Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Glossaire

Texte intégral

Abrivado : « arrivée », en Camargue, désigne l’arrivée des taureaux guidés par les gardians à cheval qui les conduisent depuis les prés jusqu’aux arènes avant la course camarguaise. L’abrivado est devenue un jeu et un spectacle à part entière, indépendant des courses (voir bandido).

Acoso y derribo : « harcèlement et action de faire chuter », dans les élevages de taureaux braves, désigne l’épreuve pratiquée à cheval qui a pour but de tester les jeunes taureaux à champ ouvert pour mesurer leur bravoure. La technique consiste à faire chuter l’animal dans sa course avec une garrocha (longue pique en bois) jusqu’à ce qu’il décide d’attaquer la monture plutôt que de fuir.

Afeciounado : « amateur, passionné », en Camargue, désigne les aficionados, les amateurs de courses camarguaises.

Afeitado : « rasé », en Camargue, désigne l’épointage des cornes du taureau. Dans la corrida espagnole, à l’exception des courses de rejoneo et des festivals, la pratique est interdite. Elle est un cas de fraude qui est loin d’être exceptionnel dès que les moyens pour contrôler le respect du règlement faiblissent.

Afición : « passion », dans le monde de la corrida, désigne un goût passionnel pour la tauromachie et la bonne connaissance de ses principes. Désigne par extension l’ensemble des aficionados.

Aficionado : « amateur, passionné », dans le monde de la corrida, désigne l’amateur de courses de taureaux.

Aficionado práctico : dans le monde de la corrida, désigne l’amateur pratiquant occasionnellement la tauromachie lors de fêtes organisées par des passionnés ou lors de tientas privées.

Aiguillade : harcèlement du bétail à l’aide d’un bâton pointu. Pratique fréquente jusqu’au xixe siècle lors du passage des troupeaux en déplacement à proximité des habitations.

Alguazil : dans la corrida, désigne le cavalier représentant les forces de l’ordre dans l’arène, chargé d’appliquer le règlement taurin, sous l’autorité de la présidence technique de la course.

Alternative : dans la corrida, désigne le rite d’investiture signifiant le passage du rang de novillero à celui de matador de toros affrontant des taureaux de quatre ans révolus.

Anillas : dans les courses de recortadores, désigne les anneaux que les protagonistes doivent enfiler sur les cornes des vaches.

Apiñadero : dans le rodéo chilien, nom donné à la plus petite section des arènes servant aussi d’enclos et coulisses pour les cavaliers qui attendent leur tour. La plus grande section est la cancha : le terrain, la piste.

Apoderado : dans le monde de la corrida, désigne le fondé de pouvoir représentant le matador.

Arène : édifice construit pour le jeu tauromachique reprenant certains canons architecturaux du modèle romain (voir plaza de toros).

Atajada : dans le rodéo chilien, désigne le blocage du bovin dans sa course par le cavalier huaso contre la paroi de l’arène.

Attrapaires : en Camargue, hommes à pied surgis du public essayant d’attraper les taureaux lors des abrivado et des bandido et de les faire sortir du troupeau conduit par les gardians.

Attributs primés : dans la course camarguaise, désigne la cocarde, les glands et les ficelles fixés sur le frontal des taureaux représentant des primes.

Banderillero : dans la corrida espagnole, désigne le subalterne du matador qui a pour fonction de planter les banderilles et d’aider à mener le combat. Dans la corrida portugaise, désigne le banderillero accompagnant les cavaliers, en dépit de leur nom, ne servent qu’à replacer ponctuellement le taureau ou à protéger le cavalier et le cheval en cas de chute.

Bandido : en Camargue, selon un principe proche de celui de l’abrivado, les bandido se déroulent après la course camarguaise pour reconduire les taureaux aux élevages.

Becerrada : dans le monde de la corrida, course de taureaux pour les débutants ou pour les amateurs, se déroulant avec des taureaux de moins de deux ans, sans pique et le plus souvent sans mise à mort.

Becerro : jeune taureau de moins de deux ans.

Biòu : « bœuf », terme provençal, désignant le taureau protagoniste des courses camarguaises.

Boi : « bœuf », terme portugais, désignant les bovins des farras do boi (fêtes du bœuf ou du taureau) au Brésil.

Bou : « bœuf », terme catalan et valencien, désignant les bovins des courses de rue en Catalogne (corre bou) et dans la région de Valence (bous al carrer).

Bous al carrer : « taureaux dans la rue », expression catalane et valencienne, désignant les courses de rue à participation collective (Terres de l’Èbre, Castellón, Valence, Alicante).

Bous al mar : « taureaux dans la mer », expression catalane et valencienne, désignant les courses de rue à participation collective, pratiquées sur le littoral, consistant à attirer l’animal dans la mer ou à le faire tomber du quai (exemple : Dénia et Peñíscola dans la région de Valence).

Bou capllaçat : « bœuf encordé », en Catalogne, et en particulier dans les Terres de l’Èbre de la province de Tarragone, jeu taurin à participation collective fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé (voir toro ensogado).

Bou de corda : appellation valencienne du jeu taurin à participation collective fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé (voir toro ensogado).

Bou ensogat : « taureau encordé », appellation valencienne et catalane du jeu taurin populaire fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé (voir toro ensogado).

Bourgino : « corde », bourgine ou taureau à la bourgine, en Camargue, désigne le jeu taurin à participation collective fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé, aujourd’hui interdit, il se maintient localement sous le nom d’encierro (exemple : l’encierro à l’eyraguaise).

Bouvine : en Camargue, désigne l’espèce bovine et par extension l’ensemble du milieu taurin de la course camarguaise, terme fréquemment utilisé dans les expressions : pays de bouvine, monde de la bouvine.

Bravo : « sauvage », dans le monde de la corrida, désigne la combativité de l’animal et son instinct offensif. En France, on parle d’élevage brave ou de taureau brave pour désigner, par ce terme, la race des taureaux de combat et leur combativité individuelle contingente (voir manso).

Bronca : dans le monde de la corrida, colère des spectateurs qui se manifeste par des sifflets, des huées et parfois le jet d’objets en piste, à l’encontre de l’éleveur, de la présidence ou des toreros dont la prestation ou l’attitude scandalise.

Bronco : « sauvage », en Amérique latine, cheval non domestiqué qu’il s’agit de monter dans de nombreuses formes de rodéo.

Bull riders : « monteur de taureau », dans le rodéo nord-américain, désigne le protagoniste du bull riding.

Bull Riding : action de monter un taureau à cru. Dans le règlement du rodéo nord-américain, il convient de résister pendant 8 secondes aux ruades de l’animal. L’exercice peut être intégré à l’ensemble des exercices du rodéo nord-américain ou pratiqué en tant que jeu et spectacle autonome, notamment dans le cadre des compétitions organisées par le Pro Bull Riders et le Xtrem Bulls de la PRCA.

Bullfight : en anglais, corrida ou de tauromachie. Dans le rodéo nord-américain, désigne aussi depuis peu, le jeu spécifique des rodeo clowns, en tant que protagoniste principal, qui affrontent le taureau. Le terme bullfighting est utilisé dans cette double acception pour désigner la corrida et le spectacle des rodeo clowns.

Bullfighter : désigne le torero des corridas ibériques et, depuis peu, les rodeo clowns du rodéo nord-américain dans les jeux dont ils sont les protagonistes exclusifs.

Burladero : dans l’arène de corrida, abri en chicane placé devant la barrière séparant la piste de la contre-piste pour que les hommes puissent circuler facilement et se protéger sans avoir à sauter la barrière.

Cadalfas : en Espagne, désigne les larges grilles métalliques verticales permettant un passage relativement aisé pour les hommes qui souhaitent circuler entre l’intérieur et l’extérieur de l’espace de mise en scène taurine, tout en empêchant le taureau de s’en échapper. Souvent utilisées dans les tauromachies à participation collective de la région de Valence.

Cala De caballo : dans la charreada, désigne l’exercice équestre consistant à galoper le plus vite possible et à faire arrêter d’un coup le cheval dans une zone déterminée.

Calf roping : dans le rodéo nord-américain, capture d’un veau au lasso. Un veau est lâché sur la piste à l’ouverture d’une barrière. Il est poursuivi par un cavalier qui l’attrape au lasso, puis descend de son cheval afin de retourner le veau pour lui lier trois pattes en un temps record.

Callejón : dans l’arène, désigne la contre-piste de protection et couloir de circulation pour les protagonistes des courses de taureaux.

Campana : « cloche », dans le coleo venezuélien et colombien, désigne une modalité de chute du taureau qui se retrouve les quatre pattes en l’air.

Campinos : au Portugal, désigne les bouviers à cheval travaillant dans les élevages de taureaux. Ils prennent part aux jeux taurins des entradas et des picarias. Équivalent portugais des gardians camarguais.

Campo : « champ », en Espagne, désigne aussi la campagne, en particulier celle où vivent les taureaux de combat. Espace sociologique du monde taurin associé à l’élevage brave.

Cancha : « terrain, piste », dans le rodéo chilien, désigne la plus grande section de l’arène où se déroulent les exercices taurins notés. La plus petite partie est l’apiñadero.

Capea : dans le monde de la corrida, désigne une course taurine populaire, caractéristique des villages dépourvus d’arène permanente où participaient autrefois amateurs et toreros aspirants. Ce terme désigne parfois des courses d’amateurs organisées dans des arènes.

Capeador a caballo : intervenant à cheval maniant la cape, caractéristique, pendant longtemps, d’une technique utilisée au Pérou et désignée sous le nom de suerte nacional (geste ou technique nationale).

Capeia raiana : « capea de la frontière » ou capeia arraiana ou corrida do forcao, jeu portugais pratiqué à proximité de la frontière avec la province de Salamanque en Espagne, consistant à contenir collectivement les attaques d’un taureau à l’aide d’un instrument en bois, composé de pieux et de rondins, appelé le forcao.

Capote : cape utilisée dans les courses de taureaux par les auxiliaires du matador et par le matador lui-même soit pour placer le taureau en position d’être piqué, soit pour exécuter des figures esthétiques lors du tercio de piques, soit pour protéger les banderilleros lors du tercio de banderilles.

Caracoleo : dans le rodéo montubio, en Équateur, désigne l’exercice équestre consistant à faire tourner en girouette le cheval sur les pattes arrière.

Cartel : « affiche », dans le monde de la corrida, désigne par extension le programme de la course, le nom des toreros et des taureaux à l’affiche.

Casta : « caste, race », terme espagnol, race ou pedigree du taureau. Désigne aussi sa qualité de taureau de combat que lui confère sa race. Pour un taureau en piste, indépendamment de son élevage d’origine, la caste désigne ses qualités de bravoure et de combativité dont il fait montre.

Cavaleiro : « cavalier, chevalier », terme portugais, désigne le cavalier des corridas portugaises et protagoniste principal du spectacle.

Cazérienne (marche) : dans le monde de la course landaise, désigne l’hymne joué en début et fin de course.

Chagra : en Équateur, désigne un paysan de la sierra. Le rodéo chagra est le jeu taurin encore mal dégagé de la pratique utilitaire pratiqué par les paysans, Indiens et Métis, gardiens des troupeaux de bovins en altitude.

Charlotada : « charlotade », terme espagnol, désigne la course comique de taureaux qui renvoie à la figure burlesque de Charlot. Jeu qui s’affirme au début des années 1920. La pratique d’une tauromachie burlesque en marge des spectacles sérieux et esthétiques concerne l’ensemble des terres taurines.

Charreada : spectacle taurino-équestre mexicain, regroupant des exercices de maniement du lasso (la reata), d’habilité équestre et de maîtrise dans la monte des bovins et des chevaux non dressés. La charrería désigne l’activité des charros au sens large, du jeu au mode de vie.

Charro : nom des paysans de la région espagnole de Salamanque du campo charro. Cet adjectif est à l’origine du mot mexicain désignant les cavaliers charros ou les charros devenus un type social emblématique de la mexicanité.

Chega de bois : au Portugal, combat entre taureaux, organisé dans les montagnes du Tras-os-Montes (exemple : la région du Barroso).

Chúcaro : « sauvage », en Équateur, le cheval chúcaro désigne le cheval non dressé qu’il s’agit de monter dans de nombreux rodéos, équivalent de bronco au Mexique et bronc aux États-Unis.

Cocardier : dans le monde de la course camarguaise, désigne le taureau présenté dans l’arène.

Colcha : en Équateur, désigne l’étoffe parfois richement ornée, fixée sur le dos du taureau, pouvant constituer une prime pour celui qui l’attrape.

Coleador : terme latino-américain, désignant le cavalier du coleo devant attraper la queue du bovin pour le faire tomber dans sa course. Le terme est également utilisé pour désigner les coleadores pédestres dans certaines pratiques tauromachiques populaires.

Colear : faire chuter le bovin en l’attrapant par la queue. Aujourd’hui, en tant que technique spectaculaire, le coleo se pratique généralement à cheval.

Coleo : substantif du verbe colear. Désigne le spectacle des toros coleados au Venezuela et en Colombie. C’est aussi la technique utilisée dans la vaquejada au Brésil. La technique existe dans la charreada sous le nom de colas parmi d’autres exercices.

Collera : « collier », dans le rodéo chilien, désigne une équipe de deux cavaliers chargés de prendre un taureau en tenaille et de le conduire au galop autour de la piste, afin de le bloquer contre la paroi de l’arène en des endroits déterminés permettant de gagner des points.

Concours de recortadores : spectacle taurin espagnol recouvrant plusieurs modalités d’affrontement entre les hommes et les bovins : concours d’anneaux, consistant à enfiler des anneaux sur les cornes de la vache, concours de cortes ou de recortes libres, consistant à pratiquer des feintes et des quiebros sur des taureaux, concours de sauts consistant à sauter par-dessus l’animal pour éviter sa charge.

Cordier : sur l’île Terceira aux Açores, et dans la communauté açorienne de Californie, protagoniste des touradas à corda, chargé de tenir l’animal encordé. Il s’agit généralement d’employés travaillant dans les élevages bovins.

Corral : terme espagnol, désigne la cour, l’enclos, l’enceinte de taille réduite où sont gardés les bovins dans les élevages ou dans les arènes en attendant leur sortie en piste.

Corraleja : vient du mot corral. En Colombie, désigne l’enceinte du jeu taurin de la Costa Atlántica et le jeu lui-même. L’expression la plus souvent employée pour parler du jeu est la fiesta en corralejas (la fête dans les corralejas).

Corre bou : terme catalan, désigne la course de taureaux à participation collective.

Corredor de toros : « coureur de taureaux », terme utilisé en Espagne dès le xvie siècle pour qualifier certains protagonistes à pied des courses de taureaux.

Corrida : « course » (de taureaux), employé seul, désigne la course de taureaux formelle espagnole, avec des taureaux de quatre ans et des matadors d’alternative. Terme défini le plus souvent dans les dictionnaires comme « art de combattre les taureaux dans l’arène ». Il peut être précisé, s’il s’agit d’une corrida de toros, d’une corrida de novillos (taureaux de moins de quatre ans), d’une corrida de rejoneo (corrida à cheval).

Corte : « coupure », dans les concours de recortadores, désigne la feinte ou le quiebro permettant d’éviter, au dernier moment, d’être pris par le taureau (voir recortadores).

Coso : terme espagnol utilisé par la presse spécialisée dans les corridas comme synonyme d’arène. En Amérique latine, le terme est également employé pour désigner la piste d’autres pratiques tauromachiques telles que les mangas de coleo ou les lienzos charros. Diccionario de la Real Academia Española : « une place, site ou tout autre lieu circonscrit où sont courus et combattus des taureaux et où sont célébrées d’autres fêtes publiques ».

Costado : « flanc », dans le coleo en Colombie et au Venezuela, désigne une modalité de chute des taureaux consistant à coucher le bovin sur le flanc. Le costado est moins bien noté que la campana.

Coup de barriere : dans la course camarguaise, désigne l’action d’éclat du taureau cocardier qui frappe de son poitrail la barrière délimitant la piste, en propulsant le raseteur hors de l’aire de jeu.

Coursayre : passionné de course landaise.

Course camarguaise : tauromachie camarguaise consistant à pratiquer des rasets sur un taureau cocardier afin d’en décrocher les attributs primés.

Course formelle : course landaise conforme aux règles orthodoxes de la discipline, comptant le plus généralement pour les championnats officiels.

Course landaise : tauromachie landaise consistant à pratiquer des écarts et des sauts sur une vache encordée, lancée à pleine vitesse.

Course mixte : course landaise comportant une partie formelle et une partie comique ou ludique à participation collective.

Cow hunt : « chasse à la vache », ancien nom nord-américain du rodéo utilitaire, remplacé ensuite par le mot round up, le terme rodéo étant employé généralement pour désigner le spectacle.

Cuadrilla : dans la corrida espagnole, désigne l’ensemble formé par le matador et son équipe de subalternes qui l’assistent dans le combat, composée des banderilleros, des picadors et du valet d’épée.

Desjarretadera : instrument de guerre et de chasse de la renaissance, formé d’une longue pique se terminant par une lame en croissant de lune qui servait à couper les tendons des montures ou des proies. Également appelée demi-lune (medialuna). Fut utilisée dans les jeux taurins jusqu’au début du xixe siècle.

Duende : « esprit, inspiration », dans le monde de la corrida et du flamenco désigne un état d’inspiration comme si les artistes étaient visités par un esprit ou touchés par la grâce.

Dur : adjectif qui dans la corrida se dit des taureaux provenant d’élevages réputés pour donner des taureaux au comportement particulièrement âpre, dangereux et difficile à manœuvrer dans le combat. Proche du taureau dit « sérieux » ou de « respect ».

Ecart : dans la course landaise, désigne la figure consistant à laisser passer la vache au creux des reins par une esquive rotative effectuée quasiment sur place.

Ecarteur : dans la course landaise, protagoniste principal exécutant des écarts pour éviter la charge du bétail.

Embolador : « embouleur », terme espagnol, dans le jeu taurin consistant à embouler le taureau, désigne les membres d’une équipe d’emboladores devant fixer sur la tête d’un taureau immobilisé contre un madrier en bois, la structure métallique supportant des boules inflammables, afin ensuite d’y mettre feu, puis de libérer l’animal lâché dans les rues. Dans les pays valenciens, le taureau embolado est un taureau de fuego. Il constitue aujourd’hui, dans le pays valencien, une pratique ludique à part entière qui fait l’objet de concours chronométrés.

Emboulé : dans le monde de la course landaise et camarguaise, se dit d’un taureau ou d’une vache dont les cornes sont munies à leur extrémité d’une boule ou d’une gaine de cuir afin de les rendre moins dangereuses.

Empresa : « entreprise », dans le monde de la corrida le terme renvoie aux entreprises organisatrice de courses de taureaux possédant la gestion et parfois la propriété des arènes.

Encaste : désigne la souche généalogique de laquelle est issu le taureau de combat (voir casta).

Encerro : équivalent portugais d’encierro. Terme d’usage moins fréquent que ceux d’entrada, d’espera ou de largada qui désignent des pratiques proches.

Encierro : du verbe enfermer : « encerrar ». Ce terme désigne la conduite des taureaux aux arènes pour les y enfermer avant la course. Plus généralement, désigne tout lâcher de taureaux à travers les rues d’un village ou d’une ville ou à travers champs. L’exemple le plus connu d’encierro est celui de Pampelune. En Camargue, le mot désigne une course de taureaux à participation collective, donnée sur une place fermée par des barricades, sans qu’il ne s’agisse aucunement de conduire les bêtes d’un lieu à un autre.

Enjalma : au Pérou, étoffe richement décorée, fixée sur le dos du taureau.

Entrada : « entrée », au Portugal, désigne l’arrivée des taureaux dans la ville sous la conduite des campinos. Terme qui a existé en Espagne avant qu’il ne disparaisse au profit du terme d’encierro.

Espera : « attente », au Portugal, équivalent de l’entrada.

Espontáneo : dans le monde de la corrida, individu du public qui spontanément se jette en piste pour montrer son désir et son aptitude à toréer ou tout simplement son courage. Cette pratique est interdite, mais, par le passé, elle offrait souvent l’occasion de faire remarquer son talent.

Faena : « travail », dans la corrida, désigne l’ensemble des passes de muleta par lesquelles le matador met en valeur son talent d’artiste à travers sa capacité technique et esthétique à dominer son adversaire, avant de le préparer à recevoir le coup d’épée final.

Farpa : équivalent portugais du rejón espagnol, désigne une sorte de banderille plantée par le cavalier sur le dos du taureau lors des corridas à cheval.

Farra do boi : au Brésil, « fête du bœuf ou du taureau », jeu taurin populaire pratiqué sur le littoral de l’État de Santa Catarina par les membres de la communauté originaire des Açores. La pratique est aujourd’hui interdite mais se poursuit localement de façon clandestine ou quelque peu transformée.

Fe ( di biòu ) : « foi », dans le monde de la course camarguaise, désigne la passion pour les taureaux et plus généralement pour la culture liée à la course camarguaise sous toutes ses formes.

Fer : marque de l’élevage, inscrite au fer rouge sur la cuisse des veaux pour authentifier leur origine.

Feria : « foire », dans le monde de la corrida désigne la séquence festive de quelques jours à plusieurs semaines au cours de laquelle sont rassemblés les spectacles taurins.

Ferrade : dans le monde de la course camarguaise, opération qui consiste à marquer au fer les bovins. Dans de nombreux pays de traditions taurines, cette opération fait l’objet d’une fête champêtre organisée par l’éleveur.

Festejo : terme espagnol, désigne le spectacle ou la fête taurine.

Festejos taurinos populares : « spectacles taurins populaires », nom donné dans le règlement taurin espagnol pour rassembler les pratiques tauromachiques à participation collective et parfois les exhibitions de jeux taurins autres que la corrida tels que les concours de recortadores.

Festival : dans le monde de la corrida, course de taureaux non rémunérée, autorisant l’épointage des cornes, qui est généralement organisée à des fins caritatives.

Fiesta : « fête », dans la culture taurine le terme suffit souvent à désigner la tauromachie, également utilisé dans les expressions fiesta taurina, fiesta brava, fiesta nacional.

Fiesta Brava : expression fréquemment utilisée en Amérique latine pour désigner la fiesta taurina, la tauromachie.

Figura : « figure », dans le monde de la corrida, désigne un torero vedette.

Finca : « propriété », dans le monde de la corrida désigne la propriété de l’éleveur de taureaux et statistiquement une unité d’exploitation d’un élevage brave qui peut en posséder plusieurs (voir ganaderia).

Forcado : terme portugais issu du mot fourche, dans la corrida portugaise, désigne les membres regroupés en équipe de huit forcados qui réalisent en piste la pega, consistant à recevoir la charge de l’animal au corps à corps en vue de l’immobiliser totalement.

Ganaderia : « élevage de bétail », dans le monde de la corrida, désigne l’élevage de taureaux de combat. Dans le monde de la course landaise, désigne le troupeau de bêtes présenté lors d’un spectacle.

Gardian : bouvier des élevages camarguais.

Garraiada : au Portugal, désigne un lâcher de bovins et les jeux taurins à participation collective généralement pratiqués avec du petit bétail.

Garrocha : longue pique utilisée par les bouviers à cheval andalous, équivalent du pampilho des campinos portugais.

Garrocheros : en Colombie, dans les fiestas en corralejas de la Costa Atlántica, désigne les cavaliers poursuivant les taureaux dans l’arène. Ce sont généralement des employés des élevages de la région.

Gaucho : cavalier de la Pampa argentine. Désigne aussi les habitants de la région brésilienne du Rio Grande do Sul attachés à la culture des terres d’élevage.

Hierra : de fer, hierro. Au Panamá, désigne souvent le coleo. En Argentine, généralement écrit yerra, prend le sens de ferrade.

Huaso : au Chili, désigne le cavalier du rodéo chilien et une figure emblématique de la chilenidad (« chilénité »).

Jaripeo : au Mexique, désigne le jeu populaire ou professionnel fondé sur la monte des taureaux. Pendant longtemps parfait équivalent du terme de charreada.

Jaripeo ranchero professionnel : au Mexique, désigne le spectacle professionnel de jaripeo fondé sur la monte des taureaux, influencé par les codes du bull riding nord-américain.

Jinete : « cavalier », au Mexique, désigne le monteur de taureaux du jaripeo.

Jineteada de toros : dans la charreada et le jaripeo, désigne l’exercice consistant à monter à cru sur le dos du taureau jusqu’à ce que l’homme soit expulsé ou que le taureau cesse de se débattre.

Jocheo : en Bolivie, désigne un type de jeu taurin à participation collective, caractéristique de la région amazonienne, pouvant associer lâcher de taureaux, monte et toreo élémentaire.

Lanzada : en Espagne, technique taurine ancienne existant dès le Moyen Âge, consistant à tuer un taureau d’un coup de lance.

Largada : au Portugal, après les entradas ou esperas, jeu qui consiste à lâcher un taureau dans l’enceinte du parcours et plus généralement lâcher de bovins.

Lazador : terme latino-américain souvent employé pendant la période coloniale pour désigner ceux qui manient le lasso dans les élevages ou lors des fêtes taurines.

Llanero : de plaine : llano, au Venezuela et en Colombie, adjectif désignant l’appartenance aux llanos. Désigne aussi les habitants de la région des Llanos colombo-vénézuéliens qui s’étendent sur la partie intérieure des deux pays.

Llanos : « plaines », avec une majuscule désigne la grande plaine drainée par l’Orénoque entre le Venezuela et la Colombie.

Lidia : « combat », dans la corrida, désigne aussi la stratégie du matador face au taureau.

Lienzo : dans la charreada, le lienzo charro désigne une partie de la piste où se déroulent les exercices et plus généralement désigne l’enceinte spécialisée du jeu, alors synonyme de rancho de charreada.

Maestro : « maître », dans la corrida, désigne le matador.

Manade : en Camargue, désigne le troupeau de bovins et par extension les élevages de taureaux camarguais.

Mancornar : attraper le taureau par les cornes.

Manga : « manche », dans les toros coleados du Venezuela et de la Colombie, désigne la piste du jeu taurin. Dans les élevages, désigne le couloir final en forme d’entonnoir où l’on précipite les bêtes pour les faire entrer dans les enclos.

Mangana : dans la charreada, désigne les exercices de maniement du lasso pour attraper les bovins ou les chevaux.

Manso : « domestique, domestiqué », dans la corrida cet adjectif désigne le bétail fuyard et insuffisamment courageux, à l’opposé du taureau brave qui charge pour se défendre. Il désigne aussi le bétail domestique n’appartenant pas à la race des taureaux de combat (voir bravo).

Manteros : de manta : couverture, toile, en Colombie, dans les fiestas en corralejas, protagonistes maniant la cape, la muleta ou toute autre étoffe faisant l’affaire. Les manteros sont souvent engagés au coup par coup par les organisateurs des corralejas pour animer le spectacle.

Matador : « tueur », dans la corrida, désigne le torero d’alternative à la tête d’une cuadrilla. Équivalent de maestro (voir torero).

Matatoros : en Espagne, dans les courses taurines populaires, à partir du xie et xiiie siècle, désigne l’individu engagé par les organisateurs de la fête taurine pour tuer le taureau et mettre un terme au jeu.

Media casta : « demi-caste », adjectif qualifiant les bovins résultant d’un croisement entre animaux de caste et autres types de bovins (« créoles » ou zébus).

Medialuna : dans le rodéo chilien, désigne le nom de l’arène. Homonyme de l’instrument de guerre et de chasse nommé demi-lune.

Mojiganga : en Espagne, désigne une catégorie ancienne de jeux taurins burlesques et fantaisistes dans l’esprit du toreo comique.

Moña : au Pérou, désigne une étoffe ressemblant à une cocarde, fixée sur le front des bovins et qui peut constituer une prime à décrocher.

Monta-toro : « monte-taureau », au Pérou, désigne le protagoniste des jeux taurins populaires qui monte les taureaux.

Montera : dans la corrida, chapeau noir porté par les toreros.

Montubio : en Équateur, désigne le paysan de la côte qui en fait le pendant littoral du chagra de la Sierra. Désigne plus largement une communauté sociale et ethnique caractéristique du littoral, issue d’un métissage entre Blancs, Noirs et Indiens. Adjectif qualifiant le rodéo caractéristique de cette zone.

Movimiento a la rienda : dans le rodeo chileno, désigne l’exercice de dextérité équestre visant à évaluer la qualité du dressage, du cheval et du cavalier.

Muleta : dans la corrida, désigne l’étoffe rouge fixée sur un bâton, qui sert de leurre pour guider les charges du taureau.

Mundillo : « petit monde » de la tauromachie, regroupant toreros, anciens toreros, éleveurs, apoderados, directeurs d’arène, journalistes spécialisés, aficionados, etc.

Noblesse : dans le monde de la corrida, désigne la qualité du taureau qui répond avec franchise aux sollicitations des toreros, sans vice et sans détour intempestifs. Métaphore du comportement loyal au combat caractéristique des valeurs de la noblesse en armes (voir bravo).

Novillada : dans le monde de la corrida, désigne la course donnée avec des taureaux de moins de quatre ans (novillo).

Novillero : dans le monde de la corrida, désigne le jeune torero qui affronte des novillos avant de devenir matador.

Pampilho : au Portugal, désigne la lance utilisée par les campinos dans les élevages de taureaux de combat, également appelée vara de campinar, équivalent de la garrocha des vaqueros andalous et du trident des gardiens camarguais.

Pamplonada : au Mexique, nom courant des encierros faisant référence à ceux de Pampelune.

Paré : dans la course landaise, désigne une ancienne technique consistant à attendre la bête lancée à pleine vitesse jusqu’à lui faire détourner la tête au moment de l’impact.

Parque de vaquejada : au Brésil, désigne le parc, l’enceinte où se déroule la vaquejada.

Paseo : dans la corrida, présentation et défilé des cuadrillas marquant l’ouverture du spectacle.

Pasodoble : musique de corridas qui accompagne l’ouverture du spectacle et les moments les plus artistiques de la faena du matador.

Passe : dans la corrida, désigne toutes figures exécutées à l’aide de la cape ou de la muleta consistant à faire passer le taureau en déviant sa charge et en le guidant (voir faena).

Peão : équivalent portugais du mot espagnol peón. Au Brésil, désigne un employé journalier à pied. Dans le rodeio brésilien désigne le protagoniste du jeu.

Pega : dans la corrida portugaise, désigne la phase réalisée par les forcados consistant à recevoir la charge du taureau en vue de l’immobiliser.

Pegar : dans la corrida portugaise, verbe désignant l’exécution de la pega.

Pelea de toros : « combat de taureaux », au Pérou, désigne les combats entre taureaux caractéristique de la région d’Arequipa.

Peña taurina : dans le monde de la corrida, désigne le club, le cercle ou l’association dans laquelle se réunissent les aficionados.

Pial : dans la charreada, désigne le piégeage des pattes du bétail avec la corde.

Picador : dans le monde de la corrida, désigne le membre de la cuadrilla, chargé de piquer le taureau avec la pique.

Pique : dans la corrida, instrument utilisé par les picadors. La pique désigne aussi la phase du combat où elle prend place.

Plaza de toros : équivalent espagnol d’arène, désigne l’enceinte spécifiquement construite pour le spectacle tauromachique attestant de son autonomisation à partir du xviiie siècle.

Portátil : « portable », se dit des arènes démontables.

Pretal : corde utilisée dans les rodéos pour ceinturer l’animal au niveau du bassin ou du poitrail.

Puxador : au Brésil, dans la vaquejada, désigne parmi les deux cavaliers lancés à la poursuite de l’animal, celui qui attrape le taureau par la queue pour le faire chuter dans sa course.

Quadrille : du mot espagnol cuadrilla, utilisé dans l’expression course de quadrille, désigne le jeu taurin mixte apparu en France à la fin du xixe siècle, mélangeant les techniques de la corrida espagnole, de la course camarguaise et de la course landaise.

Quiebro : en Espagne, désigne une feinte pour éviter la charge du taureau, consistant à tromper le taureau en lui faisant anticiper son déplacement dans une direction qui est à l’opposé de celle que l’homme prendra au dernier moment.

Quincha : dans le rodéo chilien, désigne une sorte de butoir rembourré, autrefois en paille, situé dans la zone réservée au blocage du taureau contre la paroi (la atajada).

Raset : dans la course camarguaise, désigne une technique pour décrocher les attributs primés, consistant à provoquer le taureau pour le faire charger, puis à choisir une direction en arc de cercle permettant de croiser la course du taureau sans se faire prendre.

Raseter : dans la course camarguaise, action consistant à effectuer des rasets.

Raseteur : protagoniste de la course camarguaise effectuant les rasets.

Reata : dans la charreada, lasso en corde d’ixtle des cavaliers charros.

Recortador : protagoniste des concours de recortadores.

Recortar : dans les concours de recortadores, action d’effectuer des recortes, feintes et quiebros trompant au dernier moment la charge de l’animal qui croit atteindre sa proie alors qu’elle se dérobe.

Recorte : action consistant à citer l’animal de face, à décrire un arc de cercle en courant pour rejoindre sa course, puis, à l’instant de l’impact attendu, à esquiver la charge en cambrant le dos afin de sortir, au pas, hors de portée des cornes.

Redondel : dans le monde de la corrida, désigne la piste, moins fréquent que ruedo.

Rejón : dans la corrida à cheval, désigne une sorte de banderille que les cavaliers à cheval, les rejoneadores, plantent sur le dos du taureau.

Rejoneo : En Espagne, l’art de planter les rejones et, plus généralement, désigne la corrida à cheval dans son ensemble.

Remate : du verbe rematar : terminer. Dans la corrida ce terme désigne la dernière passe d’une série. Dans le rodéo chilien, désigne le contact qui stoppe le bovin contre la paroi (la quincha), équivalent de atajada.

Rodeio : traduction brésilienne du rodéo, désigne le rodéo fondé essentiellement sur la monte des taureaux dont les codes et les règles sont calqués sur le bull riding.

Rodeio crioulo : « rodéo créole », au Brésil, rodéo faiblement institutionnalisé, lié à la culture gaucha du Rio Grande do Sul, prenant les traits d’une fête champêtre.

Rodeo : du verbe rodear : encercler tourner. Action de rassembler les bêtes périodiquement dans les élevages extensifs de bovins, pour les marquer, les compter ou les conduire. Sous le terme de rodéo est rassemblé l’ensemble des jeux américains provenant de façon plus ou moins directe des jeux taurino-équestres de l’époque coloniale et des méthodes de l’élevage extensif de bovins. Ils reposent, tout ou partie, sur la maîtrise de la monte des taureaux et des chevaux, sur les exercices équestres, l’usage du lasso, la course-poursuite d’un animal et son immobilisation.

Rodéo : le terme rodéo désigne généralement dans les dictionnaires français le seul rodéo nord-américain.

Rodeo americano : ou rodeo estilo americano, au Mexique, désigne les spectacles de rodéo professionnel, calqués sur les règles du rodéo nord-américain. À ne pas confondre avec le jaripeo ranchero professionnel qui, bien qu’influencé par les codes du bull riding, possède des règles quelque peu différentes, notamment une durée de monte qui n’est pas limitée à 8 secondes pour la considérer comme valide.

Rodéo chagra : en Équateur, rodéo des chagras, consiste pour les éleveurs de bétail à partir dans la montagne pour rassembler les bêtes laissées sur les hauteurs du páramo et à redescendre aux enclos celles devant être castrées, marquées ou vendues. Désigne également les jeux élémentaires issus de cette pratique utilitaire (voir chagra).

Rodeo chileno : au Chili, désigne le rodéo fondé sur la course-poursuite n’utilisant ni la technique du coleo, ni lasso, pour stopper l’animal, mais le seul usage du poitrail du cheval pour bloquer le taureau contre la paroi de la piste en une zone déterminée.

Rodeo clown : aux États-Unis, désigne le protagoniste du rodéo nord-américain chargé de venir en aide aux bull riders en cas de chute et d’assurer le spectacle pendant les intermèdes par des tours comiques avec ou sans bétail. Les rôles se spécialisant, le rodeo clown reste attaché à la partie comique du spectacle alors que ceux qui protègent les bull riders tendent à être désignés par le terme de cowboy protector et ceux faisant l’objet d’un spectacle spécifique par celui de bullfighter.

Rodéo montubio : en Équateur, rodéo des montubios, désigne une forme de rodéo principalement équestre, marquée par une faible présence réelle des bovins (voir montubio).

Roscadero : en Espagne, jeu pratiqué en Aragon consistant à recevoir la charge d’une vache ou d’un taureau dans un grand panier en osier et en bois, tenu à plusieurs, utilisé d’habitude dans les travaux agricoles.

Round up : aux États-Unis, désigne le rodéo utilitaire, remplaçant à la fin du xixe siècle le terme de cow hunt (chasse aux vaches).

Ruedo : dans le monde de la corrida, désigne la piste des arènes ou terrain circulaire délimité par des barrières. Par métonymie, désigne aussi l’arène.

Saddle bronc riding : dans le rodéo étasunien, désigne la monte des chevaux sauvage sellés.

Sokamuturra : en Basque, désigne le taureau à la corde.

Steer Roping : dans le rodéo nord-américain, consiste à attraper un taureau adulte au lasso depuis son cheval pour lui lier trois pattes ensemble. Équivalent du calf roping mais avec un bétail plus âgé.

Steer wrestling : dans le rodéo nord-américain, consiste à attraper à cheval, un jeune bovin, à le saisir par les cornes en pleine course, à mains nues, en sautant de son cheval pour le retourner au sol et l’immobiliser. La technique s’appelait autrefois le bulldogging, considérée comme une invention d’un cow-boy afro-américain de la fin du xixe du nom de Bill Picket.

Suelta : en Espagne, désigne un lâcher de bovins.

Suerte : en Espagne, terme polysémique qui désigne le hasard, la chance et, dans le contexte taurin, sans que ces significations disparaissent, désigne également une passe du torero ainsi qu’une phase du combat.

Suerte nacional : au Pérou, désigne une technique d’affrontement dite nationale, consistant à toréer à la cape depuis le cheval (voir capeador a caballo).

Tau : dans le monde de la course camarguaise, désigne un jeune taureau non castré que l’on réserve également pour les « courses de nuit ».

Tauromaquia : « tauromachie », dans le monde de la corrida, désigne aussi les ouvrages codifiant l’art du toreo.

Team roping : dans le rodéo nord-américain, capture d’un veau au lasso, exécutée à deux cavaliers. Un bouvillon, lâché en piste à l’ouverture d’une barrière, est poursuivi par deux cavaliers, l’un lui attrape au lasso les cornes, avant que l’autre lui attrape au lasso une patte, l’animal se trouvant ainsi immobilisé en un temps record.

Temporada : « saison », dans le monde de la corrida, désigne la période de l’année où se déroulent les spectacles, approximativement de mars à octobre. Le terme est passé dans la langue taurine française. L’expression existe aussi dans le langage de la course camarguaise.

Tendido : dans le monde de la corrida, désigne le secteur de places divisant les gradins d’une arène.

Tercio : « tiers », dans la corrida, désigne chacune des trois phases qui se succèdent au cours de l’affrontement d’un taureau : Tiers de piques incluant le travail à la cape, tiers de banderilles et tiers de mise à mort incluant le travail à la muleta.

Terna en el ruedo : dans la charreada, désigne l’exercice effectué par trois cavaliers charros devant maîtriser un taurillon à l’aide de leur lasso, en moins de 6 minutes. L’un d’entre eux attrape la tête, les autres piègent au sol les pattes de l’animal.

Tienta : dans le monde de la corrida, épreuve de sélection à laquelle sont soumis les jeunes bovins destinés à la reproduction dans les élevages de taureaux de combat.

Toreo : en Espagne, art et manière de toréer.

Toreocomique : désigne une catégorie de jeux taurins qui se caractérisent par leur dimension burlesque.

Toreo de la vincha : en Argentine, désigne le jeu de la province de Jujuy, consistant à s’emparer de la vincha, sorte de foulard accroché à l’animal, couvert de pièces d’argent. Par prolongement, il désigne aussi le fait de toréer cet animal, sans effusion de sang.

Torerista : dans le monde de la corrida, désigne la partie de l’afición qui porte son attention essentiellement sur le torero et qui accorde la primauté à la dimension artistique de son travail (voir torista).

Torero : nom générique donné à tout homme affrontant les taureaux dans l’arène, utilisé pour la corrida et ses dérivés, mais aussi parfois pour les protagonistes de la course landaise.

Torista : dans le monde de la corrida, désigne la partie de l’afición qui porte son attention essentiellement sur le taureau et qui accorde la primauté à la qualité combative et au sérieux des taureaux en piste (voir torerista).

Toros : « taureaux », En Espagne, l’expression « los toros », de même qu’en France, l’expression « les taureaux », suffisent, dans de nombreuses régions taurines, à désigner le jeu taurin lui même.

Toros a la tica : « taureau à la mode du Costa Rica », Au Costa Rica, désigne un type de lâchers de bovins qui se caractérise par un mélange des formes : courir les taureaux, les monter, les toréer de façon élémentaire.

Toro cerril : en Espagne, désigne le taureau aux cornes intactes (non protégées et non épointées) lâché dans les jeux taurins à participation collective. Se pratique principalement dans les régions de Valence et d’Estrémadure.

Toros coleados : au Venezuela et en Colombie, nom du rodéo fondé sur la technique du coleo, consistant à faire chuter le taureau dans sa course en l’attrapant par la queue.

Toros de cola : en Amérique latine, autre expression pour désigner le coleo.

Toro de cuerda : en Espagne, jeu taurin populaire fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé (voir toro ensogado).

Toro de fuego : en Espagne, équivalent du taureau embolado. En France, armatures chargées de pétards et de fusées, prises en charge par un ou deux individus qui reproduisent la furie d’un véritable taureau lâché au milieu de la foule.

Toro de reparo : au Mexique, dans le jaripeo ranchero professionnel, désigne les taureaux destinés à être montés, choisis pour leur agressivité.

Toro enmaromado : jeu taurin à participation collective fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé.

Toro ensogado : en Espagne, jeu taurin à participation collective fondé sur l’utilisation d’un taureau encordé. De nombreuses expressions existent pour nommer ce jeu selon les langues et les régions (toro de cuerda, toro enmaromado, bou capllaçat, bou de corda, bou ensogat, bourgine, tourada à corda).

Toro-piscine : en France, course de vaches populaire, généralement estivale et fréquente dans les stations balnéaires, intégrant une piscine comme élément ludique.

Toros de pueblo : « taureaux de village », en Équateur, nom donné aux jeux taurins à participation collective dans la Sierra.

Tourada : au Portugal, désigne couramment la corrida portugaise qui est aussi appelée corrida de touros.

Tourada à corda : aux Açores, désigne le type de jeux taurins à participation collective reposant sur la présence d’un taureau encordé tenu par des cordiers.

Tourada a vara larga : au Portugal, désigne couramment les lâchers de bovins.

Touradas a alentejana : au Portugal, dans l’Alentejo, désigne couramment les lâchers de bovins en lieux clos.

Trident : en Camargue, désigne la pique des gardians, terminée par un embout métallique à trois pointes.

Turupukllay : au Pérou, fête taurine des Andes reposant sur la présence d’un taureau sur le dos duquel est fixé un condor, qui est ensuite toréé de façon élémentaire.

Vaqueiro : au Brésil, désigne les bouviers et une figure emblématique des travailleurs du bétail du Sertão. Dans la vaquejada, nom donné aux cavaliers pratiquant le coleo.

Vaqueiro de esteiro : dans la vaquejada, parmi les deux cavaliers lancés à la poursuite du bovin, désigne celui chargé de faire courir l’animal en ligne droite, le rabattant vers le second, appelé puxador, afin de lui transmettre la queue.

Vaquejada : au Brésil, rodéo de la région du Nordeste fondé sur l’exercice du coleo.

Vaquería : en Amérique latine, désigne les activités et la culture des vaqueros.

Vaquero : de vaca (vache), en Espagne et en Amérique latine, désigne le bouvier qui conduit et garde le bétail, équivalent du cow-boy nord-américain. Par extension culture vaquera, culture liée à l’univers des vaqueros à cheval.

Vaquilla : en Espagne, appellation très courante des jeux taurins populaires fondés sur un lâcher de bovins.

Variedades taurinas : au Portugal, désigne des spectacles taurins mixtes, populaires et comiques relativement informels.

Varilargueros : en Espagne, au xviiie siècle, cavaliers issus des élevages bovins au service de la noblesse, qui deviennent pour un temps les nouveaux héros des courses de taureaux en tant que picador.

Volapié : dans la corrida, technique de mise à mort du taureau consistant, en face à face, à planter l’épée par-dessus les cornes, à proximité du cœur de l’animal, en détournant sa tête à l’aide de la muleta.

Yawar fiesta : « fête du sang », au Pérou, dans les Andes, équivalent du turupukllay. Titre du roman éponyme de José María de Arguedas.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search