Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Deuxième partie. Premiers essais Alphonse VI, Urraca et Alphonse Ier le batailleur, imperatores Hispaniae (1065-1126)

Chapitre V. Alphonse VI et la tentation d’un empire néogothique

Full text

1Alors qu’une multitude de sources documentent le phénomène impérial à partir de la décennie 1070, cette période n’a pendant longtemps que peu suscité l’intérêt des historiens, et en aucun cas un débat aussi passionné que celui qui concernait la période précédente. Pour les partisans de la « thèse impérialiste », la proclamation impériale d’Alphonse VI n’est que la suite logique du programme d’unification néogothique commencé depuis deux siècles déjà. Alphonse VI s’aventure finalement à oser ce que ses prédécesseurs n’avaient pas été en mesure de se permettre. Mais dans le même temps, tous soulignent l’évolution décisive que suppose ce règne pour l’idée impériale, ce dont témoigne l’utilisation désormais pleinement assumée d’une titulature impériale officielle. En ce sens, pour cette période, ils sont d’accord avec les « négativistes » pour affirmer qu’Alphonse VI engage une étape nouvelle dans le développement du phénomène impérial.

2L’évolution radicale que suppose l’irruption du titre d’imperator totius Hispaniae dans les diplômes invite dans tous les cas à en sonder d’abord les raisons. Les caractères de l’idéologie impériale alphonsine demandent aussi à être appréhendés : ses vecteurs — les diplômes forgés au sein de la chancellerie en gestation — et la signification du phénomène. Néanmoins, pour innovante qu’elle fut, l’idée impériale alphonsine n’a que peu marqué les mémoires. L’analyse de la réception qu’eut le phénomène autorise en ce sens la mise en lumière des limites de l’offensive idéologique menée.

I. — POURQUOI ALPHONSE VI ADOPTE-T-IL LE TITRE D’IMPERATOR ?

UN TITRE RENDU POSSIBLE PAR UNE MULTIPLICITÉ DE CIRCONSTANCES

  • 1 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. I, pp. 234-235. Affirmation que réfute A. Gambra, A (...)

3Dans son España del Cid, Menéndez Pidal constatait que le premier diplôme présentant une authentique titulature impériale date du 26 mars 10771. Un péril pèse alors sur la monarchie castellano-léonaise. Depuis 1073 et la lettre de Grégoire VII autorisant les nobles de France à conquérir en son nom les terres hispaniques occupées par les musulmans, la mission que se sont donnée les monarques léonais de reconquérir la Péninsule est menacée. Aussi, traitant du refus d’Alphonse VI de se soumettre aux prétentions de Grégoire VII, Menéndez Pidal affirmait que le souverain choisit alors de proclamer officiellement la dignité qui lui revenait, en tant que roi de León. Une autre preuve du rapport entretenu par les deux faits résidait d’ailleurs pour lui dans la formulation du titre : Alphonse ne se dit pas simplement imperator, mais imperator totius Hispaniae, pied-de-nez évident à l’encontre des prétentions pontificales. Puis, la menace énoncée en 1073 se trouvant confirmée par la bulle du 28 juin 1077 qui remet cette fois directement en question la souveraineté castellano-léonaise, la titulature impériale est définitivement adoptée par Alphonse VI.

  • 2 Dans la section intitulée « Alfonso VI, “imperator totius Hispaniae” ; causas de este título », pp. (...)
  • 3 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 50. Le titre impérial apparaît dans la collection diplomatique dès (...)
  • 4 Gambra souligne cette difficulté, mais choisit de considérer valide la titulature impériale de ce d (...)
  • 5 Id., Alfonso VI, t. II, nos 58 et 59.

4Ces affirmations furent entièrement reprises dans El imperio hispánico y los cinco reinos2. Il est vrai que la coïncidence temporelle entre la lettre du pape et l’apparition des titulatures impériales est suggestive, ce que la révision que réalise Gambra de la chronologie des premiers diplômes impériaux ne contredit pas. Selon lui, la première occurrence d’une titulature en imperator totius Hispaniae date du 17 octobre 10773, ce qui aurait encore laissé au roi le temps à la fois de prendre connaissance de la bulle du 28 juin et de préparer une réponse sous la forme de cette innovation diplomatique. Cet acte n’est toutefois pas non plus exempt de critiques puisqu’il est transmis par une copie tardive et possiblement interpolée4. À considérer les actes libres de suspicions, il faut en réalité attendre le 1er mars 1078 et l’octroi par Alphonse VI de deux privilèges au monastère de Sahagún pour constater l’usage de la titulature impériale5.

  • 6 Hüffer, López Ortiz ou encore Beneyto Pérez acceptent cette proposition, de même que B. F. Reilly, (...)
  • 7 C. Sánchez-Albornoz, España, un enigma histórico, t. II, p. 382.
  • 8 Thèse développée dans les différentes études de l’historien déjà citées : C. J. Bishko, « Fernando (...)

5L’hypothèse pidalienne fut et demeure pourtant retenue par la plupart des travaux portant sur le phénomène impérial ou le règne d’Alphonse VI6 : les revendications de Grégoire VII furent le facteur déterminant l’apparition du titre impérial hispanique. Sánchez-Albornoz attribuait en sus une part de responsabilité à l’« orgueil » du souverain7. Charles Bishko insistait quant à lui à nouveau sur le rôle de Cluny, affirmant que l’attaque frontale de la papauté contre les souverains castellano-léonais dès la croisade de Barbastro en 1064 avait eu pour résultat la mise en œuvre d’un double système d’alliances rivales — d’un côté Rome et son vassal le royaume d’Aragon, de l’autre Cluny et le royaume de Castille-León — et la proclamation d’un empire hispanique8.

  • 9 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 151.

6On ne pourra manquer de remarquer avec Isla Frez que la causalité avancée par Menéndez Pidal contredit « ce qui avait constitué l’axe central de ses explications à d’autres moments, à savoir que la théorie impériale léonaise est un produit intrinsèque »9.

  • 10 A. García-Gallo, « El imperio (1945) », p. 217.
  • 11 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 699.
  • 12 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 150.

7Déjà García-Gallo mettait en doute l’hypothèse pidalienne. Si le conflit avec Grégoire VII avait été la cause de l’adoption du titre, celui-ci « aurait perdu toute raison d’être une fois les différends avec Rome résolus »10, ce qui ne tarde pas à se produire puisque dès 1078 le pape accorde l’aide sollicitée par Alphonse VI concernant l’établissement du rite romain. Andrés Gambra est également revenu sur ce point en opposant aux thèses de Menéndez Pidal et Bishko l’argument suivant : le conflit entre Rome et le roi portait davantage sur le problème du changement de rite que sur les revendications temporelles du pape sur la Péninsule, ce qui ne nécessitait pas une proclamation d’hégémonie péninsulaire11. Amancio Isla Frez va également dans ce sens en rappelant que les prétentions pontificales sur l’Hispania ne furent pas si redoutables. L’expédition d’Ebles de Roucy n’eut pas les conséquences que les autorisations formulées par la papauté présageaient12. En tout état de cause, le conflit opposant le monarque au souverain pontife ne pouvait à lui seul entraîner une altération si radicale de la titulature royale.

  • 13 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 683 sqq.
  • 14 A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 150 sqq.
  • 15 Voir A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 8, 13, 31, 36, 43 et 60.
  • 16 Voir ibid., nos 11, 12, 18 et 47.
  • 17 Gambra reprend ici les affirmations de C. Estepa Díez, El reinado de Alfonso VI, pp. 26 et 29.
  • 18 C’est l’hypothèse de Menéndez Pidal et Sánchez Candeira quant à la raison de l’adoption par Alphons (...)

8D’autant que d’autres facteurs, internes ceux-là, semblent mieux expliquer l’adoption d’un titre manifestant l’hégémonie péninsulaire d’Alphonse VI. La remarque était déjà formulée par García-Gallo. Gambra13 et Isla Frez14 la développent à leur tour, quoiqu’à partir d’un raisonnement différent du sien. En effet, tous deux acceptent la thèse impérialiste pour la période allant jusqu’à la fin de la dynastie léonaise en 1037. Aussi affirment-ils que l’empire d’Alphonse VI est la réalisation du projet impérial léonais en gestation depuis deux siècles. À l’appui de cette continuité, Gambra développe d’ailleurs la théorie d’une « praeparatio impériale », terme par lequel il désigne certaines pratiques diplomatiques propres à la chancellerie royale dans les premières années du règne d’Alphonse VI, attestant selon lui la volonté du souverain, et de perpétuer l’idée impériale héritée de ses ancêtres, et de s’acheminer progressivement vers de nouvelles pratiques. En témoigne d’abord la récurrence des formules de suscription et confirmation dans lesquelles Alphonse VI se présente comme le « fils de l'imperator Ferdinand »15. Vont également dans ce sens les quelques diplômes dans lesquels Alphonse VI est « rex Spanie » ou utilise une titulature similaire16. À ce facteur idéologique s’ajoute cependant un facteur conjoncturel, lié aux actions accomplies par Alphonse VI depuis sa première accession au trône léonais en 1065. En 1076 le cumul des parias l’amène à exercer son pouvoir sur presque toute la Péninsule et l’annexion de la Rioja confirme cette situation. De plus, en imposant une certaine soumission à Sanche Ramírez d’Aragon concernant la Navarre, on aboutit à une « mise en pratique »17 de l’empire léonais, puisque le monarque se trouve être de fait un roi supérieur aux autres rois. Une dernière preuve va encore dans ce sens selon le même auteur. On retrouve en 1076 une situation déjà vécue deux siècles et demi plus tôt : celle d’un second pouvoir péninsulaire — l’Aragon agrandi de la moitié de la Navarre — qui risquerait d’entrer en rivalité avec la Castille-León, menace que l’adoption du titre impérial tente de juguler18.

  • 19 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 155.

9Si le conflit entre Grégoire VII et Alphonse VI eut un rôle à jouer dans l’irruption du titre impérial, ce ne fut donc qu’en tant que circonstance renforçant les impératifs du moment, puisqu’il s’agissait surtout d’« accommoder la titulature à un moment politique où il [était] nécessaire de rehausser cette position hégémonique qui affect [ait] toute l’Hispania »19.

UN TITRE QUI PERMET DE STRUCTURER L’ESPACE DOMINÉ PAR ALPHONSE VI

10L’affirmation d’une innovation opportune est particulièrement justifiée. Alphonse VI se trouve en 1077 dans une situation politiquement complexe qui appelle à l’action. Il a acquis un pouvoir extraordinaire sur la Péninsule, ce qui l’amène à être le leader d’un territoire immense. Mais il n’en est pas le souverain, puisque son titre de rex ne vaut que dans les limites de son royaume. Son influence s’exerce en outre sur un espace culturellement varié, où l’Islam et le Christianisme ont laissé chacun leur empreinte sur des sociétés foncièrement différentes. La nature des relations entretenues avec les territoires qui composent cet espace est elle aussi variable : vassalité plus ou moins stricte avec le royaume navarrais, protectorat forcé avec les taifas, le degré d’ingérence léonaise n’étant dans les deux cas pas clairement connu. Au sein même du royaume de Castille-León, la réunification de 1072 n’a pas mis fin aux particularismes régionaux et Alphonse VI doit compter avec les revendications des noblesses locales. La complexité de cette zone d’influence est en soi périlleuse, car elle ne repose que sur la conjoncture favorable dont jouit le royaume.

11Le besoin d’une structuration de cet ensemble bigarré et instable a donc pu se faire sentir. Mais par quel biais exprimer l’hégémonie péninsulaire du souverain ? À défaut d’une unification institutionnelle impossible à réaliser, il demeurait possible de fournir un message à même de donner une impression de cohésion et d’assurer tout au moins idéologiquement une fiction d’unité. L’extension géographique de la zone d’influence alphonsine était certes exprimée au travers du terme d’Hispania inséré dans la titulature du roi et dans la datation de ses diplômes et de certains actes privés. Mais cela ne permettait pas de traduire la nature de son pouvoir, puisqu’à aucun moment Alphonse VI ne détenait une autorité monarchique sur toute la Péninsule. Une autre solution s’est donc imposée avec le choix qui a été fait d’introduire le titre d’imperator dans la titulature royale.

  • 20 Cullinan ne remet pas en question l’authenticité de la titulature en rex et imperator du diplôme al (...)
  • 21 Il s’agit des documents édités par la suite par A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 65 (1079), n° 68 ( (...)
  • 22 M. Cullinan, Imperator Hispaniae, p. 184.

12La complexité territoriale et politique de l’autorité alphonsine fut en partie prise en considération par Margaret Cullinan au moment d’expliciter les raisons de l’adoption du titre impérial. S’appuyant sur l’hypothèse formulée par son compatriote Bishko concernant la responsabilité de Cluny dans l’affaire, Cullinan s’intéresse surtout à ce qu’elle juge être un de ses apports essentiels, à savoir celui d’un modèle d’organisation centralisée dont le besoin se fait cruellement ressentir dans le royaume castellano-léonais. Or, Cullinan croit constater que les premiers diplômes impériaux, à partir de l’année 107920, sont tous liés à Cluny21. Dans la mesure où les clunisiens sont familiers d’une pratique du titre impérial dans laquelle celui-ci a une signification hégémonique — le modèle germanique — cette constatation l’amène à supposer que des scribes bourguignons ont pu suggérer ce nouvel usage, et même qu’« il est probable qu’Hugues lui-même fut la source de ce titre et des arrangements politiques qu’il représente »22.

  • 23 Ibid., p. 183.

13L’examen de la chronologie détruit rapidement l’argumentation de Cullinan puis que le titre apparaît au moins un an et demi plus tôt qu’elle ne le croit. En outre, si elle prend elle aussi en considération l’opportunité d’une démonstration politique de la supériorité castellano-léonaise dans le contexte péninsulaire des années 1070, il n’était pas nécessaire de faire appel à l’intervention de Cluny pour justifier l’introduction du titre impérial en un sens hégémonique qui n’était en tout état de cause pas inconnu dans la Péninsule. Cullinan pèche encore par la faible ampleur territoriale qu’elle accorde au titre, ce qui a pour corollaire l’effectivité institutionnelle surévaluée qu’elle lui donne. Dans son argumentation, le titre d'imperator n’est en effet choisi que parce qu’il permet d’énoncer institutionnellement l’autorité d’Alphonse VI sur son vassal navarro-aragonais23. On sait pourtant que le lien qui unit Sanche Ramírez à Alphonse VI est surtout fondé sur un rapport de forces, l’hommage du premier au second ne semblant pas avoir donné lieu à une ingérence, même potentielle, d’Alphonse VI dans les affaires internes de la Navarre. Nous maintenons pour notre part que l’objectif d’Alphonse VI n’était pas de créer une institution impériale, non viable au sein de la Péninsule, mais une fiction idéologique de cohésion. Au regard de l’extension de sa zone d’influence, il semble par ailleurs évident que l’horizon géographique ciblé par le titre d'imperator totius Hispaniae dépasse le seul royaume d’Aragon-Navarre.

14Cullinan apporte cependant dans son argumentation un élément de réflexion novateur et particulièrement suggestif. En effet, invoquant le rôle de Cluny comme initiatrice d’un modèle d’organisation, elle examine les facteurs d’ordre technique qui ont pu préluder à l’adoption du titre impérial. Dans son raisonnement, celle-ci est rendue possible par l’intervention des scribes clunisiens qui, à l’initiative de leur abbé, introduisent le titre dans les diplômes péninsulaires liés à l’abbaye, donnant ainsi naissance à une pratique que les notaires royaux allaient par la suite reproduire. Si on peut douter du rôle de l’expertise clunisienne en la matière, la réflexion de Cullinan présente l’intérêt de se déplacer sur le terrain des pratiques diplomatiques et des acteurs qui interviennent dans celles-ci. Or, une circonstance a pu effectivement être à l’origine de cette innovation que fut le titre d'imperator totius Hispaniae. On veut parler ici de l’évolution de la chancellerie royale.

LE RÔLE DE L’ORGANISATION DE LA CHANCELLERIE ALPHONSINE DANS L’ADOPTION DU TITRE IMPÉRIAL

  • 24 Voir, concernant cette thématique, les études rassemblées dans M.-J. Gasse-Grandjean et B.-M. Tock,(...)
  • 25 Sur les enjeux de pouvoir liés aux acteurs intervenant en chancellerie et « l’écriture du pouvoir r (...)

15Les diplômes ne sont pas que des instruments juridiques. Ils constituent également des outils de communication et, partant de là, des outils de pouvoir24. Un diplôme, parce qu’il est constitué de formules susceptibles d’être répétées d’un acte à l’autre, est à même de véhiculer une certaine image du monarque qui l’a émis. Les termes qui y sont employés sont en ce sens souvent révélateurs des postures idéologiques adoptées, et les choix présidant à la confection des actes le sont tout autant. Ces remarques laissent donc présager de l’importance qu’est susceptible de revêtir l’organisation de la chancellerie. Elle signifie une meilleure gestion de l’expédition des actes, éventuellement de leur archivage, et une expérience rationalisée des décisions juridiques mises par écrit. Mais elle suppose aussi un possible impact quant à la représentation de la monarchie qu’elle sert25.

  • 26 Voir sur la question A. Millares Carlo, « La cancillería real ».
  • 27 Les caractères de la « chancellerie royale » durant le règne d’Alphonse VI sont traités par Andrés (...)
  • 28 Juan Baldemírez (1075-1081), Alfonso Ramírez (1077-1081), Sisnando Astráriz (1084-1099), Diego Past (...)
  • 29 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 108.
  • 30 Ibid., p. 115.
  • 31 Ibid., aux pp. 509 sqq., pour une étude de la composition de la curia regis.

16Il n’existe pas de chancellerie à proprement parler dans le royaume de Castille-León avant le règne d’Alphonse VII26. Toutefois, l’analyse des pratiques diplomatiques royales durant le règne d’Alphonse VI invite à nuancer ce constat, puisqu’on observe alors les débuts de l’organisation d’un organisme palatin permanent chargé de concevoir et d’expédier les diplômes27. Les notaires réguliers sont au nombre de cinq28 et les documents qui n’ont pas été élaborés au sein de la chancellerie royale l’ont été en majorité à Sahagún ou León, relais du pouvoir, si bien qu’il y a apparemment peu de diplômes dont la rédaction doit être attribuée aux destinataires eux-mêmes, comme c’était le cas auparavant. On distingue donc une volonté de « dignifier et stabiliser la fonction notariale au sein de la chancellerie et de rendre ses titulaires capables de prendre en charge, à la tête des très modestes bureaux palatins, une proportion toujours plus grande de la production diplomatique royale »29. Il n’y a toutefois pas encore de réelle répartition des tâches, et les notaires font également parfois office de scribes. Il n’existe pas non plus de fonction de chancelier à proprement parler, et les notaires réguliers interviennent sur des périodes qui se chevauchent (fig. 5, p. 204). Mais l’intention hiérarchique est tout de même présente. En effet les notaires sont toujours appelés notarius regis, regalis notarius, palatini officii notarius, etc., alors que dans la documentation non royale ce titre est à peine mentionné. Gambra en conclut que « le titre de notarius désignait une charge ou fonction propre exclusivement à la cour, et au sein du modeste organe que constituait la chancellerie royale ils occupaient une position éminente, supérieure à celle des simples scribes qui faisaient aussi partie du personnel de cet organe »30. Ces notaires faisaient d’ailleurs également partie du palatium regis, ou curia regis, considéré comme l’organe de gouvernement par excellence, ce qui constitue un indice de leur rang élevé31. Enfin une évolution de cette chancellerie apparaît durant le règne d’Alphonse VI, avec deux phases dont la seconde dénote une volonté de réforme et d’amélioration des conditions d’élaboration et de gestion des diplômes. L’arrivée du notaire Pelayo Eríguez en 1095-1096 marque en effet une étape supplémentaire dans la normalisation de la chancellerie. Le nombre des formules est alors considérablement réduit et celles-ci sont simplifiées et homogénéisées. Le recours aux ateliers externes est de moins en moins fréquent et Pelayo Eríguez produit personnellement 70 % des diplômes royaux durant sa période d’exercice jusqu’en 1109.

FIG. 5 — Chronologie des notaires et scribes dans la collection diplomatique d’Alphonse VI (d’après A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 177)
[Les barres signalent la période d’activité d’un notaire ou scribe, sans tenir compte du nombre de diplômes émis]

  • 32 Ibid., pp. 141-142.
  • 33 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 63, 65 et 68, et peut-être le n° 64.

17Le premier diplôme d’Alphonse VI présentant une titulature impériale panhispanique s’avère être aussi le premier acte conçu par le notaire Alfonso Ramírez, second des cinq notaires réguliers intervenant dans la chancellerie royale. Cette coïncidence invite à s’interroger : aurait-il lui-même suggéré cette innovation ? Andrés Gambra relève ce « rôle important dans l’histoire du regnum-imperium léonais »32 qu’eut Alfonso Ramírez — d’autant que parmi les diplômes suivants qui reprennent le titre impérial, plusieurs sont aussi confectionnés par le même notaire33 —, mais sans en tirer plus de conclusions. Et pourtant, la grande majorité des actes d’Alphonse VI mentionnant le titre impérial est confectionnée par les cinq notaires royaux. Il n’est donc pas invraisemblable de penser que le développement d’un service de conception des diplômes royaux a pu jouer également un rôle dans l’adoption du titre impérial. La chancellerie s’organise à partir de 1073, ce qui signifie que dès après la récupération de l’héritage paternel, Alphonse VI se soucie de la régularisation des pratiques diplomatiques. Aussi, ne peut-on imaginer qu’en 1077 le roi, souhaitant trouver une solution idéologique pour unifier le territoire sur lequel s’exerçait son autorité, ait réuni les membres de son palatium pour prendre conseil auprès d’eux, et qu’au sein de ces personnes il s’en serait trouvé quelques-unes pour lui suggérer de faire usage du titre d’empereur ? Alfonso Ramírez aurait pu être un de ces conseillers palatins, promu au rang de notaire grâce à cette suggestion.

18Ces hypothèses demeurent certes du domaine de la fiction, dépendantes qu’elles sont des hasards de la conservation des sources. On a vu d’ailleurs que certains doutes pèsent sur le diplôme de 1077 confectionné par Alfonso Ramírez, et la responsabilité de l’introduction du titre impérial dans les actes du roi pourrait tout aussi bien revenir à Juan Baldemírez, notaire intervenant au sein de la chancellerie depuis plusieurs années déjà et associé aux privilèges de 1078 où Alphonse VI est de nouveau imperator. Quoi qu’il en soit de ces scénarios et du rôle exact tenu par les notaires royaux, l’importance de la chancellerie alphonsine comme lieu de fermentation du phénomène impérial est, on le constatera maintes fois dans la section suivante, indéniable.

II. — L’OFFENSIVE IDÉOLOGIQUE IMPÉRIALE

19Si on accorde une telle importance à l’organisation de la chancellerie dans l’évolution décisive que connaît le phénomène impérial sous le règne d’Alphonse VI, c’est d’abord parce que ses diplômes sont presque les seules sources contemporaines l’attestant. C’est aussi parce que les innovations qu’ils révèlent, apparues presqu’exclusivement dans la titulature employée, ne se limitent pas à l’introduction du titre d'imperator. Jusqu’ici nous avons surtout traité des raisons qui en expliquent l’apparition, et nous n’avons évoqué que le moment où Alphonse VI commence à s’intituler imperator totius Hispaniae. Il s’agit en l’espèce déjà d’un phénomène bien différent de ce qu’on observait durant la période précédente, puisque le titre est utilisé à la première personne et qu’il se voit adjoindre un complément territorial qui en enrichit le sens et la portée. Dans la suite du règne, les diplômes témoignent toutefois d’une diversité de manifestations de la titulature impériale qui semble avoir pour corollaire la recherche continue d’une meilleure définition de la fonction désignée. Les diplômes d’Alphonse VI sont une preuve de ce que la chancellerie royale fut bien un laboratoire de l’idée impériale alphonsine, et la richesse sémantique contenue dans les formules diplomatiques inventées alors invite à parler d’une véritable offensive idéologique impériale.

LES DIPLÔMES D’ALPHONSE VI, INSTRUMENTS DE L’OFFENSIVE

a) Un titre impérial omniprésent

  • 34 On se bornera ici à quelques exemples parmi une quinzaine de diplômes relevés. En 1073, Alphonse VI (...)
  • 35 Ibid., n° 123.

20En dépit de la signification nouvelle qu’acquiert le concept d'imperium dans la titulature qu’adopte Alphonse VI, le champ lexical du terme est encore à l’occasion utilisé dans les diplômes selon sa signification traditionnelle d’autorité. Cette autorité peut alors être celle qu’exercent les magnats sur les destinataires de biens cédés, dont ils sont généralement immunisés, ou celle du roi, dont les ordres sont parfois énoncés par le biais d’un tel vocabulaire34. Dans certains actes cependant, il est difficile de déterminer le sens à donner au champ lexical de l'imperium. C’est le cas dans cette donation à Sahagún du 3 avril 1093 que la datation désigne sous le nom de « scriptura imperialis »35. Doit-on comprendre un « acte souverain » ou l’« acte d’un empereur », ce qui pourrait constituer un écho de la titulature impériale qu’adopte Alphonse VI dans la suscription du même diplôme ? L’ambiguïté qui subsiste n’est pas déterminante. La raison de cette impossibilité à trancher sur le sens de l’expression l’est davantage : la titulature impériale est en effet omniprésente.

  • 36 Nos 52, 56, 64, 73, 74, 76, 90, 97, 103, 110, 113, 122, 166, 181, 191 et 192.
  • 37 Il s’agit des documents nos 94, 95 et 98, relatifs à la donation effectuée par Alphonse VI de la mo (...)
  • 38 Ce qui n’est d’ailleurs pas inintéressant du point de vue de la réception de ce titre nouveau adopt (...)
  • 39 Nos 51, 57, 61, 70, 75, 77, 107, 111, 112, 115, 119, 120, 121, 130, 138, 165, 179 et 183. Voir cepe (...)

21Sur les quelques cent cinquante diplômes conservés postérieurs à l’acte du 17 octobre 1077, quatre-vingt-dix la contiennent. À ce chiffre on ajoutera également les 16 diplômes où apparaît sous différentes variantes le titre de rex totius Hispaniae qui, si on ne peut le qualifier à proprement parler d’impérial, participe tout de même de la signification que revêt l’idéologie alphonsine, comme on le verra dans la section suivante36. Concernant la quarantaine d’actes dans lesquels le titre d'imperator n’est pas mentionné, son absence s’explique parfois. Parmi ceux-ci, six sont des falsifications à l’origine difficile à déterminer37 et dont les auteurs n’ont de toute évidence pas pris la peine de transmettre le titre impérial38. Dix-huit documents sont des placita, où la titulature impériale n’apparaît que rarement, peut-être en raison de leur moindre solennité ou du caractère parfois indirect de l’intervention royale39.

  • 40 Nos 50, 63, 64, 68 et 84.
  • 41 N° 64.
  • 42 Nos 58, 59 et 74.
  • 43 Qui sont au nombre de seize : nos 78, 86, 89, 91, 100, 105, 114, 124, 125, 126, 127, 128, 132, 133, (...)
  • 44 N° 192.
  • 45 Nos 116, 139 et 161.
  • 46 Nos 137, 140, 141, 142, 144, 145, 146, 149, 151, 152, 154, 155, 156, 157, 159, 160, 162, 163, 164, (...)
  • 47 N° 166.
  • 48 Nos 143 et 193. Ces deux actes sont d’une moindre solennité, et dans le premier le titre royal n’ap (...)
  • 49 Ce qui est dû à une tradition documentaire déficiente ou à l’absence de souscription notariale d’ap (...)
  • 50 En outre toute une partie des diplômes présentant une titulature impériale sont souscrits par des s (...)
  • 51 À Sahagún (n° 69), Tolède (n° 92) et León (n° 131).

22Le rôle joué par les acteurs de la chancellerie royale dans cette multiplication du titre doit également être souligné. Sur les huit actes dont la genèse est attribuable au notaire Alfonso Ramírez, cinq contiennent une formule avec le titre d’imperator40 et dans un autre Alphonse VI est tocius Ispanie rex41. Trois des quatre diplômes que rédige Juan Baldemírez présentent Alphonse VI comme « empereur »42, et c’est le cas également de la totalité des actes confectionnés par Sisnando Astráriz43. Diego Pastorino fait d’Alphonse VI un rex Yspaniarum dans un acte44, mais dans les trois autres écrits de sa main le souverain retrouve son titre d’imperator45. Concernant Pelayo Eríguez enfin, le décompte est le suivant : 35 diplômes avec titulature impériale46 ; un contenant le titre rex tocius Hyspanie47 et deux actes seulement dans lesquels Alphonse VI n’est que rex48. Les notaires royaux sont donc à l’origine de plus des deux tiers des actes dans lesquels Alphonse VI est imperator. Dans le cas de 19 des autres diplômes contenant le titre impérial ou sa variante en totius Hispaniae rex, il est difficile d’identifier la main qui en est à l’origine49. Il reste donc possible qu’une partie au moins de ces documents ait été émise par la chancellerie royale50. Par ailleurs, trois actes avec titre impérial ont été rédigés dans des scriptoria très liés à la monarchie51.

b) Une titulature impériale aux multiples variantes

  • 52 Nos 58, 59 et 62.
  • 53 N° 63.
  • 54 Voir les nos 71, 84, 194, 108, 125, 131, 134, 139, 150, 154 et 172.
  • 55 C’est le cas des nos 58, 59, 62, 87, 123 dans lesquels on trouve simplement les titres rex ou princ (...)

23Cette tendance à la systématisation de l’utilisation du titre ne signifie toutefois pas une homogénéité des pratiques. D’abord, la titulature impériale n’a pas de place fixe dans le discours diplomatique. Dans l’acte du 17 octobre 1077 elle apparaît dans le protocole final du diplôme, précisément dans la corroboration du roi. Pourtant, dans les trois diplômes suivants faisant d’Alphonse VI un « empereur de toute l’Hispania », c’est cette fois dans la suscription que la formule apparaît52. Au document suivant la disposition change encore, et la titulature est doublée et employée à la fois dans la suscription et dans la corroboration53. On observe en réalité une diversité de configurations possibles. Le titre est présent essentiellement dans la suscription des actes et parfois il apparaît simultanément dans la validation. Si le redoublement est plus fréquent, l’alternance entre les deux possibilités subsiste durant tout le règne et n’obéit à aucune règle apparente. En revanche, il arrive également que le titre — sous la forme ego praedictus imperator ou équivalent — soit réitéré dans le cœur du texte, au sein du dispositif ou parfois de formules de notification, voire dans l’exposé54. En outre, lorsque seule la suscription mentionne le titre impérial, celui-ci peut cohabiter avec un simple titre royal en validation55.

24À l’absence de détermination d’un lieu de prédilection au sein des diplômes pour l’expression de la titulature impériale, s’ajoute la diversité de la formulation de celle-ci. La fig. 6 (p. 209) récapitule les variantes les plus couramment employées pour désigner Alphonse VI et permet d’en observer la longévité. D’autres formulations sont par ailleurs plus isolées : Hispaniae/Hispania rum imperator (nos 69, 81, 85) ; Legionensis urbis totiusque Hispanie imperator (n° 69) ; totius orbis Hispanie imperator (n° 78) ; Esperie/totius Esperie imperator (nos 86, 133) ; tocius imperii Hyspanie et Toletani regni Deo annuente uictoriosissimus rex (n° 93, faux de la fin du XIIe s. ?) ; rex Legionis et tocius Hispanie imperator (n° 104, faux ?) ; imperator tocius Castelle et Toleto, necnon et Nazare seu Alaue (n° 117) ; totius Hispanie imperator ac magnificus triumphator (n° 135) ; tocius orbis Ispanie imperator constitutus (nos 147, 169) ; rex et imperator Castelle (n° 150) ; imperator in Toleto et in Castella (n° 181) ; Ispanorum imperator (n° 190).

A: Rex et imperator sans génitif; B: Rex et imperator Hispaniae ou totius Hispaniae; C : Hispaniae/Hispaniarum rex ou princeps; D: Totius Hispaniae rex; E: Totius Hispaniae imperator; F: Imperator constitutus super omnes Hispaniae nationes; G: Toletani imperii rex suivi parfois de ac magnificus triumphator et presque toujours en alternance avec la formule totius Hispaniae imperator; H: Toletanus imperator; I: Imperator seul, le plus souvent en complément de formules plus développées.
FIG. 6. — Les titulatures impériales d’Alphonse VI : aperçu chronologique et récurrence

25Au-delà de la diversité qui s’y reflète, ce panorama autorise plusieurs remarques. D’abord on constate une prédilection pour la formule totius Hispaniae imperator, présente dans les documents de 1077 à 1107. L’hégémonie d’Alphonse VI sur la péninsule Ibérique demeure donc tout au long du règne le fondement de sa dignité impériale. Ensuite, le titre rex persiste dans certaines formulations de la titulature : soit accompagné du génitif Hispaniae ou totius Hispaniae, soit en complément du titre d'imperator, soit associé à l’expression Toletanum imperium. En ce sens, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que le titre d'imperator ne désigne pas une fonction qui viendrait remplacer la fonction royale. Il s’agit plutôt d’une qualification renforçant cette dernière. Enfin, la richesse sémantique des variantes révèle un approfondissement constant de la tournure impériale qu’Alphonse VI souhaite donner à son pouvoir.

  • 56 Les diplômes présentant cette forme de la titulature impériale sont tous rédigés par Sisnando Astrá (...)
  • 57 Le terme natio signifie principalement « nation ». Employé au pluriel, nationes, il peut également (...)
  • 58 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 22.
  • 59 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 104-106.
  • 60 A. Ubieto Arteta, « Homenaje ».
  • 61 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 705. L’aide que lui procure Sanche Ramírez à l’occasion de la batai (...)
  • 62 Voir les exemples relevés par H. Kleinschmidt, « Die Titulaturen englischer Könige », pp. 114-115, (...)
  • 63 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 440-441. Effectivement on trouve en Péninsule cette form (...)

26En 1087, apparaît sous la plume du notaire Sisnando Astráriz une première variante. La titulature imperator constitutus super omnes Spanie nationes56 souligne d’évidence un des caractères propres au territoire soumis à l’influence d’Alphonse VI, à savoir son hétérogénéité politique, culturelle et peut-être même religieuse57. Menéndez Pidal lisait dans cette formule la reprise d’une expression contenue dans la lettre qu’adresse Grégoire VII à Alphonse VI en 1081 pour le féliciter d’avoir heureusement introduit le rite romain dans son royaume. À cette occasion, le souverain pontife rappelait au monarque l’origine de son pouvoir : « Memento honoris et glorie, quam tibi super omnes Hispanie reges misericordia Christi concessit »58. Alphonse VI aurait donc saisi cette main que lui tendait la chancellerie pontificale pour utiliser un titre qui exprimait la reconnaissance à Rome de son hégémonie péninsulaire59. Mais, pourquoi les regi de la bulle pontificale seraient-ils devenus des nationes dans la formule diplomatique introduite par Sisnando ? En outre on comprend mal le délai de six années qui séparerait l’expédition de la bulle de l’adoption de ce nouveau titre. Aussi Ubieto Arteta proposait-il de voir dans cette titulature la conséquence d’un événement bien plus proche chronologiquement. En effet, dans les premiers mois de 1087 aurait été formellement réglée, selon lui, la question de la relation qui liait le roi d’Aragon Sanche Ramírez à Alphonse VI en conséquence de l’accord établi en 1076 au sujet du partage du royaume de Navarre60. Le roi aragonais aurait alors prêté hommage à Alphonse VI pour le comté navarrais et reconnu du même coup le titre impérial, dont la nouvelle formulation reflèterait ce succès diplomatique. L’évocation de différentes « nations » à l’intérieur de l’empire d’Alphonse VI serait une manière de désigner l’existence de plusieurs royaumes dans cet ensemble. Gambra rejoint Ubieto Arteta sur ce dernier point, mais à partir d’un raisonnement quelque peu différent. La formule serait pour lui le reflet de l’abandon par Alphonse VI du projet qu’il aurait eu d’incorporer totalement la Navarre au royaume castellano-léonais61. Maravall évoquait quant à lui l’existence de précédents anglais à cette titulature62, qui n’était pour lui qu’une traduction de la formule princeps diversarum gentium déjà utilisée par les Carolingiens63.

  • 64 Voir les diplômes nos 135, 137, 152, 154, 155, 159, 163 et 189, tous de Pelayo Eríguez à l’exceptio (...)
  • 65 A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 151-152, a établi un relevé de certaines de ces occurrences assoc (...)
  • 66 Ibid.

27Cette dernière remarque sur l’origine de la formule est d’autant plus intéressante que l’imitation de pratiques antérieures semble avoir également préludé à l’introduction que réalise Pelayo Eríguez à partir de 1095 du complément « magnificus triumphator » qui vient enrichir certaines titulatures impériales64. Ce qualificatif, qui souligne les victoires militaires du souverain, bénéficie d’une longue tradition. Il est utilisé par les empereurs romains dès l’époque de Constantin et on le retrouve régulièrement tout au long du Moyen Âge tant pour qualifier le pouvoir divin que celui de souverains dans tout l’Occident chrétien65. La nouvelle formule, tout comme la précédente, suppose donc le choix d’une certaine homologation des pratiques diplomatiques par rapport au fond culturel européen66. Or cette caractéristique n’est pas sans rappeler cette volonté soulignée dans le chap. iv de rapprocher le royaume castellano-léonais de cette Europe avec laquelle les liens se multiplient.

  • 67 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 93.
  • 68 Ibid., t. I, pp. 423-424 et 644-645.
  • 69 Ibid., t. II, n° 117 : « Ego igitur Aldefonsus, imperator tocius Castelle et Toleto, necnon et Naza (...)
  • 70 D’autant que Tolède est présente dès 1086 dans la datation des diplômes au sein de l’énumération de (...)
  • 71 Opinion avancée par R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 107.
  • 72 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 703.
  • 73 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 162.

28La dernière variante récurrente obéit à une toute autre logique. Une première référence à Tolède intervient dans la suscription d’un diplôme de 1088 : « tocius imperii Hyspanie et Toletani regni Deo annuente uictoriosissimus rex »67. Ce diplôme est cependant une falsification, probablement de la fin du XIIe siècle68. En 1091 le même toponyme revient dans une autre suscription dont la formulation ressemble à celle des formules en regnante de la documentation privée à la même époque69. Ce diplôme n’a sûrement pas été rédigé par la chancellerie royale. C’est finalement en 1096 puis 1097 que Pelayo Eríguez introduit deux titulatures amenées à se répéter à une vingtaine de reprises jusqu’à la fin du règne. Alphonse VI est ainsi intitulé Toletani imperii rex et Toletanus imperator, expressions auxquelles est parfois associé le qualificatif magnificus triumphator. Il est évident que l’origine de cette nouvelle formulation est la conquête de la ville et du royaume musulman de Tolède. Dans la mesure où cet événement manifeste la concrétisation du programme d’expansion péninsulaire d’Alphonse VI, il n’est pas surprenant qu’il prenne une telle importance dans ses diplômes. La date à laquelle Tolède apparaît dans les titulatures est par contre plus étonnante70. Alors que la ville tombe entre les mains des chrétiens le 25 mai 1085, il faut attendre onze années pour qu’un notaire royal introduise son nom dans une titulature. Cette circonstance amène à s’interroger sur l’objectif poursuivi par ce rappel tardif du triomphe passé. Le contexte péninsulaire à cette date invite à constater qu’Alphonse VI n’est pas réellement dans la position de ce « magnifique triomphateur » que suggèrent certaines de ses suscriptions. Certes, en 1085, Tolède est définitivement conquise, mais dès l’année suivante la bataille de Zalaqa marque la fin de l’avancée du roi chrétien en Péninsule en même temps que le début de la présence almoravide. En 1096 cette double tendance est confirmée, l’émir Yūsuf ibn Tāšufīn mène sa quatrième expédition en al-Andalus et les Almoravides occupent une grande partie des taifas auparavant tributaires du monarque castellano-léonais. La mention de Tolède dans les diplômes à ce moment précis n’atteste donc peut-être pas tant l’inflexion du concept d’empire, consécutive à la conquête de Tolède71, qu’une tentative « d’insuffler une note d’articificiel optimisme dans la documentation royale » à un moment où « déjà la vocation hégémonique d’Alphonse VI se trouvait en crise »72. Elle permet en outre « d’esquiver la référence à l’Hispania à un moment où le monarque ne contrôle pas toute la Péninsule »73.

29La diversité des formes de la titulature impériale d’Alphonse VI obéit donc à certaines règles. Les analyses confirment l’importance du rôle des notaires royaux, puisque l’introduction d’une variante va le plus souvent de pair avec l’arrivée d’une nouvelle plume à la chancellerie. En outre, l’absence d’homogénéisation de la titulature royale n’est pas le signe d’une imperfection de cette chancellerie. Au contraire, l’évolution des formules suit de près celle du contexte politique, et les moments-clé du règne d’Alphonse VI informent sa titulature. Cette adaptation à la conjoncture ne doit toutefois pas être interprétée comme une volonté de faire de l’idéologie impériale le reflet fidèle de la trajectoire victorieuse de l’empereur. Dans le cas des titulatures mentionnant Tolède, l’ancienne victoire intervient plutôt comme un recours nécessaire à un moment critique du règne de l’empereur. De nouveau le titre impérial apparaît comme une solution pragmatique lorsque la nécessité de soutenir l’autorité royale se fait sentir. Les diplômes sont conçus comme des instruments qui peuvent faciliter l’exercice du gouvernement en adaptant l’idée impériale aux conditions du moment. En ce sens ils ne sont pas seulement le lieu où l’idéologie impériale d’Alphonse VI s’énonce : elle s’y définit et s’y enrichit.

FONDEMENTS CONCEPTUELS DE L’IDÉE IMPÉRIALE ALPHONSINE

a) Alphonse VI, premier « empereur hispanique »

30Contrairement à la période précédente, le qualificatif imperator recouvre désormais une signification hégémonique. Le cadre sur lequel s’exerce l'imperium alphonsin s’étend bien au-delà des frontières du royaume de Castille-León, ce qui autorise sans plus de doute à traduire le titre imperator par « empereur ».

  • 74 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 39.
  • 75 Les datations en question n’énumèrent que les différents territoires qui constituent le royaume cas (...)

31Certes, une conception plus réduite de l'imperium, qui perpétue la théorie du regnum-imperium, se maintient dans la datation de quelques diplômes. On a déjà évoqué l’acte présentant la formule « regnum imperii Adefonsi rex in Legione et in Castella »74. Dans quatre autres cas, l’autorité d’Alphonse VI est également limitée au cadre du royaume, la datation n’étant jamais suivie de cette référence à la totalité péninsulaire qui fait la spécificité de la titulature impériale75.

  • 76 Sur ce terme comme synonyme d’Hispania, voir notamment H. de Carlos Villamarín, Antigüedades, pp. 1 (...)
  • 77 D’ailleurs l’Hispania n’apparaît que rarement dans la formule en regnante des diplômes. On la trouv (...)
  • 78 Sauf dans un acte daté du 30 décembre 1107 (n° 190), qui s’avère être une forgerie postérieure du X (...)
  • 79 Voir A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 154.

32L’idée impériale d’Alphonse VI n’a en effet pas de vocation universaliste, et la référence à l’Hispania est le point de rencontre de l’essentiel des titulatures impériales. Elle est présente dans plusieurs des variantes de celles-ci, sous des formes diverses : tota Hispania, Hispaniae, totus orbis Hispaniae, Hesperia 76. Cela suppose une projection restreinte au sol hispanique du pouvoir d’Alphonse VI, mais également un programme d’expansion. Ces formules ne font en effet pas référence à une réalité politique existante77, mais à un objectif dont la réalisation se fait de plus en plus plausible durant les deux premières décennies du règne d’Alphonse VI. Cette omniprésence de l’Hispania ne s’accompagne d’ailleurs pas de la mention de l’ethnonyme correspondant. Alphonse VI ne se dit pas imperator Hispanorum78, et pour cause la Péninsule à laquelle il aspire est loin d’abriter une population homogène qui pourrait être désignée par ce terme79. Par contre il est certain qu’ici l’Hispania a pour sens la Péninsule puisqu’on s’y réfère dans sa totalité — tota Hispania, totus orbis Hispaniae —, et en quelques occasions au pluriel — Hispaniae.

  • 80 Voir « Un concept en émergence : le regnum Hispaniae », pp. 176-182.
  • 81 A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 153-154.
  • 82 « … Totius Spaniae intra oceani fretum monarchiam regni primus idem potitus », Isidore de Séville, (...)

33La présence de l’Hispania dans la titulature impériale d’Alphonse VI se place ainsi dans la continuité du processus d’exaltation du concept de regnum Hispaniae abordé plus haut80. L’Hispania est en effet dans ces formules une notion géographique. Mais à cette signification géographique s’ajoute également une dimension politique. L’évocation de la totalité péninsulaire, tota Hispania, rappelle selon Isla Frez81 l’idéologie isidorienne qui faisait de la Péninsule le cadre politique par excellence. Dans l’Historia Gothorum, lorsqu’Isidore relate l’expulsion par Suintila des derniers Byzantins, il conclut son récit en précisant qu’à partir de ce moment le pouvoir du monarque s’étend sur toute la terre ibérique. Il détient alors entre ses mains « la monarchie du royaume de toute l’Hispania »82. Le règne de Suintila marque ainsi dans la pensée isidorienne la plénitude du pouvoir, parce que celui-ci s’étend enfin sur ce qui constitue la patrie wisigothique. Or, jamais depuis les textes isidoriens on n’avait associé de manière si directe et immédiate la fonction d’un gouvernant à cette totalité péninsulaire, encore moins dans les titres utilisés dans les diplômes. L'imperator totius Hispaniae des diplômes alphonsins manifeste donc bien l’ambition du monarque de faire de l’Hispania un seul et même royaume soumis à son autorité. Il est le reflet du dessein hégémonique qui sous-tend le programme pan-hispanique qu’il met en œuvre.

b) Un empire chrétien

  • 83 Cette analyse est proposée par A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 178-179. Rappelons par ailleurs qu (...)
  • 84 « … Omnipotenti Deo et beatissime semper uirginis Marie et sancto Iacobo apostolo, in cuius ditione (...)
  • 85 « … Ex quibus [i. e. les Apôtres] unus noster Zebedei filius Ispanie sortitus Gelletie [sic] finibu (...)
  • 86 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1276.
  • 87 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 183.

34L’empire auquel aspire Alphonse VI est par ailleurs un empire chrétien, car l’Hispania qui le définit est elle-même une entité déterminée par le christianisme. Deux actes d’Alphonse VI mettent en relation l’existence d’un regnum hispanique avec l’unification chrétienne de la Péninsule par saint Jacques83. Dès 1072, et dans ce même diplôme où Alphonse VI est pour la première fois intitulé « rex Spanie », l’empreinte laissée par l’Apôtre est évoquée. Le souverain, en remerciement de la Providence divine qui lui a permis de retrouver son trône, réalise une offrande « à Dieu tout puissant, à la très sainte vierge Marie et à l’apôtre saint Jacques, sous l’empire duquel se trouvent la terre et le gouvernement de toute l’Hispania »84. Le 9 juin 1081, dans un diplôme émis en faveur du monastère de Santa Marina de Valdeón, l’idée d’un gouvernement de saint Jacques sur la Péninsule est réitérée. L’invocation de cet acte rappelle que les apôtres furent envoyés de par le monde pour prêcher l’Évangile et « à l’un d’entre eux, notre fils de Zébédée, revint l’Hispania, et son trône est situé aux confins de la Galice »85. La même phrase est insérée dans une donation en faveur du même monastère, autorisée par Alphonse VI le 25 juin 109386. Ainsi l’Hispania est un tout parce qu’elle est « le territoire originel, l’espace […] sur lequel l’Apôtre mena sa prédication »87.

  • 88 Voir la liste qu’en donne A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 193-194.
  • 89 On ne lit l’expression « gratia Dei et non meis meritis » que dans deux diplômes (nos 73 et 118), d (...)
  • 90 Voir M. Lucas Álvarez, La documentación real, p. 275.

35Les formules de dévotion des suscriptions et corroborations impériales d’Alphonse VI rappellent d’ailleurs constamment que c’est à Dieu que le souverain doit son pouvoir. Alphonse VI est ainsi empereur gratia Dei, diuina gratia, diuina misericordia, Dei propitiatione, diuino nutu, Dei nutu, diuina uirtute, diuina preordinante gratia, ab ipso Deo constitutus, etc.88. Il est vrai que cette précision apparaît avant 1077, et également après cette date dans des documents où le titre d'imperator n’est pas présent. Mais alors que ces formules de dévotion ne concernent au total qu’un diplôme sur deux d’après Gambra, elles sont absentes de seulement 16 des actes ayant une titulature impériale, ce qui ne représente qu’un cinquième de ceux-ci. Par contre on constate que les formules d’humilité sont rares89, alors qu’elles étaient fréquentes dans la tradition léonaise, rappelant que la sacralité dont se trouvent investis les monarques par la grâce divine a pour contrepartie le service de Dieu auquel ils doivent se vouer90. Alphonse VI est donc bien plus qu’un homme que la royauté a élevé au rang de serviteur de Dieu. Il est celui que le Tout Puissant a choisi pour accomplir un dessein providentiel.

36Depuis des siècles l’Islam a rompu l’unité chrétienne péninsulaire. Il revient donc aux rois chrétiens, et à Alphonse VI que Dieu a choisi entre tous — inconparabili presenti tempore aliis regibus —, d’œuvrer pour son rétablissement en éradiquant les musulmans de la Péninsule. Ce dessein n’est en soi pas nouveau en cette seconde moitié du XIe siècle. La sagacité des notaires royaux consiste toutefois à lier la dignité impériale nouvelle à ce projet ancestral, comme il appert du diplôme par lequel le souverain procède à la restauration de la cathédrale tolédane le 18 décembre 1086. L’acte que le notaire Sisnando Astráriz rédige pour l’occasion est particulièrement solennel, et dans son exposé sont relatées en détail les circonstances qui ont amené Alphonse VI à prendre la ville :

  • 91 « Que ciuitas abscondito Dei iudicio CCCtis LXXVI annis possessa fuit a mauris, Christi nomen comun (...)

La ville, en vertu du jugement impénétrable de Dieu, demeura pendant 376 années aux mains des Maures blasphémateurs du nom du Christ. Le nom du Christ était méprisé, les chrétiens bannis ou mis à mort par le glaive, la faim et divers tourments ; aussi je compris qu’il était honteux que le nom du maudit Mahomet soit invoqué dans ce lieu où nos saints pères adoraient Dieu de toute l’intensité de leur foi ; et après que moi pécheur j’eus reçu de Dieu selon un ordre admirable le pouvoir de mes parents, mon père le roi Ferdinand et ma mère la reine Sancha, je pris en charge la guerre contre les peuples barbares. Après de nombreux combats et au prix d’innombrables morts parmi les soldats, je leur enlevai de grandes villes et de puissantes forteresses, assisté de la grâce divine. Enfin, inspiré par la grâce de Dieu, j’engageai mes armées contre cette ville, sur laquelle mes ancêtres avaient autrefois régné tous-puissants et dans la plus grande opulence, estimant qu’il serait acceptable que je paraisse devant le Seigneur si ce lieu, que le perfide peuple qui suivait son maléfique guide Mahomet avait arraché aux chrétiens, moi l’empereur Alphonse, guidé par le Christ, je pouvais le rendre à ceux qui honorent sa foi. C’est pourquoi, me soumettant à un grand danger par amour de la religion chrétienne, tantôt par de grandes et fréquentes attaques, tantôt par la tromperie d’embuscades secrètes, tantôt encore à découvert par des incursions dévastatrices, durant une période de sept années je frappai par le glaive, la faim et la captivité les habitants non seulement de cette ville mais aussi ceux de toute leur patrie. Ceux-ci, endurcis, provoquèrent sur eux par la malice de leur désir la colère de Dieu, sous la forme d’une attaque publique. La crainte du Seigneur et le manque de courage vinrent sur eux. Pour ces raisons ils furent contraints de m’ouvrir eux-mêmes les portes de la ville, et cet empire qu’ils avaient auparavant pris en vainqueurs, c’est en vaincus qu’ils le perdirent. Alors moi, qui demeure désormais à la cour impériale et rends grâce à Dieu du plus profond de mon cœur, j’ai commencé à veiller avec la plus grande diligence à la manière dont serait récupérée l’église Sainte-Marie, mère immaculée de Dieu, qui fut par le passé admirable91.

  • 92 Voir « Du gouvernement du León à la prépondérance sur l’Hispania : l’itinéraire politique d’Alphons (...)

37On est assez loin ici de la stratégie pragmatique que le roi de Grenade ‘Abd Allāh attribuait à Alphonse VI92 ! Il ne s’agit plus d’étendre son influence tout en conservant les moyens de gouverner — logique qui prévalait à l’établissement des parias — en attendant de pouvoir rétablir la religion chrétienne dans toute la Péninsule. Dans cet exposé la conduite d’Alphonse VI est immédiatement dictée par le désir de rendre Tolède aux chrétiens. Or, cette immédiateté est explicitée. Alphonse VI a fait sienne cette mission — sans l’accomplissement de laquelle toute comparution devant Dieu serait vaine — au moment même où il a hérité de ses parents la royauté, ici suggestivement désignée par le terme d'imperium. Mais l’origine de cette tâche est à rechercher dans un passé beaucoup plus lointain que celui de Ferdinand Ier et Sancha. La honte que ressent Alphonse VI face aux blasphèmes que subit Tolède vient de ce que dans cette ville « [les] saints pères adoraient Dieu » et « [ses] ancêtres avaient autrefois régné ». L’empire d’Alphonse VI doit donc être chrétien parce qu’il en a hérité de ses prédécesseurs wisigoths, dont il a en mai 1085 récupéré « la cour impériale ».

c) Vers un empire néogothique ?

  • 93 « Adefonsus igitur, ex illustri Gotorum prosapia ortus, fuit magna vi et consilio et armis, quod in (...)

38Une originalité de l’idée impériale d’Alphonse VI est en effet la dimension néogothique dont elle se teinte progressivement. Quelques années après la mort de l’empereur, l’auteur de l’Historia Silense était en mesure d’affirmer la prédisposition que le lignage wisigothique avait induite : « Alphonse, né de l’illustre race des Goths, fut grand par son conseil et par les armes, ce qu’on observe rarement chez les mortels »93. Mais pour que cette affirmation devienne évidence, la dignité impériale d’Alphonse VI a subi une évolution sémantique importante.

  • 94 Documents inventoriés dans « Alphonse VI héritier de l'imperium léonais », p. 176.
  • 95 C’est le cas des diplômes nos 8, 13, 31, 36, 43 et 60. Formule présente également dans un acte d’El (...)
  • 96 Documents nos 27, 36, 43, 59, 60, 63 et 79.
  • 97 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 692.
  • 98 Dans le diplôme n° 60, Alphonse est rex et Ferdinand Imperator. Dans les nos 63 et 79, Alphonse est (...)
  • 99 Sur la manière dont est organisée la mémoire des imperatores hispaniques, voir H. Sirantoine, « Mem (...)

39Le titre impérial qu’adopte Alphonse VI en 1077 ou 1078 est d’abord une innovation rendue possible par les succès que rencontre le souverain. Il n’y a pas alors de lien établi entre la tradition léonaise du regnum-imperium — expression qui apparaît d’ailleurs dans quelques actes94 — et ce nouveau titre. Cela apparaît notamment dans le traitement qui est réservé dans la documentation au père et prédécesseur d’Alphonse VI. Ce dernier, comme ses frères Sanche et García, et comme certains des souverains les ayant précédés sur le trône léonais, fait référence à Ferdinand Ier dans un certain nombre de ses actes en lui octroyant le titre d'imperator. Dans la titulature de quatorze diplômes dans lesquels la filiation entre les deux souverains est rappelée — parfois c’est celle de ses sœurs, Elvire et Urraca, qui en est l’objet — on lit en effet la formulation ego Adefonsus filius ou prolis Fredenandi imperatoris, formule parfois complétée par la mention et Sancie regine. Cette expression est présente tantôt dans l’intitulation des actes95, tantôt dans la souscription d’Elvire et d’Urraca96, entre 1068 et 1093. Pour Andrés Gambra cette pratique participe de la « praeparatio impériale » mise en œuvre au sein de la chancellerie alphonsine jusqu’en 1077, qui selon lui prouve que « l’innovation qui se produit [cette année-là] ne fut pas un geste soudain »97 mais au contraire le résultat d’une transformation de la vieille idée impériale léonaise. Pourtant une circonstance quelque peu surprenante tend à laisser penser qu’on a bien là deux phénomènes distincts. Il se trouve que jamais Ferdinand Ier et Alphonse VI ne sont tous deux imperator dans la même titulature. Les actes postérieurs au 17 octobre 1077 dans lesquels le premier est imperator évoquent certes parfois Alphonse VI comme empereur, mais toujours dans des parties du discours diplomatique isolées de cette première mention98. Aussi a-t-on l’impression que les deux expériences « impériales » ne sont pas assimilées, ou que les scribes n’ont pas voulu les associer. Peut-être parce qu’elles ne revêtent pas la même signification99 ?

  • 100 Pour la collection diplomatique d’Alphonse VI voir l’analyse que réalise de ces formules A. Gambra,(...)
  • 101 Gambra recense 42 expressions de ce type (ibid., pp. 239-240).
  • 102 Daté du 25 novembre 1085, le premier de ces diplômes comporte la clause suivante : « Si uero, quod (...)

40Sans passé, la dignité impériale d’Alphonse VI ne semble pas non plus être destinée à avoir un futur. Aucune source ne se réfère directement à une quelconque transmission du titre. Pourtant une partie spécifique des diplômes renvoie à un futur hypothétique. Dans les clauses sur lesquelles s’achève parfois le texte des actes, il est souvent question des sanctions pesant sur les personnes qui viendraient à contrevenir aux décisions mises par écrit100. Parfois également dans ces clauses pénales on énumère le rang et la condition de ces personnes, afin par exemple de préciser l’ampleur d’une exemption : « que personne parmi mes proches ou des étrangers, que nul roi, comte, ou quelque puissant que ce soit n’aille à l’encontre de cette décision »101. Or les deux diplômes d’Alphonse VI dans lesquels le titre d'imperator vient en tête d’une telle énumération sont des falsifications102. On a d’ailleurs pu constater que le titre d'imperator ne remplace jamais complètement celui de roi, ce qui amène à penser qu’il ne fut peut-être compris que comme une solution temporaire.

41La prise de Tolède en 1085 semble avoir modifié en partie ces fondements. Le retour au christianisme de l'urbs regia, ancien siège des rois wisigoths et ville des conciles, est un événement hautement symbolique dont Alphonse VI et ses notaires ont perçu les possibles répercussions idéologiques. S’il faut attendre une dizaine d’années pour que le nom de la ville intègre la titulature impériale, sa conquête entraîne une transformation de la fonction impériale.

42Dans une première étape, apparaît l’idée que l'imperium dont jouit Alphonse VI sur l’Hispania est une fonction transmissible, exercée qui plus est dans le but spécifique de bouter l’Islam hors de la Péninsule. Rappelons que dans l’exposé du privilège de restauration de la cathédrale de Tolède du 18 décembre 1086, évoqué plus haut, le souverain déclare avoir reçu de Dieu « l'imperium de ses parents » et entreprend immédiatement de délivrer Tolède de la souillure musulmane. Il s’y présente en outre comme l’héritier des rois ayant gouverné depuis la « cour impériale » de Tolède. Dans la confirmation que donne Alphonse VI le 22 avril 1093 du fuero qu’il a octroyé aux habitants de Coimbra en mai 1085, un second exposé développe la même idée. Il est d’abord rappelé que Ferdinand Ier délivra Coimbra des Sarrasins, puis :

  • 103 « Post mortem uero domni Fredenandi regis dominus noster laudabilis Adefonsus successit in imperio, (...)

Après la mort du roi don Ferdinand, notre seigneur renommé Alphonse lui succéda au pouvoir [in imperio]. Il affronta fermement et admirablement toutes les nations barbares, avec l’aide de Dieu, jusqu’à parvenir à la très digne de louanges et extrêmement belle et opulente ville de Tolède que Dieu le Tout-Puissant remit entre ses mains miraculeusement103.

  • 104 Expressions employées notamment dans l’historiographie. Voir les remarques formulées en note dans « (...)
  • 105 Il n’est d’ailleurs peut-être pas non plus anodin que dans le diplôme de restauration de l’église t (...)
  • 106 Sur la dialectique qu’entretiennent les notions d’empire et de conquête dans l’idéologie impériale (...)

43Dans ces actes, les expressions par lesquelles on désigne habituellement la succession au trône sont modifiées104. Au regnum ou solium, on substitue l'imperium. Associées à un contexte providentiel — c’est Dieu qui transfère l'imperium de Ferdinand à son fils —, aux différentes étapes de la Reconquête — la prise de Coimbra puis celle de Tolède — et à la grandeur passée de Tolède, aula imperialis, elles magnifient ce « pouvoir » que détiennent les rois en l’ancrant dans le passé105. Quand bien même le titre impérial fut en 1077-1078 le résultat d’un contexte particulier, la réélaboration idéologique qui en est faite dans ces diplômes présente l’empire comme quelque chose de préalable qu’Alphonse VI a, en tant que souverain, hérité du passé106.

44Si la titulature évolue en fonction des circonstances politiques, il en va donc de même de l’idéologie impériale. Après 1085, l'imperium est en quelques occasions tenu pour une fonction propre aux rois castellano-léonais, héritiers des wisigoths. Cette inflexion semble avoir été perçue par les rivaux musulmans d’Alphonse VI, ce que rapportent certains chroniqueurs arabes, tels que le tunisien Ibn al-Kardabūs (second XIIe s.) qui décrit dans son Kitāb al-Iktifā’ la situation des taifas dans la seconde moitié du XIe siècle. Il y traite de leurs rapports avec Alphonse VI, décrit comme un personnage orgueilleux, avide et terriblement ambitieux, et entreprend de retracer le règne de ce dernier depuis son violent accès au trône jusqu’à l’établissement du système des parias. Plus loin dans la chronique intervient fatalement le récit de la conquête de Tolède, à la suite de laquelle tous les princes musulmans se soumettent à Alphonse VI en tant que tributaires. Et Ibn al-Kardabūs de conclure :

  • 107 Ce terme désigne en réalité la fonction de César, de manière abstraite. On pourrait encore parler d (...)
  • 108 On utilise ici la version de la chronique traduite en castillan par Maíllo Salgado : Ibn al-Kardabū (...)

Alphonse suivit la trajectoire des puissants et se plaça lui-même au rang des Césars (al-qiyāṣara107). Il devint si orgueilleux qu’il méprisait tout un chacun. Il prit le titre d’« empereur » (al-inbirāṭūr), qui dans leur langue signifie Commandeur des Croyants (Amīr al-Mu’minīn), et commença à s’intituler dans ses actes « Empereur des adhérents des deux religions » (al-inbirāṭūr ḏū-l-millatayn)108.

45Ibn Ḵaldūn au XIVe siècle rapporte les mêmes faits en les résumant :

  • 109 Ibn Ḵaldūn, Histoire des rois chrétiens, p. 105. Cette « histoire » est tirée d’un chapitre de l’Hi (...)

Alphonse s’empara de Tolède en 478 [1085], et cette ville devint alors le centre de la domination des chrétiens d’Espagne. Alphonse […] portait le titre d'imperator (al-inbirāṭūr), qui signifie roi des rois (al-malik al-mulūk)109.

46Il est vrai que l’on doit manier avec précaution ces sources. Elles sont bien postérieures aux événements et le portrait du roi chrétien orgueilleux est un stéréotype récurrent dans les chroniques arabes. Toutefois il est significatif qu’Ibn al-Kardabūs et Ibn Ḵaldūn fassent tous deux de l’adoption du titre impérial d’Alphonse VI une action consécutive à la prise de Tolède.

  • 110 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 92, 93, 101, 109, 116, 134, 153 et 192.

47En une seconde étape, l’évolution idéologique est bien plus franche. L’empire d’Alphonse VI est tout bonnement assimilé au royaume wisigothique restauré. Le souverain lui-même n’est pas présenté comme un descendant des rois goths en dehors de l’occurrence relevée dans le diplôme de restauration de la cathédrale de Tolède. Mais la « ville royale » devient une composante essentielle de la fonction impériale. Dès 1088, Tolède est mentionnée en tête des territoires énumérés dans les formules en regnante des diplômes110. Cette pratique n’est certes pas généralisée, mais elle signifie que Tolède vient s’adjoindre à León, voire la remplace, comme capitale du royaume. En 1096 et 1097 le transfert est finalement entériné lorsqu’apparaissent les expressions Toletani imperii rex et Toletanus imperator. León est toujours mentionnée dans la formule en regnante, mais en intégrant Tolède dans la titulature du souverain, les notaires signifient que le rang impérial octroyé à leur souverain est lié à ce lieu. Parler d’« empire tolédan » suppose par ailleurs la reconnaissance définitive de l’extension péninsulaire du territoire sous l’autorité d’Alphonse VI. L’expression fonctionne comme une synecdoque : Tolède, lieu de mémoire faisant référence à l’époque wisigothique, symbolise l’Hispania. Pour le cas où cela ne serait pas suffisant, dans la plupart des cas ces nouveaux éléments de la titulature sont juxtaposés au titre totius Hispaniae imperator. Lorsque les premiers sont utilisés dans la suscription des diplômes, la corroboration mentionne le second, et vice versa. Aussi Toletani imperii rex est-il bien l’équivalent de totius Hispaniae imperator.

  • 111 « Bernardus Toletani imperii archiepiscopus », ibid., nos 144, 160 et 175.
  • 112 C’est d’abord le cas de la reine Berthe (« Berta Toletani imperii regina », ibid., nos 146, 149, 15 (...)
  • 113 Ibid., nos 173 et 178.

48Cette référence à « l’empire tolédan » est en outre le seul élément de la titulature impériale d’Alphonse VI qui contamine d’autres parties du discours diplomatique, ce qui témoigne de l’intérêt qu’on lui a porté. En effet il n’est pas rare qu’après 1098 les membres importants de l’entourage royal confirmant un diplôme voient la mention de leur rang accompagnée de l’expression. On procède d’abord ainsi pour désigner l’archevêque de Tolède Bernard111 et les épouses d’Alphonse VI deviennent à partir du même moment des « reines de l’empire tolédan »112. L’infant Sanche né en 1093 est quant à lui infans Toletani imperatoris filius dans la confirmation de deux diplômes émis en 1103113.

49En s’intitulant « empereur de toute l’Hispania », Alphonse VI empruntait à l’idéologie isidorienne le principe d’une monarchie s’étendant sur toute la Péninsule. À la fin de la décennie 1070, ses succès donnaient à penser qu’il était sur le point d’aboutir à une telle unification et le titre adopté laissait parfaitement voir que telle était son ambition. En 1096, lorsqu’est incorporée à la titulature impériale l’expression Toletanum imperium, l’empereur fait plus que raviver un concept ancien, ou rappeler une victoire passée dans un moment difficile. Il proclame la restauration de l’unité péninsulaire sur le modèle wisigothique.

d) Un empire à la souveraineté exclusive

  • 114 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 439.
  • 115 C’était l’opinion d’Ubieto Arteta et de Gambra, voir plus haut « Une titulature impériale aux multi (...)

50Puisque la structure politique à laquelle Alphonse VI aspire est l’équivalent du royaume wisigothique restauré, elle ne laisse pas de place à d’autres souverains dont l’existence limiterait l’autorité de l’empereur. La souveraineté impériale est exclusive de toute subdivision. En ce sens il est difficile de traduire imperator dans le cas d’Alphonse VI par l’expression « roi des rois », comme le proposait Maravall114, et comme le traduisaient Ibn Ḵaldūn et d’autres chroniqueurs arabes qu’on évoquera plus loin. Dans les faits Alphonse VI n’est certes pas en mesure d’être autre chose qu’un roi supérieur pour un temps à d’autres rois. L’évolution du contexte péninsulaire amoindrit d’ailleurs de plus en plus la dépendance dans laquelle se trouvaient les taifas et Sanche Ramírez d’Aragon-Navarre. Mais, dans la théorie impériale forgée au sein des diplômes, il en va autrement. C’est notamment cette particularité qui permet de comprendre le sens du titre d'imperator constitutus super omnes Hispaniae nationes. Cette forme de désignation de l’empereur va en réalité à l’encontre d’une reconnaissance de la pluralité politique de son empire115 car elle souligne la diversité des peuples de l’Hispania soumis à la domination d’Alphonse VI, et non pas celle de leurs souverains. Elle suggère donc implicitement qu’il n’existe pas d’autre entité que l’empire au sein de la Péninsule. Dans le contexte de 1087, date à laquelle apparaît la formule, ce titre ne serait donc pas une manière d’accepter l’existence du royaume navarro-aragonais et des taifas mais au contraire d’insinuer qu’on ne leur reconnaît pas de rôle politique dans l’empire alphonsin.

  • 116 Voir le résumé du problème, qui apparaît déjà dans l’España del Cid, dans R. Menéndez Pidal, El imp (...)

51Dans la même logique il convient de nous intéresser ici au titre d’« empereur des deux religions » attribué parfois à Alphonse VI. Comme dans bien d’autres cas c’est Menéndez Pidal qui a d’abord attiré l’attention sur ce titre116. Il est transmis uniquement par des sources narratives arabes. On a pu le lire dans un extrait du Kitāb al-Iktifā’ d’Ibn al-Kardabūs. Il est présent également dans une chronique anonyme terminée en 1381-1382, Al-Ḥulal al-Mawšiyya, consacrée à l’histoire des empires berbères. Son auteur y explique que la prise de Tolède a semé la panique en al-Andalus parmi les rois de taifas et que l’ambition alphonsine de conquérir toute la Péninsule est évidente. Commence alors la citation de toute une série de pseudo-lettres échangées entre Alphonse VI, les rois de taifas et l’émir almoravide Yūsuf ibn Tāšufīn, dont nous présentons ici quelques extraits. S’adressant à al-Mu’tamid, souverain de la taifa de Séville, Alphonse VI commence une première lettre en ces termes :

  • 117 Traduction espagnole par A. Huici Miranda, Al-öulal al-Mawšiyya, p. 52.

De l’empereur, seigneur des deux religions, le noble roi Alphonse, fils de Sanche (al- inbarāṭūr ḏū-l-millatayn al-malik al-mifḍal al-Funš b. Sānğuh), à al-Mu’tamid bi-llāh117.

52Puis vient la réponse du roi de Séville adressée à

  • 118 Ibid., p. 54.

l’injuste tyran Alphonse, fils de Sanche, qui s’est intitulé lui-même roi des rois (al-malik al-mulūk) et appelé seigneur des deux religions (ḏū-l-millatayn) : en ce qui concerne le fait qu’il a commencé à se proclamer seigneur des deux religions, les musulmans sont plus dignes de ce titre, parce que ni votre pouvoir, ni votre religion n’atteignent à ce que ceux-ci ont conquis comme régions de ce pays, à la grandeur de leur ardeur belliqueuse et aux tributs du royaume118.

53Pour finir, des termes similaires sont employés dans une dernière lettre :

  • 119 Substantif qui correspond au titre d’émir, amīr, qui a donné « émirat ».
  • 120 Ibid., pp. 56-57.

De l’émir des deux religions (amīr al-millatayn), Alphonse, fils de Sanche, fils de Ferdinand, à l’émir Yūsuf ibn Tāšufīn. Celui qui a des yeux voit bien que si toi tu es l’émir de la religion musulmane, moi je suis celui de la religion chrétienne. […] Si tu vains, le butin sera pour toi, toute cette richesse t’appartiendra ; et si je suis vainqueur, j’aurai la suprématie, je compléterai ma domination (al-imāra119) et Dieu aura accompli ses desseins120.

54Ce à quoi l’émir, agacé par l’intrépidité du vaniteux chrétien, rétorque : « Ta réponse, Alphonse, ce sera ce que tu verras, et non ce que tu entendras ! ».

  • 121 Voir notamment les travaux d’Angus MacKay et Muhammad Benaboud sur le sujet : M. Benaboud et A. Mac (...)
  • 122 M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 1022 et 1110.
  • 123 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 110.
  • 124 « Religion » s’exprime par le terme milla.
  • 125 Ainsi Alexandre est-il dans le Coran désigné par le surnom de du-l-qarnayn — le Bi-cornu — ce qui s (...)
  • 126 On retrouve là une dualité qui se rapporte à la totalité : d’un côté le dār al-Islām, le pays d’Isl (...)
  • 127 Voir B. Lewis, Le langage politique, pp. 65-66.

55L’authenticité de ces lettres est tout aussi problématique121 que l’est le titre d’« empereur des deux religions » qu’elles évoquent. Menéndez Pidal apportait un élément supplémentaire dans le débat en rappelant que deux actes privés de Sahagún émis en 1098 et 1104 contiennent une variante intrigante des formules de datation habituellement utilisées : « regnante rex domno Adefonsus in Toleto et imperante christianorum quam et paganorum omnia Hispanie regna »122. Aussi l’érudit s’interrogeait-il : « Cette formule est-elle empruntée à des documents latins officiels que nous ne connaîtrions pas, ou le reflet de celle utilisée dans les documents rédigés en arabe par les princes andalusíes ? »123. La formule des actes de Sahagún est toutefois isolée parmi les nombreuses datations de cette collection et de celles d’autres établissements monastiques qui mentionnent le règne d’Alphonse VI. En outre, nous verrons dans la section suivante qu’il existe d’importantes différences entre l’idéologie impériale telle qu’elle est définie dans les diplômes royaux et sa réception dans les chartes privées. Aussi la coïncidence est-elle suggestive, mais elle ne remet pas en cause le fait que les musulmans sont absents de toutes les titulatures d’Alphonse VI qui sont parvenues jusqu’à nous, à l’exception peut-être de ces ambigües nationes. Quant au titre transmis par les sources arabes, nous ne le croyons pas non plus emprunté textuellement à une formulation latine inconnue. D’abord on comprendrait mal que ces chroniques qui dénotent une telle compréhension de la convoitise dont faisait preuve Alphonse VI face à al-Andalus et de son ambition d’anéantir la présence andalusí lui attribuent la volonté de maintenir la religion musulmane dans la Péninsule, même en la dominant, ce que supposerait le titre. Surtout, il y a dans ce titre une difficulté de traduction. Les historiens espagnols et hispanistes traduisent l’expression arabe en question — ḏū-l-millatayn — par « les deux religions ». Mais il s’agit en réalité ici non pas des « religions » mais plutôt des « adhérents des deux religions », ce qui en l’occurrence pourrait signifier les « deux communautés »124. Enfin, une dernière difficulté tient à l’interprétation de ce titre et il convient dans ce cas précis de mesurer sa signification dans le monde musulman où il a été forgé, et non à partir des modèles de raisonnement chrétiens. Or, dans les mentalités musulmanes, la dualité est une manière d’exprimer l’universalité ou la totalité125. Selon Ibn al-Kardabës et l’auteur anonyme d’Al-Ḥulal al-Mawšiyya, Alphonse VI aurait donc eu l’audace d’exprimer par le titre évoqué sa domination non pas sur deux religions, mais sur l’ensemble d’une population. Reste pourtant à comprendre à quelle échelle s’exprime cette domination, puisque le titre rapporté par les chroniqueurs arabes ne s’applique pas à un espace géographique déterminé. Il est possible qu’en s’abstenant de donner une telle précision ils aient voulu renforcer l’aspect universel de la prétention d’Alphonse VI. Dans ce cas, le titre rapporté ne correspondrait à aucune des titulatures officielles de l’empereur, puisque son idée impériale était en tout état de cause limitée à la péninsule Ibérique. Une autre explication est toutefois possible. Dans la pensée islamique, le monde musulman n’est pas limité dans son étendue, ce qui suppose qu’il n’a pas non plus de frontières126. Par conséquent les titres des souverains ne contiennent le plus souvent pas de mentions géographiques127. Aussi, si l'imbīratūr ḏū-l-millatayn des sources arabes doit refléter une des titulatures impériales d’Alphonse VI, l’expression pourrait avoir été conçue comme une adaptation, par et pour des musulmans, du titre d'imperator constitutus super omnes Hispanie nationes utilisé par l’empereur pour signifier sa domination sur l’ensemble des peuples de la péninsule Ibérique. Dans ces conditions seulement, l’impropriété du titre et l’arrogance d’Alphonse VI, telles que les rapportent les deux auteurs arabes, deviennent compréhensibles.

III. — UNE TENTATIVE AVORTÉE

56Initialement adopté comme une solution visant à faciliter la gestion du vaste territoire soumis à l’influence d’Alphonse VI, le titre impérial en est donc venu à se muer en une idéologie aux allures de néogothisme, exprimant un objectif bien plus audacieux : la domination souveraine et exclusive de la péninsule Ibérique. De ce point de vue, les revers qui marquent les dernières décennies du règne de l’empereur scellent la ruine d’une telle ambition. Dès 1086, les Almoravides franchissent le détroit de Gibraltar et soustraient progressivement les taifas d’al-Andalus à la mouvance impériale. Mis en difficulté par les raids de l’émir Yūsuf ibn Tāšufīn, Alphonse VI voit en conséquence son prestige se déliter au sein de son empire. Lorsqu’Alphonse Ier succède à son frère sur le trône aragonais en 1104, l’hommage que ses prédécesseurs avaient prêté à l’empereur pour le comté navarrais n’est pas réitéré. L’embarras du roi à produire un héritier pour le trône est une autre source de dissolution de la cohésion à l’intérieur même du royaume. Un constat s’impose donc : la solution impériale a été un échec. Ainsi s’expliquerait le moindre souvenir qu’a laissé le titre d'imperator totius Hispaniae porté par Alphonse VI. Avant de conclure à un tel jugement rétrospectif, il convient néanmoins d’élucider les enjeux de la réception de l’hégémonie castellano-léonaise exprimée par le biais de l’idéologie impériale.

QUELLE RÉCEPTION DE L’IDÉOLOGIE IMPÉRIALE ?

a) Au-delà de la péninsule Ibérique

57Une première remarque s’impose : le titre impérial d’Alphonse VI n’a pas été diffusé au-delà des limites de la péninsule Ibérique, ni de son vivant, ni après sa mort. Il n’apparaît ni dans les actes pontificaux, ni dans ceux que Cluny adresse au souverain, ni dans d’autres sources l’évoquant.

  • 128 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 20 (1080), n° 24 (1088), n° 27 (1088), n° 28 (1089), n (...)
  • 129 Ibid., nos 8 et 10, bulles datées de 1074.
  • 130 Ibid., n° 14 (1078), n° 22 (1081).
  • 131 Ibid., n° 17 (1079).
  • 132 Ibid., n° 37.
  • 133 Ibid., n° 22. Voir R. Menendez Pidal, El imperio hispánico, p. 105, qui parle de « mots qui semblen (...)

58Dans les bulles pontificales, il n’est pas rare que la titulature octroyée au souverain castellano-léonais se limite au titre de rex128. Mais dès 1074, Grégoire VII se réfère aussi à Alphonse VI en l’intitulant rex Hyspanie129. Par la suite, l’expression est réitérée dans d’autres bulles du même pape130 — avec une variante en rex Hispaniarum131. En 1096 enfin Urbain II utilise un titre qui n’apparaît qu’en cette occasion : Ildefonsus Hispanie citerioris rex132. Est-ce que de cette dimension hispanique du titre on doit conclure à une reconnaissance par la papauté de l’hégémonie péninsulaire exercée par Alphonse VI ? Le dernier titre envisagé limite déjà cette étendue géographique, puisqu’il n’est question dans ce cas que de la partie septentrionale de l’Hispania. Cette désignation pourrait signifier une prééminence sur les autres royaumes chrétiens situés dans cette région de la Péninsule. C’est ce que soulignerait pour certains une phrase déjà commentée. En 1081 Grégoire VII félicite Alphonse VI d’avoir introduit dans son royaume le rite romain, et l’enjoint à se souvenir de la gloire et des honneurs que le Christ lui a accordés « super omnes Hispanie reges »133. L’expression peut cependant revêtir un double sens et il est possible de comprendre que le Christ a glorifié Alphonse « plus que tous les autres rois de l’Hispania ». Il serait plus chanceux que ces autres souverains, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’il exerce une quelconque souveraineté sur eux, les termes « gloria » et « honor » n’invitant pas à une telle lecture. Surtout, on se rend compte à la lecture des documents pontificaux que l’expression « rex Hispaniae » n’a pas la transcendance politique qu’elle suppose au sein de la Péninsule.

  • 134 Voir la bulle adressée « omnibus principibus in terram Hyspanie proficisci volentibus » en 1073 (D.(...)
  • 135 Ibid., nos 6 et 13.
  • 136 Ibid., n° 4.
  • 137 Ibid., n° 8.
  • 138 Ibid., n° 24.
  • 139 Ibid., n° 27.
  • 140 Ibid., nos 34, 39, 42.
  • 141 Ibid., n° 46.

59Les entités politiques de l’Hispania semblent en effet constituer une réalité quelque peu confuse à Rome. Les affaires relatives à la péninsule Ibérique sont souvent celles de la province Hispania, et non d’un royaume en particulier au sein de celle-ci134. Grégoire VII prend d’ailleurs bien soin de rappeler que le « regnum Hispaniae » est soumis à Rome depuis la donation de Constantin135. Les souverains hispaniques, qu’ils soient rois de León, de Navarre ou d’Aragon, sont appelés sans distinction reges Hispaniae. Ainsi Alexandre II évoque-t-il en 1071 le rex Ispanie Sanche Ramírez, monarque aragonais136. Grégoire VII, ordonnant en 1074 à Alphonse VI et à Sanche IV de Navarre de procéder à l’introduction du rite romain, les intitule reges Hyspanie a paribus, ce qui s’explique en l’occurrence par le fait qu’ils sont tous deux les successeurs des Goths qui avaient gouverné le « regnum Hyspanie »137. En d’autres occasions la multiplicité des royaumes au sein de la Péninsule est par contre reconnue. Dans sa bulle du 10 octobre 1088, Urbain signifie à Alphonse VI, « rex », qu’il a institué l’archevêque de Tolède Bernard primat « in totis Yspaniarum regnis »138. Le même jour, il adresse la nouvelle dans des termes similaires à d’autres destinataires. À Bernard lui-même, le 15 octobre 1088, il affirme qu’il le fait primat « in Hispaniis et Gallicis regionibus »139. On note ici l’importance donnée à la Galice, terme par lequel on désigne souvent le nord-ouest de la Péninsule et le royaume castellano-léonais dans les sources occidentales. Plus loin dans le même acte Bernard est « in totis Hispaniarum regnis primatem ». Il est par contre rare que ces « royaumes de l’Hispania » soient nommés. Parfois dans les dernières années du XIe siècle, le roi d’Aragon Pierre Ier est « Pampilonensium et Aragonensium rex »140. Mais, avec le règne d’Alphonse Ier d’Aragon, Pascal II en revient à un titre à la consonnance plus habituelle : « rex Hispanorum »141. Ce n’est que dans la seconde moitié du xiie s. que les souverains pontifes prennent l’habitude de désigner les dirigeants péninsulaires par le nom du royaume ou de la nation qu’ils gouvernent. La désignation d’Alphonse VI dans les documents pontificaux ne suppose donc pas qu’on lui accorde une préséance sur les autres rois péninsulaires ou un gouvernement qui s’étendrait à toute la péninsule Ibérique.

  • 142 L’expression apparaît notamment dans les Statuta sancti Hugonis abbatis Cluniacensis pro Alphonso r (...)
  • 143 Il est présent dans deux diplômes d’Alphonse VI adressés à Cluny (voir A. Gambra, Alfonso VI, t. II (...)
  • 144 C. J. Bishko, « Liturgical intercession », p. 59.
  • 145 Bishko note qu’on lit d’abord cette désignation de Ferdinand Ier dans les Consuetudines cenobii Clu (...)
  • 146 Documents examinés dans le chap. viii « Au-delà de la péninsule Ibérique », pp. 357-358.
  • 147 Remarque formulée par P. Segl, Königtum und Klosterreform, pp. 202 sqq.

60Dans les sources clunisiennes, Alphonse VI est également intitulé rex Hispaniae ou Hispaniarum142, mais jamais imperator. Le titre impérial d’Alphonse VI est pourtant connu à Cluny143. Étant donnée l’ampleur des liens noués entre l’abbaye bourguignonne et le souverain castellano-léonais, Bishko a affirmé que le recours à la formulation « rex Hispaniae » fut imposé par la nécessité de trouver un équivalent au titre d'imperator. En effet, selon l’auteur américain, dans les documents clunisiens comme dans les actes pontificaux, on évite le titre d'imperator car dans ces régions de l’Europe le titre est réservé à l’empereur germanique. Faire d’Alphonse VI un rex Hispaniae est donc une manière de pallier cette difficulté tout en reconnaissant son titre impérial144. L’hypothèse ne tient cependant pas. D’abord, Bishko ne semble pas s’être rendu compte que dans la documentation pontificale d’autres souverains sont désignés par le même titre, ce qui invalide l’idée que l’expression renvoyait nécessairement au souverain léonais. Par ailleurs, l’expression est utilisée dans les sources clunisiennes pour désigner Alphonse VI mais aussi son prédécesseur145. Or, et quoique Bishko affirme que Ferdinand fut le premier « king-emperor » léonais, on sait qu’il n’a jamais utilisé le titre d'imperator et encore moins celui d'imperator totius Hispaniae. L’expression rex Hispaniarum ne peut donc dans ce cas être le synonyme d’un titre auquel le souverain léonais n’a jamais prétendu. Enfin, dans des documents clunisiens postérieurs au règne d’Alphonse VI, on n’hésite pas à utiliser le titre d'imperator, cette fois pour se référer à Alphonse VII146, sans que l’offense éventuelle faite à l’empereur germanique soit alors un obstacle147. Aussi, s’il reste possible que dans les sources clunisiennes la désignation d’Alphonse VI comme rex Hispaniae/Hispaniarum eût pour objectif de souligner la grandeur de ce souverain, cela n’a pas entraîné une valorisation de la dignité impériale que le souverain avait adoptée.

  • 148 Adémar de Chabannes, Chronicon, III, 41.
  • 149 Ibid., III, 70.
  • 150 Ainsi Alphonse II est-il « rex Galleciae atque Asturicae » dans Éginhard, Vie de Charlemagne, 16.
  • 151 Bernold de Constance, Chronicon, p. 457.
  • 152 Chronique de Saint-Maixent, éd. J. Verdon, pp. 133, 139, 149, 157, 177, 181.

61En réalité l’expression rex Hispaniae est une manière habituelle de désigner les rois léonais dans les sources occidentales dès le début du XIe siècle. Elle cohabite avec d’autres titres sans que cela semble poser de problème de sens. Ainsi Adémar de Chabannes (989-1034) évoque-t-il Alphonse V au livre III de son Chronicon en l’intitulant Hispaniae rex, aux côtés de Sanche III le Grand appelé pour sa part rex Navarre148. Plus loin on retrouve les mêmes souverains, mais Alphonse V est cette fois rex Gallitianus149. Le nord-ouest de la péninsule Ibérique est en effet également souvent identifié à la Galice et parfois aux Asturies150. Dans la Chronique de Bernold de Constance (v. 1050-1100) c’est cette fois Alphonse VI qui est intitulé rex Hispaniae151. Le même titre lui est octroyé après sa mort dans la Chronique de Saint-Maixent, texte composé vers 1126 puis complété en 1141, dont quelques notices font apparaître les rois de Castille et León — Ferdinand Ier, Alphonse VI et Urraca — ainsi qu’Alphonse Ier d’Aragon. Si ce dernier y est rex Arragundie, les premiers sont à la tête du regnum Hispanie et sont en conséquence intitulés reges Hispanorum/Hispanie152. Cette appellation est-elle due à une certaine méconnaissance des réalités politiques de la péninsule Ibérique, ou au contraire est-ce une façon de souligner l’ampleur du pouvoir réuni dans les mains des souverains léonais ? Dans l’une comme dans l’autre des propositions de cette alternative, une affirmation demeure certaine : le titre impérial d’Alphonse VI n’a pas marqué les esprits occidentaux.

b) Au sein des territoires soumis à Alphonse VI

62Qu’en est-il au sein de la péninsule Ibérique ? Examinons d’abord la documentation en provenance des espaces soumis à l’autorité d’Alphonse VI, à savoir la Navarre et les taifas andalusíes.

  • 153 Voir « Alphonse VI héritier de l'imperium léonais », p. 175.
  • 154 On ne donnera que quelques exemples en provenance de Leire. Dans des actes privés : « regnante Sant (...)
  • 155 Voir par exemple certains diplômes de Sanche Ramírez : « regnante domino nostro Ihesu Christo et su (...)
  • 156 Á. Martín Duque, Documentación medieval de Leire, n° 106, 1079. Notons en outre qu’Alphonse VI appa (...)

63Dans la datation des actes du roi d’Aragon-Navarre Sanche Ramírez, vassal d’Alphonse VI depuis 1076 au plus tôt, il est souvent fait référence au souverain castellano-léonais. La pratique consistant à mentionner les différents rois chrétiens est en réalité fréquente et traditionnelle dans la datation des actes navarrais et aragonais, tant privés que royaux. Nous avons rencontré déjà un diplôme de Sanche IV Garcés de 1067 faisant allusion aux trois fils de Ferdinand Ier, où Alphonse VI se voit attribuer l’héritage du regnum-imperium léonais153. Ailleurs, aux côtés du roi de Navarre sont mentionnés le roi d’Aragon, le roi de Castille, le roi de León, etc., selon diverses combinaisons qui permettent de suivre pas à pas l’évolution du rapport de forces dans le nord de la Péninsule154. Idem dans les actes aragonais155. Après l’assassinat de Sanche IV Garcés en 1076, la montée de Sanche Ramírez d’Aragon sur le trône navarrais et l’annexion de la Rioja par Alphonse VI, les datations reflètent donc fidèlement ces événements : « Regnante rege Sancio, prole Ranimiri, in Aragone et in Pampilona. Rege Aldefonso in Nazera et in Castela, Campos et Gallecia usque in Ilia »156.

  • 157 Voir Á. Martín Duque, Documentación medieval de Leire, nos 113, 118, 124, 143, 156, 178, 189, 193, (...)
  • 158 Diplômes de Sanche Ramírez : Á. Canellas López, Colección diplomática de Sancho Ramírez, n° 57 (4 s (...)
  • 159 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. I, p. 235.
  • 160 Id., El imperio hispánico, p. 113.
  • 161 Á. Canellas López, Colección diplomática de Sancho Ramírez, n° 97.
  • 162 Ibid., n° 83.

64Or, à partir de 1081 le titre d'imperator est accordé régulièrement à Alphonse VI dans quelques-unes de ces datations, parmi celles, nombreuses, qui continuent à l’intituler rex. Ceci apparaît de nouveau aussi bien dans des actes privés157 que dans les actes royaux158 des rois d’Aragon-Navarre Sanche Ramírez et Pierre Ier. Cela supposerait une reconnaissance dans ces terres de la « suprématie hiérarchique du roi de León »159. Ramón Menéndez Pidal note par ailleurs qu’après la conquête de Tolède le nom d’Alphonse VI apparaît avant celui du souverain local, que ce soit avec le titre d'imperator, ou plus communément avec le titre royal160. Au sein des 19 diplômes dont les datations mentionnent Alphonse VI après la prise de Tolède, il est vrai que dans 7 cas le souverain castellano-léonais est mentionné avant le roi aragonais — et en deux occurrences le titre d'imperator est utilisé. Il n’est par contre pas certain que l’événement de la conquête de Tolède soit à l’origine de ce changement, puisque le premier document qui l’atteste date de la fin de l’année 1087161 alors que la ville apparaît dans ces formules dès le mois de mai 1086162.

  • 163 Voir « Du gouvernement du León à la prépondérance sur l’Hispania : l’itinéraire politique d’Alphons (...)
  • 164 « … Quod idem episcopus plus diligens domnum Anfunsum imperatorem Castelle quam ipsum Sancium regem (...)
  • 165 C’est l’analyse que propose R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 118-119.

65Quoi qu’il en soit, il est plausible que cet usage diplomatique, même limité en nombre, constitue une marque de déférence face à Alphonse VI auquel, rappelons-le, Sanche Ramírez doit « fidélité »163. Un mémoire de la cathédrale de Huesca, composé entre 1086 et 1115, rappelle d’ailleurs l’influence qu’avait Alphonse VI sur le roi navarro-aragonais. Il y est question de la dispute qui opposa Sanche Ramírez à son frère García, évêque de Jaca, accusé par leur sœur la comtesse Sancha « [d’aimer] davantage l’empereur de Castille que le roi des Aragonais Sanche, [et de vouloir] à ses dépens passer avec tous les siens au service du premier et usurper si c’était possible le château d’Alquézar pour détruire le royaume de son propre frère Sanche et exalter l’empire d’Alphonse »164. Furieux, le roi aragonais prive son frère de l’église d’Alquézar et d’autres biens. Cependant l’évêque García, injustement incriminé, s’en va se plaindre auprès d’Alphonse, lequel arbitre à partir de ce moment la dispute entre les deux frères, imposant finalement que les églises confisquées soient rendues à l’évêque. Il n’est néanmoins pas possible de conclure de cette ingérence du roi dans les affaires aragonaises à une reconnaissance de l’hégémonie péninsulaire revendiquée par Alphonse VI au travers du titre impérial165. En effet, dans le mémoire en question, il est certes intitulé imperator, mais le territoire de cet imperium est limité à la Castille. D’ailleurs dans la suite du texte, c’est auprès du « rex Andefonsus » que García vient se plaindre, et c’est devant le « rex Anfonsus » que les deux frères règlent leur différend. Or, on observe la même limitation territoriale dans les autres sources évoquées. Qu’il soit appelé rex ou imperator, Alphonse VI ne se voit jamais dans ces documents navarrais et aragonais reconnaître une autorité qui s’étendrait à l’Hispania. Il est question dans les actes mentionnés du León, de la Castille — parfois même de « toute la Castille » —, de Tolède et d’autres espaces plus ponctuellement cités, mais aucunement de la totalité péninsulaire.

66Il n’y a finalement pas une grande différence de sens entre les quelques actes des royaumes chrétiens du nord péninsulaire qui mentionnaient au début du XIe siècle les rois léonais en ayant recours à ce vocabulaire de l'imperium et ceux que nous venons d’observer. Si bien qu’on aboutit à un paradoxe : alors que l’idée impériale d’Alphonse VI rompt clairement avec le concept de regnum-imperium de ses prédécesseurs léonais, dans les royaumes chrétiens on maintient cette qualification de son autorité. Il est vrai cependant que la systématisation du titre d'imperator dans les diplômes d’Alphonse VI a eu un effet sur cette habitude puisque les actes aragonais et navarrais mentionnant ce titre sont tout de même assez nombreux. Mais, si on doit constater de manière indéniable que le titre d'imperator porté par Alphonse VI a été connu et transmis en Navarre et en Aragon, et que par ailleurs les relations entre le roi navarro-aragonais et l’empereur supposent une certaine préséance de celui-ci sur le premier, l’idée impériale, telle qu’elle a été forgée dans les diplômes alphonsins, n’a pas pénétré ces territoires péninsulaires.

  • 166 J. L. Corral Lafuente, Cartulario de Alaón, n° 268.
  • 167 Remarques que font R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 111-112 et J. A. Maravall, El conce (...)

67Exceptons toutefois de cette remarque un document. Le cartulaire du monastère d’Alaón à proximité de Huesca contient un acte de 1078 par lequel l’évêque de Roda, Raimundo Dalmacio, nomme un nouvel abbé à la tête de la communauté. Il commence par faire état de son élection sur le siège épiscopal de Roda : « Ego Raimundus episcopus […] sum promotus ad officium episcopatus Rotensis ecclesie, domno Gregorio Papa iubente et venerabili Richardo cardinali et legato Sancte Romane ecclesie constituente et domno Sancio Pampilonensium et Aragonensium ac Ripacorcensium rege annuente et clero populoque acclamante, Henricho imperante Romanis, Philyppo Francis, Aldefonso Hispanis »166. Dans cette formulation exceptionnelle, l’autorité du roi navarro-aragonais est reconnue au sein de son territoire, puisqu’il consent — annuente — à l’élection. Toutefois la supériorité d’Alphonse VI est énoncée, car pour fixer la date de son accès à l’épiscopat, Raimundo se réfère au gouvernement de celui-ci — imperante —, qui plus est en l’établissant sur les Hispani. Si on convient que le terme désigne l’ensemble des habitants — tout au moins chrétiens — de la Péninsule, cela suppose une autorité supérieure à celle de Sanche Ramírez qui ne s’exerce que sur une partie de ceux-ci. Il s’agirait alors d’une mise en exergue de l’autorité impériale péninsulaire d’Alphonse VI, puisque cette fois on retrouve le vocabulaire de l'imperium associé à une suprématie s’exerçant sur un ensemble assimilé à l’Hispania. La mention du roi aux côtés de l’empereur germanique et du roi de France renforcerait encore le statut hégémonique d’Alphonse VI puisqu’il est ainsi considéré comme un des principaux souverains de l’Occident chrétien167. Cette formulation demeure cependant isolée au sein de la documentation.

  • 168 Voir la fin de « Vers un empire néogothique ? », pp. 220-221.
  • 169 Voir « Un empire à la souveraineté exclusive », pp. 223-225.
  • 170 Voir Hamilton A. R. Gibb, art. « Amīr al-Mu’minīn », dans H. A. R. Gibb et alii, Encyclopédie de l’ (...)

68Du côté des taifas les sources transmettent une vision assez différente du titre impérial d’Alphonse VI. Les Mémoires d’‘Abd Allāh, seule source contemporaine, témoignent d’une perception aiguë des ambitions d’Alphonse VI et de la stratégie mise en œuvre pour leur réalisation. Aucune trace par contre du titre impérial. Celui-ci est pourtant mentionné dans les tardives chroniques arabes citées plus haut168. Le titre impérial, rapporté phonétiquement — inbirāṭūr —, est parfaitement compris d’Ibn al-Kardabūs puisqu’il le rapporte aux Césars qu’Alphonse VI imite en se l’octroyant. La démesure de l’ambition dévorante du roi chrétien apparaît aussi dans le titre d’« empereur des adhérents des deux religions » qui est peut-être, on l’a vu, une adaptation d’une des titulatures employées dans les actes d’Alphonse VI169. Ibn al-Kardabūs a donc conscience de la signification hégémonique et expansionniste que reflète le titre. Il en propose d’ailleurs une traduction, qui consiste en une comparaison avec ce que signifierait le terme dans le monde musulman afin que ses lecteurs soient en mesure de comprendre l’ampleur de l’orgueil du roi chrétien. Le titre qu’il adopte ne signifie rien moins que Commandeur des Croyants — Amīr al-Mu’minīn —, appellation qui dans le monde musulman est réservée au calife, chef suprême de la communauté islamique170.

  • 171 Voir A. Ayalon, art. « Malik », dans H. A. R. Gibb et alii, Encyclopédie de l’Islam, t. VI et B. Le (...)

69Chez Ibn Ḵaldūn, la traduction du titre est sensiblement différente puisqu’ imperator signifie cette fois « roi des rois » (al-malik al-mulūk), expression par laquelle l’anonyme Al- Ḥulal al-Mawšiyya désignait déjà Alphonse VI. Dans la tradition musulmane, le titre de « roi », malik, a une connotation péjorative dès lors qu’il est appliqué aux hommes, en raison de la méfiance que l’histoire préislamique a suscitée envers le concept de royauté. Durant les premiers siècles de l’Islam, la royauté, gouvernement personnel dépourvu de sanctions légales, est opposée au califat, gouvernement sous la loi de Dieu, et il est fréquent que les souverains étrangers soient désignés par ce titre. Ce n’est qu’à partir du Xe siècle, en lien avec l’expansion territoriale de l’Islam, que les souverains commencent à assumer le titre de malik, expression tantôt de la suzeraineté sur l’empire musulman, tantôt de l’indépendance de certains royaumes à l’égard des califes. La multiplication du titre dans les royaumes musulmans conduit toutefois à lui faire perdre de sa majesté. Aussi dans le même temps les souverains cherchent-ils à le revaloriser en lui adjoignant certains qualificatifs. Des rois bouyides et ayyoubides (945-1055) adoptent ainsi le titre d'al-malik al-mulūk, manière d’exprimer leur souveraineté supérieure à celle de ces potentats à l’autorité limitée171. Les chroniqueurs arabes qui appliquent ce titre à Alphonse VI cherchent donc peut-être à souligner que le roi chrétien était à la tête de plusieurs entités politiques, ou signifiait par son titre d'imperator sa volonté de se proclamer leur supérieur hiérarchique.

70Au-delà du royaume de Castille-León, c’est donc dans les sources arabes que l’idée impériale alphonsine semble la mieux perçue, puisque la signification hégémonique que revêt le titre impérial d’Alphonse VI y est explicitée. Mais l’Hispania, pas plus que dans les sources chrétiennes, n’y apparaît.

c) Au sein du royaume de Castille-León

71Reste à considérer de quelle reconnaissance jouit le titre impérial d’Alphonse VI à l’intérieur de son royaume.

  • 172 D’après les conclusions formulées par Francis Bezler, éditeur des pénitentiels hispaniques, à parti (...)

72Le document qui reflète peut-être le mieux la suprématie qu’implique la fonction impériale du souverain est le pénitentiel de Silos, rédigé durant la seconde moitié du XIe siècle172, qui place l'imperator au sommet de la hiérarchie sociale de son temps. Le texte s’achève en effet sur des commutations permettant le rachat du jeûne pénitentiel, en envisageant d’abord le cas des clercs, puis celui des laïcs répartis en catégories permettant de déterminer la somme à payer :

  • 173 Pénitentiel de Silos, dans F. Bezler (éd.), Paenitentialia Hispaniae, canon 259. Cette hiérarchie e (...)

Si imperator est, solidum unum exsolbat. Princeps, V argenteos. Comes, IIIIor. Amirates, III. Equestres, II. Operator rurium qualiumquumque, I argentum. Mercenarius, semis argentos. Pauper, obolum quod uulgo quarta dicitur. Pauperrimus, unam seliquam, id est harrobam173.

  • 174 F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 23-24 et 78-84.
  • 175 Ibid., p. 23.
  • 176 Formulation qui s’apparente à la suivante, insérée dans une bulle du pape Urbain II à l’évêque de T (...)
  • 177 F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 79-81. Sur la distinction entre chevaliers infanzones et(...)
  • 178 F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 81-83.
  • 179 Ibid., p. 85.
  • 180 Affirmation qui nous amène à affiner la datation du pénitentiel proposée par son éditeur. En effet (...)

73La hiérarchie établie embrasse l’ensemble de la communauté des laïcs : ses dirigeants (imperator et princeps), leurs délégués territoriaux (comes) et la société castellano-léonaise soumise à ces potentats représentée par les chevaliers (amirates et equestres), les travailleurs de la terre (operator rurium), les marchands (mercenarius) et enfin les pauvres (pauper et pauperrimus)174. L'imperator est ici celui qui domine tous les autres pouvoirs, à commencer par celui des principes. Or le titre princeps dans la Péninsule n’est utilisé que pour désigner des rois, contrairement à ce qu’on peut observer ailleurs dans l’Occident chrétien. Aussi l'imperator du pénitentiel de Silos est-il un roi supérieur aux autres rois. Le terme n’est donc plus seulement un qualificatif permettant de renforcer la fonction royale, mais bien une fonction transcendant toutes les autres. En outre elle dépasse les frontières du royaume de León, dans lequel « l'imperator et le princeps étaient évidemment une seule et même personne. Donc, l’horizon de l’auteur de ces commutations ne se limitait pas aux frontières de ce seul royaume, car la distinction entre l’un et l’autre eût été superflue »175. Cette hiérarchie doit-elle alors être considérée comme le fidèle reflet d’une observation de la situation politique propre à l’époque de l’auteur ? Celui-ci souhaitait peut-être simplement envisager la société chrétienne dans son ensemble et donc tous les cas de figures possibles. Un tel dessein apparaît par exemple dans certaines bulles pontificales dont les clauses envisagent l’éventuelle rupture des conditions par des laïcs à la tête desquels se trouve le plus souvent l’imperator176. Toutefois, dans le pénitentiel de Silos la hiérarchie évoquée est adaptée au contexte péninsulaire. Si les titres d'imperator, princeps et comes ne sont pas une spécificité hispanique, les termes amirates et equestres sont par contre plus significatifs. Peu usités, ils auraient été choisis selon l’hypothèse que propose Francis Bezler pour rendre la diversité existant au sein de la catégorie des chevaliers dans la Péninsule, diversité qui empêchait l’utilisation du terme miles. Amirates désignerait ainsi les chevaliers nobles — les caballeros infanzones — et equestres les non-nobles — les caballeros villanos177. L’antéposition dans l’échelle sociale de l'operator rurium — le travailleur agricole — au mercenarius — qui désigne ici le marchand — peut également étonner a priori. Elle reflète pourtant la réalité socio-économique hispanique de l’époque puisqu’au XIe siècle l’activité commerciale ne connaît pas dans la Péninsule un développement aussi intense que dans le reste de l’Occident, les activités agricoles et militaires continuant d’y prédominer en lien avec le mouvement de conquête et de repeuplement178. Le pénitentiel de Silos offre par conséquent une représentation de la société qui n’est pas qu’une simple abstraction, mais est au contraire « assise dans la réalité concrète d’un temps et d’un lieu précis, en l’occurrence l’Espagne chrétienne du XIe siècle »179. Dans ces conditions on peut affirmer que l'imperator qui domine cette société est ce roi supérieur aux autres rois péninsulaires qu’Alphonse VI a créé en adoptant le titre d’« empereur de toute l’Hispania »180.

74Comme dans le cas des chroniques arabes, mais cette fois de manière contemporaine, le pénitentiel de Silos témoigne donc de la réception de l’idée impériale alphonsine et de la signification hégémonique que revêt désormais le titre d'imperator. Certes, d’autres fondements conceptuels de l’idéologie impériale ne sont pas perceptibles dans ce document : son caractère néogothique est absent, et sa signification pan-hispanique n’est qu’ébauchée puisque la société dessinée ne correspond qu’aux terres chrétiennes de la Péninsule. Mais la nature même du texte peut en expliquer l’absence. Le pénitentiel ne représente pas seulement la situation politique en vigueur au moment de sa rédaction puisque son objet même le destine à être utilisé durablement. Aussi la hiérarchie établie doit-elle être paradigmatique de toute société laïque, et cela suppose de n’en retenir que quelques traits. Ce faisant, le pénitentiel de Silos confirme l’importance donnée à la fonction impériale. Car en choisissant d’introduire le titre d'imperator au sommet de l’échelle des pouvoirs, l’auteur du texte implique que la fonction impériale n’est pas accidentelle mais au contraire destinée à perdurer.

  • 181 Texte du colophon édité dans F. Palomero Aragón, Alfonso VI, n. 1, p. 191, qui consacre par ailleur (...)

75Le témoignage du pénitentiel de Silos est cependant le seul document contemporain où la fonction impériale est abstraite de son contexte. Dans toutes les autres sources qui l’évoquent, elle est attachée spécifiquement à la personne d’Alphonse VI. À commencer par un second document en provenance de Silos qui l’atteste : le Beatus réalisé dans le scriptorium du monastère en 1090-1091 et achevé en 1109. Une copie du fameux commentaire de l’Apocalypse de saint Jean par Beatus de Liébana fut en effet terminée, comme l’indique le colophon qu’on y lit au folio 275v º, « in ipsis kalendis iulii mensis, quando obiit gloriosus Adefonsus totius Yspaniae imperator, era Tma CXLVIIa »181.

  • 182 Voir J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 76 et J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Ce (...)
  • 183 M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), n° 1143 ; M. Lucas Álvarez, La documentación d (...)
  • 184 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 192-193.
  • 185 Voir plus loin pour les détails de cette crise « L’invasion almoravide et la crise successorale », (...)
  • 186 Ibid., pp. 253-254.
  • 187 La première occurrence de ce titre date du 23 novembre 1097 : « Ego enim comes domnus Henrrichus un (...)
  • 188 Ibid., n° 4 bis.
  • 189 Ibid., n° 5.

76Du côté des sources diplomatiques, le titre impérial est d’abord présent dans certains des actes émis par les proches de l’empereur : ses sœurs Urraca (v. 1035-1101) et Elvire (v. 1039-1101)182 ou encore son gendre Raymond183. Il apparaît en outre dans la documentation diplomatique des comtes du Portugal. De l’union extra-conjugale qu’Alphonse VI maintint avec Jimena Múñoz naquirent deux enfants au cours de la décennie 1080 : Elvire et Thérèse184. La première fut mariée au comte de Toulouse Raymond IV, peut-être dès 1087, et mourut en 1105. Quant à Thérèse, elle fut amenée à jouer un rôle politique déterminant en devenant l’épouse du comte bourguignon Henri, cousin de Raymond, lui-même époux de l’infante Urraca depuis 1093. En 1095, ce mariage fut en effet conclu pour résoudre la crise que l’alliance des deux Bourguignons contre Alphonse VI suscitait185. Henri recevait en même temps que son épouse le titre comtal et autorité sur le Portugal, c’est-à-dire les terres situées au sud du Miño qui jusqu’alors entraient dans la dépendance de la Galice, comté à la tête duquel se trouvait Raymond. De ce fait Henri devenait rival de son cousin dont le gouvernement se voyait considérablement amputé186. À partir de 1095 Henri émet donc des actes en tant que comte du Portugal, qu’il souscrit conjointement avec Thérèse. Elle-même émet des chartes en son nom propre. Dans la suscription et la validation de ceux-ci, la filiation entre cette dernière et Alphonse VI est presque systématiquement rappelée. Le plus souvent le souverain y porte le titre de rex (totius) Hispaniae/Hispaniarum187. Or, il arrive également à deux reprises que le titre impérial soit utilisé, mentionné seul188 puis associé à l’adjectif Toletanus189.

  • 190 En outre on a rencontré un certain nombre d’actes au sein des chartes privées dans les datations de (...)
  • 191 Voir « Le participe présent imperante », pp. 103-104.
  • 192 M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, nos 38, 45, 72, 73, 74, 76, 103, 107, 225, 315 ; J. (...)
  • 193 M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, nos 48, 142, 328 ; J. M. Ruiz Asencio, Colección de (...)

77Dans la documentation privée, le titre impérial d’Alphonse VI a également été transmis. Comme pour le phénomène du regnum-imperium, cela se manifeste surtout dans la datation des actes. Le sondage réalisé dans la documentation privée castellano-léonaise a permis de mettre en évidence la réapparition à partir de 1081 du participe présent imperante qui se substitue à l’habituel regnante190. Il ne semble pas plausible de concevoir cette pratique comme une simple résurgence du phénomène présent dans les chartes de la période léonaise. D’abord, une telle désignation du règne dans les datations privées n’était pas apparue dans les chartes depuis le règne d’Alphonse V191. Surtout son usage est désormais répandu sur toute l’étendue du territoire du royaume et ne se limite plus à León et sa région (fig. 7, p. 238). Cette pratique connaît en outre une variante qui consiste à inverser la forme imperante rege en regnante imperator. Dans l’ensemble des collections diplomatiques sondées, imperante est ainsi apparu à 24 reprises192, et imperator à 13 reprises193. Il aura donc fallu tout au plus quatre années, à partir de l’adoption par Alphonse VI du titre impérial, pour que le nouvel usage entraîne une modification des formules au sein de la documentation privée.

FIG. 7. — Alphonse VI imperator ou imperante dans les chartes privées jusqu’en 1109 : répartition géographique

  • 194 Cette pratique a été observée dans presque toutes les collections diplomatiques sondées et elle app (...)
  • 195 M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, nos 72, 140, 166, 236, S-19 ; M. Herrero de la Fuente, Colecci (...)

78Il n’est plus question là d’un « caprice de scribe » ou d’une pratique circonscrite aux seuls notaires proches de la cour qui souhaiteraient valoriser le pouvoir de leur souverain, mais d’un usage qui atteste la réception de la dignité impériale que s’est octroyée celui-ci. Cependant l’ampleur de cette réception est moindre, puisque la quarantaine de chartes citées ne représente qu’une infime partie des documents sondés. Comme dans les diplômes royaux, la formulation est variable. Imperante est parfois surajouté à regnante. Imperator est de même régulièrement associé au titre rex. Surtout, il n’y a aucune homogénéité dans la désignation des territoires que l’empereur gouverne. Souvent ce gouvernement est exercé sur l’Hispania, ou tota Hispania (20 occurrences). Avec la conquête de Tolède, la ville royale est également à de nombreuses reprises nommée, en plus ou en lieu de cette première mention (15 occurrences). Mais d’autres espaces apparaissent également, énumérés ou non aux côtés de l’Hispania et de Tolède : León et la Castille régulièrement (7 occurrences pour le León seul, 5 occurrences pour le León et la Castille) et plus ponctuellement Nájera, la Galice, Pampelune, Calahorra, Cuenca. Dans certains cas l’idéologie pan-hispanique et néogothique contenue dans les titulatures impériales d’Alphonse VI semblerait donc avoir été perçue par les scribes rédigeant les actes considérés. On doit cependant là aussi nuancer cette perception, car l’examen de l’ensemble des datations des actes privés montre que même lorsqu’Alphonse VI est uniquement intitulé rex, sa domination est très souvent associée au territoire hispanique194. De même Tolède est présente dans de nombreuses datations, que le titre d'imperator y apparaisse ou non. C’est donc plus généralement le pouvoir d’Alphonse VI qui est associé à la péninsule Ibérique et/ou à l’ancienne capitale wisigothique, et pas spécifiquement la fonction impériale qu’il s’est octroyée. Le projet d’unification exclusivement chrétienne tel qu’il apparaît au travers des diplômes royaux n’est pas non plus précisément conçu. On a déjà commenté ces deux actes conservés à Sahagún qui évoquent le gouvernement d’Alphonse VI « tant sur les chrétiens que sur les païens » et ne coïncident ainsi pas avec le caractère exclusivement chrétien de la fonction impériale. Dans les cas où l’Hispania n’est pas évoquée, le titre impérial ne suppose d’ailleurs pas de réelle différence avec le titre royal et sa présence dans la datation n’empêche pas de circonscrire l’autorité du roi à l’étendue du seul royaume castellano-léonais. Imperator n’est peut-être alors pas perçu comme autre chose qu’un titre honorifique, sans signification politique supérieure. Dans les datations des chartes privées, imperante n’est en outre pas réservé au souverain, et à quelques reprises le participe désigne comme par le passé l’autorité exercée par les comtes ou d’autres personnes195.

  • 196 On ne donnera que quelques exemples. En 1093, dans un acte de concorde entre l’évêque de León et le (...)
  • 197 Ainsi de l’autorité de l’abbé et de l’évêque. Une charte est adressée à « reuerentissimus domnus no (...)
  • 198 J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 50 (1093) ; J. G. de Oliveira Guimarães, Vimaran (...)
  • 199 M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 873, 876 (1091), 985 (1096) et J. M. Andra (...)
  • 200 M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 124.
  • 201 « Hanc, itaque, domum et monasterii institutionem serenissimus rex et imperator ex regimine sua abs (...)
  • 202 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1276.
  • 203 G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga (I), n° 532. Cette char (...)

79Les autres parties du discours diplomatique des chartes privées présentent également un intérêt dans notre étude. Comme durant la période léonaise, le vocabulaire de l'imperium y est employé pour désigner tantôt l’autorité du roi196, tantôt celle d’autres personnes197. On retrouve également dans les clauses pénales l’amende à payer « a parte imperatoris terre »198 ou à celui « qui illa terra imperauerit »199. Il n’y a là pas lieu de concevoir un impact spécifique de l’autorité impériale d’Alphonse VI. En quelques occasions cependant le titre d'imperator apparaît pour désigner le roi. Dans un acte de 1084 du monastère de San Julián de Samos il est ainsi question d’une action menée « per jussionem imperatoris domni Adefonsi, prolis Fernandi »200. En 1085 l’évêque d’Astorga évoque un bien que le « roi et empereur » a soustrait à son administration pour le donner à l’église de Burgos201. L’acte émis par l’évêque Pedro de León en 1093 en faveur du monastère de Santa Marina de Valdeón a été réalisé « sub gratia imperatoris Adefonso regis, prolis Fredenando regis et Santie regine, et per auctoritatem regis »202. Alphonse VI est bien dans ces formules « empereur », mais sans que l’étendue de ce pouvoir soit spécifiée. Si l’on omet les actes des proches parents d’Alphonse VI, on n’a en réalité rencontré qu’une seule charte privée de 1106 dans lequel celui-ci est intitulé d’abord « titius Hispaniae impartor [sic] » puis « excellentissimus et honestus atque preclarus imperator totius Hispaniae rex Adefonsus »203.

  • 204 Voir « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », p. 161.
  • 205 « … Cum assensu ac uoluntate Aldefonsi, Hispaniarum regis, gloriosissimo filii Fredelandi regis, om (...)
  • 206 Il apparaît en réalité dans la continuation du texte, rédigée postérieurement à la mort du roi. Vit (...)

80Le retentissement de l’idéologie impériale d’Alphonse VI dans la documentation diplomatique privée contemporaine ne se traduit donc pas par la perception de la signification très précise que les diplômes royaux lui donnent au même moment. Les datations des chartes confirment en réalité surtout l’évolution du concept de regnum Hispaniae, car l’autorité d’Alphonse VI y est étroitement liée au territoire hispanique. Une dernière source, hagiographique cette fois, offre cette même image du roi. On a déjà eu l’occasion d’évoquer la Vita Dominici dans laquelle Ferdinand Ier était qualifié de rex Hispaniarum204. Or, ce titre n’est pas réservé qu’à lui. Après la mort de Dominique, la translation de son corps est décidée par des ecclésiastiques « avec l’assentiment et la volonté d’Alphonse, roi des Hispaniae et glorieux fils du roi Ferdinand, qui s’illustra dans chacune de ses actions royales, fils du roi Sanche, réputé pour sa piété religieuse, ses mérites au combat et sa religiosité chrétienne »205. C’est une dynastie de reges Hispaniarum au service du christianisme qui est reconstruite dans cette phrase. L’ambition pan-hispanique du programme politique poursuivi par Alphonse VI est donc perçue par Grimaldus. Mais le titre impérial d’Alphonse VI ne l’intéresse par contre pas du tout206.

d) Postérité du titre impérial : le souvenir d’Alphonse VI

  • 207 On étudiera précisément ces diplômes dans le chapitre suivant consacré au règne d’Urraca.
  • 208 R. P. de Azevedo, Documentos regios, nos 15, 30, 35, 39, 53, 70, 71, 76 et 82.
  • 209 Ibid., nos 24, 78 et 81.
  • 210 Ibid., n° 32.
  • 211 Ibid., n° 59.
  • 212 Ibid., nos 42, 73 et 75.
  • 213 La première suscription de ce type date du 3 août 1128 : « Ego egregius infans Anfonsus gloriosissi (...)
  • 214 Il s’agit du nombre de diplômes édités par R. P. de Azevedo, ibid.
  • 215 Jusqu’en 1137 en tout cas, puisque la pratique cesse après cette date. Voir « Dans les territoires (...)
  • 216 Voir « Une titulature impériale inconsistante ? », pp. 307-308 et « L'imperium : un monopole d’Alph (...)
  • 217 On n’a observé ce titre que dans quelques actes émis dans les décennies qui suivent la mort d’Alpho (...)

81Cette tendance à ne mentionner que de manière partielle l’expérience impériale d’Alphonse VI se confirme postérieurement à sa mort. Certes, dans la titulature des diplômes de la reine Urraca, Alphonse VI est régulièrement nommé imperator Hispaniae207. De la même façon, les actes portugais rappellent les différents caractères de l’idée impériale d’Alphonse VI en ne se limitant pas à signaler sa dignité d’empereur mais en exprimant de surcroît sa signification pan-hispanique et néogothique. En effet, après le décès du comte portugais Henri, le gouvernement du Portugal revenant à Thérèse jusqu’à la majorité politique de leur fils Alphonse, le titre d'imperator est très présent, sous des formulations diverses qui rappellent la variété de la titulature impériale dans les propres diplômes de l’empereur. Alphonse VI est alors tour à tour imperator208, imperator Toletanus209, imperator totius Hispaniae210, imperator Hispaniae211, imperator Hispaniarum212, expressions auxquelles est parfois juxtaposé le titre royal. Et lorsqu’Alphonse Enríquez prend le pouvoir au Portugal en 1128, il perpétue l’usage initié par ses parents et légitime son autorité en continuant à faire référence lui aussi dans sa titulature à son aïeul Alphonse VI213. Cette habitude perdure après que le Portugal a acquis son indépendance en 1139, dans 127 des 281 diplômes214 qu’émet le roi portugais jusqu’à sa mort en 1185. Or, dans 56 cas, Alphonse VI y est (totius) Hispania/Hispaniarum imperator et dans 10 cas simplement imperator215. Les diplômes portugais sont cependant les seuls à témoigner si durablement du titre impérial d’Alphonse VI. Dans les diplômes des rois castellano-léonais, ce souvenir ne dépasse en effet guère le règne d’Urraca216. Cet oubli progressif touche également la documentation privée. Si Alphonse VI apparaît régulièrement dans les chartes postérieures à 1109, il y est très rarement intitulé imperator217.

82Du côté des sources narratives, et en dehors de la Vita Dominici évoquée plus haut, quatre textes du XIIe siècle portent trace du titre impérial d’Alphonse VI : l’Historia Silense, le Chronicon Lusitanum, l’Historia Compostellana et l’Historia Roderici.

  • 218 Alphonse VI est dans cette chronique « Ispaniarum ortodoxi inperatoris » (Sil., 31) puis « noster i (...)

83L’Historia Silense, composée une décennie environ après la mort d’Alphonse VI, ne peut être considérée comme une chronique officielle de son règne. Pourtant, l’image qu’elle véhicule du roi et de sa mission correspond en grande partie à celle que forgent les diplômes royaux. L’auteur ne mentionne il est vrai qu’à trois reprises218 le titre impérial d’Alphonse VI, car il n’a pas achevé son œuvre dont le propos était justement de faire le récit de ce règne :

  • 219 « … Statui res gestas domini Adefonsy, orthodoxi Ispani inperatoris, vitamque eiusdem carptim persc (...)

Je me suis proposé d’écrire l’histoire du seigneur Alphonse, orthodoxe empereur hispanique, et de moments choisis de sa vie. D’abord parce les très nobles actes qu’il a accomplis sont dignes de mémoire ; mais aussi parce que, d’après le déroulement de toute sa vie qui appartient déjà au passé, il fut le plus fameux parmi tous les rois qui gouvernèrent catholiquement l’église du Christ219.

  • 220 Ainsi les rois wisigoths qu’évoque l’auteur sont intitulés tantôt Gotorum rex/princeps (Sil., 2, 6, (...)
  • 221 Sil., 8.
  • 222 Sil., 25.
  • 223 En dehors du titre de rex hispanicus, les rois wisigoths sont également désignés par les titres de (...)
  • 224 Sil., 2, 3 et 6.

84Mais l’Historia Silense n’en illustre pas moins les différents fondements conceptuels sur lesquels s’est échafaudée l’idéologie impériale alphonsine. L’Hispania y constitue l’unique territoire politique de référence puisque, des Goths aux rois castellano-léonais en passant par leurs prédécesseurs asturoléonais, les souverains sont de manière récurrente désignés par l’expression Ispanici regi220. Cette unicité dans la désignation des dynasties est le résultat du fort néogothisme qui se dégage de la chronique. L’auteur prend soin de rappeler l’origine wisigothique d’Alphonse VI, « ex illustri Gotorum prosapia ortus »221. Mais les Goths sont dans l’Historia Silense bien plus qu’un faire-valoir appartenant au passé. La rébellion de Pélage n’est pas présentée comme le moment de la naissance d’un nouveau royaume, mais comme celui d’une renaissance wisigothique222. Une parfaite continuité politique existe donc entre le royaume wisigothique et les royaumes chrétiens qui s’érigent après l’invasion musulmane. Elle est d’ailleurs renforcée par la synonymie établie entre les termes Gothi, Hispani et Christiani qui subsiste après l’année 711223. Elle justifie également la mission sacrée confiée aux souverains : la libération des chrétiens. Alphonse VI y est intitulé « empereur hispanique », titre auquel s’ajoute l’épithète orthodoxus. Cet adjectif dans les mots du chroniqueur est plus qu’un simple qualificatif, puisqu’il constitue une des raisons pour lesquelles le chroniqueur prend la plume : il choisit en effet de raconter le règne d’Alphonse VI parce qu’il a gouverné catolice. L’auteur a d’ailleurs, avant d’énoncer son propos, proposé un certain nombre de contre-modèles qui le justifient : l’empereur Constantin se convertit in extremis à l’arrianisme ; le roi wisigoth Léovigilde fit exécuter son fils Herménégilde pour le châtier de son refus d’embrasser cette même hérésie224. En comparaison, le règne d’Alphonse VI est digne de mémoire. Or les actions qui valent au roi cette appréciation sont explicitées quelques lignes plus loin :

  • 225 « Adefonsus igitur, ex illustri Gotorum prosapia ortus, fuit magna vi et consilio et armis, quod in (...)

Alphonse, né de l’illustre race des Goths, fut grand par son conseil et par les armes, ce qu’on trouve rarement parmi les mortels. En effet, certains vont de l’avant parce qu’ils ont peur de la mort, d’autres parce qu’ils sont disposés à la bravoure. Je relaterai, dans la mesure de mes moyens, quelle énergie il déploya à agrandir le royaume des Hispani, à guerroyer sans relâche contre les barbares, et j’énumérerai une à une les provinces qu’il retira à leurs mains sacrilèges pour les ramener à la foi du Christ225.

  • 226 Ce qui fait de cette version de la perte de l’Espagne un récit original puisque jusqu’alors la resp (...)
  • 227 Sur l’importance de ce viol dans les traditions mozarabe puis léonaise, voir T. Deswarte, « Le viol (...)
  • 228 Sil., 14-17.
  • 229 Sil., 18-19.

85C’est donc la lutte contre les musulmans et la récupération du regnum Yspanorum qui font du souverain, héritier des Goths, un monarque « orthodoxe ». D’autres contre-modèles sont immédiatement invoqués pour rehausser ce rôle glorieux qu’assume Alphonse VI. D’abord la responsabilité de l’entrée des Maures en Hispania est attribuée aux derniers rois wisigoths Witiza et Rodrigue226. Aussi dépravés l’un que l’autre, ils scellent la perte du royaume puisque leurs machinations impies aboutissent à ce que le comte de Tingitane Julien, dont Rodrigue avait violé la fille227, décide de faire appel aux Maures d’outre-mer, avec les conséquences que l’on sait228. Dans cette épreuve personne ne vint en aide à l’Hispania, pas même Charlemagne — et c’est le dernier contre-modèle — qui franchit les Pyrénées appâté par les richesses de la Péninsule mais préféra, sans avoir porté secours à ses églises, s’en retourner à ses bains d’Aix-la-Chapelle229.

  • 230 Voir « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », p. 160.

86Alphonse VI est donc dans l’Historia Silense un souverain hispanique, néogothique, chrétien et intransigeant face aux musulmans qu’il souhaite expulser de la Péninsule. En ce sens on a bien dans ce texte l’ensemble des éléments qui caractérisent la dignité impériale dans les diplômes du roi. On pourra toutefois émettre quelques doutes sur le lien établi entre la mission attribuée aux « rois hispaniques » et la fonction impériale qu’assume Alphonse VI. À aucun moment celle-ci n’est présentée comme le résultat de la conformité des actions du roi avec cette mission. Il est vrai qu’il s’agit là probablement d’une chronique inachevée et qu’on ne peut présumer du contenu qui aurait été développé. Mais on a vu précédemment que le vocabulaire de l'imperium n’y est pas même réservé à l’exaltation d’une fonction supérieure du roi, puisqu’il est utilisé dans de nombreux autres contextes230. Aussi est-on en droit de se demander si le titre d'imperator reconnu à Alphonse VI n’est pas qu’un simple souvenir, ou encore un qualificatif honorifique, qui renforce certes l’image glorieuse du roi, mais sans participer véritablement au rôle majeur qui lui est accordé. Il semble que pour l’auteur ce soit moins l'imperator que cette Hispania sur laquelle la fonction s’étend, qui fait d’Alphonse VI le digne héritier de ses ancêtres.

  • 231 « Æra 1151. Natus fuit Infans Alfonsus Comitis Henrici, & Reginæ D. Tarasiæ filius, Regis D. Alfons (...)
  • 232 « Æra 1166. Mense junio in festo S. Joannis Baptistæ Infans inclytus donnus Alfonsus Comitis Henric (...)
  • 233 Il s’agit d’une notice correspondant à l’année 1140 : « per idem tempus Imperator D. Alfonsus filiu (...)

87Venons-en au Chronicon Lusitanum. Ces annales de la fin du XIIe siècle relatent l’histoire portugaise depuis l’invasion musulmane jusqu’en 1184, c’est-à-dire un an avant la mort d’Alphonse Ier, premier roi du Portugal. Y réapparaît l’habitude, observée dans les diplômes portugais, de souligner la filiation existant entre Alphonse VI et son nepos, et ce dès la première apparition de ce dernier. On apprend en effet qu’en 1113 « naquit l’infant Alphonse, fils du comte Henri et de la reine Thérèse, petit-fils du roi Alphonse »231. Si Alphonse VI est dans les notices suivantes le plus souvent intitulé de même, il devient magnus imperator Hispaniae dans celle qui rapporte l’accès au pouvoir du roi Alphonse Ier en 1128232. Plus loin Alphonse VI est de nouveau « magnus imperator », mais cette fois l’Hispania a disparu233.

  • 234 HC, I, xlvii.
  • 235 Voir par exemple HC, I, ii, 12 ; iii, 1-2 ; v, 1 ; vi ; vii, 1, etc.
  • 236 HC, I, vii, 2 ; ix, 4. L’Historia Compostellana présente en effet la particularité d’agréger à ses (...)
  • 237 « … Cum repetitis a sanctissimo imperatore nostro litteris », HC, I, x.
  • 238 HC, I, xvi, 1 et 3 ; xxviii, 1.
  • 239 L’Hispania est très présente dans cette chronique dont l’objectif est de mettre en valeur le siège (...)

88Dans les deux autres productions narratives annoncées, le titre impérial, pour les rares fois où il apparaît, n’est plus du tout associé à l’Hispania. L’Historia Compostellana (première moitié du XIIe s.) fait du règne d’Alphonse VI, « lux et clipeus Hispanis »234, un âge d’or auquel ont succédé les calamités de l’époque d’Urraca. Le roi y est d’abord intitulé rex sans précision territoriale235, sauf lorsqu’il est question d’une bulle pontificale transmise, auquel cas on retrouve la désignation habituelle dans ces documents, rex Hispaniarum236. Au chapitre x du premier livre, il est cependant fait référence à « plusieurs lettres de notre très saint empereur »237. À quelques reprises par la suite le titre impérial est répété : « catholicus imperator noster dominus rex Adefonsus » ; « imperator dominus A. » ; « imperator dominus »238. Une fois de plus, la dignité impériale du roi ne s’étend dans ce texte sur aucune terre, alors même que le concept de regnum Hispaniae y occupe une place importante239.

  • 240 Historia Roderici, éd. E. Falque, 18-20. Alphonse VI est aussi « rex et imperator » au § 35.
  • 241 Voir par exemple, ibid., 32 et 42.

89Alphonse VI est encore imperator dans quelques-unes des notices de l’Historia Roderici (première moitié du XIIe siècle), quand bien même il y est le plus souvent appelé rex Aldefonsus240. Mais le qualificatif n’est jamais suivi de la mention d’un quelconque territoire. D’ailleurs l’Historia Roderici ne témoigne pas de cette exaltation du regnum Hispaniae qu’on retrouve souvent ailleurs à la même période. Bien au contraire le terme Hispania renvoie encore dans ce texte à al-Andalus241. Il est vrai qu’il est tout entier rédigé à la gloire du Cid et non à celle d’Alphonse VI. Le souverain castellano-léonais y est surtout celui qui prête foi aux courtisans jaloux de Rodrigue et qui le bannit du royaume.

  • 242 On la retrouve d’ailleurs de manière erronée et anecdotique au-delà des Pyrénées, dans le passage d (...)

90Dans les quatre œuvres envisagées, si le titre d'imperator d’Alphonse VI subsiste, il n’est donc que peu employé. En outre, il est rarement associé à l’Hispania. La présence de ce titre dans des textes qui portent un regard si différent — voire diamétralement opposé — sur le règne d’Alphonse VI appelle à conclure que le souvenir de l’expérience impériale du roi persiste ponctuellement242, mais que l’idéologie impériale construite durant son règne est considérablement édulcorée.

  • 243 Historia Roderici, éd. E. Falque, 20.

91Si la mémoire de la fonction impériale d’Alphonse VI est lacunaire et pour le moins sélective, une autre image du roi a par contre eu plus de succès. Dans l’Historia Silense comme dans l’Historia Compostellana, le règne d’Alphonse VI est synonyme d’un âge d’or pour le royaume castellano-léonais et surtout pour ses églises qui trouvent dans la personne du roi le défenseur le plus glorieux qu’ait connu l’Hispania. Dans le Chronicon Lusitanum le style annalistique impose une image plus sèche du souverain, mais qui met l’accent sur les combats qu’il livre face aux musulmans et sur les conquêtes qu’il réalise. Même au sein de l’Historia Roderici Alphonse VI est un roi guerrier qui cherche à étendre son royaume et que la clémence divine autorise à conquérir « Tolède, fameuse cité de l’Hispania »243. Ainsi, c’est l’image d’un roi hispanique mettant son glaive au service de la libération des chrétiens qui survit, ce que corroborent d’autres documents.

  • 244 Vita S. Petri Oxomensis, éd. F. Plaine, 4 et 11.
  • 245 Chronicon Lusitanum, éd. E. Flórez, p. 418.
  • 246 « … Christianorum totius Isanie olim specula », Sil., 9.
  • 247 « … Inter suos nobilissimos frequentissimosque triumphos etiam Toletum urbem Regiam retinentem, tot (...)
  • 248 « … Totum Hispaniarum regnum suo iuri subiugauit et terram Sarracenorum citramarinam tamdiu inquiet (...)
  • 249 « Ne timueritis multitudinem eorum et impetum eorum ne formidetis. Mementote qualiter rex domnus Ad (...)
  • 250 Chronica latina regum Castellae, éd. L. Charlo Brea, 2, p. 36.
  • 251 « … In diebus Adefonsi regis, qui Toletum de potestate sarrazenorum extraxit atque rexit », J. A. F (...)
  • 252 Ibid., nos 1180 et 1182.
  • 253 « Postquam superne miserationis dignatio insignem quondam, et inter Ispaniarum urbes magni nominis, (...)

92Dans les textes qui ne font que mentionner le roi sans s’arrêter sur son règne, il n’est pas rare qu’il soit intitulé rex Hispaniae ou Hispaniarum, dans la continuité de l’évolution commencée dès le milieu du XIe siècle. Les épithètes dont ce titre est orné rappellent ses victoires et en font un roi au service du christianisme. Par exemple dans la Vita sancti Petri Oxomensis (v. 1150) les faits relatés se déroulent « gloriosi itaque Hispaniarum regis Ildefonsi temporibus » et Alphonse VI est encore qualifié de « rex piissimus »244. Et dans d’autres sources narratives plus loquaces, c’est autour de la conquête de Tolède que se cristallise la valorisation hispanique de sa domination. Ville « fameuse » de l’Historia Roderici, ville « royale » du Chronicon Lusitanum245, « autrefois miroir des chrétiens de toute l’Hispania » dans l’Historia Silense246, Tolède reconquise symbolise à elle seule l’ampleur que recouvre l’autorité du souverain. Aussi cet événement prend-il le pas sur tous les autres. Le récit de la translation de saint Félix, composé au XIIe siècle, fait ainsi valoir que « parmi ses noblissimes et récurrents triomphes figure la conquête de Tolède, la ville royale », grâce à quoi « il restitua à sa liberté première et à sa noblesse le gouvernement de toute l’Hispania », ce qui se traduit par « [l’extension] du culte des chrétiens »247. Dans le Chronicon Compostellanum (v. 1130), il est dit qu’Alphonse VI « soumit à son droit tout le royaume des Hispaniae, et [qu’] il inquiéta tant et si bien le territoire des Sarrasins de ce côté-ci de la mer qu’il finit par en rattacher une partie à son royaume, à savoir Tolède ainsi que de nombreuses autres villes et forteresses »248. La Chronica Adefonsi Imperatoris (v. 1150) évoque quant à elle rarement le grand-père d’Alphonse VII. Pourtant, lorsqu’il s’agit de raffermir les troupes chrétiennes face à l’arrivée imminente des troupes almohade et andalusí, son auteur raconte que le gouverneur de Tolède Rodrigo Fernández fait appel au souvenir d’Alphonse VI : « N’ayez crainte de leur nombre ou de leur animosité. Rappelez-vous comment le roi Alphonse et nos pères conquirent en luttant Tolède et tout le royaume jusqu’au Duero »249. La Chronique latine des rois de Castille (v. 1230) consacre à son tour un bref paragraphe au règne d’Alphonse VI dont le récit de la prise de Tolède occupe la majeure partie250. Quelques documents du monastère de Sahagún font également écho de cette conquête. Ceci apparaît d’abord dans une charte émise entre 1085 et 1105 dont l’exposé rappelle des faits qui se sont déroulés « du temps du roi Alphonse, qui arracha Tolède à la puissance des Sarrasins et régna sur la ville »251. Dans deux autres documents de 1110 on retrouve une formule similaire252. Enfin dans une bulle pontificale du 3 novembre 1122 conservée dans le même monastère, le pape Calixte II rappelle les honneurs qu’a reçus Tolède après sa conquête par Alphonse VI253.

  • 254 « … Moderno autem tempore industria Ildefonsi gloriosissimi regis et labore aliquamtula pax reddita (...)

93Roi hispanique et conquérant de Tolède, Alphonse VI est également un souverain pacificateur. Cette thématique apparaît déjà du vivant du roi dans le règlement d’un conflit entre León et Sahagún sous l’arbitrage de l’archevêque de Tolède. Y est évoquée la situation difficile dans laquelle se trouvaient les églises du royaume jusqu’« à une époque récente [où] grâce au zèle et aux efforts du très glorieux roi Alphonse la paix fut un tant soit peu rendue à l’Église »254. Vers 1160, la Chronica Naierensis achève le récit du règne d’Alphonse VI en rapportant une légende folklorique selon laquelle

  • 255 « … Tanta pax fuit in diebus eius quod quelibet muliercula sola portaret aurum uel argentum per omn (...)

en son temps il y eut une telle paix que n’importe quelle donzelle pouvait transporter seule or et argent à travers tout son royaume, sans qu’il se trouvât quelqu’un pour la toucher contre sa volonté ou pour oser lui faire du mal ou l’ennuyer en aucune manière255.

  • 256 « Pater pauperun, ecclesiarum defensor extitit et patronus. Maurorum strenuissimus expugnator », CN(...)

94Et le chroniqueur de conclure en résumant les qualités d’Alphonse VI : « Il fut le père des pauvres, le défenseur et le patron des églises, le combattant bravissime des Maures »256.

  • 257 Original conservé à la bibliothèque de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • 258 Présentation historique, paléographique, codicologique et iconographique du Tumbo A dans le volume (...)

95Promoteur de la paix, défenseur des églises, pourfendeur des musulmans… On retrouve là ni plus ni moins que les objectifs contenus dans le programme que Sanche III avait décrit à l’abbé Oliba au début du XIe siècle. En ce sens la valorisation du règne d’Alphonse VI n’offre rien de nouveau ou de différent par rapport à celle de son prédécesseur Ferdinand Ier. Toutefois ses victoires — et la conquête de Tolède en tête de celles-ci, avec toute la charge idéologique qu’elle suppose — l’ont amené à s’approcher plus près du vieux rêve de l’unité hispanique que ne l’avaient jamais été ses prédécesseurs, si bien qu’Alphonse VI incarne pendant et longtemps après son règne la perfection royale. Face à ces critères profondément ancrés dans la tradition hispanique, la toute nouvelle fonction impériale ne semble pas avoir été apte à décrire au mieux le monarque. Deux derniers exemples en attesteront. Parmi les rares enluminures représentant Alphonse VI, se trouve la miniature insérée dans le manuscrit connu sous le nom de Tumbo A257. Il s’agit d’un recueil de donations, pour l’essentiel royales, réalisé vers 1130 à la demande de l’archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle Diego Gelmírez dans le but d’inciter Alphonse VII à favoriser le siège apostolique en lui donnant à voir la générosité de ses ancêtres258. Richement décoré, le tumbo est orné entre autres du portrait des donateurs, peint en marge des documents compilés. Au verso du folio 26 apparaît ainsi Alphonse VI. Comme dans le cas de toute une partie des miniatures du manuscrit, le souverain est représenté assis sur un trône, tenant dans une main un parchemin qui figure la donation réalisée et son nom est inséré dans une légende qui permet de l’identifier. Mais la légende en question se distingue des autres par une particularité. Le nom et le titre du personnage représenté y sont comme ailleurs précisés — Adefonsus rex — mais ils sont également accompagnés d’un qualificatif supplémentaire : pater patriae. Alphonse VI est donc l’objet d’une attention toute particulière de la part du peintre, qui lui accorde un surnom autrefois octroyé à certains dignitaires de la République et aux empereurs romains et ravive pour l’occasion la notion de patrie chère à l’époque asturienne. Cet éloge du roi n’est pas étonnant si on veut bien se rappeler que dans l’Historia Compostellana, œuvre dont Diego Gelmírez fut également le commanditaire, ce règne est synonyme d’un âge d’or. Pourtant, on a aussi vu que dans cette œuvre historiographique le titre impérial d’Alphonse VI est mentionné. Aussi cette mise en valeur du souverain dans le tumbo aurait pu tout aussi bien conduire à l’introduction du titre dans la légende de la miniature, d’autant que le manuscrit dans son ensemble était destiné à impressionner Alphonse VII qui s’intitule au même moment, rappelons-le, imperator Hispaniae. Le choix du qualificatif donné au roi est donc révélateur. Si le titre impérial d’Alphonse VI n’a pas été retenu, c’est que l’on considérait qu’il ne mettait pas en lumière de manière adéquate son règne, alors que le recours à la notion de patrie le permettait. La même logique prévaut encore dans les mots par lesquels l’auteur de la première Chronique anonyme de Sahagún (1109-1117) décrit la détresse populaire qui suit la mort de l’empereur :

  • 259 « E rotas las bestiduras e destroçadas las crines, alçavan las boçes mui confusas fasta las nubes ; (...)

Déchirant leurs vêtements et s’arrachant les cheveux, ils élevaient leurs voix confuses vers les nues. Certains l’appelaient « père » ; d’autres « seigneur » ; certains le nommaient « roi » ; et d’autres « père de la terre » ; et d’autres encore « lame et glaive des infidèles et des maures »259.

  • 260 On emprunte l’expression à un titre de T. Deswarte, De la destruction, p. 231, « Mythe et réalité d (...)

96L’idéologie impériale construite dans les diplômes d’Alphonse VI n’a pas été perçue de manière pérenne comme le gage d’unification du regnum Hispaniae qu’elle avait l’ambition d’être. Entre le « mythe » impérial et sa « réalité »260, il y a donc un grand fossé. Si certaines sources attestent que les contemporains ont eu conscience du titre d'imperator que s’était arrogé Alphonse VI, la compréhension qu’ils en eurent — ou qu’ils voulurent transmettre — n’est pas toujours équivalente au sens que souhaitèrent lui donner les notaires de la chancellerie royale. Par la suite le souvenir de l’expérience impériale d’Alphonse VI en gomme également les accents hispaniques et néogothiques, et va même jusqu’à s’évanouir progressivement. L’idée impériale d’Alphonse VI rompait totalement avec ce qu’avait été le phénomène du regnum-imperium durant la période léonaise. Pourtant, lorsqu’il est simplement intitulé imperator, le sens que revêt le terme n’en fait paradoxalement pas un roi bien différent de ce que furent Ferdinand Ier ou Alphonse III désignés par le même qualificatif. Le titre implique certes qu’Alphonse VI fut un grand souverain pourvu d’une autorité sans pareille, mais rien ne rappelle alors cet « empire tolédan » qu’il aspirait à gouverner. Cependant les sources transmettent aussi d’Alphonse VI l’image d’un grand roi hispanique, d’un roi conquérant, unificateur de l’Hispania chrétienne, défenseur des églises et « père de la patrie ». Paradoxalement encore, la mise en valeur de son règne implique les fondements conceptuels sur lesquels s’est construite l’idéologie impériale alphonsine, mais pas la dignité impériale en elle-même.

LES OBSTACLES CONTEXTUELS ET CONCEPTUELS

a) Une idéologie aux développements limités

97Il est néanmoins possible de mettre en lumière les causes de ce désintérêt marqué pour le projet impérial d’Alphonse VI. Une première raison tient à ce que l’élan de construction de l’idéologie impériale alphonsine est demeuré limité.

  • 261 Voir O. Gil Farrés, Historia de la moneda, et plus part. le chapitre intitulé « La moneda de León y (...)
  • 262 On tire ici parti des réflexions menées par Eloísa Ramírez Vaquero à propos de la signification des (...)
  • 263 Ibid., p. 159.
  • 264 Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 13-15.

98Le titre impérial et l’idéologie qui s’y rapporte demeurent circonscrits aux diplômes royaux. Aucun autre vecteur n’est en effet sollicité pour faire connaître la dignité que s’est octroyée le souverain. Il n’existe pas de chronique officielle du règne parvenue jusqu’à nous. On ne connaît pas non plus de portraits du roi dans lesquels son titre aurait été inséré. Pourtant, un support en particulier aurait pu être mis à contribution en l’occurrence. On veut parler ici des monnaies. Alors que le royaume asturien puis asturo-léonais ne connut pas de production monétaire, les premières monnaies castellano-léonaises furent frappées sous le règne d’Alphonse VI, à la faveur des disponibilités en métaux précieux ouvertes par le prélèvement des parias sur les taifas tributaires261. La production de monnaie ne s’explique cependant pas uniquement par des raisons économiques et il faut aussi y voir une intention idéologique262. La nature et la fonction des monnaies en font en effet un vecteur idéal de diffusion de messages. Les effigies et légendes qu’elles portent ne sont donc pas le fruit du hasard, mais de la volonté expresse de véhiculer une certaine image de la monarchie qui en a ordonné la frappe263. Or, aucun des types connus de monnaies frappées par Alphonse VI ne présente de symboles pouvant faire référence à sa dignité impériale et le titre par lequel il y est désigné n’est jamais celui d’imperator264. Les choix idéologiques attenant à la reprise de la fabrication de monnaie n’ont par conséquent pas donné lieu à une mise en valeur de la dignité impériale d’Alphonse VI.

  • 265 Cette particularité apparaît dans 21 des diplômes qu’Alphonse VI émet en tant qu’imperator entre 10 (...)
  • 266 Voir « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », pp. 157-168.

99L’usage du titre impérial fut donc une pratique confinée à la chancellerie royale. Or, il est permis de formuler également quelques remarques quant à l’ampleur qu’y prend le phénomène impérial. En effet, au sein des diplômes qui y sont produits, c’est avant tout la titulature du roi qui est affectée, les autres éléments du discours diplomatique n’intervenant que ponctuellement dans la définition de l’idéologie impériale. On a d’ailleurs vu que le titre d'imperator n’est pas même systématique, et qu’il continue de cohabiter avec le traditionnel rex. En conséquence, en dehors de la suscription et de la corroboration royale, Alphonse VI est majoritairement désigné par ce dernier titre, ce qui tend à minimiser la portée des titulatures impériales. Cela est particulièrement frappant dans les diplômes où la souscription royale est suivie de celle de l’entourage du souverain. Alors que celui-ci se présente sous le titre d'imperator, ses enfants et gendres n’en font qu’un « roi »265. En outre seule la personne du roi est créditée d’une telle dignité, et on n’assiste par exemple pas à l’introduction du titre d'imperatrix, en dépit du précédent que fournissait l’attribution de ce qualificatif — certes de façon très ponctuelle — à la reine Sancha266.

  • 267 L’acte n’est en réalité pas tout à fait explicite. On lit, concernant une église donnée par un cert (...)
  • 268 « … Ego comes domnus Raimundus, totius Gallecie imperator seu Adefonsi Tolletane principis gener »,(...)
  • 269 Donation faite par Urraca le 21 janvier 1108 à l’église de Lugo, dans laquelle elle se donne le tit (...)
  • 270 Parmi les quatres actes émis par les comtes galiciens conservés dans le Tumbo A de la cathédrale de (...)

100De plus, et peut-être en conséquence de cette alternance constante entre titre royal et titre impérial, la réservation du vocabulaire de l'imperium à la qualification du pouvoir du roi, observée plus haut, doit être nuancée, car elle n’est pas non plus systématique dès lors qu’on s’éloigne un tant soit peu des diplômes. Notamment le qualificatif d'imperator est utilisé pour désigner les détenteurs de la fonction comtale. Ainsi, dans un acte de Lorvão daté de 1101, l’ancien comte/ alguazil de Coimbra Sisnando Davídiz est qualifié d’imperator267. Il en va de même pour le comte Raymond, dans un acte par lequel il échange un bien avec l’évêque compostellan Diego Gelmírez. Il se présente en l’occurrence comme « imperator de toute la Galice, gendre du prince tolédan Alphonse »268. Urraca emploie à son tour le qualificatif d'imperatrix, féminisé pour l’occasion, lorsqu’elle prend la tête du gouvernement galicien après le décès de son époux survenu durant l’été 1107269. Le sens du terme est évidemment différent de ce que la titulature impériale des diplômes alphonsins projette et on retrouve le sens traditionnel de l’autorité exercée par les subalternes du roi sur un territoire délimité, ici la Galice. Il est néanmoins étonnant que, dans ces actes émis par ceux qui ailleurs exaltent la dignité impériale d’Alphonse VI270, le qualificatif soit employé.

101Ces remarques invitent à s’interroger. Alphonse VI et ses conseillers ont-ils souhaité ancrer la fonction impériale ? Il semble en tout état de cause qu’il y ait eu inadéquation entre l’ampleur du projet et les moyens déployés pour le mettre en œuvre, de sorte que par certains aspects il en soit resté à un degré expérimental. Comment donc expliquer cette apparente désinvolture dans le développement de ce qui, rappelons-le, était destiné à favoriser la gestion du large territoire soumis à l’influence de l’empereur ?

b) L’invasion almoravide et la crise successorale

102L’idéologie impériale a évolué au gré de l’itinéraire politique d’Alphonse VI. La conquête de Tolède a ainsi été à l’origine de la revalorisation néogothique de la dignité impériale revendiquée par le souverain. Mais cette adaptation au contexte n’est pas une constante durant le règne et certains événements ont eu tendance à saper les fondements de la fonction impériale.

  • 271 Résumé de la conquête almoravide et des tentatives de contre-attaque d’Alphonse VI dans M. Á. Lader (...)

103Dans cette optique l’arrivée des Almoravides en Péninsule et la modification profonde de la donne péninsulaire qu’elle produisit constituèrent sans doute un premier embarras. L’appel à l’aide qu’envoie le roi sévillan al-Mu’tamid à l’émir Yūsuf ibn Tāšufīn met fin au parcours victorieux qui caractérisait depuis 1072 le règne d’Alphonse VI. Le 30 juillet 1086 les troupes almoravides débarquent à Algeciras et défont l’armée de l’empereur le 23 octobre suivant à Sagrajas — en arabe Zalaqa. La défaite n’est pas totale et le retrait des troupes de l’émir permet à Alphonse VI de réaffirmer son emprise sur les taifas dans les années qui suivent. Le second débarquement almoravide au printemps 1088, avec pour objectif le siège de la forteresse chrétienne d’Aledo, au sud-ouest de Murcie, se solde ainsi par un échec. Toutefois, les incursions suivantes de Yūsuf ibn Tāšufīn — en 1090-1091 puis 1092-1097 — puis de son fils ‘ Alī ibn Yūsuf — en 1107-1108 — aboutissent à une prise de pouvoir progressive de la dynastie berbère sur al-Andalus. Alphonse VI perd ainsi tour à tour le contrôle des taifas méridionales puis levantines, tandis que le gouvernement almoravide s’installe à Grenade271.

  • 272 Ibid., p. 105.

104Cette nouvelle présence en al-Andalus ne remet pas totalement en cause l’avancée chrétienne réalisée sous l’égide d’Alphonse VI — le royaume de Tolède n’est jamais perdu — mais elle provoque d’importants bouleversements qui affectent le projet impérial. D’abord, les difficultés financières consécutives au dysfonctionnement puis à la cessation du recouvrement des parias entament le rayonnement, notamment économique, de la monarchie. Il est donc possible qu’Alphonse VI n’ait pas eu les moyens de s’engager dans une politique de renforcement de l’idéologie impériale initiée, perçue alors comme un luxe. Surtout, la présence almoravide occasionne le retournement de la conjoncture péninsulaire jusque-là favorable à Alphonse VI. Le souverain, en perdant progressivement le contrôle des taifas, est départi du même fait de sa mainmise sur le jeu politique en al-Andalus. Cette régression de son influence suscite aussi à long terme le relâchement des liens établis avec l’Aragon et lorsqu’Alphonse Ier succède à son demi-frère Pierre Ier en 1104, il ne renouvelle pas l’hommage prêté à l’empereur par ses prédécesseurs pour le comté navarrais. Aussi, entre 1085-1086, moment de l’apogée impérial d’Alphonse VI, et sa mort en 1109, sa position au sein de la Péninsule se voit considérablement réduite. Or, cette conjoncture nouvelle menace directement la fonction impériale, conçue précisément comme palliatif à l’absence d’unification institutionnelle des différents territoires précédemment dominés par l’empereur. En somme, les conséquences de l’invasion almoravide mettent en lumière la fragilité de l’idéologie impériale. Elle n’est qu’une fiction, définie « davantage par le rapport de forces en présence […] que par des principes théoriques ou des pactes qui parfois seulement étaient explicites »272. L’adhésion des différents éléments qui composent l’empire alphonsin n’est donc que le résultat d’une conjoncture favorable qui, à un moment donné, confère à Alphonse VI une position hégémonique au sein de la Péninsule. Une fois le moment passé, le lien n’a plus de raison d’être, et le projet impérial non plus.

  • 273 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. 247.
  • 274 Sur ce personnage, voir A. Montaner Frutos, « La Mora Zaida ».
  • 275 L’infant Sanche apparaît dans la vie publique, et dans les diplômes de son père, dès 1103. Dans une (...)
  • 276 C’est ce qui apparaît dans la Chronique de Pélage (Pel., p. 87) et en ce sens ce mariage serait des (...)

105À ce premier obstacle s’en ajoute un autre qui contribue à la désagrégation croissante de l’empire d’Alphonse VI en sapant cette fois les fondements de la cohésion interne du royaume. On dira ici quelques mots de la crise successorale qui marque les dernières décennies du règne de l’empereur. La recherche d’un héritier auquel transmettre son royaume fut un souci majeur d’Alphonse VI dès les années 1080. À cette date il avait déjà répudié sa première femme, Inés, en raison de son incapacité supposée à enfanter, épousé en secondes noces Constance de Bourgogne, et pris pour concubine Jimena Muñoz. Cette dernière ne lui donna pourtant que deux filles, Elvire et Thérèse. Quant à Constance, elle mourut en 1093 en ne laissant pour descendance que l’infante Urraca, née peut-être en 1080. Les mariages postérieurs d’Alphonse VI ne furent guère plus heureux. L’année suivant la mort de sa seconde femme, Alphonse VI en épousa une troisième, l’italienne Berthe273, qui décéda à la fin de l’année 1099 sans que l’union ait porté les fruits tant attendus. Entre temps, le souverain avait cependant maintenu une liaison avec la princesse musulmane Zaida274, veuve d’un roi de Cordoue et belle-fille d’al-Mu’tamid de Séville, accueillie à la cour en 1091 en gage de l’alliance maintenue avec ce dernier. De cette relation naquit, probablement en 1093, Sanche, le seul fils du roi amené à vivre au-delà de l’enfance. Cette situation semble avoir pesé lourd dans le choix que fit le roi de désigner cet unique fils pour héritier, ce qui fut entériné au plus tard en mai 1107, et peut-être dès 1103275. Le quatrième mariage du roi, en 1100, est moins bien connu. Il épousa en effet à cette date une certaine Isabelle, qu’il est peut-être permis d’identifier avec Zaida, convertie au christianisme sous ce nom276. Deux filles naquirent en tout cas de cette union : Sancha, vers 1101, et Elvire l’année suivante. Après la mort d’Isabelle en 1106 ou 1107, Alphonse VI prit encore une cinquième épouse, Béatrice, en avril 1108. Mais en dépit de ses cinq mariages et de ses deux liaisons, Alphonse VI n’avait, un an avant sa mort, qu’un seul héritier mâle potentiel, dont la naissance illégitime compliquait les droits de succession.

  • 277 L’authenticité même de ce pacte est discutée. Voir P. David, « Le pacte successoral », C. J. Bishko(...)
  • 278 Le pacte est édité par R. P. de Azevedo, Documentos regios, n° 2.
  • 279 B. F. Reilly, León-Castilla under queen Urraca, p. 13.

106L’absence d’un héritier, tout du moins pendant une bonne partie du règne, fut un facteur de troubles, puisqu’elle suscitait l’agitation de ceux des grands du royaume qui pouvaient prétendre à succéder à l’empereur. C’est dans ce contexte que fut émis le « pacte de succession », fomenté à une date qui est encore objet de débat et que l’on peut situer en 1095 ou en 1105277. Quelle que soit la date retenue, il est certain que ledit pacte fut conclu entre les cousins Raymond et Henri de Bourgogne, probablement sous la tutelle d’Hugues de Cluny puisque c’est son envoyé Dalmatius qui l’arbitre, et qu’il disposait qu’à la mort de l’empereur, Henri aiderait Raymond à prendre le pouvoir sur le royaume et recevrait en échange un tiers de celui-ci, soit Tolède et sa région, ou à défaut la Galice278. Raymond cherchait en cela à tirer parti de la situation avantageuse dont il jouissait dans la Péninsule. Ce noble, entré en Espagne en 1086 ou 1087 à la faveur de l’expédition menée par le duc Eudes de Bourgogne, probablement appelé par Alphonse VI à la suite de l’arrivée des Almoravides, avait été amené à prendre une place importante aux côtés de l’empereur279. Promis à l’infante Urraca à l’occasion de cette expédition, il demeure en Péninsule et le roi lui confie la défense de la frontière occidentale du royaume en 1089 en le faisant comte de Galice. Sa position dans cette région, affermie par les liens qu’il entretient avec le futur évêque compostellan, Diego Gelmírez, se renforce dès lors, comme l’attestent les chartes qu’il émet en son nom propre. Par ailleurs, son union avec l’aînée des filles légitimes d’Alphonse VI le place en favori pour la succession. On comprend donc pourquoi il a pu se sentir menacé par la naissance de Sanche en 1093 — ou par l’annonce de sa désignation imminente comme héritier à partir de 1103 —, susceptible de ruiner de tels espoirs. Quant à Henri, son rôle doit être vu différemment selon la date qu’on donne au pacte, mais témoigne en tout état de cause du poids du parti bourguignon. On ne connaît pas exactement le moment de l’arrivée de ce cousin de Raymond dans le royaume. Peut-être avait-il lui aussi suivi le duc Eudes. Quoi qu’il en soit, il fut marié en 1095 à l’infante Thérèse et obtint la charge de la défense du Portugal dont il devint comte. On a évoqué plus haut l’hypothèse de Reilly selon laquelle ces honneurs lui auraient été accordés pour contrecarrer précisément le « pacte successoral » conclu avec Raymond en 1095. Pour le cas où ce pacte aurait été signé en 1105, l’intérêt d’Henri aurait été alors de sécuriser un pouvoir que la naissance illégitime de Thérèse compromettait. La désignation définitive par Alphonse VI de l’infant Sanche pour héritier doit dans cette configuration être comprise comme une réponse à cette situation risquée.

107Cette affaire illustre les menaces que faisait porter l’absence d’un héritier sur l’unité du royaume, en suscitant potentiellement la dissidence de groupes de pression puissants en son sein. Ce problème reste d’ailleurs constant jusqu’à la fin du règne, puisqu’au printemps 1108 Sanche est tué lors de la bataille d’Uclés. De nouveau la succession revient à Urraca, qu’Alphonse VI entérine cette fois officiellement. Mais entre temps la situation s’est compliquée, puisque le comte Raymond est lui-même décédé en 1107, laissant son épouse seule à la tête du comté galicien avec un jeune enfant, le futur Alphonse VII. L’existence de cette progéniture, la possibilité d’un remariage de l’infante et l’éventualité de la montée sur le trône d’une femme furent dès lors autant de raisons pour les factions nobiliaires de se manifester. À la veille de la mort d’Alphonse VI, la crise successorale révélait donc dans toute son ampleur un fait qui semblait avoir été mis en sourdine au temps de la grandeur de l’empire. L’autorité du roi s’exerçait sur des entités territoriales — la Castille, le León, la Galice — dotées de personnalités historico-politiques propres, que les faiblesses du pouvoir central pouvaient amener à s’exprimer.

  • 280 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 162.

108Ces deux processus concomitants de désagrégation de son autorité ont donc pu détourner Alphonse VI des efforts de mise en œuvre d’une dignité impériale dont l’existence même était compromise par la présence almoravide et le problème récurrent de la succession au trône. Et pourtant, l’unification péninsulaire, même à l’époque de l’apogée impérial, restait un idéal et n’avait jamais été totalement réalisée. Pourquoi donc ne pas avoir consolidé cette fiction inventée précisément dans le but de remédier à l’absence de cohésion des territoires dominés par Alphonse VI ? D’autant que les conseillers de l’empereur se montraient parfaitement capables d’adapter le phénomène impérial à la nouvelle donne péninsulaire. Les notaires royaux n’avaient-ils pas subtilement introduit en 1096 la notion d’empire tolédan, « [esquivant] la référence à l’Hispania à un moment où le monarque ne contrôl[ait] pas toute la Péninsule »280 ? Ces questions invitent à porter notre attention sur l’existence d’autres raisons susceptibles d’expliquer l’absence d’un développement plus large de l’idéologie impériale alphonsine.

c) Un projet « trop archaïque et trop ambitieux »

  • 281 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. xi.

109Évoquant dans son introduction au règne d’Alphonse VI les rêves d’unification hispanique que ce souverain fit naître, Reilly en annonce également l’effondrement par cette solennelle sentence : « [L]e programme impérial allait se révéler à la fois trop archaïque et trop ambitieux »281. Nous reprendrons à notre compte cette affirmation qui caractérise très justement les obstacles conceptuels qui ont amené l’idée impériale alphonsine à péricliter en partie.

110L’écart s’est progressivement creusé entre les objectifs proclamés de l’empire, tels qu’on les a mis en lumière à travers l’analyse des diplômes royaux, et la situation politique péninsulaire. En effet, si l’idéal d’un gouvernement pan-hispanique est commun aux programmes de gouvernement et d’expansion territoriale mis en œuvre par Alphonse VI et ses ancêtres Ferdinand Ier et Sanche III, le premier délaisse, à la faveur de ses succès, la prudence et le pragmatisme dont faisaient preuve les seconds dans son application. Aussi a-t-on vu que l’empire d’Alphonse VI, hispanique et chrétien, se teinte progressivement de néogothisme et d’exclusivité, traduisant le dessein proclamé qu’avait le souverain de réunir en son nom les terres hispaniques sous le seul sceau du christianisme. En conséquence, l’idéologie impériale est difficilement en mesure de s’adapter au retournement de la conjoncture péninsulaire que provoque l’invasion almoravide. Elle ne tient en outre pas non plus compte de la fragmentation politique qui se dessine dans les propres territoires chrétiens de l’Hispania en raison de la force des identités régionales. En ce sens, le projet impérial peut être qualifié a posteriori de « trop ambitieux », ce qui explique peut-être sa faible mise en valeur par la cour. Mais si nos remarques se limitaient à cette analyse, nous ne ferions que reproduire une manière de faire l’Histoire qu’on a justement rejetée, s’agissant des critiques qu’un Menéndez Pidal ou un Sánchez-Albornoz prodiguaient à l’encontre des souverains hispaniques séduits par l’Europe… Aussi sera-t-il plus pertinent de chercher à comprendre en quoi l’expression de cette ambition rendait impropre l’approfondissement de l’idée impériale.

111Pour ce faire, il s’agit d’abord de cerner les raisons qui ont amené le roi et ses conseillers à exprimer une telle ambition. Or, à considérer l’itinéraire d’Alphonse VI, un événement en particulier fut à même d’avoir un tel effet. En entrant dans Tolède le 25 mai 1085, Alphonse VI fait bien plus que consolider sa position de souverain le plus puissant de la Péninsule. Et si la réalisation du projet pan-hispanique ancestral semble à cette date plus proche d’être concrétisée que jamais auparavant, ce n’est pas non plus pour la seule raison que la Castille-León occupe dès lors les deux tiers de la superficie péninsulaire. La charge idéologique que suppose le retour de la ville au christianisme joue un rôle tout aussi important, voire davantage, que ses effets géopolitiques. Le lieu de mémoire qu’est Tolède tient une place significative dans la mentalité hispano-chrétienne, en lien notamment avec l’idéologie néogothique en vigueur depuis le IXe siècle dans le royaume de León et depuis presque aussi longtemps en Navarre. Urbs regia, ville des conciles, Tolède symbolise à elle seule un passé qu’on idéalise volontiers, synonyme d’unité chrétienne pour l’Hispania. En conquérant l’ancienne capitale des Goths, Alphonse VI est donc en mesure de faire valoir son rôle prépondérant dans la reconquête de la Péninsule et de récupérer à son compte les effets légitimants d’une idéologie largement et traditionnellement répandue. La décision d’exploiter ce filon est vite prise. D’où la teinte néogothique que prend l’idéologie impériale après la conquête de la ville, et l’expression d’une souveraineté exclusive sur une Hispania dans laquelle devait bientôt revivre le royaume wisigothique. D’où également l’intégration de Tolède dans la titulature à partir de 1096, garantie de la pertinence du titre impérial à un moment où ses autres fondements de légitimité étaient menacés. D’où enfin le désintérêt partiel pour une fiction impériale qui devenait dès lors inutile.

  • 282 Voir les différentes théories quant à la datation des premières frappes de monnaies en Castille-Leó (...)
  • 283 Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 13-15.

112La vieille idéologie néogothique rendait en effet caduc le projet impérial en fournissant un cadre d’unification préétabli plus à même d’être accepté par des populations pour lesquelles il faisait traditionnellement sens. En d’autres termes, dès lors qu’il existait un « roi tolédan », il n’était plus besoin d’un « empereur ». Or, Alphonse VI a eu parfaitement conscience des retombées idéologiques supérieures qu’il pouvait tirer de sa conquête, plutôt que de ce titre d'imperator qu’il s’était octroyé et dont la nouvelle signification ne jouissait pas d’une tradition ancrée. On en verra une preuve dans ces monnaies dont il commence la frappe précisément après la conquête de la ville282, et sur lesquelles il fait imprimer, non pas son titre nouveau, mais le nom de l'urbs regia, Tolède283. Avec la création du titre d'imperator tolatenus, les notaires de la chancellerie royale entérinaient cette préférence en trouvant une juste mesure entre cette idéologie et la récente innovation impériale. La valorisation néogothique, « archaïque », de la dignité impériale fut donc un choix pertinent, mais qui causait également préjudice à l’idée même d’un empire. Dans ces circonstances, il est compréhensible que le phénomène impérial n’ait pas donné lieu à un investissement plus large de la part des idéologues d’Alphonse VI.

  • 284 Mise au point de F. García Fitz, « Las minorías religiosas ».

113À partir d’un moment incertain de l’époque moderne, on commença à désigner Alphonse VI « empereur des trois religions ». Le titre, maintes fois réutilisé depuis, est devenu synonyme de la tolérance et de la convivencia entre les civilisations que l’Espagne médiévale aurait connues, mythe ancré encore aujourd’hui dans les mentalités collectives284. À l’issue de ce chapitre, nous pouvons affirmer qu’il ne reflète pas du tout ce que fut la première véritable expérience impériale du royaume médiéval de Castille-León.

114L’idéologie impériale forgée au sein des diplômes d’Alphonse VI à partir de 1077-1078 se situe à mi-chemin entre le pragmatisme qu’autorisait la prépondérance acquise par le souverain sur la Péninsule et la mise en valeur des idéologies traditionnelles que les victoires successives ont ravivées. La titulature impériale semble avoir d’abord constitué une manière de donner forme à l’hégémonie conquise durant la première décennie du règne d’Alphonse VI. À partir de fondements de légitimité classiques, le souverain prétendait unifier dans un même empire l’Hispania sous l’égide chrétienne du royaume de Castille-León. Dans le laboratoire idéologique que devient alors la chancellerie royale, conçue comme un organe destiné à appuyer la monarchie qu’elle sert, l'imperium alphonsin n’est cependant pas resté fixe et ses fondements ont évolué, ce dont témoigne la multitude des variantes apportées à la titulature impériale. À la faveur de la conquête de Tolède en 1085, l’idéologie impériale connaît son évolution la plus décisive, et se teinte d’un néogothisme opportun qui conduit à faire de l’empire alphonsin le cadre d’une souveraineté exclusive et intransigeante. Cette tentation néogothique donnait son sens original à cette première idée impériale, différente de celles du passé et du futur, et en marquait aussi les limites. Les choix de signification associée à l’idée d’empire l’ont rendue inadéquate en la détournant de son propos initial. Il est vrai que la prise de Tolède changeait aussi la donne, en offrant une possibilité de légitimation plus traditionnelle, et certainement plus significative dans l’Hispania du XIe siècle, vu l’image que laissa l’empereur dans les sources tant contemporaines que postérieures. En somme, une solution tentante, mais qui annihilait l’édifice impérial. Paradoxalement, cette victoire qui surpassait toutes les autres, scellait la ruine de l’idée impériale.

Notes

1 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. I, pp. 234-235. Affirmation que réfute A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 695, pour qui le document en question est bien postérieur.

2 Dans la section intitulée « Alfonso VI, “imperator totius Hispaniae” ; causas de este título », pp. 99-103.

3 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 50. Le titre impérial apparaît dans la collection diplomatique dès 1075, dans la confirmation que réalise Alphonse VI du fuero de Calahorra. Le souverain est intitulé dans cet acte rex et imperator (ibid., n° 37). Gambra émet cependant des doutes quant à l’authenticité de cette titulature, l’acte en question ayant été l’objet de retouches postérieures.

4 Gambra souligne cette difficulté, mais choisit de considérer valide la titulature impériale de ce diplôme (Id., Alfonso VI, t. I, p. 695 et n. 70).

5 Id., Alfonso VI, t. II, nos 58 et 59.

6 Hüffer, López Ortiz ou encore Beneyto Pérez acceptent cette proposition, de même que B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 103-104 ou encore J. M. Mínguez Fernández, Alfonso VI, pp. 211 sqq., dans un chapitre suggestivement intitulé « Soberanía imperial frente a soberanía papal ».

7 C. Sánchez-Albornoz, España, un enigma histórico, t. II, p. 382.

8 Thèse développée dans les différentes études de l’historien déjà citées : C. J. Bishko, « Fernando I (1968) » ; Id., « Fernando I (1969) » ; Id., « Liturgical intercession ».

9 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 151.

10 A. García-Gallo, « El imperio (1945) », p. 217.

11 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 699.

12 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 150.

13 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 683 sqq.

14 A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 150 sqq.

15 Voir A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 8, 13, 31, 36, 43 et 60.

16 Voir ibid., nos 11, 12, 18 et 47.

17 Gambra reprend ici les affirmations de C. Estepa Díez, El reinado de Alfonso VI, pp. 26 et 29.

18 C’est l’hypothèse de Menéndez Pidal et Sánchez Candeira quant à la raison de l’adoption par Alphonse III du titre d'imperator qui est reprise ici par Gambra.

19 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 155.

20 Cullinan ne remet pas en question l’authenticité de la titulature en rex et imperator du diplôme alphonsin de 1075, mais elle affirme qu’on ne doit y voir qu’une émanation de l’ancien usage léonais du titre, qui n’a rien à voir avec l’idéologie impériale hispanique que développe Alphonse VI (M. Cullinan, Imperator Hispaniae, p. 173). Par contre elle ne semble pas connaître les diplômes de 1077-1078 contenant le titre impérial.

21 Il s’agit des documents édités par la suite par A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 65 (1079), n° 68 (1080) et n° 71 (1081) : deux donations d’établissements monastiques à Cluny, et un autre acte introduisant le mode de vie clunisien à Sahagún.

22 M. Cullinan, Imperator Hispaniae, p. 184.

23 Ibid., p. 183.

24 Voir, concernant cette thématique, les études rassemblées dans M.-J. Gasse-Grandjean et B.-M. Tock, Les actes, et le livre à paraître inspiré du colloque tenu à Madrid les 25 et 26 février 2010, « Documentos y cartularios como instrumentos de poder », coord. Julio Escalona et Hélène Sirantoine.

25 Sur les enjeux de pouvoir liés aux acteurs intervenant en chancellerie et « l’écriture du pouvoir royal », voir la thèse d’habilitation à diriger des recherches d’Amaia Arizaleta portant sur la chancellerie castillane de la période 1157-1230, publiée dans la collection des Livres d’e-Spania (A. Arizaleta, Les clercs au palais).

26 Voir sur la question A. Millares Carlo, « La cancillería real ».

27 Les caractères de la « chancellerie royale » durant le règne d’Alphonse VI sont traités par Andrés Gambra dans son volume d’étude de la collection diplomatique alphonsine (A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 103-177). Voir également l’étude de B. F. Reilly, « The Chancery of Alfonso VI ».

28 Juan Baldemírez (1075-1081), Alfonso Ramírez (1077-1081), Sisnando Astráriz (1084-1099), Diego Pastorino (1091-1103) et Pelayo Eríguez (1095/6-1109).

29 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 108.

30 Ibid., p. 115.

31 Ibid., aux pp. 509 sqq., pour une étude de la composition de la curia regis.

32 Ibid., pp. 141-142.

33 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 63, 65 et 68, et peut-être le n° 64.

34 On se bornera ici à quelques exemples parmi une quinzaine de diplômes relevés. En 1073, Alphonse VI donne au monastère de Silos une villa soustraite à l’autorité du sayón (« absque […] saionis imperio », ibid., n° 19). En 1076, il réalise en faveur de Santo Domingo de Silos la donation de San Frutos, près de Sepúlveda, accompagnée des terres incombant à ce lieu, telles qu’elles avaient été délimitées par vingt-six colons auxquels il avait initialement ordonné cette tâche : « Fuere namque meo imperio determinatores consignantes hunc terminum XXVI de primis populatoribus in Septempublica » (n° 38). Un témoin du fuero accordé à Santa María de Dueñas en 1078 se présente comme « Annaia Uelaz, que tenet Donnas ad maiorandum sub imperium regis » (n° 60). Dans les conditions d’une exemption accordée au monastère de San Millán de la Cogolla le 25 novembre 1089, il est précisé que « nul roi, nul comte, nul chef qui gouvernerait Nájera » ne pourra aller contre cette décision (« neque rex, neque comite, neque dux qui Naieram imperauerit », n° 102). Lorsque le 14 mai 1107 Alphonse VI accorde à l’église de Compostelle le droit de frapper monnaie, il est prévu que l’amende à payer par les éventuels contrevenants à l’acte sera versée à l’église de saint Jacques mais aussi « regi qui totius patrie imperium tenuerit » (n° 189).

35 Ibid., n° 123.

36 Nos 52, 56, 64, 73, 74, 76, 90, 97, 103, 110, 113, 122, 166, 181, 191 et 192.

37 Il s’agit des documents nos 94, 95 et 98, relatifs à la donation effectuée par Alphonse VI de la moitié des monastères de Santa Eulalia et San Antolín de Fingoy à l’église de Lugo. Les nos 106 et 109 sont des faux en provenance de Cardeña. Le dernier document concerné, n° 186, fut composé à San Millán au milieu du XIIe siècle.

38 Ce qui n’est d’ailleurs pas inintéressant du point de vue de la réception de ce titre nouveau adopté par Alphonse VI. Voir sur ce point « Une tentative avortée », pp. 225-258. On notera cependant que toute une série de diplômes présentés comme des falsifications par Andrés Gambra intègrent le titre impérial (voir les nos 79, 81, 84, 87, 88, 93, 104, 108, 140 et 162).

39 Nos 51, 57, 61, 70, 75, 77, 107, 111, 112, 115, 119, 120, 121, 130, 138, 165, 179 et 183. Voir cependant les quelques exceptions suivantes : « diuina preordinante gratia Hispaniarum rex » (n° 97) ; « Dei gratia imperator » (n° 100) ; « rex et imperator totus Hyspanie » (n° 129).

40 Nos 50, 63, 64, 68 et 84.

41 N° 64.

42 Nos 58, 59 et 74.

43 Qui sont au nombre de seize : nos 78, 86, 89, 91, 100, 105, 114, 124, 125, 126, 127, 128, 132, 133, 147 et 148.

44 N° 192.

45 Nos 116, 139 et 161.

46 Nos 137, 140, 141, 142, 144, 145, 146, 149, 151, 152, 154, 155, 156, 157, 159, 160, 162, 163, 164, 169, 170, 171, 172, 173, 174, 175, 176, 177, 178, 182, 184, 185, 187, 188 et 189.

47 N° 166.

48 Nos 143 et 193. Ces deux actes sont d’une moindre solennité, et dans le premier le titre royal n’apparaît même pas, Alphonse VI s’intitulant uniquement « prolis Fredenandi et Santie regine ». Il n’est par ailleurs pas certain que ces diplômes aient été rédigés par Pelayo Eríguez (voir A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 150).

49 Ce qui est dû à une tradition documentaire déficiente ou à l’absence de souscription notariale d’après A. Gambra, ibid., p. 106.

50 En outre toute une partie des diplômes présentant une titulature impériale sont souscrits par des scribes qui n’apparaissent que ponctuellement dans la collection et on ne peut savoir s’ils étaient liés à la chancellerie royale ou à un scriptorium particulier. Voir les nos 62, 71, 79, 80, 82, 83, 87, 96, 99, 113 et 122, ainsi que A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 171-172.

51 À Sahagún (n° 69), Tolède (n° 92) et León (n° 131).

52 Nos 58, 59 et 62.

53 N° 63.

54 Voir les nos 71, 84, 194, 108, 125, 131, 134, 139, 150, 154 et 172.

55 C’est le cas des nos 58, 59, 62, 87, 123 dans lesquels on trouve simplement les titres rex ou princeps.

56 Les diplômes présentant cette forme de la titulature impériale sont tous rédigés par Sisnando Astráriz (nos 89, 91, 125-128, 147, 148), sauf le dernier (n° 169) souscrit par Pelayo Eríguez.

57 Le terme natio signifie principalement « nation ». Employé au pluriel, nationes, il peut également acquérir une dimension religieuse en signifiant les « gentils » ou « païens » (voir J. F. Niermeyer et C. van de Kieft, Lexikon). On le retrouve notamment dans ce sens dans la confirmation du fuero de Coimbra du 22 avril 1093 où il est question des « barbaras nationes » auxquelles Alphonse VI s’attaque (A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 124).

58 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 22.

59 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 104-106.

60 A. Ubieto Arteta, « Homenaje ».

61 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 705. L’aide que lui procure Sanche Ramírez à l’occasion de la bataille de Zalaqa aboutit en effet à la confirmation de l’intégration des terres navarraises à l’Aragon, en tant que comté.

62 Voir les exemples relevés par H. Kleinschmidt, « Die Titulaturen englischer Könige », pp. 114-115, n. 144 à 148.

63 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 440-441. Effectivement on trouve en Péninsule cette formule dans une lettre d’Élipand de Tolède à Charlemagne, datée de l’année 783 par Migne : « Domino inclito adque glorioso diuersarum gentium principi », Élipand de Tolède, Œuvres, p. 93.

64 Voir les diplômes nos 135, 137, 152, 154, 155, 159, 163 et 189, tous de Pelayo Eríguez à l’exception du premier dont le rédacteur est impossible à identifier catégoriquement.

65 A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 151-152, a établi un relevé de certaines de ces occurrences associées à des empereurs romains ou carolingiens, ainsi qu’à Dieu.

66 Ibid.

67 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 93.

68 Ibid., t. I, pp. 423-424 et 644-645.

69 Ibid., t. II, n° 117 : « Ego igitur Aldefonsus, imperator tocius Castelle et Toleto, necnon et Nazare seu Alaue ».

70 D’autant que Tolède est présente dès 1086 dans la datation des diplômes au sein de l’énumération des territoires gouvernés par Alphonse VI par le biais de la formule en regnante (voir ibid., t. I, p. 690).

71 Opinion avancée par R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 107.

72 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 703.

73 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 162.

74 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 39.

75 Les datations en question n’énumèrent que les différents territoires qui constituent le royaume castellano-léonais : « regnante et imperante serenissimo principe Adefonso in Toleto et in Legione » (ibid., n° 92) ; « regnante et imperante serenissimo principe Adefonso in Toleto et Legione et Castella seu in Galletia et Exturias et Nagera » (ibid., n° 101) ; « regnante et imperante ego me ipso in Toleto et in Legione et in Castella, Asturias adque et in Gallecia » (ibid., n° 116) ; « imperante rege Aldefonso de Calagurra asque ad Cuencam » (ibid., n° 191).

76 Sur ce terme comme synonyme d’Hispania, voir notamment H. de Carlos Villamarín, Antigüedades, pp. 118-120 et plus classiquement J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 56-57.

77 D’ailleurs l’Hispania n’apparaît que rarement dans la formule en regnante des diplômes. On la trouve dans un acte de 1079 (« regno domino nostro Ihesu Christo, et sub gratia eius ego Alfonsus totius Yspanie », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 64), dans un diplôme suspect de 1081 (« regnante Domino nostro terra et polo et sub eius nutu tota in Yspania rege Adefonso », ibid., n° 73), et enfin dans une falsification déjà évoquée et datée de 1088 (« regnante Adefonso uictorissimo [sic] rege in Tholeto et in Hyspanie et Galletie », ibid., n° 93).

78 Sauf dans un acte daté du 30 décembre 1107 (n° 190), qui s’avère être une forgerie postérieure du XIIe s.

79 Voir A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 154.

80 Voir « Un concept en émergence : le regnum Hispaniae », pp. 176-182.

81 A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 153-154.

82 « … Totius Spaniae intra oceani fretum monarchiam regni primus idem potitus », Isidore de Séville, Historia Gothorum, 62, p. 292.

83 Cette analyse est proposée par A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 178-179. Rappelons par ailleurs que le rôle tenu par saint Jacques dans la christianisation de la péninsule Ibérique est controversé à cette période où les Églises hispaniques commencent à s’affronter pour le patronage du royaume. Résumé de ces controverses dans P. Henriet, « Political Struggle », pp. 311 sqq.

84 « … Omnipotenti Deo et beatissime semper uirginis Marie et sancto Iacobo apostolo, in cuius ditione terra uel regimen consistit totius Ispanie », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 11.

85 « … Ex quibus [i. e. les Apôtres] unus noster Zebedei filius Ispanie sortitus Gelletie [sic] finibus est solio locatus », ibid., n° 72.

86 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1276.

87 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 183.

88 Voir la liste qu’en donne A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 193-194.

89 On ne lit l’expression « gratia Dei et non meis meritis » que dans deux diplômes (nos 73 et 118), dont l’authenticité est d’ailleurs soumise à caution (voir ibid., p. 194, n. 50).

90 Voir M. Lucas Álvarez, La documentación real, p. 275.

91 « Que ciuitas abscondito Dei iudicio CCCtis LXXVI annis possessa fuit a mauris, Christi nomen comuniter blasfemantibus ; quod ego intelligens esse opprobrium ut, despecto nomine Christi abiectisque christianis atque quibusdam eorum gladio seu fame diuersisque tormentis mactatis, in loco ubi sancti nostri patres Deum fidei intencione adoraberunt meledicti Mahometh nomen inuocaretur, postquam parentum meorum, uidelicet patris mei regis Fredenandi et matris mee Sancie regine, Deus mirabili ordine michi pecatum [ pecatori ?] tradidit imperium, bellum contra barbaras gentes asumsi. A quibus, post multa prelia et post innumeras hostium mortes, ciuitates populosas et castella fortissima, adiubante Dei gratia, cepi. Sicque, inspirante Dei gracia exercitum contra istam urbem mobi, in qua olim progenitores mei regnaberunt potentissimi atque opulentissimi, existimans fore acceptabile in conspectu Domini si hoc, quod perfida gens sub malefido duce suo Mahometh christianis abstulerat, ego Adefonsus imperator duce Christo eiusdem fidei cultoribus reddere possem. Quamobrem amore christiane religionis dubio me periculo submittens, nunc magnis et frequentibus preliis, nunc ocultis insidiarum circumuencionibus, nunc uero apertis incursionum deuastacionibus, septem annorum reuolucione gladio et fame simul et captiuitate, non solum uius ciuitatis sed et tocius uius patrie abitatores afflixi. Quippe ipsi indurati ad sui desiderii maliciam iram Domini super se puplica infestacione prouocaberunt. Idcirco timor Domini et mentis inualitudo irruit super eos. Quibus rebus coacti, ipsimet ianuas urbis michi patefecerunt atque imperium quod uictores prius inuaserant uicti perdiderunt. Tunc ego, residens in imperiali aula atque a profundo cordis mei gracias Dei reddens, summa curare cepit diligencia quomodo Sancte Marie, genitricis Dei inuiolate, que olim fuerat preclara recuperaretur eclesia », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 86.

92 Voir « Du gouvernement du León à la prépondérance sur l’Hispania : l’itinéraire politique d’Alphonse VI », pp. 186-187.

93 « Adefonsus igitur, ex illustri Gotorum prosapia ortus, fuit magna vi et consilio et armis, quod inter mortales vix inuenitur », Sil., 8.

94 Documents inventoriés dans « Alphonse VI héritier de l'imperium léonais », p. 176.

95 C’est le cas des diplômes nos 8, 13, 31, 36, 43 et 60. Formule présente également dans un acte d’Elvire, sœur d’Alphonse VI, résultat d’un procès tenu en présence du roi (n° 21).

96 Documents nos 27, 36, 43, 59, 60, 63 et 79.

97 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 692.

98 Dans le diplôme n° 60, Alphonse est rex et Ferdinand Imperator. Dans les nos 63 et 79, Alphonse est bien totius Hispaniae imperator, mais ce sont ses sœurs qui sont « filles de l'imperator Ferdinand ». Dans le cas du n° 129, un placitum dans l’exposé duquel Ferdinand Ier est « nobilissimus imperator », Alphonse VI souscrit en tant que « rex et imperator totus [sic] Hyspanie ».

99 Sur la manière dont est organisée la mémoire des imperatores hispaniques, voir H. Sirantoine, « Memoria construida ».

100 Pour la collection diplomatique d’Alphonse VI voir l’analyse que réalise de ces formules A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 237 sqq.

101 Gambra recense 42 expressions de ce type (ibid., pp. 239-240).

102 Daté du 25 novembre 1085, le premier de ces diplômes comporte la clause suivante : « Si uero, quod non spero, aliquis de mea proienie uel extranea fuerit prosapia, qui has leges et foros secundum quod resonat in titulo quinto, capitulo primo, date per uim, per fraudem, confundere ordinatus, rex uel imperator aut regina, pontifex infolatus, clericus uel monachus ordinatus, consul aut prinçeps armatus, uir aut femina, qui hoc temptauerit, non habeat sors cum Deo neque sanctorum eius, excomunicatus existat… » (A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 84). Le second, daté du 30 décembre 1107, présente quant à lui une clause qui commence par ces mots : « Sane, si quilibet potestas, imperator, rex, comes, dux, aut ego seu quelibet persona, contra hoc… » (ibid., n° 190). Dans sa critique diplomatique, Gambra ne propose pas de datation pour ces falsifications (ibid., pp. 219 et 485-486).

103 « Post mortem uero domni Fredenandi regis dominus noster laudabilis Adefonsus successit in imperio, qui firmiter atque mirabiliter expugnans omnes barbaras nationes Dei cum adiutorio, usquequo peruenit ad laudabilissimam et nimis pulcram hac decoram ciuitatem Toleto, quam omnipotens Deus tradidit in manus eius mirabiliter », ibid., nos 83 et 124 pour la confirmation de 1093.

104 Expressions employées notamment dans l’historiographie. Voir les remarques formulées en note dans « La succession au trône : une géométrie variable », p. 88, n. 36.

105 Il n’est d’ailleurs peut-être pas non plus anodin que dans le diplôme de restauration de l’église tolédane Alphonse VI soit intitulé « gratia Dei tocius Esperie imperator ». La dénomination Hesperia pour la péninsule Ibérique a une connotation archaïque qui permet d’enraciner encore davantage le titre impérial dans le passé.

106 Sur la dialectique qu’entretiennent les notions d’empire et de conquête dans l’idéologie impériale d’Alphonse VI, voir H. Sirantoine, « Exclusión e integración », notamment la section intitulée « El imperium, ¿motivo o consecuencia de la conquista ? ».

107 Ce terme désigne en réalité la fonction de César, de manière abstraite. On pourrait encore parler de « césarité ». NB : les translittérations de termes arabes insérées dans cette citation et dans les suivantes ont été réalisées à partir des éditions des chroniques en question grâce à l’aimable collaboration de Jean-Pierre Molénat et Yann Dejugnat.

108 On utilise ici la version de la chronique traduite en castillan par Maíllo Salgado : Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-Iktifā’, p. 110.

109 Ibn Ḵaldūn, Histoire des rois chrétiens, p. 105. Cette « histoire » est tirée d’un chapitre de l’Histoire universelle de l’auteur arabe, consacré aux rois chrétiens de la péninsule Ibérique durant l’occupation musulmane de celle-ci.

110 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 92, 93, 101, 109, 116, 134, 153 et 192.

111 « Bernardus Toletani imperii archiepiscopus », ibid., nos 144, 160 et 175.

112 C’est d’abord le cas de la reine Berthe (« Berta Toletani imperii regina », ibid., nos 146, 149, 151 et 152). Après sa mort survenue en 1100 Alphonse VI épouse Isabelle, pour laquelle on trouve aussi une occurrence de la même expression (ibid., n° 188).

113 Ibid., nos 173 et 178.

114 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 439.

115 C’était l’opinion d’Ubieto Arteta et de Gambra, voir plus haut « Une titulature impériale aux multiples variantes », pp. 210-211.

116 Voir le résumé du problème, qui apparaît déjà dans l’España del Cid, dans R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 110-111.

117 Traduction espagnole par A. Huici Miranda, Al-öulal al-Mawšiyya, p. 52.

118 Ibid., p. 54.

119 Substantif qui correspond au titre d’émir, amīr, qui a donné « émirat ».

120 Ibid., pp. 56-57.

121 Voir notamment les travaux d’Angus MacKay et Muhammad Benaboud sur le sujet : M. Benaboud et A. Mackay, « The authenticity » ; Id., « Alfonso VI » ; Id. « Yet again Alfonso VI ». La multiplicité de ces articles s’explique par les réfutations que Norman Roth formula à l’encontre des arguments de ces auteurs : N. Roth, « Again Alfonso VI » ; Id. « Alfonso VI, an answer ».

122 M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 1022 et 1110.

123 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 110.

124 « Religion » s’exprime par le terme milla.

125 Ainsi Alexandre est-il dans le Coran désigné par le surnom de du-l-qarnayn — le Bi-cornu — ce qui symbolise notamment l’ampleur du pouvoir qu’il s’est constitué jusqu’à l’extrême ouest et jusqu’à l’extrême est. Voir William Montgomery Watt, art. « Iskandar », dans Hamilton A. R. Gibb et alii, Encyclopédie de l’Islam, t. IV et F. de Polignac « L’image d’Alexandre ».

126 On retrouve là une dualité qui se rapporte à la totalité : d’un côté le dār al-Islām, le pays d’Islam, et de l’autre le dār al-ḥarb, pays de la guerre, non encore soumis à l’Islam et destiné à le devenir. La désignation de frontières fixes tendrait à signifier que l’Islam aurait stoppé son expansion. Voir A. Miquel, « La frontière absente » et le chap. xi d’Id., La géographie humaine.

127 Voir B. Lewis, Le langage politique, pp. 65-66.

128 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 20 (1080), n° 24 (1088), n° 27 (1088), n° 28 (1089), n° 45 (1101), n° 47 (1109). C’est surtout le cas lorsqu’il est fait référence à Alphonse VI au cœur d’une bulle, et rarement lorsqu’elle lui est directement adressée.

129 Ibid., nos 8 et 10, bulles datées de 1074.

130 Ibid., n° 14 (1078), n° 22 (1081).

131 Ibid., n° 17 (1079).

132 Ibid., n° 37.

133 Ibid., n° 22. Voir R. Menendez Pidal, El imperio hispánico, p. 105, qui parle de « mots qui semblent être une glose et une précision du titre [impérial] » ; J. M. Mínguez Fernández, Alfonso VI, p. 218, pour qui l’expression signifie « une reconnaissance implicite de la dignité impériale du roi léonais ».

134 Voir la bulle adressée « omnibus principibus in terram Hyspanie proficisci volentibus » en 1073 (D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 6) ; voir la bulle adressée au légat Géraut qui avait été envoyé « pro negotiis s. Romane ecclesia in Hyspanias » (ibid., n° 7).

135 Ibid., nos 6 et 13.

136 Ibid., n° 4.

137 Ibid., n° 8.

138 Ibid., n° 24.

139 Ibid., n° 27.

140 Ibid., nos 34, 39, 42.

141 Ibid., n° 46.

142 L’expression apparaît notamment dans les Statuta sancti Hugonis abbatis Cluniacensis pro Alphonso rege Hispaniarum tanquam insigni benefactore (Hugues de Cluny, Statuta pro Alphonso rege Hispaniarum, pp. 159-160), ordonnance liturgique promulguée par l’abbé Hugues vers 1090-1093. Alphonse VI bénéficiant dès lors de l’intercession des moines clunisiens, il apparaît dans les diverses consuetudines, sous le titre d’Hispaniarum rex. Postérieurement à la mort d’Alphonse VI on retrouve l’expression dans d’autres documents clunisiens, notamment dans les différentes versions de la Vita sancti Hugonis où est relaté l’épisode miraculeux de l’intervention de l’abbé dans la libération du roi emprisonné par son frère.

143 Il est présent dans deux diplômes d’Alphonse VI adressés à Cluny (voir A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 65 et 71, respectivement émis en 1079 et 1081) et dans un acte du 22 février 1109 émis par la future reine Urraca, alors « infanta domna Urraka totius Galletie domina et imperatoris domni Adefonsi filia et Constantiæ reginæ nata ». Il y est précisé que la donation est réalisée « [sua] propria voluntate atque consilio patris [suis], imperatoris domni Adefonsi » (A. Bruel et A. Bernard, Recueil, t. IV, n° 3533 où l’acte est de façon erronée daté de 1079).

144 C. J. Bishko, « Liturgical intercession », p. 59.

145 Bishko note qu’on lit d’abord cette désignation de Ferdinand Ier dans les Consuetudines cenobii Cluniacensis de Bernard de Cluny. Ferdinand Ier et Sancha y apparaissent effectivement comme reges Hispaniarum/Hispaniae. Idem dans les Consuetudines d’Ulrich (fin XIe s.).

146 Documents examinés dans le chap. viii « Au-delà de la péninsule Ibérique », pp. 357-358.

147 Remarque formulée par P. Segl, Königtum und Klosterreform, pp. 202 sqq.

148 Adémar de Chabannes, Chronicon, III, 41.

149 Ibid., III, 70.

150 Ainsi Alphonse II est-il « rex Galleciae atque Asturicae » dans Éginhard, Vie de Charlemagne, 16.

151 Bernold de Constance, Chronicon, p. 457.

152 Chronique de Saint-Maixent, éd. J. Verdon, pp. 133, 139, 149, 157, 177, 181.

153 Voir « Alphonse VI héritier de l'imperium léonais », p. 175.

154 On ne donnera que quelques exemples en provenance de Leire. Dans des actes privés : « regnante Santius rex in Panpilona. Rex Santius Ranimiri in Aragone, rex Santius Fredinandis in Castella » (Á. Martin Duque, Documentación medieval de Leire, n° 79, 1066) ; « Regnante Sancio rege in Pampilonia. Sancio rex in Aragone. Alfons in Legione. Sancio rex in Burgus » (ibid., n° 89, 26 septembre 1071). Dans des diplômes ou confirmations du roi de Navarre Sanche IV Garcés : « Regnante domino nostro Ihesu Christo et sub eius ymperio ego Sancius rex in Pampilonia. Rex Sancius Fernandeç in Burgos et in Legione. Rex Sancius Ranimiriç in Aragona » (ibid., n° 94, 17 avril 1072) ; « Regnante rege Sancio cum uxore sua Placencia regina im Pampilona et in Nagera uel in Alaua. Regnante rege Alfonsso in Castella et Legeone [sic] et Galicie. Regnante rege Sancio in Aragone » (ibid., n° 99, 17 mai 1075).

155 Voir par exemple certains diplômes de Sanche Ramírez : « regnante domino nostro Ihesu Christo et sub eius imperio ego Santius rex in Aragone et in Suprarbi siue Ripacurçia, rex Santius filius rex Garcia in Pampilona, rex Santius filius rex Freninando in Castella, Rex Adefonsus frater eius in Leone et frater eius Garcia in Gallicia » (Á. Canellas López, Colección diplomática de Sancho Ramírez, n° 27, 1072) ; « Ego prefatus Sancio Ranimirez in Aragone et in Superarbi seu in Ripacurza. Rex Sancio in Pampilona. Rex domino Adefonso in Leione » (ibid., n° 34, janvier 1075).

156 Á. Martín Duque, Documentación medieval de Leire, n° 106, 1079. Notons en outre qu’Alphonse VI apparaît également en tant que « roi de Castille » dans quelques documents en provenance du monde catalan (I. J. Baiges et alii, Els pergamins de l’Arxiu Comtal, t. I, nos 87, 122, 199, 215).

157 Voir Á. Martín Duque, Documentación medieval de Leire, nos 113, 118, 124, 143, 156, 178, 189, 193, 196, 197, 208 et 212, émis entre 1085 et 1105 ; A. Durán Gudiol, Colección diplomática de la catedral de Huesca, t. I, n° 44, émis le 13 juillet 1081. Les espaces géographiques insérés dans la formulation varient : Castille, León, Nájera. À partir de 1087 toutefois Tolède y apparaît le plus souvent, et peut même constituer le seul territoire nommé : « Ildefonso imperatore in Toleto ».

158 Diplômes de Sanche Ramírez : Á. Canellas López, Colección diplomática de Sancho Ramírez, n° 57 (4 septembre 1082) ; n° 106 (13 janvier 1089) ; n° 108 (13 juin 1089) ; n° 140 (25 août 1093). Diplôme de Pierre Ier : A. Ubieto Arteta, Colección diplomática de Pedro I, n° 106 (1101). Il existe également deux actes plus anciens mentionnant ce titre, mais ce sont des forgeries selon Ubieto Arteta (nos 18 et 52). Les compléments géographiques sont aussi divers que dans la documentation privée.

159 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. I, p. 235.

160 Id., El imperio hispánico, p. 113.

161 Á. Canellas López, Colección diplomática de Sancho Ramírez, n° 97.

162 Ibid., n° 83.

163 Voir « Du gouvernement du León à la prépondérance sur l’Hispania : l’itinéraire politique d’Alphonse VI », p. 188.

164 « … Quod idem episcopus plus diligens domnum Anfunsum imperatorem Castelle quam ipsum Sancium regem Aragonensium, vellet ob ipsius detrimentum cum omnibus suis transire ad illum et si posset Alchezar castrum usurpare, retineret ad subvertendum ipsius Sancii fratris sui regnum et domni Anfunsi imperium exaltandum », A. Durán Gudiol, Colección diplomática de la catedral de Huesca, t. I, n° 117.

165 C’est l’analyse que propose R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 118-119.

166 J. L. Corral Lafuente, Cartulario de Alaón, n° 268.

167 Remarques que font R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 111-112 et J. A. Maravall, El concepto de España, p. 441.

168 Voir la fin de « Vers un empire néogothique ? », pp. 220-221.

169 Voir « Un empire à la souveraineté exclusive », pp. 223-225.

170 Voir Hamilton A. R. Gibb, art. « Amīr al-Mu’minīn », dans H. A. R. Gibb et alii, Encyclopédie de l’Islam, t. I et B. Lewis, Le langage politique, p. 81.

171 Voir A. Ayalon, art. « Malik », dans H. A. R. Gibb et alii, Encyclopédie de l’Islam, t. VI et B. Lewis, Le langage politique, pp. 85-90.

172 D’après les conclusions formulées par Francis Bezler, éditeur des pénitentiels hispaniques, à partir notamment de l’analyse du titre d'imperator : F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 17-25.

173 Pénitentiel de Silos, dans F. Bezler (éd.), Paenitentialia Hispaniae, canon 259. Cette hiérarchie est répétée au canon suivant où il est question des commutations pour un jeûne plus important.

174 F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 23-24 et 78-84.

175 Ibid., p. 23.

176 Formulation qui s’apparente à la suivante, insérée dans une bulle du pape Urbain II à l’évêque de Tarragone : « Si quis autem in crastinum archiepiscopus, aut episcopus, imperator, aut rex, princeps, aut dux, comes, aut vice-comes, iudex, aut persona quelibet magna vel parva ecclesiastica, vel secularis, huius privilegii paginam scienter, contra eam venire temere temptaverit… », D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 32.

177 F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 79-81. Sur la distinction entre chevaliers infanzones et villanos dans la Péninsule médiévale, voir L. García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones, pp. 319-323.

178 F. Bezler, Les pénitentiels espagnols, pp. 81-83.

179 Ibid., p. 85.

180 Affirmation qui nous amène à affiner la datation du pénitentiel proposée par son éditeur. En effet Francis Bezler, au moment de commenter le sens du titre d'imperator, affirme que « ce n’est qu’au cours du XIe siècle que le terme d’Imperator acquit clairement le sens de Roi supérieur aux autres rois », signification qu’il estime caractéristique du règne de Ferdinand Ier (ibid., pp. 23-24). On sait toutefois que Ferdinand Ier ne porta pas le titre d'imperator. Aussi doit-on repousser cette supériorité sur les rois contenue dans les propos du pénitentiel au règne d’Alphonse VI, voire même à l’époque à partir de laquelle le souverain fait usage d’une titulature impériale.

181 Texte du colophon édité dans F. Palomero Aragón, Alfonso VI, n. 1, p. 191, qui consacre par ailleurs les pp. 122-190 à l’étude du mécénat d’Alphonse VI auprès du monastère San Sebastián de Silos. Pour l’auteur, la mention de la mort de l’empereur dans le colophon du Beatus est une manière de rendre hommage au souverain ; dans le même ordre d’idée, il suggère que le portrait de roi enluminé au f º 102 du manuscrit (reproduit p. 174) pourrait représenter Alphonse VI.

182 Voir J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 76 et J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 96. C’est cependant le titre royal qui est employé dans d’autres actes des sœurs d’Alphonse VI.

183 M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), n° 1143 ; M. Lucas Álvarez, La documentación del Tumbo A, nos 74, 75 et 77.

184 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 192-193.

185 Voir plus loin pour les détails de cette crise « L’invasion almoravide et la crise successorale », pp. 255-256.

186 Ibid., pp. 253-254.

187 La première occurrence de ce titre date du 23 novembre 1097 : « Ego enim comes domnus Henrrichus una pariter com [sic] conjugia mea nomine Tarasia prolis Adefonsi principis totius Spanie » (R. P. de Azevedo, Documentos regios, n° 4). Ce même acte est confirmé par Alphonse VI intitulé pour l’occasion totius Spanie imperator.

188 Ibid., n° 4 bis.

189 Ibid., n° 5.

190 En outre on a rencontré un certain nombre d’actes au sein des chartes privées dans les datations desquels il est précisé qu’Alphonse VI règne et que « sous son autorité » — sub eius imperio — un magnat exerce son pouvoir local. Ce type de formulation est relativement fréquent durant le règne : voir J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1316 ; J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 49 ; M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, nos 21, 63, 74, 148, 210, 226, 228, 229, 250, 278 et 309 ; M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 990 et 1038. Il s’agit cependant là à notre avis encore d’un usage traditionnel de la notion d'imperium, qui n’a pas nécessairement à voir avec la fonction impériale.

191 Voir « Le participe présent imperante », pp. 103-104.

192 M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, nos 38, 45, 72, 73, 74, 76, 103, 107, 225, 315 ; J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1226 ; J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, nos 38, 44, 45 ; M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 886, 950, 1022, 1069, 1110 ; A. C. Floriano Cumbreño, Colección de Belmonte, n° 4 ; F. J. Hernández, Los cartularios, nos 7, 16 ; M. Mañueco Villalobos et J. Zurita Nieto, Documentos de Santa María de Valladolid, t. I, n° 11 ; R. P. de Azevedo, O mosteiro de Lorvão, n° 8 [NB : il ne nous a pas été possible de consulter la récente édition du cartulaire de Lorvão publiée dans le volume d’étude dirigé par A. A. Nascimento et J. M. Fernández Catón (éd.), Liber testamentorum coenobii Laurbanensis].

193 M. L. Ledesma Rubio, Cartulario de San Millán, nos 48, 142, 328 ; J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), nos 1232, 1248, 1318, 1321 ; F. J. Hernández, Los cartularios, nos 8, 11 ; M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 225 ; L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 332 ; J. Abad Barrasus, Santa María del Puerto, nos 31, 35.

194 Cette pratique a été observée dans presque toutes les collections diplomatiques sondées et elle apparaît parfois très tôt dans le règne d’Alphonse VI. Voir à la fin d’« Un concept en émergence : le regnum Hispaniae », p. 181.

195 M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, nos 72, 140, 166, 236, S-19 ; M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 810, 814, 834, 897, 998, 1098, 1113.

196 On ne donnera que quelques exemples. En 1093, dans un acte de concorde entre l’évêque de León et les infanzones de Bernesga concernant la propriété de certaines terres, on précise que l’évêque ne peut la revendiquer « nisi iuditio et imperio regis » (J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León [IV], n° 1279). En 1095, il est précisé dans une charte que les personnes entrant au monastère de Vane Munius seront exemptes des impôts royaux : « liberum esse […] ad omni imperio fiscali regis » (ibid., n° 1284).

197 Ainsi de l’autorité de l’abbé et de l’évêque. Une charte est adressée à « reuerentissimus domnus noster abbas domnus Petrus, qui hoc monasterium Cellenove imperatis » (J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 37). Le monastère San Marcelo de León est « sub iure episcopi Sancte Marie Legionensis et sub eius imperio et dominio » (J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León [IV], n° 1291). L’autorité du comte est aussi exprimée par le même vocabulaire. Ainsi dans un acte de la cathédrale d’Astorga daté de 1108 (G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga [I], n° 544) l'imperium désigne d’abord l’étendue du royaume d’Alphonse VI (« in toto imperio regini [sic] sui ») puis le verbe imperare est utilisé pour évoquer un ordre donné par le comte (« comes imperauerat »). Voir également plus loin la fin d’« Une idéologie aux développements limités », pp. 252-253, pour d’autres exemples concernant cette fois le qualificatif d'imperator appliqué à d’autres personnes que le roi.

198 J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 50 (1093) ; J. G. de Oliveira Guimarães, Vimaranis Monumenta Historica, n° 63 (1100) ; J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1313 (1102).

199 M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 873, 876 (1091), 985 (1096) et J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 98 daté de 1101.

200 M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 124.

201 « Hanc, itaque, domum et monasterii institutionem serenissimus rex et imperator ex regimine sua abstraxit », J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 39.

202 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1276.

203 G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga (I), n° 532. Cette charte est confirmée par Alphonse VI, totius Hispaniae imperator. Doit-on y voir la trace d’un acteur de la chancellerie royale ? Aucun nom de scribe ou notaire n’est donné.

204 Voir « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », p. 161.

205 « … Cum assensu ac uoluntate Aldefonsi, Hispaniarum regis, gloriosissimo filii Fredelandi regis, omni regali strenuitate opinatissimo, filii Sancii regis, omni deuota pietate et bellicosa uirtute christianaque religiositate pollentis », Grimaldus, Vita Dominici Siliensis, I, xxiii, l. 119-122.

206 Il apparaît en réalité dans la continuation du texte, rédigée postérieurement à la mort du roi. Vitalino Valcárcel identifie en effet différents passages qui selon lui n’ont pas été rédigés par Grimaldus. Il est cependant difficile de préciser qui furent les auteurs des ajouts identifiés, ou leur date de rédaction (ibid., pp. 29 sqq.). L’extrait qui nous intéresse fait partie de ces ajouts et relate un miracle de saint Dominique ayant permis de soigner un proche d’Alphonse VI tombé malade alors qu’il préparait une expédition du roi contre Grenade en 1091 : « quodam tempore domnus Aldefonsus, imperator Hyspanie, disposuit super turpissimam gentem Hysmaelitarum ad belle procedere et castrum quod Granata uocatur, rebellantem contra se, opprimere… », ibid., II, xlii.

207 On étudiera précisément ces diplômes dans le chapitre suivant consacré au règne d’Urraca.

208 R. P. de Azevedo, Documentos regios, nos 15, 30, 35, 39, 53, 70, 71, 76 et 82.

209 Ibid., nos 24, 78 et 81.

210 Ibid., n° 32.

211 Ibid., n° 59.

212 Ibid., nos 42, 73 et 75.

213 La première suscription de ce type date du 3 août 1128 : « Ego egregius infans Anfonsus gloriosissimi Ispaniae imperatoris nepos et consulis domini Henrici et reginae Tharasiae filius Dei uero prouidentia totius Portugalensis prouinciae nepos », ibid., n° 93.

214 Il s’agit du nombre de diplômes édités par R. P. de Azevedo, ibid.

215 Jusqu’en 1137 en tout cas, puisque la pratique cesse après cette date. Voir « Dans les territoires “vassaux” », p. 362, n. 231.

216 Voir « Une titulature impériale inconsistante ? », pp. 307-308 et « L'imperium : un monopole d’Alphonse VII », p. 334.

217 On n’a observé ce titre que dans quelques actes émis dans les décennies qui suivent la mort d’Alphonse VI. Il s’agit notamment de ceux réalisés par les filles du défunt souverain. Dans un acte de 1109 Sancha et Elvire se présentent comme « les filles du roi Alphonse et de notre mère la reine Isabelle, qui furent rois-empereurs » (M. E. Martín López, Patrimonio cultural, n° 13). D’autres titulatures d’Elvire rappellent sa filiation impériale (J. M. Fernández Catón, Colección de la catedral de León [V], nos 1381, 1407 et 1416). On retrouve le titre dans les actes d’importants ecclésiastiques. En 1120 l’évêque de León Diego relate la situation chaotique dans laquelle se trouve le royaume « post obitum regis Adhefonsi Yspanie et inperatoris » (ibid., n° 1368). Le titre apparaît enfin dans des chartes émises par des personnages de moindre rang. Voir ibid., n° 1390 ; A. Bruel et A. Bernard, Recueil, t. IV, n° 3900 ; J. A. Fernández Flórez, Colección de Sahagún [IV], n° 1258) ; G. Cavero Domínguez et E. Martín lópez, Colección de la catedral de Astorga (I), nos 571 et 602, dans lesquels c’est également la reine Urraca qui est imperatrix (voir « Usages de l'imperium hispanique au temps d’Urraca », p. 267, n. 28).

218 Alphonse VI est dans cette chronique « Ispaniarum ortodoxi inperatoris » (Sil., 31) puis « noster imperator » (Sil., 74). La troisième occurrence, citée à la note suivante, est préalable à ces deux dernières.

219 « … Statui res gestas domini Adefonsy, orthodoxi Ispani inperatoris, vitamque eiusdem carptim perscribere ; primo quia ipsius nobiliora facta memoria digna videntur, secundo quia, vitam fragili iam tempora toto vite sue curriculo, pre omnibus regibus eclesiam Christi catolice gubernantibus celeberrimus videtur », Sil., 7.

220 Ainsi les rois wisigoths qu’évoque l’auteur sont intitulés tantôt Gotorum rex/princeps (Sil., 2, 6, 14, 25 et 26), tantôt Yspanorum princeps (§ 2), Yspanus rex (§ 5, 15, 16 et 17) ou encore Hispanicus rex (§ 6), ce qui n’est guère étonnant dans la mesure où l’Hispania est considérée comme synonyme du royaume wisigothique. Chose plus surprenante, les rois léonais, et plus particulièrement castellano-léonais, jouissent du même titre. Ordoño Ier est ainsi intitulé Ispanicus rex (§ 36), Ferdinand Ier Yspanus rex (§ 92) et Alphonse VI est orthodoxus Ispanus inperator (§ 7) et Ispaniarum ortodoxus inperator (§ 31). Au § 8 enfin, le chroniqueur désigne l’ensemble des rois péninsulaires depuis les origines wisigothiques comme Ispanici regi.

221 Sil., 8.

222 Sil., 25.

223 En dehors du titre de rex hispanicus, les rois wisigoths sont également désignés par les titres de rex gotorum (§ 3) et rex hispanorum (§ 2), ce qui permet d’assimiler les Gothi aux Hispani. Par ailleurs, à partir de la mention de la conversion de Reccarède et de celle de son peuple, les Gothi sont également désignés comme chrétiens : ils sont les seruos Christi au § 4, les christicolae au § 6. Cette diversité se retrouve dans la désignation du royaume que gouvernent les Asturiens et leurs successeurs : Alphonse VI gouverne le « regnum Yspanorum » (§ 8, 10), Alphonse III fortifie le regnum Gotorum (§ 39), les troupes musulmanes tentent de ruiner le regnum christianorum durant le règne d’Ordoño II (§ 46) et al-Mansur dévaste ce même regnum christianorum (§ 70).

224 Sil., 2, 3 et 6.

225 « Adefonsus igitur, ex illustri Gotorum prosapia ortus, fuit magna vi et consilio et armis, quod inter mortales vix inuenitur ; namque alterum ex timore occisionis, atque alterum ex audatia fortitudinis processisse uidemus. Huic uero in regnum Yspanorum ampliando, in barbaros exercendisque bellis, quanta animositas fuerit, prouintias ab eorum sacrilegis manibus retractas et in Christi fidem conuersas singilatim enumerando, vt mee capacitatis industria dederit eundo profabor », Sil., 8.

226 Ce qui fait de cette version de la perte de l’Espagne un récit original puisque jusqu’alors la responsabilité de l’invasion musumane était tantôt dévolue à Witiza, tantôt à Rodrigue, mais jamais aux deux à la fois. C’est aussi le premier texte chrétien dans lequel intervient le comte Julien. Voir P. Henriet, « Perte et récupération », notamment les pp. 127-129.

227 Sur l’importance de ce viol dans les traditions mozarabe puis léonaise, voir T. Deswarte, « Le viol ».

228 Sil., 14-17.

229 Sil., 18-19.

230 Voir « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », p. 160.

231 « Æra 1151. Natus fuit Infans Alfonsus Comitis Henrici, & Reginæ D. Tarasiæ filius, Regis D. Alfonsi nepos », Chronicon Lusitanum, éd. E. Flórez, p. 420. NB : Alphonse Enríquez n’est pas né en 1113 mais en 1110.

232 « Æra 1166. Mense junio in festo S. Joannis Baptistæ Infans inclytus donnus Alfonsus Comitis Henrici, & Reginæ Donnæ Tarasiæ filius, magni Imperatoris Hispaniæ Domini Alfonsi nepos […] adeptus est Regnum Portugallis in manu forti », ibid., p. 421.

233 Il s’agit d’une notice correspondant à l’année 1140 : « per idem tempus Imperator D. Alfonsus filius Comitis Raymundi & Reginæ Donnæ Orracæ filiæ Imperatoris magni D. Alfonsi […] uoluit intrare regnum Portugalliæ », ibid., p. 424.

234 HC, I, xlvii.

235 Voir par exemple HC, I, ii, 12 ; iii, 1-2 ; v, 1 ; vi ; vii, 1, etc.

236 HC, I, vii, 2 ; ix, 4. L’Historia Compostellana présente en effet la particularité d’agréger à ses passages narratifs des actes diplomatiques — diplômes, bulles, etc.

237 « … Cum repetitis a sanctissimo imperatore nostro litteris », HC, I, x.

238 HC, I, xvi, 1 et 3 ; xxviii, 1.

239 L’Hispania est très présente dans cette chronique dont l’objectif est de mettre en valeur le siège compostellan. Quant au regnum Hispaniae, l’expression désigne d’abord le royaume de l’époque wisigothique (HC, I, i, 52), puis le royaume castellano-léonais (voir par exemple : I, lxiv, 9 ; lxxix, 58, 66, 95 et 132 ; lxxxiv, 40 ; lxxxvi, 15 ; III, xiv, 65). Ses souverains sont des reges Hispaniarum ou Hispanos (II, i, 8 ; xci, 4 ; III, xvii, 5).

240 Historia Roderici, éd. E. Falque, 18-20. Alphonse VI est aussi « rex et imperator » au § 35.

241 Voir par exemple, ibid., 32 et 42.

242 On la retrouve d’ailleurs de manière erronée et anecdotique au-delà des Pyrénées, dans le passage de la Chronique d’Albéric de Trois-Fontaines citée dans la dernière note du chap. iv, où il est question d’« Urraca, la fille de l’empereur Ferdinand ». Il est curieux de constater que l’auteur a confondu les noms des souverains, mais a conservé le souvenir de la dignité impériale…

243 Historia Roderici, éd. E. Falque, 20.

244 Vita S. Petri Oxomensis, éd. F. Plaine, 4 et 11.

245 Chronicon Lusitanum, éd. E. Flórez, p. 418.

246 « … Christianorum totius Isanie olim specula », Sil., 9.

247 « … Inter suos nobilissimos frequentissimosque triumphos etiam Toletum urbem Regiam retinentem, totiusque Hispaniae monarchiam […] pristinae libertati, nobilitatique restituit, religiosoque cultu Christianitatis ampliavit », Translatio corporis s. Felicis, éd. E. Flórez, p. 440.

248 « … Totum Hispaniarum regnum suo iuri subiugauit et terram Sarracenorum citramarinam tamdiu inquietauit, donec partem eius, scilicet Toletum, cum aliis multis ciuitatibus et castris suo regno adiuncxit », Chronicon Compostellanum, éd. E. Falque, pp. 81-82.

249 « Ne timueritis multitudinem eorum et impetum eorum ne formidetis. Mementote qualiter rex domnus Adefonsus et patres nostri bellando ceperunt Toletum et omne regnum usque flumen Dorii », CAI, II, 33.

250 Chronica latina regum Castellae, éd. L. Charlo Brea, 2, p. 36.

251 « … In diebus Adefonsi regis, qui Toletum de potestate sarrazenorum extraxit atque rexit », J. A. Fernández flórez, Colección de Sahagún (IV), n° 1173.

252 Ibid., nos 1180 et 1182.

253 « Postquam superne miserationis dignatio insignem quondam, et inter Ispaniarum urbes magni nominis, civitatem Toletanam, studio et labore gloriose memorie regis Illefonsi de sarracenorum tiranide liberavit … », ibid., n° 1208.

254 « … Moderno autem tempore industria Ildefonsi gloriosissimi regis et labore aliquamtula pax reddita est Ecclesie », J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 1260.

255 « … Tanta pax fuit in diebus eius quod quelibet muliercula sola portaret aurum uel argentum per omnem terram regni eius, ita quod non inueniret qui eam tangeret inuitam aut aliquid dampni uel molestie illi auderet facere », CN, III, 23.

256 « Pater pauperun, ecclesiarum defensor extitit et patronus. Maurorum strenuissimus expugnator », CN, III, 23.

257 Original conservé à la bibliothèque de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

258 Présentation historique, paléographique, codicologique et iconographique du Tumbo A dans le volume collectif de M. C. Díaz y Díaz et alii, Los Tumbos de Compostela. Édition des actes contenus dans le tumbo par M. Lucas Álvarez, La documentación del Tumbo A et Id., Tumbo A. En 2006 un fac-similé du manuscrit a été réalisé aux éditions Testimonio.

259 « E rotas las bestiduras e destroçadas las crines, alçavan las boçes mui confusas fasta las nubes ; unos le llamavan “padre” ; otros le deçian “señor” ; algunos le nonbraban “rey” ; e otros, “padre de la tierra” ; e otros, “cochillo e espada de los ynfieles e moros” », Primera crónica anónima de Sahagún, éd. A. Ubieto Arteta, 17, p. 26.

260 On emprunte l’expression à un titre de T. Deswarte, De la destruction, p. 231, « Mythe et réalité de l’empire d’Espagne ».

261 Voir O. Gil Farrés, Historia de la moneda, et plus part. le chapitre intitulé « La moneda de León y Castilla hasta los Reyes Católicos ». Voir aussi : A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, en particulier le chap. ii qui concerne les monnaies d’Alphonse VI et Urraca, pp. 15-48.

262 On tire ici parti des réflexions menées par Eloísa Ramírez Vaquero à propos de la signification des premières frappes de monnaies navarraises, apparues à la même époque que dans le royaume voisin, sous le règne de Sanche Ramírez. Selon elle, l’apparition des monnaies propres, en Navarre, doit être comprise comme une réponse apportée à la nécessité de construire un message idéologique adéquat dans un contexte de perpétuels bouleversements dynastiques et spatiaux qui affectent l’espace souverain et la dignité royale elle-même (E. Ramírez Vaquero, « Bases de la simbología »).

263 Ibid., p. 159.

264 Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 13-15.

265 Cette particularité apparaît dans 21 des diplômes qu’Alphonse VI émet en tant qu’imperator entre 1093 et 1107. Voir, par exemple, A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 127, 159, 189.

266 Voir « Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier », pp. 157-168.

267 L’acte n’est en réalité pas tout à fait explicite. On lit, concernant une église donnée par un certain Ermigio : « abui ipsa ecclesia cum suas hereditates de apresuria cum genitores meos nominibus Tructesindo Aragunti in temporibus rex Adefonsi et aluazir domino Sisenandi, imperatore nostro requiescant in pace amen » (R. P. de Azevedo, O mosteiro de Lorvão, n° 6).

268 « … Ego comes domnus Raimundus, totius Gallecie imperator seu Adefonsi Tolletane principis gener », M. Lucas Alvarez, La documentación del Tumbo A, n° 76 daté du 17 mars 1107.

269 Donation faite par Urraca le 21 janvier 1108 à l’église de Lugo, dans laquelle elle se donne le titre de « totius Gallecie imperatrix » (M. Recuero Astray et alii, Documentos de Galicia, n° 14). Dans d’autres actes de la même époque Urraca est « totius Gallecie domina » (voir notamment M. Lucas Álvarez, La documentación del Tumbo A, n° 78), ce qui appuie l’équivalence entre les deux termes d'imperatrix et domina.

270 Parmi les quatres actes émis par les comtes galiciens conservés dans le Tumbo A de la cathédrale de Compostelle, par deux fois c’est Alphonse VI qui est imperator et le comte Raymond est « totius Gallecie senior et dominus » (ibid., n° 74) et « totius Gallecia consul ac Hispanie imperatoris domni Adefonsi gener » (ibid., n° 75). La suscription du dernier associe les titres de roi et empereur pour Alphonse VI : « ego consul domnus Raimundus, totius Gallecia princeps et piissimi regis domni Adefonsi Toleto regnantis gener, una cum uxore mea infanta domna Urraca, prefati imperatoris filia » (ibid., n° 77).

271 Résumé de la conquête almoravide et des tentatives de contre-attaque d’Alphonse VI dans M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 109-124, 149-155.

272 Ibid., p. 105.

273 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. 247.

274 Sur ce personnage, voir A. Montaner Frutos, « La Mora Zaida ».

275 L’infant Sanche apparaît dans la vie publique, et dans les diplômes de son père, dès 1103. Dans une des rédactions conservées d’un diplôme du 14 mai 1107, il souscrit avec ces mots : « Sancius filius regis regnum electus patri factum » (voir A. Gambra, Alfonso VI, t. I, pp. 485-486 et Id., Alfonso VI, t. II, n° 189).

276 C’est ce qui apparaît dans la Chronique de Pélage (Pel., p. 87) et en ce sens ce mariage serait destiné à légitimer la succession de Sanche. Reilly, se basant sur une notice de l’Historia de rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada (v. 1230), suppose qu’Isabelle a été répudiée pour qu’Alphonse VI puisse épouser Zaida (B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 234-235).

277 L’authenticité même de ce pacte est discutée. Voir P. David, « Le pacte successoral », C. J. Bishko, « Count Enrique » et les réflexions de B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 251-252.

278 Le pacte est édité par R. P. de Azevedo, Documentos regios, n° 2.

279 B. F. Reilly, León-Castilla under queen Urraca, p. 13.

280 A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 162.

281 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. xi.

282 Voir les différentes théories quant à la datation des premières frappes de monnaies en Castille-León présentées par A. Roma Valdés, Moneda y sistemas monetarios, pp. 19-22. Pour l’auteur l’émission de monnaie ne commence qu’après la conquête de Tolède.

283 Voir F. Álvarez Burgos, Catálogo de la moneda, pp. 13-15.

284 Mise au point de F. García Fitz, « Las minorías religiosas ».

List of illustrations

Caption FIG. 5 — Chronologie des notaires et scribes dans la collection diplomatique d’Alphonse VI (d’après A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 177)[Les barres signalent la période d’activité d’un notaire ou scribe, sans tenir compte du nombre de diplômes émis]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/784/img-1.jpg
File image/jpeg, 380k
Caption A: Rex et imperator sans génitif; B: Rex et imperator Hispaniae ou totius Hispaniae; C : Hispaniae/Hispaniarum rex ou princeps; D: Totius Hispaniae rex; E: Totius Hispaniae imperator; F: Imperator constitutus super omnes Hispaniae nationes; G: Toletani imperii rex suivi parfois de ac magnificus triumphator et presque toujours en alternance avec la formule totius Hispaniae imperator; H: Toletanus imperator; I: Imperator seul, le plus souvent en complément de formules plus développées.FIG. 6. — Les titulatures impériales d’Alphonse VI : aperçu chronologique et récurrence
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/784/img-2.jpg
File image/jpeg, 212k
Caption FIG. 7. — Alphonse VI imperator ou imperante dans les chartes privées jusqu’en 1109 : répartition géographique
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/784/img-3.jpg
File image/jpeg, 299k

© Casa de Velázquez, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540