Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Première partie. En quête de l'imperator léonais (ixe siècle - 1065)

Conclusion. Idéologie et pragmatisme

Texte intégral

1Au terme de cette première partie, l’« idée impériale léonaise », telle que l’avaient forgée Menéndez Pidal, Sánchez Candeira ou encore Sánchez-Albornoz, est bel est bien déconstruite.

2Des premières mentions de l'imperium des rois asturiens, quelques décennies avant la fin du IXe siècle, jusqu’à l’attribution à Ferdinand Ier du qualificatif d’imperator au milieu du XIe siècle, les sources ne nous permettent en aucun cas de conclure à l’existence d’une idéologie impériale qui aurait uni les royaumes chrétiens de la péninsule Ibérique sous la direction des souverains de León. Différentes formes du champ lexical de l'imperium sont, il est vrai, appliquées à une mise en valeur de leur fonction. Mais le faible nombre de ces occurrences au sein des sources examinées et leur cantonnement aux actes diplomatiques — qui plus est essentiellement privés et en dehors de quelques incursions ponctuelles dans d’autres types de documents — empêchent d’en faire la manifestation du dessein complexe de restauration hispanique que les auteurs précités y ont décelé. Cet objectif est certes présent dans d’autres actes des souverains et constitue le fondement sur lequel se construit l’idéologie néogothique du royaume asturo-léonais — et également celle dont hérite le royaume de Navarre sous la forme d’un néoasturianisme dans lequel les monarques de Pampelune étaient amenés à surpasser leurs voisins léonais. Mais les documents qui lient phénomène impérial et vocation pan-hispanique sont pour beaucoup falsifiés et ils illustrent des points de vue propres à des périodes postérieures durant lesquelles la notion d’imperium acquiert une autre signification. Marginal et secondaire, fruit peut-être d’un simple caprice de scribe, le concept de regnum-imperium ne matérialise pas l’institutionnalisation d’une fonction impériale des souverains léonais, n’exprime aucune visée grandiose, aucun projet s’étendant au-delà du royaume qu’ils gouvernent.

3Pourtant nos analyses ne sont pas qu’empreintes de dénégation. Les usages observés ne furent tout au plus qu’un moyen parmi d’autres d’affirmer l’autorité monarchique, mais en cela ils manifestent un recours conscient aux modèles d’utilisation du vocabulaire de l'imperium fournis par la culture asturienne. En outre, si on ne dépasse pas le cadre du royaume asturo-léonais, c’est parce qu’il existe un motif propre à ce territoire de procéder à une telle qualification du pouvoir de ses souverains. La situation de dispersion du pouvoir central inhérente au mouvement d’expansion du royaume a probablement été à l’origine de l’idée qu’ont eue les rois, et peut-être même uniquement quelques notaires inspirés, d’imaginer la solution redondante du regnum-imperium pour raffermir leur position d’autorité. C’est dire qu’on a là un exemple de propagande pragmatique, qui s’adapte tout particulièrement au contexte péninsulaire, et plus précisément aux conditions dans lesquelles s’enracine le royaume asturoléonais. Or, on verra dans les deux parties suivantes que les idéologies impériales d’Alphonse VI et Alphonse VII obéissent au même impératif. Mais pour saisir l’évolution radicale du sens donné à l'imperium et à son détenteur, l'imperator, entre le début et la fin du XIe siècle, il est nécessaire de mesurer les transformations de ces conditions que l’Histoire entraîne avec elle. La fusion des dynasties léonaise et navarraise qui donne naissance au royaume de Castille et León conforte en ce sens le principe d’une hégémonie supranationale, esquissé d’abord dans la mise en œuvre du programme original de Sanche III de Navarre, et annonce l’édification du futur « empire hispanique ».

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540