Ferdinand et donne lieu au traité de Sahagún (23 mai 1158). L’accord signé ne se limite toutefois pas à la résolution du conflit frontalier car il consacre également le maintien d’un statu quo territorial10. Il envisage certes la réunification future des deux royaumes, pour le cas où l’un des deux rois décéderait sans descendance. Mais au-delà de cette hypothétique disposition il pose surtout dans l’immédiat les bases d’une coopération entre les deux souverains face aux autres pouvoirs chrétiens péninsulaires — Sanche et Ferdinand ayant hérité également des relations fluctuantes de l’empereur avec ses voisins portugais et navarrais — et prévoit une répartition du Portugal et des terres à reconquérir sur al-Andalus11.

  • 12 J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, p. 149. Sur la minorité d’Alp (...)
  • 13 J. González, Regesta de Fernando II, pp. 52-58.
  • 14 Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 166-170.
  • 15 Ibid., pp. 179-181.

7La mort de Sanche III le 31 août 1158 change cependant la donne et fait naître pour un temps chez Ferdinand II la tentation de récupérer pour lui seul l’héritage paternel. Sanche III ne mourait pas sans descendance mais son fils Alphonse, né de son union avec l’infante navarraise Blanche, n’était alors âgé que de trois ans à peine. Suivant les dernières volontés du roi, l’infant fut placé sous la tutelle de Gutierre Fernández et la régence du royaume confiée à Manrique de Lara jusqu’à ce qu’Alphonse VIII atteigne l’âge de quinze ans12. La rivalité entre clans nobiliaires fit néanmoins de cette tutelle l’objet d’un intense conflit dont Ferdinand II chercha à tirer parti. Après avoir conclu une trêve avec le Portugal et s’être assuré de la neutralité de Raymond Bérenger IV dans l’affaire, il lança une expédition en Castille durant l’été 1162 et se fit reconnaître tuteur d’Alphonse en septembre, espérant obtenir à partir de là la régence du royaume de son neveu13. Les difficultés intérieures et extérieures l’empêchèrent toutefois d’assurer la stabilité de l’ensemble des territoires placés sous son autorité et dès 1164 Ferdinand II perd la tutelle qui revient de nouveau aux nobles castillans14. Enfin, le 11 novembre 1169, ayant atteint l’âge de la majorité, Alphonse VIII prend en main les rênes du pouvoir dans son royaume15.

  • 16 Sur le règne d’Alphonse IX, l’ouvrage de référence demeure celui de J. González, Alfonso IX.
  • 17 Le court règne de Henri Ier a été étudié par Julio González au sein de la série qu’il consacre à A (...)
  • 18 Sur Bérengère de Castille, voir notamment G. Martin, « Régner sans régner » ; Id., « Négociation e (...)

8La séparation des deux royaumes ne fut plus remise en cause pour plus d’un demi-siècle, quoique leur rapprochement fût poursuivi au travers d’arrangements matrimoniaux. Ferdinand II demeura sur le trône léonais jusqu’en 1188, et son fils Alphonse IX y monta à sa suite16. Alphonse VIII régna sur la Castille jusqu’en 1214, date à laquelle son fils Henri lui succéda17. Mais Henri, seul survivant de trois fils d’Alphonse VIII, n’était alors âgé que d’une dizaine d’années et la régence fut confiée à sa sœur aînée Bérengère jusqu’à ce que, après la mort prématurée de son frère en 1217, la succession castillane ne posât de nouveau problème. Le trône revint à Bérengère, qui abdiqua immédiatement en faveur de son fils Ferdinand III18. Or, Ferdinand était le fruit de l’union de l’infante castillane avec Alphonse IX de León, après que le premier mariage de ce dernier avec Thérèse du Portugal eut été annulé pour cause de consanguinité. Célébrée en 1197, cette union fut à son tour annulée en 1204 pour les mêmes raisons. En 1206, le traité de Cabreros avait cependant entériné le droit de Ferdinand à succéder à son père sur le trône léonais et la mort en 1214 de son demi-frère Fernando, fils aîné d’Alphonse IX, en avait fait le seul héritier. Aussi, lorsqu’Alphonse IX mourut en 1230, les royaumes de Castille et León furent de nouveau réunis entre les mains de Ferdinand III.

ABANDON DE L’IDÉOLOGIE IMPÉRIALE

  • 19 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 181 et J. A. Maravall, El concepto de España, p. (...)
  • 20 « … Imperante Aldefonso in Toleto et Legione et Burgos et Castella » (J. M. Garrido Garrido, Docum (...)
  • 21 « Facta charta uenditionis Era MCXCVI, quando Adefonsus bonæ memoriæ Rex obiit. Regnante Fredenand (...)
  • 22 « Anno quo mortuus est imperator Adefonsus […], regnante rege imperatore Sancio in Toleto et in (...)
  • 23 Per qu em platz qu’entr’els remanha / En l’emperial reyo / Quar ses tota contenso / Me rete gent e (...)
  • 24 Del rei d’Aragon m’es gen, / quar tan li platz enantir / tot quan bos pretz deu grazir ; / e l rei (...)

9C’est dans ce contexte que prend fin l’expérience impériale. Il est vrai que quelques sources accordent à certains descendants d’Alphonse VII le titre d’imperator19 ou évoquent leur pouvoir par le biais du vocabulaire de l’imperium. La documentation privée sondée laisse ainsi apparaître quelques chartes des règnes de Ferdinand II et Alphonse VIII dont la datation est introduite par le participe imperante20. Une charte privée évoque Ferdinand II « pas encore empereur »21. Un autre acte privé donne à Sanche III le titre d’imperator22. Peire Vidal, poète qui vécut au tournant des XIIe et XIIIe siècles, composa une chanson louant les richesses de la péninsule Ibérique, intitulée Mout es bona terr’Espanha. Une strophe y est consacrée au « roi empereur » Alphonse et à la « région impériale » qu’est la Castille23. Un autre troubadour, Perdigon, qui fut à la même période au service du roi Pierre II d’Aragon (1196-1213), évoque quant à lui les « faits d’empereur » du souverain castillan dans une de ses chansons intitulée Entr’amor et pessamen24. Dans le nord de la France enfin deux historiens ont également fait des successeurs d’Alphonse VII des empereurs. Le chanoine de Saint-Aubert de Cambrai, Lambert de Wattrelos, auteur des Annales Cameracenses rédigées entre 1152 et 1170, aurait peut-être fait allusion à Ferdinand II lorsqu’il raconte que

  • 25 « Multae vero tribulationes hoc anno diversis in locis agnoscuntur fuisse. Imperator etiam noster (...)

Il est bien connu que de nombreux événements survinrent en des lieux divers durant [l’année 1159]. En effet notre empereur Frédéric, qui combattait les Milanais depuis environ un an, les enferma derrière leurs murailles, mais il ne put encore les vaincre. Quant à l’empereur de Constantinople, il dirigea son armée contre les Sarrasins et il rejoignit le roi de Jérusalem qui avait le même désir de combattre les Sarrasins. Enfin l’empereur de Galice marcha lui-même contre les Sarrasins25.

  • 26 Voir H. J. Hüffer, La idea imperial, p. 41.
  • 27 Voir dans le chap. v à la fin d’« Au-delà de la péninsule Ibérique », p. 229.
  • 28 H. J. Hüffer, La idea imperial, p. 41.
  • 29 Pour l’année 1154 l’auteur note que « le roi de Gaule Louis épousa la fille du roi de l’Hispania » (...)
  • 30 Voir dans le chap. viii à la fin d’« Au-delà de la péninsule Ibérique », p. 360.
  • 31 J. Mattoso, D. Afonso Henriques, pp. 269-284.

10Pour Hüffer, il y avait là une preuve de l’importance reconnue à l’empire léonais, comparé aux deux autres grands empires chrétiens26. Il n’est toutefois pas certain que « l’empereur de Galice » doive être identifié avec Ferdinand II. Certes les rois léonais sont régulièrement intitulés « rois de Galice » dans la documentation ultra-pyrénéenne27, mais en 1159 Ferdinand II n’entreprend pas de bataille contre les musulmans. Reste l’éventualité d’une datation erronée, auquel cas il pourrait être fait référence à une bataille qui se serait déroulée à un autre moment. Hüffer pensait pour sa part qu’il était question ici d’Alphonse VII28 — l’expédition entreprise pouvant alors être la tentative de défense d’Almería en 1157 — mais celui-ci est dans un autre passage des annales de Lambert intitulé « rex Hispaniae », et non « empereur de Galice »29. Par ailleurs, dans l’œuvre de Robert de Torigni, les rois de « Galice » ne sont pas les souverains léonais, mais ceux du Portugal30. Or, en 1158 ou 1160 Alphonse Ier mène une attaque contre la forteresse almohade d’Alcácer do Sal, qu’il conquiert après un siège de deux mois grâce à l’aide d’un contingent de Croisés31. Y aurait-il alors confusion entre Alphonse Ier du Portugal et Alphonse VII, dont on va voir plus loin qu’il fut commémoré au-delà des Pyrénées comme imperator ?

11Dans la Chronique universelle de Robert de Torigni l’identification de l’imperator évoqué ne pose par contre pas de problème :

  • 32 « Alienor, filia Henrici regis Anglorum, ad Hispaniam ducta est, et ab Anfurso imperatore solemnit (...)

Aliénor, fille du roi des Anglais Henri, fut emmenée en Hispania [en 1170] et l’empereur Alphonse l’épousa solennellement. Le royaume de cet empereur consiste en cette partie de l’Hispania qu’on appelle Castille. La capitale de cet empire est la ville de Tolède. Ledit roi, en raison de son jeune âge (il n’avait en effet pas encore atteint l’âge de quinze ans) était sous la tutelle de deux rois : Ferdinand de Galice, son oncle paternel, et Alphonse de Navarre, son oncle32.

  • 33 Robert de Torigni se trompe par contre sur l’identité du second tuteur, « Alphonse de Navarre », q (...)

12Il s’agit bien ici d’Alphonse VIII, qui épousa l’anglaise Aliénor et qui avait effectivement été pendant une partie de sa minorité — atteinte en 1170 en dépit de l’affirmation du chroniqueur — sous la tutelle de son oncle le « roi » Ferdinand II33.

  • 34 J. Anglade (éd.), Les poésies de Peire Vidal, pp. 117, 125 et 129.

13La présence du vocabulaire impérial dans ces sources ne doit cependant pas laisser penser à une continuation de la fonction impériale pour les successeurs d’Alphonse VII. Les occurrences relevées sont rares et font figure d’exceptions au sein même des textes dans lesquels elles apparaissent. Ainsi d’autres poèmes de Peire Vidal font référence à Alphonse VIII, mais toujours comme « roi »34. De même, la désignation d’Alphonse VIII comme imperator dans la chronique de Robert de Torigni est unique et lorsqu’il réapparaît dans le texte il n’est que roi, notamment dans un passage des plus intéressants :

  • 35 « Et quia de filiabus domini mei regis Anglorum cœpi loqui, non debeo prætermittere regem de Caste (...)

Et puisque j’ai commencé à parler des filles de mon seigneur le roi des Anglais, je ne manquerai pas d’évoquer le roi de Castille, qu’on appelle Alphonse « le petit roi » parce que Ferdinand, son oncle paternel, vit encore. Si ce dernier venait à mourir, ledit Alphonse serait roi de l’ensemble des Hispaniae35.

14Alors qu’il est à la tête de la Castille, Alphonse VIII se voit donc attribuer le titre d’imperator. Mais dans l’éventualité d’une réunion de l’héritage paternel, il ne serait que rex. On est loin de la signification qu’avait le titre impérial, tant pour Alphonse VI qu’Alphonse VII. En réalité il est probable qu’il n’y ait là qu’une maladresse, résultat de l’habitude prise, durant le règne d’Alphonse VII, de désigner le roi castellano-léonais par ce qualificatif. En d’autres termes, ces occurrences témoigneraient encore une fois de la réussite de l’offensive idéologique mise en œuvre au temps d’Alphonse VII. Enfin, on soulignera que parmi les documents évoqués, aucun ne fait partie de ce qu’on peut qualifier de sources officielles. Or, Ferdinand II pouvait bien n’être « pas encore empereur », car dans ses actes il ne le fut effectivement jamais.

  • 36 Julio González a édité et étudié les diplômes des successeurs d’Alphonse VII jusqu’à Ferdinand III (...)
  • 37 Voir le préambule d’un diplôme de Ferdinand II du 6 mars 1164 où les actes des « rois et empereurs (...)
  • 38 Sauf dans une donation à la cathédrale de Ségovie, où l’on trouve : « Sancius, Hispaniarum rex », (...)
  • 39 Ibid., t. I, p. 781.
  • 40 En février 1158 Sanche III rencontre son oncle à Nájima et le roi castillan concède à Raymond le r (...)
  • 41 Cette mention manque uniquement dans cinq diplômes : J. González, El reino de Castilla en la época (...)
  • 42 Ibid., t. II, nos 58 et 148.
  • 43 Ibid., t. III, n° 1019.
  • 44 Ibid., t. II, n° 149.
  • 45 C. Estepa, « Toledo-Castilla », pp. 507-509.

15En Castille et dans le León, l’impérialisation des formules diplomatiques qui avait caractérisé les pratiques de la chancellerie d’Alphonse VII cesse en effet brusquement36, à quelques rares exceptions37. Pour la courte année de règne personnel de Sanche III de Castille, on compte une vingtaine de diplômes. Leurs caractéristiques évoluent peu par rapport à celles des actes émis du vivant d’Alphonse VII. La titulature de Sanche III reste la même : il se présente simplement comme rex Sancius38. Seule la datation mentionne parfois l’étendue géographique de son pouvoir, avec une formule en regnante précisant qu’il gouverne la Castille et Tolède, territoires auxquels s’ajoutent éventuellement les noms de certaines villes. Sanche III hérite en outre de son père la vassalité du roi de Navarre et du comte de Barcelone pour le territoire de Saragosse. En novembre 1157 le roi navarrais Sanche VI Garcés lui prête hommage39 et en février 1158 c’est au tour de Raymond Bérenger IV de renouveler auprès du souverain castillan la fidélité qu’il avait jurée à son père40. Dès lors, la datation des diplômes de Sanche III s’achève, comme cela avait été le cas dans ceux de l’empereur, par la mention presque systématique de « ses vassaux le comte Raymond de Barcelone et le roi Sanche de Navarre »41. Cette situation n’est toutefois pas mise à profit pour réactiver une fonction impériale qui était pourtant en partie fondée sur la notion de vassalité. Son successeur Alphonse VIII use d’une titulature plus complète et variée, mais là encore sans recours au titre d’imperator. Dans les premiers temps de son règne il est rex Castelle et éventuellement Extremature. Rapidement ce titre alterne avec celui de rex Hispanie — ainsi que ses variantes rex Hispaniarum, rex Hispanorum — et sporadiquement avec des formulations inhabituelles telles que rex et dominus totius Castelle42 ou encore rex Toleti43 et rex Ispaniensis44. La titulature en rex Hispaniarum ou rex Hispanorum devient presque systématique à partir du début de l’année 1171, usage qui se perpétue plus ou moins jusqu’à la fin de l’année 1175, puis disparaît. La titulature habituelle redevient alors rex Castelle, à laquelle s’ajoute Toleti à partir des années 1180-118145. Henri Ier s’intitule, à la suite de son père, rex Castelle et Toleti. Quant à la titulature de Ferdinand III, elle est pour la période 1217-1230 semblable à celle de son prédécesseur.

  • 46 Lucas de Tuy explique cette titulature de la manière suivante : Ferdinand II « régna sur l’ensembl (...)

16Dans le royaume de León le titre impérial ne réapparaît pas non plus. Ferdinand II ne l’utilise pas même durant la période où il prend sous sa tutelle son neveu Alphonse VIII. Le souverain s’intitule d’abord rex Legionensis et Gallecie, ou simplement rex, avant d’adopter dès novembre 1158 — en relation peut être avec la mort de Sanche III — mais surtout à partir de 1160 les titres à connotation pan-hispanique de rex Hispaniarum ou rex Hispanorum46. Puis, à partir de 1177 environ, cette forme de la titulature tend à disparaître. D’abord elle est absente des suscriptions, puis parfois même des validations. Enfin, après 1184, sa présence est exceptionnelle. Quant à Alphonse IX, il utilise le titre de rex Legionis et Gallecie ou simplement Legionensis rex. Enfin, lorsque Ferdinand III cumule les deux couronnes castillane et léonaise à partir de 1230, le seul changement opéré dans sa titulature est l’adjonction des noms de León et de la Galice à ceux de Castille et Tolède.

  • 47 Titulature à mettre en rapport, concernant Ferdinand II et selon Lucas Álvarez, avec les relations (...)
  • 48 Voir A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, chap. iv, passim.
  • 49 Ibid., pp. 141-144. Deux types monétaires sont particulièrement révélateurs. L’un montre sur l’ave (...)
  • 50 Pour Alphonse VIII on pourra citer la conquête de Cuenca en septembre 1177, mentionnée dans les di (...)
  • 51 La tutelle de Ferdinand II sur son neveu Alphonse VIII est ainsi rappelée dans certains diplômes d (...)
  • 52 Les datations des diplômes d’Alphonse VIII faisant référence à la bataille de Las Navas de Tolosa (...)
  • 53 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 185-187.

17L’abandon du titre d’empereur ne signifie pas toutefois la fin de toute ambition hégémonique ou pan-hispanique pour les successeurs d’Alphonse VII. Les titulatures en rex Hispaniarum/Hispanorum qu’adoptent Ferdinand II puis Alphonse VIII en témoignent47. Les monnaies que font frapper les souverains léonais contiennent souvent la légende spania48 et des émissions monétaires castillanes soulignent la tutelle exercée par le roi léonais sur son neveu49. Les datations événementielles des diplômes mettent en évidence tant les victoires qui marquent l’expansion progressive sur l’Islam50 que la supériorité des souverains sur leurs voisins chrétiens lorsque c’est possible51. Dans le même temps, la recherche d’une unité chrétienne hispanique est marquée par la coalition des efforts menés pour combattre les musulmans, dont la campagne de Las Navas de Tolosa en 1212 est le symbole52. L’Hispania demeure un objectif primordial, en dépit de la fragmentation péninsulaire. Menéndez Pidal voyait là une sorte de continuation de l’idée impériale53. Mais il s’agit de ne pas confondre les deux phénomènes, et l’importance qui a pu être donnée à la recherche d’une unité hispanique après 1157 ne fut pas un palliatif ou un équivalent de la fonction impériale, ne serait-ce que parce qu’une telle recherche fut préalable à l’idéologie impériale.

18Demeure une dernière question à élucider. Albéric de Trois-Fontaines († 1252), moine de l’abbaye cistercienne de ce nom près de Châlons-en-Champagne et auteur d’une Chronique universelle, rapporte pour l’année 1234 le fait suivant :

  • 54 « In curia Romana talem petitionem proposuit rex Castelle Fernandus, quod nomen imperatoris et ben (...)

Le roi de Castille Ferdinand [III] présenta devant la curie romaine une requête par laquelle il souhaitait obtenir le titre d’empereur et la bénédiction, de même que les avaient reçus certains de ces ancêtres54.

  • 55 Sur la datation du Setenario, voir les dernières hypothèses avancées par G. Martin, « De nuevo sob (...)
  • 56 « … Antiguamiente casa e morada de los enperadores, e y se coronauan e se ayuntauan a ffazían las (...)

19Cette information est en partie corroborée par un texte péninsulaire, le Setenario, œuvre hétéroclite d’Alphonse X (1252-1284) écrite dans les derniers moments de son règne55, composée de cent huit lois dont les onze premières constituent un panégyrique de son père le roi Ferdinand III. La dixième loi vante les mérites du royaume de Séville, « anciennement demeure et résidence des empereurs, qui s’y faisaient couronner et s’y réunissaient pour faire ce qu’ils avaient à faire »56 et où Ferdinand III s’installa lui aussi. On lit plus loin :

  • 57 « … En rrazón de enperio, quisiera que ffuesse así llamado ssu ssennorío e non rregno, e que ffues (...)

En raison de l’empire [qu’il détenait], il aurait voulu que son autorité fût appelée ainsi, et non royaume, et qu’il fût lui-même couronné empereur, comme l’avaient été d’autres de sa lignée57.

  • 58 Sur les interprétations qui en ont été données, voir M. González Jiménez, Fernando III el Santo, p (...)
  • 59 Linehan note que ce vœu a pu être motivé par la proximité de cet anniversaire, même s’il ne peut s (...)
  • 60 C’est ce que suggère M. González Jiménez, Fernando III el Santo, p. 132.
  • 61 Voir J. Beneyto Pérez, España y el problema de Europa, p. 58. Béatrice était en outre petite-fille (...)
  • 62 Ce que suggère M. Á. Ladero Quesada, Lecturas, pp. 55-56.
  • 63 Sur l’indépendance de l’Hispania dans la pensée de Vincentius Hispanus, voir P. Linehan, History a (...)

20L’Histoire ne nous dit rien de la réponse donnée à la requête déposée à la curie romaine — si tant est que celle-ci soit avérée. On ne sait pas même comment interpréter le souhait du roi Saint58. Certes la demande intervient juste avant le centenaire du couronnement impérial d’Alphonse VII, coïncidence troublante qui invite à y déceler une volonté de faire revivre la dignité établie en 113559. Mais, dans les deux textes, il n’est pas fait référence à un des prédécesseurs de Ferdinand III en particulier, mais à plusieurs de ceux-ci. Ferdinand III avait-il pour horizon l’expérience d’Alphonse VI, ou encore celle de ses lointains ancêtres léonais, qui soulignaient ainsi le caractère suprême de leur autorité ? Pourtant, seul Alphonse VII fut à proprement parler « couronné » empereur. Le commentaire d’Albéric de Trois-Fontaines affirmant un recours auprès de la curie romaine pour faire reconnaître la dignité impériale de Ferdinand III ne laisse pas non plus d’étonner. Est-ce une simple erreur du chroniqueur, qui n’était pas familier du phénomène impérial hispanique et qui l’aurait calqué sur le modèle germanique60 ? Il est d’ailleurs permis de s’interroger : Ferdinand III se référait-il à ses ancêtres hispaniques ? Car si ceux-ci n’avaient jamais demandé une quelconque reconnaissance pontificale de leur dignité impériale, d’autres aïeux de Ferdinand III, par alliance ceux-là, procédaient ainsi. On veut parler de ses parents souabes, ancêtres de son épouse Béatrice, petite-fille de l’empereur Frédéric Barberousse61. On voit cependant mal les fondements de la requête dans cette optique, car Ferdinand III n’avait aucune légitimité à revendiquer le titre impérial germanique. Doit-on alors inscrire plus largement le souhait du roi dans la réflexion sur l’indépendance du pouvoir impérial hispanique propre aux premières décennies du XIIIe siècle62 ? Cette thématique apparaît notamment dans les gloses que le canoniste Vincentius Hispanus († 1248), doyen de la cathédrale de Lisbonne, rédige précisément vers 1234 à propos de la décrétale Venerabilem d’Innocent III (1202) et des commentaires de Johannes Teutonicus (en 1217), selon lequel cette décrétale signifiait la soumission de tous les rois et royaumes à l’empereur germanique63 :

  • 64 BNP, ms. lat. 3967, f° 21, c. 2 : « Io. theutonice, excipe ipso iure exemptos yspanos, qui karolum (...)

Excepte, Johannes Teutonicus, les Hispani, qui sont exempts par la loi elle-même ! En effet, les Hispani ont refusé l’entrée à Charles et à ses pairs. Mais moi, Vincent, je dis que les Teutons ont perdu l’empire par leur propre stupidité. Car chaque maison usurpe la domination pour elle-même, et chaque cité lutte avec les autres pour la même chose. Mais seuls les Hispani ont obtenu l’empire par leur propre valeur et ont choisi leurs évêques depuis longtemps. Ne connaît-on pas, en France, en Angleterre, en territoire teuton et à Constantinople, la renommée des Hispani qui dominent la bienheureuse dame Hispania, qui pourvoient à sa domination, et en la dominant l’accroissent par leur hardiesse et leur valeur ? Les Hispani sont soutenus par leurs mérites et leurs qualités. À l’inverse des Teutons, ils n’ont pas besoin d’un corps de prescriptions et de coutumes64.

21Ferdinand III souhaitait-il donc, en adoptant le titre impérial, affirmer l’indépendance et la souveraineté de son royaume au sein de la Chrétienté ? Quelle que soit la signification à donner à cette affaire, elle demeura dans le meilleur des cas à l’état de souhait et Ferdinand III ne fut pas couronné empereur, ni son royaume appelé empire. Alphonse VII fut bien le dernier imperator hispanique.

LE SOUVENIR DE L’IMPERATOR ALPHONSE VII

22Dans ce contexte, le phénomène impérial hispanique perdure cependant en devenant un objet de mémoire. Une mémoire sélective toutefois car, en dehors de la requête de Ferdinand III qui met en jeu « les ancêtres » du roi ayant porté le titre, seule l’expérience d’Alphonse VII est commémorée, ou presque, après 1157. Tandis que s’effaçait rapidement le souvenir de ses prédécesseurs, s’enracinait celui de l’« empereur Alphonse ».

23On en retrouve ainsi quelques traces dans quatre œuvres composées au-delà des Pyrénées. Quelques années après la mort de l’empereur, le chanoine Rahewin († v. 1177) entreprit de continuer la rédaction des Gesta Frederici que le décès de leur initiateur, l’évêque Othon de Freising, avait en 1158 interrompue. Au chapitre xiv du quatrième livre, Rahewin raconte la peine que ressentit l’empereur Frédéric Barberousse à l’annonce de la mort du fidèle évêque Othon. C’est l’occasion pour le chanoine d’écrire les louanges de son protecteur disparu, en commençant par rappeler que ses qualités venaient d’abord de ce qu’il était le descendant d’une illustre lignée :

  • 65 « Nempe imperatorum Heinrici quarti nepos, sororius quinti Heinrici, Conradi regis frater uterinus (...)

Il était en effet le petit-fils de l’empereur Henri IV, le beau-frère d’Henri V, le demi-frère du roi Conrad, et l’oncle paternel du très auguste empereur Frédéric, qui règne de nos jours avec félicité. Il eut pour parents le prince le plus fameux du royaume, le margrave Léopold, et Agnès, fille de l’empereur Henri IV, qui donnèrent naissance aussi à ses frères — l’évêque Conrad de Passau, le duc Léopold de Bavière, le duc d’Autriche Henri — et à ses sœurs — la duchesse Gertrude de Bohême, la duchesse Berthe de Pologne, la marquise Uta de Montferrat et N., mère de l’impératrice d’Espagne65.

24L’« impératrice d’Espagne » ici mentionnée ne peut être que Rica, deuxième épouse d’Alphonse VII, qui avait effectivement pour mère une sœur de l’évêque Othon, Agnès — « N. » ? —, épouse du duc de Pologne Ladislas II († 1159). Indirectement, c’est la dignité impériale d’Alphonse VII qui est reconnue.

25Presque un demi-siècle plus tard, le chanoine de Saint-Marien d’Auxerre Robert († 1212) intègre dans sa Chronique une notice pour l’année 1154 qui rappelle un passage écrit par Robert de Torigni :

  • 66 « Hoc anno Ludovicus Francorum rex filiam imperatoris Hyspaniae, feminam morum honestate praecipua (...)

L’année-là, Louis, roi des Français, reçut pour femme la fille de l’empereur de l’Hispania, femme réputée pour ses mœurs honnêtes, près de la ville d’Oreja, où le mariage fut solennellement célébré, et elle fut ointe reine par l’archevêque Hugues de Sens66.

  • 67 « Ipsoque anno mortua est regina Franciae, filia imperatoris Hispaniae, femina vitae laudabilis, a (...)

26On reconnaît ici la fille aînée d’Alphonse VII, Constance, qui réapparaît encore en 1160 lorsque le chroniqueur annonce son décès : « La même année mourut la reine de France, la fille de l’empereur de l’Hispania, femme louable par sa vie, fameuse par ses actes, honorable par ses mœurs »67.

  • 68 « Rica, que imperatori Castelle Alfunso peperit Sanciam », Albéric de Trois Fontaines, Chronica, p (...)
  • 69 Le passage concerné a été cité dans la dernière note du chap. iii, p. 162.

27C’est également au sein de notices à caractère généalogique qu’on retrouve Alphonse VII en empereur dans la Chronique d’Albéric de Trois-Fontaines († 1252). Dans un premier passage, où il est question de l’évêque Othon précédemment cité, est évoquée « Rica, qui engendra Sancha avec l’empereur de Castille Alphonse »68. Plus loin Alphonse VII apparaît cette fois en « empereur de l’Hispania ». Mais Albéric prend bien soin de préciser qu’il n’était que « surnommé empereur » (imperator dictus)69.

  • 70 Le poème fut longtemps attribué à Rodrigo Jiménez de Rada. Récemment Antonio Peris a réfuté cette (...)

28Enfin, entre 1212 et 1215, l’auteur anonyme du Ritmo de Roncesvalles70, poème célébrant l’hôpital de Roncevaux construit pour l’accueil des pèlerins de saint Jacques, fait le portrait suivant du fondateur de la collégiale de Santa María de ce même lieu, Sanche VII de Navarre (1194-1234) :

  • 71 « Verum strenuissimus uir, rex Navarrorum, / Construxit ecclesiam hic peregrinorum, / Eis decem mi (...)

Le valeureux roi des Navarrais construisit ici l’église des pèlerins et leur donna à perpétuité les rentes de dix mille quatre cents sous. Ce roi eut pour mère la fille de l’Empereur, son père fut Sanche le Batailleur, roi très sage, amant de l’honnêteté et combattant des ennemis71.

29On reconnaît dans la « fille de l’empereur » l’infante Sancha, qu’Alphonse VII donna en mariage au roi de Navarre Sanche VI Garcés en 1153.

  • 72 Voir « Dans les territoires “vassaux” », p. 364.
  • 73 D’abord dans le récit de la tentative échouée d’assiéger Cordoue en 1150-1151 (Ibn Al-aṯīr, The Ch (...)
  • 74 Dans un passage lacunaire il est question du « petit sultan, fils de Raymond et petit-fils d’Alpho (...)

30Dans les œuvres narratives écrites au sein du monde musulman, c’est surtout le surnom de « petit sultan » (sulayṭin) déjà observé chez Ibn al-Kardabūs72 qui revient régulièrement pour désigner Alphonse VII. Nous le retrouvons ainsi identifié sous la plume d’Ibn al-Aṯīr (1160-1234) dans certaines des notices de son Kāmil fī Ta’rīj qu’il consacre à l’histoire du Maghreb et de la péninsule Ibérique73. Presque un siècle plus tard, Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī (fin XIIIe - début XIVe s.) le désigne de la même façon74. Enfin Ibn Ḵaldūn, s’inspirant d’Ibn al-Kardabūs, rapporte de nouveau la prétendue généalogie d’Alphonse VII :

  • 75 Ibn Ḵaldūn, Histoire des rois chrétiens, p. 105.

Alphonse étant mort en 501 [i. e. 1107-1108], sa fille régna sur les Galiciens. Elle épousa Ibn-Ramire, mais ayant divorcé de lui, elle épousa en secondes noces un de ses comtes, dont elle eut un fils qu’on appelait ordinairement le petit sultan (sulayṭin)75.

  • 76 Ibn Ḵaldūn rapporte seulement que Zafadola « resta dans [Rueda] jusqu’à l’époque où le petit roi, (...)
  • 77 Les parties de l’œuvre concernant l’Espagne ont été traduites par M. Gaspar Remiro (éd. et trad.), (...)

31Une seconde apparition d’Alphonse VII est liée, comme chez Ibn al-Kardabūs, à ses relations avec Zafadola, mais cette fois la notice est plus succincte et ne mentionne pas le titre d’« empereur » que rapportait l’historien tunisien76. Dans toutes ces œuvres, le projet impérial d’Alphonse VII est donc passé sous silence. On le retrouve cependant, sous une forme édulcorée, dans un passage de la grande encyclopédie de l’égyptien al-Nuwayrī (1279-1333), Nihāyat al-arab fīfunūn al-adab, dont la majeure partie est consacrée à l’histoire universelle de la Création jusqu’en 1331. On y lit en effet une notice relative à la tentative de siège de Cordoue par Alphonse VII en 1150-1151, dans laquelle le souverain est désigné par deux fois comme « empereur »77.

  • 78 Dans la version du Livro da Noa I : « in era MaCaLXLaVa obiit imperator Ispanie mense septembris »(...)
  • 79 Voir « Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse VI », pp. 245-246.
  • 80 Chronicon Lusitanum, éd. E. Flórez, pp. 424 et 428.

32Dans les royaumes chrétiens hispaniques, toute une série de sources narratives composées dans les décennies qui suivent la mort d’Alphonse VII rappellent également qu’il porta ce titre. Au Portugal, dans les passages des Annales Portugalenses Veteres prolongés jusqu’en 1168, Alphonse VII est simplement identifié par son titre d’« empereur de l’Hispania », sans que son nom soit donné78. Dans le postérieur Chronicon Lusitanum, où l’on a vu qu’Alphonse VI était ponctuellement intitulé imperator79, on constate que son petit-fils l’est exclusivement lorsqu’il apparaît, c’est-à-dire dans le récit des combats et tractations qui mènent à la trêve de Valdevez — épisode humiliant pour l’empereur qui voit les plus grands nobles de son royaume mouchés les uns après les autres par les Portugais et se résout par conséquent à signer la paix avec le « roi du Portugal […] guidé par la bonne fortune » — ainsi qu’à l’annonce de sa mort80.

  • 81 « … Rex Fernandus Legionis, natus Adefonsi imperatoris », Vita sancti Rosendi, éd. M. C. Díaz y Dí (...)
  • 82 On reviendra en détail sur la place faite à l’empereur dans ces deux œuvres hagiographiques, dans (...)

33En Galice, c’est dans la Vita sancti Rosendi — composée à Celanova entre 1160 et 1188 — que l’empereur est brièvement apparu, dans une notice où il est question de la lutte entre le roi portugais Alphonse Ier et Ferdinand II de León, « né de l’empereur Alphonse »81. La production hagiographique léonaise autour de la figure de saint Isidore fait également place à l’empereur, qui est présent tant dans l’anonyme Historia Translationi sancti Isidori de la fin du XIIe siècle que dans les Miracula sancti Isidori que Lucas de Tuy rédige au début du siècle suivant82.

  • 83 « Rex autem iste quinque uxores legitimas noscitur habuisse : […] secundam Constantiam, ex qua gen (...)

34La Chronique de Nájera, sans aucun doute castillane et composée probablement dans les toutes dernières décennies du XIIe siècle, s’achève sur le récit du règne d’Alphonse VI et ne traite pas celui de son petit-fils. Alphonse VII, « empereur des Hispaniae », y est toutefois mentionné dans la généalogie des descendants du conquérant de Tolède que recompose le chroniqueur83.

  • 84 J. Gil, « La historiografía », p. 72.
  • 85 « Era MCXCV. Obiit Alfonsus imperator », Chronicon Burgense, éd. E. Flórez, p. 310.
  • 86 « Era MCXCVI. Obiit rex Sancius filius imperatoris », ibid.
  • 87 « … In eodem anno capta fuit Lisbona a rege Portugalensi, & Almaria ab Imperatore Legionensi », An (...)
  • 88 L’infant García d’abord, un des fils cadets d’Alphonse VII mort en 1145 ou 1146 : « Era MCLXXXIII. (...)
  • 89 « Era MCXCV. Aldef. Imp. XIII. Kal. Sept. », ibid.

35Sous une forme encore plus laconique, l’empereur Alphonse VII est aussi présent dans les brèves annales composées dans la Rioja de la première moitié du XIIIe siècle, dont les manuscrits ont été retrouvés à Burgos (Chronicon Burgense) et à Saint-Jacques-de-Compostelle (Annales Compostellani)84. Le premier de ces textes nous apprend qu’« en l’ère 1195 mourut l’empereur Alphonse »85, et qu’« en l’ère 1196 mourut le roi Sanche, fils de l’empereur »86. Une erreur s’est glissée dans le second, puisqu’après l’annonce de la mort d’Alphonse VI en 1109 on lit que « la même année fut conquise Lisbonne par le roi portugais et Almería par l’empereur léonais »87. Ce dernier est par la suite évoqué, sans l’adjectif « léonais », dans les notices relatives au décès de ses fils88, et au sien89.

  • 90 « 1157. Ob. Ildephonsus imperator Yspaniarum », Chronicon Rivipullense I, éd J. Villanueva, p. 248
  • 91 Chronicon Dertusense II, éd. J. Villanueva, p. 239.
  • 92 Sur les différentes phases de rédaction de ce texte, voir Gesta comitum Barcinonensium, éd. L. Bar (...)
  • 93 « Cuius tanta probitas fuit ut filiam suam Ildefonso imperatori Toletano in matrimonio copularet, (...)
  • 94 « Exinde ad capiendam Almeriam Ildefonsum Toletanum imperatorem ac Ianuensium classem incitauit », (...)
  • 95 « Ermengaudus de Castella, et ideo sic uocatur, quia ex Castella matrem habens, plurimum ibidem cu (...)
  • 96 « Sanciam reginam, prudentem et illustrissimam dominam, filiam Ildefonsi magni imperatoris Castell (...)

36L’historiographie catalane fait également place à l’empereur Alphonse VII. Le Chronicon Rivipullense I, qui relate brièvement l’histoire du monde et de l’Espagne de 27 à 1191, et qui fut composé pour une première partie avant 1032 au monastère de Cuixá, puis pour le reste à Ripoll, est surtout une collection de dates de décès. Ainsi lit-on parmi celles-ci l’année de la mort d’Alphonse VII, « imperator Yspaniarum »90. La première partie du Chronicon Dertusense II fut pour sa part composée vers 1165 à San Juan de las Abadesas. Y sont relatés les événements touchant le comté catalan de 1097 à 1165 et on y retrouve les mêmes mentions du décès des rois hispaniques, notamment celui d’Alphonse VII, « imperator Castellae et totius Ispaniae »91. Enfin, la première partie de la version primitive des Gesta comitum Barcinonensium, rédigée entre 1162 et 118492, contient encore plusieurs références à notre empereur. La première est insérée dans une notice portant sur le comte Raymond Bérenger III, « qui était si loyal qu’il donna sa fille [i. e. Bérengère] en mariage à l’empereur tolédan Alphonse, de laquelle naquit une très noble et abondante progéniture impériale »93. Quant à Raymond Bérenger IV, sa vassalité envers Alphonse VII pour Saragosse n’est pas évoquée, mais sa participation à la campagne d’Almería aux côtés de « l’empereur tolédan » l’est94. Plus loin il est question du comte d’Urgell « Armengol de Castille [i. e. Armengol VI (1102-1154)], appelé ainsi parce que, sa mère venant de Castille, il résidait le plus souvent là où se trouvaient les domaines maternels, et il acquit de l’empereur, qui l’appréciait beaucoup, plusieurs terres là-bas, et il mourut aussi dans la même province »95. Dans une dernière notice, qui correspond à une partie de l’œuvre ajoutée entre 1200 et 1208, on apprend qu’Alphonse II, roi d’Aragon et comte de Barcelone, « épousa la reine Sancha, dame prudente et renommée, fille du grand empereur de Castille Alphonse »96.

  • 97 « … Ex donatione Aldefonsi bone memorie imperatoris », A. García Luján, Cartulario de Santa María (...)
  • 98 « … A tempore Alfonsi imperatoris », M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, n° 449 (1186).
  • 99 « … Quas habebat episcopus de parte et manu atque recognitione domni Adefonsi imperatoris bone mem (...)
  • 100 « … Ipse testis natus est ea septimana quo mortuus fuit imperator, secundum quod audiuit a matre s (...)
  • 101 « … Regnante rege Santio, Adefonsi imperatoris filio, in Toleto et Castella et fratre eius rege Fr (...)
  • 102 « … Ipse serenissimus rex Adefonsus, filius regis Sancii, nepos gloriosissimi Adefonsi imperatoris (...)
  • 103 « … Sicut in tempore aui ui domni Adefonsi imperatoris fuerat constitutum », M. E. Martín López, P (...)
  • 104 « … Ego imperatrix Ricca uxor famosissimi imperatoris A. », J. M. Fernández Catón, Colección de la (...)
  • 105 Actes de Sancha : « pro remedio anime mee et fratis mei imperatoris et parentum meorum », A. C. Fl (...)
  • 106 « … Quod auus meus Aldefonsus Hyspaniarum imperator, laudabilis memorie », J. González, Alfonso IX(...)

37Les scribes en charge de la rédaction des chartes se souviennent eux aussi que le roi castellano-léonais Alphonse VII était intitulé imperator. Il apparaît au sein des diplômes, ce dont nous traiterons spécifiquement dans la section suivante. En outre, dans le sondage que nous avons réalisé au sein de la documentation privée des royaumes de Castille et León, il nous a été donné de rencontrer régulièrement des dispositions mettant en jeu l’époque d’Alphonse VII. Des transactions concernent les biens reçus « en donation de l’empereur Alphonse de bonne mémoire »97 et certaines situations remontent à « l’époque de l’empereur Alphonse »98. Le souverain est également invoqué dans des litiges entre établissements ecclésiastiques. On citera par exemple l’acte de l’accord auquel a abouti une querelle entre la cathédrale de León et le monastère de Saint-Isidore à propos des rentes de certaines villas, « qui avaient été données et reconnues par l’empereur Alphonse de bonne mémoire, son épouse Bérengère, sa sœur la reine Sancha et leurs fils et filles »99. Dans un document de 1215 relatif à un procès entre la même cathédrale et le monastère de Sahagún est conservée la déposition d’un témoin « né la semaine où mourut l’empereur »100. D’autres actes encore rappellent que les souverains régnant eurent pour parent l’empereur. Plusieurs chartes sont émises « alors que règnent le roi Sanche, fils de l’empereur Alphonse, sur Tolède et la Castille, et son frère le roi Ferdinand à León et en Galice »101. Une enquête est ouverte par « le sérénissime roi Alphonse [VIII], fils du roi Sanche, petit-fils du très glorieux empereur Alphonse »102. Un acte implique Alphonse IX et des conditions « comme cela avait été décidé à l’époque de son grand-père l’empereur Alphonse »103. Enfin, les actes des proches d’Alphonse VII alimentent aussi le souvenir impérial. Rica continue à s’intituler « impératrice et épouse du très fameux empereur Alphonse »104. Sancha et Elvire continuent à se présenter comme ses sœurs105 et Bérengère, fille d’Alphonse VIII, comme sa petite-fille106.

38Dans les années qui suivent sa mort comme dans les premières décennies du XIIIe siècle, le souvenir impérial d’Alphonse VII est donc pérenne et présent à une large échelle. Il est par contre difficile de déterminer la signification exacte revêtue par le titre dans ces sources dont l’objet n’est pas de le préciser. Tout au plus remarque-t-on que, de manière encore plus évidente que du vivant d’Alphonse VII, il est rare que la dignité impériale qui lui est reconnue soit associée au territoire hispanique. Elle l’est dans les Gesta Frederici et dans la Chronique de Robert d’Auxerre, mais on sait qu’au-delà des Pyrénées le territoire placé derrière le terme d’Hispania est parfois flou. Dans les sources narratives en provenance des royaumes chrétiens de la Péninsule, il est presque toujours imperator sans qu’aucune précision territoriale ne soit ajoutée à ce titre. Lorsque c’est le cas, ce territoire est variable : en Catalogne il est tantôt empereur « léonais », tantôt « des Hispaniae » ou « de Castille et de toute l’Hispania ». Quant aux sources diplomatiques, Alphonse VII nous y est apparu la plupart du temps simplement comme imperator.

  • 107 Voir « Iacobus filius Elmunimo Imperatoris Sarracenorum », « Joceph Abenjacob Emir Elmunimo Secund (...)

39Les historiens, poètes et scribes qui ont employé ce titre avaient-ils donc conscience de la dimension supranationale ou même vassalique que « l’empereur » avait placée derrière son titre et de l’autorité supérieure qu’il revendiquait à travers lui ? Souhaitaient-ils la commémorer en employant ce terme ? Dans certaines des sources évoquées ci-dessus, cela est fortement improbable. C’est par exemple le cas dans le Chronicon Lusitanum qui, tout en désignant Alphonse VII comme « l’empereur », fait de l’accord de Valdevez qui le met en scène un des grands moments de l’indépendance portugaise face au León et un épisode d’humiliation pour l’imperator. D’ailleurs, il est significatif que dans ce même texte, le titre d’imperator ne soit pas réservé qu’à Alphonse VII et à son grand-père, mais également appliqué rien moins qu’à l’émir almohade107. Le qualificatif est donc dépouillé du sens qu’Alphonse VII lui prêtait. Il n’est pas conçu comme la conséquence de la suzeraineté exercée par le souverain sur d’autres rois — y compris le roi portugais — ni comme une fonction originale et propre à Alphonse VII, puisque l’émir almohade exerce cette même fonction. On pourra même se demander si l’auteur du Chronicon souhaitait souligner par ce terme une quelconque fonction. Car si l’émir est imperator Sarracenorum, Alphonse VII n’est qu’imperator. L’absence d’un génitif précisant la nation ou le territoire sur lequel s’exerce l’autorité impériale fait plus qu’en réduire la portée politique : elle annihile cette dimension. Dans ces circonstances, imperator n’est plus un titre, mais un simple qualificatif, et on pourra dès lors s’interroger sur l’opportunité de le traduire par le terme « empereur ».

40Dans le même temps, une constatation s’impose. Quel que soit le sens donné au terme imperator ou la source dans laquelle il apparaît, sa seule mention — parfois même sans qu’il soit nécessaire de préciser un nom — permet l’identification immédiate d’Alphonse VII, ce qui est d’ailleurs facilité par l’absence presque totale de souvenir des autres expériences impériales. L’identité d’Alphonse VII se retrouve contenue dans ce terme — qualificatif, surnom, voire sobriquet selon le contexte — qui fonctionne en définitive comme un synonyme.

41De l’imperator totius Hispaniae que fut Alphonse VII, la mémoire collective retient donc surtout une image, celle de « l’empereur ». Ce processus confirme la réussite de l’offensive idéologique alphonsine et l’avènement de la figure de « l’empereur par antonomase ». Il révèle également, dans l’organisation de la mémoire collective, une sorte de corruption du souvenir d’Alphonse VII, dont l’idéologie impériale, abandonnée et peut-être incongrue dans le contexte de l’Espagne des cinq royaumes, est diluée au point que le terme imperator en est réduit à l’état de surnom permettant d’identifier aisément le personnage évoqué. Mais c’est précisément cette corruption qui a également rendu possible la mise à profit, dans quelques contextes bien déterminés, de la mémoire impériale.

II. — L’INSTRUMENTALISATION DE LA MÉMOIRE IMPÉRIALE

42Souvenir et mémoire sont dans le langage commun assimilés et employés comme synonymes. Ils ne relèvent néanmoins pas de la même opération intellectuelle. Le souvenir se définit comme ce qui revient à l’esprit des expériences passées. Les traces dont il est constitué sont créatrices d’une image de ce passé qui, en fonction de leur degré de fidélité à l’objet du souvenir, en offre une représentation plus ou moins conforme. Involontairement, le souvenir est donc susceptible de véhiculer une image altérée de l’objet qu’il a pour fin de transmettre. Il se distingue de la mémoire en cela que cette dernière est la faculté mentale propre à un individu ou à un groupe, grâce à laquelle les souvenirs sont enregistrés, conservés et restitués. La mémoire est donc une reconstruction intellectuelle du passé et en tant que telle la non-conformité de la représentation transmise à l’objet du souvenir peut non seulement se produire, mais elle peut aussi être volontairement recherchée. On parle dans ce cas de mémoire subjective.

43Cette distinction entre souvenir et mémoire est une précision nécessaire pour le dernier développement de cette étude. À côté du simple souvenir de « l’empereur » Alphonse VII, d’autres cas sont révélateurs d’une distorsion qui ne relève pas du hasard mais d’un choix délibéré. Dans les deux exemples analysés ci-après, l’indétermination qui caractérise le souvenir impérial, telle qu’elle est apparue précédemment, est en effet mise à profit pour construire une mémoire utile.

L’IMPERATOR ALPHONSE DANS LES DIPLÔMES DES ROIS DE LA CASTILLE ET DU LEÓN : UN APPUI À LA CONCEPTION GUERRIÈRE DE LA MONARCHIE ?

44Les diplômes constituent un des vecteurs les plus importants, en termes quantitatifs, du souvenir impérial. Alphonse VII est omniprésent dans les actes de ses successeurs sur les trônes de Castille et de León. Toutefois, il se pourrait qu’il faille dans ce cas précis y voir plus que le résultat d’une pratique banalisée et qu’une intention précise se soit glissée dans la perpétuation du souvenir de l’imperator.

  • 108 Alphonse VII étant désigné sous différentes formes : l’empereur, l’empereur Alphonse, l’empereur d (...)
  • 109 Avec une formulation presque toujours identique à partir de 1147 : « Imperante Aldefonso imperator (...)
  • 110 Ibid., nos 30, 35, 37, 39, 40, 42, 43, 46 et 47 ; Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso (...)
  • 111 Ibid., t. II, nos 31, 32, 41, 49 et 50.
  • 112 Voir ibid., nos 30, 35, 37-40, 42-44, 46-49.
  • 113 Voir R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 218-221.

45Alphonse VII est mentionné dans la quasi totalité des diplômes émis par Sanche III de Castille durant sa courte année de règne et il n’y est jamais intitulé rex. Avant la mort de son père, l’infant se présentait déjà presque toujours dans la suscription de ses actes comme fils de l’empereur ou agissant à sa demande108 et le règne impérial était systématiquement mentionné dans la datation109. Après la mort de l’empereur, la titulature continue de faire référence au père, bone memorie, du souverain castillan. Sanche III y est tantôt « rex Sancius, Dei gratia domni Adefonsi bone memorie famosissimi/incliti/illustris Hispaniarum imperatoris filius »110, tantôt plus simplement « filius imperatoris »111. En outre, la datation des diplômes fait constamment référence au décès d’Alphonse VII : ils sont datés de « l’année où le seigneur Alphonse, très fameux empereur des Hispaniae, mourut »112. On notera au passage l’importance des épithètes invoquant la célébrité de l’empereur, déjà présentes dans la reformulation de sa titulature dans les dernières années de son règne113.

  • 114 À une exception, puisque dans le diplôme le plus ancien conservé, Alphonse VIII est « rex Adefonsu (...)
  • 115 Avec une exception également. En 1188 Alphonse VIII énumère les possessions du monastère de Sahagú (...)
  • 116 Ibid., nos 54, 58, 152, 197, 201, 213, 215, 238, 277, 327, 328, 341, 362, 365, 373, 379, 380, 450, (...)
  • 117 Ibid., t. II, nos 51, 81, 88, 218, 306, 425, 461 et ibid., t. III, nos 687, 703, 738, 857, 881, 88 (...)
  • 118 Ibid., t. II, nos 114, 249, 275, 406, 469, 545 et ibid., t. III, nos 612 et 936.
  • 119 Sauf lorsqu’il n’est qu’auus meus sans plus de précisions, ce qui est somme toute rare.
  • 120 Ibid., n° 973.
  • 121 J. González, Reinado y diplomas de Fernando III, t. II, nos 24, 76, 99, 109, 110 et 131.
  • 122 Ibid., nos 38, 106, 162, 167-169.

46Avec Alphonse VIII l’empereur disparaît par contre des suscriptions. Le roi de Castille ne se présente en effet pratiquement jamais comme fils de Sanche III114, et encore moins comme petit-fils d’Alphonse VII115. De très nombreux documents confirment toutefois des actes de Sanche III et encore davantage d’Alphonse VII. D’autres font référence à des situations en vigueur durant le règne de l’empereur. D’autres encore sont des concessions ayant pour motif le repos de l’âme des parents du roi, Alphonse VII y compris. Dans ces diplômes, Alphonse VII est désigné de différentes manières. Le plus souvent — à 24 reprises — il est auus meus imperator Adefonsus, ou simplement imperator Adefonsus, expressions régulièrement accompagnées de qualificatifs honorifiques (famosissimus et illustris étant encore les plus fréquents)116. Un peu moins souvent — 15 fois —, il est désigné uniquement par son titre impérial, sans que son nom soit donné117. Enfin, beaucoup plus rarement (8 occurrences), une titulature plus complète lui est octroyée, précisant l’étendue géographique de son empire118. Alphonse VII est en définitive toujours désigné par le titre impérial119. Du règne de Henri Ier on n’a conservé qu’un seul diplôme confirmant des concessions faites par son arrière-grand-père, imperator, au monastère d’Aguilar de Campoo120. Quant aux diplômes de Ferdinand III jusqu’en 1230, Alphonse VII y apparaît une douzaine de fois à l’occasion de confirmations, aussi souvent comme imperator Hispaniae/Hispaniarum121, que comme imperator seul122.

  • 123 Concernant les actes de Ferdinand II on renvoie, pour ceux qui n’ont pas été édités par Julio Gonz (...)
  • 124 Ibid., nos 157 et 204.
  • 125 Ibid., nos 3, 6, 11, 13, 20, 22, 25, 27, 30, 37-40, 48, 55, 67-69, 74, 76 et 86 ; J. González, Reg (...)
  • 126 Ibid., n° 7 ; M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), nos 15, 18 et 70. Certains (...)
  • 127 Ibid., nos 11, 50, 223, 241 et 261 ; J. González, Regesta de Fernando II, n° 10.
  • 128 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), nos 17, 19, 31, 53, 72, 77, 92, 97, 144, (...)
  • 129 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), n° 417. Mais la filiation — pater meus(...)

47Dans les diplômes des rois léonais, l’empereur est tout aussi présent. Dans quatre actes du début du règne de Ferdinand II, le souverain se présente dans la suscription comme fils d’Alphonse VII. Il y est intitulé rex Ferdinandus, Adefonsi imperatoris filius123 puis Fernandus Hispanorum rex, magni imperatoris Adefonsi et imperatricis Berengarie filius124. En outre, d’octobre 1157 à juin 1162, les diplômes sont datés en fonction du nombre d’années écoulées depuis la mort de l’empereur. On distingue deux formules utilisées : anno [ aliquo ] quo famosissimus imperator Hispaniarum dominus Anfonsus obiit in Portu de Muradal, et cepit regnare inclitus eius filius predictus rex Fernandus in Legione, Gallecia (25 occurrences)125 et, moins fréquemment (14 fois), anno [aliquo] quo obiit imperator dominus Anfonsus126. Enfin, comme pour la collection diplomatique des rois castillans, de très nombreux documents confirment des dispositions antérieures et il y est fait référence à Alphonse VII. Il est alors appelé Adefonsus imperator, avec le génitif Hispaniarum (6 occurrences)127 ou le plus souvent sans (25 occurrences)128. Si les références à Alphonse VII simplement comme pater meus existent, il n’est par contre jamais intitulé rex et il est même parfois identifié par le seul titre impérial, sans que son nom soit mentionné (10 occurrences)129.

  • 130 J. González, Alfonso IX, t. II, nos 20, 44, 231, 234, 474 à 477, 481, 484 et 485.
  • 131 Ibid., nos 5, 25, 37, 87, 98, 217, 278, 293, 311, 312 et 320.
  • 132 Ibid., nos 21, 23, 49, 91, 112, 130, 208, 281, 302, 304, 307, 340, 341, 402, 432, 462, 499, 525, 5 (...)
  • 133 Ibid., nos 3, 113, 131, 133, 143, 138, 152, 200, 246, 255, 275, 313, 322, 358, 465, 557, 565, 567, (...)

48Enfin, dans la collection diplomatique d’Alphonse IX, la fréquente confirmation d’actes antérieurs amène à mentionner encore régulièrement Alphonse VII. En outre il est souvent fait référence à des situations en vigueur durant son règne. Le défunt souverain est dans ces actes désigné à dix reprises seulement comme imperator Hispaniarum130. Dans onze cas, le génitif Hispaniarum manque et il est (auus meus) Aldefonsus imperator131. Mais c’est surtout sous la désignation d’auus meus imperator (32 occurrences)132 et d’imperator (25 occurrences)133 que les diplômes d’Alphonse IX rappellent à la mémoire le souverain castellano-léonais.

49De 1157 à 1230, la mention constante d’Alphonse VII dans les diplômes de ses successeurs contribue donc à enraciner la mémoire impériale. On observe en outre très clairement la même évolution au sein de ces documents que dans les autres sources observées précédemment. En effet, si le titre impérial d’Alphonse VII est rappelé — le souverain n’est d’ailleurs désigné qu’ainsi —, il est de manière réitérée privé de l’extension hispanique qui en qualifiait la portée géographique. C’est le cas dans les deux tiers des occurrences relevées et dans la moitié de celles-ci Alphonse VII n’est identifié que par le terme imperator, sans qu’il soit nécessaire de préciser son nom.

50Ces premières observations suggèrent à leur tour deux interrogations. Les chapitres précédents ont montré à plusieurs reprises que dans les outils de pouvoir que sont les diplômes, le portrait réalisé des souverains du passé est souvent révélateur de l’image que leurs successeurs veulent donner d’eux-mêmes. Peut-on donc déceler une intention particulière dans la mention de l’empereur ? Dans la même logique, la prédilection pour le qualificatif imperator dépouillé de son génitif Hispaniarum a-t-elle un sens pour les successeurs d’Alphonse VII ?

  • 134 Voir L. Sánchez Belda, « La confirmación de documentos » et M. Lucas Álvarez, Las cancillerías rea (...)

51À première vue, la figure de l’empereur n’est pas invoquée plus souvent que nécessaire dans les diplômes des rois castillans et léonais. Certes Sanche III et Ferdinand II prennent soin de préciser leur degré de filiation avec lui — pour ce dernier dans les premières années de son règne uniquement —, ce qui constitue un procédé classique de légitimation des monarques par l’appartenance à une dynastie. La même logique prévaut pour un temps dans la datation des actes en référence au nombre d’années passées depuis la mort d’Alphonse VII. Mais on constate que, rapidement, la référence à l’empereur est surtout exigée par les dispositions juridiques considérées. De nombreux actes sont en réalité la confirmation de concessions octroyées par les monarques antérieurs. L’empereur y est donc logiquement évoqué parce qu’il est fait référence à une situation juridique dont il fut à l’origine — sicut imperator concessit —, ou qui était en vigueur à son époque — sicut habuit in tempore imperatoris — ou encore parce que le souverain fut dans le passé partie prenante des transactions concernant les biens objet du diplôme — hereditates quas imperator donauit. Toutefois, étant donnée l’ampleur que prennent les confirmations dans les collections diplomatiques observées134, on pourrait également s’interroger sur l’intentionnalité de cette pratique en termes idéologiques, notamment parce que ces actes sont autant d’occasion de réitérer certaines formules contenues dans les diplômes confirmés.

  • 135 Voir « Une dignité impériale largement reconnue », pp. 357-373, passim et conclusion.
  • 136 Concernant Alphonse VIII, c’est le cas dans un seul diplôme : J. González, El reino de Castilla en (...)

52Venons-en aux raisons du relatif abandon du génitif Hispaniarum au profit du seul qualificatif d’imperator. Dans un premier cas de figure, il est possible qu’il n’y ait là que le résultat d’une certaine inertie dans la manière de désigner Alphonse VII. Du vivant de l’empereur, on a vu que l’Hispania avait déjà tendance à disparaître dans la titulature octroyée à Alphonse VII en dehors de ses diplômes135, ce qui est confirmé après sa mort dans les autres types de sources observées plus haut. Imperator est devenu le qualificatif par lequel, dans la mémoire collective, tout un chacun est à même d’identifier Alphonse VII. Et cependant, si ses descendants délaissaient la fonction impériale, ils ne renoncèrent pas pour autant à l’Hispania, dont pour certains ils intégrèrent le nom à leur titulature. Il aurait donc peut-être été utile de rappeler dans cette optique que leur prédécesseur n’avait pas été un quelconque imperator, mais bien un « empereur de toute l’Hispania ». Ce n’est pourtant le cas que dans quelques-uns seulement des diplômes d’Alphonse VIII et de Ferdinand II où la titulature hispanique est appliquée à la fois aux souverains en place et à Alphonse VII136. Doit-on comprendre alors qu’il était plus intéressant de ne conserver que le titre d’imperator ?

  • 137 « … Concedo et confirmo […] omnes hereditates et incartationes seu donationes alias quascumque imp (...)

53Reste à comprendre l’intérêt qui pouvait déterminer un tel choix et l’effet dont les notaires qui l’ont opéré cherchaient peut-être à bénéficier en utilisant le titre ainsi dépouillé de sa signification territoriale. La désignation d’Alphonse VII par le titre d’imperator ne semble pas avoir signifié qu’une fonction différente de celle de ses prédécesseurs lui était reconnue. Ainsi, lorsqu’il est question, dans certains diplômes, de « l’empereur Alphonse et [d] es autres rois [s] es ancêtres »137, l’expression « les autres » plaçant le premier dans la continuité des derniers, imperator n’est qu’un synonyme, politiquement parlant, de rex. En somme, Alphonse VII exerçait la fonction royale au même titre que les autres souverains de la dynastie, à cette différence près qu’on le désignait par un titre distinct. Or, que signifie le terme, en dehors d’une fonction à proprement parler impériale ? Dans les chapitres précédents on a vu qu’il était susceptible de revêtir deux autres sens : celui de personne investie d’une autorité supérieure et celui de combattant victorieux. Dans les deux cas, avoir un si glorieux personnage pour ancêtre ne pouvait qu’être bénéfique aux rois de Castille et de León. Mais certains indices nous invitent à penser que les notaires privilégièrent en l’occurrence la valeur militaire que les contemporains étaient susceptibles de placer dans le terme.

  • 138 Voir A. Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos », notamment pp. 174 sqq., qui met en relat (...)
  • 139 Voir D. Baloup, « Le roi et la guerre », qui analyse l’évolution de ce modèle à partir d’un corpus (...)
  • 140 B. Palacios Martín, « La recepción de los valores caballeresco » ; S. Moralejo Álvarez, « La icono (...)
  • 141 F. Menéndez Pidal de Navascués, Apuntes de sigilografía, pp. 63-68 ; T. F. Ruiz, « L’image du pouv (...)
  • 142 Voir Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 49-51 ; M. Rueda, Primeras acuñaciones de (...)
  • 143 Dont les seconde et troisième phases de compilation s’étalent de 1179-1189 au premier quart du XII (...)
  • 144 Analyse des enluminures du Tumbo A dans S. Moralejo Álvarez, « La miniatura en los Tumbos A y B » (...)
  • 145 On a cité quelques exemples plus haut dans ce chapitre.
  • 146 Entre septembre 1173 et septembre 1174 la guerre qui fait rage dans la Rioja entre les armées cast (...)
  • 147 « Roboro itaque et confirmo uobis priuilegium quod rex Ildefonsus senior qui Toletum Christianitat (...)

54Un des fondements de la propagande monarchique en Castille et León à partir de la seconde moitié du XIIe siècle s’appuie en effet sur l’image guerrière que les rois donnaient d’eux-mêmes, en lien avec la fonction militaire qui les légitimait138. Cette posture de légitimation n’est pas originale dans la péninsule Ibérique, mais elle prend à cette époque une tournure nouvelle. L’importance de la guerre dans la construction des idéologies royales apparaît, de manière classique, dans les textes historiographiques produits durant la période, qui continuent à faire de l’activité guerrière, et en premier lieu de la lutte contre l’infidèle, la principale tâche du souverain. Mais son rôle y évolue. Au modèle de la royauté prophétique propre aux chroniques royales depuis l’époque asturienne, dans lequel le souverain était le bras armé de Dieu, succède dans certains textes celui du roi chevalier, organisateur de la guerre et non plus instrument divin, modèle plus conforme aux transformations imposées par la réforme grégorienne139. Dans le même temps la pénétration en Péninsule des valeurs chevaleresques venues du monde ultra-pyrénéen durant la première moitié du XIIe siècle et leur adoption progressive par la monarchie conditionnent également l’élaboration de l’image que les rois veulent donner d’eux-mêmes140. Ainsi, à la représentation en majesté que les souverains occidentaux adoptent pour leurs sceaux, et dont Alphonse VII avait également commencé à faire usage, ses successeurs préfèrent la représentation équestre dans laquelle le monarque est figuré à cheval, épée ou bouclier en main141. Cette même image abonde aussi sur les monnaies frappées en Castille142. On la retrouve également dans les miniatures représentant Ferdinand II et Alphonse IX insérées dans le Tumbo A de la cathédrale de Compostelle143, alors que les autres souverains étaient tous représentés en position de majesté144. La fonction guerrière des monarques est également soulignée dans leurs diplômes. Comme Alphonse VII avant eux, les rois de Castille et León rappellent longuement leurs victoires au travers de la datation de leurs actes145 ou tout autre événement en relation avec l’activité guerrière146. Dans les diplômes d’Alphonse VIII la figure d’Alphonse VI est à plusieurs reprises associée à la reconquête de Tolède147.

  • 148 Sur ce sujet, voir nos réflexions dans H. Sirantoine, « Memoria construida ».

55Quoi de plus valorisant dans ces circonstances qu’un autre combattant victorieux pour ancêtre ? Tandis qu’Alphonse VII devenait dans la mémoire collective « l’empereur », la polysémie du titre imperator était susceptible de servir les intérêts des souverains castillans et léonais afin d’appuyer l’idéologie guerrière grâce à laquelle ceux-ci légitimaient leur autorité. Ce faisant, ils ne retenaient de l’expérience impériale d’Alphonse VII que la dimension conquérante. Ils instrumentalisaient son souvenir de manière à créer une mémoire qui réduisait le sens de l’idée impériale alphonsine à ce qui magnifierait la représentation qu’ils donnaient d’eux-mêmes. En dernière analyse, ils agissaient de la même manière que leurs prédécesseurs, en manipulant le souvenir impérial de manière à en tirer le bénéfice souhaité148. Alphonse VI s’était inventé un père imperator en faisant ainsi référence à Ferdinand Ier, qui n’avait pourtant jamais porté ce titre, dans ses actes. Alphonse VII avait quant à lui intégralement effacé des siens et des autres vecteurs de son idéologie impériale l’expérience de son aïeul. Les rois castillans et léonais du second XIIe siècle n’inventèrent ni n’effacèrent rien : ils se contentèrent de sélectionner dans le passé impérial ce dont ils pouvaient tirer parti, ce supplément de légitimité que pouvait apporter le qualificatif d’imperator à l’image de rois guerriers qu’ils se forgeaient.

SACRALISATION DE LA FONCTION IMPÉRIALE : ALPHONSE VII ET LE PATRONAGE ISIDORIEN

  • 149 Voir P. Henriet, « Y a-t-il une hagiographie de la “Reconquête” ? », notamment pp. 53-58.
  • 150 La bibliographie sur le sujet est vaste. On pourra se référer notamment à F. López Alsina, « La in (...)
  • 151 Entre autres également : K. Herbers, Política y veneración de santos, notamment les chap. iv à vi  (...)
  • 152 Voir K. Herbers, Política y veneración de santos, chap. ix.
  • 153 Sur le développement du culte de saint Isidore et celui de son patronage sur la monarchie léonaise (...)

56En parallèle au développement d’une image guerrière et chevaleresque de la monarchie, s’enracine également dans la péninsule Ibérique du XIIe siècle le culte des saints guerriers qui s’érigent en patrons des dynasties hispaniques149. L’exemple de saint Jacques à Compostelle est certainement le plus remarquable. Son culte prend son essor en Péninsule dès la fin du VIIIe siècle150 et dans le même temps les liens entre l’apôtre et la monarchie, asturienne puis léonaise, se resserrent151. Mais c’est surtout à partir de l’invention, vers le milieu du XIIe siècle, du Privilège des Vœux, faux diplomatique rapportant l’intervention miraculeuse de saint Jacques lors de la bataille de Clavijo en 834, que s’ancre le patronage du saint miles sur la monarchie, dans le royaume de León, mais aussi en Castille152. L’apôtre devenu matamore n’est cependant pas le seul saint dont les apologistes aspirent à faire l’auxiliaire privilégié des rois et de leurs combats. Dans le contexte de lutte d’influence que se livrent les églises des grandes villes du royaume léonais aspirant au statut de capitale, on assiste ainsi à la militarisation de la figure de saint Isidore, dont le culte ne s’est développé que tardivement par rapport à celui de saint Jacques, à la faveur de la translation des reliques du doctor Hispaniarum de Séville à León, opérée à l’initiative de Ferdinand Ier en 1063153. Or, cette lutte donne lieu à une nouvelle récupération de la fonction impériale d’Alphonse VII, instrumentalisée cette fois dans le but de justifier la supériorité du patronage isidorien.

  • 154 Historia translationis, éd. J. A. Estévez Sola et pp. 134-137 pour les indices quant à la date de (...)
  • 155 Récit analysé par P. Henriet, « Un exemple », pp. 83-84, qui en offre par ailleurs une traduction, (...)
  • 156 « Ego namque tibi et nascituris ex genere tuo a Deo datus sum custos ».
  • 157 « Ego sum, ait, Hispaniarum doctor Ysidorus, beati Iacobi apostoli predicatione successor ».
  • 158 « … Si ambulaueritis coram eo in ueritate et corde perfecto ».
  • 159 L’acte attestant le transfert date du 18 février 1148 (M. E. Martín López, Patrimonio cultural, n° (...)

57Durant les dernières décennies du XIIe siècle, un chanoine anonyme de Saint-Isidore à León écrit l’Historia Translationis sancti Isidori, refonte du récit de la translation composé un siècle plus tôt et intégré notamment à l’Historia Silense, à laquelle s’ajoute une première collection de miracles154. Ces derniers sont notamment l’occasion d’actualiser le rôle joué par le bienheureux docteur auprès de la monarchie et d’exprimer la rivalité avec saint Jacques. Ainsi, dans un des miracles relatés, on apprend que saint Isidore est intervenu auprès d’Alphonse VII et lui a assuré la victoire sur les musulmans à Baeza155. Le récit se situe en 1147, alors qu’Alphonse VII, sur la route d’Almería, entreprend le siège de la ville de Baeza. Submergés par le nombre des musulmans, les chrétiens entrevoient une cinglante défaite. Sur ces faits, Isidore apparaît en songe au souverain, par deux fois. Il lui annonce d’abord que la victoire appartiendra aux chrétiens, car « [il a] été constitué par Dieu gardien de [sa] personne et de tous ceux qui seront issus de [son] lignage »156. Pour le cas où les choses ne seraient pas totalement claires, il répond encore, lorsqu’Alphonse demande à qui il a affaire : « Je suis Isidore, docteur des Hispaniae, successeur du bienheureux apôtre Jacques dans le domaine de la prédication »157. La victoire ne sera cependant pas offerte sans condition. Isidore précise bien qu’il ne protégera le roi léonais et ses descendants qu’« à la condition qu’[ils marcheront] devant [Dieu] dans la vérité d’un cœur parfait »158. Après la première apparition, Alphonse VII, réveillé, convoque ses conseillers évêques et comtes pour leur relater ces étranges faits, et l’un d’eux lui propose, pour accomplir la demande d’Isidore, d’introduire une confrérie placée sous sa protection dans l’église de Saint-Isidore, alors occupée par des moniales, idée dont l’initiative est attribuée à la sœur du roi, Sancha. Rassuré, le roi s’endort de nouveau et saint Isidore lui apparaît une seconde fois pour lui confirmer qu’il accepte les décisions prises. Le lendemain, les chrétiens remportent la victoire et les rois hispaniques présents, tant musulmans que chrétiens, sont si impressionnés qu’ils décident tous de se soumettre à la domination du roi. De retour à León, Alphonse VII tient sa promesse et installe les chanoines à Saint-Isidore159.

58Dans ce récit rédigé quelques décennies après la mort d’Alphonse VII, on peut mesurer une fois encore la réussite de l’offensive idéologique menée de son vivant. Il y est en effet systématiquement désigné par son titre d’imperator, employé sans le génitif Hispaniae. Cette caractéristique n’ajoute cependant rien à l’épisode et la dignité impériale reconnue à Alphonse VII n’a aucune incidence sur l’exercice du patronage isidorien mis en relief par ce miracle. Il en va par contre tout autrement avec la réécriture postérieure de ce récit, sous la plume de Lucas de Tuy.

  • 160 Patrick Henriet prépare actuellement l’édition du recueil des miracles de saint Isidore par Lucas (...)
  • 161 Étude détaillée de ce passage et de ses implications dans l’organisation de la propagande isidorie (...)

59Nommé évêque de Tuy en Galice en 1239, il est possible que Lucas ait été auparavant chanoine de Saint-Isidore de León depuis les années 1220. C’est à cette époque en tout cas qu’il rédigea sa première œuvre, les Miracula sancti Isidori, dont un seulement des objectifs est d’assurer la propagande en faveur de l’établissement consacré à saint Isidore160. Il ne s’agit pas d’une création totalement nouvelle, puisque l’auteur y réécrit certains passages du recueil anonyme précédent, notamment le miracle de l’apparition d’Isidore à Alphonse VII lors de la conquête de Baeza161.

  • 162 « Qualiter rex Adefonsus auxilio beati Ysidori cepit Beatiam et omnes Hyspaniae reges suo subdidit (...)
  • 163 Voir ibid., pp. 72-73, qui propose un tableau comparatif des différences entre les deux textes.

60Le chapitre xxxii du recueil des Miracula traite donc de « comment le roi Alphonse, grâce à l’aide du bienheureux Isidore, conquit Baeza et soumit à son autorité tous les rois de l’Hispania, et comment le même bienheureux Isidore prit la succession de saint Jacques en Hispania ; et de l’institution de la confrérie du bienheureux Isidore et du transfert, opéré par inspiration divine, des chanoines réguliers en l’église du bienheureux Isidore, de la consécration de cette même église et du couronnement impérial dudit roi »162. Cette tête de chapitre donne le ton. Après une brève introduction commence le récit du miracle de l’apparition de saint Isidore à Alphonse VII et de la conquête consécutive de Baeza, à l’issue de laquelle musulmans et chrétiens se font les vassaux du victorieux souverain. Jusqu’à ce dernier point, le texte est une reprise intégrale du récit que réalisait quelques décennies plus tôt le chanoine anonyme. Intégrale, ou presque, car quelques termes sont modifiés, des plus significatifs pour nous. En effet, alors que l’anonyme évoquait l’imperator Alphonse VII, Lucas de Tuy a systématiquement remplacé le terme par les titres rex et princeps163.

61La raison de ces modifications apparaît bientôt, car la suite du récit ne suit cette fois plus du tout le texte antérieur :

  • 164 « Reliqui vero Yspanie sarracenorum principes, perpedentes cum catholico rege celestem victoriem t (...)

Les autres princes des Sarrasins de l’Hispania, prenant conscience qu’avec le roi catholique c’était une victoire céleste qui triomphait, décidèrent de se constituer ses vassaux et tributaires, en raison de la victoire du bienheureux confesseur. Leurs noms sont les suivants : le roi Abengania, le roi Abenhamdin, le roi Zafadola, et le roi Lobo. Après ces événements si heureux, le roi catholique de Navarre, García, et le comte de Barcelone se soumirent également à son empire. De retour à León, il convoqua l’ensemble des archevêques, évêques, abbés et tous les princes des Chrétiens et des Agarènes de l’Hispania, et il posa sur sa tête le diadème impérial. Avec de nombreuses prières et à grand-peine, il obtint de Pedro Arias, prieur d’une grande sainteté qui, alors qu’il se trouvait dans le siècle, occupait l’office de doyen de l’église de León, qu’il soit transféré avec ses chanoines. Il leur offrit d’insignes présents en or et en argent et il leur conféra, nous pouvons déjà le dire, le privilège d’une liberté perpétuelle, et à partir de ce jour il fut appelé empereur par tout le peuple des Goths, pour ses mérites glorieux et catholiques. Et comme l’autel majeur de l’église du bienheureux confesseur avait été retiré pour une certaine raison, il fit consacrer cette même église par les insignes prélats qui se trouvaient là, dans une gloire indescriptible et une joie inexprimable. Combien et quels glorieux applaudissements s’élevèrent au cours de cette remarquable cérémonie parmi les fidèles, lesquels se réjouissaient de la rémission de tous les péchés qui leur fut accordée à l’assentiment des saints prélats et sous l’autorité de notre seigneur Jésus Christ par le bienheureux Pierre, prince des apôtres ! De sorte que ceux qui étaient présents rapportèrent que, de mémoire d’ancien, il n’y avait pas dans le passé de cérémonie remarquable qui ait été glorifiée par une telle affluence. Après quoi le glorieux empereur Alphonse établit ladite confrérie dans la ville léonaise, afin que le culte de Dieu et du bienheureux confesseur Isidore y soit résolument et perpétuellement observé164.

62Si Lucas de Tuy n’octroie pas le qualificatif d’imperator à Alphonse VII, c’est tout simplement parce que, d’après son récit, le roi n’était pas encore empereur. Lucas de Tuy ne se propose pas moins que de réinventer l’origine de la fonction impériale d’Alphonse VII à partir de la réécriture de son couronnement. Ce procédé n’est pas sans rappeler celui qu’avait mis en œuvre l’auteur de la CAI, dont on se rappellera qu’il réservait le titre d’imperator aux notices suivant le récit du couronnement impérial de 1135, alors même qu’Alphonse VII l’employait au moins depuis son accès au trône en 1126. Le dessein de Lucas de Tuy n’a cependant pas beaucoup à voir avec celui du chroniqueur d’Alphonse VII, puisqu’il ne s’agit pas de louer l’empereur lui-même mais de souligner, grâce à l’instrumentalisation de sa fonction impériale, le lien privilégié qui unit saint Isidore et la collégiale de León au lignage royal.

63Partant du récit établi quelques années plus tôt par l’un de ses prédécesseurs, dans lequel il ne restait de l’idéologie impériale d’Alphonse VII que le « surnom » d’imperator, Lucas y réintroduit certains des éléments qui en constituaient les véritables fondements. Ainsi insiste-t-il sur la notion de vassalité en nommant très précisément les rois musulmans et chrétiens qui deviennent les vassaux du souverain et en faisant de cette particularité une des causes du couronnement impérial, ce que la mémoire collective avait eu tendance à oublier. De même, Lucas rétablit la titulature originale du souverain en rappelant qu’à partir du jour du couronnement il fut appelé imperator Yspaniarum. La minutie avec laquelle Lucas de Tuy traite son sujet laisse penser qu’il a manipulé la CAI et les diplômes de l’empereur, sources sans lesquelles il aurait peut-être été difficile d’acquérir de tels détails. Dans tous les cas, cette caractéristique fait paradoxalement du chapitre xxxii des Miracula sancti Isidori le seul texte, postérieur à 1157, qui donne une explication de la dignité impériale, par ailleurs si largement reconnue à Alphonse VII, proche de ce que celui-ci avait souhaité en faire.

  • 165 Ibid., p. 74. Inscription dans M. Risco, España Sagrada, t. XXXV, p. 207.
  • 166 La seule source suggérant une sacralisation de la fonction impériale, quoique très fugace, rencont (...)

64Mais Lucas de Tuy manipule aussi la mémoire impériale. Pour les besoins de sa cause, il postdate de plus d’une décennie le couronnement impérial. Son récit n’est sur ce point pas rigoureusement précis, mais il suggère que la cérémonie eut lieu entre le moment du transfert des chanoines à Saint-Isidore, soit le 18 février 1148, et celui de la consécration de la nouvelle église, dont on sait par une inscription qu’elle eut lieu le 6 mars 1149165. En outre, de la cathédrale de León où le couronnement eut originellement lieu, l’auteur déplace l’évènement dans l’église de Saint-Isidore. Cette réélaboration chronologique et spatiale se justifie par la volonté d’en faire une conséquence directe de la conquête de Baeza et de l’intervention d’Isidore dans celle-ci. Mais elle permet de modifier du même coup les circonstances à l’origine de la fonction impériale. Certes le couronnement est consécutif à la conquête de la cité musulmane et à la soumission des rois hispaniques. Mais l’inscription de cette bataille dans le contexte plus large de la reconquête des rois Goths — Alphonse VII est d’abord présenté comme rex Gotorum — et l’intervention du saint dans la récupération de la patrie lui donnent une dimension providentielle et sacrée, inédite jusqu’ici166.

65Dans le même temps, Alphonse VII perd une partie du rôle personnel que lui attribuait la CAI pour justifier son titre impérial. Dans la chronique officielle, le roi Alphonse obtenait en effet le statut d’empereur par ses propres actions : la pacification de son royaume et l’arbitrage de la succession aragonaise, aboutissant à ce qu’une multitude de vassaux soient soumis au roi. Ici, et même si Lucas de Tuy affirme que le titre est le résultat de « ses mérites », c’est surtout la puissance de saint Isidore que les rois musulmans d’abord, chrétiens ensuite, admirent et le souverain n’est finalement que son providentiel instrument. Le texte est en ce sens clair : les princes sarrasins se soumettent à Alphonse VII « en raison de la victoire du bienheureux confesseur ». D’ailleurs le titre d’empereur n’est pas accordé à Alphonse VII uniquement parce que les princes hispaniques lui obéissent, comme c’était le cas dans la CAI. Ce n’est en effet qu’après avoir transféré les chanoines dans l’église de Saint-Isidore que le « peuple des Goths » lui octroie le titre impérial. Il faut donc comprendre que sans cette décision Alphonse VII serait demeuré roi et que la fonction d’empereur est étroitement liée au culte du saint que le roi choisit de favoriser.

66À y bien regarder, on a là une réutilisation particulièrement adroite de la thématique impériale, qui révèle une stratégie de communication non moins habile. Afin de démontrer la supériorité de saint Isidore et l’importance de son sanctuaire pour la monarchie, Lucas de Tuy s’est servi d’un miracle précédemment écrit et donc potentiellement connu du public, et de l’impact qu’y avait un topique répandu dans la mémoire collective et important pour les rois léonais : celui de l’empereur Alphonse. Mais il en a également exploité les zones d’ombre. Le choix de faire du couronnement impérial la conséquence du miracle de Baeza est en effet subtil. On a vu qu’en dépit de l’importance que cet événement avait pris dans l’élaboration de l’idéologie impériale d’Alphonse VII et des répercussions qu’il semble avoir eues dans la diffusion de celle-ci, il était curieusement passé presque inaperçu des contemporains. Aussi le déplacement chronologique et spatial opéré était-il susceptible de ne pas être mis en question. Sous la plume de Lucas de Tuy, la fonction impériale qu’avait pragmatiquement construite Alphonse VII devenait donc une fonction sacrée et intimement liée à la figure isidorienne.

67À la fonction d’imperator totius Hispaniae que leurs prédécesseurs s’étaient octroyée, les souverains de la Castille et du León après 1157 préférèrent d’autres options de légitimation, telle cette image chevaleresque de rois guerriers. Dans ce contexte, l’expérience impériale hispanique ne perdure qu’à travers le souvenir qui en est transmis. Ce souvenir, limité à la figure d’Alphonse VII, est largement ancré dans les mémoires, en Péninsule et bien au-delà, à la mesure de l’ampleur de l’offensive idéologique déployée durant le règne du dernier « empereur de l’Hispania ». Il est également fragmentaire car, dans la continuité des caractères qui avaient marqué la réception de l’idéologie impériale du vivant d’Alphonse VII, l’histoire impériale du royaume castellano-léonais se limite dès lors au terme d’imperator et le flou significatif qui l’entoure laisse place aux spéculations.

68Dans les diplômes de ses successeurs, on ne retient d’Alphonse VII, comme ailleurs, qu’une image fugace, celle d’un « empereur » grandiose, sans pourtant qu’aucune précision ne permette de cerner l’origine et le sens d’une telle désignation. L’hermétisme dont elle s’entoure profita en l’occurrence aux rois de Castille et León, qui l’utilisèrent pour consolider les fondements de leur propre autorité. En ne retenant que le qualificatif d’imperator, ils renforçaient en effet leur propre image de souverains guerriers en se faisant les descendants de celui en qui on pouvait très bien ne voir qu’un chef de guerre particulièrement victorieux. Cette même malléabilité de la mémoire impériale fut exploitée par Lucas de Tuy, quoique de manière fort différente. Pour appuyer l’importance du patronage isidorien sur la monarchie, l’évêque reconstruisait pour sa part l’épisode du couronnement impérial d’Alphonse VII, profitant de la méconnaissance des circonstances l’entourant dans la mémoire collective.

69Grâce à l’élaboration d’une mémoire impériale volontairement sélective, instrumentalisée de manière à ce que le souvenir de l’expérience impériale du passé serve leurs intérêts présents, ces acteurs ont eux aussi contribué à ce que perdure le souvenir de l’empire hispanique.

Notes

1 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 214-215 ; M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 30-35.

2 M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, p. 96, affirme que la division du royaume fut formalisée en 1155 lors du concile réuni à Valladolid autour du cardinal Hyacinthe Bobo, mais sans citer ses sources.

3 Voir par exemple le traité de paix que signent Ferdinand II de León et Alphonse VIII de Castille le 21 mars 1181 à Medina de Rioseco, au sein duquel ils promettent de respecter les frontières instituées par Alphonse VII (J. González, Regesta de Fernando II, n° 40).

4 Chronica latina regum Castellae, éd. L. Charlo Brea, 7.

5 R. Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VII, viii.

6 Ce fut un des points sur lesquels Menéndez Pidal et García-Gallo, opposés par ailleurs, se rejoignaient. Voir à la fin d’« El imperio hispánico y los cinco reinos : l’empire selon Menéndez Pidal », p. 21.

7 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 457-458, pour qui, rappelons-le, l’empereur hispanique est d’abord un « roi de rois ».

8 J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 667-669.

9 Voir « Caractères du programme pan-hispanique de Sanche III », p. 137 et « Alphonse VI héritier de l’imperium léonais », p. 174. Sur les problèmes posés par la délimitation de la frontière entre León et Castille, voir J. González, « Fijación de la frontera ».

10 Id., Regesta de Fernando II, pp. 28-35 ; Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 669-671.

11 Édition du pacte dans J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1332.

12 J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, p. 149. Sur la minorité d’Alphonse VIII, voir aussi G. Martínez Díez, Alfonso VIII, pp. 23-36.

13 J. González, Regesta de Fernando II, pp. 52-58.

14 Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 166-170.

15 Ibid., pp. 179-181.

16 Sur le règne d’Alphonse IX, l’ouvrage de référence demeure celui de J. González, Alfonso IX.

17 Le court règne de Henri Ier a été étudié par Julio González au sein de la série qu’il consacre à Alphonse VIII. Voir Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 217-238 ; 752-760 et édition des diplômes du roi dans ibid, t. III, pp. 663-747.

18 Sur Bérengère de Castille, voir notamment G. Martin, « Régner sans régner » ; Id., « Négociation et diplomatie ». Sur le règne de Ferdinand III : J. González, Reinado y diplomas de Fernando III, t. I ; M. González Jiménez, Fernando III el Santo.

19 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 181 et J. A. Maravall, El concepto de España, p. 458.

20 « … Imperante Aldefonso in Toleto et Legione et Burgos et Castella » (J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 156, daté de 1160, mais la mention du León invite à douter de l’authenticité de cet acte) ; « imperante rex Fernando in Legione » (A. C. Floriano Cumbreño, Colección de Belmonte, n° 55, daté de 1162) ; « imperante in Yspaniensi regno rege Fernando » (J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 121, daté de 1165).

21 « Facta charta uenditionis Era MCXCVI, quando Adefonsus bonæ memoriæ Rex obiit. Regnante Fredenando rege, nondum imperator », E. Flórez, España Sagrada, t. XLI, p. 26 (25 septembre 1158).

22 « Anno quo mortuus est imperator Adefonsus […], regnante rege imperatore Sancio in Toleto et in tota Castella » (F. J. Hernández, Los cartularios, n° 121, daté de 1157).

23 Per qu em platz qu’entr’els remanha / En l’emperial reyo / Quar ses tota contenso / Me rete gent e m gazanha / Reis emperaires N’Anfos, / Per cui Jovens es joios, / Quez el mon non a valensa / Que sa valors no la vensa, texte et traduction dans J. Anglade (éd.), Les poésies de Peire Vidal, p. 12.

24 Del rei d’Aragon m’es gen, / quar tan li platz enantir / tot quan bos pretz deu grazir ; / e l rei n’Anfos eissamen, / qu’ab rics faitz d’emperador / creis s’onor, texte et traduction dans H. J. Chaytor (éd.), Les chansons de Perdigon, p. 55.

25 « Multae vero tribulationes hoc anno diversis in locis agnoscuntur fuisse. Imperator etiam noster Fredericus per annum circiter pugnans contra Mediolanenses, eos infra moenia conclusit, sed nondum expugnavit. Imperator vero Constantinopolitanus exercitum adversus Sarracenos ducit, cum quo rex etiam Hierosolimitanus pari voto Sarracenos debellaturus iungitur. Imperator quippe Galitiae Sarracenos et ipse congreditur », Lambert de Wattrelos, Annales Cameracenses, p. 532.

26 Voir H. J. Hüffer, La idea imperial, p. 41.

27 Voir dans le chap. v à la fin d’« Au-delà de la péninsule Ibérique », p. 229.

28 H. J. Hüffer, La idea imperial, p. 41.

29 Pour l’année 1154 l’auteur note que « le roi de Gaule Louis épousa la fille du roi de l’Hispania » (« hoc anno Ludovicus rex Galliae uxorem duxit filiam regis Hispaniae », Lambert de Wattrelos, Annales Cameracenses, p. 529).

30 Voir dans le chap. viii à la fin d’« Au-delà de la péninsule Ibérique », p. 360.

31 J. Mattoso, D. Afonso Henriques, pp. 269-284.

32 « Alienor, filia Henrici regis Anglorum, ad Hispaniam ducta est, et ab Anfurso imperatore solemniter desponsata. Hujus imperatoris illa pars Hispaniæ quæ Castella vocatur regnum est. Hujus imperii caput civitas Toletum est. Prædicto regi propter infirmam ætatem (nondum enim adimpleverat quidecim annos) adversantur duos reges, Fernandus Galliciæ, patruus ejus, et Amfonsus Navariæ, avunculus ejus », Robert de Torigni, Chronique, t. II, p. 22.

33 Robert de Torigni se trompe par contre sur l’identité du second tuteur, « Alphonse de Navarre », qu’il confond peut-être avec Alphonse II d’Aragon, lequel fut également soumis au début de son règne à une sorte de tutelle de son cousin Ferdinand II (voir J. González, Regesta de Fernando II, pp. 56-57).

34 J. Anglade (éd.), Les poésies de Peire Vidal, pp. 117, 125 et 129.

35 « Et quia de filiabus domini mei regis Anglorum cœpi loqui, non debeo prætermittere regem de Castella, quem vocant Anforsum parvum regem, quia adhuc Ferrant, patruus ejus, vivit ; qui si moreretur, Anforsus praedictus esset rex universarum Hispaniarum », Robert de Torigni, Chronique, t. II, p. 116.

36 Julio González a édité et étudié les diplômes des successeurs d’Alphonse VII jusqu’à Ferdinand III (J. González, Reinado y diplomas de Fernando III, étude au t. I, documents édités aux t. II et III ; Id., Regesta de Fernando II ; Id., Alfonso IX). Ceux des rois de León Ferdinand II et Alphonse IX ont également été analysés par M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 317-399 et 489-574.

37 Voir le préambule d’un diplôme de Ferdinand II du 6 mars 1164 où les actes des « rois et empereurs » sont évoqués (M. Serrano y Sanz, « Documentos del monasterio de Celanova », n° 24) ; voir également la datation en imperante d’un autre acte du même roi du 21 octobre 1159 (L. Serrano, Cartulario de Vega, n° 24).

38 Sauf dans une donation à la cathédrale de Ségovie, où l’on trouve : « Sancius, Hispaniarum rex », J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, n° 49 (13 juillet 1158).

39 Ibid., t. I, p. 781.

40 En février 1158 Sanche III rencontre son oncle à Nájima et le roi castillan concède à Raymond le royaume de Saragosse à la condition qu’il lui prête hommage (ibid., t. I, pp. 783-784).

41 Cette mention manque uniquement dans cinq diplômes : J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, nos 33, 34 et 45 et dans les traités établis à Nájima et Sahagún (nos 36 et 44).

42 Ibid., t. II, nos 58 et 148.

43 Ibid., t. III, n° 1019.

44 Ibid., t. II, n° 149.

45 C. Estepa, « Toledo-Castilla », pp. 507-509.

46 Lucas de Tuy explique cette titulature de la manière suivante : Ferdinand II « régna sur l’ensemble de l’empire de son père, ce pour quoi il fut appelé roi des Espagnes » («  Tunc regnauit Fernandus rex in toto imperio patris sui, unde rex Yspaniarum fuit uocatus », Lucas de Tuy, Chronicon mundi, IV, 79).

47 Titulature à mettre en rapport, concernant Ferdinand II et selon Lucas Álvarez, avec les relations entretenues par le souverain léonais avec le titulaire de la couronne d’Aragon et avec le roi de Navarre, plus qu’avec sa tutelle sur Alphonse VIII, qui prend d’ailleurs rapidement fin (M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 379-380). Le traité d’Ágreda du 27 septembre 1162 plaçait en effet le successeur de Raymond Bérenger IV sous la protection du roi léonais, et en 1165 l’entrevue à Tudela de ce dernier et de sa sœur Sancha, épouse du roi navarrais Sanche VI, scellait la fin des hostilités entre les deux royaumes (voir J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. I, pp. 56-57 et 66).

48 Voir A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, chap. iv, passim.

49 Ibid., pp. 141-144. Deux types monétaires sont particulièrement révélateurs. L’un montre sur l’avers, qui porte la mention Alfonsus, deux figures se tenant debout. L’une est de haute taille et porte une couronne ; l’autre, plus petite, est située légèrement en retrait. Sur le revers, une croix et la légende fernandus rex (variantes reproduites dans F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, nos 156 à 162). L’autre type contient à l’avers le buste d’un enfant tourné vers la droite et la légende anfus rex. Au revers on voit un buste couronné, tourné vers la droite, et une épée, ainsi que la légende toletua (ibid., nos 154-155).

50 Pour Alphonse VIII on pourra citer la conquête de Cuenca en septembre 1177, mentionnée dans les diplômes jusqu’en novembre 1182. Voir l’étude de ces micro-récits diplomatiques que réalise A. Arizaleta, Les clercs au palais, chap. iii, § 169 sqq.

51 La tutelle de Ferdinand II sur son neveu Alphonse VIII est ainsi rappelée dans certains diplômes du début de l’année 1163. Voir : « regnante rege domino Fernando in Legione, Gallecia et Asturiis, et sub eiusdem tutela, nepote suo, rege dompno Aldefonso, regnante in Toleto, Strematura et in tota Castella », T. Abajo Martín, Documentación de la catedral de Palencia, n° 64 (29 janvier 1163). Alphonse VIII, qui en juin 1188 à Carrión adoube son neveu le jeune roi léonais Alphonse IX, lequel lui baise en retour la main, fait insérer cet événement dans la datation de ses diplômes jusqu’en août 1190. Première mention le 4 juillet 1188 : « eo anno quo serenissimus rex prefatus Castelle A. regem Legionensem A. cingulo milicie in curia sua in Carrionem accinxit », J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, n° 505. Voir aussi : « eo anno quo serenissimus rex prefatus Adefonsus Castelle Adefonsum, regem Legionensem, apud Carrionem cingulo milictie accinxit, et ipse Adefonsus, rex Legionensis, deosculatus fuit manum dicti Adefonsi, regis Castelle et Toleti », ibid., t. II, n° 508 (26 août 1188).

52 Les datations des diplômes d’Alphonse VIII faisant référence à la bataille de Las Navas de Tolosa mettent en valeur le fait qu’elle fut une entreprise collective. Voir : « eo scilicet anno quo ego predictus Aldefonsus, rex Castelle et Toleto, Almiramorinum regem Cartaginis deuici, non meo merito set misericordia Dei et seruitio uasallorum meorum », ibid., t. III, n° 901 (9 décembre 1212). Cette formule est présente dans les actes jusqu’à la mort du souverain.

53 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 185-187.

54 « In curia Romana talem petitionem proposuit rex Castelle Fernandus, quod nomen imperatoris et benedictionem volebat habere, sicut habuerunt quidem antecessores eius », Albéric de Trois-Fontaines, Chronica, p. 936.

55 Sur la datation du Setenario, voir les dernières hypothèses avancées par G. Martin, « De nuevo sobre la fecha del Setenario ».

56 « … Antiguamiente casa e morada de los enperadores, e y se coronauan e se ayuntauan a ffazían las cosas que auyan a ffazer », Alphonse X le Sage, Setenario, loi X, p. 19, l. 3-5.

57 « … En rrazón de enperio, quisiera que ffuesse así llamado ssu ssennorío e non rregno, e que ffuese él coronado por enperador segunt lo ffueron otros de su linage », ibid., loi X, p. 22, l. 8-10.

58 Sur les interprétations qui en ont été données, voir M. González Jiménez, Fernando III el Santo, pp. 130-132 et Id., « El que conquirió toda España », pp. 29-30.

59 Linehan note que ce vœu a pu être motivé par la proximité de cet anniversaire, même s’il ne peut s’agir du seul motif et que la requête était aussi probablement consécutive aux récents faits d’armes de Ferdinand III (P. Linehan, History and the Historians, p. 434).

60 C’est ce que suggère M. González Jiménez, Fernando III el Santo, p. 132.

61 Voir J. Beneyto Pérez, España y el problema de Europa, p. 58. Béatrice était en outre petite-fille de l’empereur byzantin Isaac II (voir M. Diago Hernando, « La monarquía castellana y los Staufer », p. 65).

62 Ce que suggère M. Á. Ladero Quesada, Lecturas, pp. 55-56.

63 Sur l’indépendance de l’Hispania dans la pensée de Vincentius Hispanus, voir P. Linehan, History and the Historians, pp. 296-297 et surtout G. Post, « “Blessed Lady Spain” », art. reproduit en partie dans Id., Studies in Medieval Legal Thought, en particulier les pp. 482-493.

64 BNP, ms. lat. 3967, f° 21, c. 2 : « Io. theutonice, excipe ipso iure exemptos yspanos, qui karolum non admiserunt, nec eius pares. Sed ego Vinc. dico, quod theutonici per busnardiam perdiderunt imperium. Quodlibet enim thigurium sibi usurpat dominium, et quelibet civitas de dominio cum eis contendit. Sed soli Yspani virtute sua obtinuerunt imperium, et episcopos elegerunt. LXIII. d. cum longe. Nonne in francia et in anglia et in theotonica et in constantinopoli Yspani dominantur beate domine Yspane, que dominium pariunt, et dominantes audacie et probitatis virtutibus expandunt ? Iuvantur ergo Yspani meritis et probitate ; nec indigent corpore prescriptionum vel consuetudinum sicut theotonici ». Cité, traduit en anglais et commenté dans ibid., pp. 489-490.

65 « Nempe imperatorum Heinrici quarti nepos, sororius quinti Heinrici, Conradi regis frater uterinus, Frederici imperatoris augustissimi huius, qui iam feliciter regnat, patruus, ex clarissimo regni principe Leopaldo marchione patre et matre Agnete, filia quarti Heinrici imperatoris, pariter cum fratribus suis germanis, Conrado Pataviensi episcopo, Leopaldo duce Baioarie et Heinrico duce Austrie, necnon et sororibus, Gertruda ducissa Boemie et Berhta ducissa Polanorum ac Ita marchionissa de Monteferrato et N. imperatricis Hyspanie genitrice », Othon de Freising et Rahewin, Gesta Frederici, IV, 14, p. 538.

66 « Hoc anno Ludovicus Francorum rex filiam imperatoris Hyspaniae, feminam morum honestate praecipuam accepit in conjugem apud Aurelianis urbem, ibique nuptiis quam solemniter celebratis, ab Hugone Senonensi archiepiscopo uncta est in reginam », Robert dAuxerre, Chronicon, p. 237.

67 « Ipsoque anno mortua est regina Franciae, filia imperatoris Hispaniae, femina vitae laudabilis, actibus clara, moribus perornata », ibid.

68 « Rica, que imperatori Castelle Alfunso peperit Sanciam », Albéric de Trois Fontaines, Chronica, p. 834.

69 Le passage concerné a été cité dans la dernière note du chap. iii, p. 162.

70 Le poème fut longtemps attribué à Rodrigo Jiménez de Rada. Récemment Antonio Peris a réfuté cette hypothèse et mis en évidence l’origine vraisemblablement ultra-pyrénéenne du compositeur : A. Peris, « El Ritmo de Roncesvalles ». L’auteur affine également la datation de la rédaction du poème.

71 « Verum strenuissimus uir, rex Navarrorum, / Construxit ecclesiam hic peregrinorum, / Eis decem milium prebens solidorum / Duraturos redditus et quadringentorum. / Huius regis genuit matrem imperator, / Pater eius extitit Sancius bellator, / Rex sapientissimus, tocius amator / Probitatis, hostium erat et fugator », ibid., p. 204.

72 Voir « Dans les territoires “vassaux” », p. 364.

73 D’abord dans le récit de la tentative échouée d’assiéger Cordoue en 1150-1151 (Ibn Al-aṯīr, The Chronicle of Ibn al-Athīr [Part 2], pp. 36-37) puis dans la notice consacrée au retour à l’Islam d’Almería en 1157, où il est également « roi des Francs de l’Espagne » (ibid., p. 91).

74 Dans un passage lacunaire il est question du « petit sultan, fils de Raymond et petit-fils d’Alphonse roi de Castille ». Plus loin, à propos de l’affrontement entre Ferdinand II de León et les Almohades à Badajoz en 1168-1170, le roi léonais est appelé « le Baveux, fils d’Alphonse, connu comme le petit sultan », IbnIḏārī, Al-Bayān al-Muġrib, pp. 198 et 407.

75 Ibn Ḵaldūn, Histoire des rois chrétiens, p. 105.

76 Ibn Ḵaldūn rapporte seulement que Zafadola « resta dans [Rueda] jusqu’à l’époque où le petit roi, après l’avoir forcé à se rendre, le transporta en Castille » (ibid., p. 106).

77 Les parties de l’œuvre concernant l’Espagne ont été traduites par M. Gaspar Remiro (éd. et trad.), Historia de los musulmanes ; ici au t. II, pp. 215-216.

78 Dans la version du Livro da Noa I : « in era MaCaLXLaVa obiit imperator Ispanie mense septembris » ; et dans la version des Annales Lamecenses : « obiit imperator Yspanie mense septembris era MaCaLXLaVa » (Annales Portugalenses Veteres, éd. P. David, p. 309).

79 Voir « Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse VI », pp. 245-246.

80 Chronicon Lusitanum, éd. E. Flórez, pp. 424 et 428.

81 « … Rex Fernandus Legionis, natus Adefonsi imperatoris », Vita sancti Rosendi, éd. M. C. Díaz y Díaz, 20, p. 182.

82 On reviendra en détail sur la place faite à l’empereur dans ces deux œuvres hagiographiques, dans « Sacralisation de la fonction impériale : Alphonse VII et le patronage isidorien », pp. 401-407.

83 « Rex autem iste quinque uxores legitimas noscitur habuisse : […] secundam Constantiam, ex qua genuit […] Aldefonsum qui postea Yspaniarum extitit imperator », Chronica naierensis, éd. J. A. Estévez Sola, III, 22.

84 J. Gil, « La historiografía », p. 72.

85 « Era MCXCV. Obiit Alfonsus imperator », Chronicon Burgense, éd. E. Flórez, p. 310.

86 « Era MCXCVI. Obiit rex Sancius filius imperatoris », ibid.

87 « … In eodem anno capta fuit Lisbona a rege Portugalensi, & Almaria ab Imperatore Legionensi », Annales Compostellani, éd. E. Flórez, p. 322.

88 L’infant García d’abord, un des fils cadets d’Alphonse VII mort en 1145 ou 1146 : « Era MCLXXXIII. Garsias infans, filius Ald. imperatoris. Eodem anno capta fuit Cordoba ab Ald. Imperatore », ibid., p. 323. Plus loin c’est le décès de Sanche III de Castille qu’on retrouve : « Era MCXCVI. Sancius filius Aldephonsus imperatoris Kal. Sept. », ibid.

89 « Era MCXCV. Aldef. Imp. XIII. Kal. Sept. », ibid.

90 « 1157. Ob. Ildephonsus imperator Yspaniarum », Chronicon Rivipullense I, éd J. Villanueva, p. 248.

91 Chronicon Dertusense II, éd. J. Villanueva, p. 239.

92 Sur les différentes phases de rédaction de ce texte, voir Gesta comitum Barcinonensium, éd. L. Barrau-Dihigo et J. Massò Torrents, pp. xx-xxvii.

93 « Cuius tanta probitas fuit ut filiam suam Ildefonso imperatori Toletano in matrimonio copularet, de qua nobilissima et copiosa ac imperialis proles manauit », ibid., 4.

94 « Exinde ad capiendam Almeriam Ildefonsum Toletanum imperatorem ac Ianuensium classem incitauit », ibid., 5.

95 « Ermengaudus de Castella, et ideo sic uocatur, quia ex Castella matrem habens, plurimum ibidem cum materna hereditate conuersatus est, et plurima ibi ab Ildefonso imperatore adquisiuit, a quo ualde diligebatur, sed et in eadem prouincia defunctus est », ibid., 8.

96 « Sanciam reginam, prudentem et illustrissimam dominam, filiam Ildefonsi magni imperatoris Castella, in uxorem duxit », ibid., 9.

97 « … Ex donatione Aldefonsi bone memorie imperatoris », A. García Luján, Cartulario de Santa María de Huerta, n° 44 (1182). Voir aussi : « sicut ego habeo ab imperatore Adefonso, in casamento cum comite Bertranno sollepniter et firmiter scriptoque michi datas », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1360 (14 janvier 1168) ; « hereditatem propriam quam tribuit nobis Ildefonsus imperator excellens », Á. Rodríguez González, El tumbo de San Martín de Castañeda, n° 61 (1168) et 98 (1201).

98 « … A tempore Alfonsi imperatoris », M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, n° 449 (1186).

99 « … Quas habebat episcopus de parte et manu atque recognitione domni Adefonsi imperatoris bone memorie, et uxoris sue domne Berengarie, et sororis sue regine domne Sanci, et filiorum et filiarum ipsorum », J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), n° 1540 (30 décembre 1167).

100 « … Ipse testis natus est ea septimana quo mortuus fuit imperator, secundum quod audiuit a matre sua et a tutoribus suis », Id., Colección de la catedral de León (VI), n° 1849.

101 « … Regnante rege Santio, Adefonsi imperatoris filio, in Toleto et Castella et fratre eius rege Fredinando regnante in Legione et Gallecia », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), nos 1327, 1329 et 1330 (1157-1158).

102 « … Ipse serenissimus rex Adefonsus, filius regis Sancii, nepos gloriosissimi Adefonsi imperatoris », ibid., n° 1443 (26 août 1188).

103 « … Sicut in tempore aui ui domni Adefonsi imperatoris fuerat constitutum », M. E. Martín López, Patrimonio cultural, n° 161 (1197).

104 « … Ego imperatrix Ricca uxor famosissimi imperatoris A. », J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), n° 1507 (9 mars 1159). La donation en question est réalisée « cum consensu et mandato domni regis F. supradicti gloriosissimi imperatoris filii » et « pro remedio anime mee et anime imperatoris supradicti qui michi ipsam uillam et hereditatem supradictam in arras dedit ».

105 Actes de Sancha : « pro remedio anime mee et fratis mei imperatoris et parentum meorum », A. C. Floriano Cumbreño, Colección de Belmonte, n° 40 (12 novembre 1158) ; « pro anima fratris mei Adefonsi imperatoris », G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga (II), n° 769 (18 novembre 1158) ; « ego Sancia, Raimundi Comitis filia, sororque imperatoris Hildefonsi […] in anniuirsario fratris mei Imperatoris Hildefonsi », M. Mañueco Villalobos et J. Zurita Nieto, Documentos de Santa María de Valladolid, t. I, n° 40 (15 février 1158) ; « ego Sancia regina, soror imperatoris Aldefonsi […] pro remedio animæ Imperatoris hac filii eius », M. Mañueco Villalobos et J. Zurita Nieto, Documentos de Santa María de Valladolid, t. I, n° 42 (1159). Actes d’Elvire : « ego Geluira, Vrracce regine filia et bone memorie Adefonsi imperatoris soror », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1361 (18 janvier 1168) et n° 1378 (20 février 1174).

106 « … Quod auus meus Aldefonsus Hyspaniarum imperator, laudabilis memorie », J. González, Alfonso IX, t. II, n° 110 (31 décembre 1197).

107 Voir « Iacobus filius Elmunimo Imperatoris Sarracenorum », « Joceph Abenjacob Emir Elmunimo Secundus imperator Sarracenorum », Chronicon Lusitanum, éd. E. Flórez, p. 429 et encore plusieurs autres occurrences jusqu’à la fin de l’œuvre. L’espace de la domination musulmane reçoit même le nom d’imperium : « ipse Imperator Sarracenorum Emirelmunimo Juceph Abenjacob ascensis navibus cum suo omni exercitu transnavigavit mare, et venit Sibiliam, Jacob quoque Abenjuceph filius ejus, qui post eum regnaturus erat, cui ipse post mortem suam relinquebat totum imperium, venit cum eo », ibid., pp. 430-431.

108 Alphonse VII étant désigné sous différentes formes : l’empereur, l’empereur Alphonse, l’empereur d’Hispania, etc. Voir J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, nos 1-29.

109 Avec une formulation presque toujours identique à partir de 1147 : « Imperante Aldefonso imperatore Toleto, Legione, Gallecia, Castella, Naggera, Saragocia, Baecia et Almaria », ce à quoi s’ajoute parfois la mention des vassaux de l’empereur.

110 Ibid., nos 30, 35, 37, 39, 40, 42, 43, 46 et 47 ; Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. III, nos 1016-1017.

111 Ibid., t. II, nos 31, 32, 41, 49 et 50.

112 Voir ibid., nos 30, 35, 37-40, 42-44, 46-49.

113 Voir R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 218-221.

114 À une exception, puisque dans le diplôme le plus ancien conservé, Alphonse VIII est « rex Adefonsus, Dei gratia rex Castelle, domni Sancii, bone memorie famossisimi Hyspaniarum regis, filius », ibid., n° 51.

115 Avec une exception également. En 1188 Alphonse VIII énumère les possessions du monastère de Sahagún à Valladolid et au sein de l’exposé qui explicite l’acte il se présente comme « rex Adefonsus, filius regis Sancii, nepos gloriosissimi Adefonsi imperatoris », ibid., n° 508.

116 Ibid., nos 54, 58, 152, 197, 201, 213, 215, 238, 277, 327, 328, 341, 362, 365, 373, 379, 380, 450, 556 et Id., El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. III, nos 640, 797, 817, 836 et 856.

117 Ibid., t. II, nos 51, 81, 88, 218, 306, 425, 461 et ibid., t. III, nos 687, 703, 738, 857, 881, 882, 909 et 943.

118 Ibid., t. II, nos 114, 249, 275, 406, 469, 545 et ibid., t. III, nos 612 et 936.

119 Sauf lorsqu’il n’est qu’auus meus sans plus de précisions, ce qui est somme toute rare.

120 Ibid., n° 973.

121 J. González, Reinado y diplomas de Fernando III, t. II, nos 24, 76, 99, 109, 110 et 131.

122 Ibid., nos 38, 106, 162, 167-169.

123 Concernant les actes de Ferdinand II on renvoie, pour ceux qui n’ont pas été édités par Julio González, au regeste qu’en a réalisé M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 401-485. En l’occurrence, ibid., nos 92 et 117.

124 Ibid., nos 157 et 204.

125 Ibid., nos 3, 6, 11, 13, 20, 22, 25, 27, 30, 37-40, 48, 55, 67-69, 74, 76 et 86 ; J. González, Regesta de Fernando II, nos 2-5.

126 Ibid., n° 7 ; M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), nos 15, 18 et 70. Certains actes contiennent le premier type de formule, mais sans que le génitif Hispaniarum soit accolé au titre d’imperator : ibid., nos 19, 42-44, 46, 50, 51, 71 et J. González, Regesta de Fernando II, n° 6. Un acte est par ailleurs daté « in anno quo mortuus est Sancius rex filius Adefonsi imperatoris » (M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), n° 23).

127 Ibid., nos 11, 50, 223, 241 et 261 ; J. González, Regesta de Fernando II, n° 10.

128 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), nos 17, 19, 31, 53, 72, 77, 92, 97, 144, 173, 179-181, 205, 220, 223, 273, 397, 398, 495 et 541 ; J. González, Regesta de Fernando II, nos 10, 14, 25 et 55.

129 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), n° 417. Mais la filiation — pater meus — est toutefois exprimée dans les autres actes : ibid., nos 55, 106, 305 et 518 ; J. González, Regesta de Fernando II, nos 22, 42, 45, 56 et 57.

130 J. González, Alfonso IX, t. II, nos 20, 44, 231, 234, 474 à 477, 481, 484 et 485.

131 Ibid., nos 5, 25, 37, 87, 98, 217, 278, 293, 311, 312 et 320.

132 Ibid., nos 21, 23, 49, 91, 112, 130, 208, 281, 302, 304, 307, 340, 341, 402, 432, 462, 499, 525, 527, 528-530, 533-535, 556, 558, 573, 585, 599, 610 et 645.

133 Ibid., nos 3, 113, 131, 133, 143, 138, 152, 200, 246, 255, 275, 313, 322, 358, 465, 557, 565, 567, 569, 571, 641, 663 et 674 ; M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 249 ; J. Rodríguez Fernández, Los fueros del reino de de León, t. II, n° 62.

134 Voir L. Sánchez Belda, « La confirmación de documentos » et M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 317-327 et 491-497.

135 Voir « Une dignité impériale largement reconnue », pp. 357-373, passim et conclusion.

136 Concernant Alphonse VIII, c’est le cas dans un seul diplôme : J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, n° 275 (18 mars 1177). On a trouvé quatre occurrences pour Ferdinand II, référencées dans M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales (Fernando II), nos 25, 27, 68 et 70.

137 « … Concedo et confirmo […] omnes hereditates et incartationes seu donationes alias quascumque imperator et alii aui mei prefato monasterio dederunt et concesserunt », J. González, Alfonso IX, t. II, n° 3 (29 avril 1188) ; « omnes illas possessiones quascumque ei pater meus rex donnus Ferdinandus et auus meus imperator et alii aui mei et parentes iure hereditario concesserunt », ibid., n° 23 (23 mai 1189) ; « quas uos et antecessores uestri habuerunt in temporibus imperatoris aui mei et aliorum regum predecessorum illius », ibid., n° 208 (7 mai 1206).

138 Voir A. Rucquoi, « De los reyes que no son taumaturgos », notamment pp. 174 sqq., qui met en relation l’affirmation de la fonction et de l’image guerrières avec la relative absence de sacralisation des monarchies hispaniques. Pour la Castille, voir les réflexions de T. F. Ruiz, « Une royauté sans sacre ».

139 Voir D. Baloup, « Le roi et la guerre », qui analyse l’évolution de ce modèle à partir d’un corpus de chroniques constitué de la CAI, de la Chronique latine des rois de Castille, du Chronicon Mundi et du De Rebus Hispaniae.

140 B. Palacios Martín, « La recepción de los valores caballeresco » ; S. Moralejo Álvarez, « La iconografía en el reino de León ».

141 F. Menéndez Pidal de Navascués, Apuntes de sigilografía, pp. 63-68 ; T. F. Ruiz, « L’image du pouvoir ». Voir aussi B. Palacios Martín, « Los símbolos de la soberanía ». Description des sceaux d’Alphonse IX, Alphonse VIII, Henri Ier et Ferdinand III conservés à l’Archivo Histórico Nacional de Madrid dans J. Menéndez Pidal, Catálogo de Sellos, nos 4-14.

142 Voir Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 49-51 ; M. Rueda, Primeras acuñaciones de Castilla y León, pp. 52 sqq. ; A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, pp. 157159 ; M. Mozo Monroy, « El caballero llamado Alfonso ». On soulignera que ce type monétaire est apparu dès le règne d’Alphonse VII, même s’il n’était pas encore très répandu (voir A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, pp. 68-70).

143 Dont les seconde et troisième phases de compilation s’étalent de 1179-1189 au premier quart du XIIIe siècle, voir M. Lucas Álvarez, Tumbo A, pp. 22-25 et M. C. Díaz y Díaz, « Los antiguos Tumbos de Compostela », pp. 14-16.

144 Analyse des enluminures du Tumbo A dans S. Moralejo Álvarez, « La miniatura en los Tumbos A y B » et notamment p. 52.

145 On a cité quelques exemples plus haut dans ce chapitre.

146 Entre septembre 1173 et septembre 1174 la guerre qui fait rage dans la Rioja entre les armées castillane et navarraise se reflète dans les actes d’Alphonse VIII. Voir par exemple : « quando rex Aldefonsus uenit cum graui exercitu super Navarros », J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, n° 188 (18 septembre 1173) ; « tunc temporis quando illustrissimus rex Alphonsus regem Navarrae deuicit et Pampilonam usque peruenit », ibid., n° 190 (10 novembre 1173) ; « anno illo quo serenissimus rex A. Nauarram intrauit, et Pampilonam usque peruenit et secundo Nauarrorum deuicit », ibid., n° 211 (14 septembre 1174). Plus d’une dizaine d’années plus tard, ont lieu des négociations relatives à l’union de la fille d’Alphonse VIII, Bérengère, et de Conrad, fils de l’empereur germanique Frédéric Ier, qui débutent en mai 1187 et aboutissent à la venue de Conrad en Castille et à son adoubement par Alphonse VIII, quelque temps avant celui de l’infant léonais (printemps 1188). Jusqu’en août 1190 des datations évoquent ces cérémonies présidées par le roi castillan : « eo anno quo serenissimus rex prefatus Adefonsus Castelle Adefonsum, regem Legionensem, apud Carrionem cingulo milictie accinxit, et ipse Adefonsus, rex Legionensis, deosculatus fuit manum dicti Adefonsi, regis Castelle et Toleti ; eo etiam anno et his diebus quibus sepedictus Adefonsus, illustris rex Castelle et Toleti, Romani imperatoris filium, Conraddum nomine, accinxit in nouum militem, et ei filiam suam Berengariam traditit in uxorem », ibid., n° 508 (26 août 1188) ; dernière occurrence le 10 août 1190.

147 « Roboro itaque et confirmo uobis priuilegium quod rex Ildefonsus senior qui Toletum Christianitati subiugauit, de generali ecclesia fecit », ibid., n° 425 (6 août 1184) ; « uidimus cartam quam fecit illustris rex Aldefonsus, qui acquisiuit Toletum, ex cuius genere ego rex Aldefonsus processi », J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. III, n° 674 (10 janvier 1199).

148 Sur ce sujet, voir nos réflexions dans H. Sirantoine, « Memoria construida ».

149 Voir P. Henriet, « Y a-t-il une hagiographie de la “Reconquête” ? », notamment pp. 53-58.

150 La bibliographie sur le sujet est vaste. On pourra se référer notamment à F. López Alsina, « La invención del sepulcro » ; Id., La ciudad de Santiago.

151 Entre autres également : K. Herbers, Política y veneración de santos, notamment les chap. iv à vi ; F. López Alsina, « Cabeza de oro ».

152 Voir K. Herbers, Política y veneración de santos, chap. ix.

153 Sur le développement du culte de saint Isidore et celui de son patronage sur la monarchie léonaise, voir P. Henriet, « Un exemple ».

154 Historia translationis, éd. J. A. Estévez Sola et pp. 134-137 pour les indices quant à la date de composition et l’auteur de l’œuvre. Sur les miracles de saint Isidore : P. Henriet, « Rex, lex, plebs ».

155 Récit analysé par P. Henriet, « Un exemple », pp. 83-84, qui en offre par ailleurs une traduction, pp. 93-94. Texte dans Historia translationis, éd. J. A. Estévez Sola, V, 4.

156 « Ego namque tibi et nascituris ex genere tuo a Deo datus sum custos ».

157 « Ego sum, ait, Hispaniarum doctor Ysidorus, beati Iacobi apostoli predicatione successor ».

158 « … Si ambulaueritis coram eo in ueritate et corde perfecto ».

159 L’acte attestant le transfert date du 18 février 1148 (M. E. Martín López, Patrimonio cultural, n° 44), mais aucune allusion à la conquête de Baeza n’y est faite (voir P. Henriet, « Hagiographie et politique à León », pp. 68-70).

160 Patrick Henriet prépare actuellement l’édition du recueil des miracles de saint Isidore par Lucas de Tuy, conservé dans deux manuscrits des débuts du XVIe s. et dans un autre du XVIIIe s. (respectivement : León, Archivo de la Real Colegiata de San Isidoro, ms. 61 et 63 et Tolède, Biblioteca Pública, colección Borbón-Lorenzana, ms. 58). Les chapitres consacrés à la vie de saint Martin de León (chap. lii-lxxv) ont été édités dans le volume 208 de la Patrologie latine (col. 1-24) et le chapitre xxxii dont nous traitons ici l’a été récemment par P. Henriet, « Hagiographie et politique à León », pp. 77-82. Présentation du recueil dans Id., « Rex, lex, plebs », pp. 344-349.

161 Étude détaillée de ce passage et de ses implications dans l’organisation de la propagande isidorienne dans Id., « Hagiographie et politique à León », pp. 64 sqq.

162 « Qualiter rex Adefonsus auxilio beati Ysidori cepit Beatiam et omnes Hyspaniae reges suo subdidit dominio, et qualiter ipse beatus Ysidorus vices beati Jacobi obtinet in Hyspania ; et de institutione confraternitatis beati Ysidori et de translatione canonicorum regularium divinitus facta ad ecclesiam eiusdem beati Ysidori, necnon de ipsius ecclesie consecratione et supradicto regis in imperatorem coronatione », ibid., p. 78.

163 Voir ibid., pp. 72-73, qui propose un tableau comparatif des différences entre les deux textes.

164 « Reliqui vero Yspanie sarracenorum principes, perpedentes cum catholico rege celestem victoriem triumphare, ei se vassalos et tributarios beati confessoris victoria statuerunt, quorum nomina ista sunt : Rex Avenganna, rex Abensadil, rex Zafadola et rex Lupus. Post tot eventus felicioribus regem etiam Garsiam catholicum de Navarra, et comitem de Barchinonia, suo imperio subiugavit, et Legionem regressus convocatis universis archiepiscopis, episcopis, abbatibus, et cunctis Yspaniarum christianorum et agarenorum principibus, imperii diadema sibi imposuit, et a Petro Arie reverende sanctitatis priore, qui dum esset degens in seculo in Legionensi Ecclesia decanatus officio fungebatur, vix ab eo multis obtinuit precibus ut cum suis canonicis transferretur, plures eis possessiones auri et argenti tradens insignia, et ut premisimus libertatis perpetue privilegio communivit, et ab illa die imperator Yspaniarum est ab omni Gothorum populo gloriosis et catholicis meritis appellatus. Quia vero eiusdem beati confessoris ecclesie maius altare remotum ex causa fuerat, eandem ecclesiam a summis qui aderant pontificibus et abbatibus cum inextimabili gloria fecit et gaudio inexplicabili consecrari. Quantus et quam gloriosus in illa solemnitate preclara fidelium extitit plausus, qui se, sacris annuentibus pontificibus, et auctoritate a domino nostro Ihesu Christo per beatum Petrum apostolorum principem illis tradita, omnium peccatorum se gaudebant indulgentiam reportare. Ut illi qui affuerant, referebant seniorum memoria non constabat tante celebritatis gloria solemnitas insignita in preteritis temporibus extitisse. Preterea gloriosus imperator Adefonsus statuit confraternitatem supradictam in Legionensi urbe, ad honorem Dei et beati confessoris Ysidori perpetuis temporibus firmiter observari », ibid., p. 81 et traduction partielle p. 73.

165 Ibid., p. 74. Inscription dans M. Risco, España Sagrada, t. XXXV, p. 207.

166 La seule source suggérant une sacralisation de la fonction impériale, quoique très fugace, rencontrée jusqu’ici était l’Historia Compostellana, qui accompagne par deux fois le qualificatif d’imperator attribué à Alphonse III puis Alphonse VI de l’épithète superlative sanctissimus (HC, I, ii, 3 et x).

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540