Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Deuxième partie. Premiers essais Alphonse VI, Urraca et Alphonse Ier le batailleur, imperatores Hispaniae (1065-1126)

Conclusion. Idéologie et versatilité

Texte intégral

1Premiers essais… La mémoire collective ne fait pas honneur à ces souverains qui, les premiers, assumèrent en propre le titre d’empereur — impératrice — de toute l’Hispania. De l’expérience impériale d’Alphonse VI, minutieusement élaborée par les notaires royaux à la faveur de l’extraordinaire suprématie péninsulaire obtenue par le fils puîné de Ferdinand Ier, les sources contemporaines attestent certes l’existence. Rapidement, toutefois, elle sombre dans un large oubli. La rareté de la désignation d’Urraca comme imperatrix justifie mieux l’ignorance dans laquelle sont restées ses propres expérimentations. Quant au titre d’imperator assumé pendant plus de dix années par son époux, puis rival, Alphonse Ier d’Aragon, il faut attendre les mises au point de la Chronique de San Juan de la Peña au XIVe siècle pour qu’on veuille bien se le remémorer.

2Injustice de la mémoire ? On parlera plutôt de sélectivité. Car si les lacunes concernant le souvenir impérial d’Urraca s’expliquent en partie par l’insuffisance des faits à commémorer, celles qui touchent aux expériences d’Alphonse VI et du Batailleur doivent être considérées comme le résultat des choix que ces souverains ont opérés pour donner sens à leur propre idée impériale. Alphonse VI assuma en effet la titulature innovante d'imperator totius Hispaniae d’abord pour donner forme à la suprématie territoriale complexe qu’il exerçait. La conquête de Tolède en 1085 l’amena cependant à faire évoluer le sens de cet empire. En devenant imperator Toletanus, il faisait du titre un emblème de la progressive réunification péninsulaire, sur le modèle wisigothique et sous l’égide castellano-léonaise. Ce faisant, il démontrait l’importance moindre de la récente idée impériale, face à l’ancestrale idéologie néogothique. Et c’est aussi l’image du conquérant de l'urbs regia que la mémoire collective a retenue. Dans le cas du Batailleur, un déplacement de sens similaire s’est opéré. S’il a pu adopter le titre impérial d’abord — et au-delà de son instrumentalisation dans le cadre du conflit qui l’opposa à Urraca et au futur Alphonse VII — au sens où l’entendait son défunt beau-père, devenant à son tour imperator totius Hispaniae, la prédilection manifeste pour le qualificatif d'imperator dépouillé de son complément territorial témoigne de l’intérêt plus grand qu’il portait au sens originel du terme, celui de général victorieux, qu’il incarnait de fait à la perfection.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540