Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Première partie. En quête de l'imperator léonais (ixe siècle - 1065)

Chapitre III. Changement dynastique et fusion des héritages asturien et navarrais

Texte intégral

1Le regnum-imperium et le qualificatif d’imperator octroyés à quelques rois asturo-léonais ne furent pas l’expression d’une vocation hégémonique sur la péninsule Ibérique. Pourtant celle-ci est bien sous-jacente dans le titre d’imperator totius Hispaniae qui est accordé à Alphonse VI moins d’un demi-siècle après la mort du dernier roi léonais. Comment passe-t-on d’une signification du concept d’imperium à l’autre ? Une fois la théorie de « l’idée impériale léonaise » démontée, y a-t-il même un quelconque lien entre ces deux moments impériaux ?

2Une donnée change d’une période à l’autre : la dynastie au pouvoir. Les rois qui gouvernent le León et la Castille à partir du second tiers du XIe siècle sont les descendants de Pélage et d’Alphonse III, mais aussi de la famille royale navarraise. Avec l’union de Ferdinand et Sancha en 1032 et la mort du frère de l’infante léonaise, Bermude III, le gouvernement du royaume, désormais castellano-léonais, se décale à l’est. Or, Ferdinand Ier est le fils de Sanche III, « l’anti-empereur » de Menéndez Pidal, ou à l’inverse, pour Maravall et Cullinan, le promoteur d’une politique impérial(ist)e péninsulaire. En somme, un acteur crucial de l’évolution du phénomène impérial. C’est que pendant longtemps on a vu dans certains documents attribuant le titre d’imperator à Sanche III la preuve de l’existence de cette fonction qu’aurait exercée ou usurpée le roi navarrais. Aujourd’hui ces actes sont largement considérés comme faux ou non pertinents, et le règne du Navarrais a été dans son ensemble réévalué.

3Est-ce à dire que la fusion des deux dynasties n’a eu aucune incidence sur la destinée de l'imperium hispanique ? Ce serait oublier que Sanche III était l’héritier d’une lignée certes jeune mais idéologiquement mature, et qu’il semble avoir fait de l’Hispania l’horizon de sa trajectoire. De ce programme, Ferdinand Ier hérite à son tour, au gré des hasards et vicissitudes qui suivent le décès du Grand Sanche. La vocation pan-hispanique est clairement présente dans son itinéraire politique. Mais, en tant que roi de León, lui échoie également le legs léonais, notamment ces pratiques de chancellerie qui amènent les rois à se déclarer les titulaires d’un regnum-imperium. L’influence de la reine Sancha aidant, ces deux traditions se compénètrent, présageant le postérieur avènement d’un empereur hispanique.

I. — LE « NÉOASTURIANISME » NAVARRAIS ET LA MISE EN ŒUVRE D’UNE POLITIQUE PAN-HISPANIQUE (FIN Xe SIÈCLE - 1035)

LE ROYAUME DE PAMPELUNE AU Xe SIÈCLE, RELAIS DU NÉOGOTHISME ASTURIEN

  • 1 « … Surrexit in Panpilona rex nomine Sancio Garseanis ». L’expression provient d’un ajout à la Chr (...)

4On sait peu de choses du premier siècle d’existence du royaume navarrais après qu’en 905 « surgit à Pampelune un roi appelé Sanche Garcés »1. Toutefois, au-delà des informations factuelles qui permettent de cerner le contexte dans lequel se fortifie la dynastie, les sources témoignent du développement, en appui au pouvoir, d’une idéologie néogothique, dans la continuité des idées nées dans le royaume asturien.

a) Implantation de la monarchie navarraise

  • 2 Voir le tome VII (2) de la Historia de España Menéndez Pidal consacré aux « núcleos pirenaicos (71 (...)
  • 3 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 100-101. Le développement qui suit est emprunté à ce même ouvrage (...)

5De l’année 714, date probable de l’entrée des troupes musulmanes sur les terres navarraises, jusqu’au début du Xe siècle, Pampelune et son territoire sont soumis à des dominations mouvantes : musulmane durant les moments où les troupes de l’émir cordouan prennent possession de la cité ; muladí avec l’influence des Banū Qāsī de l’Èbre ; carolingienne pour un temps sous le règne de Charlemagne ; indigène encore en raison d’un rôle actif de l’aristocratie locale2. Toutefois, malgré ces constants changements de gouvernement, les cadres sociaux et administratifs antérieurs à l’invasion islamiqueont été en partie maintenus. Ainsi, bien que le « comte » (qūmis), « prince » (amīr) ou « seigneur » (sahib) de Pampelune mentionné par les sources arabes dépende en théorie de Cordoue, Ángel Martín Duque parle de « royaume à l’état latent » pour désigner le territoire que gouverne la famille Arista à partir de 824 et jusqu’au début du Xe siècle3. Il n’est donc pas étonnant de voir la fonction royale brusquement rétablie à Pampelune lorsque la famille Jimena lui succède avec l’arrivée sur le trône de son premier représentant Sanche Ier Garcés en 905.

  • 4 L’expression provient d’Á. Martín Duque, ibid., p. 131.

6En dépit du désordre que suscite dans la région l’affrontement des divers groupes en présence, les souverains voient leur gouvernement facilité par quelques traits propres à leur royaume. La continuité du peuplement et des structures législatives et religieuses de l’époque wisigothique fait de la société pampelonaise un groupe « compact »4 et aisément contrôlable. Qui plus est la superficie du royaume est relativement réduite et en grande partie constante de la fin du règne de Sanche Ier Garcés en 925 aux débuts de celui de son arrière-arrière-petit-fils Sanche III Garcés à partir de 1004. Combinée au système traditionnel de cour itinérante, cette caractéristique spatiale du royaume permet une forte présence du roi, d’autant plus proche de ses sujets que l’ensemble du territoire est divisé en circonscriptions mineures confiées à des seigneurs directement liés à la curie royale, l’absence de comtés évitant la dissémination du pouvoir. L’essor territorial initial implique néanmoins la recherche d’appuis locaux à même de servir le gouvernement. Dans cette optique la conquête de la Rioja durant le premier quart du Xe s. est suivie d’une politique de redéploiement épiscopal et monastique. L’implantation du nouveau siège de Nájera a pour corollaire la fondation du monastère d’Albelda par Sanche Ier Garcés, et les deux établissements deviennent des relais du pouvoir. Le royaume n’est toutefois pas replié sur lui-même, et la recherche de l’exogamie explique la collaboration militaire récurrente avec les comtes de Castille et rois de León.

7Dans ce contexte d’affermissement de la monarchie navarraise, les souverains ne tardent pas à solliciter un soutien idéologique pour légitimer leur pouvoir.

b) Le néogothisme navarrais

8Au-delà du maintien de structures antérieures à l’invasion musulmane, les sources attestent un véritable néogothisme navarrais, qui se traduit par une mise en valeur du royaume de Pampelune comme relais ou successeur du royaume asturien dans la continuation du royaume wisigothique.

  • 5 Voir ibid., p. 137où l’auteur parle de « rearme ideológico » et Id., « Singularidades », pp. 301-3 (...)

9Le règne de Sanche II Garcés (970-994) en représente le moment-clé. À cette époque en effet, la royauté pampelonaise est suffisamment affermie pour envisager la construction d’un tel projet, et dans le même temps les déprédations d’al-Mansur et les difficultés qu’elles entraînent l’auraient rendu crucial pour la survie de la jeune dynastie5. Au sein des scriptoria des établissements religieux de la Rioja proches de la cour, à Albelda et Nájera, deux manuscrits sont alors mis en chantier, vraisemblablement à la demande du souverain et à son attention, pour constituer les deux versants — l’un en grande partie législatif, l’autre historiographique — d’un même programme idéologique.

  • 6 Manuscrit original conservé à la Real Biblioteca de El Escorial, d. I. 2.
  • 7 À l’occasion de la réalisation d’un fac-similé du manuscrit en 2000 aux éditions Testimonio, un ou (...)
  • 8 Description du contenu dans J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, « El Albeldense : c (...)
  • 9 Voir l’introduction d’« Une notion classique pour les clercs asturiens », pp. 73-74.
  • 10 Le second étant le Codex Aemilianensis, « copie » du manuscrit d’Albelda achevée en 992 au sein du (...)
  • 11 Á. Martín Duque, Sancho III, p. 137.
  • 12 Citation de M. Díaz y Díaz dans J. García Turza (dir.), Códice Albeldense, p. 45.

10Le Codex Albeldensis6 — encore appelé Codex Vigilanus, du nom de son principal artisan, le moine Vigila — fut réalisé au sein du monastère de San Martín de Albelda et achevé en 9767. Il consiste en une compilation de la Collectio Canonica Hispana et du Liber Judicum, auxquels ont été adjoints des textes de nature et provenance diverses, dont la Chronique dite d’Albelda accompagnée d’une Additio de regibus Pampilonensibus et des Nomina Pampilonensium regum8. Si les manuscrits de la réglementation civile et religieuse wisigothique ne manquent pas dans les royaumes chrétiens péninsulaires du haut Moyen Âge9, le Codex Albeldensis présente la particularité d’être l’un des deux seuls manuscrits10 à recueillir dans une même compilation les canons conciliaires et la loi wisigothique. Cette caractéristique ne relève pas du hasard, et il semble au contraire qu’« en mettant en relief ces fondements substantiellement toujours en usage au sein des modestes collectivités hispano-chrétiennes telles que celle de Pampelune, on prétendait signifier avec une emphase toute particulière que le royaume pyrénéen configurait, comme celui d’Oviedo, la réinstauration du régime antérieur ou “ordre gothique” hispanique et non une simple tentative de résistance sans plus d’horizon que celui de la propre terre ancestrale »11. L’intégration au manuscrit de la néogothique Chronique d’Albelda invite en effet à penser qu’il y a à Oviedo un modèle à suivre. Quant à la suite pampelonaise donnée au texte, elle laisse entendre que l’accomplissement de ce grand projet est déjà à l’œuvre en Navarre. Le manuscrit offre ainsi « un programme qui permettait d’avancer de nouveaux fondements pour la monarchie, en établissant un parallèle dans la doctrine et sa réalisation institutionnelle avec la monarchie asturo-léonaise contemporaine »12.

  • 13 Étudié par E. Fernández González et F. Galván Freile, « Iconografía, ornamentación ».
  • 14 Ibid., p. 258.
  • 15 « Hii sunt reges qui abtauerunt Librum Iudicum ».

11Cet objectif idéologique est corroboré par le programme iconographique du manuscrit13, notamment au travers des enluminures illustrant les textes conciliaires intégrés au codex. La collection Hispana présente essentiellement des miniatures figurant des souverains romains et wisigoths réunissant les conciles et promulguant les canons. Aussi conviendra-t-on qu’« il paraît évident qu’il existe un grand intérêt pour rehausser la figure du roi dans le codex, en mettant en valeur les effigies des monarques les plus représentatifs du christianisme en général et du cas hispanique en particulier, comme symbole de la relation entre les pouvoirs politique et ecclésiastique »14. Plus même, les enluminures du Codex Albeldensis invitent à l’établissement d’un parallèle entre les souverains navarrais et leurs ancêtres wisigoths, ce qu’on distingue tout particulièrement au travers de la miniature du f° 428 qui clôt le Liber Judicum. Y sont représentées trois séries de personnages : les souverains wisigoths Chindaswinthe, Réceswinthe et Egica, puis les rois navarrais contemporains avec Urraca et son époux Sanche II Garcés ainsi que Ramire, « roi » de Viguera et frère du souverain pampelonais, et enfin les scribes artisans du manuscrit, Sarracino, Vigila et García. Les rois wisigoths sont ceux qui ont joué un rôle important dans la compilation des textes que l’on trouve dans le manuscrit, comme cela est d’ailleurs indiqué en marge15, et ils tiennent à la main le rouleau contenant le texte des lois édictées. La miniature semble ainsi indiquer aux rois navarrais un modèle à suivre, et en cela elle rejoint le message signifié par le contenu textuel du manuscrit.

  • 16 L’expression est d’Ángel Martín Duque. Voir par exemple son article « La realeza navarra », p. 230

12Le Codex Albeldensis, dans son contenu et dans sa forme, tient donc un discours sur la monarchie navarraise que l’on doit qualifier de néogothique. Y est affirmée l’identité wisigothique du royaume de Pampelune, non pas seulement comme un état de fait mais bien comme une revendication. Dans cette continuité est pris pour modèle le royaume asturien, qui déjà un siècle plus tôt avait proclamé ce même rattachement. Aussi a-t-on proposé l’idée d’un « néoasturianisme » navarrais16.

  • 17 Manuscrit original conservé à la Real Academia de la Historia (Madrid), cod. 78.
  • 18 Voir les travaux de Z. García Villada, « El códice de Roda » et J. M. Lacarra, « Textos navarros d (...)
  • 19 L. A. García Moreno, « Estirpe goda », p. 280.

13Le Codex Rotensis17 véhicule les mêmes thèmes — néogothisme et modèle asturien comme fondements idéologiques de la jeune monarchie de Pampelune — mais cette fois à travers un contenu historiographique. Le nom actuel de « codex de Roda » provient du lieu où fut conservé le manuscrit, le monastère de Roda de Isábena dans la Ribagorce, à partir de 1130 environ. Auparavant, il séjourna à Nájera, où il fut probablement confectionné dans les dernières décennies du Xe siècle18. La ville, après sa conquête par Sanche Ier Garcés, acquit une importance stratégique pour la monarchie navarraise et dans ce contexte « l’activité de ses scriptoria eut nécessairement à s’investir dans les objectifs de légitimation [du] lignage »19. Le manuscrit présente la somme des textes constituant selon son auteur la mémoire historique du royaume de Pampelune. L’ensemble est organisé en deux blocs : le premier (fos 1r°-155r°) contient l’Historia aduersus paganos de Paulorose ; le second (fos 156r°-232v°) comprend toute une série de textes d’origines diverses : les Histoires d’Isidore de Séville, dans lesquelles a été en outre insérée sa Chronique ; la Chronique d’Alphonse III ; la Chronique d’Albelda ; une liste de rois léonais ; des textes historiques et légendaires en référence au monde arabe ; les généalogies de rois pampelonais et francs, ainsi que des comtes d’Aragon, de Pallars, de Gascogne et de Toulouse ; une liste des empereurs romains ayant persécuté les chrétiens ; un développement sur des saints fêtés à Tolède ; une liste des rois wisigoths ; une série de textes historiques sur les Romains, les Carolingiens, les généalogies bibliques et sur l’Hispania dont la Laus Spanie d’Isidore, ainsi que des dessins et textes relatifs aux villes de Babylone, Ninive et Tolède et à leur destinée, suivis d’une seconde version de la Laus isidorienne ; une collection de sentences et formules théologiques ainsi que des textes eschatologiques et prophétiques ; des textes sur Pampelune ; et enfin un poème intitulé Versi domna Leodegundia regina.

  • 20 Ibid.
  • 21 Voir M. C. Díaz y Díaz, Libros y librerías, pp. 315-318 pour une édition de ce poème, ainsi que le (...)
  • 22 « La force que l’opulente Rome communiquait aux Romains, Pampelune l’insuffle aux siens » (« Quamu (...)

14L’ensemble de ces pièces doit être pris en compte pour comprendre le propos véhiculé par le codex. Luis García Moreno y voit l’expression d’une translatio regni des Romains aux Navarrais en passant par les Wisigoths et les Asturiens20. Si l’insertion des chroniques asturiennes laisse entendre que le royaume wisigothique était à même de survivre au travers de l’illustre race des rois d’Oviedo puis de León, celle de textes concernant Tolède et sa destruction viserait à signifier la nécessité d’un transfert de l’ancienne capitale hispanique. Or c’est de Pampelune qu’on fait finalement l’éloge après que certaines villes léonaises ont été objet de louanges. La filiation entre le royaume asturien et la dynastie navarraise est par ailleurs légitimée par les liens de sang qui lient les deux royaumes, comme le rappelle la mention récurrente des unions matrimoniales entre les deux familles royales dans les généalogies navarraises, ou comme le laisse entendre le poème qui ferme le codex : une « reine Leodegundia », présentée comme la « fille d’Ordoño » — nom énigmatique qui serait une manière de faire allusion aux souverains léonais du même nom —, est sur le point d’épouser un prince régnant à Pampelune21. La série de textes eschatologiques et prophétiques qui incluent la Chronique prophétique léonaise — qui prédisait la fin de l’occupation musulmane de la Péninsule au jour de la saint Martin de l’année 884 grâce à l’action d’Alphonse III — serait une manière de rappeler que le royaume asturo-léonais a échoué dans sa tentative d’éradiquer l’Islam et qu’il reviendra à un autre royaume d’accomplir cette mission. Lui succèdent les textes affirmant la grandeur de la cité de Pampelune, l’une des rares de l’Hispania à résister aux assaillants musulmans. Pampelune n’est d’ailleurs pas seulement considérée comme la capitale méritée de l’Hispania chrétienne après que Tolède a été irrémédiablement détruite : elle est rien moins qu’une nouvelle Rome22.

15Dans ce second monument consacré à la légitimation de la monarchie navarraise, la continuité wisigothique dans le royaume navarrais est encore une fois revendiquée. Mais le rapport entretenu avec le modèle asturien est différent. Il s’agit de montrer que les descendants de Pélage ont échoué dans leur tentative de libérer la Péninsule du joug musulman, et que ce rôle revient désormais aux souverains navarrais, dont la capitale Pampelune est la digne héritière des grandes capitales de l’histoire.

16L’ensemble des deux manuscrits présente donc un substrat idéologique important, puisqu’ils offrent, à partir d’un regard sur le passé, un horizon de gouvernement pour les futurs souverains navarrais. C’est avec ce bagage intellectuel que le futur Sanche III, né vers 990, a grandi et s’est formé, et c’est en fonction des objectifs édictés par ce programme que l’on peut comprendre sa trajectoire politique.

LE RÈGNE DE SANCHE III LE GRAND (1004-1035) : UN TOURNANT POUR L’IDÉE IMPÉRIALE HISPANIQUE ?

17Un certain nombre de document sont longtemps laissé penser que Sanche III avait été « empereur », mais la relecture récente de ce règne ne permet plus aujourd’hui une telle affirmation. On ne peut néanmoins nier que ce moment a été celui d’un grand règne : stabilité du pouvoir, agrandissement du territoire, politique diplomatique innovante… C’est que durant cette période les fondements idéologiques de la monarchie navarraise semblent prendre la forme d’un programme pan-hispanique original.

a) Les sources et l’historiographie : un double problème

  • 23 Sur les « erreurs » d’interprétation relatives au règne de Sanche III et le problème des sources d (...)

18Toute approche du règne de Sanche III doit intégrer la pratique d’un doute systématique concernant aussi bien les sources le documentant que les travaux qui s’y sont attachés jusque dans les années 196023.

  • 24 Ibid., p. 34. Voir le détail de ces « contaminations » aux pp. 34-40.

19Le premier problème qui se pose tient à l’insuffisance de sources contemporaines et fiables. Dans la Navarre de la première moitié du XIe siècle la production narrative est presque inexistante. Ce n’est qu’au début du XIIe siècle, dans les chroniques du royaume castellano-léonais, qu’apparaît la figure historique du roi navarrais. L’auteur anonyme de l’Historia Silense rédige ainsi une notice relative au développement du royaume de Pampelune et aux prouesses d’un roi Sanche aussi dévot que conquérant, notice dont l’objectif est de glorifier Alphonse VI au travers de son ascendance non-léonaise. Ce faisant, l’auteur commet un certain nombre d’erreurs historiques dont la plus problématique est sans doute l’interprétation qui est donnée de la « division » du royaume réalisée par le souverain à la fin de son règne. De cette lecture erronée du règne de Sanche III de nombreux textes, aussi bien castellano-léonais qu’aragonais et navarrais, allaient par la suite transmettre les maladresses. Cette production postérieure est par ailleurs biaisée par des « contaminations légendaires »24 qui complexifient encore la compréhension du règne de Sanche III : la légende de l’infant García, celle de la reine Munia/Mayor diffamée, le miracle et l’invention des reliques de San Antolín par le souverain, ou encore, tout particulièrement intéressante pour nous, la légende impériale de Sanche III.

  • 25 Á. Martín Duque note que sur les 58 diplômes qu’il considère émis par Sanche III, seuls 19 sont fi (...)

20Du côté des sources diplomatiques le constat est également négatif25, ce qui s’explique en partie par les guerres diplomatiques que se livrent à partir de la fin du XIe siècle des établissements religieux qui avaient été autrefois favorisés par Sanche III. Dans ce contexte, on lui attribue des privilèges qu’il n’a jamais concédés, ou on interpole ceux qu’il a réellement émis à l’aide de diplômes de ses descendants, en conséquence de quoi les formules originelles sont altérées.

  • 26 Voir « Le “lieu d’écriture” pidalien », pp. 33-39.
  • 27 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 119.
  • 28 Voir par exemple : « Se le puede echar en cara su desinterés con respecto a la España musulmana, q (...)
  • 29 Dans la conclusion de J. Pérez de Urbel, ibid., p. 328.

21L’ensemble des documents disponibles concernant le règne de Sanche III doit donc être soumis à une critique précautionneuse dont les historiens n’ont pas toujours saisi l’importance. C’est qu’au problème des sources s’ajoute aussi une difficulté historiographique. La figure de Sanche III le Grand ne fut pas l’objet de monographie avant 1950, lorsque paraît le Sancho el Mayor de Navarra de Justo Pérez de Urbel. En dépit de l’érudition de l’étude, on y retrouve un certain nombre des problèmes que l’on a décelés plus haut dans la production historiographique espagnole de cette période26. Pérez de Urbel prenait en effet pour point de départ les travaux de Menéndez Pidal, pour lequel « face à l’“unitarisme wisigothique”, Sanche III aurait représenté l’altération, la tradition germaniste de dissolution étatique et de patrimonialisation du royaume qui amènerait à son “démembrement” »27.or, sont convoquées à l’appui de cette thèse ces sources postérieures ou manipulées que l’on vient d’entrevoir, dans lesquelles les deux médiéviste sont lu les desseins expansionnistes du souverain navarrais. Celui-ci aurait préféré s’affairer aux dépens des royaumes chrétiens péninsulaires, en première ligne le royaume léonais, au lieu de s’attaquer à l’occupant musulman, pour ensuite réduire à néant son entreprise en divisant son héritage entre ses fils. En bref, on voyait dans la figure de Sanche III le portrait inversé des glorieux rois léonais28, d’autant qu’un certain nombre d’indices tendaient à montrer qu’il avait usurpé la fonction impériale propre à ses voisins léonais, ce qui lui valait le surnom d’« anti-empereur ». Le portrait ainsi réalisé par Menéndez Pidal puis à sa suite par Pérez de Urbel était donc celui d’un personnage à l’ambition démesurée, « dominé par une soif de pouvoir quasi démoniaque »29.

  • 30 À partir des travaux de J. M. Ramos Loscertales, El reino de Aragón, les révisions se sont centrée (...)

22Récemment néanmoins, l’itinéraire de Sanche III a été réexaminé30.on tirera ici parti de ces recherches pour revenir sur deux aspects du règne de Sanche : la question du titre impérial qu’il aurait porté, et la teneur de son programme pan-hispanique.

b) Sanche III a-t-il porté le titre d’imperator ?

  • 31 Voir la citation qui introduit le chap. « L’empire hispanique médiéval, un mythe historiographique (...)
  • 32 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 429-434. C’est aussi l’opinion de M. Cullinan, Imperato (...)

23Déjà Esteban de Garibay intégrait le souverain navarrais à la liste des rois hispaniques ayant porté le titre d’empereur. Il nuançait toutefois cette affirmation en précisant que seuls quelques auteurs avaient donné ce titre à Sanche III31. Avec les travaux de Menéndez Pidal et de Pérez de Urbel, l’hypothèse devient certitude. En partant de la conviction d’une part qu’il existait dans le royaume léonais une idéologie impériale et d’autre part que Sanche III avait acquis le pouvoir royal sur le León, les indices recueillis dans les sources narratives et documentaires invitaient en effet à cette seule conclusion. Et l’on sait quelle opinion avaient alors les deux médiévistes de « l’ouverture européenne » donnée par Sanche III à l’idée d’empire. Maravall considérait quant à lui la question sous un angle quelque peu différent. Il montrait en effet à partir des mêmes sources que Sanche III n’avait pas réduit à néant mais au contraire réactivé l’idée impériale alors à bout de souffle dans le royaume de León. Loin d’être un « anti-empereur », Sanche III aurait cherché à réaliser une union hispanique, notamment en donnant le premier un sens au concept de regnum Hispaniae dont ses successeurs allaient hériter32. Voyons donc quelles sont ces sources qui ont suscité ces jugements si contrastés.

  • 33 Sur les trois versions de la Chronique de San Juan de la Peña et leur chronologie, voir la mise au (...)
  • 34 « Et propter latitudinem quas possidebat et quibus dominabatur, fecit se nominari Imperatorem », C (...)

24Bien après son règne, les chroniqueurs ont reconstruit la mémoire de Sanche III. Parmi les réussites qui lui furent alors attribuées figure le titre impérial, ce qu’attestent les versions aragonaise, catalane et latine de la Chronique de San Juan de la Peña (v. 1360-1370)33. Le règne de Sanche III y est résumé, et donne lieu à l’énumération des territoires dans lesquels il est intervenu, close par ces mots : « Et en raison de l’ampleur des terres qu’il possédait et dominait, il se fit appeler empereur »34. Le titre imperator apparaît encore à une dizaine de reprises dans les paragraphes qui suivent jusqu’à la nouvelle de la mort du souverain. Dans la notice suivante, qui concerne le règne de Ramire, fils bâtard de Sanche et premier « roi » d’Aragon, le grand roi navarrais apparaît encore à trois reprises désigné par ce titre.

25Sanche III n’est cependant pas le seul souverain auquel le chroniqueur aragonais prête le titre impérial. Quelques générations plus loin il est en effet question du règne d’Alphonse Ier (1104-1134). Celui-ci a bel et bien utilisé le titre impérial, en vertu de son mariage avec Urraca, héritière du royaume de Castille-León après la mort de l’empereur Alphonse VI, ce que la chronique rapporte dans les termes suivants :

  • 35 « Mortuo rege Petro sine liberis, sucessit ei Alfonsus frater suus in regnis Aragonum et Nauarre. (...)

Le roi Pierre étant mort sans enfant, son frère Alphonse lui succéda à la tête du royaume d’Aragon et de Navarre. Il fut surnommé le Batailleur, parce que dans l’Hispania, il n’y avait pas de combattant aussi valeureux, lui qui sortit victorieux de vingt-neuf batailles. Il épousa Urraca, fille d’Alphonse, le roi de Castille qui conquit Tolède. Il fut ainsi seigneur d’Aragon et de Navarre en vertu du droit de succession, et de Castille en vertu du droit de son épouse. Il créa un faubourg de Pampelune sur une de ses terres appelée Orunya, et concéda aux colons de nombreux privilèges. Il peupla aussi Soria, Almazán, Berlanga et Belorado. Il fut appelé empereur de l’Hispania en l’année du Seigneur 111035.

  • 36 « Eripuit paganis Exeam, et concessit multa priuilegia populatoribus eiusdem loci, et in eo sumpsi (...)
  • 37 « Et Alfonsus de Aragonia tradidit absolute totam illam terram Castelle, que pro ipso tenebatur, A (...)
  • 38 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 68.

26Dans ce paragraphe, les succès d’Alphonse Ier sont du même ordre que ceux de Sanche III quelques lignes plus haut : autorité sur le royaume patrimonial, extension de cette autorité grâce au combat mais aussi en conséquence du mariage du souverain. Les règnes d’Alphonse Ier et de Sanche III sont donc comparables à plusieurs égards. Quoi de plus ingénieux alors pour le chroniqueur que d’attribuer a posteriori à Sanche le même glorieux titre que son successeur ? À cette réserve près que l’Hispania de la titulature alphonsine fut en l’occurrence abandonnée. L’idée d’une titulature apocryphe est d’ailleurs corroborée par d’autres précisions introduites dans la chronique à propos du titre impérial d’Alphonse Ier. En effet, le chroniqueur prend soin d’en donner des preuves documentaires. Ainsi, on peut lire qu’Alphonse Ier « arracha Ejea aux mains des païens, et concéda aux colons de ce lieu de nombreux privilèges, et dans ceux-ci il prit le titre d’empereur »36. De la même façon, la chronique nous renseigne sur le moment à partir duquel Alphonse Ier n’utilisa plus le titre impérial, qui correspond au pacte de Támara (1127) que le roi aragonais signa avec Alphonse VII de Castille-León. Les clauses de ce pacte sont reprises dans le texte de la chronique : « et Alphonse d’Aragon rendit à Alphonse de Castille absolument toute cette terre de Castille qu’il avait détenue, et par la suite il voulut qu’on ne l’appelle plus Empereur, mais plutôt roi d’Aragon, de Pampelune et de Navarre »37. Rien d’identique toutefois concernant le prétendu titre impérial de Sanche III. Il nous semble donc difficile d’accepter la proposition de Menéndez Pidal, qui affirmait que « plusieurs documents comprenant le titre impérial […] ont dû être connus au XIVe siècle par la Chronique de San Juan de la Peña, puisque dans la narration concernant ce roi Sanche elle l’appelle presque toujours Imperator, dictus Imperator, respondit Imperator, etc. »38. Si le chroniqueur avait manipulé de tels documents, ne l’aurait-il pas mentionné comme il le fait dans le cas du Batailleur ?

  • 39 « … El qual rey D. Sancho el Mayor, emperador de España, en su elevación, juró los fueros, e amejo (...)

27L’information donnée par la Chronique de San Juan de la Peña est intégrée par la suite dans d’autres textes. Ainsi par exemple, dans la Chronique des Rois de Navarre composée par le prince Carlos de Viana (v. 1450) on lit que « le roi don Sanche le Grand, empereur d’Espagne, au moment de son élévation, jura les fueros, et les améliora et promulgua »39. Cette fois Sanche III n’est donc plus seulement « empereur », mais bien « empereur d’Espagne ».

  • 40 R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 79.
  • 41 Pour Pérez de Urbel le titre impérial permettait d’ailleurs de dater l’acte de 1034, époque à laqu (...)
  • 42 Ibid., pp. 66-67 et J. Pérez de Urbel, Sancho el Mayor, pp. 178 et 187. L’acte évoqué est édité so (...)
  • 43 Ibid., n° 4, avec datation corrigée.
  • 44 Ibid., n° 32 (acte dans lequel manque le mot sub), 50 et 59.
  • 45 Ibid., n° 6.
  • 46 « Inperante Sancio rex Pampilona et Naiera, comite Sancio in Castella », ibid., n° 28 (13 novembre (...)
  • 47 « Regnans serenissimus supradictus rex Sancius in Pampilona et in Aragone, in Superarbi et in Ripa (...)
  • 48 « … Regnante serenissimus rex gratia Dei in Pampilonam, in Aragone, in Suprarbi, in Ripacorza, in (...)
  • 49 « Regnante rex Sancio Gartianis in Aragone et in Castella et in Legione, de Zamora usque in Barcin (...)

28En parallèle à cette invention historiographique, il existe un certain nombre d’actes sur lesquels on a pu parfois fonder l’assomption par Sanche III du titre impérial. D’ordinaire la titulature du souverain est des plus simples : Sancius Dei gratia rex, ou encore en quelques occasions rex Pampilonensium. Quelques diplômes font toutefois usage d’autres termes. Au nombre de ceux-ci, un acte non daté conservé à San Juan de la Peña contient la suscription suivante : « Ego rex Santius, imperator in Castella et in Pampilona et in Aragone et in Superarbi et in Ripacurcia ». Son seing est en outre accompagné de la légende : « Signum Santius [signum] regis et imperator »40. Si l’inauthenticité de l’acte ne fait aucun doute, Menéndez Pidal et Pérez de Urbel jugeaient possible que la titulature impériale soit alors en vigueur41. Ensuite, toute une série de diplômes du souverain utilisent le terme imperium ou le verbe imperare pour désigner l’autorité exercée par Sanche III sur une liste variable de territoires. Menéndez Pidal et Pérez de Urbel en mentionnent quelques-uns, comme le suivant daté de 1032, dans la datation duquel on apprend que Sanche est alors « rex in Aragone, et in Pampilonia, et in Castella, et in Campis, vel in Legione imperiali culmine »42. En dépouillant la collection diplomatique de Sanche III, on s’aperçoit qu’on retrouve en réalité cet imperium du roi à bien d’autres reprises. Son autorité hiérarchique est ainsi formulée dans une donation de 1024 à García Orioliz et Jimena, « qui erant sub imperio [suo] »43. En trois occasions, entre 1024 et 1031, l’évêque de Pampelune souscrit les diplômes royaux « sub prefati regis imperio pulsus »44. L’imperium désigne aussi, associé au regnum, l’étendue du territoire sur lequel s’applique une des clauses d’une donation de 1011 au monastère de San Millán45. Enfin, dans la datation de quatre diplômes, le participe imperante accompagne et/ou remplace regnante lorsqu’il est question de signifier le gouvernement de Sanche III sur Pampelune et Nájera46, León47, la Castille48 ou encore la Gascogne49.

  • 50 Au sein de la documentation de Sanche III, le champ lexical de l'imperium est présent aussi dans d (...)
  • 51 A. Ubieto Arteta, Documentos reales, n° 22. Formulations similaires aux nos 37 et 43 expédiés par (...)
  • 52 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 67 ; édition du diplôme dans A. Ubieto Arteta, Cartula (...)
  • 53 Voir notamment, en référence au règne de García Ier Sánchez : « regnante domino nostro Ihesu Chris (...)
  • 54 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 67 ; édition de l’acte dans J. M. Ruiz Asencio, C (...)

29Associer ces occurrences à un programme impérial de Sanche III ne semble pas plus réaliste que de prêter foi aux allégations de la Chronique de San Juan de la Peña. On s’aperçoit en effet que l’on retrouve les usages observés dans la documentation du royaume asturo-léonais50. L'imperium qualifie l’autorité qu’exerce le souverain sur les hommes et les espaces, voire l’étendue spatiale sur laquelle ce pouvoir s’exprime, et le redoublement regnante/ imperante dans les datations n’est qu’une insistance toute rhétorique sur cette autorité.on ne peut pas même déceler une quelconque hiérarchie entre des territoires qui entreraient dans le regnum, et d’autres simplement gouvernés ou protégés par Sanche III, dans la mesure où le verbe imperare s’applique aussi bien au royaume patrimonial qu’aux espaces temporairement soumis à l’ingérence navarraise. Les mêmes formulations étaient en outre déjà en usage dans les actes des prédécesseurs de Sanche III. Ainsi, une donation de García Ier Sánchez au monastère d’Albelda, le 26 juin 933, est datée en ces termes : « Facta cartola testamenti era DCCCC. LXX. I., VI kalendas iulias, regnante Domino nostro Ihesu Christo et imperante principe Garsea Sancionis in Pampilona »51. La similitude avec les pratiques diplomatiques asturo-léonaises se retrouve aussi dans les actes privés. Menéndez Pidal soulignait ainsi l’existence d’une donation privée à San Juan de la Peña datée du 24 septembre 1034, « temporibus Santioni regis tenentis imperium in Aragone et in Pampilonia et in Castella et in Legione »52. Mais là encore, l’usage de désigner le gouvernement royal par le vocabulaire de l'imperium apparaît dès avant le règne de Sanche III53. Plus surprenante est la formulation d’un document de 1034 conservé à León, qui mentionne en datation « regnum imperium rex Sancius in Legione »54. Ici la formule est clairement un décalque de celles qui qualifient habituellement le détenteur de l’autorité léonaise. Mais de cet unique document privé il ne nous semble pas possible de tirer l’existence d’une velléité impériale de Sanche III.

  • 55 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 69.
  • 56 Sur les premières monnaies navarraises, et l’importance du message idéologique qu’elles véhiculent (...)
  • 57 C’est l’opinion d’E. Ramírez Vaquero, ibid., pp. 163-166 et de M. Ibáñez Artica,« Sustitución ».

30Reste, pour achever la liste des sources documentant le supposé titre impérial de Sanche III, le cas de cette monnaie portant sur son avers la légende imperator, et sur son revers naiara. Pendant longtemps on a cru que cette monnaie avait été frappée sous le règne de Sanche III, et Menéndez Pidal l’interprétait comme une preuve supplémentaire du déplacement de l’empire hispanique vers l’est péninsulaire55. Les recherches numismatiques récentes ont toutefois montré qu’elle ne peut en aucun cas être datée du règne de Sanche III, dans la mesure où il n’y a pas de frappe navarraise avant l’époque de Sanche Ramírez (1063-1094)56. Elle est probablement attribuable à Alphonse VII57.

  • 58 Reconnaissance qu’on a parfois voulu lire dans les deux diplômes de Sanche III dans la datation de (...)

31Finalement, on ne peut qu’arriver à la conclusion que Sanche III ne fut pas empereur, ni même imperator, de la même manière qu’il ne reconnut pas une quelconque souveraineté impériale de Bermude III58. Cela ne signifie toutefois pas qu’il n’ait pas eu une projection politique importante pour le déroulement futur de l’idéologie impériale.

c) Caractères du programme pan-hispanique de Sanche III

32Les travaux de Menéndez Pidal et de Pérez de Urbel ont donné à penser que l’itinéraire suivi par Sanche le Grand était dicté par une dévorante ambition qui l’avait amené à pratiquer une politique expansionniste sans mesure. Dans cette optique la division du royaume à la mort du souverain, perçue comme un démantèlement de l’œuvre accomplie, ajoutait une note d’irrationalité à son parcours. Ces positions aujourd’hui dépassées, il est possible de mettre à jour la cohérence de celui-ci.

  • 59 G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 84-89.

33Dans les premières décennies de son règne, Sanche III réalise une série de manœuvres sur les marges orientales de son royaume qui aboutissent à l’incorporation des comtés de Sobrarbe et Ribagorce à la Navarre59. Cette annexion constitue le seul agrandissement du territoire patrimonial de Sanche III, en dépit des nombreuses autres interventions mises en œuvre aux limites du royaume, et notamment dans les espaces concernés par le phénomène impérial.

  • 60 J. Pérez de Urbel, Sancho el Mayor, chap. viii à xi.
  • 61 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 56-58.
  • 62 Ibid., pp. 283-285.

34À partir des assertions de l’Historia Silense, dans laquelle le royaume de Sanche III apparaît constitué de la Navarre primitive, de la Castille et de l’Aragon, et d’un certain nombre d’actes dont les formules de datation précisent que Sanche III « règne sur la Castille »,on a fondé l’idée d’une mainmise du souverain navarrais sur le comté castillan au titre de son union avec Munia/Mayor, fille et sœur des comtes Sancho et García disparus respectivement en 1017 et 102960. Cette appropriation du comté par Sanche III n’est pourtant pas plausible, et il s’agit de ne pas confondre la titulature officielle du souverain et l’eschatocole des actes, notamment la formule en regnante qui rassemble les territoires sur lesquels s’exerce à un moment donné la potestas du souverain, et non son autorité légitime (auctoritas)61. Aussi, lorsqu’on lit dans un acte de cette période que Sanche III « régnait » sur la Castille, « de telles références paraissent exprimer l’exercice de pouvoirs factuels de tutelle exercés par Sanche le Grand durant la minorité de son beau-frère le comte castillan García à partir de 1017 et, une fois ce dernier mort (1029), en défense des droits de succession de ce comté qui revenaient à son épouse la reine Munia ou Mayor, sœur et héritière du défunt comte »62. Il ne s’agit donc pas d’une annexion mais d’une récupération progressive des fonctions comtales qui laisse Mayor seule héritière du territoire castillan. La différence est de taille puisque le comté reste propriété de la reine — ce qui allait avoir son importance au moment de décider d’un partage de l’héritage du couple royal — et par ailleurs ce territoire demeure soumis à l’autorité souveraine du roi de León.

  • 63 C’est l’hypothèse avancée par A. Ubieto Arteta, Orígenes, p. 65.
  • 64 Voir G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 155 sqq.
  • 65 Voir les chiffres rapportés par Á. Martín Duque, Sancho III, p. 95, qui établit l’importance des f (...)
  • 66 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 134.
  • 67 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 295-297, considère pour sa part que l’intervention de Sanche dans (...)

35Ce problème du caractère trompeur des formules diplomatiques affecte aussi la supposée prise de pouvoir temporaire de Sanche III sur le León en 1032. En fonction là encore d’actes présentant Sanche comme « régnant à León » — ceux-là même que nous avons évoqués dans le développement précédent —on a pu penser qu’il avait établi une situation d’hégémonie sur le royaume léonais, mais aussi qu’il avait imposé à Bermude III la prestation d’un hommage63. L’intervention de Sanche se limitait toutefois aux terres orientales du royaume léonais, à cette région située entre les rivières Cea et Pisuerga particulièrement agitée à la suite de la mort d’Alphonse V en 102864, et où les nombreux liens de parenté du roi navarrais lui permettaient de revendiquer sa présence65. Aussi les allusions documentaires renvoient à la domination de ces terres par Sanche III qui, en tant que rex de la Navarre, y est mentionné comme tel66, et non à une supposée usurpation de la fonction de Bermude III. On comprendrait d’ailleurs mal dans ce contexte le mariage du futur Ferdinand Ier à l’infante léonaise Sancha en 1032, ainsi que celui de Bermude III avec Jimena, fille de Sanche III, en 103567.

  • 68 Voir les accusations portées à l’encontre de Sanche III dans la section « Europa y no el Andalus » (...)
  • 69 G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 91-94.
  • 70 Á. Martín Duque, « Sancho III el Mayor », p. 33.

36En contrepartie de cette intense activité d’ingérence, il est vrai que la faible amplitude de l’action menée par Sanche III en regard de l’Islam péninsulaire peut a priori surprendre. Cette caractéristique justifiait d’ailleurs l’idée selon laquelle il était davantage mu par l’ambition personnelle du pouvoir que par la volonté de libérer l’Hispania, ce qui le séparait tant du prestigieux modèle des rois léonais68. Son œuvre dans ce domaine n’est pourtant pas insignifiante, puisqu’il consolida la défense des espaces frontaliers qui séparaient le royaume navarrais de la taifa de Saragosse69. Cette attitude était d’ailleurs réaliste, dans la mesure où la taifa restait puissante en dépit de la chute du califat de Cordoue et de la désagrégation du pouvoir musulman dans la majorité des territoires d’al-Andalus70.

  • 71 Voir la synthèse proposée dans ibid., pp. 342-350.
  • 72 Voir l’article de E. Ramírez Vaquero, « El rey García ».

37Demeure la question de la division du royaume à la mort de Sanche III, survenue le 18octobre 1035. La lecture de l’événement imposée par l’Historia Silense a longtemps suscité perplexité, incompréhension et finalement reproches concernant le démantèlement du royaume ainsi perpétré71. Pourtant, l’interprétation du testament de Sanche III est dans cette chronique biaisée par celle des événements qui l’ont suivi. L’affrontement que se livrèrent les héritiers navarrais après 1037 en conséquence de l’accès de Ferdinand au trône léonais décida de la rupture véritable du royaume en différentes entités politiques72. Telle ne semble pas avoir été la visée de Sanche III, qui ne fit qu’appliquer les mécanismes traditionnels de succession : transmission intégrale des territoires patrimoniaux à l’aîné légitime, et répartition équitable des droits et biens de l’épouse entre les enfants. Les analyses de Ramos Loscertales et à sa suite d’Ubieto Arteta et Lacarra ont en effet permis de clarifier la situation complexe que l’Historia Silense avait à la fois simplifiée et altérée : García, en tant qu’aîné légitime, reçut la totalité du royaume de Pampelune et exerçait l’autorité royale ; au sein de celui-ci Ramire, bâtard royal, fut porté à la tête d’une région correspondant plus ou moins au comté d’Aragon, qu’il détenait comme un apanage et pour lequel il restait soumis à l’autorité de García. Les possessions de Munia — Castille et une partie des comtés de Sobrarbe et Ribagorce — étaient quant à elles réparties entre les trois fils du couple royal : à García revenait la Vieille-Castille tandis que Ferdinand était associé au gouvernement comtal en se voyant attribuer la Castille-Nouvelle ; enfin Gonzalo recevait les comtés de Sobrarbe et Ribagorce, territoires émanant pour moitié de l’héritage maternel et pour l’autre du royaume patrimonial, si bien qu’il devait y exercer des prérogatives intimement liées à l’autorité royale de son frère García. Loin d’un démantèlement du royaume de Pampelune, la répartition orchestrée par Sanche III semblait donc destinée à maintenir l’autorité du titulaire du trône de Pampelune sur un territoire le plus large possible en lui assurant le soutien et la fidélité de ses frères. C’était toutefois compter sans les appétits personnels des frères Sánchez, et sans la situation fâcheuse qu’allait provoquer la mort prématurée et sans héritier de Bermude III.

38La politique menée par Sanche III doit finalement moins être qualifiée d’expansionniste que d’interventionniste. Quant à la division du royaume, elle ne témoigne pas de la ruine de l’œuvre accomplie par le souverain, mais au contraire d’une volonté d’assurer durablement l’autorité du futur roi García III Sánchez par le biais des honneurs confiés à ses frères. Or, ces choix font sens dès lors que l’on considère l’itinéraire de Sanche comme la réalisation du programme idéologique établi pour la monarchie navarraise durant le règne de Sanche II Garcés : c’est à la Navarre que revient désormais la mission d’assurer la libération de l’Hispania.

  • 73 L’évêque de Pampelune Sisebut, responsable selon Ángel Martín Duque de la réalisation du Codex Rot (...)
  • 74 Urraca et Alphonse V avaient tous deux pour grand-mère paternelle Urraca Fernández († 1007), fille (...)

39Sanche III, né vers 990, grandit au moment où étaient confectionnés les codices d’Albelda et de Roda qui formalisaient les fondements idéologiques néogothiques de la royauté navarraise73.or, la révision historiographique à laquelle a été soumis son règne permet d’entrevoir de quelle manière il entendait réaliser la mission confiée à la dynastie navarraise. Sanche III n’aurait ainsi pas cherché à annexer ses voisins chrétiens à la Navarre, mais plutôt à assurer la pacification de leurs territoires. La recherche d’unions matrimoniales avec d’autres familles princières complétait par ailleurs la mise en place d’un grand réseau chrétien d’alliances. De la même façon, Sanche n’a pas délaissé l’entreprise de libération de la Péninsule face aux musulmans, mais a adapté son action au contexte d’une taifa de Saragosse encore trop puissante dans le premier tiers du XIe siècle pour être durablement ébranlée. Il existe en outre un indice attestant le fait que la politique menée par Sanche III n’était qu’une phase d’un projet plus global dont l’objectif final était l’éviction de l’Islam et la restauration chrétienne de l’Hispania. On se souviendra avoir évoqué dans le précédent chapitre une lettre que l’abbé Oliba de Ripoll, correspondant et proche conseiller du roi navarrais, écrivit en mai 1023 à Sanche III en réponse à une missive que ce dernier lui avait adressée afin de lui demander conseil à propos du mariage qu’il projetait de conclure entre sa sœur Urraca et le roi léonais Alphonse V. L’union fut célébrée, mais sans l’assentiment d’Oliba qui soulevait dans sa lettre le degré de consanguinité existant entre les futurs époux74. L’abbé y insiste lourdement sur les condamnations bibliques et canoniques des mariages consanguins, afin de démonter les arguments que l’on pourrait avancer en faveur de l’union recherchée. Après avoir cité Moïse dans le Lévitique, les prophètes Ezéquiel et Osée, les lettres de saint Paul aux Corinthiens et aux Thessaloniens et les canons conciliaires, Oliba ajoute :

  • 75 « Hec itaque sunt, o bone rex et clarissime princeps, incesti conubii dampna. […] Sed fortasse dic (...)

Voici donc, ô bon roi et très illustre prince, les condamnations qu’entraînent les unions incestueuses. […] Mais il se pourrait que quelqu’un dise : « Si le roi ne refuse pas le mariage de sa sœur et de l'imperator, alors cela permettra la préservation de la paix, l’élimination des païens et le rappel des églises vers les lois divines sur tout le territoire. Et s’il n’agit pas ainsi, perdureront la rupture de la paix, l’affermissement des païens et la perte des lois de Dieu pour les églises ». Cette idée est totalement vaine et, on le reconnaîtra avec justesse, lorsque le diable s’immisce dans le cœur des hommes, on s’éloigne complètement de toute vérité raisonnée75.

  • 76 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 168 sqq.
  • 77 Notons que la réforme religieuse est également en cours, donnant lieu à une certaine ouverture eur (...)

40On a proposé de voir dans cette proposition non pas l’argument qu’un quelconque personnage pourrait opposer à l’abbé, mais celui que Sanche III aurait lui-même avancé dans la lettre qu’il avait préalablement adressée à Oliba. Pour Ángel Martín Duque, le triptyque présenté ne correspondrait pas moins qu’au projet politique général poursuivi par le roi navarrais76. La recherche de l’harmonie entre et au sein des royaumes chrétiens (perseverentia pacis) serait en ce sens le préalable nécessaire à toute tentative de destruction de l’adversaire musulman (deletio paganorum), ces deux étapes étant les prémisses d’une réforme des églises et de la vie chrétienne (correctio ecclesiarum).on retrouverait ainsi les éléments sous-jacents du projet néogothique édicté dans les codices d’Albelda et de Roda. Eton comprend du même coup que les actions menées par Sanche III correspondaient à la première phase de ce grand projet. Dans le contexte du premier tiers du XIe siècle, époque à laquelle le royaume de Navarre doit être considéré comme le territoire le plus puissant du nord péninsulaire, Sanche III se devait de s’ingérer dans les affaires des autres royaumes afin de réaliser l’harmonie entre les royaumes chrétiens sans laquelle la récupération de l’Hispania sur les musulmans était illusoire77.

  • 78 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 430 et n. 76.
  • 79 D’abord une donation de Sanche III en faveur de Tigridia, abbesse d’Oña, datée du 27 juin 1017 sel (...)
  • 80 Sanche III, après avoir opéré la translation des reliques de saint Émilien au monastère de Yuso, y (...)
  • 81 Voir la critique de R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, ibid., pp. 109, 212-213 et 253.
  • 82 G. Martínez Díez, Sancho III, p. 234.
  • 83 Acte qui nous intéresse également dans la mesure où il s’agit du seul document dans lequel Ferdina (...)
  • 84 « Quare eligit omnipotens Deus regem Sancium ab eois partibus, qui rex magnanissimus et in omnibus (...)

41La récupération de l’Hispania chrétienne est donc bien au cœur des préoccupations de Sanche III, dont l’itinéraire représente une manière originale de mettre en œuvre le projet néogothique. Doit-on alors conclure avec Maravall que le règne de Sanche III correspond à la maturation du concept de regnum Hispaniae tel qu’on allait le retrouver par la suite ? Cette assertion était fondée sur la suprématie péninsulaire attribuée à Sanche III dans certains actes où le titre de rex Hispaniarum lui était accordé78. Il s’agit de deux documents en relation avec le monastère d’Oña79 et d’un acte relatif à celui de San Millán de la Cogolla80. Maison ne peut réellement se fier à ces documents manipulés, dont la titulature correspond davantage aux usages diplomatiques castellano-léonais qui se développent à partir du règne d’Alphonse VI81. Ce qui ne signifie d’ailleurs pas qu’ils ne sont pas intéressants car, comme le note Gonzalo Martínez Díez, elles sont significatives de l’image qu’on se faisait de Sanche III plusieurs décennies après sa mort82. On retrouve ainsi cette titulature pan-hispanique à la fin du XIe siècle, dans une narration historique concernant le siège épiscopal de Palencia à partir de sa restauration par Sanche III, également falsifiée83. On y lit que « Dieu tout puissant choisit pour cette région le roi Sanche, né de souche royale et élevé sur les terres de Pampelune, qui était un roi si magnanime et en toutes circonstances si sage combattant qu’il n’existait personne de meilleur que lui au combat ou de plus clément. Et il était constant, modéré et craintif des choses divines, si bien qu’on l’appela à juste titre roi des rois de l’Hispania »84.

  • 85 « Domino et uenerabili Santio regi iberico », R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colecció (...)
  • 86 Pour Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 266-267, le choix du qualificatif ibericus plutôt qu’ hispan (...)
  • 87 Jotsald, Vita Sancti Odilonis, I, 7. Relevé par A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 136.

42Au-delà de ces actes falsifiés et titulatures apocryphes, il existe tout de même un témoignage authentique et contemporain témoignant de l’importance qu’on a pu donner à l’interventionnisme de Sanche III. Il s’agit de la seconde lettre d’Oliba à destination du roi navarrais que l’on a conservée. L’abbé écrit à Sanche entre 1030 et 1032 pour solliciter une aide financière destinée à la reconstruction de l’église de Ripoll. À cette occasion, l’abbé s’adresse au « seigneur et vénérable Sanche, roi ibérique »85. Ce n’est pas là la titulature officielle de Sanche III, et on conçoit bien qu’Oliba a pu chercher à flatter le souverain dont il souhaitait obtenir les faveurs. Mais il n’est pas anodin que l’abbé lui applique un qualificatif qui donne à penser que Sanche met en œuvre dignement le programme néogothique hérité de ses aïeux86. Un autre texte applique d’ailleurs à Sanche III quelques décennies plus tard une titulature tout aussi inhabituelle et grandiose. Il s’agit de la Vita Odilonis du moine clunisien Jotsald, écrite au milieu du XIe siècle, et qui fait de Sanche un rex Hesperidum populorum87.

43Le règne de Sanche III n’a pas été celui d’un empereur ni même d’un roi de l’Hispania. Pourtant, la projection pan-hispanique dont témoigne sa trajectoire politique, mise en œuvre directe du programme de gouvernement conçu par ses prédécesseurs, lui a valu après sa mort la reconnaissance de ces titres.

  • 88 Á. Martín Duque, « Sancho III el Mayor », pp. 39-40.

Il nous montre […] une sorte de variante ou complément pyrénéen des horizons mentaux examinés d’abord dans le royaume d’Oviedo depuis le IXe siècle, une pensée et un projet politique communs qui contemplaient comme dessein suprême la récupération totale de l’Hispania et encourageaient pour cela sur le plan pratique l’apparentement récurrent et la pénétration étroite de deux lignages royaux comme moyens de joindre et additionner les efforts face à l’ennemi commun et éternel88.

  • 89 Ibid., p. 40.

44Le pragmatisme est encore une fois le maître mot dans cette politique : viser la récupération de l’Hispania suppose l’alliance préalable des puissances chrétiennes sans laquelle un programme d’une telle ampleur ne peut aboutir à des avancées durables. Or, c’est ce réalisme quant à la situation péninsulaire et les actions qu’il induit qui déterminent finalement l’originalité du règne de Sanche III et l’influence qu’il a pu avoir sur l’évolution du phénomène impérial hispanique. En donnant lieu par son interventionnisme à une sorte de protectorat sur les territoires avoisinant son royaume, il a en effet pu suggérer l’idée d’une formation supranationale à ses descendants, et il est possible de le considérer en ce sens comme l’« archétype idéal des rois et empereurs hispaniques »89.

II. — LA TRANSITION : FERDINAND Ier ET SANCHA, ROIS DE CASTILLE ET LEÓN

45Il allait tout de même falloir attendre encore quatre décennies avant que n’apparaisse le premier véritable empereur hispanique. La période qui court de la mort de Sanche III en 1035 jusqu’à l’adoption du titre d’imperator Hispaniae par Alphonse VI n’est toutefois pas exempte d’intérêt pour reconstruire l’histoire du concept d’imperium hispanique. Si le règne de Ferdinand Ier ne fut pas non plus celui d’un empereur, il assura la fusion du programme de gouvernement pan-hispanique original initié par Sanche III de Navarre et de la tradition léonaise du regnum-imperium.

46Associé au gouvernement du comté castillan du vivant de son père, Ferdinand hérite d’une grande partie de la Castille après la mort de celui-ci. Il dirige alors ce territoire en tant que comte subordonné à son frère García III Sánchez, roi de Pampelune. Pourtant les événements survenus alors changent la donne. Héritier de la Castille, Ferdinand hérite également de la rivalité qui opposait Sanche III à Bermude III au sujet des terres situées entre les rivières Cea et Pisuerga. En 1032 son mariage avec Sancha, sœur du roi léonais, avait théoriquement scellé la paix. Contenu pendant quelque temps, le conflit s’envenime toutefois durant l’été 1037 lorsque Bermude III passe à l’action en dirigeant ses troupes vers l’est du royaume léonais. L’affrontement se solde par la mort de Bermude à Tamarón en septembre 1037. En conséquence de cette bataille et de son union avec Sancha, seule héritière de son frère, Ferdinand prend possession du trône léonais et se retrouve alors dans une situation délicate. L’ampleur du pouvoir nouvellement assumé apporte en effet son lot de difficultés, puisque Ferdinand Ier doit faire face à la fois aux nobles galiciens et asturiens mécontents de la solution successorale adoptée, et à l’imbroglio que suppose son propre statut de roi léonais au regard de la fidélité qu’il doit à son frère García.

47Pour faire face à ces problèmes, la politique adoptée par Ferdinand Ier n’est pas originale, et il applique le programme de gouvernement décrit et mis en œuvre par son père avant lui. L’innovation vient cependant du fait qu’il introduit ainsi dans le royaume de León une stratégie navarraise. Ferdinand Ier ne se contente en outre pas d’être un navarrais sur le trône léonais. Afin d’assurer la réussite de ses objectifs, une grande offensive est menée — avec le concours de la reine Sancha — pour « léoniciser » la figure et les actions du souverain.

FERDINAND Ier, FILS DE SANCHE III DE NAVARRE

  • 90 « Fernandus itaque rex, talibus inpeditus, spatio sexdecim annorum cum exteris gentibus vltra suos (...)

48En digne fils de son père, Ferdinand Ier hérite de l’ample stratégie dont Sanche III n’avait pu qu’esquisser l’accomplissement. Pour le chroniqueur de l’Historia Silense, les actions que le souverain mène à l’intérieur de son royaume et dans les autres territoires chrétiens péninsulaires sont des contretemps qui ne font que retarder l’accomplissement de la mission qui lui incombe depuis qu’il est monté sur le trône léonais : « Pendant seize ans, le roi Ferdinand, bloqué par ces obstacles, ne put entreprendre la lutte contre les peuples étrangers au-delà des limites de son royaume »90. On retrouve toutefois dans les actions de Ferdinand Ier les trois volets du programme cohérent décrit par l’abbé Oliba : perseuerentia pacis, deletio paganorum, correctio ecclesiarum.

a) Perseuerentia pacis

  • 91 Voir A. Sánchez Candeira, Castilla y León, pp. 123-125.
  • 92 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 55-58.
  • 93 Pilar Blanco Lozano relève en effet l’abondance des documents judiciaires dans la documentation de (...)

49Lorsque Ferdinand Ier succède à Bermude III, la pacification du royaume face aux magnats rebelles s’impose comme la tâche la plus urgente à accomplir91 et se manifeste dans les efforts déployés par le souverain pour placer des hommes fidèles dans les gouvernements locaux. Allant de ce fait à l’encontre du système léonais traditionnel des comtés héréditaires, la politique du roi suscite néanmoins de nouveaux mécontentements, si bien que les rebellions demeurent, s’élevant sporadiquement tout au long de son règne92. Le pouvoir du roi n’en est pourtant pas moins affermi au sein de son royaume dès les années 1050, grâce entre autre à son intervention récurrente dans les conflits judiciaires93 qui lui permet de s’assurer le soutien de la communauté ecclésiastique qu’il protège des usurpations commises par les laïcs.

  • 94 E. Ramírez Vaquero, « El rey García », pp. 139-140.
  • 95 Et non pas recevoir l’hommage de son neveu pour la Navarre, conclusion à laquelle arrivait Menénde (...)
  • 96 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 59-60.

50Ferdinand Ier doit par ailleurs répondre à une autre menace à la paix de son royaume. C’est en tout cas de cette manière que l’auteur de l’Historia Silense présente l’affrontement qui l’oppose à son frère García III, roi de Navarre, et qui aboutit au fratricide d’Atapuerca le 1er septembre 1054. Dans les faits, la situation qui découle de la montée de Ferdinand Ier sur le trône léonais n’est pas viable. Roi de León, Ferdinand devient seigneur de son frère García pour les terres de la Vieille-Castille que celui-ci a héritées de sa mère Munia. L’ordre naturel des relations entre les deux aînés des frères Sánchez s’en trouve bouleversé, et dès 1037 les actions de García dénotent leur éloignement progressif94. La rupture n’intervient toutefois pas avant 1053, date à laquelle les troupes navarraises entrent sur les terres castillanes du roi léonais, provoquant en réaction l’intervention de Ferdinand et son fatal dénouement. L’intronisation immédiate sur le champ de bataille du fils de García, Sanche IV Garcés, laisse pourtant entendre que Ferdinand Ier souhaitait en cette occasion maintenir la paix ou en tout cas une certaine alliance entre les deux royaumes95, en dépit des réajustements de la frontière castillane qui opposent encore par la suite l’oncle et le neveu96.

  • 97 « … Iam securus de patria, reliqum tempus in expugnandos barbaros et eclesias Cristi corroborandas (...)

51Dès 1054, Ferdinand Ier se trouve en paix avec ses voisins chrétiens et suffisamment affermi sur son trône léonais pour entreprendre la suite du programme élaboré par ses aïeux. « Sa patrie pacifiée », raconte la silense qui distingue clairement les deux étapes, « il résolut de consacrer tout son temps à combattre les barbares et à fortifier les églises du Christ »97.

b) Deletio paganorum

  • 98 P. Guichard et B. Soravia, Les royaumes de taifas, notamment les chap. I à III.

52Le rapport de forces entre al-Andalus et le royaume léonais à l’époque de Ferdinand Ier différe de celui auquel Sanche III le Grand avait dû s’adapter. Les taifas issues de la désagrégation du califat de Cordoue sont constamment en conflit, ce qui les rend instables et fragiles98. Ferdinand Ier tire parti de ce contexte pour développer un mode d’expansion original dans lequel on reconnaît le pragmatisme dont faisait preuve son père dans la gestion de l’affrontement entre chrétiens et musulmans.

  • 99 Pour un panorama historiquement plus juste des initiatives fernandines vis-à-vis d’al-Andalus, voi (...)
  • 100 « Ut Coynbria […] in cultum christianitatis redigeretur », Sil., 87.
  • 101 « Expulsa itaque de Portugale Maurorum rabie », « hiis ciuitatibus, quas iuri paganorum abstulit » (...)

53Au mépris de la chronologie historique, l’auteur de l’Historia Silense présente dans un récit géographiquement organisé les campagnes menées par Ferdinand Ier au Portugal (§ 85-89), puis contre les taifas de Saragosse et Tolède (§ 90-93), contre celles de Séville (§ 95) et enfin de Valence (§ 105)99. Au gré du texte les objectifs poursuivis par le roi apparaissent. Dans la mesure où le ton général suit la tradition initiée par les chroniques asturiennes du Xe siècle, l’entreprise toute entière est placée sous le signe de la libération des chrétiens. Ferdinand entreprend la conquête de Coimbra (1064) « pour qu’elle soit ramenée au culte chrétien »100. Dans la province portugaise « d’où la fureur des Maures a été chassée », le mozarabe Sisnando Davídiz se voit confier la charge de « ces cités que [le roi] avait affranchies du joug des païens »101. Et de fait le royaume castellano-léonais est considérablement agrandi durant le règne de Ferdinand Ier.

54Mais la conquête territoriale n’est pas le seul mode de relation existant entre le roi léonais et al-Andalus. Razzias et pillages sont décrits dans l’Historia Silense comme un objectif récurrent des expéditions menées. On s’écarte ainsi quelque peu du modèle du roi pourfendeur des musulmans dont le seul dessein serait la libération des chrétiens, ce qui n’est néanmoins pas rare dans les chroniques latines. On s’en éloigne toutefois encore un peu plus en lisant le récit des tractations que réalise le souverain avec al-Ma’mūn, roi de la taifa de Tolède, au moment où le premier s’apprête à dévaster les terres du second (1062) :

  • 102 « At barbarus […] inmensam pecuniam auri et argenti pretiosarumque vestium conglomerat, atque acce (...)

Le barbare […] réunit une immense quantité de monnaie d’or et d’argent et de tissus précieux, et une fois sa peur surmontée il se hâte de se présenter humblement devant le roi supérieur et, soumis à lui, il lui demande de renoncer à dévaster son royaume en échange de ces cadeaux. Et il ajoute qu’en sus lui et son royaume s’uniront à ses forces. À la suite de quoi le roi Ferdinand, tout en sachant que ces paroles étaient feintes […], accepte pour un temps l’argent, cesse d’assaillir la province de Carthaginaise, et s’en retourne dans les Champs Gothiques chargé d’un abondant butin102.

  • 103 La perte de l’Hispania a été déclenchée par l’alliance contre-nature des fils de Witiza et du comt (...)
  • 104 « Fernandus uero rex, ex more humanas miseratus angustias, dum precibus grandeui barbari flectitur (...)

55Bien que l’action du roi soit contraire à l’idéal néogothique du roi chrétien intransigeant avec les musulmans, le chroniqueur ne condamne pas l’attitude intéressée et conciliante de Ferdinand Ier vis-à-vis d’al-Andalus, alors même qu’il s’agit d’un motif de blâme pour d’autres souverains dans l’Historia Silense103. Il est encore question de conciliation avec le pacte qui fait d’al-Mu’taḍid, roi de Séville, le tributaire du roi léonais (1063). L’auteur le présente comme une initiative du sévillan, que Ferdinand accepte car il « a pour habitude de s’apitoyer sur les misères humaines », et d’autant plus lorsque son interlocuteur est un « barbare d’âge avancé »104. Maison reconnaît ici la stratégie originale que met en œuvre Ferdinand Ier : la pratique des parias, ces tributs levés par le roi léonais sur des taifas assurées de ce fait de ne pas être dévastées et de bénéficier de surcroît de l’aide du monarque chrétien en cas d’attaque d’un tiers.

  • 105 Voir les récits des expéditions de Talamanque en 1064 (Sil., 92) et la conclusion des conquêtes ré (...)
  • 106 Voir A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 155.
  • 107 Voir « Du gouvernement du León à la prépondérance sur l’Hispania : l’itinéraire politique d’Alphon (...)
  • 108 « … Regnante Fredinando rex inomni Spania », L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 76. C’est l (...)

56Les razzias et les levées de parias ne permettent pas d’assurer sur le moment la deletio paganorum préconisée dans le programme édicté au temps de Sanche III. Elles ne vont néanmoins pas non plus à l’encontre. À plusieurs reprises il est question dans l’Historia Silense de la redistribution des richesses amassées lors d’expéditions en al-Andalus aux troupes, ou aux églises et aux pauvres105. Cet usage permet aussi bien de calmer les rébellions au sein du royaume que d’assurer la consolidation des zones frontalières, et donc de confirmer la « préservation de la paix », condition sine qua non de conquêtes supplémentaires106. Quant à la mise en œuvre des parias et d’alliances avec les royaumes musulmans, on doit y voir une reconduction de l’attitude pragmatique et interventionniste de l’époque de Sanche III. Comme l’expliquerait quelques décennies plus tard l’émir de Grenade ‘Abd Allāh en reprenant le discours supposément tenu par Alphonse VI107, il aurait été difficile et coûteux pour les chrétiens d’imposer leur présence et leur autorité auprès de la population d’al-Andalus. Aussi, se poser en protecteur des royaumes musulmans et leur imposer la levée d’un tribut offraient une issue moins incertaine, tout en présentant des avantages. L’intervention du souverain chrétien dans les relations entre les taifas et leur affaiblissement économique étaient encore les moyens les meilleurs d’obtenir à long terme leur perte. Dans le même temps, le protectorat léonais assurait au royaume une influence péninsulaire jamais atteinte jusqu’alors, puisqu’à sa mort Ferdinand Ier prélevait des parias sur les quatre taifas les plus importantes de Badajoz, Séville, Tolède et Saragosse. Ce qu’un scribe résumait en 1064 en datant une charte du « règne du roi Ferdinand sur toute l’Hispania »108.

57Ferdinand Ier ne perd donc pas de vue l’objectif pan-hispanique hérité de ses prédécesseurs, et l’ensemble de ses actions témoigne au contraire de la cohérence dont il fait preuve dans la poursuite de cet objectif. Sa politique religieuse suit la même logique.

c) Correctio ecclesiarum

  • 109 C’est en tout cas l’image que véhiculent les sources, notamment encore une fois l’Historia Silense(...)
  • 110 C. J. Bishko, « Fernando I », étude publiée en deux parties, l’une en 1968, l’autre en 1969.
  • 111 Sur les relations de Ferdinand Ier et Cluny, voir notamment les travaux de C. Reglero de la Fuente(...)

58Ferdinand Ier semble avoir été d’une grande piété109. Elle l’amène à approfondir les liens que son père Sanche III avait inaugurés avec Cluny, en attribuant un important cens annuel à l’abbaye. Bishko y avait lu en son temps la recherche d’une alliance politique forte110. Il faut également y distinguer l’expression de l’attrait du roi pour le modèle religieux propre à l’abbaye bourguignonne111. Mais l’action de Ferdinand Ier en relation avec l’Église est aussi dictée par les motifs qui déterminent l’ensemble de sa politique pan-hispanique.

  • 112 Voir l’étude classique d’A. García-Gallo, El concilio de Coyanza. Voir aussi A. Isla Frez, Realeza (...)
  • 113 Ibid., p. 165.

59La pacification du royaume et la stabilisation des relations avec la Navarre à partir de 1054 permettaient à Ferdinand Ier d’entreprendre ses projets en direction de l’Islam, mais également d’entamer la correctio ecclesiarum longtemps attendue. La réforme intervient dès 1055, sous la forme de la réunion à Coyanza d’une curia regis extraordinaire à laquelle, en raison de la législation qui y est adoptée, on a donné le nom de concile112. Sans entrer dans les détails du débat concernant le degré de conservatisme ou d’innovation dont témoignent les lois adoptées à Coyanza, on ne retiendra de cette assemblée que la multiplicité des desseins qu’elle poursuivait. La législation religieuse adoptée invite effectivement à une remise en ordre du clergé et de ses pratiques qui ouvre la voie aux courants réformateurs qu’allait suivre notamment Alphonse VI en procédant à la substitution au rite hispanique du rite romain quelques années plus tard. Par ce biais c’est aussi le contrôle du roi qui est renforcé puisque les évêques, étroitement liés à la cour, sont désormais ses interlocuteurs privilégiés. Par ailleurs l’assemblée de Coyanza conduit à la mise par écrit de toute une série de points de droit relatifs à la justice et à son exercice, ce qui avait pour vocation de prolonger l’effort de pacification interne du royaume. Enfin, la réunion d’une telle curia est en elle-même toute symbolique : « L’assemblée montrait la propre capacité de convocation du monarque. Elle renforçait une situation nouvelle de consensus, par lequel l’aristocratie laïque et la hiérarchie ecclésiastique participaient à la direction qu’allait prendre le royaume »113.

  • 114 Voir P. Linehan, « León, ciudad regia » ; P. Henriet, « Un exemple ».

60La consolidation politique se lit encore dans d’autres aspects de l’action religieuse entreprise par Ferdinand Ier. La translation des reliques de saint Isidore de Séville à León (1063) et la dédicace de l’église de Saint-Jean-Baptiste au nouveau patron du royaume permet d’affirmer l’ancrage wisigothique de l’église du royaume. Mais elle réaffirme aussi la prééminence de l’église léonaise — aux dépens de Saint-Jacques-de-Compostelle notamment — en même temps que le rôle de capitale politique de la ville114. Enfin, le rôle que joue Ferdinand dans cet épisode n’est pas anodin. C’est le souverain lui-même qui ordonne au roi de Séville de lui remettre les restes de la martyre sainte Juste qui constituaient l’objectif initial de l’expédition, et s’il ne participe pas à celle-ci, c’est pour mieux mettre en relief sa proximité avec les prélats délégués dans cette tâche.

  • 115 Voir l’exposé de l’acte par lequel Ferdinand Ier et Sancha font une donation au monastère de Saint (...)

61La politique religieuse de Ferdinand Ier vise donc à réformer l’Église, mais également à fortifier la cohésion générale du royaume, que ce soit en pratique avec le rétablissement de la discipline et de la hiérarchie ecclésiastique, ou idéologiquement avec la mise en valeur des origines wisigothiques du royaume ou encore la célébration du culte de ses saints les plus précieux. Ainsi en va-t-il de saint Pélage, martyrisé à Cordoue au début du Xe siècle et très lié à la monarchie léonaise depuis que Sanche Ier († 966) avait fait rapatrier ses reliques à León — avant qu’elles ne soient mises en sécurité à Oviedo à l’époque des raids d’al-Mansur sur la capitale du royaume — et pour lequel Ferdinand déclare avoir été pris d’un grand amour grâce à l’intervention de Sancha115.

62Ce dernier exemple nous invite à constater que si le programme de gouvernement de Ferdinand Ier est le décalque de celui de son père navarrais, un souci constant du souverain est d’intégrer ces pratiques dans le royaume de León.

FERDINAND Ier, ÉPOUX DE SANCHA ET ROI DE LEÓN

  • 116 A. Isla frez, Realezas hispánicas, pp. 150-151.
  • 117 « Era Mª L XX VIª, Xº kalendas Iulii, consecratus est dominus Fernandus in ecclesia beate Marie Le (...)
  • 118 ordinatio domni Fredinandi regis in Leyone X kalendas ivlias era TLXXVIa, Libro de horas, éd. M. C. (...)
  • 119 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 150.
  • 120 « … Iussimus perquirere hereditates ecclesiae sicut ab antecessoribus nostris et prioribus regibus (...)

63Roi de León d’origine navarraise, Ferdinand Ier doit se forger une image qui rende possible son intégration au sein d’un royaume dont il assume inopinément le gouvernement. Il s’agit d’ailleurs là d’un des impératifs du programme de pacification du royaume, nécessaire à son expansion. Contrairement à ce qu’ont pensé certains auteurs — probablement influencés par la structure de l’Historia Silense — qui retardent cette entreprise à la seconde phase de son règne lorsque sont entamées l’expansion sur al-Andalus et la réforme religieuse, cet effort d’intégration se distingue dès 1037. Amancio Isla Frez relève ainsi la symbolique associée au jour choisi pour la consécration de Ferdinand Ier comme roi de León et son onction dans la cathédrale de ce lieu116. L’événement se déroule le 22 juin 1038, comme le précisent l’Historia Silense117 et la brève chronique insérée dans le Livre d’Heures que Sancha offre à son époux en 1055118. Ce jour précède ceux de la commémoration de la naissance de saint Jean-Baptiste (24 juin) et de la passion de saint Pélage (26 juin), particulièrement célébrés à León. « Cette accumulation de festivités léonaises ne pouvait que renforcer celle de l’onction et, en outre, rendre plus palpable quelque chose qui était du plus grand intérêt pour le nouveau roi : montrer son étroite liaison avec l'urbs regia »119. Les exposés de certains diplômes émis par Ferdinand Ier expriment également la continuité léonaise des actions du roi. Ainsi dans un diplôme de 1046 par lequel Ferdinand confirme à l’église d’Astorga certaines possessions, le roi commence par louer les actions de feu son beau-père Alphonse V, blâme la situation anarchique qui a suivi sa mort, et rappelle qu’« il a ordonné des enquêtes afin que les domaines des églises soient restaurés, tels que ses prédécesseurs et les précédents rois les avaient établis »120. De telles déclarations de l’attachement du souverain à son royaume d’adoption et à ses traditions ponctuent le règne, invitant à conclure à une véritable politique de léonicisation de la figure du monarque. Dans cet effort se détache le rôle de la reine Sancha, si présente en amont de certaines actions de son époux qu’on peut se demander si cette léonicisation n’a pas été entreprise de sa propre initiative. Quoi qu’il en soit, cette politique, qui vise à faire de Ferdinand Ier le digne successeur des ancêtres de son épouse, se réalise entre autres par l’adoption d’usages proprement léonais. En ce sens est associé au pouvoir de Ferdinand Ier le concept traditionnel du regnum-imperium.

a) Sancha, Ferdinand et la léonicisation de la figure du roi

  • 121 Sur ces portraits des protagonistes féminins du Moyen Âge hispanique, voir les actes du colloque « (...)
  • 122 Voir les images historiographiques liées à la figure de Sancha dans l’article d’E. Klinka, « Sanci (...)

64Sancha fait partie de ces femmes fortes de l’histoire médiévale hispanique, dont l’historiographie postérieure a propagé des portraits souvent tranchés121. Au contraire d’une Urraca ou d’une Bérengère, Sancha n’a pourtant été que rarement discréditée122. Tout au plus certaines chroniques postérieures l’ont-elles accusée d’avoir fait assassiner son beau-frère le roi navarrais García III Sánchez lors de la bataille d’Atapuerca. C’est que l’on reconnaissait l’importance de son rôle politique.

  • 123 Sil., 80.
  • 124 « … Cum uxore sua nomine Sancia, regis Adefonsi filia, ad quam regnum pertinebat », Chronicon Comp (...)
  • 125 Pour C. J. Bishko, « Fernando I (1968) », pp. 73-75, Sancha faisait partie des « Léonais européisa (...)

65La forte présence de Sancha s’explique d’abord par le fait qu’elle est l’héritière du royaume léonais, que Ferdinand Ier ne gouverne qu’en vertu des droits que son mariage lui accorde. Certains textes soulignent d’ailleurs cette distinction. L’Historia Silense précise que Ferdinand prit les rênes du pouvoir royal « cum coniuge Santia »123, et le Chronicon Compostellanum composé au même moment mentionne que Ferdinand décida la division de son royaume conjointement « avec son épouse Sancha, la fille du roi Alphonse [V], à qui le royaume appartenait »124. En conséquence de cette situation juridique Sancha est très souvent associée au souverain dans les actes qu’il émet : parmi les 76 diplômes édités par Pilar Blanco Lozano, 66 mentionnent en suscription Ferdinand Ier et Sancha. D’un point de vue personnel certains indices donnent à penser que Sancha était également proche des choix spirituels de son époux. Son nom apparaît dans plusieurs textes clunisiens, ce qui permet de supposer que la reine partageait l’attirance de son époux pour l’abbaye bourguignonne et qu’elle avait des contacts avec celle-ci125.

66On distingue aussi un rôle actif de la reine dans les chroniques aussi bien que dans les documents. Dans l’Historia Silense, Sancha seconde son époux à plusieurs reprises. Elle y est à l’origine de la vengeance de l’assassinat de son frère Bermude lors de la bataille d’Atapuerca durant laquelle le roi navarrais García est criblé des flèches léonaises :

  • 126 « Qui nimirum milites, ex cognatione Veremudi regis plerumque existentes, vbi voluntatem domini su (...)

Assurément les soldats [i. e. léonais], qui avaient pour la plupart connu le roi Bermude, quand bien même ils eurent appris que la volonté expresse de leur seigneur était de capturer son frère vif plutôt que mort, à ce que je crois, à la demande de la reine Sancha, ils n’attendaient que de venger d’eux-mêmes le sang commun126.

  • 127 Sil., 94.
  • 128 Voir S. H. Caldwell, Queen Sancha’s « persuasion ». Pour l’auteur la construction du panthéon roya (...)
  • 129 Voir plus haut le rôle attribué à Sancha dans la célébration de la translation des reliques de sai (...)
  • 130 La vendetta d’Atapuerca est en ce sens particulièrement bien présentée par le rédacteur de l’Histo (...)

67Elle persuade Ferdinand, qui avait exprimé le souhait de voir sa dépouille mortelle reposer dans le monastère de San Pedro d’Arlanza, d’être inhumé à León127 et contribue à perpétuer le rôle de panthéon royal de la basilique Saint-Isidore, où elle réside habituellement128. Elle participe aussi à la politique religieuse qui invite à revaloriser les saints léonais129, et souscrit avec Ferdinand Ier les canons du concile de Coyanza. Dans toutes ces initiatives, menées en accord avec le roi ou en marge de ses décisions, une constante apparaît : elles donnent l’impression que Ferdinand Ier est réellement léonais, puisque le point commun de ces épisodes est le rapprochement qu’ils opèrent entre le monarque et son royaume d’adoption130. Ainsi Sancha participe-t-elle à la léonicisation de son époux.

  • 131 Original conservé à la Biblioteca Universitaria de Santiago de Compostela, ms. 609 (Reserv. 1). En (...)

68Ce rôle ne semble toutefois pas se limiter à une conservation des usages traditionnels de son royaume. On a vu plus haut que la reine partageait l’attirance de son époux pour la spiritualité clunisienne. Elle semble avoir également souhaité conforter Ferdinand Ier dans sa dévotion en commanditant à son intention la réalisation d’un ouvrage connu sous le nom de Livre d’Heures de Ferdinand Ieret Sancha131. Ce livre, l’un des plus beaux manuscrits du XIe siècle hispanique, fut terminé en 1055, ce qu’atteste le texte du colophon qui l’achevait initialement au folio 208vº :

Sancia cev volvit
qvod svm regina peregit
era millena novies
dena qvoqve terna
Petrus erat scriptor
Frvctosvs deniqve pictor

69Le destinataire de ce précieux ouvrage est bien connu, puisqu’au folio 6 un ex-libris précise son appartenance à la reine mais surtout à son époux — Fredinandi regis sum liber necnon et Sancia regina — et qu’au verso du même folio a été peinte la scène de remise de l’ouvrage à Ferdinand Ier. Son contenu se répartit en trois groupes de textes : un calendrier suivi de prolégomènes (fos 1-6), un livre de psaumes et de cantiques (fos 7-208) et une dernière partie contenant l’office nocturne (fos 209-224). L’ensemble est accompagné d’enluminures à pleine page et d’initiales toutes peintes par la même main, celle de Fructueux. L’analyse codicologique révèle par ailleurs qu’originellement le manuscrit fut conçu pour être uniquement un liber psalmorum et canticorum, comme le prouve la présence des deux pages-tapis qui ouvrent et ferment cet ensemble aux fos 7 et 208. Les première et dernière parties, pour lesquelles on distingue deux autres écritures, furent ajoutées après coup, comme pour compléter l’arsenal liturgique dont le roi se voyait pourvu. Cette composition invite à penser qu’il s’agit d’un ouvrage à usage privé : la reine a offert à son pieux époux un moyen supplémentaire d’exercer sa dévotion.

70D’autres éléments toutefois permettent de voir dans ce Livre d’Heures un objectif supplémentaire. À l’issue de la série de psaumes et cantiques a été insérée une miniature présentant un court Chronicon. Ce texte établit la continuité de la dynastie léonaise de Bermude III à Ferdinand Ier dans les termes suivants (f° 207vº) :

Ovitvm domni Veremvndi regis Va feria mensis september era
TXXXVIIa
Uxor eius Gelbire era TLV
Adefonsus rex oviit IIII feria mensis ivlio era TLXVIa
Uxor eius Gelbire IIII nonas decembris era TLXa
Ovitvm Veremundi regis in bello pvgnator fortis die IIIIa feria
mensis september era TLXXV
Ordinatio domni Fredinandi regis in Leyone X kalendas ivlias
era TLXXVIa

  • 132 M. C. Díaz y Díaz, « El códice de Compostela », pp. 46 sqq.

71Manuel Díaz y Díaz132 souligne que ce texte propose habilement une solution de continuité dynastique. Aucune filiation n’est précisée, ce qui évite de rappeler que Ferdinand Ier n’est pas léonais. Quant à la mort de Bermude III, intervenue à Tamarón en 1037 alors que le souverain léonais était en lutte contre son rival castillan, elle est mentionnée comme héroïque, et la responsabilité de Ferdinand dans l’événement est tue. Aussi cette version de l’histoire résonne-t-elle comme une invitation à la réconciliation entre les partis pro-léonais et pro-castillan de la part de la reine Sancha dont le rôle dans l’élaboration de l’ouvrage est fort à propos rappelé dans le colophon du folio suivant. Le message transmis serait donc bien politique : à un moment où son époux a acquis une influence particulièrement étendue sur les territoires chrétiens du nord péninsulaire qui l’oblige à se poser en arbitre, Sancha insiste sur la nécessité d’assurer la paix au sein de ces espaces.

  • 133 Hypothèse avancée notamment par S. Moralejo Álvarez, « Notas » ; reprise par M. A. Castiñeiras Gon (...)

72Le Livre d’Heures, manuscrit privé contenant néanmoins un discours aux implications étendues, est un indice de la relation étroite que la reine Sancha entretenait avec son époux, et de son implication dans les affaires du moment. En ce sens si elle apparaît comme la garante des traditions de son royaume en léonicisant l’image de Ferdinand Ier, elle seconde aussi parfaitement la politique navarraise de celui-ci. Sans aller jusqu’à en faire avec Bishko une fervente actrice du « parti navarrais » à la cour léonaise, certains indices tendent en effet à prouver le pragmatisme de la reine au moment d’assurer le bon fonctionnement de son royaume par la recherche de la paix et de la conciliation. On a même parfois voulu faire de Sancha l’initiatrice d’un programme impérial pour Ferdinand Ier à travers le Livre d’Heures, arguant que cette miniature tire son modèle des images de souverains carolingiens et que les couleurs pourpre et or y sont prépondérantes133. Si parler d’un « programme impérial » est très certainement exagéré, demeure cependant la certitude que Sancha participa activement à la fusion des deux traditions dynastiques pour assurer la cohésion du royaume. Or, la léonicisation de l’image de Ferdinand Ier qu’elle contribua à promouvoir se lit également dans la récupération de la tradition du regnum-imperium.

b) Le regnum-imperium au temps de Ferdinand Ier

  • 134 E. de Garibay, Los Quarenta libros, t. I, Prologue.
  • 135 Garibay tient également compte de « quelques écritures de son temps selon lesquelles il semble qu’ (...)
  • 136 Id., Letreros e insignias.
  • 137 Id., Illustraciones genealogicas.
  • 138 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 90-92.
  • 139 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 433.
  • 140 C. J. Bishko, « Fernando I (1969) », pp. 81 sqq.

73Si l’idée de Sancha instigatrice d’un programme impérial pour Ferdinand Ier a été suggérée par quelques auteurs, c’est aussi parce qu’ils ont adhéré à l’hypothèse selon laquelle le souverain castellano-léonais aurait lui-même été empereur de l’Hispania. On se souviendra que cette affirmation est ancienne, puisque déjà Esteban de Garibay le rappelait à Philippe II dans le prologue de ses Quarenta Libros del Compendio historial : « il est chose certaine que […] le Roi don Ferdinand le Grand, que l’histoire Générale du Roi don Alonso le Sage, œuvre ancienne, et d’autres Chroniques appellent Pair d’Empereur, jouit du titre Impérial avec force Majesté et grandeur »134. À partir du témoignage postérieur de la General Estoria (milieu XIIIe s.)135 Garibay intègre donc Ferdinand Ier dans la liste de ses empereurs espagnols. On le retrouve encore avec ce titre dans le projet de décoration du Salon des Rois de l’alcazar de Ségovie que Philippe II lui confie en 1588136, et dans les généalogies qu’il compose en 1596 pour mettre en lumière l’ampleur de l’ascendance souveraine de son roi137. Sous la plume du chroniqueur, Ferdinand Ier n’est toutefois qu’« empereur », « empereur de Castille »ou « empereur de Castille, León et Galice ».or, à partir des mêmes sources augmentées de quelques occurrences supplémentaires, et en insistant sur le rôle de Sancha, Menéndez Pidal élargit les prétentions impériales de Ferdinand Ier. Il évoque ses actions aussi bien sur les royaumes musulmans que sur ses voisins chrétiens, et affirme de nouveau la reconnaissance par l’Aragon d’abord, puis après 1054 par la Navarre également, de la supériorité hiérarchique du León dans la Péninsule138. Antonio Maravall, pour qui le règne de Sanche III demeure le moment décisif de l’évolution du phénomène impérial, insiste pour sa part sur la signification institutionnelle qu’acquiert le concept d’empire sous le règne de Ferdinand139. Pour Charles Bishko enfin, Ferdinand Ier est considéré comme le premier « roi-empereur » de León : grâce à l’impulsion donnée par ses relations avec l’abbaye de Cluny au programme centralisateur, il est amené à transformer l’utopie léonaise en véritable politique impérialiste140. L’examen des sources à la lumière de ce que nous avons dégagé dans les chapitres précédents apporte cependant un éclairage bien différent sur le prétendu programme impérial de Ferdinand Ier.

  • 141 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. I, pp. 125-126 et t. II, pp. 670-671.
  • 142 « … E por esta honra que el rey hovo, fué llamado después don Fernando el Magno : el par de empera (...)
  • 143 Ce que Menéndez Pidal lui-même se garde bien de faire : ibid. et Id., El imperio hispánico, p. 89.

74Reprenons dans un premier temps la question de l’expression « par de emperador » que Garibay affirmait avoir lue dans la General Estoria d’Alphonse X, et que Menéndez Pidal identifie pour sa part avec un récit plus tardif, transmis par la Chronique de 1344, la Troisième Chronique générale et la Chronique particulière du Cid141. Dans ces textes évoquant la jeunesse du Cid et tirant leur propos de légendes épiques effectivement ébauchées dans la General Estoria mais aussi dans l’antérieur Chronicon Mundi de Lucas de Tuy (v. 1230), il est question d’un tribut que réclamaient le pape et l’empereur germanique Henri III au roi Ferdinand Ier. Le roi s’est résigné à s’exécuter, mais sur ces faits le Cid, qui s’était absenté de la cour après avoir épousé Chimène, se présente devant le roi et le convaint de résister en déclarant la guerre à l’empereur. Ragaillardi par la fougue de son vassal, Ferdinand Ier envahit la France et impose au pape et à ses autres ennemis la reconnaissance de l’indépendance du roi espagnol face à l’empire. Et de conclure qu’« en raison de cet honneur qu’eut le roi, don Ferdinand le Grand fut appelé par la suite pair d’empereur »142. Le titre impérial de Ferdinand Ier a pourtant dans ce contexte un tout autre sens que l'imperator des sources diplomatiques hispaniques, puisqu’il se calque sur la dignité de l’empereur germanique. Encore qu’ici Ferdinand n’est que « pair » et pas un empereur à proprement parler. Mais il serait de toute façon malvenu de prêter foi à ce récit bien postérieur et cousu d’anachronismes143.

  • 144 E. de Garibay, Los Quarenta libros, t. I, livre XI, chap. vii.

75Il fut cependant à l’origine d’un contresens persistant dont il est intéressant de retracer le cheminement. Dans le livre XI de son Compendio, Garibay formule le raisonnement suivant. Certaines chroniques mentionnent que l’empereur Henri III et le pape tentèrent d’imposer en Espagne la reconnaissance de l’empire germanique, avec les conséquences qu’on a relatées ci-dessus. Par ailleurs, d’autres textes racontent que lors du concile de Florence réuni en 1055 — dont les actes originaux sont depuis longtemps perdus — l’empereur s’est plaint auprès du pape Victor II de ce que les rois d’Espagne ne reconnaissaient pas son autorité impériale. Or, des documents contemporains témoignent du fait que Ferdinand Ier semble avoir été intitulé « empereur de toute la Castille, du León et de Galice ». Il est donc possible d’émettre quelques hypothèses quant aux événements qui durent avoir lieu lors de ce concile. Le chroniqueur suppose alors qu’« il est vraisemblable qu’entre les ambassadeurs du roi Ferdinand et ceux de l’empereur Henri ait surgi une querelle, étant évident pour ceux de l’empereur que le roi d’Espagne était désigné par un titre impérial dans le but de rabaisser et d’offenser l’empereur Henri, alors que selon eux dans l’Occident le nom d’empereur revenait à lui seul et à nul autre prince »144.

76Cette hypothèse énoncée par Garibay en 1571 devient fait avéré sous la plume de Juan de Mariana (1535-1624), qui mentionne ces événements au livre IX de ses Historiae de Rebus Hispaniae (1592/1601 pour la version castillane). Le pape Victor II réunit un concile à Florence en 1055 et

  • 145 J. de Mariana, Obras, t. I, p. 251.

nos histoires ajoutent qu’à ce concile se trouvèrent des ambassadeurs envoyés par l’Empereur susmentionné [i. e. Henri], et qu’en son nom ils présentèrent aux évêques certaines querelles et demandes. Notamment ils s’étonnèrent de ce que le roi don Ferdinand de Castille, au mépris de ce qu’établissaient les lois et que la coutume immémoriale conservait, se tenait pour exempt de l’empire d’Allemagne et que sa frivolité et son arrogance atteignaient de tels sommets qu’il se faisait appeler empereur. […] Le pape était de nation allemande, natif de Souabe, ce pour quoi il s’inclinait naturellement à favoriser davantage la cause de cet empire. Ils dépêchèrent des ambassadeurs au roi don Ferdinand afin qu’ils lui disent de la part du pape et du concile qu’à l’avenir il devrait se soumettre et reconnaître l’empire, et ne plus s’intituler empereur, car en aucune façon cela ne lui incombait145.

  • 146 Juste avant le passage cité, Juan de Mariana évoque la succession de Victor II sur le siège de sai (...)
  • 147 C. Baronius, Annales ecclesiastici, t. XVII, pp. 115-116.
  • 148 G.-D. Mansi et P. Labbe, Sacrorum conciliorum collectio, t. XIX, col. 839-840.
  • 149 E. Steindorff, « Angeblicher Conflict », pp. 484 sqq.
  • 150 C. J. Hefele, Histoire des conciles, t. IV (2), pp. 1117-1118.
  • 151 E. E. Stengel, « Kaisertitel und Suveränitätsidee », p. 32, n. 3.

77Presque immédiatement César Baronius (1538-1607) reprend le récit de Mariana pour compléter une des notices de ses Annales ecclésiastiques (publiées entre 1588 et 1607). Cependant, à partir d’une lecture confuse des mots de Mariana qui précèdent l’extrait cité146, Baronius identifie le concile lors duquel eut lieu la querelle non pas avec celui de Florence, mais avec un autre réuni à Tours, dont les actes originaux n’ont pas non plus été conservés147. L’épisode est de nouveau transmis par Mansi (1692-1769) dans sa collection d’histoire des conciles, avec pour référence les ouvrages de Mariana et Baronius148, et il est encore tenu pour véridique — avec pour toile de fond tantôt Florence, tantôt Tours — par Ernst Steindorff en 1881149, Carl J. Hefele en 1911150 et Edmund Stengel en 1939151.

  • 152 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 89.
  • 153 C. Erdmann, Forschungen, p. 37.

78Ce n’est qu’avec les remarques de Menéndez Pidal152 et après lui de Carl Erdmann153 que l’épisode est sérieusement remis en cause, même s’ils n’identifient pas la problématique hypothèse originelle de Garibay. Pour le premier c’est surtout l’aboutissement de l’affaire — la légende épique d’une expédition en France à l’initiative du Cid — qui invite à remettre en question sa véracité. Pour le second l’idée même d’une plainte de l’empereur Henri et du pape contre les prétentions impériales du roi castillan est une « fable », car ceux-ci « voyaient bien que l’empire extraordinaire et territorial [de Ferdinand Ier] ne supposait pas de rupture sérieuse avec le droit de l’empire romain central ». Dans les deux cas pourtant, on le constate, ce n’est pas l’attribution à Ferdinand Ier du titre impérial qui est mise en doute. Aucune preuve documentaire ne permet toutefois de confirmer son authenticité.

  • 154 Il en va par ailleurs de même des diplômes dans lesquels Ferdinand est rex Hispaniarum. C’est le c (...)
  • 155 Le titre est en réalité récurrent : « Nunc dicendum est extrenuissimo et nobilissimo imperatori Fr (...)
  • 156 « Facta carta donationis uel confirmationis sub era M. LXXX. Fredinando, precelentissimo rege et i (...)
  • 157 Ibid., p. 88, pour le premier acte, et pp. 70-71 pour le second. Voir également M. Lucas Álvarez, (...)

79Comme dans le cas de son père Sanche III le Grand, les occurrences diplomatiques d’une titulature impériale de Ferdinand Ier appartiennent à des faux patents154. Elles sont d’ailleurs peu nombreuses. Le titre apparaît dans la confirmation qu’aurait faite le roi du diplôme de son père, « roi des rois de l’Hispania », restaurant le diocèse de Palencia en 1045, où il est question de l'imperator Ferdinand et de son épouse imperatrix, régnant « in imperio Gallicie atque in regno Hiberia »155. Il existe également un autre diplôme de donation émis par la reine Sancha au profit du monastère de San Isidro de Dueñas en 1042, dans lequel la reine se présente comme l’épouse du « rex et imperator » Ferdinand156. Les diplomatistes s’accordent pour affirmer le caractère falsifié de ces deux chartes157.

  • 158 « Et perrexerunt ad ipsum imperatoren jam dictum Fredinandum et recitaverunt ei omnia in conspectu (...)
  • 159 Les trois documents proviennent des archives de la cathédrale de León et concernent le monastère d (...)
  • 160 « Sub imperio imperatoris Fredinandi regis et Sancie regine imperatrice, regnum regentes in Legion (...)
  • 161 En 1073 dans une agnitio confirmée par Urraca, sœur d’Alphonse VI : « prolis Fredenandi imperatori (...)
  • 162 Donation en faveur de San Juan de la Peña datée de 1039 : « Regnante me rege Ranimiro gratia Dei i (...)
  • 163 « Regnante Ramiro rege in Aragonie et in Suprarbi. Garsias episcopus in Aragonie et in Suprarbi. G (...)

80Le titre d’imperator appliqué à Ferdinand Ier n’est toutefois pas toujours le fait d’actes falsifiés dès lors qu’on observe autre chose que les formules de suscription des diplômes. Il apparaît ainsi dans l’exposé d’un acte judiciaire confirmé par Ferdinand Ier le 26 novembre 1058. L’évêque Diego s’étant plaint auprès du monarque des usurpations réalisées contre l’église Santa María d’Astorga par Flaino Ectaz, une enquête est menée et les témoins « se présentèrent devant l'imperator lui-même, ledit Ferdinand, et ils lui racontèrent tout ce qui s’était passé et ce qu’ils avaient vu »158. Dans la datation de trois actes privés Ferdinand Ier porte le titre de princeps-imperator159, et deux autres chartes d’échange de biens entre les monastères d’Oña et d’Arlanza en septembre 1056 l’évoquent en rex-imperator, mais aussi Sancha en regina-imperatrix160. Il s’agit là des seules occurrences apparemment authentiques du titre impérial dans sa version féminisée, preuve supplémentaire de l’importance du rôle reconnu à la reine. De même, on retrouve le roi imperator après sa mort dans le texte de quelques actes161. Enfin le même titre est encore utilisé dans la datation de quelques diplômes et chartes en dehors du royaume léonais. Certains actes en faveur de San Juan de la Peña émis par Ramire Ier, roi d’Aragon (1035-1063) et frère de Ferdinand Ier, contiennent en effet, à côté des évêques et magnats locaux, la liste des frères du souverain et des territoires qu’ils gouvernent. Parmi ceux-ci, Ferdinand est désigné à deux reprises comme imperator162. Dans un autre acte en faveur du même établissement monastique émis en 1051 à l’initiative de Bernard, frère de lait de la reine aragonaise Ermesinda, on retrouve presque la même formule de datation163.

  • 164 Hypothèse soutenue par ibid., pp. 86-87 et A. Sánchez Candeira, Castilla y León, p. 121.
  • 165 On notera en outre que ce même vocabulaire de l'imperium continue à être utilisé pour désigner le (...)
  • 166 Ibid., nos 455, 461, 473 (formule dans le dispositif), 510, 619 ; J. M. Ruiz Asencio, Colección de (...)
  • 167 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 680.
  • 168 M. Lucas Álvarez, La documentación real, régeste R5-1093 à 1418.

81Ces occurrences ne permettent de conclure ni à l’adoption par Ferdinand Ier du titre d’imperator à la première personne, ni à la reconnaissance par Ramire Ier d’Aragon d’une supériorité hiérarchique du roi castellano-léonais164. Il s’agit en réalité ici ni plus ni moins que des pratiques commentées dans le chapitre précédent, concernant l’expression de l’autorité souveraine des rois léonais, pratiques que les scribes appliquent à Ferdinand Ier dès le moment où il devient roi de León165. Ainsi n’est-il pas étonnant de retrouver aussi dans la datation des documents privés la formule en regnum-imperium usitée pour désigner les règnes de Bermude II, Alphonse V et Bermude III. Cette formulation, avec diverses variantes, a été repérée dans dix-sept actes privés provenant des collections de León et Sahagún, et en une occasion d’Astorga, émis entre 1039 et 1063, c’est-à-dire dès après que Ferdinand s’est rendu maître de la capitale léonaise et jusqu’à la fin de son règne166. Cette transposition des pratiques léonaises à la qualification du pouvoir de Ferdinand Ier fait parfaitement sens. Dans la documentation privée aux usages particulièrement conservateurs, on a simplement introduit le nom du nouveau roi de León, son origine navarraise important peu. Et en supposant un rôle plus grand des conseillers du roi dans la pérennisation des usages léonais, l’objectif en est clair si on veut bien y voir un pan de la politique de léonicisation de l’image du roi. En suivant les remarques d’Andrés Gambra167, on nuancera tout de même l’importance du phénomène qui ne concerne qu’un nombre réduit de documents. Des 326 actes privés dont la datation mentionne Ferdinand Ier, seul 19 en font un imperator ou qualifient son règne de regnum-imperium, ce qui représente à peine 6 % du total168.

  • 169 Sil., 95.
  • 170 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 89.
  • 171 L’Historia Silense est en effet la chronique où nous avons rencontré le plus souvent le vocabulair (...)
  • 172 Chronicon Complutense, éd. E. Flórez, p. 317.

82Quoi qu’il en soit, cet aspect de la léonicisation de l’image de Ferdinand Ier permet d’éclairer d’un jour nouveau d’autres occurrences — cette fois narratives et légèrement postérieures au règne du souverain — du vocabulaire de l'imperium associé à la figure du souverain castellano-léonais, parfois invoquées pour preuve de sa dignité impériale. Ainsi, dans l’Historia Silense il est question des inperialibus iussis par lesquels Ferdinand ordonne au roi de Séville de lui remettre les reliques de sainte Juste169. Menéndez Pidal a voulu voir dans cet «ordre impérial » un effet de l’hégémonie péninsulaire exercée par le roi castellano-léonais170. Pourtant la chronique en question utilise à de très nombreuses reprises le vocabulaire de l'imperium sous des formes différentes, avec toujours pour dénominateur commun l’idée d’autorité171. Il serait donc plus juste de parler d’un ordre impérieux qu’impérial. De la même façon dans le Chronicon Complutense, rédigé entre la mort de Ferdinand Ier et la fin du XIe siècle, la prise de Coimbra est présentée comme le résultat d’un siège mis en œuvre par le roi Ferdinand, « imperator fortissimus »172. C’est le sens militaire du terme que l’on doit comprendre ici tout au plus, mais pas une quelconque dignité impériale.

  • 173 « … Domni Fredinandi regis imperio et auctoritate, cuius nostra kartula firmissimam habebit stabil (...)
  • 174 « In temporibus Fredenandus rex et Sancia regina. […] Gomice Eitaz que illa terra imperabat sub im (...)
  • 175 « In era Mª LXXXXª VIIª regnante principe Fredenandus rex et eius coniuge Sancia regina et sub eiu (...)
  • 176 J. L. Martín, « La monarquía leonesa », pp. 432-433.

83En dehors du titre d’imperator et de la formule en regnum-imperium, quelques documents qualifient également le pouvoir de Ferdinand Ier d’imperium. Ainsi Vellite Citibóniz réalise le 9 mai 1046 une donation « sous la domination et l’autorité du roi Ferdinand, par qui [sa] charte acquiert sa très ferme stabilité »173. De même, dans la collection du monastère de Guimarães deux actes évoquent l'imperium du roi ainsi que celui de son épouse. Dans le premier, une agnitio datée de 1050, il est question d’un certain Gómez Eitaz « qui gouvernait ce territoire sous l’autorité de ces roi et reine »174. Le second document consiste en un inventaire des biens du monastère réalisé « en l’ère 1097 sous le règne du prince et roi Ferdinand et de son épouse la reine Sancha et sous son autorité »175. Dans les deux cas c’est bien l’autorité souveraine du couple princier qui est désignée par ce terme. Aussi, rien ne permet de voir dans les termes employés dans les sources narratives précédemment citées quelque chose de différent de ce qu’on lit dans « les formules [des chartes] qui mentionnent l'imperium [et qui] n’ont pas un sens politique concret mais celui de commandement, de royaume, d’autorité »176.

84En conclusion, Ferdinand Ier n’a pas été « empereur », et n’a pas non plus institutionnalisé le phénomène impérial. Il a par contre associé —ou laissé associer — à son nom les usages diplomatiques léonais, et de ce fait la tradition du regnum-imperium, ce qui permettait de compléter la politique de léonicisation de son image. Cette tactique fut d’ailleurs couronnée de succès, puisqu’on le retrouve désigné par le terme d’imperator dans quelques documents à l’intérieur et à l’extérieur du territoire léonais, comme cela s’était produit pour ses prédécesseurs.

  • 177 Dans un des premiers chapitres de l’œuvre, l’hagiographe situe les débuts de la vie de saint Domin (...)
  • 178 Ibid., I, viii.
  • 179 Sil., 92.
  • 180 « Hic Christi hostes exerto mucrone nescius uinci set uincere imperii dilatauit fines, sortitus tr (...)
  • 181 Le nécrologe de Saint-Martin-des-Champs est édité dans A. Molinier, Obituaires, pp. 421-486, ici p (...)
  • 182 Et rappelons que les Consuetudines clunisiennes d’Ulrich (fin XIe s.) faisaient déjà de Ferdinand (...)
  • 183 Un dernier texte enfin fait apparemment de Ferdinand Ier un imperator. Il s’agit de la Chronique d (...)

85Il est vrai cependant que le phénomène impérial sous Ferdinand Ier demeure marginal. Dans les sources postérieures où il est question de son règne, c’est surtout une autre dimension de sa politique qui est soulignée, celle qui correspond à son programme pan-hispanique. La Vita Dominici, écrite à Silos entre 1088 et 1109 par le moine Grimaldus, relate dans quelles circonstances Dominique († 1073) fut amené à quitter le monastère de San Millán de la Cogolla pour les terres castillanes. Persécuté par le roi de Pampelune García III Sánchez (1035-1054) à qui il refuse de céder des biens du monastère, Dominique se réfugie auprès du frère de celui-ci, le « glorieux roi Ferdinand » auquel était échue « la domination de la province des Léonais »177. Le portrait qui est alors fait de Ferdinand Ier est des plus louangeurs. Or, son itinéraire politique est implicitement évoqué, puisque plus loin Ferdinand Ier cesse d’être un roi léonais pour devenir le « glorieux et très brave roi des Hispaniae »178. De même, dans l’Historia Silense, si Ferdinand Ier n’est pas imperator, il apparaît par contre sous les traits d’un Yspanus rex179. Il est vrai en outre que l’Historia Translationis Sancti Isidori, dans une optique toute néogothique reprise de l’Historia Silense — une des sources principales de l’hagiographe —, fait de Ferdinand Ier, à la fin du XIIe s., le defensor fidei par excellence qui met au service de la libération des chrétiens la politique d’expansion territoriale qui le conduit à « étendre les frontières de son empire »180 comme jamais auparavant. Encore une foison ne doit pas conclure de cette mention de l'imperium dans un sens territorial à une institution impériale mise en place par Ferdinand Ier, d’autant que cette source est bien postérieure aux événements qu’elle relate. Il est cependant remarquable que ce passage de la Translation résume de manière séduisante l’intérêt que présente le règne de Ferdinand Ier dans l’évolution du phénomène impérial hispanique. En mettant en œuvre concurremment le concept traditionnel léonais du regnum-imperium et le programme pan-hispanique propre à la dynastie navarraise, Ferdinand Ier a pu ouvrir la voie aux expériences impériales futures. C’est peut-être la raison pour laquelle le nécrologe du prieuré clunisien de Saint-Martin-des-Champs commémore son décès à la date du 27 décembre en se référant à la « deposicio domni Fredelanni imperatoris Hispaniarum »181. Rédigé à la fin du XIIe siècle, reproduisant peut-être un obituaire déjà en vigueur vers 1100182, ce nécrologe attribue de manière rétroactive à Ferdinand Ier un titre qui n’acquit sa substance que sous le règne de ses successeurs183.

86Le néoasturianisme navarrais du Xe siècle débouche dès les premières décennies du XIe siècle sur la mise en œuvre par Sanche III le Grand d’un programme à vocation pan-hispanique original et pragmatique. Celui-ci aboutit à son tour à l’ébauche d’une structure politique qui suppose l’ingérence du souverain de Pampelune dans les territoires qui l’entourent, et en ce sens il mérite d’être considéré, selon les termes d’Ángel Martín Duque, comme l’« archétype idéal des rois et empereurs hispaniques ». Entre le phénomène impérial asturo-léonais et l’empire hispanique de la fin du XIe siècle et de la première moitié du XIIe siècle, on distingue toutefois une seconde étape décisive.

87En conséquence d’une situation que Sanche le Grand n’avait pas prévue dans son héritage, son fils Ferdinand se retrouve propulsé du rang de comte à celui de souverain d’un territoire que ses aïeux avaient considéré comme inférieur à la Navarre. Trois décennies lui suffisent pour en faire le royaume péninsulaire le plus puissant du moment, grâce à la mise en œuvre d’une stratégie dans laquelle le génie politique de son épouse Sancha prend une grande part. Mettant conjointement en pratique le programme autrefois décrit par Sanche III à l’abbé Oliba, ils en conservent les fondements pragmatiques. Cela amène le roi non seulement à sortir vainqueur des guerres fratricides que les alliances matrimoniales et rancunes du pouvoir avaient fait naître et à pacifier les territoires chrétiens du nord de la Péninsule, mais aussi à inaugurer un modèle innovant d’expansion sur al-Andalus que ses successeurs allaient conserver. Dans le même état d’esprit, il applique les conseils que lui suggère Sancha et entreprend de léoniciser son image afin de n’être plus seulement un navarrais sur le trône de León, mais bien le détenteur légitime du pouvoir transmis par son épouse. C’est dans cette optique que Ferdinand Ier en vient à adopter les usages de ses prédécesseurs et à faire qualifier son autorité royale en recourant au concept d’imperium.

88Ce faisant, Ferdinand Ier et Sancha ont peut-être permis que perdurent ces pratiques de chancellerie et qu’elles tombent entre les mains des clercs qui proposèrent par la suite à Alphonse VI d’adopter ce même titre pour devenir le premier « empereur de toute l’Hispania ».

Notes

1 « … Surrexit in Panpilona rex nomine Sancio Garseanis ». L’expression provient d’un ajout à la Chronique d’Albelda intitulé Additio de regibus Pampilonensibus, destiné à introduire les origines de la monarchie navarraise dans la version de la chronique asturienne compilée par le moine Vigila au sein des pièces du Codex albeldensis. Édition du texte par J. Gil et alii, Crónicas asturianas, p. 188.on retrouve également cette notice dans le codex de Roda, avec cette fois pour titre Initium regnum Pampilonam (J. M. Lacarra, « Textos navarros del códice de Roda », pp. 257-261).

2 Voir le tome VII (2) de la Historia de España Menéndez Pidal consacré aux « núcleos pirenaicos (718-1035) » et en particulier le chapitre ii de la première partie, rédigé par Ángel Martín Duque : « Trayecto histórico-político y dinástico », pp. 87 sqq.

3 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 100-101. Le développement qui suit est emprunté à ce même ouvrage, pp. 94-135.

4 L’expression provient d’Á. Martín Duque, ibid., p. 131.

5 Voir ibid., p. 137où l’auteur parle de « rearme ideológico » et Id., « Singularidades », pp. 301-302. Voir aussi L. A. García Moreno, « Estirpe goda », pp. 292-293, qui considère pour sa part que cette offensive idéologique est une réponse à celle que mène au même moment dans le León Bermude II (982-999).

6 Manuscrit original conservé à la Real Biblioteca de El Escorial, d. I. 2.

7 À l’occasion de la réalisation d’un fac-similé du manuscrit en 2000 aux éditions Testimonio, un ouvrage d’étude a été publié : J. García Turza (dir.), Códice Albeldense. Voir aussi la présentation du manuscrit que font M. S. de Silva y Verástegui, Iconografía del siglo X, pp. 46-51 et M. C. Díaz y Díaz, Libros y librerías, pp. 63-70.

8 Description du contenu dans J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, « El Albeldense : contenidos », pp. 36-43. Textes navarrais complétant la Chronique d’Albelda dans J. Gil (éd.) et alii, Crónicas asturianas, pp. 173 et 188.

9 Voir l’introduction d’« Une notion classique pour les clercs asturiens », pp. 73-74.

10 Le second étant le Codex Aemilianensis, « copie » du manuscrit d’Albelda achevée en 992 au sein du monastère de San Millán de la Cogolla. En dépit du fait que cet établissement est un autre de ces relais du pouvoir royal navarrais, certains indices donnent à penser qu’il s’agit cette fois d’un manuscrit moins destiné à la légitimation monarchique qu’à la formation doctrinale et disciplinaire des moines. On ne le considère donc pas ici. Voir M. C. Díaz y Díaz, Libros y librerías, pp. 155-162.

11 Á. Martín Duque, Sancho III, p. 137.

12 Citation de M. Díaz y Díaz dans J. García Turza (dir.), Códice Albeldense, p. 45.

13 Étudié par E. Fernández González et F. Galván Freile, « Iconografía, ornamentación ».

14 Ibid., p. 258.

15 « Hii sunt reges qui abtauerunt Librum Iudicum ».

16 L’expression est d’Ángel Martín Duque. Voir par exemple son article « La realeza navarra », p. 230.

17 Manuscrit original conservé à la Real Academia de la Historia (Madrid), cod. 78.

18 Voir les travaux de Z. García Villada, « El códice de Roda » et J. M. Lacarra, « Textos navarros del códice de Roda » ; plus récemment ceux de M. C. Díaz y Díaz, « Tradiciones culturales librarias » et d’Á. Martin Duque, « Singularidades », pour lequel le commanditaire du manuscrit fut l’évêque de Pampelune Sisebut (988-997/1005), celui-là même qui dirigea la confection du Codex Aemilianensis achevé en 992 (p. 307). Pour une présentation du manuscrit, voir également M. S. de Silva y Verástegui, Iconografía del siglo X, pp. 83-84 et 146-147 et M. C. Díaz y Díaz, Libros y librerías, pp. 32-42.

19 L. A. García Moreno, « Estirpe goda », p. 280.

20 Ibid.

21 Voir M. C. Díaz y Díaz, Libros y librerías, pp. 315-318 pour une édition de ce poème, ainsi que les pp. 38-42 pour les tentatives d’identification de Leodegundia etordoño.

22 « La force que l’opulente Rome communiquait aux Romains, Pampelune l’insuffle aux siens » (« Quamuis oppulenta Roma prestita sit Romanis, Pampilona non destitit prestare suis », De laude Pampilone epistola, f° 190vº, J. M. Lacarra, « Textos navarros del códice de Roda », p. 270). Voir Á. Martín Duque, Sancho III, p. 144, et surtout H. de Carlos Villamarín, « À l’ombre de Rome ».

23 Sur les « erreurs » d’interprétation relatives au règne de Sanche III et le problème des sources documentant cette période, voir Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 21-58.

24 Ibid., p. 34. Voir le détail de ces « contaminations » aux pp. 34-40.

25 Á. Martín Duque note que sur les 58 diplômes qu’il considère émis par Sanche III, seuls 19 sont fiables, 27 étant de toute évidence faux. Le reste est constitué de documents interpolés ou manipulés dont la moitié tout au plus mérite d’être regardée comme crédible (ibid., pp. 54-55).

26 Voir « Le “lieu d’écriture” pidalien », pp. 33-39.

27 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 119.

28 Voir par exemple : « Se le puede echar en cara su desinterés con respecto a la España musulmana, que era el sueño de los espíritus empujados por la idea de la reconquista », J. Pérez de Urbel, Sancho el Mayor, p. 326.

29 Dans la conclusion de J. Pérez de Urbel, ibid., p. 328.

30 À partir des travaux de J. M. Ramos Loscertales, El reino de Aragón, les révisions se sont centrées essentiellement sur les questions de la division du royaume entre les fils de Sanche III et de ses interventions en Castille et dans le León : voir A. Ubieto Arteta, « Estudios en torno a la división del reino » et J. M. Lacarra, « La intervención ». Ángel Martín Duque a également traité de la figure du Navarrais dans de nombreux travaux, synthétisés dans son Sancho III el Mayor de Pamplona paru en 2007.

31 Voir la citation qui introduit le chap. « L’empire hispanique médiéval, un mythe historiographique à revisiter », pp. 11-12.

32 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 429-434. C’est aussi l’opinion de M. Cullinan, Imperator Hispaniae, chap. iii.

33 Sur les trois versions de la Chronique de San Juan de la Peña et leur chronologie, voir la mise au point de D. Catalán et E. Jerez, « Rodericus » romanzado, chap. iv, pp. 151-277. On utilisera ici par commodité la version latine.

34 « Et propter latitudinem quas possidebat et quibus dominabatur, fecit se nominari Imperatorem », Crónica de San Juan de la Peña, éd. A. Ubieto arteta, p. 44.

35 « Mortuo rege Petro sine liberis, sucessit ei Alfonsus frater suus in regnis Aragonum et Nauarre. Et fuit cognominatus preliator, eo quod in Spania non erat ita strenuus miles, quum in XX nouem bellis extitit triumphator. Et contraxit cum Urraca, filia Alfonsi Castelle regis qui cepit Toletum. Hic fuit dominus Aragonum et Nauarre iure successionis, et Castelle iure uxoris sue. Hic populauit burgum Pampilonie in campo suo deorunya, et concessit multa priuilegia populatis. Populauit etiam Soria, Almazam, Barlanga et Bilforado. Et fuit uocatus imperator Ispanie anno Domini M°. C°. X°. », ibid., p. 69.

36 « Eripuit paganis Exeam, et concessit multa priuilegia populatoribus eiusdem loci, et in eo sumpsit titulum imperatoris », ibid., p. 69.

37 « Et Alfonsus de Aragonia tradidit absolute totam illam terram Castelle, que pro ipso tenebatur, Alfonso de Castella, et deinde noluit quod uocaretur Imperator, nisi rex Aragonum, Pampilone et Nauarre », ibid., p. 79.

38 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 68.

39 « … El qual rey D. Sancho el Mayor, emperador de España, en su elevación, juró los fueros, e amejoró eordenó », Carlos, prince de Viana, Crónica de los reyes de Navarra, I. xii, p. 55.

40 R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 79.

41 Pour Pérez de Urbel le titre impérial permettait d’ailleurs de dater l’acte de 1034, époque à laquelle l’auteur supposait que Sanche III avait usurpé la dignité impériale des monarques léonais (J. Pérez de Urbel, Sancho el Mayor, p. 396, n° LXXVIII de l’appendice II). Quant à Menéndez Pidal, cet acte était selon lui « très respectable », quoique falsifié, et ne devait être qu’un seul des nombreux actes de Sanche III présentant une titulature impériale (R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 67-68).

42 Ibid., pp. 66-67 et J. Pérez de Urbel, Sancho el Mayor, pp. 178 et 187. L’acte évoqué est édité sous le n° 64 par R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III.

43 Ibid., n° 4, avec datation corrigée.

44 Ibid., n° 32 (acte dans lequel manque le mot sub), 50 et 59.

45 Ibid., n° 6.

46 « Inperante Sancio rex Pampilona et Naiera, comite Sancio in Castella », ibid., n° 28 (13 novembre 1028).

47 « Regnans serenissimus supradictus rex Sancius in Pampilona et in Aragone, in Superarbi et in Ripacorza uel in omne Guasconiam atque in cunctam Castellam, et de super dicam amplius in Legione siue in Astorica inperante Dei gratia », ibid., n° 63 (26 décembre 1032).

48 « … Regnante serenissimus rex gratia Dei in Pampilonam, in Aragone, in Suprarbi, in Ripacorza, in Gasconia, et in cuncta Castella imperante Dei gratia », ibid., n° 65 (1032).

49 « Regnante rex Sancio Gartianis in Aragone et in Castella et in Legione, de Zamora usque in Barcinona, et cuncta Guasconia imperante », ibid., n° 69 (19 mars 1033).

50 Au sein de la documentation de Sanche III, le champ lexical de l'imperium est présent aussi dans d’autres types de formules : référence à la législation wisigothique (« imperiali usu », ibid., n° 10), ou encore formule exprimant l’absence de coercition (« nullius cogentis imperio neque suadentis articulo », « absque ullum regale imperium ac dominatio secularium », ibid., nos 59 et 41).

51 A. Ubieto Arteta, Documentos reales, n° 22. Formulations similaires aux nos 37 et 43 expédiés par le même souverain. De même pour Sanche II Garcés (n° 53), cette fois présenté comme supérieur de son frère Ramire, roi de Viguera : « Facta scripture testamenti sub die quod est idus nouembris, era Ta. Xa., anno regni nostri tertio, regnante Domino nostro Ihesu Christo in celo et principe puerulo Ranemiro in Legione, et Sanctione rex in Nagela et in Pampilona, et sub eius imperio parendo rex Ranemirus in Vekaria, seu comite Garsea Fredenanduç in Castella ».

52 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 67 ; édition du diplôme dans A. Ubieto Arteta, Cartulario de San Juan, n° 62.

53 Voir notamment, en référence au règne de García Ier Sánchez : « regnante domino nostro Ihesu Christo, et sub eius imperio ego predictus Garsea rex, una cum coniuge mea Tarasia regina, Pampilonense imperante regnum, amen » (A. Ubieto Arteta, Cartulario de San Millán, n° 69, daté de 956) ; « sub imperio Domini nostri Ihesu Christi ego Garsea Pampilonense imperante regnum, una cum genitrice mea Tota regina » (ibid., n° 77, daté de 959). L’usage perdure pour les successeurs de Sanche III : voir, sous le règne de García « el de Nájera » : « regnante Garsea rex in Pampilone et in Castella usque ad Zamora, sub eius imperio Fortun Sanchiz in Naiera et Fortuni Zitiz iudice » (ibid., nos 62, 205, en 1035). En 1036 : « regnante rex Garsea in Pampilona et in Naiera, sub eius imperio senior Fortun Sanchiz in Naiera » (ibid., n° 208, en 1036). En 1038 : « imperante Garsea rex et abbate domno Garsea episcopo in Sancti Emiliani » (ibid., n° 214, en 1038).

54 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 67 ; édition de l’acte dans J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), n° 935.

55 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 69.

56 Sur les premières monnaies navarraises, et l’importance du message idéologique qu’elles véhiculent, voir E. Ramírez Vaquero, « Bases de la simbología ».

57 C’est l’opinion d’E. Ramírez Vaquero, ibid., pp. 163-166 et de M. Ibáñez Artica,« Sustitución ».

58 Reconnaissance qu’on a parfois voulu lire dans les deux diplômes de Sanche III dans la datation desquels Bermude III est imperator. Voir « Les limites de la thèse pidalienne », p. 29 et les actes en question dans « Le titre d’imperator », pp. 101-102.

59 G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 84-89.

60 J. Pérez de Urbel, Sancho el Mayor, chap. viii à xi.

61 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 56-58.

62 Ibid., pp. 283-285.

63 C’est l’hypothèse avancée par A. Ubieto Arteta, Orígenes, p. 65.

64 Voir G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 155 sqq.

65 Voir les chiffres rapportés par Á. Martín Duque, Sancho III, p. 95, qui établit l’importance des familles comtales de Cea et Saldaña parmi les ancêtres de Sanche III de Navarre.

66 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 134.

67 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 295-297, considère pour sa part que l’intervention de Sanche dans le León relève d’un dessein pacifiste d’assistance au jeune souverain léonais auquel il était attaché par ces liens familiaux.

68 Voir les accusations portées à l’encontre de Sanche III dans la section « Europa y no el Andalus » de R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 76-79.

69 G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 91-94.

70 Á. Martín Duque, « Sancho III el Mayor », p. 33.

71 Voir la synthèse proposée dans ibid., pp. 342-350.

72 Voir l’article de E. Ramírez Vaquero, « El rey García ».

73 L’évêque de Pampelune Sisebut, responsable selon Ángel Martín Duque de la réalisation du Codex Rotensis, semble avoir été d’ailleurs chargé de l’éducation du futur souverain (Á. Martín Duque, Sancho III, p. 90).

74 Urraca et Alphonse V avaient tous deux pour grand-mère paternelle Urraca Fernández († 1007), fille du comte castillan Fernán González, laquelle avait épousé en premières noces le roi léonais Ordoño III et en troisièmes noces le roi de Pampelune Sanche II Garcés. En outre, la mère d’Alphonse V, Elvire, était elle-même petite fille de Fernán González, et nièce d’Urraca Fernández. Voir les précisions données par G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 121-125.

75 « Hec itaque sunt, o bone rex et clarissime princeps, incesti conubii dampna. […] Sed fortasse dicet aliquis : si rex imperatori sororis coniugium non negaverit, tunc perseverentia pacis, et paganorum deletio, et ecclesiarum ad legem Dei peromnes illorum terras restituetur correctio. Quod si non fecerit, pacis discidium, et elevatio paganorum, et detrimentum in Dei legibus perseverabit ecclesiarum. Vana prorsus est ista cogitatio et, ut verius fatear, diaboli in cordibus humanis immissio, et abomni funditus ratione veritatis absistens », R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 29.

76 Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 168 sqq.

77 Notons que la réforme religieuse est également en cours, donnant lieu à une certaine ouverture européenne. C’est le moment des premiers contacts avec Cluny (voir P. Segl, Königtum und Klosterreform, chap. ii ; C. Reglero de la Fuente, Cluny en España, pp. 14-47 ; Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 265-269 ; P. Henriet, Hispania Sacra, pp. 129-132), et Sanche III fut aussi le premier souverain hispanique à voyager au-delà des Pyrénées lorsqu’il se rendit en Saintonge en 1010 à l’occasion des célébrations à Saint-Jean-d’Angély de l’invention du chef de saint Jean-Baptiste, qui aboutissent à la fondation d’une abbaye amenée à être une étape majeure du chemin français de Saint-Jacques-de-Compostelle (voir G. Martínez Díez, Sancho III, pp. 110-111 et Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 260-265).

78 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 430 et n. 76.

79 D’abord une donation de Sanche III en faveur de Tigridia, abbesse d’Oña, datée du 27 juin 1017 selon Jimeno Aranguren, que le souverain valide comme « Sancius rex Dei gratia Hyspaniarum » (R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 19). Dans un autre acte du 27 juin 1033 qui introduit l’observance clunisienne dans le monastère, Sanche III suscrit et valide l’acte avec la même titulature (ibid., n° 71).

80 Sanche III, après avoir opéré la translation des reliques de saint Émilien au monastère de Yuso, y réforme la vie monastique. Il suscrit pour l’occasion comme suit : « Ego Sancius, gratia Dei Yspaniarum rex » (ibid., n° 53). Ce document n’est pas invoqué par Maravall.

81 Voir la critique de R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, ibid., pp. 109, 212-213 et 253.

82 G. Martínez Díez, Sancho III, p. 234.

83 Acte qui nous intéresse également dans la mesure où il s’agit du seul document dans lequel Ferdinand Ier et Sancha sont intitulés en suscription imperator et imperatrix. Nous y revenons plus loin.

84 « Quare eligit omnipotens Deus regem Sancium ab eois partibus, qui rex magnanissimus et in omnibus sagacissimus hortus ex regalibus prosapiis, nutritus in Pampilonensis partibus, quin alter nec fuit melior bello aut clementior illo. Et constans erat et lenis et timoratus in diuinis rebus, ideo, iuste uocari potuit rex hyspanorum regum », P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, n° 25.

85 « Domino et uenerabili Santio regi iberico », R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 67.

86 Pour Á. Martín Duque, Sancho III, pp. 266-267, le choix du qualificatif ibericus plutôt qu’ hispanus ou hispanicus est une manière de souligner l’ampleur du pouvoir de Sanche III sur la Péninsule sans signifier pour autant un rejet de l’autorité que les rois capétiens sont alors toujours sensés exercer sur la Marca hispanica.

87 Jotsald, Vita Sancti Odilonis, I, 7. Relevé par A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 136.

88 Á. Martín Duque, « Sancho III el Mayor », pp. 39-40.

89 Ibid., p. 40.

90 « Fernandus itaque rex, talibus inpeditus, spatio sexdecim annorum cum exteris gentibus vltra suos limites nichil confligendo peregit », Sil., 80.

91 Voir A. Sánchez Candeira, Castilla y León, pp. 123-125.

92 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 55-58.

93 Pilar Blanco Lozano relève en effet l’abondance des documents judiciaires dans la documentation de Ferdinand Ier (P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, p. 17).

94 E. Ramírez Vaquero, « El rey García », pp. 139-140.

95 Et non pas recevoir l’hommage de son neveu pour la Navarre, conclusion à laquelle arrivait Menéndez Pidal, et réfutée déjà par A. Sánchez Candeira, Castilla y León, p. 152.

96 M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 59-60.

97 « … Iam securus de patria, reliqum tempus in expugnandos barbaros et eclesias Cristi corroborandas agere decreuit », Sil., 85.

98 P. Guichard et B. Soravia, Les royaumes de taifas, notamment les chap. I à III.

99 Pour un panorama historiquement plus juste des initiatives fernandines vis-à-vis d’al-Andalus, voir M. Á. Ladero Quesada et alii, La Reconquista, pp. 64-70.

100 « Ut Coynbria […] in cultum christianitatis redigeretur », Sil., 87.

101 « Expulsa itaque de Portugale Maurorum rabie », « hiis ciuitatibus, quas iuri paganorum abstulit », Sil., 90.

102 « At barbarus […] inmensam pecuniam auri et argenti pretiosarumque vestium conglomerat, atque accepta formidinis fide, ad regis presentiam humiliter properans excellentiam illius obnoxius postulat, vt acceptis muneribus fines suos vastare desistat. Ad hoc et se et regnum suum sue potestati comissum dicit. Porro Fernandus rex barbarum, quamuis ficta loqutum intelligebat […] tamen pro tempore accepta pecunia Cartaginensem prouinciam expugnare desinens, multa honustus preda in Campos Gotorum se recepit », Sil., 93.

103 La perte de l’Hispania a été déclenchée par l’alliance contre-nature des fils de Witiza et du comte Julien avec les musulmans d’Afrique (Sil., 15-17). Charlemagne est accusé d’avoir délaissé la libération de l’Église et de la péninsule Ibérique au profit de l’or offert par les musulmans de Saragosse (Sil., 18-19).

104 « Fernandus uero rex, ex more humanas miseratus angustias, dum precibus grandeui barbari flectitur,omnes ydoneos viros ex ibernis accersiri iubet, quorum consilio disponat quem finem suplicationibus regis Maurorum ponat », Sil., 95.

105 Voir les récits des expéditions de Talamanque en 1064 (Sil., 92) et la conclusion des conquêtes réalisées au Portugal (ibid., 87).

106 Voir A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 155.

107 Voir « Du gouvernement du León à la prépondérance sur l’Hispania : l’itinéraire politique d’Alphonse VI », pp. 186-187.

108 « … Regnante Fredinando rex inomni Spania », L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 76. C’est la toute première occurrence d’une formule qui allait par la suite se répandre (voir « Un concept en émergence : le regnum Hispaniae », pp. 176-182).

109 C’est en tout cas l’image que véhiculent les sources, notamment encore une fois l’Historia Silense, dont les dernières pages sont consacrées à l’élaboration du portrait d’un souverain dévot, humble, vivant ses derniers instants en pénitent plus qu’en roi (Sil., 101-106). Il s’agit aussi d’y voir l’idéologie projetée par le chroniqueur. Pour Patrick Henriet, ce portrait participe de la « cléricalisation » du pouvoir royal caractéristique de la période : P. Henriet, Hispania Sacra, entre autres pp. 434-438, 452-454.

110 C. J. Bishko, « Fernando I », étude publiée en deux parties, l’une en 1968, l’autre en 1969.

111 Sur les relations de Ferdinand Ier et Cluny, voir notamment les travaux de C. Reglero de la Fuente, Cluny en España, pp. 147-148 ; P. Segl, Königtum und Klosterreform ; A. Linage Conde, Losorígenes del monacato, pp. 923 sqq. Voir aussi P. Henriet, « La politique monastique ».

112 Voir l’étude classique d’A. García-Gallo, El concilio de Coyanza. Voir aussi A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 158-169, notamment sur l’importance de l’assemblée dans le projet global de Ferdinand Ier.

113 Ibid., p. 165.

114 Voir P. Linehan, « León, ciudad regia » ; P. Henriet, « Un exemple ».

115 Voir l’exposé de l’acte par lequel Ferdinand Ier et Sancha font une donation au monastère de Saint-Pélage d’Oviedo à l’occasion de l’anniversaire de la translation du saint dans cet établissement : « In ipsius Domini nostri Ihesu Christi honorem et hunc sanctum martirem amorem inspirauit Dominus in cordibus nostris et hunc famulam uernulam que tuam coniuge mea Sancia spiraculum prudencia in cordibus nostris immisit, ut in melius restauraremus ipsius cimiterium, ubi ipsum corpusculum martiris sanctissimi requiescit », P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, n° 47, p. 136.

116 A. Isla frez, Realezas hispánicas, pp. 150-151.

117 « Era Mª L XX VIª, Xº kalendas Iulii, consecratus est dominus Fernandus in ecclesia beate Marie Legionensis, et vnctus in regem a venerande memoria Seruando, eiusdem ecclesie catolico episcopo », Sil., 80.

118 ordinatio domni Fredinandi regis in Leyone X kalendas ivlias era TLXXVIa, Libro de horas, éd. M. C. Díaz y Díaz et alii, f° 207v°.

119 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 150.

120 « … Iussimus perquirere hereditates ecclesiae sicut ab antecessoribus nostris et prioribus regibus facta cognouimus », P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, n° 31, p. 105.

121 Sur ces portraits des protagonistes féminins du Moyen Âge hispanique, voir les actes du colloque « Gouverner en Castille au Moyen Âge : la part des femmes (1) » (17-19 janvier 2005), publiés sous la direction de Georges Martin dans la revue électronique e-Spania, 1, juin 2006, http://e-spania.revues.org/sommaire30.html. Voir également, dans la même revue, les actes du colloque « Infantes – péninsule Ibérique XIe-XVe siècles » (22-23 novembre 2007), e-Spania, 5, juin 2008, http://e-spania.revues.org/sommaire8613.html.

122 Voir les images historiographiques liées à la figure de Sancha dans l’article d’E. Klinka, « Sancie ».

123 Sil., 80.

124 « … Cum uxore sua nomine Sancia, regis Adefonsi filia, ad quam regnum pertinebat », Chronicon Compostellanum, éd. E. Falque, 24.

125 Pour C. J. Bishko, « Fernando I (1968) », pp. 73-75, Sancha faisait partie des « Léonais européisants » et du « Parti navarrais » de León, ce qui l’aurait amenée à nouer des liens avec Cluny ou en tout cas à s’ouvrir à la spiritualité clunisienne, œuvrant de ce fait conjointement avec son époux au moment de la « praeparatio Cluniacensis » qu’initie ce dernier. Sancha est associée à son époux Ferdinand Ier dans des textes clunisiens du XIe siècle, les deux étant désignés comme reges Hispaniarum. Voir Ulrich, Antiquiores consuetudines, col. 767A : « Praetera trium fratrum praebendae dantur ad eleemosynam, scilicet pro beatissimo Patre dom.odilone, pro Henrico primo imperatore, pro Fredelando et ejus uxore, et regibus Hispaniarum ». La commémoration de la mort de la reine léonaise se retrouve encore dans le nécrologe de Marcigny-sur-Loire (Sanctia reg), en marge des célébrations du 7 novembre (G. Schnürer, Das Necrologium, p. 75 et J. Wollasch, Synopse, t. II, p. 623). D’autres rois hispaniques figurent dans des nécrologes clunisiens (Ferdinand Ier, Alphonse VI, Alphonse VII dans le nécrologe de Saint-Martin-des-Champs), mais pas leurs épouses.

126 « Qui nimirum milites, ex cognatione Veremudi regis plerumque existentes, vbi voluntatem domini sui fratrem suum auidam viuum capiendi potius quam extinctum animaduertunt, vt credo, instinctu Sancie regine, comunem sibi sanguinem vindicare singulariter anelabant », Sil., 84. Pour Emmanuelle Klinka, le texte n’est cependant pas clair, et l’incise évoquant la responsabilité de la reine Sancha peut tout aussi bien s’appliquer à la décision de Ferdinand de ne pas faire exécuter son frère García III Sánchez (E. Klinka, « Sancie », 16). En ce sens la reine interviendrait néanmoins auprès de son époux pour calmer ses appétits guerriers.

127 Sil., 94.

128 Voir S. H. Caldwell, Queen Sancha’s « persuasion ». Pour l’auteur la construction du panthéon royal de Saint-Isidore de León est « la pièce centrale d’un mythe que Sancha construisait, celui de la continuation, et même de la régénération, de la lignée léonaise à travers l’incorporation de son époux à celle-ci » (p. 3).

129 Voir plus haut le rôle attribué à Sancha dans la célébration de la translation des reliques de saint Pélage.

130 La vendetta d’Atapuerca est en ce sens particulièrement bien présentée par le rédacteur de l’Historia Silense. D’abord, elle annonce l’épisode de la conquête de Viseu relatée quelques paragraphes plus loin (§ 86), durant laquelle Ferdinand Ier fait assassiner l’archer responsable de la mort d’Alphonse V en 1028, se donnant ainsi l’image de protecteur de la lignée royale léonaise. Ensuite l’attribution de la responsabilité de l’assassinat de García III de Navarre à la reine permet à la fois de dédouaner Ferdinand Ier, qu’on ne peut désormais accuser d’un crime fratricide, et de l’associer à cette vengeance en tant que décision royale, mettant de ce fait un terme aux rancœurs qui auraient pu être sources de difficultés postérieures. Sur ce sujet voir les analyses de A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 158-159.

131 Original conservé à la Biblioteca Universitaria de Santiago de Compostela, ms. 609 (Reserv. 1). En 1995 fut réalisé un fac-similé du Livre d’Heures, accompagné d’un volume d’études qui contient également la transcription du texte : Libro de horas, éd. M. C. Díaz y Díaz et alii.

132 M. C. Díaz y Díaz, « El códice de Compostela », pp. 46 sqq.

133 Hypothèse avancée notamment par S. Moralejo Álvarez, « Notas » ; reprise par M. A. Castiñeiras González dans la notice d’I. G. Bango Torviso (dir.), Maravillas, notice 90-91, pp. 233-234.

134 E. de Garibay, Los Quarenta libros, t. I, Prologue.

135 Garibay tient également compte de « quelques écritures de son temps selon lesquelles il semble qu’il fût appelé Empereur de toute la Castille, de León et de Galice », ibid., t. I, livre XI, chap. vii. On reviendra plus loin sur ces documents.

136 Id., Letreros e insignias.

137 Id., Illustraciones genealogicas.

138 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 90-92.

139 J. A. Maravall, El concepto de España, p. 433.

140 C. J. Bishko, « Fernando I (1969) », pp. 81 sqq.

141 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. I, pp. 125-126 et t. II, pp. 670-671.

142 « … E por esta honra que el rey hovo, fué llamado después don Fernando el Magno : el par de emperador », cité dans ibid., t. I, p. 126.

143 Ce que Menéndez Pidal lui-même se garde bien de faire : ibid. et Id., El imperio hispánico, p. 89.

144 E. de Garibay, Los Quarenta libros, t. I, livre XI, chap. vii.

145 J. de Mariana, Obras, t. I, p. 251.

146 Juste avant le passage cité, Juan de Mariana évoque la succession de Victor II sur le siège de saint Pierre et les actions qu’il mène immédiatement : réunion du concile de Florence et délégation d’Hildebrand, le futur Grégoire VII, au concile de Tours. Commence ensuite notre passage : « Añaden nuestras historias que en aquel Concilio… ». Aussi est-il malaisé de savoir à quel concile Mariana fait référence.

147 C. Baronius, Annales ecclesiastici, t. XVII, pp. 115-116.

148 G.-D. Mansi et P. Labbe, Sacrorum conciliorum collectio, t. XIX, col. 839-840.

149 E. Steindorff, « Angeblicher Conflict », pp. 484 sqq.

150 C. J. Hefele, Histoire des conciles, t. IV (2), pp. 1117-1118.

151 E. E. Stengel, « Kaisertitel und Suveränitätsidee », p. 32, n. 3.

152 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 89.

153 C. Erdmann, Forschungen, p. 37.

154 Il en va par ailleurs de même des diplômes dans lesquels Ferdinand est rex Hispaniarum. C’est le cas dans une donation au monastère de San Salvador de Cines (27 juin 1061) dans laquelle Ferdinand est intitulé dans la suscription et la validation « Dei gratia hispaniarum rex » (P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, n° 58), ainsi que dans un fuero octroyé au conseil de Santa Cristina (1er février 1062), dont la titulature en « rex spaniense urbe » fait douter de l’authenticité (ibid., n° 61). Voir la critique diplomatique de M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-426 et 430, pp. 209-210.

155 Le titre est en réalité récurrent : « Nunc dicendum est extrenuissimo et nobilissimo imperatori Fredelando, qui patrissat in bonitate tanti patris, etiam excellit illum in copia dignitatis. Ille honestissimus rex fuit, iste iam imperio subit. Ille fuit pulcra fatae, iste eggregia et agili. Ille fuit dapsilis et largus, iste prodigus ampliur. Ille acquisiuit regnum usque ad Gallitiam, hio iam imperando transiuit iliam. Si ipse bellando fuit similis leoni, iste deuastando similis tygridi fortiori. Quis opus est laudis, cum omnibus propinquis fortuna sit maior ? Tria sunt in toto mundo christianorum imperia, ex quibus unum est in patria Hyberia, de quo adulescens Fredelandus sagacitate propria est semper coronandus, propterea nemo illo in secula est maior. Ipse confirmat omnia facta patris, ut benedictionibus est cum filiis et eggregia imperatrice uxori Santia erigatur, et semper in regno Gallicie eorum sobolis dominetur. Locutio regis : Ego imperator Fredelandus, cum imperatrice uxore mea Santia et cum omnibus natis meis hac presulibus principibusque mei regni et cum omni tyrocinio mei imperii, confirmo atque corroboro […] scriptum privilegii ecclesie Palentie, quod fecit Santius rex, genitor meus […]. Hoc ago pro anima patris mei Sancii regis atque soceri mei Adefonsi eggregii regis, et pro redemptione mee anime hac imperatrice Santiae […]. Istud spopondo per meum capud et sceptrum meum atque patris et coronam capitis, quod insospitate mea seruabo et heredibus meis conseruare inperabo. […] Hoc priuilegium est actum temporem regnante imperatori Fredelando in imperio Gallicie atque in regno Hiberia. Era Mª. LXXXIIIª. », P. Blanco Lozano, Colección diplomática de Fernando I, n° 25.

156 « Facta carta donationis uel confirmationis sub era M. LXXX. Fredinando, precelentissimo rege et imperatore, regnante in Legione et in Castella et in Najara. Ego Sancia regina, ipsius regis et imperatoris uxor, hanc cartam donationis scriuere iussit et manus propis firmaui et corrouoraui », ibid., n° 14. Dans le protocole initial par contre Sancha est l’épouse du « roi » Ferdinand.

157 Ibid., p. 88, pour le premier acte, et pp. 70-71 pour le second. Voir également M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-381 et 392, pp. 205-206.

158 « Et perrexerunt ad ipsum imperatoren jam dictum Fredinandum et recitaverunt ei omnia in conspectu eorum quae fuerant acta », A. Quintana Prieto, El obispado de Astorga (siglo XI), n° 19.

159 Les trois documents proviennent des archives de la cathédrale de León et concernent le monastère de San Cipriano de Valdesaz auquel plusieurs prêtres et moniales font des donations (J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), nos 984, 1015 et 1055). Dans le premier (12 janvier 1040), la datation est ainsi formulée : « Regnante domino nostro imperatoris Fredenando principe in regni sui ». Dans le second (12 août 1044), on lit une formule presque identique : « Regnante rex Fredenando imperatore principe in regni sui ». Dans le troisième (17 avril 1048), la formulation du premier est répétée.

160 « Sub imperio imperatoris Fredinandi regis et Sancie regine imperatrice, regnum regentes in Legione et in Gallecia uel in Castella, suusque nepus Sancio regis in Pampilonia et in Naggara ; fraterque eius Ramirus regis in Aragone et in Ripa Curza » ; « sub imperio imperatoris Fredinandi regis et Sancie regine imperatrice regum regentes in Legione et in Gallecia vel Castella, suusque nepus Sancio regis in Pampilona et in Naggara, fraterque eius Ranimirus regis in Aragona et in Rippacorza », L. Serrano, Cartulario de Arlanza, nos 56 et 57, documents datés des 12 et 13 septembre 1056.

161 En 1073 dans une agnitio confirmée par Urraca, sœur d’Alphonse VI : « prolis Fredenandi imperatoris » (M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún [III], n° 727). En 1078 dans une donation privée au monastère de Sahagún : « quem [le bien donné] abeo de incartationem domni et gloriosisimo principis Fredenandi imperatoris » (ibid., n° 766). En 1093 dans une charte de concorde entre l’évêque Pedro de León et les infanzones du Bernesga : « Ipso in interuallo usque ad tempus regis domno Adefonsi, potentis filii nobilissimi imperatoris Fredenandi, introierunt in hereditatibus ipsis desuper libatis aui et parentes istorum militum… » (J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León [IV], n° 1279).on ne mentionne pas ici les actes d’Alphonse VI dans la suscription desquels Ferdinand Ier est imperator, dans la mesure où ils obéissent à une autre logique, qu’on traitera au chap. v. Quant aux frères d’Alphonse VI, García de Galice et Sanche II de Castille, deux de leurs diplômes reprennent ce titre pour leur père (voir à la fin d’« Alphonse VI héritier de l'imperium léonais », p. 175).

162 Donation en faveur de San Juan de la Peña datée de 1039 : « Regnante me rege Ranimiro gratia Dei in Aragone et in Suprarbi, fratre meo Garseano in Pampilona, et Fredelandus imperator in Castella, et in Leone et in Astorgas » (E. Ibarra Rodríguez, Documentos de Ramiro I, n° 8, qui mentionne l’ère 1074. Voir contra l’opinion de R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 87, n. 1, qui date ce diplôme de 1039 ; A. Sánchez Candeira, Castilla y León, p. 320, date quant à lui l’acte de 1046). Donation au même bénéficiaire, en 1041 : « regnante Ranimiro rege in Aragone et in Superarbi. Garsea episcopis in Aragone in Superabi. Garsea rex in Pampilona. Sancius episcopus in Naiara. Fredelandus imperator in Leione, et in Castella » (E. Ibarra Rodríguez, Documentos de Ramiro I, n° 18).

163 « Regnante Ramiro rege in Aragonie et in Suprarbi. Garsias episcopus in Aragonie et in Suprarbi. Garsias rex in Pampilona. Sancius episcopus in Naxera. Fredilandus imperator in Leone et in Castella », ibid., n° 103, qui date l’acte de 1061, ce que rectifie R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 87, n. 1.

164 Hypothèse soutenue par ibid., pp. 86-87 et A. Sánchez Candeira, Castilla y León, p. 121.

165 On notera en outre que ce même vocabulaire de l'imperium continue à être utilisé pour désigner le pouvoir d’autres personnes que le souverain. Pour ne citer que quelques exemples, on évoquera cet acte du monastère de Sahagún dans lequel c’est l’autorité de toute la communauté qui est ainsi désignée. Des biens sont en effet donnés au monastère, « ut ab hodierno die et tempore de iuri nostro sit abrasa et sanctorum atque fratrum imperio sit tradita » (M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún [II], n° 496, daté de 1046). Parfois c’est le pouvoir local des comtes qu’on évoque avec le participe imperans : « Monnio Pelagiz inperantem in Zamora, simul et in Tauro » (ibid., n° 611, daté de 1060) ; « Munnio Fernandez inperante in Zamora et in Toro » (ibid., n° 619, daté de 1062).

166 Ibid., nos 455, 461, 473 (formule dans le dispositif), 510, 619 ; J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (IV), nos 975, 976, 1027, 1034, 1040 à 1043, 1091, 1099, 1125 ; G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga (I), n° 333. Comme pour les règnes précédents, ces actes sont le fait d’un nombre réduit de personnes et de scribes.

167 A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 680.

168 M. Lucas Álvarez, La documentación real, régeste R5-1093 à 1418.

169 Sil., 95.

170 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 89.

171 L’Historia Silense est en effet la chronique où nous avons rencontré le plus souvent le vocabulaire de l'imperium — sous la forme du substantif imperium, du verbe imperare, de l’adjectif imperialis — avec des significations diverses. Il est ainsi utilisé : pour désigner le commandement de manière générale, et pas nécessairement celui des rois (3 occurrences aux § 5, 11, 70) ; pour désigner le pouvoir de commandement supérieur lié à la royauté (7 occurrences aux § 1, 13, 14, 25, 70, 83) ; pour les ordres donnés par les souverains (8 occurrences aux § 3, 46, 82, 83, 95, 104) ; pour le titre des empereurs romains (2 occurrences au § 1) ; pour le titre d’Alphonse VI (3 occurrences § 7, 31, 74) ; pour le caractère supérieur de certaines choses (1 occurrence au § 13).

172 Chronicon Complutense, éd. E. Flórez, p. 317.

173 « … Domni Fredinandi regis imperio et auctoritate, cuius nostra kartula firmissimam habebit stabilitatem », M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (II), n° 495.

174 « In temporibus Fredenandus rex et Sancia regina. […] Gomice Eitaz que illa terra imperabat sub imperio ipsius Regis et ipsa regina », J. G. de Oliveira Guimarães, Vimaranis Monumenta Historica, n° 37.

175 « In era Mª LXXXXª VIIª regnante principe Fredenandus rex et eius coniuge Sancia regina et sub eius imperio », ibid., n° 45.

176 J. L. Martín, « La monarquía leonesa », pp. 432-433.

177 Dans un des premiers chapitres de l’œuvre, l’hagiographe situe les débuts de la vie de saint Dominique « in eo tempore [quo] Garsias rex, filius Sancii regis Maioris, frater Fredelandi regis tenentis imperium prouincie Legionensium, obtinebat regnum prouincie Nagarensis » (Grimaldus, Vita Dominici Siliensis, I, v).

178 Ibid., I, viii.

179 Sil., 92.

180 « Hic Christi hostes exerto mucrone nescius uinci set uincere imperii dilatauit fines, sortitus triumphos frequentes », Historia translationis, éd. J. A. Estévez Sola, I. 3, p. 148.

181 Le nécrologe de Saint-Martin-des-Champs est édité dans A. Molinier, Obituaires, pp. 421-486, ici p. 475. Voir aussi J. Wollasch, Synopse, t. II, p. 467.

182 Et rappelons que les Consuetudines clunisiennes d’Ulrich (fin XIe s.) faisaient déjà de Ferdinand Ier et Sancha des reges Hispaniarum (voir plus haut).

183 Un dernier texte enfin fait apparemment de Ferdinand Ier un imperator. Il s’agit de la Chronique d’Albéric de Trois-Fontaines († 1252), qui se réfère en 1142 à la conquête de Coria par Alphonse VII : « In Hispania rex Aldefonsus, imperator dictus, Choriam civitatem cepit. […] Rex autem Adefonsus Hispanie imperator, qui hoc anno Choriam cepit civitatem et Sarracenos inde fugavit, fuit filius comitis Raymundi, fratris comitis Pontii de Tolosa, natus ex Waracta filia imperatoris Fernandi, qui civitatem Colimbriam recuperavit, et habuit iste Aldefonsus sororem Sanciam nomine, ad quam extat una beati Bernardi epistola », Albéric de Trois-Fontaines, Chronica, p. 837. Les titres de Ferdinand Ier et d’Alphonse VII sont-ils considérés comme liés ? On soulignera que si Alphonse VII est présenté comme imperator Hispanie, son aïeul n’est qu’imperator. En outre, la généalogie du chroniqueur est fausse. Urraca — Waracta — n’est pas fille de Ferdinand, mais d’Alphonse VI qui a bien été, lui, « empereur ». Par contre c’est son père qui a effectivement conquis Coimbra. À qui Albéric de Trois-Fontaines se réfère-t-il donc véritablement ?

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540