Version classiqueVersion mobile

Terres de taureaux

 | 
Jean-Baptiste Maudet

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Ce travail part d’une redéfinition des pratiques tauromachiques fondée sur des critères matériels et débarrassée au mieux des présupposés idéologiques qui ont pendant longtemps encombré son examen critique. Si l’on accepte de considérer que le taureau des pratiques tauromachiques est un animal générique, qu’il soit veau, vache, taureau ou bœuf, et en deçà des différents systèmes de valeurs engendrés par la race, le genre et les transformations subies par l’animal, alors toutes les pratiques qui mettent en scène un affrontement réel entre les hommes et les bovins sont, à nos yeux, tributaires d’une même analyse. Ainsi l’éventail des pratiques tauromachiques et leur extension géographique s’élargissent considérablement, en rupture avec les nombreuses approches hispano-centrées du fait taurin. Les pratiques tauromachiques intègrent alors les diverses courses taurines du Sud-Ouest européen et leur exportation en terres américaines, ainsi que l’immense famille des rodéos nord et sud-américains, généralement exclus de cette catégorie. Ces pratiques se déclinent ensuite entre des jeux taurins codifiés, plus ou moins professionnalisés, et des jeux taurins à participation collective très divers. Ces derniers sont d’une grande plasticité formelle et sont en constante évolution au point de brouiller les distinctions apparemment bien tranchées entre jeux professionnels et jeux populaires, jeux d’arènes et jeux de rues, tauromachies européennes et tauromachies américaines, corrida et rodéo.

2Dans le champ des loisirs modernes, les pratiques tauromachiques constituent une forme d’exception dans la mesure où il n’existe guère d’autres spectacles publics au cours desquels les hommes se mesurent en des corps à corps réels et violents avec des animaux. Les risques humains et l’utilisation des animaux en font un sujet particulièrement polémique. Ils en font aussi un sujet éminemment politique si l’on accepte de considérer que le contrôle de la violence est une préoccupation élémentaire de la cité. Les pratiques tauromachiques posent le problème très concrètement par la délimitation même des régions où elles sont autorisées et par la délimitation des lieux de mise en scène de ces affrontements qui bien souvent transfigurent les espaces publics.

3Enfin, dans de nombreuses régions et parfois même à l’échelle des États-nations, ces pratiques représentent l’expression culturelle la plus emblématique de ce qui serait propre à tel ou tel territoire : course landaise, course camarguaise, corrida portugaise, rodéo chilien, rodeo montubio, charreada mexicaine, vaquejada nordestina… Cette individualisation territoriale des pratiques taurines est d’autant plus intéressante, d’un point de vue géographique, que la répartition des techniques d’affrontement ne la recoupe que très imparfaitement, puisqu’en effet certains spectacles et certaines gestuelles sont communs à plusieurs régions. La culture apparaît ici moins comme une émanation essentialiste du génie local que comme un moyen d’appropriation et de redécoupage de l’espace. Ce problème renvoie le géographe à la question fondamentale du fonctionnement de la territorialité et de la capacité des sociétés à fonder leur propre culture au sein d’un éventail des traits culturels partagés par d’autres. Ainsi, au sein d’une aire transatlantique, les pratiques tauromachiques contribuent à borner l’espace, tracer des frontières, faire coexister des différences culturelles, créer des hauts lieux d’identification et véhiculer des sentiments d’appartenance territoriale. Les pratiques tauromachiques sont alors considérées comme des marqueurs territoriaux qui héritent de la diffusion, de la transformation et des métissages de la culture entre l’Europe et l’Amérique. Les pratiques tauromachiques, généralement mobilisées dans un discours sur l’identité et sur la tradition, forment ainsi un champ commun de distinction territoriale.

4Le recensement, la description et la cartographie de ces pratiques permettent ainsi de poser les bases d’une nouvelle réflexion sur leur diffusion et leur transformation, alors même que beaucoup de ces jeux n’ont pas été reliés entre eux de façon significative, ni sur le plan formel, ni sur le plan historique, ni sur le plan territorial. Ces pratiques constituent un répertoire de formes matérialisant des relations homme-bovin-cheval géographiquement variables. Elles expriment des identités territoriales qui se chevauchent, se recoupent ou s’excluent, vécues dans des régions aux cultures taurines plus ou moins imbriquées les unes aux autres. Ainsi observe-t-on un « espace tauromachique » en mosaïque qui témoigne d’un processus de construction territoriale discontinu où se relaient deux temps forts de la mondialisation occidentale : l’impérialisme ibérique, contemporain de la colonisation du Nouveau Monde à partir du xvie siècle et une hégémonie étasunienne en Amérique, qui démarre dès le milieu du xixe siècle dans un contexte d’affirmation des États-nations.

5L’analyse des différents jeux taurins, de leur signification sociétale et de leur répartition spatiale exprime, en premier lieu, un fort contraste géographique entre l’Europe et l’Amérique. L’Europe, dans son extrémité sud-ouest formée par l’Espagne, le Portugal et une partie du Sud de la France, est dominée par la corrida espagnole. L’Amérique est dominée par la pratique des divers rodéos, plus ou moins dépendants de l’influence hégémonique du modèle spectaculaire étasunien sur l’ensemble du continent. Cette opposition fondamentale, qui est aussi celle d’un face à face entre l’homme à pied et l’homme à cheval, se double de solidarités transatlantiques dues à l’enracinement de la culture taurine ibérique en terres américaines. En effet, la corrida y est pratiquée dans de nombreux pays : au Mexique, en Colombie, au Venezuela, en Équateur, au Pérou et depuis peu en Californie sous une forme portugaise remaniée qui exclue toute effusion de sang. Les jeux taurins traduisent également des clivages au sein même du continent américain entre Amérique latine et Amérique anglo-saxonne, entre Amérique hispanophone et Amérique lusophone, entre pays andins et pays du Cône Sud ; autant de différenciations qui sont alimentées par la subtile grammaire des diverses formes de rodéos. Elles sont fondées sur l’articulation de trois modalités techniques principales : la monte des taureaux et des chevaux sauvages, l’usage du lasso et le renversement des bovins, à cheval, en les attrapant par la queue. Les rodéos consacrent, à l’échelle continentale, la figure du centaure dont la patrimonialisation a toujours quelque chose à voir avec la construction des États-nations : cow-boys états-uniens, charros mexicains, llaneros vénézuéliens, vaqueiros et gauchos brésiliens, huasos chiliens, gauchos argentins. Enfin, les jeux taurins traduisent un clivage entre un Sud-Ouest européen marqué par une hispanité composite et le reste de l’Europe. À une échelle plus fine, les pratiques tauromachiques révèlent des rapprochements et des différenciations géopolitiques internes entre des régions aux caractéristiques propres : Andalousie, Castille, Levant, Landes, Camargue, Alentejo-Ribatejo…

6L’enracinement ou le refus des jeux taurins, les limites de leur extension spatiale ainsi que leurs transformations répondent dans leur ensemble à des logiques identitaires de distinctions territoriales. Ces logiques, au sein de notre espace étude, posent partout la question de la distance culturelle avec l’Espagne et/ou les États-Unis. Cette distance s’observe à travers les rejets, les syncrétismes et les métissages qui finalement donnent forme et signification à la majorité des pratiques taurines. La corrida, tout en étant assimilée au patrimoine respectif des différents pays où elle est pratiquée, traduit, dans le même temps, un lien privilégié avec l’Espagne, attestant d’un équilibre original entre une acculturation avancée et une incomplète assimilation. En Amérique, rejetée dans certains pays et pérennisée dans d’autres, la corrida se stabilise dans ses frontières actuelles au cours d’un long xixe siècle, au moment même où s’opère l’individualisation des rodéos nationaux. Les rodéos incarnent ainsi une sorte de tournant tauromachique qui ancre la problématique des affrontements homme-bovin dans un contexte panaméricain dominé par les États-Unis, venant rejouer avec les héritages de l’hispanité. Cette analyse permet de mieux comprendre sur quoi repose la cohésion d’une aire culturelle. En dépit des vides où la tauromachie n’est rien, la cohésion, les différences et les discontinuités internes de cette mosaïque reposent sur les interactions entre trois types de configurations spatiales : les hauts lieux de la culture taurine, les zones de coexistence des pratiques et les zones de dynamiques transfrontalières.

7Les hauts lieux des pratiques tauromachiques, qu’ils soient économiques ou iconographiques, produisent des polarisations et des mobilités spatiales débordant largement l’aire d’extension des pratiques concernées (les corridas de Séville, les encierros de Pampelune, les rodéos de Las Vegas). Les zones de coexistence des pratiques taurines favorisent leur concurrence et leur complémentarité lorsque celles-ci s’inscrivent dans des oppositions fécondes entre tauromachie rurale et tauromachie urbaine, entre tauromachie régionale et tauromachie nationale, entre tauromachie des périphéries et tauromachie du centre. Ces zones sont généralement structurées par des villes charnières, têtes de réseaux, marquées par la coexistence de plusieurs cultures taurines. La coexistence peut s’affirmer au sein d’une même ville, au sein d’un même quartier, au sein d’une même arène et, dans certains cas relevant d’un syncrétisme qui confine à la fusion des genres, au sein d’un seul et même spectacle. Dans le Sud-Ouest européen, pour retenir quelques exemples représentatifs, citons Dax (corrida et course landaise), Arles (corrida et course camarguaise), Pampelune (corrida et encierro), Saragosse et Valence (corrida et course de recortadores). En Amérique, citons Los Angeles en Californie et San Antonio au Texas (charreada et rodéo), Mexico et Guadalajara (charreada et corrida), Villavicencio en Colombie ou Barinas au Venezuela (toros coleados et corrida). Enfin, les « frontières taurines », formées par les contacts et les ruptures entre les limites de pratiques et entre les frontières politiques, sont le siège d’intenses dynamiques territoriales suscitées par la culture taurine : mobilités transfrontalières, effets différenciateur ou unificateur de la discontinuité frontalière, effacement ou mise en scène idéologique de la frontière, réminiscence d’irrédentisme… Ces dynamiques transfrontalières produites par la culture taurine agissent comme des coutures territoriales entre frères ennemis et nations sœurs (Espagne-Portugal, États-Unis - Mexique, Venezuela-Colombie). Ce travail propose ainsi une analyse des modalités de cohésion et d’imbrication des aires culturelles, susceptible d’enrichir la réflexion sur les processus de diffusion et de transformation de la culture sur le temps long de la mondialisation. D’une manière plus générale, il propose une démarche d’analyse de la différenciation culturelle territorialisée.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search