Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Missions d'évangélisation et circulation des savoirs

 | 
Charlotte de Castelnau-l'Estoile
, 
Marie-Lucie Copete
, 
Aliocha Maldavsky
, 
et al.

I. Lieux de savoir missionnaire : une construction multipolaire

La Congrégation De Propaganda Fide à Rome

Centre d’accumulation et de production de « savoirs missionnaires » (xviie-début xixe siècle)

Giovanni Pizzorusso

Texte intégral

1Le propos de ce texte est d’élaborer un cadre d’ensemble, nécessairement synthétique, sur le rôle de la congrégation De Propaganda Fide dans la circulation des savoirs stimulée par la diffusion des missions catholiques, à travers les termes que nous tenterons de définir, du couple conceptuel « accumulation des connaissances » (le processus d’acquisition des informations) / « production de savoirs liés aux missions » (c’est-à-dire l’effort d’élaboration de ces connaissances et de leur diffusion dans le milieu culturel européen, pas seulement catholique).

  • 1 Pour une idée générale sur la Propagande, voir J. Metzler (éd.), Sacrae Congregationis de Propagan (...)

2Il faut d’abord préciser que la congrégation De Propaganda Fide n’est pas une institution culturelle. Il s’agit du dicastère de la Curie romaine qui, à partir de 1622, date de sa fondation par le pape Grégoire XV, est chargé de la juridiction ecclésiastique sur l’activité missionnaire de l’Église catholique qui se déploie à cette époque sur les quatre continents alors connus, en direction des protestants de l’Europe du Nord, du monde orthodoxe et des terres d’islam où se trouvent les chrétientés orientales, ainsi que vers les peuples d’Asie, d’Afrique et des Amériques. Composée de cardinaux et de fonctionnaires ayant une formation surtout juridique, la Congrégation s’attache à régler les diverses questions que les missionnaires lui soumettent, en essayant de diriger leur travail apostolique, qui se déroule dans les situations les plus variées, vers le respect ponctuel des prescriptions tridentines. La Propagande, au même moment, doit s’engager dans l’organisation territoriale des missions, en cherchant à éviter les superpositions des missions des différents ordres ainsi qu’en délimitant leurs confins par rapport à la souveraineté des puissances coloniales1.

  • 2 N. Kowalski, « L’archivio della Sacra Congregazione “de Propaganda Fide” » ; J. Metzler, « Indici (...)

3Par conséquent, afin d’exercer son activité juridictionnelle, la Propagande doit organiser une action d’information méticuleuse sur toutes les missions existantes ou projetées, gérées en grande majorité par les ordres réguliers, en s’appuyant sur l’énorme échange de correspondance avec les missionnaires ou leurs représentants dans les curies des ordres. Dès ses débuts, la Congrégation réunit sur les diverses parties du monde une vaste et remarquable information qui constitue la base concrète du processus d’accumulation des connaissances. Dès la première moitié du xviie siècle, l’abondance de ce matériel implique des problèmes de conservation, d’organisation et de repérage de la documentation qui, pour les officiers de la Congrégation, est la base de données indispensable de leur activité décisionnelle2.

  • 3 Ch. de Castelnau-L’Estoile et F. Regourd (éd.), Connaissances et pouvoirs, p. 20. Voir aussi N. Et (...)
  • 4 On ne s’arrête pas sur la question générale des rapports entre ethnologie et missions, qui sont d’ (...)

4La formation de ce corpus documentaire se réalise par des voies différentes et donne lieu à une typologie très variée de sources d’information. On trouve des rapports des religieux sur le terrain qui insistent sur les aspects géographiques et anthropologiques à côté de lettres qui portent sur des questions relatives à l’administration de la religion (rites, sacrements, liturgie) dans les communautés des convertis. Ces questions ont une grande importance pour saisir les termes du rapport entre missionnaires et missionnés qui, au xviie siècle, se configure désormais moins comme une « conquête spirituelle » (même si les lettres et les rapports qui exaltent les succès apostoliques et qui poussent à la vocation évangélisatrice sont nombreux) que « comme un processus complexe de réajustement et de négociation entre des normes et une réalité3. » La Congrégation cherche à uniformiser le flux d’informations en rédigeant des instructions et des questionnaires pour obtenir des missionnaires des informations fiables et comparables, utiles au progrès de l’implantation apostolique. Le plus souvent, c’est le missionnaire, avec sa sensibilité individuelle et son niveau de culture, qui fournit d’amples réflexions sur les mœurs, les traditions des peuples, etc., d’un grand intérêt ethnologique4.

  • 5 Ch. de Castelnau-L’Estoile et F. Regourd (éd.), Connaissances et pouvoirs.
  • 6 G. Pizzorusso, « Percorsi di ricerca » et B. Heyberger, « “Pro nunc nihil est respondendum” ».

5En ce sens, le réseau qui se crée entre le centre romain et les périphéries missionnaires est semblable à celui qui s’établit dans les grands empires coloniaux5. Il a cependant ses spécificités : par exemple le rôle d’intermédiaire des ordres religieux, qui, sur les questions posées par les missionnaires, font intervenir leurs spécialistes, anciens missionnaires ou théologiens, qui produisent à leur tour des rapports, des commentaires, ou encore des abrégés qui établissent des comparaisons sur les mêmes types de questions entre contextes géographiques différents. Les trajectoires de la documentation missionnaire se compliquent au cours de la transmission d’un bureau à l’autre et même à l’intérieur des palais pontificaux et des curies généralices des ordres missionnaires6. Sans pouvoir définir ici en détail ce réseau et ses nombreux nœuds, il suffit de souligner deux aspects qui mettent en évidence le rôle de premier plan de la Propagande dans le processus de concentration à Rome des « savoirs » d’origine missionnaire.

  • 7 En général, sur cet aspect, A. Romano, « Rome, un chantier pour les savoirs » et les études du dos (...)

6En premier lieu, ce processus de centralisation des informations provenant des missions en direction de la Propagande, qui accroît le rôle de la Ville éternelle comme centre des « savoirs missionnaires7 », n’est pas uniforme pour tous les ordres réguliers. Une différence primordiale, institutionnelle, est celle qui dépend de l’organisation plus ou moins centralisée des familles des religieux et, en même temps, de l’intensité de leurs contacts avec la Propagande, comme on peut le constater à travers l’exemple de deux ordres très différents sur le plan institutionnel, les jésuites et les capucins.

  • 8 Parmi les très nombreuses publications récentes sur le sujet, voir J. A. Gagliano et Ch. E. Ronan,(...)
  • 9 Publications récentes à ce sujet : P. Broggio, « L’Urbs e il mondo » ; G. Pizzorusso, « I satellit (...)
  • 10 Une étude récente met l’accent sur l’évolution du rapport d’influence réciproque entre milieux cul (...)

7La Compagnie de Jésus est un ordre très centralisé auprès de la Curie généralice romaine, avec la figure de l’assistant comme intermédiaire et une périphérie missionnaire fortement structurée en provinces. Le flux des informations est bien canalisé vers le centre, où des intellectuels et des savants les utilisent et les organisent dans les institutions culturelles de la Compagnie, avec des résultats éclatants, tels les merveilles du musée d’Athanase Kircher ou les écrits de Daniello Bartoli8. Toutefois, la Compagnie de Jésus n’a pas un contact étroit et constant avec la Propagande, avec laquelle elle entretient des rapports conflictuels. Au début du xviie siècle, la principale institution culturelle jésuite, le Collège romain, est beaucoup plus prestigieuse que son équivalent de la Propagande, le Collège urbain qui vient d’être établi (1627) comme séminaire pour la formation d’un clergé séculier indigène, même si la Congrégation dispose à partir de 1626 de sa propre imprimerie (par la suite connue comme Typographia polyglotta)9. À quelques exceptions près, la Propagande ne reçoit pas de contributions directes de la part des missionnaires jésuites dans le processus d’accumulation des connaissances, déjà établi à l’intérieur de la Compagnie suivant un parcours en vigueur depuis le xvie siècle10.

  • 11 Sur la Propagande, les capucins et les autres ordres réguliers, je me permets de renvoyer à la bib (...)

8Plusieurs ordres missionnaires sont désormais actifs au xviie siècle. Ils sont structurés de façons très différentes par rapport aux jésuites, avec des conséquences importantes sur les trajectoires des informations. Chez les capucins, par exemple, les provinces jouissent d’une large indépendance vis-à-vis de la Curie généralice. Souvent c’est à elle qu’est confiée la juridiction sur les missions extra-européennes, qui n’arrivent pas à cette époque à constituer des provinces autonomes comme les jésuites. La centralisation bureaucratique des documents provenant des territoires de mission n’est pas la règle, ce qui n’a pas favorisé la conservation et la circulation des « savoirs ». Toutefois, contrairement aux jésuites, les capucins sont très fortement liés à la Propagande, pour laquelle ils sont aussi de précieux agents informateurs dont les écrits s’accumulent dans les archives du dicastère missionnaire. On pourrait dire la même chose de plusieurs ordres religieux, notamment les ordres mendiants, actifs dans les quatre parties du monde. En effet, comme dans les archives des ordres la tendance n’était pas à conserver les épîtres originales, les archives de la Propagande sont aujourd’hui précieuses pour connaître l’expérience apostolique des capucins ou d’autres. À l’époque moderne, le lien avec la Propagande permet à des ordres qui n’ont pas un statut ou une tradition « savants », ou n’ont pas la diffusion des jésuites, de participer au processus d’accumulation de connaissances sur le monde et de diffusion de celles-ci à Rome, qui s’intensifie encore plus aux xviiie et xixe siècles11.

  • 12 Sur les facultés apostoliques, un cadre juridique dans S. M. Paventi, « La Congregazione Urbaniana (...)

9En second lieu, comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, l’accumulation des connaissances à la Propagande ne se réalise pas seulement à travers des documents très structurés, comme peuvent l’être les relations missionnaires, textes d’érudition élaborés par des auteurs cultivés. En effet, ces documents, même nombreux, ne reflètent pas le rapport ordinaire entre la Congrégation et les missions, le flux constant des renseignements. C’est aussi la documentation la plus liée à des questions strictement religieuses, propres à l’activité bureaucratique de la Congrégation qui apporte des renseignements constituant une contribution décisive à l’accroissement des « savoirs » sur les mondes « autres ». L’effort de conversion à la religion catholique et d’introduction de la pratique orthodoxe des principes théologiques et des comportements moraux établi par l’Église tridentine constitue un processus de longue haleine, entraînant une confrontation qui est aussi d’ordre culturel entre le missionnaire européen et le converti. Les difficultés interviennent souvent après l’adhésion formelle à la nouvelle religion, lorsqu’il s’agit de faire respecter les dogmes et les prescriptions du catholicisme européen qui s’adaptent difficilement aux traditions locales. De plus, on le sait, l’état des choses sur le terrain de mission est rarement simple : la coexistence de traditions différentes et la cohabitation de religions diverses compliquent la compréhension des situations pour le missionnaire. En découlent les nombreuses questions, les dubia (doutes) qui surgissent dans les divers champs d’action apostolique au sujet de la liturgie ou des sacrements qui ne s’accordent point aux mœurs locales. La présentation par un missionnaire d’une question au sujet des rites de sépulture en Afrique, de l’administration du baptême ou du mariage auprès de populations pratiquant la polygamie et le concubinage est l’occasion d’élaborer de lourds dossiers dans lesquels sont enregistrés les témoignages directs des missionnaires ainsi que les discussions des théologiens au sujet de l’orthodoxie des solutions, souvent proposées par les missionnaires, impliquant une adaptation des prescriptions tridentines aux réalités locales. À travers les lettres des religieux, la juridiction missionnaire ordinaire met sous les yeux des prélats romains l’immense variété du monde. On cherche même à mettre de l’ordre dans ce panorama. L’octroi des facultés apostoliques (c’est-à-dire des pouvoirs spirituels dont le missionnaire jouit dans la mission, par exemple les dispenses matrimoniales de consanguinité, les dispenses sur les jeûnes, l’absolution dans les cas réservés…) est l’occasion de discuter du problème de la distinction de ces pouvoirs suivant les divers contextes de l’apostolat pour mieux les accorder aux nécessités du lieu. Mais malgré cet effort de rationalisation, les missionnaires ne cessent de présenter une infinité de cas qui portent sur les mêmes matières et poussent les consulteurs romains à élaborer ces données comparatives, en confrontant sur le même sujet des situations géographiques différentes12.

  • 13 Ce passage de dossiers implique qu’une grande partie de la documentation originale que la Propagan (...)
  • 14 On ne peut pas aborder ici le thème des différences de rôle entre les deux congrégations dans les (...)

10Sur ces thèmes, la Congrégation ne décide pas seule. Après la toute première période de mise au point juridictionnelle, le pape Alexandre VII décide définitivement en 1658 que le Saint-Office constitue, puisque c’était déjà le cas avant la fondation de la Propagande, l’ultime instance de décision sur les doutes posés par les missionnaires sur des questions d’orthodoxie doctrinale et morale. La Propagande reste le seul relais institutionnel entre les missions et les autres bureaux de la Curie pontificale : tous les dossiers passent par les mains de ses fonctionnaires et consulteurs, qui souvent font aussi partie du Saint-Office13. Le premier secrétaire de la Propagande, Francesco Ingoli, qui lutte pendant son long mandat (1622-1649) en faveur d’une autonomie la plus large possible de la Propagande par rapport à la Suprême, soutient que le contact assidu de son dicastère avec les missionnaires lui fournit des informations plus fraîches et fiables sur les terrains d’évangélisation. Toutefois, le Saint-Office obtient gain de cause, c’est pourquoi les centaines d’unités archivistiques conservées aux archives de la Congrégation et formées par la documentation remise par la Propagande, sont d’une importance primordiale pour l’histoire des missions14.

  • 15 Je renvoie aux actes du colloque de P. Broggio, Ch. de Castelnau-L’Estoile et G. Pizzorusso (éd.),(...)
  • 16 ACDF (Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede), ASO (Archivio del Sant’Offizio), S (...)
  • 17 ACDF, ASO, Stanza Storica, D 4 a, fos 189ro-190vo.
  • 18 ACDF, ASO, Stanza Storica, P 1 h, ad vocem Matrimonium.
  • 19 APF (Archivio della Congregazione de Propaganda Fide), Fondo Vienna, vol. LVI, fos 278ro-287vo.

11Beaucoup d’exemples tirés de cette documentation démontrent l’importance des renseignements fournis par les religieux dans leurs recours à Rome pour la connaissance des espaces missionnaires. Les grandes querelles des rites chinois et malabars s’inscrivent dans ce contexte : la discussion sur la liturgie ouvre les portes à la connaissance des traditions locales et le débat se concentre sur le niveau d’acceptation de celles-ci de la part des missionnaires. L’administration des sacrements offre constamment la possibilité de pénétrer, à travers les rapports des missionnaires, dans la réalité locale15. Le baptême des adultes en Afrique pose le problème de la circoncision et de la valeur, religieuse ou non, à attribuer à une telle pratique, une question qui se pose aussi pour le baptême des enfants16. En Chine, le baptême des femmes converties se heurte à l’interdiction traditionnelle de tout type de contact entre le missionnaire et celles-ci. Le mariage présente aux religieux une très large gamme de situations, de la polygamie au concubinage, chez les indigènes américains ainsi que les esclaves africains, ou encore en Afrique et en Asie. On examine les difficultés des missionnaires sur le terrain, en se rendant compte en même temps de la réalité complexe à laquelle ils sont confrontés. En Chine, on cherche à régler les situations de concubinage par le mariage. Mais pour la loi et la tradition chinoises une concubine n’a pas le même statut que l’épouse, même après le mariage. Un veuf converti, poussé par les religieux à se marier avec sa concubine pour se mettre en règle, est dans l’embarras puisque son union ne serait pas convenable. La politique des religieux se retourne alors contre eux, puisque la population en vient à penser qu’ils favorisent les rapports de concubinage17. Une autre situation, qui se retrouve dans des champs de mission différents, touche les femmes « barbares » converties qui ne trouvent pas de catholiques pour se marier : on se demande s’il est licite de leur accorder des dispenses pour épouser des « infidèles18 ». En 1714, au Congo, les missionnaires capucins italiens s’aperçoivent qu’ils ont enseveli en terre consacrée un homme qui vivait en concubinage. Alarmés, ils s’adressent à Rome pour demander s’ils doivent procéder au transfert du cadavre, en signalant en même temps le grand scandale qu’une telle opération susciterait auprès des locaux. Face à un tel risque, Rome, comme d’habitude en pareil cas, conseille de ne rien faire19.

  • 20 Cette forme juridictionnelle persista longtemps ; d’ailleurs l’Église n’aboutit à une codification (...)

12Même si elles ont un caractère apparemment rigide d’un point de vue juridique, ces questions témoignent non seulement de l’accumulation des connaissances, mais aussi de l’élaboration de ces « savoirs » de la part des institutions de l’Église catholique à partir de la défense plus ou moins rigoureuse des dogmes tridentins. On passe ici au second élément du couple conceptuel adopté au début de ce texte, c’est-à-dire la production de « savoirs missionnaires ». Il s’agit d’abord de collections de cas exemplaires, de décisions, d’instructions qui, imprimées en volumes, constituent des tentatives pour fournir des ouvrages de référence aux missionnaires et, surtout, aux consulteurs romains, juristes in utroque et souvent théologiens. Cette production livresque constitue la base de l’ius missionum, le droit des missions, qui se fonde sur la jurisprudence et les instructions diverses données par les autorités romaines20. Les auteurs sont surtout des membres des ordres réguliers qui voulaient d’abord réunir et mettre par écrit les facultés dont leur ordre jouissait depuis des siècles, comme le fit le franciscain Emmanuel Rodriguez dans sa Nova collectio Privilegiorum Apostolicorum, publiée à Venise dès 1611. Par la suite, les ouvrages devinrent plus complets, à partir de celui du franciscain Raymond Caron, Apostolatus Evangelicus missonariorum Regularium per universum mundum expositus (Antverpiae, 1653), portant encore sur les privilèges apostoliques des religieux, jusqu’à ceux du théatin Angelo Maria Verricelli, Quaestiones morales seu Tractatus de Apostolicis Missionibus (Venetiis, 1656) ou du franciscain Domenico De Gubernatis, De Missionibus inter infideles (Romae, 1689), textes fondamentaux pour le droit missionnaire. En même temps, les fonctionnaires de la Congrégation rédigeaient des regestes, des décisions qui restaient manuscrites dans les bureaux du palais de la place d’Espagne, pour l’activité décisionnelle des fonctionnaires. Au xixe siècle, lorsque la jurisprudence augmente de façon exponentielle, la Propagande fait imprimer ces collections telles que le Iuris Pontifici de Propaganda Fide Pars prima et secunda (7 vol., Romae, 1888-1907) ou la Collectanea S. Congregationis de Propaganda Fide seu Decreta, Instructiones Rescripta pro Apostolici Missionibus (2e éd., 2 vol., Romae, 1907), qui jouissent d’une grande diffusion.

13Sans s’attarder sur leurs aspects juridiques, il faut souligner que ces œuvres représentent le résultat d’une réflexion sur les connaissances provenant des missions et, à travers les milliers de cas qui marquent la différence entre la catholicité européenne et les territoires d’évangélisation, une illustration de cette diversité dans la culture européenne de l’époque. Il faut souligner que les auteurs de ces livres sont des juristes érudits et des enseignants, membres importants de leurs ordres, dont les ouvrages ont une réception bien plus large en Europe que dans le seul milieu de l’apostolat. Dans le même temps, ces livres, ou des extraits, circulent dans le monde des missions où ils constituent des textes pour la formation des missionnaires et influencent l’attitude des religieux face aux réalités locales. Le droit canon et son adaptation aux missions constituent donc un trait d’union entre le monde de l’apostolat et les milieux intellectuels européens. Ainsi, l’irruption du droit parmi les savoirs missionnaires montre bien comment l’activité bureaucratique et décisionnelle de la Propagande est concernée par l’échange de connaissances avec les lieux d’évangélisation.

  • 21 De ces instructions, rédigées par l’archiviste de la Propagande et procureur du Séminaire des Miss (...)
  • 22 Pour les considérations sur les instructions et les questionnaires, voir C. Prudhomme, Stratégie m (...)

14La géographie est incontestablement l’un des savoirs qui se trouve au centre de l’intérêt de la Propagande, liée elle aussi à la pratique juridictionnelle. La dimension universaliste de l’effort missionnaire justifie évidemment cet intérêt, qui se concrétise non seulement par l’accumulation dans les archives de l’abondant matériel envoyé sans une prescription déterminée par les missionnaires, mais aussi par la tentative de donner une organisation à cette accumulation des connaissances pour une meilleure administration apostolique. C’est pourquoi la Propagande, dans ses instructions aux missionnaires et aux vicaires apostoliques qui partent pour les territoires de mission, pose des questions relatives à la géographie. Par exemple, dans l’instruction aux vicaires apostoliques pour l’Extrême-Orient, François Pallu et Pierre Lambert de la Motte du Séminaire des Missions étrangères de Paris, la Propagande les charge de décrire les régions traversées pendant le voyage et les difficultés rencontrées, ainsi que les populations, notamment leur religion. Dès leur arrivée dans la mission, les vicaires doivent renseigner la Propagande sur les questions spirituelles, l’information sur les affaires « temporelles » pouvant être différée après leur départ. Dans ces instructions on ressent la très grande prudence de la Congrégation romaine, qui veut éviter que les missionnaires ne s’immiscent dans la politique, ce qui pourrait provoquer leur expulsion. La Propagande prépare un questionnaire très détaillé, annexé aux instructions qui ont un caractère surtout normatif. La version qui reste longtemps en vigueur est celle de 1678 (Capita quibus respondere debent Vicarii Apostolici ac Missionum Praefecti ut de regionibus sibi commissis planam Sacrae Congregationi relationem reddant), formulée en quatre-vingt-dix points21. On commence par la géographie physique (ampleur du territoire, distances, morphologie), puis on demande s’il y a une facilité d’accès pour les missionnaires et les marchands, si le pays est en guerre, quelles langues y sont parlées et s’il y a un système postal efficace (préoccupation constante des bureaucrates romains pour garantir la sûreté de la correspondance). Des renseignements plus détaillés sont requis sur le lieu où la mission ou le vicariat ont leur siège, sur la capitale et sur la situation des chrétiens convertis. Néanmoins, la plupart des questions touchent plus directement les affaires religieuses et ecclésiastiques (renseignements sur les missionnaires, présence de sectes schismatiques, possibilité de recruter du clergé indigène…), mais à la fin on demande aussi un bref historique de la mission. Un rapport plus précis est réclamé par la Propagande pour les projets d’érection des vicariats et des évêchés, surtout pour le siège de l’évêque ou du vicaire apostolique (qui détient le titre épiscopal in partibus), qui doit offrir des garanties de dignité et de sûreté. Au fil des siècles les informations deviennent plus régulières, même si dans les instructions le souci d’orthodoxie prévaut sur les exigences de connaissance. Se manifeste donc une tendance à l’uniformisation soutenue par les décisions du Saint-Office, à son apogée au xixe siècle. À cette époque, la Propagande a des rapports solides avec les missions, mais désormais surtout avec les diocèses et les vicariats missionnaires qui lui assurent un flux d’informations considérable22.

  • 23 Sur la première tentative mise en place vers 1660 par l’augustin Girolamo Nicolio, voir F. Combalu (...)
  • 24 Cette vision n’est pas sans précédents au Moyen Âge (voir R. Jacques, Des nations à évangéliser), (...)

15La tentative de rationaliser et d’uniformiser les informations s’accompagne de l’afflux imprévisible de rapports de la part des missionnaires ou des ordres réguliers à l’appui de leurs pétitions (« memoriales »), produisant très rapidement un remarquable trésor de connaissances. La géographie est donc le savoir qui rend possible la maîtrise de tout ce matériel. L’organisation des archives est un élément révélateur23. À la différence du Saint-Office, où les documents sont regroupés surtout par catégories thématiques (les sacrements, les comportements criminels, les hérétiques et les schismatiques…), les archives de la Propagande sont organisées dès leurs débuts sur une base géographique, qui tient compte autant des confins territoriaux, pourtant encore mal déterminés surtout hors d’Europe, que des populations évangélisées ou à évangéliser. Malgré les inévitables imprécisions, cette attention aux « ethnies » et aux différences entre elles correspond à une méthodologie missionnaire qui est assumée par la Propagande sur la base de textes de José de Acosta et de Tomás de Jésus, qui soutiennent la nécessité d’identifier les divers peuples à évangéliser, de distinguer les différentes « nationes » où envoyer les religieux24. Nourrie par les renseignements accumulés, la vision géographique de la Propagande s’articule également dans une dimension universelle et « nationale », qui est aussi le caractère marquant de son activité juridictionnelle. On le voit par exemple dans la question déjà citée des « facultés apostoliques », les pouvoirs pour les missionnaires, que la Propagande s’attache à réformer en les uniformisant à travers quelques formulations générales, mais qu’elle est contrainte de corriger souvent en élaborant des variantes adaptées aux circonstances.

  • 25 Sur Agucchi, A. Favaro, « Amici e Corrispondenti di Galileo Galilei » ; M. Bucciantini, « Teologia (...)
  • 26 F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, p. 154.

16À partir des connaissances accumulées, les secrétaires de la Propagande fixent périodiquement dans un rapport général l’état des missions dans le monde entier. Ces ouvrages sont des textes internes à la Congrégation, considérés comme secrets. En effet, ils contiennent des observations qui contestent la politique religieuse des États qui jouissaient d’un droit de patronage, l’Espagne et surtout le Portugal, ou qui critiquent les jésuites, ordre indépendant qui résiste au contrôle de la Propagande. Le rapport du premier secrétaire Francesco Ingoli est rédigé sous forme épistolaire (lettres au capucin Valeriano Magni) vers 1631 avec l’aide de Giovanni Battista Agucchi, nonce à Venise et ancien secrétaire du pape Grégoire XV, protagoniste de la culture romaine des débuts du xviie siècle pour sa correspondance avec Galilée et ses influents écrits sur l’art25. Le texte, qui ne circula qu’auprès de quelques cardinaux avant de disparaître dans les archives de la famille Santacroce où il a été récupéré à la fin du xxe siècle, montre comment Ingoli, en déployant une remarquable érudition géographique, utilise les documents réunis à la Propagande pendant une dizaine d’années pour dresser un cadre assez détaillé qui mêle les descriptions de géographie humaine à des considérations sur les religions et sur les problèmes des missions. Les attaques contre les gouvernements des monarchies ibériques, pour qui l’évangélisation est un prétexte à l’expansion coloniale (« quasi che la predicatione del vangelo habbia principalmente da servire per soggiogare li popoli ; per acquistar nuovi sudditi, e per conseguir li stati, e le ricchezze, e non la sola salute dell’anime »26), sont probablement à la base de la censure préventive à laquelle le texte fut soumis.

17Ingoli dévoile aussi qu’il a une idée assez claire de ce que l’on peut appeler une géographie ecclésiastique ou missionnaire catholique. En effet, après avoir examiné dans les quatre premières lettres « le quattro parti del mondo », son ouvrage contient une cinquième lettre qui porte « sulle cose fatte in Roma per la propagatione della fede » où il décrit la Propagande, les hommes et les institutions autour d’elle (collèges missionnaires, typographie…). La centralité de la Congrégation et de la papauté dans une dimension planétaire ne pouvait être plus efficacement montrée qu’en cette disposition en quinconce : Rome est le pivot central d’une représentation de l’universalité disposée sur les quatre continents et articulée dans la diversité des territoires, peuples et religions, envers laquelle l’Église doit déployer son programme spirituel de conversion.

  • 27 Relazione […] alla Santità di N. S.P.P. Innocenzo XI dello Stato di Propaganda Fide, APF, Miscella (...)
  • 28 Voir l’édition récente de N. Forteguerri, Memorie intorno alle missioni et M. Sanfilippo « Niccolò (...)

18Le rapport d’Urbano Cerri de 1678 destiné à Innocent XI jouit d’une large diffusion grâce à plusieurs copies manuscrites. Cerri reprend, avec une mise à jour, la géographie missionnaire d’Ingoli et plusieurs de ses conceptions sur l’évangélisation, même si son texte est beaucoup plus schématique. Tombé dans les mains des protestants anglais, en raison de l’accent anti-jésuite qui le caractérise, le rapport de Cerri est imprimé en anglais en 1715 avec une préface satirique sur Clément XI. De cette version est tirée aussi une traduction française en 1716. Les deux livres sont évidemment mis à l’Index, et l’original en italien ne fut jamais imprimé27. Nous avons deux autres rapports généraux du xviiie siècle (de l’érudit et secrétaire de la Propagande Niccolò Forteguerri) et du début du xixe siècle (du cardinal préfet Michele Di Pietro), restés inédits28. Toutefois, après l’époque napoléonienne, l’Église, menacée par la déchristianisation et craignant la perte de son pouvoir temporel, s’engage dans l’effort apostolique, qui devient une carte précieuse pour renforcer la figure universaliste du pape. C’est pourquoi les informations sur l’activité missionnaire ne sont plus tenues secrètes, ce qui de fait n’était pas avéré, mais au contraire largement diffusées (par exemple dans des revues telles que les Annales de la Propagation de la Foi et Les Missions catholiques), avec également pour but de susciter des aumônes. En outre, au xixe siècle, lorsque la distribution des diocèses missionnaires et des vicariats apostoliques s’est intensifiée et a atteint une rationalité plus claire qu’auparavant, le cardinal préfet Michele Di Pietro peut revendiquer l’importance de la « géographie ecclésiastique » (c’est justement le titre de son manuscrit) comme connaissance du monde avec son propre statut de « savoir » et représentation de l’expansion missionnaire sur la planète. Cette conception émerge aussi dans le fameux Dizionario d’erudizione storicoecclesiastica, publié à Venise entre 1840 et 1861 en 103 volumes par Gaetano Moroni, secrétaire du préfet de la Propagande, Mauro Cappellari (devenu depuis le pape Grégoire XVI), qui puise largement dans les archives de la Congrégation pour rédiger son ouvrage.

  • 29 Libellus Divisionis Provinciarum Orbis Terrarum, copie à l’APF, Miscellanee Varie XIV/a, fo 642 [1 (...)

19Ces rapports, avec leur effort pour rendre compte de tous les peuples évangélisés et encore à convertir, soulignent efficacement la représentation géographique de l’universalisme du pouvoir spirituel du pape qui constitue la raison d’être de la Propagande et l’objet principal de son activité. D’ailleurs, d’Ingoli à Moroni, l’élaboration d’une géographie missionnaire se fonde sur les réseaux de savoir qui lient Rome aux terrains d’apostolat et se justifie d’abord par les exigences de juridiction. Un des premiers actes de la Congrégation, en 1622, consiste à définir la division du monde en treize régions pour faciliter le travail administratif des cardinaux et des fonctionnaires de la Congrégation. Œuvre de Giovanni Battista Agucchi, personnage déjà évoqué, cette répartition est aussi imprimée par la typographie de la Propagande. En 1653, elle est soumise à l’éminent géographe converti Lukas Holste (Holstenius), qui suggère des modifications29. Faute d’une production cartographique, qui deviendra plus commune au xixe siècle, ce partage du globe indique des parcours et des trajectoires du flux d’informations et représente une mappemonde dans laquelle l’expansion de l’orthodoxie catholique doit s’adapter à des réalités différentes, soit pour les « infidèles » à convertir, soit pour les populations déjà converties qui conservent des éléments identitaires spécifiques, « ethniques », comme la langue ou les liturgies (pour l’Orient, les rites grec, nestorien, arménien, etc., que la Propagande veut sauvegarder).

  • 30 M. Froeschlé, « Les divers aspects », p. 472.
  • 31 APF, CP vol. II, fos 373ro-378vo.
  • 32 « [C]onviene alle volte convincere le vane opinioni della Filosofia, e, tal volta allettar gl’anim (...)

20Comme pour le droit de mission, la géographie missionnaire est un « savoir » qui se forme par la réception, souvent assez rigide et « tridentine », à Rome, de l’expérience pratique sur le terrain, transmise par les missionnaires, qui ne sont pas en majorité des observateurs scientifiques, même si leurs connaissances sont utiles pour gagner la faveur des peuples à évangéliser (le cas des missionnaires-astronomes en Chine est le plus connu), comme le relève Gian Domenico Cassini au xviiie siècle30. Un siècle plus tôt, Nicolas Fabri de Peiresc propose à Ingoli d’utiliser les missionnaires éparpillés aux quatre coins du monde pour corriger les cartes géographiques et indiquer les longitudes. Le secrétaire, très intéressé par l’astronomie et soutenant des positions non galiléennes, répond négativement, affirmant que les missionnaires n’ont pas de notions suffisantes en mathématiques, ni la capacité d’utiliser les instruments. Ingoli informe l’érudit provençal qu’il s’est limité à demander aux religieux d’annoter les lieux qu’ils traversent et de communiquer les distances pour chercher à remplir les vides sur les cartes géographiques31. Dans son rapport général, Ingoli confirme que la préparation culturelle et scientifique du missionnaire est et doit être faite en fonction de l’apostolat. Les sciences plus spéculatives peuvent être utiles : la philosophie pour se confronter à des « vaines opinions », ou les mathématiques pour séduire les âmes les plus cultivées. Mais le missionnaire, insiste le secrétaire, doit être bien doté de connaissances en sciences morales et surtout en histoire des territoires où il va exercer son œuvre spirituelle32.

  • 33 F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, pp. 281-282.
  • 34 Du jésuite avignonnais la Propagande publie en 1650 une Relatione de’ successi della Santa Fede, p (...)
  • 35 J. De Clercq, P. Swiggers et L. van Tongerloo, « The linguistic contribution of the Congregation d (...)

21La formation du missionnaire nous amène à examiner, après le droit et la géographie, un troisième « savoir » très important dans le milieu culturel autour de la Propagande, celui de la connaissance des langues, qui concerne les différentes institutions (collèges, Typographie polyglotte) qui relèvent de la Congrégation. Apprendre les langues vernaculaires des peuples missionnés avant de partir en mission était considéré comme absolument nécessaire pour la communication verbale. En outre, le missionnaire doit être préparé à l’avance à traduire correctement dans la langue du pays les principes de la doctrine. Ces conditions n’étant pas souvent remplies par les missionnaires, la Propagande lance dès ses débuts une véritable « politique linguistique » sous l’impulsion du secrétaire Ingoli33. Par conséquent, la Typographie prépare des grammaires et des dictionnaires dans les langues les plus diverses, ainsi que des abrégés de la doctrine et de la liturgie. La connaissance des langues, surtout celles des régions les plus éloignées, est portée par les missionnaires, avec toutes leurs limites de linguistes amateurs : Alexandre de Rhodes pour l’annamite, Giacinto Brusciotti da Vetralla pour le congolais ne sont que deux exemples34. Les missionnaires sont de précieux informateurs pour les alphabets des langues non latines. La nécessité de fabriquer les caractères pour l’impression mobilise les missionnaires à la recherche d’exemplaires d’alphabets qui sont aussi publiés. La Propagande est en Europe un centre de premier plan d’accumulation des savoirs linguistiques, et les catalogues de la Typographie se répandent dans la République des lettres35.

  • 36 F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, pp. 281-282. L’essor de l’orientalisme dans le (...)

22Une place à part est réservée aux langues de l’Orient : l’hébreu, le grec, l’arabe et le syriaque. Pour Francesco Ingoli, le secrétaire de la Congrégation, l’arabe ouvre les portes de l’Asie et de l’Afrique, alors que l’hébreu, le grec et les langues orientales, dans leur version littéraire, sont utilisés pour les textes sacrés36. Même le copte est à considérer pour l’importance politique des rapports avec l’Abyssinie : le jésuite Athanasius Kircher publie à la Typographie polyglotte son Prodromus Coptus en 1636.

  • 37 Sur le milieu des arabistes à Rome, voir B. Heyberger, Les Chrétiens du Proche-Orient, pp. 385-431 (...)
  • 38 Voir M. Barrios Aguilera et M. García-Arenal, Los Plomos de Sacromonte Invención y tesoro, et G. P (...)

23Les langues orientales ont en effet à Rome une tradition d’études déjà bien établie. On les enseigne (surtout l’hébreu et l’arabe, plus tard le syriaque) aussi à la Sapienza. Un groupe d’érudits orientaux est installé dans la Ville éternelle, au Collège maronite, et travaille pour les autres institutions culturelles comme la bibliothèque Vaticane, offrant ses compétences à la Propagande et au Saint-Office pour les traductions de documents. Il s’agit de personnages érudits, religieux et laïcs, qui parfois sont assez connus en Europe et passent d’une ville à l’autre, comme le maronite Abraham Ecchellensis qui au cours de sa vie séjourne trois fois à Rome (il enseigne à la Sapienza, travaille à la Typographie polyglotte et à la bibliothèque Vaticane) ; il enseigne aussi à Paris et passe quelque temps à la cour des Médicis, à Florence, où il s’adonne à la politique et aux trafics avec le Levant. Au groupe d’érudits orientaux s’ajoutent des Italiens, membres érudits des ordres réguliers, enseignants d’arabe à la Sapienza, comme Filippo Guadagnoli des Clercs réguliers mineurs, et Ludovico Marracci des Clercs réguliers de la Mère de Dieu, prestigieux traducteur du Coran, ainsi que d’anciens missionnaires au Proche-Orient, comme Tommaso Obicini da Novara, Brice de Rennes, Célestin de sainte Ludwine37. Dans ce groupe d’arabisants sont sélectionnés par le Saint-Office les traducteurs des Laminae Granatenses, les inscriptions repérées en Espagne à l’époque de l’expulsion des morisques et qui se révèlent être un faux, et par la Propagande les membres de la Commission pour la traduction de la Bible arabe38.

  • 39 Z. R. Andollu, « Un saggio bilingue, latino e arabo ».

24Pour les langues orientales et en particulier pour l’arabe, la Propagande sollicite aussi, dès 1623, l’ouverture d’écoles auprès des résidences des ordres réguliers. Les franciscains et les carmes déchaux fondent des écoles à Rome, mais aussi à Florence et à Malte, dont les résultats sont un peu décevants du point de vue de l’apprentissage de l’arabe. La Congrégation introduit aussi les langues orientales comme matières d’enseignement au Collège urbain, son propre séminaire missionnaire établi en 1627. La préparation linguistique est associée à celle des controverses, c’est-à-dire à la branche de la théologie qui vise à réfuter les doctrines des autres religions. L’entraînement des missionnaires doit comprendre la capacité à répondre, dans la langue vernaculaire, aux objections les plus simples et grossières de leurs adversaires. D’après la stratégie de formation missionnaire de la Propagande, ils ne doivent pas devenir de subtils théologiens, mais être à même de se débrouiller en public pour ne pas donner l’impression d’un manque de préparation théologique. C’est pourquoi la Typographie polyglotte prépare des abrégés de la doctrine, celui qui est tiré de Bellarmin est le plus populaire (traduit en arabe, en arménien, en illyrien). La traduction de ces ouvrages, que les missionnaires emportent avec eux, est bien contrôlée par les savants de confiance de la Congrégation. Mais la Typographie produit aussi des ouvrages de controverse plus érudits, comme l’Apologia pro christiana religione de Filippo Guadagnoli, publiée en latin en 1631 et en arabe en 1637, dont une nouvelle version suscita bien des polémiques envers l’auteur et un grand mécontentement auprès de la Propagande et du Saint-Office39.

  • 40 Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Borgiano Latino, 46 et G. Pizzorusso, « I satelliti di Propaga (...)
  • 41 G. Pizzorusso, « I satelliti di Propaganda Fide », p. 493.

25La prépondérance de l’arabe ne doit pourtant pas faire oublier que, sous l’autorité de la Propagande et d’Ingoli, il y avait une Commission pour la révision de textes liturgiques grecs, dans laquelle on trouve d’éminents spécialistes de la Sapienza et de la bibliothèque Vaticane, dont les célèbres Leone Allacci et Ilarione Rancati40. Plus généralement, c’est la dimension universaliste qui anime l’effort de la Congrégation pour l’étude des langues. Cet effort est évident dans la production des livres de la Typographie, qui montre bien la variété des langues concernées. À la fin du xviie siècle, on enregistre dans les dépôts de l’imprimerie 23 livres grecs, 29 arabes, 17 illyriens, 17 syriaques, 20 arméniens, 5 géorgiens, 2 perses, 2 coptes, et encore 4 japonais, 3 éthiopiens, 2 sur la langue du Tonkin (ce sont les livres du jésuite Alexandre de Rhodes) et 2 sur le congolais. Une variété qui s’accroît dans les siècles suivants41.

  • 42 B. Heyberger, « Livre et pratique de la lecture ».
  • 43 APF, Congregazioni Particolari, vol. III, fos 281 ro-289vo.

26Autour des langues, la Propagande est donc un agent de production de savoirs qui sont toutefois très liés à la dimension missionnaire, à l’accumulation des savoirs que la fonction juridictionnelle de la Congrégation rend possible. Parmi les auteurs de ces ouvrages, nombreux sont les anciens missionnaires rentrés en Europe qui rapportent de leurs missions la connaissance des idiomes locaux. De plus, ces livres ne sont pas seulement des outils pour apprendre les langues, mais aussi pour connaître les pays : par exemple, les vocabulaires fournissent normalement non seulement la traduction mais encore des renseignements et quelques relations de missions. Une autre section de la production typographique est formée par les traductions dans les langues de mission d’ouvrages d’auteurs catholiques, « pensés » comme instruments destinés aux missionnaires. Ceux-ci deviennent aussi des diffuseurs de la culture chrétienne occidentale, comme l’atteste l’extraordinaire diffusion de la version arabe des Annales ecclesiastici de Baronius traduits par Brice de Rennes, ou l’Imitation de Jésus-Christ de Thomas de Kempis traduite par Célestin de sainte Ludwine42. Ingoli estimait que la circulation des livres était un moyen d’évangélisation encore plus efficace que la présence des missionnaires43.

  • 44 P. Larcher, « Diglossie arabisante » ; G. Pizzorusso, « La preparazione linguistica e controversis (...)

27Certes, il faut bien nuancer l’efficacité pratique de ces instruments linguistiques : il s’agit de grammaires modelées sur l’exemple du latin, ce qui était une limite dans la perspective de l’apprentissage de la langue parlée, seulement possible après un séjour sur place. À ce propos, parmi les arabisants romains se produit une division entre les érudits théologiens étudiant les textes sacrés (comme Guadagnoli ou Marracci, déjà cités), qui connaissent et enseignent l’arabe comme une langue morte, et les anciens missionnaires rentrés en Europe, eux aussi enseignants dans les collèges et traducteurs pour la Curie, tel le franciscain Antonio dell’Aquila, qui préparaient des textes plus aptes à l’étude de la langue vivante. La prise de conscience de la complexité de l’étude des langues orientales et la confrontation avec les maronites romains (Marcus Dobelius, Abraham Ecchellensis, Fausto Nairone, qui enseignent à la Sapienza) se reflètent dans la production des livres et montrent que Rome est un des foyers les plus importants de l’orientalisme européen au xviie siècle44.

  • 45 On a déjà cité la correspondance entre Ingoli et Peiresc à propos des observations sur la longitud (...)
  • 46 A. Van Lanstchoot, Un précurseur d’Athanase Kircher : Thomas Obicini.
  • 47 G. A. Colini, « Collezioni etnografiche » ; M. Nocca (éd.), Le quattro voci del mondo.

28En conclusion, la préparation des religieux, au Collège urbain et dans les autres séminaires missionnaires, vise exclusivement leur activité apostolique. S’il arrive qu’ils soient aussi des vecteurs de connaissances, il s’agit plutôt de situations individuelles, de religieux érudits. Nous avons vu que le secrétaire Ingoli, personnage pourtant cultivé en contact avec les milieux intellectuels européens, n’approuve pas que l’on demande aux religieux en mission des informations sur la géographie ou l’archéologie, comme les savants de l’époque le suggèrent45. Il estime que les missionnaires sont insuffisamment instruits, surtout dans les matières scientifiques, et il ne veut pas les détourner de l’activité religieuse. Toutefois, l’échange d’informations, mais aussi d’objets, entre les missionnaires et les érudits, pas nécessairement dans leurs fonctions officielles aux bureaux de la Curie romaine, existe. Par exemple, le franciscain Tommaso da Novara, le premier enseignant d’arabe dans l’école de son ordre (le couvent de San Pietro in Montorio) sous la juridiction de la Propagande, découvre au mont Sinai une inscription en hébreu qu’il commence à étudier avant de passer le relais à Athanasius Kircher46. Un secrétaire puis préfet de la Congrégation du xviiie siècle comme Stefano Borgia, érudit et antiquaire, profite de sa charge pour enrichir sa collection qui, après sa mort (1804), est partiellement hébergée à la Propagande dans un musée qui existe pendant près d’un siècle47.

  • 48 Index librorum in biblioteca Ill. mi D. Marii Albericij (secrétaire de la Propagande) APF, Miscell (...)

29Il va de soi qu’il y eut un processus d’accumulation de savoirs missionnaires auprès de la Propagande. Il s’agit de voir comment s’articulent les trajectoires de ce mouvement vers Rome, sur quels savoirs celui-ci se concentre dans les diverses périodes et comment la Congrégation organise et utilise ce trésor de connaissances. Une question plus difficile porte sur la définition de la production de ces savoirs par la Propagande, c’est-à-dire le rapport avec les milieux culturels externes au monde missionnaire d’une institution qui n’est pas en soi « culturelle », mais plutôt bureaucratique. Il faut évidemment tenir compte du fait que la Typographie et le Collège urbain font partie, même physiquement, de la Congrégation. Nous avons déjà souligné l’activité éditoriale de la Typographie pour les langues : elle ne publie pas seulement des livres de langue ou des textes religieux, mais aussi des relations de voyage et des livres historiques et géographiques. Ses catalogues de publications se diffusaient en Europe, y compris dans les pays protestants. Les livres sont donc un élément fondamental de la production de savoirs de la Propagande. Le Collège urbain entend fournir une préparation missionnaire avec un soin particulier pour les langues et les controverses. C’est aussi un carrefour de personnages, enseignants et élèves, d’origines différentes, le siège de cérémonies publiques exhibant le cosmopolitisme de l’institution, et un lieu de culture, comme le démontrent les vastes catalogues de sa bibliothèque48.

30Le cadre des savoirs missionnaires est évidemment incomplet : par exemple, il manque les aspects les plus scientifiques (mathématiques, astronomie) de la culture des missionnaires, pourtant bien connus chez les jésuites mais aussi pour d’autres ordres (par exemple dans des ordres tels que les minimes ou les frères des Écoles chrétiennes), intérêts qui se développent soit en dehors de leurs ministères ecclésiastique et apostolique, soit à l’intérieur des ordres religieux d’appartenance. J’ai fixé mon attention sur les savoirs qui concernent la Propagande dans le contexte de son action institutionnelle : le droit missionnaire, la géographie ou géopolitique ecclésiastique (les « nations »), les langues. Ce sont des sujets où la dimension culturelle croise fortement la dimension juridictionnelle, ce qui signifie aussi un contrôle doctrinal (sur les livres, la législation pour les missionnaires, la primauté spirituelle du pape), ce qui constitue un trait spécifique de la culture romaine jusqu’au xixe siècle. En l’état actuel des recherches, ce mélange de savoirs missionnaires et d’orthodoxie romaine, de culture et de bureaucratie, d’expérience directe et d’élaboration abstraite peut expliquer et justifier le jugement, largement diffusé à la fin du xviie siècle, selon lequel la Propagande, dicastère missionnaire de la Curie, est un des principaux centres de l’érudition ecclésiastique à Rome.

Notes

1 Pour une idée générale sur la Propagande, voir J. Metzler (éd.), Sacrae Congregationis de Propaganda Fide et G. Pizzorusso, « Agli antipodi di Babele ».

2 N. Kowalski, « L’archivio della Sacra Congregazione “de Propaganda Fide” » ; J. Metzler, « Indici dell’Archivio storico ».

3 Ch. de Castelnau-L’Estoile et F. Regourd (éd.), Connaissances et pouvoirs, p. 20. Voir aussi N. Etherington (éd.), Missions and empire. La modification de l’idée de mission, qui se réalise surtout dans la Compagnie de Jésus à la fin du xvie siècle, se reflète aussi dans les écrits des missionnaires ; voir A. Prosperi, « L’Europa cristiana e il mondo » et L. Codignola et G. Pizzorusso, « Les lieux, les méthodes et les sources », pp. 506-512. Toutefois, comme le montre bien le cas des jésuites au xvie siècle, la « curiosité » des missionnaires reste encore fort biaisée par le souci d’édification des lecteurs et par l’utilité pratique des informations pour les institutions dont ils sont de fidèles ressortissants. Voir A. Prosperi, Tribunali della coscienza, pp. 600-607 et Ch. de Castelnau-L’Estoile, « Entre curiosité et édification ».

4 On ne s’arrête pas sur la question générale des rapports entre ethnologie et missions, qui sont d’ailleurs très étudiés ; parmi les nombreuses études voir, par exemple, C. Blanckaert, Naissance de l’ethnologie ? et S. Gruzinski, « Christianisation ou occidentalisation ? », qui introduit un dossier de onze études de cas portant sur l’Amérique, l’Asie et l’Afrique fondées sur la documentation romaine.

5 Ch. de Castelnau-L’Estoile et F. Regourd (éd.), Connaissances et pouvoirs.

6 G. Pizzorusso, « Percorsi di ricerca » et B. Heyberger, « “Pro nunc nihil est respondendum” ».

7 En général, sur cet aspect, A. Romano, « Rome, un chantier pour les savoirs » et les études du dossier de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55, 2008, 2, présenté par l’article de A. Romano et S. Van Damme, « Sciences et villes-mondes ».

8 Parmi les très nombreuses publications récentes sur le sujet, voir J. A. Gagliano et Ch. E. Ronan, Jesuit Encounters in the New World ; J. O’Malley, S. J., G. A. Bailey, S. J. Harris et T. F. Kennedy (éd.), The Jesuits : Cultures, Sciences and the Arts, 1540-1773 (et notamment S. J. Harris, “Mapping Jesuit Science”) ; C. Brice et A. Romano (éd.), Science et religion ; A. Romano (éd.), Sciences et mission : le cas jésuite ; D. Ramada Curto (éd.), The Jesuits as Intermediaries in Early Modern World et en particulier A. Romano, « Les jésuites entre apostolat missionnaire et activité scientifique ».

9 Publications récentes à ce sujet : P. Broggio, « L’Urbs e il mondo » ; G. Pizzorusso, « I satelliti di Propaganda Fide ».

10 Une étude récente met l’accent sur l’évolution du rapport d’influence réciproque entre milieux culturels et missionnaires à l’intérieur de la Compagnie : P. Nelles, « Du savant au missionnaire », pp. 687-689. Sur les rapports entre les jésuites et la Propagande au xviie siècle, G. Pizzorusso, « Il papa rosso e il papa nero ».

11 Sur la Propagande, les capucins et les autres ordres réguliers, je me permets de renvoyer à la bibliographie dans mes études : G. Pizzorusso, « La Congregazione de Propaganda Fide e gli Ordini religiosi » et G. Pizzorusso, « Percorsi di ricerca ».

12 Sur les facultés apostoliques, un cadre juridique dans S. M. Paventi, « La Congregazione Urbaniana » et A. Reuter, « De iuribus et officis ».

13 Ce passage de dossiers implique qu’une grande partie de la documentation originale que la Propagande passait au Saint-Office est restée dans les archives inquisitoriales, seule la décision finale étant rendue au dicastère missionnaire. Il est vrai que la bureaucratie de la Propagande retenait souvent des copies des lettres et gardait soigneusement la « mémoire historique » sur ces matières. Pour le processus d’acquisition des informations fondé sur la comparaison de réalités géographiques différentes, il faut voir les commentaires et la correspondance entre le secrétaire de la Propagande et son équivalent, l’assesseur du Saint-Office ; sur les détails relatifs aux fonds d’archives, voir G. Pizzorusso, « Percorsi di ricerca » et M. Sanfilippo, « Gli ordini religiosi ».

14 On ne peut pas aborder ici le thème des différences de rôle entre les deux congrégations dans les processus décisionnels : il apparaît que les interventions du Saint-Office portent, à l’instar de celles d’un tribunal, sur des cas spécifiques soumis chaque fois à son attention, même si ces décisions sur tel ou tel sujet ont souvent un caractère prescriptif général (instructiones), alors que la Propagande était chargée surtout de l’application des directions avec un contrôle constant et direct de la situation, dans le contexte d’un encadrement global de la juridiction missionnaire. Ce dualisme juridictionnel établi au xviie siècle perdure dans les siècles à venir ; pour un cadre de synthèse des rapports entre les deux congrégations, je renvoie à G. Pizzorusso, « Sacra Congregazione de Propaganda Fide », à ajouter à A. Reuter, « De iuribus et officis » et R. Moya, « Diritto religioso missionario ».

15 Je renvoie aux actes du colloque de P. Broggio, Ch. de Castelnau-L’Estoile et G. Pizzorusso (éd.), Administrer les sacrements, et notamment, par rapport à la Propagande, aux contributions de B. Dompnier, « L’administration des sacrements » et G. Pizzorusso, « I dubbi sui sacramenti ».

16 ACDF (Archivio della Congregazione per la Dottrina della Fede), ASO (Archivio del Sant’Offizio), Stanza Storica, P 1 h, ad vocem Abyssini. Il s’agit d’un répertoire de décisions par ordre alphabétique. Il est à remarquer que la décision sur les Abyssins fait autorité pour toute autre question relative à la circoncision (l’article Circumcisio renvoie à Abyssini).

17 ACDF, ASO, Stanza Storica, D 4 a, fos 189ro-190vo.

18 ACDF, ASO, Stanza Storica, P 1 h, ad vocem Matrimonium.

19 APF (Archivio della Congregazione de Propaganda Fide), Fondo Vienna, vol. LVI, fos 278ro-287vo.

20 Cette forme juridictionnelle persista longtemps ; d’ailleurs l’Église n’aboutit à une codification du droit canon qu’en 1917.

21 De ces instructions, rédigées par l’archiviste de la Propagande et procureur du Séminaire des Missions étrangères à Rome, l’Écossais William Lesley, furent tirés en 1665 les Monita ad missionarios S. Congregationis De Propaganda Fide, un guide pour les missionnaires imprimé encore au xxe siècle ; sur les instructions, voir M. Marcocchi, Colonialismo, cristianesimo ; B. Jacqueline, « Les Instructions de la S.C. “de Propaganda Fide” » ; C. Prudhomme, Stratégie missionnaire, pp. 195-200 et 536-537.

22 Pour les considérations sur les instructions et les questionnaires, voir C. Prudhomme, Stratégie missionnaire, pp. 200-250, et G. Pizzorusso, « L’indagine geo-etnografica ».

23 Sur la première tentative mise en place vers 1660 par l’augustin Girolamo Nicolio, voir F. Combaluzier, « Un inventaire des archives de la Propagande ».

24 Cette vision n’est pas sans précédents au Moyen Âge (voir R. Jacques, Des nations à évangéliser), et se prolonge à l’époque contemporaine : G. Pizzorusso, « La chiesa cattolica e le “nationes” ».

25 Sur Agucchi, A. Favaro, « Amici e Corrispondenti di Galileo Galilei » ; M. Bucciantini, « Teologia e nuova filosofia » ; S. Ginzburg, « Giovanni Battista Agucchi » ; Id., Annibale Carracci.

26 F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, p. 154.

27 Relazione […] alla Santità di N. S.P.P. Innocenzo XI dello Stato di Propaganda Fide, APF, Miscellanee Varie XI, fos 1 ro-vo, 48ro-179vo ; B. Jacqueline, « L’organisation centrale de la propagation de la foi ».

28 Voir l’édition récente de N. Forteguerri, Memorie intorno alle missioni et M. Sanfilippo « Niccolò Forteguerri » ; pour le rapport du cardinal Di Pietro, APF, Congressi Missioni Miscellanee X, pp. 1-96.

29 Libellus Divisionis Provinciarum Orbis Terrarum, copie à l’APF, Miscellanee Varie XIV/a, fo 642 [1-14] ; G. Pizzorusso, « Agli antipodi di Babele », p. 493.

30 M. Froeschlé, « Les divers aspects », p. 472.

31 APF, CP vol. II, fos 373ro-378vo.

32 « [C]onviene alle volte convincere le vane opinioni della Filosofia, e, tal volta allettar gl’animi con li studij della Matematicha ; ma specialmente l’esser ben guarnito delle [scienze] morali ; né ignorare l’historie, e quelle in particolare delle nationi, fra le quali si va a trattare », F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, p. 280.

33 F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, pp. 281-282.

34 Du jésuite avignonnais la Propagande publie en 1650 une Relatione de’ successi della Santa Fede, predicata da’Padri della Compania di Giesu nel Regno di Tunchino (mais sous le nom de l’imprimeur maronite David Giuseppe Luna, pour ne pas faire apparaître le nom de la Congrégation sur le frontispice) et en 1651 le Dictionarium annamiticum, voir H. Chappoulie, Aux origines d’une Église, pp. 102-113 ; sur le capucin de Vetralla (auprès de Viterbe), B. Turchetta, Missio antiqua.

35 J. De Clercq, P. Swiggers et L. van Tongerloo, « The linguistic contribution of the Congregation de Propaganda Fide ».

36 F. Ingoli, Relazione delle quattro parti del mondo, pp. 281-282. L’essor de l’orientalisme dans les pays protestants et la circulation de traductions en arabe de la Bible provenant de ces milieux gênait le secrétaire de la Propagande.

37 Sur le milieu des arabistes à Rome, voir B. Heyberger, Les Chrétiens du Proche-Orient, pp. 385-431 ; sur Ecchellensis e l’ouverture européenne de son activité, B. Heyberger, « Abraham Ecchellensis dans la “République des lettres” » et P. Rietbergen, Power and Religion, pp. 296-335 ; sur l’étude des langues orientales le chantier est ouvert, G. Pizzorusso, « Tra cultura e missione » ; Id., « Les écoles de langue arabe » ; Id., « La preparazione linguistica e controversisitica » ; A. Girard, « L’enseignement de l’arabe à Rome au xviiie siècle ».

38 Voir M. Barrios Aguilera et M. García-Arenal, Los Plomos de Sacromonte Invención y tesoro, et G. Pizzorusso, « Tra cultura e missione ».

39 Z. R. Andollu, « Un saggio bilingue, latino e arabo ».

40 Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Borgiano Latino, 46 et G. Pizzorusso, « I satelliti di Propaganda Fide », p. 494.

41 G. Pizzorusso, « I satelliti di Propaganda Fide », p. 493.

42 B. Heyberger, « Livre et pratique de la lecture ».

43 APF, Congregazioni Particolari, vol. III, fos 281 ro-289vo.

44 P. Larcher, « Diglossie arabisante » ; G. Pizzorusso, « La preparazione linguistica e controversistica ».

45 On a déjà cité la correspondance entre Ingoli et Peiresc à propos des observations sur la longitude. En 1641, l’érudit florentin Giovanni Battista Doni demande au cardinal Francesco Barberini de solliciter Ingoli pour lui procurer des inscriptions par l’intermédiaire de quelques missionnaires au Levant, A. Mirto, Lucas Holstenius, p. 109.

46 A. Van Lanstchoot, Un précurseur d’Athanase Kircher : Thomas Obicini.

47 G. A. Colini, « Collezioni etnografiche » ; M. Nocca (éd.), Le quattro voci del mondo.

48 Index librorum in biblioteca Ill. mi D. Marii Albericij (secrétaire de la Propagande) APF, Miscellanee generali, vol. XI, fos 3 ro-52ro (1660-1661) avec appendices ; Catalogo de’ libri che stanno nella libreria del Collegio di Propaganda Fide, APF, Miscellanee Generali, vol. XI, fos 96 ro-162vo (1677) ; voir aussi J. Metzler « The Pontifical Missionary Library ».

Auteur

Università Gabriele-d’Annunzio, Chieti-Pescara

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access