Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Troisième partie. Vie et mort de l'empire d'Alphonse VII (1126-1230)

Chapitre VII. Vers la (re)constitution d’un empire hispanique (1126-1135)

Texte intégral

1Contrairement à son grand-père Alphonse VI, Alphonse VII use du titre impérial dans ses diplômes — sans presque aucune variante comme on le verra — du début à la fin de son règne. Ceci laisse entendre au premier abord que l’idéologie impériale qu’il a remise en vigueur, si efficacement que cette démarche lui a valu d’être dans la mémoire collective l’empereur hispanique par excellence, fut univoque de 1126 à 1157. Et pourtant, la Chronica Adefonsi Imperatoris, chronique officielle de son règne rédigée entre 1147 et 1149, distingue parfaitement deux étapes dans cette période : l’avant et l’après mai 1135, le couronnement impérial célébré le jour de la Pentecôte en représentant l’événement charnière. Avant cette date, et au mépris de la documentation diplomatique, le chroniqueur anonyme désigne le roi exclusivement par le titre de roi. Après cette date, en revanche, il devient « l’empereur ». Aussi ce texte suggère-t-il que le « règne impérial » d’Alphonse VII ne commença véritablement qu’en 1135. En ce sens le couronnement mis en scène à cette date ne sanctionne pas dans la CAI une situation préexistante, comme les diplômes le laissent entendre, mais donne naissance à quelque chose de nouveau. Comment comprendre cette réélaboration idéologique du passé ?

2Comme dans le cas d’Alphonse VI, la conjoncture dans laquelle se trouve le royaume castellano-léonais sous le règne d’Alphonse VII a beaucoup à voir avec le développement d’une nouvelle version de l’idée d’empire hispanique. Elle privait en partie l’ancienne idéologie de sa pertinence.

I. — ALPHONSE VII ET LA RÉCUPÉRATION D’UNE HÉGÉMONIE SUR L’HISPANIA

L’INFANT

  • 1 Ou 1102, selon M. C. Pallarés Méndez et E. Portela Silva, La reina Urraca, pp. 36-37.
  • 2 Voir « L’invasion almoravide et la crise successorale », pp. 254-257.
  • 3 Voir « Guerre civile et querelles d’époux : un règne mouvementé », pp. 262-267.
  • 4 Sur les premières années de la vie du futur Alphonse VII, préalablement à son règne, voir M. Recue (...)

3Né en Galice le 1er mars 11051, ayant reçu pour précepteur le comte Pedro de Traba, chef d’une des plus importantes familles nobiliaires de la région, l’infant Alphonse Raimúndez se retrouve très rapidement au cœur des intrigues pour le trône. La mort de son père le comte bourguignon Raymond en 1107, les déconvenues de la succession de son grand-père Alphonse VI et le décès de l’héritier Sanche en 11082, enfin les inimitiés qui se cristallisent autour de sa mère la reine Urraca et de son beau-père Alphonse Ier d’Aragon à partir de leur mariage en 11093, concentrent sur le jeune Alphonse le jeu politique4.

  • 5 Les relations entre Diego Gelmírez et Alphonse VII font l’objet du chap. x de l’étude de R. A. Fle (...)
  • 6 HC, I, lxvi.
  • 7 HC, II, lxiv, 2.

4À la mort de son père, l’infant est placé sous la tutelle de l’évêque de Compostelle, Diego Gelmírez, proche d’Alphonse VI et de son gendre le comte Raymond, dont il fut le notaire. On a vu que dans le même temps l’empereur tolédan avait fait prêter aux nobles galiciens un serment de fidélité envers son petit-fils qui se voyait par ailleurs reconnaître le gouvernement de la province galicienne, mesures visant à le protéger dans l’éventualité d’un remariage de sa mère. Dès lors, les conflits qui opposent le prélat compostellan à la reine sont dictés entre autres par la préservation des droits de l’infant sur la Galice et sur l’ensemble du royaume, que la conduite d’Urraca semblait mettre en péril. En outre, pendant une vingtaine d’années, les relations privilégiées que Diego Gelmírez maintient avec le futur Alphonse VII en font, comme se plaisent à le relater les auteurs de l’Historia Compostellana, un des protagonistes essentiels de l’itinéraire de l’infant5 : c’est à son initiative qu’il est oint et couronné roi à Saint-Jacques-de-Compostelle en 11116 — Diego Gelmírez espérant ainsi obliger la reine à associer son fils à son gouvernement et contrer les ambitions du Batailleur, alors époux d’Urraca — puis armé chevalier en 11247.

  • 8 Voir « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ier, Urraca et Alphonse VII » (...)

5En dépit des allégations de l’Historia Compostellana, les jeunes années d’Alphonse Raimúndez ne furent toutefois pas faites que d’opposition à sa mère. La documentation permet ainsi dès 1112 de le voir apparaître aux côtés de la reine à la cour et dans la négociation des affaires du royaume. Il exerce également une autorité personnelle au-delà de la Galice, puisqu’on le retrouve dès le printemps 1116 à Tolède aux côtés du comte de Traba avec pour double mission de faire obstacle aux ambitions de son beau-père aragonais et de réengager la lutte contre les Almoravides. À la fin de cette même année, Urraca négocie par ailleurs à Sahagún avec les partisans de son fils et il est décidé que celui-ci régnera désormais sur une partie du royaume. Le co-gouvernement amène ainsi Alphonse Raimúndez de nouveau dans la région tolédane à la fin de l’année 1117, avec cette fois pour fonction de régner, occasion pour lui d’émettre un premier document où il s’arroge le qualificatif d’imperator8. Depuis Tolède l’infant amenuise progressivement l’influence acquise par Alphonse Ier d’Aragon et en 1120 il est à même de reprendre le contrôle de Sahagún. C’est là qu’il s’installe, entouré de sa propre cour et d’une ébauche de chancellerie et qu’il enracine son autorité dans le contexte troublé des dernières années du règne d’Urraca.

LE ROI

  • 9 CAI, I, 3 sqq.
  • 10 « … Quasi promissum de supernis missum feliciter », CAI, I, 1.

6Lorsqu’Alphonse VII monte sur le trône léonais en mars 1126, il vient d’entrer dans sa vingt et unième année. Il a largement atteint l’âge requis pour exercer la fonction qui l’attend. C’est en outre un souverain déjà aguerri aux coutumes et subtilités des enjeux de pouvoir au sein de son royaume. Il a donc parfaitement conscience de la nécessité d’une mise en ordre rapide du royaume, ce que rapporte la Chronica Adefonsi imperatoris dont les premiers paragraphes sont consacrés aux démarches entreprises pour soumettre les rebelles à son pouvoir et s’assurer la fidélité des seigneurs récalcitrants9. L’urgence de l’action contraste d’ailleurs avec l’idée d’abord avancée par le chroniqueur que le roi fut accueilli par tous « comme une promesse heureusement envoyée par le ciel »10. La pacification interne du royaume n’est toutefois pas le seul objectif poursuivi par le jeune monarque et les axes d’action mis en œuvre entre 1126 et 1135 sont ceux d’un souverain cherchant ouvertement à récupérer la position hégémonique dont jouissait la Castille-León quelques décennies plus tôt.

  • 11 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 24-25 ; M. Á. Ladero Quesada et alii, (...)
  • 12 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 15-18.
  • 13 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 206.

7Le premier pas vers l’accomplissement d’un tel dessein consistait à garantir au sein du royaume la cohésion qui lui faisait défaut depuis 1109. À l’issue de la proclamation royale célébrée en la cathédrale de León par l’évêque Diego dès le lendemain de la mort d’Urraca, une partie des nobles et tenentes du royaume se soumet spontanément au roi. Pour les autres, Alphonse VII dut s’assurer par lui-même de leur fidélité, sollicitant de fortes sommes du clergé pour financer ses troupes11. Le siège et la reddition des rebelles « tours de León » — forteresse assurant la défense de l’entrée nord de la ville — ouvrent en ce sens la voie au monarque en l’autorisant à parcourir ensuite l’ouest de son royaume, afin de recueillir l’hommage des seigneurs locaux12. C’est en partie chose faite dès le mois de mai 1126, la Galice et l’Estrémadure étant traditionnellement favorables au fils du défunt comte Raymond et à celui qui gouvernait au sud du Duero depuis une décennie déjà. Quant au Portugal, gouverné de manière quasi autonome par la tante maternelle du roi, Thérèse, qui n’hésite pas à s’en proclamer la « reine » dans certains de ses diplômes depuis 1117, Alphonse VII négocie sa neutralité provisoire lors d’une entrevue avec la comtesse en avril à Ricobayo, à proximité de Zamora. L’année suivante, le pacte est réitéré à l’occasion d’une expédition menée dans la région de Tuy et Orense et Alphonse VII semble s’être alors rapproché d’Alphonse Enríquez13.

  • 14 « Sed Petrus comes de Lara, […] noluit pugnare aduersus regem Aragonensem, quia cor eius cum eo er (...)
  • 15 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 27.
  • 16 CAI, I, 23.
  • 17 Voir J. Escalona Monge, « Misericordia regis ».
  • 18 Voir S. Barton, « From Tyrants to Soldiers of Christ », qui montre comment la vision de la nobless (...)

8La pacification s’avère sensiblement plus problématique à l’est, où l’influence d’Alphonse Ier reste importante et où la puissante famille des Lara a pu voir d’un mauvais œil l’intronisation d’Alphonse VII, puisqu’un de ses membres les plus puissants, le comte Pedro González, avait été le dernier compagnon de la reine Urraca, avec laquelle il eut une descendance. Ainsi, en dépit de la politique d’attraction qu’exerce le roi sur la noblesse castillane en plaçant certains de ses représentants à des fonctions-clés de la curia, Pedro González de Lara aurait persisté à récuser l’autorité de son seigneur en refusant de combattre le Batailleur au moment des événements qui précédèrent la paix de Támara14. La rupture se concrétise à la fin de l’année 1128 et cette fois les deux frères Lara — Rodrigo, pourtant alférez du roi à cette date15, et Pedro — refusent de rejoindre l’ost royal et se déclarent rebelles. Pedro fomente la révolte à partir de Palencia, tandis que son frère tient la région des Asturies de Santillana. C’est donc une grande partie de la Castille qui échappe alors au contrôle du roi. L’affaire n’est réglée qu’à l’été 1130, après que le premier est fait prisonnier, tandis qu’Alphonse VII combat en personne le second, vaincu et privé de tous ses honneurs. Le sort réservé aux deux Lara est toutefois bien différent. Pedro González, le plus menaçant des deux frères en raison des droits auxquels auraient pu prétendre les enfants qu’il eut de la défunte reine, est exilé et se réfugie en Aragon où il se place au service du Batailleur. Rodrigo est par contre rapidement réhabilité, Alphonse VI lui confiant en 1132 la défense de Tolède. La Chronica Adefonsi Imperatoris justifie ce retournement de situation en arguant du repentir dont fait preuve le comte et de la miséricorde du roi face à la culpabilité dont son sujet fait montre16, faisant d’Alphonse VII un modèle de fermeté et de mansuétude tout à la fois17. L’affaire illustre en tout cas les tenants de la politique de promotion nobiliaire que pratique le monarque pour assurer la fidélité des magnats de son royaume, politique qui demeure par la suite une constante18.

  • 19 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 19-20. Les négociations du mariage donnent (...)
  • 20 L’existence de Ramón, qui ne vécut probablement pas au-delà de l’âge de 8 ans, est connue par quel (...)
  • 21 Ibid., pp. 19-20.

9La stabilisation du royaume ne pouvait enfin être garantie que par l’existence d’un héritier. Alphonse VII, témoin des difficultés qu’avait connues la Castille-León au moment de la succession de son grand-père, devait être tout particulièrement soucieux d’assurer au plus vite la précieuse descendance. On le voit dès l’été 1127 œuvrer dans cette optique auprès du comte de Barcelone Raymond Bérenger III pour obtenir la main de sa fille, Bérengère, et l’union est célébrée en novembre de la même année à Saldaña19. Le choix de cette épouse s’avéra fructueux puisqu’en 1128 Bérengère donnait naissance à Ramón, premier de sept enfants mis au monde jusqu’à sa mort en 114920. L’union présentait en outre d’autres avantages. Depuis le début de son règne, commencé en 1097, le comte barcelonais assistait en effet à l’affermissement constant du royaume d’Aragon-Navarre et notamment à son agrandissement territorial dans la vallée de l’Èbre à la faveur de la conquête de Saragosse en 1118. Face aux visées expansionnistes du Batailleur, Raymond Bérenger III représentait donc pour Alphonse VII un allié de choix21.

  • 22 Ibid., p. 21.
  • 23 Voir ses conditions à la fin de « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ie (...)
  • 24 Crónica de San Juan de la Peña, éd. A. Ubieto Arteta, pp. 78-79.
  • 25 Deux autres sources narratives rapportent, dans des termes variables, le contenu des accords terri (...)
  • 26 « Cum autem anni circulus uolueretur, rex Aragonensium, congregata iterum magna multitudine militu (...)

10Le second axe inspirant les actions d’Alphonse VII durant la première décennie de son règne personnel s’exprime en effet dans la lutte qui l’oppose à son ancien beau-père, Alphonse Ier d’Aragon. La trêve établie avec Urraca à partir de 1117, et renouvelée depuis, établissait la reconnaissance d’un statu quo dans lequel le Batailleur retenait sous son contrôle une grande part des terres castillanes. Pour le jeune Alphonse VII cette situation, qui avait rendu possible son entrée dans Tolède en 1117, devenait en 1126 inacceptable. D’où ses efforts pour rallier la noblesse castillane et le premier résultat tangible que constitue en avril 1127 le retour de Burgos dans l’obédience du monarque22. Le Batailleur réagit rudement à cette offensive en se préparant au combat, mais on a vu dans le chapitre précédent que les deux souverains préférèrent, sur le conseil de leurs vassaux, régler à l’amiable leur différend — la défection de Pedro González de Lara invitant peut-être Alphonse VII à la prudence en l’espèce. La paix de Támara23, conclue à la fin du mois de juillet 1127, n’offrait pourtant qu’une ébauche de solution. Elle réglait certes la question de l’usage du titre d’imperator, dont Alphonse VII se voyait reconnaître la jouissance exclusive. D’un point de vue territorial elle ne faisait toutefois guère plus qu’entériner le nouveau statu quo si l’on en croit la version transmise par la Chronique de San Juan de la Peña24. L’Aragonais était clairement perdant dans l’affaire mais il ne restituait pas à son rival toutes les terres qui faisaient partie du royaume d’Urraca et d’Alphonse VI avant elle, puisque la frontière était ramenée à ses limites de 106525. La paix, inapte à satisfaire les souverains, ne pouvait être durable et l’auteur de la Chronica Adefonsi Imperatoris ne prend même pas la peine de s’émouvoir lorsque le Batailleur la rompt en 1128 en assiégeant Medinaceli et Morón de Almazán, près de Soria26.

  • 27 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 27-41.

11Dans les années suivant la conclusion de la paix de Támara on assiste en effet à des manœuvres régulières menées tant par Alphonse VII que par Alphonse Ier pour étendre leur influence respective à la frontière des deux royaumes27. À l’attaque menée contre Morón, Alphonse VII répond en assiégeant le Batailleur dans Almazán. L’épisode n’aboutit à aucun résultat puisque la rébellion des Lara détourne rapidement le roi léonais de la place. En avril 1131 il est par contre en mesure de mener une grande offensive contre Castrojeriz, qu’il assiège jusqu’à sa reddition en octobre. En 1132, l’offensive préparée par Alphonse VII est annulée in extremis, le roi étant retenu par la révolte du comte Gonzalo Peláez. Ce n’est finalement qu’avec la mort du Batailleur suite à la défaite de Fraga (19 juillet 1134) que prend vraiment fin la lutte entre les deux ennemis. Les suites de l’événement montrent cependant, en révélant l’étendue des ambitions orientales d’Alphonse VII, que son dessein dépassait largement le cadre d’une rivalité personnelle.

  • 28 J. A. Lema Pueyo, Colección diplomática de Alfonso I, n° 284.
  • 29 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 43-48.
  • 30 Il est également possible que García Ramírez ait à cette occasion prêté hommage une première fois (...)
  • 31 H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez ».

12Le 4 septembre 1134, sur son lit de mort à San Juan de la Peña, le Batailleur confirmait son testament de 1131 par lequel il cédait son royaume à trois ordres militaires de la Terre sainte28. Cette décision ouvrait une longue crise de succession, dont Alphonse VII chercha immédiatement à tirer profit29. Tandis que les nobles aragonais choisissaient d’ignorer les dispositions testamentaires de leur défunt roi en élevant sur le trône son frère cadet, le clerc Ramire II, les Navarrais décidaient de faire sécession en acclamant pour roi García Ramírez, arrière-petit-fils par voie illégitime du roi de Pampelune García III Sánchez, et restauraient l’indépendance du royaume de Navarre. Dans ce contexte instable, Alphonse VII saisit la possibilité qui se présente à lui de récupérer les terres de la Rioja qu’avait conquises son aïeul en se faisant l’arbitre de cette succession. À la mi-novembre il est à Nájera, et obtient de García Ramírez la Rioja et l’ensemble des terres que le Batailleur avait usurpées en Castille, en échange de la reconnaissance de sa légitimité30. À la suite de quoi Alphonse VII marche sur Saragosse et négocie avec Ramire II et ses barons la possession du regnum caesaraugustanum, donnant réalité au vieux rêve qu’avaient caressé ses ancêtres depuis le règne de Ferdinand Ier. Enfin, au début de mai 1135, il reçoit l’hommage du roi pampelonais qui devient son vassal pour les terres du « comté navarrais », réactivant le lien vassalique qui avait autrefois lié Sanche Ramírez et Pierre Ier à Alphonse VI31. L’intervention d’Alphonse VII dans la succession du Batailleur révèle donc non seulement sa volonté de rétablir une autorité castellano-léonaise dans les terres usurpées par le défunt roi aragonais, mais également le désir qu’il avait de perpétuer le programme d’expansion hégémonique mis en œuvre par ses prédécesseurs.

  • 32 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 26, 28-29, 34-35.
  • 33 « … Quidem rex Sarracenus in Rota nomine Zafadola et erat rex ex maximo semine regum Agarenorum », (...)
  • 34 Sur la figure de Zafadola, voir F. García Fitz, Relaciones políticas y guerra, pp. 82-98.
  • 35 « … Castella et ciuitates in terram Toleti et in Extrematura et per ripam fluminis Dorii », CAI, I (...)

13Cette dernière tendance apparaît par ailleurs dans la politique que pratique Alphonse VII vis-à-vis d’al-Andalus. Urraca avait bénéficié durant son règne de la crise militaire que traversaient les Almoravides et depuis les années 1120 une trêve de fait lui avait permis de concentrer ses efforts sur les problèmes internes de son royaume. À partir de 1128 l’émir Alī ibn Yūsūf entreprend la remise en ordre de son empire et confie le gouvernement d’al-Andalus à son fils Tāšufīn, qui multiplie les razzias à la frontière tolédane32. La riposte chrétienne, tant léonaise qu’aragonaise, ne se fait pas attendre. Mais Alphonse VII est encore trop impliqué dans la pacification de son royaume pour préparer une réponse appropriée et les escarmouches frontalières ne modifient pas le rapport de force. En conséquence, la forteresse d’Aceca, au nord-est de Tolède, est perdue en 1130. Ce n’est qu’après avoir maté la rébellion des Lara que le monarque est en mesure de prendre la situation en mains. Ses choix stratégiques se portent alors sur la réactivation de la politique d’attraction et de soumission des populations musulmanes que Ferdinand Ier et Alphonse VI avaient pratiquée sur les taifas. La Chronica Adefonsi Imperatoris rapporte en effet qu’à la fin de l’année 1131, après le siège et la conquête de Castrojeriz, un « roi musulman de Rueda appelé Zafadola, qui provenait de la plus prestigieuse lignée des rois agarènes »33, décida, après avoir pris conseil auprès de son peuple et de ses nobles, de prêter hommage au roi Alphonse VII. Aḥmad ibn ‘Abd al-Malik al-Mustanṣir Sayf al-Dawla, le « Zafadola » des sources chrétiennes, est le fils d’‘Imad, le dernier des Banū Hūd de Saragosse, chassé de la ville par les Almoravides en 1110 et retranché dans la forteresse de Rueda de Jalón, à l’ouest de Saragosse34. Depuis cette date les roitelets huddides s’étaient faits les alliés du Batailleur qu’ils avaient aidé notamment à conquérir la cité-clé de la vallée de l’Èbre en 1118. En 1131 il renie cependant cette alliance et décide de se mettre au service du rival de son précédent seigneur. Les promesses faites par le roi léonais étaient certainement plus tentantes. D’après la chronique de l’empereur on sait que Zafadola remit à Alphonse VII sa forteresse de Rueda, en échange de laquelle il reçut « des châteaux et des villes dans le territoire de Tolède, en Estrémadure et le long des rives du Duero »35. Il faut donc comprendre que le roi confiait à son vassal musulman la défense de la frontière méridionale du royaume, là où portaient les raids almoravides. Or, le ressentiment contre les Almoravides est présenté dans la chronique comme le motif qui décide Zafadola à s’allier au roi chrétien. Ayant rassemblé ses proches et conseillers

  • 36 Sur la différence entre Moabites et Agarènes — Almoravides et Andalusíes — dans la CAI, voir R. Ba (...)
  • 37 « Dixitque ad eos : “Quid faciemus ? Vsquequo hic clausi erimus ?” Ipsi enim erant clausi propter (...)

il leur dit : « Qu’allons-nous faire ? Jusqu’à quand resterons-nous ici, séquestrés ? » En effet, ils étaient reclus par peur des Moabites [i. e. les Almoravides], car ceux-ci avaient assassiné toute la famille des rois agarènes [i. e., ici, les Andalusíes]36 et leur avaient ensuite enlevé leur royaume. Le roi Zafadola lui-même était enfermé à Rueda avec quelques membres de son peuple, qui avaient cherché refuge là avec lui, et il leur dit : « Voici mon conseil : présentons-nous devant le roi de León et faisons de lui notre roi, maître et ami, parce qu’à mon avis, il dominera le territoire des musulmans, parce que Dieu dans le ciel est son libérateur, et Dieu l’incomparable lui vient en aide. Et je sais que grâce à lui mes fils et moi nous récupérerons le pouvoir que les Almoravides nous ont arraché, à moi, à mes pères et à mes parents »37.

  • 38 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 41 ; E. Díaz et P. Molina, « Campañas de Al (...)
  • 39 CAI, I, 41.
  • 40 Voir H. Sirantoine, « Sobre las primeras fuentes ». Voir aussi le fuero de Guadalajara (mai 1133), (...)

14De fait la CAI et les sources arabes font de Zafadola dans les années suivantes la tête de pont de la rébellion contre les Almoravides qui prend pied petit à petit en al-Andalus, et par là le détenteur d’une grande influence. Pour Alphonse VII cette alliance tombe au bon moment, et revêt aussi une importance symbolique. Avec cet hommage il peut renouer avec la politique hégémonique des rois de Castille-León envers les musulmans et ouvrir une faille dans le pouvoir almoravide en s’offrant le soutien d’un conseiller de choix. En même temps, il casse le monopole qu’avait jusqu’alors le Batailleur de la lutte et des négociations avec les musulmans. Dès 1132 l’initiative porte ses fruits. Rodrigo González de Lara devient gouverneur de Tolède et, éloigné des manigances castillanes, prépare les premières offensives. L’été suivant, en 1133, a lieu la première grande expédition castellano-léonaise et les armées d’Alphonse VII font la preuve de leur capacité à pénétrer profondément le domaine almoravide. Pendant quatre mois, elles dévastent la vallée du Guadalquivir jusqu’au littoral méditerranéen, rapportant un grand butin38. À en croire la CAI, Zafadola aurait en outre facilité les choses en recueillant à cette occasion les demandes d’aide d’autres de ses coreligionnaires39. À un moment où l’autorité almoravide commence à se désagréger, cette première action prépare donc la possibilité de nouveaux accords entre ceux qui commencent à être désignés comme « Andalusíes »40, par opposition aux Berbères d’outre-mer, et Alphonse VII.

15À la fin de l’année 1134, Alphonse VII se trouve donc dans une situation qui rappelle par certains aspects celle de son aïeul au tournant des années 1076-1077. Le royaume de Castille-León est en grande partie soumis à son autorité, même si l’autonomie portugaise est un problème qui demeure, on va le constater, très sensible. Sa succession est assurée grâce aux fruits de son union avec Bérengère. Surtout, la pacification interne a permis au souverain de remettre à l’ordre du jour la politique d’expansion territoriale et d’hégémonie léonaise reléguée aux oubliettes durant le règne d’Urraca, faute de moyens. Le royaume a retrouvé non seulement les limites que lui avait données Alphonse VI, mais il s’est également agrandi avec l’annexion du regnum caesaraugustanum consécutive à la mort d’Alphonse Ier d’Aragon. L’hégémonie hispanique se profile avec l’hommage du prince musulman Zafadola, puis celui du roi navarrais García Ramírez. Et si aucune conquête sur l’Islam n’a encore été réalisée, Alphonse VII a repris l’initiative de la lutte contre les Almoravides, dont il devient, une fois le Batailleur disparu, le leader. En bref, Alphonse VII est devenu le souverain le plus puissant de l’Hispania.

  • 41 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 410.

16Dans ce contexte, l’opportunité d’une réactivation de la structure impériale a donc pu se faire sentir. Sa nécessité aussi, dans la mesure où il s’agissait d’affirmer la domination d’Alphonse VII dans un espace de nouveau très complexe, politiquement et culturellement. En ce sens, le couronnement impérial de 1135 a pu être conçu comme un renouvellement de l’objectif poursuivi par Alphonse VI lorsqu’il adoptait le titre d’imperator totius Hispaniae, une manière d’« établir une répartition et une gradation des pouvoirs acceptables par tous et durables, en lien avec la suprématie politique — c’est ce que signifie imperium dans le langage de l’époque — du roi de León et Castille, en tant que pouvoir le plus grand existant dans l’Espagne chrétienne, et le seul en mesure de coordonner et diriger les actions face à al-Andalus »41. D’autres circonstances amènent cependant à faire de cet événement davantage qu’une répétition magnifiée des manœuvres autrefois entreprises par Alphonse VI.

II. — DES ENTRAVES À PRENDRE EN COMPTE

17À l’issue de la campagne de 1131 et de la conquête de Castrojeriz par Alphonse VII, lisons-nous dans la Chronica Adefonsi Imperatoris,

  • 42 « Et directa est salus et pax magna in uniuerso regno suo et omnes habitatores ceperunt edificare (...)

la sécurité et une grande paix s’installèrent dans l’ensemble de son royaume, et tous les habitants commencèrent à construire des maisons, planter des vignes et toutes sortes d’arbres, et à peupler tout le territoire que le roi aragonais avait détruit. Il y eut une grande joie dans tout le royaume, telle qu’on n’en avait pas connue depuis la mort de son grand-père le roi Alphonse et jusqu’à son époque42.

18Ce constat invite à plusieurs commentaires. Sa fonction est d’abord narrative : il permet d’introduire la suite des événements, le roi étant désormais en mesure de se tourner vers d’autres objectifs que la pacification de son royaume, ce qu’il fait précisément dans les paragraphes suivants où sont relatées les circonstances de son alliance avec Zafadola. Il exprime par ailleurs la nostalgie d’un âge d’or de paix et de prospérité que le souverain n’a de cesse de recréer, à savoir le règne d’Alphonse VI. Mais au-delà de l’idéal, les difficultés demeurent.

19En dépit du chemin parcouru par Alphonse VII depuis 1126, le parallèle avec la situation hégémonique dont jouissait Alphonse VI un demi-siècle plus tôt doit en effet être nuancé. Entre le dernier tiers du XIe siècle et les années 1130, les conditions de l’exercice du pouvoir ont changé et Alphonse VII n’est pas en mesure de se présenter aisément comme souverain supérieur et arbitre des conflits péninsulaires. Dans ce contexte, on peut alors s’interroger sur la pertinence du titre d’imperator totius Hispaniae qu’Alphonse VII avait été amené à revendiquer très tôt pour lui-même.

L’AFFIRMATION DES « NATIONS » ET LA FRAGMENTATION POLITIQUE DE LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

20Alphonse VII jouit à la fin de l’année 1134 d’une influence certes sans pareille au sein de la péninsule Ibérique. Pourtant, son autorité n’est pas établie de manière hégémonique dans tous les territoires entrant dans sa mouvance. Le souverain castellano-léonais ne peut en effet aller à l’encontre du mouvement d’affirmation des « nations » hérité des siècles antérieurs et approfondi à la faveur de l’apparition des coalitions nobiliaires régionales au début du XIIe siècle, dont les conséquences se font sentir au sein des espaces chrétiens de la Péninsule.

  • 43 C’est sous ce nom qu’est désigné le comté dans l’Historia Compostellana, en tout cas jusqu’à l’acc (...)
  • 44 Sur la montée au pouvoir d’Alphonse Enríquez, voir les premiers chapitres de J. Mattoso, D. Afonso (...)

21Durant les dernières décennies du règne d’Alphonse VI, et encore plus avec les années troublées du règne d’Urraca, c’est en Galice, territoire à la longue tradition de rébellion face au pouvoir monarchique, que s’est cristallisé le problème. L’empereur tolédan n’était lui-même pas exempt de responsabilité dans ce processus, puisqu’en confiant à son gendre Raymond le gouvernement du comté, il avait sanctionné la reconnaissance d’une entité galicienne au sein du royaume devenue, dans le cadre des problèmes de succession après 1109, ce regnum Gallicie43 que les partisans d’Alphonse Raimúndez tentèrent à plusieurs reprises d’arracher à l’autorité d’Urraca. En 1126 Alphonse VII n’éprouve pas de grandes difficultés à s’assurer la loyauté des magnats de cette région étroitement attachée à sa personne depuis son enfance, mais c’est dans un autre territoire longtemps lié à la Galice que se déplace le problème de singularisation politique : le Portugal, où Alphonse VII n’est pas en mesure de tirer profit de la crise qui s’ouvre avec la prise de distance de l’infant Alphonse Enríquez vis-à-vis de sa mère Thérèse à partir de 112744. Ainsi, la montée sur le trône d’Alphonse VII ne change rien à la situation d’autonomie de facto qui caractérise le gouvernement portugais depuis de longues années.

  • 45 Voir « Au sein du royaume de Castille-León », pp. 236-237.
  • 46 Voir « Guerre civile et querelles d’époux : un règne mouvementé », p. 266.
  • 47 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 228-234.

22On a vu que le Portugal acquit une existence politique distincte de la Galice au moment où, peut-être pour casser le pacte de succession qu’avaient scellé les bourguignons Raymond et Henri, Alphonse VI retira au premier les terres situées au sud de la rivière Miño pour les confier au second en même temps que la fonction comtale et sa fille illégitime Thérèse45. Après la mort d’Alphonse VI, le Portugal devient, comme la Galice, un des foyers les plus importants de résistance au pouvoir d’Urraca, et c’est dans ce contexte que, quelques années après la mort du comte Henri survenue le 14 avril 1112, Thérèse commence à s’intituler dans ses actes « reine du Portugal »46. À partir de 1121 toutefois la « reine » se rapproche de la Galice en s’alliant à deux nobles de la famille des Traba, Vermudo et Fernando Pérez — ce dernier devenant son concubin tandis que le premier épousait sa fille Urraca. En constituant un puissant noyau de résistance à la reine Urraca, cette faction poursuivait le but éventuel de dérober ce trône auquel la fille d’Alphonse VI, même illégitime, pouvait avoir l’espoir de prétendre pour elle-même et pour son fils Alphonse, né quelques mois après la mort de son grand-père maternel47. Néanmoins, l’alliance ne fut pas du goût de tous et dès cette époque certains nobles portugais désertent la cour comtale, tendance qui s’amplifie au cours des années suivantes. En parallèle, le rôle politique d’Alphonse Enríquez s’accroît. Armé chevalier de ses propres mains, selon les chroniques, à une date incertaine mais postérieure à 1124 — ce qui est interprété tantôt comme un indice de son émancipation vis-à-vis de sa mère, tantôt comme une réponse à la même cérémonie pratiquée par Diego Gelmírez pour Alphonse Raimúndez —, il prend la direction des opérations portugaises lorsqu’Alphonse VII assiège Guimarães à l’automne 1127. Si l’épisode se traduit par un renouvellement de l’accord scellé l’année précédente à Ricobayo entre Thérèse et le roi léonais, l’infant gagne aussi à cette occasion la loyauté de nombreux nobles portugais, qui fédèrent dès lors autour de sa personne leur opposition à la comtesse et aux Traba. Lorsque cette faction défait les partisans de Thérèse et de Fernando Pérez à São Mamede en 1128 et choisit de donner à Alphonse Enríquez les pouvoirs comtaux, Alphonse VII ne peut qu’accepter cette décision prise sans lui et accueillir les gouvernants déposés en Galice, où Thérèse finit sa vie en novembre 1130.

  • 48 Résumé des actions menées dans ibid., pp. 557 sqq.
  • 49 Souvent désigné imperator, on l’a vu. Voir « Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse (...)
  • 50 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 35-37, 40, 42-43.

23Dès lors, c’est un adversaire que le roi découvre face à lui à la tête du comté portugais48. Bien qu’il n’utilise pas, au contraire de la pratique initiée par sa mère, le titre de « roi » dans ses actes, il s’intitule infans ou princeps, jamais comes, et rappelle constamment sa filiation avec Alphonse VI49. Le comte manifeste donc clairement son intention d’exercer son autorité en toute souveraineté. Il reprend à son compte la politique d’expansion de son territoire vers les terres galiciennes, déjà pratiquée par sa mère, et la frontière entre Galice et Portugal demeure une région instable où les allégeances nobiliaires passent facilement du roi léonais au comte portugais50. Au début de l’année 1135, à un moment où le royaume castellano-léonais est dans l’ensemble pacifié, l’exception portugaise se manifeste pleinement dans l’expédition que le roi doit mener dans la vallée du Miño pour y reprendre position après qu’Alphonse Enríquez a fait construire une forteresse à Celmes, symbole de ses revendications. L’expédition est victorieuse et la forteresse détruite, mais en se fondant sur un rapport de forces, l’épisode confirme l’incapacité d’Alphonse VII à obtenir la soumission de celui qui est encore à cette date, en théorie, son vassal, mais qui dans les faits exerce les prérogatives d’un monarque indépendant.

24C’est donc d’égal à égal qu’Alphonse VII traite avec Alphonse Enríquez, incapable qu’il est d’enrayer l’autonomie portugaise. Or, à l’est, les mêmes contraintes se font jour au travers du rôle que joue le roi dans la succession du Batailleur.

  • 51 Ce qui apparaît clairement dans les diplômes de Ramire II entre janvier et mai 1135 : « Regnante m (...)
  • 52 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 612-614.
  • 53 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 48 ; E. Domínguez Fernández et M. Larrambeb (...)

25Début mai 1135, García Ramírez, roi de Pampelune, s’est fait le vassal d’Alphonse VII. Son hommage est d’abord déterminé par la volonté d’assurer l’indépendance de son royaume face à l’Aragon. La restauration du royaume de Navarre est en effet fragilisée par l’illégitimité de la provenance du nouveau roi, petit-fils d’un enfant naturel du roi pampelonais García III Sánchez. Pour mettre fin à cette précarité, García Ramírez cherche à mettre en œuvre un rapprochement avec Ramire II d’Aragon et en janvier 1135 le pacte de Vadoluengo est scellé dans cette optique. En vertu de cet accord, Ramire II, titulaire du pouvoir souverain, adopte le roi navarrais — les deux souverains se reconnaissant mutuellement comme père et fils — et lui délègue l’exercice des prérogatives royales en Navarre en échange de son hommage51. Les deux souverains tiraient avantage de cette décision. L’Aragonais s’assurait un héritier que sa condition de clerc ne lui permettait pas de procurer à son royaume et García Ramírez voyait son autorité légitimée. La réunification de l’Aragon et de la Navarre semble en revanche avoir été une perspective moins acceptée par ce dernier, et dans ses diplômes la supériorité hiérarchique de Ramire II n’apparaît pas, alors que dans ceux de la chancellerie aragonaise le roi navarrais est mentionné en tant que dépendant52. C’est alors que García Ramírez choisit de se rapprocher d’Alphonse VII et de lui offrir sa loyauté et son aide militaire, en échange de la reconnaissance de l’indépendance du royaume navarrais53. Dans un contexte différent, cette versatilité du roi de Pampelune illustre donc le même phénomène qu’au Portugal, en révélant l’intérêt supérieur porté à l’affirmation d’une « nation » navarraise. La soumission à Alphonse VII permettait en l’occurrence de l’appuyer, tandis qu’elle se révélait impossible dans le cadre d’un rapprochement avec l’Aragon. En mai 1135, Alphonse VII sortait certes gagnant, mais l’affaire permettait déjà d’anticiper les difficultés qu’aurait le roi à faire respecter les obligations liées au contrat vassalique établi, ce que confirmeraient les multiples ruptures que la relation entre les deux monarques allait connaître dans le futur.

  • 54 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 54 ; M. Á. Ladero Quesada et alii, La Recon (...)
  • 55 Ibid., p. 408.

26L’annexion du regnum caesaraugustanum semble a priori une démonstration plus forte de la puissance acquise par Alphonse VII. En effet, les « barons » établis dans ce territoire ont immédiatement accepté sa présence, en dépit du fait qu’ils avaient préalablement reconnu pour roi Ramire II. Cela s’explique entre autres par le fait que certains de ces nobles, parmi eux le comte Armengol d’Urgel, tenente de la ville de Saragosse, étaient déjà vassaux d’Alphonse VII pour d’autres possessions situées au cœur du royaume de Castille-León. Quant à Ramire II, il ne semble pas avoir pu disputer juridiquement cette terre au roi léonais, peut-être parce qu’il s’agissait d’une conquête du Batailleur et non d’une partie du royaume patrimonial d’Aragon. Cette situation fut cependant assez éphémère et à la suite d’une première rupture avec García Ramírez, à qui Alphonse VII avait confié le royaume de Saragosse au titre de l’hommage rendu en mai 1135, l’empereur est dès l’été 1136 contraint de reconnaître pour titulaire du regnum Ramire II, dont l’autorité s’est entre temps considérablement affermie, en échange de quoi ce dernier lui en confie le gouvernement54. L’acceptation momentanée de l’autorité d’Alphonse VII n’est là encore intelligible que si l’on tient compte de la priorité qu’accordaient les barons et Ramire II au maintien du royaume de Saragosse dans l’orbite hispanique et chrétienne, à défaut de souveraineté aragonaise. En effet, la pression almoravide d’une part, et le testament d’Alphonse Ier d’autre part, représentaient un double péril. La défaite de Fraga venait de donner les preuves de l’impossibilité pour l’armée aragonaise de résister aux troupes de l’émir et la désorganisation militaire consécutive à la crise successorale accentuait la précarité de la défense de Saragosse, que Ramire II n’avait pas alors les moyens d’assurer. Cette démarche était en outre rendue vaine par les dispositions du testament du Batailleur, qui stipulaient que les tenencias des nobles de son royaume ne seraient conservées, dans le cadre du legs aux ordres militaires, que de leur vivant. Aussi, lorsqu’Alphonse VII se présente à Saragosse durant l’été 1134, c’est au prix de la défense du royaume, mais surtout de la confirmation de leurs droits héréditaires que les barons l’acceptent pour suzerain. Et ce n’est que provisoirement que Ramire II abandonne cette terre à son homologue léonais55.

  • 56 M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, p. 129.

27Au Portugal, en Navarre et dans le regnum caesaraugustanum, Alphonse VII doit donc compter avec des territoires qui revendiquent leur indépendance. Dans ces conditions, les « facultés juridico-politiques » qu’attribuait Recuero Astray au roi — qui selon lui « surpassent celles de tout autre monarque et sont comparables à celles d’un véritable empereur », le rendant capable de « réguler la mutabilité des territoires [péninsulaires] et de contrôler la variabilité et divisibilité des titres royaux »56 — et qui fondaient selon lui la proclamation impériale de 1135, doivent être nuancées. Elles sont surtout le résultat d’un rapport de force favorable à Alphonse VII et d’une soumission volontaire, mais bien précaire, de certaines régions périphériques cherchant à tirer leur épingle du jeu. L’impossibilité de s’imposer au Portugal est d’ailleurs une preuve flagrante de cette limitation des actions d’Alphonse VII face aux nations. Cette configuration des rapports de pouvoir ne représente pas une situation en soi extraordinaire, mais elle révèle l’importance du processus de fragmentation politique péninsulaire caractéristique de cette période.

UNE TITULATURE IMPÉRIALE INCONSISTANTE ?

28La conjoncture d’ensemble de la péninsule Ibérique et la situation dominante dont jouissait Alphonse VII en 1134 rendaient possible la réaffirmation d’une dignité impériale. Mais à une période où l’unification hispanique était contredite par la fragmentation politique consécutive à l’affirmation des nations, les situations régionales particulières faisaient de la récupération des fondements idéologiques propres au règne d’Alphonse VI un projet peu viable. En effet, par ses caractères néogothique et exclusif, l’idéologie impériale alphonsine ne laissait que peu de place à l’existence d’autres royaumes. C’est néanmoins dans ce contexte tout en nuances qu’Alphonse VII commence à faire usage du titre d’imperator.

  • 57 Le document le plus ancien conservé est daté du 27 novembre 1116 et consiste en une donation au mo (...)
  • 58 Auxquels on doit en outre ajouter une dizaine d’actes datés de cette période et présentant des pro (...)
  • 59 Ce que Lucas Álvarez interprète comme une conséquence de la désignation d’Alphonse Raimúndez comme (...)
  • 60 Voir par exemple : « Ego Aldeffonssus, nobilissimi regis Ildeffonssi nepos », L. M. Villar García, (...)
  • 61 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 110 et 112.
  • 62 J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1197. Voir les remarques faites sur ce docum (...)
  • 63 La première de ces occurrences concerne un acte de 1122 dont une partie seulement a été conservée. (...)

29L’infant Alphonse Raimúndez commence à émettre des actes en 111657 et on compte à partir de cette date une vingtaine de diplômes émis en son nom jusqu’à la mort de la reine Urraca58. Il y est intitulé de différentes manières. Le plus souvent le titre rex est utilisé, parfois décliné en rex Hispaniae, sur le modèle de la titulature employée par sa mère au même moment59. Dans certains cas, il n’est fait usage d’aucun titre60. Alphonse Raimúndez s’associe également à sa mère dans la suscription de six de ses diplômes et il en confirme cinq autres. Dans ce dernier cas de figure, il est simplement intitulé rex et/ou filius regine61. Enfin, à quelques reprises durant cette période, le titre d’imperator est usité pour qualifier l’infant. On a vu que la toute première utilisation du titre impérial par le futur Alphonse VII date du moment où il prend la tête du gouvernement de Tolède, et peut être interprétée comme une réaction face au titre que revendiquait au même moment le Batailleur. Le 9 novembre 1117, Alphonse Raimúndez s’intitule en effet, dans une donation à Pedro Martín, « Dei gratia imperator »62. Par la suite, et jusqu’au moment de son règne personnel, il emploie la titulature impériale, sous la forme (totius) Hispaniae imperator, à cinq autres reprises, mais certaines de ces occurrences présentent des problèmes d’authenticité63.

  • 64 J. L. Martín et alii, Documentos de Salamanca, n° 6.
  • 65 Cette forme de désignation d’Alphonse VII étant amenée à devenir systématique et univoque par la s (...)
  • 66 Madrid, AHN, Códices, 1002B, fos 12v º-13r º, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alf (...)
  • 67 M. Valcarce, El dominio, n° 18 ; A. Bruel et A. Bernard, Recueil, t. V, n° 4038 ; J. M. Fernández (...)
  • 68 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, nos 134, 153, 155, 156, 159, 161 et 171, pp. 3 (...)

30À partir de la mort d’Urraca, la formulation des titulatures évolue sensiblement, puisque le roi Alphonse VII commence à utiliser de manière récurrente la titulature impériale. Le premier acte authentique du roi postérieur au décès de la reine l’atteste : le 13 avril 1126, dans une confirmation émise en faveur de la cathédrale de Salamanque, Alphonse VII se présente comme « Raymundi comitis et regine Urrache filius, gratia Dei tocius Hyspanie imperator »64. Pendant un temps le titre de rex cohabite encore avec celui d’imperator et les deux formes sont alternées, d’un diplôme à l’autre et parfois au cœur d’un même acte. Ainsi, entre mars 1126 et la fin de l’année 1129, on dénombre une trentaine de diplômes dans lesquels la titulature impériale est présente dans la suscription, sous la forme imperator (totius) Hispanie, et redoublée le plus souvent dans la corroboration royale où Alphonse VII se dit alors simplement imperator et aussi vers la fin de la période Hispanie imperator65. Le titre royal, parfois sous la forme rex Hispanie, est quant à lui présent dans près d’une quinzaine d’actes66. À partir de 1130 et pour toute la durée du règne, le titre royal devient en revanche très rare. Jusqu’à la date du couronnement de mai 1135 Alphonse VII émet encore environ 70 diplômes. Parmi ceux-ci, le titre de roi n’apparaît qu’à sept reprises67. Dans la plupart des cas, la présence d’une titulature usant de ce titre est en outre pour Reilly une preuve de l’inauthenticité des actes en question68.

31Les diplômes offrent donc la preuve de ce qu’Alphonse VII usa du titre d’imperator totius Hispaniae au moins à partir de sa montée sur le trône. La clause du pacte de Támara relative à l’exclusivité de cette titulature souligne par ailleurs l’intérêt que le jeune souverain lui portait et l’abandon progressif du titre royal dans les diplômes renforce cette idée.

  • 69 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 153.
  • 70 Il est fait référence à Alphonse VI, intitulé « roi », dans 21 diplômes de son petit-fils entre 11 (...)
  • 71 Très précisément à trois reprises : « sicut avus meus Ildefonsus, bone memorie, tocius Hyspanie im (...)
  • 72 Voir « Usages de l’imperium hispanique au temps d’Urraca », p. 268 et « Postérité du titre impéria (...)

32Pourtant, il est permis de s’interroger sur le sens que revêtait cet usage pour le souverain. En effet, son adoption précède de longtemps la récupération pour le compte du royaume de Castille-León de l’hégémonie sur l’Hispania. Il ne pouvait donc désigner une hégémonie qui n’existait encore pas. Il pouvait par contre souligner une aspiration du souverain à recréer l’autorité supérieure qu’avait exercée son aïeul. C’est ce que semble entendre Lucas Álvarez lorsqu’il affirme que pour Alphonse VII « la duplicité du titre rex/imperator ne laisse pas d’être un usage formaliste traduisant la volonté de continuer l’idée de son grand-père, héritée de sa mère Urraca, qui peut avoir appui légal dans le pacte élaboré à Támara avec Alphonse le Batailleur en 1127 »69. Cependant, il n’est pas certain que cette titulature soit conçue comme l’expression d’une continuité de l’idée impériale d’Alphonse VI, car celui-ci n’est lui-même pas intitulé imperator lorsqu’il est mentionné dans les diplômes70, à quelques rares exceptions71. Cela contraste tout particulièrement avec les diplômes d’Urraca, ou même ceux d’Alphonse Enríquez au Portugal, pour lesquels la parenté avec « l’empereur » Alphonse VI était un élément de légitimation important72. Aussi a-t-on l’impression que l’usage de la titulature impériale est bien un formalisme. Certes il est prisé d’Alphonse VII, dans la mesure où il l’a acquis à la faveur de la lutte d’influence entre lui-même, sa défunte mère et leur rival aragonais, Alphonse Ier le Batailleur. Mais il semble adopté davantage comme un symbole de la demi-victoire que représente le pacte de Támara que comme signe d’un programme que se serait fixé le souverain et qui viserait à reprendre à son compte l’idée impériale de son grand-père. Alphonse VII s’intitule imperator totius Hispaniae parce qu’il a droit à ce titre, en tant qu’héritier d’Urraca et d’Alphonse VI avant elle, mais l’expression elle-même était peut-être inconsistante.

33Conforté par les succès accumulés en dix années de règne, Alphonse VII se trouvait au tournant de la décennie des années 1130 en position de reprendre à son compte l’idéologie impériale mise en œuvre par son aïeul. Mais dans le contexte de fragmentation politique propre à la première moitié du XIIe siècle, il semblait également opportun de rénover la signification d’un titre d’imperator totius Hispaniae que les circonstances de ses jeunes années avaient amené Alphonse VII à adopter de façon peut-être un peu précoce.

34Alphonse VII ne pouvait se contenter de réactiver telle quelle l’idéologie impériale de son grand-père, dont l’exclusivité n’était pas compatible avec la situation péninsulaire. En ce sens, l’énigmatique couronnement impérial prend déjà plus de sens. Mais il n’est en réalité qu’un aspect de la grande offensive idéologique lancée par le souverain à cette date. Car pour innover, le souverain et ses conseillers ont choisi de faire de l’élément impérial le centre d’une idéologie politique soigneusement pensée.

Notes

1 Ou 1102, selon M. C. Pallarés Méndez et E. Portela Silva, La reina Urraca, pp. 36-37.

2 Voir « L’invasion almoravide et la crise successorale », pp. 254-257.

3 Voir « Guerre civile et querelles d’époux : un règne mouvementé », pp. 262-267.

4 Sur les premières années de la vie du futur Alphonse VII, préalablement à son règne, voir M. Recuero Astray, Alfonso VII, chap. i à iii.

5 Les relations entre Diego Gelmírez et Alphonse VII font l’objet du chap. x de l’étude de R. A. Fletcher, St James’Catapult.

6 HC, I, lxvi.

7 HC, II, lxiv, 2.

8 Voir « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ier, Urraca et Alphonse VII », p. 276.

9 CAI, I, 3 sqq.

10 « … Quasi promissum de supernis missum feliciter », CAI, I, 1.

11 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 24-25 ; M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 206.

12 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 15-18.

13 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 206.

14 « Sed Petrus comes de Lara, […] noluit pugnare aduersus regem Aragonensem, quia cor eius cum eo erat et sermoniem cum illo [i. e. Alphonse VII] habebat », CAI, I, 9.

15 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 27.

16 CAI, I, 23.

17 Voir J. Escalona Monge, « Misericordia regis ».

18 Voir S. Barton, « From Tyrants to Soldiers of Christ », qui montre comment la vision de la noblesse dans les sources narratives du premier XIIe siècle évolue en fonction de cette promotion nobiliaire.

19 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 19-20. Les négociations du mariage donnent lieu à une promesse jurée par Alphonse VII et par toute une série de ses magnats en juin ou juillet, dont une copie a été conservée : « Iuro ego Aldefonsus, Legionis, Kastelle et Yspanie imperator, tibi Raimundo, Barchinonensi, Bisuldunensi comiti et Provincie duci ac marchioni, quod Berengariam filiam tuam michi in uxorem accipiam cum benediccione ecclesiastica », I. J. Baiges et alii, Els pergamins de l’Arxiu Comtal, t. III, n° 611 (qui date l’acte de 1128).

20 L’existence de Ramón, qui ne vécut probablement pas au-delà de l’âge de 8 ans, est connue par quelques diplômes, notamment par ceux des 11 et 12 avril 1136 où l’on apprend que les hommes de Zamora lui ont prêté hommage : « eo scilicet die, quo fecerunt homenescum meo filio Raimundo Barones de Cemora » ; « Eodem etiam die quo varones de Zemora fecerunt homenescum Raimundo, filio Adefonsi et domine Berengarie » (J. L. Martín et alii, Documentos de Salamanca, nos 3 et 10). Reilly suppose que Ramón est né en 1128 et qu’il a été reconnu héritier au printemps 1136 (B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 27-28 et 54). Pour les autres enfants qu’eurent Alphonse VII et Bérengère.

21 Ibid., pp. 19-20.

22 Ibid., p. 21.

23 Voir ses conditions à la fin de « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ier, Urraca et Alphonse VII », pp. 277-278.

24 Crónica de San Juan de la Peña, éd. A. Ubieto Arteta, pp. 78-79.

25 Deux autres sources narratives rapportent, dans des termes variables, le contenu des accords territoriaux décidés à Támara. Pour l’auteur de la CAI, source la plus proche des événements mais aussi peu favorable au Batailleur, Alphonse Ier devait, en vertu du pacte, rendre à Alphonse VII l’ensemble des terres castillanes occupées (CAI, I, 10). Rodrigo Jiménez de Rada, pour sa part admiratif de la figure du roi aragonais, évoque lui aussi une restitution complète des terres que celui-ci s’était appropriées (R. Jiménez de Rada, De Rebus Hispaniae, VII, iii). Dans les faits, le Batailleur continue bel et bien à occuper une partie de la Castille (voir J. A. Lema Pueyo, Alfonso I, pp. 319-321).

26 « Cum autem anni circulus uolueretur, rex Aragonensium, congregata iterum magna multitudine militum et peditum et balistorum, uenit in extremo de Medina Celeme et obsedit Moron et cepit debellare castella et ciuitates que erant in circuitu », CAI, I, 13.

27 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 27-41.

28 J. A. Lema Pueyo, Colección diplomática de Alfonso I, n° 284.

29 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 43-48.

30 Il est également possible que García Ramírez ait à cette occasion prêté hommage une première fois à Alphonse VII, à en croire les preuves documentaires (ibid., p. 46) et la CAI (I, 63).

31 H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez ».

32 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 26, 28-29, 34-35.

33 « … Quidem rex Sarracenus in Rota nomine Zafadola et erat rex ex maximo semine regum Agarenorum », CAI, I, 27.

34 Sur la figure de Zafadola, voir F. García Fitz, Relaciones políticas y guerra, pp. 82-98.

35 « … Castella et ciuitates in terram Toleti et in Extrematura et per ripam fluminis Dorii », CAI, I, 29.

36 Sur la différence entre Moabites et Agarènes — Almoravides et Andalusíes — dans la CAI, voir R. Barkai, El enemigo en el espejo, pp. 140-144.

37 « Dixitque ad eos : “Quid faciemus ? Vsquequo hic clausi erimus ?” Ipsi enim erant clausi propter metum Moabitarum, qui ipsi Moabites occiderant omne semen regum Agarenorum et inde abstulerant regnum eorum. Et ipse supradictus rex Zafadola erat ibi in Rota inclusus cum quibusdam ex gente sua, qui ad eum confugerant et erant ibi cum eo. Quibus et dixit : “Audite consilium meum : et eamus ad regem Legionis et faciamus eum regem super nos et dominum et amicum nostrum, quia, sicut ego noui, ipse dominabitur terre Sarracenorum, quia Deus celi liberator eius est et Deus excelsus adiutor eius est. Et scio quia per ipsum recuperabo ego et filii mei alios honores, quos abstulerunt Moabites mihi et patribus et gentibus meis” », CAI, I, 27.

38 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 41 ; E. Díaz et P. Molina, « Campañas de Alfonso VII en Andalucía ».

39 CAI, I, 41.

40 Voir H. Sirantoine, « Sobre las primeras fuentes ». Voir aussi le fuero de Guadalajara (mai 1133), qui mentionne en datation les « maures andalusíes » que gouverne Zafadola : « Reinava el rey D. Alfonso y el conde Remon y Doña Urraca fija de la reina y la reina Doña Verenguela, cuando se tornó de Zafra y adunó consigo Zefadolam de Methadoler que reinaba en España sobre los moros antelucinos » (J. Muñoz y Romero, Colección de fueros, p. 511). Le document, connu uniquement par une copie castillane du XIVe siècle aujourd’hui disparue, présente, on le constate, quelques problèmes de transmission.

41 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 410.

42 « Et directa est salus et pax magna in uniuerso regno suo et omnes habitatores ceperunt edificare domos et plantare uineas et omnia arbusta et populare totam terram, quam rex Aragonensis destruxerat. Et facta est magna letitia in omni regno suo, qualis non fuit ex quo rex Adefonsus auus suus defunctus est usque ad tempus illius », CAI, I, 26.

43 C’est sous ce nom qu’est désigné le comté dans l’Historia Compostellana, en tout cas jusqu’à l’accès d’Alphonse VII au trône léonais (voir par ex. : HC, I, xlvii ; lxxv ; cviii ; II, xi, etc. On note au total 16 occurrences de l’expression).

44 Sur la montée au pouvoir d’Alphonse Enríquez, voir les premiers chapitres de J. Mattoso, D. Afonso Henriques.

45 Voir « Au sein du royaume de Castille-León », pp. 236-237.

46 Voir « Guerre civile et querelles d’époux : un règne mouvementé », p. 266.

47 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 228-234.

48 Résumé des actions menées dans ibid., pp. 557 sqq.

49 Souvent désigné imperator, on l’a vu. Voir « Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse VI », pp. 241-242.

50 Voir B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, pp. 35-37, 40, 42-43.

51 Ce qui apparaît clairement dans les diplômes de Ramire II entre janvier et mai 1135 : « Regnante me Dei gratia in Aragone et in Superarbi sive in Ripacurcia, Garcia Ranimiri sub meum imperium rex in Pampilona ». Voir A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 46, et les actes concernés dans Id., Documentos de Ramiro II, nos 58, 61, 62 entre autres.

52 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 612-614.

53 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 48 ; E. Domínguez Fernández et M. Larrambebere Zabala, García Ramírez, pp. 122 sqq. Les textes conservés de cet accord ont été étudiés par H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez ».

54 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, p. 54 ; M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 674. Certains auteurs ont par ailleurs supposé un hommage d’Alphonse VII envers Ramire II pour l’obtention du royaume de Saragosse. L’hypothèse est énoncée par A. Ubieto Arteta, « Navarra-Aragón en la idea imperial », p. 50, qui cite un diplôme de Ramire II d’août 1137 : « Cesaraugustam vero dedi imperatori de Castella, cum suis apendiciis, in vita sua tantum. Et fecit mihi nomenage [sic] de ea ut reddatur mihi vel successori meo post obitum suum », A. Ubieto Arteta, Documentos de Ramiro II, n° 113. Contra, voir M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 670.

55 Ibid., p. 408.

56 M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, p. 129.

57 Le document le plus ancien conservé est daté du 27 novembre 1116 et consiste en une donation au monastère de Santa María de Duero, dépendant de Silos (M. Vivancos Gómez, Documentación de Silos, n° 31).

58 Auxquels on doit en outre ajouter une dizaine d’actes datés de cette période et présentant des problèmes d’authenticité. Voir M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 96 et 100.

59 Ce que Lucas Álvarez interprète comme une conséquence de la désignation d’Alphonse Raimúndez comme roi de Tolède (ibid., p. 112, n. 87). On trouve le titre de « rex Yspanie » dans quelques actes (J. A. García Luján, Privilegios reales, t. II, n° 7, le 20 novembre 1118 ; M. Lucas Álvarez, « El monasterio de San Julián », n° 4, le 26 septembre 1119 ; A. López Ferreiro, Historia de Santiago, t. IV, n° 3, le 31 mai 1124 ; T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, t. III, pp. 349-350, le 1er novembre 1124 ; E. Flórez, España Sagrada, t. XVIII, n° 20 p. 340, le 1er juin 1125), mais aussi une variante en « Hispaniarum rex » (J. A. García Luján, Privilegios reales, t. II, n° 8, le 29 novembre 1123).

60 Voir par exemple : « Ego Aldeffonssus, nobilissimi regis Ildeffonssi nepos », L. M. Villar García, Documentación medieval de la catedral de Segovia, n° 10, en 1123.

61 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, pp. 110 et 112.

62 J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1197. Voir les remarques faites sur ce document dans « Le titre impérial dans le cadre de la rivalité entre Alphonse Ier, Urraca et Alphonse VII », p. 276.

63 La première de ces occurrences concerne un acte de 1122 dont une partie seulement a été conservée. Le roi y est « Adefonsus Hispanie imperator » (M. C. Pallarés Méndez et E. Portela Silva, El bajo valle del Miño, p. 119). La seconde date du 28 mars 1123 : « ego Adefonsus Raimundus, Dei gratia totius Hispanie imperator » (L. Serrano, Cartulario de Vega, n° 31). Lucas Álvarez doute de l’authenticité de cet acte en raison de la seule présence du titre impérial (M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 112). La troisième provient d’une donation du 13 janvier 1124 : « Ego Adefonsus Dei gratia Hispanie imperator » (M. Valcarce, El dominio, n° 16). Une quatrième est datée du 22 juin 1124 et est clairement une falsification (M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, n° 34, p. 219 et B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 25, p. 325). Alphonse VII s’y intitule dans la formule de validation « totius Hispania imperator » (G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga [I], n° 613). La dernière est utilisée dans un acte interpolé à partir d’un diplôme d’Urraca du 21 juillet 1125 : « ego Aldefonsus, Dei gratia imperator Yspanie, una cum dompna Urracha regina, genitrice mea, decentis memorie domini Aldefonsi regis filia » (M. Vivancos Gómez, Documentación de Silos, n° 37).

64 J. L. Martín et alii, Documentos de Salamanca, n° 6.

65 Cette forme de désignation d’Alphonse VII étant amenée à devenir systématique et univoque par la suite, nous n’avons pas cherché à en relever toutes les occurrences. On ne donne ici que quelques exemples : 28 mars 1127, donation à Fontevraud : « Ego Adefonsus Reimundus, Dei gratia totius Hispanie imperator » en suscription, et « Ego Adefonsus imperator quod scribere mandavi cf. » en corroboration, L. Serrano, Cartulario de Vega, n° 31, avec datation erronée ; 6 juin 1129, confirmation des privilèges de San Pedro de Montes : « Ego Adefonsus, Dei gratia Yspanie imperator, una cum conjuge mea regina donna Berengaria » en suscription, et « Ego A., Dei gratia Yspanie imperator, quod fieri mandavi proprio robore, cnf. », A. Quintana Prieto, Tumbo viejo, n° 144. Voir également une titulature assez irrégulière dans la promesse de mariage que jure Alphonse VII au comte Raymond Bérenger III en 1127 où il est « Legionis, Kastelle et Yspanie imperator » (I. J. Baiges et alii, Els pergamins de l’Arxiu Comtal, t. III, n° 611). L’acte est toutefois de facture catalane.

66 Madrid, AHN, Códices, 1002B, fos 12v º-13r º, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 37, p. 326 ; M. Vivancos Gómez, Documentación de Silos, nos 42-44 ; J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), nos 1226 et 1227 (tous deux faux ou interpolés selon M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, nos 45, 48 et 49, p. 221 et B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, nos 50 et 53, p. 327) et n° 1230 ; C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, n° 20 ; E. Cal Pardo, El monasterio de Pedroso, n° 4 ; E. Flórez, España Sagrada, t. XVIII, n° 21 ; M. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor, t. II, n° 830.

67 M. Valcarce, El dominio, n° 18 ; A. Bruel et A. Bernard, Recueil, t. V, n° 4038 ; J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), n° 1404 ; J. del Álamo, Colección de Oña, nos 51, 165 et 166 ; M. E. Martín López, Patrimonio cultural, n° 26.

68 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, nos 134, 153, 155, 156, 159, 161 et 171, pp. 334-336.

69 M. Lucas Álvarez, Las cancillerías reales, p. 153.

70 Il est fait référence à Alphonse VI, intitulé « roi », dans 21 diplômes de son petit-fils entre 1126 et le couronnement impérial de mai 1135 : Madrid, AHN, Clero, carp. 180, n° 4, réf. dans B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VII, n° 199, p. 338 ; J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León (V), nos 1383, 1403, 1404 ; J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún (IV), nos 1226, 1230, 1248 ; L. Serrano, El obispado de Burgos, t. III, nos 87, 93 ; Id., Cartulario de Arlanza, n° 95 ; J. Muñoz y Romero, Colección de fueros, p. 266 ; J. A. García Luján, Privilegios reales, n° 10 ; HC, pp. 428-432 ; J. A. Pérez Celada, Documentación del monasterio de San Zoilo, n° 27 ; T. Minguella y Arnedo, Historia de la diócesis de Sigüenza, n° 6 ; T. Abajo Martín, Documentación de la catedral de Palencia, n° 32 ; A. Quintana Prieto, El obispado de Astorga, s. XII, n° 10 ; A. Bruel et A. Bernard, Recueil, t. V, n° 4038 ; J. del Álamo, Colección de Oña, n° 165 ; « Colección de documentos históricos de Orense », t. VI, pp. 454-455 ; I. Oceja Gonzalo, Documentación de San Salvador de Oña, n° 51. Voir également la réception par Alphonse VII de l’hominium de García Ramírez : « Ego Adefonsus imperator recipio uos regem Garsiam in hominiscum et per hominem, cum Pampilonia et cum quantum hodie habetis sic quomodo recepit rex Adefonsus auolus meus regem Sancium et regem Petrum », H. Grassotti, « Homenaje de García Ramírez », p. 329.

71 Très précisément à trois reprises : « sicut avus meus Ildefonsus, bone memorie, tocius Hyspanie imperator », J. L. Martín et alii, Documentos de Salamanca, n° 6 (13 avril 1126) ; « pro redemptionem avi mei imperatoris domni Ildefonsi et eius uxoris domne Constancie regine », C. Ayala Martínez, Libro de Privilegios, n° 20 (29 juillet 1126) ; « sicut avus meus bone memorie A. imperator ejusdem monasterii abbati sancteque ecclesie Romane legato contulit », M. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor, t. II, n° 830 (6 février 1129).

72 Voir « Usages de l’imperium hispanique au temps d’Urraca », p. 268 et « Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse VI », pp. 241-242.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540