Imperator Hispaniae

 | 
Hélène Sirantoine

Introduction

Texte intégral

  • 1 Alphonse III (866-910), Ordoño II (914-924), Ramire II (930-950), Ordoño III (950-956), Ramire III (...)
  • 2 On doit alors ajouter à la liste des souverains concernés : Ordoño Ier (850-866), Alphonse IV (925 (...)

1Les sources — diplomatiques et narratives pour l’essentiel — témoignent de l’attribution du titre d’imperator à un certain nombre de souverains des dynasties asturo-léonaise puis castellano-léonaise1. Parfois, c’est leur pouvoir qui est désigné par des termes relevant du champ lexical de l’imperium et par l’expression regnum-imperium2. D’une manière d’abord diffuse, entre le IXe siècle et la première moitié du XIe siècle, puis fréquente jusqu’au milieu du XIIe siècle, dix-sept de ces souverains ont vu habiller leur autorité royale d’une teinte impériale. Ce phénomène fut indirect durant ses deux premiers siècles de manifestation. Les rois étaient ainsi qualifiés soit de leur vivant, dans des chartes privées principalement, soit après leur mort, dans les diplômes de leurs successeurs et dans des textes narratifs. Il déboucha par la suite sur une expérience originale, du règne d’Alphonse VI (1065-1109) à celui d’Alphonse VII (1126-1157). Les souverains léonais assumèrent alors le titre à la première personne pour l’insérer dans leur titulature officielle. Mais ils lui adjoignirent également une projection péninsulaire en se déclarant imperatores totius Hispaniae. Alphonse VII, enfin, fut solennellement couronné empereur en la cathédrale de León le 26 mai 1135.

  • 3 Expression qu’on retrouve dans les titres de nombreuses publications durant le second quart du XXe(...)
  • 4 A. Schunter, Der weströmische Kaisergedanke, pp. 40-41 ; E. Mayer, Historia de las instituciones, (...)
  • 5 C’est surtout le cas des premiers travaux de R. Menendez Pidal, « Adefonsus imperator », Id., « El (...)
  • 6 J. Lopez Ortiz, « Las ideas imperiales », p. 46, qui fait référence aux travaux de Menéndez Pidal (...)

2L’étude de ce particularisme de l’Histoire espagnole que constitue l’imperium hispanique médiéval n’est en soi pas un dessein original. Ce singulier phénomène retint en effet l’attention des historiens dès les années 1920, et à la qualification de l’autorité de ces quelques rois par le vocabulaire de l’imperium, on donna alors le nom d’« idée impériale léonaise »3. Certains de ces premiers travaux n’y consacraient que quelques pages, insérées parfois dans des ouvrages généraux sur les institutions ou le concept d’empire4. D’autres, plus détaillés, ne se focalisaient que sur un règne5. Aussi, en 1942, un auteur constatait qu’« il est certain que nous ne manquons pas d’indications lumineuses au sujet de l’idée impériale léonaise […]. Il manque cependant une construction systématique de ces idées plus ou moins dispersées »6. Face à ces attentes, en 1950, le philologue espagnol Ramón Menéndez Pidal répondit en publiant un ouvrage fondateur, El imperio hispánico y los cinco reinos, dont l’objectif affiché était de combler les lacunes et erreurs qui avaient jusqu’alors, selon lui, biaisé l’étude du thème.

  • 7 C’est ce qu’écrit Menéndez Pidal dans sa préface à la traduction castillane de l’ouvrage de H. J. (...)
  • 8 Cette critique visant Ernst Mayer et surtout, nous le verrons dans les pages qui suivent, Alfonso (...)

3De l’avis de Menéndez Pidal, l’historiographie espagnole n’avait, jusqu’au XIXe siècle, prêté que peu d’attention à l’entreprise de reconquête commune aux royaumes hispaniques durant la période médiévale. Elle n’envisageait par conséquent pas l’idée d’une Espagne unie par cette lutte, au-delà de sa fragmentation en différentes entités territoriales. Il expliquait ce désintérêt en partie par la disparition, dans les textes du bas Moyen Âge, des principes politiques qui avaient régi les siècles précédents, et parmi eux l’idée d’empire. Présente dès les premières années de construction de la monarchie asturienne au milieu du IXe siècle, et inhérente à la fonction royale léonaise jusque dans la seconde moitié du XIIe siècle, l’idée impériale était pourtant, selon l’érudit, un facteur essentiel de compréhension de la période. « Sans la connaissance de ce que fut l’idée impériale léonaise », avait-il déjà écrit en 1933, « l’histoire de l’Espagne du Xe au XIIe siècle devient chose vide, sans âme »7. En s’exprimant ainsi, il s’érigeait contre ceux qui, tout en s’étant intéressés à la notion d’imperium hispanique, n’avaient pas reconnu sa transcendance8. Pour le philologue, l’empire représentait en effet la manifestation continue d’un sentiment léonais de suprématie chrétienne sur l’Hispania, hérité de la monarchie wisigothique et renouvelé par les apports idéologiques vascons et castillans qui avaient préludé à l’essor de la dynastie castellano-léonaise à partir du second tiers du XIe siècle. Par la suite, après le règne de celui qui est resté dans la mémoire collective espagnole « l’empereur » Alphonse VII (1126-1157), la perversion entraînée par la pénétration de concepts politiques « européens » avait cependant scellé la fin de l’empire.

4L’unité hispanique tant désirée s’était effacée, laissant progressivement la place aux « cinq royaumes » d’Espagne : Portugal, León, Castille, Navarre et Aragon.

  • 9 Après la publication de la thèse pidalienne, son adversaire García-Gallo rétorqua en effet en comp (...)
  • 10 Formulation employée dans R. Menéndez Pidal, « De la vida del Cid », p. 150.

5L’ouvrage de Menéndez Pidal suscita à l’époque de sa publication un intense débat. Aux tenants de la « thèse impérialiste » s’opposèrent les partisans de la « thèse négativiste » qui refusaient d’adhérer à l’affirmation d’une idée impériale univoque durant toute la période considérée9. La discussion s’épuisa néanmoins au bout de quelques années à l’avantage des premiers. Il a donc été pendant longtemps accepté que l’idée impériale hispanique était l’expression d’une volonté d’hégémonie léonaise sur l’Hispania et visait à la réunification chrétienne de la péninsule Ibérique sur le modèle wisigothique ; selon les propres mots de Menéndez Pidal, une « idée nationale hispanique », qui « liait, soit idéalement, soit matériellement, les différents royaumes conquérants »10.

  • 11 Sur la multiplication des éditions de sources et des revues scientifiques, concomittante à la refo (...)

6Une telle interprétation n’est aujourd’hui plus totalement recevable. La première raison tient simplement à la disponibilité de la documentation. Depuis les années 1970, la connaissance et l’édition des sources ont pris une ampleur nouvelle en Espagne, occasionnant en retour une approche renouvelée des problématiques historiques11. Or, l’analyse des études traditionnelles concernant l’imperium hispanique montre qu’elles ont envisagé un nombre de sources limité et centré leurs recherches essentiellement sur les chartes et diplômes, alors que le phénomène dans son ensemble connaît des prolongements narratifs et iconographiques dont l’appréhension est essentielle pour sa compréhension. En outre, une attention variable a été portée sur les différentes périodes d’exaltation de l’idée impériale léonaise, le haut Moyen Âge étant visiblement privilégié. Il est donc souhaitable de réexaminer les conclusions formulées à partir d’un corpus élargi envisageant l’ensemble de la documentation sur toute la période.

  • 12 Voir J. Álvarez Junco, Mater dolorosa, et encore les études sur l’historiographie contemporaine du (...)
  • 13 Le terme est utilisé dans un ouvrage de 1976 par B. Schmidt, El problema español. La fin de la dic (...)
  • 14 L’historiographie récente a amplement reconsidéré le concept de « Reconquête ». Voir J. Torro, « P (...)

7Une seconde raison tient à la critique dont a fait l’objet dans le même temps l’historiographie espagnole du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, entraînant la remise en cause de certaines de ses conclusions12. Nationalisante, volontiers xénophobe et friande de mythes, cette historiographie a longtemps adopté pour critère absolu la mise en évidence du particularisme espagnol — « génie espagnol » selon les uns (Menéndez Pelayo), « hispanité » pour les autres (López Ortiz) —, ce qui a contribué à privilégier une histoire globalisante où l’originalité primait sur la science, l’essentiel étant de faire preuve d’« espagnolisme »13. L’historiographie traditionnelle de l’imperium hispanique est particulièrement exemplaire de ce lieu d’écriture de l’Histoire. L’idée impériale y fut étroitement liée à l’idée de Reconquête, concept-clé de l’histoire hispanique médiévale aujourd’hui remis en question14. Elle était abordée le plus souvent sous l’angle de son rôle dans la définition de l’identité espagnole, cette mythification du phénomène conduisant à l’envisager d’une manière univoque selon des démonstrations parfois peu scientifiques et des méthodes comparatives qui laissent l’historien du XXIe siècle quelque peu perplexe. Elle a empêché pendant longtemps la dissociation des différents moments et modes d’expression de l’imperium hispanique, devenu la manifestation d’une idéologie uniforme et continue. L’idée même d’un empire hispanique constituait une aubaine pour la mise en exergue du particularisme espagnol, et on n’est pas étonné de constater qu’elle amenait à juger toute influence étrangère pénétrant la péninsule Ibérique comme une source de perversion.

8Il serait cependant malvenu de prétendre que rien ne doit être sauvegardé des hypothèses de Menéndez Pidal et de ses contemporains. Bien au contraire, un des préalables essentiels de l’enquête menée a consisté à distinguer très précisément les affirmations relevant de présupposés historiographiques obsolètes et celles qui témoignaient d’une méthode historique irréfragable. Et de tenir compte du fait que nous n’échappons pas non plus à la constatation que le chercheur est toujours prisonnier de son propre lieu d’écriture.

  • 15 Pour ne citer que quelques travaux dont on détaillera plus loin le contenu : A. Gambra, Alfonso VI (...)
  • 16 Nous devons toutefois mentionner l’existence d’une thèse nord-américaine soutenue en 1975 : M. Cul (...)

9Il serait également faux d’affirmer que les méthodes et orientations des travaux évoqués ont été depuis 1950 les seules perspectives d’étude de la question. De nombreux auteurs ont entrepris de reconsidérer certains aspects de l’idée d’empire dans des études où ils ont cherché à comprendre quelle a pu être sa signification, à quoi étaient associées les figures et les représentations impériales dans les royaumes hispaniques médiévaux, aussi bien chrétiens que musulmans. L’intérêt plus récent pour l’histoire des représentations et idéologies monarchiques s’est ainsi approprié le sujet, afin de comprendre les enjeux de cette construction idéologique15. Dans ces travaux, les hypothèses de Menéndez Pidal et des partisans de la thèse impérialiste ont été largement reprises, commentées et complétées, par leurs détracteurs ou leurs continuateurs. En parallèle à l’intérêt critique porté sur les méthodes historiques traditionnelles, de nouveaux points de vue ont également vu le jour, dans lesquels les thèses « négativistes » de Mayer, García-Gallo ou Gibert ont été revalorisées. Cependant, aucun historien jusqu’ici ne s’est attaché à reprendre les avancées historiographiques du second XXe siècle en une synthèse traitant de l’idée impériale hispanique sur toute sa durée et dans tous ses aspects, fondée sur une étude des sources la plus exhaustive qui soit16. À la lecture des différents travaux réalisés depuis 1950, on croit d’ailleurs déceler une réticence à traiter de ce sujet dans une perspective générale. Les raisons de ce malaise historiographique se trouvent peut-être dans les polémiques que le sujet a suscitées. Claudio Sánchez-Albornoz, dans son España, un enigma histórico, affirmait ainsi

  • 17 C. Sánchez-Albornoz, España, un enigma histórico, t. II, p. 374.

[qu’] on a beaucoup discuté [de l’idée impériale léonaise], elle a été très étudiée et débattue, très exagérée et très minimisée. Trop. La série des érudits qui lui ont consacré leur attention est longue. Je ne sais si un tel zèle, enthousiasme, une telle analyse, recherche critique, un tel lancer de flèches idéologiques […] ont contribué en vérité à éclairer ou obscurcir le problème. La très noble passion des chercheurs s’affrontant les a amenés à défendre des thèses erronées. Entre les enthousiasmes « impérialistes » de Menéndez Pidal, de Hüffer et de beaucoup d’autres, et les négations furieuses de García-Gallo, Gibert et autres, se trouve la vérité17.

  • 18 C’est le titre qu’il donne à l’une des sections de son étude sur les diplômes d’Alphonse VI : « La (...)

10Andrés Gambra, dans son étude de la dignité impériale léonaise à l’époque d’Alphonse VI publiée en 1988, parlait pour sa part d’« un débat classique et irrésolu »18. Paradoxalement, le sujet est devenu à la fois un topique, mentionné dans chaque ouvrage général sur l’histoire médiévale espagnole, et un casse-tête que chaque historien approche précautionneusement.

11Trois préalables constituent pour autant un passage obligé pour toute réflexion sur l’imperium hispanique médiéval : étude des apports et limites de l’historiographie traditionnelle ; prise en considération des révisions déjà apportées ; recherche systématique des traces de l’imperium hispanique à partir des outils à disposition du chercheur. À partir de là, notre étude a eu pour objectif de proposer la « construction systématique » d’une synthèse sur la question, d’écarter l’idée que l’Espagne connut un Moyen Âge différent du reste de la Chrétienté occidentale, et finalement de démythifier l’approche de l’idée impériale hispanique.

12Une telle ligne directrice demande en premier lieu un revirement lexical, car l’expression même d’« idée impériale » est inadéquate pour désigner l’objet d’ensemble de notre propos. Elle présente, il est vrai, l’avantage de réunir dans une même suite de vocables l’ensemble des manifestations de l’imperium hispanique de la période médiévale. Mais elle est également marquée par tout un courant historiographique dont il est souhaitable de se distancier. En outre, le terme d’« idée » suggère une construction intellectuelle unique et recouvre d’une même gaine des manifestations fort différentes. Car en dépit des affirmations passées, il semble difficile d’appréhender de manière identique l’attribution, indirecte et relevée dans un nombre limité de sources, du qualificatif d’imperator aux rois de la dynastie asturo-léonaise et l’adoption, à la première personne, abondamment documentée, du titre imperator totius Hispaniae par Alphonse VI et ses successeurs jusqu’à Alphonse VII. Une expression plus neutre semblait préférable, et nous parlerons de « phénomène impérial » pour évoquer les expérimentations mises en œuvre autour de la notion d’imperium dans le royaume de Castille-León entre le IXe et le XIIe siècle.

  • 19 Fait exception l’ouvrage de M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, dont les conclusions relati (...)

13Un premier niveau d’appréhension de cet objet d’étude est lié à une série d’interrogations simples. Quelles sont les manifestations de l’imperium ? Comment évoluent-elles ? Que signifient-elles ? Cela suppose d’abord de réexaminer chacune des périodes durant lesquelles le phénomène impérial s’est manifesté. Les travaux traditionnels se sont en effet surtout focalisés sur la période asturoléonaise, cette prédilection s’expliquant par l’importance du débat portant sur la valeur institutionnelle de l’empire avant le règne d’Alphonse VI, point-clé de l’opposition entre les thèses impérialiste et négativiste. Ce faisant, les périodes postérieures ont été délaissées, ou leur analyse peu approfondie. Ce fut le cas pendant longtemps des expérimentations impériales d’Alphonse VI, qui bénéficient aujourd’hui d’études assez nombreuses. Le phénomène impérial propre au règne d’Alphonse VII n’a en revanche pas été l’objet d’une grande attention, alors même que les sources témoignent de l’ampleur qu’il prit alors19. Surtout, peu d’analyses ont porté sur des moments intermédiaires, tel que le règne d’Urraca, durant lequel la première reine montée sur le trône léonais a pourtant perpétué l’usage inauguré par son père Alphonse VI. Cela conduisait du même fait à une innovation, puisque le titre d’imperatrix, utilisé de manière il est vrai assez rare, désignait alors pour la première fois la détentrice du pouvoir. De même, l’éphémère époux de la reine, le roi d’Aragon Alphonse Ier le Batailleur, marié à Urraca entre 1109 et 1114, sanctionna leur union en adoptant à son tour le titre impérial. Il le retint d’ailleurs dans ses documents jusqu’en 1127, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’Alphonse VII, s’estimant le seul prétendant légitime au titre, lui en interdise l’usage par la force. La féminisation du phénomène impérial et son détour aragonais ne suscitèrent pourtant que peu d’intérêt. À l’inverse, à la faveur de sources postérieures, interpolées ou falsifiées, on a prêté un rôle erroné dans le phénomène à certains souverains, tels Sanche III de Navarre et Ferdinand Ier, premier roi de la dynastie castellano-léonaise. Il importe donc de reconstruire, à la lumière des sources de l’imperium hispanique, le rôle tenu par chaque souverain, de façon à redonner à chaque moment impérial la place qui lui revient dans l’ensemble.

  • 20 Voir les articles « Imperium » et « Imperator » d’Angela Pabst dans R. -H. Bautier et alii (éd.), (...)

14Quant à la signification du phénomène impérial hispanique, la diversité de ses manifestations impose d’emblée une vision critique de la thèse selon laquelle il traduirait la même idée d’un bout à l’autre de la période. Il convient par ailleurs de mettre en doute le postulat selon lequel la qualification des souverains et de leur pouvoir au travers du vocabulaire de l’imperium signifierait nécessairement une autorité « impériale ». En effet, l’imperium, dans son sens originel, désigne l’autorité militaire dont sont investis certains magistrats romains, et l’imperator est le chef de guerre qui, victorieux, se voit attribuer les honneurs du triomphe. Il fallut toute l’évolution de l’empire romain puis chrétien pour que l’imperator devienne cet empereur à la tête d’un empire, et que l’imperium désigne à la fois l’autorité suprême de ce personnage au sommet de la hiérarchie des hommes et le territoire sur lequel elle s’exerce20. Que signifiaient donc ces termes, employés sans extension territoriale, dans le contexte asturo-léonais ? Pouvaient-ils même avoir quelque chose à voir avec la titulature officielle d’imperator totius Hispaniae qu’adoptent certains de leurs successeurs castellano-léonais ? Enfin, quelle valeur accorder à un titre qui énonçait une hégémonie péninsulaire pour des rois dont l’autorité monarchique ne fut — et l’histoire particulière des autres entités hispaniques médiévales, tant chrétiennes que musulmanes, le montre bien — jamais réellement effective au-delà des frontières de leur royaume ?

15Le lecteur en quête de « l’âme » de l’Histoire médiévale espagnole se verra déçu à la découverte de ces pages. L’analyse critique des traces de l’imperium hispanique médiéval conduit rapidement à formuler un constat, qui ne cesse de se confirmer au fur et à mesure du dépouillement des sources : le phénomène impérial, qu’on l’envisage aride dans la période léonaise, ou foisonnant par la suite, demeure, pour l’essentiel, marginal. L’expérience impériale d’Alphonse VII a certes profondément marqué la mémoire collective dès le Moyen Âge, mais l’ensemble du phénomène n’a pas eu de conséquences majeures ni sur l’histoire politique de la Castille et du León, encore moins de l’Hispania, ni sur son organisation institutionnelle ou sociale. Il fait figure, à bien des égards, d’épiphénomène. Et pourtant, il n’en reste pas moins que quelques notaires et scribes de l’époque asturienne crurent bon de qualifier leurs souverains d’imperatores, et leur règne de regnum-imperium. Que la chancellerie en gestation d’Alphonse VI choisit elle aussi, selon des modalités différentes, d’octroyer le titre d’imperator au conquérant de Tolède. Qu’Alphonse VII fit du concept d’imperium un élément essentiel de son image monarchique, à tel point qu’il eut à cœur de faire connaître à tous sa dignité impériale en se faisant couronner empereur, presque dix années après qu’il eut accédé au trône.

  • 21 Max Weber, Économie et société, Paris, 1971 (première édition allemande 1922). La réflexion porte (...)

16Pour l’historien contemporain, nourri des apports de la sociologie wébérienne, ces pratiques font sens. Elles relèvent de ces moyens de propagande mis en œuvre par tout acteur sociopolitique pour justifier, son pouvoir et partant de là, ses actions, et pour alimenter la croyance du groupe en sa légitimité21. Dans cette optique, le phénomène impérial suscite d’autres interrogations susceptibles d’en relever l’importance, si tant est que cette dimension puisse constituer un but vers lequel tendre. Comment expliquer ce recours à une image « impériale » comme stratégie de légitimation des monarques asturo-léonais puis castellanoléonais ? Pourquoi à tel moment et pas à d’autres ? Quelle croyance était-il destiné à véhiculer ? Ce n’est pas du point de vue de son sens que le thème représente un objet d’étude unitaire, mais en raison de la récurrence d’une même pratique. À des moments échelonnés dans le temps, les souverains de León ont bénéficié d’une représentation dont le dénominateur commun fut le recours à la notion d’imperium. Au-delà d’une première approche chronologique et descriptive, il s’agit donc de réfléchir au phénomène impérial hispanique en tant qu’objet idéologique, et de mettre en évidence ses caractères comme procédé de légitimation monarchique. Cette seconde approche amène à aborder différentes thématiques. L’une tient à la provenance de la notion d’imperium, et invite à s’interroger sur les modèles qui furent à l’origine de l’appropriation de la notion dans le León médiéval. Une autre consiste à mettre en lumière les mécanismes, les acteurs et les vecteurs qui conduisirent à construire, à partir de la notion d’imperium, une idéologie, au sens d’un ensemble plus ou moins systématisé d’idées projetant une certaine vision sur le monde et influant sur le comportement individuel et collectif et, en conséquence, justifiant certaines actions. Par ailleurs, la récurrence du même dénominateur commun suggère de tenter d’appréhender les liens qui ont pu les unir et de mesurer la continuité et la rupture, mais aussi la réutilisation et la réflexivité, d’une expérience impériale à l’autre. Enfin, partant du principe que la légitimation et l’idéologie n’ont de raisons d’être que pour qu’un groupe y adhère, il s’agit encore d’envisager l’efficience du phénomène impérial et sa réception. En somme, cette étude se veut aussi une contribution à l’étude des idéologies monarchiques dans la péninsule Ibérique médiévale.

  • 22 Dans une clause de ce diplôme, par lequel Alphonse Ier et son épouse Ermesinda concèdent au monast (...)
  • 23 Sur le sujet, voir notamment les travaux de C. Estepa Díez : « El “Fecho de Imperio” » et Id., « E (...)
  • 24 Même si des points de contact existent indéniablement. Les rattachements à l’ancienne histoire imp (...)

17Les interrogations soulevées imposent, en conséquence, un élargissement des bornes chronologiques envisagées pour traiter du sujet. Une logique voudrait en effet que l’on considère la période allant des premières manifestations jusqu’à la disparition de l’imperium hispanique. La réflexion partirait ainsi du plus ancien témoignage du titre d’imperator appliqué à un souverain asturien — un diplôme22 du roi Alphonse Ier, daté de 741 — pour aller jusqu’aux derniers actes de l’empereur Alphonse VII, décédé le 21 août 1157. Mais une telle approche se heurte rapidement à plusieurs problèmes. Il faut en effet compter, en ce qui concerne la documentation diplomatique, avec les falsifications : le document de 741 en est une, et on ne rencontre par la suite pas d’autres occurrences d’une qualification « impériale » des souverains avant les dernières décennies du IXe siècle. Les sources du VIIIe siècle et de la période wisigothique antérieure sont néanmoins susceptibles d’un intérêt comparatif, puisqu’on se propose de comprendre la provenance du phénomène impérial. Par ailleurs, l’établissement d’un terminus ad quem est tout aussi délicat si l’on considère que l’on trouve de très nombreuses références à l’empereur Alphonse VII dans la documentation postérieure à son règne : n’est-ce pas un signe de la présence d’une certaine idée impériale ? Aussi avons-nous choisi de pousser l’investigation jusqu’à l’époque de la réunification des royaumes de Castille et León sous le règne de Ferdinand III en 1230. Ce bornage a l’avantage de permettre d’analyser les modalités du souvenir impérial dans le contexte de la cessation du phénomène après 1157 et de la séparation des royaumes qui en constituaient l’armature de base. Il laisse en outre de côté une autre « idée d’empire » fameuse dont le protagoniste fut Alphonse X le Sage (1252-1284) et que l’on connaît sous le nom de « fecho de imperio ». À la faveur de l’Interrègne qui s’ouvrit dans l’empire germanique avec la mort de Frédéric II, en 1250, et des affrontements entre partis guelfe et gibelin, la candidature à l’empire d’Alphonse X, descendant par sa mère Béatrice de Souabe de la famille des Staufen, fut en effet proposée en 1256. Le souverain castillan consacra les vingt années suivantes de son règne à tenter de faire aboutir cette possibilité, jusqu’à ce que le pape Grégoire X mette définitivement fin à cet espoir lors des négociations de Beaucaire, durant l’été 127523. Mais cet épisode, dans lequel Alphonse X prétendait hériter de la dignité impériale germanique, appartient à une autre histoire24.

18Le questionnement envisagé invite également à considérer un large corpus de sources. Les avancées dans la connaissance et la disponibilité de la documentation, d’une part, les limites de l’historiographie traditionnelle, d’autre part, imposent en elles-mêmes un renouvellement de la documentation habituellement invoquée pour la compréhension du phénomène impérial. Les sources diplomatiques et narratives du territoire sur lequel il s’est manifesté demandent à être appréhendées de manière systématique, et complétées par une approche iconographique. Par ailleurs, la recherche de l’efficience des idéologies construites suppose de mener des analyses statistiques et comparatives sur des sources qui ne peuvent se limiter au royaume de Castille-León, et nous avons souhaité élargir le champ d’investigation aux sources des autres territoires hispaniques, ainsi qu’au monde ultra-pyrénéen, chaque fois que cela a été possible. La composition exacte du corpus est détaillée dans la dernière section du chapitre liminaire par lequel nous avons souhaité ouvrir ce livre. L’ampleur des travaux consacrés au phénomène impérial hispanique demandait en effet qu’un bilan historiographique et critique en soit réalisé, dans le but de préciser les modalités à mettre en œuvre pour démythifier notre objet d’étude.

19Pour aborder celui-ci, un plan chronologique s’impose par l’ampleur de la période traitée et par la diversité des manifestations observées d’un moment impérial à l’autre. La première partie est consacrée à l’époque asturo-léonaise. Elle se distingue en effet des étapes postérieures, en raison du laconisme qui caractérise le phénomène impérial dans les sources, et des difficultés d’interprétation qu’il suppose. Au sein de cette première partie nous avons intégré par ailleurs l’étude du rôle joué par Sanche III de Navarre et Ferdinand Ier de Castille-León dans le phénomène. Ces deux souverains n’adoptèrent pas, contrairement à ce qui a été parfois avancé, le titre d’imperator à la première personne, et le phénomène impérial tel qu’il se manifeste durant leurs règnes se rapproche par bien des points de ce qu’il fut à l’époque asturo-léonaise. Les orientations de leur programme de gouvernement font cependant de ces règnes une étape de transition vers les nouveaux développements que connaît l’imperium hispanique par la suite. Avec Alphonse VI le phénomène acquiert en effet une ampleur et une signification nouvelles, et on peut parler alors d’une véritable idéologie monarchique, dont l’analyse des modalités constitue l’essentiel de la seconde partie de l’ouvrage. Nous y abordons également l’étude du phénomène durant les règnes d’Urraca et d’Alphonse Ier d’Aragon qui, par certains aspects, dérivent de la première expérience alphonsine. La dernière partie, enfin, est consacrée à l’idéologie impériale d’Alphonse VII caractérisée par une rupture vis-à-vis des expériences précédentes. La construction idéologique atteint durant cette période son apogée, non pas au sens où Alphonse VII aurait été davantage empereur que ses ancêtres, mais parce que les procédés de légitimation mis en œuvre durant cette période dénotent une systématisation idéologique inédite et qui a laissé des traces profondes.

Notes

1 Alphonse III (866-910), Ordoño II (914-924), Ramire II (930-950), Ordoño III (950-956), Ramire III (966-985), Bermude II (982-999), Alphonse V (999-1028), Bermude III (1028-1037), Ferdinand Ier (1037-1065), Alphonse VI (1065-1109), la reine Urraca (1109-1126) et Alphonse VII (1126-1157). En outre, sont concernés deux rois qui ont été liés pendant un temps au trône léonais : Sanche III de Navarre (1004-1035) et Alphonse Ier d’Aragon (1104-1134).

2 On doit alors ajouter à la liste des souverains concernés : Ordoño Ier (850-866), Alphonse IV (925-930) et Sanche Ier (956-966).

3 Expression qu’on retrouve dans les titres de nombreuses publications durant le second quart du XXe siècle et qui connaît plusieurs variantes : « idée impériale hispanique », « empire léonais », « empire hispanique ».

4 A. Schunter, Der weströmische Kaisergedanke, pp. 40-41 ; E. Mayer, Historia de las instituciones, t. II, pp. 15-19 ; R. Menendez Pidal, « De la vida del Cid », pp. 148-155 ; A. Tovar, El imperio de España ; J. Lopez Ortiz, « Notas ».

5 C’est surtout le cas des premiers travaux de R. Menendez Pidal, « Adefonsus imperator », Id., « El Romanz ». On note l’exception que fournit le petit ouvrage de H. J. Hüffer, Das spanische Kaisertum, traduit en castillan en 1933 : Id., La idea imperial.

6 J. Lopez Ortiz, « Las ideas imperiales », p. 46, qui fait référence aux travaux de Menéndez Pidal sur l’empire léonais contenus dans la première édition de R. Menendez Pidal, La España del Cid (1929), t. I, pp. 73-77, t. II, pp. 677, 685-689, 709-713 et 750-753.

7 C’est ce qu’écrit Menéndez Pidal dans sa préface à la traduction castillane de l’ouvrage de H. J. Hüffer, La idea imperial.

8 Cette critique visant Ernst Mayer et surtout, nous le verrons dans les pages qui suivent, Alfonso García-Gallo qui, dans un article de 1945, prenait déjà position contre les affirmations de Menéndez Pidal.

9 Après la publication de la thèse pidalienne, son adversaire García-Gallo rétorqua en effet en complétant les conclusions de son article de 1945 : A. García-Gallo, « El imperio (1953) ». L’auteur le plus véhément à l’encontre des travaux de Menéndez Pidal fut toutefois un des élèves de García-Gallo, Rafael Gibert, qui publiait en 1951 une recension particulièrement agressive de la synthèse du philologue : R. Gibert, « Observaciones ». Vinrent néanmoins soutenir la thèse pidalienne d’autres travaux, notamment la publication posthume d’A. Sánchez Candeira, El regnum-imperium.

10 Formulation employée dans R. Menéndez Pidal, « De la vida del Cid », p. 150.

11 Sur la multiplication des éditions de sources et des revues scientifiques, concomittante à la refonte des infrastructures de recherche en Espagne, voir notamment les remarques formulées par J. I. Ruiz de la Peña Solar et M. J. Sanz Fuentes, « Instrumentos ».

12 Voir J. Álvarez Junco, Mater dolorosa, et encore les études sur l’historiographie contemporaine du Moyen Âge de M. Á. Ladero Quesada, « Historiografía contemporánea » et Id., Lecturas.

13 Le terme est utilisé dans un ouvrage de 1976 par B. Schmidt, El problema español. La fin de la dictature franquiste coïncide en effet, nous le verrons, avec les premiers moments d’une réflexion intense sur les postulats qui déterminaient les méthodes et orientations de l’historiographie espagnole des précédentes décennies.

14 L’historiographie récente a amplement reconsidéré le concept de « Reconquête ». Voir J. Torro, « Pour en finir avec la Reconquête », M. González Jiménez, « ¿Re-conquista ? », Id., « Sobre la ideología de la Reconquista » ; voir enfin la thèse de M. Ríos Saloma, La Reconquista, ainsi que les articles du même auteur : Id., « De la Restauración a la Reconquista » et Id. « La Reconquista : una invención historiográfica ».

15 Pour ne citer que quelques travaux dont on détaillera plus loin le contenu : A. Gambra, Alfonso VI, t. I, chap. xii « La dignidad imperial leonesa en la época de Alfonso VI » ; A. Isla Frez, Realezas hispánicas, chap. III « El rey y el imperio leonés » ; Id., Memoria, culto, chap. v « El imperium de Alfonso VI. Tradición e inovación » ; R. Manchón Gómez, Léxico, pp. 108 sqq. ; T. Deswarte, De la destruction, pp. 195-205 et 226-233 ; Id., « Le roi empereur ». À l’occasion d’un congrès célébré à Sahagún autour du 900e anniversaire de la mort d’Alphonse VI, Carlos Estepa Díez a également présenté une communication portant sur « L’empire hispanique d’Alphonse VI à Alphonse VII » (C. Estepa Díez « El imperio hispánico »). À noter encore que les deux dernières décennies ont vu fleurir un intérêt pour les idéologies monarchiques impériales manifestes dans d’autres territoires médiévaux que la péninsule Ibérique : nous pensons aux modèles capétien (J. Krynen, L’empire du roi), anglo-saxon (N. J. Higham, An English empire), angevin (M. Aurell, L’empire des Plantagenêts, F. Madeline, « L’empire des Plantegenêts ») ou encore portugais (M. Sales, O império do Quinto Afonso de Portugal).

16 Nous devons toutefois mentionner l’existence d’une thèse nord-américaine soutenue en 1975 : M. Cullinan, Imperator Hispaniae. Ses apports sont discutables, mais cette étude est dans une certaine mesure représentative d’un renouvellement des points de vue sur la thématique impériale hispanique médiévale.

17 C. Sánchez-Albornoz, España, un enigma histórico, t. II, p. 374.

18 C’est le titre qu’il donne à l’une des sections de son étude sur les diplômes d’Alphonse VI : « La idea imperial leonesa : un debate clásico e inconcluso », A. Gambra, Alfonso VI, t. I, p. 675.

19 Fait exception l’ouvrage de M. Recuero Astray, Alfonso VII, emperador, dont les conclusions relatives au phénomène impérial sont cependant datées.

20 Voir les articles « Imperium » et « Imperator » d’Angela Pabst dans R. -H. Bautier et alii (éd.), Lexikon des Mittelalters, t. V, col. 394-395 et 395-396.

21 Max Weber, Économie et société, Paris, 1971 (première édition allemande 1922). La réflexion porte sur les sociétés modernes. Sur la question particulière des processus de légitimation nécessaires à la survie de tout pouvoir, elle est cependant atemporelle et peut s’appliquer aux sociétés médiévales.

22 Dans une clause de ce diplôme, par lequel Alphonse Ier et son épouse Ermesinda concèdent au monastère de Covadonga et à son abbé Adulfo plusieurs églises, terres et droits, on lit que toute personne qui contreviendrait aux décisions édictées devra payer à l’«  imperator terrae » cent livres d’or pur (A. C. Floriano Cumbreño, Diplomática española, t. I, n ° 3, daté du 11 novembre 741).

23 Sur le sujet, voir notamment les travaux de C. Estepa Díez : « El “Fecho de Imperio” » et Id., « El Reino de Castilla y el Imperio ». Voir aussi : M. Diago Hernando, « La monarquía castellana y los Staufer », pp. 79-82.

24 Même si des points de contact existent indéniablement. Les rattachements à l’ancienne histoire impériale hispanique ont fait partie de l’argumentaire présenté par Alphonse X pour faire aboutir ses prétentions, ce que les historiens qui se sont intéressés au « fecho de imperio » n’ont pas manqué de souligner. Voir notamment le court mais très utile bilan des interprétations proposées depuis le milieu du XIXe siècle réalisé par G. Pagani, « El imperio en la agenda alfonsí », qui présente en outre une bibliographie fournie sur le sujet.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540