Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Première partie. En quête de l'imperator léonais (ixe siècle - 1065)

Chapitre II. De l’imperium au regnum-imperium asturo-léonais

Texte intégral

1De ses premiers moments au début du VIIIe siècle jusqu’en 1037, le royaume asturo-léonais connaît une expansion territoriale bien supérieure à celle des autres noyaux chrétiens de la péninsule Ibérique. En trois siècles d’existence ses souverains portent la limite méridionale de leur territoire des montagnes de la Cantabrie aux rives du Duero, tandis que d’ouest en est ils gouvernent un espace allant de l’océan Atlantique à la Castille.

2Cette expansion témoigne d’un pouvoir monarchique fort, à même de mettre en œuvre des expéditions de conquête et d’organiser les territoires soumis. Mais elle suggère aussi sa capacité à forger les appuis idéologiques nécessaires au maintien aussi durable de la même dynastie sur le trône. De fait cette réussite d’ensemble ne doit occulter ni les difficultés récurrentes auxquelles les descendants du fondateur Pélage se heurtèrent pour conserver leur sceptre, ni les solutions choisies pour les surmonter. C’est dans cette dialectique constante qu’intervient ce que nous désignons phénomène impérial.

3Dans le chapitre précédent nous avons souligné que l’origine de ce phénomène doit être recherchée d’abord dans les pratiques lexicales propres au royaume asturo-léonais. En ce sens l’attribution du titre d’imperator à Alphonse III et à un certain nombre de ses successeurs trouverait son origine non pas dans un modèle impérial extérieur à la Péninsule mais dans des usages autochtones dans lesquels le vocabulaire de l'imperium renvoie à l’autorité supérieure, notamment publique. La mise en exergue des caractéristiques de la monarchie asturoléonaise confirme cette hypothèse, car elle permet de concevoir le recours au concept d’imperium dans la qualification du pouvoir royal comme une manière d’apporter un complément de légitimité à la royauté.

I. — LA MONARCHIE ASTURO-LÉONAISE : CARACTÈRES ET FONDEMENTS DE LÉGITIMITÉ

  • 1 Voir les actes du symposium consacré à « l’époque de la monarchie asturienne », réuni en octobre 2 (...)

4Les modalités de l’enracinement et de l’expansion de la monarchie asturoléonaise constituent un sujet de débat historiographique encore actuel1. On abordera ici certaines des questions posées pour mettre en lumière la nature du pouvoir royal et les idéologies mises en œuvre pour le soutenir.

UNE ROYAUTÉ MOUVANTE

5En dépit du dynamisme général de l’expansion asturo-léonaise, un aperçu plus précis de la chronologie donne de la royauté une image d’instabilité. Les chroniques laissent en effet paraître une succession de règnes jalonnée de révoltes et autres intrigues de palais. Un examen attentif des faits permet cependant de comprendre que, loin d’être paradoxale, cette instabilité est constitutive de la royauté.

a) Des rois guerriers

  • 2 Pour une bibliographie récente sur l’épisode de Covadonga, voir J. Montenegro et A. del Castillo, (...)
  • 3 « … Sibi Pelagium principem elegerunt », Alph. Rot., 8.
  • 4 Ainsi, J. M. Mínguez Fernández, « Poder político, monarquía y sociedad », pp. 74-80, réfute cette (...)

6À une date que l’on fixe généralement entre 718 et 722, au cœur de la sierra de Covadonga, un groupe de chrétiens astures remporte sa première grande victoire contre un détachement musulman envoyé par l’émir cordouan pour mater les rebelles qui défient son autorité dans les confins septentrionaux de la Péninsule2. À la tête des opérations se trouve Pélage, magnat local dont l’origine est obscure. Son charisme lui a valu la confiance des Astures qui, au dire de la postérieure Chronique d’Alphonse III, « l’ont élu pour prince »3. Ainsi, qu’on accepte ou non ces débuts plus ou moins légendaires de la monarchie asturienne, voire l’existence même de la figure historique de Pélage, ou encore la qualification de son pouvoir comme royauté4, la victoire remportée acquit à partir du IXe siècle le statut d’événement fondateur de la monarchie asturienne : érigée à partir d’un acte de résistance populaire face à la présence musulmane, elle était née dans la violence d’un acte guerrier.

  • 5 Voir J. I Ruiz de la Peña Solar et M. J. Sanz Fuentes, Testamento de Alfonso II, pour une mise au (...)
  • 6 Voir A. Isla Frez, La Alta Edad Media, p. 25, ainsi que les remarques de J. I. Ruiz de la Peña Sol (...)

7Les sources postérieures ont en effet amplement commenté la justesse de l’acte, rehaussant de ce fait la portée de cette violence primordiale. Déjà le problématique diplôme de fondation de l’église San Salvador d’Oviedo émis en 812 et connu sous le nom de « testament d’Alphonse II »5 évoque le peuple asture comme « nouveau peuple élu »6, à la tête duquel Dieu a providentiellement placé Pélage pour détruire la puissance musulmane, protéger les Astures assimilés aux chrétiens, et ce faisant fonder leur royaume :

  • 7 « Et quia tu es rex regum regens celestia simulque terrestria, diligens in temporaliter iustitiam (...)

Et parce ce que Tu es le Roi des rois, régissant les choses du ciel et de la terre, assurant la justice dans l’ordre temporel, afin que la justice temporelle soit obtenue par les peuples des terres, tu distribues les rois, les lois et les sentences. Par le don de quoi, parmi les royaumes de peuples divers non moins que dans les frontières de l’Hispania la victoire des Goths brilla de tout son éclat. Mais parce que leur arrogance excessive t’offensa, en l’ère 749, la gloire du royaume se perdit avec le roi Rodrigue. Très justement, elle subit le glaive arabe. À ce désastre, Christ, tu arrachas de ta main droite ton serviteur Pélage, lequel, élevé au pouvoir princier, et combattant victorieusement, abattit les ennemis, releva et défendit victorieux le peuple chrétien et asture7.

  • 8 Alph., 10 ; Alb., XV, 1.
  • 9 « Et postquam a Sarracenis Spania occupata est, iste primum contra eis sumsit reuellionem in Astur (...)
  • 10 Voir A. P. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg et la recension que fait de cet ouvrage P. Hen (...)
  • 11 Voir les analyses que réalise A. Isla Frez, « Consideraciones », pp. 152-154.

8Par la suite, dans les chroniques d’Albelda et d’Alphonse III rédigées à la fin du IXe siècle, apparaît la bataille de Covadonga à proprement parler. L’événement acquiert dans ces récits un caractère miraculeux — les traits lancés sur les Astures par les troupes musulmanes se retournent contre elles, tuant la moitié du contingent présent ; épouvantés, les autres infidèles tentent de fuir mais en vain puisque c’est cette fois la montagne qui s’écroule sur eux8 —, ce qui permet de souligner le caractère providentiel de la rébellion de Pélage mais aussi de justifier les soulèvements postérieurs. « Après que l’Hispania fut occupée par les Sarrasins », nous dit la Chronique d’Albelda, « il [Pélage] fut le premier à se révolter contre eux dans les Asturies […] et le royaume des Astures, sous l’effet de la Divine Providence, vit le jour »9 : une première révolte suppose que d’autres devaient suivre. De fait la sacralisation de la bataille de Covadonga signifie une récupération chrétienne de l’image de Pélage et l’attribution d’une mission sacrée aux rois asturiens qui débouchent sur les idées de guerre juste et de guerre sainte10 : le bon roi, comme cela apparaît dans nombre de chroniques postérieures, est celui qui combat les musulmans pour renforcer le royaume et Pélage en est l’archétype. L’auteur de la version ovetensis ou ad Sebastianum de la Chronique d’Alphonse III ajoute pour sa part une teneur juridique à la justification de la rébellion de Pélage en la fondant sur la rupture du pacte que le chrétien avait scellé avec les musulmans, rupture provoquée par le mariage non autorisé du gouverneur musulman de Gijón, Munnuza, avec la sœur de Pélage, cas expressément sanctionné par la législation wisigothique en usage dans le royaume asturien11. Qu’on se place sur un plan juridique ou sacral, la révolte et l’action guerrière sont toujours intimement liées aux caractères de légitimation de la monarchie asturienne.

  • 12 Voir les développements sur ce sujet de C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », notammen (...)
  • 13 « Et cum eis [i. e. Sarraceni] Xpiani die noctuque bella iniunt et cotidie confligunt », Alb., 33.
  • 14 A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 28-32.
  • 15 Luttes nobiliaires qui s’apparentent à la violence féodale. Sur le sujet voir J. M. Mínguez Fernán (...)

9Toutefois, avant même que de telles préoccupations de légitimation se fassent jour, les enjeux de la résistance face au puissant émirat andalou entraînent une urgence quotidienne pour le petit royaume asture, et la guerre s’impose comme le cœur de l’activité des monarques puisqu’elle est la condition même de la survie de leur pouvoir12. Aussi le roi s’arroge-t-il les prérogatives militaires qui étaient celles des monarques wisigoths, prérogatives qui sont loin d’être uniquement latentes à en croire la Chronique d’Albelda puisque « jour et nuit les chrétiens se portent au combat, et ils luttent quotidiennement » contre les Sarrasins13. Cette lutte fondamentale pour l’existence de la monarchie et du royaume embrasse toutefois plusieurs formes en fonction de ses objectifs stratégiques14. À côté de l’occupation et de la conquête de territoires frontaliers en vue de leur incorporation au royaume, activité la plus digne d’éloges selon les chroniques asturiennes, d’autres expéditions amenant à pénétrer plus profondément le territoire ennemi sont entreprises par les souverains. Leur but est cette fois économique et diplomatique, puisqu’il s’agit de recueillir les butins destinés à enrichir le royaume et gratifier guerriers et établissements religieux, ou encore de sceller les alliances nécessaires à la continuation des expéditions. Les troupes royales sont alors amenées à guerroyer contre les musulmans mais aussi à pactiser avec eux, parfois même aux dépens de territoires chrétiens. La pacification du royaume est d’ailleurs un aspect essentiel de la guerre menée par les souverains asturiens, les IXe et Xe siècles étant marqués par les luttes entre factions nobiliaires dont le monarque fait lui-même le jeu15.

  • 16 Voir C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 312, ou encore E. Lourie, « A Society or (...)
  • 17 « Sanctius quidem rex cum esset grassus nimis », Samp., 26.
  • 18 Isla Frez rapporte cette circonstance particulière à la législation wisigothique qui invite à priv (...)
  • 19 « … Ipsi agareni herbam adtulerunt, et grassitudinem eius abstulerunt a uentre eius. Ad pristinam (...)

10On a ainsi une situation que certains historiens ont estimée particulière à cette construction politique que fut le royaume asturien16. Dans tous les cas, cette caractéristique n’est pas à prendre à la légère. On connaît le cas du roi Sanche Ier, déposé en 958 à l’issue d’une révolte générale des magnats du royaume dont le chroniqueur Sampiro nous donne la raison : « ce roi Sanche était plutôt gras »17. L’obésité du roi est loin d’être anodine, puisqu’elle l’empêche de monter à cheval et donc d’exercer la prérogative royale essentielle qu’est la guerre, justifiant de ce fait sa déposition par les nobles18. Guéri par les soins des médecins de la cour andalouse où il s’est réfugié, Sanche Ier, « ramené à l’adresse que procure la légèreté », est alors à même d’élaborer une stratégie pour reprendre en main la royauté19, et de la mener à bien. C’est donc la capacité à guerroyer qui ici (re) fait le roi.

  • 20 Il y a des périodes de paix et aussi des pactes scellés avec les musulmans, ce que les Chroniques (...)
  • 21 Voir « Implantation de la monarchie navarraise », pp. 124-125.

11S’il convient somme toute de ne pas surestimer la constance des affrontements entre chrétiens et musulmans20, il n’en reste pas moins que leurs conséquences sont importantes : contrairement à la monarchie navarraise qui pendant presque un siècle se fortifie au sein du même espace21, la monarchie asturienne se consolide sur un territoire sans cesse accru du fait de l’activité guerrière. Or cette situation permet de mieux comprendre d’autres caractéristiques de la monarchie asturienne.

b) Le territoire asturo-léonais : une autorité morcelée

  • 22 Voir C. Estepa Díez, « Configuración y primera expansión », p. 182 et J. I. Ruiz de la Peña Solar, (...)

12Dès les premières décennies de son existence la monarchie asturienne entre dans une logique d’expansion territoriale, résultat tantôt de stratégies matrimoniales et successorales, tantôt de l’action armée de ses rois guerriers22.

  • 23 Pour un détail de l’expansion territoriale du royaume asturo-léonais, voir J. Á. García de Cortáza (...)

13Le royaume primitif, réduit littoral concentré autour de la capitale Cangas de Onís isolé du reste de la Péninsule par la cordillère Cantabrique, s’étend dès la fin du VIIIe siècle sur les 500 km qui séparent le Miño à l’ouest de la région d’Álava à l’est. Lorsque commence le règne d’Alphonse III en 866 l’obstacle cantabrique est d’ores et déjà franchi et la frontière suit une ligne allant de Tuy à Amaya, en passant par Orense, Astorga et León. Alphonse III porte ensuite cette frontière jusqu’au Duero, fleuve qui constitue jusqu’à l’époque de la « Grande Reconquête » une frontière durable avec al-Andalus, en dépit d’avancées et de reculs fréquents23.

  • 24 Voir L. García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones, livre IV, section 1, § 21
  • 25 C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 317.
  • 26 C. Estepa Díez, « Configuración y primera expansión », pp. 183-184.
  • 27 Voir notamment C. Baliñas Pérez, « De Covadonga a Compostela ».
  • 28 A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 28-30.

14Cette expansion rapide entraîne avec elle le problème de l’organisation de cet espace. Le recours à la délégation du pouvoir royal apparaît comme la solution choisie24. C’est ainsi que l’on doit concevoir la concession de terres ad imperandum évoquées dans le chapitre précédent. Par ailleurs, les donations des rois aux nobles guerriers ont été une pratique privilégiée pour organiser les territoires frontaliers annexés, nobles auxquels étaient parfois déléguées les tâches militaires elles-mêmes25. L’articulation entre pouvoir royal et pouvoir des magnats locaux pose toutefois problème. Le cas du pouvoir comtal est révélateur. Il existe bien des comtes d’après les Chroniques asturiennes et les chartes26. Mais rien ne permet de dire s’ils sont nommés — et révocables — par le souverain. Tantôt alliés, tantôt opposés au roi, ils sont peut-être des potentats locaux ayant conservé leur pouvoir dans le territoire nouvellement inclus au royaume. On a donc l’image d’une certaine autonomie des nouveaux espaces, qui résistent parfois à l’assimilation au royaume asture. Un bon exemple est fourni par la Galice, « intégrée » au royaume dès l’époque d’Alphonse II, mais dont les chroniques et les chartes montrent qu’elle n’a cessé d’être un foyer de contre-pouvoir face à la royauté27. De plus, intéressés à l’expansion territoriale du royaume, les aristocrates astures bien souvent restent à la tête des terres qu’ils ont contribué à conquérir, et ceci en dépit du fait que l’historiographie présente ces conquêtes comme celles du roi28.

  • 29 C. Estepa Díez, « Configuración y primera expansión », pp. 185-192.
  • 30 J. M. Mínguez Fernández, « Sociedad feudal, guerra feudal », pp. 22-24.

15L’inconstance des sujets nobles du roi doit se comprendre de différentes manières. Durant cette période les sources révèlent la permanence de territoires « mineurs » dont la société est encore organisée sur les bases du groupement familial. En parallèle le développement d’un territoire « majeur » correspond à une politique qui entend dépasser ces espaces mineurs, mise en œuvre par ce qui devient un véritable monarque29. Mais l’expansion constante du royaume rend difficile cette soumission : le contrôle sur les territoires au sud de la cordillère Cantabrique et jusqu’au Duero ne peut se faire que grâce à l’appui de l’aristocratie locale. Dans le cas de la Castille par exemple, Carlos Estepa énonce l’idée que le royaume asturo-léonais n’exerce pas un gouvernement véritable sur le comté, mais uniquement une vague domination militaire, reconnue par les comtes pour un temps, et rejetée par exemple à l’époque de Fernán González. L’infidélité des nobles peut aussi s’expliquer dans la continuité de la situation qui a abouti à la chute de l’État wisigothique : la noblesse sénatoriale dont la richesse était fondée sur la propriété locale s’est détournée de l’autorité centrale, quand bien même celle-ci lui offre la justification théorique de son autorité. On retrouverait le même processus dans la société asture, ce qui aboutirait ni plus ni moins qu’à une « guerre féodale » dans la mesure où les intérêts individuels de la noblesse finissent par créer des situations de rivalité qui débouchent sur l’affrontement de factions30.

  • 31 Affaiblissement, mais pas disparition toutefois. Mínguez Fernández est récemment revenu sur sa thè (...)
  • 32 Voir A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 33-36 et 88-89.
  • 33 J. I. Ruiz de la Peña Solar, « El rey y el reino », p. 83.
  • 34 « … Ut corrigamus inter nos tam potentes quam etiam et nobiles uel innobiles in ueritate et iustic (...)

16C’est dans ce contexte que prennent sens les efforts déployés à partir du règne d’Alphonse II pour faire apparaître la monarchie comme instance supérieure — avec le rétablissement de « l’ordre des Goths », ce qui comprend notamment celui du Liber Judicum réglementant les rapports entre le roi et les nobles. Mais dans le même temps, la monarchie est elle-même partie prenante dans ces rivalités de factions, par le biais de pactes qui l’induisent à multiplier les concessions de patrimoine mais aussi de juridiction, ce qui contribue à renforcer la personnalisation des relations sociales et finalement à affaiblir la potestas publica31. Et de fait le développement territorial et idéologique du royaume n’empêche pas les soulèvements contre le roi. Le règne d’Alphonse III en est peut-être le meilleur exemple. Monté sur le trône en 866, ce souverain est écarté du pouvoir dès l’année suivante par un comte de Galice qu’on suppose membre de la famille royale, Fruela Vermúdez, dont la mort survient toutefois rapidement. Rétabli, Alphonse III doit encore par la suite affronter la révolte d’aristocrates galiciens, celle de ses propres frères, puis encore de ses fils32. Ainsi sous son règne on observe bien deux mouvements contradictoires : alors que d’un côté l’encadrement ecclésiastique et administratif ainsi que l’enracinement idéologique du royaume progressent, de l’autre on constate un renforcement du pouvoir de la noblesse, ce qui aboutit à un « processus de décentrage du pouvoir »33. Cette situation de rejet de l’autorité royale par l’aristocratie tend à empirer dans la seconde moitié du Xe siècle, et tout particulièrement entre 981 et 1008, dates encadrant les campagnes successives d’al-Mansur dans le royaume léonais et la mort de son héritier ‘Abd-al-Malik qui marque le début de la fitna en al-Andalus. On a ainsi parlé de « crise » voire de « décadence » pour qualifier cette période. Le règne d’Alphonse V et la tenue d’une curia regis à León en 1017 donnant lieu au fameux fuero de León annoncent cependant le retournement de cette situation. Le concile est réuni « pour que nous soyons corrigés, nous les puissants mais aussi les nobles et les non-nobles, en vérité et en justice, comme cela fut institué par les anciens pères et comme l’autorise la sentence canonique, afin que d’abord l’Église reçoive son dû, ensuite le pouvoir royal et l’ensemble du peuple »34.

  • 35 Résumé de cette dialectique dans J. Á. García de Cortázar, « Estructuras sociales y relaciones de (...)

17Pour résumer, la dialectique créée entre royauté et aristocratie dans le contexte d’expansion territoriale asturo-léonaise35 entraîne un décentrage de l’autorité publique. D’abord elle tend à se morceler entre les différents espaces et familles aristocratiques. Ensuite elle tend même à s’effacer au profit de liens personnels au gré des luttes entre factions nobiliaires dont le monarque est partie prenante.

c) La succession au trône : une géométrie variable

18Dans le jeune royaume asturo-léonais, l’omniprésence de la guerre et son incidence sur les relations entre le roi et les nobles sont lourdes de conséquences pour la succession des souverains sur le trône.

  • 36 Les chroniques de l’époque asturo-léonaise attestent une grande diversité d’expressions pour désig (...)
  • 37 Voir J. E. López Pereira, « Continuidad y novedad léxica ».
  • 38 Ainsi les deux versions de la Chronique d’Alphonse III proposent un mode d’accès différent pour l’ (...)
  • 39 Résumé des fondements de ce débat historiographique dans A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las cr (...)
  • 40 A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », p. 29.
  • 41 Voir l’exemple donné par Sánchez-Albornoz de Bermude Ier, fils de Fruela, surnommé « le diacre » p (...)
  • 42 « Adefonsus Pelagi gener rg. an XVIIIº » nous dit la Chronique d’Albelda (Alb., XV, 3).

19Le vocabulaire usité par les sources offre à cet égard plusieurs éclairages. D’un côté, on observe des référents wisigothiques : y est employée toute une série d’expressions renvoyant tantôt au mode électif, tantôt au mode successoral dynastique, ou encore à l’association de plusieurs personnages au pouvoir36, ce qui est repris des pratiques politiques wisigothiques37. De l’autre, les sources contribuent à donner de la question une vision plutôt brouillée, puisqu’elles proposent parfois, pour relater la même succession, plusieurs modes d’accès au pouvoir38. Dans l’ensemble elles ne permettent pas de déterminer un mode privilégié, et les modalités selon lesquelles cette succession s’opère demeurent d’ailleurs un problème historiographique39. Concernant le premier siècle d’existence de la monarchie, on doit prendre en compte différents principes, le premier étant un « principe de propriété familiale » caractéristique d’une société tribale, le second étant « un fait naturel : le commandement revient normalement aux plus forts et puissants, et ceux-ci tendent à perpétuer un tel pouvoir au sein de leur famille »40. On observe ainsi une permanence du pouvoir dans la même famille, mais dans le même temps une alternance entre les descendants d’Alphonse Ier et ceux de son frère Fruela. Le bon roi étant celui qui fait la guerre, il n’est pas nécessairement le descendant du précédent41. Les femmes interviennent également dans les cas d’absence de descendance, ou lorsque le fils du souverain disparu n’est pas apte à assumer le pouvoir : ainsi Alphonse Ier accède au pouvoir parce qu’il est l’époux de la sœur de Favila mort sans enfant et donc gendre de Pélage42, et leurs descendants règnent à leur tour.

  • 43 Voir A. Isla Frez, « Nombres de reyes », p. 18, et le cas de Fruela Vermúdez qui usurpe pour un te (...)
  • 44 Samp., 29.
  • 45 A. Isla Frez, La Alta Edad Media, p. 91 et résumé des événements aux pp. 89-93.
  • 46 La Chronique d’Alphonse III ne cache qu’en partie cette situation : on y distingue bien l’alternan (...)

20Par la suite le principe d’une monarchie héréditaire s’impose en même temps que se consolide le royaume au Xe siècle. Mais ce type de succession n’est pas le seul possible. La dialectique complexe qui s’élabore entre le roi et les magnats du royaume donne ainsi lieu à des tentatives de prise de pouvoir de branches latérales de la famille régnante43. Le désaccord avec l’aristocratie est aussi ce qui pousse les magnats à élire Bermude II aux dépens de Ramire III en 98244. En outre, la pratique de la division de l’héritage royal apparaît. Ainsi le territoire du royaume est réparti entre les fils d’Alphonse III : García est roi de León, mais ses frères le sont de la Galice et des Asturies. La situation est reproduite à la génération suivante avec la succession d’Ordoño II. Se met alors en place « une tradition d’une diversité de rois, même si l’idée d’une multiplicité de regna ne se fait pas jour »45, pendant un temps tout du moins jusqu’à ce que les successions mouvementées de Ramire II et Ordoño III mettent fin à cet usage. On observe donc dans l’ensemble une certaine précarité de l’accès au trône, contre laquelle les souverains tentent de lutter46.

  • 47 Voir A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 27-29, qui relativise l’idée d’une « crise » de la mon (...)

21L’objet de cette digression sur les caractéristiques de la monarchie asturoléonaise n’a pas pour but de dramatiser la situation des monarques dont le pouvoir fut parfois qualifié d’imperium, et il s’agit en tout état de cause d’une situation qui n’a rien d’exceptionnel dans le cadre d’un royaume qui se développe47. Mais avec cet arrière-plan en tête il est possible de concevoir certains procédés auxquels ont eu recours les souverains et leur entourage. La dynamique d’expansion et ses conséquences sur l’attribution du pouvoir royal et sur les relations entre le roi et les nobles entraînent pour la monarchie asturienne une tendance à la dispersion du pouvoir, et c’est pour contrer ce problème qu’interviennent des procédés de légitimation. Or, les solutions envisagées ont eu pour point commun un aspect en particulier : au-delà de la cohésion autour du roi, c’est la légitimité de l’existence du royaume comme unité qu’on a cherché à mettre en œuvre.

L’IDÉOLOGIE DU ROYAUME ASTURO-LÉONAIS : NÉOGOTHISME ET AUTRES POSTURES DE LÉGITIMATION

  • 48 J. L. Martín, La Península en la Edad Media, p. 201.
  • 49 D’après A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », p. 12, c’est Ramón Menéndez P (...)
  • 50 Voir son article « neogoticismus » dans R.-H. Bautier et alii (éd.), Lexikon des Mittelalters, t. (...)
  • 51 Voir notamment la synthèse de R. González Fernández, « El mito gótico ». À noter également que Gaë (...)

22Selon les termes de José Luis Martín, « le plus grand mérite des rois astures des VIIIe-IXe siècles réside peut-être dans le fait d’avoir copié la structure unitaire de la monarchie wisigothique et de l’avoir rendue effective en dépit des soulèvements des esclaves à l’époque d’Aurèle, des Galiciens durant le règne de Silo et des Vascons en tous temps »48. À cette tendance générale à l’imitation de la royauté wisigothique, on a donné le nom de « néogothisme » ou « néogothicisme »49. Le thème se confond d’ailleurs en partie avec un mythe historiographique — le « mythe gothique » que Ladero Quesada définit comme la « représentation selon laquelle le royaume asturo-léonais puis castillano-léonais doit être considéré comme successeur légitime du royaume wisigothique qui autrefois gouvernait et était assimilé à toute la péninsule Ibérique »50 et dont on peut observer les développements au gré de l’Histoire hispanique médiévale et moderne — au moins aussi prégnant que celui de « l’idée impériale léonaise »51. De fait les partisans de la thèse impérialiste ont pour la plupart affirmé l’existence d’un rapport direct entre le phénomène impérial observé et l’expression de cette idéologie néogothique. L’évocation de ses principaux caractères permet néanmoins de souligner l’inconsistance de la thèse impérialiste sur ce point et de s’acheminer vers la compréhension de ce que fut le phénomène impérial aux Xe-XIe siècles.

  • 52 Les érudits se rejoignent pour affirmer que ce texte a été rédigé par un mozarabe vivant en al-And (...)
  • 53 « … Regno ablato », Chronique de 754, éd. J. E. López Pereira, 51.
  • 54 « … Regnum efferum », ibid., 54.

23Pendant un certain nombre d’années à la suite de l’invasion de 711 les sources — essentiellement narratives — tendent à entériner la ruine définitive de l’Espagne wisigothique. L’auteur mozarabe de la Chronique de 75452, s’il pleure le sort de l’Hispania chrétienne martyrisée par la présence musulmane, ne semble pas s’émouvoir outre mesure de la perte du cadre politique qui la soutenait : ainsi Muza y est bien le conquérant d’un « royaume anéanti »53 auquel se substitue un « royaume sauvage »54. Au cœur même du royaume d’Oviedo il semble qu’on ait aussi adopté dans un premier temps la même attitude. Ainsi le laconique Laterculus regum Ovetensium, liste des rois asturiens de Pélage à Alphonse II probablement rédigée à l’époque de ce-dernier, résume l’histoire péninsulaire en ces termes :

  • 55 « Era CCCXLIX egressi sunt Gotti de terra sua/Era CCCLXVI ingressi sunt Hispaniam et regnauerunt i (...)

En l’ère 349 les Goths sont sortis de leur terre.
En l’ère 366 ils sont entrés en Hispania et ils y ont régné 383 ans.
De leur terre ils sont parvenus en Hispania au bout de 17 ans
En l’ère 749 ils sont expulsés du royaume d’Hispania.
En l’ère 749 les Sarrasins s’emparent de l’Hispania.
Avant que Pélage ne règne les Sarrasins régnèrent en Hispania 5 ans55.

  • 56 Voir sur cette question les analyses menées par K. B. Wolf, Conquerors and chroniclers, qui soulig (...)
  • 57 Voir S. Teillet, Des Goths à la nation gothique, et en particulier la troisième partie consacrée a (...)
  • 58 La thèse la plus récente sur l’ensemble du sujet est celle de T. Deswarte, De la destruction, qui (...)
  • 59 « … Omnemque Gotorum ordinem, sicuti Toleto fuerat, tam in ecclesia quam palatio », Alb., XV, 9.
  • 60 S’agit-il de réunir des conciles dans la ville, de recréer l’organisation palatine wisigothique à (...)
  • 61 Sur la croix dans la symbologie guerrière wisigothique puis asturienne, voir P. Henriet, « Mille f (...)
  • 62 C. Sánchez-Albornoz, « ¿Una crónica asturiana perdida ? ».
  • 63 I. Torrente Fernández, « Goticismo astur ».
  • 64 Sur le néogothisme des chroniques asturiennes, voir Y. Bonnaz, Chroniques, pp. lxxxviii-xciii.
  • 65 T. Deswarte, De la destruction, pp. 57-58. Sur la « Croix de la Victoire » : I. G. Bango Torviso ( (...)
  • 66 Sauf à considérer comme authentique l’onction d’Ordoño II, mentionnée dans certaines sources, auqu (...)
  • 67 La notice consacrée au règne de Bermude II commence en effet en ces termes : « Mortuo Ramiro, Vere (...)
  • 68 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 65-71.

24Avec l’affermissement du royaume asture, on constate toutefois un regain d’intérêt pour les anciens dominateurs chrétiens de la péninsule Ibérique, et une tendance pour les monarques à s’en présenter comme les héritiers. Cette démarche est compréhensible dans le contexte que nous venons de mettre en lumière. Dans ce royaume en construction, hétérogène en raison de sa propre dynamique d’expansion, l’ancien royaume wisigothique, en dépit de ses torts et erreurs — que soulignent à loisir les chroniques asturiennes sur un ton providentiel56 —, représente le référent idéal en termes de structuration. Il n’est qu’à rappeler la définition isidorienne de la nation hispano-gothique : l’assimilation d’un rex, d’une gens et d’une patria, identifiée en l’occurrence à l’Hispania57, fut à l’origine de la cohésion du royaume de Tolède. Sous l’impulsion de plusieurs souverains, l’idéologie néogothique du royaume asturo-léonais se construit alors, visible dans les sources narratives et diplomatiques qui servent à sa diffusion autant qu’elles en attestent les pratiques58. On distingue au sein de la période asturo-léonaise plusieurs moments d’exaltation de ce néogothisme. Le règne d’Alphonse II (791-842) en constitue le premier grand moment, et l’idéologie néogothique s’impose d’abord comme une manière d’organiser le royaume. En effet, lorsque Oviedo devient capitale du royaume, le roi y établit « l’ordre des Goths tout entier, tel qu’il avait existé à Tolède, tant dans l’Église qu’au Palais »59. Si l’interprétation de cette affirmation de la Chronique d’Albelda pose problème60, l’intention de structuration néogothique est certaine. C’est également sous ce règne qu’est réactivé le culte à la sainte Croix très présent dans la valorisation guerrière de la royauté wisigothique, entre autres par la commande que réalise Alphonse II de la Croix des Anges vers 80861. Sánchez-Albornoz a pour sa part défendu l’idée qu’à cette même époque aurait été composée une première chronique, qui aurait servi à la constitution postérieure des Chroniques asturiennes62, et dont on peut supposer qu’elle contenait le même discours clairement néogothique. Cette hypothèse sur la première historiographie asturienne nous amène au second moment d’approfondissement du néogothisme dans le royaume : le règne d’Alphonse III (866-910). La mise en œuvre du « cycle historiographique » que constituent les trois chroniques dites asturiennes suppose un véritable aboutissement du néogothisme comme idéologie dominante. Commandités vraisemblablement par le roi lui-même — dont on a d’ailleurs pensé qu’il pouvait avoir rédigé la Chronique d’Alphonse III de sa propre main, d’où son nom —, ces textes attestent qu’au moment où la monarchie léonaise fut en mesure de déployer une auto-réflexion sur son passé, c’est en tant qu’héritière du royaume wisigothique qu’elle choisit de se représenter63. La continuité dynastique, et même génétique, des rois wisigoths aux rois asturiens y est affirmée, le territoire asture présenté comme le royaume de Tolède restauré, l’Hispania comme un objectif à atteindre. Ainsi l’ensemble proclame l’unification du royaume autour de son monarque64. L’œuvre néogothique d’Alphonse III ne s’arrête toutefois pas à cette production littéraire, et il perpétue également l’impulsion donnée par Alphonse II en dotant la cathédrale d’Oviedo de la Croix de la Victoire en 90865. Après le règne d’Alphonse III, il faut attendre la fin du Xe siècle pour qu’une politique néogothique d’ampleur se distingue à nouveau66. Sous le règne de Bermude II (982-999), on observe en effet une nouvelle mise en valeur de la loi wisigothique, le Liber Judicum, soulignée notamment par le chroniqueur Sampiro67. Ce recours est une manière de lutter contre les difficultés croissantes auxquelles le roi doit faire face dans un contexte d’agitation nobiliaire que les incursions d’al-Mansur contribuent à aggraver68. On y retrouve cependant le même objectif que durant les règnes de ses prédécesseurs : assurer l’unité du royaume autour de son souverain.

  • 69 A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », p. 12.

25Si l’ambiance néogothique du royaume asturien est une certitude, la notion n’est par contre pas exempte de difficultés conceptuelles et se révèle d’un usage parfois fourre-tout, en fonction de la définition qu’on en donne. Arsenio Dacosta Martínez, en définissant le néogothisme comme « la politique surgie dans le milieu aulique asturien destinée à établir des filiations institutionnelles directes entre le balbutiant “royaume asture” et le royaume wisigothique de Tolède »69, insiste sur le contenu institutionnel de la notion. Aussi cette perspective renvoie-t-elle à un certain nombre de pratiques que les sources évoquent, elles-mêmes à l’origine de controverses historiographiques : l’élection comme mode d’accès au pouvoir, la tenue de synodes par les rois, la structure administrative choisie pour le royaume avec le système de la délégation du pouvoir aux comtes, ou encore l’application de la législation wisigothique en matière juridico-administrative et religieuse.

  • 70 Y. Bonnaz, Chroniques, p. lxxxviii.

26Pour Yves Bonnaz, qui traite de cette notion à partir du contenu des Chroniques asturiennes, il existe une définition plus large dans laquelle le néogothisme désigne « l’aspiration à rattacher la monarchie nouvelle à celle des Goths et à revendiquer l’héritage tolédan »70. Dans cette optique, tout ce qui, dans les sources asturiennes, rappelle l’Espagne wisigothique est compris comme une preuve de néogothisme : les rattachements dynastiques ou encore génétiques entre rois asturiens et rois de Tolède, la reprise d’un certain cérémonial et de symboles utilisés par les monarques wisigoths — l’onction, le sceptre, le trône —, et de manière plus générale l’expression d’un programme politique dont l’objectif serait l’établissement de la domination asturo-léonaise sur cette Hispania qui constituait la patrie gothique.

  • 71 Voir Id., « Divers aspects », pour lequel la résistance pélagienne à l’Islam aurait été le fait de (...)
  • 72 Ce fut surtout Sánchez-Albornoz qui soutint cette idée, dont est par ailleurs issue sa thèse du «  (...)

27D’une définition à l’autre, il est également possible d’autoriser un certain jeu sur les mots, et ainsi de distinguer wisigothisme et néogothisme. Dans le premier cas on considère que la monarchie asturienne naît de la prolongation des structures wisigothiques71 ; dans le second on suppose qu’il y a eu chronologiquement une rupture avec ces structures provoquée par l’invasion musulmane puis une volonté de les remettre à l’ordre du jour dans le cadre du royaume asture72, auquel cas la thèse néogothique est possible. Cette flexibilité du concept montre qu’on place derrière une même notion des pratiques assez diverses, et qui peuvent être interprétées tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre.

  • 73 G. Martin, « La chute du royaume wisigothique », p. 220, ce que l’auteur affirme à partir d’un des (...)
  • 74 A. Isla Frez, « Consideraciones », p. 158, qui réfute en l’occurrence une affirmation de J. Monten (...)
  • 75 Thomas Deswarte interprète l’utilisation de symboles royaux wisigothiques, tels le sceptre ou le t (...)
  • 76 Voir notamment A. Besga Marroquín, Orígenes hispanogodos, pp. 105-169 sur la présence gothique dan (...)
  • 77 On observe en effet différentes formes d’expression du néogothisme dans le « cycle asturien ». Voi (...)
  • 78 A. Isla Frez, « Consideraciones », pp. 153-164.
  • 79 Voir les réflexions d’A. Besga Marroquín, Orígenes hispanogodos, pp. 562-568, qui conclut de son é (...)

28Reprenons le cas du « testament d’Alphonse II » évoqué plus haut. Pour Georges Martin, l’exposé de ce texte « revendiqu [e], pour la royauté asturienne incarnée par Alphonse II, une origine gothique. C’est donc un roi qui inaugure […] la thèse néogothique »73. Amancio Isla Frez quant à lui récuse une telle interprétation de ce document qui, « après avoir pondéré l’existence du royaume gothique […] indique avec une clarté limpide la fin de celui-ci »74. Par ailleurs, dans certains cas, la lecture néogothique des sources témoigne d’une tendance à la surinterprétation. On identifie toute trace d’unité hispanique — c’est d’ailleurs dans cette optique que « l’idée impériale léonaise », dans laquelle on voyait l’expression de la supériorité hiérarchique des rois asturo-léonais sur les royaumes péninsulaires, a été assimilée aux concepts de néogothisme et de Reconquête — ou encore la présence de la culture wisigothique au sens large — par exemple la terminologie du pouvoir usitée pour les monarques asturoléonais qui rappelle celle utilisée dans le royaume de Tolède75 — comme une émanation de cette idéologie. C’est oublier que l’invasion de 711 n’a pas suscité une rupture totale avec les expériences précédentes et que le noyau primitif du royaume asturien n’était pas imperméable à la culture wisigothique comme on l’a parfois dit76. Il semble dans tous les cas exagéré d’attribuer aux scribes du royaume asturo-léonais, qu’ils soient mozarabes émigrés d’al-Andalus ou autochtones, des intentions toujours idéologiques. S’ils ont utilisé tel ou tel titre, adjectif, etc. pour qualifier les rois qu’ils servaient, c’est aussi — et peutêtre d’abord ? — parce que ce sont ceux qu’ils connaissaient : la continuité de pratiques n’est pas nécessairement idéologique. Enfin, une dernière précision s’impose quant à l’imitation des réalités wisigothiques que suppose l’idéologie néogothique : elle n’est ni univoque, ni exclusive de toute autre pratique ou innovation. Les Chroniques asturiennes elles-mêmes, expression la plus achevée du néogothisme asturo-léonais, en fournissent l’illustration77. Dans la version ovetensis de la Chronique d’Alphonse III, l’auteur s’est efforcé par certains aspects de faire concorder son récit avec les exigences du Liber Judicum d’une part et avec les règles établies par les canons réunis au sein de la Collectio Hispana : ainsi s’expliquent les précisions sur les origines gothiques de Pélage, sur la rupture de son pacte avec le musulman Munnuza en raison des vues de celui-ci sur sa sœur, et sur les modalités de son élection, conditions de son accès au trône. Mais par d’autres aspects, la Chronique d’Alphonse III s’éloigne du modèle wisigothique, par exemple en ce qui concerne la façon dont sont relatées les successions des rois. Le chroniqueur privilégie ainsi la successio de père en fils, tandis que les electiones ne sont là que pour justifier des successions problématiques dans des contextes agités, ce qui ne correspond pas à la pratique d’époque wisigothique78. D’où l’idée que le royaume asturien ne se développa pas sur le modèle wisigothique, mais dans un mélange de continuité et de rupture par rapport aux cadres wisigothiques79.

29Si on insiste sur les limites du néogothisme, c’est parce qu’il existe aussi d’autres possibilités de légitimation monarchique dans le royaume asturoléonais. Avec l’idéologie néogothique, l’unification du royaume est mise en relief par le biais d’une continuité historique avec une structure dont la centralisation et l’unité — en apparence tout au moins — pouvaient servir de modèle de référence. Toutefois ce néogothisme, notion en réalité plurivoque, ne peut pas expliquer à lui seul toutes les options d’unification mises en œuvre dans le royaume à des degrés de perfection plus ou moins élevés, ni même en être le dénominateur commun. On distingue en ce sens une tendance consistant à faire naître l’idée d’une « nation » fondée à garantir la cohésion du royaume. Un exemple significatif de cette tendance réside dans le recours récurrent à la notion de patrie.

  • 80 « … Qui se in superbie tumorem contra nos eleuauerunt ; et rebellionis ausi adtenti, patrie nostre (...)
  • 81 « … Erigentes se in superbia contra nos et patriam regni nostri », ibid., n° 151.
  • 82 « Postea namque idem pius genitor noster hanc patria nobis ad regendum tradidit », ibid., n° 165.
  • 83 Voir la critique diplomatique de M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-60, pp. 145-147.
  • 84 « … Post […] patriae suscepit culmen », A. García Conde, « Diploma de Alfonso III » ; critique dip (...)
  • 85 « … Fecerunt omicidium et multa egerunt mala pessima pro qua eiecti et exiliati sunt a patria », J (...)
  • 86 « … Omnibus tamen qui ibidem ex Dei uoto bone uoluntatis concurrerint, benedictio regis secum sit (...)
  • 87 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 574.
  • 88 Donation de Bermude II au monastère de Celanova de la villa de Laroá, confisquée à Osorio Díaz (1e (...)
  • 89 « Et ganabit ipsa uilla Ennegus qui fuit maiorino in Legione sub imperio patri meo rex domno Uerem (...)
  • 90 « De profanus et aberarius et scelus acius factis, dici nobis lex godicat et [illisible] secundum (...)
  • 91 « Propter ipsam infidelitatem uel scandalum quam misit in finibus nostri sicut nos lex abtorigat a (...)

30Dans les diplômes, le terme patria apparaît à partir du règne d’Alphonse III. Le 24 avril 886 le roi donne à l’église de Compostelle des salines à Lanzada qui appartenaient à Hermegildo et à son épouse Yberia, lesquels en furent privés parce qu’« ils s’élevèrent orgueilleusement contre [le roi], et ayant osé attenter une rébellion, ils troublèrent les frontières de [sa] patrie »80. Le 25 novembre 895, le roi donne à la même église d’autres terres, cette fois confisquées aux fils de Sarraceno et Sindina parce qu’ils se sont « érigés avec orgueil contre nous et contre la patrie de notre royaume »81. En août 900, restaurant le diocèse d’Orense, Alphonse III relate dans un long exposé les circonstances dans lesquelles, « après que [son] pieux géniteur [lui] eut transmis cette patrie à régir », il expulsa de la région les musulmans et la repeupla82. Cet exposé semble toutefois être une interpolation du XIIe siècle83. Dans un autre diplôme daté d’avril 907 et postérieurement interpolé, émis par le même souverain, Alphonse III et Chimène restituent à Flazenzo et Aldredo Tritoniz l’église de San Julián de Mos à proximité de Lugo, confisquée en raison des révoltes survenues en Galice « après que [le roi] se fut élevé au sommet de la patrie »84. Le 1er janvier 943, cette fois dans un acte non suspect, Ramire II donne à Vermudo Nuñez à Valdavida les biens qui ont appartenu à Patre et à ses enfants, lesquels « commirent un meurtre et de nombreuses actions mauvaises et pis encore, et pour cette raison furent bannis et exilés de la patrie »85. Une décennie plus tard, dans un diplôme d’Ordoño III du 12 novembre 954 dans lequel le roi confirme au monastère de Pardomino la possession d’une terre, est insérée une originale contre-clause visant à récompenser de la bénédiction « du roi et de l’évêque de cette patrie » ceux qui agiront pour favoriser le monastère86. On retrouve exactement la même formule dans une donation de Bermude II du 29 octobre 99687. La même année ce dernier évoque encore la patrie mise en péril par un rebelle allié des Sarrasins dans un autre diplôme88. Le 11 avril 1015, Alphonse V donne à Pedro Álvarez une série de biens pour le remercier d’être venu de Castille. Évoquant une villa, il explique dans l’exposé que « cette villa fut obtenue par Enneco, qui fut merino à León sous le règne de mon père le roi et seigneur Bermude, de divine mémoire. Après la mort dudit Enneco j’ai installé moi-même à León un autre merino nommé Fromaricus et je lui ai remis ce même domaine, pour ensuite le transférer dans un autre lieu de ma patrie, à mon service »89. Le 18 décembre 1019, Alphonse V cite la « loi gothique » pour évoquer les raisons de la confiscation de deux villas à Cotina Fernández, Fernando Pelaiz et d’autres90, et on retrouve cette fois les trois éléments du schéma isidorien : princeps, gens et patria. Ce schéma se lit de nouveau dans un diplôme du 13 novembre 1023 par lequel Alphonse V donne à son notaire Sampiro une villa confisquée encore une fois en conséquence d’une révolte, et toujours en référence à la loi gothique91.

  • 92 T. Deswarte, De la destruction, pp. 116-117, renvoie notamment à l’anathème qui frappe les personn (...)
  • 93 H. Sirantoine, « Le discours monarchique », pp. 810-812.

31Plusieurs remarques peuvent être formulées. D’abord, la patrie semble être dans de nombreux cas un synonyme du royaume gouverné par les souverains ; ensuite la plupart de ces occurrences se trouvent dans des actes qui évoquent des rébellions. En faisant appel au sentiment d’appartenance que suscite la « terre des pères », et au désordre qui y règne en cas de révoltes, on entend donc assurer l’adhésion de tous à la dynastie qui perpétue cette patrie. On retrouve tout particulièrement les termes du Liber Judicum et des conciles wisigothiques92, qui permettent d’associer la patrie au roi et au peuple qui lui donnent son unité. Certains ont voulu voir dans la récurrence de cette thématique une preuve de néogothisme, en raison de cette présence de la législation gothique ainsi que de la résurgence de l’idéologie isidorienne qui définissait la nation hispano-gothique par le triptyque rex/gens/patria. Il est vrai que dans un texte néogothique comme la Chronique d’Alphonse III la notion de patrie apparaît pour renforcer le discours providentialiste93. Toutefois, cette association n’est pas systématique. Dans les exemples précités, la « loi gothique » n’est une référence explicite que dans deux actes d’Alphonse V, et si dans d’autres documents elle est implicite, on ne peut s’en étonner dans la mesure où la législation wisigothique est de fait en vigueur dans le royaume. Par ailleurs, si dans les exemples cités le roi et la patrie sont toujours présents, la gens ne se laisse que difficilement appréhender : sont-ce les Astures ? Les Hispani ? On a vu plus haut que la diversité ethnique est un des problèmes auxquels les rois asturo-léonais doivent faire face dans ce royaume où l’adhésion des Galiciens, Vascons et autres Castillans n’est jamais définitivement acquise. Quant à l’Hispania, assimilée à la patrie dans la synthèse isidorienne, elle ne semble pas non plus être l’horizon de la manifestation patriotique de ces sources, qui associent parfois l’idée de patrie à la lutte contre l’Islam mais pas à une reconquête hispanique. L’exaltation de la patrie, si elle peut enrichir certaines formes d’expression du néogothisme, n’en est pas toujours un instrument. Elle apporte par contre une brique supplémentaire à l’énonciation de la cohésion du royaume. En effet, à défaut de pouvoir évoquer le royaume « des Asturies », de « León » ou « de l’Hispania » sans s’exposer d’un côté au mécontentement des « territoires mineurs » et de l’autre à l’inconséquence d’une telle prétention, le recours à la notion inépuisable de patria est une manière pragmatique de ne pas avoir à nommer le territoire dont il est question tout en revendiquant son unité.

32Or, on retrouve ce même pragmatisme dans le procédé d’affirmation monarchique que suppose l’utilisation du concept d’imperium dans la documentation diplomatique asturo-léonaise.

II. — L’IMPERIUM DES SOUVERAINS ASTURO-LÉONAIS : UN PROCÉDÉ D’AFFIRMATION MONARCHIQUE

LE ROI LÉONAIS IMPERATOR, IMPERANTE ET LE REGNUM-IMPERIUM DANS LA DOCUMENTATION DIPLOMATIQUE

33L’appréhension du phénomène impérial à l’époque asturo-léonaise suppose d’abord celle de ses sources. On en a cité certaines jusqu’ici, surtout pour évoquer leurs problèmes d’authenticité ou encore la rareté du titre impérial. Mais un sondage large de la documentation s’impose, afin d’identifier clairement les occurrences des termes et expressions imperator, imperante et regnum-imperium associés aux rois asturo-léonais avant de pouvoir en comprendre la signification.

a) Quelles sources ?

34Dans le bilan qui suit sont intégrées : les occurrences signalées par les auteurs ayant étudié la question, celles découvertes grâce au dépouillement des diplômes de la période ainsi que celles qui sont apparues dans le sondage de la documentation privée.

◇ LE TITRE D’IMPERATOR

351. — Le titre d’imperator est présent dans un peu plus d’une douzaine de diplômes.

  1. Rappelons que les diplômes présentant une titulature impériale à la première personne sont probablement des falsifications. Dans cette catégorie on distingue les deux diplômes de donation d’Alphonse III en faveur de l’église de Mondoñedo datés du 28 août 867 et du 10 février 877. Le premier présente en suscription : « Ego Adefonsus totius Hispania [sic] imperator » ; le second « Idefonsus Hispanie Imperator ». Floriano Cumbreño les considère tous deux comme des faux forgés au début du XIIe siècle dans le contexte d’un procès mené par l’église de Compostelle contre les évêques de Mondoñedo entre 1108 et 112294, c’est-à-dire à une époque où le titre est bien attesté depuis son apparition dans les diplômes d’Alphonse VI, et utilisé encore de manière récurrente par Alphonse Ier d’Aragon95. Deux autres diplômes d’Ordoño II en faveur de l’église de Mondoñedo émis le 18 mai 922 présentent une suscription en « ego serenissimus imperator Ordonius », probablement une interpolation dans des documents qui furent falsifiés peut-être dans la seconde moitié du XIIe siècle96, là encore à une époque où le titre a déjà un long passé dans la tradition hispanique.
  2. Les diplômes authentiques dans lesquels le titre d’imperator est attribué dans la suscription à un souverain décédé concernent deux rois : Alphonse III et Ramire II. Ce type de formulation apparaît d’abord durant le règne d’Ordoño II, avec deux diplômes97. Le premier est une donation en faveur de l’abbé Servando datée du 9 janvier 916 ; le second une donation en faveur de deux confesseurs pour fonder le monastère de Pardomino, datée du 8 janvier 91798. Le même formulaire est apparemment utilisé pour composer les deux actes99, et la suscription est ainsi formulée : « Ego Hordonius rex, uernulus tuus, filius Adefonsi magni imperatoris ». Sous le règne d’Ordoño III une confirmation est faite le 12 novembre 954100 au même établissement que l’acte précédent. On y retrouve de toute évidence le même formulaire, et la suscription reprend les mêmes termes : « Nos exigui famuli uestri Hordonius rex et Urraca regina, domnissimo imperatori Ranimiro filius »101.
  3. Quatre diplômes présentent le titre d’imperator dans d’autres parties du discours diplomatique102. Le plus souvent il s’agit d’actes énonçant le résultat d’une action judiciaire amenée devant le roi. L’exposé d’une concession d’Ordoño III au monastère de Castañeda du 5 décembre 952 retrace ainsi la querelle qui porta l’abbé Juan devant l’imperator rex103. De même, celui de la confirmation par Ramire III du testament d’Ansur en faveur du monastère de Sahagún (11 mai 976) relate les circonstances expliquant la décision du donateur, qui fut « au service du seigneur rex imperator au palais »104. Dans un autre document du 12 mars 977, Ramire III décide — « sub iussione imperatoris » — de donner à Sahagún les biens de Rapinato, lequel dans un moment d’ivresse a tué un moine de l’établissement105. Enfin, du règne d’Alphonse V, on conserve une agnitio présentée devant le roi dans l’exposé duquel le souverain est rex-imperator106.
  4. Dans trois diplômes en provenance d’autres royaumes, les rois asturo-léonais sont intitulés imperatores. C’est le cas d’une donation de Sanche III de Navarre (1004-1035) en faveur du monastère de San Juan de la Peña en 1030, dans la datation de laquelle Bermude III est imperator de la Galice107. On retrouve la même formule dans un second diplôme de Sanche III octroyé la même année au même bénéficiaire108. Un dernier acte de Ramire Ier d’Aragon (1034-1063) mentionne également Bermude III en imperator, toujours dans la datation, en 1036109.
  5. On relève enfin les diplômes présentant un titre qu’on a mis en relation directe avec le phénomène impérial, à savoir celui de basileus. Ce titre n’apparaît que dans deux diplômes de Ramire III, de l’année 974. Dans le premier, une confirmation en faveur du monastère de Sahagún, la formule de validation présente le roi ainsi que sa tante Elvire avec la titulature suivante : « Ranimirus flavius princeps magnus basileus unctus in regno fultus in hanc scriptura manu meo confirmo. Giloira Domino Deo dicata et basilea regis amita hanc agnitionem a me est confirmata »110. L’authenticité de ce document est sujette à caution111. On connaît une seconde occurrence, également problématique. Le 29 juillet de la même année Ramire III supprime le diocèse de Simancas, et c’est la suscription qui reprend une grande partie de la ronflante titulature évoquée précédemment : « Ego quidem famulus Christi Ranimirus bausillus in regno fultus »112.

362. — Dans des chartes privées et agnitiones non confirmées par un souverain, on trouve également à plusieurs reprises le qualificatif d’imperator.

  1. Ce titre apparaît le plus souvent dans la datation des actes, désignant le roi régnant ou le père de celui-ci. Ramire II (930-950) est ainsi imperator dans deux chartes contemporaines de son règne, et dans un acte postérieur113. Il est également rex imperator dans un quatrième acte daté de 939114. Bermude II (982-999) est le père imperator d’Alphonse V dans la datation de deux ventes au profit de Diego Daniéllez et Vislavara en 1002115. Quant à Alphonse V, trois datations le mentionnent en tant qu’imperator116.
  2. Le même titre est présent au cœur du discours diplomatique. C’est le cas pour Alphonse III117, Ordoño III118 et Ramire II119 en imperatores, ainsi que pour Bermude II120 et Alphonse V121 en reges imperatores.
  3. Enfin imperator apparaît dans un acte en provenance d’un autre royaume pour qualifier Alphonse V : il s’agit de la lettre que l’abbé de Ripoll Oliba écrit le 11 mai 1023 à Sanche III en réponse à une sollicitation de ce dernier, relative au projet d’union entre sa sœur Urraca et le roi léonais, que contrarie leur degré de parenté. Avant de se prononcer, Oliba reprend apparemment les arguments de son correspondant : « si rex imperatori sororis coniugium non negaverit, tunc perseverentia pacis, et paganorum deletio, et ecclesiarum ad legem Dei per omnes illorum terras restituetur correctio »122.

◇ LE PARTICIPE PRノSENT IMPERANTE

  • 123 Les caractères généraux de cette formule sont résumés par A. C. Floriano Cumbreño, Curso general d (...)
  • 124 J. Abad Barrasus, Santa María del Puerto, n° 1 (863).
  • 125 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 9 (10 mars 894), 10 (original, 19 septembre 895) (...)
  • 126 Ibid., n° 70 (20 août 926) et V. Vignau, Cartulario del monasterio de Eslonza, n° 26 (17 octobre 9 (...)
  • 127 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 97 (original, 8 mars 933), 154 (25 août 942), 16 (...)
  • 128 J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), n° 216 (15 octobre 963) et E. Sáez et C. Sáez, (...)
  • 129 Ibid., n° 465 (31 janvier 979).
  • 130 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 592 (8 février 1000), 631 (24 févri (...)

37Dès les origines du royaume asturien, les datations des chartes présentent parfois une formule précisant quel est le souverain au pouvoir à la date de rédaction de l’acte. Il est difficile de mesurer quantitativement la présence de ce type de datation : certaines collections diplomatiques l’ignorent totalement, dans d’autres on la trouve systématiquement. La formule123 commence généralement par le participe présent regnante, suivi de la mention du nom du souverain — intitulé rex, ou princeps, ou même dominus. Parfois elle est complétée par la mention de la capitale du royaume (in Ouieto, in Legione). Régulièrement, à la suite du souverain sont mentionnés différents potentats et prélats locaux. On en a vu quelques exemples dans les pages précédentes. D’autres variantes et ajouts sont possibles : filiation du souverain, qualificatifs honorifiques, vocabulaire utilisé pour évoquer le gouvernement, espaces gouvernés, etc. En outre regnante est parfois remplacé — ou complété — par le participe présent imperante. La première occurrence rencontrée concerne Ordoño Ier (850-866)124. Sous le règne d’Alphonse III (866-910), on a pu en observer 5, dont 4 associent regnante et imperante125. Alphonse IV (925-931) est aussi présent dans deux datations exploitant les deux formes de l’expression126. Ramire II (931-951) est quant à lui concerné par 13 actes, le plus souvent sous la forme unique imperante, regnante étant réservé dans ceux-ci à l’expression du gouvernement du Christ127. Le nombre diminue par la suite, et Sanche Ier est imperante dans deux actes128, Ramire III dans un seul129, et Alphonse V dans 4 actes, dont deux où ce participe présent est précédé par regnante130.

◇ L’EXPRESSION REGNUM-IMPERIUM

  • 131 En une occasion on a également observé cette formule dans l’exposé du document. Il s’agit d’un act (...)
  • 132 On pourra évoquer également ce diplôme du roi de Pampelune García Ier Sánchez de 948 dans la datat (...)
  • 133 « Anno feliciter glorie et imperii principis nostri domni Adefonsi XXXVIº », M. Lucas Álvarez, El (...)
  • 134 Sous la forme « sub imperio regis Ranimiri » : J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), (...)
  • 135 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 570.
  • 136 Ibid., nos 518, 571, 572, 627, 634, 688, 690, 702, 703, 705, 711, 723, 724, 729, 731, 732, 752, 75 (...)

38Cette expression est une manière conventionnelle de désigner les termes présents dans la datation131 de toute une série de sources privées132 avec de nombreuses variantes : regni imperii, regnum imperii, regnum imperium, regnum et imperium, regnum et imperii, regnum imperio, regni imperio. Nous intégrons également ici certains documents dans lesquels l'imperium n’est associé qu’au titre de rex ou princeps, ce qui constitue peut-être une forme ancienne de l’expression. Ces occurrences concernent Alphonse III133 et Ramire II134. La formule consacrée en regnum-imperium n’apparaît véritablement qu’au milieu du règne de Bermude II, dans une donation de Speciosa et Benedicto au monastère Santiago de León émise le 27 avril 995, dont la datation mentionne : « Regni imperii Ueremudus rex »135. Dans trois autres actes de ce même règne la formule réapparaît, et elle est ensuite régulièrement utilisée durant ceux d’Alphonse V (31 actes) et de Bermude III (13 actes)136.

b) Classification des données

39Quand bien même la liste des diplômes et chartes documentant l’attribution, sous une forme ou sous une autre, d’un imperium aux souverains asturo-léonais est sensiblement plus fournie que celles sur lesquelles un Menéndez Pidal ou un Sánchez Candeira avaient appuyé leurs arguments, on doit tout de même constater que ce phénomène demeure une pratique marginale dans les usages diplomatiques de la période envisagée. Le tableau ci-après (p. 106) récapitule de manière synthétique les occurrences observées.

40Sans compter les suscriptions inauthentiques ni les deux diplômes dans lesquels Ramire III est basileus, mais en laissant de côté les doutes qui pèsent sur l’authenticité d’autres actes, on peut observer que 25 documents, royaux et privés, attestent l’utilisation du titre d’imperator. Des datations mentionnant imperante sont présentes dans 28 chartes, et regnum-imperium apparaît à 48 reprises. Ces chiffres ne sont en aucun cas négligeables, mais ils représentent une faible proportion des actes de la période. Le terme imperator apparaît dans 11 — en comptant les faux — des 344 diplômes répertoriés par Manuel Lucas Álvarez jusqu’à la fin du règne de Bermude III. Même en ne prenant en compte que les actes émis à partir du règne d’Ordoño II qui le premier intitule son père Alphonse III imperator, cela représente encore 287 diplômes, et le titre apparaît ainsi dans 3,8 % des actes. Si l’on considère à leur tour les documents privés, les pourcentages obtenus sont certes plus élevés. Notre relevé permet d’établir que 94 documents privés asturo-léonais présentent dans leur datation ou dans d’autres formules un des termes recherchés. Toutefois, en considérant cette fois la période allant du règne d’Ordoño Ier, durant lequel on a noté la première occurrence d’imperante, jusqu’à celui de Bermude III, Lucas Álvarez répertorie 1 033 documents dont la datation évoque un souverain : la proportion augmente alors pour atteindre les 9 %. On observe donc d’emblée une grande disparité des pratiques entre diplômes et chartes, sur laquelle nous reviendrons plus loin. L’ensemble de ces chiffres permet en tout état de cause de confirmer le caractère anecdotique du phénomène impérial hispanique.

41La marginalité du phénomène apparaît aussi dans sa concentration géographique. Sur l’ensemble des collections diplomatiques royales et privées dépouillées, peu ont finalement apporté des informations complémentaires par rapport aux données recueillies dans le passé. Cela contraste d’ailleurs avec les informations que ce même sondage a permis d’apporter quant à l’utilisation du vocabulaire de l'imperium dans d’autres contextes. La très grande majorité des actes répertoriés ci-dessus provient des archives de la cathédrale de León, capitale du royaume après le règne d’Alphonse III, ou d’établissements liés à l’Église léonaise. On note aussi quelques documents provenant de Sahagún, monastère lui aussi fortement lié à la monarchie, et plus occasionnellement encore des cathédrales d’Astorga et de Mondoñedo, des monastères de Celanova, de Castañeda, de Samos. Il y a aussi le cas des quatre documents en provenance d’autres espaces que le royaume asturo-léonais. Mais dans l’ensemble, ces pratiques semblent avoir peu dépassé le cadre de la région léonaise, et finalement celui des espaces centraux de la monarchie.

  • 137 Monastère d’Abellar, voir E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 135, 178, 256 et E. S (...)
  • 138 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 518, 570, 627, 703, 732, 752, 756 (...)
  • 139 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 723, 776 et 815.
  • 140 Ibid., nos 688, 773, 789, 808 et Id., Colección de la catedral de León (IV), n° 923.
  • 141 Id., Colección de la catedral de León (III), nos 702, 838 et 845.
  • 142 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 9, 13, 14 et 25.
  • 143 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 780, 850, 882, 884 et 895.
  • 144 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 172, 173 et 174.
  • 145 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 787 et 828.
  • 146 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 70, 154, 161, E. Sáez et C. Sáez, Colección de (...)
  • 147 Il s’agit des actes correspondant aux biens achetés par le prêtre Vincimalo en juin 943.
  • 148 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 226, 234 et 237.
  • 149 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 705, 724, 731, 732, 799 et 815.
  • 150 Ibid., nos 787, 838, 850 et J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, Colección de Otero (...)
  • 151 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 845, 849 et J. A. Fernández Flórez(...)
  • 152 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 865, 882, 884 et 895.
  • 153 Id., Colección de la catedral de León (IV), nos 897 et 911.

42La concentration est par ailleurs encore renforcée si l’on observe les personnes et établissements religieux que ces actes mettent en contact. Les monastères d’Abellar et d’Eslonza situés sur le territoire léonais sont concernés respectivement par 4 et 3 des documents listés137. Santiago de León apparaît comme destinataire de 8 chartes entre 987 et 1018138, et San Vicente de León de 3 entre 1014 et 1025139. Un certain prêtre et/ou abbé Félix cumule des terres à Trobajo : il en rachète à des particuliers à 5 reprises entre 1010 et 1034140. S’agit-il du même abbé Félix, agissant pour le compte du monastère de San Miguel de la Vega, bénéficiaire de 3 ventes et donations dans le même temps141, le plus souvent dans ce même lieu de Trobajo ? D’autres noms de personnes et de lieux sont récurrents : Menicio et Avola sont les destinataires de 4 chartes entre 894 et 910142, ce qui correspond à l’essentiel des actes mentionnant Alphonse III comme imperante ; Cidi Domínguez et son épouse Auria sont pour leur part les bénéficiaires de 5 actes entre 1021 et 1031143 ; le prêtre Vincimalo achète coup sur coup trois propriétés à Villagoya en juin 943144 et Iucefe et Justa font de même à deux reprises en 1022 et 1026 à Antimio145 ; le lieu appelé Marialba revient dans 5 actes entre 926 et 995146. Cette concentration des acteurs et lieux mentionnés dans les documents relevés invite à conclure à la répétition des mêmes formules d’un acte à l’autre, les plus anciens servant de modèle aux nouveaux. Nos occurrences sont donc concentrées dans l’espace à double titre : elles restent essentiellement liées au territoire léonais, et elles témoignent d’usages qui se répètent, mais ne se répandent pas. Elles sont d’ailleurs le fait d’un petit groupe de scribes et/ou notaires dont les noms reviennent régulièrement, et qui semblent attachés à ces formulations mettant en œuvre le vocabulaire de l'imperium. On a pu relever ainsi au sein de la documentation privée 3 actes rédigés à l’initiative d’un certain Fredenandus presbiter en 943147 ; 3 autres où Ioannes appose son monogramme en 950-951148 ; 6 mettent en scène le presbiter Fulgentius entre 1012 et 1025149 ; 4 Citi presbiter entre 1022 et 1032150 ; 3 Stephanus presbiter en 1028-1029151 ; 4 Gudesteus presbiter en 1030-1031152 ; et enfin dans 2 cas Micael presbiter en 1032-1033153.

43Venons-en à présent aux souverains concernés par ces usages. La fig. 3 rend compte de l’ampleur du phénomène pour chacun d’eux. Les 10 souverains qui y sont nommés ne représentent pas même la moitié des 26 rois que compte la dynastie asturo-léonaise. Il est vrai que si l’on ne tient compte que des souverains ayant régné après que la première occurrence est apparue, on obtient un total de 10 souverains sur 15, ce qui cette fois tend à signifier que la majorité des rois à partir d’Ordoño Ier fut concernée. Le graphique permet en outre de constater que les souverains ne furent pas tous concernés par les mêmes usages et dans les mêmes proportions. Quatre règnes se détachent des autres : ceux d’Alphonse III, de Ramire II, d’Alphonse V et de Bermude III, concernés chacun par différentes manifestations de « l’idée impériale » dans un nombre d’actes non négligeable. Toutefois là encore une analyse plus détaillée tend à relativiser les conclusions. Ainsi, concernant Alphonse III : cinq actes contemporains, dont quatre ont le même destinataire, le présentent comme imperante sur les 30 documents où il est mentionné en datation. Quant au titre d’imperator que son fils Ordoño II lui accorde dans deux actes, il est bien peu de choses si on le met en rapport avec les autres diplômes dans lesquels le même roi le mentionne uniquement comme rex ou princeps. Ramire II semble à première vue être bien davantage concerné par le phénomène que son aïeul. Pourtant, si l’on rapporte les 17 datations de chartes privées dans lesquelles il est imperator ou imperante aux 190 datations le mentionnant — le règne de Ramire II fut long, ce qui augmente d’autant le nombre d’actes émis —, on obtient seulement 8,9 %, c’est-à-dire moins que ce qu’on observait pour Alphonse III. Pour Alphonse V et Bermude III, les données changent encore, puisque ce sont cette fois les occurrences de l’expression regnum-imperium qui les concernent, remplaçant en partie la formule en imperante, tandis que le titre d’imperator est proportionnellement moins présent. Les manifestations du regnum-imperium apparaissent pour ces deux règnes sensiblement dans les mêmes proportions : dans 31 des 216 actes privés mentionnant Alphonse V (14,3 %) et dans 13 des 80 actes concernant Bermude III (16,2 %).

FIG. 3. — Imperator, imperante, regnum-imperium : rois asturo-léonais concernés, et dans quelles proportions

  • 154 Il est à noter que la fig. 4 est pour la décennie 1031-1040 biaisée, puisqu’on n’y a pas intégré l (...)

44La fig. 4 montre d’ailleurs que, loin d’une progression linéaire, on doit constater le caractère disparate des occurrences des expressions observées. Durant toute la période, la fréquence du terme imperator et des datations en imperante est très discontinue. Seul le phénomène du regnum-imperium témoigne d’une progression régulière entre la décennie 980 et les années 1030154. Chronologiquement, ces occurrences apparaissent à partir du milieu du IXe siècle, c’est-à-dire à une période où la monarchie asturo-léonaise se renforce. On les observe aussi plus abondantes durant des règnes considérés comme importants pour l’affermissement du pouvoir royal (Alphonse III, Alphonse V). Mais elles sont aussi présentes durant la période dite de « décadence » de la monarchie, durant la seconde moitié du Xe siècle.

  • 155 Voir M. Lucas Álvarez, La documentación real, pp. 229-230.

45La deuxième série de remarques concerne le caractère sélectif des phénomènes observés. Une première constatation s’impose : le phénomène impérial est avant tout présent dans la documentation privée. Encore une fois, il s’agit de relativiser l’importance qui a été parfois donnée à « l’idée impériale léonaise » comme élément d’une politique complexe mise en œuvre par la monarchie. En même temps, cette circonstance invite à réévaluer peut-être l’intentionnalité que l’on doit y déceler. Privés pour l’essentiel, ces documents n’en restent pas moins liés à la cathédrale de León et au monastère de Sahagún, centres ecclésiastiques proches de la monarchie. Il n’est donc pas incongru d’émettre l’idée que les scribes et notaires qui ont réalisé ces actes se sont vus donner des consignes — ou se les sont attribuées — afin de transmettre une certaine image du pouvoir monarchique. À l’appui de cette idée, on remarquera que certains des scribes/notaires qui sont apparus de manière récurrente dans la documentation privée participèrent également à la genèse documentaire royale : tel est le cas notamment de Fulgentius155.

FIG. 4. — Imperator, imperante, regnum-imperium : distribution chronologique des actes concernés

  • 156 Voir « Retour sur les théories de l’origine de l’idée impériale léonaise », pp. 55-56.
  • 157 Sur cette distinction entre suscription et datation, voir notamment Á. Martín Duque, Sancho III el (...)
  • 158 O. Guyotjeannin et alii, Diplomatique médiévale, p. 85. Voir également, sur l’importance de la dat (...)

46Il convient en ce sens de souligner que toutes les parties du discours diplomatique ne sont pas sollicitées de la même manière au moment de présenter l'imperium attribué aux souverains asturo-léonais. Si quelques tentatives sont faites dans un premier temps pour introduire le titre impérial dans la suscription des diplômes (3 authentiques et 4 falsifications), bien vite c’est dans d’autres parties moins solennelles qu’il apparaît. Ainsi, dans les diplômes comme dans les chartes, on le retrouve, tantôt sous la forme imperator, tantôt comme rex-imperator, dans le texte des exposés présentant les circonstances parfois complexes dans lesquelles intervient la mise par écrit de l’acte (9 documents). Ce sont pourtant les formules de datation qui sont finalement privilégiées pour transmettre l’idée d’un imperium royal (89 documents). La formule en imperante ne concerne bien évidemment que les datations ; l’expression regnum-imperium y apparaît presque exclusivement ; le titre imperator y fait également de nombreuses apparitions. Comment l’expliquer ? On ne retiendra pas l’hypothèse qu’énonçait Sánchez Candeira d’une moindre visibilité de ces expressions dans la datation, résultat selon lui de l’impossibilité pour les rois asturo-léonais d’utiliser le titre d’imperator à la carolingienne et en suscription en raison de leur volonté de se présenter comme des héritiers du royaume wisigothique anti-universaliste156. L’insertion de certains termes dans les datations est au contraire loin d’être peu significative. En effet, les formules de datation présentent plusieurs avantages dès lors qu’on les considère comme des instruments de communication. Stéréotypées, elles sont à même d’être répétées d’un acte à l’autre, ce qu’on a pu observer. Par ailleurs, contrairement à une suscription royale, qui par définition n’intervient que dans les diplômes, une datation évoquant le souverain en place est pratique courante, potentiellement présente dans des documents royaux aussi bien que privés, et donc quantitativement plus nombreux : ainsi une formule a des chances de se répandre. Enfin, le contenu des formules de datation, même stéréotypé, est susceptible de recéler une signification importante pour les monarques. En effet, si la suscription est le lieu où un souverain, par le biais d’une titulature judicieusement choisie, exprime le fondement de son auctoritas, la datation, dès lors qu’elle mentionne en plus de la date chronologique le nom du monarque régnant, est le lieu où est susceptible d’être exprimée l’étendue de sa potestas, c’est-à-dire la base de son pouvoir dans un sens plus temporel — voire territorial lorsqu’un espace donné est mentionné157. En outre, cette mention du roi en place dans le cas de documents privés est également significative de la volonté des instances ayant rédigé ou fait rédiger l’acte de souligner l’influence de leur souverain158. La présence de l'imperium des souverains asturo-léonais dans les datations, sous ses différentes formes, est donc susceptible de véhiculer un message sur l’exercice de la royauté.

47Marginal, concentré, discontinu, le phénomène impérial n’en renferme pas moins des possibilités de signification importantes quant à l’image qu’il donne de la monarchie et des rois qui se voient attribuer la jouissance d’un imperium. Reste à déterminer la teneur du message transmis.

LA RÉSERVATION SOUVERAINE DE L’IMPERIUM

48À l’issue de ce recensement, et en tenant compte des arguments soulevés dans le chapitre précédent concernant les usages du champ lexical de l'imperium, il devient possible de formuler un certains nombre d’hypothèses quant à la signification et la portée du phénomène impérial à l’époque asturo-léonaise.

a) Des chartes aux diplômes : transfert de la notion d’imperium

  • 159 Voir « La notion d’imperium dans les documents de la période asturo-léonaise », pp. 62-78.
  • 160 A. García-Gallo, « El imperio (1953) », p. 122.

49On l’a vu, dès le troisième quart du IXe siècle, le vocabulaire de l'imperium désigne dans les actes les détenteurs d’une autorité159. García-Gallo insistait tout particulièrement sur cette signification de « pouvoir » que contiennent le terme d’imperium et son champ lexical dans les actes asturo-léonais et apportait une précision de grande importance : « les rares références des documents de l’époque nous indiquent seulement qu’imperium signifie pouvoir ; ou si on souhaite une plus grande précision, pouvoir effectif »160. Or, il semble bien que c’est sur cette effectivité contenue dans le terme que s’est joué le destin du vocable dans la documentation et son appropriation progressive par les souverains. Si les premières manifestations du champ lexical de l'imperium apparaissent surtout pour désigner le « pouvoir effectif » de laïcs et de clercs, ce même vocabulaire en vient logiquement à désigner aussi l’autorité royale dans les actes.

50Une constatation s’impose d’abord quant à l’origine de la qualification impériale du pouvoir des rois asturo-léonais. Même s’il est possible qu’il s’agisse d’un hasard de la conservation des sources, il semble y avoir eu un transfert de la notion d’imperium des chartes privées vers les diplômes royaux. En effet, les premiers documents associant le pouvoir royal à l'imperium sont six chartes privées émises entre 863 et 910 dans la datation desquelles les règnes d’Ordoño Ier et d’Alphonse III sont évoqués par le terme imperante. Et c’est seulement en 904, dans un acte d’Alphonse III, qu’on trouve la première occurrence de l’expression ad imperandum par laquelle le souverain délègue son autorité sur un territoire à un de ses sujets. Dans un acte de son fils Ordoño II en 916, c’est le pouvoir du roi qui est qualifié d’imperium. Par la suite, les deux usages perdurent : l'imperium désigne tantôt le pouvoir des rois, tantôt celui de toute autre personne investie d’une quelconque autorité, tantôt un pouvoir non personnalisé, comme dans le cas de l’expression nullius cogentis imperio.

  • 161 Voir J. M. Mínguez Fernández, « Pervivencia y transformaciones », p. 16, qui rapproche d’ailleurs (...)
  • 162 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 76.

51Dès lors qu’on identifie dans le terme d’imperium l’expression d’une autorité effective, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi s’est opérée cette récupération du vocabulaire des chartes privées au sein des diplômes royaux. On a évoqué plus haut les difficultés de dispersion du pouvoir que suscite l’expansion rapide du royaume asturo-léonais. Rappeler que le souverain est le détenteur de l’autorité semble donc tout indiqué dans un contexte où nobles et magnats ont tendance à l’oublier. Certaines expressions jouent ce rôle, telles que iussi legere, iussi fieri o per iussionem regis, fréquentes dans les diplômes de la période, et notamment dans les donations. Ces diplômes, où l’action donatrice du souverain se trouve justifiée par ces expressions, ne font pas qu’exprimer des transferts de propriété : ils sont la manifestation d’une potestas publica sur le royaume et ses biens161. Dans la même logique, désigner le pouvoir royal par le biais du champ lexical de l'imperium constitue une manière d’exprimer l’effectivité de l’exercice du pouvoir monarchique. Or, il est difficilement concevable que l’apparition, concomitante ou postérieure, d’une typologie de formulations qu’on a associée traditionnellement à l’expression d’une « idéologie impériale » — imperator, imperante, regnum-imperium —, mais qui provient néanmoins du même vocabulaire, puisse exprimer quelque chose de foncièrement nouveau ou différent sur le pouvoir monarchique. Menéndez Pidal refusait d’accepter que le titre d’imperator attribué aux comtes ou à d’autres magnats censément soumis au souverain puisse avoir le même sens lorsqu’on l’attribuait à un roi. Il est évident que ce même terme ne fait pas d’un comte et d’un roi deux semblables. Ce n’est pourtant pas tant la signification du terme qui est différente que l’effet produit pour la personne ainsi qualifiée. « Face à une interprétation générique du terme imperium dans le sens fondamental de gouvernement ou commandement qui peut affecter toute personne qui détient ce pouvoir, nous en trouvons une autre qui le lie étroitement à la dignité royale », affirme Amancio Isla Frez, ajoutant que « si Menéndez Pidal affirmait que l'imperium apparaît pour élever le royaume léonais face aux autres formations politiques de la vieille Hispania, de ce que nous venons de signaler on déduit qu’en effet, il apparaît certes pour souligner, mais bien le roi face aux potentats, le monarque sur l’aristocratie, mettant en relief les traits propres au gouvernement royal »162. Dans leur ensemble, ces expressions permettent d’insister sur l’autorité royale, et c’est dans la manière dont elles sont exprimées que nous pouvons lire leur intérêt et l’ingéniosité dont ont fait preuve les souverains asturo-léonais, leurs conseillers ou encore les notaires à leur service.

  • 163 On rappellera qu’on peut éventuellement ajouter à ces deux actes le diplôme dans lequel sont peut- (...)
  • 164 « Nos omnes comites seu inperatores quanticumque sumus », « pariemus uobis per unumquemque comitem (...)
  • 165 Seule signification acceptée pour ces diplômes par R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 123-125.

52En 916 et 917, dans deux diplômes d’Ordoño II, Alphonse III devient imperator, le titre rex disparaissant pour l’occasion163. Il n’est pas possible de traduire ce qualificatif par « empereur ». Aucun des arguments autrefois avancés par Menéndez Pidal et Sánchez Candeira ne se révèle convaincant pour attribuer au roi léonais une autorité supérieure à celle qu’il exprimait sur son royaume, et pour laquelle il devait d’ailleurs constamment combattre. Singulièrement ces deux occurrences apparaissent après que le titre imperator a été utilisé une première fois pour désigner la fonction exercée par les comtes de Lugo qui s’engagent à réparer leurs méfaits dans un acte du 7 juin 910 dont le destinataire n’est autre qu’Ordoño II. La suscription met en scène les « comites seu inperatores » et dans une clause les mêmes s’engagent à payer une amende au roi s’ils ne respectent pas les conditions de l’acte164. Là encore le mot imperator ne serait donc pas vraiment une nouveauté, à considérer ce document comme authentique, ce qui n’est pas certain. Quant à sa signification, cette coïncidence chronologique nous invite à lire dans le qualificatif attribué à Alphonse III le même sens générique que dans le cas des comtes de Lugo : la désignation de celui qui détient l’autorité, publique et peut-être dans une certaine mesure militaire165. Aussi, pour traduire le titre d’imperator, il n’est guère mieux que l’incommode périphrase « détenteur d’un imperium ». Elle n’est pas dénuée d’intérêt, puisqu’à la notion d’autorité publique peut s’ajouter celle de puissance militaire. L’ambivalence du terme pourrait même être un effet recherché si l’on veut bien se rappeler l’empreinte guerrière de la monarchie asturo-léonaise. Mais le véritable intérêt de cette formulation réside ailleurs. En effet, on s’est beaucoup interrogé sur l’inexistence de sources contemporaines d’Alphonse III le désignant comme imperator, ce qui a donné lieu à des théories plus ou moins fumeuses sur l’authenticité des deux diplômes où il s’intitule imperator Hispaniae ou sur l’équivalence entre le prétendu titre impérial et des adjectifs à consonance impériale tels que magnus. La première question à se poser est pourtant la suivante : pourquoi Ordoño II a-t-il inséré ce qualificatif dans la suscription de deux de ses actes ? Il ne s’agit en réalité pas d’étudier le terme imperator pour lui-même, mais au sein du discours diplomatique dans lequel le roi a voulu se présenter en ces termes : « Ego Hordonius rex, uernulus tuus, filius Adefonsi magni imperatoris ». Cette manière de procéder, si on y réfléchit en termes d’intentionnalité, met finalement moins en valeur Alphonse III qu’Ordoño II, fils de celui dont l’autorité était si importante. Le principe de la succession héréditaire s’imposant petit à petit, il n’était déjà pas inutile de rappeler qu’Ordoño devait son statut de roi à son père. De fait les diplômes dans lesquels Ordoño II rappelle qu’il est fils d’Alphonse III sont nombreux. Mais dans le même temps, les règles de la succession monarchique n’étant pas définitivement fixées, la légitimité d’un souverain était dans bien des cas proportionnelle à sa capacité à régner, c’est-à-dire d’abord à guerroyer, ensuite à s’assurer les appuis nécessaires à l’enracinement de son pouvoir : pour le dire autrement, à l’exercice effectif de son autorité. Évoquer l’ampleur de l’héritage alphonsin permettait donc peut-être d’accroître la légitimité du pouvoir monarchique d’Ordoño II.

  • 166 La présence des titres rex et princeps au côté d’ imperator est selon Manchón Gómez le signe de la (...)

53Sous l’effet conjoint de la concentration du pouvoir d’émettre les documents dans les mains du clergé et du conservatisme des formulations diplomatiques, on observe qu’après ces premières occurrences le qualificatif d’imperator attribué aux rois se répand — dans une mesure certes limitée. On le retrouve ainsi, accompagné ou non du titre rex166, dans la documentation privée pour désigner Ramire II dans la datation d’une série d’actes léonais, d’abord de son vivant, puis après sa mort dans une charte où Ordoño III est par ailleurs intitulé imperator. Dans le même temps, les datations de quelques chartes privées perpétuent l’usage apparu à l’époque d’Alphonse III d’exprimer le règne en cours à l’aide du participe présent imperante. À partir du règne de Ramire II cet usage prend même un tour quelque peu différent. Alors que jusque-là la plupart des occurrences précisaient de manière redondante regnante et imperante rege Aliquo, on observe désormais une formulation particulière : c’est Dieu qui « règne » et le roi qui exerce son imperium. Dans le même temps une nouvelle formule de datation apparaît : sub Alicujus imperio. Comme dans la suscription d’Ordoño II où Alphonse III est désigné comme imperator, l'imperium se substitue en quelque sorte dans ces actes à la royauté, comme pour conférer au souverain un degré d’autorité supérieur à celui que le terme regnum peut exprimer. Cet usage n’est toutefois pas pérenne, et les deux possibilités — imperante seul, ou regnante et imperante — cohabitent par la suite et jusqu’à la fin de la période étudiée.

54Dans les diplômes, le succès est moins évident. Ordoño III fait à son tour de Ramire II un imperator dans la suscription d’un de ses diplômes, mais il s’agit là d’un unique document, dont le scribe a d’ailleurs peut-être repris la formule énoncée en 917 dans le diplôme d’Ordoño II puisque les deux actes ont pour destinataire le monastère de Pardomino. Ordoño III lui-même semble avoir pris momentanément goût au qualificatif, puisque dans l’exposé d’une confirmation il se présente comme rex imperator. Là encore il s’agit d’un seul acte, et jusqu’en 1037 on n’a pu observer que trois autres diplômes attribuant une qualification impériale aux souverains. On peut toutefois se demander si cette absence du terme imperator ou d’autres formulations dans les diplômes est le signe d’un insuccès. Si on accepte l’idée que la mise en valeur de la détention d’un imperium par les souverains est un procédé d’affirmation de l’effectivité du pouvoir monarchique, la réussite ne se situe-t-elle pas justement dans la diffusion de ce vocabulaire par le biais des chartes privées ? On a d’ailleurs évoqué plus haut l’intérêt que suppose l’insertion de ce vocabulaire dans la datation des chartes, formule inlassablement répétée et lieu où s’exprime l’étendue de la regia potestas.

55Il s’agit donc là d’un procédé astucieux. Non seulement les notaires royaux et scribes léonais ont récupéré pour le compte de leurs rois le potentiel de légitimité et d’affirmation monarchique qu’était susceptible de fournir le vocabulaire de l'imperium, mais ils ont également manœuvré de manière à ce que cette pratique produise un effet maximal. La démarche demeure très limitée, puisqu’une minorité de documents est finalement concernée, et que le vocabulaire de l'imperium continue d’être appliqué à d’autres personnes que les rois, au cœur même des actes royaux. Le pragmatisme que révèle l’utilisation des actes diplomatiques comme instruments de pouvoir et comme outils de diffusion des idées mérite cependant d’être souligné.

b) L'imperator cède la place au basileus et au regnum-imperium

56Durant les quatre décennies qui suivent le règne de Ramire II le phénomène s’amenuise. On trouve encore quelques datations en imperante ou regnante/imperante dans la documentation privée. Quant au titre d’imperator, il apparaît dans quatre diplômes pour désigner Ordoño III, Ramire III et Alphonse V. Par la suite il refait surface dans les chartes. Dans trois cas il désigne Bermude II, dans quatre Alphonse V — et quatre chartes utilisent aussi imperante dans leur datation pour le même souverain —, et encore autant pour Bermude III dans des actes en provenance d’autres royaumes. Ce dernier cas tout particulièrement est révélateur du retentissement qu’eut la démarche, puisque c’est au qualificatif d’imperator que l’on pense parfois, dans les espaces chrétiens de la Péninsule, au moment de désigner le souverain léonais. On doit néanmoins qualifier ces chiffres de faibles si on les met en relation avec l’augmentation du nombre d’actes conservés à partir de la seconde moitié du Xe siècle.

  • 167 C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 319, n. 100.
  • 168 Tout au plus la formule en nullius cogentis imperio est-elle moins présente dans la documentation (...)

57Il est vrai qu’en parallèle le terme d’imperator disparaît en grande partie pour désigner le comte ou magnat détenteur de l’autorité déléguée par le souverain. C. Sánchez-Albornoz expliquait en son temps cette disparition par le succès de « l’idée impériale léonaise »167. L’affirmation albornocienne demande cependant à être nuancée, car les relevés montrent que l’usage qui consiste à désigner les officiers territoriaux du roi comme imperatores et/ou imperantes n’était pas non plus très répandu durant la période antérieure. Il est cependant bien possible que Sánchez-Albornoz ait eu raison sur un point. L’objectif poursuivi était peut-être aussi d’essayer de réserver le vocabulaire de l'imperium pour le roi, afin de ne pas susciter d’ambiguïté quant au détenteur suprême de la publica postestas. En ce sens la démarche se solde bien par un double échec puisqu’en tout état de cause le champ lexical continue d’être employé sous ses différentes formes, dans les diplômes comme dans les chartes, pour désigner l’autorité d’autres personnes que les souverains asturo-léonais168, et ne remplace jamais totalement celui du regnum.

58Doit-on mettre en relation cette situation avec la crise que traverse la monarchie dans les dernières décennies du Xe siècle ? Les deux actes de 990 dont les datations évoquent le comte García Gómez rebelle à Bermude II comme inperantem in Legione constitueraient ainsi une preuve particulièrement révélatrice de l’échec de la qualification impériale du pouvoir royal. Pourtant, et on doit là encore saluer l’ingéniosité des scribes léonais, l’idée d’échec disparaît dès lors que l’on considère les nouveaux usages diplomatiques qui apparaissent au moment même où cette faillite est consommée.

  • 169 Son jugement doit toutefois être nuancé. Plusieurs usages du titre de basileus cohabitent dans les (...)
  • 170 « Reges autem ob hanc causam apud Graecos basile… w vocantur, quod tamquam bases populum sustinent (...)
  • 171 R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 128-129.

59Dès le règne de Ramire III, l’introduction du titre de basileus dans la titulature du souverain constitue une nouvelle expérience de mise en valeur de la fonction royale. Expliquer la provenance et la signification de ce titre pose problème. Les historiens de l'imperium en ont fait pour la plupart un équivalent du terme imperator, et certains y ont vu l’influence de certaine ambassade byzantine en visite à la cour léonaise, mais on n’en a aucune preuve formelle. Sánchez Candeira soulignait quant à lui l’importance qu’avait eu le titre comme synonyme d’imperator dans les îles Britanniques169. Comme pour ce titre, il est cependant vain de chercher l’origine de ce basileus en dehors du León. Les deux termes sont présents dans les Étymologies d’Isidore de Séville, bien plus à même d’avoir influencé les notaires léonais que les pratiques notariales des confins de l’Europe. Après avoir rappelé l’origine du titre d’imperator accordé aux empereurs romains, Isidore de Séville explique en effet que « chez les Grecs les rois sont appelés basileîs parce qu’ils soutiennent le peuple comme une base »170. Basileus est donc bien un synonyme de rex, et dénoterait surtout des pratiques emphatiques dans la chancellerie de Ramire III imposées par les difficultés du moment. On n’aurait donc ni plus ni moins qu’une autre forme, érudite celle-là, de mise en valeur de la royauté171. L’étymologie proposée par Isidore présente peut-être un autre avantage en sus de son caractère solennel : le roi grec y est la « base » qui soutient le « peuple ». L’énoncé de ce lien puissant entre le roi et ses sujets aurait-il séduit un scribe à l’affût de formulations allant dans le sens d’un renforcement de la cohésion du royaume ?

  • 172 Proportion qui s’élève à 12,5 % si l’on suit les recensements de M. Lucas Álvarez, La documentació (...)

60Ces occurrences du titre basileus constituent les derniers indices de termes inusuels introduits dans la suscription des diplômes royaux, jusqu’à ce qu’Alphonse VI adopte officiellement celui d’imperator. Le règne des successeurs de Ramire III est par contre marqué par de nouveaux usages dans la formulation de la datation des chartes privées, avec l’introduction de la notion de regnumimperium. Dans la continuité peut-être des documents où l’on avait observé une formule en sub imperio Alicujus regis, et comme variante des datations associant les participes regnante et imperante, on trouve en effet à partir de 987 et jusqu’à la fin de la période une cinquantaine de chartes dont la datation exprime par ce concept le règne en cours. Si ce chiffre ne représente toujours qu’une petite proportion des actes privés datés selon les règnes de Bermude II, Alphonse V et Bermude III172, la formule, contrairement au titre d’imperator ou à la datation en imperante, est de plus en plus utilisée (fig. 4, p. 111). D’une seule charte pour la décennie 981-990, on passe à trois pour la décennie suivante, puis cinq documents, puis treize, pour culminer entre 1021 et 1030 avec 18 documents.

  • 173 Sur la nature pléonastique et emphatique de la formule regnum-imperium, ainsi que son emploi dans (...)
  • 174 Ibid., p. 132.
  • 175 Voir A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 74-78.
  • 176 R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 134-136.

61Comment interpréter cette nouvelle formule ? Il est certain qu’on ne doit dans l’ensemble y voir qu’une pratique notariale propre à quelques scribes léonais qui auront souhaité continuer à souligner l’autorité suprême des rois. En ce sens on n’a pas une grande différence avec les usages observés précédemment, pour lesquels on a déjà commenté l’intérêt de l’insertion de formules spécifiques dans la datation des chartes. Pourtant il y a dans cette nouvelle formulation une évolution quant à la manière de mettre en valeur la monarchie. Dans l’étape précédente, l'imperium tendait parfois à remplacer la fonction royale exprimée par rex, regnare, regnante, etc. Il est impossible de déterminer s’il s’agissait là d’un effet spécifiquement recherché, mais en tout état de cause cette démarche de substitution aboutit à un semi-échec puisque d’une part l’usage ne s’en est pas fixé, et d’autre part il cohabitait toujours avec la désignation de l’autorité de toute personne par le même vocabulaire. Avec le concept de regnum-imperium par contre on ne dissocie pas la fonction royale de cet imperium par lequel on cherche à exprimer son élévation. Au contraire, en juxtaposant les deux termes, on insiste de manière pléonastique sur le gouvernement et l’autorité détenus par le roi. L’accumulation de termes presque synonymes est d’ailleurs un recours rhétorique fréquent de la latinité tardive, à la finalité uniquement emphatique, et dont on retrouve d’autres exemples dans les chartes léonaises173. Il est également possible qu’on ait là un exemple d’adaptation dans un cadre non religieux des formules de dévotion du style regnum et imperium Christi telles qu’on les trouve dans l’invocation des actes de la même époque174. Or, par ces formules c’est l’ampleur du gouvernement divin ou christique que l’on cherche à souligner : Dieu et le Christ gouvernent le Ciel, mais aussi la Terre. Transposé à la monarchie, le pléonasme regnum-imperium désignerait ainsi deux aspects de la fonction royale : la royauté à proprement parler, avec tout le bagage spirituel, voire sacré, que contient la notion, et l’action de gouvernement exercée en vertu de ce pouvoir, ou pour le dire autrement la puissance temporelle du souverain175. Les variantes de la formule enfin méritent un commentaire. Au sein des documents étudiés, l’expression apparaît souvent sous les formes regnum imperii ou regni imperii, ce qui correspond à un effet de style appelé génitif d’identité — également propre au latin tardif — dont le but est d’insister sur un même concept ou de définir une nouvelle idée grâce à la nuance de sens que fournit le second terme au premier176. Autrement dit, l'imperium permet de signifier que le pouvoir des souverains léonais ne se limite pas au traditionnel regnum. Dans tous les cas, on en revient à une insistance sur l’idée de l’autorité effective du souverain.

  • 177 La datation de 987 qu’on a placée dans cette catégorie ne correspond en effet pas exactement à la (...)

62De plus, l’expression apparaît à un moment crucial du règne de Bermude II. En dépit du recours à la procédure de l’onction qui a légitimé sa prise de pouvoir, en 990 il est expulsé pour un temps de la capitale léonaise. Durant cette période c’est le comte de Saldaña García Gómez qui est désigné comme « régnant ou imperante à León ». Or, en 995 on relève la première occurrence d’une datation en regnum inperii177. Etre roi ne suffit donc pas à Bermude pour être reconnu comme le détenteur de l’autorité. Quand il revient au pouvoir, l’expression regnum-imperium permet d’exprimer qu’il est non seulement roi par origine divine, mais aussi qu’il détient et exerce l’autorité publique d’un point de vue pratique. L'imperium rappelle qu’en tant que possesseur de ce pouvoir royal, sacré, le roi détient le pouvoir sur les hommes, et notamment sur ces magnats qu’il cherche à mater. La notion enrichit ainsi la portée, sur un plan purement pragmatique, de la royauté dans un contexte bien précis. Rappelons d’ailleurs que la datation d’un diplôme n’est pas le lieu où s’énoncent les fondements de l'auctoritas du roi, mais bien l’étendue pratique de sa potestas. En dernière analyse, le concept de regnum-imperium, en liant étroitement le pouvoir de commander à la fonction royale, aboutit à cette réservation souveraine de l'imperium que la substitution maladroite d’une fonction « impériale » à la royauté n’avait pas su mettre en œuvre. Le maintien par la suite de l’expression durant les règnes d’Alphonse V et de Bermude III atteste en tout cas l’intérêt porté par les scribes léonais à une telle formulation.

63La pratique qui consista à attribuer un imperium à toute une série de souverains asturo-léonais, d’Ordoño Ier à Bermude III, demeure un phénomène marginal. Ni institution, ni même fonction que l’on puisse pleinement distinguer de la royauté, l'imperium léonais, loin d’embrasser les horizons hispaniques qu’on lui a parfois attribués, ne fut qu’une manière plus ou moins efficace pour les rois asturo-léonais d’affirmer leur pouvoir au cœur du royaume, une façon de lutter contre la dispersion de ce pouvoir que la propre dynamique d’expansion de leur royaume suscitait. En ce sens, la mention du titre d’imperator porté par les rois léonais dans des actes en provenance d’autres royaumes péninsulaires ne doit être interprétée ni comme l’acceptation d’une quelconque hégémonie péninsulaire, ni à l’inverse comme une manière de déprécier ces dirigeants pas même élevés au rang de rois, comme le suggérait Margaret Cullinan, mais bien comme la reconnaissance d’un usage ponctuel et sans effet au-delà du royaume de León.

  • 178 A. García-Gallo, « El imperio (1953) », p. 127.

64Nos conclusions rejoignent finalement celles d’Armando Saitta et encore l’opinion qu’énonçait déjà Alfonso García-Gallo en 1953 lorsqu’il affirmait que le vocabulaire de l'imperium n’était qu’une manière de « souligner la plénitude et l’effectivité [du pouvoir des souverains] au sein de leur propre royaume »178. Tirant son origine et sa signification du substrat culturel asturo-léonais, dans lequel l'imperium désigne l’autorité effective d’une personne — roi, clerc ou simple laïc —, le phénomène impérial ne témoigne pas d’une recherche idéologique approfondie, en opposition par exemple à ce que fut le néogothisme des Chroniques asturiennes. Toutefois si l'imperium n’est pas un concept nouveau, et si son utilisation pour qualifier le pouvoir des souverains n’est pas non plus innovante, l’invention du concept de regnum-imperium révèle une recherche avancée d’exclusivité. Par conséquent, l’analyse permet d’aboutir aussi à une remise en valeur du phénomène. En effet, si minime soit-il, il partage avec le courant néogothique un même objectif : souligner l’unité du royaume asturoléonais et légitimer l’autorité dont y jouit le roi, afin d’anéantir progressivement les facteurs de dispersion du pouvoir. L'imperium royal ne produit pas à proprement parler une source de légitimité supplémentaire, mais il s’inscrit dans une démarche pragmatique. Et si on peut pour une part le réduire à un caprice de scribe, on doit néanmoins reconnaître qu’il révèle une réflexion importante quant à la transmission des idées énoncées. Le titre d’imperator attribué aux souverains léonais, l’expression de leur gouvernement par le participe présent imperante et surtout le concept novateur de regnum-imperium sont en effet introduits exclusivement dans la documentation diplomatique, c’est-à-dire dans un support précisément choisi, en termes de communication. Moins à même de contenir un message complexe qu’un texte narratif, les diplômes et chartes sont par contre susceptibles de toucher un public plus large, d’un point de vue quantitatif autant que social. Par ailleurs, les notaires ont privilégié, pour formuler leurs idées, la datation des actes, partie du discours diplomatique toute indiquée pour l’expression d’un message spécifique sur le contenu effectif du pouvoir monarchique. Enfin, de l'imperium au qualificatif d’imperator, de celui-ci au concept de regnum-imperium, la diversité des solutions adoptées pour mettre en valeur l’autorité royale témoigne de la ténacité de cette recherche d’efficacité. Le phénomène impérial eut pour objectif la recherche d’un impact direct sur ceux-là même que la « guerre féodale » et la transposition de la relation publique en relation privée avait détournés de l’autorité royale, et à qui il était nécessaire de rappeler qu’il existait certes un roi asturo-léonais, mais qu’en sus ce roi devait être l’unique référent en termes d’autorité.

65Résultat de l’adaptation de pratiques diplomatiques à une situation politicosociale conjoncturelle, le phénomène impérial durant la période asturo-léonaise n’eut pas de relation de signification immédiate avec ce qu’allait être par la suite l’idéologie impériale d’Alphonse VI. Pourtant, les deux moments impériaux se construisirent sur des fondements communs : pragmatisme et stratégie de communication.

Notes

1 Voir les actes du symposium consacré à « l’époque de la monarchie asturienne », réuni en octobre 2001 à Covadonga : La época de la monarquía asturiana.

2 Pour une bibliographie récente sur l’épisode de Covadonga, voir J. Montenegro et A. del Castillo, « Pelayo y Covadonga : una revisión historiográfica », qui soutiennent que la bataille de Covadonga ne fut pas le fait d’un peuple asture nouveau par opposition aux anciens dominateurs wisigoths mais bien, comme l’affirment les chroniques asturiennes, celle de nobles wisigoths et que la résistance de Pélage doit se concevoir comme l’actuation propre à un district de l’ancien royaume de Tolède. Voir également l’article de P. Henriet, « Le jour où la “Reconquête” commença ».

3 « … Sibi Pelagium principem elegerunt », Alph. Rot., 8.

4 Ainsi, J. M. Mínguez Fernández, « Poder político, monarquía y sociedad », pp. 74-80, réfute cette idée, le soulèvement asture que mène Pélage n’étant que le résultat d’un rapprochement tribal et circonstanciel. Contra, voir J. I. Ruiz de la Peña solar, « La realeza asturiana », pour qui l’avénement de Pélage inaugure l’institution royale asturienne.

5 Voir J. I Ruiz de la Peña Solar et M. J. Sanz Fuentes, Testamento de Alfonso II, pour une mise au point récente sur ce diplôme.

6 Voir A. Isla Frez, La Alta Edad Media, p. 25, ainsi que les remarques de J. I. Ruiz de la Peña Solar, « El rey y el reino », p. 44, sur la mise en valeur guerrière de la monarchie à travers le testament du roi chaste.

7 « Et quia tu es rex regum regens celestia simulque terrestria, diligens in temporaliter iustitiam temporaliter uero terrarum populis pro optinenda iustitia distribuis reges leges atque iudicia cuius dono inter diuersarum gentium regna non minus in terminis Spanie clara refulsit gotorum uictoria. Sed quia te offendit eorum prepotens iactantia in era DCCXLVIIIIª simul cum rege Roderico regni amisit gloria merito etenim arabicum sustinuit gladium ex qua peste tua dextera Christe famulum tuum eruisti Pelagium qui in principis sublimatus potentia uictorialiter dimicans hostes perculit et christianorum asturumque gentem uictor sublimando defendit », S. García Larragueta, Colección de la catedral de Oviedo, n° 2. Traduction d’après G. Martin, « La chute du royaume wisigothique », p. 219.

8 Alph., 10 ; Alb., XV, 1.

9 « Et postquam a Sarracenis Spania occupata est, iste primum contra eis sumsit reuellionem in Asturias, […] et Asturorum regnum diuina prouidentia exoritur », Alb., XV, 1.

10 Voir A. P. Bronisch, Reconquista und Heiliger Krieg et la recension que fait de cet ouvrage P. Henriet, « L’idéologie de guerre sainte ».

11 Voir les analyses que réalise A. Isla Frez, « Consideraciones », pp. 152-154.

12 Voir les développements sur ce sujet de C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », notamment aux pp. 303-304.

13 « Et cum eis [i. e. Sarraceni] Xpiani die noctuque bella iniunt et cotidie confligunt », Alb., 33.

14 A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 28-32.

15 Luttes nobiliaires qui s’apparentent à la violence féodale. Sur le sujet voir J. M. Mínguez Fernández, « Sociedad feudal, guerra feudal ».

16 Voir C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 312, ou encore E. Lourie, « A Society organized for war », dont l’étude porte toutefois sur une période partant du règne d’Alphonse VI ; suivant la même idée, J. F. Powers, A Society organized for War.

17 « Sanctius quidem rex cum esset grassus nimis », Samp., 26.

18 Isla Frez rapporte cette circonstance particulière à la législation wisigothique qui invite à priver de la capacité de régner, causa inutilitatis, les personnes incapables de l’exercer (A. Isla Frez, La Alta Edad Media, p. 93).

19 « … Ipsi agareni herbam adtulerunt, et grassitudinem eius abstulerunt a uentre eius. Ad pristinam leuitatis astuciam reductus, consilium iniit cum sarracenis, qualiter ad regnum sibi ablatum perueniret, ex quo eiectus fuerat », Samp., 26.

20 Il y a des périodes de paix et aussi des pactes scellés avec les musulmans, ce que les Chroniques asturiennes mentionnent d’ailleurs : ainsi Silo « fut en paix avec les Ismaélites » (« Iste cum Ismahelites pacem habuit », Alph., 18).

21 Voir « Implantation de la monarchie navarraise », pp. 124-125.

22 Voir C. Estepa Díez, « Configuración y primera expansión », p. 182 et J. I. Ruiz de la Peña Solar, « El rey y el reino », pp. 66-69.

23 Pour un détail de l’expansion territoriale du royaume asturo-léonais, voir J. Á. García de Cortázar, « Del Cantábrico al Duero ».

24 Voir L. García de Valdeavellano, Curso de historia de las instituciones, livre IV, section 1, § 21.

25 C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 317.

26 C. Estepa Díez, « Configuración y primera expansión », pp. 183-184.

27 Voir notamment C. Baliñas Pérez, « De Covadonga a Compostela ».

28 A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 28-30.

29 C. Estepa Díez, « Configuración y primera expansión », pp. 185-192.

30 J. M. Mínguez Fernández, « Sociedad feudal, guerra feudal », pp. 22-24.

31 Affaiblissement, mais pas disparition toutefois. Mínguez Fernández est récemment revenu sur sa thèse de l’effritement de la potestas publica pour la nuancer. Voir Id., « Pervivencia y transformaciones », et notamment les pp. 29-30.

32 Voir A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 33-36 et 88-89.

33 J. I. Ruiz de la Peña Solar, « El rey y el reino », p. 83.

34 « … Ut corrigamus inter nos tam potentes quam etiam et nobiles uel innobiles in ueritate et iusticia sicut ab antiquis patribus est constitutum et canonicali sentencia auctorizat, ut primitus accipiat Ecclesia ueritatem suam et inde regi et potestas uel populi uniuersitas », G. Martínez Díez, « La tradición manuscrita », p. 155.

35 Résumé de cette dialectique dans J. Á. García de Cortázar, « Estructuras sociales y relaciones de poder », pp. 530 sqq.

36 Les chroniques de l’époque asturo-léonaise attestent une grande diversité d’expressions pour désigner la succession : eligere in regno, regnum obtinere/sumere, succedere in regno, in regno socium facere, in regno participem facere, regni sceptra suscipere, adeptus est in regno, unctus est in regno.

37 Voir J. E. López Pereira, « Continuidad y novedad léxica ».

38 Ainsi les deux versions de la Chronique d’Alphonse III proposent un mode d’accès différent pour l’arrivée sur le trône d’Alphonse Ier : la version rotensis affirme qu’« il fut élu à la royauté » (« Adefonsus eligitur in regno », Alph. Rot., 13) tandis que la version ovetensis précise qu’il « succéda à la royauté » (« Adefonsus successit in regnum », Alph. Seb., 13). Sur les modalités successorales dans les chroniques asturiennes, voir A. Isla Frez, « Consideraciones », pp. 161-168 et Id., « Nombres de reyes ».

39 Résumé des fondements de ce débat historiographique dans A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », pp. 24-26. La théorie de la succession matrilinéaire énoncée par A. Barbero et M. Vigil, La formación del feudalismo, chap. vi et vii, a été souvent acceptée, mais est aujourd’hui réfutée, notamment par A. Besga Marroquín, Orígenes hispanogodos, chap. iv « La sucesión al trono », qui écarte également la théorie de Sánchez-Albornoz d’une monarchie élective ; il soutient pour sa part le caractère héréditaire de la succession au trône.

40 A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », p. 29.

41 Voir l’exemple donné par Sánchez-Albornoz de Bermude Ier, fils de Fruela, surnommé « le diacre » pour s’être retiré dans un monastère, qui renonce à la couronne au profit d’Alphonse II, petit-fils d’Alphonse Ier. La Chronique d’Alphonse III tend à faire de cette vocation monastique la raison de ce retrait, tandis que la Chronique d’Albelda le met en relation implicitement avec la déroute qu’il subit à Burbia (C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 315).

42 « Adefonsus Pelagi gener rg. an XVIIIº » nous dit la Chronique d’Albelda (Alb., XV, 3).

43 Voir A. Isla Frez, « Nombres de reyes », p. 18, et le cas de Fruela Vermúdez qui usurpe pour un temps le trône d’Alphonse III.

44 Samp., 29.

45 A. Isla Frez, La Alta Edad Media, p. 91 et résumé des événements aux pp. 89-93.

46 La Chronique d’Alphonse III ne cache qu’en partie cette situation : on y distingue bien l’alternance entre les familles au pouvoir. Toutefois, elle fait apparaître pacifiques des successions qui ne le furent pas, ignore certains détails (comme l’écartement du pouvoir de Bermude Ier ou d’Alphonse II et leur réclusion monastique), ou encore parle d’inuasio lorsqu’un personnage trop éloigné de la famille prend le pouvoir, alors que dans certains cas ces successions étaient légitimes (voir A. Isla Frez., « Consideraciones », pp. 161-164). Tel aurait été le cas par exemple de l’accès au trône de Népotien, dont la chronique affirme qu’il a été obtenu tyrannice, alors que d’autres sources permettent de penser que Ramire Ier était en l’occurrence l’usurpateur (voir A. Besga Marroquín, « El rey Nepociano »).

47 Voir A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 27-29, qui relativise l’idée d’une « crise » de la monarchie asturienne dans la seconde moitié du Xe siècle.

48 J. L. Martín, La Península en la Edad Media, p. 201.

49 D’après A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », p. 12, c’est Ramón Menéndez Pidal qui diffuse d’abord l’usage du terme neogoticismo, dans l’introduction de son Historia de España, t. VI, p. viii. En réalité Menéndez Pidal évoque le « wisigothisme politique » développé à la cour d’Oviedo et tout spécialement dans les Chroniques asturiennes, et cela l’invite à qualifier le royaume asturien de « royaume néogothique » (pp. xvii-xix ). Claudio Sánchez-Albornoz pour sa part s’attribue la création et le succès de cette notion : « lo que llamé hace muchos años y, siguiéndome, hoy llaman todos, neogoticismo », C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 303. Sur la paternité de Sánchez-Albornoz quant à cette notion, voir Y. Bonnaz, Chroniques, pp. lxxxviii-lxxxix.

50 Voir son article « neogoticismus » dans R.-H. Bautier et alii (éd.), Lexikon des Mittelalters, t. VI, col. 1090-1091.

51 Voir notamment la synthèse de R. González Fernández, « El mito gótico ». À noter également que Gaël Le Morvan achève actuellement une thèse de doctorat portant sur « le mythe néo-wisigothique dans la culture historique de l’Espagne médiévale (XIIe-XIVe siècles) », dirigée par Georges Martin (université Paris-Sorbonne).

52 Les érudits se rejoignent pour affirmer que ce texte a été rédigé par un mozarabe vivant en al-Andalus au milieu du VIIIe siècle. Voir l’étude que lui consacre J. E. López Pereira, Estudio crítico.

53 « … Regno ablato », Chronique de 754, éd. J. E. López Pereira, 51.

54 « … Regnum efferum », ibid., 54.

55 « Era CCCXLIX egressi sunt Gotti de terra sua/Era CCCLXVI ingressi sunt Hispaniam et regnauerunt ibi annis CCCLXXXIII/de terra autem sua peruenerunt ad Hispaniam per XVII annos/Era septingentesima quadragesima nona expulsi sunt de regno Hispanie/Era 749 Sarraceni Hispaniam adepti sunt/Antequam Dominus Pelagius regnaret Sarraceni regnauerunt in Hispania annis V », publié dans les Annales Portugalenses Veteres, éd. P. David, pp. 291-292. Voir aussi M. C. Díaz y Díaz, Asturias en el siglo VIII, pp. 129-130 et 149-151.

56 Voir sur cette question les analyses menées par K. B. Wolf, Conquerors and chroniclers, qui souligne notamment le changement de perspective entre la Chronique de 754 et les Chroniques asturiennes et les nuances du ton providentialiste qui apparaît dans ces dernières.

57 Voir S. Teillet, Des Goths à la nation gothique, et en particulier la troisième partie consacrée au « nationalisme wisigothique au VIIe siècle ».

58 La thèse la plus récente sur l’ensemble du sujet est celle de T. Deswarte, De la destruction, qui embrasse les différentes manifestations du phénomène néogothique selon une chronologie que l’auteur fait débuter aux origines pélagiennes de la monarchie asturienne et qui porte jusqu’au règne d’Alphonse VI.

59 « … Omnemque Gotorum ordinem, sicuti Toleto fuerat, tam in ecclesia quam palatio », Alb., XV, 9.

60 S’agit-il de réunir des conciles dans la ville, de recréer l’organisation palatine wisigothique à Oviedo ? Certains auteurs penchent plus simplement pour une réaffirmation de la pratique de la législation wisigothique, la Collectio Canonica Hispana (« in ecclesia ») et le Liber Judicum (« in palatio »). Voir les commentaires d’Y. Bonnaz, Chroniques, pp. 87-90 et aussi de T. Deswarte, De la destruction, pp. 65-95 sur l’importance de la capitale Oviedo comme « nouvelle Tolède ».

61 Sur la croix dans la symbologie guerrière wisigothique puis asturienne, voir P. Henriet, « Mille formis daemon », pp. 164 sqq. et T. Deswarte, De la destruction, pp. 60-61. Sur la « Croix des Anges » : I. G. Bango Torviso (dir.), Maravillas, t. I, notice 83, p. 218.

62 C. Sánchez-Albornoz, « ¿Una crónica asturiana perdida ? ».

63 I. Torrente Fernández, « Goticismo astur ».

64 Sur le néogothisme des chroniques asturiennes, voir Y. Bonnaz, Chroniques, pp. lxxxviii-xciii.

65 T. Deswarte, De la destruction, pp. 57-58. Sur la « Croix de la Victoire » : I. G. Bango Torviso (dir.), Maravillas, t. I, notice 84, p. 220.

66 Sauf à considérer comme authentique l’onction d’Ordoño II, mentionnée dans certaines sources, auquel cas le fils d’Alphonse III aurait lui aussi remis en vigueur un rite pratiqué à l’époque wisigothique. Voir P. Henriet, « Rite, idéologie, fonction », pp. 186-191 et sur l’onction d’Ordoño II, voir T. Deswarte, De la destruction, pp. 181-184.

67 La notice consacrée au règne de Bermude II commence en effet en ces termes : « Mortuo Ramiro, Veremudus Ordonii filius ingressus est Legionem, et accepit regnum pacifice. Vir satis prudens ; leges a Vambano principe conditas firmauit ; canones aperire iussit ; dilexit misericordiam et iudicium ; reprobare malum studuit et eligere bonum », Samp., 30.

68 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 65-71.

69 A. Dacosta Martínez, « Notas sobre las crónicas ovetenses », p. 12.

70 Y. Bonnaz, Chroniques, p. lxxxviii.

71 Voir Id., « Divers aspects », pour lequel la résistance pélagienne à l’Islam aurait été le fait de Goths émigrés dans la cordillère Cantabrique en 711. C’est aussi dans une certaine mesure la posture qu’adopte Georges Martin en ce qui concerne la Chronique prophétique pour laquelle il refuse la caractérisation de néogothisme, car le texte n’assimile pas les Astures aux Goths, n’évoque pas même le mythe de Pélage, et affirme au contraire la permanence du peuple et du royaume wisigothiques (G. Martin, « La chute du royaume wisigothique », pp. 223-227).

72 Ce fut surtout Sánchez-Albornoz qui soutint cette idée, dont est par ailleurs issue sa thèse du « dépeuplement et repeuplement de la vallée du Duero », aujourd’hui réfutée. Voir le résumé de cette réfutation dans A. Isla Frez, La Alta Edad Media, pp. 293-294.

73 G. Martin, « La chute du royaume wisigothique », p. 220, ce que l’auteur affirme à partir d’un des non-dits du diplôme : le royaume wisigothique y est bien présenté comme détruit, mais « quelle est l’origine ethnique de Pélage, seule souche génétique dont Alphonse II se réclame ? Le texte laisse planer le doute ; mais en présentant Pélage comme un rescapé providentiel du désastre des Goths, il suggère une origine gothique ».

74 A. Isla Frez, « Consideraciones », p. 158, qui réfute en l’occurrence une affirmation de J. Montenegro et A. del Castillo, « Análisis crítico », p. 405.

75 Thomas Deswarte interprète l’utilisation de symboles royaux wisigothiques, tels le sceptre ou le trône qui apparaissent notamment dans la formulation des expressions d’accès au pouvoir, comme une preuve de la « valorisation néo-gothique du pouvoir royal » dans le royaume d’Oviedo-León (T. Deswarte, De la destruction, p. 112). Toutefois, ces termes apparaissent déjà dans l’historiographie dite « mozarabe » du VIIIe siècle : la Chronique dite de 741 ou Chronica byzantia-arabica évoque l’accès au pouvoir d’un calife musulman en utilisant l’expression sceptra regni succedere (Chronica byzantia-arabica, éd. J Gil, 36 : il s’agit de l’arrivée au pouvoir du calife Walid Ier en 705) ; la Chronique de 754 utilise indifféremment les termes solium et sceptrum dans les expressions traduisant l’arrivée au pouvoir des rois wisigoths, des califes musulmans et des gouverneurs d’al-Andalus (Chronique de 754, éd. J. E. López Pereira, passim). Or il est impossible de qualifier ces textes de néogothiques : le premier fut probablement rédigé pour servir de propagande islamique auprès des chrétiens de la Péninsule (voir notamment l’hypothèse formulée par J. C. Martín, « La Chronica byzantia-arabica »), et on a vu que le second considère le royaume wisigothique comme une expérience bel et bien achevée.

76 Voir notamment A. Besga Marroquín, Orígenes hispanogodos, pp. 105-169 sur la présence gothique dans les Asturies et la Cantabrie.

77 On observe en effet différentes formes d’expression du néogothisme dans le « cycle asturien ». Voir H. Sirantoine, « Le discours monarchique ».

78 A. Isla Frez, « Consideraciones », pp. 153-164.

79 Voir les réflexions d’A. Besga Marroquín, Orígenes hispanogodos, pp. 562-568, qui conclut de son étude que le royaume asturien fut une « synthèse », ce qui permet d’inclure les concepts à la fois de rupture et de continuité.

80 « … Qui se in superbie tumorem contra nos eleuauerunt ; et rebellionis ausi adtenti, patrie nostre extrema conturbauerunt », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 136 (avec une coquille dans la date).

81 « … Erigentes se in superbia contra nos et patriam regni nostri », ibid., n° 151.

82 « Postea namque idem pius genitor noster hanc patria nobis ad regendum tradidit », ibid., n° 165.

83 Voir la critique diplomatique de M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-60, pp. 145-147.

84 « … Post […] patriae suscepit culmen », A. García Conde, « Diploma de Alfonso III » ; critique diplomatique dans M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-69, pp. 152-153.

85 « … Fecerunt omicidium et multa egerunt mala pessima pro qua eiecti et exiliati sunt a patria », J. Rodríguez Fernández, Ramiro II, appendice documentaire, n° 46.

86 « … Omnibus tamen qui ibidem ex Dei uoto bone uoluntatis concurrerint, benedictio regis secum sit atque pontifici huius patrie iugis et a Saluatore nostro uocem audiat sue salutis qualiter gaudeat temporibus infinitus », Id., Ordoño III, n° 27.

87 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 574.

88 Donation de Bermude II au monastère de Celanova de la villa de Laroá, confisquée à Osorio Díaz (1er septembre 996) : « Reuelatus est autem ipse Osorio Didaci ad parti nostre et quoadunauit se cum sarracenis aduersus gentem et patriam nostram, propter quam eiecimus eum de terra ipsa… », E. Sáez et C. Sáez, Colección de Celanova (III), n° 229.

89 « Et ganabit ipsa uilla Ennegus qui fuit maiorino in Legione sub imperio patri meo rex domno Ueremudo, memorie diue. Post mortem uero ipse Ennegus posui ego in Legione alio maiorino nomine Fromarico et dedi ei ipsa ereditate ex manibus meis et tunc transtuli eum in aliis locis in patria mea, in meum seruitium », J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », n° 16.

90 « De profanus et aberarius et scelus acius factis, dici nobis lex godicat et [illisible] secundum dici in liber IIº et quarto kapitula VIª de his qui contra principe, gente uel patria refuca aut mentitus fuerit ars fecerit, tum compleri quam consiliarit uel insolenter exsistant, sic inuentus fuiset, aut efussione aucculorum, aut dekalbatum tamen, aut exilio proditurus, dignidate set serbus pricipe factus et sub perpetua sebitutis catena in principis potestate relicatus eterna tenebitur, exilio relicationem obnosius », ibid., n° 26.

91 « Propter ipsam infidelitatem uel scandalum quam misit in finibus nostri sicut nos lex abtorigat atque canit in liber secundus uel in titulis eius ut tam nefarius sceleratores qui contra principem gentem uel patriam nostram mentientes atque contradictores extrant in principis potestate permaneant ipsi et omnia bona illorum ut quid de illis uel de rem suam facere uoluerit fuisit inconstanter arbitri », ibid., n° 31.

92 T. Deswarte, De la destruction, pp. 116-117, renvoie notamment à l’anathème qui frappe les personnes violant le serment de fidélité pour « la stabilité de la patrie et du peuple des Goths et pour la conservation du roi » dans les canons du concile de Tolède IV (633), et encore à une loi du Liber châtiant les coupables d’agissements « contre le roi, le peuple et la patrie ». La sanction d’actions menées contre ou mettant en danger « le prince, le peuple ou la patrie » ou seulement « le peuple et la patrie » — termes parfois accompagnés du génitif Gotorum — est indiquée dans différents titres du Liber Judicum : II, 1, 8 ; III, 5, 7 ; VI, 1, 2 ; VI, 1, 4 ; VI, 1, 6 ; VI, 1, 7 et enfin IX, 2, 8 (Liber Judicum, éd. K. Zeumer). Dans les canons conciliaires de Tolède c’est surtout le peuple et la patrie qui sont évoqués ensemble : voir, à partir du lexique réalisé par J. Mellado Rodríguez et pour l’édition de J. Vives et alii, Concilios visigóticos, les canons des conciles de Tolède IV (p. 218), Tolède V (p. 231), Tolède VI (p. 241), Tolède VIII (pp. 274 et 283), Tolède XII (p. 387), Tolède XIII (p. 415), Tolède XV (p. 466), Tolède XVI (pp. 508, 510, 511, 512, 516), Tolède XVII (pp. 526, 533 à deux reprises, 535 à deux reprises et 537). Le triptyque rex/ gens/ patria est également présent, là encore lorsqu’il est question de sa mise en péril : voir Tolède VII (pp. 250-252, à quatre reprises), Tolède VIII (p. 263), Tolède X (p. 310, à deux reprises), Tolède XII (p. 389), Tolède XVI (pp. 487, 511 à deux reprises, 517), Tolède XVII (p. 522).

93 H. Sirantoine, « Le discours monarchique », pp. 810-812.

94 A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, nos 89 et 115, pp. 36-39 et 113-119 pour une critique des documents. On ne manquera pas de souligner que c’est aussi en lien avec l’église compostellane qu’apparaît au XIIe siècle la seule référence narrative à Alphonse III en tant qu’imperator, dans l’Historia Compostellana (voir « L’“empereur” asturo-léonais, une chimère ? », p. 58).

95 Voir les chap. v et vi.

96 E. Cal Pardo, Colección de la catedral de Mondoñedo, nos 4 et 5. Voir T. Deswarte, « Le roi empereur », pour une mise au point sur l’état de ces diplômes : l’auteur, après avoir d’abord cru à l’originalité de ces actes — hypothèse exposée lors d’une rencontre qui s’est tenue en septembre 2003 autour des Sacralités royales en péninsule Ibérique (voir P. Henriet, « Sacralités royales », § 6) — les juge aujourd’hui interpolés.

97 Un troisième acte est mentionné par R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), p. 667 et A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, appendice, n° 5. Il correspond à un diplôme de fondation du monastère San Cosme y San Damián de León du 27 août 916 selon ces auteurs, avec en suscription : « Ego Hordonius rex […] filius Adefonsi magni imperatoris ». Ce document proviendrait du « Tumbo de León » aux fos 468rº-469rº. Il est cependant impossible de trouver ce document dans l’édition des actes de la cathédrale de León. Les folios du Tumbo mentionnés correspondent au n° 50 de la collection éditée par Sáez, daté du 8 mai [920] et considéré comme faux, sans qu’y soit mentionné ce titre impérial. Par contre, le n° 62 de la même collection est bien daté du 27 août, sans que l’année exacte puisse être déterminée (914-924). Il est toutefois également considéré par l’éditeur comme faux, provient des fos 467rº-468rº du Tumbo et ne mentionne pas plus notre imperator. Sáez note cependant une information qui permet peut-être de clarifier cet imbroglio : ce diplôme est dans le Tumbo incomplet, car il manque un folio ; il en existe toutefois une copie moderne dans un manuscrit du XVIIe siècle de la BNM (ms. 773, f° 73r°-v°, ce qui correspond à la seconde référence mentionnée par Menéndez Pidal et Sánchez Candeira pour cet énigmatique acte) dont Sáez note que l’ensemble des formules y est considérablement déformé.

98 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 38 et 41, originaux.

99 Le nom du scribe — Sarraceno — n’apparaît que dans l’acte le plus ancien. On trouve notamment dans les deux cas une invocation commençant par les termes « fons magne uirtus atque sub imperio indeficientis luminis lumen… ».

100 J. Rodríguez Fernández, Ordoño III, n° 27, original.

101 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 51, a dédoublé l’utilisation de ce document. En effet, il évoque cette confirmation d’Ordoño III, mais aussi une autre de la reine Urraca dans un diplôme de son époux émis également en 954, en tant que « reine et bru de l'imperator Ramire [II] ». La note associée à cette affirmation renvoie à M. Risco, España Sagrada, t. XXXIV, p. 267b. Menéndez Pidal reprend effectivement les propos de Manuel Risco : « En la era 992, año de 954, confirmó en favor de los Ermitaños de Perameno la posesion del territorio que tenian por concesion de Ordoño II, y no solo firma en compañia del III de este nombre y con el titulo de Reyna, sino llamandose en la escritura nuera del Emperador Don Ramiro. » On reconnaît toutefois qu’il s’agit là de l’acte de confirmation d’Ordoño III en faveur du monastère de Pardomino — Perameno — et cette appellation de « bru de l’empereur Ramire » est une paraphrase de sa suscription, et non une citation.

102 On laisse ici de côté le faux du 11 novembre 741 évoqué dans l’introduction de cette étude, forgé selon Floriano à l’époque médiévale en même temps qu’un deuxième acte supposé d’Alphonse Ier en faveur de l’église de Covadonga (A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. I, n° 3, et M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-2 et 3, p. 93, pour la critique diplomatique).

103 « … Fecerunt ipsi fratres Iohannes abba et eius socios querimoniam ad domnum et imperatorem regem … », J. Rodríguez Fernández, Ordoño III, n° 15.

104 L’expression est répétée sous deux formes différentes : « explevente directa servizia in palatio regis domnissimis imperatoris » et, plus loin, « in servizio ovediente domnisimis suis inperatoris » (J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), n° 284).

105 Ibid., n° 287.

106 Le 1er février 1007, Alphonse V restitue au monastère de Celanova plusieurs propriétés qui lui avaient été enlevées par des usurpateurs du temps de son père Bermude II : « et rex supra dictus imperator iam sciens omnia », J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », appendice 2, n° 4.

107 « Regnante domino nostro Ihesu Christo in unitate Patris et Filii et Spiritus Sancti, ego Sancius rex tenens culmen potestatis mee in Aragone et in Pampilona et in Suprarbi et Ripacurcia et in Nagera et in Castella et in Alaua, et comes Sancius Guillermis in Gasconia, et Belengarius comes in Barchilona, et imperator domnus Bermudus in Gallicia », R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 42.

108 Ibid., n° 43.

109 « Regnante imperator Ueremundo in Leione, et comite Fredinando in Castella, et rex Garsea in Pampilonia, et rex Ranimirus in Aragone et rex Gundesalbus in Ripacorça », E. Ibarra Rodríguez, Documentos de Ramiro I, n° 7.

110 J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), n° 276, 1er mai 974.

111 Ce diplôme est considéré par Mínguez Fernández comme particulièrement manipulé, la titulature inhabituelle qui nous intéresse ne fournissant qu’un des arguments allant dans ce sens (ibid., p. 332). Thomas Deswarte considère pour sa part que ce jugement n’a pas lieu d’être, les formules employées étant classiques (T. Deswarte, « Restaurer les évêchés », pp. 86-87).

112 C. Sánchez-Albornoz, « El obispado de Simancas », pp. 333-337, qui considère que cet exemplaire est le diplôme authentique de suppression du diocèse de Simancas, dont il existe deux autres copies qui ne mentionnent pas, elles, ce titre de basileus. Raúl Manchón Gómez n’accepte pas cette lecture du diplôme faite par Claudio Sánchez-Albornoz, et considère que le qualificatif inscrit n’est pas bausillus mais pussillus, comme le mentionne une des versions de l’acte (R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 91-92). Thomas Deswarte a avancé récemment l’idée qu’une partie seulement de cet acte pourrait avoir été falsifiée dans la première moitié du XIIe siècle, mais cela ne touche pas selon lui le titre bausillus (T. Deswarte, « Restaurer les évêchés », en particulier la p. 86).

113 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 107 (original, 1er mars 936), n° 256 (1er août 952) et J. Rodríguez Fernández, Ramiro II, appendice 2, n° 47 (7 mars 940).

114 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 135 (23 novembre 939).

115 J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, Colección de Otero de las Dueñas, nos 60 et 61 (originaux, 17 juin 1002).

116 G. Cavero Domínguez et E. Martín López, Colección de la catedral de Astorga (I), n° 200 (26 juin 1006), J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 775 (18 mars 1021) et 895 (1031).

117 J. M. Ruiz Asencio et I. Ruiz Albi, Colección de San Pedro de Eslonza (I), n° 24 (original, 17 mai 950).

118 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 256 (1er août 952).

119 J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 265 (1er octobre 982).

120 M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° S-9 (août 995).

121 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 677 (original, 1er janvier 1109).

122 R. Jimeno Aranguren et A. Pescador Medrano, Colección documental de Sancho Garcés III, n° 29, acte commenté tout particulièrement dans « Caractères du programme pan-hispanique de Sanche III », pp. 139-140.

123 Les caractères généraux de cette formule sont résumés par A. C. Floriano Cumbreño, Curso general de paleografía, pp. 314-315.

124 J. Abad Barrasus, Santa María del Puerto, n° 1 (863).

125 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 9 (10 mars 894), 10 (original, 19 septembre 895), 13 (original, 9 février 898), 14 (30 septembre 899) et 25 (original, 13 avril 910).

126 Ibid., n° 70 (20 août 926) et V. Vignau, Cartulario del monasterio de Eslonza, n° 26 (17 octobre 929).

127 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), n° 97 (original, 8 mars 933), 154 (25 août 942), 161 (original, 19 février 943), 172 à 174 (11-17 juin 943), 178 (1er janvier 944), 193 (24 septembre [946]), 205 (original, 18 mai 949), 226 (original, 22 août 950), 234 (original, 26 janvier 951), 237 (original, 22 avril 951) et J. del áLamo, Colección de Oña, t. I, n° 4 (22 novembre 944).

128 J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), n° 216 (15 octobre 963) et E. Sáez et C. Sáez, Colección de la catedral de León (II), n° 386 (2 avril 965).

129 Ibid., n° 465 (31 janvier 979).

130 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 592 (8 février 1000), 631 (24 février 1003), 636 (13 mai 1004) et J. Pérez de Urbel, Historia del condado de Castilla, t. III, n° 576 (1er septembre 1018).

131 En une occasion on a également observé cette formule dans l’exposé du document. Il s’agit d’un acte de la cathédrale léonaise daté de 1030 dans lequel on lit : « post mortem uero pater meus, Sesgudo Sauariquiz, in diebus regnum et imperium ex domno Adefonso… » (J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León [III], n° 860).

132 On pourra évoquer également ce diplôme du roi de Pampelune García Ier Sánchez de 948 dans la datation duquel le royaume de Ramire II est un imperium : « Facta cartula sub era DCCCC. LXXX. VI., regnante Domino nostro Ihesu Christo, Gartia Sancionis rex in Pampilonia et in Aragone, regnante Fortunio Scemenonis et suo creato rege domno Sancio possidentes Aragone, Ranimirus rex Obeto sibe Galletia imperium suum », A. Ubieto Arteta, Documentos reales, n° 32.

133 « Anno feliciter glorie et imperii principis nostri domni Adefonsi XXXVIº », M. Lucas Álvarez, El tumbo de Samos, n° 33 (1er janvier 902).

134 Sous la forme « sub imperio regis Ranimiri » : J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), n° 68 (1er décembre 937), 100 (22 juillet 945) et M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (II), n° 364 (1er septembre 946).

135 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 570.

136 Ibid., nos 518, 571, 572, 627, 634, 688, 690, 702, 703, 705, 711, 723, 724, 729, 731, 732, 752, 756, 773, 776, 780, 787, 789, 799, 808, 815, 828 (rédaction B), 838, 845, 849, 850, 861, 865, 869, 879, 882, 884, 890, 895 ; Id., Colección de la catedral de León (IV), nos 897, 911, 923 ; A. Quintana Prieto, El obispado de Astorga (s. XI), n° 4 ; M. Herrero de la Fuente, Colección de Sahagún (II), n° 398 et J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, Colección de Otero de las Dueñas, nos 129, 186, 199.

137 Monastère d’Abellar, voir E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 135, 178, 256 et E. Sáez et C. Sáez, Colección de la catedral de León (II), n° 386. Monastère d’Eslonza, voir J. Rodríguez Fernández, Ramiro II, appendice 2, n° 47, J. M. Ruiz Asencio et I. Ruiz Albi, Colección de San Pedro de Eslonza (I), n° 24 et V. Vignau, Cartulario del monasterio de Eslonza, n° 26.

138 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 518, 570, 627, 703, 732, 752, 756 et A. Quintana Prieto, El obispado de Astorga (s. XI ), n° 4.

139 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 723, 776 et 815.

140 Ibid., nos 688, 773, 789, 808 et Id., Colección de la catedral de León (IV), n° 923.

141 Id., Colección de la catedral de León (III), nos 702, 838 et 845.

142 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 9, 13, 14 et 25.

143 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 780, 850, 882, 884 et 895.

144 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 172, 173 et 174.

145 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 787 et 828.

146 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 70, 154, 161, E. Sáez et C. Sáez, Colección de la catedral de León (II), n° 386, J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 571.

147 Il s’agit des actes correspondant aux biens achetés par le prêtre Vincimalo en juin 943.

148 E. Sáez, Colección de la catedral de León (I), nos 226, 234 et 237.

149 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 705, 724, 731, 732, 799 et 815.

150 Ibid., nos 787, 838, 850 et J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, Colección de Otero de las Dueñas, n° 199.

151 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 845, 849 et J. A. Fernández Flórez et M. Herrero de la Fuente, Colección de Otero de las Dueñas, n° 186.

152 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 865, 882, 884 et 895.

153 Id., Colección de la catedral de León (IV), nos 897 et 911.

154 Il est à noter que la fig. 4 est pour la décennie 1031-1040 biaisée, puisqu’on n’y a pas intégré les données correspondant au règne de Ferdinand Ier, dont on traite dans le chapitre iii.

155 Voir M. Lucas Álvarez, La documentación real, pp. 229-230.

156 Voir « Retour sur les théories de l’origine de l’idée impériale léonaise », pp. 55-56.

157 Sur cette distinction entre suscription et datation, voir notamment Á. Martín Duque, Sancho III el Mayor, p. 57.

158 O. Guyotjeannin et alii, Diplomatique médiévale, p. 85. Voir également, sur l’importance de la datation des documents sur le plan politique, M. Zimmermann, « La datation des documents catalans ».

159 Voir « La notion d’imperium dans les documents de la période asturo-léonaise », pp. 62-78.

160 A. García-Gallo, « El imperio (1953) », p. 122.

161 Voir J. M. Mínguez Fernández, « Pervivencia y transformaciones », p. 16, qui rapproche d’ailleurs l’utilisation du terme imperium de celle de ces expressions.

162 A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 76.

163 On rappellera qu’on peut éventuellement ajouter à ces deux actes le diplôme dans lequel sont peut-être évoqués les imperatores prédécesseurs d’Ordoño II (voir « L'imperium et ses variantes dans les actes », p. 65).

164 « Nos omnes comites seu inperatores quanticumque sumus », « pariemus uobis per unumquemque comitem seu per inperatorem auri talentos quaternos », M. García álvarez, « Ordoño Adefonsiz », n° 1.

165 Seule signification acceptée pour ces diplômes par R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 123-125.

166 La présence des titres rex et princeps au côté d’ imperator est selon Manchón Gómez le signe de la perte du sens militaire initial du qualificatif : alors que le titre appliqué à Alphonse III et Ramire II visait à mettre en valeur leur gloire militaire, « le mot imperator finit par s’enraciner, en raison de l’inertie des usages diplomatiques, dans les titulatures des souverains postérieurs, jusqu’au point de se convertir en titre de prestige, mais en tout cas standard et sans valeur originale. [Ainsi] on expliquerait mieux que ce terme s’emploie plus souvent associé à rex et/ou princeps que comme titre unique » (ibid., pp. 125-126).

167 C. Sánchez-Albornoz, « El ejército y la guerra », p. 319, n. 100.

168 Tout au plus la formule en nullius cogentis imperio est-elle moins présente dans la documentation privée à partir du dernier quart du Xe siècle.

169 Son jugement doit toutefois être nuancé. Plusieurs usages du titre de basileus cohabitent dans les titulatures des souverains anglo-saxons. Harald Kleinschmidt relève en effet trois formulations principales : basileus totius Albionis, basileus totius Britanniae et basileus Anglorum (H. Kleinschmidt, « Die Titulaturen englischer Könige », pp. 89-98). Dans les deux premiers cas, une hégémonie sur le domaine britannique est exprimée, mais pas dans le troisième. Basileus Anglorum est d’ailleurs, dans certains actes, juxtaposé au qualificatif imperator, ce dernier titre ayant pour orbite la Britannia. Basileus est alors un synonyme de rex, tandis qu’imperator revêt une signification supranationale.

170 « Reges autem ob hanc causam apud Graecos basile… w vocantur, quod tamquam bases populum sustinent », Isidore De Séville, Etimologías, éd. J. Oroz Reta et M. A. Marcos Casquero, IX, 3-18 (trad. M. Reydellet, Étymologies, IX).

171 R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 128-129.

172 Proportion qui s’élève à 12,5 % si l’on suit les recensements de M. Lucas Álvarez, La documentación real, nos R5-657 à R5-1039.

173 Sur la nature pléonastique et emphatique de la formule regnum-imperium, ainsi que son emploi dans les actes rédigés par des proches du pouvoir, voir les éclaircissements apportés par R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 132-140, qui apporte de nombreuses preuves d’usages similaires dans les chartes de la période léonaise, associant par exemple les termes tronum, solium, cathedra.

174 Ibid., p. 132.

175 Voir A. Isla Frez, Realezas hispánicas, pp. 74-78.

176 R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 134-136.

177 La datation de 987 qu’on a placée dans cette catégorie ne correspond en effet pas exactement à la formule la plus aboutie du regnum-imperium, puisqu’on y lit : « Facta kartula testamenti inperii Ueremudus serenissimus rex in Legione » (J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León [III], n° 518). On est donc encore avec cet acte dans une logique de substitution du regnum par l’imperium.

178 A. García-Gallo, « El imperio (1953) », p. 127.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende FIG. 3. — Imperator, imperante, regnum-imperium : rois asturo-léonais concernés, et dans quelles proportions
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 4. — Imperator, imperante, regnum-imperium : distribution chronologique des actes concernés
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540