Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Deuxième partie. Premiers essais Alphonse VI, Urraca et Alphonse Ier le batailleur, imperatores Hispaniae (1065-1126)

Chapitre IV. Prémices de la prétention impériale

Texte intégral

1Une douzaine d’années s’écoule entre la mort de Ferdinand Ier et l’apparition d’une titulature impériale dans les diplômes d’Alphonse VI. La chronologie de cette première décennie du règne d’Alphonse VI révèle un itinéraire politique mouvementé puisque son autorité eut à subir durant ce court laps de temps de profonds revirements de situation. Le souverain se retrouva en effet tour à tour privé du pouvoir légué par ses parents, puis investi d’une autorité si étendue qu’elle justifiait à chaque moment davantage sa désignation future d’imperator sur « toute l’Hispania ». Résultant parfois des coups du sort, le chemin parcouru par Alphonse VI est aussi la conséquence directe de l’idéal de gouvernement pan-hispanique qu’il reprend à son compte et qui l’amène à lutter d’abord avec ses frères, ensuite avec les rois des taifas, pour dominer la scène ibérique. Dans le même temps, l’ouverture européenne inaugurée sous les règnes de Sanche III et de Ferdinand Ier est poursuivie à la faveur du rayonnement grandissant du royaume de Castille-León au sein de la péninsule Ibérique et de la Chrétienté.

2Les actions qui se déroulent durant cette période, et l’idéologie qui les accompagne, sont décisives dans la métamorphose du phénomène impérial et le passage de pratiques de légitimation marginales à une idéologie approfondie.

I. — DE LA PARTITION DU ROYAUME AU REGNUM HISPANIAE : LE CONTEXTE IDÉOLOGIQUE

  • 1 « Rex vero Fernandus filios suos et filias ita censuit instruere, vt primo liberalibus disciplinis (...)
  • 2 Voir A. Rucquoi, « Educación y cultura ».
  • 3 Dans le texte d’Éginhard, les fils de Charlemagne sont éduqués à « la manière franque » de monter (...)

3Après avoir nommé les cinq enfants engendrés par Ferdinand Ier et Sancha — Urraca, Sanche, Elvire, Alphonse et García —, l’auteur de l’Historia Silense prend soin de préciser que « le roi Ferdinand décida d’éduquer ses fils et ses filles de telle sorte que d’abord ils soient instruits dans les disciplines libérales, à l’étude desquelles il s’était lui-même adonné ; par la suite, lorsque leur âge le permit, il fit former ses fils à la manière hispanique de monter les chevaux, de manier les armes et de pratiquer la chasse ; quant aux filles, afin qu’elles ne soient pas engourdies par l’oisiveté, il ordonna qu’elles apprennent tout ce qui sied à une femme honnête »1. Le contenu des enseignements prodigués, s’il s’avère assez complet, n’est pas réellement surprenant ou novateur2. Plus intrigante se révèle cette « manière hispanique » qui s’impose comme ligne directrice de l’apprentissage des jeunes princes, d’autant qu’il s’agit de la seule modification d’importance apportée au passage de la Vita Karoli d’Éginhard qui sert en l’occurrence de modèle au chroniqueur3. Cette expression ne prend d’ailleurs que plus d’importance si l’on tient compte du fait que l’Historia Silense adopte un ton néogothique dans lequel les thématiques de l’unité, de la gloire, voire de la fierté hispaniques prédominent. Peut-on dès lors supposer que les fils du couple royal ont grandi dans le culte de l’exaltation de l’Hispania hérité de leurs prédécesseurs léonais et navarrais ? Vu l’itinéraire postérieur d’Alphonse VI et le titre d’« empereur de toute l’Hispania » qu’il adopte, on voudrait le croire.

ALPHONSE VI HÉRITIER DE L’IMPERIUM LÉONAIS

  • 4 L’historiographie hispanique médiévale a abondamment commenté cette décision, les motivations de F (...)
  • 5 « Adefonsum itaque, quem pre omnibus liberis carum habebat, Canpis Gotorum prefecit, atque omne Le (...)
  • 6 Chronicon Compostellanum, éd. E. Falque, 24.

4Les sources ne permettent pas de connaître la formation idéologique donnée au jeune Alphonse, mais une résolution prise par Ferdinand Ier et Sancha dans les dernières années de leur règne suscite quelques interrogations. On abordera ici la question de la division du royaume entre les fils du roi4. L’Historia Silense rapporte qu’après la translation des reliques de saint Isidore de Séville à León, à la fin de l’année 1063, Ferdinand Ier réunit dans la capitale une curia regis extraordinaire au cours de laquelle il fit part de son vœu qu’après sa mort son royaume fût divisé entre ses fils : « Aussi il mit Alphonse, qu’il préférait d’entre tous ses enfants, à la tête des Champs Gothiques, et plaça sous son autorité la totalité du royaume léonais. Il fit de Sanche, son aîné, le roi de la Castille. Quant au plus jeune, García, il lui offrit la Galice. Enfin il concéda à ses filles tous les monastères de son royaume pour qu’elles y vivent jusqu’à la fin de leur vie si elles demeuraient célibataires »5. Le Chronicon Compostellanum, légèrement postérieur, affirme que cette décision fut prise en commun accord avec Sancha et ajoute qu’en outre les souverains répartirent également entre les trois frères les parias levées sur les taifas musulmanes6.

  • 7 « … Vt post obitum suum, si fieri posset, quietam inter se ducerent vitam », Sil., 103.
  • 8 J. M. Mínguez Fernández, Alfonso VI, p. 18.
  • 9 Mínguez Fernández partage ainsi l’opinion énoncée par B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfon (...)
  • 10 A. Sánchez Candeira, Castilla y León, p. 230.

5Comment concilier l’idée d’une transmission aux fils de Ferdinand et Sancha de l’objectif pan-hispanique qui constitua le cœur de leur itinéraire politique, et cette décision d’une division du royaume ? Le couple royal ne pouvait ignorer que, menées de front, ces deux initiatives déboucheraient nécessairement sur l’affrontement de leurs enfants après leur mort. Et pourtant l’auteur de l’Historia Silense explique que la partition du royaume fut décidée par le roi « afin qu’après son décès, si cela était possible, [ses fils] mènent entre eux une cohabitation paisible »7. L’incongruité apparente de ce projet a été soulevée par de nombreux historiens. Certains, à l’instar de José María Mínguez Fernández, ont considéré qu’il ruinait le projet impérial léonais que Ferdinand Ier avait fait sien8 et ne pouvait s’expliquer que par les contraintes imposées par l’ampleur du royaume castellano-léonais et sa difficile administration9. D’autres, avec Alfonso Sánchez Candeira, ont cependant proposé de dépasser le problème en soulignant l’importance du principe de patrimonialisation du royaume ainsi que les antécédents de partition du royaume depuis le Xe siècle, tant asturo-léonais — avec le cas d’Alphonse III dont le royaume fut effectivement réparti entre les trois fils — que navarrais — avec la division orchestrée par Sanche III10.

  • 11 Menéndez Pidal évoque ainsi le « démembrement » du royaume provoqué par la partition décidée par S (...)

6On risquera quelques remarques relatives aux liens qu’entretient la problématique question de la division du royaume avec l’histoire du phénomène impérial hispanique. D’abord, la contradiction soulevée par Mínguez Fernández suppose d’octroyer à Ferdinand Ier un projet véritablement impérial en donnant au terme d’imperium un sens que nous avons pour notre part rejeté. Par ailleurs, parmi les souverains auxquels on a traditionnellement prêté un programme impérial, la plupart ont procédé à la fin de leur règne à la répartition de leur territoire entre leurs successeurs : Alphonse III, Sanche III de Navarre, Ferdinand Ier et enfin Alphonse VII. Alphonse VI, en léguant à sa fille Urraca, unique héritière, l’intégralité de son royaume, représente l’exception. Or, les historiens de « l’idée impériale » ont presque tous considéré que son attitude était celle d’un véritable empereur, tandis que les autres souverains étaient littéralement accusés d’avoir anéanti l’édifice impérial11. Pourtant, Alphonse VI ne fut pas plus empereur qu’un Alphonse VII. Quant à Sanche III de Navarre et Ferdinand Ier, s’ils n’adoptèrent pas officiellement le titre d’imperator, ils n’en partagèrent pas moins avec leurs successeurs un programme politique définitivement pan-hispanique. Aussi la contradiction relevée n’est qu’apparente et la division du royaume, ici entreprise par Ferdinand Ier, ne freine pas la validité d’une idéologie pan-hispanique.

  • 12 A. Sánchez Candeira, Castilla y León, pp. 228-229.

7La partition semble en outre avoir été opérée dans une logique d’efficacité de gouvernement et de conciliation des trois futurs souverains. On n’y retrouve pas totalement les principes qui avaient préludé à la division du royaume de Sanche III. Rappelons qu’en 1035 la logique était la suivante : l’aîné recevait la totalité du royaume paternel, tandis que les possessions maternelles étaient réparties entre tous les fils légitimes du couple royal, l’ensemble des territoires restant sous l’autorité unique du premier. En 1065 la configuration est toute autre. Sanche, l’aîné, reçoit les possessions de son père, à savoir la Castille devenue alors royaume. Il n’hérite par contre pas d’un tiers du legs de Sancha, c’est-à-dire du royaume de León. Bien plus, la Castille se trouve amputée de la région située entre les rivières Cea et Pisuerga qui retourne au León. Quant à Alphonse et García, ils héritent chacun d’une moitié des possessions maternelles, mais aussi du titre de roi, sans dépendance vis-à-vis de leur frère aîné. Les principes navarrais n’ont donc pas été les seuls en jeu, et c’est peut-être en ce sens que l’on doit comprendre l’assertion du Chronicon Compostellanum quant au rôle de Sancha dans l’affaire. Son influence sur ses fils fut d’ailleurs telle qu’aucun affrontement n’eut lieu entre eux avant son décès le 7 novembre 1067. Mais ce qui apparaît surtout, conformément à l’opinion énoncée par Mínguez Fernández, c’est une volonté de créer des territoires homogènes, afin d’y assurer une cohésion sociopolitique et d’éviter les sources éventuelles d’opposition au pouvoir royal qu’un morcellement territorial trop grand pouvait susciter. Quel que soit le sens qu’on donne à ce partage, s’en dégage l’intention de rendre effective l’autorité de chacun des frères sur le royaume qui lui est conféré. Le partage du royaume tel qu’il fut médité, loin de le desservir, était donc peut-être destiné à favoriser le projet pan-hispanique puisque, sans un pouvoir royal fort, tout projet d’unité chrétienne de la Péninsule restait vain. Revenons d’ailleurs sur l’affirmation de l’Historia Silense qu’un partage favorisait l’entente future des fils de Ferdinand Ier. La préservation de la paix — perseuerentia pacis — n’est-elle pas un des fondamentaux du programme autrefois édicté par Sanche III ? En suggérant qu’il était préférable que Ferdinand et Sancha organisent de leur vivant cette partition, le chroniqueur laisse entendre qu’elle pouvait être la source de conflits si elle n’était pas correctement préparée, mais surtout que la certitude d’une division du royaume castellano-léonais était préalablement ancrée dans les esprits. Certains indices permettent en outre de penser qu’Alphonse et ses frères étaient depuis longtemps destinés chacun à gouverner le territoire qui leur fut formellement assigné en 1063. Sanche confirme dès 1046 des diplômes castillans dans lesquels ses frères n’interviennent pas. Quant à Alphonse, on sait qu’il eut pour compagnon d’apprentissage de l’art guerrier Pedro Ansúrez, fils du comte de Carrión, ce qui permet de supposer qu’il évolua d’abord dans la prémices de la prétention impériale 175 région de Campos à l’est de León. Le cadet García fut pour sa part éduqué apparemment en Galice par l’évêque de Compostelle Cresconius12.

  • 13 Voir le regeste des actes mentionnant les souverains dans la formule en regnante que réalise M. Lu (...)
  • 14 I. Rodríguez de Lama, Colección de La Rioja, n° 23.
  • 15 L. Serrano, Cartulario de Arlanza, n° 70.
  • 16 Ibid., n° 72.
  • 17 D’Alphonse VI on connaît plusieurs diplômes contenant ce titre. Le premier date du 22 novembre 106 (...)
  • 18 Dans une donation privée du 20 novembre 1067 la datation est ainsi formulée : « Regnante Domino no (...)
  • 19 Donation du monastère de San Salvador de León par Alphonse VI et sa sœur Sancha en faveur de l’abb (...)
  • 20 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), nos 1174, 1179, 1199, 1205, 1214, 1231, (...)

8Quoi qu’il en soit, après la mort de Ferdinand Ier la division de son héritage est entérinée, et les documents attestent la reconnaissance de l’existence des nouveaux royaumes. Toute une série de chartes mentionnent en datation les frères gouvernant la Castille, le León et la Galice13. Parmi ces documents, certains offrent un intérêt particulier pour notre propos. La datation d’un diplôme de 1067 émis par le roi de Navarre Sanche IV Garcés (1054-1076) présente ainsi un panorama presque complet des pouvoirs chrétiens du moment dans la Péninsule : « Regnante Domino nostro Ihesu Christo in uniuerso mundo, et sub imperio ego Sancius rex gerens regnum Pampilonie et Naiale. Sancius Fredelandi regis filius obtinens principatum Castelle. Aldefonsus frater eius imperans Leionense imperium. Garsias, frater eius, Galicia. Sancius Ranimiri filius dominans Aragonam et Superarbam seu Ripamgurçam »14. Deux chartes castillanes évoquent également les frères Fernández. La première, émise entre 1065 et 1071, présente la formule suivante : « Rex Sancio Castella regente, Adefonso Legione imperante »15. La seconde date du 21 avril 1068, avec en datation : « Sancius rex Castelle regentem, Adefonsum Legionem imperantem, Garsia Galleciam obtinentem »16. Ces documents semblent prendre acte du fait que l’insistance sur l’autorité royale par le recours au vocabulaire de l’imperium est spécifique au roi léonais, et que l’usage en a été transmis à Alphonse VI au même titre que le royaume. De fait, si les trois fils de Ferdinand prennent l’habitude d’intituler leur père imperator dans certains de leurs actes17, et si on ne renonce pas non plus au vocabulaire traditionnel de l’imperium pour évoquer le pouvoir de Sanche II et de son frère García18, la tradition du regnum-imperium ne se perpétue que pour qualifier le pouvoir d’Alphonse VI. En témoigne un diplôme du roi du 27 août 107619, et surtout une vingtaine de chartes émises pour l’essentiel dans la région léonaise pendant toute la durée de son règne dans lesquelles le regnum-imperium d’Alphonse VI s’exerce d’abord sur le León (in Legione), puis sur un territoire de plus en plus large au fur et à mesure des défaites qu’il inflige à ses frères20.

9En recevant en partage le royaume léonais, Alphonse VI hérite donc aussi des pratiques de qualification du pouvoir monarchique propres à ce royaume. On est toutefois encore loin de cet imperator totius Hispaniae que le souverain deviendrait quelques années plus tard. Pour concevoir cette métamorphose des usages du vocabulaire de l’imperium, il est nécessaire d’envisager d’abord une autre évolution contemporaine. En effet, au même moment émerge progressivement le concept de regnum Hispaniae.

UN CONCEPT EN ÉMERGENCE : LE REGNUM HISPANIAE

  • 21 Ce fut d’abord José Antonio Maravall qui introduisit la pertinence d’un concept d’Espagne dans son (...)

10Jusqu’ici nous avons systématiquement mis en cause les diplômes employant les titres de rex et d’imperator accompagnés des génitifs Hispaniae ou Hispaniarum, les indices paléographiques et diplomatiques invitant à reléguer ces documents dans la catégorie des falsifications postérieures. Parmi ces indices, la référence à l’Hispania pour désigner l’ampleur géographique du pouvoir des souverains ainsi qualifiés n’est pas d’un moindre poids. Cela non pas tant en raison de la valeur utopique que suppose une telle allégation à une période où l’Islam occupe encore plus des deux tiers de la péninsule Ibérique, qu’en fonction de la signification donnée au terme dans de nombreuses sources dès les lendemains de l’invasion musulmane et jusqu’au milieu du XIe siècle. Le concept d’Hispania au Moyen Âge n’est en effet pas figé21. Durant la seconde moitié du XIe siècle, l’inflexion qu’il connaît l’amène ainsi à jouer un rôle primordial dans l’idéologie impériale d’Alphonse VI.

11En principe Hispania est un terme géographique qui désigne la péninsule Ibérique dans son ensemble, signification à laquelle s’ajoute une dimension administrative avec l’intégration de cet espace au sein de l’Empire romain. Avec l’installation définitive des Wisigoths, le concept accuse une évolution déterminante, le terme étant progressivement assimilé au royaume des Goths dont il devient un synonyme, de la même façon que les Goths eux-mêmes deviennent des Hispani. Cette transformation d’un concept géographique en concept politique est sanctionnée dans l’œuvre d’Isidore de Séville où est réalisée la synthèse idéologique qui aboutit à la définition de la nation hispano-gothique : un roi, un peuple (les Goths) et une patrie (l’Hispania). Mais l’irruption des musulmans en 711 modifie la donne péninsulaire et entraîne avec elle une nouvelle évolution du concept d’Hispania. Dans les écrits asturiens des VIIIe-IXe siècles, l’interprétation providentialiste des événements fait de l’invasion un châtiment divin pour les fautes commises par les derniers Goths dont le territoire fut en conséquence ruiné et tout entier soumis à la domination de l’Islam. Le petit royaume asturien ne s’identifie donc pas à cette Hispania désormais aux mains de l’ennemi. Aussi assiste-t-on à un dédoublement de la signification du terme. Lorsqu’il est fait référence au passé antérieur à 711, le concept renvoie dans les sources à l’unité wisigothique et chrétienne tant regrettée. Mais lorsque Hispania désigne la réalité contemporaine, le terme en vient à se référer par un déplacement sémantique aux territoires occupés par l’Islam, c’est-à-dire al-Andalus.

  • 22 « CCLXX nabes Sarracenorum Spanie litus sunt adgresse », Alph., 2 ; « Istut namque Spanie causa pe (...)
  • 23 « Per omnes prouincias Spanie prefectos posuerunt », Alph. Rot., 8 ; « omnis Spania dudum in uno o (...)
  • 24 Yves Bonnaz maintient dans son édition ce titre qui n’apparaît pas dans tous les manuscrits (Y. Bo (...)
  • 25 « … Plus quam quinquaginta milia Sarracenorum, qui ad eum ex prouinciis Spanie aduenerant », Alph. (...)
  • 26 « … Ciuitatem Spanie Yspalim inruperunt », Alph. Seb., 23.
  • 27 « Cui si aliquis edificium consimilare uoluerit, in Spania non inueniet », Alph. Seb., 24.
  • 28 « … Se a suis tertium regem in Spania appellare precepit », Alph., 25.
  • 29 Voir les explications données par Y. Bonnaz, Chroniques, n. 8, pp. 217-218.

12Dans la Chronique d’Alphonse III ce dédoublement est parfaitement visible. L’Hispania y est d’abord ce royaume wisigothique sur les côtes duquel « 270 navires des Sarrasins accostèrent » et dont la « perte » fut le résultat des péchés nés de la vénalité de Witiza et aggravés sous le règne de Rodrigue22. Les musulmans installent ainsi des gouverneurs « par toutes les provinces d’Espagne », et Pélage rappelle encore dans son discours à Oppa que « toute l’Espagne était naguère gouvernée selon un ordre unique sous la conduite des Goths »23. L’Hispania disparaît ensuite pour quelque temps de la chronique avant d’y ressurgir pour désigner cette fois le territoire sous domination musulmane. Au § 22 il est question de la révolte en 799 d’un certain Mahmud de Mérida contre l’émir cordouan, intitulé pour l’occasion « rex hispaniensis »24. L’insurgé se réfugie en Galice auprès d’Alphonse II avant de finalement comploter contre son protecteur, et s’ensuit une bataille pour laquelle il reçoit l’aide de « plus de cinquante mille Sarrasins qui étaient venus des provinces d’Espagne auprès de lui »25. Vers 843 ce sont les Normands qui, après avoir été repoussés de Galice, font une incursion « dans la ville de Séville en Espagne »26. Deux dernières occurrences invitent toutefois à remarquer que la signification géographique d’Hispania n’est pas totalement perdue. Ainsi Ramire Ier fait construire une église tellement magnifique que « si l’on veut trouver un édifice à lui comparer, on ne le trouvera pas en Espagne »27. Enfin, traitant des événements précédant l’affrontement qui opposa Ordoño Ier à Musa ibn Musa, descendant des Banū Qāsī de la vallée de l’Èbre, le chroniqueur raconte que ce dernier avait remporté de si grandes victoires dans la Péninsule que son orgueil en fut considérablement gonflé, l’amenant à « se faire appeler par les siens “le troisième roi d’Espagne” »28. Ici il ne peut s’agir que de la totalité de la Péninsule dans la mesure où les deux autres rois considérés sont l’émir cordouan et le roi asturien29.

  • 30 « Item, reges qui regnauerunt in Spania », Chronique Prophétique, d’après l’édition d’Y. Bonnaz ib (...)
  • 31 Voir les exemples donnés par A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 171 et en particulier n. 370-371.
  • 32 Voir Samp., 3, 4 et 5.
  • 33 « … Proauus meus condam, nomine Egila, de finibus Spanie una cum uxore et liberis adveniens », M. (...)
  • 34 « Modo vero cognoscimus eo quondam sacerdos nomine Argerigus abba, et soror ejus nomine Sarra, ven (...)
  • 35 J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), nos 97-99, critique diplomatique à la suite du (...)
  • 36 « … Era DCCCCLXLVIIIa, anno regni nostri IIIIo et de adventu Spanie IIo », ibid., nos 175 et 176.
  • 37 Le document est daté du 9 avril 959 et contient la formule de datation suivante : « Regnante seren (...)
  • 38 « … In Legione et in terra Hyspanie », A. Quintana Prieto, Tumbo viejo, n° 16.
  • 39 Hypothèse formulée par A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 145-146. Pour R. Manchón Gómez, Léxico, p (...)
  • 40 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 41. On reviendra plus loin sur ce document.
  • 41 « Anticorum etenim relatione cognoscimus omnem Hispaniam christianis aessae possessam et per unamq (...)

13D’autres sources en provenance de l’espace asturo-léonais confirment l’utilisation du terme Hispania pour désigner al-Andalus. La Chronique prophétique, qui prédit pourtant la restauration toute prochaine de l’unité wisigothique, évoque les « rois qui régnèrent en Espagne » pour introduire son énumération des émirs musulmans30. Dans la dernière partie de la Chronique d’Albelda, consacrée aux règnes des « rois goths d’Oviedo », Spania est le nom donné à al-Andalus31, tout comme dans la Chronique de Sampiro32. Les sources diplomatiques attestent le même usage. Ainsi, lorsque le 1er janvier 902 le prêtre Teodenando du monastère de Calvor sollicite d’Alphonse III la confirmation de ses droits sur l’établissement, il se présente comme un descendant des fondateurs mozarabes de celui-ci, venus autrefois « des frontières de l’Espagne »33. Cette habitude se maintient tout au long des Xe et XIe siècles. Ordoño II confirme le 1er août 922 les concessions faites par ses prédécesseurs au monastère de Samos et évoque à cette occasion lui aussi la venue dans celui-ci de mozarabes quittant al-Andalus, Spania34. Une série de falsifications en faveur du monastère de Sahagún attribuées à Ramire II (945), possiblement composées à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle, rappellent que le monastère fut fondé lorsqu’Alphonse III donna à l’abbé Alphonse et à ses moines émigrés d’al-Andalus (« sub manus abbati Adefonsi qui cum sociis de Ispania advenerat huic regioni habitare ») des terres et un sanctuaire35. Deux diplômes de Sanche Ier, exilé à Cordoue après que les magnats du royaume l’ont déposé en 958, sont datés de « la seconde année après [son] retour d’Espagne »36. La même idée apparaît dans un document privé au même moment37. Dans un acte du milieu du XIe siècle, Ferdinand Ier et Sancha sont présentés comme régnant « sur León et sur la terre d’Espagne »38, les derniers mots faisant peut-être référence à la politique du roi vis-à-vis des taifas et à la levée des parias39. Alphonse VI lui-même utilise le terme dans la confirmation qu’il donne du fuero de Nájera en 1076, que l’on connaît seulement par son incorporation dans une confirmation de Ferdinand IV en 1304. La suscription en est formulée de telle manière qu’Hispania y désigne nécessairement l’espace sous domination musulmane sur lequel Alphonse VI réussit à ce moment à rétablir la perception des parias : « ego Aldefonsus Dei gratia rex tocius Gallecie et Legionis et Castella, usque in Calagurram dominans et in Yspania principatum tenens »40. Comme dans les sources narratives, nous retrouvons également dans les actes diplomatiques du Xe siècle quelques occurrences du terme Hispania pour lesquelles le terme renvoie tantôt à l’espace géographique hispanique, tantôt à l’ancienne unité wisigothique, mais elles sont finalement plus rares. Ainsi en 915 Ordoño II confirme à l’église de Saint-Jacques-de-Compostelle les donations de ses prédécesseurs dans un acte dont l’exposé rappelle l’unité chrétienne passée de l’Espagne41. Jamais toutefois le terme ne désigne une entité politique chrétienne déterminée, pas même le royaume asturo-léonais qui pourtant est présenté dans les textes néogothiques comme l’héritier du royaume wisigothique. Comment dès lors ne pas douter de ces actes où Alphonse III et d’autres après lui s’intitulent reges ou imperatores Hispaniae ?

  • 42 « Ideoque ego seppe dictus Veremudus rex, dum possideret regnum Spanie et rejeret [sic] universas (...)
  • 43 « In presentia regis domni Adefonsi et uxoris eius Geloire regine conuenimus aput Legionem in ipsa (...)
  • 44 L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 76.
  • 45 Au sein de l’exposé de cet acte il est question des événements postérieurs à la prédication de sai (...)
  • 46 Cette désignation figure dans la donation que réalise Ferdinand Ier en faveur de l’église d’Astorg (...)

14Pourtant la signification du concept d’Hispania évolue de nouveau. À la fin du Xe siècle, un document désigne pour la première fois le royaume léonais par l’expression regnum Hispaniae. Il s’agit d’un acte de Bermude II du 14 mars 996 dans lequel le roi explique qu’après avoir pris possession du « royaume d’Hispania » et soumis toutes ses régions à son pouvoir, il accourut en Galice pour procéder à une donation42. Une mention identique apparaît dans une des versions du fuero de León édicté lors de la curia regis réunie en 1017 par Alphonse V à laquelle participèrent « tous les évêques, abbés et magnats du royaume d’Hispania »43. On a vu aussi que García, roi de Galice, se présentait en 1067 comme gouvernant l’Ispania. Dans les dernières années du règne de Ferdinand Ier se multiplient les documents royaux où l’Hispania est une terre d’unité chrétienne. On a déjà croisé cet acte privé de 1064 dont la datation mentionne le gouvernement de Ferdinand « in omni Spania »44, et pour lequel il est malaisé de déterminer à coup sûr le sens à donner à l’expression. Est-ce une manière de désigner toute la Péninsule, ou al-Andalus dont de nombreuses taifas sont à cette date tributaires du roi ? L’ambigüité disparaît dans d’autres actes. Ainsi une confirmation du 26 décembre 1059 des donations de Sanche III à l’église de Palencia est l’occasion de rappeler que saint Jacques a fait de la Péninsule une terre chrétienne45. Le patronage isidorien que Ferdinand et Sancha favorisent en rapatriant les reliques du saint sévillan fait également rejaillir la gloire du « doctor Hispaniarum »46 sur la capitale léonaise.

  • 47 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 11.
  • 48 Le 29 mai 1073 dans une donation en faveur de Cluny : « Ego Aldefonsus, rex Ispaniarum atque Leone (...)
  • 49 « Regnante rege Adefonso in Castella siue Legione et in omni Hispania », ibid., n° 40, rédaction A (...)
  • 50 Ibid., n° 54.
  • 51 Contra, voir A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 147, pour lequel cette formulation souligne « la plu (...)
  • 52 En fonction de la conservation des collections il est difficile de déterminer avec exactitude le m (...)

15Durant le règne d’Alphonse VI la transformation sémantique du concept se confirme. À la différence de son père, le monarque n’attend pas les dernières années de son règne pour en faire usage au sein de ses diplômes. Nous avons pu constater plus haut que le terme Hispania y est encore présent comme synonyme d’al-Andalus. Mais dans le même temps d’autres sens s’y ajoutent. Le 17 novembre 1072 en effet, le souverain, en remerciement de la grâce divine qui lui a permis de récupérer pacifiquement le royaume paternel qui lui avait été enlevé, supprime certaines taxes exigées des voyageurs passant par le port de Valcarce. Alphonse VI s’y intitule d’abord « rex Legionensis », avant de préciser le motif de son acte : « ad salutem anime nostre et ceteris populis non solum Spanie, set etiam Italie, Francie et Alemandie ». Spanie désigne ici l’espace géographique hispanique, mais avec une nuance chrétienne puisqu’il est comparé à d’autres territoires de la Chrétienté. Plus loin cependant une seconde titulature est insérée — « ego Adefonsus presenti tempore princeps et rex Spanie » — dans laquelle Hispania semble désigner plus précisément le territoire que gouverne Alphonse, c’est-à-dire le royaume castellano-léonais. L’Hispania apparaît encore une dernière fois lorsqu’est mentionné saint Jacques à l’autorité duquel est soumise « toute l’Hispania »47. Il y a donc une certaine ambiguïté du sens du terme, qui représente à la fois la totalité péninsulaire et une sorte d’équivalent du royaume castellano-léonais. L’intention poursuivie est pourtant évidente, et en intégrant pour la première fois le terme d’Hispania au sein de sa titulature, Alphonse VI cherche à signifier que son auctoritas est amenée à s’exprimer idéalement sur toute la Péninsule, ce qui renvoie au programme pan-hispanique hérité de ses prédécesseurs. Ainsi entre 1072 et 1077 deux actes emploient une titulature similaire48 parmi d’autres documents moins ambitieux qui maintiennent une suscription en rex Legionensis. Par ailleurs, l’Hispania s’invite dans la datation des diplômes. La confirmation que donnent Alphonse et son épouse Agnès du fuero de Sepúlveda le 17 novembre 1076 est en effet rédigée « sous le règne du roi Alphonse en Castille et à León et sur toute l’Hispania »49. L’année suivante on lit dans un autre diplôme : « Regnante Adefonso rex in Espania. Sancio Ranimiro regis in Pampilona uel in Aregona »50. Dans les deux cas on peut hésiter sur le sens à donner au terme Hispania. Est-ce une manière de désigner toute la Péninsule, ou encore al-Andalus, comme le suggère l’ambigüité du premier exemple ? Ou seulement le royaume de Castille-León, ce qu’invite à déduire le second document puisqu’Hispania y apparaît en parallèle au royaume d’Aragon-Navarre ?51. L’interprétation est d’autant plus difficile que la datation est en principe le lieu de l’expression de la potestas des souverains et non d’un projet idéal de gouvernement. En outre cette pratique essaime également dans la documentation privée où la datation des chartes commence à faire de « l’Hispania » ou de « toute l’Hispania » le cadre de l’autorité d’Alphonse VI dès après que lui-même l’a proclamé dans ses diplômes en 107252.

16Si plusieurs significations du terme Hispania cohabitent encore dans les sources de la fin du XIe et du XIIe siècle, on observe dans l’ensemble une progressive inversion sémantique de l’extension du concept. Alors qu’il désignait de manière récurrente les terres sous domination musulmane, il renvoie désormais aussi souvent à l’unité chrétienne que représente idéalement la péninsule Ibérique, ou encore au royaume castellano-léonais. Alphonse VI participe pleinement de cette évolution en incluant le terme à sa titulature dès 1072. Mais pour comprendre les raisons de cette nouvelle pratique de chancellerie et trancher la question du sens à lui donner, il convient d’envisager la conjoncture dans laquelle ces formules ont été élaborées. Les conditions du gouvernement d’Alphonse VI dans la Péninsule changent en effet du tout au tout entre 1065 et 1077, et au terme de ces années le projet pan-hispanique que traduit le concept de regnum Hispaniae semble proche d’être réalisé.

II. — L’EXPANSION DU ROYAUME DE CASTILLE-LEÓN (1065-1077)

17Loin d’être seulement théorique, l’ambition pan-hispanique se traduit aussi en faits, ce qui apparaît clairement dans l’itinéraire victorieux d’Alphonse VI durant les premières années de son règne. De ses réussites découla un élargissement de ses relations au sein de la Chrétienté, qui ne fut pas non plus étranger au rayonnement grandissant de la monarchie castellano-léonaise.

DU GOUVERNEMENT DU LEÓN À LA PRÉPONDÉRANCE SUR L’HISPANIA : L’ITINÉRAIRE POLITIQUE D’ALPHONSE VI

  • 53 « … Quanquam adhuc viuens pater eius regnum eque diuisisset, per octo tamen continuos annos intest (...)
  • 54 En considérant que les « huit années » de lutte s’achèvent avec la mort de Sanche II en octobre 10 (...)

18La partition du royaume, en dépit de ses objectifs pacificateurs, n’endigua pas les inimitiés qui précipitèrent la guerre entre les frères Fernández. Leur hostilité semble avoir été précocement exacerbée, à en croire l’Historia Silense qui rapporte que « bien que de son vivant leur père eût divisé équitablement le royaume, pendant huit années ils n’eurent de cesse de s’affronter en une guerre intestine insoluble »53. Il n’existe pas d’indices d’une opposition directe des jeunes rois avant la mort de leurs parents, mais cette assertion peut signifier que les désaccords étaient nombreux dès les lendemains de la décision de diviser le royaume54. Par la suite le statu quo s’est maintenu jusqu’au décès de Sancha en novembre 1067. Mais une fois cet obstacle levé, l’ambition du pouvoir s’est exprimée avec toute la violence qu’on pouvait attendre de ces luttes fratricides.

  • 55 Sur les problèmes de documentation des événements de cette décennie, voir les remarques de B. F. R (...)
  • 56 Ibid., pp. 29-32.

19Bien que certains aspects des événements qui eurent lieu entre 1065 et 1072 soient mal documentés, il est possible de distinguer plusieurs moments dans ces affrontements55. Dès 1068 une première escarmouche oppose Sanche II à son cadet Alphonse VI à Llantada (ou Llantadilla), à proximité du Pisuerga à la frontière entre le León et la Castille. Les conséquences de cette bataille ne sont toutefois pas déterminantes, et c’est à l’ouest que commence réellement la lutte pour le pouvoir avec l’éviction de García. En effet en Galice l’installation de ce dernier ne semble pas s’être effectuée dans la tranquillité. Tout au contraire le roi galicien s’est attiré par ses actions l’opposition d’une partie de la noblesse du nord de son royaume, qui fait appel à Alphonse VI dès la fin de l’année 1070. En mai-juin 1071 celui-ci saisit cette occasion de s’emparer de la Galice et du nord du Portugal tandis que García se réfugie dans le sud de son territoire. À ce moment une entente semble encore possible entre Alphonse et son frère Sanche, puisque certains documents laissent penser qu’ils se partagèrent l’exercice de l’autorité sur le royaume galicien56.

  • 57 Voir R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1929), t. I, pp. 161 sqq. et B. F. Reilly, León-Castill (...)

20Les dissensions prennent toutefois rapidement le dessus et dans un second temps c’est Alphonse qui est évincé par Sanche. Dans les premières années de son règne, et mise à part l’escarmouche de Llantada, Sanche II intervient préférablement à l’est de son royaume, où son pouvoir se heurte à celui du navarrais Sanche IV Garcés et de l’Aragonais Sanche Ramírez, donnant lieu à ce que Menéndez Pidal a nommé la « guerre des trois Sanche »57, ainsi qu’aux velléités d’émancipation de la taifa de Saragosse qui se détourne de l’alliance castillane pour se rapprocher de la Navarre. Toutefois, avec la mainmise d’Alphonse sur la Galice, Sanche II se doit d’intervenir à l’ouest. Il se retrouve en effet en situation d’infériorité face à son frère. Quand bien même un accord aurait été effectivement conclu quant au partage de l’autorité sur le territoire envahi, l’éloignement géographique entre la Castille et la Galice rendait l’effectivité d’une telle répartition difficile à mettre en œuvre. En janvier 1072, Sanche II passe donc à l’offensive et attaque son frère à Golpejera, à une trentaine de kilomètres à l’ouest du Pisuerga. La bataille se solde par la défaite d’Alphonse VI qui est fait prisonnier, tandis que Sanche II victorieux hérite de son pouvoir sur le León et la Galice. Afin d’assurer son autorité sur l’ensemble des trois royaumes, Sanche II intervient également au Portugal, où s’était réfugié García en 1071, et vers le mois de mai 1072 il oblige son frère à s’exiler à Séville. Cet exil est suivi immédiatement d’un autre, celui d’Alphonse VI à Tolède à la cour d’al-Ma’mūn, roi de taifa qui lui était en principe tributaire.

  • 58 Voir ibid., pp. 65-67.
  • 59 « … Inconparabili presenti tempore aliis regibus », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 12, daté du 1 (...)
  • 60 Dans un pleito du 17 avril 1073 confirmé par le souverain il est précisé que l’affaire fut portée (...)

21Quelques mois plus tard, d’après le Chronicon Compostellanum, l’infante Urraca et le comte Pedro Ansúrez, fidèles à Alphonse VI, s’érigent contre l’autorité de Sanche II et se rebellent depuis la forteresse de Zamora. Le souverain assiège la place au début de l’automne, et c’est là, le 6 octobre 1072, qu’il est assassiné, dans des circonstances que l’appropriation de l’événement par la littérature épique contribue à obscurcir58. Alphonse VI convainc al-Ma’mūn de le laisser partir à la reconquête de son pouvoir, et on le retrouve à León à la mi-novembre, où il reçoit l’hommage de magnats et ecclésiastiques des trois royaumes désormais placés sous son autorité. Comme Sanche avant lui, il s’occupe également d’éliminer tout risque en emprisonnant son frère García dans le château de Luna au nord de León, lieu où l’ancien souverain galicien allait demeurer jusqu’à sa mort en 1090. À ce moment-là Alphonse VI commence déjà à s’intituler « rex Spanie ». L’ampleur de son pouvoir l’amène aussi, lorsqu’il s’intitule plus modestement « roi de León », à se dire « sans égal parmi les autres souverains contemporains »59. Il est vrai qu’il réunit dès lors l’ensemble de cet héritage que Ferdinand Ier avait souhaité diviser : il gouverne les trois royaumes constitués en 1063, comme le mentionnent d’ailleurs certains diplômes60, et assume la protection des quatre royaumes musulmans qui s’étaient faits les tributaires de son père. Mais en 1072 cette autorité sur les taifas n’est que théorique, car les affrontements entre les trois frères ont depuis longtemps amené leurs rois à cesser le paiement des parias et à rechercher d’autres alliances. C’est donc à cette tâche de rétablissement de son protectorat sur les taifas que s’attelle Alphonse VI à l’issue de sa victoire sur ses frères.

  • 61 Parmi les études portant sur la question, on consultera les travaux de H. Grassotti, « Para la his (...)
  • 62 « … Accepit dum uixit constituta tributa [sarracenorum] per unumquemque annum », Pel., p. 80.

22Les informations dont nous disposons sur le prélèvement des parias entre 1065 et 1076 sont assez sporadiques61, en dépit de l’affirmation de Pélage d’Oviedo selon lequel Alphonse VI « reçut [des Sarrasins] les tributs établis chaque année et tout au long de sa vie »62. Elles proviennent pour une part des sources arabes qui évoquent la pression qu’exerçait Alphonse VI sur les rois de taifas, et pour une autre part des hypothèses que l’on peut émettre à partir de l’examen des déplacements du roi. Ainsi il est possible que dès 1068 Alphonse VI ait attaqué la taifa de Badajoz pour rétablir le paiement du tribut — révélant au passage la faiblesse de son frère García à qui revenait cette tâche en vertu du testament de Ferdinand Ier. Après la mort de Sanche II, un voyage du roi en Castille permet de penser qu’il a cherché à assurer sa domination sur la taifa de Saragosse, au moment où l’alliance conclue entre le roi al-Muqtadir et Sanche IV Garcés de Navarre contre le projet de croisade en Péninsule lancé par Grégoire VII en avril 1073 rendait la situation tendue dans la vallée de l’Èbre. Le protectorat sur Saragosse fut en tout état de cause rétabli puisqu’en 1076 al-Muqtadir semble avoir demandé à Alphonse VI l’autorisation d’attaquer la taifa de Valence qui venait de prendre son indépendance vis-à-vis de Tolède.

  • 63Abd Allāh, El siglo XI, chap. xxxvi, p. 159.
  • 64 Ibid., p. 153.
  • 65 Ibid., p. 155. De fait ‘Abd Allāh dut se soumettre quelque temps après à un nouvel accord, qui sti (...)
  • 66 Ibid., p. 155.

23Les Mémoires du dernier roi zīrī de Grenade, ‘ Abd Allāh, fournissent d’autres détails. Elles laissent entendre que de nombreux rois musulmans de la Péninsule étaient soumis au système des parias. Évoquant la stratégie d’Alphonse VI, qui consiste à exploiter les dissensions entre les taifas en leur promettant aide et protection face à leurs rivaux en échange de sommes colossales, ‘ Abd Allāh se fait le porte-parole de « tous les princes musulmans [qui] supportaient les circonstances et voyaient le temps défiler, en se disant : “D’ici à ce que notre argent soit épuisé et que nos sujets périssent, comme le prétendent les chrétiens, Dieu nous fera sortir de ce mauvais pas et se portera au secours des musulmans” »63. Le récit des événements qui amènent le roi grenadin à devenir lui aussi tributaire d’Alphonse VI permet de comprendre comment le souverain chrétien a pu mettre en œuvre une telle prééminence sur al-Andalus. ‘ Abd Allāh raconte en effet qu’Alphonse VI, mis au courant des difficultés que connaissait le roi zīrī à son arrivée sur le trône de Grenade en 1073, « avait compris qu’il ne pouvait y avoir de meilleure occasion de demander de l’argent »64. Dans une machination toute cousue d’avidité — la convoitise étant un des attributs récurrents du roi chrétien — Alphonse VI, après avoir essuyé un premier refus d’‘ Abd Allāh de se soumettre à lui et de lui verser vingt mille dinars, accepte le marché que lui propose Ibn ‘ Ammār, envoyé du roi de Séville al-Muta’mid. Ce dernier lui remettra la ville de Grenade qu’ils vaincront ensemble, en échange de cinquante mille dinars auxquels s’ajouteront les frais occasionnés par la mise à disposition de troupes chrétiennes pour l’attaque de la taifa. Acculé, ‘ Abd Allāh n’a d’autre choix que d’accepter la domination chrétienne, et « [il] fini [t] par promettre à Alphonse le paiement des sommes qu’il avait auparavant demandées inutilement, en reconnaissant [ses] fautes dans la rupture des négociations précédentes et en prévoyant à l’avance les nouvelles exigences pécuniaires qu’il fallait craindre de sa part »65. Or, dans ces négociations intervient également un autre protagoniste, le roi de Tolède al-Ma’mūn — désigné sous le nom d’Ibn Ḏī-l-Nūn par le roi de Grenade —, client et ancien geôlier d’Alphonse VI qui, selon ‘Abd Allāh, « s’efforçait de procurer à Alphonse de l’argent afin de se le concilier »66, et l’accompagne donc dans ses expéditions dans le sud péninsulaire. La situation permet d’ailleurs à al-Ma’mūn de s’attaquer à la ville de Cordoue, alors intégrée à la taifa de Séville, qu’il prend rapidement en profitant de ce qu’al-Muta’mid est occupé à tenter d’envahir Grenade.

24Dans tous les cas, en 1075, Alphonse VI semble bien avoir la mainmise sur les quatre taifas dont Ferdinand Ier avait légué les tributs à ses fils, auxquelles vient alors s’ajouter celle de Grenade désormais prise au piège des manœuvres alphonsines. Quand bien même la mort d’al-Ma’mūn empoisonné à Cordoue en juin 1075 et la succession sur le trône tolédan de son fils débile al-Qādir aboutissent à l’indépendance de la taifa de Valence, on peut dire que trois années après avoir repris en mains les rênes du pouvoir, Alphonse VI a acquis à sa domination l’essentiel des territoires d’al-Andalus.

25Un problème qui se pose est de savoir si dans ces circonstances le dessein poursuivi par Alphonse VI était de conquérir ces terres qui évoluaient désormais sous son influence. Encore une fois les Mémoires d’‘Abd Allāh apportent des éléments de réponse. Ibn ‘Ammār s’étant présenté une seconde fois devant Alphonse pour lui proposer de conquérir la taifa de Grenade, l’auteur attribue au roi chrétien les pensées suivantes :

  • 67 Ibid., p. 158.

C’est une affaire — se disait-il — dans laquelle je peux en tout cas tirer profit, même si la ville n’est pas prise, car que gagnerais-je à l’ôter à l’un pour la remettre à l’autre sinon donner au dernier des ressources contre moi-même ? Plus il y a de révoltes et de rivalités entre eux, mieux cela vaut pour moi. […] Je ne partage pas leur religion — se disait-il en faisant ses comptes — et ils me détestent tous. Pourquoi voudrais-je prendre Grenade ? Il est impossible qu’elle se soumette sans combattre et, s’il faut se battre, compte tenu de ceux de mes hommes qui mourront et de l’argent que je devrai dépenser, les pertes seront bien plus importantes que ce que je pourrais espérer obtenir au cas où je vaincrais. D’autre part, si je vaincs, je ne pourrais la conserver qu’en m’assurant la fidélité de sa population, qui ne me l’accorderait sûrement pas, et il ne serait pas non plus réalisable de tuer tous les habitants de la ville pour les remplacer par des personnes de ma religion. Par conséquent, il n’y a dans l’absolu aucune autre ligne de conduite que de dresser les princes musulmans les uns contre les autres et de leur soutirer continuellement de l’argent, pour qu’ils se retrouvent sans ressources et s’affaiblissent. Lorsque nous en arriverons là, Grenade, incapable de résister, se rendra spontanément et se soumettra, comme cela arrive présentement avec Tolède, qui à cause de la misère, du délitement de sa population et de la fuite de son roi me mange dans la main sans le moindre effort67.

26La levée des parias fournit en effet d’énormes sommes d’argent à Alphonse VI, qui lui permettent de s’assurer les fidélités, d’appuyer l’effort de colonisation des terres frontalières ou encore d’élargir ses relations diplomatiques comme on le verra plus loin. ‘Abd Allāh semble par ailleurs avoir été particulièrement clairvoyant quant aux intérêts stratégiques dont son ennemi devait tenir compte, puisqu’un investissement chrétien des terres les plus méridionales de la Péninsule aurait été effectivement très risqué. Cependant l’intérêt de ce discours prétendument rapporté — et en tenant compte des déformations que la figure stéréotypée de l’ennemi a pu induire — tient aussi au projet à long terme qu’il révèle. Alphonse VI, comme son père et son grand-père avant lui, ne cède au pragmatisme que lui impose le contexte que pour mieux atteindre son objectif final : la domination de la Péninsule. Car c’est bien de l’Hispania qu’il est question ici, et ‘Abd Allāh l’a compris :

  • 68 Il s’agit de Sisnando Davídiz, comte mozarabe qui joua le rôle d’intermédiaire entre Alphonse VI e (...)
  • 69Abd Allāh, El siglo XI, chap. xxxvi, pp. 158-159.

Je savais que tels étaient ses objectifs, à cause de ce qu’en disaient ses ambassadeurs et de ce que me répéta Sisnando68 à l’occasion de ce voyage : « Al-Andalus — me dit-il de vive voix — appartenait au départ aux chrétiens, jusqu’à ce que les Arabes les vainquent et les confinent en Galice, qui est la région la moins favorisée par la nature. C’est pourquoi, maintenant qu’ils le peuvent, ils désirent récupérer ce qui leur fut enlevé, chose qu’ils ne pourront accomplir qu’en vous affaiblissant petit à petit car, lorsque vous n’aurez plus ni argent ni soldats, nous prendrons possession du pays sans aucun effort »69.

  • 70 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 87-93.
  • 71 Le 10 juillet 1076 il confirme le fuero de Calahorra. La même année, à une date imprécise, il conf (...)
  • 72 A. Ubieto Arteta, « Homenaje » : l’auteur se prononce pour un hommage effectif seulement après la (...)

27L’ambition pan-hispanique d’Alphonse VI se distingue également au travers de la politique qu’il mène vis-à-vis de ses voisins chrétiens. Ce sont cependant cette fois les hasards politiques qui l’amènent en 1076 à étendre encore son influence péninsulaire en annexant la Rioja70. Le 4 juin 1076 Ramón et Ermesinda, frère et sœur du roi de Pampelune Sanche IV Garcés, précipitent ce dernier du haut d’un rocher, scellant par sa mort l’éclipse du royaume de Navarre de la scène péninsulaire pour plus d’un demi-siècle. Le roi navarrais disparaît en laissant pour toute descendance deux enfants en bas âge exclus de la succession par les magnats du royaume, et ses meurtriers ne semblent pas avoir été motivés par l’usurpation de la royauté puisque le premier s’enfuit à Saragosse tandis que la seconde trouve refuge en Castille. Alphonse VI, cousin du défunt roi et par conséquent héritier potentiel, saisit l’occasion pour entrer sur les terres de la Rioja dont il se hâte de confirmer les fueros en signe de son investissement du territoire71. Les régions d’Álava, de Biscaye et de Guipúzcoa entrent du même fait dans l’orbite castellano-léonaise. Le souverain n’est toutefois pas seul à convoiter les terres navarraises, et en juillet un autre cousin, le roi d’Aragon Sanche Ramírez, occupe la capitale Pampelune. Selon Ubieto Arteta un accord aurait alors été conclu entre les deux souverains afin de se partager le royaume navarrais et de déterminer les limites précises de l’autorité de chacun. De cet accord, dont aucune source contemporaine n’a été conservée, émerge la possibilité d’un hommage prêté par Sanche Ramírez à son cousin castellano-léonais pour une partie du territoire qui lui fut octroyé, mais des doutes subsistent quant à la date à laquelle cette disposition prit réellement effet72.

  • 73 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 41.

28Quoi qu’il en soit, le pouvoir castellano-léonais est dès lors suffisamment ancré pour envisager la reprise progressive de l’activité de conquête aux frontières du royaume. Le repeuplement de Sepúlveda, à 150 km au nord de Tolède, confié au monastère de Silos en août 1076, constitue la première étape de l’installation de places stratégiques à partir dequelles les expéditions futures pourraient être organisées. De fait, si Alphonse VI attendit encore une année avant de se proclamer « empereur », il ne manqua pas dès 1076 de mentionner dans un de ses diplômes cette expansion nouvelle de son gouvernement. Aussi, dans la confirmation du fuero de Nájera que réalise le roi lors de son entrée dans la Rioja, n’est-on pas surpris de trouver une titulature qui résume parfaitement le glorieux parcours accompli depuis 1065 : « Ego Aldefonsus Dei gratia rex tocius Gallecie et Legionis et Castella, usque in Calagurram dominans et in Yspania principatum tenens »73. La prépondérance territoriale extraordinaire acquise par Alphonse VI sur la Péninsule — d’ouest en est et du nord au sud — s’y trouve particulièrement bien exprimée.

LA MONARCHIE CASTELLANO-LÉONAISE ET LE MONDE ULTRA-PYRÉNÉEN

  • 74 Pour une vision synthétique de ce mouvement d’ouverture, on consultera : G. Martínez Díez, Alfonso (...)
  • 75 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 90.

29Le prestige acquis par Alphonse VI à l’issue de cette première décennie de gouvernement ne demeure pas circonscrit à la péninsule Ibérique. Le dernier tiers du XIe siècle est en effet parfois perçu comme le grand moment de l’ouverture du royaume léonais vers le monde ultra-pyrénéen et de son intégration sur la scène de la Chrétienté occidentale74. Certes les initiatives menées par Alphonse VI dans ce domaine se placent dans la continuité du mouvement amorcé par son aïeul Sanche III et ses parents Ferdinand Ier et Sancha. Il convient toutefois de ne pas sur interpréter l’originalité hispanique et léonaise de cette entreprise d’ouverture, car elle est aussi le fait d’un mouvement général d’uniformisation au sein de la Chrétienté déterminé par la réforme promue par la papauté durant le second XIe siècle75. Dans cette logique d’alignement s’inscrivent un certain nombre des innovations introduites à cette période dans le royaume léonais, telles que l’enracinement d’un mode de vie clunisien pour les établissements monastiques, la substitution du rite romain au rite hispanique, ou encore l’adoption de la minuscule caroline qui remplace progressivement l’alphabet wisigothique. Uniformisation donc, mais pourtant lourde de conséquences pour le royaume de Castille-León.

  • 76 Voir P. Segl, Königtum und Klosterreform, chap. 3. I ; A. Linage Conde, Los orígenes del monacato, (...)
  • 77 On a évoqué plus haut le cas du nécrologe de Saint-Martin-des-Champs (voir « Le regnumimperium au (...)

30L’approfondissement des relations avec Cluny apparaît très clairement comme l’un des signes du nouvel horizon qui s’ouvre alors76. Inaugurés sous le règne de Sanche III le Grand, les contacts entre la monarchie et l’Ecclesia Cluniacensis au XIe siècle ont d’abord pris forme avec l’entente nouée par Ferdinand Ier avec l’abbaye bourguignonne. S’il est assez difficile de déterminer l’étendue exacte de cette relation, il est certain qu’elle fut suffisamment importante pour que Ferdinand, à un moment qu’on ne situe pas non plus très bien mais qui est probablement lié à la levée des parias, établisse le versement d’un cens annuel de mille monnaies d’or en faveur de Cluny jusqu’à la fin de sa vie, comme l’atteste l’Historia Silense ainsi que des sources diplomatiques clunisiennes et alphonsines postérieures. L’importance des sommes mises en jeu valut à Ferdinand Ier l’obtention de l’intercession des moines clunisiens, ce dont témoigne son intégration dans les nécrologes des établissements dépendant de l’abbaye mère77.

  • 78 D’abord dans la Vita composée par Gilon vers 1120 (Vita sancti Hugonis, éd. H. E. J. Cowdrey, pp. (...)
  • 79 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 47. Sur la question du cens, voir le résumé proposé par C. Regler (...)
  • 80 La donation de 1073 est suivie de celle d’autres établissements dans la période qui nous intéresse (...)
  • 81 Sur ce sujet voir P. Henriet, « Moines envahisseurs » et Id., « Un bouleversement culturel ».
  • 82 Sur le thème de l’imitation clunisienne, voir notamment les réflexions de P. Henriet, Hispania Sac (...)
  • 83 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 82-83. Dans les années suivantes Alphonse VI all (...)
  • 84 Dans la lettre qu’il envoie à Hugues à l’occasion du doublement du cens en juillet 1077, Alphonse (...)

31Cette relation privilégiée semble ne pas avoir périclité avec la mort de Ferdinand, si l’on tient pour authentique l’intervention de l’abbé Hugues dans la libération d’Alphonse VI aux prises avec son frère Sanche II au début de l’année 1072. Cet épisode n’est relaté que dans les différentes versions de la Vita Hugonis écrites dans le milieu clunisien au XIIe siècle78, dans lesquelles il a pour objectif de renforcer le prestige du saint abbé mais aussi de justifier la décision prise par Alphonse VI en réalité quelques années plus tard (le 10 juillet 107779) de doubler le cens autrefois octroyé par son père à Cluny comme une conséquence de l’intervention de l’abbé. Dans l’immédiat, la donation du monastère de San Isidro de Dueñas à l’Ecclesia Cluniacensis que réalise le roi le 29 mai 1073 rend plausible l’idée d’une dette du monarque envers l’abbé Hugues. Bishko tenta quant à lui de déterminer les raisons de l’intervention de l’abbé : était-ce une obligation liée à la continuation du versement d’un cens par Alphonse VI, ou le résultat d’un appel à l’aide du monarque convaincu de l’autorité qu’aurait le saint abbé sur son frère, comme l’affirment les mêmes sources hagiographiques ? Qu’elle ait été initiée dès 1065 ou seulement en 1072, la societas qui unit le royaume castellano-léonais à Cluny prend dans tous les cas une nouvelle tournure avec Alphonse VI. Sous son règne des établissements monastiques sont pour la première fois donnés à l’abbaye80. Mais surtout, et en dépit du mécontentement et de la réaction xénophobe qu’on perçoit parfois dans les sources81, la politique monastique que mène le souverain s’oriente progressivement vers la promotion d’une imitation du mode de vie clunisien dans les établissements hispaniques82, comme à Sahagún où Alphonse VI installe dès 1079-1080 des moines clunisiens sous l’autorité de l’abbé Robert, amené à être un des plus proches conseillers du souverain. En parallèle à cet investissement de la péninsule Ibérique par Cluny, le souverain maintient des rapports étroits avec l’abbé Hugues. Nous avons évoqué l’ingérence de ce dernier dans les affaires péninsulaires à l’occasion de l’emprisonnement d’Alphonse par son frère Sanche en 1072. En 1074, et bien qu’il n’y ait pas de preuve directe, il est possible qu’Hugues eut sa part de responsabilité dans le mariage que contracte le roi avec Inés (Agnès), fille du duc d’Aquitaine Guillaume VIII83. En 1077 c’est en tant qu’intermédiaire auprès de la papauté qu’intervient le même abbé84.

  • 85 Sur cette question des relations entre le royaume de Castille-León et la papauté, voir notamment l (...)
  • 86 « Gregorius in Romanum pontificem electus, omnibus principibus in terram Hyspanie proficisci volen (...)

32La décennie 1070 est en effet également marquée par le conflit qui oppose Alphonse VI au pape Grégoire VII, premier acte de l’instauration, dans le cadre de la réforme grégorienne, de relations diplomatiques entre la papauté et le royaume castellano-léonais. Certes déjà en 1065-1068 Alexandre II avait envoyé en Péninsule un légat, le cardinal Hugues le Blanc, afin d’y aborder la question de la réforme de la liturgie hispanique. Mais c’est surtout au moment de l’affermissement d’Alphonse VI sur le trône que la communication est véritablement rétablie85. La pression pontificale sur la Péninsule se fait ainsi sentir dès le printemps 1073 lorsque le légat Géraut d’Ostie intervient pour excommunier l’évêque Muño, prétendant au siège de Burgos face à l’évêque Jimeno. L’initiative vise à signifier que seule la justice ecclésiastique est compétente en la matière, ce qui est une manière de critiquer l’intervention royale traditionnelle dans ce genre de situation. Avec la bulle du 30 avril 1073 adressée à « tous les princes désireux de se rendre en terre d’Hispania »86, les prétentions d’ingérence du souverain pontife dans les affaires hispaniques prennent un tour à proprement parler conflictuel. La bulle est adressée plus directement au comte Ebles de Roucy — frère de l’épouse du roi de Navarre Sanche Ramírez, vassal du Saint-Siège depuis 1068 — que Grégoire VII autorise pour l’occasion à pratiquer la guerre sainte dans la péninsule Ibérique. Le pape précise en outre la justification donnée à cette licence :

  • 87 « Non latere vos credimus regnum Hyspanie ab antiquo proprii iuris S. Petri fuisse, et adhuc licet (...)

Vous n’ignorez pas, croyons-nous, que le royaume d’Hispania fut de longue date placé sous la juridiction de saint Pierre, et encore aujourd’hui, en dépit de sa longue occupation par les païens, en vertu de la loi et de la justice, il appartient non pas à un mortel mais au seul siège apostolique87.

33L’assertion fait référence à la prétendue donation par laquelle l’empereur Constantin aurait cédé au pape Sylvestre tout le territoire occidental de l’Empire, en réalité une falsification forgée à la Curie au VIIIe siècle dans le but de justifier l’intervention des papes dans les royaumes chrétiens. Plus loin dans la bulle, il est par ailleurs affirmé que les conquêtes éventuellement réalisées au sein des terres des musulmans le seront au nom de la papauté. Alphonse VI n’est en l’occurrence pas le seul souverain touché par les conséquences potentielles de cette missive, et le texte suppose une double menace pour tous les princes hispaniques. D’une part, il sape un des fondements de leur légitimité en les dépossédant de l’initiative de la reconquête chrétienne de la Péninsule, offerte à « tous les princes » d’Occident. D’autre part, il établit que les terres gagnées sur l’Islam échapperont au contrôle des rois hispaniques, réduisant à néant leurs possibilités futures d’expansion. Avec l’échec du projet d’expédition d’Ebles, la bulle demeure cependant lettre morte et il n’existe aucune preuve d’une réaction d’Alphonse VI à son contenu. Toutefois, en 1073 les différentes lignes des revendications pontificales sur la Péninsule, et sur le royaume de celui qui allait bientôt en être le souverain le plus puissant, sont déjà fixées. Les problèmes du changement de liturgie, de l’autorité du pape dans la politique épiscopale du royaume et de la souveraineté du Saint-Siège sur l’Hispania constituent les trois points au sujet desquels s’affrontent Alphonse VI et Grégoire VII.

  • 88 Ibid., n° 8.
  • 89 Ibid., n° 9.
  • 90 Ibid., n° 10.
  • 91 Ibid., n° 12.
  • 92 Sur le changement de rite : P. Henriet, Hispania Sacra, chap. « Le changement de liturgie et sa si (...)

34Quant au premier de ces problèmes, le roi de Castille-León semble avoir à première vue cédé aux pressions pontificales. Les doutes exprimés sur l’orthodoxie du rite hispanique par le cardinal Hugues le Blanc lors de sa légation sont réitérés par Grégoire VII dans une bulle qu’il adresse le 19 mars 1074 à Alphonse VI et au roi navarrais88. Le lendemain, le pape félicite Sanche Ramírez d’Aragon d’avoir introduit le rite romain dans le territoire qu’il gouverne89. Dans une lettre du 9 mai 1074, Grégoire VII exprime sa décision de réintégrer l’évêque de Burgos préalablement excommunié, Muño, car il aurait promis avec d’autres évêques d’accepter le rite romain90. Enfin en mai 1076 le pape s’adresse à l’évêque de Burgos Jimeno — car Alphonse VI ne semble pas avoir approuvé la réintégration de Muño — et lui demande de faire observer le rite romain dans toute l’Espagne91. Mais, à cette date, Alphonse VI a déjà décidé de s’exécuter, et lors du concile réuni à Burgos au moment où cette missive fait son chemin vers la Péninsule il décrète formellement l’abandon du rite hispanique92.

  • 93 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. 98. Voir aussi A. Isla Frez, Memoria, culto, (...)
  • 94 Primera crónica anónima de Sahagún, éd. A. Ubieto Arteta, 6 et Pel., p. 80.
  • 95 « De Romano autem officio, quod tua iussione accepimus », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 47.

35On peut s’interroger sur les raisons qui poussèrent Alphonse VI à obéir au pape et à délaisser une liturgie qui constituait un héritage culturel si important que son abandon suscita une résistance au sein du royaume — ce que révèle l’aide sollicitée auprès de l’abbaye clunisienne pour favoriser l’implantation de la nouvelle liturgie. La décision allait à l’encontre de la poursuite de la paix qui caractérise le programme de gouvernement hérité du passé. Estelle le résultat de l’influence de la papauté réformée et du poids des menaces formulées par Rome en 1073 ? Probablement pas, car sur d’autres points le souverain ne semble pas avoir fait grand cas des injonctions pontificales. Reilly relève ainsi plusieurs indices de l’intervention directe du roi dans la politique épiscopale entre 1073 et 1075, ce qui prouve son absence de zèle au moment d’exécuter les préceptes que l’excommunication de l’évêque Muño avait rappelés93. Deux sources narratives certes postérieures — la première Chronique Anonyme de Sahagún (vers 1109-1117) et la Chronique de Pélage d’Oviedo — suggèrent par contre que l’introduction du rite romain fut le résultat de l’initiative royale94. Enfin dans la demande d’aide qu’Alphonse VI adresse à Hugues de Cluny, le roi précise qu’il a accepté le nouveau rite sur les conseils de l’abbé95, ce qui suppose tout au moins que sa décision fut le résultat d’une réflexion. Il faut donc lire dans cette démarche une volonté expresse du souverain d’intégrer le royaume castellano-léonais dans l’Occident chrétien par l’uniformisation religieuse.

36Quelles qu’en soient les raisons, l’accueil fait au rite romain ne suppose toutefois pas une acceptation générale des revendications pontificales, comme le prouve l’intervention récurrente d’Alphonse VI dans la politique épiscopale du royaume. La réaction de Grégoire VII à ce sujet fut extrême, puisque le 28 juin 1077 il réitérait les prétentions de souveraineté sur l’Hispania exprimées en 1073, en s’adressant cette fois directement aux « rois, comtes et autres princes de l’Hispania » :

  • 96 « Preterea notum vobis volumus, […] videlicet, regnum Hyspanie ex antiquis constitutionibus beato (...)

Nous voulons vous signifier […] que le royaume d’Hispania, en vertu d’anciennes constitutions, fut remis en droit et propriété au bienheureux Pierre et à la Sainte Église romaine. Cela jusqu’à aujourd’hui est demeuré dans l’oubli, en raison et des difficultés des époques passées, et d’une certaine négligence de nos prédécesseurs. Car après que le royaume a été envahi par les sarrasins et les païens, et qu’a été interrompu et détourné de nos usages pendant si longtemps le service qui était dû au bienheureux Pierre à cause de leur impiété et de leur tyrannie, le souvenir de la propriété des biens commença de la même façon à s’évanouir aussi. Mais puisque la clémence divine vous a été concédée contre ces ennemis, et que la récurrence des victoires vous a permis de récupérer cette terre, nous ne voulons pas ignorer plus longtemps cette question96.

  • 97 Sur la vision hérétique que les lettres de Grégoire VII donnent de l’Hispania, voir T. Deswarte, « (...)
  • 98 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 14.

37En appelant de nouveau à la prétendue donation de Constantin, Grégoire VII annonçait en outre l’envoi imminent de deux légats en Péninsule dans le but d’en faire appliquer le texte et de mettre fin aux pratiques « hérétiques » de l’Hispania97. Ces revendications, lancées par le pape alors qu’il vient de remporter une grande victoire sur l’empereur germanique à Canossa, poussent l’affrontement entre souveraineté pontificale et souveraineté royale à son comble. Elles n’ont pourtant cette fois encore pas été suivies d’effet. Les relations entre Rome et le royaume de Castille-León semblent au contraire s’être apaisées pour un temps et le 7 mai 1078 Grégoire VII témoignait même de cette volonté en recommandant à Hugues de Cluny les affaires léonaises, « sicut rex Hispanie rogavit »98.

  • 99 La consanguinité mise en cause ne vise en l’occurrence pas les liens qui unissent Alphonse à Const (...)
  • 100 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 22.

38Les aléas de ces relations autorisent plusieurs remarques. D’un côté, sont mis en lumière les efforts déployés par Alphonse VI pour intégrer son royaume au reste de la Chrétienté. Mais on perçoit aussi l’ampleur du rayonnement de la Castille-León, capable de négocier avec la papauté, grâce notamment à l’alliance clunisienne. L’épisode suivant de ces relations houleuses le montre encore. En juin 1080 Grégoire VII exprime son mécontentement à l’égard de l’alliance consanguine qu’Alphonse VI vient de contracter avec la nièce d’Hugues le Grand, Constance99, et des actions du clunisien Robert qui aurait maintenu le rite hispanique au sein du monastère de Sahagún. La réaction d’Alphonse VI est révélatrice de sa puissance. Pour preuve de sa bonne volonté dans la question de l’adoption du rite romain, il consent à sacrifier son cher conseiller. Mais son union avec Constance, qui suppose une alliance profitable avec les partis français et bourguignon, n’est pas annulée. Or ce refus de coopérer n’empêche pas le souverain pontife de s’adresser dans une bulle de 1081 au « glorieux roi de l’Hispania » pour célébrer l’acceptation du rite100, prouvant par là que Grégoire VII était prêt à négocier avec le puissant souverain qu’était devenu Alphonse VI à cette date.

39Durant la première décennie du règne d’Alphonse VI les conditions dans lesquelles s’exerce le pouvoir du souverain se transforment intégralement. S’il commence son règne simplement comme roi de León, et devient à ce titre titulaire des pratiques de chancellerie qui invitent à insister sur l’imperium détenu par les souverains léonais, l’ambition alphonsine se laisse rapidement entrevoir. L’ancestrale idéologie pan-hispanique est maintenue, et se traduit par une innovation avec l’intégration du concept de regnum Hispaniae au sein de la titulature du souverain. Dès lors, l’expansion du territoire régi s’affiche comme ligne directrice des actions du monarque. Cet idéal se mue progressivement en réalité, au gré des guerres fratricides, des héritages opportuns, et des efforts constants déployés par Alphonse pour s’imposer sur la scène péninsulaire comme l’arbitre des taifas rivales, qui paient cher le prix de cette ingérence. De fait Alphonse VI se trouve être à la fin de l’année 1076 à la tête d’une zone d’influence qui recouvre la majeure partie des terres de la Péninsule. Par ailleurs, la relation privilégiée qu’il noue avec l’abbaye de Cluny et la reprise des relations diplomatiques avec Rome, tantôt conflictuelles, tantôt pacificatrices, sont autant de preuves du rayonnement nouveau dont jouit le royaume de Castille-León à la fin de la décennie 1070. Elles témoignent de la volonté du monarque d’un décloisonnement de son territoire au sein de la Chrétienté occidentale, ce qui se traduit sur le plan religieux par l’adoption du rite romain et du mode de vie clunisien dans les établissements monastiques. Dans le même temps, cet élargissement des horizons ne suppose pas une volonté d’intégration totale. Il s’élabore en parallèle à une revendication de la spécificité hispanique, et Alphonse VI n’entend céder son rôle dans la Péninsule à personne.

40Ces circonstances ont été des facteurs déterminants dont la combinaison a été à l’origine de l’innovation impériale alphonsine.

Notes

1 « Rex vero Fernandus filios suos et filias ita censuit instruere, vt primo liberalibus disciplinis, quibus et ipse studium dederat, erudirentur ; dein, vbi etas patiebatur, more Ispanorum equos cursare, armis et venationibus filios exercere fecit, sed et filias, ne per otium torperent, ad omnem muliebrem honestatem erudiri iusit », Sil., 81.

2 Voir A. Rucquoi, « Educación y cultura ».

3 Dans le texte d’Éginhard, les fils de Charlemagne sont éduqués à « la manière franque » de monter les chevaux (« more Francorum equitare », Éginhard, Vie de Charlemagne, 19).

4 L’historiographie hispanique médiévale a abondamment commenté cette décision, les motivations de Ferdinand Ier y recevant une explication différente en fonction le plus souvent de l’origine — castillane, léonaise — du chroniqueur. Voir J.-P. Jardin, « La partición » ; B. Powell, « The Partición ».

5 « Adefonsum itaque, quem pre omnibus liberis carum habebat, Canpis Gotorum prefecit, atque omne Legionensium regnum sue ditioni mancipauit. Constituit quoque Sancium, primogenitum filium suum, super Castellam regem. Necnon et iuniorem Garsiam Gallicie pretulit. Tradidit etiam filiabus suis omnia totius regni sui monasteria, in quibus vsque ad exitum huius vite absque mariti copula viuerent », Sil., 103.

6 Chronicon Compostellanum, éd. E. Falque, 24.

7 « … Vt post obitum suum, si fieri posset, quietam inter se ducerent vitam », Sil., 103.

8 J. M. Mínguez Fernández, Alfonso VI, p. 18.

9 Mínguez Fernández partage ainsi l’opinion énoncée par B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. 16.

10 A. Sánchez Candeira, Castilla y León, p. 230.

11 Menéndez Pidal évoque ainsi le « démembrement » du royaume provoqué par la partition décidée par Sanche III de Navarre (R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 73). Plus tard ce fut Alphonse VII qui « condamna son œuvre à la désagrégation » (p. 175). Curieusement l’érudit est moins virulent à l’égard de Ferdinand Ier.

12 A. Sánchez Candeira, Castilla y León, pp. 228-229.

13 Voir le regeste des actes mentionnant les souverains dans la formule en regnante que réalise M. Lucas Álvarez, La documentación real, R5, pp. 653-658. 15 actes mentionnent Sanche et Alphonse dont 3 postérieurs à l’éviction de García du trône de Galice ; 6 actes évoquent les trois frères. En dehors de ceux correspondant aux deux années chaotiques qui précèdent la mort de Sanche II en 1072, ces documents précisent tous que Sanche règne sur la Castille, Alphonse sur le León et García sur la Galice.

14 I. Rodríguez de Lama, Colección de La Rioja, n° 23.

15 L. Serrano, Cartulario de Arlanza, n° 70.

16 Ibid., n° 72.

17 D’Alphonse VI on connaît plusieurs diplômes contenant ce titre. Le premier date du 22 novembre 1068 (A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 6) ; nous reviendrons plus loin sur la série des autres (voir « Vers un empire néogothique ? », p. 218). La brièveté des règnes de ses frères a laissé moins de traces : le 16 mai 1070 García s’intitule dans une donation à un certain Alfonso Ramírez « gratia Dei rex filii Fredenandi inperatoris et Sanctia regina » (Portugaliae Monumenta Historica. Diplomata, t. I, n° 491) ; le 26 janvier 1072, Sanche II, dans une confirmation en faveur du monastère de Sahagún, s’intitule « prolis Fredenandi imperatoris, in solio auiorum meorum fultus » (M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún [II], n° 709).

18 Dans une donation privée du 20 novembre 1067 la datation est ainsi formulée : « Regnante Domino nostro Ihesu Christo et sub eius imperio, rex Sanctius obtinens imperium in Castella, fraterque eius rex Alfonso in Legyone » (J. del Álamo, Colección de Oña, n° 51). García s’intitule quant à lui nutu Dei rex, diuina misericordia imperans Ispania dans la souscription d’un diplôme de la même année en faveur du monastère de San Antolín de Toques (M. Lucas Álvarez, San Paio, n° 1).

À noter que pour Alphonse VI, à trois reprises on lit le terme d’imperium dans ce même sens traditionnel, ce qui montre son maintien. En 1083 et 1085 deux actes du monastère de Santa María del Puerto comportent des datations formulées de la manière suivante : « sub imperio Adefonsi principis in regno et comite Munnio Gonsaluiz in Asturias » et « sub imperio Adefonsi principis » (J. Abad Barrasus, Santa María del Puerto, nos 18 et 101). En 1085 un acte conservé à Burgos reprend la formule appliquée en 1067 à Sanche II : « regnante Domino nostro Ihesu Christo et, sub eius imperio, serenissimus rex Adefonsus obtinens imperium in Legione et in Castella seu Gallecia » (J. M. Garrido Garrido, Documentación de Burgos, n° 43).

19 Donation du monastère de San Salvador de León par Alphonse VI et sa sœur Sancha en faveur de l’abbaye de Cluny, dont la datation est ainsi formulée : « Regnum imperii Adefonsi rex in Legione et in Castella » (A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 39).

20 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), nos 1174, 1179, 1199, 1205, 1214, 1231, 1243, 1246, 1313 ; M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (III), nos 827, 880, 934, 1038, 1072, 1090, 1098, 1107. Comme pour les périodes précédentes, ces actes mettent en scène de manière récurrente les mêmes protagonistes et furent rédigés par un nombre réduit de scribes.

21 Ce fut d’abord José Antonio Maravall qui introduisit la pertinence d’un concept d’Espagne dans son ouvrage paru en 1954, El concepto de España en la Edad Media. Plus récemment, voir A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 166-184 pour un panorama des étapes d’évolution du concept jusqu’à la fin du XIe siècle et R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 51-63, qui propose un récapitulatif enrichi de nombreuses preuves textuelles.

22 « CCLXX nabes Sarracenorum Spanie litus sunt adgresse », Alph., 2 ; « Istut namque Spanie causa pereundi fuit », Alph., 5 ; « Cuius tempore [i. e. Rodrigue] adhuc in peiori nequitia creuit Spania », Alph. Rot., 6.

23 « Per omnes prouincias Spanie prefectos posuerunt », Alph. Rot., 8 ; « omnis Spania dudum in uno ordine sub regimine Gotorum esset ordinata », Alph. Rot., 9.

24 Yves Bonnaz maintient dans son édition ce titre qui n’apparaît pas dans tous les manuscrits (Y. Bonnaz, Chroniques, version érudite, 14, 2). Juan Gil retient quant à lui le titre de « rex Cordubensis » (Alph. Seb., 22).

25 « … Plus quam quinquaginta milia Sarracenorum, qui ad eum ex prouinciis Spanie aduenerant », Alph. Rot., 22.

26 « … Ciuitatem Spanie Yspalim inruperunt », Alph. Seb., 23.

27 « Cui si aliquis edificium consimilare uoluerit, in Spania non inueniet », Alph. Seb., 24.

28 « … Se a suis tertium regem in Spania appellare precepit », Alph., 25.

29 Voir les explications données par Y. Bonnaz, Chroniques, n. 8, pp. 217-218.

30 « Item, reges qui regnauerunt in Spania », Chronique Prophétique, d’après l’édition d’Y. Bonnaz ibid., 7. Juan Gil suit un autre manuscrit évoquant les rois qui régnèrent « in Cordoua » (J. Gil [éd.] et alii, Crónicas asturianas, inséré dans le texte de l’Alb., XVIII, p. 185).

31 Voir les exemples donnés par A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 171 et en particulier n. 370-371.

32 Voir Samp., 3, 4 et 5.

33 « … Proauus meus condam, nomine Egila, de finibus Spanie una cum uxore et liberis adveniens », M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 33.

34 « Modo vero cognoscimus eo quondam sacerdos nomine Argerigus abba, et soror ejus nomine Sarra, venerunt de finibus Spanie tempore dive memorie proabii mei domini Frollani principis […].

Ad multorum vero tempus venit Ophilus abba, cum Deo vota nomine Maria, de Spania », ibid., n° S-2.

35 J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), nos 97-99, critique diplomatique à la suite du dernier.

36 « … Era DCCCCLXLVIIIa, anno regni nostri IIIIo et de adventu Spanie IIo », ibid., nos 175 et 176.

37 Le document est daté du 9 avril 959 et contient la formule de datation suivante : « Regnante serenissimo principi Sanctio Ranimiri prolis anno post Spanie reversione primo » (ibid., n° 164).

38 « … In Legione et in terra Hyspanie », A. Quintana Prieto, Tumbo viejo, n° 16.

39 Hypothèse formulée par A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 145-146. Pour R. Manchón Gómez, Léxico, p. 53, on a par contre là déjà un exemple de l’utilisation du terme Hispania pour désigner le territoire sur lequel règne le monarque.

40 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 41. On reviendra plus loin sur ce document.

41 « Anticorum etenim relatione cognoscimus omnem Hispaniam christianis aessae possessam et per unamquamque prouinciam ecclesiarum sedes et episcoporum perhornatam », M. Lucas Álvarez, Tumbo A, n° 28.

42 « Ideoque ego seppe dictus Veremudus rex, dum possideret regnum Spanie et rejeret [sic] universas urbes et probincias usque finibus terre, perveni in provincia Asturiense et dum sederem in regno meo et in solio patris meis sub Dei adiutorio amnuit namque serenitatis nostre ecclesie… », F. J. Fernández Conde et alii, San Pelayo, n° 1.

43 « In presentia regis domni Adefonsi et uxoris eius Geloire regine conuenimus aput Legionem in ipsa sede Beate Marie omnes pontifices, abbates et obtimates regni Ispanie », S. García Larragueta, Colección de la catedral de Oviedo, n° 42. Il est vrai toutefois que cette version du fuero est celle transmise par le Liber Testamentorum Ouetensis confectionné à la demande de l’évêque Pélage, ce qui a donné lieu à de nombreuses manipulations des textes originaux.

44 L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 76.

45 Au sein de l’exposé de cet acte il est question des événements postérieurs à la prédication de saint Jacques en Péninsule, « post apostoli Iacobi et comitum eius ac doctoris gentium iuculentissimam catholici dogmatis in totis Yspanie finibus assertionem », P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, n° 54.

46 Cette désignation figure dans la donation que réalise Ferdinand Ier en faveur de l’église d’Astorga en remerciement de l’aide apportée par son évêque dans la translation des reliques du saint sévillan : « tu autem fecisti nobis inde, anuente Deo, deportare sanctissimum et gloriosum corpus beati doctoris nostri Sancti Isidori, archiepiscopi confessoris Christi, quem nos per manus tuas aliorumque presulum fecimus recondere in ciuitati legionensis in ecclesia Sancti Ioanis, vbi per te hic habetur nostri decus et gloria doctrinae totius Hispaniae doctor », ibid., n° 67.

47 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 11.

48 Le 29 mai 1073 dans une donation en faveur de Cluny : « Ego Aldefonsus, rex Ispaniarum atque Leonensis » (ibid., n° 18). Le 10 juillet 1077 lorsque le cens versé par Alphonse VI à la même abbaye est dupliqué : « Aldefonsus gratia Dei Hyspaniarum rex » (ibid., n° 47).

49 « Regnante rege Adefonso in Castella siue Legione et in omni Hispania », ibid., n° 40, rédaction A. La rédaction B ne transmet pas cette formule.

50 Ibid., n° 54.

51 Contra, voir A. Isla Frez, Memoria, culto, p. 147, pour lequel cette formulation souligne « la plus grande autorité d’Alphonse dont le pouvoir s’étend sur un ensemble plus grand ».

52 En fonction de la conservation des collections il est difficile de déterminer avec exactitude le moment d’apparition de cette précision, mais les plus anciennes que nous ayons observées datent de 1073 et 1079 (« Alfonsus rex in Ispania », A. Ubieto Arteta, Cartulario de San Millán, n° 409, en 1073 ; « regnante rex Adefonsus in omni Spania », L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 84, en 1079). Par contre dans la collection de la cathédrale de León la formule n’apparaît qu’après 1082, et à Sahagún après 1092 (voir les exemples donnés par R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 52-53).

53 « … Quanquam adhuc viuens pater eius regnum eque diuisisset, per octo tamen continuos annos intestinum bellum insolubiliter gesserunt », Sil., 8.

54 En considérant que les « huit années » de lutte s’achèvent avec la mort de Sanche II en octobre 1072 et la récupération par Alphonse VI de la totalité de l’héritage de ses parents, les premiers moments de l’affrontement remonteraient à 1064, soit l’année qui suivit la curia regis de 1063 où fut décidée la partition du royaume.

55 Sur les problèmes de documentation des événements de cette décennie, voir les remarques de B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 27-28. C’est à cet ouvrage (chap. ii à vi) qu’on emprunte une partie des développements qui suivent.

56 Ibid., pp. 29-32.

57 Voir R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1929), t. I, pp. 161 sqq. et B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 39-40, pour une mise au point sur cette question.

58 Voir ibid., pp. 65-67.

59 « … Inconparabili presenti tempore aliis regibus », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 12, daté du 19 novembre 1072.

60 Dans un pleito du 17 avril 1073 confirmé par le souverain il est précisé que l’affaire fut portée « ante rege domno Adefonso, qui regebat Castella et Legione et tota Gallecia » (ibid., n° 17), énumération réitérée dans la datation du même acte (« regnante rex Adefonso in Legione et in Castella uel Gallecie »). Son gouvernement est également reconnu au-delà de ses frontières. Ainsi le roi d’Aragon Sanche Ramírez émet le 27 juin 1074 un diplôme dont la datation contient la formule suivante : « Regnante regi Sancio Ranimiriz in Aragone et in Suprarbi seu in Ripacurça. Rex Sancio in Pampilona. Rex domno Adefonso in Leyone et in Castella et in Gallecia » (J. Salarrullana y de Dios, Documentos de Sancio Ramirez, n° 11).

61 Parmi les études portant sur la question, on consultera les travaux de H. Grassotti, « Para la historia del botín » et notamment les pp. 45-64 concernant les règnes de Ferdinand Ier et Alphonse VI, et surtout de J. M. Lacarra, « Aspectos económicos », réédité par la suite dans Id., Colonización, pp. 41-76.

62 « … Accepit dum uixit constituta tributa [sarracenorum] per unumquemque annum », Pel., p. 80.

63Abd Allāh, El siglo XI, chap. xxxvi, p. 159.

64 Ibid., p. 153.

65 Ibid., p. 155. De fait ‘Abd Allāh dut se soumettre quelque temps après à un nouvel accord, qui stipulait cette fois, en plus d’un versement de trente mille dinars d’or, le paiement annuel de dix mille dinars d’or (ibid., pp. 160-161).

66 Ibid., p. 155.

67 Ibid., p. 158.

68 Il s’agit de Sisnando Davídiz, comte mozarabe qui joua le rôle d’intermédiaire entre Alphonse VI et les rois de taifas. Voir E. García Gómez et R. Menéndez Pidal, « El conde mozárabe Sisnando ».

69Abd Allāh, El siglo XI, chap. xxxvi, pp. 158-159.

70 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, pp. 87-93.

71 Le 10 juillet 1076 il confirme le fuero de Calahorra. La même année, à une date imprécise, il confirme également le fuero de Nájera. Voir A. Gambra, Alfonso VI, t. II, nos 37, 41 et 42.

72 A. Ubieto Arteta, « Homenaje » : l’auteur se prononce pour un hommage effectif seulement après la bataille de Sagrajas/Zalaqa. Voir contra la mise au point d’Ángel Martín Duque dans Historia de España Ramón Menéndez Pidal, t. IX, pp. 284-285, pour qui il est plausible de dater l’hommage de 1076, car il existe plusieurs documents prouvant l’autorité d’Alphonse VI sur Pampelune et sur Sanche Ramírez avant 1086. D’abord, dans les ajouts intégrés à la version de la Chronique d’Albelda transmise au sein du Codex de Roda — qui a séjourné à Nájera autour de l’année 1086 — on lit : « In ipsa era TCXIIII venit Alefonsus rex de Legion [sic] ad Nagera et Pampilona suo iuri subdidit » (J. M. Lacarra, « Textos navarros del códice de Roda », p. 260). Par ailleurs dans le serment de protection que contracte Sanche Ramírez avec son vassal le comte Centule Ier de Bigorre vers 1082, il est question de la fidélité supérieure que le roi doit à « [son] seigneur Alphonse » (« salva fidelitate domini mei Ildefonsi », Á. Canellas López, Colección diplomática de Sancho Ramírez, n° 153).

73 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 41.

74 Pour une vision synthétique de ce mouvement d’ouverture, on consultera : G. Martínez Díez, Alfonso VI, chap. xiv « Apertura hacia Europa », pp. 181-196.

75 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, p. 90.

76 Voir P. Segl, Königtum und Klosterreform, chap. 3. I ; A. Linage Conde, Los orígenes del monacato, pp. 863-997 ; C. Reglero de la Fuente, Cluny en España, pp. 145 sqq. et 192 sqq.

77 On a évoqué plus haut le cas du nécrologe de Saint-Martin-des-Champs (voir « Le regnumimperium au temps de Ferdinand Ier », p. 162). D’autres sources attestent le fait que Ferdinand Ier bénéficiait de l’intercession des moines clunisiens. Leur analyse est l’objet d’une étude de C. J. Bishko, « Liturgical intercession ». Voir aussi C. Reglero de la Fuente, Cluny en España, pp. 192-198.

78 D’abord dans la Vita composée par Gilon vers 1120 (Vita sancti Hugonis, éd. H. E. J. Cowdrey, pp. 59-60), puis dans d’autres versions de la vie de saint Hugues. Sur ce sujet, voir la communication de Patrick Henriet présentée lors du colloque « Historiographie léonaise, navarraise et castillane du XIIe siècle : la Chronica Naiarensis » (coord. Georges Martin, Amaia Arizaleta, Patrick Henriet) qui s’est tenu les 13 et 14 novembre 2008 à Paris (communication visionnable sur http://video. rap. prd.fr/ paris4/naiarensis/cnPHENRIET.mov).

79 A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 47. Sur la question du cens, voir le résumé proposé par C. Reglero de la Fuente, Cluny en España, pp. 147 sqq.

80 La donation de 1073 est suivie de celle d’autres établissements dans la période qui nous intéresse : les 27 août 1076, 30 janvier et 22 mai 1077 ce sont respectivement les monastères de San Salvador de Palaz de Rey, Santiago de Astudillo et San Juan de Hérmedes de Cerrato qui entrent dans le réseau clunisien, quoique seul le second devienne prieuré. Les donations se poursuivent encore dans la suite du règne.

81 Sur ce sujet voir P. Henriet, « Moines envahisseurs » et Id., « Un bouleversement culturel ».

82 Sur le thème de l’imitation clunisienne, voir notamment les réflexions de P. Henriet, Hispania Sacra, pp. 132-134.

83 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 82-83. Dans les années suivantes Alphonse VI allait encore multiplier les alliances ultra-pyrénéennes à la faveur de ses relations avec Cluny, par l’intermédiaire des unions matrimoniales qu’il contracte pour lui-même ou qu’il sollicite pour ses filles. Sa seconde épouse, Constance, n’est autre que la nièce d’Hugues de Cluny. Quant aux époux qu’il choisit pour ses filles Thérèse et Urraca, Raymond et Henri, ils sont tous deux bourguignons.

84 Dans la lettre qu’il envoie à Hugues à l’occasion du doublement du cens en juillet 1077, Alphonse VI, après avoir renouvelé son attachement à l’abbaye, supplie l’abbé d’intercéder en sa faveur auprès du pape afin qu’il envoie en Péninsule un cardinal pour l’aider dans les problèmes que suscite le rite romain qu’il a introduit sur son conseil (A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 47).

85 Sur cette question des relations entre le royaume de Castille-León et la papauté, voir notamment les études classiques de D. Mansilla, La curia romana et P. David, « Grégoire VII, Cluny et Alphonse VI ». Plus récemment : J. F. O’Callaghan, « The Integration » ; R. A. Fletcher, « Las Iglesias ». Voir également T. Deswarte, Une Chrétienté romaine. Bibliographie complète dans J. Díaz Ibáñez, « El pontificado y los reinos », notamment aux pp. 512-513 et 520-522.

86 « Gregorius in Romanum pontificem electus, omnibus principibus in terram Hyspanie proficisci volentibus, perpetuam salutem in Domino Iesu Christo », D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 6.

87 « Non latere vos credimus regnum Hyspanie ab antiquo proprii iuris S. Petri fuisse, et adhuc licet diu a paganis sit occupatum, lege tamen iustitie non evacuata, nulli mortalium sed soli apostolice sedi ex equo pertinere », ibid.

88 Ibid., n° 8.

89 Ibid., n° 9.

90 Ibid., n° 10.

91 Ibid., n° 12.

92 Sur le changement de rite : P. Henriet, Hispania Sacra, chap. « Le changement de liturgie et sa signification », pp. 228-255 ; J. F. O’Callaghan, « The Integration ».

93 B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. 98. Voir aussi A. Isla Frez, Memoria, culto, pp. 150-151.

94 Primera crónica anónima de Sahagún, éd. A. Ubieto Arteta, 6 et Pel., p. 80.

95 « De Romano autem officio, quod tua iussione accepimus », A. Gambra, Alfonso VI, t. II, n° 47.

96 « Preterea notum vobis volumus, […] videlicet, regnum Hyspanie ex antiquis constitutionibus beato Petro et sancte Romane ecclesie in ius et proprietatem esse traditum. Quod nimirum hactenus et preteritorum temporum incommoda et aliqua antecessorum nostrorum occultavit neglegentia. Nam postquam regnum illud a sarracenis et paganis pervasum est, et servitium, quod beato Petro inde solebat fieri, propter infidelitatem eorum et tyrannidem detentum ab usu nostrorum tot annis interceptum est, pariter etiam rerum et proprietatis memoria dilabi cepit. Verum quia divina clementia concessa vobis in hostes illos semperque concedenda victoria terram in manus vestras tradidit, ulterius vos causam hanc ignorare nolumus… », D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 13.

97 Sur la vision hérétique que les lettres de Grégoire VII donnent de l’Hispania, voir T. Deswarte, « Une chrétienté hérétique ? ».

98 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 14.

99 La consanguinité mise en cause ne vise en l’occurrence pas les liens qui unissent Alphonse à Constance, mais cette dernière à Inés, première épouse du roi. Les deux femmes sont en effet cousines au quatrième degré. L’argument serait par ailleurs une manière de contester la répudiation d’Inés, incapable de donner naissance à un héritier (B. F. Reilly, León-Castilla under king Alfonso VI, p. 109).

100 D. Mansilla, La documentación pontificia, n° 22.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540