Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Première partie. En quête de l'imperator léonais (ixe siècle - 1065)

Chapitre premier. Aux origines de l’empire hispanique médiéval

Texte intégral

1Quand bien même on nuance les conclusions des partisans de la thèse impérialiste, quand bien même on les dépouille des arguments énoncés à partir de fondements erronés, une certitude demeure. La présence du terme d’imperator dans la documentation asturo-léonaise est incontestable. Son application à des souverains du royaume asturo-léonais, au côté de toute une série d’autres expressions relatives au champ lexical de l’imperium, est tout aussi indéniable.

2Mais d’où viennent ces expressions ? Les thèses traditionnelles ont la plupart du temps supposé, pour toute origine du phénomène, l’imitation d’un modèle impérial extérieur à la péninsule Ibérique dont les souverains auraient calqué les principes. Mais l’idée d’un modèle étranger est en réalité superflue, dès lors que l’on prend en considération la signification qu’a le champ lexical de l’imperium dans le royaume asturo-léonais.

I. — LA (FAUSSE) QUESTION DES MODÈLES

3Dans leurs tentatives de détermination des origines de l’« idée impériale léonaise », presque tous les historiens du concept ont réfléchi en termes d’adéquation du phénomène qu’ils observaient avec des modèles impériaux contemporains ou préexistants. En conséquence l’imperator asturo-léonais ne pouvait être pour eux qu’une réplique — de l’empereur romain, carolingien ou encore du calife omeyyade — tantôt conçue comme imitation de ce modèle, tantôt comme son rejet. Dans les deux cas la démarche employée s’est avérée faussée par une méthode historique réductrice.

RETOUR SUR LES THÉORIES DE L’ORIGINE DE L’IDÉE IMPÉRIALE LÉONAISE

  • 1 E. Mayer, Historia de las instituciones, t. II, pp. 15-16.

4Ernst Mayer supposait que l’adoption du titre d’imperator par certains rois et potentats chrétiens de la Péninsule obéissait à une volonté d’affirmation de l’indépendance des entités politiques correspondantes face à l’empire carolingien dont l’autorité toute voisine se faisait sentir jusque dans la Marca Hispanica. Le recours à un modèle se faisait dans ce cas précis par rejet de celui-ci1. À partir de cette première hypothèse, la question du modèle carolingien est restée au cœur de l’essentiel des discussions sur les origines de l’idée impériale léonaise.

  • 2 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. II, p. 665.

5Dans ses tout premiers travaux, Menéndez Pidal réfute la thèse de Mayer en montrant que l’empire carolingien n’était au Xe siècle plus assez puissant pour être menaçant. Il ne nomme par contre pas d’autre modèle historique. Et pour cause, on lit dans l’España del Cid qu’« il est bien connu qu’imperare ou imperium ont conservé leur sens général de “commander, dominer” ou “domination” et qu’imperator est utilisé en quelques rares occasions au sens large de “dominateur, seigneur” […] mais pourtant il est impossible de faire abstraction du sens spécifique que ce titre signifiait depuis dix siècles et dans l’actualité politique médiévale »2. Le terme d’imperator est donc pour le philologue univoque depuis ses origines romaines.

  • 3 Id., El imperio hispánico, p. 35.
  • 4 Ibid., p. 43.

6Cette posture se retrouve en partie seulement dans El imperio hispánico y los cinco reinos. En repoussant l’hypothèse de Mayer, celle de Lévi-Provençal pour qui le titre impérial était lié à la naissance du califat de Cordoue, et celle de García-Gallo pour lequel l’imperator léonais n’était qu’une reviviscence honorifique du titre accordé aux généraux romains victorieux, Menéndez Pidal affirme que « nous devons dans tous les cas partir de la signification d’imperator comme “roi suprême, roi de rois”, limité à l’intérieur de l’Espagne »3. À l’appui de cette affirmation il explique qu’Alphonse III a peut-être d’abord adopté le titre impérial pour signifier son autorité hiérarchique sur ses fils entre lesquels le royaume fut réparti, ce qui leur valait dans les sources le titre de « rois ». Mais la véritable signification de cette innovation est autre : en lien avec l’idéologie néogothique, l’auteur rappelle que le royaume d’Oviedo-León aspirait à reformer l’unité hispanique perdue, en se présentant comme seul héritier de l’époque wisigothique. Mais voilà qu’apparaît un autre foyer de résistance en Navarre, territoire qui n’est alors plus soumis aux Carolingiens mais indépendant, et de ce fait un obstacle direct à la prétention asturoléonaise. Selon Menéndez Pidal, cette situation est à l’origine du recours à une structure impériale dans laquelle la Navarre se voyait soumise à l’autorité léonaise, ce qui résolvait le problème. Et de poursuivre : « ainsi nous devons conclure que l’empire asturo-léonais a pu naître peut-être comme une affirmation hispanique, sinon d’indépendance, au moins de timide émulation vis-à-vis du décadent empire carolingien »4.

  • 5 J. López Ortiz, « Las ideas imperiales », pp. 56-57.

7D’autres auteurs ont entrepris une analyse plus approfondie en incluant dans leurs hypothèses une réflexion sur la signification du titre même dans le monde carolingien. Ainsi le Père López Ortiz approuve la thèse pidalienne en soutenant lui aussi l’importance du modèle carolingien dans l’affirmation de l’empire d’Alphonse III, mais en insistant sur l’exemple que fournissent les successeurs de Charlemagne, empereurs d’un empire féodal — supérieurs hiérarchiques qui ne se substituent pas aux rois des différentes entités politiques qui leur sont soumises —, plutôt que Charlemagne lui-même dont le règne signifiait pour López Ortiz le rétablissement d’un empire universel. L’imitation se fait toutefois avec une adaptation au contexte hispanique, puisque le souverain léonais affirme ainsi son « droit à recomposer l’unité espagnole »5.

  • 6 A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, pp. 21-23.
  • 7 Nous reviendrons plus loin sur les arguments invoqués par A. Sánchez Candeira dans cette démonstra (...)
  • 8 Ibid., pp. 30-34.

8Sánchez Candeira évoque lui aussi une évolution de la signification du titre impérial à l’époque médiévale, opposant un avant et un après Charlemagne6. Il approfondit ensuite la réflexion en réexaminant la possibilité d’autres significations du terme en dehors de son sens carolingien : celle de général victorieux, dans la pure tradition romaine, et celle, plus étymologique, de détenteur d’une autorité. La démonstration développée alors est toute syllogistique : puisque ces deux derniers sens ne se vérifient pas dans le cas léonais7, c’est donc qu’on a bien dans le titre d’imperator appliqué aux souverains asturo-léonais un modèle carolingien8.

  • 9 Voir le chapitre intitulé « Origen del imperio leonés », ibid., pp. 39-50.
  • 10 Ibid., p. 52.
  • 11 Ibid., p. 53. On a du mal à se laisser convaincre pas une telle démonstration, qui omet en outre d (...)
  • 12 A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, p. 55.

9De là Sánchez Candeira cherche à comprendre le pourquoi de ce recours. L’auteur réactive l’argument pidalien d’une réponse à l’élévation de la nouvelle dynastie Jimena sur le trône de Pampelune à partir de 9059. Surtout, ses explications s’attardent dans une tentative d’expliquer pourquoi les rois léonais n’ont pas employé le titre d’imperator à la première personne. La situation institutionnelle qu’ils choisissent pour éliminer l’obstacle navarrais se construit selon l’auteur à l’égal de l’imperium carolingien ; ils ont donc à juste titre droit au qualificatif d’imperator. Mais en agissant ainsi ils expriment fondamentalement leur volonté de s’ériger en continuateurs du royaume wisigothique : les souverains léonais n’aspirent qu’à l’Hispania, et non pas à un pouvoir universel. Donc, « la conscience de ce que ce concept d’hégémonie était une pure conséquence de leur condition de réalisateurs potentiels de l’unité hispanique empêcha les rois léonais, si attachés à la tradition wisigothique, ce pour quoi ils aspiraient précisément à dominer tout l’espace péninsulaire, d’adopter le titre d’imperator qu’ils devaient considérer comme quelque chose d’étranger au monde hispanique »10. Dans les documents particuliers par contre, on n’avait pas un tel souci, d’où la mention d’un titre qui « s’adaptait exactement à la condition juridico-politique des rois de León »11. De même, si les rois n’utilisent pas le titre d’imperator, ils trouvent — et c’est le cœur de la théorie d’Alfonso Sánchez Candeira — un palliatif avec l’invention de la formule en regnum-imperium qui s’ajoute très régulièrement aux datations des actes de la période, et qui se révèle pour l’auteur la meilleure émanation de l’idée impériale léonaise12.

  • 13 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 424-425.
  • 14 Idées développées dans la section intitulée « Confrontación con la concepción imperial en otras re (...)

10Maravall se prononce lui aussi pour une origine carolingienne de l’idée impériale, et il donne un certain nombre de preuves de cette « imitation » — le terme est important — du titre impérial au sens de « roi de rois », tels que le recours à des qualificatifs utilisés dans le monde carolingien (magnus, serenissimus)13. L’originalité de sa démarche réside toutefois dans la mise en évidence d’une voie de pénétration spécifique de ce concept impérial dans la Péninsule et de la prise en considération d’autres influences possibles. Ainsi, si l’idée impériale commence avec Alphonse III, c’est parce que son épouse Chimène, navarraise, est influencée par le monde carolingien qui pendant longtemps garde des liens étroits avec le noyau de pouvoir pampelonais. Maravall revient ensuite longuement sur la différence entre la signification christiano-universelle de l’imperator dans l’empire romain chrétien et celle, féodale, qu’on lui accorde à l’époque carolingienne. Mais il rappelle qu’on doit également distinguer une pluralité de significations du terme imperator durant le haut Moyen Âge, et évoque aussi bien le maintien d’un sens militaire du terme que les expériences impériales particularistes qui se développent notamment en Angleterre14.

  • 15 Voir le chapitre intitulé « Rex-imperator : the surviving roman tradition », M. Cullinan, Imperato (...)
  • 16 Ibid., pp. 82-83.

11Enfin, Margaret Cullinan, niant pour sa part en bloc le néogothisme asturien, affirme que le terme d’imperator traduit avant tout un sursaut identitaire analogue à celui qui a lieu chez les Carolingiens et les Ottoniens lorsqu’ils « rétablissent » l’empire : ils cherchent d’abord à revivifier leurs racines romaines15. Dans le royaume asturo-léonais, cela se traduit par une réutilisation au profit des monarques victorieux du titre donné dans l’empire romain au général vainqueur, ce qui constitue une arme rhétorique et idéologique pour contrer la redoutable présence musulmane et la menace culturelle qu’elle suppose. Quant à l’attribution du même titre à des monarques non victorieux dans le contexte postérieur de difficultés du royaume, Cullinan explique sa persistance ainsi que l’existence de sa variante basileus comme le fruit d’un caprice de scribe, nostalgique d’une époque révolue16.

12Une fois de plus, si l’opinion de Margaret Cullinan présente de nombreuses limites, elle a le mérite de tenter d’aborder le problème non plus en termes d’imitation ou de modèle, mais d’influence et de culture, introduisant notamment la responsabilité des notaires dans l’utilisation des termes en question.

L’« EMPEREUR » ASTURO-LÉONAIS, UNE CHIMÈRE ?

13En dehors de la proposition de Cullinan, l’ensemble des théories évoquées adopte le même point de départ pour aborder le problème de l’origine de l’empire hispanique médiéval. Cela s’avère d’ailleurs quelque peu paradoxal, puisqu’alors même que le sujet traité est celui de l’imperium hispanique — « l’idée impériale léonaise », « l’idée d’empire en Espagne », « le regnum-imperium asturo-léonais » — la question d’abord posée est la suivante : d’où vient le titre d’empereur ? Cette interrogation part elle-même de plusieurs présupposés : 1. — imperator constitue une forme de la titulature royale ; 2. — ce titre a à voir avec l’unité péninsulaire parce qu’il est en lien avec l’idéologie néogothique présente au même moment dans le royaume asturo-léonais ; 3. — il renferme donc nécessairement une signification hégémonique ; 4. — cet usage est calqué sur un modèle, en l’occurrence le modèle carolingien.

  • 17 Ces documents sont répertoriés dans « Le titre d’imperator », pp. 99-103.

14On sait que les deux premiers de ces présupposés présentent d’importantes limites. L’une tient à l’inauthenticité des actes dans lesquels imperator apparaît en suscription. Ce problème constituait l’argument-phare d’Alfonso García-Gallo pour réfuter la thèse pidalienne, et la tentative d’Alfonso Sánchez Candeira de passer outre cette difficulté ne s’avère pas des plus convaincantes. Demeurent cependant ces diplômes dans lesquels des rois asturo-léonais se présentent en suscription comme « fils de l’imperator », ceux où ils sont eux-mêmes imperator ou rex-imperator dans d’autres parties du discours diplomatique, ainsi que la série de chartes privées et actes en provenance d’autres royaumes péninsulaires où le même qualificatif est employé17, preuves irréfutables qu’il existait bien un certain usage à l’époque asturo-léonaise du terme imperator pour désigner les souverains. Reste à en saisir le sens.

  • 18 Le « cycle asturien » est un ensemble de trois œuvres narratives — la Chronique d’Albelda, la Chro (...)
  • 19 Datant du second tiers du XIe siècle. Édition dans Samp., pp. 273-346.
  • 20 Rédigé à la fin du XIe siècle, ce texte mentionne pour l’année 1065 la prise de Coimbra, réalisée (...)
  • 21 Alphonse VI y est l’« orthodoxi Ispani inperatoris […] pre omnibus regibus eclesiam Christi catoli (...)
  • 22 « Preterea consilio et obedientia domini Adefonso sanctissimi imperatoris Xemeneque regine huius r (...)
  • 23 Encore qu’on puisse peut-être lire une allusion à un Alphonse III imperator dans un autre texte as (...)

15En dehors de ce problème d’authenticité d’une partie de la documentation, certains points sont par ailleurs frappants. Si le titre impérial brandi par les rois léonais avait été aussi important qu’un Menéndez Pidal le pensait, s’il avait tenu un rôle si grandiose dans la lutte chrétienne contre l’Islam, pourquoi ne serait-il jamais mentionné dans d’autres sources contemporaines ou même postérieures qui mettent en valeur cette dimension reconquérante de la monarchie léonaise ? Les Chroniques asturiennes18, instruments de l’idéologie néogothique du royaume asturo-léonais, n’offrent aucune mention du titre pour le fondateur Pélage et ses successeurs. La Chronique de Sampiro19, qui vise toute entière à mettre en relief la consolidation du royaume asturo-léonais en soulignant la destinée victorieuse de ses souverains, l’ignore tout autant. Ce n’est qu’au tournant des XIe et XIIe siècles que l’imperator fait son apparition dans les chroniques hispaniques. Le qualificatif est alors attribué à Ferdinand Ier dans le court Chronicon Complutense20 et surtout à Alphonse VI dans l’Historia Silense21. Il ne s’agit toutefois pas alors d’« empereurs » léonais mais castellano-léonais. On ne trouve en réalité le titre impérial associé à un roi asturo-léonais — en l’occurrence Alphonse III — que tardivement, dans l’Historia Compostellana composée dans la première moitié du XIIe siècle, où il est question de l’évêque Sisenand, lequel « d’après le conseil et la disposition du très saint imperator Alphonse et de la reine Chimène fit agrandir l’église du très révérend apôtre »22. C’est l’unique occurrence narrative d’un tel qualificatif pour le roi asturien23, bien postérieure aux événements, et par ailleurs sa signification est tout aussi problématique que dans le cas des diplômes royaux et privés de l’époque asturo-léonaise puisqu’aucun territoire ne lui est associé. Dans les sources non diplomatiques de l’époque asturo-léonaise, on ne trouve d’ailleurs le titre d’imperator qu’à trois reprises à notre connaissance pour désigner des souverains hispaniques, et pas même dans des sources léonaises. On le lit d’abord dans les Généalogies de Roda, sur lesquelles on reviendra dans le paragraphe suivant, pour désigner le roi léonais Ordoño II mais aussi le roi navarrais Sanche Ier Garcés. La troisième occurrence se trouve dans le Codex Albeldensis, compilation navarraise de la fin du Xe siècle regroupant la législation civile et religieuse wisigothique. La copie du Liber Judicum et de la collection canonique Hispana s’y trouve accompagnée de miniatures représentant les papes, évêques, empereurs et souverains législateurs. Ainsi une enluminure représente le roi wisigoth Réceswinthe lors du concile de Tolède VIII réuni en 653, debout, près de trois personnages confirmant le texte synodal. Les personnages sont identifiés par une inscription surplombant la miniature et la même légende nomme le roi Recesuintus imperator.

  • 24 Documents référencés dans « Le titre d’imperator », pp. 99-100.
  • 25 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 46.
  • 26 « Domna Sanzia fuit uxor Ordonii imperatoris », J. M. Lacarra, « Textos navarros del códice de Rod (...)
  • 27 Ibid., 13, p. 236.

16Cette dernière réflexion nous ramène à l’analyse de la portée du terme d’imperator, également au cœur du problème. La relation perçue entre l’irruption du titre d’imperator et l’idéologie néogothique à vocation pan-hispanique n’a rien d’évident, une fois mise en exergue l’inauthenticité de l’ensemble des actes contenant une titulature en imperator Hispaniae24. Le qualificatif imperator apparaît certes dans une source en provenance du royaume navarrais, ce qui valait selon Menéndez Pidal reconnaissance de l’hégémonie léonaise sur toute l’Hispania25. On veut parler ici des Généalogies contenues dans le codex dit de Roda, au sein desquelles Sancha, fille du roi de Pampelune Sanche Ier Garcés (905-925), est présentée comme « l’épouse de l’imperator Ordoño [II] »26, roi de León. Seulement, dans ce cas le terme n’est pas non plus associé à l’idée d’unité hispanique, ni même à un quelconque territoire. Quand bien même cette mention signifierait une reconnaissance, à défaut de l’hégémonie léonaise sur Pampelune, du moins de l’authenticité du titre d’imperator d’Ordoño II, son sens n’en serait pas pour autant explicite. On notera par ailleurs qu’Ordoño II n’est pas l’unique souverain à se voir attribuer ce qualificatif dans les Généalogies de Roda puisque Sanche Ier Garcés lui-même est « obtime imperator » quelques lignes plus haut27. L’originalité du souverain léonais s’en trouve grandement amoindrie. Quelques autres documents émis dans les royaumes chrétiens péninsulaires qualifient par la suite Alphonse V puis Bermude III d’imperatores. Mais là encore, l’idée d’une hégémonie reconnue à un souverain aux ambitions hispaniques n’y a rien d’évident.

17À ce stade de la réflexion, il semble donc difficile de traduire le terme d’imperator par « empereur », et encore moins de parler d’« empereur hispanique », faute de preuves solides. Doit-on conclure alors à une chimère ? On ne saurait en venir à de tels extrêmes, dès lors qu’on aborde la problématique question du modèle suivi.

  • 28 Les imperatores léonais semblent en outre n’avoir fait aucun cas d’une reconnaissance pontificale (...)

18L’association du phénomène impérial léonais à l’empire carolingien doit en effet être elle aussi écartée. D’après les théories analysées plus haut, l’empire hispanique ne pouvait se construire qu’à partir d’un exemple dont il aurait été l’imitation. Dans une telle optique, et puisque l’on croyait distinguer dans le qualificatif imperator, dès la seconde moitié du IXe siècle, un titre signifiant la supériorité du roi léonais sur les autres souverains péninsulaires, l’expérience impériale carolingienne contemporaine semblait en être le référent tout indiqué. D’autres interprétations étaient dans le même temps rejetées : puisque l’imperator était le souverain hégémonique, il ne pouvait être dans le même temps le « général victorieux » du modèle antique. Cette intransigeance du modèle posait d’ailleurs des problèmes, puisqu’il était néanmoins nécessaire de constater un certain nombre de différences entre les phénomènes impériaux léonais et carolingien. Car malgré tout, l’absence d’universalisme et d’usage du titre impérial à la première personne dans la conception asturo-léonaise ne coïncidait pas avec les principes de la translatio imperii carolingienne28.

  • 29 J. Beneyto Pérez, España y el problema de Europa, pp. 10-11.
  • 30 R. Folz, L’idée d’empire, livres I et II.
  • 31 Rapide synthèse dans Y. Sassier, Royauté et idéologie, pp. 129-130.
  • 32 Sur l’absence de fusion de la royauté dans la fonction impériale, voir J.-M. Sansterre, « À propos (...)
  • 33 « Erat eo tempore rex Aedilberct in Cantia potentissimus, quid ad confinium usque Humbrae fluminis (...)
  • 34 J. Muldoon, Empire and Order, p. 54. Aethelbert n’est pas le seul souverain concerné ; voir, sur l (...)
  • 35 Sur l’utilisation du titre d’imperator par les rois anglo-saxons, depuis le règne d’Aethelstan (92 (...)
  • 36 Voir Y. Sassier, Royauté et idéologie, pp. 191-193, É. Bournazel, « Robert, Charles et Denis » et (...)
  • 37 « Patresque namque [sui] longe rex, induperator », Adalbéron de Laon, Poème au roi Robert, p. 2.
  • 38 « … In tanto Francorum inperatore », Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, p. 80.

19Le recours rigide au modèle était pourtant perçu par Beneyto Pérez qui dès 1942 rejetait cette attitude consistant à ne réfléchir sur l’empire hispanique qu’en termes d’adéquation ou de distanciation avec les modèles impériaux européens29. La démarche est en effet réductrice et ne correspond pas à la multiplicité d’usages et de sens de la notion d’imperium durant le haut Moyen Âge. Depuis la fin de l’empire romain le concept d’empire a évolué, ce que constatait Robert Folz en 1953 lorsqu’il analysait l’emploi du terme d’imperium et du titre d’imperator au sein des royaumes qui succédèrent à Rome30. L’empire carolingien, en dépit de la renovatio romani imperii déclarée, n’est de loin pas une reproduction à l’identique de l’empire romain31. Sa dimension franque est prépondérante, et la royauté demeure un élément fondamental de la fonction souveraine32. Dans le cas de l’Angleterre, l’imperium est dès les premières décennies du VIIIe siècle utilisé par Bède dans son Histoire ecclésiastique pour désigner le pouvoir du puissant roi Aethelbert, pour la raison que sa juridiction dépasse le cadre de son royaume de Kent33 et que Bède ne dispose d’aucun autre terme traduisant cette expansion34. L’usage se poursuit du Xe siècle au début du XIe siècle, et les souverains anglo-saxons s’attribuent cette fois le titre d’imperator, qui signifie dans ce cas précis l’expansion de leur autorité sur différents royaumes, sans pour autant qu’elle ait vocation à dépasser les littoraux de la Britannia médiévale35. Dans le cadre de la rivalité entre Capétiens et Ottoniens, on observe également la revendication d’une tradition impériale pour Hugues Capet et ses successeurs36. Les souverains capétiens sont ainsi crédités d’un imperium parce que, selon Adalbéron de Laon († 1030), « [leurs] pères furent depuis longtemps rois et empereurs »37. Le roi Robert II le Pieux (996-1031) lui-même devient « empereur des Francs » dans l’épitome de sa vie que rédige, quelques temps après sa mort, Helgaud de Fleury († 1048)38. Tous ces exemples témoignent d’un remploi des termes imperium et/ou imperator adaptés aux besoins d’un contexte spécifique, pour lequel ils prennent dès lors un sens particulier.

  • 39 A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, pp. 25-27.
  • 40 Chez Paul Orose, Widukind, ou encore dans les Généalogies de Roda évoquées plus haut, voir J. A. M (...)

20Le titre d’imperator n’est en outre pas uniquement utilisé dans son acception hégémonique. Pour contrer l’opinion de García-Gallo et affirmer la signification supranationale du titre impérial léonais, Sánchez Candeira rejetait en bloc la possibilité que le terme imperator puisse renvoyer à son sens originel de « général victorieux », en raison de l’abandon de ce terme depuis longtemps et dans toute la Chrétienté occidentale, reprenant l’explication donnée par Isidore de Séville dans ses Étymologies39. Mais Maravall déjà réfutait cet argument, en donnant au contraire des preuves de l’utilisation du terme avec cette signification40.

  • 41 Tout au plus López Ortiz évoque-t-il la possibilité d’une ambassade byzantine en Espagne au moment (...)
  • 42 Seule déroge à ce despotisme du modèle carolingien l’hypothèse quelque peu extravagante mais non d (...)

21En outre, et en dépit de l’utilisation du terme de basileus, les historiens se sont à peine interrogés sur une éventuelle influence byzantine dans le phénomène impérial41. Rien non plus concernant l’empire ottonien, alors même que les traces de ce phénomène sont plus nombreuses à partir de la seconde partie du Xe siècle que pour la période précédente42. Certes, il n’existe pas d’indices abondant dans le sens d’un lien du phénomène impérial asturo-léonais avec ces modèles. Mais il est néanmoins intéressant de souligner qu’au-delà des précédents romain et carolingien, dont les indices sont tout aussi inexistants, on ne s’est pas (ou peu) posé la question d’une éventuelle influence d’autres modèles impériaux sur l’expérience hispanique.

22Au contraire de ce qu’ont suggéré les historiens de « l’idée impériale léonaise », on observe donc une diversité de significations du qualificatif imperator durant le haut Moyen Âge, une diversité de modèles impériaux desquels s’inspirer, et en même temps la possibilité de leur remploi dans des contextes qui leur donnent un sens différent de leur acception originale. Aussi l’imperator asturo-léonais n’est-il pas nécessairement une chimère. Mais en comprendre le sens suppose d’intégrer l’idée qu’il n’est pas immanquablement la fidèle copie d’une réalité préexistante, qu’il peut être une création originale.

23En partant de ce principe, la question reste cependant toute entière : que signifie le qualificatif imperator dans le cadre de la monarchie asturo-léonaise ? Une fois anéantis les présupposés des hypothèses traditionnelles, le chercheur se retrouve dans l’impossibilité de traduire imperator par « empereur ». Et la seule conclusion à laquelle les sources lui permettent d’aboutir est que l’imperator ne peut être que celui qui exerce ou détient un imperium. La constatation semblera relever de l’aporie. Pourtant, elle offre une solution au problème : à partir de la compréhension de ce que signifiait à l’époque asturo-léonaise le concept d’imperium, il doit être possible de se rapprocher de celle du phénomène impérial.

II. — LA NOTION D’IMPERIUM DANS LES DOCUMENTS DE LA PÉRIODE ASTURO-LÉONAISE

  • 43 A. García-Gallo, « El imperio (1945) », p. 207.

24C’est déjà la méthode que préconisait Alfonso García-Gallo lorsqu’il affirmait qu’« au lieu d’interpréter le mot imperator au travers de ce que l’Empire représentait dans l’Europe médiévale, il paraît plus juste de creuser ce que ce mot et ses variantes imperium, imperante, etc., signifiaient dans le royaume asturoléonais à cette époque »43.

L’IMPERIUM ET SES VARIANTES DANS LES ACTES

  • 44 À noter que sont présentées ici uniquement les occurrences de ce champ lexical associé à des perso (...)

25En aucun cas on ne peut remettre en question le fait qu’il existe bien tout un ensemble de documents dans lesquels le titre d’imperator, le participe présent imperante, et l’expression regnum-imperium sont associés à des figures royales. Mais au sein de ces mêmes documents, le champ lexical de l’imperium apparaît à bien d’autres reprises. En amont des indices du phénomène impérial hispanique, le dépouillement des diplômes émis par les souverains asturo-léonais, complété par un sondage de la documentation privée, atteste l’existence de toute une série d’usages dans lesquels le vocabulaire de l’imperium qualifie sous diverses formes le pouvoir des souverains, mais aussi celui d’autres personnes44.

  • 45 « … Completum est itaque imperium nostrum », « non de nostro imperio, […] sed Deo ducente », A. C. (...)
  • 46 « … Qui talia canmiserit [sic], subiaceat imperio Regis », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática es (...)
  • 47 « … Omnes reges ius imperiali tenentes », E. Sáez et C. Sáez, Colección de la catedral de León (II (...)

26Observons d’abord les diplômes émis par les souverains asturo-léonais. Lié à la personne des souverains, le terme d’imperium — et parfois l’adjectif imperialis — y est utilisé en de nombreuses occasions, au sens de domination, d’autorité ou encore de commandement, et parfois avec une nuance territoriale ou temporelle. Toute une partie des documents relevés sont il est vrai des falsifications avérées. Ainsi en va-t-il du fameux privilège de Ramire Ier dit des « vœux de Saint Jacques », daté de 844 mais forgé au milieu du XIIe s., dans l’exposé duquel le souverain explique que « [sa] domination est en effet totale » et que les expéditions menées le sont « non pas suivant [son] commandement, […] mais à l’instigation divine »45 ; ou encore des donations d’Alphonse III en faveur de San Adriano de Tuñón en 891 et 894 — forgées ou tout au moins interpolées elles aussi au XIIe s. — stipulant pour l’une « que celui qui commettrait [une action contraire à l’acte serait] soumis à l’autorité du roi » et pour l’autre « qu’aucune autorité royale ni aucun homme n’ose entrer sur ces terres »46. Ramire III et sa tante Elvire, enfin, dans un des faux actes de suppression du diocèse de Simancas, rappellent quant à eux que tous les rois possèdent le ius imperialis47.

  • 48 « … In nostro imperio », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 176 (avec datati (...)
  • 49 « De cetero quod rursum insinuastis, quia penes vos coronam imperialem habetis ex auro et gemmis c (...)
  • 50 « … Secundum hactenus nostro regali Imperio subjectae manserunt », E. Flórez, España Sagrada, t. X (...)
  • 51 « Regnante rex Ranimiro in Legione, et sub eius ymperio comite Assur Fernandiz in Castella », J. (...)
  • 52 « … Sub imperio priorum regum auorum nostrorum », J. Rodríguez Fernández, Ordoño III, n° 27 (12 no (...)
  • 53 « … Non cum imperialis opresione sed cum suis muneris et pretii compleuit opere », ibid., n° 22.
  • 54 « Nos denique qui sumus hodie sub imperio tempore serenissimi domno Sancioni principis », J. M. (...)
  • 55 « … Nullius potestati aut regio imperio ullum debitum persolvant », L. Barrau-Dihigo, « Notes et d (...)
  • 56 J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », appendice 2, n° 4.
  • 57 « Ennegus qui fuit maiorino in Legione sub imperio patri meo domno Ueremudo, memorie diue », ibid. (...)

27Mais il existe également d’autres actes dont l’authenticité des formules est prouvée ou probable. C’est le cas dans un acte datant des années 875-885 où Alphonse III, délimitant le territoire de Braga, évoque « [son] imperium »48, avec une signification cette fois territoriale. Dans la lettre qu’adresse Alphonse III au clergé de Tours en 906, il est question d’une « couronne impériale » que possède l’église tourangelle49. Ordoño II donne pour sa part en 916 des biens « qui jusqu’alors étaient demeurés soumis à [son] autorité royale »50. Dans une donation de Ramire II (944) il est précisé que lui-même règne sur le León « et sous son commandement le comte Ansur Fernández en Castille »51. Un des originaux dans lesquels Ordoño III attribue le titre d’imperator à son père Ramire II est aussi l’occasion d’évoquer des actions qui ont été réalisées « sous l’autorité (le règne ?) de [ses] aïeux les précédents rois »52. La même année il avait donné à l’église de León le monastère de San Claudio, détruit dans le passé puis reconstruit par son père Ramire II « non pas grâce à une utilisation oppressive de son pouvoir mais avec ses dons et son argent »53. Dans un testament confirmé par Sanche Ier en 960, certes très suspect, l’assemblée des prélats et magnats du royaume réunis reconnaît l’autorité qu’exerce Sanche sur eux54. Bermude II protège les biens qu’il donne au monastère de Celanova en 986 en interdisant que « par quelque pouvoir ou par autorité royale aucun dû n’[y] soit perçu »55. Un acte judiciaire d’Alphonse V relatif aux biens du même monastère émis le 1er février 1007 évoque la plainte déposée par l’abbé Manilla auprès du roi et du comte qui gouvernait alors la Galice « sub Dei et ipsius imperio regis »56. Enfin, dans un original d’Alphonse V (1015), il est question d’un certain « Íñigo qui fut merino à León sous le commandement (le règne ?) de [son] père le roi Bermude »57.

  • 58 Ordoño III réalise le 15 mai 951 une donation en faveur du monastère de Sahagún, « videns et consi (...)
  • 59 Donation d’Alphonse V à l’évêque Nuño le 19 septembre 1012 : « Adicimus uobis omnia monasteria tam (...)

28Le même imperium est parfois en possession d’autres personnes que le roi, en particulier des ecclésiastiques. Il est ainsi employé pour signaler l’importance du monastère de Sahagún58 et l’autorité de l’évêque de León59 dans deux diplômes originaux.

  • 60 Donation d’Alphonse III à San Adriano de Tuñón : « Testamus et confirmamus, ut nullus imperium neq (...)
  • 61 Donation d’Alphonse V à Pedro Muñiz le 24 juillet 1002 (J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », n (...)

29Dans d’autres cas, l’imperium n’est pas attribué à un titulaire en particulier, la multiplicité de détenteurs sous-entendue étant vraisemblablement le but recherché. Ainsi dans un des faux d’Alphonse III évoqués plus haut on trouve deux occurrences du terme dans la clause menaçant d’amende les éventuelles personnes contrevenant aux dispositions prises60. À deux reprises apparaît également une formule d’exposé qu’on rencontre plus volontiers dans la documentation privée de l’époque, et dont le but est de signifier la liberté dont ont joui les donateurs dans leur prise de décision : « nullius quoque gentis imperio nec suadentis articulo sed propria nobis accessit spontanea uolumptate »61.

  • 62 M. Lucas Álvarez, La documentación del Tumbo A, n° 28, qui souligne qu’une partie du diplôme est u (...)
  • 63 « … Sicut mos est comitibus et ducibus atque imperio sedis regalis ibi imperantes », L. Barrau-Dih (...)
  • 64 Le plus souvent il s’agit des nobles à qui le roi a confié le gouvernement d’un territoire, qu’ils (...)
  • 65 Donation de Bermude II à l’évêque de León Savarico (26 novembre 991) : « et quod a uobis iniunctum (...)
  • 66 Voir la notification d’une sentence d’Alphonse III du 6 juin 878 : « Notum vobis facimus omnibus E (...)
  • 67 Dans une donation de Bermude II au prêtre Sampiro (5 septembre 998), un long exposé rappelle les r (...)
  • 68 Comme dans cette clause d’une donation de Bermude II du 17 juin 993 : « Si quis tamen […] ipsos su (...)

30La même diversité d’usage caractérise le verbe imperare et ses dérivés en imperantibus, imperator, etc. Cette fois c’est dans une minorité d’actes que le souverain en est le sujet. Le long exposé du diplôme dans lequel Ordoño II confirme l’ample donation territoriale réalisée par Alphonse III en faveur de l’église de Saint-Jacques-de-Compostelle (915) rappelle comment l’Hispania, autrefois unie mais également pécheresse, a subi l’invasion musulmane avant que la miséricorde divine ne lui accorde son aide « per manum imperatorum, auorum et parentum meorum »62. En l’occurrence le terme d’imperatores semble désigner collectivement les prédécesseurs du souverain sur le trône asturo-léonais, par apposition. Mais il peut aussi être juxtaposé aux termes qui le suivent, signifiant que les intermédiaires de la Providence furent « les chefs militaires » mais aussi les « aïeux et parents » d’Ordoño II. Dans une donation de Ramire III de 968 le participe présent substantivé imperantes a pour sujet le roi mais aussi les « comtes et ducs »63. Pour la plupart des autres cas — une quinzaine d’occurrences en totalité — le verbe imperare et ses dérivés sont utilisés pour désigner l’action de commandement ou de domination de laïcs64, d’ecclésiastiques65, ou encore les deux collectivement66 et même en une occasion du Diable lui-même67 ! L’action verbale peut enfin n’avoir pas de sujet aisément identifiable68.

31On obtient donc un tableau assez diversifié de l’utilisation du champ lexical de l’imperium dans les diplômes d’époque asturo-léonaise. Or, au sein la documentation privée, on distingue les mêmes usages.

  • 69 M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, n° 49.
  • 70 Ibid., n° 59.
  • 71 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 13-15 et A. García-Gallo, « El imperio (1953) », (...)
  • 72 Menéndez Pidal pensait que le qualificatif imperator correspondait à une erreur de copie pour impe (...)
  • 73 Voir ibid., pp. 421-424.
  • 74 C’est la lecture proposée par R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 15.

32Les informations recueillies sont cette fois énoncées en fonction des parties du discours diplomatique dans lesquelles elles apparaissent. Dans le protocole initial le vocabulaire de l’imperium n’est utilisé qu’en rapport avec l’autorité divine. Deux exceptions dérogent pourtant à cette règle, s’agissant néanmoins d’actes de transmission problématique. Le 8 mars 974 le comte de Castille García Fernández octroie un fuero aux habitants de Castrojeriz en se présentant en ces termes : « Ego Garsia Ferdinandi, gratia Dei comes et imperator Castelle, una cum uxore mea Abba comitissa »69. Une décennie plus tard, on lit également cette suscription dans une donation du même comte à l’église de Santillana : « Ego Garcia Fredenandis comes et domna Aba cometissa comitis imperatoris »70. Ces actes jouèrent un rôle important dans le débat portant sur le sens à donner à la notion d’imperium durant la période asturo-léonaise71. Leur authenticité est cependant problématique. Le premier n’est connu qu’au travers d’une confirmation postérieure de Ferdinand III (1234). Le texte en est interpolé en plusieurs endroits, et le qualificatif d’imperator employé par le comte García est probablement l’une de ces retouches72. Le second document est également manipulé, et résulte de la fusion, au sein du Libro de Regla de Santillana (XIIIe s.), de deux actes, l’un émis par le comte García, et l’autre par son père le comte Fernán González73. L’étrange syntaxe de la suscription serait au mieux une erreur de copie, et le sens pourrait en être plus clair à condition d’y lire « comitibus imperantibus »74.

  • 75 On a pu relever au hasard des dépouillements les variantes suivantes : bone pacis arbitrio, sano a (...)

33Dans le corps du texte des chartes, par contre, de nombreux usages de ce vocabulaire présentent un grand intérêt. On relèvera d’abord la forte présence de la formule d’exposé dont on a observé deux occurrences dans les diplômes royaux, précisant que l’acte est le résultat d’une décision prise « sans pression contraignante ni argument persuasif, mais par volonté propre et spontanée » de l’auteur de l’acte. Il existe de nombreuses variantes à cette formule qui n’incluent pas le terme imperium75. Mais la formulation évoquée est la plus fréquente, comme en témoigne le graphique de la fig. 2 (p. 68), réalisé à partir du sondage de la documentation privée. Si les chiffres des périodes les plus anciennes sont difficilement exploitables, puisque quelques actes seulement ont été conservés, à partir du Xe siècle la plus grande abondance des actes permet des observations plus significatives. Durant les trois premiers quarts du Xe siècle la formule est présente en moyenne dans 25 % des actes conservés. Entre 976 et le milieu du XIe s., cette proportion reste importante bien qu’elle baisse et oscille entre 15 et 19 %.

FIG. 2. — La formule d’exposé en nullius cogentis imperio dans les chartes asturo-léonaises sondées

  • 76 J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 265.
  • 77 Ibid. : n° 61 (émis en 871), pacte monastique émis par l’abbé Fulgaredo concernant l’observance de (...)
  • 78 A. Ubieto Arteta, Cartulario de San Millán : n° 144, charte du comte castillan datée de 1012 dans (...)
  • 79 Le 11 mars 969, Fernán González délimite les droits et possessions du monastère de Rezmondo, et pr (...)
  • 80 J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 271.
  • 81 « Damus vobis illam […] pro que eiecistis nos de manus de domna Lupa et de suos filios, qui impera (...)
  • 82 « Deo militantes in quorum numero [se] peccatorum cupiens sotiari, abnegans mundum cum pompiis eiu (...)

34En dehors de cette formule stéréotypée, le dispositif des chartes privées présente çà et là des occurrences du champ lexical de l’imperium associé à certaines personnalités. Pour cette période on n’a relevé qu’un seul document dans lequel ce vocabulaire se rapporte au roi léonais. Il s’agit d’une donation (émise en 982) incluant la réintégration d’un moine dans le monastère de Celanova et évoquant dans son dispositif des commandements royaux : « ego dum uidissem quam quod rex [i. e. Ramire II] imperauerit illa devote complebat »76. Plus nombreux sont les documents dans lesquels ces termes renvoient à d’autres personnes. L’imperium prend alors parfois le sens de l’autorité qu’exerce un individu identifié sur un espace déterminé, même si celui-ci n’est pas toujours nommé. En ce sens on l’a rencontré surtout pour deux types de juridiction : celle de l’abbé ou de l’abbesse sur son monastère77 ; et celle du comte ou du délégué royal local sur le territoire qu’il investit78. Un acte du comte de Castille Fernán González imbrique d’ailleurs les deux possibilités, mais il s’agit là encore d’une falsification79. Le verbe imperare est aussi invoqué de manière impersonnelle pour exprimer « ce que commande la loi » dans un acte de 879 en provenance de Celanova : « ut nobis lex canonica imperat »80. Parfois apparaissent également des références à l’imperium comme pouvoir abusif. Ainsi, en 1025, une donation est octroyée en remerciement de l’aide apportée face à un oppresseur : « Nous vous la donnons […] parce que vous nous avez libérés des mains de doña Lupa et de ses fils, qui nous contraignaient sans arrêt et nous causaient des maux quotidiens »81. Un autre document désigne comme imperia les vils pouvoirs terrestres, en opposition aux pures satisfactions célestes. En 986, Ermegildus explique ainsi combien il admire la vie monastique et désire la rejoindre, rendant pour l’occasion hommage aux moines, « ces combattants de Dieu […] parmi lesquels il désire [se] purger de ses péchés, en reniant le monde et ses pompes, ses pouvoirs et ses choses »82.

  • 83 M. E. González de Fauve, Santa María de Aguilar de Campoo, n° 2 (1020) ; L. Serrano, Becerro Gótic (...)
  • 84 La collection du monastère de Celanova comporte pas moins de seize clauses pénales ainsi formulées (...)

35Dans les clauses des actes, c’est le verbe imperare et son dérivé substantivé imperator qui apparaissent. On y lit souvent la menace de sanctions spirituelles et d’amendes à payer pour les personnes qui contreviendraient à l’acte énoncé. S’agissant de l’amende, elle doit généralement être versée en partie à la personne ou à l’entité lésée, et pour le reste au représentant du pouvoir en charge du respect de l’ordre, de la justice et donc des dispositions scellées dans l’acte. Ce représentant est selon les cas identifié au roi, ou à un comte, un juge, etc. et l’aspect local est le plus souvent exprimé par le terme de « terre » (terra). Le contrevenant doit alors payer l’amende « a parte regis terrae » ou « post partem comitis terrae ». Or, il arrive que l’autorité du gouvernant en question soit exprimée par le champ lexical de l’imperium. On trouve alors deux formes possibles à cette expression : l’amende doit être payée « a parte imperatoris terre »83 ou « post partem regis aut iudex uel comitis qui illa terra imperauerit »84.

  • 85 « … Regnante principe Ranimiro in Legione, et sub eius ymperio comite Fredinando in Castella », L. (...)
  • 86 « … Imperante comes Garsia in Castella et Abba comitissa, uxor eius », M. Zabalza Duque, Colección (...)
  • 87 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 534 et 535.

36Enfin, dans le protocole final, la datation présente à quelques reprises des formulations intéressantes. Ainsi, à la suite de la mention du souverain régnant sont nommés les magnats à qui l’autorité est confiée localement, dont l’identité est introduite par la formule « sub eius [i. e. le roi] imperio » (ou « sub imperio regis »)85. Par ailleurs, imperare y est parfois également employé pour désigner le pouvoir d’autres personnes que les souverains. On a évoqué déjà le cas du comte de Castille García Fernández, dont les actes interpolés des 8 mars 974 et 5 mai 987 sont ainsi datés86. Dans la collection de la cathédrale de León est mentionné García Gómez, rebelle à Bermude II qui réussit en 990 à chasser le roi et à prendre le pouvoir sur la capitale momentanément. Deux actes de cette année ont donc une datation ainsi formulée : « inperantem Garsea Gomize in Legione »87.

  • 88 Voir, concernant l’imperium de García Ier Sánchez (925-970) et García, « el de Nájera » (1035-1054 (...)

37Par ailleurs, dans la mesure où le sondage réalisé impliquait le dépouillement des collections diplomatiques d’établissements qui n’ont pas toujours été soumis au contrôle des rois de León, il a été possible d’observer que le vocabulaire de l’imperium pouvait également être associé dans les datations à d’autres souverains. C’est tout particulièrement le cas des souverains de Pampelune mentionnés dans les actes du monastère de San Millán de la Cogolla, originellement sous contrôle navarrais88.

38Pour résumer, dans la documentation diplomatique asturo-léonaise, tant authentique que manipulée, il existe tout un substrat d’actes où le champ lexical de l’imperium est employé dans des usages assez divers. On se rend ainsi parfaitement compte que les expressions sur lesquelles les historiens de « l’idée impériale léonaise » ont fondé leurs démonstrations ne sont qu’une utilisation particulière d’un champ lexical qui par ailleurs désigne de manière répétée l’autorité détenue tant par les souverains que par d’autres personnes. Ces dernières occurrences sont somme toute au moins aussi nombreuses que celles ayant permis de construire traditionnellement la théorie impériale léonaise. Examinons à présent la signification qu’elles revêtent.

UN SYNONYME D’AUTORITÉ

  • 89 À l’exception peut-être de cette « couronne impériale » qu’Alphonse III achète au clergé de Tours. (...)
  • 90 Voir les observations déjà faites en ce sens par T. Deswarte, De la destruction, pp. 195-198 et pa (...)
  • 91 Voir, sur le rapport entre l’imperium et la regia potestas, C. Sánchez-Albornoz, « Imperantes y po (...)

39Le contexte dans lequel apparaissent les occurrences relevées permet dans la plupart des cas89 d’en expliciter le sens. Au-delà de la diversité des traductions, les expressions relevées ont en effet pour dénominateur commun une même signification : celle du pouvoir au sens large ou de l’autorité90 exercée par un individu identifié ou non, que cette autorité soit politique, religieuse, militaire, administrative, légitime ou abusive, ou encore qu’elle se traduise par la transmission d’un ordre. L’autorité dont il est question est d’ailleurs très souvent l’autorité publique91, ou tout au moins commune : l’autorité souveraine du roi à laquelle sont soumis les sujets, la juridiction du comte ou du juge sur le territoire dont le roi lui a délégué le gouvernement, la gestion d’une communauté monastique par son abbé. Mais cette autorité peut également ne pas avoir été déléguée, et exprimer uniquement un pouvoir de fait. En ce sens notre vocabulaire traduit parfois l’absence de légitimité de la domination d’une personne sur une autre ou son ingérence dans les affaires d’autrui. On ne s’étonne alors pas à la lecture de la donation d’Ermegildus où l’imperium acquiert une dimension péjorative en étant assimilé aux choses triviales parce que terrestres, par opposition à l’exaltation que procure la vie religieuse.

  • 92 « Inflectatque Dominus eius semper animum ut pie regat populum, ut post longum principalis imperiu (...)
  • 93 « Astores et Uascones crebro rebellantes edomuit et suo imperio subiugauit », Alph., 1.
  • 94 « Nec Arabum amicitiis sociabor, nec me eorum imperio subdebor », Alph. Seb., 9.
  • 95 « … Superauit et suo imperio subiugauit », Alph., 18.
  • 96 Samp., 4.
  • 97 « … Sicque Alauam obtentam proprio imperio subiugauit », ibid., 1. Cette expression est d’ailleurs (...)
  • 98 « Conimbriam quoque ab inimicis obsessam defendit, suoque imperio subiugauit », ibid., 3.

40En outre, et contrairement au titre d’imperator qu’on ne trouve pas dans d’autres sources d’époque asturo-léonaise, le champ lexical de l’imperium apparaît ailleurs avec ce même sens d’exercice de l’autorité publique. Dans les dernières notices de la Chronique d’Albelda, relatives au règne contemporain d’Alphonse III, il est question de ses activités de restauration et de sa grande culture, ce qui lui vaut une prière toute spéciale : « Que le Seigneur incline toujours son âme à gouverner le peuple avec bienveillance et qu’après avoir longuement exercé le pouvoir de prince (principalis imperium), du royaume de la terre, il passe dans le royaume céleste. Amen »92. L’imperium n’est pas ici un pouvoir différent de la royauté — exprimée par l’adjectif principalis — mais une fonction qui manifeste l’exercice de la royauté. Dans les deux versions de la Chronique d’Alphonse III, l’imperium du roi apparaît sous la forme récurrente de l’expression suo imperio subjugare. Elle est présente une première fois dans la biographie de Wamba, dont il est dit qu’« il soumit les Astures et les Vascons qui se rebellaient fréquemment et les soumit à son pouvoir »93. Ensuite, c’est sous une forme presque identique que, dans la version érudite de ce texte, Pélage rétorque au félon Oppa : « Je ne me lierai pas d’amitié avec les Arabes et je ne me soumettrai pas à leur domination »94. Durant le règne de Silo, et de nouveau dans les deux versions, ce sont les Galiciens que le roi asturien « soumit à son autorité »95. L’imperium est ici la force supérieure qui rend possible la domination qu’une entité politique entend exercer sur des territoires plus ou moins dépendants. Dans chacune des situations évoquées, un petit territoire — les Asturies, la Galice — tente d’échapper à l’autorité qu’un État plus puissant — le royaume wisigothique puis l’émirat andalusí — impose par la force. Ces tentatives n’ont évidemment pas la même issue : Astures, Vascons et Galiciens se soumettent au roi chrétien, mais Pélage rejette le joug musulman. La Chronique de Sampiro, enfin, réitère les usages observés dans les chroniques asturiennes. Le terme imperium y désigne de nouveau le règne d’Alphonse III : « sub cuius imperio dux quidam Yspanie »96. On retrouve ensuite l’expression suo imperio subiugare, lorsqu’il est question de la conquête d’Álava par Alphonse III97 et lorsque le même roi soumet Coimbra98.

UNE NOTION CLASSIQUE POUR LES CLERCS ASTURIENS

41Quant à l’origine de cette utilisation récurrente du vocabulaire de l’imperium au sens d’autorité, ce modèle dont se seraient inspirés scribes et chroniqueurs, point n’est besoin de les chercher au-delà des Pyrénées, ni même en dehors du royaume : il suffit pour cela de se pencher sur la tradition manuscrite et littéraire qui nourrit leur bagage culturel.

  • 99 Sur la culture asturienne, voir notamment les travaux de Manuel C. Díaz y Díaz : « La circulation (...)
  • 100 Sur la transmission et la circulation des œuvres d’Isidore de Séville dans le royaume asturoléonai (...)
  • 101 Ainsi d’ailleurs que dans les autres noyaux péninsulaires de résistance à l’Islam. Sur l’utilisati (...)
  • 102 Voir M. C. Díaz y Díaz, « La Lex Visigothorum » (en particulier les pp. 220-221). Voir aussi la li (...)
  • 103 Il s’agit des manuscrits Q et J identifiés par G. Martínez Díez, La colección canónica hispana, t. (...)
  • 104 Ibid., pp. 327 sqq. et notamment pp. 332-333.

42Quel est le socle de la culture écrite dans le royaume d’Oviedo-León aux IXe et Xe siècles99 ? Dès lors que l’on s’accorde sur le monopole clérical de l’écrit, deux sources de savoir s’imposent parmi d’autres : la Bible, sous la forme latinisée de la Vulgate ; et la littérature patristique qui dans le contexte de l’Espagne médiévale suppose entre autres les œuvres du doctor Hispaniarum Isidore de Séville100. Par ailleurs, depuis le rétablissement de « l’ordre gothique » sous le règne d’Alphonse II, les rédacteurs d’actes se devaient de maîtriser le contenu des deux compilations de la législation romano-gothique réalisées au cours du VIIe siècle : la collection canonique Hispana et le Liber Judicum. L’usage du Liber Judicum, — appelé encore Liber Iudiciorum ou Lex Visigothorum, recueil des constitutions et lois émises par les souverains wisigoths, réunies d’abord par Réceswinthe (649-672) puis révisées sous le règne d’Ervige (680-687) — est attesté dans le royaume asturo-léonais101 et on en connaît plusieurs copies datées des IXe-Xe siècles102. Quant à la Collectio Canonica Hispana — compilation de canons conciliaires grecs, africains, gaulois et hispaniques et de décrétales initiée probablement par l’évêque de Séville Léandre et son frère et successeur Isidore au début du VIIe siècle — on n’en connaît pas de manuscrits copiés dans le royaume asturo-léonais, en dehors de quelques fragments en provenance probablement de Celanova et Cardeña103. On sait pourtant que cette législation était appliquée dans le royaume104.

43On n’abordera ici que ces quelques composantes de la culture écrite asturoléonaise, afin d’y sonder les usages du vocabulaire de l’imperium.

a) L’imperium dans la Vulgate

  • 105 Voir à ce sujet les remarques formulées par M. Reydellet, La royauté, pp. 36-37 et W. Ullmann, « T (...)

44La Bible latine présente 154 occurrences du champ lexical de l’imperium105, réparties comme suit : imperium, 82 ; imperare, 70 ; imperatorius, 1 ; imperator, 1.

  • 106 Dan., 6, 7.
  • 107 Esth., 3, 2 : « cunctique servi regis qui in foribus palatii versabantur flectebant genu et adorab (...)

45Pour les deux derniers cas, les termes usités se rapportent à l’autorité de souverains. Dans le Livre de Daniel, les satrapes du roi Darius, jaloux de l’influence qu’exerce Daniel sur leur souverain, demandent à ce qu’un « décret royal » (decretum imperatorium) soit édicté pour interdire tout autre culte que la religion officielle106. Dans le Livre d’Esther, l’imperator est Xerxès qui ordonne que tous se prosternent devant l’Agaguite Hamân107.

  • 108 Esth., 13, 7 : « ut nefarii homines uno die ad inferos descendentes reddant imperio nostro pacem q (...)

46Quant au verbe imperare, 26 des occurrences relevées concernent l’action de régner, de dominer. Les 44 autres ont le sens d’ordonner, l’autorité énonçant ces ordres étant le plus souvent celle de Dieu. Ces deux sens cohabitent également en ce qui concerne le substantif imperium, qui désigne aussi souvent l’autorité exercée (qui peut se traduire par le règne d’un souverain, le gouvernement d’un chef, mais aussi par la puissance détenue par toute personne, ou encore Dieu), que les ordres donnés (par Dieu ou par des hommes). On remarque enfin qu’à deux reprises le terme acquiert une dimension spatiale108.

b) L’imperium dans l’œuvre d’Isidore de Séville

  • 109 Dans les derniers mots du De laude Spaniae la domination wisigothique de l’Hispania est exprimée a (...)
  • 110 Suintila souhaite que « tous ses ordres soient obéis » (« quicquid imperaretur efficere », ibid., (...)
  • 111 Voir la prière que formule Isidore pour que Ricimer succède à son père après le règne de ce dernie (...)
  • 112 Isidore fait l’éloge de Reccarède, précisant qu’en combattant il étendit l’empire des Wisigoths (« (...)

47Au-delà de la définition déjà évoquée du titre d’imperator insérée dans les Étymologies, l’emploi du vocabulaire de l’imperium est récurrent dans les écrits d’Isidore de Séville. Si dans la Chronique d’Isidore il désigne uniquement le pouvoir des empereurs — imperatores — romains et orientaux, dans les Histoires apparaissent déjà quelques occurrences des mêmes termes signifiant l’autorité exercée par les rois wisigoths109, les ordres qu’ils étaient amenés à donner110, ou encore leur règne, au sens aussi bien temporel111 que spatial112. Sans prétendre à l’exhaustivité, on retrouve une partie de ces usages — tout spécialement les sens d’autorité et d’ordre — dans d’autres œuvres composées par le saint sévillan.

  • 113 « De imperiis militiaeque vocabulis ex parte dictum est », Id., Etimologías, éd. J. Oroz Reta et M (...)
  • 114 « Melchisedech rex iustus. Rex, quia ipse postea imperavit Salem », ibid., VII, vi, 25.
  • 115 « Asia ex nomine cuiusdam mulieris est appellata, quae apud antiquos imperium tenuit orientis », i (...)
  • 116 « Item omnipotens, quia […] solus enim totius mundi habet imperium », ibid., VII, i, 18.
  • 117 « Aquarum elementum ceteris omnibus imperat », ibid., XIII, xii, 3.
  • 118 « … Si [mulier] uiro imperare desiderat, et ordo naturae corrumpitur et domus illa misera et perue (...)
  • 119 « … Nova imperii cupiditate », Id., Quaestiones in vetus Testamentum, IX, col. 237.

48Dans les Étymologies, le vocabulaire de l’imperium désigne le pouvoir. Dans son introduction au chapitre iv du neuvième livre traitant « des langues, peuples, royaumes, armées, cités et parentés » Isidore précise que « sur le vocabulaire du pouvoir (imperium) et la terminologie militaire il a été dit beaucoup »113. Outre les nombreux passages où il est question de l’empire romain, imperium et imperare sont utilisés pour désigner l’autorité souveraine dont ont joui différents personnages, réels ou non. De Melchisedech par exemple il est dit qu’on le surnommait rex iustus, le premier terme de l’expression s’expliquant « parce qu’il gouverna ensuite Salem »114. De même, « l’Asie est ainsi appelée d’après le nom d’une femme qui selon les Anciens domina l’Orient »115. Mais imperium désigne aussi dans les Étymologies le pouvoir absolu et non nécessairement rattaché au gouvernement temporel. Ainsi, énumérant les noms donnés à Dieu par les Hébreux, Isidore évoque celui de Tout-Puissant qui lui est conféré « parce que […] c’est à lui seul que revient le gouvernement du monde entier »116. En ce sens le verbe imperare renvoie parfois à la situation supérieure d’une chose sur d’autres. Par exemple, « l’élément aquatique domine tous les autres »117. On retrouve l’idée d’une autorité hiérarchique dans un article du De Ecclesiasticis Officiis consacré aux relations entre époux : « si [l’épouse] aspirait à avoir autorité sur l’homme, l’ordre naturel serait corrompu et son foyer serait amené à être misérable et perverti »118. Enfin, dans les Questions sur l’Ancien Testament, Isidore évoque la confusion des langues à Babel, résultat de la « nouvelle soif de pouvoir » de Nemrod119.

  • 120 « Iste […] neque enim aliquid imperare cuiquam licebit, quod ipse non fecerit », Id., Regula Monac (...)
  • 121 « Nullus monachorum inconsulto abbate audeat uspiam progredi, nec aliquid praesumere sine inperio (...)
  • 122 « Inter jubere et imperare. Jubere apud veteres non idem erat quod imperare ; nam jubere ibi diceb (...)

49À côté de ces occurrences, imperium désigne aussi dans les écrits isidoriens l’ordre donné. Ainsi, dans sa Règle monastique, au chapitre ii relatif à l’élection de l’abbé, Isidore évoque une des qualités dont ce dernier doit faire preuve : « Il ne lui sera pas permis d’ordonner quoi que ce soit qu’il ne ferait lui-même »120. Au chapitre xxiv (« Des déplacements ») il est établi « qu’aucun moine n’ose [ra] se rendre quelque part sans en avoir consulté l’abbé, ni ne décide [ra] quoi que ce soit sans son commandement, ou celui de son préposé. […] Qu’il ne s’aventure à rencontrer ni proche, ni hôte étranger, ni moine, familier ou parent, sans que l’ait disposé un supérieur »121. Un autre exemple provient du livre des Différences. Isidore s’y exprime sur la distinction entre les verbes jubere et imperare : « Pour les anciens jubere était différent d’imperare ; en effet on utilisait jubere lorsqu’il était question de soumission volontaire, et imperare quand quelqu’un obéissait à un ordre imposé »122.

c) L’imperium dans la Collectio Canonica Hispana : cas des conciles wisigothiques

  • 123 J. Vives et alii, Concilios visigóticos.
  • 124 J. Mellado Rodríguez, Léxico de los concilios visigóticos, t. I, p. 326.
  • 125 « Quam itaque ob rem in proprietatis illa conantur redigere sinu quae pro solo constat illos imper (...)
  • 126 À la suite de la condamnation de l’arrianisme, on lit dans l’homélie que prononce saint Léandre à (...)
  • 127 « Dum studio amoris Christi ac diligentia religiosissimi Sisenandi regis Spaniae atque Galliae sac (...)
  • 128 À l’exemple de Teudemundo, « parce qu’il ne réussit pas à résister à la pression populaire » (« in (...)
  • 129 Voir l’action de grâces en l’honneur de Sisenand qui clôt les actes du concile de Tolède IV (a. 63 (...)
  • 130 Lors du concile de Tolède III (589), le roi Recarrède est saisi d’horreur devant le crime perpétré (...)

50Joaquín Mellado Rodríguez, dans son Lexique des conciles wisigothiques de Tolède, réalisé à partir de l’édition de José Vives123, distingue lui aussi différents sens pour le champ lexical de l’imperium124. Si l’adjectif imperialis est systématiquement associé au pouvoir du roi125, l’imperium désigne tour à tour dans les canons conciliaires l’autorité elle-même126 et ses résultats, que ce soit l’ordre donné127 ou la pression exercée128. Le verbe imperare a ainsi tantôt le sens de régir129 ou d’ordonner130.

d) L’imperium dans le Liber Judicum

  • 131 « … In cunctis personis ac gentibus nostre amplitudinis imperio subiugatis », Liber Judicum, éd. K (...)
  • 132 « Comperimus multorum servos vel ancillas ad ecclesiam quorumdam sollicitatione confugere et illic (...)
  • 133 « Abominanda sunt ergo in christianis funesta Iudeorum imperia », ibid., XII, 2, 14.
  • 134 Voir les lois 17 et 19 du titre XII, 3 : « Ne Iudei a quolibet potestate accepta extra regiam ordi (...)

51De nouveau imperium et imperare désignent l’autorité exercée. Il peut s’agir de l’autorité royale, lorsqu’il est question de « toutes les personnes et familles soumises à l’ampleur de notre gouvernement », auprès desquelles les lois du Liber doivent être divulguées131. L’autorité est aussi celle du dominus sur son servus132, ou encore celle qu’exercent les juifs sur les chrétiens, jugée exécrable133, et finalement interdite134.

  • 135 « Cum divine voluntatis imperio principale caput regnandi sumat sceptrum, non levi quisque culpa c (...)
  • 136 « … Munditia carnis sacra auctoritas inperat », ibid., III, 4, 18.
  • 137 Paragraphe V du titre VII, 3 : « Si servus ingenuum plagiaverit domino inperante ».
  • 138 « Servus autem ideo erit indemnis, quia domini iubentis obedibit inperiis », ibid., VII, 2, 2. On (...)

52Le même vocabulaire se traduit en outre par des ordres. Dans le titre 1, 7 du second livre on lit que « lorsqu’un prince prend possession du sceptre du gouvernement, par commandement de la volonté divine, il ne s’entâche pas d’une faute légère celui qui, au moment de son élection, soit tarde à jurer fidélité au roi comme c’est la coutume, soit, s’il ne se trouve pas au palais, s’abstient de se présenter en personne devant le nouveau prince »135. L’ordre peut être celui de l’Église, comme par exemple lorsqu’il est question de la chasteté que commande « l’autorité sacrée » à ses ministres136. Il peut être celui que donne un seigneur à son serf lorsqu’il lui demande de commettre un vol137 ; d’ailleurs si le seigneur se rend coupable d’un larcin avec son serf pour complice, « [ce-dernier] ne sera pas inquiété, puisqu’il aura obéi aux commandements ordonnés par son maître »138.

53Les « classiques » de la culture littéraire asturo-léonaise des IXe-Xe siècles fournissent donc aux clercs du royaume une diversité d’usages du terme d’imperium et du champ lexical qui s’y rattache. Si les œuvres historiques d’Isidore de Séville rappellent l’existence passée d’imperatores romains et l’étendue de leur imperium, les autres textes analysés les laissent de côté et usent des termes imperium et imperare pour traduire toute une série de situations d’autorité, pour désigner le pouvoir qui émane ou est attribué à des personnes physiques, des institutions, et même parfois des choses.

54Les indices dont nous disposons sur le phénomène impérial à l’époque asturo-léonaise ne permettent pas de se décider pour un modèle qu’auraient imité les souverains de la période au moment de se faire désigner imperatores ou de qualifier leur pouvoir d’imperium. De cette constatation on ne doit toutefois pas conclure à l’impossibilité d’en approcher la signification. À l’époque où s’enracine la monarchie de León, la notion d’imperium donne lieu, ailleurs dans la Chrétienté occidentale, à des expériences variées et en aucun cas univoques. Elle ne s’est pas figée avec la naissance de l’empire romain puis chrétien, et sa fluctuation constante impose au contraire de mesurer toute la distance qui sépare un Charlemagne d’un Constantin, ou encore d’un Aethelstan. L’appropriation de la notion dépend en ce sens en grande partie du besoin auquel il répond, et sa signification s’en trouve du même fait redéfinie.

55Pour la déceler, et à défaut de pouvoir procéder différemment vu le caractère laconique des sources, il est nécessaire de comprendre d’abord ce que signifiait la notion d’imperium dans le royaume. Or, à côté des expressions dans lesquelles les historiens ont lu une exaltation impériale des rois de León, il en existe d’autres usages. Ceux-ci, dans la documentation diplomatique mais aussi dans les sources narratives, font tous référence à l’idée d’autorité qu’exercent les personnes les plus diverses sur d’autres individus ou groupes, ce qui correspond par ailleurs au sens que revêt le champ lexical de l’imperium dans les œuvres qui constituent le fondement de la culture asturo-léonaise. À de nombreuses reprises, ces personnes ne sont autres que les souverains eux-mêmes, dont l’imperium signale alors l’autorité suprême.

56Mais avant de soutenir l’idée que les qualifications « impériales » du pouvoir monarchique asturo-léonais ne sont qu’une adaptation particulière de ce champ lexical de l’autorité, encore s’agit-il d’en comprendre le motif.

Notes

1 E. Mayer, Historia de las instituciones, t. II, pp. 15-16.

2 R. Menéndez Pidal, La España del Cid (1947), t. II, p. 665.

3 Id., El imperio hispánico, p. 35.

4 Ibid., p. 43.

5 J. López Ortiz, « Las ideas imperiales », pp. 56-57.

6 A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, pp. 21-23.

7 Nous reviendrons plus loin sur les arguments invoqués par A. Sánchez Candeira dans cette démonstration.

8 Ibid., pp. 30-34.

9 Voir le chapitre intitulé « Origen del imperio leonés », ibid., pp. 39-50.

10 Ibid., p. 52.

11 Ibid., p. 53. On a du mal à se laisser convaincre pas une telle démonstration, qui omet en outre de justifier pourquoi des souverains auraient alors intitulé imperator leur prédécesseur. Voir notamment le commentaire qu’en fait A. Isla Frez, Realezas hispánicas, p. 81.

12 A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, p. 55.

13 J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 424-425.

14 Idées développées dans la section intitulée « Confrontación con la concepción imperial en otras regiones europeas », ibid., pp. 415-424.

15 Voir le chapitre intitulé « Rex-imperator : the surviving roman tradition », M. Cullinan, Imperator Hispaniae, pp. 35-71.

16 Ibid., pp. 82-83.

17 Ces documents sont répertoriés dans « Le titre d’imperator », pp. 99-103.

18 Le « cycle asturien » est un ensemble de trois œuvres narratives — la Chronique d’Albelda, la Chronique prophétique et la Chronique d’Alphonse III — composées à la cour d’Oviedo durant le règne d’Alphonse III, fournissant des informations importantes sur les premiers siècles d’existence du royaume asturien. C’est aussi là qu’est forgée une partie de l’armature idéologique de la monarchie asturienne, ces textes participant de la naissance du courant néogothique. Les trois textes sont édités par J. Gil (éd.), et alii, Crónicas asturianas et Y. Bonnaz, Chroniques.

19 Datant du second tiers du XIe siècle. Édition dans Samp., pp. 273-346.

20 Rédigé à la fin du XIe siècle, ce texte mentionne pour l’année 1065 la prise de Coimbra, réalisée par « Rex Fernandus cum coniuge ejus Sancia Regina, imperator fortissimus », Chronicon Complutense, éd. E. Flórez, p. 317.

21 Alphonse VI y est l’« orthodoxi Ispani inperatoris […] pre omnibus regibus eclesiam Christi catolice gubernantibus celeberrimus videtur », Sil., 7, pp. 118-119. L’Historia dite Silense fut rédigée dans les premières années du XIIe siècle. Elle fut ainsi (mal) nommée parce qu’on a cru pendant longtemps qu’elle avait été écrite par un moine de Silos en Castille, alors que son style démontre plutôt son origine léonaise. Le récit couvre, de manière non totalement linéaire, l’histoire de la péninsule Ibérique depuis le règne du wisigoth Léovigilde (569-586) jusqu’à la mort de Ferdinand Ier en 1065. Il commence par la mention des luttes entre les fils de Ferdinand Ier, et de l’accès au trône d’Alphonse VI, avant de revenir à la trame chronologique à partir de l’année 569.

22 « Preterea consilio et obedientia domini Adefonso sanctissimi imperatoris Xemeneque regine huius reuerendissimi Apostoli ecclesiam amplificans », HC, I, ii, 3.

23 Encore qu’on puisse peut-être lire une allusion à un Alphonse III imperator dans un autre texte associé à la figure de l’archevêque compostellan Diego Gelmírez. Le livre III du Codex Calixtinus composé sous son égide s’achève sur une explication prétendument attribuée à Calixte II des jours où saint Jacques est fêté (25 mars pour la mort de l’apôtre, 25 juillet pour sa translation en Péninsule et 30 décembre pour son inhumation), suivie d’une description des processions menées lors de ces fêtes, tout particulièrement celle du 30 décembre : « On rapporte que la célébration de la translation et de l’élection du bienheureux Jacques fut fixée en Galice au 30 décembre par l’illustre empereur hispanique Alphonse, digne de bonne mémoire, avant qu’elle ne soit confirmée par notre autorité » (« Fertur quod translacionis et electionis beati Iacobi celebritatem tercio die kalendarum Ianuarii inclitus imperator Hyspanus Aldefonsus, bona memoria dignus, celebrare inter Gallecianos instituit, priusquam nostra autoritate corroboraretur », Liber Sancti Iacobi, éd. K. Herbers et M. Santos Noia, III, iii, p. 190). Diverses interprétations ont été proposées pour identifier l’imperator évoqué dans ce passage : par rapport à la date de composition du codex, qu’on fixe généralement au milieu du XIIe siècle, il pourrait s’agir d’Alphonse VI — qui porta le titre et fut tout particulièrement admiré de Diego Gelmírez —, d’Alphonse VII qui le porte au même moment, ou encore des Alphonse II, III et V qui sont tous les trois intervenus pour favoriser le culte de saint Jacques. Aussi, selon Manuel Díaz y Díaz, l’auteur, qui cherche à justifier de longue date la célébration du 30 décembre, aurait-il fondu en un seul personnage tous ces souverains (voir M. C. Díaz y Díaz, « Descripción en el siglo XII de una procesión »).

24 Documents référencés dans « Le titre d’imperator », pp. 99-100.

25 R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 46.

26 « Domna Sanzia fuit uxor Ordonii imperatoris », J. M. Lacarra, « Textos navarros del códice de Roda », 14, p. 237.

27 Ibid., 13, p. 236.

28 Les imperatores léonais semblent en outre n’avoir fait aucun cas d’une reconnaissance pontificale de leur titre, ce que souligne J. Muldoon, Empire and Order, p. 57.

29 J. Beneyto Pérez, España y el problema de Europa, pp. 10-11.

30 R. Folz, L’idée d’empire, livres I et II.

31 Rapide synthèse dans Y. Sassier, Royauté et idéologie, pp. 129-130.

32 Sur l’absence de fusion de la royauté dans la fonction impériale, voir J.-M. Sansterre, « À propos des titres d’empereur et de roi », qui explique que dans l’Occident du haut Moyen Âge, l’antériorité de la royauté entraîna une certaine réticence à substituer le titre d’imperator à celui de rex, en raison entre autres de la prédilection des clercs pour la fonction royale dans leur réflexion politico-morale sur le souverain idéal.

33 « Erat eo tempore rex Aedilberct in Cantia potentissimus, quid ad confinium usque Humbrae fluminis maximi, quo meridiani et septentrionales Anglorum populi dirimuntur, fines imperii tetenderat », Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique, I, 25, 1.

34 J. Muldoon, Empire and Order, p. 54. Aethelbert n’est pas le seul souverain concerné ; voir, sur l’usage que fait Bède du concept d’imperium pour désigner l’autorité des rois anglo-saxons du haut Moyen Âge, N. Higham, An English empire.

35 Sur l’utilisation du titre d’imperator par les rois anglo-saxons, depuis le règne d’Aethelstan (924-939) jusqu’à celui de Cnut (1016-1035), voir le résumé qu’en fait J. Muldoon, Empire and Order, pp. 53-55. Folz affirme pour sa part que « le titre impérial n’eut jamais dans l’île qu’une valeur semi-officielle. L’Empire anglo-saxon fut à tous égards un Empire national, exprimant l’autorité suprême du souverain sur les différents éléments qui constituaient la population de l’Angleterre », R. Folz, L’idée d’empire, p. 54. Pour un panorama des diverses titulatures employées par les souverains anglo-saxons, voir H. Kleinschmidt, « Die Titulaturen englischer Könige », notamment pp. 89-120.

36 Voir Y. Sassier, Royauté et idéologie, pp. 191-193, É. Bournazel, « Robert, Charles et Denis » et J. Krynen, L’empire du roi, pp. 384 sqq.

37 « Patresque namque [sui] longe rex, induperator », Adalbéron de Laon, Poème au roi Robert, p. 2.

38 « … In tanto Francorum inperatore », Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, p. 80.

39 A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium, pp. 25-27.

40 Chez Paul Orose, Widukind, ou encore dans les Généalogies de Roda évoquées plus haut, voir J. A. Maravall, El concepto de España, pp. 416-417.

41 Tout au plus López Ortiz évoque-t-il la possibilité d’une ambassade byzantine en Espagne au moment de l’adoption du titre basileus, mais sans approfondir la question, voir J. López Ortiz, « Las ideas imperiales », p. 59. L’argument est repris par J. A. Maravall, El concepto de España, p. 427.

42 Seule déroge à ce despotisme du modèle carolingien l’hypothèse quelque peu extravagante mais non dénuée de sens de Lévi-Provençal concernant une éventuelle influence musulmane (voir « Premières théories sur l’empire hispanique », p. 17). Saitta notait à ce sujet que l’hypothèse de Lévi-Provençal avait le mérite de s’écarter du modèle carolingien auquel d’autres demeuraient arrimés (A. Saitta, « Un problema storiografico », p. 391).

43 A. García-Gallo, « El imperio (1945) », p. 207.

44 À noter que sont présentées ici uniquement les occurrences de ce champ lexical associé à des personnes physiques, et qu’on ne traite pas de l’usage qui consiste à qualifier la domination divine d’imperium.

45 « … Completum est itaque imperium nostrum », « non de nostro imperio, […] sed Deo ducente », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. I, n° 50 ; critique diplomatique dans M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-13, pp. 109-111.

46 « … Qui talia canmiserit [sic], subiaceat imperio Regis », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 143 ; « ut nullum imperium regis nec ullus homo sit ausus intrare infra istos terminos », ibid., n° 145 ; critique diplomatique dans M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-47 et 49, pp. 135-136.

47 « … Omnes reges ius imperiali tenentes », E. Sáez et C. Sáez, Colección de la catedral de León (II), n° 436 (974) ; critique diplomatique dans M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-252, pp. 190-191.

48 « … In nostro imperio », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 176 (avec datation en 905). L’acte a été l’objet de nombreuses polémiques, mais M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-44, pp. 132-135, l’estime authentique.

49 « De cetero quod rursum insinuastis, quia penes vos coronam imperialem habetis ex auro et gemmis comptam… », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 185 ; sur l’authenticité de cette lettre, voir P. Henriet, « La lettre d’Alphonse III ». M. Lucas Alvarez, La documentación real, R1-67, pp. 149-151, la considère interpolée.

50 « … Secundum hactenus nostro regali Imperio subjectae manserunt », E. Flórez, España Sagrada, t. XVIII, apéndice VII, pp. 312-313.

51 « Regnante rex Ranimiro in Legione, et sub eius ymperio comite Assur Fernandiz in Castella », J. Rodríguez Fernández, Ramiro II, n° 51. M. Lucas Álvarez, La documentación real, R1-192, p. 179, considère que cet acte n’est pas un original et a été interpolé tardivement.

52 « … Sub imperio priorum regum auorum nostrorum », J. Rodríguez Fernández, Ordoño III, n° 27 (12 novembre 954).

53 « … Non cum imperialis opresione sed cum suis muneris et pretii compleuit opere », ibid., n° 22.

54 « Nos denique qui sumus hodie sub imperio tempore serenissimi domno Sancioni principis », J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I), n° 183. L’éditeur pense qu’il peut s’agir d’une forgerie du XIIe s.

55 « … Nullius potestati aut regio imperio ullum debitum persolvant », L. Barrau-Dihigo, « Notes et documents », n° 31.

56 J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », appendice 2, n° 4.

57 « Ennegus qui fuit maiorino in Legione sub imperio patri meo domno Ueremudo, memorie diue », ibid., n° 16.

58 Ordoño III réalise le 15 mai 951 une donation en faveur du monastère de Sahagún, « videns et considerans imperium ipsum domum ospitum et peregrinorum ibidem advenientum », J. Rodríguez Fernández, Ordoño III, n° 4.

59 Donation d’Alphonse V à l’évêque Nuño le 19 septembre 1012 : « Adicimus uobis omnia monasteria tam populatas quam etiam dirutas seu monacis qui sacerdotium amiserunt nec non et qui suam hordinem tenent sub uestro maneant imperio, sicut ab antecessoribus uestris prius fecerunt », J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », n° 11.

60 Donation d’Alphonse III à San Adriano de Tuñón : « Testamus et confirmamus, ut nullus imperium neque potestas, neque aliquis homo infra istis terminis per nulla calumpnia, neque pro omizio, neque per pignora, neque pro nullo imperio non intret infra ipsos terminos de illo coto », A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 143.

61 Donation d’Alphonse V à Pedro Muñiz le 24 juillet 1002 (J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », n° 5). Même formule dans une permutation de Bermude III du 4 octobre 1032 (L. Núñez Contreras, « Colección diplomática de Vermudo III », n° 13).

62 M. Lucas Álvarez, La documentación del Tumbo A, n° 28, qui souligne qu’une partie du diplôme est une interpolation du XIIe siècle, qui n’a apparemment pas touché le protocole initial qui nous intéresse ici.

63 « … Sicut mos est comitibus et ducibus atque imperio sedis regalis ibi imperantes », L. Barrau-Dihigo, « Notes et documents », n° 19.

64 Le plus souvent il s’agit des nobles à qui le roi a confié le gouvernement d’un territoire, qu’ils soient nommément désignés ou non. Ainsi dans le faux diplôme d’Alphonse III délimitant le territoire de Braga (28 janvier 905) on lit dans une clause : « Et nullus de comites nostros uel imperantes qualibet disturbatione fuere presumant per ipsa iam super loca dicta » (A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 176). Même type de formulation dans une confirmation d’Ordoño II de 911 : « Monemus et contestamus in consilio comites et inperantes ut nullus se presumat de loco uestro aliquid aufferre » (M. García Álvarez, « Ordoño Adefonsiz », n° 3). Imperantes et imperatores semblent alors conçus comme des synonymes, puisqu’on lit ce terme à deux reprises dans un acte, dont l’authenticité est certes problématique, émis devant Ordoño II (7 juin 910) et mettant en scène les comtes du territoire de Lugo : « nos omnes comites seu inperatores quanticumque sumus » et plus loin « pariemus uobis per unumquemque comitem seu per inperatorem auri talentos quaternos » (ibid., n° 1). À partir du règne d’Alphonse IV émerge une expression utilisant le gérondif d’imperare, par laquelle le souverain désigne une personne pour exercer l’autorité sur un domaine, un territoire, etc. : ordinamus uobis/tibi ad imperandum. Voir E. Flórez, España Sagrada, t. XVIII, apéndice XIV, p. 325 (16 août 929) ; J. Rodríguez Fernández, Ramiro II, n° 45 (942).

65 Donation de Bermude II à l’évêque de León Savarico (26 novembre 991) : « et quod a uobis iniunctum uel imperatum acceperint », J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 549 et 550. Même expression dans une donation d’Alphonse V à la même église, J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », n° 1 (13 octobre 999). On retrouve aussi pour les ecclésiastiques l’expression soulignée ci-dessus, ordinamus uobis ad imperandum : A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 173 (22 octobre 904) ; J. Rodríguez Fernández, Ramiro II, n° 28 (30 septembre 937), n° 61 (24 septembre 946) ; Id., Ordoño III, n° 12 (12 octobre 952), 24 (12 octobre 954), 30 (19 mai 955) ; J. M. Fernández del Pozo, « Alfonso V », n° 1 (13 octobre 999).

66 Voir la notification d’une sentence d’Alphonse III du 6 juin 878 : « Notum vobis facimus omnibus Episcopis, abbatis, Comitibus imperantibus vel cunctis qui potestatem habetis judicia discutere », A. C. Floriano cumbreño, Diplomática española, t. II, n° 120.

67 Dans une donation de Bermude II au prêtre Sampiro (5 septembre 998), un long exposé rappelle les révoltes des magnats contre le souverain et la fidélité de Sampiro dans ce contexte. Dans cet exposé c’est le Diable en personne qui conduit les hommes à la rébellion : « prout diauolus eys imperauit », J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), n° 581.

68 Comme dans cette clause d’une donation de Bermude II du 17 juin 993 : « Si quis tamen […] ipsos supra nominatos homines ad aliam partem vel ad alia quacumque obedientiam commovere vel imperare voluerit », L. Barrau-Dihigo, « Notes et documents », n° 33. Voir également le dispositif d’une donation d’Ordoño III en faveur de l’église de Saint-Jacques-de-Compostelle (11 novembre 952) : « Non tamen ut serui, set ut ingenui, neque ut careant propria moderatione, et non imperent eos absque consuetam rationem », J. Rodríguez Fernández, Ordoño III, n° 13.

69 M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, n° 49.

70 Ibid., n° 59.

71 Voir R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, pp. 13-15 et A. García-Gallo, « El imperio (1953) », pp. 118-120.

72 Menéndez Pidal pensait que le qualificatif imperator correspondait à une erreur de copie pour imperante, terme qui apparaît d’ailleurs dans la datation du même acte : « imperante comes Garsia in Castella et Abba comitissa, uxor eius » (R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 14). Les critiques récentes concluent toutefois à une interpolation. Voir l’analyse de ce fuero dans M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, pp. 388-391, et notamment p. 389 pour les commentaires sur le terme imperator.

73 Voir ibid., pp. 421-424.

74 C’est la lecture proposée par R. Menéndez Pidal, El imperio hispánico, p. 15.

75 On a pu relever au hasard des dépouillements les variantes suivantes : bone pacis arbitrio, sano animo, libenti animo, nemine cogente, non per vim, non pro metu, nullo mortali holine cogente, nullo pauore alicuius hominis cogente, integro consilio.

76 J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 265.

77 Ibid. : n° 61 (émis en 871), pacte monastique émis par l’abbé Fulgaredo concernant l’observance de l’autorité abbatiale : « Nos omnes fratres et sorores qui subter scripturi vel signa facturi sumus pactum simul et placitum Deo et patri nostro Fulgaredus abbati, et Petri presbiteri qualiter modo et deinceps sub regula [abtura ] et sanctorum patrum exempla tua sumus obedientes imperio pro salute animarum nostram qualiter iuste et pie, et caste et sobrie vivamus in hoc saeculo amen. Ut quicquid adiuntare vel imperare iusseritis pro salute anime nostre humiliter omnia adimpleamus… » ; n° 256 (daté de 936), exposé d’une donation privée à l’abbé Rosendo : « sub imperio eiusdem pontificis ». J. M. Mínguez Fernández, Colección de Sahagún (I) : n° 79 (11 juillet 941), pacte monastique entre les religieuses de Piasca et l’abbesse Ailón : « Hecce nos homines qui subter notatee sumus […], pactum facimus Deo et tivi matri nostra Ailoni […] et quidquid novis pro salute animarum nostrarum inperaveris umili corde, placida mente, desiderio ardento Christo presule spondimus nos cuncta inplere hec ad alia loca evagando per propriam bolumtate transire set tecum perpetim cousque vixeris abitare ». L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña : à trois reprises le verbe imperare est utilisé pour exprimer la soumission des religieux ; en 975 lorsque les moines de Modúbar se choisissent un abbé (n° 48) ; en 959 où ce sont cette fois les moniales de San Julián de Pedranales qui jurent obéissance à leur abbesse Urraca (n° 115) ; en 948 lorsque la communauté monastique de Torresandino se soumet à son abbé (n° 215). Dans une donation de García Fernández de 972 (n° 331), on trouve une précision quant aux droits du monastère : « et ipso foro abeatos cum illo sicuti est nobis consuetudo atque regente nobis et ipsoque ymperio ». L’acte en question est toutefois falsifié (voir le commentaire de M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, n° 46 et pp. 346-347).

78 A. Ubieto Arteta, Cartulario de San Millán : n° 144, charte du comte castillan datée de 1012 dans laquelle une situation passée est ainsi évoquée : « contigit autem ut in tempore de illo comite dompno Sancio, Beila Ovecoz de Palencia sub imperio de illo comite supra nominato dominabatus Termino et Lantaron et Buradon castro ». On retrouve aussi l’expression « ad imperandum » ; dans l’exposé d’un document en provenance de Celanova, on lit la phrase suivante : « Hacta sunt hec omnia in diebus quando ipse comes Guttier Osoriz presentauit illos infantes ante prefatus rex [i. e. Ramire II] in ciuitatem rege sedis Legionem, quando eos ceciderunt et suam terram ipsi comes et cum gens sua de manu regis ad imperandum acceperunt », J. M. Andrade cernadas, O Tombo de Celanova, n° 265 (1er octobre 982). Dans le même document, Ramire II est d’ailleurs intitulé imperator (voir « Le titre d’imperator », p. 103).

79 Le 11 mars 969, Fernán González délimite les droits et possessions du monastère de Rezmondo, et précise : « Et infra ipsos terminos supra taxatos nullus que sit ausus aliqua terra lavorare neque prato vindicare neque vinea plantare seu nulla ligna colligere neque domum ibi quisquam facere, solummodo venerit ex imperio Sancte Marie [i. e. le monastère] et fratribus eius volumptate. […] Et hoc licentiam […] tibi […] concedo, ut nullius homo super te sit imperio […]. Et ideo pro subsidio fratrum concedo Fredinando Gundessalbiz ex meo imperio piscaria integra […] et nullus ausus sit excidere […] aliquam arbusculo absque Sancte Marie imperio… », M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, n° 35. L’éditeur considère qu’il s’agit d’une falsification réalisée à la fin du XIe s.

80 J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, n° 271.

81 « Damus vobis illam […] pro que eiecistis nos de manus de domna Lupa et de suos filios, qui imperabant nos sine termino et faciebant nobis male cottidie », ibid., n° 34.

82 « Deo militantes in quorum numero [se] peccatorum cupiens sotiari, abnegans mundum cum pompiis eius imperiis eius et operibus eius », ibid., n° 39.

83 M. E. González de Fauve, Santa María de Aguilar de Campoo, n° 2 (1020) ; L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, nos 230 (1042) et 240 (968).

84 La collection du monastère de Celanova comporte pas moins de seize clauses pénales ainsi formulées, dans des chartes émises régulièrement entre 968 et 1060, avec également un exemple daté de 1101. On relève sept occurrences pour la période allant jusqu’en 1037 (J. M. Andrade Cernadas, O Tombo de Celanova, nos 34, 92, 301, 308, 547, 548 et 560). Voir aussi J. G. de Oliveira Guimarães, Vimaranis Monumenta Historica, n° 19 (994).

85 « … Regnante principe Ranimiro in Legione, et sub eius ymperio comite Fredinando in Castella », L. Serrano, Becerro Gótico de Cardeña, n° 51 (941). Voir aussi, alors que le monastère de San Millán de la Cogolla se trouve sous autorité navarraise, deux actes datant de 1036 (A. Ubieto Arteta, Cartulario de San Millán, nos 205 et 208). La formule connaît également des variantes : sub eius manu ou sub eius dominio par exemple.

86 « … Imperante comes Garsia in Castella et Abba comitissa, uxor eius », M. Zabalza Duque, Colección diplomática de los condes de Castilla, n° 49 ; « regnante Domino nostro Ihesu Christo, et imperante comite Garcia Fernandez in Castella », ibid., n° 59.

87 J. M. Ruiz Asencio, Colección de la catedral de León (III), nos 534 et 535.

88 Voir, concernant l’imperium de García Ier Sánchez (925-970) et García, « el de Nájera » (1035-1054), la datation des actes édités par A. Ubieto arteta, Cartulario de San Millán, nos 69, 77, 205, 208 et 214.

89 À l’exception peut-être de cette « couronne impériale » qu’Alphonse III achète au clergé de Tours. On a souvent interprété la présence de cette corona imperialis comme l’occasion que saisissait Alphonse III de se procurer un emblème digne de son autorité impériale. Mais dès lors qu’on réfute la théorie selon laquelle il se serait érigé en « empereur de l’Hispania », que faire de cette couronne ? Tentons toutefois d’y voir plus clair… On a évoqué plus haut dans ce chapitre le texte inséré dans le Codex Calixtinus du XIIe siècle où il est question du culte de saint Jacques et notamment de la procession à laquelle donne lieu la fête du 30 décembre. Le roi y participe et ses attributs sont décrits en détail, et en particulier ce « diadema aureum, quo rex potentissimus ad apostolicum decus laureatus erat, esmaldinis floribus nigellinisque operibus, omnibusque preciosis lapidibus peccudumque uolucrum lucidissimisque imaginibus decoratum erat » (Liber Sancti Iacobi, éd. K. Herbers et M. Santos Noia, III, III, p. 190). À propos de cet attribut Manuel Díaz y Díaz explique le choix du terme diadema plutôt que corona : ce dernier terme est utilisé pour désigner les couronnes votives qui font partie des objets du culte et son utilisation aurait pu être équivoque pour le lecteur ; le terme diadema par contre est spécifiquement réservé au symbole de souveraineté qu’est la couronne (M. C. Díaz y Díaz, « Descripción en el siglo XII de una procesión »). Dans le même esprit, ne peut-on alors pas penser que l’adjectif imperialis, dans le cas de la « couronne impériale » de la lettre de 906, pouvait être destiné à préciser qu’il s’agissait bien là d’un symbole de l’autorité royale et non d’un objet de culte ?

90 Voir les observations déjà faites en ce sens par T. Deswarte, De la destruction, pp. 195-198 et par A. García-Gallo, « El imperio (1953) », pp. 121-122.

91 Voir, sur le rapport entre l’imperium et la regia potestas, C. Sánchez-Albornoz, « Imperantes y potestates » et J. M. Mínguez Fernández, « Pervivencia y transformaciones », pp. 19 sqq.

92 « Inflectatque Dominus eius semper animum ut pie regat populum, ut post longum principalis imperium de regno terrae ad regnum transeat caeli. Amen », Alb., XV, 12. La traduction retenue pour les Chroniques asturiennes est celle d’Y. Bonnaz, Chroniques.

93 « Astores et Uascones crebro rebellantes edomuit et suo imperio subiugauit », Alph., 1.

94 « Nec Arabum amicitiis sociabor, nec me eorum imperio subdebor », Alph. Seb., 9.

95 « … Superauit et suo imperio subiugauit », Alph., 18.

96 Samp., 4.

97 « … Sicque Alauam obtentam proprio imperio subiugauit », ibid., 1. Cette expression est d’ailleurs précédée d’une phrase dans laquelle le chroniqueur précise que les habitants révoltés de la région, terrorisés face au puissant roi, se soumettent à lui et offrent d’« accomplir tout ce qu’il leur ordonnerait » : « quod imperaretur efficere ».

98 « Conimbriam quoque ab inimicis obsessam defendit, suoque imperio subiugauit », ibid., 3.

99 Sur la culture asturienne, voir notamment les travaux de Manuel C. Díaz y Díaz : « La circulation de manuscrits » ; Libros y librerías ; Asturias en el siglo VIII.

100 Sur la transmission et la circulation des œuvres d’Isidore de Séville dans le royaume asturoléonais, voir M. C. Díaz y Díaz, « Isidoro en la Edad Media hispana », et tout spécialement les pp. 175-182.

101 Ainsi d’ailleurs que dans les autres noyaux péninsulaires de résistance à l’Islam. Sur l’utilisation du Liber dans les royaumes chrétiens péninsulaires, voir : M. Zimmermann, « L’usage du droit wisigothique » ; Y. García López, Estudios críticos ; C. Rodiño Caramés, « A Lex gótica » ; R. Collins, « “Sicut lex gothorum continet” ».

102 Voir M. C. Díaz y Díaz, « La Lex Visigothorum » (en particulier les pp. 220-221). Voir aussi la liste de manuscrits dressée par Y. García López, Estudios críticos, p. 36.

103 Il s’agit des manuscrits Q et J identifiés par G. Martínez Díez, La colección canónica hispana, t. I, pp. 144-145. L’auteur relève aussi les mentions de manuscrits aujourd’hui perdus (voir pp. 146-172).

104 Ibid., pp. 327 sqq. et notamment pp. 332-333.

105 Voir à ce sujet les remarques formulées par M. Reydellet, La royauté, pp. 36-37 et W. Ullmann, « The Bible », pp. 196-197.

106 Dan., 6, 7.

107 Esth., 3, 2 : « cunctique servi regis qui in foribus palatii versabantur flectebant genu et adorabant Aman sic enim eis praeceperat imperator ».

108 Esth., 13, 7 : « ut nefarii homines uno die ad inferos descendentes reddant imperio nostro pacem quam turbaverunt » ; Dan., 6, 26 : « a me [i. e. Darius] constitutum est decretum ut in universo imperio et regno meo tremescant et paveant Deum Denihelis ».

109 Dans les derniers mots du De laude Spaniae la domination wisigothique de l’Hispania est exprimée ainsi : « fruiturque hactenus inter regias infulas et opes largas imperii felicitate securas » (Isidore de Séville, Historia Gothorum, p. 170). Léovigilde « tyrannise son fils Herménégilde de son pouvoir » (« Hermenegildum deinde filium imperiis suis tyrannizantem », ibid., 49). Les Goths, après leur longue pérégrination à travers l’Europe, « installèrent [dans l’Hispania ] leur siège et leur pouvoir » (« ibique [i. e. Hispanias ] sedem uitae atque imperium locaverunt », ibid., 66).

110 Suintila souhaite que « tous ses ordres soient obéis » (« quicquid imperaretur efficere », ibid., 63).

111 Voir la prière que formule Isidore pour que Ricimer succède à son père après le règne de ce dernier : « Pro quo exorandus est caeli atque humani generis rector, ut sicut extat consensu patrio socius, ita post longaeuum parentis imperium sit et regni successione dignissimus », ibid., 65.

112 Isidore fait l’éloge de Reccarède, précisant qu’en combattant il étendit l’empire des Wisigoths (« ille armorum artibus gentis imperium dilatans », ibid., 52).

113 « De imperiis militiaeque vocabulis ex parte dictum est », Id., Etimologías, éd. J. Oroz Reta et M. A. Marcos Casquero, IX, iv, 1.

114 « Melchisedech rex iustus. Rex, quia ipse postea imperavit Salem », ibid., VII, vi, 25.

115 « Asia ex nomine cuiusdam mulieris est appellata, quae apud antiquos imperium tenuit orientis », ibid., XIV, iii, 1.

116 « Item omnipotens, quia […] solus enim totius mundi habet imperium », ibid., VII, i, 18.

117 « Aquarum elementum ceteris omnibus imperat », ibid., XIII, xii, 3.

118 « … Si [mulier] uiro imperare desiderat, et ordo naturae corrumpitur et domus illa misera et peruersa uocabitur », Id., De ecclesiasticis officiis, II, 20.

119 « … Nova imperii cupiditate », Id., Quaestiones in vetus Testamentum, IX, col. 237.

120 « Iste […] neque enim aliquid imperare cuiquam licebit, quod ipse non fecerit », Id., Regula Monachorum, II, p. 92.

121 « Nullus monachorum inconsulto abbate audeat uspiam progredi, nec aliquid praesumere sine inperio eius seu praepositi. […] Nullus propinquum uel extraneum hospitem uel monachum familiarem seu parentem uidere audeat absque inperio senioris », ibid., XXIV, p. 124.

122 « Inter jubere et imperare. Jubere apud veteres non idem erat quod imperare ; nam jubere ibi dicebatur, ubi voluntatis erat obsequium ; imperare autem, ubi debito quisque imperio parebat », Id., De differentiis, I, n° 251.

123 J. Vives et alii, Concilios visigóticos.

124 J. Mellado Rodríguez, Léxico de los concilios visigóticos, t. I, p. 326.

125 « Quam itaque ob rem in proprietatis illa conantur redigere sinu quae pro solo constat illos imperiali percipisse fastigio », concile de Tolède VIII (a. 653), J. Vives et alii, Concilios visigóticos, p. 290. Mellado Rodríguez renvoie aussi à une seconde occurrence dans les actes du concile de Tolède VIII, et à une autre dans ceux de Tolède XIII (en 683). Voir ibid., pp. 293 et 431.

126 À la suite de la condamnation de l’arrianisme, on lit dans l’homélie que prononce saint Léandre à la gloire de l’Église wisigothique, pour l’occasion personnifiée : « Tantus denique est sponsus tuus, cuius imperio regeris, ut dum te patiatur depredari ad modicum, rursum et praedam tuam et te reducat, et hostes tuos tibi conquirat », Tolède III (589), ibid., p. 140. Voir également des occurrences dans les textes des conciles de Tolède IV (p. 188), VIII (p. 289), XII (p. 382), XIII (p. 420), XV (p. 471) et XVII (p. 522).

127 « Dum studio amoris Christi ac diligentia religiosissimi Sisenandi regis Spaniae atque Galliae sacerdotes apud Toletanam urbem in nomine Domini convenissemus, ut eius imperii atque iussis communis a nobis agitaretur de quibusdam ecclesiae disciplinis tractatus, primum… », Tolède IV (633), ibid., p. 186. Voir aussi Tolède IV (p. 208), VII (p. 251), XI (p. 345) et XVII (pp. 524 et 537).

128 À l’exemple de Teudemundo, « parce qu’il ne réussit pas à résister à la pression populaire » (« inmo quia nec valuit imperio gentis obsistere »), Tolède XVI (693), ibid., p. 518.

129 Voir l’action de grâces en l’honneur de Sisenand qui clôt les actes du concile de Tolède IV (a. 633) : « et post praesentis regni gloriam ad aeternum regnum transeat, et sine fine regnet qui intra seculum fideliter imperat », ibid., p. 221. Voir aussi Tolède VIII (p. 285), X (p. 310) et XII (p. 400).

130 Lors du concile de Tolède III (589), le roi Recarrède est saisi d’horreur devant le crime perpétré dans certaines régions où des hommes particulièrement libidineux vont jusqu’à tuer leurs enfants trop nombreux pour satisfaire leurs appétits charnels. Aussi « Sa Gloire [i. e. Recarrède] a-t-elle convenu d’ordonner aux juges de cette région d’enquêter au plus vite avec l’aide de l’évêque sur cet horrible crime, et de l’interdire avec la plus grande sévérité » (« cuius gloria dignata est iudicibus earundem partium imperare, ut hoc horrendum facinus diligenter cum sacerdote requirant et adhibita severitate prohibeant »), ibid., p. 130. Voir également Tolède XII (p. 397), XV (p. 450) et XVI (p. 498).

131 « … In cunctis personis ac gentibus nostre amplitudinis imperio subiugatis », Liber Judicum, éd. K. Zeumer, II, 1, 1. Voir également les mêmes termes au titre II, 1, 5.

132 « Comperimus multorum servos vel ancillas ad ecclesiam quorumdam sollicitatione confugere et illic de iniusto dominorum imperio sepissime querellari », ibid., V, 4, 17.

133 « Abominanda sunt ergo in christianis funesta Iudeorum imperia », ibid., XII, 2, 14.

134 Voir les lois 17 et 19 du titre XII, 3 : « Ne Iudei a quolibet potestate accepta extra regiam ordinationem christianum quemque imperare, plectere vel distringere audeant » et « Si quis Iudeorum a quolibet ex laicis commissam curam vel potestatem supra christianos acceperit, id est, ut christianis familiis presit, quicquid administrationis sue cura visus fuerit inperare, totum fisco adplicare debebit ».

135 « Cum divine voluntatis imperio principale caput regnandi sumat sceptrum, non levi quisque culpa constringintur, si in ipso sue electionis primordio aut iurare se, ut moris est, pro fide regia differat aut, si ex palatino officio fuerit, ad eiusdem novi principis visurus presentiam venire desistat », ibid., II, 1, 7. Voir également la loi relative à la soumission tant des rois que du peuple aux lois, « ordonnée » par le Tout-Puissant (II, 1, 2).

136 « … Munditia carnis sacra auctoritas inperat », ibid., III, 4, 18.

137 Paragraphe V du titre VII, 3 : « Si servus ingenuum plagiaverit domino inperante ».

138 « Servus autem ideo erit indemnis, quia domini iubentis obedibit inperiis », ibid., VII, 2, 2. On retrouve la même idée d’une responsabilité du patronus ou dominus quant aux fautes et crimes commis par ses dépendants à sa demande au § 1 du titre VIII, 1.

Table des illustrations

Légende FIG. 2. — La formule d’exposé en nullius cogentis imperio dans les chartes asturo-léonaises sondées
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540