Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Deuxième partie. Premiers essais Alphonse VI, Urraca et Alphonse Ier le batailleur, imperatores Hispaniae (1065-1126)

Avant-propos

Full text

1Cette seconde partie a pour objet les développements qu’a connus le phénomène impérial durant le règne des trois premiers souverains qui ont choisi d’assumer le titre d'imperator à la première personne. Si l’ampleur que prend le projet impérial sous le règne d’Alphonse VI a eu tendance à éclipser celui de ses successeurs immédiats, un point commun lie ces expériences : leur destinée. Le titre de cette partie, « premiers essais », suggère leur esquisse, leur non-achèvement, voire leur échec. En effet, dès le Moyen Âge, il est rare que l’on se souvienne qu’il y eut parmi les souverains castellano-léonais d’autres empereurs qu’Alphonse VII. Quant à Alphonse VI (1065-1109), sa fille Urraca (1109-1126), et son gendre Alphonse Ier d’Aragon (1104-1134), ce sont d’autres portraits qui en sont brossés : le conquérant de Tolède, la reine caractérielle, le Batailleur… Pourtant ces trois personnages ont été les premiers à porter le titre d’imperator (trix) Hispaniae.

2Dans cette seconde étape, les objectifs énoncés dans l’introduction de cet essai sont poursuivis : déterminer les origines des nouvelles pratiques mises en œuvre, expliciter leur sens et mettre en évidence les procédés de légitimation monarchique auxquels elles font appel. Mais nous voulons également mettre en lumière les raisons qui amènent à conclure de ces premiers essais à un relatif insuccès, tout au moins en ce qui concerne la « mémoire impériale ».

3Le projet impérial d’Alphonse VI et de ses successeurs ne peut être compris qu’en prenant en compte le contexte dans lequel évolue et se définit la monarchie castellano-léonaise durant la seconde moitié du XIe siècle (chap. iv). Un second chapitre traite exclusivement de l’idéologie impériale développée durant le règne d’Alphonse VI, et de sa réception contemporaine et postérieure (chap. v). Enfin, les règnes d’Urraca et d’Alphonse Ier d’Aragon sont étudiés en parallèle, dans la mesure où le phénomène impérial se caractérise alors par une apparente pauvreté conceptuelle, par opposition à la période précédente (chap. vi).

© Casa de Velázquez, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540