Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Troisième partie. Vie et mort de l'empire d'Alphonse VII (1126-1230)

Chapitre VIII. Le système impérial alphonsin (1135-1157)

Texte intégral

  • 1 P. Henriet, « Sanctissima patria », et notamment p. 268.

1S’attachant à dégager la cohérence idéologique qui ressort de l’ensemble des œuvres composées par Lucas de Tuy durant les premières décennies du XIIIe siècle — Chronicon Mundi, Miracula sancti Isidori et De altera vita —, Patrick Henriet affirme qu’on a là l’expression d’un « système de pensée » sciemment et ingénieusement élaboré, mis au service de la démonstration de « la sacralité particulière de l’Hispania et la ville de León »1.

2Or cette notion de système, que l’on définira comme un ensemble structuré d’éléments aboutissant à une construction théorique cohérente, est tout particulièrement appropriée à la qualification de ce qui semble avoir guidé l’élaboration de l’idéologie impériale durant le règne d’Alphonse VII.

3Ou plutôt sa régénération, car la différence par rapport aux précédentes expériences impériales est manifeste, ne serait-ce qu’en raison de la très large réception dont l’idée impériale d’Alphonse VII fut l’objet, analysée à la fin de ce chapitre. En ce sens, une des lignes directrices de cette réflexion est d’établir, au-delà de la systématisation qu’on souhaite mettre en lumière, dans quelle mesure Alphonse VII et ses idéologues ont tiré les leçons du passé et en particulier des limites inhérentes à l’idée impériale d’Alphonse VI que son petit-fils semblait par certains aspects continuer. Aux pratiques tâtonnantes et revirements de sens succèdent en effet les initiatives durables et assumées. Le système impérial alphonsin, fondé sur les principes de cohérence et d’efficience, semble avoir eu pour objectif de ne laisser place à aucune contradiction. Le couronnement impérial inaugure de manière grandiloquente cette nouvelle étape et la multiplication des vecteurs de diffusion du titre impérial la place sous le signe de la publicité. On verra en outre que le sens donné à ce titre s’élabore selon la logique d’une adaptation pratique aux circonstances dans lesquelles il naît. Alphonse VII dépasse l’obstacle que représentait la fragmentation politique péninsulaire en l’intégrant à son projet impérial, dont elle devient une composante essentielle.

I. — UN EMPIRE MANIFESTE

TERMINUS A QUO : LE COURONNEMENT IMPÉRIAL DE 1135

  • 2 L’auteur de la CAI rapporte en effet que « le roi décida en 1135 de célébrer un concile dans la vi (...)
  • 3 F. Fernández y González et J. Amador de los Ríos, Discursos, p. 49.
  • 4 Voir l’œuvre de référence de J. Godoy Alcántara, Historia crítica de los falsos cronicones.
  • 5 E. de Garibay, Los Quarenta libros, t. II, livre XII, chap. iv, p. 85. Garibay lisait « primam cor (...)
  • 6 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 157-158, alors même qu’il reconnaît que cet épisode e (...)
  • 7 M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, p. 130. L’auteur ne cite pas directement cette source, (...)
  • 8 « Facta carta VII kalendas iunii, die Pentecostem, quo rex supradictus imperator Legione coronam s (...)
  • 9 « Facta carta mense maio, in Legione, quando rex sumpsit primam coronam regni », I. Rodríguez de L (...)

4Les historiens offrent des versions singulièrement différentes de la cérémonie du 26 mai 1135, lors de laquelle Alphonse VII fut solennellement proclamé et couronné « empereur ». S’ils s’accordent tous à réviser la date qu’en donne la CAI2, le déroulement de l’événement en lui-même est variable, en fonction des sources auxquelles ils puisent. Le couronnement impérial d’Alphonse VII fut en effet l’objet de plusieurs refontes. Dans sa réponse au discours de Fernández y González devant les membres de la Real Academia de la Historia en 1867, Amador de los Ríos relatait ainsi que le monarque avait été couronné trois fois, successivement à León, Tolède et Compostelle3. Il suivait là un récit totalement forgé, résultat de l’inventivité de Jerónimo Román de la Higuera († 1611), auteur de ce qu’on nomme les « fausses chroniques » (falsos cronicones)4. Parmi les textes produits de sa main figure la Chronique du pseudo-Julián Pérez, personnage fantastique et prêtre mozarabe de Tolède, qui aurait été témoin tant de la prise de Tolède en 1085 que de la cérémonie léonaise de 1135 et de ses deux répétitions, et encore de la conquête d’Almería en 1147. Higuera extrapolait pour sa part une théorie suggérée entre autres par Garibay qui, ayant mal lu certaines formulations des diplômes alphonsins, supposait déjà un redoublement du couronnement de 11355. La supercherie ne survécut pas à l’œil attentif des historiens du XXe siècle. Mais d’autres persistèrent. Ainsi Menéndez Pidal jugeait-il bon de considérer comme « fiable » l’assertion de l'Estoria de España selon laquelle Alphonse VII aurait demandé et obtenu du pape Innocent II la confirmation de son couronnement6. Recuero Astray acceptait quant à lui une autre affirmation de l’Estoria : la cérémonie du couronnement aurait été présidée par l’archevêque de Tolède Raymond7. Pourtant, Alphonse VII ne fut pas couronné à trois reprises et il n’est ni possible d’attribuer un rôle spécifique à l’archevêque tolédan, ni vraisemblable de croire à une confirmation pontificale de sa dignité impériale. En réalité, les informations contemporaines dont on dispose sur cet événement unique dans l’histoire du phénomène impérial sont très limitées. Il est attesté dans les diplômes, soit qu’ils sont datés par rapport au jour précis de son déroulement8, soit qu’ils s’y réfèrent9. En outre la CAI, quelques dix années après les faits, rapporte qu’un grand concile fut convoqué par le roi la veille de la Pentecôte de l’an 1135 et que

  • 10 « Secunda uero die, qua aduentus sancti Spiritus ad apostolos celebratur, archiepiscopi et episcop (...)

le second jour, celui où l’on célèbre la révélation de l’Esprit saint aux apôtres, les archevêques, les évêques et les abbés, tous les nobles et non-nobles et toute la plèbe se réunirent de nouveau en l’église de la bienheureuse Marie, avec le roi García et la sœur du roi, après avoir reçu le conseil divin, afin d’appeler le roi empereur, pour cette raison que le roi García et le roi des Sarrasins Zafadola et le comte Raymond de Barcelone et le comte Alphonse de Toulouse et de nombreux comtes et ducs de Gascogne et de France lui obéissaient en tout point. Après que le roi eut été revêtu d’un riche manteau remarquablement conçu, ils posèrent sur sa tête une couronne d’or pur et de pierres précieuses et, ayant placé dans ses mains le sceptre, le roi García le tenant par le bras droit et l’évêque de León Arias par le bras gauche, avec les évêques et les abbés conjointement ils l’amenèrent devant l’autel de sainte Marie en chantant tout du long le « Te Deum » et en disant « Vive l’empereur Alphonse ! ». Et lorsqu’ils l’eurent béni, ils célébrèrent la messe à la façon des jours festifs. Chacun s’en revint ensuite dans sa tente. Il ordonna cependant qu’un grand banquet fût donné dans le palais royal et les comtes, princes et ducs servirent à la table du roi. L’empereur ordonna aussi la concession de nombreux dons aux évêques et abbés et à tous, et de grandes aumônes de vêtements et de nourriture aux pauvres10.

  • 11 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 60-61.
  • 12 C’est déjà l’analyse que proposait E. Lourie, « The Will of Alfonso I », p. 651.

5La cérémonie est présentée dans ce texte comme la conséquence directe de la situation hégémonique qu’Alphonse VII a créée. L’assemblée réunie à León décide en effet de le couronner empereur « parce que » (pro eo quod) son autorité s’étend sur de nombreux princes et seigneurs. On reviendra dans un prochain développement sur cette justification. Pour le moment, nous voudrions en nuancer la justesse. D’abord, parce que l’auteur de la CAI a exagéré l’ampleur de l’autorité exercée par le roi. Certes García Ramírez et Zafadola étaient alors soumis à l’empereur. Mais parmi ceux qu’il présente comme ses vassaux, certains ne l’étaient pas encore à cette date. C’est le cas du comte de Barcelone Raymond Bérenger IV, qui ne prête hommage à l’empereur qu’en 1137 lorsque ce dernier se retrouve dans l’obligation de lui confier le gouvernement du royaume de Saragosse11. Quant à Alphonse Jourdain et aux « nombreux comtes et ducs de Gascogne et de France », il est difficile d’avérer leur soumission à l’empereur. La formulation elle-même laisse penser à une exagération toute rhétorique. Ensuite, le chapitre précédent a montré que l’équilibre péninsulaire au début de l’année 1135 est précaire. Notamment l’arbitrage de la succession navarroaragonaise auquel prétendait Alphonse VII a révélé la complexité des rapports de forces avec lesquels le roi devait composer, et sa prépondérance tant sur le roi de Navarre que sur le territoire de Saragosse demeure fragile. Aussi la justification offerte par la CAI s’apparente-t-elle davantage à un vœu pieux qu’à un tableau fidèle de la situation en 1135. Dans ces conditions, le couronnement ne serait pas le résultat logique d’un contexte qui le rendait possible mais, bien au contraire, une mesure prise pour remédier à sa fragilité12. D’une explication à l’autre, la signification de l’événement change du tout au tout.

  • 13 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 155-156.
  • 14 Formule qui connaît quelques variantes, impliquant le début de la période considérée, exprimé par (...)
  • 15 « … In anno quo primum coronatus fui », M. Cantera Montenegro, Colección documental de Santa María (...)
  • 16 La première occurrence d’une formule invitant à dénombrer les « années de l’empire » d’Alphonse VI (...)

6Cette première remarque signale un des problèmes que soulève le couronnement impérial d’Alphonse VII. Un second tient à son caractère à première vue illogique. Pourquoi Alphonse VII aurait-il souhaité être « appelé empereur », alors que l’on sait par ailleurs qu’il utilise ce titre au moins depuis 1126 ? Menéndez Pidal suppose qu’il ne s’agit que d’un « retard » imposé par la priorité que représentait la pacification du royaume13. Cependant les sources font apparaître l’événement comme une véritable rupture par rapport à la période précédente. Dans la CAI, l’usage du titre impérial est d’ailleurs totalement réinventé puisque le terme imperator n’apparaît pas dans les notices précédant le couronnement. On pourra encore rétorquer que la chronique, texte postérieur à l’événement, a pu modifier, pour les besoins de la propagande royale, les objectifs initialement poursuivis. L’idée d’une rupture n’est pourtant pas qu’une simple réélaboration narrative puisqu’elle est présente aussi dans les diplômes. En effet, outre les formules rappelant la date du couronnement, apparaît une nouvelle façon de dater les actes en fonction des « années de l’empire » d’Alphonse VII. Cette formulation apparaît sous une première forme, dans la validation du roi ou dans la datation, lorsqu’il est écrit que celui-ci a émis l’acte « l’énième année après qu’il s’est approprié/a reçu la couronne de l’empire »14. En outre, certains actes sont rédigés « l’année où [il] a d’abord été couronné »15, comme si le couronnement de 1111 n’avait jamais au lieu. Puis à partir d’octobre 1139 et jusqu’en mars 1145 une autre forme de décompte chronologique apparaît, évoquant spécifiquement « l’énième année de l’empire », le plus souvent au sein de la corroboration royale16. Dans l’ensemble, ces formulations donnent à penser que la cérémonie de 1135 a introduit une nouvelle étape dans le règne d’Alphonse VII. Elle n’entérine donc pas une situation qui aurait commencé en 1126, lorsqu’Alphonse VII s’octroie définitivement le titre d’imperator totius Hispaniae, mais est au contraire créatrice de quelque chose de nouveau.

  • 17 « … Quia multa beneficia illi impenderat et in fonte baptismatis eum regeneuerat et coram sanctiss (...)
  • 18 Pour Fletcher, Diego Gelmírez n’était pas présent à la cérémonie léonaise du 26 mai 1135, le silen (...)
  • 19 Voir R. A. Fletcher, St James’Catapult, pp. 256-257, 276-282. Depuis 1127 les relations qu’entrete (...)
  • 20 Voir le paragraphe suivant pour les références. On verra également dans le chapitre suivant que Lu (...)

7Reste cependant à comprendre quelle était cette nouveauté, car quelle pouvait être la portée de ce couronnement ? Sanctionnait-il la création d’une institution impériale reconnue comme telle ou ne fut-ce qu’une occasion de formaliser l’hégémonie encore précaire exercée par Alphonse VII sur la péninsule Ibérique, à la manière de ce qu’avait fait son grand-père à partir de 1077 ? Vu le peu de retentissement que l’événement a eu dans les sources, la première solution est difficilement envisageable. Du côté des territoires dont la CAI présente les gouverneurs comme obéissants à l’empereur, il n’y est pas fait allusion. La documentation privée castellano-léonaise, chose peut-être plus étonnante encore, n’y fait pas non plus référence. Dans les chroniques, la constatation est la même. L’Historia Compostellana ne le mentionne pas. Tout au plus une référence indirecte apparaît-elle dans un épisode survenu en 1136, à un moment où une nouvelle révolte s’élève contre l’archevêque compostellan et lors de laquelle le souverain prend son parti, « parce qu’il lui avait prodigué de nombreux bienfaits, et qu’il l’avait régénéré sur les fonts baptismaux, et qu’il l’avait armé devant l’autel du très saint apôtre, et que récemment il lui avait fourni les moyens d’assurer sa domination sur toute l’Hispania »17. Cette domination sur « toute l’Hispania » ferait-elle allusion à la cérémonie léonaise de l’année antérieure ? Il convient en l’espèce de noter que la présence de Diego Gelmírez lors du couronnement n’est pas certaine18 et que le rôle qu’il a joué dans l’événement l’est encore moins car à cette époque les relations entre le roi et l’archevêque étaient distantes19. L’événement ne réapparaît en réalité que plus tard dans les œuvres de Lucas de Tuy et Rodrigo Jiménez de Rada20 ainsi que, on l’a évoqué plus haut, dans l’Estoria de España. La majestueuse cérémonie de 1135 est curieusement passée presque inaperçue. On est donc en droit de se demander si elle doit réellement être analysée en termes institutionnels et surtout si les contemporains le concevaient ainsi.

  • 21 Pour M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, pp. 131-132, n. 100, la cérémonie de 1135 « semble (...)

8Une dernière difficulté enfin concerne la valeur à octroyer à un événement qui, d’un point de vue rituel, demeure fort confus. Certes il n’existe pas de texte qui fixe à cette époque en Péninsule le déroulement d’une cérémonie de couronnement21. Pour la plupart des historiens de l’idée impériale hispanique, ce problème n’en était pourtant pas un puisque l’empire d’Alphonse VII se constituait selon eux à l’européenne. En toute logique, la cérémonie de mai 1135 reproduisait donc un couronnement tel qu’il se pratiquait à la même époque dans les contrées de l’empereur allemand. Peu d’auteurs sont toutefois rentrés dans les détails du cérémonial mis en œuvre à León, tel qu’il apparaît dans la CAI, pour le comparer avec le modèle prétendument suivi. García-Gallo est un des rares à avoir tenté ce rapprochement, à partir d’une vision quelque peu chaotique du rituel du couronnement impérial empruntant tout à la fois aux pratiques romaines et byzantines, à l’épisode carolingien de l’an 800 et aux ordines composés à partir de la restauration ottonienne. Ainsi affirme-t-il

  • 22 A. García-Gallo, « El imperio (1945) », pp. 219-220.

[qu’] Alphonse VII fait apparaître la concession du titre impérial comme un acte spontané des personnes assistant à l’assemblée réunie à León. Quelque chose d’analogue à ce qu’avait été le couronnement de Charlemagne, au moins en apparence, la nuit de Noël de l’an 800. Sont également semblables, avec les différences évidentes de lieu et de circonstances, les cérémonies de couronnement d’Alphonse VII et celles de l’empereur allemand. Aucune d’elles, que l’on sache, n’avait été utilisée par les empereurs espagnols. Désormais il existe, comme dans l’Empire allemand, une acclamation, un couronnement et un acte de pouvoir. Manque l’onction ; mais on ne doit pas oublier que les rois castillans étaient déjà oints à leur montée sur le trône22.

  • 23 Sur ces rites de couronnement, voir notamment : R. Folz, Le couronnement ; Id., « Le sacre impéria (...)
  • 24 CAI, I, 1.
  • 25 HC, I, lxvi.
  • 26 Ce que relève P. Linehan, History and the Historians, p. 238.
  • 27 « Fecit etiam congrerari episcopos et omnes barones regni sui in Legione et imponere sibi coronam (...)

9Au-delà de la critique de ce qui est présenté comme caractéristique du rituel du couronnement des empereurs « européens »23, plusieurs remarques s’imposent sur ce commentaire de l’historien du droit et les similitudes qu’il croit observer. D’abord, le dernier fait qu’il évoque — l’onction des rois castillans — n’est pas avéré, de manière générale et en particulier concernant Alphonse VII dont la CAI nous dit simplement qu’en 1126 il fut « proclamé roi » (in regem declarauerunt)24. Il est vrai cependant que le 19 septembre 1111 Alphonse VII avait été oint par Diego Gelmírez25. Mais, si une réitération du couronnement était nécessaire pour affirmer le caractère impérial du pouvoir d’Alphonse VII, pourquoi se contenter d’une onction pratiquée alors qu’il n’était pas même souverain du royaume ? En outre, si l’acclamation et l’acte de pouvoir symbolisés par les dons constituent bien deux moments rappelant des rites pratiqués lors de certains couronnements impériaux, il n’en va pas de même du couronnement lui-même, dont le déroulement n’est, syntaxiquement, pas très clair dans la CAI. En effet, des regalia — la couronne et le sceptre — sont présentés au roi et l’action de grâce du Te Deum est suivie d’une grand-messe. Cependant ces rites ne sont pas réalisés par l’évêque Arias — qui devrait agir en l’occurrence en lieu et place du souverain pontife —, mais par l’ensemble des « archevêques, évêques, abbés, nobles et non-nobles et de tout le peuple » réunis. Telle quelle, cette interaction de l’assistance est physiquement impossible et liturgiquement fort irrégulière26. Il ne s’agit peut-être que d’une maladresse du chroniqueur, mais elle ennuya suffisamment les ecclésiastiques qu’étaient Lucas de Tuy et Rodrigo Jiménez de Rada pour qu’ils choisissent d’affirmer que le roi s’était couronné lui-même et de sacrifier le reste du cérémonial27. Il reste néanmoins possible que la cérémonie traduise une volonté de s’inspirer de pratiques mises en œuvre ailleurs. S’il n’y a pas lieu d’y voir une imitation exacte des pratiques germaniques, l’idée d’un emprunt à d’autres expériences ressort en effet, on le constatera dans les pages qui suivent, de quelques-uns des usages propres à l’idéologie impériale d’Alphonse VII.

10Pour autant, l’ensemble de ces problèmes fait finalement peser de nombreux doutes sur un événement fondamentalement superfétatoire — et de fait peu pris en compte — qui s’apparente davantage à une curia regis extraordinaire qu’à un couronnement dont la justification juridique est toute relative. En somme, si les diplômes ne l’attestaient pas, on pourrait presque croire à une fabulation de l’auteur de la CAI. Et une analyse trop rapide pourrait amener à conclure à un événement inutile, qui n’aurait eu d’autre raison d’être que de satisfaire l’orgueil d’un Alphonse VII soucieux de souligner sa position de force ou, selon les interprétations, de masquer ses difficultés à s’imposer comme arbitre de la scène péninsulaire.

  • 28 Voir notamment B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 49-50.

11Et pourtant, l’historien a le luxe d’observer qu’à partir de 1135 des changements se produisent, notamment au sein des diplômes d’Alphonse VII, comme on va le voir plus loin. L’ampleur de ces changements ne permet en outre pas de les attribuer à une coïncidence : le 26 mai 1135 est bien un point de départ. Cela invite donc à s’interroger sur l’objectif que poursuivait le souverain au travers de cette cérémonie. Or, en focalisant leur attention sur cette dernière, les historiens ont souvent délaissé le contexte dans lequel elle se produisit : le concile que réunit le roi trois jours durant à León. On a souvent dit que chacune de ces trois journées fut consacrée à des questions distinctes28. Durant la première, les débats auraient porté sur les affaires spirituelles :

  • 29 « Ad statutum diem uenit rex et cum eo uxor sua regina domna Berengaria et soror sua infantissa do (...)

Au jour fixé, le roi arriva avec son épouse la reine Bérengère et sa sœur l’infante Sancha, et avec eux le roi García de Pampelune et, comme le roi le demanda, ils se réunirent tous à León. Arriva également une foule immense de moines et de clercs, mais aussi une plèbe innombrable pour connaître, entendre ou prononcer la parole divine. Le premier jour du concile, tous, grands comme petits, se réunirent en l’église de Sainte Marie avec le roi, et ils traitèrent là de ce que suggéra la clémence de notre seigneur Jésus Christ et de ce qui convient au salut de l’âme de tous les fidèles29.

12Suite au couronnement, le dernier jour du concile aurait été employé à mettre de l’ordre dans les affaires juridico-sociales et militaires du royaume :

  • 30 « Tertia uero die iterum imperator et omnes, sicut soliti erant, iuncti sunt in palatiis regalibus (...)

Le troisième jour, de nouveau, le roi et tous, comme ils en avaient l’habitude, se réunirent au palais royal et traitèrent de ce qui est pertinent pour le salut du royaume de toute l’Hispania. L’empereur donna des coutumes et des lois pour tout son royaume, telles qu’elles avaient existé au temps de son grand-père le roi Alphonse, et il ordonna que soient restitués à l’ensemble des églises tous les domaines et serviteurs qu’elles avaient perdus sans jugement ni justice, et il prescrivit de peupler les villas et terres qui avaient été détruites pendant les guerres, d’y planter des vignes et toutes sortes d’arbres, et il ordonna à tous les juges d’éradiquer sévèrement le vice chez les hommes qui s’étaient érigés contre la justice et les décrets des rois, des princes, des potentats et des juges. Alors les premiers firent justice, pendant certains coupables, laissant à d’autres la vie sauve après leur avoir coupé les mains ou les pieds, et ils n’épargnèrent pas plus les riches et généreux que les pauvres, décidant tout de manière juste en fonction du degré de culpabilité. De plus, il ordonna de ne pas tolérer les magiciens, suivant ce que le Seigneur dit à Moïse : « Ne souffre pas les magiciens ». Et, au vu et au su de tous, quelques fauteurs d’iniquité furent faits prisonniers et suspendus à des gibets. Il ordonna aussi aux gouverneurs tolédans et à tous les habitants de l’Estrémadure de constituer des troupes constamment et de faire la guerre aux infidèles Sarrasins chaque année, de n’épargner aucune de leurs cités et places fortes et de tout revendiquer pour Dieu et la loi chrétienne. Une fois que tout ceci fut fait, le concile fut dissout et chacun s’en retourna chez soi plein de joie, chantant et bénissant l’empereur en disant : « Béni sois-tu, béni soit le royaume de tes pères, et béni soit Dieu le très grand, qui fit le ciel et la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, qui nous a rendu visite et a fait preuve de la miséricorde qu’il a promise à ceux qui espèrent en lui »30.

  • 31 Voir « Caractères du programme pan-hispanique de Sanche III », pp. 139-140.
  • 32 Peter Linehan est le seul auteur à avoir remarqué que le couronnement impérial d’Alphonse VII eut (...)

13Pourtant, une autre interprétation est possible car les termes employés invitent à voir dans le couronnement du second jour le résultat de ce qui a été discuté lors du premier, durant lequel il s’agissait de décider des mesures adéquates à l’obtention du « salut des âmes de tous les fidèles » en sollicitant « ce que suggèr[e] la clémence de notre seigneur Jésus Christ ». Or, les personnes assemblées de nouveau le second jour et décidées à « appeler le roi empereur » ont effectivement reçu le conseil divin, diuino concilio accepto. Il existe donc un lien de causalité entre ces deux premières journées. Il en va de même avec la troisième, car la dignité nouvelle reconnue à Alphonse VII lui vaut d’être désormais apte, grâce au conseil de « tous », à mettre en œuvre « le salut de tout le royaume de l’Hispania », expression qui fait écho à l’objet des discussions de la première journée. Quant aux axes déterminés pour atteindre cet objectif, ils semblent remettre à l’ordre du jour les trois dimensions du programme de gouvernement que rapportait un siècle plus tôt l’abbé Oliba31. La perseuerentia pacis apparaît au travers du rétablissement des « lois et coutumes » et de la lutte contre la mauvaise justice ; la deletio paganorum est évidemment l’objectif des ordres donnés aux habitants des régions frontalières du royaume ; la correctio ecclesiarum transparaît plus faiblement, dans la lutte contre les « magiciens ». Il n’est pourtant pas évident que le roi et son chroniqueur aient voulu ancrer ce programme dans un passé aussi lointain que celui des premières décennies du XIe siècle et celui d’Alphonse VI est amplement suffisant pour fixer un temps de référence idéal. La date choisie pour ce concile n’est d’ailleurs pas insignifiante puisque l’ouverture du concile coïncide jour pour jour avec le cinquantième anniversaire du point culminant de cette époque de référence, à savoir l’entrée d’Alphonse VI dans Tolède le 25 mai 108532.

14Le couronnement impérial de 1135 n’est donc pas inutile. Il fonctionne au contraire comme une déclaration d’intention, par laquelle le roi se donne le rôle dont s’étaient déjà investis ses prédécesseurs : celui d’un pacificateur, d’un organisateur et d’un meneur du combat contre les musulmans. À cette différence près qu’Alphonse VII prétend assumer ces prérogatives au sein de son royaume mais aussi, grâce à la situation privilégiée dont il jouit dans la Péninsule, au nom de certains des territoires voisins. Le titre d’imperator qui est donné au roi se justifie donc moins par la reconnaissance d’une hégémonie qui existe déjà en partie que par l’établissement d’un programme de gouvernement dans lequel cette hégémonie donne au souverain un rôle majeur. Du point de vue du titre impérial, l’événement joue finalement un rôle essentiel puisqu’il revalorise une dénomination qui, depuis la mort d’Alphonse VI, avait surtout été instrumentalisée dans les luttes de pouvoir entre Urraca, Alphonse Ier d’Aragon et Alphonse VII. Le couronnement impérial de 1135 marque donc le début d’une réappropriation de l’idéologie impériale par Alphonse VII.

15Une dernière remarque s’impose encore. Si le programme de gouvernement que fixe l’empereur lors du concile de León n’a rien de très innovant par rapport à celui d’un Sanche III, d’un Ferdinand Ier ou d’un Alphonse VI, le contexte dans lequel il est énoncé fait toute la différence. En réunissant à León « les archevêques, évêques, comtes, nobles, ducs et juges qui se trouvaient dans son royaume », mais aussi ses proches — la reine Bérengère et sa sœur Sancha —, certains de ses vassaux parmi les princes étrangers, notamment le roi navarrais García Ramírez, ainsi qu’« une foule immense de moines et de clercs » et « une plèbe innombrable », c’est à l’ensemble de la population de son royaume et des territoires avoisinants qu’il énonce les nouvelles bases sur lesquelles il entend fonder la signification de son titre impérial. Aussi le concile de León estil significatif non seulement par les faits qui s’y déroulent, mais également en tant que vecteur d’une publicité la plus grande qui soit. Terminus a quo de l’idée impériale d’Alphonse VII, le couronnement impérial est aussi le premier outil employé dans la mise en œuvre d’une stratégie de communication caractéristique de cette dernière étape du phénomène impérial hispanique.

LES VECTEURS DE LA SYSTÉMATISATION

16Comme dans le cas d’Alphonse VI, les diplômes produits au sein de la chancellerie sont les principaux supports de l’idée impériale d’Alphonse VII : à partir de 1135, le vocabulaire de l’imperium envahit littéralement les actes. Mais le remodelage de l’idée impériale passe également par la multiplication des signes qui en attestent l’existence. En ce sens la grande innovation de cette période est la recherche d’autres vecteurs de définition et d’enracinement de cette idéologie. Avec la Chronica Adefonsi Imperatoris, l’expérience alphonsine investit le champ de l’Histoire. Les monnaies, qui commencent à être ornées du titre d’imperator, complètent également l’arsenal de diffusion de l’idée impériale.

a) L’impérialisation du discours diplomatique

  • 33 Sur la chancellerie à l’époque d’Alphonse VII, voir : P. Rassow, « Die Urkunden (1) » ; Id., « Die (...)
  • 34 Sur les relations entre l’empereur et Diego Gelmírez, ainsi que le rôle octroyé à ce dernier dans (...)
  • 35 HC, II, lxxxvii, 7.
  • 36 La concession de 1127 est d’ailleurs confirmée le 15 mars 1133 (HC, III, xxxii) et de nouveau le 1 (...)

17Le règne d’Alphonse VII constitue un tournant dans l’organisation de la chancellerie du royaume de Castille-León, l’officine se consolidant définitivement en un organe de relais du pouvoir33. Le clergé compostellan y est prépondérant durant les dix premières années du règne, dans la continuité de la période précédente durant laquelle l’infant Alphonse Raimúndez trouvait en Galice ses plus fidèles appuis. Une nouveauté de taille apparaît toutefois avec sa montée sur le trône : un chancelier est, pour la première fois dans le royaume, officiellement désigné par l’archevêque de Compostelle, Diego Gelmírez34. En effet, d’après l’Historia Compostellana, Alphonse VII octroya en 1127 liberté à l’archevêque de placer les personnes de son choix aux charges de chapelain et de chancelier35. Le prélat garda pour lui le premier office et délégua le second à Bernard, trésorier de son église, qui chapeauta dès lors le travail de toute une série de clercs compostellans — notarii et scriptores — en une hiérarchie qui reste encore à analyser en partie. Cette décision sanctionne en réalité une longue association du clergé de Compostelle à la chancellerie royale, puisque depuis la fin du XIe siècle on trouve parmi ses notaires des clercs de l’église de saint Jacques. Mais l’Historia Compostellana présente également cette concession, sollicitée par Diego Gelmírez lui-même, comme une manière de rivaliser avec ceux qu’ils présentent comme « adversaires et traîtres ». Il s’agit d’une allusion indirecte à l’importance que prennent dans les offices de la cour les représentants de l’église de Tolède depuis sa reconquête et la restauration de la primatie de son siège archiépiscopal. De fait, à l’issue d’une brouille qui oppose en 1133-1134 Diego Gelmírez au trésorier Bernard, le parti compostellan perd au moins pour un temps le contrôle de la chancellerie au profit des tolédans, même si l’archevêque de Compostelle conserve en théorie le droit de nommer le chancelier36. En juin 1134 apparaît ainsi dans les diplômes un certain Berenguer, archidiacre de Tolède et bientôt évêque de Salamanque, qui dirige la chancellerie jusqu’à l’été 1135. Lui succèdent, pratiquement jusqu’à la fin du règne de l’empereur, le magister Hugo et son assistant le scribe Giraldo. Leurs noms français — Hugues et Gérard — suggèrent qu’ils font partie du cercle de l’archevêque de Tolède, Raymond de Sauvetat. Quant à Giraldo, il pourrait être identifié également avec Gérard de Beauvais, un des auteurs de l’Historia Compostellana. Cela signifierait que l’influence compostellane à la chancellerie aurait perduré, mais à une position subordonnée. Elle semble dans tous les cas ravivée durant les dernières années du règne, avec l’apparition aux côtés du maître Hugo de Juan Fernández, autre clerc compostellan, scriptor puis notarius à partir de 1150, et enfin cancellarius durant un court intervalle de temps en 1156 avant que Pedro González, chanoine de Saint-Jacques, n’occupe cette charge jusqu’à la fin du règne.

  • 37 A. Millares Carlo, « La cancillería real », pp. 254-255.
  • 38 CAI, I, 70.
  • 39 « Ego, igitur, Adefonsus, Dei gratia imperator Hispaniarum, una cum coniuge mea, imperatrice domna (...)
  • 40 « Die Pentecosten, quo rex supradictus Legione coronam sumpsit, […], imperante rege Adefonso in To (...)

18L’examen des actes montre clairement que le changement de direction à la tête de la chancellerie à partir de 1134 inaugure un grand moment de rationalisation des usages diplomatiques37. Mais il montre surtout que le couronnement du 26 mai 1135 en marque le point de départ. Le nouveau personnel de chancellerie a de toute évidence joué un rôle essentiel dans le renouveau de l’idée impériale d’Alphonse VII. Le jour même, les scribes qui composent les actes par lesquels, selon la CAI, Alphonse VII « ordonna la concession de nombreux dons »38 ne se contentent pas de commémorer l’événement dans leur datation. Ils font preuve d’une réactivité bien plus grande à l’heure d’entériner les conséquences de la cérémonie. Ainsi, la reine Bérengère, qui suscrit conjointement à son époux, est intitulée pour la première fois imperatrix dans plusieurs de ces actes39. Quant au roi, si sa titulature ne change pas, la fonction qu’il exerce est sensiblement différente, puisqu’il n’est plus présenté comme regnante en Castille et León, mais comme imperante40. Ces innovations ne constituent que l’avantgoût d’une véritable impérialisation du discours diplomatique.

19D’abord, le vocabulaire de l’imperium envahit les formules les plus ostentatoires des protocoles initial et final des diplômes. On abordera ici l’intitulatio, la corroboratio et la datatio, formules les plus à même de véhiculer une certaine image de la royauté puisqu’elles sont le lieu où s’expriment les titres et fonctions des personnes impliquées dans le diplôme.

  • 41 Madrid, RAH, Colección Salazar, leg. C, carp. 2, n° 4, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under (...)
  • 42 J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 21 (novembre 1156) ; A. Andrés, « Documentos inéditos » (...)
  • 43 P. Rassow, « Die Urkunden (1) », pp. 412-413.
  • 44 Voir B. Merta, « Die Titel Heinrichs II. und der Salier ».
  • 45 Voir l’analyse d’I. H. Garipzanov, « Communication of Authority » (article repris en grande partie (...)
  • 46 R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 218-220.

20Une première remarque concerne la titulature d’Alphonse VII — imperator Hispaniae. Sa formulation n’évolue pas après mai 1135, ses variantes se limitant à l’apposition de totius au génitif Hispaniae, ou encore au pluriel Hispaniarum comme alternative à totius Hispaniae. Cette titulature est par contre désormais systématique, ce qui signifie la disparition du titre royal. Pour renouveler l’idée impériale alphonsine, les notaires royaux n’ont donc pas misé sur une reformulation du titre octroyé au souverain. Ce n’est qu’à l’extrême fin du règne qu’une innovation apparaît en la matière, introduite par le chancelier Pedro. À partir d’avril 1156, Alphonse VII est en effet volontiers intitulé « pius, felix, inclitus, triumphator ac semper inuictus, totius Hispanie diuina clementia famosissimus imperator »41, ou parfois, plus simplement, « totius Hispanie diuina clementia famosissimus imperator »42. Peter Rassow faisait de la première variante de cette titulature une imitation d’un modèle propre à la chancellerie de l’empereur germanique43. En réalité, si ces termes sont effectivement employés au gré des variantes de la titulature des empereurs saliens44, c’est déjà en écho aux pratiques romaines tardo-antiques et byzantines, dont les Carolingiens s’étaient eux-mêmes inspirés45. Quant au superlatif famosissimus, son usage n’est qu’à peine attesté dans le latin classique. Par contre, il caractérise Charlemagne dans quelques actes datant de son règne46. Pedro aura ainsi voulu valoriser encore davantage la dignité de son seigneur, si ce n’est en imitant ses contemporains allemands, tout au moins en remettant au goût du jour une nomenclature impériale éprouvée depuis longtemps.

  • 47 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 153.
  • 48 En réalité on a eu l’occasion de constater qu’en deux occasions l’épouse de Ferdinand Ier fut auss (...)
  • 49 Bérengère n’est en réalité présente qu’à deux reprises dans la CAI avant cette date, et désignée e (...)
  • 50 Sur les circonstances de ces secondes noces, voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso V (...)
  • 51 « Ego Adefonsus, Hispanie imperator, una cum uxore mea Rica imperatrice », L. Serrano, El obispado (...)

21La titulature d’Alphonse VII reste donc invariable jusqu’à l’extrême fin de son règne. Il n’en va en revanche pas de même pour celle de son épouse. Depuis son mariage avec la princesse catalane Bérengère, en novembre 1127, Alphonse VII émet la grande majorité de ses actes « una cum coniuge/uxore [sua] regina Berengaria »47. Or, nous venons de constater qu’à partir du jour même du couronnement impérial, le titre d’imperatrix lui est attribué. Un tel titre n’est pas une nouveauté dans le royaume : la reine Urraca l’avait adopté à quelques reprises à l’époque de sa rupture avec son époux aragonais. Mais la distinction octroyée à Bérengère est bien une innovation, car le qualificatif ne désigne plus cette fois la détentrice du pouvoir, mais l’épouse de l’empereur48. En procédant ainsi, le personnel de chancellerie renforce donc l’impression que le titre d’imperator que revendique Alphonse VII exprime une fonction, qui détermine du même coup celle de son épouse. Cette évolution est très claire dans la CAI où, à l’instar d’Alphonse VII, Bérengère n’est désignée par le titre impérial qu’après mai 113549. Bérengère n’est toutefois pas systématiquement intitulée imperatrix dans les diplômes. Le qualificatif cohabite encore avec celui de regina jusqu’à sa mort en février 1149 et il arrive également qu’elle n’apparaisse que comme uxor ou coniux d’Alphonse VII, sans qu’aucun titre ne lui soit octroyé. Cette tendance évolue avec la seconde épouse d’Alphonse VII, la Polonaise Rica50. Sa première apparition diplomatique fiable est datée du 25 novembre 1152. C’est également le premier acte où elle est intitulée imperatrix51, titre qui lui est dès lors constamment attribué dans les actes émis au sein de la chancellerie alphonsine.

  • 52 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 151.
  • 53 L’expression est d’Amaria Arizaleta, qui étudie le phénomène dans les actes des successeurs castil (...)
  • 54 Avant 1135, certaines datations événementielles sont également formulées, comme dans ces deux dipl (...)
  • 55 On précise qu’une bonne partie de ces 760 actes est considérée comme inauthentique selon Reilly.
  • 56 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 199.

22L’investissement du formulaire diplomatique par le vocabulaire de l’imperium est par ailleurs manifeste, on l’a vu, dans la datation des diplômes dès le couronnement de mai 1135. À partir de cette date, en effet, la chronologie du règne est décomptée en fonction du nombre d’années passées depuis l’événement ou, à la façon de la formule anno regni utilisée dans certains scriptoria, des « années de l’empire ». Ces innovations touchent la plupart du temps non pas la formule de datation elle-même, mais la corroboration royale. Toutefois on observe aussi une transformation de la manière de dater les actes. Avant mai 1135, la datation des diplômes d’Alphonse VII demeure fidèle au schéma traditionnellement utilisé. Elle comprend le lieu de leur rédaction et la date exprimée selon le calendrier romain et l’ère hispanique. Dans quelques cas, une formule en regnante vient compléter ces mentions pour préciser qu’Alphonse VII est alors le souverain régnant sur León et Tolède52. Notons au passage que dans ces actes la notion de regnum-imperium, un des vecteurs privilégiés du phénomène impérial entre les IXe et XIe siècles, a disparu. Néanmoins, dès 1134, une première évolution se fait jour avec la prise de fonction du chancelier Berenguer : la formule en regnante apparaît régulièrement et l’énumération des territoires gouvernés par Alphonse VII prend une ampleur nouvelle, avec la mention de Tolède, León, la Castille, Nájera, Saragosse, l’Estrémadure, en des combinaisons variables. Sous l’égide des deux successeurs de Berenguer, le magister Hugo et le scribe Giraldo, la date topographique et la date chronique demeurent inchangées. Elles sont en revanche souvent complétées par la mention d’un ou plusieurs événement(s) contemporain (s) constitués en « micro-récits diplomatiques »53 mettant en scène l’empereur Alphonse VII dans ses diverses activités : réception de la couronne impériale, accueil d’un nouveau vassal, conquête ou expédition en al-Andalus, visite d’un légat pontifical, mariage princier, etc.54. Ces circonstances diverses et parfois combinées — dont la signification revêt un rôle précis dans l’élaboration de l’idée impériale alphonsine, ce sur quoi nous reviendrons précisément plus loin — sont présentes dans environ 250 des 760 actes référencés par Reilly55 entre le couronnement impérial d’Alphonse VII le 26 mai 1135 et sa mort le 21 août 1156. Elles font de la datation des diplômes « une plate-forme de publicité des actions de l’empereur »56, ce qui révèle la conscience aiguë qu’avait le personnel de la chancellerie du potentiel de communication de ce type d’outils. Elles sont également autant d’occasions de mentionner la dignité impériale d’Alphonse VII puisque l’empereur en est toujours le protagoniste. Par ailleurs, la formule en regnante est elle-même touchée. On ne s’intéressera pas pour le moment au nombre grandissant de territoires qui y sont énumérés mais simplement à la modification substantielle qui affecte le participe présent l’introduisant : regnante est systématiquement remplacé par imperante. Cette substitution semble suivre la même logique que celle qui a amené à abandonner le titre de regina pour celui d’imperatrix puisqu’elle tend à véhiculer encore une fois l’idée que la cérémonie de 1135 a entraîné une évolution du pouvoir d’Alphonse VII. Aussi ne règne-t-il plus, cette prérogative ayant disparu au profit de l’exercice de l’imperium.

23Une seconde caractéristique de l’impérialisation du formulaire diplomatique postérieurement à 1135 concerne l’introduction de ce même vocabulaire de l’imperium au sein de formules en apparence moins propices à la propagande monarchique, parce qu’elles sont considérées comme rhétoriques, ou au contraire comme les vecteurs d’un contenu d’abord juridique. On s’attachera ici particulièrement aux préambules et, dans une moindre mesure, aux clauses de la documentation alphonsine.

  • 57 Voir M. E. Martín López, « Fuentes para el estudio de la retórica », en particulier pp. 318-319. L (...)
  • 58 Voir, par exemple : « Ea que a regibus sunt data adque concesa, ne posterii eorum obliuiscantur op (...)
  • 59 « Sicut in omni contractu condiciones ualere imperialis testatur auctoritas, sic etiam iusticie ra (...)
  • 60 « Decet inter ceteros homines regiam siue precipue inperatoriam potestatem aliquem sibi bonum et f (...)
  • 61 « Decet inter ceteros homines regiam siue imperatoriam praecipue potestatem, quoniam plura ceteris (...)
  • 62 L’association des « rois et empereurs » dans un préambule évoquant cette thématique apparaît le 7 (...)
  • 63 « Decet omnem potestatem et precipue maiestatem imperatoriam deum a quo habet esse et sponsam eius (...)

24Les sentences éthiques et religieuses ou encore les règles solennelles concernant l’écrit diplomatique que constituent les préambules sont assez rares dans les diplômes castellano-léonais jusqu’au début du XIIe siècle. Avec le règne d’Alphonse VII, elles tendent toutefois à se multiplier57. Une forme de préambule est ainsi récurrente, qui énonce la nécessité de mettre par écrit les décisions des rois afin qu’elles ne sombrent pas dans l’oubli58. Or, au début du règne, ce sont les décisions a regibus qui sont évoquées, tandis que, à partir de 1136, cette même formule mentionne les décisions a regibus siue ab imperatoribus59. La même évolution doit être distinguée dans les préambules qui rappellent la nécessité pour les souverains de favoriser et rétribuer leurs fidèles serviteurs60, les ecclésiastiques et leurs établissements61, ou encore de gouverner en suivant la loi divine62. Les scribes ont donc voulu signifier que le détenteur du pouvoir, dans leur royaume, n’était pas un simple roi, mais aussi un empereur. Enfin, à partir de 1144 et plus particulièrement après 1155, certains de ces préambules ne mentionnent plus que le titre impérial63.

  • 64 Quelques exemples : « et pectet imperatori centum libras auri purissimi », A. Quintana Prieto, El (...)
  • 65 Voir « L’imperium et ses variantes dans les actes », p. 70.
  • 66 « Sane si quis in crastinum archiepiscopus, episcopus, imperator aut rex, princeps aut dux, come s (...)

25Certaines clauses se sont révélées également investies par la fonction impériale. Parmi les sanctions pénales insérées dans les diplômes, il est souvent question des amendes encourues par les personnes qui iraient à l’encontre des dispositions détaillées dans l’acte, dont une partie revient généralement au roi. Or, dans environ un cinquième des cas, il ne s’agit plus d’amendes payées au « roi », mais à « l’empereur »64. Il n’y a toutefois pas là innovation totale puisque déjà les chartes léonaises des Xe-XIe siècles présentaient des clauses incluant, sinon le qualificatif imperator, du moins le verbe imperare65. Participe-t-il donc du processus d’impérialisation d’ensemble des diplômes, ou uniquement de la continuité de cette pratique diplomatique ancestrale ? L’investissement des clauses par le champ lexical de l’imperium est en tout état de cause cette fois limité, ce que confirme l’analyse d’un autre type de ces formules. En effet, il est parfois signifié que personne, quelle que soit sa condition, ne peut aller à l’encontre des décisions prises dans l’acte. Ce type de clause contient à toutes les époques une énumération des titres et/ou fonctions de ceux dont on affirme qu’ils ne peuvent violer les dispositions établies : roi et princes, comtes et vicomtes, clercs et laïcs, etc. Or, au sein de ces énumérations, on n’a eu l’occasion d’observer qu’à de très rares reprises le titre d’imperator66.

26Enfin, un dernier point d’analyse tient à l’intégration dans les actes d’Alphonse VII d’une représentation graphique de la dignité impériale qu’il assume, au travers de l’usage du signum et du sceau. Plus présent, le vocabulaire de l’imperium est aussi visuellement plus affirmé.

  • 67 Voir notamment P. Rassow, « Die Urkunden (1) », p. 367.
  • 68 Ibid., pp. 375-377.
  • 69 Edité par A. López Ferreiro, Historia de Santiago, t. IV, n° 6. Réédité par la suite par T. Marín (...)
  • 70 Le privilège est par la suite confirmé par les rois de León Ferdinand II (15 septembre 1158) et Al (...)

27Suivant peut-être l’exemple fourni par la chancellerie d’Alphonse Ier d’Aragon, le seing est en effet parfois accompagné de la légende signum imperatoris. Mais l’initiative est encore une fois plus large puisque la légende est intégrée directement au dessin du seing. Au début de son règne, le seing d’Alphonse VII est, à la manière de ceux de ses prédécesseurs, constitué de l’anagramme du signum regis (un S et un R entrelacés) suivi du signum personnel du roi, sous forme de monogramme, et de l’abréviation des termes subscripsi ou confirmans67. Plus tard, une seconde forme apparaît : le monogramme est abandonné et le signum consiste alors en une croix latine inscrite dans une sorte de mandorle, elle-même insérée dans un rectangle68. Dans l’espace intermédiaire situé entre les deux figures, on peut lire la légende signum imperatoris. Le premier type est utilisé tout au long du règne, même s’il est de moins en moins fréquent après 1135. Par contre, nous n’avons pas trouvé d’exemple du second type dans la documentation antérieure au couronnement. Le lien de cause à effet peut donc probablement être établi entre le couronnement impérial et l’évolution du signum. Un acte original d’Alphonse VII est particulièrement représentatif de cette évolution. Le 18 mars 1131, le roi octroie au maître d’œuvre et aux ouvriers de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle un privilège d’exemption69. La corroboration est accompagnée du signum regis sous la forme du monogramme décrit plus haut. Le 28 avril 1136, l’empereur confirme ce privilège et un nouveau seing valide l’acte70. Mais il s’agit cette fois du signum imperatoris.

  • 71 Sur l’introduction des sceaux dans les pratiques de la chancellerie royale castellano-léonaise, vo (...)
  • 72 F. Menéndez Pidal de Navascués, Apuntes de sigilografía, p. 109, évoque une référence peu concrète (...)
  • 73 Ibid., p. 116.
  • 74 R.-H. Bautier, « Échanges d’influence dans les chancelleries », réédité dans Id., Chartes, sceaux (...)

28L’usage des sceaux est également l’occasion de symboliser graphiquement la dignité impériale71. On ne conserve que quelques-uns de ces sceaux de cire qui commencèrent à être attachés à certains mandements et diplômes solennels de l’empereur en signe de validation et dont les plus anciennes mentions remontent à 113872. Il est possible que cette nouvelle pratique ait été introduite en 1135, au moment où Hugo et Giraldo prirent la direction de la chancellerie royale73. Les six empreintes connues sont issues de deux matrices différentes, quoique assez similaires. Dans les deux cas, Alphonse VII est représenté en majesté, assis, portant sur sa tête une large couronne, un sceptre dans la main gauche et une petite boule dans la main droite. L’image en majesté de la royauté est classique des sceaux utilisés par la plupart des monarques de l’Occident chrétien à cette époque. Il n’est cependant pas inintéressant d’en rappeler l’origine74. Inspiré de la figuration byzantine du basileus, cette représentation apparaît pour la première fois en Occident sur les sceaux de l’empereur Othon Ier et coïncide avec la rénovation de l’Empire en 962. Elle évolue sous le règne d’Othon III pour représenter à partir de 997, c’est-à-dire après qu’il a été couronné empereur, le roi sur son trône, tel qu’on le retrouve sur les sceaux d’Alphonse VII. Son usage en Castille-León témoigne donc peut-être encore une fois du rapprochement avec les pratiques du monde ultra-pyrénéen caractéristique de la période. Il montre surtout la volonté de souligner la fonction impériale renouvelée d’Alphonse VII, ce que confirme d’ailleurs la légende insérée sur le pourtour du sceau : + adefonsvs impe[r] ator hispaniae dans le cas de la première matrice ; + adefonsvs impebat [or h] ispaniae dans le cas de la seconde.

29La rationalisation des usages diplomatiques à partir de 1135 passe donc par une impérialisation des formules, qui a pour effet de démultiplier les mentions de la fonction impériale dans les actes. En outre, cette systématisation, visible surtout dans une série de formules stéréotypées, touche aussi le cœur du texte des diplômes. En effet, le titre impérial d’Alphonse VII tend à remplacer celui de rex également dans le reste du discours diplomatique. À l’intérieur du dispositif de ses actes, il est le plus souvent désigné par ce terme. Au sein des listes de témoins et souscriptions, celui-ci est également de plus en plus présent. Au début du règne les différents membres de la cour confirment en tant que maiordomus regis, cancellarius regis, alferez regis, soror regis, etc. Or, à partir de la fin du moins de mai 1135, regis commence à faire place parfois à imperatoris, mais pas encore de manière systématique. Par la suite, il devient rare de lire le génitif regis dans la confirmation des témoins ou dans les diverses souscriptions.

30L’effet produit par l’accumulation des nouveaux usages évoqués dans les pages qui précèdent est saisissant : la fonction royale disparaît au profit de la fonction impériale. En modifiant certains usages, en en introduisant d’autres, les notaires du royaume ont donc contribué à faire d’Alphonse VII un empereur.

b) La Chronica Adefonsi Imperatoris et la Praefatio de Almaria

31Les diplômes sont ainsi les principaux vecteurs de l’offensive idéologique menée par Alphonse VII. Mais pour qu’il devienne celui que des siècles plus tard on appellerait encore « l’empereur Alphonse VII », d’autres outils ont été sollicités. Le plus innovant parmi ceux-ci est sans doute celui que fournit l’ensemble narratif constitué par la Chronica Adefonsi Imperatoris et la Praefatio de Almaria (ou Poème d’Almería).

  • 75 B. Guenée, Histoire et culture historique, pp. 332 sqq.
  • 76 Ibid., pp. 333-334.
  • 77 HC, I, ii-iii.
  • 78 Tout au moins pas au premier abord, car il est vrai que l’auteur, « omettant l’ordre naturel » com (...)
  • 79 Sur la valorisation de la CAI, notamment au sein de la production historiographique de l’époque, v (...)

32Le rôle idéologique qu’est susceptible de jouer l’écriture historique n’est, au milieu du XIIe siècle, pas nouveau75 et Alphonse VII, en faisant rédiger avant sa mort l’histoire de son règne, ne fait que répéter une pratique ancestrale. Ce choix de la légitimation par l’Histoire donne toutefois lieu à une construction historiographique originale. En effet, la propagande historique tire la plupart du temps son pouvoir légitimant du passé76. Ainsi, les œuvres historiographiques écrites dans la Péninsule depuis le VIIIe siècle constituent d’abord l’histoire de dynasties, qui tirent elles-mêmes leur légitimité d’ancêtres plus ou moins lointains. L’Historia Compostellana elle aussi commence par évoquer les premiers prélats d’Iria puis de Compostelle avant de relater les actions admirables du glorieux Diego Gelmírez77. Dans la CAI, à l’inverse, le passé ne fonde pas la légitimité du présent78 puisqu’une des originalités de ce texte est qu’il donne naissance au genre de la biographie royale, dont il n’existait jusqu’alors pas d’exemple en Péninsule79.

  • 80 A. Ubieto Arteta, « Sugerencias sobre la CAI », p. 325.
  • 81 « Gesta Adefonsi imperatoris […] describere », CAI, Prefatio.
  • 82 « Nunc autem ad maiora conscendentes uersibus ad remouendum carminis variatione tedium », CAI, II, (...)
  • 83 Sur la tonalité épique de la PA, voir H. S. Martínez, El « poema de Almería ».
  • 84 M. Pérez González, « Influencias clásicas y bíblicas ».

33À une date qu’on peut situer entre août 1147 et le début de l’année 1149 — c’est-à-dire entre la conquête d’Almería, sur les préparatifs de laquelle s’achève l’œuvre, et la mort de l’impératrice Bérengère, que la chronique évoque comme toujours vivante80 —, un clerc anonyme entreprit « d’exposer les hauts faits de l’empereur Alphonse »81. En deux livres, la CAI relate les faits allant de la mort en 1126 de la reine Urraca jusqu’à la campagne d’Almería en 1147. Le premier livre est consacré aux luttes que mène le souverain contre les princes et rebelles chrétiens dans la première partie de son règne, étape durant laquelle a également lieu son couronnement impérial. Le second livre est alors consacré aux conflits qui l’opposent aux musulmans. Cette partie consiste essentiellement en la description des campagnes successives menées par l’empereur contre les berbères Almoravides puis Almohades, ainsi que des rébellions internes aux territoires musulmans et dont l’empereur s’efforce de tirer bénéfice, avec un aboutissement spectaculaire : la conquête d’Almería. Pour faire le récit de cette campagne grandiose et éviter l’ennui du lecteur, le chroniqueur se transforme en poète82. C’est donc sur un ton épique que la PA fait une description en vers des chefs de guerre et troupes présents lors de cette campagne83. La Chronique d’Alphonse VII et le Poème d’Almería se distinguent aussi de la production historiographique antérieure par leur style. Si on y retrouve le schéma providentialiste propre aux chroniques chrétiennes, la CAI apparaît comme une œuvre vivante, en rupture avec le ton annalistique et le caractère compilatoire parfois adopté par les chroniqueurs. Son auteur anime ainsi le récit grâce aux nombreux dialogues rapportés de ses protagonistes et son style est, en dehors des citations bibliques et influences classiques qui ponctuent l’œuvre84, original puisqu’il n’a apparemment pas eu recours à la compilation. Par ailleurs, la rupture poétique de la PA constitue une singularité à elle seule. Toutefois, au milieu du vers 386, le récit est brusquement rompu et le propos de l’auteur demeure inachevé.

  • 85 Hypothèse formulée au XVIIIe siècle par Ferreras, et reprise entre autres par A. Quintana Prieto, (...)
  • 86 « … Sicut ab illis qui uiderunt didici et audiui », CAI, Prefatio.
  • 87 M. Pérez González, Crónica del Emperador, pp. 21-22.
  • 88 PA, v. 8.

34Il ne fait presque aucun doute que ce texte historiographique fut rédigé à la demande du roi et pour légitimer la fonction impériale dont il revendiquait le renouveau dans ses diplômes depuis plus d’une dizaine d’années déjà, et que la récente conquête d’Almería illuminait d’une gloire sans précédent. L’identité du chroniqueur ne peut être déterminée avec certitude, même si l’hypothèse qui fait de l’évêque Arnaldo d’Astorga son auteur est la plus plausible85. Il s’agissait cependant de toute évidence d’un personnage très proche du roi et de la cour car, bien qu’il affirme n’écrire que ce qu’il a « appris et entendu de ceux qui ont vu » les actions du roi86, la minutie de certaines descriptions exige qu’il ait été témoin des événements relatés ou tout au moins dans la confidence de leurs acteurs87. Il semble en outre désireux de répondre à une demande, comme le laisse entendre l’aval impérial qu’il sollicite — si complacet imperatori88 — au moment d’entamer en vers le récit de la conquête d’Almería. Surtout, la similitude entre les effets produits par le couronnement de 1135 et par les innovations diplomatiques étudiées précédemment, et la réélaboration chronologique du règne proposée par le chroniqueur soulignent clairement le rôle que devait jouer le texte dans l’enracinement de l’idéologie impériale. Ignorant une décennie entière d’actes diplomatiques, l’auteur de la CAI oppose très précisément deux moments du règne d’Alphonse VII, en l’intitulant uniquement rex dans les soixante-neuf premières notices du livre I, alors qu’il devient imperator dans la suite du texte, c’est-à-dire après qu’a eu lieu la cérémonie de León. La CAI entérine ainsi l’objectif que s’était donné Alphonse VII en se faisant couronner empereur : réinitialiser cette dignité impériale dont il faisait usage dans ses actes depuis sa montée sur le trône.

  • 89 Voir plus haut « Terminus a quo : le couronnement impérial de 1135 », p. 312.

35L’auteur de la CAI et de la PA ne se contente toutefois pas de reconstruire la chronologie de l’idée impériale alphonsine. Il participe aussi à en expliciter la signification, n’hésitant pas non plus à jouer avec la véracité historique. Ainsi apporte-t-il un surcroît de légitimité au couronnement impérial en antidatant certains faits, comme l’hommage du comte barcelonais Raymond Bérenger IV qu’il présente comme antérieur à 1135, alors qu’il n’eut lieu que quelques années plus tard89. Il ne s’agit cependant là que d’un des aspects par lesquels la CAI et la PA participent à la définition du système impérial alphonsin, que nous détaillerons bientôt.

c) Les monnaies frappées du titre IMPERATOR

  • 90 Sur les monnaies d’Alphonse VII, voir le panorama complet offert par A. Roma Valdés, Moneda y sist (...)

36Afin d’assurer la plus grande visibilité possible à son titre d’imperator, Alphonse VII a enfin su tirer parti des possibilités que recèle le support monétaire. Du règne de l’empereur on a conservé une grande diversité de types de monnaies90, dont un groupe se distingue pour notre propos : celui dont une face est frappée du titre imperator.

  • 91 A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, pp. 70 et 87.
  • 92 Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 22-32.
  • 93 Voir les réflexions et la bibliographie correspondante dans « Sanche III a-t-il porté le titre d’i (...)

37Il est difficile de déterminer avec exactitude la date à laquelle cette légende est apparue. Les numismates ont eu pour habitude de les assigner à une période postérieure à 1135 et antérieure à 1157, en référence au couronnement impérial et à la mort de l’empereur. Pour Roma Valdés il n’est cependant pas possible de l’affirmer de manière catégorique91. En tout état de cause, la multitude des monnaies et des types comportant une telle légende92 est un signe très clair de la volonté de faire connaître le plus largement possible la dignité impériale d’Alphonse VII. Ce ne sont plus seulement les récipiendaires des diplômes, ni le groupe restreint des lecteurs et auditeurs de la CAI et de la PA qui sont visés, mais l’ensemble de la société péninsulaire susceptible de manier ces objets, par définition amenés à circuler. Ce dessein aurait d’ailleurs peut-être dépassé les frontières du royaume de Castille-León, si l’on admet l’attribution à Alphonse VII de la monnaie que nous avons évoquée au chapitre iii de cette étude, dont l’avers porte la légende imperator, et le revers naiara. Pour Eloísa Ramírez Vaquero et Miguel Ibáñez Artica, cette mention renforçait le positionnement de l’empereur en arbitre des conflits opposant les nouveaux rois de Pampelune et d’Aragon à la suite de la mort d’Alphonse Ier d’Aragon93.

38Couronnement solennel, nouveau formulaire diplomatique, chronique officielle, matrices monétaires originales… Les moyens mis en œuvre pour assurer la publicité de la dignité impériale d’Alphonse VII témoignent d’une manière innovante de penser la diffusion de la propagande monarchique. La stratégie de communication adoptée par les idéologues au service du souverain est d’abord fondée sur une systématisation du titre impérial, elle-même relayée par la multiplication des supports susceptibles de l’exhiber. En conséquence, la première spécificité de l’expérience impériale d’Alphonse VII est son caractère manifeste. D’un point de vue matériel, l’idéologie impériale d’Alphonse VII semble donc s’ériger fondamentalement selon le principe d’une recherche d’efficacité. Or, la même logique prévaut à son élaboration conceptuelle.

II. — UN EMPIRE PRAGMATIQUE

L’IMPERIUM : UN MONOPOLE D’ALPHONSE VII

  • 94 Voir à la fin de « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ier, Urraca et Al (...)

39L’idée d’une prérogative impériale réservée à Alphonse VII prévalait déjà lors des négociations de la paix de Támara en 1127. Outre le réglement du conflit territorial qui opposait le roi léonais à son rival aragonais, l’accord stipulait le droit exclusif qu’avait le premier à utiliser le titre d’imperator, ce qui avait amené le second, selon la Chronique de San Juan de la Peña, à refuser par la suite qu’on lui attribuât ce qualificatif94. Avec le renouvellement idéologique commencé en 1135, le monopole que détient Alphonse VII sur l’imperium se manifeste de nouveau.

  • 95 Avant 1135, dans quelques actes l’imperium semble être employé pour désigner, de manière tradition (...)
  • 96 Dans deux cas, il est fait référence de manière très générale à l’imperium des principes : le 15 m (...)
  • 97 I. Oceja Gonzalo, Documentación de San Salvador de Oña, n° 51 (1133) ; Madrid, RAH, Colección Sala (...)

40Ainsi assiste-t-on à une réservation du champ lexical de ce terme à la qualification de son autorité. Ce vocabulaire est d’ailleurs peu employé en dehors des usages nouveaux étudiés précédemment. Quelques occurrences d’un ius imperialis ou d’une imperialis potestas sont apparues, dont on ne saurait dire si elles désignent l’autorité au sens large ou l’autorité « impériale »95. En outre, le champ lexical de l’imperium tend à ne plus être employé pour désigner l’autorité d’autres personnes que le souverain96. La disparition de la formule d’exposé en nullius cogentis imperio…, entamée dès le règne d’Alphonse VI, est consommée. Les diplômes dans lesquels elle apparaît97 sont tous suspects aux yeux de Reilly. Enfin, dans la CAI, le vocabulaire de l’imperium n’est pas non plus utilisé pour d’autres personnes que l’imperator.

  • 98 Ces questions font l’objet d’une attention particulière dans « La séparation de la Castille et du (...)
  • 99 Les informations de ce paragraphe sont notamment tirées de B. F. Reilly, León-Castilla under king (...)
  • 100 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 205.
  • 101 Voir J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, nos 12, 14, 22 et J. M. (...)

41Par ailleurs, ce monopole s’établit également dans le temps. Les historiens de l’idée impériale hispanique ont toujours eu quelque difficulté à expliquer la brusque disparition du titre d’imperator après le règne d’Alphonse VII, ainsi que le peu de cas que ce souverain semblait faire de la préservation de son œuvre impériale en organisant la division de son empire entre ses fils98. Si on suit la documentation, cet embarras n’a pourtant pas nécessairement lieu d’être car elle montre qu’Alphonse VII ne concevait peut-être pas sa dignité impériale comme une solution de continuité. Si l’auteur de la CAI n’envisage aucun futur pour la fonction impériale, c’est peut-être parce qu’il n’a pas eu l’occasion d’aborder ce point, dans la mesure où son récit s’arrête brusquement en 1147. Concernant les diplômes en revanche, il est rare que l’éventualité d’un prochain imperator s’y fasse jour, même dans les parties du discours diplomatique qui permettent une certaine projection vers le futur. Ainsi, dans les clauses évoquant les éventuels contrevenants aux dispositions d’un acte, l’énumération des fonctions laïques et religieuses est destinée à envisager l’ensemble des personnes qui pourraient dans le futur outrepasser son contenu et ainsi en sauvegarder la validité dans la durée. Or, la dignité d’imperator, comme il a été observé précédemment, n’y est qu’assez rarement stipulée. Demeurent ces préambules évoquant les « rois ou empereurs ». Il s’agit d’une des rares parties du discours diplomatique qui maintient la fonction royale, donnant à penser que son contenu, général par définition, a également une valeur intemporelle : il laisse en suspens la possibilité soit d’un futur empereur, soit d’un futur roi. Mais on a vu aussi qu’à la fin du règne les « rois » disparaissent de la formule, comme si la fonction impériale d’Alphonse VII l’avait finalement emporté. Toutefois, la mention des « empereurs » cesse brusquement avec la mort d’Alphonse VII, alors que la chancellerie de ses fils reproduit à l’identique les préambules introduits dans ses diplômes. Est-ce parce qu’ils ne sont euxmêmes pas encore investis de la fonction impériale, ou parce que celle-ci n’était pas transmissible ? Une particularité au sein de la documentation diplomatique de Sanche III permet peut-être d’avancer une réponse à cette question99. En 1152, le fils aîné de l’empereur, qui depuis 1146 confirme puis suscrit les diplômes de son père100, se voit reconnaître un apanage constitué de la Rioja, de la Castille orientale et de la région de Soria. Dès lors, il possède sa propre cour et émet des actes en son nom. On connaît ainsi une trentaine de chartes du futur Sanche III émises avant la mort de son père. Ces actes sont rédigés par un scribe personnel, Martín, qui suit en grande partie le formulaire propre à la chancellerie impériale. On y retrouve notamment l’habitude de dater les actes en référence au règne d’Alphonse VII, introduit par le participe présent imperante, et à des événements contemporains, ainsi que la mention des vassaux de l’empereur. Y sont employés également les mêmes thèmes de préambule. Toutefois, dans ces préambules, la fonction impériale n’est pas évoquée et il n’est question que des « rois » qui doivent doter les églises ou mettre par écrit leurs actes afin qu’ils ne sombrent pas dans l’oubli101. Aussi, il semblerait d’après ces diplômes que la fonction impériale était considérée comme propre à Alphonse VII et n’était pas destinée à être perpétuée.

  • 102 Voir « Vers un empire néogothique ? », pp. 219-220.
  • 103 Voir « Une titulature impériale inconsistante ? », pp. 307-308.
  • 104 Le premier date du jour du couronnement. Alphonse VII y confirme au monastère de San Pedro d’Arlan (...)
  • 105 Voir l’introduction de « Des entraves à prendre en compte », p. 300. L’idée est relayée par un gra (...)
  • 106 Il s’agit de la confirmation d’une donation du roi aragonais — « donationem illam quam fecit imper (...)

42Apparemment non projetée vers le futur, la fonction impériale d’Alphonse VII n’est en tout cas pas non plus présentée comme un héritage du passé, à la différence de l’évolution observée durant le règne d’Alphonse VI102. Ce dernier n’est d’ailleurs guère plus souvent désigné par le titre d’imperator qu’il ne l’avait été avant 1135103. Si on a attribué ce désintérêt, pour cette première période, à une utilisation du titre impérial qui s’expliquait d’abord dans le cadre de la rivalité avec le Batailleur, une telle explication ne se justifie plus après le couronnement impérial. Et pourtant, parmi les 46 diplômes d’Alphonse VII postérieurs à cette date dans lesquels une référence à Alphonse VI a été observée, deux seulement lui attribuent le titre d’imperator104. De toute évidence, la dignité impériale qu’avait autrefois revendiquée Alphonse VI n’intéresse pas les notaires de son petit-fils. L’auteur de la CAI ne la mentionne pas non plus, quand bien même son règne est considéré, on l’a vu, comme un point de référence dans le passé. Cette idéalisation n’est liée qu’à l’image de paix et d’ordre qu’il symbolise105. Le titre d’imperatrix dont Urraca a plusieurs fois fait usage n’est pas non plus rappelé, ni dans les diplômes, ni dans la CAI. Exception à la règle, un unique diplôme évoque le titre d’imperator que porta Alphonse Ier d’Aragon106.

43Particulièrement soucieux de communiquer sa dignité impériale renouvelée, Alphonse VII semble avoir aussi cherché à scrupuleusement écarter tout élément qui aurait pu la rendre confuse. L’élimination du champ lexical de l’imperium pour tout ce qui n’a pas rapport à l’empereur prend sens dans la logique d’efficacité qui préside à l’élaboration du système impérial. Se dessine aussi une volonté expresse de faire de la construction impériale d’Alphonse VII une expérience unique, en la détachant de celle de ses prédécesseurs et en ignorant peut-être même la possibilité de sa transmission. Alphonse VII s’assure donc le monopole historique de l’imperium, ce qui ne manque pas d’être paradoxal, dans la mesure où la titulature impériale qu’il continue à employer jusqu’à la fin de son règne vient bien, elle, du passé. Cette dualité entre rupture et tradition se retrouve également dans la signification donnée à l’idéologie impériale forgée.

L’EMPIRE ENTRE TRADITION ET INNOVATION

a) Un empire conquérant

  • 107 CAI, I, 70.

44La mission principale de l’empereur Alphonse VII, d’après l’auteur de la CAI, est d’assurer « le salut des âmes de tous les fidèles »107. C’est d’ailleurs la mise en œuvre réussie de cet objectif qui, aux dires du chroniqueur, justifie la mise par écrit de l’histoire du règne d’Alphonse VII :

  • 108 « Quoniam *** ab historiographis antique historie memorieque posterorum per scripturam tradite reg (...)

Puisque l’histoire du passé, écrite par les historiens et transmise par le moyen de l’écriture pour la mémoire de la postérité, ravive les antiques et remarquables faits des rois et empereurs, des grands et nobles seigneurs et des autres héros, j’ai pensé que la meilleure chose à faire était d’exposer les hauts faits de l’empereur Alphonse, tels que je les ai appris et entendus de ceux qui les ont vus, surtout parce que c’est Dieu qui a agi à travers lui et avec lui pour que le salut advienne au sein du territoire du peuple du Christ108.

  • 109 « … Dare Sarracenis infidelibus bellum per singulos annos », CAI, I, 72.

45Il est évident, pour le lecteur contemporain, qu’un des moyens de réaliser ce dessein réside dans la lutte contre l’ennemi musulman et dans la récupération de ses terres au profit du Christianisme. Le programme énoncé lors de la troisième journée du concile de mai 1135 est en ce sens clair : il s’agit d’assurer l’ordre, la prospérité et la justice dans le royaume, mais également de « faire la guerre aux infidèles Sarrasins chaque année »109. Dans une perspective providentialiste, il n’est donc pas surprenant de constater que la dimension conquérante fait partie des éléments de définition de la fonction impériale d’Alphonse VII.

  • 110 Diplôme du 25 mars 1129 rapporté dans l’Historia Compostellana (HC, pp. 428-432).
  • 111 A. Ubieto Arteta, « La creación de la cofradía militar de Belchite ».
  • 112 « Decernimus itaque diuina gratia ministrante et imperatoria dignitate statuimus pro redemptione m (...)
  • 113 « … In illo castillo nouo quod fecit imperator predictus iuxta Aurelia quando eam tenebat obsessam (...)
  • 114 « … In Calatraua, quando imperator illud adquisivit » puis « anno [puis secundo] quo prenominatus (...)
  • 115 « … Quando rediit imperator de Almaria, quam tunc cum ausilio Ianuensium acquisierat » puis « anno(...)
  • 116 « … Quando imperator cepit Andugar » puis « quando imperator cepit Andugar, Pethoch et Sanctam Euf (...)
  • 117 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 200.

46À cela rien de particulièrement nouveau et dès avant le couronnement impérial, Alphonse VII s’activait en ce sens. Le 25 mars 1129, il promettait à l’église de Compostelle de lui rattacher Mérida, dès que l’ancien siège primatial serait reconquis110. Peu de temps après, et grâce à l’appui du roi musulman Zafadola, Alphonse VII entreprenait ses premières expéditions en al-Andalus. Mais après 1135, la guerre contre l’Islam est tout particulièrement mise en relation avec la dignité impériale du roi. La guerre frontalière à outrance est une des décisions entérinées lors du troisième jour du concile de León de mai 1135. En 1136, lorsqu’il confirme les privilèges de la confrérie de Belchite — premier ordre militaire d’Espagne créé en 1122 par le Batailleur111 —, dont le but est de « conserver, protéger et agrandir le peuple du Christ et enfoncer et détruire la superbe et l’invasion des infidèles païens », Alphonse VII précise qu’il prend cette décision « conformément à la grâce divine » et « à la dignité impériale »112. Surtout, les diplômes se font l’écho de l’intense activité militaire de l’empereur. Parmi les datations événementielles qui permettent de retracer son itinéraire tout en assurant la publicité de ses actions, la plupart commémore les actes guerriers de l’empereur. On peut ainsi suivre pas à pas ses conquêtes territoriales : celle d’Oreja durant l’été 1139113, de Cordoue, temporairement, et Calatrava en mai 1146 et janvier 1147114, de Baeza et Almería en août et octobre 1147115, d’Andújar, Los Pedroches et Santa Eufemia durant l’été 1155116. Au fur et à mesure de ces conquêtes, la formule de datation en imperante s’allonge, puisque le nom des villes conquises y est ajouté117.

  • 118 « … In reditu fossati quod eo tempore fecerat imperator in terra Corduba et Granate », dans 5 dipl (...)
  • 119 « … Anno quo predictus imperator Cordubam acquisiuit et principem moabitarum Abinganiam sibi uassa (...)
  • 120 « … In Corduba quando imperator tenebat eam circumdatam » puis « quando imperator veniebat de illa (...)
  • 121 « … Quando imperator iacebat super Gaen, expectando naues francorum que debebant uenire ad Sibilia (...)
  • 122 « … Anno quo imperator tenuit Guadiexi circumdatam », 14 diplômes entre septembre 1152 et avril 11 (...)
  • 123 Sur la dialectique entre les notions d’empire et de conquête sous le règne d’Alphonse VII, voir H. (...)

47Mais les diplômes font également état des expéditions militaires qui n’ont pas abouti à des gains territoriaux, soit qu’elles poursuivaient un autre but, soit qu’elles ont échoué : l’expédition de l’automne 1144 contre Cordoue et Grenade118, celle de l’été 1146 durant laquelle Cordoue est en partie dévastée119, celle de l’été 1150 qui mène les troupes de l’empereur une nouvelle fois devant cette même ville120, le siège de Jaén, durant l’été 1151, qui ne permet pas la prise de la place121, et celui de Guadix, un an plus tard122. L’échec n’est évidemment jamais présenté comme tel et ces datations embellissent les faits. La ville de Cordoue est dite « acquise » en 1146 et 1147 alors qu’Alphonse VII ne réussit à prendre qu’une partie de la ville. Ou alors, en se centrant sur un aspect plus glorieux de l’événement rappelé — en 1150, Cordoue n’est pas prise, mais les Almohades sont présentés comme vaincus ; en 1151, l’empereur revient du siège de Jaén ; en 1152, il tient Guadix assiégée —, elles détournent l’attention de la défaite pour la centrer sur l’affrontement lui-même. Aussi est-ce davantage l’action de conquérir qui est mise en valeur que la conquête elle-même123. En mentionnant à chaque occurrence l’imperator, ces datations sont donc moins la vitrine des victoires et exploits de l’empereur que celle de son ardeur au combat.

48Cette prépondérance de l’action conquérante fonde également la structure de la Chronica Adefonsi imperatoris. Nous avons commenté à plusieurs reprises la séparation stricte que réalise l’auteur entre une étape « royale » et une étape « impériale » dans le règne d’Alphonse VII. Ce n’est pourtant pas cette division qui détermine la structure en deux livres de la CAI. Dans le livre I, le roi pacifie son royaume, matant les nobles rebelles, affrontant son beau-père le Batailleur. Il élargit aussi son cercle d’alliés, s’assure l’hommage de nombreux princes en dehors de son royaume et, fort de l’appui du roi sarrasin Zafadola, entreprend sa première expédition en al-Andalus avant d’arbitrer la succession aragonaise. À la suite de quoi, il se fait couronner empereur. Les dernières notices de ce premier livre, enfin, sont consacrées à la lutte que mène l’empereur contre le comte du Portugal et le roi de Navarre. Vient ensuite le second livre, dont l’unité est énoncée dans l’incipit qui l’inaugure :

  • 124 « Incipit liber secundus historie Adefonsi imperatoris. De dissensionibus et preliis que habuit ip (...)

Commence le livre second de l’histoire de l’empereur Alphonse. Des discordes et batailles que lui, les nobles tolédans et les ducs d’Estrémadure eurent avec le roi Ali, avec son fils Texufin et avec les autres rois et princes des Moabites et Agarènes124.

  • 125 « Omisso naturali ordine ad ea, que olim Christianis asperrima fuere bella, tractanda veniamus », (...)

49Le livre II est en effet intégralement consacré à la lutte contre al-Andalus. Afin de la mettre en perspective le plus intelligiblement possible, le chroniqueur effectue même un retour en arrière. « Négligeant l’ordre naturel », annonce-t-il, « nous traiterons des guerres qu’en d’autres temps les chrétiens accomplirent »125. Et l’auteur de revenir sur la prise de pouvoir des Almoravides en al-Andalus au temps de la reine Urraca, de leurs attaques répétées et de la résistance que leur opposèrent néanmoins les chefs des troupes frontalières. Lorsqu’Alphonse VII monte sur le trône léonais, la résistance continue, mais une amère constatation s’impose :

  • 126 « Ille eodemque tempore, quo supradicta bella facta sunt, gladius et flamma regis Adefonsi Aragone (...)

À l’époque où avaient lieu ces guerres, l’épée et la flamme du roi Alphonse d’Aragon soumettaient par la force toute la Castille et une grande partie du territoire de León […]. L’empereur n’était pas aidé de tout cœur par le comte Pedro de Lara, ni par son frère le comte Rodrigo González, ni par le comte Gonzalo Peláez d’Oviedo. […] Et, une fois terminée la guerre contre le roi d’Aragon, une autre guerre s’engagea en Castille contre le roi García de Pampelune et contre Alphonse, roi du Portugal, qui luttait en Galice, comme nous l’avons déjà dit plus haut. Et à cause des guerres évoquées, l’empereur ne partait pas en campagne militaire contre le territoire des Sarrasins, et pour cette raison les Sarrasins prédominaient dans le territoire des chrétiens126.

50Aussi doit-on comprendre que les actions racontées dans le livre I ne sont qu’une préparation nécessaire à ce qui constitue le cœur de l’histoire du règne. À en croire la CAI, les guerres contre les musulmans auraient d’ailleurs occupé entièrement l’empereur entre 1138 et 1147, puisqu’il n’est fait allusion à aucun autre événement de cette période.

51Là encore, la guerre contre l’Islam ne fait pas d’Alphonse VII un roi fondamentalement différent de ceux dont les chroniques antérieures vantaient les mérites. L’auteur de la CAI prend d’ailleurs soin de préciser que la guerre frontalière n’avait jamais été totalement abandonnée pendant le règne d’Urraca et les premières années de celui d’Alphonse VII, et qu’elle était de surcroît le fait de simples chevaliers :

  • 127 « Sed quamuis Sarraceni magna bella faciebant, consuetudo semper fuit Christianorum, qui habitaban (...)

Mais alors que les Sarrasins menaient de grandes guerres, les chrétiens qui habitaient au-delà des montagnes et dans toute l’Estrémadure eurent toujours pour habitude de se réunir chaque année, en formations qui comptaient finalement mille, deux mille, cinq mille ou dix mille chevaliers, plus ou moins, et de pénétrer dans le territoire des Moabites et des Agarènes, où ils réalisaient de grands massacres, capturaient beaucoup de prisonniers, rassemblaient un grand butin et causaient de nombreux incendies, tuaient beaucoup des rois et chefs de guerre des Moabites et des Agarènes, détruisaient en combattant les châteaux et les villas et infligeaient plus de mal qu’ils n’en recevaient des musulmans127.

  • 128 « Eamus et nos in terram Badalioz et faciamus nobis nomen grande et non demus nomen glorie nostre (...)
  • 129 « Omnes sumus principes et duces capitum nostrorum », CAI, II, 28.
  • 130 « Sed plaga ista non sufficit Salamanticensibus, nam in illo anno et in sequentibus et ter contigi (...)
  • 131 « … Cum comite Pontio et cum aliis ducibus imperatoris semper fuerunt », ibid.
  • 132 Voir D. Baloup, « Reconquête et croisade », et en particulier la partie consacrée au « roi meneur (...)

52Avec Alphonse VII désormais à leur tête, ces combattants voient leurs initiatives isolées acquérir plus d’efficacité, car l’empereur est désormais leur guide. Cette qualité est illustrée dans la CAI au travers du sort réservé à la milice de Salamanque, qui refuse de se soumettre aux ordres de l’empereur. « Allons nous aussi à Badajoz », disent ses membres, « gagnons nous aussi un grand prestige, et ne cédons le prestige de notre gloire à aucun chef militaire ou dirigeant »128. La milice se retrouve néanmoins cernée à Badajoz par les troupes de l’émir Texufin. À la question que leur pose ce dernier de savoir qui ils servent, les chrétiens de Salamanque répondent : « Nous sommes tous chefs et commandants de nos vies »129. L’émir est alors certain d’avoir affaire à des fous et il s’en réjouit avant de leur infliger une cuisante défaite. « Mais ce désastre ne suffit pas à ceux de Salamanque, car l’année suivante et par la suite il leur arriva la même chose trois fois, car ils avaient confiance davantage en leurs forces qu’en Dieu Notre Seigneur, et pour cette raison ils furent anéantis misérablement »130. Ce n’est que lorsqu’ils eurent compris, grâce au conseil divin, qu’ils devaient combattre « toujours avec le comte Ponce et les autres chefs de guerre de l’empereur »131 qu’ils purent connaître la victoire. L’empereur n’est donc pas simplement celui qui combat les musulmans mais, parce qu’il est assisté par Dieu, celui qui est à même d’organiser et de coordonner la lutte de manière à ce qu’elle aboutisse132.

53Après les deux livres de la CAI, vient enfin le Poème d’Almería, qui consacre en vers l’éloge guerrier de l’empereur :

  • 133 « Doctores ueterum scripserunt prelia regum ; / Scribere nos nostri debemus et imperatoris / Preli (...)

Les écrivains ont écrit les combats des rois antiques : nous devons aussi écrire les fameuses batailles de notre empereur, car elles ne sont pas communes. Concédez au chroniqueur, s’il plaît à l’empereur, les moyens les meilleurs de narrer ses prochaines gestes. L’adresse de qui s’efforce attend les pieux dons du Tonnant et à chaque instant il espère la récompense du guerrier. J’exposerai le thème que j’ai choisi, la campagne d’Almería, puisque la race des païens fut alors vaincue. Les chefs de guerre hispaniques et francs se réunirent : par mer et par terre ils veulent guerroyer contre les maures. Le meneur de tous fut le roi de l’empire tolédan ; ce fut Alphonse, qui brandit le titre d’empereur en suivant les exploits de Charles, auquel il est comparable : ils furent égaux en caractère, pareils par la force de leurs armes, semblable fut la gloire des guerres réalisées par eux133.

  • 134 La PA aurait-elle ainsi préparé cet autre parallèle avec l’empereur carolingien qu’allait bientôt (...)

54La qualité de meneur est de nouveau illustrée, puisqu’Alphonse VII est présenté comme le leader de toutes les troupes, tant hispaniques que franques. C’est alors l’occasion d’un nouveau rapprochement avec les expériences impériales « européennes » puisque le souverain suit en cela l’exemple d’un illustre précurseur : Charlemagne. La comparaison opérée par le poète entre les deux empereurs est en effet fondée sur un caractère spécifique, à savoir leur ardeur au combat. Ce n’est ainsi pas la figure du fondateur de l’empire carolingien qui est ici sollicitée, mais celle du combattant134.

55Au travers des témoignages offerts par les diplômes, la CAI et le Poème d’Almería, on observe donc une nette mise en valeur de la fonction guerrière de l’empereur. Non seulement la guerre de conquête est une composante essentielle de la dignité impériale qu’assume Alphonse VII, mais elle en légitime même l’acquisition. Aussi, une conclusion s’impose : sans l’action de reconquête, point d’empereur. Dans le qualificatif d’imperator, il faut ainsi comprendre une valorisation très forte du sens originel du terme, celui de général victorieux, et en ce sens la dignité impériale d’Alphonse VII ne fait que prolonger une des caractéristiques de légitimation traditionnelle des monarques hispaniques.

b) Un empire hispanique ?

  • 135 C’est l’interprétation que suggère P. Linehan, History and the Historians, p. 234.
  • 136 « … Imperii […] rex Toletani », PA, v. 16.
  • 137 C’est la conquête de Tolède qui vaut à Alphonse VI d’être glorifié dans la CAI. Voir « Postérité d (...)
  • 138 Les lois et coutumes que rétablit Alphonse VII le troisième jour du concile de León, qui sont cell (...)

56Traditionnelle, la dimension hispanique de l’idée impériale l’est aussi. Néanmoins, à ce sujet, il convient d’abord de souligner que l’idée d’un empire néogothique est presque totalement abandonnée. La fonction d’imperator d’Alphonse VII n’est en effet pas liée à une quelconque nostalgie de l’époque wisigothique. Rien de tel dans les diplômes, mise à part l’introduction de Tolède en tête des territoires gouvernés par l’empereur dans la formule en imperante, que l’on doit probablement attribuer à la mainmise des tolédans sur la chancellerie royale et à leur volonté de rehausser le siège du primat de l’Hispania135. Il est vrai aussi que le Poème d’Almería fait d’Alphonse VII le « roi de l’empire tolédan »136, réactivant en une unique occasion une des titulatures d’Alphonse VI qui participait de la mise en valeur néogothique de son idée impériale. Mais dans la CAI, les Goths n’apparaissent à aucun moment et c’est le règne bien plus proche d’Alphonse VI, le conquérant de Tolède137 instigateur de paix et d’ordre138, qui constitue l’horizon chronologique de référence.

  • 139 « Imperante Adefonso imperatore, cum uxore sua Berengaria imperatrice, in tota Ispania », J. A. Fe (...)
  • 140 « … Quantum ad auos meos reges Hispanie pertinuit », « Colección de documentos históricos de Orens (...)
  • 141 « Anno septimo regni Adefonsi regis Hispanorum », CAI, I, 33. Ailleurs dans le premier livre, Alph (...)
  • 142 « … Que pertinent ad salutem regni totius Hispanie », CAI, I, 70.
  • 143 « … Maxima turba nobilium limitum et clericorum et mulerum et puellarum, quas totius Hispanie maio (...)
  • 144 « … Potestates, uerumtamen Hispanie delecti », CAI, I, 93.
  • 145 « Talibus ac tantis Hispania fulta columnis/Erecti signis Andugeris occupat oras », PA, v. 295-296
  • 146 PA, v. 81.
  • 147 Dans la PA le terme Hispani désigne la collectivité des combattants en provenance de la Péninsule, (...)

57L’Hispania demeure en revanche un élément important dans la définition du système impérial. Elle est présente d’abord dans chacun des diplômes de l’empereur, au travers de la titulature qu’il adopte, imperator totius Hispaniae. Dans quelques formules en imperante, l’énumération des territoires gouvernés par Alphonse VII s’achève parfois par tota Hispania139. Les prédécesseurs d’Alphonse VII sont collectivement appelés reges Hispaniarum140. Lui-même est rex Hispanorum dans une notice de la CAI141. Couronné empereur, il décide durant le troisième jour du concile de León de « ce qui est pertinent pour le salut du royaume de toute l’Hispania »142. En 1144, vient assister au mariage du roi navarrais García Ramírez et de l’infante léonaise Urraca « une multitude de nobles chevaliers, de clercs, de femmes et de donzelles qu’avaient engendrées les nobles de toute l’Hispania »143 et les puissants, « parmi les plus illustres de l’Hispania », participent aux jeux qui ponctuent les épousailles144. Dans le Poème d’Almería, l’Hispania personnifiée « occupe les environs d’Andújar »145, León est à la tête du regnum Hispanum146 et ce sont les Hispani qui participent à la campagne147. Ces indices laissent penser à première vue que, à l’instar de son aïeul, Alphonse VII souhaitait faire de la péninsule Ibérique l’horizon géographique de définition de son empire.

  • 148 « Et facti sunt termini regni Adefonsi regis Legionis a mari magno Oceano, quod est a Patrono Sanc (...)

58Cette affirmation doit cependant être nuancée, en ce sens que d’autres éléments permettent d’avancer que l’empire d’Alphonse VII ne se limite pas à l’Hispania. La CAI en propose ainsi une autre description. En guise de prélude au couronnement de 1135, le chroniqueur relate en effet comment de nombreux princes — ceux-là mêmes dont l’obéissance au roi justifiait l’appellation d’empereur — se soumirent spontanément au roi en 1134-1135. Or, ces princes proviennent de régions fort diverses, situées dans la Péninsule mais également au-delà : Toulouse, Montpellier, Poitiers et, de manière plus large, la France. Aussi l’auteur conclut-il que « furent alors fixées les limites du royaume d’Alphonse, roi de León, depuis la grande mer Océane, c’est-à-dire depuis Padrón de Saint-Jacques, jusqu’au Rhône »148. La description de ce « royaume » destiné à devenir empire quelques mois plus tard relève bien sûr de l’exagération. Sa délimitation est en outre des plus floues puisque seules ses frontières orientales et occidentales sont définies. Mais une chose reste certaine : l’autorité d’Alphonse VII, telle qu’elle est ici présentée, s’étend largement au-delà des Pyrénées et dépasse le cadre hispanique.

  • 149 Voir « La monarchie castellano-léonaise et le monde ultra-pyrénéen », pp. 188-194.
  • 150 En septembre 1143, le cardinal Guido, légat pontifical, célèbre un concile à Valladolid. Il est ch (...)
  • 151 « … Quando imperator misit filiam suam Constanciam Modoico [NB : pour Lodouico ?] in coniugem », J (...)
  • 152 « Constancia, inclita regina Francorum », 9 occurrences à partir du 12 novembre 1156 (d’abord dans (...)
  • 153 Voir les formules référencées plus haut.

59La mise en exergue des relations nouées par Alphonse VII avec le monde ultra-pyrénéen témoigne par ailleurs de l’élargissement des horizons géographiques de l’empereur. Non pas que cette ouverture diplomatique soit une nouveauté, puisque le rapprochement du royaume castellano-léonais avec l’Occident chrétien était une des données majeures du règne d’Alphonse VI149. Mais elle est désormais revendiquée pour mettre en valeur la dignité impériale du souverain. Aux côtés des victoires et campagnes militaires de l’empereur, les datations événementielles de ses diplômes valorisent ainsi les liens noués audelà de la Péninsule. La présence des légats pontificaux y est soulignée150, ainsi que le mariage de sa fille Constance avec le roi de France Louis VII en 1153151. Ce dernier événement semble avoir eu beaucoup d’importance puisque, lorsque Constance suscrit les diplômes conjointement à son père, elle y est intitulée « honorable reine des Francs »152. Les répercussions de cet élargissement des liens diplomatiques dans la Péninsule sont aussi évoquées : Almería est conquise « grâce à l’aide des génois » et durant l’été 1151 le siège de Jaén semble avoir été combiné avec une attaque simultanée des « naues Francorum » sur Séville153. Quant à la PA, elle est l’occasion de rappeler que les troupes « franques » participèrent à la campagne d’Almería.

  • 154 « … Presentibus […] aliis mei imperii melioribus », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún ( (...)
  • 155 « … In toto meo imperio », M. Pérez Avellaneda, Cerezo del Río Tirón, pp. 233-234 (10 janvier 1151 (...)
  • 156 « … Siue sint de meo imperio siue ex alienis regnis », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagú (...)
  • 157 « … Ad stabilitatem regni et imperii mei », E. Flórez, España Sagrada, t. XXII, apéndice X, pp. 26 (...)

60Si Alphonse VII demeure fidèle à la traditionnelle exaltation de l’Hispania comme territoire de référence, son empire n’est donc pas limité territorialement par elle. D’ailleurs, il est assez difficile de déterminer si l’imperium était conçu comme un espace, au-delà d’un pouvoir. En effet, la CAI parle significativement de « royaume » lorsqu’est définie l’étendue géographique de l’autorité d’Alphonse VII, et non d’empire, même s’il est vrai que cette description intervient avant le couronnement impérial, et donc avant que le roi ne devienne, selon la périodisation adoptée par le chroniqueur, imperator. Après pourtant, on retrouve aussi le même terme : le chroniqueur n’évoque jamais « l’empire » d’Alphonse VII mais uniquement son royaume. Dans les diplômes, l’aspect territorial de l’empire est peu mis en valeur, à la différence de ce qu’on observait pour Alphonse VI, « roi de l’empire tolédan ». À quelques reprises il est question dans les actes de l’empereur de réunions auxquelles assistent tous les évêques/comtes/magnats « de l’empire »154. Par ailleurs, certaines dispositions sont dites valables « dans tout l’empire »155 ou au contraire « tant pour les personnes qui viennent de l’empire que des royaumes étrangers156. Deux actes sont par ailleurs motivés par le souhait d’assurer « la stabilité de mon royaume et empire »157. Mais dans tous ces cas on peut s’interroger sur l’ampleur de l’imperium envisagé : s’étend-il sur les seuls territoires castellano-léonais administrés par Alphonse VII ou également sur ceux des princes qu’il présente comme soumis à lui ? Dans la mesure où les affaires traitées dans ces actes sont essentiellement locales, il faut peut-être comprendre qu’ici imperium est employé comme l’équivalant traditionnel de regnum. Si Alphonse VII est bien « empereur de toute l’Hispania », son empire n’est par conséquent pas circonscrit à cet espace et on peut aller jusqu’à douter de sa territorialisation. Cette absence de définition territoriale de l’empire est-elle une manière de ne pas le limiter ?

61Le système impérial alphonsin se construit donc sur la base de fondements intervenant traditionnellement dans les discours de légitimation des monarques léonais. Mais si la signification militaire de l’imperium acquis par Alphonse VII semble incontestable, elle est également approfondie, car l’imperium est conçu comme un pouvoir de commandement supérieur, qui transcende le cadre unique du royaume. De la même façon, l’attachement traditionnel à l’unité hispanique ne réduit pas l’étendue impériale au cadre péninsulaire. Or, cette rupture avec ces éléments traditionnels est directement liée à ce qui fait la spécificité du système impérial alphonsin : sa dimension vassalique et ouverte.

c) Un empire vassalique

62La décision d’« appeler le roi empereur », prise par l’ensemble des personnes réunies en concile à León, est liée dans la CAI à une circonstance bien définie : « pour cette raison que le roi García et le roi des Sarrasins Zafadola et le comte Raymond de Barcelone et le comte Alphonse de Toulouse et de nombreux comtes et ducs de Gascogne et de France lui obéissaient en tout point ». Cette constatation résulte, dans le texte, d’événements survenus auparavant. Après la mort du Batailleur, le roi marche sur Nájera, afin de récupérer les territoires qui lui revenaient, et

  • 158 « Venitque Garsias rex ad eum et promisit seruire ei cunctis diebus uite sue et factus est miles r (...)

le roi García se présenta devant lui, promit de le servir chaque jour de sa vie et se fit chevalier du roi de León, qui lui donna des cadeaux et un honor. […]
La même année [i. e. 1134] où eurent lieu ces faits, le comte Raymond de Barcelone, parent du roi, et le comte Alphonse de Toulouse, son parent, se présentèrent devant le roi de León, promirent de lui obéir en tout et devinrent ses chevaliers, après avoir touché la main droite du roi en signe de confirmation de leur loyauté. Ce dernier donna Saragosse in honorem au comte de Barcelone, selon la coutume du roi de León, et au comte de Toulouse il donna, en plus d’un honor, un vase d’or de très bonne facture d’un poids équivalent à 30 marcs, de nombreux chevaux et d’autres cadeaux innombrables.
Sur ces faits, tous les nobles de l’ensemble de la Gascogne et de toutes les terres jusqu’au Rhône et Guillaume de Montpellier se présentèrent devant le roi d’un commun accord et reçurent de lui argent et or, des cadeaux nombreux, divers et précieux, et un grand nombre de chevaux. Tous se soumirent à lui et lui obéissaient en tout point. Et de nombreux fils des comtes, des ducs et des nobles de France et beaucoup de personnes de Poitiers vinrent à lui et en reçurent des armes et d’autres cadeaux en grand nombre158.

  • 159 Sur les institutions féodo-vassaliques dans le royaume de Castille-León, voir les deux volumes de (...)
  • 160 L’expression « féodalité classique » est empruntée à F.-L. Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? V (...)
  • 161 L. García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones, p. 384.
  • 162 Sur les rites de serrement de la main droite et tout particulièrement sur leur rôle dans les ritue (...)
  • 163 H. Grassotti, Las instituciones feudo-vasalláticas, t. II, pp. 567-572 ; L. García de Valdeavellan (...)

63D’après ce passage, l’obéissance qui lie les rois et princes à l’empereur n’est pas le résultat d’une soumission forcée, mais spontanée, et fondée sur une relation personnelle. Si le terme de vassal n’apparaît pas dans ce texte, le rituel accompli s’apparente ainsi à celui d’un hommage vassalique, dont la pratique est attestée en Castille-León en signe de confirmation de la réception d’une terre ou d’un bénéfice159. Les différentes étapes du rituel de la « féodalité classique » sont en effet évoquées160. D’abord, les vassaux « se présentent » devant le roi, « se soumettent », « deviennent ses chevaliers ». C’est le premier moment du rite vassalique, celui de l’hommage, dont la déclaration verbale n’est ici rapportée qu’implicitement. Il est complété par un acte physique dans le cas des comtes de Barcelone et de Toulouse. Ce geste ne coïncide toutefois pas avec l’immixtio manuum des rites attestés en Occident : les mains des comtes ne sont pas jointes et placées à l’intérieur de celles du roi. Il ne s’agit pas non plus du baise-main plus répandu en Péninsule161. Ici il n’est question que de « touche [r] la main droite du roi », ce qui dans de nombreux textes traduit la simple alliance de deux individus, potentiellement d’égal à égal. Toutefois, on sait que le geste de l’immixtio manuum connaît des variantes, notamment ce « serrement de main » — toujours la main droite, et toujours au singulier — propre au cérémonial d’entrée en fidélité en Languedoc et Provence162. La CAI rapporte-t-elle un tel rite, ou plus simplement l’amitié scellée entre le roi et les comtes ? On aura tendance à accepter la première de ces propositions, car le geste est en outre dans notre chronique un signe de la loyauté — ad fidem confirmandam — que les vassaux vouent à leur seigneur. La loyauté ou fidélité est d’ordinaire associée au second moment du rituel vassalique, celui du serment prêté par le vassal. Ici, on ne le retrouve encore une fois qu’indirectement lorsque les vassaux « promettent d’obéir » ou de « servir » le roi. Enfin, la dernière étape est constituée par l’investiture du fief. Dans notre cas, la difficulté provient de l’absence d’un quelconque feudum et du sens à attribuer au terme honor. Ce vocable désigne originellement une charge publique attribuée en délégation par le souverain. Il en vient toutefois à la fin du XIe siècle à être l’équivalent du territoire sur lequel l’honor s’exerce, puis à qualifier un bénéfice — on tient alors une terre in honorem163. On apprend ainsi que le comte de Barcelone reçoit pour honor le royaume de Saragosse. Quant au roi de Navarre et au comte de Toulouse, si l’honor qui leur est donné n’est pas identifié à une terre, il est en revanche matérialisé par des présents. Concernant les autres vassaux, dont le rang est moindre, le chroniqueur n’évoque que ces symboliques « cadeaux en grand nombre ».

  • 164 H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez », pp. 328-329.
  • 165 Madrid, AHN, Clero, carp. 378, n° 2, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, (...)
  • 166 Cette particularité apparaît dans 150 actes. Le plus souvent, les deux souverains sont mentionnés (...)
  • 167 « … Anno quo predictus imperator Cordubam acquisiuit et principem moabitarum Abinganiam sibi uassa (...)
  • 168 Première occurrence le 22 avril 1156 : « Vasalli imperatoris comes Barquilonensis, rex Nauarre, re (...)

64L’authenticité des cérémonies décrites pourra être mise en doute, dans la mesure où, rappelons-le, la réélaboration chronologique que réalise l’auteur de la CAI pour corroborer son propos l’amène à présenter comme antérieurs au couronnement certains hommages dont on ne sait pas réellement s’ils eurent lieu, ou qui ne furent prêtés que plus tard. Celui de García Ramírez, dont le texte a été retrouvé, précède en revanche le couronnement et il y est ouvertement question d’hominiscum164. L’importance de la notion de vassalité est encore avérée dans les diplômes, quoique de manière assez tardive. À partir de décembre 1149, s’ajoute à la datation des actes de l’empereur une nouvelle notice : « Garsia rex Nauarre et comes Barchilonensis tunc temporis uasalli imperatoris »165. Les deux plus grands vassaux de l’empereur, le roi de Navarre García Ramírez — et à partir de 1151 son successeur Sanche VI — et le comte barcelonais Raymond Bérenger IV, sont dès lors presque systématiquement mentionnés dans la datation ou en confirmation des diplômes d’Alphonse VII166. La vassalité concerne également les princes musulmans puisqu’en 1146-1147, certains actes sont datés de « l’année où ledit empereur prit possession de Cordoue et fit du prince des Moabites Abengania son vassal »167. Surtout, à partir d’avril 1156 et jusqu’à la mort d’Alphonse VII, quatorze diplômes présentent une liste particulièrement emphatique de vassaux : « Sont vassaux de l’empereur, le comte de Barcelone, le roi de Navarre, le roi de Murcie, et de nombreux autres sont vassaux du même empereur, dont les noms ne sont pas écrits ici »168.

  • 169 Les caractères de la féodalité dans la Péninsule sont eux-mêmes l’objet de débat. Résumé des probl (...)
  • 170 « Transacto autem in pacto predicto pacifice anno uno, rex Garsias Nauarre turbatus est et omnes u (...)
  • 171 « … De Pampilonia et de tota terra quam hodie teneo », H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez  (...)
  • 172 La situation dans laquelle Raymond Bérenger IV devient vassal de l’empereur est d’ailleurs assez c (...)
  • 173 Sur les caractères et aléas de ces relations, voir F. García Fitz, Relaciones políticas y guerra, (...)

65Il apparaît donc que l’empire d’Alphonse VII était conçu comme une ample structure féodale. D’autres éléments invitent pourtant à relativiser la pertinence et la réalité d’une telle conception169. L’auteur de la CAI ne cherche ainsi pas à dissimuler la faiblesse des serments prêtés et leur rupture récurrente. « Après qu’une année de paix se fut écoulée à partir du pacte mentionné, le roi García de Navarre se rebella et tous ses guerriers avec lui s’élevèrent contre leur seigneur l’empereur »170, constate-t-il laconiquement. Surtout, et contrairement à ce que suggère la CAI, ces souverains n’ont pas tous prêté hommage pour l’ensemble des territoires qu’ils gouvernaient. Si García Ramírez affirme tenir de l’empereur « Pampelune et toute la terre qu’il possède »171, le comte de Barcelone ne fait hommage que pour Saragosse172. La loyauté jurée n’implique donc pas la reconnaissance d’un droit de l’empereur à intervenir dans les territoires patrimoniaux de ses vassaux. Sur ce point, la CAI demeure d’ailleurs assez imprécise. Le chroniqueur semble affirmer, lorsqu’il définit le territoire sur lequel Alphonse VII exerce son autorité de l’Atlantique jusqu’au Rhône, que le souverain léonais avait juridiction au-delà du seul royaume de Castille-León. Mais il n’identifie ensuite pas ces honores octroyés aux vassaux, sauf dans le cas de Saragosse. Avec les roitelets musulmans, les caractères du lien vassalique sont tout aussi obscurs. Certes Zafadola obtient un honor, mais on ne connaît que peu de choses de la rétribution des autres vassaux musulmans. Le lien qui les unit à l’empereur est d’ailleurs là aussi un arrangement très temporaire173.

  • 174 « … Tempore quo imperator cum rege Garsia pacem firmauit, et filium suum cum eius filia desponsaui (...)
  • 175 « … Anno et mense quo prenominatus imperator celebravit nuptias filie sue regine Urrace cum rege G (...)
  • 176 « Tunc erant in curia imperatoris comes Barcinonensis et rex Garsias pro pace et concordia inter s (...)
  • 177 « … Quando rex Santius filius imperatoris duxit ei in uxorem filiam regis Garsie », E. Sáinz Ripa, (...)
  • 178 « … Quando imperator fecit militem regem Sancium Nauarre et dedit ei filiam suam in coniugem et fe (...)

66Pour autant il n’en demeure pas moins pertinent de s’interroger sur les raisons des choix opérés par les notaires de la chancellerie et l’auteur de la CAI au moment de dépeindre la fonction impériale d’Alphonse VII. La mise en valeur de la notion de vassalité permet en effet le constat suivant : en la présentant d’abord comme une fonction de suzeraineté, les sources subordonnent la dignité impériale d’Alphonse VII à l’existence de ses vassaux. Autrement dit, le pouvoir impérial n’est pas absolu, mais fondamentalement circonstanciel. Il n’est pas, comme à l’époque d’Alphonse VI, appuyé par une idéologie néogothique affirmant le caractère ancestral de l’hégémonie léonaise sur la Péninsule, mais le résultat des liens personnels unissant d’un côté un roi qui, en tant que souverain le plus puissant à un moment donné, réclame une certaine prééminence et un rôle de meneur de l’activité reconquérante, et de l’autre une série de princes et nobles qui lui reconnaissent ce rôle. La fonction impériale alphonsine est donc surtout une affaire de compromis. D’ailleurs, dès 1140, certaines datations événementielles illustrent les relations de l’empereur avec d’autres princes, parfois à demi-mots leurs rapports conflictuels, et surtout la manière dont leurs différends sont résolus et leurs alliances renforcées, notamment par le biais de mariages. En octobre 1140 et juin 1141, elles rappellent qu’Alphonse VII signe un pacte de paix avec García Ramírez de Navarre et que les souverains prévoient à cette occasion l’union du futur Sanche III avec la princesse navarraise Blanche174. En juin 1144, c’est le mariage du roi navarrais avec la fille de l’empereur, Urraca, qui est célébré175. En novembre 1146, Alphonse VII arbitre un accord de paix entre García Ramírez et Raymond Bérenger IV à San Esteban de Gormaz176. Comme cela avait été prévu en 1140, l’infant Sanche épouse Blanche, fille de García Ramírez, en janvier 1151177. Le 2 juin 1153, Sanche VI de Navarre, après avoir été adoubé par Alphonse VII, épouse Sancha, fille de l’empereur178. Dans le système créé autour d’Alphonse VII, l’empereur est en interaction constante avec ceux qu’il présente comme ses vassaux, de manière à consolider la structure impériale. Aussi l’empire est-il, fondamentalement, fragile.

d) Un empire intégrateur

67Cette fragilité à son tour a des conséquences : pour y remédier et assurer l’adhésion des membres de l’empire, le système impérial est fondé sur la pluralité et l’intégration. L’élaboration d’un empire féodal révèle en effet une prise de conscience aiguë de l’importance de la fragmentation politique péninsulaire. À l’inverse de ce qu’avait tenté de faire son grand-père, Alphonse VII ne prétend pas à une souveraineté exclusive sur l’ensemble de la Péninsule. En abandonnant la notion d’hégémonie au profit de celle de suzeraineté, il reconnaît l’existence de différents groupes et place son empire sous le signe de la collectivité. Rappelons une remarque formulée par Peter Linehan quant au récit de la cérémonie du 26 mai 1135 dans la CAI. Réalisé par l’ensemble de la foule présente dans la cathédrale léonaise, le couronnement décrit est physiquement impossible. Mais en faisant participer l’ensemble de l’assistance au geste de placer la couronne sur la tête d’Alphonse VII, le chroniqueur ne souhaitait-il pas précisément mettre en avant cette collectivité sur laquelle repose l’empire ?

  • 179 J. Mattoso, D. Afonso Henriques, chap. ix ; B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp (...)
  • 180 J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1263. Voir l’étude du pacte réalisée par H. (...)
  • 181 « … Tempore quo Guido Romanae Ecclesiae cardinalis concilium in Valle Oleti celebravit, et ad coll (...)

68Loin d’être unitaire, l’empire d’Alphonse VII est même susceptible de recomposition, comme en témoigne l’indépendance reconnue progressivement au Portugal. En 1137, une nouvelle série d’affrontements a lieu en Galice entre l’empereur et son cousin Alphonse Enríquez179. Le Portugais perd cependant l’avantage en raison d’une attaque almoravide portée au sud de son territoire. Le 4 juillet 1137, il renonce à ses gains territoriaux, rend les forteresses galiciennes dont il s’était rendu maître et signe avec Alphonse VII à Tuy un traité par lequel il se reconnaît son vassal. Là encore, le terme n’est pas spécifiquement mentionné, mais Alphonse Enríquez, simplement intitulé infans, se fait le « bon ami et fidèle » de l’empereur, duquel il tient son honor180. Les événements postérieurs semblent toutefois marquer une rupture de ce pacte. Après la grande victoire d’Ourique contre les Almoravides, le 25 juillet 1139, Alphonse Enríquez est proclamé rex Portugalensis et la lutte avec Alphonse VII reprend dès 1140. Une trêve est finalement établie à Valdevez, à une date incertaine, trêve qui devient paix durable en 1143. Or, à cette date, la documentation de l’empereur parle de « roi du Portugal »181, ce qui suppose que l’indépendance du territoire est désormais officiellement reconnue. La CAI corrobore cette idée en racontant comment, à l’issue du couronnement impérial, le roi de Navarre se rebella contre son seigneur,

  • 182 « Similiter et discors eodem tempore Adefonsus rex Portugalensium, filius comitis Enrrici et Taras (...)

et au même moment se rebella aussi le roi du Portugal Alphonse, fils du comte Henri et de la reine Thérèse. Ladite Thérèse était la fille du roi Alphonse, mais née d’une mère illégitime, quoique très chérie du roi, qui avait pour nom Jimena Muñoz. En raison de son amour et de son honneur le roi la donna en mariage au comte Henri et lui octroya une dot splendide en lui donnant le territoire portugais en droit héréditaire. À la mort du comte Henri, les Portugais l’appelèrent reine ; et à sa mort, en raison de son nom glorieux, ils appelèrent roi son fils, comme il le fut effectivement par la suite182.

  • 183 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 80-81.

69Mais d’autres actes montrent par ailleurs que la fidélité jurée par Alphonse Ier en 1137 est maintenue et qu’il est toujours considéré comme vassal de l’empereur183. La sortie définitive du Portugal du territoire castellano-léonais n’empêche donc pas son maintien dans l’orbite impériale.

  • 184 Voir par exemple la confirmation des diplômes de l’empereur par García Ramírez, attestant sa prése (...)
  • 185 « Porro imperator et Garsia rex sedebant in solio regno in loco excelso ante fores palatii imperat (...)
  • 186 « … Procedit Galliciensis », « Florida milities post hos urbis Legionis », « impiger Astur », « Ca (...)

70La fragmentation politique est en effet compensée par la mise en valeur des liens qui unissent à l’empereur chacun des membres de cet empire composite. Dans les diplômes, la mention des vassaux, tout particulièrement lorsqu’ils sont présents à la cour184, est aussi une manière de reconnaître le rôle de conseil qu’ils jouent auprès de l’empereur, dont ils sont les proches. Cette proximité est soulignée dans la CAI, notamment au travers du récit de la cérémonie durant laquelle García Ramírez de Navarre épouse l’infante léonaise Urraca, en juin 1144. La longueur de ce passage témoigne à elle seule de son importance. Le roi navarrais ayant décidé de se soumettre à l’empereur, les conseillers de ce dernier suggèrent de confirmer les liens qui unissent les deux souverains par un mariage (I, 91). L’empereur réunit alors les représentants de tout son royaume à León pour célébrer l’événement en grande pompe (I, 92). Vient enfin le moment de la cérémonie et des réjouissances qui l’entourent, durant lesquelles « l’empereur et le roi García étaient assis sur le trône royal, en un lieu surélevé devant les portes du palais de l’empereur, tandis que les évêques, abbés, comtes, nobles et ducs se trouvaient assis autour d’eux »185. Après quoi, l’empereur remet solennellement sa fille au roi García ainsi que de nombreux présents, et après que sa sœur Sancha en a fait autant, les époux font route vers la Navarre, accompagnés d’une suite composée des grands nobles du royaume. À Pampelune enfin, García Ramírez célèbre à son tour un grand banquet en l’honneur des Castillans (I, 94). Il ressort de ce passage que le souverain navarrais est présenté comme un allié de choix pour l’empereur, et pas seulement comme un subordonné. Cette idée est également présente dans le Poème d’Almería. Tel qu’il nous a été transmis, ce texte est constitué en grande partie d’une description des troupes qui se joignent à l’expédition que mène l’empereur. Les grands du royaume sont mentionnés — Fernando Pérez, Ramiro Fruela, Pedro Alfonso, Ponce, Fernando Juan, Álvaro Rodríguez, Martín Fernández — mais surtout chacun d’eux dirige les troupes d’une région : « en tête les troupes de Galice », « la cavalerie fleurie de León », « le vaillant Astur », « mille épées de Castille », « l’innombrable, insurmontable et insouciante Estrémadure », « Limia sur le pied de guerre », « Tolède », « Hita », etc.186. L’aide militaire fait partie des obligations vassaliques, aussi n’est-on pas surpris de retrouver à la suite des contingents régionaux la participation des troupes navarraises :

  • 187 « Ad bellum properat regalia signaque portat / Laxatis loris carus gener imperatoris, / Nomine Gar (...)

À la guerre se dirige bride abattue le cher gendre de l’empereur, appelé García, il porte les insignes royales. Pampelune toute entière s’unit à Álava, et la Navarre resplendit de son épée. Appuyé par toutes ces régions, sûr de lui, le fils de Ramire, apparenté depuis à l’empereur, se réjouit. Se réjouissant de son arrivée, toute l’Hispania le reçoit comme son seigneur, parce qu’elle sait qu’il est le favori du roi : il n’est pas différent des rois, mais au contraire leur semblable par l’impétuosité de sa lance187.

  • 188 Sur cette valorisation de la noblesse dans la PA, voir notamment S. Barton, « From Tyrants to Sold (...)

71Le ton employé dans le poème ne fait pas qu’attester la présence des différentes troupes : chacune d’elle est valorisée. Il est d’ailleurs intéressant de constater que cela ne concerne pas seulement les entités indépendantes, comme la Navarre, mais également les différentes régions à l’intérieur du royaume castellanoléonais : Galice, León, Castille, etc. À une échelle encore plus réduite, chaque famille nobiliaire est également glorifiée au travers des magnats décrits dans le poème188. Cette valorisation n’est certes pas inconditionnelle et la figuration de la Castille est en ce sens révélatrice :

  • 189 « Post hos Castella procedunt spicula mille, / Famosi ciues per secula longa potentes. / […] Caste (...)

Viennent derrière eux mille épées de Castille, citoyens fameux et puissants depuis de nombreux siècles. […] Les forces de Castille furent rebelles pendant des siècles. L’insigne Castille, avide de guerres cruelles, n’accepta qu’avec peine de courber la tête devant un roi. Elle vécut en rébellion tandis que brilla la lumière du ciel. La bonne étoile de l’empereur la dompta pour toute heure. Lui seul dompta la Castille comme une ânesse, imposant de nouvelles lois à son indomptable front. Cependant, valeureusement inébranlable, la puissante Castille s’en va en guerre volontaire, en brandissant haut les étendards189.

72Le message est clair : la reconnaissance d’une place dans l’empire ne tient qu’à la condition de la soumission à l’empereur.

  • 190 « … Quia Deus Omnipotens per eum et cum eo […] operatus est », CAI, Prefatio.
  • 191 Les trois actes contiennent une formule de datation ainsi formulée : « Imperante imperio Adefonso (...)
  • 192 D. Baloup, « Reconquête et croisade », en particulier la troisième partie de l’article, « Le roi n (...)

73Autre originalité de l’idéologie impériale d’Alphonse VII, cette intégration de la diversité s’étend même aux musulmans. Une telle affirmation semble au premier abord contredire la dimension conquérante qui caractérise la fonction impériale. Les conquêtes d’Alphonse VII sont réalisées au nom du christianisme, ses diplômes rappellent qu’il est empereur « Dei gratia » et l’auteur de la CAI fait de son œuvre impériale une manifestation du providentialisme divin, « parce que Dieu Tout-Puissant a agi à travers lui et avec lui »190. Et pourtant, les infidèles ont leur place dans la structure impériale. Cela est déclaré explicitement dans les diplômes qui mentionnent les alliés musulmans de l’empereur : Zafadola, Abengania et « de nombreux autres ». Dans trois donations à Abdelaziz Aboalil de 1156, il est même écrit qu’Alphonse VII « règne sur les Maures et sur les chrétiens »191. La CAI relaie encore une fois cette idée. Certains auteurs ont noté qu’elle constitue un des rares textes dans lesquels la négociation avec les musulmans est non seulement possible, mais même souhaitable, et utilisée comme une stratégie de gouvernement à part entière192. Alphonse VII négocie ainsi avec Zafadola, dont il obtient l’hommage (I, 28-29) puis, par son intermédiaire, avec les autres « princes des Agarènes » (I, 41) ; il concède une trêve au gouverneur de la forteresse assiégée de San Esteban, près d’Oreja, afin que celui-ci puisse demander une aide à l’émir almoravide (II, 57) ; il envoie des renforts à Cordoue à la demande du commandant Abefandi assiégé par Abengania (II, 9), etc. La nouveauté ne réside pas dans la pratique du pactisme avec les musulmans. Après tout, la stratégie de soumission des taifas durant les règnes de Ferdinand Ier et Alphonse VI reposait sur les mêmes principes de négociation avec ceux qui étaient pourtant considérés comme l’archétype de l’ennemi. Ce qui est par contre inusuel, c’est la valorisation de cette pratique, jusqu’alors tue dans les sources narratives chrétiennes, avouée à demi-mots seulement, voire condamnée. Dans la CAI, la négociation est à l’inverse mise en scène. Ainsi, durant la première grande expédition de 1133 en al-Andalus, Zafadola reçoit une ambassade secrète des princes agarènes, dont les messagers lui disent :

  • 193 « Loquere cum rege Christianorum et cum eo libera nos de manibus Moabitarum. Et dabimus regi Legio (...)

Parle avec le roi des chrétiens, et libère-nous avec lui des griffes des Moabites. Et nous donnerons au roi de León plus de tributs royaux que ce que nos pères donnèrent à ses pères, nous le servirons avec toi sans crainte, et toi et tes fils régnerez sur nous193.

74Et le fidèle Zafadola, après avoir pris conseil auprès de son seigneur, de répondre aux envoyés :

  • 194 « Ite, dicite fratribus meis principibus Agarenorum : capite uobis aliqua fortissima castella et a (...)

Allez, et dites à mes frères les princes des Agarènes : « Prenez quelques châteaux bien fortifiés et quelques tours, les villes les mieux protégées, provoquez la guerre en tout lieu, et le roi des Léonais et moi-même nous vous secourrons rapidement »194.

75En 1139, durant la campagne d’Oreja, c’est le gouverneur almoravide Ali qui s’adresse à l’empereur :

  • 195 « Habeto nos federatos et concede nobis spatium unius mensis, ut mittamus nuntios iterum trans mar (...)

Prends-nous comme alliés et concède-nous une trêve d’un mois, pour que nous envoyions de nouveau des messagers outre-mer à notre roi Texufin et à tout le territoire des Agarènes. Et s’il ne s’en trouve pas un pour nous défendre, nous sortirons et te remettrons la forteresse, à la condition que tu nous laisses partir en paix avec nos biens jusqu’à notre ville de Calatrava195.

76L’empereur, miséricordieux, leur répond :

  • 196 « Hoc pacto feriam uobiscum fedus, ut detis mihi quindecim obsides omnium uestrum maiores, excepto (...)

Je ferai avec vous un pacte à ces conditions : que vous me donniez quinze otages parmi vos nobles, à l’exception du roi Ali ; et s’il ne se trouve personne pour vous défendre, remettez-moi la forteresse. Que les balistes, toutes les armes et tous les biens royaux y demeurent, et emmenez avec vous vos biens personnels ; par ailleurs, que les prisonniers chrétiens qui se trouvent dans votre prison soient nourris [avec les produits] de ma table et par mes serviteurs, et qu’ils demeurent également avec moi196.

  • 197 Sur la différenciation des groupes musulmans dans la CAI, voir R. Barkai, El enemigo en el espejo, (...)
  • 198 « … Cum rege Ali et cum filio suo Texufino et cum ceteris regibus et principibus Moabitarum et Aga (...)
  • 199 CAI, I, 27. Voir le chap. vii, à la fin de « Le roi », p. 298.
  • 200 « … Principes et duces et omnis populus Agarenorum », CAI, II, 93.

77Dès lors qu’ils se soumettent à l’empereur — car il s’agit une fois de plus de la condition sine qua non pour aboutir à un accord — les musulmans sont donc susceptibles de se voir eux aussi intégrés à l’empire d’Alphonse VII. La négociation avec les musulmans ne se fait toutefois pas sans discernement et l’auteur de la CAI prend bien soin d’ajouter un critère supplémentaire afin de justifier cette apparente transgression de l’idéal de reconquête. Ce critère est, fondamentalement, ethnique. D’un bout à l’autre de la CAI, les musulmans sont divisés en plusieurs groupes197. D’un côté, les Agareni, nom par lequel sont désignés les musulmans qui habitaient al-Andalus avant l’invasion almoravide et qui, à l’image de Zafadola, se sont vu spolier par les Berbères. De l’autre, les Moabites, c’est-à-dire les Almoravides nouvellement maîtres de Cordoue. Eux-mêmes sont mis en difficulté par les Muzmuti — les Almohades — qui prennent le pouvoir au Maghreb suite à la désagrégation du pouvoir almoravide. Ils commencent à mener des expéditions dans la péninsule Ibérique après la prise d’Almería en 1147, aussi interviennent-ils moins dans le récit. Lorsqu’ils sont considérés ensemble, Agarènes et Moabites sont, par définition, des ennemis du christianisme et de l’empereur. Rappelons que le second livre de la CAI est consacré aux batailles livrées contre « le roi Ali, son fils Texufin et les autres rois et princes des Moabites et Agarènes »198. Par contre, les Agarènes, quand ils apparaissent indépendamment des Almoravides, ne bénéficient pas du tout du même traitement. Dans le tout premier discours que prononce Zafadola devant ses proches et conseillers en 1131, à l’issue de la prise de Castrojeriz, le roi musulman et sa famille sont présentés comme des victimes du joug almoravide qui cherchent, en s’alliant à l’empereur, à recouvrer une partie de leur statut d’antan199. Entre deux dominations, ils préfèrent choisir celle qui leur offre le meilleur sort. Cette même idée apparaît dans un autre passage de la chronique, qui relate le soulèvement général des Andalusíes contre les Almoravides en 1144 et en éclaire les raisons au travers d’un autre discours rapporté placé dans la bouche des « princes, chefs militaires et [de] tout le peuple des Agarènes »200 :

  • 201 « Quid faciemus, quia non poterimus substinere bellum imperatoris et ducum eius ? […] Moabite medu (...)

Qu’allons-nous faire, puisque nous ne pourrons pas résister à l’empereur et à ses chefs militaires ? […] Les Moabites consument les entrailles de la terre et nos biens, ils subtilisent l’or et l’argent, oppriment nos femmes et nos enfants. Alors battons-nous contre eux, tuons-les et débarrassons-nous de leur domination, puisque nous n’avons aucun droit dans le palais du roi Texufin, ni aucune hérédité parmi les fils d’Ali et de son père Yusuf201.

78Dans ces deux passages, les Agarènes font certes figures d’opportunistes. Mais un autre caractère leur est aussi accordé : la légitimité de leur présence dans la Péninsule, qui s’oppose à celle, illégitime, des Almoravides. En rappelant le statut privilégié dont jouissaient ses pères, Zafadola se réfère à l’époque où la puissante taifa de Saragosse était une entité autonome, quoique soumise au roi léonais. En évoquant leur absence de lien génétique avec les Almoravides, les Agarènes soulignent aussi une donnée fondamentale : eux sont nés dans la Péninsule. Dans les deux cas, c’est l’attachement à un passé — celui de la période des taifas, durant laquelle tous ces « princes » étaient indépendants — et à une terre — le sol hispanique — qui est exprimé au travers du rejet de la domination almoravide. À demi-mots, le chroniqueur fait des Agarènes des Hispani, et donc les alliés potentiels de l’empereur face aux envahisseurs Berbères.

79La fonction impériale d’Alphonse VII a été conçue comme un outil pratique de propagande monarchique, dont la ligne directrice semble avoir été la recherche d’une adéquation avec le contexte dans lequel il devait agir. Pour construire un système pertinent, les idéologues d’Alphonse VII n’ont donc pas hésité à jouer de la rupture et de la continuité, de la tradition et de l’innovation. Si le souverain empruntait sa titulature aux précédents « empereurs de toute l’Hispania », il ne prétendait pas faire de la dignité impériale un attribut dynastique. Son champ d’application fut au contraire restreint à l’exaltation de la seule figure d’Alphonse VII, dont le rôle sur la scène hispanique, détaché des expériences du passé et des incertitudes du futur, était dès lors perçu comme unique. Dans le même souci d’efficacité, l’idéologie impériale puisait dans la tradition certains caractères susceptibles de faire sens de manière contemporaine. Le souverain ne pouvait que tirer parti des possibilités de légitimation offertes par la lutte ancestrale contre l’Islam, aussi l’imperator se devait-il d’être d’abord un combattant, dont la prédominance faisait du même fait un meneur de la lutte à l’échelle péninsulaire. De la même manière, la place que tenait toujours le concept d’Hispania dans les mentalités amena à faire d’Alphonse VII un empereur d’abord hispanique. Mais l’idée impériale ne demeurait pas pour autant tributaire de la tradition et il semble que le souverain et ses idéologues aient été particulièrement clairvoyants quant à la nature chimérique, dans le contexte du XIIe siècle, des aspirations sous-tendues par ces postures traditionnelles. L’insertion progressive de la Castille-León dans la Chrétienté occidentale n’était plus compatible avec la restriction du champ d’action monarchique à la Péninsule, aussi la portée de l’empire fut-elle présentée comme s’étendant potentiellement au-delà des Pyrénées. De même, l’affirmation des nations au sein de l’Hispania chrétienne et la diversité ethnique d’al-Andalus ne furent pas combattues, mais au contraire mises à profit de manière à servir la propagande impériale. En conséquence, dans l’architecture féodale choisie pour l’empire d’Alphonse VII, l’hégémonie faisait place à la suzeraineté, laissant à chaque membre de l’empire la possibilité d’y jouer un rôle à sa mesure. Tout en conservant pour Alphonse VII la première place au sommet de la hiérarchie constituée, cette structure présentait en outre l’avantage d’admettre une géométrie variable et donc d’absorber tant la perte que le gain d’un membre — c’est-à-dire d’un territoire —, éventualités que les affrontements entre les entités tant chrétiennes que musulmanes rendaient plus que plausibles.

III. — UNE DIGNITÉ IMPÉRIALE LARGEMENT RECONNUE

80La systématisation de la titulature impériale et la multiplication des vecteurs de sa diffusion permettaient d’assurer une large visibilité sur la dignité alphonsine. Le sens qui lui fut donné témoigne par ailleurs d’une recherche de cohérence et de souplesse pour une fonction qui délaisse en partie l’idéalisme afin de s’enraciner au mieux dans la réalité. Le système impérial d’Alphonse VII a donc été échafaudé au travers d’une prise en compte importante des destinataires pour lesquels il devait faire sens. Aussi l’étude de sa réception constitue-t-elle un dernier point d’analyse incontournable.

  • 202 L’analyse du souvenir d’Alphonse VII est abordée dans le dernier chapitre de cette étude.

81S’agissant de la véritable réussite de la propagande développée autour de la figure d’Alphonse VII, nous avons choisi dans un premier temps de ne traiter que de la réception immédiate de l’idéologie impériale, de manière contemporaine et à différentes échelles202.

AU-DELÀ DE LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

  • 203 Ce que note P. Segl, Königtum und Klosterreform, pp. 204-205.
  • 204 Sur les relations entretenues par Alphonse VII avec Cluny : ibid., chap. 3. III. et 4. III. ; C. R (...)
  • 205 C. J. Bishko, « Peter the Venerable’s Journey to Spain ».

82La réception de l’idéologie impériale adoptée par Alphonse VII parmi ceux qui avaient été les interlocuteurs privilégiés d’Alphonse VI au-delà des Pyrénées, Rome et Cluny, offre un premier aperçu de la question. En dépit de ce qui est affirmé dans l’Estoria de España, rien n’indique qu’Alphonse VII ait obtenu une reconnaissance pontificale de son couronnement impérial de 1135. Par contre, au sein de la documentation clunisienne, son titre d’empereur lui est ponctuellement reconnu203. L’« amitié » entre l’abbaye clunisienne et le royaume castellano-léonais perdure en effet sous le règne d’Alphonse VII, malgré la cessation du paiement du cens annuel préalablement consenti204. C’est ce que rappelle l’abbé Pierre le Vénérable († 1156) dans une lettre qu’il adresse au pape Innocent II en 1143 à l’issue de son voyage dans la Péninsule et dans laquelle il sollicite la reconnaissance du transfert de l’évêque de Salamanque, Berenguer, sur le siège de Compostelle205 :

  • 206 « Imperator Hyspanus, magnus Christiani populi princeps, deuotus maiestati uestrae filius, […] int (...)

L’empereur hispanique, grand prince du peuple chrétien, fils dévoué de votre majesté, […] premier ami et bienfaiteur de l’église clunisienne parmi les rois du moment, m’a choisi comme présent médiateur et comme intercesseur auprès de vous206.

  • 207 « Hoc anno illo factum est, quo Hispanias adii et cum domino Aldefonso victorioso Hispaniarum impe (...)
  • 208 J. Wollasch, Synopse, t. II, p. 467.
  • 209 Ibid., p. 527.

83S’il est intitulé quelques lignes plus loin « rex Hyspanus », le souverain se voit encore attribuer le titre impérial par deux fois dans la suite de la lettre. En outre, on le retrouve dans le traité Contra sectam Sarracenorum composé par le même abbé207. Enfin, en tant que bienfaiteur de l’abbaye bourguignonne, Alphonse VII bénéficie également des prières posthumes prodiguées par les moines clunisiens. Son nom intègre donc les nécrologes de Saint-Martin-des-Champs, à la date du 21 août, où il est désigné par les termes « Aldefonsus imperator Hispaniarum »208, et de Marcigny-sur-Loire à la date erronée du 20 septembre : « A. imperator [His] paniaarum [sic] Aldefun [sus] »209.

  • 210 Voir P. Segl, Königtum und Klosterreform, pp. 206-207.
  • 211 « Sanciæ sorori imperatoris Hispaniæ », « illustri dominæ G. reginæ et materteræ Imperatoris Hispa (...)

84Par ailleurs, le titre impérial est également mentionné dans deux lettres de Bernard de Clairvaux expédiées vers 1149210. L’une est adressée « à Sancha, sœur de l’empereur de l’Hispania » et l’autre « à Elvire, reine et tante maternelle de l’empereur des Hispaniae »211.

  • 212 Rappelons que pour Bishko, le titre impérial des rois castellano-léonais, et notamment celui d’Alp (...)
  • 213 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 54-55 ; A. Ubieto Arteta, Historia de (...)
  • 214 A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 50.
  • 215 P. Kehr, « El papado », pp. 163-166.
  • 216 A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », pp. 51-53 ; B. F. Reilly, León-Castilla (...)
  • 217 P. Kehr, « El papado », p. 167.

85Non reconnu comme empereur à Rome, Alphonse VII l’est donc pourtant à Cluny et dans l’esprit de saint Bernard, ce qui invite d’abord à régler un point de réflexion laissé en suspens : le titre impérial n’était pas perçu comme l’expression d’une fonction susceptible de rivaliser avec celle de l’empereur germanique quand bien même on a vu que par certains aspects les idéologues d’Alphonse VII ont emprunté à des expériences « européennes »212. Les sources évoquées limitent en effet l’autorité impériale du roi à l’Hispania. De plus, l’apposition des titres imperator Hyspanus et rex Hyspanus dans la lettre de Pierre le Vénérable suggère qu’ils étaient considérés comme équivalents. Enfin, dans la mesure où l’abbé désigne le roi comme « imperator Hyspanus » dans une lettre à destination du pape, on peut en déduire qu’il estimait qu’à Rome une telle désignation ne devait pas non plus être perçue comme problématique. Et pourtant, les papes n’en firent pas usage. Le considéraient-ils donc inacceptable ? Précisément, un épisode des relations entre le Saint-Siège et le royaume de Castille-León est susceptible d’avoir eu quelque répercussion en l’espèce. On se rappellera que, dans l’idéologie impériale alphonsine, l’attribution du titre d’imperator au roi est liée à la situation particulière de 1135 dans laquelle Alphonse VII se trouve être le seigneur de nombreux vassaux. Parmi ceux-ci se trouve le roi de Navarre García Ramírez, porté sur le trône de Pampelune après la mort sans descendance d’Alphonse Ier d’Aragon. Cette succession allait cependant à l’encontre du testament du Batailleur, selon lequel son royaume était légué aux ordres militaires de la Terre sainte. Or, la papauté intervint auprès d’Alphonse VII et des autres princes péninsulaires en juin 1136 pour les sommer de faire respecter ces dispositions213. Dans ces circonstances, Alphonse VII aurait choisi d’accomplir les ordres pontificaux en renonçant aux avantages acquis à la faveur de la crise successorale : à l’automne 1136 il restitue le regnum caesaraugustanum à Ramire II d’Aragon — que celui-ci lui remet à son tour, peut-être en échange d’un hommage, pour la durée de sa vie — et rompt son alliance avec García Ramírez dans le but de renverser le royaume navarrais214. Ce retrait n’eut pourtant pas l’effet désiré par la Curie romaine puisqu’à l’été 1137 le comte de Barcelone Raymond Bérenger IV, à qui Ramire II a cédé sa fille et son autorité royale, est reconnu héritier d’Alphonse Ier, tandis que les ordres militaires renoncent aux biens légués en sa faveur215. En tant que successeur de ce qu’on commence à nommer alors la couronne d’Aragon, Raymond Bérenger devient du même fait vassal du Saint-Siège, puisque son prédécesseur sur le trône aragonais, Sanche Ramírez, s’était fait en 1068 miles Sancti Petri. Quant à Alphonse VII, il conserve autorité sur Saragosse, mais doit en céder en décembre 1137 le gouvernement au comte de Barcelone en échange de l’hommage de celui-ci216. Par la suite, il renouvelle son alliance avec García Ramírez, dès lors présenté comme son vassal. Or, si le pape semble avoir accepté le règlement de la succession aragonaise en faveur de Raymond Bérenger IV, il ne reconnaît pas l’existence d’un royaume de Navarre : García Ramírez n’est que dux Pampilonensium dans la documentation pontificale217. Les souverains pontifes ont-ils donc également refusé d’entériner la titulature d’Alphonse VII qui entrait en contradiction avec la position de la Curie romaine quant aux affaires péninsulaires ? Cette hypothèse supposerait qu’à Rome on ait eu une conscience assez précise de la signification vassalique et supra-nationale et des implications territoriales contenues dans le titre d’imperator totius Hispaniae. Cette disparité de réception du titre impérial donne en tout cas la mesure de sa diffusion au-delà des Pyrénées. Ignorée, consciemment ou non, par certains, cette particularité hispanique eut chez d’autres un certain retentissement.

  • 218 Robert de Torigni a composé son œuvre à partir de 1149, lorsqu’il fut élu prieur du Bec, et l’a co (...)

86L’empire hispanique a notamment intrigué Robert de Torigni († 1186) qui, dans la Chronique universelle qu’il commence à rédiger à partir de 1149218, fait plusieurs fois référence à Alphonse VII en tant qu’empereur. La première mention apparaît dans le récit des événements relatifs à la lutte contre l’Islam survenus en Terre sainte et dans la péninsule Ibérique au cours des années 1147-1148. Face aux difficultés éprouvées par les chrétiens en Orient, la situation péninsulaire est plus réjouissante :

  • 219 « Melius acciderat anno præterito christianis principibus in Hispania. Nam imperator Hispaniarum, (...)

L’année antérieure avait mieux commencé pour les princes chrétiens en Hispania. En effet l’empereur des Hispaniae, dont la capitale impériale est la cité de Tolède, conquit sur les païens et avec l’aide des Pisans et des Gênois la noble ville d’Almería. Le roi de Galice [i. e. le Portugais Alphonse Ier], fort du soutien des Normands, des Anglais et de beaucoup d’autres qui se dirigeaient vers Jérusalem avec leurs forces navales, prit aux Agarènes la ville de Lisbonne, de la même façon qu’il avait conquis sur eux, l’année précédente, une autre ville, à savoir Santarém. Enfin le comte de Barcelone conquit la même année [en réalité en 1148] la ville de Tortosa219.

87Plus loin c’est à propos de l’union du roi de France Louis VII avec l’infante léonaise Constance que le chroniqueur est amené à mentionner de nouveau l’empereur Alphonse. Or, à cette occasion, il prend soin de préciser le sens du titre qu’il rapporte :

  • 220 « Ludovicus rex Francorum duxit uxorem filiam Anforsi regis Hispaniarum. Caput regni hujus regis c (...)

Louis, roi des Francs, prit pour épouse la fille du roi des Hispaniae Alphonse. La capitale de son royaume est la cité de Tolède. Parce qu’il règne sur les roitelets d’Aragon et de Galice [i. e. du Portugal], on l’appelle empereur des Hispaniae220.

  • 221 « Ludovicus, rex Francorum, gratia orationis perrexit ad Sanctum Jacobum de Gallicia, et ab impera (...)
  • 222 « Agareni civitatem Almariam in Hispania super christianos, quam amiserant, obsidione cum nonnulli (...)

88Robert de Torigni a dû être étonné de la titulature d’Alphonse VII. Aussi commence-t-il par le nommer roi avant d’expliquer l’origine du titre impérial, résultat pour lui de circonstances particulières. En effet, il existe au sein de la Péninsule des « roitelets » — notons la hiérarchie entre le rex et les reguli — sur lesquels Alphonse VII « règne » — principatur. Il est donc un roi de rois en quelque sorte. Ainsi, même s’il n’est pas question de vassaux, il s’agit là d’un texte approchant au plus près des fondements de l’idéologie impériale alphonsine. Dans la suite du texte Alphonse VII est encore mentionné à deux reprises en tant qu’« empereur des Hispaniae », lorsqu’est relaté le pèlerinage de Louis VII à Saint-Jacques-de-Compostelle, à l’occasion duquel il est reçu par son beau-père221, et enfin lorsqu’Almería est reconquise par les musulmans almohades, ce qui, au dire du chroniqueur, causa tant de chagrin et de honte à l’empereur qu’il en mourut222.

DANS LES TERRITOIRES « VASSAUX »

  • 223 Constitue une exception la lettre que Raymond Bérenger IV expédie en 1157, relative aux conditions (...)
  • 224 H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez ».
  • 225 « … Ut rex Garsias seruiret imperatori sine fraude cunctis diebus uite amborum », CAI, I, 91.
  • 226 J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1263.
  • 227 « De alia quoque terra Pampilonie, pro qua rex Sancius et rex Petrus Adefonso regi Legionensi homi (...)
  • 228 A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 65. Texte de l’accord daté du 1er jui (...)
  • 229 Liber Feudorum Maior, éd. F. Miquel Rosell, t. I, n° 29.
  • 230 Ibid., n° 30.

89Parmi les pactes conclus entre l’empereur et les princes péninsulaires qui ont été transmis jusqu’à nous, un certain nombre contient des conditions qui font de ces derniers les vassaux de l’empereur bien que, et il faut le remarquer, le terme vasallus n’y intervienne presque jamais223. En 1135, García Ramírez devient ainsi l’« homme » de l’« empereur d’Hispania »224. En revanche, des nombreuses ruptures et réconciliations entre le roi de Navarre et Alphonse VII dans les années suivantes, aucun traité n’a été conservé. À en croire la CAI, García Ramírez aurait cependant juré, en 1144, qu’il « servirait l’empereur sans tromperie durant toute la vie de chacun »225. En 1137 le futur roi du Portugal, Alphonse Enríquez, est lui aussi contraint de reconnaître Alphonse VII, Ispanie imperator, pour seigneur. Par le traité de Tuy il devient « bonus amicus eius et fidelis »226. Le nom d’Alphonse Ier n’est cependant jamais intégré à la liste des vassaux cités dans le protocole final des actes d’Alphonse VII. Quant à Raymond Bérenger IV, il n’existe pas de sources documentant l’hommage qu’il prête pour Saragosse en 1137. Par contre, le pacte qu’il signe avec Alphonse VII à Carrión le 22 février 1140, prévoyant les conditions de répartition entre les deux souverains du royaume de Navarre pour le cas où ils réussiraient à anéantir García Ramírez, contient des clauses impliquant la vassalité du comte. En vertu de cet accord, Raymond Bérenger IV recevrait les deux tiers du territoire navarrais, pour lesquels il fait hommage à l’imperator Ispanie de la même manière que Sanche Ramírez et Pierre Ier d’Aragon avaient prêté hommage à Alphonse VI227. Les deux souverains juraient en outre de ne pas pactiser avec García Ramírez sans l’accord de l’autre partie. Ainsi a-t-on vu que l’empereur arbitrait en 1146 à San Esteban de Gormaz la paix entre le comte barcelonais et le roi navarrais. Mais en 1149, un nouvel accord se fait sans l’intermédiaire de l’empereur, ce qu’Ubieto Arteta interprète comme un « symptôme anti-impérial »228. La mort de García Ramírez le 21 novembre 1150 met cependant fin à l’accord et rétablit l’autorité de l’empereur sur ses vassaux. Sanche VI Garcés, fils et successeur du défunt, prête hommage à l’empereur et l’alliance est renforcée par l’union du futur Sanche III avec la sœur du Navarrais, Blanche. Le projet de répartition de la Navarre établi à Carrión est toutefois renouvelé le 27 janvier 1151 par le traité de Tudején et Raymond Bérenger y fait de nouveau hommage à l’imperator, cette fois pour la moitié orientale du royaume navarrais, mais aussi pour les futures conquêtes sur les terres musulmanes de Valence et Murcie229. Après la mort de Blanche en 1156, et suite à l’attaque que porte Sanche VI Garcés contre Raymond Bérenger, le projet est encore prorogé à Lérida en mai 1157230.

  • 231 Il est vrai cependant que dans les actes évoquant l’illustre grand-père du roi portugais, Alphonse (...)
  • 232 « Ego Garsias rex Pampilonensis hoc donum quod domnus meus Aldefonsus imperator dedit tibi Garsia (...)
  • 233 Contra, A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 47, qui affirme que la vassal (...)
  • 234 « … Propter quod fuistis meos fideles quando venit ille imperator et non me falistis », D. Alegría(...)
  • 235 « … In anno quando rex Garsias pacificauit se cum imperatore Castellie et comite Barchilonense », (...)
  • 236 Ibid., n° 137.
  • 237 Alphonse VII est apparu dans un jurement de fidélité de l’évêque Lope de Pampelune à Raymond Béren (...)
  • 238 Voir par exemple la datation d’un acte du comte de Barcelone relatif à la colonisation de Saragoss (...)
  • 239 A. Ubieto Arteta, Historia de Aragón. Literatura medieval, pp. 27-28.
  • 240 « Factum est autem quod Ranimirus rex Aragonis mitteret Caxal ab imperatorem », P. de Bofarull y M (...)

90Au quotidien pourtant, les actes des « vassaux » d’Alphonse VII n’expriment pas une dépendance envers l’empereur. Alphonse Ier du Portugal ne le mentionne pas dans ses diplômes, ni avant l’indépendance portugaise, ni après231. Certes, dans un diplôme par lequel Alphonse VII établit une concession monétaire en faveur de l’évêque de Saragosse, le roi navarrais confirme « ce don que [son] seigneur l’empereur Alphonse a donné [à l’évêque García] »232. Mais parmi les actes de García Ramírez, peu mentionnent Alphonse VII et encore moins comme seigneur233. En février 1144, il octroie un fuero aux colons de Peralta, « parce qu’[ils lui] furent fidèles lorsque l’empereur est venu et ne [lui ont] pas fait défaut »234. L’année précédente, il confirmait un acte de l’évêque de Tarazona daté de « l’année où le roi García fit la paix avec l’empereur de Castille et le comte de Barcelone »235. Quant à Sanche VI Garcés, on n’a trouvé de référence à Alphonse VII dans ses diplômes qu’en une occurrence bien postérieure, en 1193, où il se présente sous le titre de « rex Nauarre, gener imperatoris »236. Dans les actes de Raymond Bérenger IV, Alphonse VII n’apparaît guère davantage237, même au sein de ceux émis à ou concernant Saragosse, alors même que le comte est sensé tenir de l’empereur ce territoire238. On mentionnera toutefois la transmission, au sein des parchemins des comtes barcelonais, d’une narration historique concernant la problématique succession du Batailleur et l’accord de Valdoluengo signé en 1135 entre Ramire II et García Ramírez. Peut-être rédigé peu de temps après les événements relatés239, ce texte, auquel on a donné le titre Ab obitu Adefonsi regis, mentionne également les pourparlers entre le roi aragonais et « l’empereur » Alphonse VII240.

  • 241 R. Gibert, « Observaciones », p. 447.
  • 242 Là encore le rôle de communication qu’eut le couronnement impérial doit être souligné. Entre octob (...)

91Les vassaux d’Alphonse VII ne se présentent donc pas comme faisant partie d’un empire. Cela n’est pas illogique et on rappellera la remarque que Gibert formulait à l’encontre des théories de Menéndez Pidal : « pour toute prétention hégémonique on doit supposer une résistance de ceux qu’on prétend dominer »241. Cependant, il est intéressant de souligner qu’Alphonse VII est toujours désigné imperator dans les actes que l’on vient d’évoquer. Aussi ce titre ne devait-il pas être perçu comme l’expression d’une autorité supra-nationale d’Alphonse VII. D’ailleurs l’étendue de celle-ci est précisée parfois et on constate qu’elle demeure circonscrite au royaume castellano-léonais : ici Alphonse VII est « empereur de Castille », là il règne sur « Tolède et León », et non sur tota Hispania. Enfin, il est parfois désigné par le seul terme imperator, sans que son nom ou le territoire gouverné soient mentionnés. Cela signifie que l’identité du personnage évoqué par ce terme était évidente et sans équivoque pour les contemporains. Dans la même logique Alphonse VII apparaît dans les chartes privées en imperator ou reximperator du León, de la Castille et parfois de l’Hispania, comme il a été possible de l’observer dans les actes du regnum caesaraugustanum postérieurement à 1135242.

92La diffusion du titre impérial au sein des royaumes chrétiens de la Péninsule amène à constater que les efforts déployés pour systématiser l’usage du titre impérial ont porté leurs fruits. Quant au sens attribué au titre impérial, on doit par contre conclure à une réception moindre, car les fondements de l’idéologie impériale alphonsine ne semblent pas avoir été perçus ou, plus logiquement, pas acceptés ni exprimés. Qu’en est-il dans les territoires musulmans ?

93À la différence du cas d’Alphonse VI, pour lequel les Mémoires d’‘Abd Allāh fournissaient un précieux témoignage, il n’existe pas de sources contemporaines du règne d’Alphonse VII mentionnant les relations de l’empereur avec ses interlocuteurs musulmans et l’historien est tributaire des sources narratives postérieures. On le retrouve ainsi durant la seconde moitié du XIIe siècle dans l’œuvre d’Ibn al-Kardabūs. Après la défaite d’Uclés, raconte l’historien tunisien, Alphonse VI ne survit pas longtemps à son fils Sanche. Lui succède alors sa fille qui choisit d’épouser « Ibn Ramire » — Alphonse Ier d’Aragon — pour éviter d’être mariée contre sa volonté. Malheureusement l’union n’est pas des plus réussies, et s’ensuit un grand affrontement. La reine par la suite se remarie avec un comte « avec lequel elle eut un enfant, “le petit sultan” (sulayṭin), que les chrétiens firent roi ». Ibn al-Kardabūs délaisse alors l’histoire de la Castille-León pour se centrer sur Alphonse Ier d’Aragon et sur la conquête de Saragosse, qui oblige ‘Imad al-Dawla ibn al-Musta’īn ibn Hūd — le père du fameux Zafadola — à se retrancher dans Rueda. Intervient alors Alphonse VII :

  • 243 Ibn Al-Kardabūs, Kitāb al-Iktifā’, pp. 145-146.

Alors l’empereur tyran (ṭāgiyat al-inbirāṭūr), celui que l’on surnommait « petit sultan », lui [Zafadola] écrivit ceci : « Sors de Rueda, et en échange je te donnerai en Castille ce qu’il y a de plus avantageux pour toi, puisque tu te rapprocheras de l’Occident d’al-Andalus. Ensuite j’irai avec toi, personnellement et avec mes troupes et mes héros, dominer ces territoires. Tu inviteras les musulmans à t’obéir et pour ceux qui seront d’accord et se joindront à toi, tu laisseras auprès d’eux des personnes dignes de confiance, et tu nommeras des gouverneurs ; quant à moi, je les protègerai des attaques des chrétiens, car je serai pour eux comme un père plein de sollicitude et de compassion. J’imagine qu’aucun ne refusera de t’accepter, puisque les Almoravides leur ont déjà fait goûter les châtiments les plus cruels, et tous les haïssent et attendent que leur roi, prostré, se manifeste. Et si ils [les Almoravides] posaient la main sur toi, ils n’auraient plus personne de leur côté, car [les Andalusíes] n’ont plus qu’un seul descendant de leurs rois, toi »243.

  • 244 Voir « Au sein des territoires soumis à Alphonse VI », p. 233.

94Alphonse VII est ici désigné par son titre impérial et cette fois l’auteur ne ressent pas le besoin d’en préciser l’origine comme il l’avait fait pour Alphonse VI, en rapportant le terme imperator aux « Césars » et à l’équivalent musulman « Commandeur des Croyants »244. Est-ce parce qu’il avait, de fait, déjà donné une explication à ce titre dans les pages précédentes de son histoire ? Les paroles qu’il place dans la bouche d’Alphonse VII laissent penser en tout cas qu’Ibn al-Kardabës avait conscience des spécificités du projet impérial de l’empereur et de ses différences avec celui de son grand-père. En effet, alors qu’il mettait en exergue l’insensée ambition hégémonique d’Alphonse VI, il lui oppose dans le cas d’Alphonse VII un projet d’inféodation des musulmans. L’empereur prend sous sa protection Zafadola et l’ensemble des Andalusíes, tandis que ceux-ci s’engagent à lui obéir, et que Zafadola reçoit ce qui ressemble à un fief. L’alliance est en outre également offensive, puisqu’Alphonse VII s’engage à attaquer les ennemis de ses alliés, à savoir les Almoravides. Enfin, les liens créés constituent une sorte de pyramide féodale au sommet de laquelle se trouve l’empereur, tandis que Zafadola occupe un échelon intermédiaire entre celui-ci et les Andalusíes. Ibn al-Kardabūs relève de plus le parti que tire Alphonse VII du nationalisme andalusí, en opposant la légitimité de Zafadola, dernier descendant des rois d’al-Andalus, aux cruels Almoravides. La différence entre le projet impérial d’Alphonse VI et celui d’Alphonse VII apparaît donc clairement : hégémonie d’un côté, lien vassalique de l’autre. C’est néanmoins la seule information que l’on trouve à propos d’Alphonse VII dans le Kitāb al-Iktifā’.

DANS LE ROYAUME DE CASTILLE-LEÓN

95Au sein du royaume de Castille-León, l’étude de la réception de l’idéologie impériale d’Alphonse VII permet d’aboutir à des conclusions sensiblement différentes. En effet, au-delà des sources officielles, la documentation est très laconique quant au sens à donner au projet impérial. Par contre, l’usage d’intituler le roi « empereur » s’est répandu dans l’ensemble du royaume.

  • 245 Chronicon compostellanum, éd. E. Falque, 25.
  • 246 Voir « L’“empereur” asturo-léonais, une chimère ? », p. 58, n. 23.
  • 247 « … Inclitus imperator Hyspanus Aldefonsus, bona memorie dignus », Liber Sancti Iacobi, éd. K. Her (...)
  • 248 « … Temporibus Didaci, archiepiscopi Iacobite, et Adefonsi, imperatoris Yspanie et Galletie, et Ca (...)

96De cette importante diffusion du titre impérial, il n’existe que peu de témoignages narratifs. Les œuvres rédigées durant le règne d’Alphonse VII ne traitent en effet pour la plupart pas de ce dernier, aussi n’y est-il que rarement mentionné. Le Chronicon Compostellanum (v. 1130) s’achève certes sur sa montée sur le trône, mais il n’y fait l’objet que d’une rapide mention dans laquelle le titre de roi n’est pas même utilisé245. Il est éventuellement possible que le livre III du Codex Calixtinus (second quart du XIIe s.) fasse référence à Alphonse VII lorsqu’est décrite la procession du 30 décembre qui célèbre la déposition de saint Jacques, dont l’initiative est attribuée à « l’illustre empereur hispanique Alphonse »246. L’imperator en question est toutefois décrit comme « digne de bonne mémoire », expression d’ordinaire réservée aux défunts247. À moins de retarder la date de rédaction de l’œuvre, il peut donc difficilement s’agir d’Alphonse VII. Un passage du livre V du codex évoque en revanche « l’époque de Diego, archevêque de saint Jacques, d’Alphonse, empereur d’Hispania et de Gallice, et du pape Calixte »248.

  • 249 Historia compostellana, éd. E. Falque, pp. xiii-xxi. L’éditrice a repris ces informations dans l’i (...)
  • 250 Le passage d’Alphonse VII de l’état de puer à celui de iuuenis est marqué par une intervention de (...)
  • 251 « Qualiter in Portugaliam iuit cum imperatore et qualiter in reditu imperator ingratus ei fuit », (...)
  • 252 « Qualiter imperator pecuniam ab archiepiscopo uiolenter extorsit », HC, II, lxxxvi.
  • 253 « Qualiter archiepiscopus super premisso excessu imperatorem ad satisfaciendum induxit », HC, II, (...)
  • 254 « Qualiter imperator castrum sancti Georgii ecclesie Compostellane donauit », HC, II, lxxxv, 6.
  • 255 « Soror imperatoris sepulturam in ecclesia Compostellana elegit », HC, II, lxxxviii.
  • 256 HC, II, xcii ; xciii, 2 ; III, vii, 5 ; xxxi ; xxxix, 5 ; xliii, 4.
  • 257 HC, III, vii, 3.
  • 258 HC, III, xliii, 1.
  • 259 HC, III, xliii, 2.
  • 260 HC, III, xliii, 3.
  • 261 Imperator est présent à 168 reprises à partir de cette notice et jusqu’à la fin de l’œuvre.
  • 262 Précisions apportées par F. López Alsina, La ciudad de Santiago, pp. 82-84 et 88.

97Un autre texte rédigé dans le milieu compostellan est néanmoins à lui seul révélateur des résultats produits par l’offensive idéologique impériale. Rédigée en plusieurs étapes et par plusieurs auteurs249, l’Historia Compostellana démontre en effet l’enracinement progressif du titre impérial d’Alphonse VII. Le fils d’Urraca et du comte Raymond apparaît pour la première fois au chapitre xlvi du livre I, dans lequel, après la mort du comte en 1107, Alphonse VI demande à tous les nobles de Galice de prêter serment de fidélité au fils du défunt et en fait l’héritier du comté. À partir de cette première notice Alphonse Raimúndez occupe une place importante dans le récit dans la mesure où, placé sous la tutelle de Diego Gelmírez, il justifie à la fois la recherche d’autonomie des Galiciens face à Urraca et au Batailleur, et le rôle que joue l’évêque compostellan dans la vie politique du territoire. L’infant est alors toujours désigné par des termes qui attestent sa jeunesse et son manque d’autonomie250 même si, à partir du chapitre lxvi dans lequel est relaté son premier couronnement du 19 janvier 1111, il est aussi intitulé régulièrement rex. Après sa montée sur le trône en 1126 (livre II, chap. lxxx), ces allusions cessent et il est dès lors intitulé rex. Quelques pages plus loin, le titre d’imperator commence également à faire son apparition, notamment dans toute une série des titres qui ouvrent les chapitres de l’œuvre, alors que dans leur texte le titre rex continue à être utilisé : « comment il [l’archevêque] s’en fut au Portugal avec l’empereur, et comment au retour l’empereur se montra ingrat »251 ; « comment l’empereur extorqua violemment de l’argent à l’archevêque »252 ; « comment l’archevêque amena l’empereur à réparer l’abus mentionné »253 ; « comment l’empereur donna le château de San Jorge à l’église compostellane »254 ; « la sœur de l’empereur choisit d’être ensevelie dans l’église compostellane »255. En outre, le titre impérial est également rapporté dans les actes diplomatiques et missives que les auteurs de l’Historia Compostellana ont insérés dans leur texte. Alors qu’ils continuent à n’attribuer à Alphonse VII que le titre royal, ce dernier est donc imperator totius Hispaniae dans les diplômes et lettres adressés à l’archevêque et à son église256, imperator dans les canons du concile tenu à Palencia en 1129257, dans une lettre du chancelier Berenguer à Diego Gelmírez258, dans une autre lettre du peuple de Salamanque à l’archevêque259 et dans une dernière correspondance du primat de Tolède260. Enfin, à partir du chapitre xlvi, § 3 du troisième livre, qui correspond au récit de la révolte communale survenue à Compostelle en 1136, le titre impérial apparaît dans le texte des notices. Dès lors et jusqu’à la fin de l’œuvre, Alphonse VII n’est plus désigné que par le titre d’imperator, utilisé sans que son nom soit juxtaposé au terme261. Or, l’apparition du titre coïncide avec une partie de l’Historia Compostellana qui a été rédigée après la mort de Diego Gelmírez — c’est-à-dire après 1140 — puisque celui-ci y est présenté comme déjà mort. Les livres et chapitres précédents ont été rédigés jusqu’à l’année 1136, à l’exception des titres de chapitre, dont une partie au moins fut rédigée en même temps que la dernière partie de l’œuvre262.

  • 263 Sur ce point voir les réflexions de J. M. Sánchez Sánchez, « La proyección política de Alfonso VII (...)
  • 264 Cette dette d’Alphonse VII envers Diego Gelmírez est rappelée tout au long de l’œuvre. Voir notamm (...)
  • 265 « Imperator […] non minus estuans amore pecunie quam Crassus dictator Romanus, cuius erat condit (...)
  • 266 Le terme imperium est employé dans un sens territorial à plusieurs reprises dans les chapitre lii, (...)

98Cette émergence progressive du titre impérial amène à formuler plusieurs remarques. Les premiers auteurs de l’Historia Compostellana ne semblent pas avoir porté un intérêt particulier à l’itinéraire impérial d’Alphonse VII, alors même que les documents intégrés dans l’œuvre prouvent qu’ils avaient connaissance de l’utilisation du titre d’imperator. Et pour cause, l’œuvre est toute entière consacrée à la gloire de Diego Gelmírez. Alphonse VII n’intervient dans le récit que dans la mesure où ce propos le justifie263. D’ailleurs, les relations entre le roi et son ancien protecteur furent pour le moins houleuses après qu’il fut monté sur le trône léonais et l’ingratitude du souverain envers celui qui l’avait pourtant baptisé et oint roi264 est régulièrement soulignée. Or, même après que le titre d’imperator a remplacé celui de rex, le portrait d’Alphonse VII est toujours aussi nuancé. L’auteur de la dernière partie de l’œuvre va même jusqu’à le comparer au romain Crassus afin d’illustrer sa soif insatiable d’or265. Appeler Alphonse VII « empereur » n’est vraisemblablement pas une manière de louer le souverain. Aussi ce changement de désignation indique-t-il que le titre impérial était devenu, entre 1136 et 1140 et dans l’esprit des auteurs du texte, la manière habituelle et adéquate de désigner leur roi. Le succès de l’entreprise de systématisation du titre impérial est donc ici pleinement mesurable. Quant au sens que pouvait avoir ce titre pour les auteurs de l’Historia Compostellana, il est plus difficile de s’en assurer. Tout au plus peut-on souligner qu’il n’est pas associé, dans les notices où il est employé, à la totalité péninsulaire puisqu’il n’est pas accompagné du génitif Hispaniae. Le titre pourrait avoir conservé le sens général de commandant supérieur et peut-être même son sens militaire, ce que tendrait à confirmer l’emploi de l’adverbe imperialiter qui qualifie au livre III, chap. xxxix § 4 la façon dont l’empereur organise une expédition contre les musulmans. Enfin, dans les tout derniers chapitres de la chronique, le terme imperium devient l’équivalent de regnum266. Le territoire sur lequel s’exerce cet imperium n’était donc probablement pas envisagé au-delà des frontières du royaume.

  • 267 M. Valcarce, El dominio, n° 17 ; J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), nos 1239, 1266 (...)
  • 268 Le 12 avril 1127, Sancha réalise une donation « iussione fratris mei Legionensium regis domni Adef (...)
  • 269 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 141.
  • 270 « Et ego infantissa domna Sancia quod frater meus rex domnus Alfonsus fecit, laudo et confirmo », (...)
  • 271 L. García Calles, Doña Sancha, n° 10 ; J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V) (...)
  • 272 Voir par exemple J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1313.

99En dehors de ces indices narratifs ce sont surtout, comme pour les périodes précédentes, les sources diplomatiques qui témoignent de l’ampleur de la diffusion du titre impérial dans le royaume. Cela apparaît dans les actes des proches d’Alphonse VII, au sein desquels le souverain est de plus en plus régulièrement intitulé imperator. Les actes et confirmations de sa sœur Sancha, où est signalée sa parenté avec Alphonse VII, l’illustrent parfaitement. Au début du règne, ce dernier est intitulé roi267, alors même qu’il confirme de son titre impérial certains des actes dont il est question268. Cela est peut-être dû au fait que Sancha fait surtout rédiger ses actes dans les scriptoria des établissements bénéficiaires269. Mais même dans certains diplômes d’Alphonse VII, il arrive qu’une confirmation de Sancha soit intégrée et qu’elle n’y évoque que son frère le « roi »270. Plus tard dans le règne, le titre royal disparaît, Sancha devient « sœur de l’empereur » dans les suscriptions271 et dans le dispositif des actes Alphonse VII est également imperator272.

  • 273 « … Quantam hereditatem habeo, et iurifico tam illam, quam dominus imperator Adefonsus Raimundi iu (...)
  • 274 « … Cum consilio illustris viri Ildefonsi Hispaniarum imperatoris », T. Minguella y Arnedo, Histor (...)
  • 275 « … Rogatu domni imperatoris », ibid., n° 18 (1140).
  • 276 Ibid., nos 19 et 33, et « A. imperator » au n° 28.
  • 277 Ibid., n° 23.
  • 278 « … Quem admodum dominus meus imperator Adefonsus eam mihi donauit et confirmauit », M. L. Ledesma (...)
  • 279 « … Inquisiuimus iudicium imperatoris […], et super hoc indicauit imperator quod… », M. L. Ledesma (...)
  • 280 « … Sicut eam domnus meus imperator Adefonsus tradidit mihi », J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de (...)
  • 281 « … Illud linare regium quod habui ab imperatori pro servitio quod ei servivi », A. Quintana Priet (...)
  • 282 « … Consilio imperatoris domni Adefonsi », M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 50.
  • 283 « … Uobis domno Adefonso inperatori tocius Hispanie », A. C. Floriano Cumbreño, Colección de Belmo (...)
  • 284 « … Precepto et auctoritate imperatoris Yspaniarum domni Adefonsi » ; « quam nobis prenominatus im (...)

100Plus révélatrice est la présence du titre impérial dans la documentation privée. À cet égard on soulignera que le titre est surtout inséré, comme c’était le cas déjà pour Alphonse VI, dans la datation des chartes. Mais il se manifeste également au cœur de leur dispositif. En 1135 le comte Rodrigo González de Lara cède un domaine que lui avait attribué son « seigneur l’empereur Alphonse Raimúndez »273. Une sentence du cardinal Guido au concile de Burgos de 1136 est énoncée « avec le conseil de l’illustre Alphonse empereur des Hispaniae »274. Une concession de l’évêque de Sigüenza au chapelain du roi d’Aragon, datée de 1140, est réalisée « à la demande de l’empereur »275. Le même évêque, Bernard, se réfère d’ailleurs régulièrement dans ses actes à Alphonse VII par le seul terme d’imperator276 ou, de manière plus élogieuse, par l’expression « piisimus imperator Ildefonsus »277. Dans une charte de 1139 un particulier cède un bien « tel que [son] seigneur l’empereur le [lui] a donné et confirmé »278. Une enquête est portée en 1144 devant « l’empereur »279. Une villa est cédée en 1146 « telle que [le] seigneur et empereur Alphonse l’avait transmise »280. En 1150 est réalisée la donation d’un bien « reçu de l’empereur pour les services qui lui [ont été] rendus »281. La même année une autre décision est prise « d’après le conseil de l’empereur Alphonse »282. Le comte Pedro Alfonso, fondateur du monastère de Lapedo, en fait donation à Alphonse VII en 1151 et s’adresse à « Alphonse, empereur de toute l’Hispania »283. Un échange est réalisé en 1156 « à la demande et sous l’autorité de l’empereur des Hispaniae Alphonse », à propos d’un bien « que ledit empereur […] avait donné »284.

  • 285 Les collections de la cathédrale de León et du monastère de Sahagún représentent à elles seules le (...)
  • 286 E. Duro Peña, « San Pedro de Vilanova de Dozón », n° 2, daté de 1124 ; M. Mañueco Villalobos et J. (...)
  • 287 Il arrive même que le titre imperatrix soit la seule composante impériale de la datation, comme pa (...)
  • 288 T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, n° 9 ; L. M. Villar García, Documentac (...)
  • 289 Á. Rodríguez González, El tumbo de San Martín de Castañeda, nos 29 et 32.
  • 290 13 chartes ne font référence à aucun territoire ; 87 font référence à un seul territoire ; 53 à 2 (...)

101Concernant la datation, il nous a été donné de relever des références à l’empereur dans 208 actes, sous trois formes : au travers du participe présent imperante (14 occurrences) ; du titre imperator (111 occurrences) ; ou du participe imperante associé au titre imperator (83 occurrences). Ces chiffres constituent un peu moins du tiers de l’ensemble des actes privés sondés pour le règne d’Alphonse VII, ce qui nous place d’emblée dans des proportions largement supérieures aux statistiques du règne d’Alphonse VI. De plus l’ensemble, ou presque, des collections diplomatiques sondées est représenté dans ces statistiques, dans des proportions il est vrai fort différentes285. Celles qui n’y figurent pas sont composées d’actes antérieurs ou postérieurs à son règne (cathédrale de Coria, monastères de Cardeña, d’Óvila et Santa María de Huerta), ou concernent le territoire portugais (monastères de Lorvão et Guimarães) où Alphonse VII ne règne plus effectivement, quand bien même cela n’est officiel qu’à partir de l’indépendance du Portugal en 1140. À l’inverse, certaines collections ne font référence à lui qu’avec le titre impérial (Celanova, Fitero). Surtout, la chronologie de ces datations est frappante car, à l’exception de deux actes286, l’ensemble de ces chartes est postérieur à 1135. L’impact suscité par le couronnement du 26 mai 1135 et par l’impérialisation du formulaire diplomatique mis en œuvre à partir de cette date est donc évident. Il est d’ailleurs renforcé par d’autres éléments qui attestent le fait que les chartes privées sont influencées par le modèle des actes de la chancellerie royale. Le redoublement imperator imperante, systématique dans les diplômes de l’après-couronnement, est adopté dans les 2/5 des chartes relevées. De même, lorsque l’épouse du roi est mentionnée, elle est le plus souvent imperatrix, et non regina287. Parfois encore, la formule en imperante/regnante est complétée par la référence à un des événements importants qui ponctuent le règne (couronnement impérial, conquête de Coria, d’Almería)288 ou par la mention des vassaux de l’empereur289. Enfin, la liste des territoires gouvernés introduits par le participe a tendance, comme dans les diplômes royaux, à s’élargir au fur et à mesure du règne290. Ainsi, sont combinées dans la plus grande hétérogénéité les références à l’Hispania, León, Tolède, la Castille, la Galice, Nájera, Saragosse, Burgos, Ségovie, Coria, Almería, Baeza, l’Estrémadure et la Navarre. Quelques formules de prédilection se distinguent toutefois des autres. León et Tolède constituent la base autour de laquelle plus de la moitié d’entres elles sont construites, dans la continuité des usages propres aux règnes d’Alphonse VI et d’Urraca. On soulignera également l’adoption de la tendance propre à la chancellerie royale d’allonger la liste des espaces gouvernés en fonction des conquêtes réalisées par l’empereur, Almería (16 occurrences) et Baeza (15 occurrences) revenant avec régularité dans les formules relevées. Enfin, une place de choix est accordée au terme Hispania, présent à 83 reprises dans l’énumération des territoires gouvernés par l’empereur qui suit dans la plupart des cas le participe imperante ou regnante. Pour les 2/3 environ de ces occurrences, elle est d’ailleurs l’unique espace mentionné : Alphonse VII gouverne in Hispania, in tota Hispania, ou encore l’Hispaniae regnum. Une ambiguïté subsiste quant au sens à donner à cette expression. Est-ce un équivalent du royaume castellano-léonais, dans la lignée des usages répertoriés dans la seconde partie de cette étude, ou les scribes projettent-ils dans le terme l’ambition pan-hispanique du projet impérial ? S’il est difficile de résoudre le problème, on soulignera néanmoins qu’avant 1135, les datations des chartes privées faisaient d’Alphonse VII un « roi » dont le royaume s’étendait le plus souvent à León et Tolède. L’insertion de l’Hispania semble donc aller de pair avec l’introduction du vocabulaire de l’imperium dans les datations, consécutive à l’offensive idéologique alphonsine. En revanche, si l’Hispania est dans de nombreux cas assimilée au territoire sur lequel s’exerce l’autorité impériale d’Alphonse VII, il est rare que la titulature propre aux diplômes soit employée. Ainsi le souverain n’est-il imperator totius Hispaniae que dans trois des actes relevés, et dans tous les autres cas il est simplement imperator.

  • 291 Notamment le portrait d’Alphonse VII inséré dans le Tumbo A ne contient aucune légende.
  • 292 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 453.

102À l’issue de cette réflexion, on doit reconnaître qu’il est difficile de mesurer la compréhension qu’avaient les contemporains castellano-léonais de l’idéologie impériale. Mais la systématisation du titre impérial au travers de l’impérialisation du formulaire diplomatique et de la multiplication des vecteurs de diffusion a eu un effet évident. Celui-ci n’est pas total ni toujours immédiat il est vrai. Notre analyse des sources narratives est limitée par le faible nombre de textes de cette période évoquant Alphonse VII. Des chartes continuent à employer le titre royal, et nous n’avons pas non plus observé le terme imperator dans les représentations iconographiques d’Alphonse VII291. Mais on constate aussi clairement un avant et un après couronnement impérial, Alphonse VII devenant « empereur » après celui-ci. En outre, une tendance apparaît nettement, tant dans l’Historia Compostellana que dans les chartes privées. De la titulature du souverain, on ne retient souvent que le titre d’imperator, dépouillé de son génitif totius Hispaniae. Parfois même, on identifie Alphonse VII uniquement par ce terme, sans que son nom soit donné. Ainsi apparaît déjà le processus qui allait aboutir, selon une formulation de Maravall, à ce qu’Alphonse VII devienne « l’empereur par antonomase »292.

103La réélaboration dont fait l’objet l’idée impériale à partir de 1135 partage avec celle d’Alphonse VI en 1076 le même point de départ. Pragmatiquement, le titre d’imperator sert à désigner le rôle prédominant mais quelque peu confus que joue le souverain au sein de la Péninsule. En ce sens, la construction impériale demeure, comme à l’époque d’Alphonse VI, une fiction et ne doit pas être considérée comme une institution. Mais cette similarité s’efface rapidement et le système impérial alphonsin rompt consciemment avec l’expérience d’Alphonse VI. En témoignent l’absence d’exaltation de son souvenir et le soin que prennent les notaires de la chancellerie et l’auteur de la CAI à passer sous silence la dignité impériale de l’aïeul de leur roi. De manière délibérée, l’idée impériale régénérée ne fut pas associée avec ce qu’elle avait été dans le passé. De fait, elle fut élaborée de façon très différente, ce qui permet de penser qu’une forte réflexivité fut mise en œuvre.

104D’un point de vue technique, la multiplication des vecteurs qui transmettent la titulature d’imperator totius Hispaniae atteste une volonté de communiquer largement autour de l’idée impériale. On voit là une optique d’efficacité et cette pratique permet de corroborer la fiction impériale en donnant à penser que la fonction d’imperator a remplacé celle de rex. D’un point de vue stratégique, Alphonse VII et ses conseillers ont par ailleurs cherché à faire de l’idée impériale quelque chose qui puisse servir leurs intérêts et en même temps être acceptable par ceux sans qui elle n’avait pas de sens. Cet impératif d’efficience a conduit à une mise en valeur de la notion de suzeraineté, plus que d’hégémonie. Si Alphonse VII demeure le premier personnage dans la pyramide ainsi constituée, chaque vassal, chaque groupe fidèle au roi y a sa place, est récompensé par la mise en exergue de ce rôle. L’empire n’est pas présenté comme un état absolu, mais comme le résultat des liens personnels menés par le souverain à un moment donné, avec des personnes données.

105L’idée impériale alphonsine a donc emprunté sa signification aux idéologies traditionnelles, mais en innovant aussi, afin d’éviter les apories du passé. D’où l’abandon de certaines thématiques ancestrales, comme ce néogothisme qui, en visant à rétablir une hégémonie hispanique pour la Castille-León, n’était pas viable dans le contexte de fragmentation politique péninsulaire propre au XIIe siècle. Se fait jour également la tentative d’éviter d’enfermer l’idée impériale dans un schéma réducteur, possiblement mis en péril par l’évolution de ce contexte. En ne limitant pas strictement l’empire à l’Hispania, Alphonse VII pare à l’éventualité d’une perte d’influence dans la Péninsule, tout autant qu’il se donne la possibilité d’associer sa fonction impériale avec le mouvement général d’insertion du royaume dans la Chrétienté. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle la structure impériale n’a pas été conçue comme durable, ni le titre officiel limité à « toute l’Hispania ». Dans l’Occident chrétien, Alphonse VII avait-il conscience qu’il pouvait à terme s’exposer aux remontrances de l’empereur germanique, auquel il empruntait en outre un certain décorum ?

106Dans tous les cas, on a bien là un système, dans la mesure où l’idée impériale alphonsine a été développée en prenant en compte les enjeux liés à l’imbrication de différents objectifs : cohérence du propos, communication et possibilité de réception du message par les publics susceptibles d’être concernés. À partir de l’étude de la réception à différentes échelles de l’idéologie impériale développée autour d’Alphonse VII, on a d’ailleurs pu conclure à une large diffusion du titre impérial, qui témoigne tantôt d’une compréhension des fondements de l’idée impériale, tantôt uniquement de la banalisation du surnom d’imperator. Mais si le titre associé à Alphonse VII fut très nettement reconnu, les fondements conceptuels sur lesquels il reposait ne furent pas toujours perçus ni même acceptés, ou simplement pas transmis, et ceci aussi bien à l’intérieur du royaume castellano-léonais qu’à l’extérieur. En ce sens la réception de l’idéologie impériale préparait d’une certaine manière le devenir de cette idée.

Notes

1 P. Henriet, « Sanctissima patria », et notamment p. 268.

2 L’auteur de la CAI rapporte en effet que « le roi décida en 1135 de célébrer un concile dans la ville royale de León le 2 juin, jour de l’Esprit saint » (« rex in era CLXXIII post millesimam constituit diem celebrando concilium apud Legionem civitatem regiam IIII nonas iunii in die sancti Spiritus », CAI, I, 69) et que le couronnement aurait eu lieu lors du second jour de ce concile. Toutefois en 1135, la Pentecôte fut célébrée le 26 mai.

3 F. Fernández y González et J. Amador de los Ríos, Discursos, p. 49.

4 Voir l’œuvre de référence de J. Godoy Alcántara, Historia crítica de los falsos cronicones.

5 E. de Garibay, Los Quarenta libros, t. II, livre XII, chap. iv, p. 85. Garibay lisait « primam coronam » — au lieu de « primum coronam » — ce qui supposait selon lui qu’il pouvait y avoir eu une « seconde couronne » et donc un second couronnement.

6 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 157-158, alors même qu’il reconnaît que cet épisode est « de source inconnue » et qu’en outre « la Curie romaine n’appelle pas Alphonse VII “empereur” ». Voir la Primera Crónica General, éd. R. Menéndez Pidal, t. II, chap. cmlxxiv.

7 M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, p. 130. L’auteur ne cite pas directement cette source, mais son propos concorde avec celui de la chronique, dans laquelle l’archevêque tient un rôle majeur.

8 « Facta carta VII kalendas iunii, die Pentecostem, quo rex supradictus imperator Legione coronam sumpsit » (M. Vivancos Gómez, Documentación de Silos, n° 47) ; « Facta carta secundo die iunii, octavo die post Pentecosten, quando imperator sumpsit primam coronam regni » (M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, n° 367).

9 « Facta carta mense maio, in Legione, quando rex sumpsit primam coronam regni », I. Rodríguez de Lama, Colección de La Rioja, n° 107 (mai 1135), à noter qu’ici il est toujours question de « couronne du royaume » ; « Ego Aldefonsus imperator hanc cartam iussi fieri et factam propria manu roboravi postquam fui coronatus in Legione », M. Cantera Montenegro, Colección documental de Santa María la Real, n° 43 (10 novembre 1135) ; même formule dans J. Loperráez Corvalón, Descripción histórica del obispado de Osma, t. III, n° 14 (3 janvier 1136). D’autres types de datation mentionnant le couronnement de 1135 sont présents dans les diplômes. On en traitera plus loin.

10 « Secunda uero die, qua aduentus sancti Spiritus ad apostolos celebratur, archiepiscopi et episcopi et abbates et omnes nobiles et ignobiles et omnis plebs iuncti sunt iterum in ecclesia beate Marie et cum rege Garsia et cum sorore regis, diuino concilio accepto, ut uocarent regem imperatorem pro eo quod rex Garsias et rex Zafadola Sarracenorum et comes Raymundus Barchinonensium et comes Adefonsus Tolosanus et multi comites et duces Gasconie et Francie in omnibus essent obedientes ei. Et induto rege capa optima miro opere contexta, imposuerunt super caput regis coronam ex auro mundo et lapidibus pretiosis et, misso sceptro in manibus eius, rege Garsia tenente eum ad brachium dextrum et Arriano episcopo Legionensi sinistrum, una cum episcopis et abbatibus deduxerunt eum ante altare sancte Marie cantantes : “Te Deum laudamus” usque ad finem et dicentes : “Viuat Adefonsus imperator !” Et data benedictione super eum, celebrauerunt missam more festiuo. Deinde reuersi sunt unusquisque in tentoriis suis. Iussit autem fieri magnum conuiuium in palatiis regalibus, sed et comites et principes et duces ministrabant mensis regalibus. Iussit autem dari imperator magna stipendia episcopis et abbatibus et omnibus et facere magnas eleemosinas pauperibus indumentorum et ciborum », CAI, I, 70.

11 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 60-61.

12 C’est déjà l’analyse que proposait E. Lourie, « The Will of Alfonso I », p. 651.

13 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 155-156.

14 Formule qui connaît quelques variantes, impliquant le début de la période considérée, exprimé par l’adverbe « primum », ou encore le lieu où s’est déroulée la cérémonie, León. La première occurrence date de juin 1135 : « Eo anno quo dominus Adefonsus imperator sumpsit coronam imperii in Legione » (T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, n° 7). L’expression est ensuite apparue dans les diplômes d’Alphonse VII à une cinquantaine de reprises jusqu’en janvier 1146.

15 « … In anno quo primum coronatus fui », M. Cantera Montenegro, Colección documental de Santa María la Real, n° 44 (9 mars 1136) ; « in anno quo in Legione primum coronatus fui », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1256 (21 mars 1136) ; voir aussi L. Serrano, Cartulario de Vega, n° 38 (30 mars 1136) ; L. M. Villar García, Documentación medieval de la catedral de Segovia, n° 19 (9 avril 1136).

16 La première occurrence d’une formule invitant à dénombrer les « années de l’empire » d’Alphonse VII est présente dans un acte du 26 octobre 1139 dans lequel le souverain affirme qu’il a ordonné l’exécution de l’acte en question « anno quinto mei imperii », C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, n° 39. On retrouve ce décompte à 30 reprises par la suite et pour la dernière fois en mars 1145 (« Ego Adefonsus imperator hanc kartam quam iussi fieri anno Xº mei imperii confirmo et manu mea roboro », Á. Rodríguez González, El tumbo de San Martín de Castañeda, n° 16).

17 « … Quia multa beneficia illi impenderat et in fonte baptismatis eum regeneuerat et coram sanctissimi apostoli altare armauerat et ad ultimum suo dominio totam Hispaniam per eum subpeditauerat », HC, III, xlix, 3.

18 Pour Fletcher, Diego Gelmírez n’était pas présent à la cérémonie léonaise du 26 mai 1135, le silence de l’Historia Compostellana constituant un argument qui renforce les évidences diplomatiques (R. A. Fletcher, St James’Catapult, p. 274 et n. 34). Cependant, pour Reilly, les preuves apportées par les diplômes montrent au contraire que l’archevêque compostellan était présent (B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 50).

19 Voir R. A. Fletcher, St James’Catapult, pp. 256-257, 276-282. Depuis 1127 les relations qu’entretenaient Alphonse VII et Diego Gelmírez se sont dégradées, ce qui se traduit notamment par l’éviction des compostellans de la chancellerie royale, ce sur quoi nous reviendrons dans « L’impérialisation du discours diplomatique », pp. 319-320.

20 Voir le paragraphe suivant pour les références. On verra également dans le chapitre suivant que Lucas de Tuy proposa pour sa part une autre version du couronnement, totalement fantasque, dont le but était de servir la propagande en faveur du patronage isidorien (« Sacralisation de la fonction impériale : Alphonse VII et le patronage isidorien », pp. 401-407).

21 Pour M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, pp. 131-132, n. 100, la cérémonie de 1135 « semble s’être ajustée à ce qui était habituel pour le couronnement des rois espagnols ». Il faisait pour l’occasion référence au « cérémonial de Cardeña », document dont Berganza, dans ses Antigüedades de España (t. II, pp. 68-70) du début du XVIIIe siècle, affirmait qu’il avait été apporté en Espagne par saint Léandre en 589, utilisé par les rois wisigoths et leurs successeurs asturiens, puis léonais. En réalité le texte conservé à Cardeña n’est autre que le rituel romano-germanique de couronnement datant du Xe siècle, abondamment diffusé dans toute la Chrétienté ; voir P. Linehan, History and the Historians, pp. 239-244. Quant à sa ressemblance avec la cérémonie de León, elle est toute relative, comme le montrent les lignes qui suivent.

22 A. García-Gallo, « El imperio (1945) », pp. 219-220.

23 Sur ces rites de couronnement, voir notamment : R. Folz, Le couronnement ; Id., « Le sacre impérial ».

24 CAI, I, 1.

25 HC, I, lxvi.

26 Ce que relève P. Linehan, History and the Historians, p. 238.

27 « Fecit etiam congrerari episcopos et omnes barones regni sui in Legione et imponere sibi coronam secundum legem Dei et consuetudinem regum priorum. Ab illa die uocatus est imperator Yspanie », Lucas de Tuy, Chronicon mundi, IV, 74 ; « Post hec rediens Legionem imposuit sibi imperii diadema, et uocatus fuit deinceps imperator », R. Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VII, vii.

28 Voir notamment B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 49-50.

29 « Ad statutum diem uenit rex et cum eo uxor sua regina domna Berengaria et soror sua infantissa domna Sanctia et cum eis rex Garsia Pampilonensium et, sicut rex precepit, omnes coniuncti sunt in Legionem. Venit autem et maxima turba monachorum et clericorum necnon et plebs innumerabilis ad uidendum siue ad audiendum uel ad loquendum uerbum diuinum. In prima die concilii omnes maiores et minores congregati sunt in ecclesia sancte Marie cum rege et tractauerunt ibi que sugesit clementia Iesu Christi domini nostri et quod ad salutem animarum omnium fidelium sunt conuenientia », CAI, I, 69-70.

30 « Tertia uero die iterum imperator et omnes, sicut soliti erant, iuncti sunt in palatiis regalibus et tractauerunt ea, que pertinent ad salutem regni totius Hispanie. Deditque imperator mores et leges in uniuerso regno suo, sicut fuerunt in diebus aui sui regis domni Adefonsi, iussitque restituere uniuersis ecclesiis omnes hereditates et familias, quas perdiderant sine iudicio et iustitia, precepitque uillas et terras, que fuerant destructe in tempore bellorum, populari et plantare uineas et omnia arbusta, iussitque omnibus stricte iudicibus uitia eradicare in illis hominibus, qui contra iustitiam et decreta regum et principum et potestatum et iudicum inuenirentur. At illis alios et lignis suspendentes, alios truncatis manibus aut pedibus relinquentes, non diuitibus uel generosis plus quam pauperibus parcentes, sed totum secundum modum culpe discernentes iuste iudicauerunt. Preterea iussit nullo modo sufferre maleficos, sicut Dominus dixit Moisi : “Ne patiaris maleficos”. Et in conspectu omnium capti sunt aliqui operarii iniquitatis et suspensi sunt in patibulis. Iussitque alcaydis Toletanis et omnibus habitatoribus totius Extremi facere exercitus assidue et dare Sarracenis infidelibus bellum per singulos annos et non parcere ciuitatibus uel oppidis eorum, sed totum auindicare Deo et legi Christiane. His peractis, soluto concilio, abierunt unusquique in sua cum gaudio cantantes et benedicentes imperatorem et dicentes : “Benedictus tu et benedictum regnum patrum tuorum et benedictus Deus excelsus, qui fecit celum et terram, mare et omnia que in eis sunt, qui uisitauit nos et fecit nobiscum misericordiam, quam promisit sperantibus in se” », CAI, I, 71-72.

31 Voir « Caractères du programme pan-hispanique de Sanche III », pp. 139-140.

32 Peter Linehan est le seul auteur à avoir remarqué que le couronnement impérial d’Alphonse VII eut lieu le dimanche le plus proche du cinquantième anniversaire de l’entrée d’Alphonse VI dans Tolède (P. Linehan, « The Toledo Forgeries », p. 653 et Id., History and the Historians, p. 235). On ajoute pour notre part que le concile dans son ensemble commence le jour même de ce cinquantième anniversaire, ce qui renforce l’idée que ses différents moments sont solidairement significatifs.

33 Sur la chancellerie à l’époque d’Alphonse VII, voir : P. Rassow, « Die Urkunden (1) » ; Id., « Die Urkunden (2) » ; B. F. Reilly, « The Chancery of Alfonso VII » ; M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 136-149 et 191-196.

34 Sur les relations entre l’empereur et Diego Gelmírez, ainsi que le rôle octroyé à ce dernier dans la chancellerie royale, voir le chapitre « “The Undefeated Emperor” : Diego and Alfonso VII » dans R. A. Fletcher, St James’Catapult, pp. 253-292.

35 HC, II, lxxxvii, 7.

36 La concession de 1127 est d’ailleurs confirmée le 15 mars 1133 (HC, III, xxxii) et de nouveau le 12 août 1140 (J. M. Fernández Catón, « El llamado Tumbo Colorado », n° 32).

37 A. Millares Carlo, « La cancillería real », pp. 254-255.

38 CAI, I, 70.

39 « Ego, igitur, Adefonsus, Dei gratia imperator Hispaniarum, una cum coniuge mea, imperatrice domna Berengaria », T. Abajo Martín, Documentación de la catedral de Palencia, n° 33 ; même formulation dans I. Rodríguez de Lama, Colección de La Rioja, n° 107 ; « Ego Adefonsus imperator, una cum coniuge mea imperatrice dompna Berengaria, istam cartam fieri iussimus, et factam manus proprias roborauimus et confirmauimus, et hos signos fecimus », M. Vivancos Gómez, Documentación de Silos, n° 47.

40 « Die Pentecosten, quo rex supradictus Legione coronam sumpsit, […], imperante rege Adefonso in Toleto, Sarragoza, Legione, Nazara, Castella, Gallicia », L. Serrano, Cartulario de Arlanza, n° 97.

41 Madrid, RAH, Colección Salazar, leg. C, carp. 2, n° 4, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 929, p. 394 (22 avril 1156) ; Madrid, BNM, ms. 13093, f° 160rº-vº, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 946, p. 396 (6 octobre 1156) ; P. Floriano Llorente, « Colección diplomática del monasterio de Villanueva de Oscos », n° 1 (12 novembre 1156) ; C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, n° 71 (20 novembre 1156).

42 J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 21 (novembre 1156) ; A. Andrés, « Documentos inéditos », n° 5 (21 décembre 1156) ; C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, nos 68 et 73 (18 janvier et 25 mars 1157) ; J. del Álamo, Colección de Oña, n° 221 (22 janvier 1157) ; Madrid, AHN, Clero, carp. 1510, n° 2, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 975 p. 398 (30 juillet 1157).

43 P. Rassow, « Die Urkunden (1) », pp. 412-413.

44 Voir B. Merta, « Die Titel Heinrichs II. und der Salier ».

45 Voir l’analyse d’I. H. Garipzanov, « Communication of Authority » (article repris en grande partie dans Id., The Symbolic Language, pp. 101 sqq.), qui met en lumière l’usage que firent les Carolingiens de qualificatifs déjà présents dans la titulature des empereurs romains et byzantins (voir en particulier les n. 81 et 82, p. 60). Il cite pour exemple une lettre qu’adresse en 585 ou 590 l’empereur Maurice au roi franc Childebert II, dans laquelle le premier est désigné comme « imperator Caesar Flavius Mauricius Tiberius, fidelis in Christo, mansuetus, maximus, beneficus, pacificus […] pius, felix, inclitus victor ac triumphator, semper Augustus » (Monumenta Germaniae Historica, Epistolae Merovingici et Karolini Aevi, t. III, n° 18). Voir aussi H. Wolfram, « Lateinische Herrschertitel », notamment les pp. 53-55, où il est question de titulatures où Charlemagne est pius felix victor ac triumphator.

46 R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 218-220.

47 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 153.

48 En réalité on a eu l’occasion de constater qu’en deux occasions l’épouse de Ferdinand Ier fut aussi désignée imperatrix. Voir dans « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », pp. 157-158.

49 Bérengère n’est en réalité présente qu’à deux reprises dans la CAI avant cette date, et désignée en tant qu’épouse du roi, sans titre (CAI, I, 12 et 45). Elle réapparaît au premier jour du concile léonais de mai 1135, en tant que regina (I, 69). Par la suite, elle est imperatrix dans chacune des notices qui l’évoquent (I, 92 ; II, 54, 74, 76 et 79).

50 Sur les circonstances de ces secondes noces, voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 114 et 117.

51 « Ego Adefonsus, Hispanie imperator, una cum uxore mea Rica imperatrice », L. Serrano, El obispado de Burgos, t. III, n° 114.

52 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 151.

53 L’expression est d’Amaria Arizaleta, qui étudie le phénomène dans les actes des successeurs castillans d’Alphonse VII (A. Arizaleta, « Topografías de la memoria palatina » ; Id., Les clercs au palais, chap. iii, § 78-99), à la suite de Maurilio Pérez González qui parle pour sa part de formulismo contemporáneo (M. Pérez González, « El latín vivo »).

54 Avant 1135, certaines datations événementielles sont également formulées, comme dans ces deux diplômes de mai 1133 où il est précisé que l’acte fut rédigé au moment où Alphonse VII a reçu l’hommage du roi des Sarrasins Zafadola (J. Muñoz y Romero, Colección de fueros, pp. 507-511 et « Colección de documentos históricos de Orense », t. VI [1919-1922], pp. 454-455). Elles sont toutefois assez rares.

55 On précise qu’une bonne partie de ces 760 actes est considérée comme inauthentique selon Reilly.

56 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 199.

57 Voir M. E. Martín López, « Fuentes para el estudio de la retórica », en particulier pp. 318-319. L’auteur remarque que les préambules éthiques, concernant les devoirs du roi, apparaissent dans la documentation d’Alphonse VII en 1135 (elle n’établit toutefois pas de rapport entre cette date et le couronnement impérial).

58 Voir, par exemple : « Ea que a regibus sunt data adque concesa, ne posterii eorum obliuiscantur opportet ut litterarum testimonio confirmentur », A. C. Floriano Cumbreño, El monasterio de Cornellana, n° 6 (26 mars 1128).

59 « Sicut in omni contractu condiciones ualere imperialis testatur auctoritas, sic etiam iusticie racio exigit ut ea que a regibus sive ab imperatoribus fiunt scripto firmentur, ne temporum diuturnitate ea que gesta sunt oblivioni tradantur », F. J. Peña Pérez, Documentación de San Juan de Burgos, n° 9 (19 juin 1136). La même thématique, évoquant les « rois et empereurs », est apparue à 24 reprises jusqu’à la fin du règne.

60 « Decet inter ceteros homines regiam siue precipue inperatoriam potestatem aliquem sibi bonum et fideliter seruientem donis remunerare », L. Serrano, Colección diplomática de San Salvador de El Moral, n° 11 (29 janvier 1146), et formulation similaire dans 6 autres diplômes.

61 « Decet inter ceteros homines regiam siue imperatoriam praecipue potestatem, quoniam plura ceteris possident ecclesiis benefacere, viros santos amare et eis loca religioni conuenentia dare, data manutenere, venerari et fouere », A. García Luján, Cartulario de Santa María de Huerta, n° 1 (30 janvier 1151), et formulation similaire dans 9 autres diplômes.

62 L’association des « rois et empereurs » dans un préambule évoquant cette thématique apparaît le 7 septembre 1132, dans une donation d’Alphonse VII à Cluny : « Ad hoc divina providentia imperatores et reges terreni regni apicem conscendere permittit, ut servorum Dei de sua abundantia suppleant inopiam et sic per misericordiam quam impenderint, eternam post temporalem mereantur percipere coronam », A. Bruel et A. Bernard, Recueil, t. V, n° 4038. Pour Reilly, il ne s’agit pas d’un acte confectionné par la chancellerie royale (B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 153, p. 335). Est-il possible que cet acte ait été rédigé d’après un formulaire bourguignon et que les imperatores en question soient les empereurs germaniques ?

63 « Decet omnem potestatem et precipue maiestatem imperatoriam deum a quo habet esse et sponsam eius videlicet sanctam ecclesiam toto corde puro affectu diligere, venerari, fovere, possessiones eius augere et augmentata manutenere et ab omni iniquorum hominum incursu defendere », Á. Barrios García, Documentación medieval de la catedral de Ávila, n° 5 (novembre 1144). Voir aussi : F. J. Hernández, Los cartularios, n° 967 ; E. Flórez, España Sagrada, t. XXII, apéndice XIII, pp. 273-279 ; A. Pareja Serrada, Diplomática Arriacense, pp. 117-118.

64 Quelques exemples : « et pectet imperatori centum libras auri purissimi », A. Quintana Prieto, El obispado, s. XII, n° 11 (2 octobre 1136) ; « insuper imperatori terre mille morabotinos pectet », M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, n° 370 (2 novembre 1137) ; « insuper imperatori terre, mille quingentas libras auri pectet et hereditatem uobis in simili loco dupplet », J. del Álamo, Colección de Oña, n° 177 (19 novembre 1137).

65 Voir « L’imperium et ses variantes dans les actes », p. 70.

66 « Sane si quis in crastinum archiepiscopus, episcopus, imperator aut rex, princeps aut dux, come saut vicecomes, potestas, iudex aut persona quelibet, secularis aut ecclesiastica », L. Serrano, Cartulario de Arlanza, n° 99 (21 mars 1141), que Reilly considère comme un acte falsifié : « Si vero imperator vel aliquis ex meo, vel alieno genere hoc meum factum rumpere voluerit », M. Pérez Avellaneda, Cerezo del Río Tirón, pp. 233-234 (10 janvier 1151), qui est pour Reilly lourdement interpolé.

67 Voir notamment P. Rassow, « Die Urkunden (1) », p. 367.

68 Ibid., pp. 375-377.

69 Edité par A. López Ferreiro, Historia de Santiago, t. IV, n° 6. Réédité par la suite par T. Marín Martínez, « Confirmación real », pp. 591-592 et J. Pérez Millán, Privilegios reales, n° 1, avec un fac-similé et une traduction de l’acte.

70 Le privilège est par la suite confirmé par les rois de León Ferdinand II (15 septembre 1158) et Alphonse IX (12 février 1193). Tous deux portent également leur signum sur le parchemin original.

71 Sur l’introduction des sceaux dans les pratiques de la chancellerie royale castellano-léonaise, voir F. Menéndez Pidal de Navascués, Apuntes de sigilografía, pp. 61-62 et aussi T. F. Ruiz, « L’image du pouvoir ». Les sceaux d’Alphonse VII ont été étudiés en particulier par F. Menéndez Pidal de Navascués, « Los sellos de Alfonso VII » et R. A. Fletcher, « Diplomatic and the Cid revisited ».

72 F. Menéndez Pidal de Navascués, Apuntes de sigilografía, p. 109, évoque une référence peu concrète de Sandoval à un sceau qui aurait figuré sur le privilège de dotation du monastère de Carracedo par l’empereur, daté de novembre 1138.

73 Ibid., p. 116.

74 R.-H. Bautier, « Échanges d’influence dans les chancelleries », réédité dans Id., Chartes, sceaux et chancelleries, t. II, pp. 563-591.

75 B. Guenée, Histoire et culture historique, pp. 332 sqq.

76 Ibid., pp. 333-334.

77 HC, I, ii-iii.

78 Tout au moins pas au premier abord, car il est vrai que l’auteur, « omettant l’ordre naturel » comme il l’affirme lui-même (« omisso naturali ordine », II, 1) opère quelques retours en arrière à l’intérieur du texte afin d’expliquer certaines situations.

79 Sur la valorisation de la CAI, notamment au sein de la production historiographique de l’époque, voir l’introduction à l’œuvre que réalise M. Pérez González, Crónica del Emperador.

L’auteur insère la CAI dans le contexte de la Renaissance du XIIe siècle et de ses effets en Castille et León : Id., « El renacimiento del siglo XII », et en particulier les pp. 474-478.

80 A. Ubieto Arteta, « Sugerencias sobre la CAI », p. 325.

81 « Gesta Adefonsi imperatoris […] describere », CAI, Prefatio.

82 « Nunc autem ad maiora conscendentes uersibus ad remouendum carminis variatione tedium », CAI, II, 111.

83 Sur la tonalité épique de la PA, voir H. S. Martínez, El « poema de Almería ».

84 M. Pérez González, « Influencias clásicas y bíblicas ».

85 Hypothèse formulée au XVIIIe siècle par Ferreras, et reprise entre autres par A. Quintana Prieto, « Sampiro, Alón y Arnaldo ».

86 « … Sicut ab illis qui uiderunt didici et audiui », CAI, Prefatio.

87 M. Pérez González, Crónica del Emperador, pp. 21-22.

88 PA, v. 8.

89 Voir plus haut « Terminus a quo : le couronnement impérial de 1135 », p. 312.

90 Sur les monnaies d’Alphonse VII, voir le panorama complet offert par A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, dans son chap. iii. Voir aussi A. Agud Gormaz et A. Yáñez Sánchez, « Seis monedas inéditas » ; L. España, « El caballero oculto » ; A. Orol Pernas, « Monedas ecuestres de Alfonso VII ».

91 A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, pp. 70 et 87.

92 Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 22-32.

93 Voir les réflexions et la bibliographie correspondante dans « Sanche III a-t-il porté le titre d’imperator ? », pp. 135-136. Synthèse dans F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 79-80.

94 Voir à la fin de « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ier, Urraca et Alphonse VII », p. 277.

95 Avant 1135, dans quelques actes l’imperium semble être employé pour désigner, de manière traditionnelle, l’autorité royale : « presens imperator domnus Adefonsus mortua matre sua regina domna Urraca primo accepto regni sui imperio », A. López Ferreiro, Historia de Santiago, t. IV, apéndice, n° 5 (13 novembre 1127) ; « damus […] cum omni exitu et regressu per iam dictis sicut sub nostro iacet imperio ut semper permaneat in vestro servicio », M. Valcarce, El dominio, n° 18 (23 octobre 1131) ; « Regnante rege A. in Legione et in Castella et in Toleto et sub eius imperio, erant comites habentes comitatus per diuersas terras », J. del Álamo, Colección de Oña, n° 167 (11 janvier 1133). Par la suite, d’autres actes évoquent une autorité imperialis. Est-ce le même sens ? Voir : « imperiali excellentia leges et iura et inuiolabilem libertatem, […] nos in perpetuum concedimus », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1256 (21 mars 1136) ; « de iuro imperatorio abrasa quidquid habeo uel habere debeo », E. Fernández Villamil, « Privilegios reales », n° 3 (31 décembre 1155) ; « et dono et concedo totum concilium Ualleolit ipsos montes, ut pascant et laborent et faciant in eos quecumque uoluerit sub imperialis potestate », F. Pino Rebolledo, Catálogo de los pergaminos, n° 13 (11 janvier 1156) ; « concedo firmiter iure meo imperatorio ut habeatis… », A. Andrés, « Documentos inéditos », n° 5 (21 décembre 1156).

96 Dans deux cas, il est fait référence de manière très générale à l’imperium des principes : le 15 mai 1131, dans le fuero d’Orense, une clause précise : « Nullus unquam ex parte regia vel ex praecepto alicujus consulis, vel ex imperio cujuslibet principes, sicut superius diximus, audeat eos interpellare, inquietare, vel depraedari, sicut soliti erant facere » (J. Muñoz y Romero, Colección de fueros, pp. 501-502) ; dans l’exposé d’une confirmation destinée au monastère de Sahagún, il est question du Tout-Puissant, « cuius dono reges regnant et principes imperant » (J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún [IV], n° 1256). Dans un seul acte, le verbe imperare désigne l’autorité de comtes nommément désignés : parmi les témoins confirmant le diplôme d’Alphonse VII du 8 juillet 1129 en faveur du monastère de San Salvador de Lérez, se trouvent ainsi « Fernandus Iohannis inperante Sancto Pelagio de Lodo » et « Comes Rudericus inperante castello Luparie » (Madrid, AHN, Clero, carp. 1786, n° 13, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 110, p. 332) ; mais selon Reilly il s’agit d’une falsification.

97 I. Oceja Gonzalo, Documentación de San Salvador de Oña, n° 51 (1133) ; Madrid, RAH, Colección Salazar, O-18, f° 207rº-vº, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 410, p. 353 (3 juin 1141) ; J. A. Llorente, Noticias históricas, t. IV, n° 120 (novembre 1144) ; F. de Berganza (éd.), Antigüedades de España, pp. 456-457 (6 avril 1148).

98 Ces questions font l’objet d’une attention particulière dans « La séparation de la Castille et du León de 1157 à 1230 », pp. 376-378.

99 Les informations de ce paragraphe sont notamment tirées de B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, passim pp. 91-115 et 144-145.

100 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 205.

101 Voir J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, nos 12, 14, 22 et J. M. Jimeno Jurio, Documentos medievales artajonenses, n° 95. On pourra notamment comparer les préambules de deux actes, l’un émis par Alphonse VII, l’autre par son fils Sanche III, à Burgos, respectivement les 18 et 25 août 1154. Dans le premier, on lit : « Sicut in omni contractu conditiones ualere imperialis testatur auctoritas, sic etiam iusticie ratio exigit ut ea que a regibus siue ab imperatoribus fiunt scripto firmentur, ne temporum diuturnitate ea que gesta sunt obliovioni tradantur » (F. J. Peña Pérez, Documentación de San Juan de Burgos, n° 23). Dans le second : « Sicut in omni contractu condiciones valere regalis testatur auctoritas, sic etiam iusticie ratio exigit ut ea que a regibus dantur scripto firmentur, ne temporum diuturnitate obliuioni tradantur » (J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, t. II, n° 14).

102 Voir « Vers un empire néogothique ? », pp. 219-220.

103 Voir « Une titulature impériale inconsistante ? », pp. 307-308.

104 Le premier date du jour du couronnement. Alphonse VII y confirme au monastère de San Pedro d’Arlanza certaines donations « quas donando obtulerunt illi ecclesie Adefonsus, avus meus, imperator Hispanie, et alli [sic] parentes mei » (L. Serrano, Cartulario de Arlanza, n° 97). Le second est émis l’année suivante ; y est évoquée une situation du passé, « temporibus gloriosissimi imperatoris Adefonsi » (J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún [IV], n° 1259).

105 Voir l’introduction de « Des entraves à prendre en compte », p. 300. L’idée est relayée par un grand nombre d’actes qui sont l’occasion de rétablir une situation « telle qu’à l’époque de mon grand-père le roi Alphonse ».

106 Il s’agit de la confirmation d’une donation du roi aragonais — « donationem illam quam fecit imperator Aldefonsus » — réalisée le 10 novembre 1135 (M. Cantera Montenegro, Colección documental de Santa María la Real, n° 43).

107 CAI, I, 70.

108 « Quoniam *** ab historiographis antique historie memorieque posterorum per scripturam tradite regum et imperatorum, consulum et potestatum aliorumque insignia heroum facta de ueteribus noua faciunt, optimum factu gesta Adefonsi imperatoris, immo quia Deus omnipotens per eum et cum eo, ut salus in medio terre populi Christi daretur, operatus est, sicut ab illis qui uiderunt didici et audiui, describere ratus sum a principio regni eius incipiens, quod post mortem regina Vrrace, Adefonsi regis et regine Constantie filie, sicut in sequentibus patebit, esse incipit », CAI, Prefatio.

109 « … Dare Sarracenis infidelibus bellum per singulos annos », CAI, I, 72.

110 Diplôme du 25 mars 1129 rapporté dans l’Historia Compostellana (HC, pp. 428-432).

111 A. Ubieto Arteta, « La creación de la cofradía militar de Belchite ».

112 « Decernimus itaque diuina gratia ministrante et imperatoria dignitate statuimus pro redemptione mea et parentum meorum ad conseruandum atque tuendum ampliandumque populum christianum et ad deprimendam ac destruendam infidelium paganorum superbiam et inuasionem Christi miliciam et fraternum in Christo Christianorum exercitum in Hyspania in castro, quod dicitur Belchit, uel in alio, quod confratribus placuerit, ultra Cesaraugustam, prout eius et nobis melius uidebitur, ut ibi deo seruiant et inde paganos omnibus diebus uite sue expugnent », P. Rassow, « La cofradía de Belchite », pp. 220-221.

113 « … In illo castillo nouo quod fecit imperator predictus iuxta Aurelia quando eam tenebat obsessam » puis « anno quo fuit capta Aurelia », dans 9 diplômes entre juillet 1139 et 1140 (d’abord dans Madrid, AHN, Códices, 1008B, f° 3r°-v°, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 343, p. 349).

114 « … In Calatraua, quando imperator illud adquisivit » puis « anno [puis secundo] quo prenominatus imperator acquisiuit Cordubam et postea eodem anno Calatrauam », dans 11 diplômes entre janvier et août 1147 (d’abord dans L. M. Villar García, Documentación medieval de la catedral de Segovia, n° 38).

115 « … Quando rediit imperator de Almaria, quam tunc cum ausilio Ianuensium acquisierat » puis « anno [puis tertio] quo prenominatus imperator acquisiuit Baeciam et Almariam cum auxilio Ianuensium », dans 24 diplômes entre novembre 1147 et mai 1150 (d’abord dans J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún [IV], n° 1294).

116 « … Quando imperator cepit Andugar » puis « quando imperator cepit Andugar, Pethoch et Sanctam Eufemiam », dans 12 diplômes entre août et décembre 1155 (d’abord dans F. J. Hernández, Los cartularios, pp. 106-107).

117 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 200.

118 « … In reditu fossati quod eo tempore fecerat imperator in terra Corduba et Granate », dans 5 diplômes entre novembre et décembre 1144 (d’abord dans J. A. Llorente, Noticias históricas, t. IV, n° 120).

119 « … Anno quo predictus imperator Cordubam acquisiuit et principem moabitarum Abinganiam sibi uassallum fecit », dans 5 diplômes entre août 1146 et mai 1147 (d’abord dans P. Rassow, « Die Urkunden [2] », n° 27).

120 « … In Corduba quando imperator tenebat eam circumdatam » puis « quando imperator veniebat de illa cerca de Corduba » puis « anno quo imperator pugnauit cum illis muzmutis super Cordubam, et deuicit eos », dans 26 diplômes entre mai 1150 et août 1151 (d’abord dans F. J. Hernández, Los cartularios, pp. 75-76).

121 « … Quando imperator iacebat super Gaen, expectando naues francorum que debebant uenire ad Sibiliam » puis « quando imperator uenit de illa circa de Gaen », dans 21 diplômes entre avril 1151 et août 1152 (d’abord dans J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León [V], n° 1470).

122 « … Anno quo imperator tenuit Guadiexi circumdatam », 14 diplômes entre septembre 1152 et avril 1153 (d’abord dans ibid., n° 1475).

123 Sur la dialectique entre les notions d’empire et de conquête sous le règne d’Alphonse VII, voir H. Sirantoine, « Exclusión e integración ».

124 « Incipit liber secundus historie Adefonsi imperatoris. De dissensionibus et preliis que habuit ipse et Toletani principes et duces Extremature cum rege Ali et cum filio suo Texufino et cum ceteris regibus et principibus Moabitarum et Agarenorum », CAI, II, Prefatio.

125 « Omisso naturali ordine ad ea, que olim Christianis asperrima fuere bella, tractanda veniamus », CAI, II, 1.

126 « Ille eodemque tempore, quo supradicta bella facta sunt, gladius et flamma regis Adefonsi Aragonensis debellebat totam Castellam et magnam partem terre Legionis […]. Et imperator non erat adiuuatus ex toto corde de comite Petro Lare neque de fratre suo comite Roderico Gundisalui neque de comite Gundisaluo Pelagii Ouetensis. […] Finito autem bello regis Aragonensis, surrexit aliud bellum in Castella regis Garsie Pampilonensis et Adefonsi, regis Portugalensium, qui pugnabat contra Galletiam, sicut desuper iam diximus. Et propter supradicta bella imperator non ibat in expeditionem in terram Sarracenorum et Sarraceni ideo preualebant in terram Christianorum », CAI, II, 19-20.

127 « Sed quamuis Sarraceni magna bella faciebant, consuetudo semper fuit Christianorum, qui habitabant trans Serram et in tota Extrematura, sepe per singulos annos congregare se in cuneos, qui erant quandoque mille milities aut duo milia aut quique milia aut decem milia aut plus aut minus, et ibant in terram Moabitarum et Agarenorum et faciebant multas cedes et captiuabant multos Sarracenos et multam predam multaque incendia faciebant et occidebant multos reges et duces Moabitarum et Agarenorum et bellando destruebant castella et uillas et maiora faciebant quam accipiebant a Sarracenis », CAI, II, 20.

128 « Eamus et nos in terram Badalioz et faciamus nobis nomen grande et non demus nomen glorie nostre ullo principi aut duci », CAI, II, 27.

129 « Omnes sumus principes et duces capitum nostrorum », CAI, II, 28.

130 « Sed plaga ista non sufficit Salamanticensibus, nam in illo anno et in sequentibus et ter contigit eis ita, qui in suis uiribus confidebant, non in Domino Deo, et ideo male perierunt », CAI, II, 29.

131 « … Cum comite Pontio et cum aliis ducibus imperatoris semper fuerunt », ibid.

132 Voir D. Baloup, « Reconquête et croisade », et en particulier la partie consacrée au « roi meneur choisi par Dieu ».

133 « Doctores ueterum scripserunt prelia regum ; / Scribere nos nostri debemus et imperatoris / Prelia famosa, quoniam non sunt tediosa. / Optima scriptori, si complacet imperatori, / Reddantur iura, quod scribat bella futura. / Dextra laborantis sperat pia dona Tonantis / Et bellatoris donum petit omnibus horis. / Ergo quod elegi describam, bella sub Vrgi / Facta, paganorum quia tunc gens uicta uirorum. / Conuenere duces Hispani Francigeneque, / Per mare per terras Maurorum bella requirunt. /Dux fuit imperii cunctorum rex Toletani ; / Hic Adefonsus erat, nomen tenet imperatoris, / Facta sequens Caroli, cui competit equiparari : / Mente fuere pares, armorum ui coequales, / Gloria bellorum gestorum par fuit horum », PA, v. 1-20.

134 La PA aurait-elle ainsi préparé cet autre parallèle avec l’empereur carolingien qu’allait bientôt constituer la variante de la titulature impériale impliquant les epithètes invictus et triumphator, dont on a vu qu’ils avaient été déjà repris par Charlemagne ?

135 C’est l’interprétation que suggère P. Linehan, History and the Historians, p. 234.

136 « … Imperii […] rex Toletani », PA, v. 16.

137 C’est la conquête de Tolède qui vaut à Alphonse VI d’être glorifié dans la CAI. Voir « Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse VI », p. 248.

138 Les lois et coutumes que rétablit Alphonse VII le troisième jour du concile de León, qui sont celles qui « avaient existé au temps de son grand-père le roi Alphonse ».

139 « Imperante Adefonso imperatore, cum uxore sua Berengaria imperatrice, in tota Ispania », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1259 (1136) ; « imperante Aldefonso imperatore cum imperatrice Berengaria in Legione et in Toleto et in Cesaraugusta et in Corduba et in tota Hispania », J. L. Rodríguez de Diego, El tumbo del monasterio cisterciense de La Espina, n° 2 (20 janvier 1147) ; « Regnante domno A. imperatore in Legione, et Toleto, et Gallecia, et Castella, et in tota Hispania imperante cum filiis suis Sanctio atque Fernando », A. Rodríguez López, Episcopologio asturicense, t. II, pp. 549-550 (19 janvier 1150) ; « imperante eodem Adefonso, glorioso, pio, felici ac semper invicto toti Hispanie », C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, n° 73 (25 mars 1157).

140 « … Quantum ad auos meos reges Hispanie pertinuit », « Colección de documentos históricos de Orense », t. VI, pp. 451-453 (11 avril 1133) ; « quecumque predecessores et parentes mei, Santius, Fredinandus, Adefonsus, Hispaniarum reges […] dederunt », T. Abajo Martín, Documentación de la catedral de Palencia, n° 33 (26 mai 1135) ; « pro anima mea, et pro animabus parentum et auorum meorum regum Yspanie », J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), n° 1412 (2 juin 1135) ; « imperiali excellentia leges et iura et inuiolabilem libertatem, quam Romani pontifices et Hispani reges dederunt », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1256 (21 mars 1136) ; « propter tantam quam inter omnes antecessores meos reges Hyspanie mihi dominuit reseruauit », J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 18 (13 février 1147) ; « tam illas quas ego cautaui et pater meus comes dnnus Raimundus et mater mea regina dna Urraka, et quas cautauerunt antecessores mei reges Hyspanie et permanent usque hodie cautate », Colección diplomática de Galicia, t. I, pp. 435-437 (8 janvier 1152, faux selon Reilly).

141 « Anno septimo regni Adefonsi regis Hispanorum », CAI, I, 33. Ailleurs dans le premier livre, Alphonse VII est le plus souvent rex Legionis.

142 « … Que pertinent ad salutem regni totius Hispanie », CAI, I, 70.

143 « … Maxima turba nobilium limitum et clericorum et mulerum et puellarum, quas totius Hispanie maiores genuerant », CAI, I, 92.

144 « … Potestates, uerumtamen Hispanie delecti », CAI, I, 93.

145 « Talibus ac tantis Hispania fulta columnis/Erecti signis Andugeris occupat oras », PA, v. 295-296.

146 PA, v. 81.

147 Dans la PA le terme Hispani désigne la collectivité des combattants en provenance de la Péninsule, par opposition aux Franci qui participent aussi à la campagne (PA, v. 14, 51 et 61). Cette opposition apparaît déjà dans le dernier paragraphe de la CAI, qui introduit la PA : « Nunc autem ad maiora conscendentes uersibus ad remouendum carminis uariatione tedium, qui duces uel Francorum uel Hispanorum ad predestinatam obsidionem uenere, dicere hoc modo disposuimus », CAI, II, 111.

148 « Et facti sunt termini regni Adefonsi regis Legionis a mari magno Oceano, quod est a Patrono Sancti Iacobi, usque ad fluuium Rodani », CAI, I, 68.

149 Voir « La monarchie castellano-léonaise et le monde ultra-pyrénéen », pp. 188-194.

150 En septembre 1143, le cardinal Guido, légat pontifical, célèbre un concile à Valladolid. Il est chargé par le pape d’apaiser les relations entre Alphonse VII et García Ramírez, après avoir d’abord demandé l’accomplissement du testament d’Alphonse Ier le Batailleur. Cette mission n’est pas rapportée dans les datations, qui évoquent seulement la tenue du concile : « Tempore quo dominus Guido Romane ecclesie legatus ibidem cum universis regni Adefonsi imperatorie episcopis concilium celebravit », T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, n° 22 (20 septembre 1143). Dans la même année on a rencontré deux autres occurrences d’une telle formule. En 1154-1155, le cardinal Hyacinthe Bobo effectue une autre légation et préside un concile. Voir : « tunc domino Iacinto sancte romane ecclesiae cardinalis legatus in Hispania », J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 20 (11 juillet 1154). Même événement observé jusqu’en décembre 1154 dans sept actes. En janvier-février 1155 : « Iacinto Sancte romane aecclesiae kardinali et legato tenente generale concilium apud Ualle Oleti », V. Vignau, Cartulario del monasterio de Eslonza, n° 14 ; puis : « quando domnus Iacintus, sancte romane ecclesie cardinalis et tocius Yspanie legatus, celebrauit concilium cum domno Adefonso, imperatore, et cum filiis suis Santio et Fernando, regibus, et cum omnibus arciepiscopis et episcopis, abbatibus, comitibus et principus Yspanie », J. A. Pérez Celada, Documentación del monasterio de San Zoilo, n° 36 et formule similaire dans 3 actes.

151 « … Quando imperator misit filiam suam Constanciam Modoico [NB : pour Lodouico ?] in coniugem », J. L. Martín, Orígenes de la orden militar de Santiago, n° 19 (18 novembre 1153).

152 « Constancia, inclita regina Francorum », 9 occurrences à partir du 12 novembre 1156 (d’abord dans P. Floriano Llorente, « Colección diplomática del monasterio de Villanueva de Oscos », n° 1).

153 Voir les formules référencées plus haut.

154 « … Presentibus […] aliis mei imperii melioribus », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1314 (18 décembre 1152) ; « consilio […] omnium fere tocius imperii mei episcoporum, comitum atque principum », S. García Larragueta, Colección de la catedral de Oviedo, n° 162 (2 janvier 1154) ; « Et tunc dns Iacintus diaconus sce Romane ecclesie cardinalis celebrauit concilium aput Uallem Olit cum dno imperatore Adefonso, […] et cum episcopis totius imperii sui », A. López Ferreiro, Historia de Santiago, t. IV, apéndices, n° 25 (7 février 1155).

155 « … In toto meo imperio », M. Pérez Avellaneda, Cerezo del Río Tirón, pp. 233-234 (10 janvier 1151) ; « facio cartam donationis, et cautum firmitatis, quod in tota terra mea, seu in toto imperio meo nullum portaticum detis de omnibus rebus vestris, et eant vestra bestia et vestros homines securi per totum imperium meum », Madrid, BNM, ms. 13093, F° 157rº-vº, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 896, p. 392 (28 octobre 1155) ; « et sunt immunes in toto nostro imperio », C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, n° 71 (20 novembre 1156).

156 « … Siue sint de meo imperio siue ex alienis regnis », J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1320 (4 février 1155).

157 « … Ad stabilitatem regni et imperii mei », E. Flórez, España Sagrada, t. XXII, apéndice X, pp. 266-268 (août 1142) ; formule similaire dans ibid., apéndice XIII, pp. 273-279.

158 « Venitque Garsias rex ad eum et promisit seruire ei cunctis diebus uite sue et factus est miles regis Legionis, qui dedit ei munera et honorem. […] Eodem uero anno, quo hec gesta sunt, comes Raymundus Barchinonensus, cognatus regis, et comes Adefonsus Tolosanus, consanguineus eius, uenerunt ad regem Legionis et promiserunt ei obedire in cunctis et facti sunt eius milites, tacta regis dextra ad fidem confirmandam. Qui et dedit in honorem Cesaraugustam comiti Barchinonensi, sicut mos est regis Legionis, comiti autem Tolosano cum honore quoddam uas aureum XXX marchos equans pondere ualde optimum et multos euos et alia plurima dona. Et super hec omnia omnes optimates, qui erant per totam Gasconiam et per totam illam terram usque ad flumen Rodanis, et Guillelmus de Monte Pesulano unanimiter uenerunt ad regem et acceperunt ab eo argentum et aurum, multa, uaria et pretiosa munera et equos multos. Et omnes subditi sunt ei et obediebant in cunctis. Et multi filii comitum Francie et ducum et potestatum et Pictaui multi uenerunt ad eum et acceperunt ab eo arma et alia plurima dona », CAI, I, 63, 67-68.

159 Sur les institutions féodo-vassaliques dans le royaume de Castille-León, voir les deux volumes de l’ouvrage d’H. Grassotti, Las instituciones feudo-vasalláticas.

160 L’expression « féodalité classique » est empruntée à F.-L. Ganshof, Qu’est-ce que la féodalité ? Voir aussi J. Le Goff, « Le rituel symbolique de la vassalité », et en particulier les pp. 352-365.

161 L. García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones, p. 384.

162 Sur les rites de serrement de la main droite et tout particulièrement sur leur rôle dans les rituels de serments féodaux du Midi médiéval, voir H. Debax, « Le serrement de main ».

163 H. Grassotti, Las instituciones feudo-vasalláticas, t. II, pp. 567-572 ; L. García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones, p. 389.

164 H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez », pp. 328-329.

165 Madrid, AHN, Clero, carp. 378, n° 2, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 627, p. 370 (15 décembre 1149). Deux autres actes antérieurs, respectivement datés du 20 février 1139 et du 9 juin 1140, présentent le même type de formule, mais Reilly ne les considère pas comme authentiques.

166 Cette particularité apparaît dans 150 actes. Le plus souvent, les deux souverains sont mentionnés côte à côte. Il arrive parfois qu’un seul d’entre eux soit nommé, au gré des aléas des relations entre Alphonse VII et ses voisins.

167 « … Anno quo predictus imperator Cordubam acquisiuit et principem moabitarum Abinganiam sibi uassallum fecit », J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 17 (mi-novembre 1146) ; formulation similaire dans 4 actes entre août 1146 et mai 1147.

168 Première occurrence le 22 avril 1156 : « Vasalli imperatoris comes Barquilonensis, rex Nauarre, rex Murcie sunt, et alii multi vassalli eiusdem potentissimi, quorum nomina scribuntur hic », Madrid, RAH, Colección Salazar, leg. C, carp. 2, n° 4, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 946, p. 396. Cet acte présente quelques irrégularités par rapport aux 13 autres observés, notamment parce que dans ceux-là les noms des vassaux n’y sont pas écrits (quorum nomina non scribuntur hic).

169 Les caractères de la féodalité dans la Péninsule sont eux-mêmes l’objet de débat. Résumé des problématiques dans ibid., pp. 234-238. Voir l’œuvre, désormais classique, d’A. Barbero et M. Vigil, La formación del feudalismo. Plus récemment : J. Pérez et S. Aguadé Nieto, Les origines de la féodalité ; J. Á. García de Cortázar, « Estructuras sociales y relaciones de poder ».

170 « Transacto autem in pacto predicto pacifice anno uno, rex Garsias Nauarre turbatus est et omnes uiri sui bellatores cum eo contra dominum imperatorem », CAI, I, 73.

171 « … De Pampilonia et de tota terra quam hodie teneo », H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez », p. 328.

172 La situation dans laquelle Raymond Bérenger IV devient vassal de l’empereur est d’ailleurs assez complexe. Nous y revenons plus loin dans le chap. viii « Au-delà de la péninsule Ibérique », p. 359.

173 Sur les caractères et aléas de ces relations, voir F. García Fitz, Relaciones políticas y guerra, chap. iii.

174 « … Tempore quo imperator cum rege Garsia pacem firmauit, et filium suum cum eius filia desponsauit », C. Monterde Albiac, Colección diplomática del monasterio de Fitero, n° 1 (25 octobre 1140) ; « rege Garsia Ramirez existente presente, qui tunc temporis cum imperatore ibat propter eius filiam quam uxorem ducturus erat », J. L. Martín, Orígenes de la orden militar de Santiago, n° 11 (juin 1141).

175 « … Anno et mense quo prenominatus imperator celebravit nuptias filie sue regine Urrace cum rege Garsea Naverrensi », F. J. Fernández Conde et alii, San Pelayo, n° 9 (juin 1144, un faux selon Reilly) ; « rege Nauarrorum Garsia qui tunc quandam filia imperatoris uxorem duxerat existente presente », Madrid, AHN, Clero, carp. 1481, nos 6-9, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 479, p. 359 (30 juin 1144). Formule de même sens dans trois autres diplômes.

176 « Tunc erant in curia imperatoris comes Barcinonensis et rex Garsias pro pace et concordia inter se per manum eius firmanda », J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 17 (mi-novembre 1146) ; « presentibus ibi comite Barchinonensi et rege Garsia, qui ad curiam imperatoris venerant, pro pace inter se per manum ejus firmanda », A. d’Albon, Cartulaire général de l’Ordre du Temple, pp. 257-258 (novembre 1146).

177 « … Quando rex Santius filius imperatoris duxit ei in uxorem filiam regis Garsie », E. Sáinz Ripa, Colección de las colegiatas de Albelda y Logroño, n° 15 (21 janvier 1151). Formulation similaire dans 4 autres diplômes.

178 « … Quando imperator fecit militem regem Sancium Nauarre et dedit ei filiam suam in coniugem et fecit pacem cum eo », C. Monterde Albiac, Colección diplomática del monasterio de Fitero, n° 27 ; « quando imperator dedit filiam suam in coniugem Sancio regi Nauarre », Madrid, AHN, Clero, carp. 825, n° 4, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 792, p. 383.

179 J. Mattoso, D. Afonso Henriques, chap. ix ; B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 58-59.

180 J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1263. Voir l’étude du pacte réalisée par H. Grassotti, « Pro bono et fideli servitio », qui conclut à un véritable hommage vassalique.

181 « … Tempore quo Guido Romanae Ecclesiae cardinalis concilium in Valle Oleti celebravit, et ad colloquium regi Portugaliae cum Imperatore venit, era 1175 », J. Sáenz de Aguirre, Collectio maxima, t. V, pp. 54-55, § 71-73 (4 octobre 1143) ; même formule dans I. Alfonso Antón, La colonización cisterciense, n° 4 (5 octobre 1143).

182 « Similiter et discors eodem tempore Adefonsus rex Portugalensium, filius comitis Enrrici et Tarasie regine. Ipsa autem Tarasia erat filia regis domni Adefonsi, sed de non legitima, ualde tamen a rege dilecta, nomine Xemena Munionis, quam rex dilectionis et honoris causa dedit maritatam Enrrico comiti et dotauit eam magnifice dans Portugalensem terram iure hereditario. Mortuo autem comite Enrrico, Portugalenses uocauerunt eam reginam ; qua defuncta, filium suum regem, sicut et postea fuit, ad honorem nominis sui dixerunt », CAI, I, 73.

183 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 80-81.

184 Voir par exemple la confirmation des diplômes de l’empereur par García Ramírez, attestant sa présence à la cour, cités par A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 47, n. 26 : « rex Garsias Nauarre, qui tunc in curia imperatoris presens erat, confirmat », J. del Álamo, Colección de Oña, t. I, n° 203 (2 mai 1148) ; « rex Garsias Nauarre, qui ibi erat, cf. », ibid., t. I, n° 189 (26 mars 1149).

185 « Porro imperator et Garsia rex sedebant in solio regno in loco excelso ante fores palatii imperatoris, episcopi et abbates et comites et principes et duces sedilibus paratis in circuitu eorum », CAI, I, 93.

186 « … Procedit Galliciensis », « Florida milities post hos urbis Legionis », « impiger Astur », « Castella procedunt spicula mille », « Innumerabilis, insuperabilis et sine cura Extrematura », « bello motu sequabatur Limia tota », « Toletum », « Fita », PA, v. 64, 79, 114, 138, 162-163, 213, 218, 258.

187 « Ad bellum properat regalia signaque portat / Laxatis loris carus gener imperatoris, / Nomine Garsia. Sed Pampilonia tota / Iungitur Alaue, Nauarria fulget et ense. / Omnibus fis fultus gaudet certamine tutus Ramiri natus, regi sed postea iunctus. / Huius in aduentum gaudens Hispania tota / suscipit ut dominum, nam scit regi fore gratum : / Regibus haud dispar, sed et haste turbine compar », PA, v. 286-294.

188 Sur cette valorisation de la noblesse dans la PA, voir notamment S. Barton, « From Tyrants to Soldiers of Christ ».

189 « Post hos Castella procedunt spicula mille, / Famosi ciues per secula longa potentes. / […] Castelle uires per secla fuere rebelles. / Inclyta Castella sitiens seuissima bella / Vix cuiquam regum uoluit submittere colum. / Indomite uixit celi lux quandiu luxit. / Hanc cunctis horis domuit sors imperatoris. / Solus Castellam domitauit sicut asellam, / Ponens indomito legis noua federa collo. / In uirtute sua durans tamen inuiolata / Fortis Castella procedit ad intima bella / Velis erectis », PA, v. 138-160.

190 « … Quia Deus Omnipotens per eum et cum eo […] operatus est », CAI, Prefatio.

191 Les trois actes contiennent une formule de datation ainsi formulée : « Imperante imperio Adefonso imperatore super mauros et super christianos », L. Sánchez Belda, « Notas de diplomática », pp. 58-61.

192 D. Baloup, « Reconquête et croisade », en particulier la troisième partie de l’article, « Le roi négociateur » ; S. Barton, « Islam and the West ».

193 « Loquere cum rege Christianorum et cum eo libera nos de manibus Moabitarum. Et dabimus regi Legionensi tributa regalia amplius quam patres nostri dederunt patribus suis et tecum securi seruiemus illi et tu regnabis super nos et filii tui », CAI, I, 41.

194 « Ite, dicite fratribus meis principibus Agarenorum : capite uobis aliqua fortissima castella et aliquas firmissimas turres ciuitatum et mouete in omni loco bellum et ego et rex Legionensium succurremus uobis uelociter », ibid.

195 « Habeto nos federatos et concede nobis spatium unius mensis, ut mittamus nuntios iterum trans mare regi nostro Texufino et in omnem terram Agarenorum. Et si non fuerit qui defendat nos, egrediemus ad te et dabimus tibi castellum ita ut pacifice dimittas nos et omnia nostra ire in Calatrauam ciuitatem nostram », CAI, II, 57.

196 « Hoc pacto feriam uobiscum fedus, ut detis mihi quindecim obsides omnium uestrum maiores, excepto Ali, et si non fuerit qui defendat uos, reddite mihi castellum et remaneant in castello baliste et omnia arma et omnia regalia, et uestra propria tollite uobiscum ; necnon et captiui Christiani, qui sunt in carcere uestro, per manus fidelium meorum pascentur de mensa mea et similiter remaneant apud me », ibid.

197 Sur la différenciation des groupes musulmans dans la CAI, voir R. Barkai, El enemigo en el espejo, pp. 140-144.

198 « … Cum rege Ali et cum filio suo Texufino et cum ceteris regibus et principibus Moabitarum et Agarenorum », CAI, II, Praefatio.

199 CAI, I, 27. Voir le chap. vii, à la fin de « Le roi », p. 298.

200 « … Principes et duces et omnis populus Agarenorum », CAI, II, 93.

201 « Quid faciemus, quia non poterimus substinere bellum imperatoris et ducum eius ? […] Moabite medulas terre comedunt et possessiones nostras, aurum et argentum nobis tollunt, uxores nostras et filios nostros opprimunt. Pugnemos ergo contra eos et occidamus eiiciamusque dominium a nobis, quia non est nobis pars in domo regis Texufini neque hereditas in filiis Ali et patris eius Iuzeph », ibid.

202 L’analyse du souvenir d’Alphonse VII est abordée dans le dernier chapitre de cette étude.

203 Ce que note P. Segl, Königtum und Klosterreform, pp. 204-205.

204 Sur les relations entretenues par Alphonse VII avec Cluny : ibid., chap. 3. III. et 4. III. ; C. Reglero de la Fuente, Cluny en España, pp. 150-151 et 156-161.

205 C. J. Bishko, « Peter the Venerable’s Journey to Spain ».

206 « Imperator Hyspanus, magnus Christiani populi princeps, deuotus maiestati uestrae filius, […] inter modernos reges praecipuus amicus et benefactor Cluniacensis aecclesiae est, me ad praesens mediatorum et apud uos intercessorem elegit », Pierre le Vénérable, Lettres, t. I, lettre 103.

207 « Hoc anno illo factum est, quo Hispanias adii et cum domino Aldefonso victorioso Hispaniarum imperatore colloquium habui. Qui annus fuit ab incarnatione domini MCXLI », Id., Contra Sectam Sarracenorum, 17, p. 54.

208 J. Wollasch, Synopse, t. II, p. 467.

209 Ibid., p. 527.

210 Voir P. Segl, Königtum und Klosterreform, pp. 206-207.

211 « Sanciæ sorori imperatoris Hispaniæ », « illustri dominæ G. reginæ et materteræ Imperatoris Hispaniarum », Bernard de Clairvaux, Epistolae, t. VIII, nos 301 et 455.

212 Rappelons que pour Bishko, le titre impérial des rois castellano-léonais, et notamment celui d’Alphonse VI, n’était pas présent dans les actes de Cluny et de Rome parce qu’imperator « désignait normalement le saint empereur romain », C. J. Bishko, « Liturgical intercession », p. 59.

213 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 54-55 ; A. Ubieto Arteta, Historia de Aragón. Creación y desarrollo, chap. iv et v ; Id., « Navarra-Aragón en la idea imperial », pp. 49-53 ; P. Kehr, « El papado », pp. 162-163. Innocent II adressa en ce sens une bulle à Alphonse VII et aux autres princes d’Hispania, le 10 juin 1136 (P. Kehr, Papsturkunden in Spanien, n° 50) et le cardinal Guido fut envoyé en Péninsule pour régler entre autres cette question.

214 A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 50.

215 P. Kehr, « El papado », pp. 163-166.

216 A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », pp. 51-53 ; B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 61.

217 P. Kehr, « El papado », p. 167.

218 Robert de Torigni a composé son œuvre à partir de 1149, lorsqu’il fut élu prieur du Bec, et l’a continuée jusqu’à sa mort en 1186. Bien qu’il en ait remanié regulièrement les premières versions, datées de 1156-1157 puis 1167, on peut supposer que les passages relatifs à Alphonse VII ont été composés peu de temps après les faits. Sur le travail d’historien de Robert de Torigini, voir : M. Chibnall, « Orderic Vitalis and Robert of Torigni » et R. Foreville, « Robert de Torigni et “Clio” ».

219 « Melius acciderat anno præterito christianis principibus in Hispania. Nam imperator Hispaniarum, cujus imperii caput est civitas Toletum, adjutus a Pisanis et Genuensibus, Almariam nobilissimam urbem super Paganos cepit. Rex Galliciæ, fretus auxilio Normannorum et Anglorum et aliorum multorum, qui navali exercitu Ierusalem petebant, Lixebonam urbem Agarenis abstulit, sicut aliam civitatem, Saintarein scilicet, anno præterito super eosdem ceperat. Comes etiam Barcinonensis Tortosam urbem eodem anno cepit », Robert de Torigni, Chronique, t. I, pp. 245-246.

220 « Ludovicus rex Francorum duxit uxorem filiam Anforsi regis Hispaniarum. Caput regni hujus regis civitas est Toletum ; quem, quia principatur regulis Arragonum et Galliciæ, imperatorem Hispaniarum appellant », ibid., p. 282.

221 « Ludovicus, rex Francorum, gratia orationis perrexit ad Sanctum Jacobum de Gallicia, et ab imperatore Hispaniarum, socero suo, favorabiliter in Hispania susceptus est », ibid., pp. 288-289.

222 « Agareni civitatem Almariam in Hispania super christianos, quam amiserant, obsidione cum nonnullis castellis iterum ceperunt, fugato Anforsio imperatore Hyspaniarum. Mors ipsius imperatoris subsecuta est præ dolore et pudore ejusdem fugæ », ibid., p. 308.

223 Constitue une exception la lettre que Raymond Bérenger IV expédie en 1157, relative aux conditions d’une trêve avec la Navarre, dans laquelle le comte affirme qu’Alphonse VII « [est] non seulement son ami, mais aussi son seigneur » et « qu’en tant qu’ami et vassal », il négocie toute affaire avec lui (« Set quia non solum estis amicus verum etiam dominus ut amici et vassalli mea semper negocia ante vestros occulos vos deprecor ponite », I. J. Baiges et alii, Els pergamins de l’Arxiu Comtal, t. IV, n° 1029).

224 H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez ».

225 « … Ut rex Garsias seruiret imperatori sine fraude cunctis diebus uite amborum », CAI, I, 91.

226 J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1263.

227 « De alia quoque terra Pampilonie, pro qua rex Sancius et rex Petrus Adefonso regi Legionensi hominium fecerunt, habeat imperator Adefonsus terciam partem ex ea, et Raimundus comes Barchinonensis duas. Et pro illis duabus partibus quas habebit, faciat imperatori Adefonso tale hominium quale rex Sancius et rex Petrus Adefonso regi avuo imperatoris Adefonsi, fecerunt », I. J. Baiges et alii, Els pergamins de l’Arxiu Comtal, t. III, n° 764.

228 A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 65. Texte de l’accord daté du 1er juillet 1149 dans P. de Bofarull y Mascaró, Colección, n° 60.

229 Liber Feudorum Maior, éd. F. Miquel Rosell, t. I, n° 29.

230 Ibid., n° 30.

231 Il est vrai cependant que dans les actes évoquant l’illustre grand-père du roi portugais, Alphonse VI, ce dernier n’est plus, après 1137, intitulé imperator comme c’était le cas auparavant, mais seulement rex. Est-ce un hasard ou une marque de déférence envers Alphonse VII considéré dès lors comme le seul « empereur » ?

232 « Ego Garsias rex Pampilonensis hoc donum quod domnus meus Aldefonsus imperator dedit tibi Garsia episcopo, confirmo et propria manu corroboro », J. M. Lacarra, « Documentos para el estudio de la reconquista (1) », n° 89 (27 septembre 1135).

233 Contra, A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 47, qui affirme que la vassalité de García Ramírez est documentée tant dans les diplômes navarrais que castillans. Concernant les premiers, un seul document est invoqué, signalant en datation « rege Garsia in Pampilona et Cesaraugusta, imperatore Aldefonso in Toleto et in Legione ». Cela ne signifie cependant pas une relation de vassalité entre les souverains. D’ailleurs le même genre de formulation est présent dans quelques actes de Ramire II d’Aragon, qui n’était pas vassal de l’empereur. Voir : « Regnante Ranimiro rege et genero eius Remon Belenguer, comite Barchinonensi et principe Aragonensium in Aragone et in Suprarbi et in Ripacorza atque in Cesaraugusta, […] Adefonsus imperator in Legione et in Gallecia atque in tota Castella, Garsias rex in Pampilona », A. Ubieto Arteta, Documentos de Ramiro II, n° 120 (10 mars 1144).

234 « … Propter quod fuistis meos fideles quando venit ille imperator et non me falistis », D. Alegría Suescun et alii, Archivo General de Navarra (1134-1194), n° 6 (28 février 1144).

235 « … In anno quando rex Garsias pacificauit se cum imperatore Castellie et comite Barchilonense », ibid., n° 5.

236 Ibid., n° 137.

237 Alphonse VII est apparu dans un jurement de fidélité de l’évêque Lope de Pampelune à Raymond Bérenger IV, dans le dispositif duquel ce dernier précise qu’il ne négociera aucune paix ni trêve sans le conseil de l’évêque, ni avec le roi de Navarre Sanche VI, ni « cum imperatore Castelle ac filiis suis regibus », I. J. Baiges et alii, Els pergamins de l’Arxiu Comtal, t. IV, n° 1018. Un inventaire des archives comtales du 9 juin 1153 mentionne également une « carta inter imperatorem n’Anfós et Raimundus comitem » (ibid., n° 958).

238 Voir par exemple la datation d’un acte du comte de Barcelone relatif à la colonisation de Saragosse : « Regnante Raymundo comite in Aragone et in Ripacorça et in Soprarbe et in Caragoça » J. M. Lacarra, « Documentos para el estudio de la reconquista (1) », n° 91 (octobre 1138).

239 A. Ubieto Arteta, Historia de Aragón. Literatura medieval, pp. 27-28.

240 « Factum est autem quod Ranimirus rex Aragonis mitteret Caxal ab imperatorem », P. de Bofarull y Mascaró, Colección, n° 150.

241 R. Gibert, « Observaciones », p. 447.

242 Là encore le rôle de communication qu’eut le couronnement impérial doit être souligné. Entre octobre 1135 et l’année 1156, Alphonse VII est apparu en imperator à 14 reprises dans les actes relatifs au royaume de Saragosse : J. M. Lacarra, « Documentos para el estudio de la reconquista (2) », nos 188, 189, 192, 196, 197, 246 et 248 ; ibid. (3) », nos 348, 352, 364, 365 et 378 ; A. Durán Gudiol, Colección diplomática de la catedral de Huesca, t. I, n° 157 ; D. Alegría Suescun et alii, Archivo General de Navarra (1134-1194), n° 5.

243 Ibn Al-Kardabūs, Kitāb al-Iktifā’, pp. 145-146.

244 Voir « Au sein des territoires soumis à Alphonse VI », p. 233.

245 Chronicon compostellanum, éd. E. Falque, 25.

246 Voir « L’“empereur” asturo-léonais, une chimère ? », p. 58, n. 23.

247 « … Inclitus imperator Hyspanus Aldefonsus, bona memorie dignus », Liber Sancti Iacobi, éd. K. Herbers et M. Santos Noia, III, iii, p. 190.

248 « … Temporibus Didaci, archiepiscopi Iacobite, et Adefonsi, imperatoris Yspanie et Galletie, et Calixti pape », ibid., V, v.

249 Historia compostellana, éd. E. Falque, pp. xiii-xxi. L’éditrice a repris ces informations dans l’introduction de sa traduction de l’Historia Compostellana (éditions Akal, 1994), en raison des nouvelles données apportées par F. López Alsina, La ciudad de Santiago, pp. 46-92.

250 Le passage d’Alphonse VII de l’état de puer à celui de iuuenis est marqué par une intervention de l’archevêque, qui adoube le roi en 1124 (II, lxiv). Avant cela, l’infant est désigné comme puer, infans, puer rex, rex paruulus, regine filius, et plus rarement filiolus, infantulus.

251 « Qualiter in Portugaliam iuit cum imperatore et qualiter in reditu imperator ingratus ei fuit », HC, II, lxxxv.

252 « Qualiter imperator pecuniam ab archiepiscopo uiolenter extorsit », HC, II, lxxxvi.

253 « Qualiter archiepiscopus super premisso excessu imperatorem ad satisfaciendum induxit », HC, II, lxxxvii.

254 « Qualiter imperator castrum sancti Georgii ecclesie Compostellane donauit », HC, II, lxxxv, 6.

255 « Soror imperatoris sepulturam in ecclesia Compostellana elegit », HC, II, lxxxviii.

256 HC, II, xcii ; xciii, 2 ; III, vii, 5 ; xxxi ; xxxix, 5 ; xliii, 4.

257 HC, III, vii, 3.

258 HC, III, xliii, 1.

259 HC, III, xliii, 2.

260 HC, III, xliii, 3.

261 Imperator est présent à 168 reprises à partir de cette notice et jusqu’à la fin de l’œuvre.

262 Précisions apportées par F. López Alsina, La ciudad de Santiago, pp. 82-84 et 88.

263 Sur ce point voir les réflexions de J. M. Sánchez Sánchez, « La proyección política de Alfonso VII ».

264 Cette dette d’Alphonse VII envers Diego Gelmírez est rappelée tout au long de l’œuvre. Voir notamment livre I : lxvi, lxxiv, lxxxiii, cviii ; livre II : ix, lxxx (avec une magnifique allitération : Diego Gelmírez est « [Adefonsum ] patrinum et patronum et patrem spiritualem et suum coronatorem »), lxxxv, 2, lxxxvii ; livre III : xxiv, 2, xlix, 3, etc.

265 « Imperator […] non minus estuans amore pecunie quam Crassus dictator Romanus, cuius erat conditio quoscumque captis pro pecunia extorquere et iustitiam pro auro et argento uenundare », HC, III, liii, 3.

266 Le terme imperium est employé dans un sens territorial à plusieurs reprises dans les chapitre lii, liii, liv et lv du dernier livre.

267 M. Valcarce, El dominio, n° 17 ; J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), nos 1239, 1266 ; J. Richard, Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire, nos 304 et 305 ; J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), n° 1389.

268 Le 12 avril 1127, Sancha réalise une donation « iussione fratris mei Legionensium regis domni Adefonsi regens », tandis qu’Alphonse VII confirme en tant que « tocius Yspanie imperator », L. García Calles, Doña Sancha, n° 5.

269 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 141.

270 « Et ego infantissa domna Sancia quod frater meus rex domnus Alfonsus fecit, laudo et confirmo », A. López Ferreiro, Historia de Santiago, t. IV, apéndices, n° 7 (22 février 1130).

271 L. García Calles, Doña Sancha, n° 10 ; J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), n° 1424 ; J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1313 ; M. E. Martín López, Patrimonio cultural, nos 25, 33, 46, 52 et 53.

272 Voir par exemple J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1313.

273 « … Quantam hereditatem habeo, et iurifico tam illam, quam dominus imperator Adefonsus Raimundi iure hereditario michi tribuit », M. Mañueco Villalobos et J. Zurita Nieto, Documentos de Santa María de Valladolid, t. I, n° 31.

274 « … Cum consilio illustris viri Ildefonsi Hispaniarum imperatoris », T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, n° 10 (1136).

275 « … Rogatu domni imperatoris », ibid., n° 18 (1140).

276 Ibid., nos 19 et 33, et « A. imperator » au n° 28.

277 Ibid., n° 23.

278 « … Quem admodum dominus meus imperator Adefonsus eam mihi donauit et confirmauit », M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, n° 375.

279 « … Inquisiuimus iudicium imperatoris […], et super hoc indicauit imperator quod… », M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, n° 382.

280 « … Sicut eam domnus meus imperator Adefonsus tradidit mihi », J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 286.

281 « … Illud linare regium quod habui ab imperatori pro servitio quod ei servivi », A. Quintana Prieto, El obispado, s. XII, n° 15.

282 « … Consilio imperatoris domni Adefonsi », M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 50.

283 « … Uobis domno Adefonso inperatori tocius Hispanie », A. C. Floriano Cumbreño, Colección de Belmonte, n° 22.

284 « … Precepto et auctoritate imperatoris Yspaniarum domni Adefonsi » ; « quam nobis prenominatus imperator […] dederat » et plus loin « et ipsam kartam uobis in concilio dedimus per manum eiusdem imperatoris », M. E. Martín López, Patrimonio cultural, n° 612.

285 Les collections de la cathédrale de León et du monastère de Sahagún représentent à elles seules les 2/5 de cette documentation. À l’inverse, plusieurs collections n’ont révélé qu’un seul acte évoquant l’empereur Alphonse VII : c’est le cas des actes des cathédrales de Compostelle et de Salamanque, ainsi que de ceux des monastères de Moreruela, Oña, Silos, Santa María del Puerto, Vilanova de Dozón et Aguilar de Campoo.

286 E. Duro Peña, « San Pedro de Vilanova de Dozón », n° 2, daté de 1124 ; M. Mañueco Villalobos et J. Zurita Nieto, Documentos de Santa María de Valladolid, n° 28, émis en 1129.

287 Il arrive même que le titre imperatrix soit la seule composante impériale de la datation, comme par exemple dans le cas de cet acte de 1148 en provenance du monastère de Sahagún dans lequel la date est ainsi rédigée : « regnante Alfonsus Yspanie, cum ymperatriz Uerengaria » (J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún [IV], n° 1297).

288 T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, n° 9 ; L. M. Villar García, Documentación medieval de la catedral de Segovia, n° 42 ; F. J. Hernández, Los cartularios, n° 42 ; J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 26 ; C. Monterde Albiac, Colección diplomática del monasterio de Fitero, n° 14.

289 Á. Rodríguez González, El tumbo de San Martín de Castañeda, nos 29 et 32.

290 13 chartes ne font référence à aucun territoire ; 87 font référence à un seul territoire ; 53 à 2 territoires ; 16 à 3 territoires ; 11 à 4 territoires ; 4 à 5 territoires ; 5 à 6 territoires ; 3 à 7 territoires et 2 à 8 territoires.

291 Notamment le portrait d’Alphonse VII inséré dans le Tumbo A ne contient aucune légende.

292 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 453.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540